L'EMPLOI DANS LES ENTREPRISES D'ASSURANCES EN 1998

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'EMPLOI DANS LES ENTREPRISES D'ASSURANCES EN 1998"

Transcription

1 L'EMPLOI DANS LES ENTREPRISES D'ASSURANCES EN Introduction 2. Domaine de l analyse 1. Périmètre de l analyse 2. Type de contrat de travail Contrat de travail à durée indéterminée Autres contrats 3. Situation de l emploi en Belgique en Répartition par catégorie 2. Double mouvement Chiffres clés 4. Travailleurs présents le 31 décembre Travailleurs engagés durant l année Travailleurs ayant quitté une entreprise durant l année Structure du secteur 4. Le secteur de l assurance en Europe 5. Familles de métiers 1. Les opérateurs des services «call-center» 2. Les informaticiens 3. La force de vente exclusive, les agents salariés 6. «Organes sociaux» de l UPEA Commission paritaire Commission des questions sociales Staff social de l UPEA

2 1. INTRODUCTION Retour vers l'index de Assurinfo En novembre 1998, le premier numéro spécial d Assurinfo consacré à l emploi dans l assurance reposait en grande partie sur une analyse des huit années précédentes, de manière à mettre en évidence les grands mouvements et la triple dynamique au niveau de l évolution de l emploi: contraction des effectifs, relèvement du niveau moyen de formation, transformation de la structure hiérarchique vers une structure en «ballon de rugby». La présente version est, quant à elle, davantage axée sur les données de l année observée l année 1998 et privilégie les aspects descriptifs relatifs aux familles de métiers et à l évolution des compétences dans une optique prévisionnelle. «Regarder davantage vers l avenir que vers le passé». A proprement parler, l UPEA ne dispose pas, contrairement à l Observatoire français de l évolution des métiers de l assurance, de renseignements sur les familles et sous-familles de métiers. La base de données «emploi» se fonde en effet sur une répartition en catégories et sous-catégories barémiques. L élargissement de ces données vers les métiers de l assurance sera un axe prioritaire dans le schéma de développement des statistiques de l UPEA en matière sociale. Toutefois, au travers de sa récente étude sur le niveau de rémunération dans le secteur, qui couvre 70% du marché, l UPEA dispose de données intéressantes dans ce domaine, qui, couplées aux renseignements généraux dont elle dispose déjà, permettent de cerner davantage certains profils de fonction. Ce numéro tente ainsi de braquer les projecteurs sur les agents salariés et deux fonctions émergentes que sont les personnes occupées dans un service call-center (les télé-acteurs) et les informaticiens.

3 2. DOMAINE DE L'ANALYSE Retour vers l'index de Assurinfo 1. Périmètre de l analyse 2. Type de contrat de travail Contrat de travail à durée indéterminée Autres contrats 1. Périmètre de l analyse Ce rapport porte sur le personnel occupé dans les entreprises d assurances qui relèvent de la compétence de la Commission paritaire nº 306. Cette Commission paritaire a été créée par arrêté royal du 9 février 1971 (Moniteur belge du 19 mars 1971) qui décrit son champ d application comme suit: «les compagnies d assurances à prime fixe et les compagnies d assurances mutuelles, tant les sièges de compagnies étrangères établis en Belgique que les compagnies belges». Le secteur de l assurance considéré au sens large du terme occupe en outre de nombreuses personnes qui ne sont pas reprises dans le présent rapport; il s agit des catégories suivantes: les agents et courtiers qui sont généralement indépendants; le personnel occupé dans des bureaux de courtage ou des agences d assurances; ceux-ci relèvent de la Commission paritaire nº 307, tout comme les agences qui représentent des compagnies étrangères en Belgique. Au total, les travailleurs occupés dans les entreprises d assurances ainsi que les intermédiaires représentent dès lors environ personnes.

4 L assurance fournit cependant du travail à d autres catégories de personnes (sans estimation précise): les personnes qui effectuent des opérations d assurance, mais qui travaillent dans une banque («bancassurance»); ces personnes relèvent de la Commission paritaire nº 310 (l UPEA ne dispose pas de chiffres à cet égard, sauf pour la CGER-Assurances devenue entretemps Fortis Banque Assurances qui relève de la Commission paritaire des institutions publiques de crédit (estimation: 580 personnes); le personnel occupé dans des call-centers organisés en dehors des compagnies ayant des prestations téléphoniques limitées, ce qui ne constitue pas une activité d assurance au sens stricte du terme, et qui ne relève donc pas de la Commission paritaire nº 306. En revanche, le personnel travaillant dans un call-center organisé au sein d une entreprise d assurances et effectuant effectivement des opérations d assurance (et qui relève donc de la Commission paritaire nº 306) est repris dans le présent rapport; il s agit généralement d entreprises travaillant sans intermédiaires ou pratiquant l assurance-voyage; le personnel travaillant pour le secteur par le biais de l outsourcing comme les informaticiens, les services de catering, les entreprises de nettoyage, Type de contrat de travail Contrat de travail à durée indéterminée Les analyses dans le présent rapport portent essentiellement, sauf mention explicite d une dérogation à ce principe, sur des données concernant des personnes liées par un contrat de travail à durée indéterminée, aussi bien à temps plein qu à temps partiel («nombre de personnes»).

5 TYPE DE CONTRAT 1998 NOMBRE TOTAL DE TRAVAILLEURS TRAVAILLEURS MASCULINS TRAVAILLEURS FEMININS Durée indéterminée Le profil type des travailleurs engagés sous contrat de travail à durée indéterminée est illustré dans le tableau suivant % femmes âge moyen niveau de formation le plus répandu % temps partiels Durée indéterminée 45,9 41 ans et 1 mois secondaire: 31,3% 12,3 Autres contrats Il ne faut cependant pas perdre de vue que le secteur emploie des travailleurs engagés sous d autres formes de contrats de travail (contrats à durée déterminée, stagiaires ONEM, étudiants, plan jeunes + 350). Le nombre de contrats à durée déterminée a diminué en 1998, après la hausse sensible observée en Il est moins fait appel à des étudiants, tandis que le nombre de stagiaires demeure quasi inchangé. TYPE DE CONTRAT 1998 NOMBRE TOTAL DE TRAVAILLEURS TRAVAILLEURS MASCULINS TRAVAILLEURS FEMININS Étudiants Stagiaires Durée déterminée Le tableau ci-après indique le profil type des travailleurs engagés sous de tels contrats % femmes âge moyen niveau de formation le plus répandu % temps partiels Durée déterminée Stagiaires Étudiants 59,9 57, ans et 6 mois 23 ans et 7 mois 19 ans et 7 mois supérieur: 44% supérieur: 48,7% - 9,5 6,4 -

6

7 3. SITUATION DE L EMPLOI EN BELGIQUE EN 1998 Retour vers l'index de Assurinfo 1. Répartition par catégorie 2. Double mouvement Chiffres clés 4. Travailleurs présents le 31 décembre Travailleurs engagés durant l année Travailleurs ayant quitté une entreprise durant l année Structure du secteur 1. Répartition par catégorie Le personnel tombant sous l application de la Commission paritaire nº 306 a été réparti en 6 catégories: le personnel d exécution/employés (5 sous-catégories), les cadres (3 sous-catégories), les inspecteurs (4 sous-catégories), les agents salariés (par opposition aux agents indépendants), les membres de la direction et les ouvriers. Les chiffres et les graphiques ci-après suivent cette répartition qui est décrite dans la CCT du 19 février 1979 relative aux conditions de travail et de rémunération (MB du 4 juin 1980). La reprise d une personne dans l une ou l autre catégorie se fait sur la base non pas du diplôme, mais de la fonction à exercer. La CCT énumère ces fonctions et les répartit en différentes catégories. Le tableau ci-après indique, pour chaque catégorie barémique, le profil type des travailleurs engagés sous contrat de travail à durée indéterminée.

8 1998 % travailleurs féminins âge moyen ancienneté moyenne niveau de formation le plus répandu Personnel d exécution 60,2 40 ans 16 ans et 3 mois secondaire: 37,5% Cadres 30,4 41 ans et 9 mois 14 ans et 7 mois université: 46,9% Direction 10,2 47 ans et 3 mois 14 ans et 11 mois université: 79,3% Agents 22,0 40 ans et 4 mois 8 ans et 1 mois secondaire: 37,8% Inspecteurs 5,2 42 ans et 10 mois 13 ans et 10 mois université: 33,1% Ouvriers 51,9 44 ans et 8 mois 14 ans et 6 mois inférieur: 73,8% Les niveaux de formation se répartissent comme suit: études universitaires ou supérieures de type long (= «université»); études supérieures de type court, par exemple graduat, régendat, candidature (= «supérieur»); études secondaires supérieures (= «secondaire»); études secondaires inférieures (= «inférieur»). 2. Double mouvement L évolution de l emploi est examinée sur la période du 31 décembre 1997 au 31 décembre 1998; la situation des travailleurs sous contrat de travail à durée indéterminée est influencée par deux mouvements différents: les recrutements: les travailleurs engagés dans les liens d un contrat à durée indéterminée pendant la période considérée; les départs: les travailleurs sous contrat à durée indéterminée qui ont quitté l entreprise pendant la période considérée. Une partie de ces travailleurs ont retrouvé un emploi dans le secteur, mais l UPEA ne dispose pas de données chiffrées sur ces glissements «internes». PRESENTS AU 31/12/1997 ENTRES EN 1998 SORTIS EN 1998 PRESENTS AU 31/12/ Au total, il y a travailleurs engagés dans les liens d un contrat de travail à durée indéterminée, ce qui représente une augmentation de 51 unités ou de 0,2% par rapport à Depuis 1994, le nombre d engagements continue à augmenter: en 1998, on note engagements par rapport à en 1994.

