Consignes et explications concernant la consolidation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consignes et explications concernant la consolidation"

Transcription

1 ZEWO Stiftung Fondation Fondazione Lägernstrasse Zürich Tel Fax Consignes et explications concernant la consolidation 1. Introduction La fondation ZEWO a déclaré obligatoires les Swiss GAAP 1 RPC 2 21 pour la présentation des comptes annuels des organisations certifiées ZEWO. Pour les grandes organisations, cette disposition entre en vigueur dès l année 2004, pour les petites organisations dès l année Dans ce contexte, la fondation ZEWO souligne en particulier l approche globale qui est à la base des Swiss GAAP RPC : les recommandations des Swiss GAAP RPC 21 doivent en particulier être appliquées et, pour d autres thèmes, les recommandations spécifiques Swiss GAAP RPC. La question de la consolidation est traitée dans les Swiss GAAP RPC 21 et dans le cadre des deux recommandations Swiss GAAP RPC 30 et Swiss GAAP RPC 15. Pour la mise en oeuvre des Swiss GAAP RPC 21, la question centrale est de savoir quels sont les critères dont dépend l obligation de consolider, respectivement quelles sont les organisations qui doivent être intégrées dans une consolidation (périmètre de consolidation). De plus, dans chaque cas, il s agit d examiner quelle est la méthode de consolidation à appliquer. Etant donné qu au niveau des organisations d utilité publique à but lucratif, il n existe en général pas d influence financière dominante au sens classique du terme, ce sont les critères «gestion commune» (contrôle des organes, droit de réglementation), «présence commune sur le marché des dons» (image et présence sur le marché) et «flux financiers» (triage des recettes de dons) qui sont les critères déterminants. Ces derniers n ont toutefois pas le même degré de sélectivité que les rapports de participation financière. C est dans le but de clarifier les critères et les méthodes de consolidation et d en garantir une application et une mise en oeuvre judicieuse que la ZEWO publie ces «Consignes et explications concernant la consolidation». Elles répondent aux exigences des Swiss GAAP RPC et leur objectif est de créer plus de transparence pour les donatrices et les donateurs. Ces dispositions sont d ordre général et elles ne tiennent pas compte des cas spéciaux, qui nécessitent un examen spécifique séparé. 1 GAAP: Generally Agreed Principles of Accounting 2 RPC: Recommandations relatives à la présentation des comptes Seite 1 von 7

2 2. Qui doit consolider? Pour une organisation, l obligation ou de procéder à une consolidation dépend essentiellement de la réponse donnée aux questions suivantes: Existe-t-il une influence dominante sur le plan financier? A) Existe-t-il une influence dominante au niveau de la gestion? B1) La majorité des organes est-elle désignée ou contrôlée? B2) Existe-t-il un droit (pouvoir) de réglementation? C) Existe-t-il une présence commune sur le marché des dons? D) Comment sont organisé les flux financiers? Des moyens financiers sont-ils mis à disposition d autres organisations? Ces questions doivent être abordées de manière séquentielle. Le tableau ci-dessous indique les processus de décision correspondants. Seite 2 von 7

3 Aperçu séquentiel: Consignes de consolidation Départ Addition A De nature différente déterminantes Relations internes ZEWO recommande: consolidation ou publication des comptes annuels des organisations consolidées B1 B2 C D En principe, obligation de consolider selon SWISS GAAP RPC et ZEWO ZEWO recommande: consolidation ou publication des comptes annuels des organisations consolidées Pas de consolidation, mais publication Pas de consolidation (RPC 21, chiffre 10), mais publication déterminantes Consolidation classique Seite 3 von 7

4 3. Critères de consolidation A) Influence financière dominante Lorsqu une organisation d utilité publique à but lucratif domine financièrement d autres organisations, elle doit procéder à une consolidation des comptes, conformément aux Swiss GAAP RPC 30 et Swiss GAAP RP 21, chiffres 11 et 46 (obligation de consolidation). Lorsqu une telle influence financière dominante existe, le label de qualité ZEWO n est octroyé que si des comptes annuels consolidés sont publiés. B) Gestion commune Pour les cas de gestion commune, les Swiss GAAP RPC 21, chiffres 11, 12, 46 et 47 ne donnent pas de précisions concernant l obligation de consolider. C est la raison pour laquelle la ZEWO propose de fixer cette obligation comme suit : B1) Gestion commune: désignation des organes Si la majorité des organes est désignée ou peut être désignée statutairement ou de facto, une organisation est dans l obligation de consolider, conformément aux Swiss GAAP RPC 21, chiffre 46 (obligation de consolidation). Le label de qualité ZEWO n est accordé que si des comptes annuels consolidés sont publiés. B2) Gestion commune: droit de réglementation Lorsqu il existe un droit formel de réglementation, celui-ci rend la consolidation obligatoire, selon les Swiss GAAP RPC 21, chiffres 12, 46 et 47. Par «droit formel de réglementation», on entend la possibilité de faire appliquer statutairement ou de facto des décisions dans le domaine stratégique, structurel ou financier. A cet égard, c est l accomplissement des tâches de direction et de contrôle qui est déterminante. Dans ce cas, le label ZEWO n est accordé que si des comptes annuels consolidés sont publiés., la ZEWO recommande une consolidation ou, pour le moins, la publication des comptes annuels des organisations consolidées. C) Présence commune sur le marché des dons Lorsqu une présence commune est organisée sur le marché des dons, l organisation est perçue par les donatrices et les donateurs comme une unité. Les Swiss GAAP RPC 21 ne règlent pas ce cas particulier. Lorsqu il existe une présence commune évidente, mais aussi en cas de, la ZEWO recommande une consolidation ou la publication des comptes annuels des organisations consolidées. D) Flux financiers Un lien étroit existe entre les organisations lorsque des moyens financiers sont régulièrement versés à d autres organisations. Les Swiss GAAP RPC 21 ne contiennent pas de recommandation particulière à cet égard. Seite 4 von 7

5 flux financiers réguliers, c est-à-dire lorsque des moyens financiers substantiels sont mis à disposition d une autre organisation, mais également en cas de, la ZEWO recommande de procéder à la consolidation ou de publier les comptes annuels des organisations consolidées. 4. Pas d obligation de consolidation Si aucun des critères de consolidation indiqués sous point 3 n est rempli, il n existe pas d obligation de consolidation. Il en va de même pour des organisations de nature différente. C est ainsi qu en cas d influence financière dominante ou de gestion commune, il n y a pas obligation de consolidation si les activités de l organisation à consolider s écartent à tel point des activités de l organisation principale que la pertinence des comptes consolidés en serait limitée (voir aussi Swiss GAAP RPC 21, chiffre 10). En tous les cas, les comptes annuels des organisations consolidées doivent être publiés. De plus, une vue d ensemble graphique de l organisation doit être présentée. Cette vue d ensemble comporte toutes les organisations faisant partie ou du périmètre de consolidation et indique aussi les importantes dépendances financières et autres. En dépit de la consolidation, il peut également être judicieux de publier un choix de bilans individuels. 5. Méthodes de consolidation Les deux plus importantes méthodes de consolidation sont indiquées ci-dessous. Indépendamment de la méthode choisie, des bilans individuels révisés doivent également être établis. 5.1 Intégration globale classique Dans les cas où il existe des relations internes déterminantes (transactions internes à l organisation), la consolidation doit obligatoirement éliminer les actifs et les passifs internes dans les comptes annuels individuels, ainsi que les charges et les produits qui correspondent à des opérations internes du groupe. Les comptes consolidés doivent alors être établis selon la méthode d intégration globale. Doivent alors également être indiqués en annexe aux comptes annuels : le périmètre de consolidation, la méthode de consolidation (Swiss GAAP RPC 30, chiffres 33 et 34) et les transactions avec des personnes et des organisations liées (Swiss GAAP RPC 15 et Swiss GAAP RPC 21, chiffre 41). De plus, une vue d ensemble graphique de l organisation doit être présentée. Cette vue d ensemble comporte toutes les organisations faisant partie ou du périmètre de consolidation et indique aussi les importantes dépendances financières et autres. En dépit de la consolidation, il peut également être judicieux de publier un choix de bilans individuels. Seite 5 von 7

