Primes et décotes : normes et pratiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Primes et décotes : normes et pratiques"

Transcription

1 Primes et décotes : normes et pratiques DANIEL BEAUMONT / SFEV OLIVIER GRIVILLERS / CCEF OLIVIER PERONNET / CNCC Primes et décotes : normes et pratiques 0 introduction : panorama général des décotes et des primes en matière d évaluation des droits sociaux La valeur de référence s entend en général D une valeur de marché ou «analogique» On est ici sur les marchés financiers où s extériorise un cours de bourse ou dans le monde des transactions où s extériorise un prix consenti entre deux parties indépendantes D une valeur intrinsèque issue d une approche par les flux de trésorerie générés On est ici dans une démarche méthodologique «intrinsèque» Les approches d évaluation dites «multicritère» combinent les références aux deux méthodes 1

2 Primes et décotes : normes et pratiques 0 introduction : panorama général des décotes et des primes en matière d évaluation des droits sociaux Les primes et les décotes tendent à éloigner de la valeur d entreprise ou du prix de référence Il y a les primes que l on constate et les décotes que l on applique lorsque l on valorise? : PANORAMA MAUVAISE AFFAIRE Prime de contrôle Prime de minoritaire (Maintien de cours en cas d Offre Publique, prime d expropriation en OPRO) Le «Monde simple» PRIX VALEUR - Valeur de marché - Evaluation intrinsèque - Cours de bourse valeur = prix - valorisation comptable - Transactions pas de prime - valorisation fiscale pas de décote - valorisation contractuelle etc DECOTE : Cours/ANR DECOTE de tous types : de conglomérat ou de holding Décote de holding de minorité BONNE AFFAIRE d illiquidité de taille Primes et décotes : normes et pratiques Plan Les normes et pratiques visent à prendre en considération des situations particulières par l application de décotes ou la constatation de primes caractéristiques de ces situations Nous allons les examiner comme suit : I - Primes et décotes dans l univers comptable 5 à 7 II - Primes et décotes dans le contexte fiscal 8 à 13 III - Les grandes natures de décotes en matière de 14 à 38 III 1 Décote de holding 15 à 19 III 2 Décote de minorité 20 à 21 III 3 Décote d illiquidité 22 à 25 III 4 Décote de taille 26 à 34 III 5 Décote d incessibilité 35 à 38 IV - Primes de contrôle et analyse des synergies 36 à 43 IV 1 Question des synergies dans différents contextes 42 à 45 IV 2 Nature des synergies et évaluation 46 à 48 V - Synthèse et conclusion 49 à 50 2

3 I-Primes et décotes dans l univers comptable Primes et décotes dans l univers comptable Les comptes consolidés Les IFRS conduisent à apprécier la valeur des composantes du patrimoine dont la «fair value» est déterminée lors de l acquisition et ventilée en fonction des activités sur des UGT Les valeurs incorporelles feront l objet d impairment tests sur la base de méthodes de s rappelées ci-dessus : la fair market value se réfère à la «valeur de marché» ou à celle issue d un «marché actif» ou d une analyse DCF ; c est la plus élevée des deux valeurs qui pourra être retenue dans le cadre de l impairment. La notion de décote ou de prime trouve peu sa place dans la méthodologie des impairments, dans le cadre des règles de consolidation Le cas échéant, dans la référence à la valeur de marché, on peut relever que le cours de bourse donne une valeur «minoritaire» Le DCF intègrera les effets du rapprochement en raisonnant au niveau de l UGT, et donc les effets de synergie qui ont pu justifier une prime de contrôle Il est donc rare d avoir à s interroger sur décote ou prime dans les comptes consolidés 3

4 Primes et décotes dans l univers comptable Si un écart de valeur apparaît par rapport à la valeur comptable, il n est pas dans la démarche d appliquer une prime pour justifier l absence d une dépréciation pour perte de valeur L impact réel sur les résultats sera issu de la situation de «bonne affaire» où le badwill sera constaté, mais ce sujet qui se rencontre plutôt rarement ne touche pas vraiment à la question des primes et décotes La problématique peut se poser de manière quelque peu différente dans les comptes sociaux Les comptes sociaux La valeur des titres est inscrite dans les livres à la valeur historique d acquisition et elle devra subir des tests d impairment par référence aux valeurs de marché ou à une approche DCF Dans un tel contexte, la justification d une prime de contrôle peut trouver sa place dans la détermination de la valeur d inventaire des titres S attache à cette situation la justification de la prime de contrôle en cas d apports, comme nous y reviendrons dans la partie IV II-Primes et décotes dans le contexte fiscal 4

5 Primes et décotes dans le contexte fiscal L administration fiscale définit des conventions qui laissent une place plus ou moins large à interprétation. Dans le monde des sociétés cotées, elle voit pour référence le cours de bourse, sans beaucoup de marge d interprétation. Dans son résultat annuel, l entreprise retiendra pour ses placements la valeur de marché. De même les portefeuilles d actions cotées sont évalués au cours de bourse pour les particuliers La valeur historique est par ailleurs la règle pour les participations détenues à long terme, dont seule la plus-value sera taxée lors de sa réalisation par l entreprise Pour les titres non cotés, en matière d évaluation pour les droits de succession, l ISF ou les droits d enregistrement, l administration fiscale a élaboré une doctrine qui est décrite dans son guide de l Evaluation Fiscale, dont la dernière édition date de novembre 2006 Examinons son panorama Primes et décotes dans le contexte fiscal 5

6 Primes et décotes dans le contexte fiscal Primes et décotes dans le contexte fiscal 6

7 Primes et décotes dans le contexte fiscal Synthèse des primes et décotes acceptées par l administration fiscale établie par la SFEV III-Les grandes natures de décotes en matière de 7