9 Le nombre de travailleurs ayant quitté une entreprise d assurances en 1998 (1.686 personnes) a également augmenté par rapport aux statistiques de Cela explique pourquoi le nombre total des travailleurs est en général resté stable. Cette double évolution qui va en s accélérant indique une plus grande rotation des effectifs. 3. Chiffres clés Le rapport entre les différentes catégories s est modifié par rapport à 1997 ainsi que l illustre le tableau ci-dessous: si le personnel d exécution constitue encore et toujours le groupe le plus important (60,9%), on constate une nouvelle baisse des effectifs pour les catégories des inspecteurs et des agents rémunérés et une hausse pour la catégorie des cadres. La diminution du nombre d inspecteurs et d agents rémunérés peut s expliquer par le fait que de nombreuses entreprises ne travaillent plus avec des agents rémunérés, mais bien avec des agents indépendants. Cette évolution est-elle la conséquence directe du nouvel environnement juridique? Les agents rémunérés sont occupés par une quinzaine d entreprises. L année 1998 se distingue des années précédentes par la hausse des effectifs dans la catégorie «personnel d exécution», alors qu on notait auparavant une tendance à la baisse pour cette catégorie. Il est frappant aussi de constater que la part relative des cadres continue d augmenter depuis Il a été moins fait appel à des contrats à temps partiel en 1998: 12,3% par rapport à 13,6% en A titre de comparaison: il ressort d un rapport interprofessionnel du Conseil central de l économie que les contrats à temps partiel représentent 16% de l emploi tous secteurs confondus. Le niveau de formation général du personnel occupé continue de se relever, ce qui s inscrit dans l évolution observée au cours des années précédentes: 48,9% des travailleurs disposent d un diplôme universitaire ou supérieur. Travailleurs sous contrat à durée indéterminée Nombre Femmes (%) 45,3 46,0 Partiel (%) 13,6 12,3 Répartition par catégorie (%): exécution 60,2 60,9 cadres 22,3 22,8

10 direction 3,0 3,0 inspecteurs 7,6 7,3 agents 5,3 4,5 ouvriers 1,6 1,5 Age moyen 40 ans et 10 mois 41 ans et 1 mois Ancienneté moyenne 14 ans et 6 mois 15 ans et 1 mois Formation supérieure et universitaire (%) 48,6 48,9 4. Travailleurs présents le 31 décembre 1998 Contrat de travail à durée indéterminée HOMMES FEMMES TOTAL Nombre de travailleurs dont temps partiel EMPLOYES - PERSONNEL D EXECUTION 1 ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie A e catégorie B TOTAL CADRES Catégorie Catégorie Catégorie TOTAL INSPECTEURS 1 ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie

11 TOTAL AGENTS Agents Agents généraux TOTAL DIRECTIon TOTAL OUVRIERS TOTAL Age Ancienneté 42 ans et 2 mois 39 ans et 9 mois 41 ans et 1 mois 14 ans et 9 mois 15 ans et 5 mois 15 ans et 1 mois Le nombre de personnes sous contrat à durée indéterminée a de nouveau augmenté en 1998 ( personnes par rapport à en 1997). Cette hausse est observée surtout chez le personnel exécutif et se manifeste principalement dans les catégories E2 et E3. Le nombre de cadres augmente également, en particulier les travailleurs féminins dans la catégorie C1. Par contre, les fonctions commerciales connaissent une baisse, surtout au niveau des agents. L âge moyen continue d augmenter à un rythme moyen de 3 mois par an. 5. Travailleurs engagés durant l année 1998 Contrat de travail à durée indéterminée HOMMES FEMMES TOTAL Nombre de travailleurs dont temps partiel EMPLOYES - PERSONNEL D EXECUTION 1 ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie A e catégorie B TOTAL

12 CADRES Catégorie Catégorie Catégorie TOTAL INSPECTEURS 1 ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie TOTAL AGENTS Agents Agents généraux TOTAL DIRECTION TOTAL OUVRIERS TOTAL Age 32 ans et 8 mois 30 ans et 3 mois 31 ans et 8 mois En 1998, on note une hausse du nombre d engagements et ce malgré le fait que le nombre d agents engagés en 1998 a sensiblement diminué personnes par rapport à 1997). Cette hausse se situe dans les catégories 2 et 3 du personnel d exécution. Il est à noter également que le nombre de femmes engagées dans la catégorie des cadres a presque doublé en un an de temps. 6. Travailleurs ayant quitté une entreprise durant l année 1998 Contrat de travail à durée indéterminée HOMMES FEMMES TOTAL Nombre de travailleurs dont temps partiel

13 EMPLOYES - PERSONNEL D EXECUTION 1 ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie A e catégorie B TOTAL CADRES Catégorie Catégorie Catégorie TOTAL INSPECTEURS 1 ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie TOTAL AGENTS Agents Agents généraux TOTAL DIRECTION TOTAL OUVRIERS TOTAL Age Ancienneté 39 ans et 2 mois 37 ans et 1 mois 38 ans et 5 mois 9 ans et 11 mois 9 ans et 11 mois 9 ans et 11 mois Par rapport à 1997, davantage de personnes ont quitté le secteur. Cette augmentation est due surtout aux agents rémunérés dont le nombre de départs en 1998 a augmenté de 50% par rapport à De même, le nombre de départs parmi les cadres et le personnel d exécution a augmenté. Pour ces deux dernières catégories, on a cependant noté également un grand nombre d engagements. Il s ensuit que, proportionnellement, la différence par rapport à 1997 est

14 globalement positive. Les évolutions constatées au niveau du nombre d engagements et de celui du nombre de départs, en particulier ceux des agents, expliquent le fait que l âge moyen et l ancienneté moyenne des personnes ayant quitté une entreprise ont fortement diminué en HOMMES FEMMES TOTAL Causes de départ: - rupture avec indemnité - rupture sans indemnité - pension - prépension - démission donnée - décès TOTAL En ce qui concerne la répartition des motifs de départ, l année 1998 s inscrit dans le droit fil des observations faites depuis 1990; le nombre total de départs se répartit comme suit: 40% de démissions données par les travailleurs; 40% de ruptures du contrat, avec ou sans versement d une indemnité; 20% de pensions ou de prépensions. 7. Structure du secteur L emploi dans le secteur belge de l assurance s est surtout concentré dans les grandes entreprises, c est-à-dire celles occupant plus de 500 personnes. Depuis 1990, cette concentration s est amplifiée à la suite d un glissement de la catégorie des entreprises occupant 150 à 500 personnes vers celle des plus grandes entreprises dont les effectifs dépassent les 500 personnes. Ce phénomène s explique par le vaste mouvement de fusions et d absorptions qu a connu le secteur. Le tableau ci-dessous illustre le nombre d entreprises en fonction de leur taille, d une part, et de la part relative qu elles représentent dans l emploi total, d autre part. Taille de l entreprise Nombre d entreprises % de l emploi total < 50 travailleurs 76 5, travailleurs 25 8, travailleurs 14 16,0 > 500 travailleurs 15 69,7

15 Le secteur a de nouveau connu d importantes fusions et absorptions en Il ressort d une analyse de l emploi dans les groupes d assurances que la situation en 1998 est restée quasiment identique à celle de 1997: les 20 premiers groupes d assurances représentent toujours 90% de l emploi total. Autrement dit, les fusions ont eu lieu surtout au sein des mêmes groupes financiers. Top 20 de l emploi en 1998 Groupe Nombre Secteur (%) Cumulé (%) 1 AXA ROYALE BELGE ,5% 20,5% 2 FORTIS (*) ,3% 32,8% 3 A.G.F BELGIUM INSURANCE ,3% 41,2% 4 KBC ,2% 49,4% 5 ING ,7% 55,1% 6 WINTERTHUR ,6% 59,8% 7 SMAP ,5% 64,3% 8 Les AP ,0% 68,3% 9 MERCATOR & NOORDSTAR 780 3,1% 71,4% 10 GENERALI BELGIUM 697 2,8% 74,1% 11 ASSURANCES FEDERALES 598 2,4% 76,5% 12 P & V 594 2,4% 78,8% 13 CGU (Commercial Union & General Accident) 523 2,1% 80,9% 14 GERLING NAMUR 516 2,1% 83,0% 15 SWISS LIFE (Belgium) / ZELIA 485 1,9% 84,9% 16 GROUPE ZURICH 480 1,9% 86,8% 17 EULER COBAC BELGIUM 245 1,0% 87,8% 18 NAVIGA 241 1,0% 88,7% 19 NATIONALE SUISSE 163 0,6% 89,4% 20 CB DIRECT 163 0,6% 90,0% (*) CGER Assurances non compris ,0% 90,0% De manière à assurer la cohérence dans la «Série Statistiques» d Assurinfo, la définition des groupes correspond - sous réserve du statut particulier de la CGER - à celle utilisée dans le numéro d octobre 1999 consacré aux «Chiffres clés et principaux résultats de l assurance belge en 1998».

16 4. LE SECTEUR DE L ASSURANCE EN EUROPE En Europe, l assurance est un secteur important du point de vue économique qui en 1997 représente en effet: Retour vers l'index de Assurinfo millions d euro en encaissements; millions d euro en investissements. Il est également un acteur important sur le plan social. Ainsi, en 1997, plus d un million de personnes étaient occupées en Europe dans le secteur de l assurance au sens strict, ce qui représente un «taux d occupation» par rapport à l emploi global de 56 emplois pour personnes actives. On peut estimer à 2 millions le nombre de travailleurs occupés dans le secteur au sens large (y compris les courtiers, les experts et les autres personnes qui dépendent du secteur). Le nombre absolu de travailleurs dans chacun des pays n indique qu imparfaitement la «pénétration de l assurance sur le marché du travail». Il faut en effet relativiser celui-ci en fonction de l emploi salarié global tous secteurs confondus. L emploi salarié dans l assurance ( ) en % de la population active Autriche (AT) ,82 Belgique (BE) ,66 Allemagne (DE) ,70 Danemark (DK) ,50 Espagne (ES) ,38

17 Finlande (FI) ,50 France (FR) ,60 Royaume-Uni (GB) ,86 Grèce (GR) ,25 Irlande (IE) ,73 Italie (IT) ,22 Luxembourg (LU) ,69 Pays-bas (NL) ,62 Portugal (PT) ,32 Suède (SE) ,50 EU ,59 Norvège (NO) ,54 Suisse (CH) ,27 CEA ,56 Source: enquêtes de la commission des Affaires sociales CEA Définition de la population active: emploi + chômage Dans ce chapitre «européen», on entend par emplois salariés, le total des employés liés par un contrat de travail, à l exclusion des contrats dits «atypiques» (stages, intérim ), à une entreprise d assurances opérant dans le pays mentionné; le personnel externe non lié par un contrat de travail, c est-à-dire indépendant vis-à-vis d une entreprise, n est pas non plus pris en compte. Emploi salarié dans l'assurance Le personnel occupé dans les entreprises d assurances dans l ensemble des pays de l Europe des 15 représentait en 1997 au total personnes. A noter à cet égard que l Allemagne, le Royaume-Uni et la France prennent à leur compte deux tiers de ce marché de l emploi.

18 Les variations dans les données du Royaume-Uni sont attribuables à des modifications de définition du «périmètre» de l assurance. Evolution comparée par marché d'assurance Le graphique repris ci-dessus permet de visualiser la tendance de l évolution de l emploi dans chaque pays depuis Ainsi, pour la période , le Luxembourg connait un accroissement de l emploi très important, mais le point de départ est peu élevé (1050); les Pays-Bas prennent la deuxième place dans le taux de croissance, soit + 10%. Le recul le plus important est observé en Belgique et en Finlande (-10%). Au total, les pays de l Europe des 15 enregistrent globalement une baisse de 2,6%. Evolution comparée par marché d'assurance Pour les pays de l Europe des 15, l emploi connaît un accroissement global de 1,2% de 1996 à 1997, principalement attribuable à la variation de l emploi au Royaume-Uni (modification de la

19 définition statistique). Cinq pays connaissent cependant une baisse de l emploi: Allemagne, Portugal, France, Irlande et Italie. La Belgique connaît pour la première fois depuis 1990 une légère hausse.

20 5. FAMILLES DE METIERS Retour vers l'index de Assurinfo 1. Les opérateurs des services «call-center» 2. Les informaticiens 3. La force de vente exclusive, les agents salariés 1. Les opérateurs des services «call-center» Les entreprises d assurances continuent d évoluer de «société administrative traditionnelle» vers de «véritables sociétés de services» orientées vers le client. Ce passage se traduit notamment par la transposition de techniques empruntées à l assistance principalement dans les branches non vie. Ces techniques imposent un «re-engineering» du processus de travail dont l exemple type est sans doute l émergence de services de type call-center permettant d accroître la satisfaction du client tout en contrôlant les frais. Ces services, qui assurent la gestion de déclarations de sinistres et d avenants en temps réel, privilégient davantage les capacités relationnelles, soutenues par un environnement informatique performant. Objectifs et degré d intégration Les entreprises d assurances pratiquant la branche «assistance» ont été, historiquement, les premières à mettre en place, dans le secteur, des plates-formes de type call-center, en vue de gérer les sinistres en temps réel et le plus souvent contactables 24 h sur 24, 7 jours sur 7. Progressivement ces techniques, qui permettent d offrir un service direct à l assuré tout en améliorant la productivité et la maîtrise des coûts grâce notamment à l élimination de diverses

21 étapes intermédiaires, se sont élargies aux autres activités d assurances, principalement à la branche auto. La notion de «call-center» recouvre toutefois des situations fort différentes. Ainsi, les entreprises d assurances qui ont mis en œuvre de tels services peuvent poursuivre différents objectifs: un objectif de vente où le call-center est utilisé pour soutenir des opérations de télémarketing, de prospection téléphonique, d information ou de vente directe; un objectif d information sur la gestion des sinistres et d enregistrement des sinistres sans aucune opération de gestion: l opérateur se borne à enregistrer la demande du client; un objectif de gestion des sinistres on line. La manière dont le service call-center est intégré dans la structure de l entreprise varie très fort d une société à l autre en fonction, notamment, de sa stratégie commerciale et des objectifs poursuivis. Ainsi, si l objectif est un soutien à des actions de type publicitaire, les entreprises d assurances recourent dans de nombreux cas aux services d une ou plusieurs sociétés externes. En revanche, s il s agit davantage d un soutien structurel à la vente, le call-center est davantage intégré dans l organisation même de l entreprise, en collaboration étroite avec le département marketing. Lorsque le call-center poursuit un objectif de gestion en temps réel, celui-ci fait, dans tous les cas observés, partie intégrante de l entreprise même, ou du même groupe financier. Certaines synergies sont également développées en matière d assistance produits (incendie, auto, vie) entre une ou plusieurs entreprises d assurances et une société d assistance, généralement lorsque cellesci font parties du même groupe économique. Certaines entreprises ont également développé une solution mixte: gestion des sinistres en interne pendant la journée, enregistrement des sinistres en dehors des heures normales d ouverture par le recours à une société externe. Profil Près de 500 personnes sont actuellement occupées dans des services call-center dans le secteur de l assurance, dont près de la moitié dans les entreprises d assistance. La gestion des sinistres en temps réel par l utilisation de moyens de télécommunication et le recours intensif à l informatique, notamment au travers du «système expert», révolutionne le métier de gestionnaire de sinistres traditionnellement confiné dans des activités de «back office». Ce dernier est en effet désormais en communication directe avec le client, ce qui bouleverse considérablement à la fois sa manière de travailler mais également les compétences requises pour exercer une telle fonction. Être confronté, généralement en ligne, avec des personnes traumatisées par un sinistre, nécessite en effet une très grande maîtrise des techniques de communication, une grande capacité relationnelle liée notamment à une forte aptitude à l écoute. En outre, l exercice d une telle fonction nécessite une forte résistance au stress. Cette transformation radicale d activité de «back office» vers une fonction de «front office» explique

22 pourquoi le profil de ces opérateurs se distingue des «gestionnaires classiques». Il s agit, en règle générale: d'un personnel relativement jeune, autour de 30 ans; principalement féminin, pour ses aptitudes relationnelles; très souvent unilingue, les call-centers bilingues orientant généralement les appels vers des services distincts; ayant une formation de niveau secondaire ou graduat. Vers la page suivante

23 5. FAMILLES DE METIERS Retour vers l'index de Assurinfo 1. Les opérateurs des services «call-center» 2. Les informaticiens 3. La force de vente exclusive, les agents salariés 2. Les informaticiens Les assureurs gèrent plusieurs millions de contrats (auto - incendie - vie - accidents du travail) et plusieurs centaines de milliers de déclarations de sinistres - et d avenants contractuels qui doivent être réglés de plus en plus rapidement. En outre, les assureurs optent davantage pour des techniques de segmentation permettant de différencier leur client de manière à assurer une adéquation maximale entre la prime et le risque assuré. Celle-ci les oblige dès lors à intégrer un nombre très important de paramètres dans les bases de données leur permettant de rechercher les éléments de différentiation les plus significatifs. C est dire si la maîtrise des technologies et du traitement de l information est une donnée stratégique pour le secteur. On voit ainsi fleurir toute une série de fonctions gravitant autour des nouvelles technologies de l information: fonction de data manager structurateur de base de données, administrateur de réseaux, help desk pour P.C., opérateur sur mainframe, conception de programmes plus ou moins complexes. Il est dès lors apparu utile d essayer de cerner davantage le profil de ces «nouveaux métiers de l information», particulièrement recherchés à l approche de l an L évolution du traitement de l information

24 L informatique a connu au cours de ces quatre dernières décennies toute une évolution. A l origine, c est-à-dire dans les années 60, c était le directeur financier ou administratif qui en tant que responsable des machines à écrire et à ronéotyper était investi des fonctions de directeur de la «mécanographie». Avec l apparition des premiers gros ordinateurs, il fallait plutôt parler de directeur d un centre de calcul. Plus tard, le titre de directeur de l informatique fut instauré. A partir des années quatre-vingts, de nouvelles technologies et responsabilités furent développées, ce qui alla de pair avec un usage accru de termes anglais. Aujourd hui, on parle de electronic data processing, de enterprise resources planning, de datawarehousing ou de communication. Les machines à écrire et à calculer ont maintenant laissé place à d autres outils qui diffèrent en fonction de l environnement dans lesquels ils sont utilisés: le mainframe pour l entreprise, un réseau de pc pour le bureau ou un ordinateur portable pour l inspecteur ou l expert. Outre le matériel, chaque entreprise a besoin de logiciels que l on peut répartir en trois catégories: les logiciels de base, les logiciels de banques de données et les logiciels d application. Pour le support et la maintenance du système, des réseaux et des logiciels, nécessaires aux applications- mainframe, il est notamment fait appel à des programmeurs et des analystesprogrammeurs. Dans le cadre des réseaux, l opérateur-pupitreur (help desk) prête assistance aux collaborateurs. Les nouvelles formes de «gestion des problèmes» touchent non seulement à la résolution de questions entrantes, mais aussi à la détermination de normes permettant de savoir qui il faut appeler et qui assume la responsabilité. Le logiciel de base de données sert à stocker et à archiver l information. Ce domaine a par exemple donné naissance à des datawarehouse. Cette forme de traitement de données sert à structurer les données afin d optimaliser leur exploitation. Une passerelle est ainsi jetée entre les données brutes du département Production par exemple et le niveau cadre et direction, ce qui permet de prendre les décisions nécessaires. Le flux d informations est devenu tellement vaste que certaines entreprises font désormais la distinction entre la gestion de données, d une part, et la gestion de banques de données, d autre part. Il existe parallèlement une multitude de logiciels d application pour l exécution des tâches des divers départements d une entreprise: gestion de portefeuille, marketing, comptabilité, ressources humaines ou finances. Le marché propose des applications prêtes à l emploi, acquises surtout par les petites et moyennes entreprises. Dans les entreprises de plus grande taille, ces applications sont encore régulièrement développées par une équipe interne: il s agit d applications devant servir au support de la vente et de la gestion de sinistres, de logiciels pour les call-centers ou du progiciel de comptabilité.

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Série statistique. L emploi dans le secteur de l assurance en 2013

Série statistique. L emploi dans le secteur de l assurance en 2013 N 25 Bulletin hebdomadaire du 10 juillet 2014 Série statistique L emploi dans le secteur de l assurance en 2013 Introduction... 2 1. Le marché belge de l assurance... 3 2. L emploi dans les entreprises

Plus en détail

L emploi dans le secteur de l assurance en 2006. Introduction 02. 1. Comparaison entre les pays de l Europe des 15 03

L emploi dans le secteur de l assurance en 2006. Introduction 02. 1. Comparaison entre les pays de l Europe des 15 03 ssur N 40 Bulletin hebdomadaire du 13/12/2007 L emploi dans le secteur de l assurance en 2006 Introduction 02 1. Comparaison entre les pays de l Europe des 15 03 2. Le marche belge de l assurance 04 3.

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11 LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES 2O11 Au niveau international et européen en particulier, les soins de santé et la vieillesse occupent le premier rang en matière de protection sociale. Les Etats

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 213 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d assurances relevant

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

CONTRAT DE CONSEILLER MAESTRIA, un concept d IBS Europe s.a.