6 5.2 Addition Dans les cas où il n existe pas de relations internes ou qu elles ne sont pas déterminantes (transactions internes à l organisation), la méthode d addition (méthode «pooling») peut être utilisée. Doivent alors être indiqués en annexe aux comptes annuels : le périmètre de consolidation, la méthode de consolidation (Swiss GAAP RPC 30, chiffres 33 et 34), les transactions avec des personnes et des organisations liées (Swiss GAAP RPC 15 et Swiss GAAP RPC 21, chiffre 41). De plus, une vue d ensemble graphique) de l organisation doit être présentée. Cette vue d ensemble comporte toutes les organisations faisant partie ou du périmètre de consolidation et indique aussi les importantes dépendances financières et autres. En dépit de la consolidation, il peut également être judicieux de publier un choix de bilans individuels. 6. Annexe Swiss GAAP RPC 21 Les recommandations et les explications suivantes concernent la consolidation : Chiffre 10 (recommandation) Peuvent être exclues de l intégration globale les organisations dont l activité s écarte de celles des organisations consolidées au point que leur intégration nuirait à la force probante des comptes consolidés. Ces organisations doivent intégrées dans les comptes consolidés selon la méthode de la mise en équivalence (Equity Method). Chiffre 45 (ad chiffre 10) Les organisations exclues de l intégration globale doivent être répertoriées dans l annexe et leur exclusion justifiée. Chiffre 11 (recommandation) Une organisation d utilité publique à but lucratif doit, conformément aux recommandations, consolider d autres organisations qui sont soumises à son influence dominante. Chiffre 46 (ad chiffre 11) Il y a influence dominante notamment en cas de : Majorité du capital ou des voix, Contrôle sur la majorité des organes et/ou Sur la base de dispositions contractuelles ou statutaires. Chiffre 12 (recommandation) Lorsque des organisations sont soumises à une gestion commune ou à un contrôle commun (combinaison), des raisons se rapportant au contenu peuvent exiger une consolidation, même si la personne ou l organisation dominante n est pas elle-même soumise à consolidation. Chiffre 47 (ad chiffre 12) Le contrôle commun ou la gestion commune peut être de nature formelle ou informelle. Ce qui est déterminant, c est l exécution effective des tâches de contrôle Seite 6 von 7

7 ou de gestion en union personnelle lorsque les objectifs des organisations sont discutés ou harmonisés. Chiffre 41 (recommandation) Les transactions avec des organisations, des entreprises, des personnes et des projets liés, juridiquement indépendants, seront publiées. Chiffre 58 (ad chiffre 41) Il s agit en particulier de la Swiss GAAP RPC 15 (Transactions avec des parties liées). Swiss GAAP RPC Dans le cadre des «Recommandations relatives à la présentation des comptes», en plus des Swiss GAAP RPC 21, toutes les recommandations doivent en principe être appliquées. Concernant la question de la consolidation, il s agit en particulier de : Swiss GAAP RPC 30 Swiss GAAP RPC 15 Le traitement de domaines qui ne sont pas spécifiquement réglés doit être effectué conformément au principe de «true and fair view», dans l esprit de l ensemble des RPC. by Fondation ZEWO Zurich, août 2008 Le droit d auteur pour les publications mise à disposition sous cette adresse reste entièrement à la fondation ZEWO. Toute reproduction ou utilisation commerciale de nos publications électroniques ou imprimées n est permise qu avec l autorisation de la fondation ZEWO. Bien évidemment, ces publications sont à disposition pour des buts d utilité publique. Dans ce cas, l adresse et le label de qualité de la fondation ZEWO doivent être mentionnés. Seite 7 von 7

CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO

CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO PRATIQUE COMPTABLE COMMISSION RPC CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO A. INTRODUCTION Depuis son entrée en vigueur le 1 er janvier 2007, la Swiss GAAP RPC 21 est restée

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision www.pwc.ch Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision Aperçu des modifications du Code des obligations suisse Décembre 2011 Un document PwC destiné aux responsables de la

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 02/2013. Indication des frais de gestion de la fortune

Directives de la CHS PP D 02/2013. Indication des frais de gestion de la fortune français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 02/2013 Indication des frais de gestion de la fortune Edition du : 23.04.2013 Dernière modification

Plus en détail

LES PRINCIPES QUI GOUVERNENT LES SWISS GAAP RPC Un concept sur mesure pour des états financiers conformes à la True and Fair View

LES PRINCIPES QUI GOUVERNENT LES SWISS GAAP RPC Un concept sur mesure pour des états financiers conformes à la True and Fair View Les Swiss GAAP RPC tiennent compte des préoccupations des PME suisses, et notamment de leur souci de s assurer un rapport coût-bénéfice raisonnable. Le présent article illustre le concept des Swiss GAAP

Plus en détail

Partenaires de l'eerv

Partenaires de l'eerv PRÉSENTATION DES ETATS FINANCIERS DE L'EERV PLAIDOYER POUR UNE PRÉSENTATION CONFORME AUX SWISS GAAP RPC 21 Présentation à Catalyse du 23.11.2009 OLE Partenaires de l'eerv Collaborateurs Salaires Travail

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 www.pwc.com Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 Affirmations des CFO Etude L optimisation du secteur financier a gagné en importance Le secteur financier est de plus en plus impliqué dans la

Plus en détail

Bienvenue Foto: Keystone

Bienvenue Foto: Keystone Direction / planification des fédérations 7 mai 2015 Office fédéral du sport, Macolin Bienvenue Foto: Keystone Foto: SAFV/ zvg Ordre du jour Comptes annuels 2014 de Swiss Olympic et nouvel établissement

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION

A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS 2006 A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION Généralités L établissement des comptes se fait conformément : - aux Recommandations relatives à la présentation

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Les Swiss GAAP RPC trouvent leur voie

Les Swiss GAAP RPC trouvent leur voie Conrad Meyer, Evelyn Teitler Les Swiss GAAP RPC trouvent leur voie Normes comptables pour les PME* Le thème de la présentation des comptes des entreprises multinationales a été abondamment traité ces derniers

Plus en détail

Nouveau droit comptable Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève

Nouveau droit comptable Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève philippe tardin massimo cipriano laurent dussolietberthod Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève Quelles sont les conséquences du nouveau droit comptable sur la présentation

Plus en détail

Circulaire FINMA 2015/1 «Comptabilité banques»

Circulaire FINMA 2015/1 «Comptabilité banques» 27 mars 2014 Circulaire FINMA 2015/1 «Comptabilité banques» Rapport de la FINMA sur les résultats de l audition relative au projet de la circulaire «Comptabilité - banques», qui a eu lieu du 29 octobre

Plus en détail

Nouveau droit comptable suisse

Nouveau droit comptable suisse Nouveau droit comptable suisse Novembre 2012 Edition spéciale de Balmer-Etienne sur le nouveau droit comptable Vue d ensemble 1 ère partie Le nouveau droit comptable entrera en vigueur le 1 er janvier

Plus en détail

EIPASCOPE 2006/1 RESUME

EIPASCOPE 2006/1 RESUME EIPASCOPE 2006/1 Considérations sur l utilité des partenariats public-privé (PPP) pour améliorer le fonctionnement et l efficacité des directives sur les marchés publics Exposé de Michael Burnett* devant

Plus en détail

Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables

Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables Séminaire relatif à la pertinence des IPSAS et normes comptables européennes Cour des comptes 25 mars 2013 Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Commentaire financier. Conduite de l entreprise

Commentaire financier. Conduite de l entreprise Compte annuel 2007 Commentaire financier La tendance à la hausse pour les recettes de dons s est confirmée en 2007. Les dons ont en effet augmenté de 25% par rapport à 2006, pour s établir à CHF 14.1 mio.

Plus en détail

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS 1920 MARTIGNY 1951 SION 3963 CRANS-MONTANA 1870 MONTHEY 3960 SIERRE 1205 GENÈVE www.fidag-sa.ch TABLE DES MATIERES 1. Droit de la révision comptable... 3 2. Droit

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME?

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Herbert Schaller Etapes Décision du parlement le 23.12.2011 Délai référendaire échu le 13.04.2012 Première partie

Plus en détail

AUDIT. Swiss GAAP RPC 2014/15. Vue d ensemble, comptes consolidés illustratifs et check-list. kpmg.ch

AUDIT. Swiss GAAP RPC 2014/15. Vue d ensemble, comptes consolidés illustratifs et check-list. kpmg.ch AUDIT Swiss GAAP RPC 2014/15 Vue d ensemble, comptes consolidés illustratifs et check-list kpmg.ch Table des matières Avant-propos 3 1 Normes Swiss GAAP RPC 4 Vue d ensemble et récapitulatif des recommandations

Plus en détail

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale du Le Conseil fédéral suisse, Vu l art., al., de la loi fédérale du 6 octobre 006 sur la politique régionale,

Plus en détail

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Équipe de la vérification et de l évaluation Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Septembre 2003 Table des matières 1. Conclusions...1 2. Résumé des observations...1

Plus en détail

Circulaire 2008/31 Rapport de groupe groupes d assureurs. Rapport de groupe pour les groupes d assurance et les conglomérats d assurance

Circulaire 2008/31 Rapport de groupe groupes d assureurs. Rapport de groupe pour les groupes d assurance et les conglomérats d assurance Circulaire 2008/31 Rapport de groupe groupes d assureurs Rapport de groupe pour les groupes d assurance et les conglomérats d assurance Référence : Circ.-FINMA 08/31 «Rapport de groupe groupes d assureurs»

Plus en détail

ASSOCIATION DES AUTEURES ET AUTEURS DE L'ONTARIO FRANÇAIS ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015

ASSOCIATION DES AUTEURES ET AUTEURS DE L'ONTARIO FRANÇAIS ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015 ASSOCIATION DES AUTEURES ET AUTEURS DE L'ONTARIO FRANÇAIS ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015 ASSOCIATION DES AUTEURES ET AUTEURS DE L'ONTARIO FRANÇAIS TABLE DES MATIÈRES Rapport de l auditeur indépendant 1

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Présentation structurée et explication. des principales nouveautés. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Présentation structurée et explication. des principales nouveautés. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés kpmg.ch 2 Le nouveau droit comptable Audit Table des matières Avant-propos 3 1. Introduction 4 2. Comptabilité

Plus en détail

S T A T U T S. Le Projet Faim Suisse

S T A T U T S. Le Projet Faim Suisse S T A T U T S Le Projet Faim Suisse Préambule Le Projet Faim Suisse est une association indépendante avec siège en Suisse. Elle utilise les cotisations de ses membres, les contributions bénévoles de ses

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP)

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) TABLE DES MATIÈRES 1. LA RESPONSIBILITÉ 1.1 La responsabilité en matière d achats 1.2 La responsabilité en matière de planification des

Plus en détail

Transparence: aperçu Assurance vie collective 2005

Transparence: aperçu Assurance vie collective 2005 Transparence: aperçu Assurance vie collective 2005 Chiffres-clés Assurance vie collective 2 Chiffres-clés Assurance vie collective Compte d exploitation affaires vie collective Suisse de Patria Vie (en

Plus en détail

Une extension modérée

Une extension modérée Conrad meyer daniel suter SWISS GAAP RPC 31 «RECOMMANDATION COMPLÉMENTAIRE POUR LES SOCIÉTÉS COTÉES» Une extension modérée C est le 1 er janvier 2015 que la Commission pour les recommandations relatives

Plus en détail

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant I. Bases 1. Considérations générales 1.1. Le contrôle financier externe des états financiers du projet du cocontractant

Plus en détail

Placements chez l'employeur

Placements chez l'employeur Placements chez l'employeur Réunion d information de l ASIP concernant le premier paquet d ordonnances de l OPP 2 dans le cadre de la première révision de la LPP Dr. Andreas Reichlin, Associé PPCmetrics

Plus en détail

Transparence: aperçu. Assurance vie collective 2006. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch

Transparence: aperçu. Assurance vie collective 2006. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Transparence: aperçu. Assurance vie collective 2006. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Chiffres-clés. Assurance vie collective. L Helvetia peut faire état d un exercice 2006 remarquable

Plus en détail

Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur?

Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur? Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur? Normes comptables internationales et «libres choix de l Employeur» Nicolas Girardoz 22 mars 2013 2013 Towers Watson. All rights reserved. Sommaire

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons ZEWOinfo Conseils aux donatrices et aux donateurs Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuvent être déduits de l impôt fédéral

Plus en détail

Comptes annuels consolidés 2011 Garde aérienne suisse de sauvetage

Comptes annuels consolidés 2011 Garde aérienne suisse de sauvetage Comptes annuels consolidés 2011 Garde aérienne suisse de sauvetage Bilan au 31 décembre Actifs 2011 % 2010 % Fonds de roulement Liquidités 1.1 60 786 12.3 36 431 7.7 Titres 1.2 162 619 33.0 165 799 34.9

Plus en détail

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG)

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Directive Corporate Governance Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Du Fondement juridique 1 er septembre 2014 art. 1, 4, 5 et art.

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Cadre conceptuel des Swiss GAAP RPC. But et contenu du cadre conceptuel. Application du cadre conceptuel. Objectif des états financiers

Cadre conceptuel des Swiss GAAP RPC. But et contenu du cadre conceptuel. Application du cadre conceptuel. Objectif des états financiers Cadre conceptuel des Swiss GAAP RPC Remaniement: 2014 Mise en vigueur: 1er janvier 2016 (Une application anticipée est autorisée) But et contenu du cadre conceptuel 1 Le cadre conceptuel fixe les principes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de vérification (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015. (non audité)

DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015. (non audité) DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015 (non audité) Dual Real Estate Invesment SA, Fribourg Compte de résultat consolidé au 30 juin 2015 (non audité) Notes

Plus en détail

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

Règlement de placement

Règlement de placement Règlement de placement Valable dès le 1 er mars 2014 Page 1 de 7 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. But et contenu 3 Art. 1 But 3 Art. 2 Objectifs et principes du placement de la fortune

Plus en détail

Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires

Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires 8 Assemblée des délégué e s des 6 et 7 novembre 2006 à Berne Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires Propositions L Assemblée des délégués: 1. prend connaissance du

Plus en détail

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny 30 novembre 2010, CERM Martigny Agenda Introduction Principales nouveautés du projet Procédures en cours et prochaines étapes 2 Introduction Le projet du Conseil fédéral poursuit 4 objectifs principaux

Plus en détail

PERTINENCE DE LA RÉVISION Étude sur l utilité de l audit en Suisse [1]

PERTINENCE DE LA RÉVISION Étude sur l utilité de l audit en Suisse [1] RETO EBERLE CHRISTIAN JAAG CHRISTIAN BACH PERTINENCE DE LA RÉVISION Étude sur l utilité de l audit en Suisse [1] La Chaire d audit et de contrôle interne de l Université de Zurich, avec le concours de

Plus en détail

Accounting Advisory Services Des solutions opérationnelles et efficaces, adaptées à vos problématiques

Accounting Advisory Services Des solutions opérationnelles et efficaces, adaptées à vos problématiques Accounting Advisory Services Des solutions opérationnelles et efficaces, adaptées à vos problématiques Audit. Fiscalité. Conseil. Corporate Finance. Support à la fonction comptable et financière Vous faites

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Statut CECOM. Art. 1 Forme juridique, objectif et tâches

Statut CECOM. Art. 1 Forme juridique, objectif et tâches Document Nr. 7 Statut CECOM Règlement d organisation du Centre de coordination pour la formation professionnelle modulaire dans le champ professionnel «Professions ecclésiales» (CECOM Profes-sions ecclésiales)

Plus en détail

AUDIT. Swiss GAAP RPC 2012/13. Recommandations relatives à la présentation des comptes. kpmg.ch

AUDIT. Swiss GAAP RPC 2012/13. Recommandations relatives à la présentation des comptes. kpmg.ch AUDIT Swiss GAAP RPC 2012/13 Recommandations relatives à la présentation des comptes kpmg.ch 7 ème édition remaniée Janvier 2013 Compilation: Reto Eberle et Karin Thiemeyer Swiss GAAP RPC KPMG SA Badenerstrasse

Plus en détail

JOURNÉE EUROPÉENNE DES FONDATIONS EVÉNEMENTS POLITIQUE FORMATION CONTINUE EN GESTION DES FONDATIONS ACTIVITÉS DE L'ASSOCIATION AGENDA

JOURNÉE EUROPÉENNE DES FONDATIONS EVÉNEMENTS POLITIQUE FORMATION CONTINUE EN GESTION DES FONDATIONS ACTIVITÉS DE L'ASSOCIATION AGENDA Cliquez ici si la newsletter ne s'affiche pas correctement. OCTOBRE 2014 Mesdames, Messieurs, «Le secteur suisse des fondations d'utilité publique est trop fragmenté», titre Avenir Suisse dans son communiqué

Plus en détail

Nom et siège...3. Fortune de la fondation..3. Organisation.4. Conseil de fondation...4. Durée des fonctions...4. Séances du conseil de fondation...

Nom et siège...3. Fortune de la fondation..3. Organisation.4. Conseil de fondation...4. Durée des fonctions...4. Séances du conseil de fondation... Fondation pour les enfants en Suisse Règlement de la fondation I Contenu I Contenu. 2 II Nom et siège.......3 III But.3 IV Fortune de la fondation..3 V Organisation.4 VI Conseil de fondation...4 VI.1 VI.2

Plus en détail

Guide Révision des Participants SIX Swiss Exchange SA et SIX Structured Products Exchange SA 30 juin 2015

Guide Révision des Participants SIX Swiss Exchange SA et SIX Structured Products Exchange SA 30 juin 2015 Guide Révision des Participants SIX Swiss Exchange SA et Exchange SA 30 juin 2015 TABLE DES MATIÈRES A. CONTEXTE... 3 B. SOCIÉTÉ D AUDIT MANDATÉE... 3 C. RAPPORT ET DATE DE REMISE... 3 D. COÛTS DE LA RÉVISION...

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2010-02 DU 2 SEPTEMBRE 2010 Relatif aux transactions entre parties liées et aux opérations non inscrites au bilan modifiant le règlement

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance et à leurs organes de révision valable dès le 1 er janvier 2015 (dès l'exercice 2014)

Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance et à leurs organes de révision valable dès le 1 er janvier 2015 (dès l'exercice 2014) Rue de Lausanne 63 Case postale 1123 1211 Genève 1 Genève, le 27 février 2015 Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance et à leurs organes de révision valable dès le 1 er janvier

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse 1. Base juridique...2 2. Tâches principales...2 3. Conditions d accomplissement des tâches principales...2 3.1. Culture de la responsabilité...3 3.2.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

permettant de rendre compatible le financement public sous la forme de compensation de service public.

permettant de rendre compatible le financement public sous la forme de compensation de service public. Instruction CGET/DMAT/DHUP du 20 février 2015 visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

Building Competence. Crossing Borders. Prof. Dr. Andreas Bergmann. Institut für Verwaltungs-Management. Président du Conseil IPSAS Board

Building Competence. Crossing Borders. Prof. Dr. Andreas Bergmann. Institut für Verwaltungs-Management. Président du Conseil IPSAS Board Institut für Verwaltungs-Management Outre le bilan, que doit contenir le rapport financier? Réflexions sur les plus-values latentes, le périmètre de consolidation et les perspectives à long terme Prof.

Plus en détail

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable.

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable. Page 1/31 Lignes 1 Total des fonds propres pris en compte: = 1.4.11 art. 21 à 40 de 1.1 tier 1 (T1) ajustés pris en = 1.4.8 compte: art. 21 à 29 de, art. 31 à 40 de 1.1.1 de base durs (common equity =

Plus en détail

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens générale Prof. Jean-Pierre Chardonnens Les fondements de la comptabilité La nature de la comptabilité L'objet et les caractéristiques La terminologie L'origine et l'évolution Les bases légales L'organisation

Plus en détail

IFPI SUISSE. Statuts. Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry

IFPI SUISSE. Statuts. Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry IFPI SUISSE Statuts Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry Version du 8..04 Table des matières I. Dispositions générales... Art. Dénomination et siège...

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

FONDATION UNIVERSITAIRE

FONDATION UNIVERSITAIRE FONDATION UNIVERSITAIRE Fondation Paris-Sud Université Le meilleur pour tous Statuts Préambule Vu le code de l éducation, et notamment son article L.719-12: «les établissements publics à caractère scientifique,

Plus en détail

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9 Conversion des devises Chapitre SP 2601 Juillet 2011 CCSP Page 1 de 9 AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 34 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en juin 2011, comprenait

Plus en détail

Critères de qualité de la KGAST

Critères de qualité de la KGAST Critères de qualité de la KGAST I. Introduction Les fondations de placement ne sont autorisées à utiliser le label de qualité «Fondation KGAST» que si elles reconnaissent intégralement et sans réserve

Plus en détail

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration?

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration? Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de Par Katherine Carleton Directrice générale, Orchestres Canada Novembre 2006 Les orchestres à l esprit d entreprise s efforcent

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

Le nouveau droit comptable. théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015

Le nouveau droit comptable. théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015 théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015 Gilles Chanez associé, responsable du département comptable expert-comptable diplômé, expert-réviseur agréé Il dispose de plus de 25 ans d expérience

Plus en détail

Droit comptable (nouveau et ancien)

Droit comptable (nouveau et ancien) (nouveau et ancien) Nouveau et ancien droit comptable Adoc Editions SA Adoc Editions SA Huobrain CH-6 Hünenberg See Tel : +4 (0)4 78 55 0 Fax : +4 (0)4 78 55 4 e-mail : adoc-editions@adoc.info www.chardonnens.net

Plus en détail

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Rue des Chanoines 2, 1700 Fribourg T +41 26 322 50 08, F +41 26 305

Plus en détail

De la consolidation quand il y a consortium

De la consolidation quand il y a consortium De la consolidation quand il y a consortium SigmaConso Bernard Herinckx Dominique Galloy Les cas de consolidation horizontale au lieu de consolidation verticale sont peu répandus en Belgique au regard

Plus en détail

VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30

VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30 VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30 COMPTABILITÉ 101 Les processus de l'exercice comptable de la fonction publique en abordant: - Le cycle des rapports

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

Comptes annuels consolidés 2014 Garde aérienne suisse de sauvetage

Comptes annuels consolidés 2014 Garde aérienne suisse de sauvetage Comptes annuels consolidés 2014 Garde aérienne suisse de sauvetage Comptes annuels consolidés 2014 Bilan au 31 décembre Actifs (en milliers de CHF) 2014 en % 2013 en % Fonds de roulement Liquidités 1.1

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Introduction à la comptabilité financière

Introduction à la comptabilité financière PARTIE 1 Introduction à la comptabilité financière Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 D une approche patrimoniale et juridique à une approche économique et financière... 3 Les tableaux de synthèse

Plus en détail

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Direction de l amélioration de la performance et de la conformité Ministère de la Santé et

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Gestion électronique des affaires (GEVER) Auxiliaire de travail

Gestion électronique des affaires (GEVER) Auxiliaire de travail Gestion électronique des affaires (GEVER) Auxiliaire de travail Impressum Textes : service de l évaluation et de la gestion de l information Rédaction : unité Etat major Mise en forme : atelier-w.ch Image

Plus en détail

Standards de présentation des comptes dans les hôpitaux suisses

Standards de présentation des comptes dans les hôpitaux suisses Standards de présentation des comptes dans les hôpitaux suisses Un résumé de Simone Weiss (2007), travail de bachelor Université de Zurich, Institut de comptabilité et de controlling (Institut für Rechnungswesen

Plus en détail

Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances

Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances Information préliminaire Statistique Zurich, le 19 septembre 2013 Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances Table des matières Page 1. Aperçu 2 2. Objectifs

Plus en détail

Règlement de placement de l EPER

Règlement de placement de l EPER Règlement de placement de l EPER Entraide Protestante Suisse Le texte allemand fait foi. 1. Principes généraux Les moyens financiers mis à disposition par les donatrices et donateurs ainsi que par les

Plus en détail

Énoncé de principes. AcSB/PSAB. Amélioration des normes pour les organismes sans but lucratif

Énoncé de principes. AcSB/PSAB. Amélioration des normes pour les organismes sans but lucratif Énoncé de principes Amélioration des normes pour les organismes sans but lucratif (Applicable aux organismes sans but lucratif [OSBL] des secteurs privé et public qui utilisent les normes pour les OSBL

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques doivent respecter les dispositions suivantes concernant la surveillance consolidée

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001 Comité d urgence portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe au règlement

Plus en détail

2.06 Cotisations. Travail domestique. Etat au 1 er janvier 2015

2.06 Cotisations. Travail domestique. Etat au 1 er janvier 2015 2.06 Cotisations Travail domestique Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Si vous occupez du personnel de maison, vous devez procéder à un décompte des cotisations aux assurances sociales, même si le salaire

Plus en détail

Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR)

Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Les mardis de la DGPR 17/09/2013 Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail