Guide pratique et recommandations à l'attention du personnel médical et paramédical

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pratique et recommandations à l'attention du personnel médical et paramédical"

Transcription

1 Guide pratique et recommandations à l'attention du personnel médical et paramédical Loi du 22 avril 2005 Droits des malades et fin de vie Mars 2009 Hospices Civils de Lyon

2 Sommaire Présentation générale Page 3 Fiche N 1 : Les directives anticipées Page 5 Fiche N 2 : La procédure collégiale Page 7 Fiche N 3 : Les soins palliatifs Page 10 Fiche N 4 : La prise en charge de la fin de vie en urgence Page 12 Glossaire Page 13 Membres du groupe de travail Page 14 Relecteurs du guide Page 14 2

3 Présentation générale Le guide, élaboré par un groupe composé de médecins, paramédicaux, psychologues, directeurs, juristes et de représentants des usagers, vise à faire connaître aux professionnels la loi du 22 avril 2005 sur les droits des malades et la fin de vie ainsi que ses décrets d'application intégrés dans le Code de la Santé Publique (CSP). Le groupe a approfondi les thèmes suivants en formulant des recommandations pour en faciliter la pratique : Les directives anticipées La procédure collégiale Les soins palliatifs La prise en charge de la fin de vie en urgence Cadre juridique : Les 5 principes fondamentaux de la loi à retenir : La loi maintient l'interdit fondamental de donner délibérément la mort à autrui (conservation des textes antérieurs). En revanche, elle énonce l'interdiction de l'obstination déraisonnable* (L CSP alinéa 2). Est considérée comme déraisonnable l'administration d'actes "inutiles, disproportionnés ou n'ayant d'autre effet que le seul maintien artificiel de la vie". Le respect de la volonté des patients : l'appréciation du caractère "déraisonnable" est le fait du patient s'il est en état d'exprimer sa volonté. Sinon, c'est le médecin qui prend la décision, après avoir recherché quelle pouvait être la volonté du patient (existence de directives anticipées, consultation de la personne de confiance, de la famille), et avoir respecté une procédure collégiale. La préservation de la dignité des patients et l'obligation de leur dispenser des soins palliatifs : lorsque des traitements considérés comme de l'obstination déraisonnable sont arrêtés ou limités, la loi fait obligation au médecin de soulager la douleur, de respecter la dignité du patient et d'accompagner ses proches. La protection des différents acteurs est assurée par la traçabilité des procédures suivies. Dispositifs d'application de ces principes dans la loi Autorisation d'administrer des médicaments à double effet* Procédure d'arrêt ou de limitation de traitement* en cas de refus de soins exprimé par un patient qui n'est pas en fin de vie, refus qui a pour conséquence de mettre sa vie en danger. Procédure d'arrêt ou de limitation de traitement en cas de refus de soins exprimé par un patient en fin de vie*. Procédure d'arrêt ou de limitation de traitement pour un patient hors d'état d'exprimer sa volonté* qui n'est pas en fin de vie Procédure d'arrêt ou de limitation de traitement pour un patient hors d'état d'exprimer sa volonté, en fin de vie Possibilité pour toute personne majeure de rédiger des directives anticipées* Rôle des directives anticipées et de la personne de confiance* Collégialité de la décision d'arrêt de traitement du malade inconscient L Alinéa 5 L Alinéa 2 L CSP L Alinéa 5 L CSP L L Alinéa 5 L L L Alinéa 5 L Les termes suivis d'un * sont définis, par ordre alphabétique, dans le glossaire qui figure en fin du guide. 3

4 Résumé des procédures d'arrêt ou de limitation d'actes de diagnostic ou de soins Patient EN état d'exprimer sa volonté* (patient conscient) : refus de recevoir des soins. Patient qui n'est pas en fin de vie mais met sa vie en danger par le refus de soins (L CSP Alinéa 2) Patient en fin de vie (L CSP) Information médicale* du patient sur les conséquences de son choix Obligation pour le médecin de tout mettre en œuvre pour tenter de le convaincre d'accepter les soins indispensables, avec possibilité de faire appel à un autre médecin dans ce but (voir recommandation ci-dessous). Obligation de respecter la volonté du patient à condition qu'il réitère son refus après un délai raisonnable* (=> non applicable en cas d'urgence). Inscription dans le dossier médical de la procédure suivie et de la décision du patient. Dispensation de soins palliatifs pour assurer la qualité de la fin de vie. Respect de sa volonté après l'avoir informé sur les conséquences de son choix. Inscription dans le dossier médical de la décision du patient. Dispensation de soins palliatifs (cf. fiche n 3). Patient HORS d'état d'exprimer sa volonté* (patient inconscient) : limitation ou arrêt de traitement à l'initiative du médecin (et/ou à la demande de la famille) Patient en fin de vie ou non Possibilité pour le médecin de limiter ou d'interrompre un traitement relevant de l'obstination déraisonnable*. Recherche préalable de la volonté du patient :! Prise en compte des directives anticipées éventuelles (cf. fiche n 1)! Prise en compte de l'avis de la personne de confiance (cet avis prévaut sur tout autre avis non médical, sauf les directives anticipées), ou de la famille ou d'un proche. Procédure collégiale : concertation avec l'équipe de soins et avis motivé d'au moins un médecin extérieur au service (cf. fiche n 2) Décision finale motivée du médecin en charge du patient. Inscription de toute la procédure et de la décision motivée au dossier médical. Dispensation de soins palliatifs. Dans tous les cas : Le médecin doit inscrire la décision de limitation ou d'arrêt du traitement dans le dossier médical Le médecin est tenu de sauvegarder la dignité de la personne et de lui dispenser des soins palliatifs (cf. fiche n 3) La loi du 22 avril 2005 permet désormais au patient de refuser non seulement "un" traitement mais "tout" traitement (y compris l'alimentation artificielle). Recommandation : Dans le cas où un patient met sa vie en danger en refusant des soins alors qu'il n'est pas en fin de vie, le recours à son médecin traitant pour tenter de le convaincre d'accepter des soins est une solution à envisager d'emblée. 4

5 fiche n 1 : les directives anticipées Cadre juridique : Possibilité pour toute personne majeure de rédiger des directives anticipées Cas dans lesquels le médecin doit consulter les directives anticipées et modalités de leur consultation. Conditions de validité des directives anticipées. Conservation des directives anticipées. L CSP L , L , R CSP R , R CSP R CSP CONTENU des directives anticipées La loi permet à toute personne de donner par avance des instructions sur la conduite à tenir quant à la limitation ou à l'arrêt de traitements en prévision du jour où elle serait dans l'incapacité d'exprimer sa volonté. Elle mentionne : "Ces directives anticipées indiquent les souhaits de la personne relatifs à sa fin de vie concernant les conditions de la limitation ou de l'arrêt de traitement". Le décret du 6 février 2006 relatif aux directives anticipées ne donne pas de précision complémentaire. FORME des directives anticipées Document écrit, daté, signé par son auteur, Indication dans le document des nom, prénom, date et lieu de naissance de l'auteur. Si le patient est dans l'impossibilité physique d'écrire, le document n'est valide que si deux témoins attestent par écrit, en précisant leurs noms et qualités, que ce document est bien l'expression de la volonté libre et éclairée du patient. A la demande du patient, le médecin peut ajouter une attestation indiquant que celui-ci est en état d'exprimer sa libre volonté et a reçu les informations appropriées. DUREE DE VALIDITE des directives anticipées Elle est de 3 ans à compter de leur date de rédaction, au terme desquels il est nécessaire de les renouveler. Exception : Leur validité est prolongée sans limitation de durée si l'état d'inconscience du patient ou son incapacité mentale d'effectuer le renouvellement des directives anticipées intervient au cours des 3 ans. Le renouvellement se fait par simple décision de confirmation de leur auteur accompagnée de sa signature et de la date de cette confirmation. Si le patient est dans l'impossibilité physique d'écrire, la procédure faisant intervenir deux témoins est identique à celle de la rédaction initiale. Les directives anticipées sont révocables à tout moment par le patient sans formalité. Modification totale ou partielle possible dans les mêmes formes que la rédaction primitive. Un nouveau délai de 3 ans court à compter de la modification. CONSERVATION des directives anticipées : Les directives anticipées doivent être aisément accessibles à tout médecin qui doit les consulter notamment dans le cadre de la prise de décision d'une limitation ou d'un arrêt de traitement. Conservation possible, au choix de la personne concernée : dans le dossier d'un médecin de ville qu'elle désigne (médecin traitant ou non) en cas d'hospitalisation, dans le dossier médical de l'établissement ou conservation par leur auteur, la personne de confiance, ou à défaut, par un membre de la famille ou un proche. 5

6 Recommandations : 1 / L'information du patient sur les directives anticipées. Aux HCL Inscription dans le livret d'accueil et sur le site Internet, dans la même section que la personne de confiance, de la possibilité qu'a tout patient de rédiger des directives anticipées et incitation à ce qu'il les fasse connaître dans son unité d'hospitalisation (par exemple, lors de l'entretien d'accueil). Le groupe n'a pas jugé opportun de créer un modèle de directives anticipées, compte tenu de la multiplicité des situations pathologiques et symptomatiques possibles, et donc de la diversité des traitements* susceptibles d'être limités ou arrêtés. Au sein des services. La loi réserve au patient l'initiative de rédiger ses directives anticipées et de les faire connaître lors de son hospitalisation. Elle enjoint seulement au médecin d'en rechercher l'existence et de les consulter dans le cadre de la limitation ou de l'arrêt de traitement d'un patient hors d'état d'exprimer sa volonté. C'est dans le cadre d'une information régulière sur son état de santé et d'une relation de confiance qu'au moment adapté, il pourra être demandé au patient atteint d'une maladie grave et évolutive qui s'est chronicisée s'il a rédigé des directives anticipées afin d'en faciliter la recherche ultérieurement, ou de lui suggérer de les rédiger pour formaliser les échanges intervenus entre lui, le médecin, et l'équipe. Les unités ont la possibilité de se procurer la plaquette d'information à l'attention du public éditée par le périodique La Vie : " Droits des malades en fin de vie : les 10 questions à vous poser. ". Demande sur Internet : 2 / La gestion des directives anticipées. Lorsque le patient indique à l'équipe qu'il a rédigé des directives anticipées, leur existence doit être mentionnée dans le dossier médical, ainsi que les coordonnées de la personne qui les détient. Il est recommandé de noter ces données dans la fiche des antécédents et allergies. Faire de préférence une copie du document des directives anticipées du patient, la classer dans son dossier médical, et lui demander de garder l'original sur lui ou de le confier à la personne qui a l'habitude de l'accompagner afin d'être en mesure de le remettre à d'autres médecins qui pourraient devoir les consulter. Ceci n'est pas strictement prévu par le décret (le patient peut donc refuser, et exiger que l'hôpital garde l'original) mais donne une garantie supplémentaire. 3 / La prise en considération du contenu des directives anticipées : Les directives anticipées n'ont pas force obligatoire pour le médecin qui a la responsabilité des soins du patient. Il doit en prendre connaissance et en tenir compte mais elles ont une valeur consultative dans le processus de décision d'arrêt ou limitation de traitement. Elles sont une sorte d'avis du patient que le médecin prend en considération pour prendre la décision finale. Les directives anticipées ont primauté sur les autres avis non médicaux (personne de confiance, famille, proches). Cependant, ce principe doit être apprécié, avec prudence, en tenant compte du contexte et du moment où elles ont été rédigées. Rappel : L'information du patient sur la désignation d'une personne de confiance* est obligatoire et peut se révéler utile lorsque le patient fait des séjours répétés ou durables et que les interlocuteurs des professionnels sont nombreux. La procédure de désignation d'une personne de confiance est accessible sur le site intranet des HCL selon le chemin : Vie aux HCL/pratiques professionnelles/information du patient. 6

7 fiche n 2 : la procédure collégiale Cadre juridique : Lorsque la personne est hors d'état d'exprimer sa volonté la limitation ou l'arrêt de traitement si elle/il est susceptible de mettre sa vie en danger, ne peut être réalisé sans avoir respecté la procédure collégiale. Si elle est en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, le médecin peut décider de limiter ou d'arrêter un traitement inutile, disproportionné ou n'ayant d'autre objet que la seule prolongation artificielle de la vie de cette personne, après avoir respecté la procédure collégiale Etapes de la procédure collégiale L CSP L CSP R CSP Quand le médecin doit-il appliquer la procédure collégiale? (Art. L et L CSP) Cette procédure doit être mise en œuvre, en application du refus d'obstination déraisonnable, dans 2 cas : 1er cas : Prise de décision d'arrêter ou limiter un traitement, ceci étant susceptible de mettre en danger la vie d'un patient hors d'état d'exprimer sa volonté : Ce cas s'applique à des patients inconscients, sans espoir raisonnable de récupération, qui sont maintenus en vie de façon prolongée par des thérapeutiques de substitution d'une ou plusieurs fonctions vitales défaillantes. 2ème cas : Prise de décision d'arrêter ou limiter un traitement inutile, disproportionné, ou prolongeant artificiellement la vie d'un patient en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable et hors d'état d'exprimer sa volonté. Ce cas s'applique à des patients inconscients qui sont en fin de vie, cette phase terminale de la vie pouvant être actuellement considérablement allongée du fait de l'efficacité symptomatique des techniques médicales. Dans les deux cas, le patient est hors d'état d'exprimer sa volonté mais, dans le 1er cas, il n'est pas en fin de vie et c'est la décision d'arrêter ou de limiter le traitement qui met sa vie en danger. Dans les deux cas, la procédure collégiale ne s'applique que lorsqu'un traitement a déjà été mis en œuvre et qu'il s'agit de l'arrêter ou de le limiter : pas d'obligation de mettre en œuvre la procédure collégiale pour décider d'entreprendre ou non un traitement, le médecin pouvant cependant y recourir s'il le souhaite. Quels sont les objectifs de la procédure collégiale? Refuser l'obstination déraisonnable dans le seul intérêt du malade. Préserver le malade de toute décision solitaire et arbitraire. Protéger le médecin d'une poursuite pénale. 7

8 Quelles sont les étapes de mise en oeuvre de la procédure collégiale? (Art. R CSP) QUI FAIT? QUOI? Médecin Médecin Médecin + équipe de soins Consultant Médecin et/ou consultant Médecin Recherche des souhaits du patient : consultation des directives anticipées + personne de confiance ou famille ou, à défaut, un des proches Recherche d'un consultant (médecin extérieur au service) Concertation : réunion en équipe en vue d'une collecte d'informations et d'échanges Avis motivé Demande éventuelle d'un 2ème avis (à un autre consultant) Décision finale motivée, prise en conscience (liberté au vu des avis et souhaits recueillis, y compris des directives anticipées, mais à justifier) Le médecin visé ci-dessus est le médecin en charge du patient. Recommandations : 1 / Le choix du médecin consultant La réglementation prévoit que le consultant ne doit pas avoir de lien hiérarchique avec le médecin qui fait appel à lui. Dans son choix, le médecin assurant la prise en charge directe du patient devra en principe, sauf impossibilité, faire appel à un médecin exerçant dans une autre unité, l'objectif étant de privilégier un " regard " véritablement extérieur (recommandation du Conseil national de l'ordre des médecins). Le médecin en charge du patient peut choisir un consultant de quelque spécialité que ce soit : ce n'est pas nécessairement un expert de la pathologie, ni un spécialiste de l'éthique. Qualités recherchées (précisées par le Conseil national de l'ordre des médecins) : connaissance suffisante de l'affection en cause, expérience, capacités professionnelles et humaines. Il peut être fait appel : au médecin traitant à un médecin de médecine interne ou à tout spécialiste. à un médecin des équipes mobiles de soins palliatifs. à un médecin réanimateur. à un gériatre. 2 / Le rôle du médecin consultant Le Conseil national de l'ordre des Médecins (dans son commentaire du code de déontologie) précise que le rôle du médecin consultant est triple : Apporter un avis éclairé, fondé sur l'ensemble des informations disponibles concernant le patient. Discuter avec le médecin en charge du patient pour l'aider à mener sa réflexion dans l'intérêt du malade. Par sa présence auprès du malade, rassurer les proches sur le fait que la décision sera prise de manière raisonnée et raisonnable (impartialité). 8

9 Recommandations (suite) : 3 / L'organisation de la concertation Il n'y a pas lieu de prendre de position de principe sur la participation ou non du consultant à la réunion de concertation avec l'équipe de soins. Le consultant pourra donc, ou non, à sa demande ou celle du médecin ou de l'équipe, assister à cette réunion. L'organisation de la réunion de concertation ne se substitue pas aux échanges réguliers entre membres de l'équipe autour du patient, qui doivent être favorisés en toutes circonstances, et notamment préalablement à la réunion de concertation. Les situations complexes pourront nécessiter de faire appel à une structure d'éthique ou à un groupe habitué à réfléchir à de telles situations. Par exemple : conseil d'éthique, espace éthique là où ils ont été créés. unité mobile de soins palliatifs. 4 / La traçabilité de la procédure collégiale Le médecin assurant la prise en charge du malade doit obligatoirement tracer la mise en œuvre de la procédure collégiale de manière détaillée dans le dossier du patient. Doivent être tracés dans le dossier médical : les avis recueillis, la nature et le sens des concertations avec l'équipe de soins, les motifs de la décision. Documents retenus par le groupe pour tracer la procédure : Compte-rendu de la réunion de concertation validé par les participants, quelle que soit sa forme. Remarque : la liste nominative et la signature des participants à la réunion de concertation devront figurer ou être annexées au compte-rendu. Avis écrit du ou des consultant(s). Eventuellement, autres avis, par exemple ceux des membres de l'équipe n'ayant pas assisté à la réunion de concertation, ou celui d'un comité d'éthique. Décision motivée du médecin assurant la prise en charge du patient. Ne pas oublier de tracer la recherche et la consultation des souhaits du patient, que ce soit par le biais des directives anticipées, ou des personnes devant être consultées. S'agissant de la traçabilité dans le dossier de soins : Mentionner la tenue de la réunion de concertation, et renvoyer vers le dossier médical pour ce qui concerne son compte-rendu. Il est important surtout que soit consigné dans le dossier de soins, tout au long de la prise en charge, l'ensemble des éléments qui pourront être utiles dans la concertation. Il semble important d'informer les proches du caractère collégial de la procédure sur laquelle s'appuie la décision. 9

10 fiche n 3 : les soins palliatifs Cadre juridique : Les soins palliatifs sont des soins actifs et continus pratiqués par une équipe interdisciplinaire en institution ou à domicile. Ils visent à soulager la douleur, à apaiser la souffrance psychique, à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage. Le médecin doit sauvegarder la dignité du patient et dispenser des soins palliatifs dans les cas où il décide de suspendre ou de ne pas entreprendre un acte d'investigation inutile, disproportionné ou n'ayant pour effet que le maintien artificiel de la vie, après information du patient ou de ses proches. L L Le médecin doit sauvegarder la dignité du patient et dispenser des soins palliatifs dans tous les cas où le malade conscient refuse tout traitement, qu'il soit en fin de vie ou en danger de le devenir, après respect des procédures. Le médecin doit sauvegarder la dignité du patient et dispenser des soins palliatifs dans tous les cas où le médecin décide d'arrêter ou de limiter le traitement d'un malade inconscient, qu'il soit en fin de vie ou en danger de le devenir, après respect des procédures. L L L L Définition des soins palliatifs La HAS en donne une définition proche de celle de la Société Française d'accompagnement en Soins Palliatifs : "Soins actifs, continus, évolutifs, coordonnés et pratiqués par une équipe pluri professionnelle. Ils ont pour objectif, dans une approche globale et individualisée, de prévenir ou soulager les symptômes physiques, dont la douleur, mais aussi les autres symptômes, d'anticiper les risques de complications et de prendre en compte les besoins psychologiques, sociaux et spirituels dans le respect de la dignité de la personne soignée. Ils cherchent à éviter les investigations et les traitements déraisonnables et se refusent à provoquer intentionnellement la mort. Ils s'adressent aux personnes atteintes de maladies graves évolutives ou mettant en jeu le pronostic vital ou en phase avancée et terminale, ainsi qu'à leur famille et à leurs proches." En pratique, une prise en charge palliative suppose : La prise en compte de l'ensemble des besoins du patient : physiques psychologiques familiaux spirituels sociaux Une prise en charge interdisciplinaire et coordonnée. Une prise en charge globale du patient Un accompagnement du patient et de son entourage. 10

11 Recommandations : 1 / Recourir aux équipes mobiles de soins palliatifs Il est souhaitable sans être obligatoire de faire appel à une équipe mobile de soins palliatifs pour initier une prise en charge palliative. L'action de l'équipe mobile peut être double : Aide à la prise en charge de patients Formation et soutien pour aider les unités à développer une culture palliative Ces équipes sont des ressources. N'hésitez pas à faire appel à elles notamment en cas de situations difficiles. 2 / Se former à la culture et la pratique palliatives Les personnels médicaux et paramédicaux peuvent se former à la pratique palliative par : des formations initiales ou continues : diplômes universitaires, formations internes. des stages en unités, en équipes mobiles ou en réseaux de soins palliatifs, le compagnonnage étant un des principaux points d'appui de l'acquisition d'une pratique de soins palliatifs. Le développement de la culture palliative par les formations est requis pour la création de lits dits "identifiés" de soins palliatifs. Il est important d'insister aussi sur la réflexion et la dynamique interne d'une équipe, en plus de la formation, pour une prise en charge palliative. Exemples d'actions : En gériatrie : développement des compétences de savoir-faire et savoir-être en groupe. Un groupe "douleur et soins palliatifs" se réunit 1 fois/mois à l hôpital Antoine Charial. En réanimation : la formation se fait en accompagnement, à l'occasion de situations graves, urgentes, inattendues. En gastroentérologie à HEH : création d'une salle destinée aux familles suite à un travail mené en collaboration entre équipe de soins et équipe mobile de soins palliatifs. 11

12 Recommandations (suite) : 3 / Mettre en œuvre des soins palliatifs Prise en charge globale du patient Prodiguer les soins pour sauvegarder la dignité, améliorer le confort et la qualité de vie : importance de la chambre individuelle. adaptation des soins aux rythmes du patient après repérage de ses difficultés : c'est l'état du patient qui doit guider sa prise en charge, y compris au quotidien (programmer examens ou traitements en fonction de l'état de fatigue ) Dispenser des soins pour soulager les symptômes : privilégier le soulagement à la recherche de la cause se poser la question des bénéfices et des effets indésirables de chaque décision de traitement ou d'investigation. Respecter les préconisations de la loi pour les médicaments dits à "double effet": Absence de tout autre moyen pour soulager la souffrance Intention exclusive, lors de la prescription et des réajustements, de soulager les symptômes Information* du patient (sauf s'il a exercé son droit de ne pas savoir), ou de la personne de confiance ou des proches. Prescription justifiée Inscription de la procédure et de la justification dans le dossier médical. *L'information "brute" du patient ou de sa famille, dans ce cas comme dans celui de toute annonce d'un diagnostic grave ou d'un traitement lourd, peut être génératrice de troubles importants. Cette information doit être conduite dans le cadre d'un dialogue respectueux et attentif aux réactions du patient et de son entourage. Accompagnement par la famille et de la famille par une réponse souple à ses besoins : Adapter les horaires de visites, donner à la famille la possibilité de rester auprès du patient, de participer, si elle le souhaite, à des soins de confort. Mettre à disposition de la famille un lieu d'accueil, un temps d'écoute, des explications régulières de la prise en charge. Interdisciplinarité L'interdisciplinarité suppose une communication et une coopération entre les acteurs venant de plusieurs disciplines (équipe médicale, équipe paramédicale, psychologue, assistant social etc.). Elle doit permettre de repérer le plus en amont possible toutes les difficultés auxquelles le patient peut être confronté. Il est intéressant dans ce cadre de recourir à des personnes répondant à un besoin spécifique (cultes, bénévoles ) Le recours à l'équipe mobile de soins palliatifs peut contribuer à l'évaluation et au réajustement des réponses par rapport à ces différents points. 12

13 fiche n 4 : prise en charge de la fin de vie en urgence Il n'y a pas de cadre juridique spécifique à la situation d'urgence. 2 types de situation " d'urgence " peuvent être distingués : l'urgence prévisible l'urgence totalement imprévue. 1. Procédure en cas d'urgence prévisible On peut qualifier d'urgence prévisible la situation où le patient est en phase avancée d'une affection dont l'équipe de l'unité qui le prend en charge sait qu'elle peut se dégrader de façon brutale et critique. En période de garde en particulier, le médecin, appelé au cours de cette crise, ne fait pas partie de l'unité et a besoin d'informations et d'indications pour gérer cette phase critique. Recommandations : Anticiper, au sein de l'unité, la situation d'urgence, en préparant les informations qui seront utiles au médecin au moment de la crise. Tracer dans le dossier du patient (par exemple sous la forme d'un tableau) : L'information donnée au patient et à ses proches La concertation au sein de l'équipe soignante Eventuellement, les avis recueillis Les orientations sur les traitements à ne pas entreprendre, à limiter, ou à arrêter selon la pathologie du patient. Le médecin appelé dans l'urgence s'appuiera sur ces données pour assurer, avec l'équipe présente, une mort digne au patient : Soins contre la douleur et soins de confort Présence des proches Si possible, intimité du lieu des derniers instants 2. Procédure en cas d'urgence totalement imprévue On peut qualifier d'urgence imprévue l'accident de la vie et de santé susceptible de mettre en danger immédiat la vie des patients sans que cet accident ne soit inscrit dans le cadre d'une affection grave et incurable. Les patients victimes de ce type d'accident sont généralement accueillis dans les unités de déchocage, d'urgence, de soins intensifs, de réanimation. La procédure collégiale inscrite dans la loi Léonetti ne peut s'appliquer, faute de temps disponible, à ces cas. Des recommandations ont cependant été élaborées par SAMU de France en 2005 pour la prise en charge de ces patients par les équipes des SMUR, services mobiles d'urgence : " L'urgence et la mort 2006 ", éditions SFEM, chapitres relatifs à la fin de vie et à l'équipe SMUR face à la mort. Recommandations : Pour éviter qu'un médecin doive gérer parfois seul la situation d'urgence vitale, les responsables de ces unités ont tout intérêt à faire réfléchir leur équipe sur les conduites à tenir selon les types de situations et à la faire travailler sur des protocoles qui serviront de cadres de réflexion et d'action aux médecins recevant ces urgences vitales, sans ambition de régler tous les cas individuels. En cas de décision de ne pas entreprendre, de limiter ou d'arrêter un traitement, le médecin assurera, avec l'équipe présente, une mort digne au patient : Soins contre la douleur et soins de confort Présence des proches Si possible, intimité du lieu des derniers instants 13

14 Glossaire Délai raisonnable : délai, dont le caractère suffisant est laissé à l'entière appréciation du médecin en charge du patient, entre la 1ère expression par le patient d'un refus de soins, et la réitération de cette expression. Directives anticipées : document par lequel une personne exprime pour l'avenir ses souhaits relatifs à sa fin de vie concernant les conditions de la limitation ou de l'arrêt de traitement. Fin de vie : phase terminale ou avancée d'une affection grave et incurable, quelle qu'en soit la cause. Elle ne correspond pas uniquement aux derniers jours de vie. Information Médicale : un groupe de travail a élaboré, en 2003 à la suite de la parution de la loi du 4 mars 2002 sur les droits des patients, un guide synthétique et des recommandations sur l'information médicale. Ces recommandations sont accessibles sur le site intranet des HCL (Vie aux HCL/Pratiques professionnelles/information des patients). La loi sur les droits des patients en fin de vie permet de rappeler que l'information du patient ou de sa famille, dans tous les cas, et en particulier dans celui de toute annonce d'un diagnostic grave ou d'un traitement lourd, peut être génératrice de troubles importants. Cette information doit être conduite dans le cadre d'un dialogue respectueux et attentif aux réactions du patient et de son entourage. Médicament à double effet : Traitement destiné à soulager la souffrance d'une personne et qui peut avoir pour effet secondaire d'abréger sa vie. L'intention exclusive lors de la prescription et des réajustements d'un tel traitement doit demeurer le soulagement des symptômes. Obstination déraisonnable : est considérée comme déraisonnable l'administration d'actes de diagnostic et de thérapeutique "inutiles, disproportionnés ou n'ayant d'autre effet que le seul maintien artificiel de la vie". L'appréciation du caractère "déraisonnable" est le fait du patient s'il est en état d'exprimer sa volonté, sinon celle du médecin dans le respect d'une procédure collégiale. Personne de confiance : personne que tout patient majeur peut désigner afin de recevoir l'information sur son état de santé, d'être consultée et de présenter en son nom ses préférences thérapeutiques au cas où elle ne serait plus en mesure de les exprimer. La loi sur la fin de vie prévoit que, si le malade est inconscient et en fin de vie, l'avis de la personne de confiance prévaut sur tout autre avis non médical. La procédure de désignation de la personne de confiance est opérationnelle et à la disposition des responsables soignants aux Hospices Civils de Lyon (http://intranet.chu-lyon.fr/intranet/vie/affaires_ juridiques/sommaire_affaires_juridiques.htm#2). Patient en état d'exprimer sa volonté : patient conscient (le rapport de présentation à l'assemblée Nationale utilise les termes de "patient conscient"). Patient hors d'état d'exprimer sa volonté : patient inconscient (le rapport de présentation à l'assemblée Nationale utilise les termes de " patient inconscient " et emploie dans le commentaire de l'art 7 sur les directives anticipées la formule : " avant de sombrer dans un état d'inconscience "). Traitements au sens de la loi sur les droits des patients en fin de vie : ensemble de moyens, relevant d'une prescription médicale, mis en œuvre pour traiter les maladies et les symptômes. L'exposé des motifs de la loi inclut l'alimentation artificielle parmi les traitements. 14

Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Tableau comparatif sur le texte actuel

Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Tableau comparatif sur le texte actuel Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie Tableau comparatif sur le texte actuel Vendredi 12 décembre 2014 Texte actuel Code de la santé

Plus en détail

Contexte juridique de la prise en charge du patient en fin de vie

Contexte juridique de la prise en charge du patient en fin de vie Contexte juridique de la prise en charge du patient en fin de vie Dominique DECAMPS-MINI Avocat au Barreau de Montpellier Domaine d'activité : Droit de la santé U500173-janvier 2011 1 Dominique DECAMPS-MINI,

Plus en détail

LE MALADE EN FIN DE VIE

LE MALADE EN FIN DE VIE LE MALADE EN FIN DE VIE Un précepte, donc à suivre scrupuleusement, est celui de ne jamais abandonner un malade même en état de mort imminente et de tout mettre en œuvre pour relever les forces, et soulager

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Professeur Mireille MOUSSEAU

Professeur Mireille MOUSSEAU UE7 - Santé Société Humanité Médecine et société La mort et la souffrance dans la relation médecin malade Chapitre 4 : Relations médecin-malade (et famille) à l approche de la mort Professeur Mireille

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Droits des personnes malades en fin de vie

Droits des personnes malades en fin de vie R S L S Droits des personnes malades en fin de vie Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Introduction 1 Domaine de la loi 2 Conditions de fond de mise en œuvre de la loi 3 Critères

Plus en détail

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE FONCTION DE L INFIRMIERE COORDINATRICE Définition : Activité

Plus en détail

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS INTRODUCTION (Présentation de l'association François-Xavier Bagnoud) L'Association L'association qui porte le nom de François-Xavier Bagnoud est une

Plus en détail

.JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité

.JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité .JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité Décret no 2002-465 du 5 avril 2002 relatif aux établissements de santé publics et privés pratiquant la réanimation et modifiant

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE PLACE DU CHAMP DE FOIRE 16110 La Rochefoucauld France Démarche

Plus en détail

Note d'orientation DGS-S72 n 99-234 du 19 avril 1999 relative à la diffusion de l'enquête «États des lieux - Soins palliatifs à domicile»

Note d'orientation DGS-S72 n 99-234 du 19 avril 1999 relative à la diffusion de l'enquête «États des lieux - Soins palliatifs à domicile» Direction générale de la santé Sous-direction du système de santé et de la qualité des soins Bureau des pathologies, de l'organisation des soins et des urgences Note d'orientation DGS-S72 n 99-234 du 19

Plus en détail

Droits de la personne

Droits de la personne EXTRAIT CODE DE LA SANTE PUBLIQUE DROIT DU PATIENT Droits de la personne Article L1110-1 Code de la santé publique Créé par Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 - art. 3 JORF 5 mars 2002 Le droit fondamental

Plus en détail

LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014)

LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014) LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014) CHAPITRE I. - Disposition générale. Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. CHAPITRE

Plus en détail

MA DIRECTIVE ANTICIPEE

MA DIRECTIVE ANTICIPEE MA DIRECTIVE ANTICIPEE Préambule Dans votre directive anticipée ( Patientenverfügung ), vous pouvez consigner vos volontés pour votre fin de vie. La loi du 16 mars 2009 relative aux soins palliatifs, à

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI?

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? 2. QUELLES DÉMARCHES POUR ACCÉDER OU SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D URGENCE? 3. EN L'ABSENCE DE PROPOSITION

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL Vu les articles R 6121-4-1 et D 6124-311 du code de la santé publique,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE.

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE. C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste IDE.doc Association Diaconale Nord Alsace CSI WOERTH 10, rue de l église 67360 WOERTH

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS Catherine Hoenger, Cheffe de projet COLLABORATION SOINS A DOMICILE ET EQUIPE MOBILE DE SOINS PALLIATIFS CONGRÈS SPITEX BIENNE 9 SEPTEMBRE

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

13/ L exercice professionnel de l infirmier

13/ L exercice professionnel de l infirmier SEMESTRE 1 UE 1.3.S1 Législation, éthique, déontologie 13/ L exercice professionnel de l infirmier I. Le métier d'infirmier Définition générale L'infirmier dispense des soins de nature préventive, curative

Plus en détail

Recommandations sur les dispositifs de prise en charge des risques psychosociaux

Recommandations sur les dispositifs de prise en charge des risques psychosociaux Conseil National de l'ordre des Médecins Recommandations sur les dispositifs de prise en charge des risques psychosociaux Recommandations sur les dispositifs de prise en charge des risques psychosociaux

Plus en détail

12 p unité de soins 19/09/07 18:57 Page 1

12 p unité de soins 19/09/07 18:57 Page 1 12 p unité de soins 19/09/07 18:57 Page 1 L I V R E T D A C C U E I L unité de soins palliatifs clinique sainte-clotilde 12 p unité de soins 19/09/07 18:57 Page 2 S o m m a i r e Allons faire un bout d

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013 Lois 30321 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme et les conditions de validité de l'enseignement clinique pour l'obtention du grade académique de bachelier en soins

Plus en détail

protocole de soins volet médical 1

protocole de soins volet médical 1 protocole de soins volet médical 1 articles 71-4 et 71-4 -1 du Règlement Intérieur des caisses primaires identification de la de naissance de la identification de l assuré(e) (à remplir si la n est pas

Plus en détail

quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole de soins

quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole de soins n 50774#02 quelques conseils à l'usage du médecin traitant remplir le protocole de soins articles 71-4 et 71-4-1 du Règlement Intérieur des Caisses Primaires Cet imprimé est à remplir si votre patient

Plus en détail

FORMATIONS 2007/2008

FORMATIONS 2007/2008 FORMATIONS 2007/2008 SOINS PALLIATIFS ACCOMPAGNEMENT Réseau Santé Diamant 15, rue de la Bienfaisance 59200 TOURCOING 03.20.70.14.72 03.20.70.74.87 @ reseau.diamant@wanadoo.fr Les soins palliatifs sont

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA FIN DE VIE

PRISE EN CHARGE DE LA FIN DE VIE PRISE EN CHARGE DE LA FIN DE VIE POSITION DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES INFIRMIERS Décembre 2013 POSITION DE L ORDRE NATIONAL DES INFIRMIERS «PRISE EN CHARGE DE LA FIN DE VIE» Le Président de la

Plus en détail

Master en logopédie. Guide pour les stages de 2 ème année de Master. Annexe n 1. Mars 2013

Master en logopédie. Guide pour les stages de 2 ème année de Master. Annexe n 1. Mars 2013 Annexe n 1 Master en logopédie Guide pour les stages de 2 ème année de Master Mars 2013 Comme le spécifie l article 13 du règlement d études et d examen du Master en logopédie, l étudiant-e effectue un

Plus en détail

FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES

FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES LES CERTIFICATS MEDICAUX ETABLIS PAR LES SAGES-FEMMES EN VUE DE CONSTATER DES LESIONS ET SIGNES QUI TEMOIGNENT DE VIOLENCES Article R.4127-316

Plus en détail

Règlement d ordre intérieur. Médi-Garde

Règlement d ordre intérieur. Médi-Garde Règlement d ordre intérieur Médi-Garde Généralités : La garde médicale assure la continuité des soins les week-ends et les jours fériés ainsi que le prévoit le Code de Déontologie médicale (articles 113

Plus en détail

FICHE METIER DE MUSICOTHERAPEUTE

FICHE METIER DE MUSICOTHERAPEUTE FICHE METIER DE MUSICOTHERAPEUTE La profession Intitulé du métier Musicothérapeute Définition de l'emploi/métier «La musicothérapie est une pratique de soin, d aide, de soutien ou de rééducation qui consiste

Plus en détail

UN ELEVE A L HOPITAL. Equipe Projet HFME 10/10/2012-1/7

UN ELEVE A L HOPITAL. Equipe Projet HFME 10/10/2012-1/7 UN ELEVE A L HOPITAL Equipe Projet HFME 10/10/2012-1/7 LE PROJET SCOLARITE A L HOPITAL I- Préambule : le contexte : Les activités et prises en charge pédiatriques organisées par spécialités, jusqu alors

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage LIVRET D ACCUEIL Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage Médecine Soins de suite et de réadaptation Hôpital Saint-Charles - 4 rue Charles de Gaulle

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR

GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR GUIDE DES BONNES PRATIQUES Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR Ce guide répond à l information mentionnée dans le paragraphe 1 de la circulaire du 20 octobre 2011

Plus en détail

Chapitre 1 : Droits et devoirs du médecin. Docteur François PAYSANT

Chapitre 1 : Droits et devoirs du médecin. Docteur François PAYSANT UE7 - Santé Société Humanité Société, droit et vieillissement Chapitre 1 : Droits et devoirs du médecin Docteur François PAYSANT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Sports Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville

Ministère de la Santé et des Sports Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville RÉ UDLJQJ Ii FRA ÇAISE Ministère de la Santé et des Sports Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville Direction Départementale des Affaires Sanitaires

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE CONTRAT DE SEJOUR MAISON D'ACCUEIL SPECIALISEE MARIE ALLE Décembre 2014 Ce document est établi conformément à la Loi du 02/01/2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale et au Décret n 2004-1274 du

Plus en détail

CONTRAT DE SÉJOUR. Nom et prénom du représentant légal :.. Adresse du représentant légal :..

CONTRAT DE SÉJOUR. Nom et prénom du représentant légal :.. Adresse du représentant légal :.. Foyer de Vie "Les Tilleuls" - CIAS Centre Intercommunal d'action Sociale 07590 Saint-Étienne de Lugdarès 04 66 46 70 00 fv.lestilleuls@wanadoo.fr 04 66 46 70 01 CONTRAT DE SÉJOUR Ce contrat définit, conformément

Plus en détail

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé «Pour l amélioration de la qualité, la gestion des risques et l évaluation en Loire Atlantique et Vendée» Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé L organisation et la planification

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif

SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif CONTRAT DE SOINS SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif En vertu du décret N 2004-1274 du 26 Novembre 2004 relatif au contrat de séjour et/ou du document individuel de prise en charge

Plus en détail

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement.

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement. Madame, Mademoiselle, Monsieur, Toute l équipe de MédiHAD vous souhaite la bienvenue. Nous vous remercions d avoir choisi notre structure d Hospitalisation A Domicile pour votre prise en charge médicale

Plus en détail

Patients atteints de maladie grave ou en fin de vie

Patients atteints de maladie grave ou en fin de vie Document réservé aux professionnels de santé - État des connaissances - Mai 2009 Repères pour votre pratique Patients atteints de maladie grave ou en fin de vie Soins palliatifs et accompagnement Les progrès

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Conseil d'état N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Lecture du 16 août 2002 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N.

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Lafay, JL Senon Les modalités d hospitalisation en milieu psychiatrique sont régies

Plus en détail

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier Didier CHARLES Votre intervenant Didier CHARLES Juriste de la aux sinistres Hauts Enjeux

Plus en détail

SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL

SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL Réactualisé le 5 Décembre 2014 et présenté au Conseil de la Vie Sociale du 13 Avril 2015, au Comité Technique d Etablissement du 16 Avril 2015 et

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

La question des prises en charge complémentaires

La question des prises en charge complémentaires La question des prises en charge complémentaires (Texte remis le 15 10 2014 à Mme Ségolène Neuville, Secrétaire d'état auprès de la Ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Médecine Soins de suite et Réadaptation

LIVRET D ACCUEIL. Médecine Soins de suite et Réadaptation LIVRET D ACCUEIL Médecine Soins de suite et Réadaptation Bâtiment Champagne 2 ème étage service de Médecine / SSR Entrée des services Bâtiment Bourgogne 34 rue de la Pitié BP 10107 52301 Joinville Cedex

Plus en détail

Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes 180, boulevard Haussmann 75389 PARIS CEDEX 08 Tél. 01 53 89 32 00 Fax. 01 53 89 32 01 http : //www.conseil-national.medecin.fr Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement

Plus en détail

Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante

Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante (1997) FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE La vieillesse est une étape de l'existence pendant laquelle

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE DES TRAVAILLEURS QUITTANT L'ENTREPRISE OU LE LIEU DE TRAVAIL --------------------------

Plus en détail

Si le médecin conseil valide vos propositions, il donne son accord en signant le protocole.

Si le médecin conseil valide vos propositions, il donne son accord en signant le protocole. n 50774#01 quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole inter-régimes d'examen spécial articles L 324-1 L 322-3 D 322-1 du code de la sécurité sociale articles 71-4 et 71-4-1

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Arrêt du Tribunal fédéral du 03.11.2006 sur l'assistance au suicide d'une personne atteinte de

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de l organisation du système de soins Bureau de l

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

Discipline IFSI : Etablissement : LIVRET D'ACCUEIL. Stage étudiants en soins infirmiers

Discipline IFSI : Etablissement : LIVRET D'ACCUEIL. Stage étudiants en soins infirmiers Institut de Formation en Soins Infirmiers du C.H.R.U. de Montpellier Tableau ci-dessus rempli par le coordonnateur des stages Discipline IFSI : Etablissement : Mise à Jour LIVRET D'ACCUEIL Stage étudiants

Plus en détail

Élaborer et diffuser le livret d accueil des personnes hospitalisées Recommandations et propositions. Établissements de santé

Élaborer et diffuser le livret d accueil des personnes hospitalisées Recommandations et propositions. Établissements de santé Établissements de santé Droits et accueil des usagers Élaborer et diffuser le livret d accueil des personnes hospitalisées Recommandations et propositions Préface Une bonne information est le moyen pour

Plus en détail

A.Gt 24-03-1995 M.B. 10-08-1995. Le Gouvernement de la Communauté française,

A.Gt 24-03-1995 M.B. 10-08-1995. Le Gouvernement de la Communauté française, Lois 24363 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme de l'enseignement clinique pour l'obtention du brevet d'infirmier(ère) hospitalier(ère) et d'infirmier(ère) hospitalier(ère)

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Le rôle de l'idec dans le cadre d'un refus de soins en EHPAD

Le rôle de l'idec dans le cadre d'un refus de soins en EHPAD Université René Descartes - Paris V Faculté Cochin - Port Royal Le rôle de l'idec dans le cadre d'un refus de soins en EHPAD FARON Corinne DIU Infirmier(ère) référent(e) d'ehpad et de SSIAD (IRES) Année

Plus en détail

ETHIQUE. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume. Réunion Réseau Alzheimer

ETHIQUE. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume. Réunion Réseau Alzheimer ETHIQUE Réunion Réseau Alzheimer Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume 09/12/2010 Introduction Situations Conflictuelles Difficiles à vivre Pour le malade Pour l entourage

Plus en détail

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes par Dominique Folscheid et Brice de Malherbe, co-directeurs du département d Ethique biomédicale,

Plus en détail

une collaboration fructueuse

une collaboration fructueuse Pharmaciens - Soins palliatifs une collaboration fructueuse Docteur Hervé MIGNOT Equipe d Appui Départementale en Soins Palliatifs de l Indre mai 2007 Le Réseau de Soins Palliatifs en Région Centre EADSP

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie"

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives La Mesnie Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie" PROJET DE VIE ASSOCIATIF ALAPA 2014-2019 Projet approuvé en Conseil de Vie Sociale le Projet approuvé

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Mai 2001 LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Le contexte Le soin nutritionnel est une des missions fondamentales des diététiciens, qui a pour finalité de garantir des

Plus en détail

Livret d accueil Hospitalisation A Domicile

Livret d accueil Hospitalisation A Domicile SITE DU MANS SITE DE LA FERTE BERNARD Livret d accueil Hospitalisation A Domicile SITE DE CONLIE 92-94 rue Molière 72000 LE MANS Tél. : 02 43 50 32 57 Fax : 02 43 50 38 10 had@ahs-sarthe.asso.fr www.ahs-sarthe.asso.fr

Plus en détail