CONTRAT DE CONSEILLER MAESTRIA, un concept d IBS Europe s.a. CONTRAT DE CONSEILLER MAESTRIA, un concept d IBS Europe s.a. ENTRE : IBS Europe s.a., ayant son siège social au N 68 de la Route de Luxembourg à L-4972 Dippach, au Grand Duché de Luxembourg, ci-après désigné

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance

Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance Promotion / Enquête à mois du diplôme Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance Objectif de cette licence professionnelle : Cette licence professionnelle permet

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit AXA Belgium et AXA

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER

DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER Composante : Gestionnaire : Contacts : DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER ETAT CIVIL Nom patronymique : Prénom : Nom marital : Nom d usage : N SS : Date de naissance

Plus en détail

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Éléments de la rémunération 3 1.1 Commission de production sur contrats d assurance vie... 3 1.2 Revenu de service acquis sur contrats d assurance vie... 3 1.3 Commission de

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

Les finances de la sécurité sociale

Les finances de la sécurité sociale Les finances de la sécurité sociale B. Eugène T. Stragier K. Van Cauter L. Van Meensel () Introduction L une des fonctions principales des pouvoirs publics consiste à protéger la population d un certain

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010 crédit-logement prospectus n 7 d application à partir du 26 février 2010 le crédit-logement Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

ELANTIS S.A. Siège social : Rue des Clarisses 38 4000 Liège Tel : 04 232 45 45 Fax : 04 232 45 01 www.elantis.be Belfius Banque S.A.

ELANTIS S.A. Siège social : Rue des Clarisses 38 4000 Liège Tel : 04 232 45 45 Fax : 04 232 45 01 www.elantis.be Belfius Banque S.A. 1 Règlement Clientèle 2015 2 SECTION 1 - LE REGLEMENT ET SES ADAPTATIONS 1. But de ce Règlement Le Règlement énonce certains droits et obligations d Elantis et des Clients dans le cadre de leurs relations

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Après de longues négociations avec les syndicats de salariés, les classifications professionnelles ont été révisées afin

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

BTS Assurance. Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter. diplôme qualification insertion emploi

BTS Assurance. Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter. diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification insertion emploi NOVEMBRE 2007 BTS Assurance Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter INFOS UTILISATEURS diplôme qualification

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider. Le Syndicat libéral est là pour vous aider. fermeture de votre entreprise

Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider. Le Syndicat libéral est là pour vous aider. fermeture de votre entreprise Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider Le Syndicat libéral est là pour vous aider Introduction L entreprise qui vous occupe a été déclarée en faillite. Certes, il s agit d un coup

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Crédit photo : Reza Estakhrian/Stone Déterminer la couverture d un risque, cerner les besoins des assurés et y répondre sont des opérations complexes et en grande partie immatérielles qui font de l assurance

Plus en détail

Protection du budget. Prévoyance

Protection du budget. Prévoyance L offre CACI Forte de son expertise acquise sur son cœur de métier historique, l assurance, Caci a développé une gamme complète de produits d assurance à tination de ses partenaires et de leurs clients

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

Le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes impose des conditions de travail illégales aux chercheurs doctorants de l IUE

Le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes impose des conditions de travail illégales aux chercheurs doctorants de l IUE CONFEDERATION DES JEUNES CHERCHEURS contact@cjc.jeunes-chercheurs.org http://cjc.jeunes-chercheurs.org Le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes impose des conditions de travail illégales aux

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012

SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012 FLASH N 46-01/10/2012 SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012 ADAPTATION DES SALAIRES ET INDEMNITES à dater du 1 er octobre 2012 Pour les employés (CP 226), conformément à l accord sectoriel 2011-2012 et

Plus en détail

Dispositions diverses entre 1988 et 2004 : Augmentations barémiques et primes liées aux accords sectoriels

Dispositions diverses entre 1988 et 2004 : Augmentations barémiques et primes liées aux accords sectoriels CCT I1A Dispositions diverses entre 1988 et 2004 : Augmentations barémiques et primes liées aux accords sectoriels 1. Accord 2003-2004 1 Prime unique Principe : Les employeurs octroient aux travailleurs

Plus en détail

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Société Eurocaribéenne de Conseils et d Organisation BP 382 97288 Lamentin Cédex (Martinique) Sommaire

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Licence professionnelle Management des relations commerciales

Licence professionnelle Management des relations commerciales Promotion 3/4 Enquête à moins d'un an du diplôme Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Management des relations commerciales Objectif de cette licence professionnelle : La licence professionnelle

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Conditions générales (CGA)

Conditions générales (CGA) Conditions générales (CGA) Assurance-accidents selon la Loi fédérale du 20.3.1981 (LAA) Edition 08.2006 8000611 10.09 WGR 067 F Table des matières Votre assurance-accidents selon la LAA en bref... 3 1

Plus en détail

Nous avons réuni les recommandations

Nous avons réuni les recommandations Plan par étapes Recommandations aux fondateurs d un nouvel assureur mutuel La Banque Nationale a quatre mois pour délibérer sur la demande. Nous avons réuni les recommandations qui suivent à l intention

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-36 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 9 août

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail