Le don de soi pour la célébration de la vie :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le don de soi pour la célébration de la vie :"

Transcription

1 Droit de reproduction réservé Projet de recherche du Bachelor en gestion d entreprise Le don de soi pour la célébration de la vie : Étude du comportement du donneur d organe(s) Par Tout droit de reproduction interdit sans l autorisation écrite de son auteur Genève, OIDC - M. Fratalocchi

2 L auteur de ce projet est le seul responsable de son contenu, qui n engage en rien la responsabilité de l Université ou celle du professeur chargé de sa supervision. Par ailleurs, l'auteur atteste que le contenu est de sa propre rédaction, en dehors des citations parfaitement identifiées, empruntées à d'autres sources. 2

3 Remerciements Je souhaite remercier le Professeur Michelle Bergadaà de m avoir donné l opportunité de réaliser mon projet en Marketing sur le thème du don. Merci également à son assistante, Rana Ammari, pour ses précieux conseils, le temps qu elle m a consacré et le délai supplémentaire qui m a été accordé pour la remise de mon travail. Je voudrais adresser mes remerciements les plus sincères à tous les donneurs et futurs donneurs qui ont accepté d être interviewés et sans qui ce projet n aurait pas pu aboutir. Je désire donc leur exprimer ma plus vive reconnaissance pour leur disponibilité, leur gentillesse et bien évidemment leur témoignage. Un grand merci à mes parents, à mes proches qui m ont soutenue et encouragée ainsi qu à l ASDVO, l association suisse des donneurs vivants d organes, plus précisément Monsieur O.L. qui m a permis d entrer en contact avec des donneurs vivants. 3

4 Résumé succinct Le thème de ce projet de recherche est centré sur le don. Il est donc axé sur le marketing dit non-marchand. C est dans cette optique que nous allons étudier le comportement du donneur d organes. En effet, contrairement au marketing traditionnel, marchand, qui considère deux acteurs : l acheteur et le vendeur, le marketing non-marchand, quant à lui, observe trois acteurs : le donneur ou «l acheteur», le receveur ou «le consommateur», l association ou «le vendeur». 1 En temps normal, l acheteur «donne» de l argent pour obtenir un bien ou un service. Dans le cas présent, nous nous concentrons sur le donneur d organes. Il est considéré comme un «acheteur» car il donne ses organes mais sans rien attendre en retour. C est cette problématique du don que nous allons analyser, plus particulièrement en cherchant à répondre à la question suivante : jusqu où sommes-nous prêts à aller pour l autre? 1 JAFFRAIN, Eric. Le marketing des organisations non-marchandes [en ligne]. 4

5 Table des matières Introduction... 8 Partie théorique Le comportement du donneur d organes, «l acheteur» Le don Une définition du don (du verbe donner) Une première approche Une seconde perspective : «le don modeste» De l intérêt au désintéressement Le don de soi L engagement de soi «Le dévouement» «de sa personne» Le don de soi : un moyen d expression? Le concept de soi L image de soi De L estime de soi à l acceptation de soi : pour une ouverture de soi La fenêtre de JOHARI En faveur d autrui Qui est autrui? Distinction de deux groupes Le respect de l autre Le don de soi : un acte altruiste? L altruisme et l égoïsme Les trois formes d altruisme «L altruiste égoïste» et «l égoïste altruiste» L exemple du don d organes Quelques informations concernant le don d organes en Suisse L identification des types de donneurs, l anonymat et les conditions de prélèvement en Suisse Les modèles de consentement Le modèle du consentement Le modèle de l opposition Le cas de la Suisse

6 Le cas de la France L attribution des organes en Suisse Les règles de priorité Le «Swiss Organ Allocation System» Le don d organes et la dette : la relation symbolique entre le donneur et le receveur La conception négative de la dette considérée pour les donneurs après décès La conception positive de la dette Une critique du don d organes envisagé sous la forme de la dette Les motivations des donneurs d organes Les «théories du contenu» : la pyramide des besoins de Maslow Pour ou contre le don d organes? L éthique Une définition générale de l éthique L éthique et le don d organes La remise en cause de la mort cérébrale comme critère de décès pour le prélèvement d organes La médecine a des limites Le don d organes, est-ce un devoir? Recevoir des organes, est-ce un droit? Les dérives : le trafic d organes, quand le «don» se transforme en une rémunération Partie pratique Entretiens et analyse du comportement Un bref historique de la transplantation en Suisse Les débuts de la transplantation La transplantation d organes dans les années Une révolution médicale dans les années D un acte pionnier maintenant devenu courant : une généralisation dans les années 80 et Le don en Suisse en quelques chiffres Une offre et une demande inégales La collaboration entre la Suisse et les organisations européennes Les centres hospitaliers de transplantation en Suisse

7 2.4 Quelques données concernant les donneurs décédés Quelques données concernant les donneurs vivants Explication de la méthodologie Etude comparative : Analyse du comportement des donneurs après le décès et des donneurs vivants Analyse du don : comment cette notion est-elle perçue? Chez les donneurs après décès et chez les donneurs vivants Analyse du concept de soi et des motivations Le concept de soi : chez les donneurs après décès et chez les donneurs vivants L estime de soi Les motivations du don : le don d organes vu comme une évidence L environnement comme facteur d influence chez les donneurs après décès et chez les donneurs vivants Les événements ou la situation des personnes comme facteurs d influence La prise de décision : devenir un donneur Est-ce qu un donneur après décès pourrait donner de son vivant? Est-ce qu un donneur vivant possède une carte de donneur après décès? Analyse des craintes et de l impact psychologique Chez les donneurs après décès Les craintes Est-ce un sujet de conversation courant? Chez les donneurs vivants Le donneur vivant et la place du receveur après le don Impact psychologique Les donneurs parlent-ils souvent de leur don? Analyse de la perception de l éthique La signification de l éthique selon les donneurs d organes Sauver une vie à tout prix? Solutions proposées pour augmenter le don d organes Le trafic d organes Conclusion Bibliographie Annexes

8 Introduction Les organisations commerciales à but lucratif jouent un rôle important dans les sociétés marchandes. Elles exercent une influence prépondérante et ont une place non négligeable au sein de l économie d un pays. Ainsi leurs objectifs sont orientés vers l efficacité et la profitabilité et ceci dans une optique de maximisation de la satisfaction des clients qu il convient de fidéliser. Pour cela, elles procèdent à des transactions qui se matérialisent par la vente de produits ou de services, ce qui leur permet de perpétuer ou de créer le lien avec les consommateurs. Cependant, nous assistons de plus en plus à des bouleversements dans les façons de penser. Cela se traduit par une réelle prise de conscience collective fondée sur la saturation des besoins matériels qui se manifeste par un basculement des valeurs désormais tournées vers l autre, l environnement, l éthique, et vers plus de responsabilité. C est dans ce contexte que les organisations non-marchandes prennent davantage d importance et suscitent un plus grand intérêt. A cet effet, les organisations non gouvernementales (ONG), les associations sont au cœur d un système fondé sur le don et au travers duquel nous pouvons voir se profiler trois acteurs : le donateur, l organisme ou l intermédiaire et le bénéficiaire. Dans ce projet consacré au don, mon choix s est porté vers le concept du don de soi plutôt que vers le don monétaire car il me tenait plus à cœur. En privilégiant cette première notion, il m a semblé plus intéressant de me positionner du côté du donneur et d analyser son comportement. En adoptant ce point de vue, j ai ainsi choisi de me concentrer sur un thème particulier : celui traitant du don d organes. Les donneurs d organes sont à l origine de diverses interrogations quant aux raisons qui les poussent à faire le premier pas, entreprendre les démarches et à agir. Sans le souhaiter, ils accèdent ainsi aux yeux des receveurs à ce titre honorifique, celui du «sauveur» qui perpétue la Vie. Cela nous amène à nous poser la question suivante : jusqu où sommes-nous prêts à aller pour l autre? 8

9 Dans une première partie théorique dédiée à l étude du comportement du donneur d organes, nous allons, tout d abord, nous concentrer sur la notion de don. Nous étudierons successivement le don, le don de soi ainsi que le don d organes. Ensuite, nous évoquerons le thème de l éthique. Dans une deuxième partie pratique consacrée à l analyse des entretiens, nous tenterons de répondre à la question de recherche quant au comportement des donneurs d organes. Nous évoquerons, à titre introductif, l histoire de la transplantation et nous donnerons des données chiffrées concernant le don en Suisse. Puis, après avoir expliqué la méthodologie de recherche, nous ferons une étude comparative des interviews réalisées auprès des donneurs après décès et des donneurs vivants. 9