8 Les grandes natures de décotes en matière de III.1 - Décote de holding Les principaux facteurs explicatifs des décotes de holding sont les suivants : L opacité et une création de valeur disparate : Les actifs des holdings, outre les participations stratégiques, sont constitués d actifs divers dont la valeur d utilité n est pas toujours très facilement déterminable L illiquidité : La liquidité des actions (possibilité de négocier leur cession sur les marchés dans des conditions normales) diminue au fur et à mesure que l on «monte» dans l organigramme des groupes en cascade Les frottements fiscaux : Double taxation, au sein du holding puis dans les mains de l actionnaire, délai de remontée des dividendes Les grandes natures de décotes en matière de III.1 - Décote de holding Au cours des cinq dernières années, elles ont évolué entre environ 10% et 40%, la décote minimum correspond à celle observée lorsque les marchés boursiers étaient au plus haut (2007) et vice versa Une étude réalisée sur six Holding significatives en avril 2012, fait état de décotes comprises entre 23% et 39% avec une moyenne se situant à 33%. Les décotes ont été mesurées en comparant le cours de bourse des sociétés respectives à leur ANR publiés (lui-même déterminé par les méthodes intrinsèques : DCF voir par la méthode du cours de bourse pour les sous jacent cotés) Holding ANR ( /action) 1 Décote vs cours de clôture 2 Décote vs moyenne 1 mois 2 Eurazeo 57,2-35,7% -33,6% GBL 78,31-28,7% -26,2% Wendel 98,6-38,9% -34,1% Altamir Amboise 12,1-39,5% -39,4% IDI 40,04-37,6% -38,9% Exor 25,2-27,5% -23,5% Moyenne -34,7% -32,6% Médiane -36,6% -33,8% 1 : dernier ANR publié 2 : Données au 04/04/2012 8

9 Les grandes natures de décotes en matière de III.1 - Décote de holding La décote représente ici l écart entre la valeur intrinsèque (DCF) calculée dans le modèle TRIVAL (1) quotidiennement et le cours de bourse. Cette valeur s appuie sur une intégration proportionnelle des prévisions de flux des participations cotées ou non, actualisées au taux approprié compte tenu du risque des activités et du levier financier Le taux de décote constaté est très faible dans lors d une «bulle» comme en 2007 ou très élevé pendant la crise financière mais il retrouve son niveau «normal» de 30 % depuis début janvier % 40% 30% 20% 10% 0% Echantillon : Bouygues, CNP jusqu en mars 2011, Eurazeo, EXOR, FFP, GBL, Vivendi, Wendel (1) TRIVAL est la base de données suivie par Associés en Finance, à partir de laquelle il publie notamment les primes de risque observées. Les grandes natures de décotes en matière de III.1 - Décote de holding Le cas particulier d autres décotes de l ANR sur le cours de bourse : les foncières Valorisation : Modèle Trival au 28 juin 2013 Pays Société Cours ( ) Prix d'équilibre ( ) Au 28 juin 2013 Révision du prix d'équilibre au 2ème trimestre 2013 (hors effets de marché) Ecart Prix d'équilibre par rapport au cours (%) Surcote (+) / Décote (-) Cours sur ANR 31/12/12 * FR Klépierre % 6% FR Mercialys % -8% NL Corio % -20% FR Unibail-Rodamco % 38% UK Hammerson % -3% US Simon Property Group % FR Foncière des Régions % -8% FR Gecina % -12% FR Foncière des Murs % -14% BE Cofinimmo % -5% FR Silic % -13% FR Altarea Cogedim % -4% FR Icade % -18% Moyenne hors Altarea et Icade 5% -4% Moyenne sur tout le secteur 4% -5% * ANR EPRA triple net à fin décembre 2012, ajusté des éventuelles distributions de dividendes intervenues depuis lors Révisions : révision supérieure à 3%, révision positive inférieure à 3%, révision négative jusqu'à -3%, révision négative au-delà de -3% 9

10 Les grandes natures de décotes en matière de III.1 - Décote de holding Ecart sur les foncières L écart représenté ici est la différence entre la valeur intrinsèque (DCF) des sociétés foncières (échantillon en page précédente) et le cours coté. La valeur de DCF correspond au coût du capital issu des paramètres des marchés financiers. Celui-ci peut être différent du coût du capital utilisé dans les valeurs d expertise 10% 5% 0% -5% -10% -15% -20% Les grandes natures de décotes en matière de III.2 - Décote de minorité Justifications de la décote de minorité : Inconvénients inhérents à l absence de pouvoir Difficulté d influer sur la politique de distribution de dividendes Impossibilité d agir sur la stratégie de l entreprise Moindre connaissance du fonctionnement et de la situation de l entreprise La décote de minorité peut-être appréhendée différemment selon les méthodes de valorisation Discounted Cash Flow (dans le cas de DCF to Firm) Aucune raison de penser que la valeur des flux de trésorerie appréhendé par un actionnaire minoritaire (après prise en compte de leur quote-part de détention) ne puisse être différente de la valeur de ces mêmes flux pour un actionnaire majoritaire Comparables boursiers Les observations boursières sont déjà représentatives de la valorisation d une société du point de vue d un actionnaire minoritaire 10

11 Les grandes natures de décotes en matière de III.2 - Décote de minorité Transactions comparables Si la transaction porte sur une participation majoritaire, il est probable qu une prime de contrôle ait été payée par l acheteur. il s agit moins d une décote de minorité que de l annulation de la prime de contrôle payée lors de la transaction Au contraire, on peut parfois observer une prime de minorité attachée aux actions qui permettent à l acheteur, à la marge, de franchir un seuil de contrôle et d exercer ainsi un supplément de pouvoir (OPRO) Ainsi, le concept de décote de minorité - sauf cas particuliers (actions de préférence ) - ne se justifie pas de façon mécanique dans toutes les situations Pourtant, il est souvent délicat de céder des actions minoritaires de sociétés dont le marché des titres est étroit. Ainsi, s il est justifié d appliquer une décote lors de l évaluation d actions minoritaires, c est du fait de leur caractère illiquide et non pas de leur caractère minoritaire Les grandes natures de décotes en matière de III.3 - Décote d illiquidité Elle est liée au risque financier : Risque de ne pouvoir vendre à son prix un titre financier Il peut se traduire, soit par une impossibilité effective de le vendre, soit par une décote dite d illiquidité La décote d illiquidité est la plus couramment admise Elle consiste à appliquer à la valeur obtenue par référence au marché boursier (multiples de comparables et, prime de risque) une décote pour tenir compte du fait que la cible à évaluer (ou les titres de la société) n est pas cotée L utilisation de la décote d illiquidité, dont le principe est assez généralement accepté, se heurte à une difficulté de quantification et d évaluation 11

