Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement. Dossier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement. Dossier"

Transcription

1 Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement Dossier

2 Agenda Méthodologie Estimation des impacts Comparaisons internationales Conditions de succès Annexes 1

3 Méthodologie d'évaluation des impacts des programmes Grenelle Description des mesures Impact économique Impact emplois Impacts environnement et société Conditions de succès Méthode Challenge des hypothèses clés (durée, scénario de référence, ) Evaluation des montants, contrôle de la cohérence méthodologique Conversion /emploi (direct et indirect, suivant les secteurs) Evaluation de l'impact GES et énergétique Contrôle de cohérence méthodologique Vérification de l'adéquation offre / demande Evaluation des défis de mise en œuvre Comparaisons internationales Principales sources Ministère et ADEME Bases de données BCG Bases de données BCG Base de données BCG Expertise BCG Enquête annuelle d'entreprise Etudes internationales ADEME 2

4 Agenda Méthodologie Estimation des impacts Comparaisons internationales Conditions de succès Annexes 3

5 Synthèse (I) Impact économique des mesures Grenelle Environnement Le Grenelle Environnement est né de la volonté de répondre aux défis environnementaux mis en lumière par une multitude d'acteurs (ONU, GIEC, universités...) Ce Grenelle est nécessaire car la France contribue à 523 Mt eq CO 2 ; rapporté à sa population, ce chiffre est environ 4 fois supérieur au niveau d'émission qui permettrait une stabilisation de l'effet de serre Ce Grenelle est une réponse innovante et en rupture puisqu'il associe l'ensemble des parties prenantes et a permis la dépolitisation de la politique environnementale et l'obtention d'un consensus (vote à la quasiunanimité au parlement) Les 15 grands programmes du Grenelle participent à la relance de l'économie de manière substantielle, en générant une activité sur 12 ans d'environ 450 Md, financés à hauteur d environ 170 Md par l'état et les collectivités territoriales Les programmes du Grenelle permettront la création de plus de emplois en moyenne sur la période , principalement dans les secteurs du bâtiment, des infrastructures et des énergies renouvelables Amélioration significative de la balance commerciale : 25% de réduction de la consommation d'énergie thermique (pétrole, gaz...) à l'horizon 2020 Dont 19% uniquement lié à l impact Grenelle 4

6 Synthèse (II) Impact environnemental et sociétal des mesures Grenelle Environnement Réduction de 24% des émissions de GES par la France entre 2007 et 2020, soit environ 128 millions de tonnes équivalent CO 2 par an en 2020, sur 523 millions de tonnes de GES émises en 2007 Les mesures du Grenelle contribuent à cette réduction à hauteur de 14% des émissions de GES, soit environ 75 millions de tonnes équivalent CO 2 par an en 2020, dont environ 50% par substitution d énergie thermique par des énergies renouvelables et environ 25% grâce aux mesures du bâtiment Entre 2005 et 2020, la baisse sera alors de 27%, soit d'environ 150 millions de tonnes équivalent CO 2 par an en 2020 Le Grenelle permettra aussi la réalisation d'autres impacts environnementaux majeurs, quoique plus difficiles à quantifier : La meilleure préservation de la biodiversité L'amélioration de la qualité (notamment phytosanitaire) des cours d'eau L'amélioration de la qualité de l'air (NOx, SOx, ozone, COV, particules, ) La réduction des émissions atmosphériques acidifiantes La diminution des pollutions aux métaux lourds Bien que les politiques menées précédemment aient permis de réduire les pollutions et les émissions de GES, les mesures du Grenelle Environnement permettent quant à elles un véritable changement de trajectoire 5

7 ~450 Md d'activité économique générée sur la période Dont ~170 Md de fonds publics ; activité autofinancée à 40-45% Activités économiques par secteur liées aux mesures du Grenelle Financement des activités liées aux mesures du Grenelle Activités économiques (Md ) Financement (Md ) Autofinancement 1 (40-45%) Année Agriculture (10), Biodiversité (11) et déchets (12) Recherche (8) et Préventions des risques (9) Développement des énergies renouvelables (7) Transports (5,6 et routes/autoroutes) Bâtiments (1,2,3,4,13) Etat Public autres Autres Année 1. Principalement économies d énergie et péages ferroviaires. Taux d actualisation: 4% (bâtiment d'état...) à 6% (particuliers..), durée d actualisation: environ 25 ans, sauf énergies renouvelables (20 ans), parc automobile (15 ans) - Prix du combustible fossile pris entre 35 et 40 /MWh, soit ~65 /BOE (si énergie fossile = 100% pétrole) Note: effet bonus/malus exclu 6

8 Plus de emplois en moyenne pendant 12 ans Emplois par secteur d'activité liés aux mesures du Grenelle Emplois par nature d'activité liés aux mesures du Grenelle Emplois (000) Emplois (000) Année Agriculture (10), Biodiversité (11) et déchets (12) Recherche (8) et Préventions des risques (9) Développement des énergies renouvelables (7) Transports (5,6 et routes/autoroutes) Bâtiments (1,2,3,4,13) Source: Analyses BCG Exploitation Infrastructure Année 7

9 La France réduira ses émissions de GES d'un quart en 2020 L'atteinte du "facteur 4" nécessitera la mise en place de mesures supplémentaires Estimation de l'évolution des émissions de GES entre 2005 et 2020 (Mt eq CO 2 ) Agriculture Mt bâtiments 17 Mt transports 8 Mt EnR 44 Mt industrie % entre 2007 et % entre 2005 et 2020 Industrie % -14% 395 Transport Industrie de l énergie Mt bâtiments 13 Mt transports 36 Mt EnR 5 Mt déchets ménagers 3 Mt agriculture biologique Bâtiment Emissions GES France Evolution 07 vs. 05 Emissions GES France Tendanciel Effet mesures antérieures Effet Grenelle Estimation GES Bilan secteur : Hors Biomasse, Hors bilan et UTCF 2. Hypothèse que la croissance tendancielle est égale à la croissance de la population entre 2005 et 2020 soit ~6% (INSEE) Source: CITEPA INSEE Analyse BCG 8

10 La France améliorera significativement sa balance commerciale en énergie thermique à l horizon 2020 Evolution de la consommation d énergie thermique entre 2007 et 2020 (TWh) TWh/an bâtiments 62 TWh/an transports 34 TWh/an EnR 175 Réduction de 25% de la consommation finale en énergie thermique à l horizon % % -19% 82 TWh/an bâtiments 48 TWh/an transports 132 TWh/an EnR Consommation d énergie thermique finale 1 Tendanciel Effet mesures antérieures Effet Grenelle Estimation consommation d énergie thermique finale Référence Pétrole, Gaz 2. Hypothèse que la croissance tendancielle est égale à la croissance de la population entre 2004 et 2020 soit ~6% (INSEE) Source: ADEME (TWh énergie finale) Analyse BCG 9

11 Les mesures du Grenelle Environnement auront des impacts économiques importants et variés Création de ~450 Md d'activité avec création de emplois sur la période ~70% de main d œuvre directe ~30% de main d œuvre indirecte Substitution de la production d énergie de ~200 TWh final / an, par de l énergie renouvelable 64 par le fonds de chaleur renouvelable 57 par l'éolien 42 par la biomasse Création des champions industriels avec une capacité d'export dans des secteurs durables Eolien offshore Voiture électrique... Réduction de la consommation d'énergie de ~180 TWh final / an ~75% par les mesures dans le bâtiment ~25% par les mesures dans les transports Réduction des temps de transports Développement des TCSP Développement du LGV Désenclavement la Seine par le canal Seine Nord Europe Ouverture sur le réseau européen de voies navigables 10

12 Les mesures du Grenelle Environnement auront des impacts environnementaux et sociétaux majeurs Réduction des gaz à effet de serre par 75 Mt eq CO 2 / an 38 par la rénovation thermique des bâtiments et les nouvelles normes de construction 36 par les mesures énergies renouvelables Amélioration de la mobilité et de l accès au transport Lancement de 2000 km de LGV en 2020 Amélioration de la qualité de l eau et du sol Division par 2 de l utilisation de pesticides en développant davantage l agriculture biologique Amélioration de notre résistance aux fluctuations des prix de l énergie Rénovation thermique des bâtiments et nouvelles normes de construction Réduction des inégalités par l'augmentation du réseau TCSP, en particulier en Ile de France 11

13 En synthèse, toutes les mesures contribuent de façon significative, au moins en emplois 174 Dépenses publiques Md LGV PV Transports (hors LGV) 55% du financement public et 12% des gains CO 2 55% du financement public et 39% des emplois Rénov. bât. public ou CT au delà du privé Rénov. bât. public ou CT au niveau du privé Autre bâtiment Autres EnR (hors PV) 45% du financement public et 88% des gains CO 2 45% du financement et 61% des emplois Bonus-malus / Véhicule propre ktco2/m public Emplois/an/M public Note: Actualisation des kgco2 / public sur 22 ans en moyenne (variation selon les projets) avec un taux à 4%, avec prise en compte d'un décalage entre les gains CO2 et les investissements allant de quelques mois à plusieurs années selon les projets (par exemple 6 mois pour le bâtiment et 4 ans pour les projets de transports). Ces kgco2 incluent la biomasse 12

14 Agenda Méthodologie Estimation des impacts Comparaisons internationales Conditions de succès Annexes 13

15 Synthèse - Comparaisons internationales Parmi les grands partenaires économiques de la France et au sein des grands pays industrialisés, aucun plan de relance n'est aussi orienté développement durable que celui de la France Plus de 20% des efforts financiers du plan de relance consacrés aux mesures "vertes", contre 13% aux Etats-Unis, avec un engagement financier en valeur de l'etat supérieur : 110 Md pour la France sur 12 ans, environ 70 Md pour les USA sur 10 ans (102 Md$) L'Etat et les collectivités locales engagent presque 170 Md d'ici 2020 alors que le plan allemand " Energie et Climat 2007 ", renforcé en 2009, concerne 42Md au total Un plan français équilibré L'ensemble des thèmes sont couverts Aucun ne représentant plus de 40% des investissements Avec une pondération relativement forte des mesures bâtiment, EnR et transport En comparaison, dans leur plan de relance 2009, l'allemagne ne dédie pas de mesure nouvelles aux ENR et focalise les trois quart de son plan sur le secteur du bâtiment le Royaume-Uni consacre plus de la moitié des mesures vertes de son plan de relance aux véhicules décarbonnés le Japon dédie 100% de son plan aux bâtiments et qui gagnera à focaliser davantage sur certains sujets Dans les EnR, une focalisation des investissements serait nécessaire pour faire émerger une référence mondiale La stimulation de l'offre devrait être développée pour accompagner la stimulation de la demande Certaines mesures pourraient être abandonnées pour éviter que la France soit un acteur mineur et fortement importateur, sur le photovoltaïque par exemple Dans la perspective de Copenhague, il sera souhaitable de caractériser plus précisément les forces et les faiblesses des programmes des grands pays industriels 14

16 La France est davantage impliquée que les Etats-Unis ou l Allemagne dans le financement des mesures "vertes" Dépenses Publiques 1 annuelles (Md / an) sur la durée du plan Dépenses annuelles Publiques 1 en % PIB Durée du plan France France 0.9% USA (fédéral) USA (fédéral) 0.1% Allemagne Allemagne 0.3% Md / an 1. Dont Collectivités Territoriales 2. Synthèses des impacts du Grenelle Note : taux de change moyen 2009 :1 =1.32$ (moyenne du 1er janvier au 3 juin 2009) Source: Federal Env. Ministry, ARRA, Green New Deal 2009 / Banque Mondiale PIB 2007 % du PIB 15

17 La concentration des efforts sur un seul domaine est insuffisant pour répondre à l'enjeu du réchauffement climatique L Université de Princeton a développé «la théorie à 7 secteurs» pour s attaquer aux émissions de CO2 15 stratégies disponibles pour contenir les émissions de CO 2 52 CO2 (Gt) + 26 Gt Quantité à réduire (au minimum) 15 stratégies regroupées en 4 familles de technologies existantes Augmentation de l efficacité énergétique (4) Décarbonatation de la production d énergie (5) Décarbonatation des combustibles (4) Expansion des forêts et réduction de la perte de carbone du sol (2) 26 ~3-4 Gt 1 1 cale Aucune mesure unique n'est à l'échelle du défi climatique, qui doit être relevé dans tous les domaines de l'activité humaine aujourd hui Emissions CO2 historiques 2 (jusqu en 2005) Emissions CO2 prévues 1, Prédictions de croissance de l Université de Princeton (note: le scénario Baseline du IFA correspond à celui de Princeton avec ~58 Gt en 2050) et la théorie 7 wedges / Stabilization Triangle (afin de rester au même niveau d émissions) (http://www.princeton.edu/~cmi/resources/cmi_resources_new_files/cmi_stab_wedges_movie.swf) 2. Provenant aussi bien des sources stationnaires que des sources non-stationnaires Source: Princeton; IPCC; analyse BCG 16

18 La France et les Etats-Unis investissent de manière plus équilibrée sur l'ensemble des mesures que l Allemagne Répartition des investissements mesures "vertes" des plans de relance Focalisation des mesures 1 France 19% 37% 0% 39% 4% 1% Portefeuille équilibré USA 24% 29% 4% 10% 17% 16% Portefeuille équilibré Allemagne % 48% 19% Dominante bâtiment Relance 75% 5% 20% 1. Dominante si le financement représente + de 40% des financements 2. Notamment "Grid", CCS Synthèses des impacts du Grenelle Note : taux de change moyen 2009 :1 = 1.32$ Source: HSBC Green New Deal 2009 / Analyse BCG Autres 2 Déchets/Eau Transport public Véhicule faible CO2 Bâtiment Energie Renouvelable 17

19 Evaluation des mesures énergies renouvelables par rapport à des benchmarks de politiques publiques Mesure Ambition Moyens Effet de levier Références Commentaires 7a- Fonds chaleur renouvelable Suède, Autriche Ambition conforme à l'expérience suédoise avec des subventions plus élevées (40% vs. 25% à l'investissement) Le développement de l amont de la filière à assurer 7b- Biomasse cogénération Allemagne Ambition au niveau de l'allemagne en 2008, avec en cible des installations >5MW (vs. <150 kw en Allemagne) Tarifs de rachat inférieurs (~50%) 7c- Bois chauffage individuel Autriche Taux du crédit d impôt relativement insuffisant vs. l'ambition? 7f- Photovoltaïque Allemagne, US Le développement de la demande vs. l'offre va rendre la filière dépendante de l'importation des équipements 7h- Electricité éolienne Pour la France Meilleur que tout référent Dans le peloton de tête Dans la moyenne Royaume-Uni En retard Ambition conforme aux objectifs UK Contrairement au UK, pas de subventions, uniquement des tarifs de rachat Opportunité de développer des champions dans l'éolien off-shore En démarrage 18

20 Agenda Méthodologie Estimation des impacts Comparaisons internationales Conditions de succès Annexes 19

21 Conditions de succès nécessaires pour répondre aux défis de mise en œuvre Conditions de succès Défis de mise en œuvre Mobilisation des acteurs sur une vision commune Gestion centralisée de l'ensemble des mesures Développement d'une politique industrielle Gestion des difficultés spécifiques à chaque programme Sécuriser l'engagement des nombreux contributeurs Emporter l'adhésion du public Conserver la dynamique du Grenelle pendant 10 ans Maximiser le contenu en emploi des mesures Assurer l'existence d'une offre compétitive Assurer le rythme de mise en œuvre des mesures Optimiser les efforts dans la durée 20

22 1 Mobilisation des acteurs sur une vision commune et continuité dans l'action publique Montrer l'engagement du Ministre d'etat Communication interne sur la vision / les enjeux / les ambitions Communication publique : centralisation pour assurer la cohérence des messages Définir l'ambition des projets à venir et réévaluer celle des projets en cours Combiner les critères environnementaux, économique et sociétaux S'appuyer une grille d'évaluation : ambition vs déploiement opérationnel / décision des partenaires engagés / Fixer un calendrier ambitieux et réaliste Imposition des dates clés selon les projets ou points d'avancement communs à tous les projets malgré les différences d'horizon et d'importance Coordination des dates clés d'avancement avec les dates clés de communication publique 21

23 2 Gestion centralisée de l'ensemble des mesures, avec priorisation et gestion financière exemplaire Assurer une gestion centralisée du Grenelle Environnement Assurer une coordination opérationnelle Assurer la cohérence dans la politique énergétique extérieure (achat de gaz...) Gérer les comités opérationnels et groupes ad hoc et définir les rôles / pouvoirs à déléguer Evaluer de manière indiscutable la position de départ et la méthodologie de calcul des gains Etablissement d'une méthode standard de calcul du point de départ (par exemple scénario tendanciel 2020 vs. scénario Grenelle 2020) et des gains par critère (économiques, sociaux, environnementaux, sociétaux ) Evaluer les dépenses, l'avancement des projets et proposer une grille de priorisation lorsque nécessaire Utiliser des indicateurs clé de performance selon les projets 22

24 3 Développement d'une politique industrielle (I) Voiture électrique Filière industrielle Voiture électrique Enjeux Phase d'amorçage Créer les conditions du développement en France d'ici 2015 ( VE?) Cible prioritaire : autopartage et véhicules utilitaires urbains de livraison Pistes potentielles Assurer une participation adéquate à l'effort de recherche, de développement et d'industrialisation (financement et partenariats Public/Privé), après sélection de partenaires sur des critères d'efficacité du financement public Renforcer l'offre à travers une demande orientée dans la durée (volumes initiaux garantis dans la durée et incitations à l'achat des entreprises) Assurer la mise en place effective d'un réseau d'infrastructures de charge adapté (cofinancement privé-public) Aider les entreprises dans les processus d'une normalisation européenne voire mondiale Phase de développement Accompagner le développement du VE (atteindre 1M de VE en cumulé en 2020?) Cibles prioritaires : véhicules particuliers urbains et périurbains Accompagner l'effort de recherche sur les nouvelles génération de technologies de rupture et poursuivre le support au développement Développer des infrastructures : développement du réseau (maillage, charge rapide vs. charge normale, monétique ) Adapter le soutien de la demande aux évolutions des coûts : par exemple, adaptation du bonus/malus en fonction de la diminution du coût initial 23

25 3 Développement d'une politique industrielle (II) Biomasse Filière industrielle Enjeux Pistes potentielles Accroître la quantité de ressources mobilisées Optimiser et développer l'exploitation des ressources existantes Développer de nouvelles cultures (plantations cellulosiques) Biomasse amont Structurer / développer la filière Regrouper les acteurs de l'offre Organiser la logistique vers l'aval Encourager le développement des nouveaux modes de valorisation de la biomasse Structurer et professionnaliser la filière bois énergie domestique Biomasse individuelle Développer l'offre française en appareils à haut rendement Accélérer le remplacement du parc ancien Inciter les équipementiers français à développer leur offre d'appareils à haut rendement (sensibiliser sur le durcissement des normes, donner visibilité sur la stratégie nationale de développement de la filière ) Stimuler la demande pour accélérer le remplacement du parc ancien (durcir les normes, adapter le crédit d impôt ) Biomasse collective Favoriser le développement de la production de chaleur et d'électricité collective / industrielle Mettre en place les conditions favorables au développement de la filière aval collectif (créer des écosystèmes locaux, former les agriculteurs, simplifier les procédures administratives ) Favoriser l'implantation de nouveaux sites de production de chaleur / électricité et de réseaux de chaleur (subventionner, communiquer auprès des autorités locales ) 24

26 3 Développement d'une politique industrielle (III) Eolien, biocarburant Filière industrielle Enjeux Pistes potentielles Eolien off-shore Mettre en place une politique de stimulation de l'offre afin de permettre aux acteurs français de démontrer leur savoir-faire pour se développer à l'export Financer la R&D sur les nouvelles technologies off-shore Financer des démonstrateurs de grande envergure à forte composante technologique Encourager le partage de compétences et la mutualisation des efforts entre acteurs français Faciliter l'implantation de parcs éoliens off-shore en France Favoriser le transfert de technologies de l'off-shore vers l'on-shore pour les équipementiers Biocarburants 1ère génération Clarifier le potentiel de développement en France Inciter l'amélioration continue des procédés 2ième génération Développer et exploiter le potentiel avec une meilleure valorisation des ressources Développer des technologies sur lesquelles la France peut avoir un avantage compétitif Etablir un bilan énergétique et environnemental de référence, cohérent avec les référentiels européens Evaluer la quantité de ressources disponibles et définir les usages prioritaires Définir un cadre réglementaire pérenne pour donner aux industriels la visibilité nécessaire pour investir sur l'amélioration continue des procédés actuels Ressources : évaluer la quantité de ressources mobilisables, mettre en place un plan de structuration de la filière, financer et coordonner les travaux de recherche visant à une meilleure valorisation de la ressource Procédés : identifier les niches sur lesquelles l'offre française est bien positionnée et soutenir le développement des entreprises concernées, favoriser l'intégration de ces entreprises à des consortiums internationaux, favoriser l'implantation de démonstrateurs utilisant les technologies actuellement disponibles, poursuivre la recherche Intégration amont-aval : favoriser la mise en place de démonstrateurs permettant de tester de nouveaux modes d'intégration vers l'amont 25

27 3 Développement d'une politique industrielle (IV) CCS, smart grids Filière industrielle CCS Smart grids Enjeux Soutenir l industrie française du CCS à l export Elargir le marché disponible pour les industriels français Accélérer les évolutions du réseau de distribution Standardiser les composants des smart grids Soutenir le développement de la technologie Pistes potentielles Développer un centre d'ingénierie en France de dimension mondiale Evaluer l'opportunité de contribuer au financement d'un pilote de CCS sur un site industriel fortement émetteur de CO 2 Démonstration industrielle du CCS : participer à des programmes internationaux de pilotes industriels Stabilisation réglementaire : finalisation de la directive européenne CCS Solvabilisation de la demande dans les pays émergents : participation à des accords internationaux Identifier et enlever les barrières législatives à l investissement des distributeurs Définir le périmètre des smart grids en termes de fonctionnalité et de bénéfices Identifier les éléments et les équipements qui doivent être standardisés Participer au débat de la standardisation au niveau européen, voire mondial Financer la R&D sur les nouvelles technologies smart grids (aides sectorielles) Financer des projets modestes en attendant que la standardisation soit finalisée 26

28 4 Gestion des difficultés spécifiques à chaque programme (I) Bâtiments (1, 2, 3, 4) Programme Sous programme Difficultés potentielles Conditions de succès 1 - Construction bâtiment neuf Construction résidentielle neuve Atteinte des 25% d'avance de phase sur les normes, un an avant le passage de la norme Promouvoir la mesure auprès du grand public Atteinte des rénovations lourdes / an 2 - Rénovation des bâtiments existants Résidentiel Tertiaire privé Atteinte des gains énergétiques attendues (280 kwh/m² pour les rénovations lourdes) Définition du décret d'obligation de rénovations entre 2012 et 2020 : mise en danger financière potentielle d'entreprises Promouvoir la mesure auprès du grand public Soumettre l'obligation de rénovation à des conditions de santé financière des entreprises 3 - Rénovation des logements sociaux Rénovation de logements sociaux Adhésion des entités en charge de la gestion des logements sociaux Mettre en place un système d'incitation 4 - Rénovation thermique des bâtiments publics Ensemble des programmes du bâtiments Rénovation des bâtiments d'etat Rénovation des bâtiments des Collectivités Territoriales Capacité à faire porter le financement par des partenaires privés (PPP), autant en terme de part du financement porté et qu'en terme de volume globale de financement (24 Md ) Adhésion des collectivités territoriales au projet, notamment aux objectifs d'exemplarité de l'etat (non rentable) Capacité à faire porter le financement par des partenaires privés, en terme de part du financement porté et en terme de volume globale de financement (36 Md ) Capacité du secteur à fournir volume de main d'œuvre avec le bon niveau de qualification et le volume de production Note: Difficulté évalué par rapport à 3 critères critères : ambition, déploiement opérationnel, décision des partenaires engagés Planifier et s'engager suffisamment à l'avance sur les rénovations prévues pour permettre aux acteurs du secteur de s'organiser Fédérer les bailleurs sociaux Planifier et s'engager suffisamment à l'avance sur les rénovations prévues pour permettre aux acteurs du secteur de s'organiser Assurer la formation ou la réorientation d'un certain nombre de professionnels Accompagner la structuration de professions connexes (diagnostic de performance énergétique, équipements ) difficulté croissante 27

29 4 Gestion des difficultés spécifiques à chaque programme (II) Mobilité (transports 5,6, autoroutes et bonus / malus) Programme Sous programme Difficultés potentielles Conditions de succès LGV Déploiement opérationnel très complexe, pour une ambition très volontariste Décision politique pouvant être retardée ou bloquée localement Suivi au plus haut niveau pour traiter en temps réel les difficultés tant opérationnelles que politiques ou réduction l'ambition 5- Développement des infrastructures de transports alternatives à la route TCSP hors IDF TCSP IDF Canal Seine Nord Europe Ambition très forte (existence du vivier?) dans un contexte de volontariat et de financement d'etat limité Déploiement opérationnel très complexe, habituellement très long sur une ambition très forte Réalisation déterministe des projets, dans les temps Augmentation du financement d'etat sur les projets les moins attractifs ou réduction de l'ambition Suivi au plus haut niveau pour traiter en temps réel les difficultés Mise en place d'une gouvernance spécifique Suivi de la mise en œuvre des projets dans la durée Autoroutes ferroviaires et maritimes Autoroutes ferroviaires : engagement des partenaires privés dans le développement des lignes Autoroutes maritimes : acceptation des subventions à l'exploitation par Bruxelles ou identification d'autres mesures d'accompagnement Autoroutes ferroviaire : suivi de la mise en œuvre des projets dans la durée Autoroutes maritimes : identification de nouveaux moyens de développer l'activité en accord avec les règles de Bruxelles 6- Régénération du réseau ferroviaire Régénération Réalisation en ligne avec les prévisions Suivi de la mise en œuvre des projets dans la durée Autres mobilité Bonus-malus Autoroutes Pilotage du coût Suivi de la réalisation des travaux par les entreprises privées en contrepartie de l'extension de redevance Note: Difficulté évalué par rapport à 3 critères critères : ambition, déploiement opérationnel, décision des partenaires engagés Suivi des coûts en fonction de l'évolution du prix des véhicules propres Suivi de la mise en œuvre des projets par les entreprises privées difficulté croissante 28

30 4 Gestion des difficultés spécifiques à chaque programme (III) Energies renouvelables (7) Programme Sous programme Difficultés potentielles Conditions de succès 7a- Fonds chaleur renouvelable Développement de l amont de la filière pour assurer l offre de la biomasse: + 5,5 MTEP (+267%) Mise en place d un plan d action cohérent et intégré pour le développement de l amont de la filière 7b- Biomasse cogénération Développement de l amont de la filière pour assurer l offre de la biomasse: + 3,6 MTEP (en partant de 0) Stimulation de la demande étant donné des incitations relativement faibles (par exemple en comparaison avec l Allemagne) et la cible étroite (installations >5 MW) Stimulation de la demande étant donné que le crédit d impôt sera réduit de 50% à 40% en 2009 et à 25% par après (il s agit de ~7 M d appareils) Suivi rigoureux du succès des appels d offre biomasse cogénération pour éventuellement augmenter les tarifs de rachat et/ou baisser la taille minimale des installations 7- Développement des énergies renouvelables 7c- Bois chauffage individuel 7d- Pompes à chaleur Réalisation en ligne avec les prévisions (~2 M d appareils) Suivi du succès de la mesure pour éventuellement augmenter le CI 7e- Solaire thermique Réalisation en ligne avec les prévisions (taux du CI de 50% sur toute la période; ~4,2 M d appareils) 7f- Photovoltaïque Potentiellement impact substantiel sur la CSPE (+2-3 /MWh) et sur la balance commerciale (2-3 Md d importations d équipement par an) Stimulation de l offre et/ou réduction de l ambition 7g- Electricité hydraulique Réalisation en ligne avec les prévisions (augmentation de la puissance installée de 10%) 7h- Electricité éolienne Potentiellement impact substantiel sur la CSPE (+2-2,5 /MWh) et sur la balance commerciale (0,5-1 Md d importations d équipement par an) Note: Difficulté évalué par rapport à 3 critères : ambition, déploiement opérationnel, décision des partenaires engagés Stimulation de l offre off-shore pour créer des champions nationaux Eventuellement réduction de l ambition onshore et augmentation de l ambition offshore difficulté croissante 29

Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement. Présentation au COE

Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement. Présentation au COE Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement Présentation au COE Une forte ambition environnementale (I) Réduire d'un quart les émissions de GES à l'horizon 2020 Estimation de l'évolution

Plus en détail

Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement. Dossier

Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement. Dossier Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement Dossier Agenda Méthodologie Estimation des impacts Comparaisons internationales Conditions de succès Annexes 1 Méthodologie d'évaluation

Plus en détail

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Analyse stratégique de la filière I. Description de la filière Les bâtiments résidentiels et tertiaires sont les plus consommateurs d'énergie en France (44 %) et la

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

Conférence Régionale de l Energie

Conférence Régionale de l Energie Conférence Régionale de l Energie 19/11/2014 En Guyane, la Transition Energétique est en marche GENERG- Groupement des Entreprises en Energies Renouvelables et Efficacité Energétique de Guyane www.generg.fr

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE La chaleur renouvelable : c est quoi? Au sens de la directive européenne1

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Société d Economie Mixte Energies POSIT IF : Promouvoir, Organiser, Soutenir et Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Ensemblier technique, financier

Plus en détail

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Séminaire : Rénovation énergétique pour ménages à bas revenus 8 octobre 2010 Brussels Table des matières Quelques

Plus en détail

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Introduction Le SRCAE : document stratégique régional Il fixe les grandes orientations stratégiques de

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

La réhabilitation du parc de logements en IDF associée au projet BIMBY

La réhabilitation du parc de logements en IDF associée au projet BIMBY La réhabilitation du parc de logements en IDF associée au projet BIMBY Mathieu GATEL SBDEC/QDD Direction Régionale et Interdépartementale de l'equipement et de l'aménagement Ile de France http://www.driea.ile

Plus en détail

Certificats d Economies d Energie (CEE)

Certificats d Economies d Energie (CEE) Certificats d Economies d Energie (CEE) Bilan global du dispositif 30 janvier 2014 Cyrielle Borde, Service Climat, ADEME Dispositif des Certificats d économies d énergie (CEE) I. Fonctionnement du dispositif

Plus en détail

La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France. Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises.

La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France. Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises. La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises. Présentation de FNE France Nature Environnement : une Fédération de plus de

Plus en détail

Les certificats d économie d énergie. Hervé LEFEBVRE Département des Marchés et Services d Efficacité Energétique ADEME 8 juin 2005 POURQUOI?

Les certificats d économie d énergie. Hervé LEFEBVRE Département des Marchés et Services d Efficacité Energétique ADEME 8 juin 2005 POURQUOI? Les certificats d économie d énergie Hervé LEFEBVRE Département des Marchés et Services d Efficacité Energétique ADEME 8 juin 2005 1 POURQUOI? Contexte général de renforcement de la politique de maîtrise

Plus en détail

CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013)

CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013) CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013) Sommaire Bilan de la première période Le cadre législatif et réglementaire de la 2ème période Les principaux changements par rapport

Plus en détail

Les indicateurs de la SNTEDD (stratégie nationale de la transition écologique vers un développement durable)

Les indicateurs de la SNTEDD (stratégie nationale de la transition écologique vers un développement durable) Les indicateurs de la SNTEDD (stratégie nationale de la transition écologique vers un développement durable) S. Moreau CGDD/SOeS CNIS - le 26 mai 2014 Des indicateurs à définir pour le suivi de la SNTEDD

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

Habitat Facteur 4 Etude d une réduction des émissions de CO 2 liées au confort thermique dans l'habitat à l'horizon 2050

Habitat Facteur 4 Etude d une réduction des émissions de CO 2 liées au confort thermique dans l'habitat à l'horizon 2050 Habitat Facteur 4 Etude d une réduction des émissions de CO 2 liées au confort thermique dans l'habitat à l'horizon 2050 CNRS - Energies Demain EDF-R&D GDF SUEZ Jean-Pierre Traisnel - Nicolas Houdant Damien

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

EnR : les grands objectifs

EnR : les grands objectifs Les Energies Renouvelables Enjeux Pour le secteur du bâtiment à l horizon 2010 Virginie Schwarz Directrice Energie Air Bruit ADEME EnR : les grands objectifs Le Livre Blanc sur les énergies (septembre

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique Institute for Sustainable Development and International Relations 41 rue du Four

Plus en détail

Forum de l innovation France Suisse!

Forum de l innovation France Suisse! Forum de l innovation France Suisse!! Nouveaux axes de développement, nouveaux marchés, nouveaux défis pour l innovation! 4 juin 2013! Marc FLORETTE! Directeur R&I! GDF SUEZ! SOMMAIRE 1) Présentation de

Plus en détail

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Vision 2030 2050 2 approches différentes: 2030 : projection volontariste, complémentaire de l exercice DGEC 2050: normatif facteur

Plus en détail

Présentation d'exemples de stratégies et d'actions de développement durable. Exemple de la maîtrise de l'énergie dans l'habitat social collectif

Présentation d'exemples de stratégies et d'actions de développement durable. Exemple de la maîtrise de l'énergie dans l'habitat social collectif Présentation d'exemples de stratégies et d'actions de développement durable Exemple de la maîtrise de l'énergie dans l'habitat social collectif Martina KOST Ingénieur Conseil B4E 64 boulevard Pasteur,

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES pour atteindre le en 2025? Quels types de scénarios possibles aux horizons 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France? Eléments de définition Le, ou bouquet énergétique, est

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Bâtiment et changement climatique

Bâtiment et changement climatique Bâtiment et changement climatique Problématiques et orientations Jean-rene.brunetiere@chaireeconomieduclimat.org Le changement climatique Les rapports du GIEC Le rapport 2007 du GIEC: Scénario de référence

Plus en détail

NO ENERGY, NO FUTURE. 5 e Forum Météo. Par Ir.,Philippe Delaisse Secrétaire général EF4 asbl

NO ENERGY, NO FUTURE. 5 e Forum Météo. Par Ir.,Philippe Delaisse Secrétaire général EF4 asbl NO ENERGY, NO FUTURE 5 e Forum Météo Politique énergétique wallonne Par Ir.,Philippe Delaisse Secrétaire général EF4 asbl Belgique Une unité dans la diversité 3 Régions: - Région flamande - Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

INNOVATIVE CITY CONVENTION 2013

INNOVATIVE CITY CONVENTION 2013 INNOVATIVE CITY CONVENTION 2013 18 et 19 juin 2013, Nice Directeur adjoint de l environnement et de l énergie Nice cote d azur Métropole Déploiement d une seconde géneration de smartgrid Nice cote d'azur

Plus en détail

AVANT-PROJET PLAN FEDERAL DEVELOPPEMENT DURABLE

AVANT-PROJET PLAN FEDERAL DEVELOPPEMENT DURABLE AVANT-PROJET PLAN FEDERAL DEVELOPPEMENT DURABLE Energie et Climat 24 JUIN 2008 Erwan MARJO Consommations énergétiques : bref historique Croissance de la consommation énergétique en Belgique : 1970-2000

Plus en détail

Atelier ManagEnergy ARENE IDF

Atelier ManagEnergy ARENE IDF Atelier ManagEnergy ARENE IDF Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique Le Contrat de Performance Energétique - Retex Cadre de l intervention Intervenant : Laurent Dandrieux

Plus en détail

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Mohamed Amine NAHALI Ministry of Industry, Energy and Mining - TUNISIA Istanbul, 15-16 juin 2015 Consommation M tep Croissance

Plus en détail

Les politiques climatique et énergétique de la France

Les politiques climatique et énergétique de la France Les politiques climatique et énergétique de la France Rouen, le 11 avril 2011 Domitille BONNEFOI Domitille.bonnefoi@developpement-durable.gouv.fr DGEC Ministère de l'écologie, du Développement durable

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique 19/03/2013 A. Rüdinger - IDDRI / Dr. C. Hey - SRU 1 Conseil d Experts pour l

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007 Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2 COFHUAT 6 décembre 2007 Les enjeux de la rénovation du patrimoine immobilier public face à la réduction des émissions

Plus en détail

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Présenté par: Catherine-Anne Renaud, ing., CEM Associée écologique LEED Vice-présidente R+O Énergie Plan de la présentation 1. Mise en contexte

Plus en détail

Le bois-énergie, une opportunité pour l industrie et le tertiaire

Le bois-énergie, une opportunité pour l industrie et le tertiaire Le bois-énergie, une opportunité pour l industrie et le tertiaire Stéphane COUSIN CIBE 5 mars 2015 Salon ENR / Be Positive Lyon Le bois-énergie, une opportunité pour l industrie et le tertiaire I. Atouts

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique

Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique 1 Le gaz et les réseaux gaziers : des solutions pour => Réduire les émissions de CO 2 liées à la production électrique et thermique -30 %par

Plus en détail

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé Transition énergétique des collectivités Comité de pilotage Conseil Energie Partagé PAYS RUTHENOIS / CEP Pays Ruthénois: 8 salariés 57 communes 93 000 habitants 5 M /an d énergie Programme Matin (09:00)

Plus en détail

Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb

Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb Contact : Meike Fink - Chargée de mission climat & énergie - meike@rac-f.org -

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement. Version de synthèse

Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement. Version de synthèse Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement Version de synthèse Agenda Méthodologie Estimation des impacts Comparaisons internationales Conditions de succès Annexes 1 Méthodologie

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée)

VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée) GARONNE 2050 1. DÉFINITION DE LA VARIABLE VARIABLE : consommation d énergie Cette variable s intéresse à la consommation d énergie, un focus sur la consommation d électricité étant effectué. Elle peut

Plus en détail

un marché en croissance malgré la crise

un marché en croissance malgré la crise Stratégie & études N 3 14 septembre 211 Maîtrise de l énergie et développement des EnR : un marché en croissance malgré la crise D epuis 28, l ADEME dresse chaque année un état des lieux des marchés et

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Appel à candidatures

Appel à candidatures Appel à candidatures Grand Prix national «le génie écologique au service des enjeux de la politique de l eau» 1 - contexte et objet de l appel à projets Le ministère de l Ecologie, du Développement Durable

Plus en détail

Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Sujets discutés. Atteinte des cibles.

Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Sujets discutés. Atteinte des cibles. Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Michel Fournier, ingénieur Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques Sujets discutés Atteinte des

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE

EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE Présenté par M.Mohammed LISSER Direction de l Electricité et des Energies Renouvelables Division des Energies Renouvelables et de la Maitrise de

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020

Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020 Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020 La direction de l Hôpital général juif (HGJ) s'engage { respecter ses engagements en matière d environnement,

Plus en détail

Efficacité énergétique : Un levier de compétitivité pour les entreprises

Efficacité énergétique : Un levier de compétitivité pour les entreprises Efficacité énergétique : Un levier de compétitivité pour les entreprises Julie BEELMEON Service énergie climat véhicule Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Energie 05

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut

SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut AGENDA 1 CONTEXTE 2 OBJET DE L'ÈTUDE 3 MÈTHODE DE

Plus en détail

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Julien Roissé Chargé du SCoT du Pays du Mans Référent technique Grand Ouest de la Fédération Nationale des SCoT Séminaire SCoT Energie Bordeaux 04 novembre 2014

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2015 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années 2016 à 2018, adopté à l unanimité

Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années 2016 à 2018, adopté à l unanimité Rozérieulles, le 15 octobre 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONSEIL D ADMINISTRATION COMITÉ DE BASSIN Mardi 13 octobre 2015 Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM PIVER 26 mai 2011 ADEME.J... L étude Armentières Lille Ostricourt Tourcoing Roubaix Templeuve Arrondissement de Lille 124 communes 1 200 000 habitants

Plus en détail

1.1. Economies d'énergie - Aide à la décision - Diagnostic

1.1. Economies d'énergie - Aide à la décision - Diagnostic Sommaire 1. AIDES NATIONALES... 2 1.1. Economies d'énergie - Aide à la décision - Diagnostic... 2 1.2. Economies d'énergie - Aide à la décision - Etude de faisabilité... 4 1.3. Economies d'énergie - Aide

Plus en détail

TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE

TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE 3 Enjeux 5 Objectifs 1 Un enjeu économique renforcer la compétitivité de l industrie française et diminuer la consommation de pétrole pour réduire le déficit

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement

Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement Conférence de presse Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement 13 septembre 2012 Régime actuel (2008-2012)

Plus en détail

La stratégie française de. et du parc immobilier public

La stratégie française de. et du parc immobilier public La stratégie française de rénovation Titre de l habitat et du parc immobilier public Georges Debiesse Conseil général de l environnement et du développement durable Historique 2005 : loi POPE, objectif

Plus en détail

Lumière sur l énergie électrique du Québec

Lumière sur l énergie électrique du Québec Plan de la présentation Lumière sur l énergie électrique du Québec Le 14 novembre 2013 Production d électricité Structure d Hydro-Québec Préoccupations environnementales L électricité du Québec et ses

Plus en détail