10 Partie théorique Le comportement du donneur d organes, «l acheteur» 1. Le don 1.1 Une définition du don (du verbe donner) Plusieurs auteurs ont tenté de définir la notion de don. Cette tâche s est avérée d autant plus difficile que la notion est complexe. Dans cette première partie, nous allons essayer d identifier ses différents aspects et de les analyser afin de construire pas à pas une définition Une première approche Considérons une première approche du don : «il est possible de qualifier de don toute prestation effectuée, sans attente de retour déterminé, en vue de créer du lien social.» 2 Un premier élément important à constater est le terme de prestation. Celui-ci nous indique que l objet du don ne correspond pas uniquement à être un bien ou un service, cela serait bien trop réducteur, mais il représente bien plus que cela. Certes, il peut se manifester d une manière matérielle ou immatérielle, cependant bien d autres choses peuvent être données. Nous pouvons donner de l argent, du temps, des organes, de l amour, de la haine, la vie voire la mort. Un second élément à considérer est celui du lien social puisque le don est au sein d un dispositif créateur de relations sociales et de liens, qui peuvent être directs comme le don de paroles ou indirects comme le don d organes, que nous expliciterons ultérieurement de manière plus approfondie. Nous pourrions émettre une critique sur cette définition qui apparaît sommaire au regard des nombreuses facettes du don. En plus d être restrictive, celle-ci décrit le rapport social comme une finalité et un but premier du don. Toutefois, c est bien parce que cet acte n est pas délibéré qu il confère toute sa grandeur à l acte de donner. 3 2 CAILLE, Alain. Don, intérêt et désintéressement : Bourdieu, Mauss et quelques autres, p Ibid., p

11 1.1.2 Une seconde perspective : «le don modeste» Cela nous amène à poursuivre avec une seconde perspective du don, qualifiée cette fois-ci de «don modeste». Revenons pour cela sur l affirmation précédente «sans attente de retour déterminé», qui détient un rôle central dans cette tentative d explication du don. En effet, le donateur doit envisager et approuver la possible non réciprocité de ce qu il donne. Cela n implique pas forcément qu il n attende rien du tout, ni que son acte soit dénué d intérêt et de motivation mais il s agit seulement pour lui d accepter une asymétrie dans son rapport avec le donataire. Afin d expliquer cette dernière idée, nous pouvons prendre l exemple du donneur qui reçoit quelque chose en retour de son don. Nous identifions deux cas ; soit le donneur se voit adresser un «retour» mais dans un horizon de temps incertain ou lointain, soit ce qu il reçoit détient une valeur inférieure à la sienne. Poursuivons avec ce même exemple, en supposant cette fois-ci que le donateur n obtienne rien en échange de manière directe et matérielle comme un objet, il peut toutefois recevoir quelque chose de manière indirecte et immatérielle tel que la reconnaissance. Cette illustration a ainsi permis de justifier ce déséquilibre dans la relation qui unit le donneur au donataire, tout en mettant en valeur l objectif de la démarche de donner qui ne réside pas dans la réciprocité obligatoire ni dans le fait que celle-ci demeure égalitaire. Cette définition est dite «modeste» car le don peut être intéressé et exister sans désintéressement. 4 Nous reparlerons plus en détail dans la section suivante, de la différence entre ces deux termes De l intérêt au désintéressement Comme nous l avons dit précédemment, donner n est pas nécessairement un acte dépourvu d intérêt pour le donneur. Il convient donc de différencier deux expressions, à savoir «l intérêt à» de «l intérêt pour». Le premier terme désigne l action de faire quelque chose parce que nous avons «intérêt à» le faire au regard de l extérieur et non pas pour notre simple plaisir. Cela véhicule une certaine importance du paraitre. Le second terme, quant à lui, se résume à faire quelque chose pour soi, parce que nous avons de «l intérêt pour» une activité. Reprenons à titre d exemple l illustration exprimée par Alain Caillé ; avant de devenir sportif de haut niveau et 4 CAILLE, Alain. Op.cit., p. 238 RICHARD, Gildas. Nature et formes du don, p

12 d en faire son métier, la personne doit tout d abord être passionnée du sport qu elle pratique, nous parlons «d intérêt pour». Puis comme elle est passée au statut de professionnel, ce sport est devenu un moyen rémunérateur nous parlons alors «d intérêt à». Toutefois, il est important de noter qu il est difficilement envisageable que la personne puisse vivre de ce sport et exceller dans ce domaine si elle ne le fait pas par passion. 5 Pour en revenir au don, nous remarquons que ces deux formes d intérêt se côtoient, elles peuvent coexister ou être indépendantes l une de l autre. Ainsi, nous pouvons retirer un bénéfice du don que nous faisons, par exemple la médiatisation des bonnes actions de personnalités qui peuvent faire des dons d argent ou de temps pour promouvoir leur image. Il s agit d un don avec un «intérêt à». En revanche, il est également possible de faire un don pour notre plaisir, pour soi, car l autre est important pour nous, ou pour soutenir une cause qui nous touche, sans rien rechercher en retour ; comme un riche mécène qui donne de l argent pour soutenir un artiste qu il apprécie, ou pour favoriser la rénovation d un édifice (château), afin de préserver un patrimoine qui lui est cher. Dans ce cas, nous parlons d un don avec un «intérêt pour» puisque la contribution du mécène reste discrète et ne correspond pas à un investissement marketing même si cela peut contribuer d une façon indirecte à favoriser sa réputation. 6 Qu en est-il du désintéressement? Quel rapport entretient-il avec le don? Le désintéressement est l opposé de «l intérêt à» (qui signifie intéressement) tout comme le désintérêt est le contraire de «l intérêt pour» (intérêt dans le sens de plaisir). 7 Pour simplifier, quelqu un qui fait don de son sang le fait par pur désintéressement puisqu il n en retire aucun avantage le concernant. Au final, le don est un concept complexe qui peut être perçu de plusieurs manières différentes. Cette première partie consacrée à sa définition a permis de mieux l appréhender et d en clarifier ses composantes. 5 CAILLE, Alain. Op.cit., p ABC NETMARKETING. Définition Mécénat [en ligne]. 7 CAILLE, Alain. Op.cit., p

13 1.2 Le don de soi Donner son temps en s engageant dans le bénévolat, donner son sang ou ses organes ; voici des exemples de don de soi. Il correspond au «dévouement de sa personne au service des autres» 8 et constitue une forme spécifique du don L engagement de soi Nous allons commencer par approfondir ce que représente l engagement de soi qui est la première composante de la définition citée ci-dessus. «Le dévouement» Tout d abord, le mot dévouement est un terme puissant qui symbolise le fait qu une personne se consacre entièrement à une autre. 9 L idée ainsi véhiculée pourrait s apparenter à un sacrifice, c'est-à-dire renoncer à ses propres intérêts, se priver de certaines choses et ceci d une manière volontaire. 10 Concernant le don de soi, le donneur décide d une manière délibérée de se vouer à l autre. Ce comportement peut être définit comme authentique car il est sincère. Cet engagement fait par celui qui donne, résonne comme une promesse à vocation universelle : celle de donner par amour de l autre et ainsi de transmettre cet amour par le biais du don. Dédier son temps, sa vie, sa personne au service d autrui relève d une très forte implication de la part du donateur. «de sa personne» Par ailleurs, un autre élément intervient dans la définition du don de soi, il s agit de la place de soi et du positionnement de «sa personne» Le don de soi : un moyen d expression? Comme nous l avons expliqué, le don favorise le lien social (section 1.1.1). Si nous concentrons notre attention sur le don de soi, nous pouvons le considérer comme une manière indirecte, pour le donneur, de s exprimer, de communiquer son amour pour la vie ou son attachement pour les personnes, par des gestes, des attentions, des comportements. 8 MICROSOFT ENCARTA. Encyclopédie numérique, le don de soi. 9 Ibid., le dévouement. 10 Ibid., le sacrifice. 13

14 Voici deux illustrations justifiant cela : la personne qui fait don de son sang (par le biais du don de soi) transmet la vie et adresse un message implicite au futur receveur; la confiance en la vie. Les bénévoles qui offrent leur aide, par exemple aux établissements médicosociaux, en rendant visite aux personnes âgées, leur apportent réconfort grâce à une discussion, ou juste par leur simple présence, et rompent ainsi la solitude Le concept de soi Afin de comprendre les comportements de ces donneurs particuliers, dévoués au service d autrui et pour saisir les raisons qui les incitent à utiliser cette forme de don comme un moyen inconscient de communiquer, il convient d analyser le concept de soi. Il s agit de «l'ensemble des connaissances qu'un individu possède à propos de lui-même». 11 Le concept de soi découle de la communication interpersonnelle. 12 Elle se fonde sur un «échange» entre un émetteur et un récepteur. 13 Dans le cas présent, considérons l émetteur comme le donneur, le récepteur comme le donataire et l objet de «l échange» comme le don de soi L image de soi Comment se construit l image de soi? Elle désigne la manière dont nous pensons que les autres nous perçoivent et se développe au fur et à mesure que les étapes de la vie se succèdent. En effet, au moment de la naissance, la connaissance de notre soi est inexistante. Puis, arrive le moment où nous grandissons : un phénomène d imitation prend forme, nous nous identifions à notre entourage, nous voulons être les autres, prendre exemple sur eux, telle une fillette qui joue à la maman. Cela nous amènera plus tard à prendre conscience de ce que nous sommes, de notre «Je». Néanmoins, l image de soi est influencée par ce que pensent les autres de nous. De ce fait une vision négative projetée sur nous, nous renverra une mauvaise image de nous-mêmes et vice versa. De là, découleront nos agissements et nous entrerons dans un cercle vicieux qui façonnera notre estime de soi WIKIPEDIA. Soi (psychologie) [en ligne]. 12 TERRIER, C. Communication - Concept de soi [en ligne]. 13 WIKIPEDIA. Communication interpersonnelle [en ligne]. 14 TERRIER, C. Op.cit. 14

15 De L estime de soi à l acceptation de soi : pour une ouverture de soi Ainsi, selon Gérald Berthoud : «Il faut mettre en évidence la vertu du don, qui est de permettre à la foi l estime de soi et le respect d autrui.» 15 L estime de soi est ce que nous éprouvons quand nos actions rejoignent notre propre image (celle que nous avons de nous), c est à dire le regard que nous portons sur nous, notre valeur. Mais elle n est pas définitive. Elle se transforme au cours de notre existence en fonction de nos actions, des personnes rencontrées et nous conduit à l acceptation de soi. 16 Lorsqu un individu décide de devenir donneur d organes, c est parce qu il y a une adéquation entre sa démarche et sa personnalité. Son action correspond à l image qu il a de lui-même, il éprouve donc un sentiment de mérite strictement personnel. Donner est une manière de se dévoiler, de s ouvrir vers l autre. Pour ce faire, l ouverture de soi est nécessaire, puisque sans elle, il devient impossible de nouer des liens sociaux avec autrui. 17 La connaissance de soi peut aussi être étudiée grâce à la fenêtre de JOHARI, un outil que nous allons analyser dés à présent La fenêtre de JOHARI La fenêtre de JOHARI, est un schéma qui symbolise les dimensions de la connaissance de soi et de l autre, grâce à l étude des comportements des individus. Elle a été conçue par Joseph Luft et Harrington Ingham. Le mot JOHARI provient ainsi de la contraction des prénoms de ses inventeurs. Elle se compose de quatre zones : 1) Le secteur libre, 2) Le secteur caché, 3) Le secteur aveugle et 4) Le secteur inconnu. 15 CAILLE, Alain [et al.]. De la reconnaissance : don identité et estime de soi, p TERRIER, C. Op.cit. 17 Ibid. 15

16 Figure 1 : La fenêtre de JOHARI Source : TERRIER, C. Communication - Concept de soi [en ligne]. 1) Secteur libre : Il représente ce qui est connu par soi-même et par autrui, c'est-à-dire ce que nous divulguons d une manière consciente et volontaire, ce qui relève du public, ce qui est observable, exprimé par soi et admis par les autres. 2) Secteur caché : Il désigne ce qui est uniquement connu de soi. Cela induit une attitude délibérée d évitement pour préserver son intimité, ne pas se dévoiler et garder pour soi des choses que ne nous voulons pas partager ni transmettre. 3) Secteur aveugle : Il correspond à ce que nous ignorons de nous-mêmes mais qui demeure connu des autres. Les individus perçoivent les comportements, les attitudes qui nous caractérisent et dont nous n avons pas conscience. 4) Secteur inconnu : Il indique ce qui est absolument inconnu de soi et des autres individus. 18 Mais comment pouvons-nous situer le don de soi par rapport aux différents concepts de cet outil? 18 BAUDON, Dominique. La fenêtre JOHARI [en ligne]. AUTHENTIS-GUEVORTS, Bernard. Fiche outil communication : Comment sommes-nous perçus? [en ligne]. INDABA-ACADEMIA. La fenêtre de Johari [en ligne]. TERRIER, C. Op.cit. 16

17 Nous observons trois attitudes différentes : Tout d abord, la révélation de soi qui consiste en un agrandissement vertical de la zone 1) Figure 2 : révélation de soi Source : INDABA-ACADEMIA. La fenêtre de Johari [en ligne]. Cela signifie que la personne se dévoile davantage aux autres par un processus d interaction et que d une certaine manière, elle communique implicitement sa confiance à autrui voire son affinité. 19 Cette notion se rapproche de l idée d ouverture de soi vue précédemment. Le don de soi est une manière de se livrer à l autre. Plus le donneur se dévoile à autrui par le don de soi, plus la zone 1) s élargit. L intensité de ce rapprochement, de même que la nature de l objet du don (temps, sang, organes, etc.), vont renforcer les liens sociaux construits. Par exemple, en donnant ses organes, la personne transmet une partie d elle-même. Elle se donne «corps et âme» au receveur et dévoile d une certaine manière sa nature, sa personnalité, grâce à son acte. Une maman qui donne un rein à son enfant se révèle et lui prouve qu elle l aime et qu elle est prête à tout pour le sauver. Puis, il y a aussi la découverte de soi qui se manifeste par l élargissement horizontal de la zone 1) Figure 3 : La découverte de soi Source : INDABA-ACADEMIA. La fenêtre de Johari [en ligne]. 19 INDABA-ACADEMIA. Op.cit. 17

18 L accroissement des interactions aura pour conséquences plus de réactions de la part des individus à notre égard. Ce «feedback» nous permettra de mieux nous connaître et d identifier des caractères nous qualifiant dont nous étions jusque là inconscients. 20 La découverte de soi présentée par la fenêtre de JOHARI peut être assimilée à «l effet miroir» qui désigne «la réflexion de soi à travers le regard de l autre». 21 Le bénévole qui accorde son temps pour s occuper de personnes ou d associations recevra une rétroaction à l égard de son comportement. Ainsi, les personnes aidées lui manifesteront leur reconnaissance, chacune d une manière différente. Le bénévole prendra conscience du bien qu il procure et de la portée de ses actions. Il découvrira la manière dont il est réellement perçu, cette perception allant bien au-delà de ce qu il croyait être. L impact de l engagement du bénévole envers les autres, le rend plus important aux yeux d autrui et ceci bien plus que tout ce qu il pouvait imaginer. Il peut désormais s identifier comme quelqu un qui se préoccupe des autres et de nature généreuse. D ailleurs selon Carl Gustav Jung «Les qualités les plus marquantes d une personne sont souvent inconscientes et ne sont donc visibles que par autrui». 22 Au sujet du don d organes après décès, la rétroaction prend forme à travers la possibilité pour le receveur, de communiquer sa gratitude par le biais d une lettre anonyme, transmise à la famille. Il est vrai que ce «feedback» est indirect puisque le donneur ne pourra jamais prendre connaissance de ce document. Néanmoins, s il avait manifesté sa volonté de donner (carte de donneur, ou par oral à ses proches) avant que ne survienne le décès, il pouvait dés lors imaginer la porté de son acte pour les bénéficiaires. D une certaine manière, il continue d exister par l intermédiaire du receveur grâce à son don. De ce fait, la lettre peut permettre à la famille de prendre conscience, elle aussi, de la nature profonde de ce don. Le donneur ne se découvrira pas lui-même à proprement dit mais il sera reconnu par l intermédiaire du regard que va désormais lui porter sa famille ainsi que le receveur. 20 INDABA-ACADEMIA. Op.cit. 21 PHANEUF, Margot. L effet miroir : médiateur de connaissance et d image de soi [en ligne]. pdf 22 AUTHENTIS-GUEVORTS, Bernard. Op.cit. 18

19 Enfin, la découverte partagée qui se définit par un processus d élargissement de la zone 1) aussi bien horizontalement que verticalement Figure 4 : La découverte partagée Source : INDABA-ACADEMIA. La fenêtre de Johari [en ligne]. Nous parlons alors d un «cercle vertueux» car la découverte est mutuelle. 23 Cette analyse de la fenêtre de JOHARI, nous a permis de comprendre que pour se connaître soi même il faut se dévoiler (c est la révélation de soi). Néanmoins c est également au travers des yeux d autrui que nous apprenons à nous connaître car il nous renvoie une image de soi dont nous ne soupçonnions même pas l existence (c est la découverte de soi). 24 La connaissance de soi est très importante pour la compréhension des relations humaines et notamment en ce qui concerne le don de soi et le comportement du donneur En faveur d autrui Nous allons poursuivre par l explication du deuxième élément de la définition du don de soi : «au service des autres». En effet, c est vers autrui que le geste du donneur est tourné et destiné. 23 INDABA-ACADEMIA. Op.cit. 24 BAUDON, Dominique. Op.cit. 25 PHANEUF, Margot. Op.cit 19

20 Qui est autrui? Distinction de deux groupes Afin de déterminer comment définir autrui, il convient de distinguer différentes catégories. Il y a «les groupes primaires» qui se caractérisent par la famille, les personnes proches, les amis avec lesquels nous entretenons un «sentiment d appartenance communautaire». Puis il y a «les groupes secondaires» composés d individus partageant des traits communs comme la religion, le travail, etc. Dans ce cas de figure, les personnes sont reliées entre elles car elles manifestent une adhésion et une prise de partie à un projet commun. Le dévouement du donateur ne s expliquera pas de la même manière qu il s adresse au premier groupe ou au second. 26 Par exemple une personne qui donne un organe de son vivant à quelqu un de son entourage («groupe primaire») ne correspond pas au même engagement qu une personne qui dédie son organe à quelqu un qu elle ne connait pas, et peut-être avec qui elle n a en commun que la langue ou la religion («groupe secondaire»). Dans ces deux situations, le receveur n appartient pas au même groupe et le comportement du donneur se justifie de manière différente Le respect de l autre La dimension de «l autre» n est pas à négliger dans l explication du don de soi. Reprenons pour cela, la citation de Gérald Berthoud : «Il faut mettre en évidence la vertu du don, qui est de permettre à la foi l estime de soi et le respect d autrui». 27 Nous avons déjà pu expliquer l importance de l estime de soi et le rôle qu elle implique pour le donneur (section ). Néanmoins il s agit de se concentrer vers la notion de respect engendrée par le don de soi. Qu entendons-nous par respect d autrui et qu est ce que cela implique par rapport au don? Du point de vue du don de soi, cela signifie que le donneur a plus de considération pour le receveur que pour l objet du don. L autre est placé au centre de la relation, et détient une plus grande importance que ce qui peut être donné. On parle de la suprématie du «quelqu un» sur le «quelque chose». 28 Afin de mieux comprendre cela, concentrons-nous sur l étymologie latine du mot respect. Il provient du verbe «respicere» qui signifie «regarder derrière, tourner son attention, prendre en considération, protéger». 29 Il est constitué du radical : «specere» (regarder) et d un préfixe: «re» qui exprime la répétition MOSCOVICI, Serge. Psychologie sociale des relations à autrui, p CAILLE, Alain [et al.]. Op.cit. p TOURNEBISE, Thierry. Assertivité : L'affirmation de soi dans le respect d'autrui [en ligne]. 29 GAFFIOT, Félix. Dictionnaire abrégé Latin-Français, respicere, p WIKTIONNAIRE. Respecter [en ligne]. 20

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Un héritage pour la vie. Jocelyne, infirmière

Un héritage pour la vie. Jocelyne, infirmière Un héritage pour la vie Jocelyne, infirmière GUIDE À L INTENTION DES FAMILLES ET PROCHES LE DON DE TISSUS HUMAINS Consentir au don de tissus humains : une possibilité, un choix! Vous pouvez faire une différence.

Plus en détail

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 17 décembre 2007 N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 décembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

C ACHING WAYS. Programme PAI

C ACHING WAYS. Programme PAI ING WAYS C ACHING WAYS COACHING WAYS Programme PAI INTRODUCTION A LA FORMATION COACHING WAYS PAI : Les clés du Coaching Cette formation conduit à devenir coach, à un niveau théorique PCC (ICF). 23 jours

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Carl Rogers et la Relation d Aide 1

Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Il ne paraît guère possible quand il est fait référence à la «juste distance» de ne pas évoquer la «relation d aide», cadre dans lequel cette question s est posée et

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet?

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Dans le cadre de sa campagne d éducation «Internet, les autres et moi», RSA a commandité une étude qui interroge et compare les perceptions

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

Carte de donneur d organes

Carte de donneur d organes Carte de donneur d organes Déclaration pour ou contre le prélèvement d organes, de tissus et de cellules à des fins de transplantation Carte à remplir au verso. Le don d organes sauve des vies. Décidez-vous.

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les dons d organes provenant de personnes décédées. Parlons-en

Les dons d organes provenant de personnes décédées. Parlons-en Les dons d organes provenant de personnes décédées Parlons-en Table des matières Introduction Pourquoi les dons d organes sont si importants? Face aux faits Le taux de succès des transplantations rénales

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES.

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. LE GUIDE POUR TOUT COMPRENDRE En collaboration avec les hôpitaux et les associations

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom Guide de rédaction pour le travail de recherche Dans le cadre du cours SCP-4010-2 Travail remis par Votre prénom et votre nom À Simon Martin (votre enseignant) Centre de formation des Maskoutains 6 juin

Plus en détail

PROGRAMME DU CIO DE SUIVI DE CARRIÈRE DES ATHLÈTES Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org

PROGRAMME DU CIO DE SUIVI DE CARRIÈRE DES ATHLÈTES Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org Veuillez répondre aux questions de manière spontanée. Vos réponses nous permettront d établir les meilleures pratiques pour

Plus en détail

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes :

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes : Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Dans le cadre des débats de ce jour, relatifs aux premières expériences vécues

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise

Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise Ou de la nécessitéde structurer sa communication pour répondre aux attentes de son banquier. Présentation AIBT du 9 Novembre

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Règlement intérieur de l ED Régionale SPI 72

Règlement intérieur de l ED Régionale SPI 72 Règlement intérieur de l ED Régionale SPI 72 (adopté en Conseil de l ED le 6 mai 2008, modifié en conseil le 30 janvier 2009, le 2 juillet 2010 et le 6 juin 2011) Vu l arrêté du 7 août 2006 relatif à la

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC Préambule L intention de ce contrat est de favoriser une compréhension mutuelle sur les différentes possibilités d interactions entre le Centre pour la Communication

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Le questionnaire a été élaboré par la Commission d éthique de la SRLF : Didier

Plus en détail

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS?

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? Ces questions concernent toutes les associations loi de 1901. Concernant les associations sportives, des exigences particulières peuvent être demandées par vos fédérations

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES»

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES» GARTENJAHR ANNEE DU JARDIN ANNO DEL GIARDINO ONN DAL CURTIN 2016 RAUM FÜR BEGEGNUNGEN ESPACE DE RENCONTRES SPAZIO PER INCONTRI SPAZI PER INSCUNTERS CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale.

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. CODE DE DEONTOLOGIE Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. Il a pour but de fixer des points de référence éthiques et déontologiques, spécifiques à la pratique professionnelle

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

CS/01/82. Vu la demande de la Banque-carrefour; Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 13 août 2001;

CS/01/82. Vu la demande de la Banque-carrefour; Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 13 août 2001; CS/01/82 DELIBERATION N 01/70 DU 14 AOUT 2001 RELATIVE A UNE DEMANDE D AUTORISATION POUR LA COMMUNICATION DE DONNEES SOCIALES A CARACTERE PERSONNEL PAR LA BANQUE-CARREFOUR A L IMPRIMEUR DES PASS GRATUITS

Plus en détail

La demande de dispense de cotisations sociales

La demande de dispense de cotisations sociales La demande de dispense de cotisations sociales 012 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters (N hésitez pas à fournir des renseignements supplémentaires sur une feuille séparée ou à soumettre votre curriculum-vitae) Renseignements

Plus en détail