12 Les grandes natures de décotes en matière de III.3 - Décote d illiquidité Comme on l a vu, le guide de l évaluation de l administration fiscale admet l application de décotes pour non liquidité «les coefficients boursiers retenus ( ) doivent être diminués d une décote pour non liquidité. En effet un titre coté est parfaitement liquide, alors qu un titre non coté ne peut être rendu liquide aussi rapidement. La comparaison pour être pertinente doit donc retenir une décote de l ordre de 20% à 30% Des études empiriques (Mukesh Bajab, David J Denis, Stephen P Ferris et Atulya Sarin «firm value and marketability discounts») donnent des décotes comprisent entre 20% et 30% Analyse des prix payés par des investisseurs privés pour des titres qui ne sont pas librement négociables (restricted shares) en calculant une décote par rapport aux cours cotés de ces mêmes titres où est intervenue la transaction Les grandes natures de décotes en matière de III.3 - Décote d illiquidité Statistiques boursières au 28 juin 2013 La liquidité d un titre s apprécie en fonction : De sa liquidité conjoncturelle, montant des transactions et profondeur des carnets d ordre, synthétisé par le montant absorbable, c est-à-dire le montant en euros négociable dans une séance de bourse avec un écart de cours de 1 % De sa liquidité structurelle, c est-à-dire la part du capital négociable ou flottant Lors de la composition d échantillon, il est important de vérifier la liquidité de chacune des sociétés retenues. Une ETI n a en général que peu de rapport avec une société ici du CAC 40 Transactions Montant absorbable Flottant Coeff. Pays Société (Rang) (M ) (M ) (Rang) (M ) Illiquidité FR Sanofi FR Total FR LVMH FR EADS FR Air Liquide FR Foncière des Murs FR Somfy FR Laurent-Perrier FR Bastide le Confort FR Vranken-Pommery FR Lanson BCC FR Devoteam FR Audika FR Groupe Open FR Le Noble Age FR Groupe Flo

13 Les grandes natures de décotes en matière de III.3 - Décote d illiquidité Modèle Trival au 28 juin 2013 Indépendamment du risque, la liquidité est une composante forte du coût du capital des fonds propres Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille Données au 28 juin 2013 Si l actionnaire est sensible à la liquidité d un titre coté, l ensemble des bailleurs de fonds d une entreprise est encore plus sensible à la taille, comme le montre le graphique ci-après 13

14 Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille Elle peut aussi être appréhendée différemment selon les méthodes de valorisation Méthode des comparables boursiers: si l échantillon est constitué de sociétés comparables en termes d activité mais de taille beaucoup plus importante que celle de la société évaluée Méthode des DCF : au travers d une actualisation des cash-flows futurs intégrant une prime de risque complémentaire Postulat qu un risque accru est attaché aux entreprises de petite taille Principales raisons : - Concentration du management sur une ou quelques personnes - L accès limité au financement - Structure de coûts moins favorable et plus grande sensibilité à la conjoncture Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille Ces risques et les coûts associés existent bien d une part pour les toutes petites entreprises, ainsi que dans certains secteurs spécifiques où la taille est un facteur déterminant Il convient de s interroger avant d appliquer une prime de taille : une entreprise de taille moyenne peut tout à fait bénéficier, en étant positionnée sur une «niche» de marché D une dynamique et de perspectives de développement au moins aussi fortes que les plus grandes entreprises de son secteur Sans que les risques cités ci-dessus soient déterminants Il ne paraît pas alors justifié de lui appliquer une décote Finalement, c est sur cette décote de «petite valeur», plutôt liée à une moindre liquidité, mais qui est souvent associée ou assimilée à la taille, qu un consensus semble se dessiner Des décotes de l ordre de 20 à 30% pouvant être retenues 14

15 Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille Le coût des fonds propres Le coût des fonds propres peut être calculé par le biais du modèle économique du MEDAF (modèle d équilibre des actifs financiers) Le rendement d un actif doit équilibrer la charge totale constituée par le taux d intérêt sans risque et la prime de risque : K β (Rm Rf) + R e = Rf + Rf β a Rm ( Rm Rf ) Rs a : Taux sans risque s : Coefficient de corrélation entre une action et le marché : Rendement du marché actions sur le long terme : Prime de risque de marché : Risque spécifique Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille La prime de risque spécifique La prime de risque spécifique est le surplus de rentabilité qui peut être exigé par les investisseurs pour des actifs aux caractéristiques particulières (liquidité du titre, taille de l entreprise valorisée, ) Cette prime est souvent calculée en fonction de la taille de l entreprise valorisée par rapport à celles de ses comparables Différentes études empiriques ont été réalisées et mesurent la rentabilité observée sur le marché en fonction de la taille des sociétés. Il est ainsi possible d en déduire une prime risque et de taille induite en fonction de la taille des sociétés Barème Les déciles distingués par la matrice Ibottson, Taille du décile Décile Prime de taille qui fait référence en la matière, sont les suivants : Min (m$) Max (m$) 1-0,38% ,81% ,01% ,20% ,81% ,82% ,88% ,65% ,94% ,36% a 4,55% b 10,06% Source: Roger Ibbotson, SBBI Valuation Edition

16 Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille La prime de risque spécifique (suite) Ainsi à titre d exemple, si : La valeur des capitaux propres de l entreprise valorisée à 240m$, et Echantillon des comparables boursiers La capitalisation boursière des entreprises comparables utilisées pour le calcul du bêta s élève en moyenne à 6.900m$ : Capi. Sociétés Devise boursière en M$ * Comparable 1 USD 7 461,0 Comparable 2 USD 8 634,0 Comparable 3 USD 5 634,0 Comparable 4 USD 1 254,0 Comparable 5 USD ,0 Comparable 6 USD 8 063,0 Moyenne 6 900,0 Source : Infinancials Prime spécifique Le montant de la prise de taille s élève à : 2,94% - 0,81% = 2,13% Decile Prime Valeur de l'entreprise valorisée 9 2,9% Moyenne de l'échantillon 2 0,8% Prime Ibbotson 2,1% Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille La détermination du Wacc (ou CMPC, coût moyen pondéré des capitaux) (1/2) Le modèle Trival met en valeur les espérances de rentabilité pour les actionnaires, c'est-à-dire le coût des fonds propres. A partir de ces données, il est possible de calculer le coût moyen pondéré du capital (Wacc) L approche traditionnelle en la matière consiste à calculer le coût moyen pondéré du capital en fonction des proportions respectives du capital et de la dette par rapport au total des capitaux employés en valeur de marche (valeur d entreprise = capitalisation boursière, ajustée de la valeur des intérêts minoritaires et des participations, et majorée des dettes) A partir de Trival et des flux prévus pour chaque société, il est possible de calculer directement le Wacc. A partir des projections de flux dans Trival, on régresse : - Les taux actuariels obtenus en comparant les cash-flows (avant prise en compte des frais financiers et après impôt) à la valeur d entreprise - Les deux attributs que sont le risque opérationnel (à risque financier moyen) et la taille des actifs mis en œuvre. La taille des actifs mis en œuvre est calculée à partir de la valeur d entreprise 16

17 Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille La détermination du Wacc (ou CMPC, coût moyen pondéré des capitaux) (2/2) Les paramètres obtenus par cette régression sont la prime de risque opérationnel, la prime de taille et le résidu. Le taux sans risque n intervient pas car il n y a pas d actif «privé» à risque nul et de taille illimitée. La qualité de la régression est satisfaisante s agissant de données prévisionnelles, avec un R2 de plus de 70% Au 28 juin 2013, à titre d illustration, l écart de WACC entre Alès Groupe et L Oréal est de 430 bp (9.82 % et 5.51 %), et entre Le Noble Age et Orpéa de 310 bp ( 9.64 % et 6.56 %) Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille Multiples de valorisation, biens de consommation VE/EBIT (x) Capitalisation VE 2013 Cours coté Pays Société (M ) (M ) 2013E 2017E FR Alès Groupe FR Inter Parfums FI Amer IT De'Longhi FR Seb DE Puma FR BIC SE Electrolux DE Beiersdorf DE Adidas IT Luxottica US Estee Lauder GB Imperial Tobacco US Kimberly-Clark DE Henkel GB Reckitt Benckiser US Colgate-Palmolive SE Hennes and Mauritz ES Inditex FR L'Oréal GB BAT US Procter and Gamble

18 Les grandes natures de décotes en matière de III.4 - Décote de taille Multiples et capitalisation Ce qui est vrai des taux d actualisation se retrouve au niveau des multiples Appliquer un même niveau de décote sur un échantillon comportant ou non de grandes capitalisation amène des résultats qui peuvent varier significativement Les grandes natures de décotes en matière de III.5 - Les décotes liées aux incessibilités Les options et actions incessibles se distinguent significativement d options ou d actions classiques par leur période d incessibilité et de non exerçabilité qui en font des produits d investissement à risque illiquides pendant une certaine durée Le détenteur d une option ou action sera dans l incapacité, pendant une période déterminée, d exercer ou de céder l option ou l action et supportera donc un certain coût lié à l incessibilité de l option ou de l action Différentes méthodes peuvent être utilisées pour appréhender le coût lié à l incessibilité et le niveau de décote 18

19 Les grandes natures de décotes en matière de III.5 - Les décotes liées aux incessibilités Le coût de l incessibilité d une action vue comme un put (SEC) Coût de l incessibilité correspond à une stratégie de couverture par le biais de l achat d une option de vente Décotes de 20 à 30% Concerne les actions Etudes sur les restricted stocks, possibilité de mesurer ce coût aux Etats Unis Tableau 8 Synthèse des principales études sur les restricted stocks Auteur Année Décote moyenne SEC ,0% M. Gelman ,0% R. R. Trout ,0% J. M. Maher ,0% W. L. Silver ,0% B. A. Johnson ,0% => Décote comprises entre 20 et 35% Les grandes natures de décotes en matière de III.5 - Les décotes liées aux incessibilités La couverture du coût de l incessibilité temporaire d une action (conseil national de la comptabilité) Stratégie d arbitrage consistant à vendre à terme les actions incessibles et à acheter le même nombre d actions au comptant tout en finançant cet achat par un prêt Coût de l incessibilité proche du REPO. Applicable pour les actions (5 à 10%) L incessibilité mesurée par l exercice anticipée (IFRS 2) : concerne les options : Interprétations IFRS 2 (paragraphe B7) exclut la prise en compte de l incessibilité La norme permet de prendre en compte l incessibilité au travers d une réduction de la maturité de l option Décotes variables suivant les maturités et volatilité : 20 à 40% 19

20 Les grandes natures de décotes en matière de III.5 - Les décotes liées aux incessibilités Incessibilité mesurée sur des émissions de BSAAR (bons de souscription et ou d acquisition d actions remboursables) Date Niveaux de décote des différentes émissions Maturité Période Décote Emetteur du BSAAR d incessibilité d incessibilité (année) (année) (%) février 2013 Fleury Michon ,5% décembre 2010 Aedian ,5% juin 2010 Mersen ,0% mai 2010 Eurofins ,5% octobre 2009 Monsieur Bricolage ,5% septembre 2009 Ausy ,3% juillet 2009 Orpéa ,8% avril 2009 Bonduelle 7 1,5 25,0% décembre 2008 Overlap Group ,0% octobre 2008 NextradioTV ,0% août 2008 STEF-TFE ,0% juillet 2008 Keyrus ,0% juin 2008 Assystem ,6% mai 2008 LVL médical ,9% janvier 2008 Akka Technologies ,0% janvier 2008 Proméo ,3% janvier 2008 Espace production ,3% Moyenne 27,9% Médiane 29,0% Source : note d opérations disponibles sur le site de l AMF pour des émissions ayant des périodes d'incessibilité proches. Les décotes sont comprises entre 20 et 35% avec une moyenne proche de 28% IV-Primes de contrôle et analyse des synergies 20

21 Primes de contrôle et analyse des synergies La prime de contrôle représente le prix supplémentaire constaté par rapport à la valeur de référence d une société qu un investisseur paie pour détenir le contrôle de cette société Une étude empirique réalisée en 2006 sur un échantillon de 150 opérations (offres publiques) fait état de primes sur le cours de bourse proches de 27% 40% 35% Méthodes appliquées Expert Evaluateur Nombre En % Nombre En % Discounted Cash Flow % % Comparables boursiers % % Cours de bourse 99 27% 99 30% Transactions comparables 56 25% 56 31% Cession de bloc 55 4% 55 4% Actif Net Réevalué 46 20% 46 25% Dividendes 12 24% 12 24% ,4% ,3% 30% 25% 20% 15% Evaluateur Expert 10% 5% 0% Discounted Comparables Cash Flow boursiers Cours de bourse Transactions Cession de comparables bloc Actif Net Réevalué Dividendes Primes de contrôle et analyse des synergies Les primes les plus importantes concernent les méthodes analogiques et la méthode du cours de bourse Elles sont plus faibles pour les méthodes d évaluation intrinsèques (DCF, ANR et dividendes) et les références à une cession de bloc Dans de nombreuses situations, l évaluateur doit s interroger sur la justification économique et la rationalité d une prime payée La constatation d une telle prime est de nature à faciliter l argumentaire dans le cas d une Offre Publique, et en cas d OPRO tout particulièrement : Quelle part des synergies est payée, «partagée» avec les vendeurs? Mais pour l initiateur qui va payer le prix, ou en cas d apports rémunérés par des titres à émettre, qui se traduiront l un comme l autre part un effet de dilution sur le Bénéfice Par Action (BPA ou EPS) pour les actionnaires de l initiateur, la prime constatée doit faire l objet d une justification au travers de l analyse des synergies attendues du rapprochement 21

22 Primes de contrôle et analyse des synergies IV.1 - Question des synergies dans différents contextes La note de la SFEV de 2008 observait que la prime de contrôle correspondait à la valeur de «contrôle» issue d une meilleure gestion, et des synergies opérationnelles. Elle établissait une corrélation entre les synergies annoncées et la prime offerte sur le prix comme l indique le graphique ci-dessous : Cf étude SFEV Primes de contrôle et analyse des synergies IV.1 - Question des synergies dans différents contextes Cet échantillon date de

23 Primes de contrôle et analyse des synergies Sur des opérations plus récentes on peut constater ce qui suit : Société prime induite sur valo cours de bourse prime induite sur Prix de l'offre par valo DCF Date Type d'opération Société visée Instrument financier Marché Synergie action ( ) (Emetteur/Initiateur) Fourchette basse Fourchette haute Valeur centrale 10/07/2013 Offre Publique 20/03/2013 Offre Publique 11/06/2013 Offre Publique AUBAY AEDIAN Action ordinaire Euronext 6,8 92,0% 123,0% 37,0% Synergies commerciales mentionnées, pas de calcul JMB ENERGIE AEROWATT Action ordinaire AlterNext 18 33,7% 45,7% 45,7% Synergies mentionnées, pas de calcul CASSIDIAN CYBERSECURITY SAS ARKOON NETWORK SECURITY Action ordinaire AlterNext 3,25 29,0% 54,0% 7,3% Synergies mentionnées, pas de calcul 22/01/2013 Offre Publique EUROFINS DISCOVERY SERVICES LUX HOLDING CEREP Action ordinaire AlterNext 2 78,0% 88,9% 53,8% Synergies mentionnées, pas de calcul 16/10/2012 Offre Publique TOYOTA TSUSHO CORPORATION CFAO Action ordinaire Euronext 37,5-1,1% 22,9% 1,0% Synergies mentionnées, pas de calcul 02/10/2012 Offre Publique OSIATIS E.S.R. Action ordinaire Euronext 56,5% 158,2% 10,6% Non indiqué ; Offre Publique d'echange 22/05/2012 Offre Publique 15/11/2012 Offre Publique VINCI ENTREPOSE CONTRACTING Action ordinaire Euronext ,6% 38,4% entre 11,4% et Ok calcul voir onglet synergie 35,1% STRUB ESPACE PRODUCTION Action ordinaire Euronext 21 77,1% 145,6% 38,2% Non indiqué INTERNATIONAL 10/07/2013 Offre Publique PERCEVA HOLDING GROUPE MONCEAU FLEURS Action ordinaire AlterNext -30,5% 4,0% 328,3% Pas de synergie envisagée Offre Publique 28/02/2012 CARREFOUR GUYENNE ET GASCOGNE Action ordinaire Euronext 74,25-7,6% 1,3% 13,2% Non indiqué d'echange ; Offre Publique Offre Publique 18/09/2012 SEAGATE SINGAPORE INTERNATIONAL LACIE S.A. Action ordinaire Euronext 4,5 34,6% 43,1% 20,5% Pas de synergie envisagée HEADQUARTERS PTE LTD 04/09/2012 Offre Publique Lagardère LEGUIDE.COM Action ordinaire AlterNext 28 46,3% 71,4% Pas de DCF Pas de synergie envisagée 18/09/2012 Offre Publique Air Liquide Santé International LVL MEDICAL GROUPE Action ordinaire ; Bon de souscription et/ou d'acquisition d'actions remboursables Euronext 30,89 98,0% 123,0% (sans / avec Ok calcul voir onglet synergie synergie) 17% / 4% 03/07/2012 Offre Publique 17/07/2012 Offre Publique 28/05/2013 Offre Publique 18/09/2012 Offre Publique 17/07/2012 Offre Publique 16/05/2013 Offre Publique TRIDIMENSION HOLDING METROLOGIC GROUP Action ordinaire Euronext 32 4,0% 14,0% 27,0% Non indiqué BIGBEN INTERACTIVE MODELABS GROUP Action ordinaire Euronext 5 11,0% 29,5% 22,2% Pas d'indication ANDROMEDE OENEO Action ordinaire Euronext 3,2 21,8% 35,1% 6,9% Non indiqué KANTAR PRESS INDEX Action ordinaire AlterNext 6,81 36,0% 70,0% 26,0% Pas d'impact des synergies, voir onglet synergie PROWEBCLUB PROWEBCE Action ordinaire AlterNext 18 31,4% 61,5% 7,5% Non indiqué AL AYUNI INVESTMENT AND CONTRACTING SIRAGA SA Action ordinaire AlterNext 11-7,4% 1,4% 41,1% Synergies mentionnées, pas de COMPANY calcul 15/02/2012 Offre Publique 15/02/2012 Offre Publique CRISTAL UNION ; SOCIETE VERMANDOISE SOCIETE SUCRIERE DE DE SUCRERIES PITHIVIERS LE VIEIL CRISTAL UNION ; SOCIETE CHAMPENOISE SOCIETE VERMANDOISE DE DE GESTION SUCRERIES Action ordinaire Euronext 1 692,76 109,4% 119,2% entre 12,2% et Non indiqué 26,2% Action ordinaire Euronext 3 487,30 92,0% 110,4% entre 10,7% et Synergies mentionnées, pas de 23,1% calcul 31/01/2012 Offre Publique 22/01/2013 Offre Publique INTELCIA THE MARKETINGROUP Action ordinaire AlterNext 5,04 91,2% 106,2% 6,2% Synergies mentionnées, pas de calcul THERMO TECHNOLOGIES THERMOCOMPACT Action ordinaire Euronext 22,7 25,5% 36,7% 9,2% Peu de synergies envisagées 19/02/2013 Offre Publique NETGEM ; Offre Publique d'echange VIDEO FUTUR ENTERTAINMENT Action ordinaire ; Obligation AlterNext 0,15 35,0% 78,0% 1,0% Non indiqué GROUP SA convertible en actions 05/01/2012 Offre Publique 10/04/2012 Offre Publique COMPAGNIE INDUSTRIELLE ET FINANCIERE XIRING Action ordinaire AlterNext 17 24,3% 27,2% 10,9% Non indiqué D'INGENIERIE, INGENICO HTP MANAGER HITECHPROS Action ordinaire AlterNext 7-2,0% 37,0% 4,0% Non applicable Primes de contrôle et analyse des synergies IV.1 - Question des synergies dans différents contextes L échantillon ci-dessus date de 2007 De nombreuses opérations de prise de contrôle font état des synergies, mais la communication à cette occasion n est pas nécessairement très développée, pour diverses raisons, liées au fait que les émetteurs refusent de communiquer des prévisions au-delà d une guidance sur l exercice en cours Les calculs sont rarement présentés De plus, dans les offres publiques, notamment dans les squeeze-out, la prime offerte indique de fait le montant des synergies que l acquéreur est prêt à payer, et celles-ci sont en général l affaire de l acquéreur qui n a généralement pas à en justifier. L expert indépendant peut apprécier la pertinence de procéder à des analyses plus ou moins poussées selon les contextes pour apprécier le caractère équitable du prix d offre en fonction des synergies attendues par l initiateur 23

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES SOFT COMPUTING TRANSITION AUX 1- CONTEXTE DE LA PUBLICATION 2- ORGANISATION DU PROJET DE CONVERSION 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES 4- TABLEAU DE RAPPROCHEMENT DES CAPITAUX PROPRES

Plus en détail

Connexion : accès à la page de «LOGIN»

Connexion : accès à la page de «LOGIN» UTILISATION DU PLAN DE MARCHE TRIVAL D ASSOCIES EN FINANCE (Principales fonctionnalités) www.associes-finance.com puis cliquez sur : Connexion : accès à la page de «LOGIN» 1. Accédez par l adresse générale

Plus en détail

Information Réglementée

Information Réglementée Paris, le 30 juin 2011 Information Réglementée Emission par LVMH de 18 037 011 actions nouvelles en rémunération de l apport d'actions de la société BULGARI représentatives de 55,03% de son capital Ce

Plus en détail

Guide de l évaluation des entreprises et des titres des sociétés

Guide de l évaluation des entreprises et des titres des sociétés 1 Guide de l évaluation des entreprises et des titres des sociétés * * * Commentaires de la Société Française des Evaluateurs * * * Remarques préalables : La Société Française des Evaluateurs (SFEV) a

Plus en détail

VIVENDI 7 279 157 930 : 42, 75008 PARIS - 343 134 763 - RCS

VIVENDI 7 279 157 930 : 42, 75008 PARIS - 343 134 763 - RCS Société Anonyme à Directoire et Conseil de surveillance au capital de 7 279 157 930 Siège social : 42, avenue de Friedland 75008 PARIS - 343 134 763 - RCS Paris Rapport complémentaire du Directoire sur

Plus en détail

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Transactions Maroc AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Strictement confidentiel Les étapes clefs La préparation, un facteur clef de succès Quelle

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 n NexResearch FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 25 Mars 2010 Données boursières K 2008 2009 2010e 2011e 2012e Dern. Cours, 38,53 Chiffre d'affaires 15 115 19 495 27 500 30 200 33 000 Cap.

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Fusion par voie d absorption de la société Financière du Loch par la société Bolloré

COMMUNIQUE DE PRESSE. Fusion par voie d absorption de la société Financière du Loch par la société Bolloré COMMUNIQUE DE PRESSE Fusion par voie d absorption de la société Financière du Loch par la société Bolloré Ce communiqué est établi conformément à l article 12 de l instruction de l Autorité des marchés

Plus en détail

HBS Technologie. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575

HBS Technologie. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575 HBS Technologie S.A. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575 DESCRIPTIF D UN PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIONS QUI SERA

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse

La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse I- Contexte de l'évaluation et perspectives... 2 1) Contexte de l évaluation... 2 2) Les demandeurs de l'évaluation?... 2 3) Perspectives... 3

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

FUSION PAR VOIE D ABSORPTION DE LA SOCIETE FIN CAP PAR LA SOCIETE VIDELIO

FUSION PAR VOIE D ABSORPTION DE LA SOCIETE FIN CAP PAR LA SOCIETE VIDELIO PAPER AUDIT & CONSEIL FUSION PAR VOIE D ABSORPTION DE LA SOCIETE FIN CAP PAR LA SOCIETE VIDELIO * * * RAPPORT DU COMMISSAIRE A LA FUSION SUR LA VALEUR DES APPORTS Paris, le 18 novembre 2015 Société d expertise

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS présentée par BNP Paribas Crédit Agricole Corporate and Investment Bank HSBC France Rothschild & Cie Banque Société Générale Termes de l Offre : 30 euros

Plus en détail

AffiParis lance une augmentation de capital de 25,7 millions d euros avec maintien du droit préférentiel de souscription

AffiParis lance une augmentation de capital de 25,7 millions d euros avec maintien du droit préférentiel de souscription Paris, le 25 octobre 2011 AffiParis lance une augmentation de capital de 25,7 millions d euros avec maintien du droit préférentiel de souscription - EMISSION D ACTIONS AVEC MAINTIEN DU DROIT PREFERENTIEL

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONSEQUENCES DE LA MODIFICATION DES

RAPPORT SUR LES CONSEQUENCES DE LA MODIFICATION DES RAPPORT SUR LES CONSEQUENCES DE LA MODIFICATION DES MODALITES D EXERCICE DES BSAAR OVERLAP ET L AVANTAGE EN RESULTANT POUR LEUR PORTEURS Ce document comporte 16 pages 7 septembre 2012 Ce rapport ne constitue

Plus en détail

Sfev. Matinales de la SFEV. Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique

Sfev. Matinales de la SFEV. Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique Sfev Matinales de la SFEV Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique Thomas Bouvet, Directeur Général délégué d Europe Offering Frédéric Dubuisson, Director

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

SA CEGID Société Anonyme au capital de 5 653 066,20 euros Siège social : 123/125 avenue Barthélemy Buyer Lyon 5 ème (Rhône) 327 888 111 RCS LYON

SA CEGID Société Anonyme au capital de 5 653 066,20 euros Siège social : 123/125 avenue Barthélemy Buyer Lyon 5 ème (Rhône) 327 888 111 RCS LYON SA CEGID Société Anonyme au capital de 5 653 066,20 euros Siège social : 123/125 avenue Barthélemy Buyer Lyon 5 ème (Rhône) 327 888 111 RCS LYON NOTE D INFORMATION EMISE EN VUE DE LA MISE EN ŒUVRE D UN

Plus en détail

La transmission des petites entreprises : un guide de la CCEF

La transmission des petites entreprises : un guide de la CCEF La transmission des petites entreprises : un guide de la CCEF PAR LA COMPAGNIE DES CONSEILS ET EXPERTS FINANCIERS Face au constat que les 20 000 entreprises d une valeur inférieure à 1 M se transmettent

Plus en détail

des marques 4 L évaluation financière LA NOTION DE MARQUE

des marques 4 L évaluation financière LA NOTION DE MARQUE 4 L évaluation financière des marques Guy Jacquot, Compagnie nationale des experts judiciaires en finance et diagnostic (CNEJFD) Sébastien Sancho, Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC)

Plus en détail

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche?

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Marie Desportes : Turenne Capital Didier Martin : Responsable des financements d acquisition SG Méditerranée

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR)

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004 relatif au plan comptable des fonds communs de placement à risques Sommaire TITRE V OPCVM SPECIFIQUES Chapitre I - Fonds communs de placement

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 12 JUIN 2013 1 Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 Sociétés du CAC 40 12 JUIN 2013 2 / 19 Eléments de contexte Rappel sur la norme IAS 36 L entité doit apprécier, à chaque arrêté comptable,

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

La communication financière sur la norme IAS 36

La communication financière sur la norme IAS 36 La communication financière sur la norme IAS 36 (dépréciations d actifs)* Étude de l impact de la crise sur les états financiers 2008 des sociétés du CAC 40 Édito Le département Evaluation & Stratégie

Plus en détail

Note d information émise à l occasion de la mise en œuvre du programme de rachat d actions propres soumis à l Assemblée Générale Mixte du 28 juin 2006

Note d information émise à l occasion de la mise en œuvre du programme de rachat d actions propres soumis à l Assemblée Générale Mixte du 28 juin 2006 MONTUPET S.A. SA au capital de 17.489.161,04 euros Siège social : 202 quai de Clichy - 92110 CLICHY RC NANTERRE B 542 050 794 ------------------------------------------ Note d information émise à l occasion

Plus en détail

L évaluation financière des marques

L évaluation financière des marques L évaluation financière des marques Guy Jacquot Expert Judiciaire pré la Cour d Appel de Paris, Associé Sorgem Evaluation SFEV 13 mars 2014 Sorgem Evaluation 11, rue Leroux 75116 PARIS www.sorgemeval.com

Plus en détail

DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE AU PROJET DE NOTE D INFORMATION DE GROUPE SERMA au titre de la GARANTIE DE COURS

DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE AU PROJET DE NOTE D INFORMATION DE GROUPE SERMA au titre de la GARANTIE DE COURS DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE AU PROJET DE NOTE D INFORMATION DE GROUPE SERMA au titre de la GARANTIE DE COURS Visant les actions de la société Serma Technologies Prix de l offre de Garantie de

Plus en détail

PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT PAR. portant sur 500.000 de ses propres actions en vue de la réduction de son capital

PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT PAR. portant sur 500.000 de ses propres actions en vue de la réduction de son capital PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT PAR portant sur 500.000 de ses propres actions en vue de la réduction de son capital PRÉSENTÉE PAR CONSEILLÉE PAR Prix de l Offre : 15 euros par action Durée de l Offre

Plus en détail

A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12

A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12 Guy Cohen guy@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 30 août 2006 A Toute Vitesse (FR0010050773 MLATV) FAIR VALUE : 12 Données boursières Compte de résultat, M 2005 2006 e 2007 e 2008e Dern. Cours 7,70 Chiffre

Plus en détail

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Note d'information établie à la suite de la décision du Conseil d Administration du 8 décembre

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Emission et attribution gratuite de BSA aux actionnaires

Emission et attribution gratuite de BSA aux actionnaires Paris, le 23 juin 2013 Emission et attribution gratuite de BSA aux actionnaires Période d exercice des BSA du 28 juin 2013 au 30 juin 2015 Prix d exercice : 0,03 Adomos avait indiqué dans son communiqué

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013

COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013 4 COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013 1 Compte de résultat consolidé 2 2 État de résultat global consolidé 3 3 Bilan consolidé 4 4 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 5 Tableau de variation des capitaux

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT

LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT Il faut distinguer deux catégories d entreprise pour

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier La valorisation d'entreprises innovantes Eric Rattier Plan de l intervention 1. Introduction 2. Quelles méthodes utiliser pour valoriser une entreprise innovante? 3. Conseils pour utiliser la méthode des

Plus en détail

Prix de l Offre : 2,06 euros par action Gecimed Durée de l Offre : 10 jours de négociation AVIS IMPORTANT

Prix de l Offre : 2,06 euros par action Gecimed Durée de l Offre : 10 jours de négociation AVIS IMPORTANT Cette offre et le projet de note d information restent soumis à l examen de l AMF DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RETRAIT SUIVIE D UN RETRAIT OBLIGATOIRE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE INITIEE

Plus en détail

Evaluation des marques

Evaluation des marques Evaluation des marques GUY JACQUOT / CNEJFD SEBASTIEN SANCHO / CNCC THIERRY VILLOTTE / GUY DEGRENNE (Président) Date Titre de la présentation 1 Sommaire La notion de marque Contextes d évaluation des marques

Plus en détail

COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D'UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE AU PROJET D'OFFRE PUBLIQUE D'ACHAT INITIÉE PAR NSE HOLDING PRÉSENTÉE PAR

COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D'UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE AU PROJET D'OFFRE PUBLIQUE D'ACHAT INITIÉE PAR NSE HOLDING PRÉSENTÉE PAR COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D'UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE AU PROJET D'OFFRE PUBLIQUE D'ACHAT INITIÉE PAR NSE HOLDING PRÉSENTÉE PAR Le présent communiqué établi par ECT Industries relatif à la présente

Plus en détail

PALATINE COURT TERME DYNAMIQUE

PALATINE COURT TERME DYNAMIQUE PALATINE COURT TERME DYNAMIQUE OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 3 JUIN 212 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 ETAT DE RESULTAT GLOBAL SEMESTRIEL... 2 RESULTAT NET HORS ELEMENTS NON RECURRENTS...

Plus en détail

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES ETATS FINANCIERS 2010 ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES 2010 EDENRED COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES Compte de résultat pro forma p.2

Plus en détail

Norme IFRS 2 Paiement fondé sur des actions

Norme IFRS 2 Paiement fondé sur des actions Norme IFRS 2 Paiement fondé sur des actions **** FONDACT 11 janvier 2007 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Le contexte 2. Un exemple 3. Le cadre juridique et fiscal 4.

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

Les TURBOS. Division (12pt)

Les TURBOS. Division (12pt) Les TURBOS Division (12pt) Le prospectus d émission des certificats TURBOS a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 3 mai 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi sous

Plus en détail

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Le sujet comporte trois dossiers indépendants : - un diagnostic financier basé sur le besoin en fonds de roulement normatif et le tableau de flux de trésorerie de

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE L AMF appelle l attention des souscripteurs sur le niveau élevé des frais directs et indirects maximum auxquels est exposé ce Fonds. La rentabilité de l investissement

Plus en détail

SLF (France) ACTIONS FRANCE

SLF (France) ACTIONS FRANCE SLF (France) ACTIONS FRANCE Fonds commun de placement Conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE Société de gestion SWISS LIFE ASSET MANAGEMENT (France) 86, boulevard Haussmann 75 008 PARIS Dépositaire

Plus en détail

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse.

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. 12 mars 2004 Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. L Offre et la diffusion au public de la note d information restent

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions

JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions Paris, le 27 mai 2015 JCDecaux SA (Euronext Paris : DEC), numéro un mondial de la communication extérieure,

Plus en détail

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action COMMUNIQUE DE PRESSE OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action Un premier semestre riche de trois nouveaux investissements conclu le 31 juillet par

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions!

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions! LES TURBOS Investir avec du levier sur les indices et les actions! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

DEPOT PAR GENERALE DE SANTE D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE VISANT LES ACTIONS DE

DEPOT PAR GENERALE DE SANTE D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE VISANT LES ACTIONS DE Le présent communiqué ne constitue pas une offre en vue d acquérir des titres. L offre publique d achat simplifiée décrite ci-après ne pourra être ouverte qu une fois déclarée conforme par l Autorité des

Plus en détail

Cette opération permettra de renforcer les fonds propres et la structure financière de la société et d accélérer le développement du Groupe

Cette opération permettra de renforcer les fonds propres et la structure financière de la société et d accélérer le développement du Groupe Ce communiqué de presse ne peut être publié, distribué ou transmis directement ou indirectement hors de France EMOVA GROUP (anciennement dénommée GROUPE MONCEAU FLEURS) annonce la mise en œuvre d une augmentation

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier»

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier» S informer sur Les SCPI la «pierre papier» Janvier 2014 Autorité des marchés financiers Les SCPI / la «pierre papier» Sommaire Les particularités d un placement en SCPI 03 Les différentes catégories de

Plus en détail

AXA 25 avenue Matignon 75008 PARIS

AXA 25 avenue Matignon 75008 PARIS AXA 25 avenue Matignon 75008 PARIS RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX APPORTS chargé de décrire et d apprécier les avantages particuliers relatifs aux actions de préference (actions de catégorie B) susceptibles

Plus en détail

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland 8 e Conférence Annuelle OPCI 2013 Le Marché de l OPCI face à la crise et suite à la disparition du 210E Dii conférences Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland Paris, 22 janvier 2013 Dii Conférences

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

PALATINE IMMOBILIER PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE

PALATINE IMMOBILIER PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE PALATINE IMMOBILIER OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN : FR0000437550 Dénomination : PALATINE IMMOBILIER Forme juridique

Plus en détail

FINANCIERE AMPERE GALILEE

FINANCIERE AMPERE GALILEE COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE INITIE PAR FINANCIERE AMPERE GALILEE PRESENTE PAR ETABLISSEMENT PRESENTATEUR ET GARANT PRIX

Plus en détail

Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006

Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006 Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 21 septembre 2006. Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006 Le chiffre d affaires consolidé progresse de 19% pour atteindre 650 millions

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT D ACTIONS. portant sur 322.581 actions SI PARTICIPATIONS en vue de la réduction de son capital

DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT D ACTIONS. portant sur 322.581 actions SI PARTICIPATIONS en vue de la réduction de son capital DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT D ACTIONS portant sur 322.581 actions SI PARTICIPATIONS en vue de la réduction de son capital initiée par présentée par Prix de l Offre : 31,00 par action SI

Plus en détail

SG PREMIUM RENDEMENT 6

SG PREMIUM RENDEMENT 6 MAI 2015 WWW.SGBOURSE.FR SG PREMIUM RENDEMENT 6 PÉRIODE DE COMMERCIALISATION DU 30/04/2015 AU 30/06/2015 Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à

Plus en détail

Rendement Décembre 2013

Rendement Décembre 2013 Bouygues Rendement Décembre 2013 Obligation de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Standard

Plus en détail

L OPERATION EST CENTRALISEE PAR INVEST SECURITIES

L OPERATION EST CENTRALISEE PAR INVEST SECURITIES LANCEMENT D UNE AUGMENTATION DE CAPITAL DE 4,4M ET D UNE EMISSION D ORANE RESERVEE POUR 2,6M (montant susceptible d être porté à 3M sous certaines conditions) POUR ACCOMPAGNER LA FUSION AVEC LE GROUPE

Plus en détail

Petit Déjeuner des PME et des Start-up

Petit Déjeuner des PME et des Start-up Advisory Petit Déjeuner des PME et des Start-up Méthodes d'évaluation et facteurs clés influençant la valeur d'une transaction Confidentiel Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate Finance Responsable

Plus en détail

Pargesa. Holding SA. - Résultat net consolidé de CHF 535 millions, contre CHF 426 millions au 1 er semestre 2007

Pargesa. Holding SA. - Résultat net consolidé de CHF 535 millions, contre CHF 426 millions au 1 er semestre 2007 Pargesa Holding SA Genève, le 31 juillet 2008 Communiqué de presse No 4/2008 Résultats du 1er semestre 2008 : - Progression de 6.5% du résultat courant économique à CHF 438 millions - Résultat net consolidé

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

Rachat d actions : les raisons d un engouement

Rachat d actions : les raisons d un engouement Rachat d actions : les raisons d un engouement Maher Abdia Chercheur au groupe ESC Troyes Sabri Boubaker Professeur associé au groupe ESC Troyes, chercheur à l Institut de recherche en gestion de l université

Plus en détail

Acheter-Louer.fr : émission et attribution gratuite de BSA aux actionnaires

Acheter-Louer.fr : émission et attribution gratuite de BSA aux actionnaires Les Ulis, le 12 décembre 2012 Acheter-Louer.fr : émission et attribution gratuite de BSA aux actionnaires Période d exercice des BSA du 17 au 31 décembre 2012 Acheter-Louer.fr avait annoncé dans son communiqué

Plus en détail