Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin juin 2017

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin 2014 - juin 2017"

Transcription

1 1. Introduction Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin juin 2017 Conformément aux statuts (art. 21), l Assemblée des délégué-e-s (AD) d AvenirSocial est chargée d adopter le plan d activité. Lors de l AD 2011, les priorités stratégiques de l association ont été discutées lors d un atelier d idées. Afin d intégrer au plan d activité les idées qui avaient été formulées dans le cadre de l atelier, et pour augmenter la transparence, il a été décidé de modifier la structure de ce plan. Les objectifs stratégiques et opérationnels sont établis en tenant compte des documents suivants: - Statuts d AvenirSocial (du 24 juin 2011), art. 5 Représentation des intérêts et art. 6 Engagement - Charte d AvenirSocial (du 22 juin 2007) - Code de déontologie du travail social en Suisse (2010) - Eléments stratégiques issus de l atelier d idées de l AD 2011 (ActualitéSociale n 34 & SozialAktuell, Nr. 09/11) Dans une première partie d ordre général, vous trouverez ci-après une description de la vision d AvenirSocial. Sur la base de cette vision, on définit d une part les objectifs stratégiques et d autre part les champs d intervention opérationnels pour ce qui concerne entre autres la politique de l association, la politique professionnelle, la politique de la formation, la politique sociale et la politique des affaires internationales. Dans les interfaces entre le niveau stratégique et le niveau opérationnel, se trouvent les objectifs destinés à la concrétisation du niveau d action. En lien avec les objectifs opérationnels du secrétariat général, des indicateurs sont définis afin de procéder à une évaluation. Le plan d activité est actualié chaque année par le comité suisse et présenté à l assemblée des délégué-e-s pour adoption. 2. Vision 1. AvenirSocial est une organisation de référence experte pour les thématiques du travail social liées à la politique sociale, à la politique professionnelle et à la politique de formation. En raison de la grande diversité des domaines thématiques, AvenirSocial classe ses objectifs opérationnels en fonction de priorités claires. L accent est mis sur les domaines thématiques qui intéressent un nombre aussi élevé que possible de membres et qui concernent un grand nombre d usagers et usagères. 2. AvenirSocial augmente sa présence. Elle est un groupe d intérêts souvent sollicité et contribue ainsi à influencer les débats publics. AvenirSocial dispose de processus et canaux de communication professionnels pour diffuser les informations. Les positions sont fondées sur des bases scientifiques bien étayées, sur des justifications déontologiques et sur des arguments de politique sociale. 3. AvenirSocial promeut les échanges entre professionnel-le-s et le renforcement des réseaux dans les différents secteurs d activité du travail social. 4. AvenirSocial s engage en faveur d une consolidation des réseaux de la société civile et constitute elle-même une organisation en réseau engagée, efficace et qui se développer en permanence. AvenirSocial veille à une bonne collaboration interdisciplinaire avec les organisations partenaires et accorde dans ce contexte une valeur toute particulière à la coopération avec les ONG nationales et internationales.

2 5. AvenirSocial accroît en permanence le nombre de ses membres, ce qui lui permet de gagner en influence. AvenirSocial atteint cet objectif par des actions concrètes, une organisation active auprès de partenaires d échange ainsi que par des mesures en communication. 6. AvenirSocial défend les valeurs que l on peut déduire du respect de la dignité humaine et de la justice sociale, et qui sont mises en évidence par la définition de 2001 de la FITS. 7. AvenirSocial conçoit le travail social comme étant tenu au triple mandat et comme profession des droits humains. AvenirSocial elle-même s engage en faveur du respect des droits humains et de la justice sociale. 3. Politique de l association! AvenirSocial promeut la collaboration et la cohésion au sein de l association et poursuit ses objectifs avec succès.! AvenirSocial se profile comme association forte et reconnue par les professionnel-le-s.! AvenirSocial est l interlocuteur privilégié pour toutes les questions en lien avec le travail social pour tous les acteurs du domaine social (Etat, ONG et usagers, usagères).! AvenirSocial est la plateforme au service des différents champs professionnels du travail social.! AvenirSocial dispose de ressources financières saines. Le secrétariat général... poursuit de manière conséquente la stratégie visant une augmentation du nombre de membres met à profit le potentiel offert par les membres du réseau ainsi que leurs compétences, via le site Internet optimise l apport des prestations dans toutes les sections augmente le nombre de prestations pour les membres organise tous les 2 ans un colloque national sur des thèmes intéressant les professionnel-le-s met en lumière les champs professionnels du travail social dans leur diversité analyse les éventuels mandats menés pour des organisations tierces AvenirSocial augmente le nombre de ses membres de 3% par année AvenirSocial utilise les profils de compétences inclus dans la base de données des membres pour le lancement ou l exploitation d un projet d ici à fin 2016, AvenirSocial augmente de manière substantielle le nombre de secrétariats tenus par des sections d ici à fin 2016, AvenirSocial dispose d un service connu de consultation aux membres (droit du travail, conseils juridiques, recommandations relatives aux salaires et conseils en matière de déontologie) AvenirSocial organise au moins tous les deux ans un colloque national développe des idées pour intégrer mieux les champs professionnels à l activité de l association (visibilité et optimisation) AvenirSocial mène une analyse sur les éventuels mandats en cours avec Dettes Conseil Suisse (DCS) et l association alémanique Schweizerischer Fachverband Sozialarbeit in Spitälern (SFSS) 2

3 3. Politique professionnelle et politique de formation!! AvenirSocial s engage en faveur de l identité professionnelle de ses membres et pour une bonne reconnaissance et une bonne position des métiers du travail social dans la société.! AvenirSocial développe, dans l intérêt de sa clientèle et des usagers et usagères, des standards de qualité pour le travail social en tant que profession et s engage en faveur d une évolution qualitative de la formation de base et de la formation continue.! AvenirSocial s intègre à des réseaux au niveau de la politique professionnelle et de la politique de formation.! Grâce à la commission spécialisée de politique professionnelle et de politique de formation, AvenirSocial dispose d un groupe spécialisé pour l élaboration de positions relatives à la politique professionnelle et à la politique de formation. prend position par rapport aux changements dans le domaine de la politique professionnelle et de la politique de formation élabore des recommandations de salaires et d embauche au niveau national développe des standards de qualité pour le travail social s engage en collaboration avec d autres organisations en faveur de la Charte pour la prévention des abus sexuels, de la maltraitance et d'autres formes de violation de l'intégrité AvenirSocial publie en plus des réponses aux consultations, des prises de position dans le domaine de la politique professionnelle et de la politique de formation AvenirSocial publie de nouvelles recommandations de salaires et d embauche en 2015 AvenirSocial présente lors de l AD 2015 un document de base publiable sur les standards de qualité pour le travail social AvenirSocial s engage en allant au-delà des limites de l association pour des mesures concrètes sur la base de la charte 3

4 5. Ethique et déontologie!! AvenirSocial est reconnue comme référence en matière d éthique et de déontologie auprès des organisations partenaires, écoles, autorités et ONG.! AvenirSocial est présente sur la scène internationale avec ses documents de référence en déontologie.! AvenirSocial dispose avec sa commission spécialisée d éthique et de déontologie d un groupe à même de développer des positions dans le domaine de l éthique et de la déontologie. sensibilise les professionnel-le-s du travail social à des questionnements éthiques et déontologiques développe un réseau de «multiplicateurs» pour la diffusion de l éthique et de la déontologie dans la pratique dispose d un concept pour une mise à jour participative et démocratique des documents de référence en déontologie développe une bonne intégration structurelle et relative aux contenus de la commission d éthique et de déontologie au sein de l association vise une présence efficace de la commission d éthique et de déontologie dans la sphère publique AvenirSocial met à disposition du matériel et une plateforme Internet bien développée (www.avenirsocial.ch/fr/deontologie) AvenirSocial dispose d ici à fin 2015 dans toute la Suisse de suffisamment de «multiplicateurs» à même de présenter le code de déontologie, et propose un programme suivi de formation en ce domaine AvenirSocial élabore un concept relatif à l actualisation du code de déontologie AvenirSocial fait référence à des réflexions déontologiques dans ses prises de position la commission d éthique et de déontologie a des compétences bien définies et peut compter sur une structure efficace 4

5 6. Politique sociale! AvenirSocial s engage en vue d une société solidaire, pour le renforcement des droits sociaux et le respect des droits humains.! AvenirSocial s engage pour que toutes et tous puissent participer à la vie sociale et à la prospérité.! AvenirSocial est inscrite dans des réseaux du domaine de la politique sociale et soutient via ses réseaux diverses interventions de politique sociale pour promouvoir des changements à même de rendre les êtres humains plus autonomes. AvenirSocial s engage pour résoudre des problèmes structurels.! AvenirSocial dispose avec sa commission spécialisée de politique sociale d un groupe à même de développer des positions dans le domaine de la politique sociale. s engage en faveur de la ratification de la Charte sociale européenne révisée s engage pour surmonter la pauvreté en Suisse publie des positions de base sur les problématiques du travail social s engage pour le minimum vital social de l aide social qui soit conforme aux droits humains prend position sur des questions de politique sociale et sur des objets soumis en votations populaires AvenirSocial s engage, avec le soutien du réseau de campagne, pour une ratification politique de la Charte sociale européenne AvenirSocial coordonne les rencontres d ONG sur la pauvreté qui ont pour but l accompagnement de la stratégie globale de la Suisse contre la pauvreté, et s engage avec des organisations partenaires pour la mise en œuvre de mesures concrètes AvenirSocial publie chaque année des positions de base sur des problématiques du travail social AvenirSocial met en place une coalition nationale qui vise à sensibiliser le monde politique et social au minimum vital de l aide sociale qui soit conforme aux droits humains. en plus des réponses aux consultations, AvenirSocial publie des prises de position et des recommandations de vote dans le domaine de la politique sociale 5

6 7. Politique internationale Objectifs stratégiques du Comité suisse:! AvenirSocial s engage pour renforcer les réseaux internationaux de la société civile.! AvenirSocial est membres d organisations internationales qui défendent les principes des droits humains et de la justice sociale.! AvenirSocial prend activement part aux discussions du réseau international du travail social.! AvenirSocial dispose avec la commission spécialisée des affaires internationales d un groupe à même de développer des positions. élabore le concept du World Social Work Day qui a lieu annuellement encourage les échanges internationaux de professionnel-le-s du travail social construit des partenariats avec d autres associations nationales entretient les échanges et la participation au sein des associations FITS et AIEJI AvenirSocial organise avec les sections et en collaboration avec des organisations partenaires le World Social Work Day qui a lieu chaque année AvenirSocial informe les membres des possibilités d échanges et développe ses coopérations avec des organisations partenaires AvenirSocial concrétise dans le cadre du Règlement réserves pour des projets internationaux des partenariats AvenirSocial est représentée dans les associations par des délégués * Voir Document Informations pour le travail avec les commissions spécialisées (a été avalisé par le comité suisse lors de sa séance du 09./ ) 6

SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR LYMPHOLOGIE SOCIETE SUISSE DE LYMPHOLOGIE STATUTS

SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR LYMPHOLOGIE SOCIETE SUISSE DE LYMPHOLOGIE STATUTS SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR LYMPHOLOGIE SOCIETE SUISSE DE LYMPHOLOGIE STATUTS STATUTS I. NOM, SIÈGE, OBJECTIFS, OBJETS ET TÂCHES Art. 1 Nom Une association au sens de l article 60 et suivants du Code

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE

ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE SERVICES INTÉGRÉS EN PÉRINATALITÉ ET POUR LA PETITE ENFANCE À L INTENTION DES FAMILLES VIVANT EN CONTEXTE DE VULNÉRABILITÉ (SIPPE) par Luce Bordeleau

Plus en détail

Contributions volontaires et engagements conformément à la résolution 60/251 de l Assemblée générale

Contributions volontaires et engagements conformément à la résolution 60/251 de l Assemblée générale Contributions volontaires et engagements conformément à la résolution 60/251 de l Assemblée générale Promouvoir le respect universel de tous les droits de l homme est une priorité de la politique étrangère

Plus en détail

Les ONG en Haïti: des partenaires dans les efforts de dialogue pour le développement

Les ONG en Haïti: des partenaires dans les efforts de dialogue pour le développement Les ONG en Haïti: des partenaires dans les efforts de dialogue pour le développement Colloque International sur le Rôle des ONG en Haïti 15 juin, Montréal ONG, une tentative de définition Multiplicité

Plus en détail

STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG)

STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG) 1 STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG) Chapitre I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Dénomination L «Union du corps enseignant secondaire genevois» (ci-après UNION) fédère

Plus en détail

SIMPLEMENT RESPONSABLE

SIMPLEMENT RESPONSABLE SIMPLEMENT RESPONSABLE POLITIQUE DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE DE L ENTREPRISE S Sommaire Préambule 1 Estime portée aux collaborateurs 2 Gestion responsable de la chaîne d approvisionnement 3 Préservation

Plus en détail

Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue

Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue 2016 Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue Vous formez des apprenti-e-s en entreprise? Vous exercez la fonction de commissaire? Vous êtes expert-e aux examens? Cette

Plus en détail

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Adopté à la séance du Conseil d administration Septembre 2006 Tables des matières PRÉAMBULE 1 INTRODUCTION 2 Les définitions 3 Les valeurs fondamentales 3 Les

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

RÈGLEMENT 400.01.2 sur la promotion de la santé et la prévention en milieu scolaire (RPSPS )

RÈGLEMENT 400.01.2 sur la promotion de la santé et la prévention en milieu scolaire (RPSPS ) Adopté le 31.08.2011, entrée en vigueur le 01.08.2011 - Etat au 01.08.2011 (en vigueur) RÈGLEMENT 400.01.2 sur la promotion de la santé et la prévention en milieu scolaire (RPSPS ) du 31 août 2011 LE CONSEIL

Plus en détail

Partenaires dans l encouragement de la recherche

Partenaires dans l encouragement de la recherche Partenaires dans l encouragement de la recherche Coopération entre le FNS et la CTI Coopération entre le FNS et la CTI En Suisse, l encouragement public de la recherche est essentiellement assuré par deux

Plus en détail

Résumé de l étude : «Participation politique des enfants et des jeunes en Suisse»

Résumé de l étude : «Participation politique des enfants et des jeunes en Suisse» Résumé de l étude : «Participation politique des enfants et des jeunes en Suisse» Définition du terme participation et analyse des besoins sur la participation politique des enfants et des jeunes en Suisse

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

Cahier des clauses techniques et particulières

Cahier des clauses techniques et particulières Marché à procédure adaptée Marché n 001-2016 Article 28 du Code des marchés publics Cahier des clauses techniques et particulières Objet du marché ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DU DEBAT PUBLIC

Plus en détail

formation en médiationm

formation en médiationm http://www.mediations.ch/ formations-gpm@mediations.ch MINISTERE DE LA JUSTICE CENTRE DE RECHERCHE JURIDIQUE ET JUDICIAIRE COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES PRATIQUES DE MEDIATIONS Les défis d de la formation

Plus en détail

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017 POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS Plan d action 2015-2017 Constats Plusieurs aînés rencontrés connaissent peu ou pas les différents services offerts par le réseau public ou communautaire sur le territoire

Plus en détail

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 1. Aperçu de l'approche du gouvernement fédéral concernant le développement

Plus en détail

VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017

VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017 VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017 TABLE DES MATIÈRES 1. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX... 1 Interprétation, application, avis de non-responsabilité

Plus en détail

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire DÉCLARATION COMMUNE D INTENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DES MUSIQUES ACTUELLES EN PAYS DE LA LOIRE ÉTAT - DRAC des Pays de la Loire, Région des Pays de la Loire, Centre National de la Chanson des Variétés

Plus en détail

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 www.tourisme.gov.ma 2D DAMA avec bande.indd 1 22/01/2016 14:31:09 Le tourisme est un important vecteur de développement économique,

Plus en détail

Priorités. du conseil interprofessionnel pour la formation

Priorités. du conseil interprofessionnel pour la formation Priorités du conseil interprofessionnel pour la formation CIF 2012 avant-propos Genève, le système de la formation professionnelle se fonde A sur le partenariat entre l état et les associations professionnelles

Plus en détail

SYNTHESE DE ATELIER N 3

SYNTHESE DE ATELIER N 3 SYNTHESE DE ATELIER N 3 Rappels des freins: visibilité faible, manque de soutien, contraintes administratives, réseaux d acteurs trop faibles et parfois concurrents Levier : marché en bonne santé. Propositions:

Plus en détail

«Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers une stratégie commune pour l Europe» DECLARATION DE NAMUR

«Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers une stratégie commune pour l Europe» DECLARATION DE NAMUR PRÉSIDENCE BELGE DU COMITÉ DES MINISTRES DU CONSEIL DE L EUROPE 6 ÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES DU PATRIMOINE CULTUREL (23-24 AVRIL 2015) «Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers

Plus en détail

Règlement de l Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) concernant l attribution de subventions aux institutions

Règlement de l Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) concernant l attribution de subventions aux institutions Règlement de l Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) concernant l attribution de subventions aux institutions membres Le Comité de l Académie suisse des sciences humaines et sociales

Plus en détail

CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN

CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN MILIEU SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE, (CONVENTION DE PARTENARIAT) 1. PRESENTATION DU RESEAU VERVIETOIS ET DE SES OBJECTIFS Le réseau Verviétois

Plus en détail

«Principes de base de bonne gouvernance de l ANJ» 1 Généralités

«Principes de base de bonne gouvernance de l ANJ» 1 Généralités «Principes de base de bonne gouvernance de l ANJ» 1 Généralités L ANJ est une association, au sens des art. 60ss du CC suisse, elle est composée de plusieurs clubs, écoles, de membres d honneur et du comité.

Plus en détail

Tous les élèves, tous les personnels

Tous les élèves, tous les personnels Tous les élèves, tous les personnels Une politique de ressources pédagogiques spécifiques. Définir les besoins en ressources pédagogiques. - Lancer une enquête auprès des enseignants par l intermédiaire

Plus en détail

Questionnaire de candidature au label «Financement participatif pour la croissance verte»

Questionnaire de candidature au label «Financement participatif pour la croissance verte» Questionnaire de candidature au label «Financement participatif pour la croissance verte» Le soutien au financement participatif comme levier de déploiement de projets relevant de la transition énergétique

Plus en détail

CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM

CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM Objectifs et champ d application de la charte L Inserm a souhaité se doter d une charte recensant les bonnes pratiques

Plus en détail

Loi visant à prévenir et à combattre l intimidation et la violence à l école

Loi visant à prévenir et à combattre l intimidation et la violence à l école DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 56 (2012, chapitre 19) Loi visant à prévenir et à combattre l intimidation et la violence à l école Présenté le 15 février 2012 Principe adopté

Plus en détail

INTERVIA Consulting. Société de Portage Salarial

INTERVIA Consulting. Société de Portage Salarial INTERVIA Consulting Société de Portage Salarial Pour mieux nous connaître Présentation: le portage salarial Qu est ce que le portage? Le portage, pour quoi? Le portage, pour qui? Pourquoi choisir Intervia?

Plus en détail

Alliance ACT Stratégie de communication 2015-2018

Alliance ACT Stratégie de communication 2015-2018 Alliance ACT Stratégie de communication 2015-2018 Adoptée par le Comité directeur de l Alliance ACT Mai 2015 Vision, mission et objectifs et fonction 1 L Alliance ACT est convaincue qu il est possible

Plus en détail

Les entreprises d insertion : une autre voie pour les décrocheurs

Les entreprises d insertion : une autre voie pour les décrocheurs Atelier : MC-16 Les entreprises d insertion : une autre voie pour les décrocheurs AQISEP - 24 mars 2010 Animateurs : Michel Bernard, CREP, CSDM Pierre Campeau, CREP, CSDM Stéphanie Guérette, CEIQ Les entreprises

Plus en détail

POLITIQUE EN GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE EN GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL POLITIQUE EN GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL Texte officiel adopté par le conseil des commissaires lors de l ajournement de la séance ordinaire du 21 juin 2017 tenu le 28 juin 2017 par la résolution

Plus en détail

Bonnes = pratiques en matière de développement durable. Concept

Bonnes = pratiques en matière de développement durable. Concept Bonnes pratiques en matière de développement durable Bonnes pratiques en matière de développement durable Impressum Editeur Office fédéral du développement territorial (ARE) Textes et rédaction Anne DuPasquier,

Plus en détail

LES REMUNERATIONS DES DIRIGEANTS

LES REMUNERATIONS DES DIRIGEANTS 8 décembre 2009 FICHE PRESSE LES REMUNERATIONS DES DIRIGEANTS LE CONTEXTE Depuis 2001, différentes mesures législatives ont progressivement défini les règles d encadrement et de transparence applicables

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE DE LA SECTION DE MEDECINE DENTAIRE CLINIQUE UNIVERSITAIRE DE MEDECINE DENTAIRE (CUMD) (2014 2017)

PLAN STRATEGIQUE DE LA SECTION DE MEDECINE DENTAIRE CLINIQUE UNIVERSITAIRE DE MEDECINE DENTAIRE (CUMD) (2014 2017) PLAN STRATEGIQUE DE LA SECTION DE MEDECINE DENTAIRE CLINIQUE UNIVERSITAIRE DE MEDECINE DENTAIRE (CUMD) (2014 2017) 1. Contexte La Section de médecine dentaire œuvre dans le cadre général de la Faculté

Plus en détail

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015 2013-2015 Mandat : Avec la concertation des acteurs du territoire et des actions novatrices, répondre aux

Plus en détail

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Introduction : Arrivées irrégulières et «pressions

Plus en détail

PLAN D ACTION

PLAN D ACTION PLAN D ACTION 2016-2019 1 PARTIE 1 L aide et l accompagnement en défense des droits La promotion, la sensibilisation et la formation L aide et l accompagnement en défense des droits Recentrer et privilégier

Plus en détail

Ville de Montréal Processus budgétaire 2011

Ville de Montréal Processus budgétaire 2011 Direction de l approvisionnement 11 mai 2010 Ville de Montréal Processus budgétaire 2011 Présentation à l intention des membres des commissions sur les finances municipales et d agglomération Direction

Plus en détail

Politique sur la santé et la sécurité au travail

Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique adoptée au conseil administration le 6 avril 2016 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 1 2. SIGLES ET DÉFINITIONS... 1 3. OBJECTIFS... 2 4. CHAMP

Plus en détail

Initiative Accès à l Assurance

Initiative Accès à l Assurance Initiative Accès à l Assurance Programme mondial pour la promotion de cadres de réglementation et de contrôle sains Consultation téléphonique A2ii-AICA : 24 septembre 2015 Education financière des consommateurs

Plus en détail

La publication de ce rapport sur le site Internet www.fiteco.com, répond aux exigences de l Article R823-21 du Code de Commerce qui demande aux

La publication de ce rapport sur le site Internet www.fiteco.com, répond aux exigences de l Article R823-21 du Code de Commerce qui demande aux La publication de ce rapport sur le site Internet www.fiteco.com, répond aux exigences de l Article R823-21 du Code de Commerce qui demande aux Commissaires aux comptes d entités faisant appel public à

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE (Version approuvée par le CA du 20/10/2014)

PLAN STRATEGIQUE (Version approuvée par le CA du 20/10/2014) Cercle de Coopération des ONG de développement du Luxembourg a.s.b.l. 13, av. Gaston Diderich L 1420 Luxembourg Pour un monde solidaire et responsable Tél : +352 26 02 09 11 Fax : +352 26 02 09 26 www.cercle.lu

Plus en détail

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Objectif spécifique 3.9.1.2 Mobiliser des employeurs et des entreprises dans les parcours d insertion La

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS Titre du poste : Nature du poste : DIRECTEUR GÉNÉRAL Poste cadre à temps complet 1 Sommaire des responsabilités : Le directeur général est responsable de la planification

Plus en détail

Conditions d utilisation du service Moniteur LIVE

Conditions d utilisation du service Moniteur LIVE Conditions d utilisation du service Moniteur LIVE Le partenaire contractuel des utilisateurs du service Moniteur Live est la société Auctionspress, société anonyme au capital de 140 800, immatriculée au

Plus en détail

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble une vision d avenir La société québécoise vit des changements démographiques importants. Le rythme accéléré

Plus en détail

Une proposition de formation des services civiques. Formation civique et citoyenne

Une proposition de formation des services civiques. Formation civique et citoyenne 2016 Une proposition de formation des services civiques Formation civique et citoyenne Qui sont les Francas? Une association d éducation populaire reconnue et agréée par l État et les pouvoirs publics.

Plus en détail

Notre politique du personnel

Notre politique du personnel Notre politique du personnel Edition : Fédération des coopératives Migros Photos : Cat Tuong Nguyen Graphisme : Esther Hostettler Impression : Appenzeller Druckerei, Herisau Les personnes illustrées dans

Plus en détail

Résultats de l enquête de perception «Informatique et Développement Durable» Juin 2013

Résultats de l enquête de perception «Informatique et Développement Durable» Juin 2013 DDéveloppement Résultats de l enquête de perception «Informatique et Développement Durable» Juin 2013 urable Lille 2 de taux de réponse souhaitent participer à la démarche de réflexion pour une informatique

Plus en détail

le télétravail chez econocom

le télétravail chez econocom le télétravail chez econocom avril 2013 Définition et contexte La loi définit le télétravail comme un travail à distance qui s effectue pour un employeur à l aide de l informatique et des télécommunications,

Plus en détail

Plan d'action pour le renforcement de l'efficacité de l aide et la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris

Plan d'action pour le renforcement de l'efficacité de l aide et la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris Plan d'action pour le renforcement de l'efficacité de l aide et la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris N PROPOSITIONS ACTIONS MODALITES DE MISE EN OEUVRE Permettre la pleine appropriation des stratégies

Plus en détail

CISDP. Rapport d Activités

CISDP. Rapport d Activités Rapport d Activités 2012 CISDP La Commission prétend contribuer à construire la voix commune des villes de CGLU en matière d inclusion sociale, de démocratie participative et de droits humains, afin d

Plus en détail

Les trophées de l innovation Promouvoir l innovation, en interne et dans son écosystème. 22/08/2013 GROUPE DYADEO - Reproduction interdite

Les trophées de l innovation Promouvoir l innovation, en interne et dans son écosystème. 22/08/2013 GROUPE DYADEO - Reproduction interdite de l innovation Promouvoir l innovation, en interne et dans son écosystème 1 SOMMAIRE Présentation de DYADEO L offre Innovation Les trophées : promouvoir l innovation Chiffrage Présentations 2 L offre

Plus en détail

Code d éthique. Destiné aux bénévoles, aux bénéficiaires et au personnel du Centre d action bénévole du Granit

Code d éthique. Destiné aux bénévoles, aux bénéficiaires et au personnel du Centre d action bénévole du Granit Code d éthique Destiné aux bénévoles, aux bénéficiaires et au personnel du Centre d action bénévole du Granit Les bénévoles et le personnel du Centre d action bénévole du Granit reconnaissent que leurs

Plus en détail

Les objectifs généraux de la formation

Les objectifs généraux de la formation Les objectifs généraux de la formation Au niveau du projet de formation Repérer si les facteurs clefs de succès d un dispositif e-learning sont réunis dans un cahier des charges ou une proposition Déterminer

Plus en détail

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS MISSION Par la concertation et la mobilisation des acteurs du secteur, le Comité sectoriel de main-d œuvre des pêches maritimes (CSMOPM) a pour mission d analyser, développer et diffuser un ensemble d

Plus en détail

Plan d action 2015-2019

Plan d action 2015-2019 Plan d action 2015-2019 La réalisation du plan d action de la Politique familiale de Nicolet a été rendue possible par le comité de travail : Geneviève Dubois, responsable des questions familiales et conseillère

Plus en détail

DÉCRET n. relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise

DÉCRET n. relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise Publics concernés :

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

LES PRODUITS A VALEUR SOCIETALE AJOUTEE: L EXEMPLE DU COMMERCE EQUITABLE

LES PRODUITS A VALEUR SOCIETALE AJOUTEE: L EXEMPLE DU COMMERCE EQUITABLE LES PRODUITS A VALEUR SOCIETALE AJOUTEE: L EXEMPLE DU COMMERCE EQUITABLE COLLOQUE PONAN du 24 novembre 2009 Marine Friant-Perrot- Faculté de droit de Nantes- Droit et changement social (DCS) Des valeurs

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis Avis n 2010/00-06 relatif à l habilitation de l Université Paris XIII à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet : B : renouvellement prévu hors calendrier national périodique des habilitations Vu

Plus en détail

Résumé de l avis approuvé le 9 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Résumé de l avis approuvé le 9 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom AVIS 2004/2 Résumé de l avis approuvé le 9 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Introduction

Plus en détail

C h a r t e E t h i q u e

C h a r t e E t h i q u e Charte Ethique 2 1. Principes généraux Notre charte constitue la fondation des rapports de confiance entre les différents membres partenaires du groupe : les résidents ou les clients, leurs familles, les

Plus en détail

RENCONTRE DES MINISTRES DE L AGRICULTURE DES AMÉRIQUES

RENCONTRE DES MINISTRES DE L AGRICULTURE DES AMÉRIQUES RENCONTRE DES MINISTRES DE L AGRICULTURE DES AMÉRIQUES 2015 Cultiver mieux, produire plus, nourrir le monde DÉCLARATION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE, MEXIQUE 2015 Nous, les Ministres et les Secrétaires

Plus en détail

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs, J ai l honneur de présenter le rapport du Conseil économique et social pour 2009 repris dans le document A/64/3. La crise financière mondiale

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

CHARTE DE DEONTOLOGIE DU CENTRE DE RECHERCHE POUR L ETUDE ET L OBSERVATION DES CONDITIONS DE VIE (CREDOC)

CHARTE DE DEONTOLOGIE DU CENTRE DE RECHERCHE POUR L ETUDE ET L OBSERVATION DES CONDITIONS DE VIE (CREDOC) CHARTE DE DEONTOLOGIE DU CENTRE DE RECHERCHE POUR L ETUDE ET L OBSERVATION DES CONDITIONS DE VIE (CREDOC) La présente Charte de déontologie a un double objectif : Définir les missions et le champ d actions

Plus en détail

Ordonnance sur l organisation du Département fédéral des affaires étrangères

Ordonnance sur l organisation du Département fédéral des affaires étrangères Ordonnance sur l organisation du Département fédéral des affaires étrangères (Org DFAE) Modification du 21 janvier 2015 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 20 avril 2011 sur l organisation

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission «Emploi, qualification et revenus du travail» Réunion du 16 octobre 2009 -------------------------- Demandes d accès à des données au titre de l article 7 bis de la loi n 51-711 du 7 juin 1951

Plus en détail

Procédures pour une école sécuritaire. 2 Programme continu d éducation proactive et préventive pour une école sécuritaire

Procédures pour une école sécuritaire. 2 Programme continu d éducation proactive et préventive pour une école sécuritaire Procédures pour une école sécuritaire 1 Introduction Ces procédures contiennent des pratiques et des processus recommandés pour l application de la Politique pour une école sécuritaire et ne devraient

Plus en détail

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby Des environnements facilitants pour une société universelle Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby par Patrice Faucher Mise en contexte de l adoption de la politique

Plus en détail

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Rapport pour le conseil régional MARS 2016 Présenté par Valerie Pécresse Présidente du conseil régional d'ile-de-france POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE NOUVEAU

Plus en détail

André Noël CHAKER Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne Conseil de l Europe. Voici un bref panorama de la situation en Europe.

André Noël CHAKER Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne Conseil de l Europe. Voici un bref panorama de la situation en Europe. PANORAMA DE DIFFERENTS SYSTEMES DE GOUVERNANCE DU SPORT : QUELQUES EXEMPLES EUROPEENS Synthèse réalisée d après l étude d André Noël Chaker, Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne, Edition

Plus en détail

La démarche «industrielle» de réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du bassin de la Loire

La démarche «industrielle» de réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du bassin de la Loire La démarche «industrielle» Une contribution à la compétitivité économique des territoires ÉVOLUTION DU CONTEXTE D INTERVENTION Rôle croissant joué par le changement climatique comme révélateur des vulnérabilités

Plus en détail

Adoptée : Le 25 février 2003. En vigueur : Le 25 février 2003. Amendement : Le 22 mars 2005 (CC-2005-080) Section 06

Adoptée : Le 25 février 2003. En vigueur : Le 25 février 2003. Amendement : Le 22 mars 2005 (CC-2005-080) Section 06 Dotation de personnel Adoptée : Le 25 février 2003 En vigueur : Le 25 février 2003 Amendement : Le 22 mars 2005 (CC-2005-080) Section 06 1. But de la politique Le but de la présente politique est de préciser

Plus en détail

Echallens s engage pour le développement durable

Echallens s engage pour le développement durable Plan directeur 2015-2020 Agenda 21 s engage pour le développement durable Sommaire 1 2 Ma planète, ma ville et moi, signataire de la Charte et des Engagements d Aalborg Notre mission 3 4 5 6 7 8 9 Les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 03 juin 2014 La Maison départementale des personnes handicapées mise à l honneur par un plaidoyer «Un collectif d associations de personnes en situation de handicap reconnait

Plus en détail

La Ville de Montréal et les données ouvertes

La Ville de Montréal et les données ouvertes La Ville de Montréal et les données ouvertes PRÉSENTATION À LA COMMISSION DE LA PRÉSIDENCE 15 novembre 2011 LA VILLE DE MONTRÉAL OUVRE SON CAPITAL NUMÉRIQUE OPEN DATA : UN MOUVEMENT MONDIAL Partout dans

Plus en détail

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017. Service des bibliothèques et archives

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017. Service des bibliothèques et archives Plan stratégique 2015-2017 Horizon 2017 Table des matières Mise en contexte... 3 Vision... 4 Mission... 4 Axe 1 Facilite la réussite étudiante... 5 Axe 2 Renouvelle l acquisition, l organisation, la découverte,

Plus en détail

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE 013-2015 Table des matières M p E 03 Message du président et chef de la direction 04 Contexte 06 Actions 15 Annexe 1 : Tableau synoptique du plan d action de développement

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE Candidat : Nom

Plus en détail

I. Contexte et justification

I. Contexte et justification PROCESSUS D AUTO-EVALUATION EN MATIÈRE D ÉGALITÉ DES SEXES / GENDER EQUALITY SELF ASSESSMENT (GESA) RECRUTEMENT D UN(E) CONSULTANT(E) OU FIRME DE CONSULTATION TERMES DE RÉFÉRENCE I. Contexte et justification

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 afin d être accessible à toute personne handicapée ou non. Toutes les notices entre accolades

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Politique de valorisation de l enseignement et Dispositions relatives à l évaluation de l enseignement à l Université Laval

Politique de valorisation de l enseignement et Dispositions relatives à l évaluation de l enseignement à l Université Laval Politique de valorisation de l enseignement et Dispositions relatives à l évaluation de l enseignement à l Université Laval Approuvée : Conseil universitaire (Résolution CU-2011-19) Entrée en vigueur :

Plus en détail

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA FORMATION A L audit Qualité interne PARTIE I: Introduction à l audit Qualité 1- évolutions des normes pour l audit 2-Concepts et Définitions

Plus en détail

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30 Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l Homme et des Peuples (CADHP) de l Union Africaine Juin 2015

Plus en détail

Rapport d activités Point Appui Evras au Centre Local de Promotion de la Santé du Brabant wallon

Rapport d activités Point Appui Evras au Centre Local de Promotion de la Santé du Brabant wallon Rapport d activités Point Appui Evras au Centre Local de Promotion de la Santé du Brabant wallon Septembre 2013- Août 2014 Rapport d activité PA EVRAS Brabant wallon 1 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES...

Plus en détail

Terre des Hommes: Termes de référence

Terre des Hommes: Termes de référence Terre des Hommes: Termes de référence 1. Présentation de l association et du contexte Terre des Hommes France est une association de solidarité internationale qui fait partie de Terre des Hommes - International

Plus en détail

Genève - Vaud - Fribourg

Genève - Vaud - Fribourg présentation Une dynamique familiale Entreprise familiale indépendante depuis son origine, l agence a été créée en 1957 par Francis Bostico sous sa propre raison sociale. En 1967, le fondateur a été rejoint

Plus en détail

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail