A.E.T.A. AGIR POUR DES ELECTIONS TRANSPARENTES ET APAISEES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A.E.T.A. AGIR POUR DES ELECTIONS TRANSPARENTES ET APAISEES"

Transcription

1 A.E.T.A. AGIR POUR DES ELECTIONS TRANSPARENTES ET APAISEES Plate-forme des ONG de la Société Civile dotée de la personnalité juridique Arrêté Ministériel N 125/CAB/MIN/J&DH/2011 du 11 Avril RAPPORT D OBSERVATION DES ÉLECTIONS DES GOUVERNEURS DU 10 AVRIL 2019 DANS 7 PROVINCES DE LA RD CONGO Mars 2019

2 SOMMAIRE Chapitre page 0. CONTEXTE I. LES ASPECTS SÉCURITAIRES II. LE DÉPLOIEMENT DES OBSERVATEURS DE L AETA III. L OBSERVATION PROPREMENT DITE III.1. LES INFORMATIONS RELATIVES AUX OBSERVATEURS/OBSERVATRICES III.2. LES IRRÉGULARITÉS LIÉES AU GENRE III.3. LES IRRÉGULARITÉS LIÉES AU DÉROULEMENT DES SCRUTINS a) Les défaillances techniques ou logistiques b) Les conditions du déroulement de ces scrutins (le climat dans les salles) c) Les manipulations ou intimidation des électeurs d) L assistance des députés en difficulté e) Les contestations des parties prenantes f) Le respect des procédures g) Les arrangements particuliers sentant le parfum de la corruption IV. ANALYSE ET INTERPRÉTATION DES FAITS SUSMENTIONNÉES V. CONCLUSION... 16

3 0. CONTEXTE La Constitution du 18 février 2006, telle que modifiée par la loi n 11/002 du 20 janvier 2011 portant révision de certains de ses articles, prévoit à l article 198 alinéa 2 que les Gouverneurs et Vice-Gouverneurs soient élus pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois par les députés provinciaux. Dès lors, dans le cadre du renouvellement des mandats de ces chefs d exécutifs provinciaux dont certains étaient en poste depuis 2007, l heure avait sonné élire 24 de 26 Gouverneurs ; ceux du Nord- Kivu et Maï-Ndombe devant attendre l installation des bureaux définitifs de leurs Assemblées Provinciales après l organisation des élections à Yumbi, Beni Territoire, Beni-Ville et Butembo. 3 I. LES ASPECTS SÉCURITAIRES La tenue de ces élections partait déjà sur fond de tension entre d un côté, les coalitions CACH et FCC se disputant les commandes des exécutifs provinciaux qui s échangeaient des invectives aux allures d affrontement, et le fait que des groupes de sympathisants de l un et l autre camp s amassaient çà et là aux abords de l hémicycle de Kinshasa présageait un clash entre ces différents groupes, et que de l autre, les militants de l UDPS en rupture de confiance à l égard de leurs députés provinciaux accusés d avoir vendu leurs suffrages aux candidats du FCC lors des sénatoriales du 15 mars 2019 envoyaient des signaux d une vindicte populaire au cas où la même débâcle se répétait. Ainsi donc, pour des raisons de sécurité, afin de prévenir tout débordement pouvant donner lieu à des émeutes, un important dispositif policier a été installé autour de chaque Assemblée Provinciale, à Kinshasa et dans les chefs-lieux des provinces, de sorte que des périmètres entiers avaient été bouclés.

4 - En haut : Agitation de masse et ceinture policière devant l Assemblée Provinciale du Haut-Katanga (Lubumbashi) ; - Au milieu : Quadrillage du secteur abritant l Assemblée Provinciale de Kinshasa par un important dispositif policier ; - En bas à gauche : Barrière policière sur la voie menant à l Assemblée Provinciale du Kwilu (Bandundu-Ville) ; - En bas à droite : Compte tenu de la situation explosive prévalant autour de cette élection à Kinshasa, l Inspecteur Provincial de la Police (le Général Sylvano KASONGO) s est déplacé en personne pour superviser ses troupes. 4

5 Un autre élément à soulever à propos de la sécurité fut que Monsieur Godé MPOYI (Président de l Assemblée Provinciale de Kinshasa) a insisté sur l expulsion de toute personne n ayant pas la qualité de député provinciale de Kinshasa, observateur, journaliste, témoin (les seuls autorisés à assister aux opérations de vote) qui ont à un moment inondé l hémicycle. - En haut : Le Président de l Assemblée Provinciale de Kinshasa ordonnant l expulsion de tout persona non grata de l hémicycle avant le début des opérations de vote ; - En bas à gauche : Ordre aussitôt exécutée par les agents de la police assurant la sécurité du lieu. Une dizaine de personnes ont été sorties de la salle après contrôle d accréditations. 5

6 II. LE DÉPLOIEMENT DES OBSERVATEURS DE L AETA Dans le cadre de cette mission, AETA a déployé 8 observateurs dans les 7 provinces suivantes : Kinshasa, Kongo Central, Kwilu, Équateur, Kasaï Central, Sud-Kivu et Haut- Katanga. 6 LEGENDE 1 : Parole MBENGAMA (Kinshasa) 2 : Josline TSHITUTA (Kinshasa) 3 : Grégoire MULAMBA (Lubumbashi) 4 : Laurent KURHENGAMUZIMU (Bukavu) 5 : Destin PELENGAMO (Bandundu-Ville) 6 : Alpha KINGO (Matadi) 7 : Édel-Martin KABUTAKAPUA (Kananga) 8 : Dieudonné NZABI (Mbandaka) III. L OBSERVATION PROPREMENT DITE Le but de toute mission d observation électorale de l AETA étant de relever les irrégularités à analyser en vue de formuler des avis techniques ou propositions alternatives qui aident à perfectionner le système électoral pour l avancement de la démocratie en République Démocratique du Congo, le présent rapport s appesantit sur les différentes irrégularités observées dans les sept (7) hémicycles où AETA a déployé ses membres.

7 À propos, chaque observateur avait entre autres la mission de remplir une fiche d observation comprenant trente-deux (32) éléments de surveillance repartis en quatre (4) rubriques, à savoir : a) Les informations relatives aux observateurs ou observatrices ; b) Les éléments d observation liés au Genre ; c) Les éléments d observation liés aux opérations de vote et de dépouillement ; d) Les statistiques ou résultats. III.1. LES INFORMATIONS RELATIVES AUX OBSERVATEURS / OBSERVATRICES Pour la présente mission, AETA a déployé huit (8) observateurs, dont une femme, soit 12,5 %. III.2. LES IRRÉGULARITÉS LIÉES AU GENRE À propos des irrégularités liées au genre : a) Les éléments d observation 1, 2, 3, 4 et 5 traitant de la représentativité féminine ont donné les statistiques suivantes : - Kinshasa : 3 femmes sur 10 agents de la CENI (soit 30 %) et 0 femme sur 9 candidats (soit 0 %) ; - Lubumbashi : 2 femmes sur 8 agents de la CENI (soit 25 %) et 0 femme sur 5 candidats (soit 0 %) ; 7 - Bukavu : 2 femmes sur 5 agents de la CENI (soit 40 %) et 0 femme sur 6 candidats (soit 0 %) ; - Bandundu-Ville : Une femme sur 10 agents de la CENI (soit 10 %) et 0 femme parmi les candidats (soit 0 %) ; - Mbandaka : 2 femmes sur 6 agents de la CENI (soit 33,4 %) et 0 femme sur 3 candidats (soit 0 %) ; - Kananga : non communiqué ; - Matadi : non communiqué. Au total pour 5 provinces % de femmes membres des équipes de la CENI 27,7 % de femmes candidates gouverneurs 0 % de femmes élues 0 b) L élément de surveillance n 6 demandant de rapporter tout acte discriminatoire à caractère sexiste (insulte, plaisanterie de mauvais goût, obstruction ou autre) à l endroit d une candidate, d un agent féminin de la CENI, ou de toute autre femme présente dans la salle, révèle qu à l hémicycle de Kinshasa, durant un moment de protestation généralisée,

8 l Honorable BIMWALA (candidat gouverneur) complètement sorti de ses gants s en est pris à une journaliste qu il traita de «pétasse» avant de la bousculer. Après l avoir traitée de pétasse, l Honorable BIMWALA étend ses mains pour la pousser sans la moindre galanterie. III.3. LES IRRÉGULARITÉS LIÉES AU DÉROULEMENT DES SCRUTINS Concernant les irrégularités liées au déroulement des scrutins, un accent particulier a été mis sur : 8 Les défaillances techniques ou logistiques ; Les conditions du déroulement de ces scrutins (le climat dans les salles) ; Les manipulations ou intimidations des électeurs ; L assistance des députés en difficulté ; Les contestations des parties prenantes ; Le respect des procédures ; Des arrangements particuliers sentant le parfum de la corruption ; a) Les défaillances techniques ou logistiques Sur le plan de la logistique, tous les matériels affectés par la CENI dans les différents hémicycles (bulletins de vote, PV, fiches de pointage, isoloirs et urnes) étaient au complet. Cependant sur le plan technique, un disfonctionnement de la machine à voter a été constaté à Kinshasa à 13 h 18, de sorte que l électeur ne put voter qu après l aide du technicien.

9 13 h 18 : l Honorable BIMWALA rencontre quelques problèmes avec la machine à voter. L Assesseur 2 venu à sa rescousse ne parvient à le résoudre et appelle le technicien qui fait office d Assesseur 1 pour apporter son assistance. b) Les conditions du déroulement de ces scrutins (le climat dans les salles) Au regard de l article 79 de la Loi Électorale qui garantit l inviolabilité du Bureau de Vote et de Dépouillement et l article 41 alinéas 6 et 8 qui proscrit toute interruption des opération de vote et l expulsion des fauteurs de trouble, il a été constaté un arrêt des opérations de vote de 12 h 37 à 12 h 42 à Kinshasa suite à un envahissement de l hémicycle qui fait office de BVD, tandis que des tensions aux allures d émeute avaient persisté aux abords de l Assemblée Provinciale du Haut-Katanga tout au long du scrutin. 9 Agitations et envahissement de l hémicycle (Bureau de Vote) de Kinshasa en pleines opérations de vote.

10 c) Les manipulations ou intimidations des électeurs L Honorable BAYAMBUDILA dénonçant, du haut de la tribune, les cas de menace, intimidation, manipulation et autres abus dont faisaient l objet plusieurs députés provinciaux Dès l ouverture de la plénière, avant de passer au vote, l Honorable Ruffin BAYAMBUDILA était monté au créneau pour dénoncer les menaces et intimidations dont étaient l objet plusieurs députés. «Certains ont été séquestrés, d autres ont reçu des SMS menaçants», avait-il déclaré avant de suggérer ce qui suit : - Que les députés soient fouillés afin qu aucun gadget, outil ou accessoire de la technologie de l information ne puisse atteindre l isoloir ; 10 - Étant donné que lors du scrutin passé certains députés ont été accompagnés par leurs collègues dont certains étaient candidats, il fallait donc garantir le secret de vote et la liberté de conscience au profit de ceux en incapacité physique, et pour se faire, tout député en incapacité physique ou dans les difficultés d utiliser le matériel de vote devait être accompagné par son assistant et non par un autre député qui pourrait influencer son vote Cependant, sa dernière suggestion n a pas été adoptée et par conséquent, les électeurs en incapacité de voter seuls ont été assistés par leurs collègues. Toutefois, il a été observé à Kinshasa des sous-groupes tenant des conciliabules tout au long du scrutin. Était-on en train de passer des consignes de vote? Était-ce des actes d intimidation? Difficile de dire, étant donné qu en tant qu observateurs, les membres de l AETA ne pouvaient ni intervenir durant le déroulement du vote ni interroger les électeurs. Tout ce qu on pouvait faire consistait à rapporter ces actes pas du tout anodins.

11 Tout au long des opérations de vote il a été observé des groupuscules tenant des réunions parallèles en se passant de petits mots à l oreille. d) L assistance des députés en difficulté Quant à l assistance des électeurs en difficulté de voter tous seuls, aucun agent de la CENI n avait intervenu comme lors des sénatoriales, de sorte que seuls les députés ayant voté au préalable se sont chargés de certains cas sans que cela ne pose problème. 11 Assistance sans problème des électeurs en difficulté. À remarquer sur la photo de gauche qu une seule députée sur quarante-huit a obtenu l accréditation de témoin. e) Les contestations des parties prenantes La plus grande contestation ayant provoqué 5 minutes d interruption des opérations de vote a été observé à l hémicycle de Kinshasa quand à 12 h 37 l Honorable Papy EPIANA (Questeur de ladite Assemblée) a entrepris d assister à son tour l Honorable François MUNDJANA NKIE MAFU (Chef Coutumier copté en qualité de Député Provincial de Maluku), un geste qui a suscité une vague de protestation déclenchée par l Honorable Ruffin BAYAMBUDILA (Colistier du candidat Gouverneur Magloire KABEMBA) et qui

12 entrainera tout l hémicycle dans une agitation qui ne se terminera qu avec l arbitrage de Madame MUKWAYANZO (Secrétaire Exécutive Provinciale de la CENI-Kinshasa). 12 En haut : Action-Réaction : L Honorable Papy EPIANA offre son assistance à l Honorable François MUNDJANA et déclenche une levée de boucliers du côté du tandem Magloire KABEMBA Ruffin BAYAMBUDILA. Au milieu : Tout l hémicycle entre dans la danse, les opérations s arrêtent. En bas : Madame MUKWAYANZO (SEP Kinshasa) calme les jeux par son arbitrage.

13 Mais en fait, que s est-il passé? Pourquoi, au contraire des autres députés ayant assisté leurs collègues sans la moindre opposition, Papy EPIANA a-t-il attiré les foudres de ses pairs? La lecture de la Loi Électorale en son article 58 permet à tout électeurs se trouvant dans l impossibilité d effectuer tout seul l opération de vote de se faire aider par un autre électeur ayant déjà voté dans le même Bureau de vote, mais cela devra se faire à l initiative de l assisté (donc selon son propre choix). Or il s est avéré que l Honorable Papy EPIANA était venu chercher François MUNDJANA (tranquillement assis à sa place) pour l amener au lieu du vote. Ce qui ne pourra se traduire que par une imposition au vote. 13 En haut à gauche : les deux honorables sont assis chacun à sa place ; En haut à droite : Papy EPIANA se lève de son siège, pendant que François MUNDJANA reste assis ; En bas à gauche : Papy EPIANA traverse toute sa moitié de l hémicycle pour aller chercher MUNDJANA qui ne bouge toujours pas ; En bas à droite : Sur main tendue de Papy EPIANA, François MUNDJANA se lève. Et la suite est racontée plus haut. Finalement, l Honorable Papy EPIANA sera interdit d assister son collègue MUNDJANA, mais ce dernier s étant rendu seul à l isoloir mettra deux minutes (de 12 h 42 à 12 h 44 ) sans pouvoir manipuler la machine à voter ; et par conséquent l Honorable EPIANA obtiendra l autorisation de l assister. f) Le respect des procédures ; La Loi Électorale en son article 6 fixe la qualité de l électeur en fonction de la détention de la carte délivrée par la CENI à cet effet, pendant que l article 57 exige à tout électeur se présentant dans un bureau de vote de présenter ce document à l Assesseur Suppléant, condition sine qua non pour y accéder. Le règlement de l Assemblée Provinciale prévoit

14 qu en l absence de la carte d électeur, le Député peut voter en présentant sa carte de service. Pourtant une fois de plus, trois (3) électeurs qui se sont présentés non munis d un seul de ces documents ont été autorisés à voter. Il s agit des Honorables : Peter KAZADI (12 h 26 ), Gérard MULUMBA «GECOCO» (12 h 57 ) et Hugues-Michel MUKEBAYI «MIKE» (13 h 05 ). De gauche à droite : Les Honorables Peter KAZADI, Gérard MULUMBA «GECOCO» et Hugues-Michel MUKEBAYI «MIKE». Tous les trois ayant le point commun d avoir voté sans être porteurs d aucune carte exigée. 14 g) Des arrangements particuliers sentant le parfum de la corruption ; Sur ce point, commençons par dire que compte tenu de sa sensibilité, la corruption ne se fait jamais en public, au vu et au su de tous. Ainsi donc, les chances de surprendre un corrupteur en train de donner de l agent ou autres libéralités à un corrompu, surtout lorsqu il s agit des tractations politiques, s avèrent moindres, si pas quasiment nulles. Néanmoins, comme en médecine où certains virus indétectables au microscope ne sont diagnostiqués que par la présence des anticorps correspondants, les faits de corruption sentent une odeur que l on établit en les interrogeant. C est ainsi que devant la difficulté d attraper les corrupteurs et leurs corrompus la main dans le sac, nous ouvrons des pistes en interrogeant les actes suspicieux posés par les uns et les autres. Cela étant, dans ce rapport, nous ouvrirons les pistes à explorer à partir des faits cidessous : i) Les plaintes et témoignages des parties lésées : Les déclarations de l Honorable Député Provinciale de Kinshasa Ruffin BAYAMBUDILA 1 durant la plénière précédant le vote constitue une importante piste à explorer, étant donné qu il s agit d une plainte émise par un candidat qui dénonce des manœuvres condamnables orchestrées par ses adversaires. 1 Voir la page 10 du présent rapport.

15 ii) La protection du secret de vote : Ce n est pas pour rien qu une mesure a été adoptée en vue de sanctionner tous ceux qui seraient attrapés en train d utiliser des téléphones, appareils photos, caméras, stylos ou autres gadgets servant à capturer les images de leurs votes à présenter à des tierces personnes pour prouver leurs choix. Si des telles pratiques ont eu lieu lors du scrutin passé, cela démontre que ces grands électeurs tenaient à montrer leur degré de redevabilité à ceux qui les avaient soudoyés afin d attester qu ils avaient rempli leur part du contrat. C est ainsi qu il a été ordonné à tout député se rendant aux urnes de se débarrasser de son téléphone et de montrer patte blanche en rassurant qu il ne portait aucun objet pouvant rendre témoignage de son suffrage (voir l article 85 de la Loi Électorale), comme les attestent les photos ci-dessous : Pourtant certains Députés Provinciaux de Kinshasa ont trouvé d autres astuces pour contourner ces garde-fous en exposant simplement leurs bulletins de vote sortis de l isoloir à l objectif des caméras et appareils photos du public. Cette pratique laisse penser à un quelconque marché conclu avec des preneurs d images afin de développer ultérieurement ces photos ou vidéos à présenter à qui de droit en vue de prouver leur choix. Les images ci-dessous nuancent ces faits Ci-dessus : Les grands électeurs ayant plié leurs bulletins conformément à la règle visant à préserver le secret de vote. - Page suivante : Ceux qui ont délibérément déployé leurs bulletins de vote de façon à informer le public sur leurs choix.

16 16 IV. ANALYSE ET INTERPRÉTATION DES FAITS SUSMENTIONNÉS Ce rapport ne constituant qu une prévision des matières à examiner lors de la prochaine analyse technique qu organisera AETA dans les jours qui suivent, l interprétation des faits rapportés ci-dessus relève de l attribution de son Hub d Experts Électoraux qui se réunira le moment venu. V. CONCLUSION Au regard des faits rapportés ci-dessus et avant d entreprendre une analyse approfondie y afférente, les conclusions suivantes sont tirées : La corruption demeure un fléau qui gangrène le système électoral en République Démocratique du Congo, de sorte que face aux mesures prises pour la combattre elle change simplement d aspects pour devenir de plus en plus subtile ;

17 Un travail de pédagogie s avère nécessaire afin d apprendre les notions de base sur les procédures de vote à toute la population ; car si les élus accusent des difficultés à maîtriser les notions liées aux dispositions en vigueur qui régissent les élections en RD Congo et les procédures de vote, combien seront grandes les lacunes des populations à la base? Fait à Kinshasa, le 14 avril 2019 Parole MBENGAMA Assistant au Programme 17

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS 1 République de Guinée Commission Electorale Nationale Indépendante GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS Election Présidentielle, octobre 2015 Conakry, Août 2015 1 2 Introduction Les organisations de

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

Décembre 10, 2011 Contact: Baya Kara, Kinshasa +243 81 240 7659, Deborah Hakes, Atlanta 1 404 420 5124

Décembre 10, 2011 Contact: Baya Kara, Kinshasa +243 81 240 7659, Deborah Hakes, Atlanta 1 404 420 5124 Décembre 10, 2011 Contact: Baya Kara, Kinshasa +243 81 240 7659, Deborah Hakes, Atlanta 1 404 420 5124 Mission d`observation internationale du Centre Carter en RDC Elections présidentielle et législatives

Plus en détail

OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC

OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC «Consultant en suivi-évaluation et élaboration d outils de suivi-évaluation pour le programme PARJ-E «Uhaki Safi» Profil recherché: Objectif

Plus en détail

Vote par Internet : quel avenir?

Vote par Internet : quel avenir? Journée de la sécurité des systèmes d information du 22 mai 2008 Proposition d intervention Thème général : anonymat, vie privée et gestion d'identité Vote par Internet : quel avenir? Le 22 mai 2008 Benoit

Plus en détail

Compte rendu de la séance du 29 mars 2014

Compte rendu de la séance du 29 mars 2014 Compte rendu de la séance du 29 mars 2014 Secrétaire(s) de la séance: Laëtitia MICHON Ordre du jour: - Election du Maire - Détermination du nombre d'adjoint - Election du ou des adjoints Délibérations

Plus en détail

Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de

Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de Article 1 er : Effectif de l entreprise Nombre de sièges à pourvoir L effectif

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

Mise en place des élections des Délégués du Personnel

Mise en place des élections des Délégués du Personnel Les fiches pratiques de législation Mise en place des élections des Délégués du Personnel Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Espace Emploi Compétences Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. En cas d erreur, d omission ou de contradiction entre un article du présent règlement et les statuts, ces derniers font foi.

REGLEMENT INTERIEUR. En cas d erreur, d omission ou de contradiction entre un article du présent règlement et les statuts, ces derniers font foi. Acrocirque Baby Gym Basket Ball Chorespace danse Course d orientation Escrime Football Golf Gym d'entretien Handball Judo Karaté Shito Ryu Pétanque Qi Cong Rugby Tai Chi Chuan Tennis de Table Tir à l'arc

Plus en détail

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités Département Administration et gestion communale JM/JR/MK Note n 78 Affaire suivie par : Judith MWENDO (tél. 01 44 18 13 60) et Julie ROUSSEL (tél. 01 44 18 51 95) Paris, le 8 août 2013 Qui peut être élu

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Mutuelle d Entreprises Schneider Electric

Mutuelle d Entreprises Schneider Electric SIREN n 390 820 058, Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité Mutuelle d Entreprises Schneider Electric (MESE) REGLEMENT INTERIEUR APPROUVE PAR L ASSEMBLEE GENERALE MESE du

Plus en détail

Les bons réflexes pour garantir le processus

Les bons réflexes pour garantir le processus Les bons réflexes pour garantir le processus Définition du protocole Définition juridique : Pas de définition légale dans le code du travail Définition non juridique : Accord conclu entre l employeur et

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE. Pâquerette Thériault Manon Dupont. L ordre du jour proposé est le suivant :

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE. Pâquerette Thériault Manon Dupont. L ordre du jour proposé est le suivant : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE À une séance extraordinaire du Conseil local pour la municipalité de Saint- Épiphane tenue au bureau municipal, le jeudi 3 mai 2012, à 20:00 heures,

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ACCORD DE PAIX ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LE CONGRES NATIONAL POUR LA DEFENSE DU PEUPLE (CNDP)

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ACCORD DE PAIX ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LE CONGRES NATIONAL POUR LA DEFENSE DU PEUPLE (CNDP) REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ACCORD DE PAIX ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LE CONGRES NATIONAL POUR LA DEFENSE DU PEUPLE (CNDP) 2 PREAMBULE Nous, Gouvernement de la République Démocratique du Congo et Congrès

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP)

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) Le protocole d accord se négocie entre le chef d entreprise ou son représentant (dument mandaté à cet effet) et les organisations syndicales (OS) représentatives.

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

La garde des sceaux, ministre de la justice,

La garde des sceaux, ministre de la justice, Arrêté de la DPJJ du 17 décembre 2008 fixant la date et les modalités d organisation des élections des représentants du personnel au sein des commissions administratives paritaires instituées à la direction

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821 Termes de Référence de l évaluation externe du projet: «Dialoguer et Participer l Interaction Institutionnalisée entre Acteurs étatiques et non-étatiques» Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

CONSORTIUM POUR L OBSERVATION DOMESTIQUE DES ELECTIONS EN GUINEE

CONSORTIUM POUR L OBSERVATION DOMESTIQUE DES ELECTIONS EN GUINEE CONSORTIUM POUR L OBSERVATION DOMESTIQUE DES ELECTIONS EN GUINEE OBSERVATION CITOYENNE DU PROCESSUS DE REVISION DU FICHIER ELECTORAL CAS DE LA GUINEE Présentation: Dr Dansa KOUROUMA/Directeur Lansana MANSANDOUNO/

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO. En partenariat avec

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO. En partenariat avec 1 RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO RÉSEAU CONGOLAIS DES PERSONNELS DES PARLEMENTS (RCPP) En partenariat avec WESTMINSTER FOUNDATION FOR DEMOCRACY (WFD) SÉMINAIRE RELATIF À LA CIRCULATION ET À L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

L'Europe en débats à Villeurbanne

L'Europe en débats à Villeurbanne Dossier de presse DÉBAT SUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2014 L'Europe en débats à Villeurbanne 24 avril 2014-18h-20h30 Palais du Travail - 9 place Lazare Goujon Métro Ligne A - Gratte-Ciel Version du 9 avril

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Avril 2009. École secondaire de la Rivière-des-Français. Muskies Supers Partenaires (MSP)

RAPPORT FINAL. Avril 2009. École secondaire de la Rivière-des-Français. Muskies Supers Partenaires (MSP) La corporation des services en éducation de l Ontario Projet de prévention de l intimidation et de la violence RAPPORT FINAL Avril 2009 École secondaire de la Rivière-des-Français Muskies Supers Partenaires

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR

STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR MOUVEMENT POUR LA RENAISSANCE DU CAMEROUN STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR 1 TABLE DES MATIERES Déclaration de principes...5 STATUTS...7 PRÉAMBULE...7 CHAPITRE I : DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES...7 CHAPITRE

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 1. ASSOCIATION DU SOCCER MINEUR DE VERDUN 1976 LTÉE (Club de soccer Verdun) (RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX)

RÈGLEMENT N O 1. ASSOCIATION DU SOCCER MINEUR DE VERDUN 1976 LTÉE (Club de soccer Verdun) (RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX) RÈGLEMENT N O 1 ASSOCIATION DU SOCCER MINEUR DE VERDUN 1976 LTÉE (Club de soccer Verdun) (RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX) Adopté le 14 mars 2012 Amendé le 16 janvier 2013 Amendé le 26 novembre 2014 CHAPITRE 1 LES

Plus en détail

Rapport 2, Juin 2015

Rapport 2, Juin 2015 Sondages Consolidation de la Paix et Reconstruction Est de la République Démocratique du Congo Rapport 2, Juin 2015 () Par Patrick Vinck, Phuong Pham, Tino Kreutzer Contenu : p3. Large support pour les

Plus en détail

ÉLECTION FÉDÉRALE. Le 19 octobre 2015

ÉLECTION FÉDÉRALE. Le 19 octobre 2015 ÉLECTION FÉDÉRALE Le 19 octobre 2015 Aperçu de l élection fédérale L élection fédérale aura lieu le 19 octobre 2015. Élections Canada est l organisme non partisan chargé de conduire l élection et de s

Plus en détail

École Collines d or BULLETIN DE NOUVELLES NOVEMBRE 2012

École Collines d or BULLETIN DE NOUVELLES NOVEMBRE 2012 Mot de la direction École Collines d or BULLETIN DE NOUVELLES NOVEMBRE 2012 Le mois d octobre fut un mois rempli d activités enrichissantes et amusantes. Les élèves sont à la tâche et les travaux produits

Plus en détail

Constitution d une Commission d Appel d Offres

Constitution d une Commission d Appel d Offres Constitution d une Commission d Appel d Offres ATTENTION : * Pour les collectivités territoriales et les établissements publics locaux, sont constituées une ou plusieurs commissions d appel d offres à

Plus en détail

Statuts de l'association Suisse de Golf

Statuts de l'association Suisse de Golf Statuts de l'association Suisse de Golf TITRE I : NOM - BUT - MEMBRES Article 1: Nom et Siège Il existe sous le nom "ASG" ASSOCIATION SUISSE DE GOLF SCHWEIZERISCHER GOLFVERBAND ASSOCIAZIONE SVIZZERA DI

Plus en détail

COMMENT OUVRIR UN CLUB DE BOXE OLYMPIQUE

COMMENT OUVRIR UN CLUB DE BOXE OLYMPIQUE COMMENT OUVRIR UN CLUB DE BOXE OLYMPIQUE Adhésion de club Club (membre actif) Les clubs qui sont dédiés à la promotion de la boxe olympique doivent déposer une demande pour devenir membre actif avec Boxe-Québec

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique LE CALENDRIER DES OPERATIONS ELECTORALES Les délais mentionnés dans cet exemple le sont à titre purement indicatif, dans le respect des minima et maxima imposés par le code du travail.

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

Rapport d activité. Village électoral dans le cadre des élections législatives du 30 avril 2011

Rapport d activité. Village électoral dans le cadre des élections législatives du 30 avril 2011 Front des organisations de la société civile pour des élections libres, transparentes et pacifiques. Rapport d activité Village électoral dans le cadre des élections législatives du 30 avril 2011 COTONOU,

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue «Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue 1. Est-ce que votre enfant sait ce qu est un inconnu? 2. Est-ce que votre enfant connaît la différence entre un bon et un mauvais inconnu? 3.

Plus en détail

N COMPTE SOURCES DE PROVENANCE MONTANT Apport de l AM BLM ASS.NAT, (Deputés) Apport de mbres Fonds

N COMPTE SOURCES DE PROVENANCE MONTANT Apport de l AM BLM ASS.NAT, (Deputés) Apport de mbres Fonds Parti Politique enregistré par l Arrêté Ministériel n 151/010 du 03 Novembre 010 www.afdcrdc.com Le présent Rapport de Trésorerie de l Alliance des Forces Démocratique du Congo, AFDC en sigle, couvre l

Plus en détail

Statuts centraux. de la Société Suisse des Troupes Sanitaires. Version: V01.11. Groupe de travail AVO / CC. Edition du: 05 avril 2014

Statuts centraux. de la Société Suisse des Troupes Sanitaires. Version: V01.11. Groupe de travail AVO / CC. Edition du: 05 avril 2014 SMSV SSTS Statuts centraux de la Société Suisse des Troupes Sanitaires Version: V0. Auteurs: Edition du: 05 avril 0 Groupe de travail AVO / CC Remplace édition du: 8 septembre 00 Service de distribution:

Plus en détail

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Actes-types : 1 / Fixation du nombre d administrateurs 2 / Délibération portant élections des représentants élus 3 / Affichage pour publicité aux

Plus en détail

Protocole d'accord préélectoral d'entreprise relatif aux élections des délégués du personnel d'e.on France Management

Protocole d'accord préélectoral d'entreprise relatif aux élections des délégués du personnel d'e.on France Management Protocole d'accord préélectoral d'entreprise relatif aux élections des délégués du personnel d'e.on France Management Entre : E.ON France Management dont le siège social est situé à Paris (75009), 5 rue

Plus en détail

Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral

Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral Troisième séminaire des correspondants nationaux de l ACCPUF Paris, 17 19 novembre 2003 Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral par Robert Zimmermann, Docteur

Plus en détail

STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique

STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique Approuvés par le Conseil du Département de Master Informatique le 17 juin 2014 Approuvés par le Conseil

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

VADE MECUM DEPARTEMENTALES 2015

VADE MECUM DEPARTEMENTALES 2015 VADE MECUM DEPARTEMENTALES 2015 Les électeurs sont convoqués le 22 mars 2015. Le scrutin sera ouvert à 8 heures et clos à 18 heures (ces horaires pourront être élargis par arrêtés spéciaux pris par les

Plus en détail

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable!

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Volume 2, numéro 3 Mai 2012 LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Par Caroline Soulas, chef marketing, Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Le ministère

Plus en détail

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants Élections municipales de 2014 Communes de moins de 1000 habitants Introduction présentation générale de la réforme Importantes modifications du code électoral introduites par la loi du 17 mai 2013 et son

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 29 octobre 2013 ICC-ASP/12/47 FRANÇAIS Original : anglais Douzième session The Hague, 20-28 novembre 2013 Rapport de la Commission

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 16 avril 2013

REGLEMENT INTERIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 16 avril 2013 Mutuelle d Entreprises Schneider Electric SIREN n 390 820 058, Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité. REGLEMENT INTERIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 16 avril 2013

Plus en détail

Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse

Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse Statuts de l'association des Commerçants d'art de Suisse Association selon l article 60 et suivants du Code des obligations 1. L Association

Plus en détail

PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE

PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE 1 PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE Les Etats membres de l Union africaine : Considérant que l Acte constitutif a créé la Cour de

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Siège : Maison de la presse, Tokoin Trésor - BP : 81213-Lomé-Togo Tél : (00228) 90 11 05 06 / 90 15 87 53 / 22 35 77 66 Email : conapptogo@gmail.

Siège : Maison de la presse, Tokoin Trésor - BP : 81213-Lomé-Togo Tél : (00228) 90 11 05 06 / 90 15 87 53 / 22 35 77 66 Email : conapptogo@gmail. MISE EN PLACE D UNE PLATE FORME DE COLLECTE, DE STOCKAGE, DE TRAITEMENT, DE GESTION ET DE DIFFUSION DE DONNEES DANS LE CADRE DE L ELECTION PRESIDENTIELLE 2015 1- NOTE CONCEPTUELLE La signature de l Accord

Plus en détail

Règles nationales pour la sélection de candidat(e)s pour le Parti libéral du Canada

Règles nationales pour la sélection de candidat(e)s pour le Parti libéral du Canada Règles nationales pour la sélection de candidat(e)s pour le Parti libéral du Canada Telles qu amendées par le Comité national de préparation aux élections, le 17 décembre 2013 RÈGLES NATIONALES POUR LE

Plus en détail

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches Statuts Abréviations AD Assemblée des délégués CAS Club Alpin Suisse (association centrale) CC Comité central CG Commission de gestion CP Conférence des présidents CSFA Club Suisse des femmes alpinistes

Plus en détail

Loi électorale du Canada : Questions fréquemment posées par les organisations de travailleurs et travailleuses

Loi électorale du Canada : Questions fréquemment posées par les organisations de travailleurs et travailleuses Fiche d information Loi électorale du Canada : Questions fréquemment posées par les organisations de travailleurs et travailleuses Importante mise à jour relative à la publicité électorale sur Internet

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES DE L OFFRE INDESIT COMPANY BENELUX

CONDITIONS SPÉCIALES DE L OFFRE INDESIT COMPANY BENELUX CONDITIONS SPÉCIALES DE L OFFRE INDESIT COMPANY BENELUX Veuillez lire attentivement les présentes Conditions Spéciales de l Offre et les Conditions Générales de l Offre correspondantes. Dans la mesure

Plus en détail

Article premier Forme et siège 4 Article 2 Buts 4 Article 3 Moyens 5. Article 4 Membres en général 5. Droits et obligations des membres

Article premier Forme et siège 4 Article 2 Buts 4 Article 3 Moyens 5. Article 4 Membres en général 5. Droits et obligations des membres STATUTS TABLE DES MATIÈRES I. Forme, buts et moyens Article premier Forme et siège 4 Article 2 Buts 4 Article 3 Moyens 5 II. Membres Article 4 Membres en général 5 Article 5 Droits et obligations des membres

Plus en détail

Parti Libéral du Canada. Constitution

Parti Libéral du Canada. Constitution Parti Libéral du Canada Constitution Telle qu adoptée et amendée au Congrès biennal les 30 novembre et 1 er décembre 2006, amendée de nouveau lors du Congrès biennal le 2 mai 2009, lors du Congrès extraordinaire

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

Se porter candidat aux élections municipales

Se porter candidat aux élections municipales Se porter candidat aux élections municipales DGE-1054 VF (13-03) Se porter candidat aux élections municipales Se porter candidat aux élections municipales Ce document appartient à Président d élection

Plus en détail

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Code : Politique 2.13 Date d entrée en vigueur : Le 30 avril 2007 Nombre de pages : 11 et annexe

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Statuts de l association Amis du Château de la Grande Riedera ACGR

Statuts de l association Amis du Château de la Grande Riedera ACGR Statuts de l association Amis du Château de la Grande Riedera ACGR ACGR case postale CH-7 Le Mouret / FR/ Suisse La forme masculine, utilisée dans les présents statuts, s applique par analogie aux personnes

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Numéro : 1. Objet général La présente politique vise à établir les règles applicables

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

FEDERATION FRANÇAISE DE PARACHUTISME

FEDERATION FRANÇAISE DE PARACHUTISME FEDERATION FRANÇAISE DE PARACHUTISME 62 rue de Fécamp 75 012 Paris Tél.: 01 53 46 68 68 Fax: 01 53 46 68 70 E-mail: ffp@ffp.asso.fr Site: www.ffp.asso.fr Paris, le 23 octobre 2012 Ref. 12.1200 Objet :

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

Aspirations et valeurs

Aspirations et valeurs Communiquer avec les électeurs Un exposé consiste d'un énoncé de cinq à sept paragraphes qui offre une rationale complète et cohérente en faveur du candidat et qui établit un lien entre l'histoire personnelle

Plus en détail

Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013

Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013 Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013 La présente information clients renseigne de manière claire et succincte sur l identité de l assureur ainsi que les principaux éléments

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail