Le don de soi pour la célébration de la vie :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le don de soi pour la célébration de la vie :"

Transcription

1 Droit de reproduction réservé Projet de recherche du Bachelor en gestion d entreprise Le don de soi pour la célébration de la vie : Étude du comportement du donneur d organe(s) Par Tout droit de reproduction interdit sans l autorisation écrite de son auteur Genève, OIDC - M. Fratalocchi

2 L auteur de ce projet est le seul responsable de son contenu, qui n engage en rien la responsabilité de l Université ou celle du professeur chargé de sa supervision. Par ailleurs, l'auteur atteste que le contenu est de sa propre rédaction, en dehors des citations parfaitement identifiées, empruntées à d'autres sources. 2

3 Remerciements Je souhaite remercier le Professeur Michelle Bergadaà de m avoir donné l opportunité de réaliser mon projet en Marketing sur le thème du don. Merci également à son assistante, Rana Ammari, pour ses précieux conseils, le temps qu elle m a consacré et le délai supplémentaire qui m a été accordé pour la remise de mon travail. Je voudrais adresser mes remerciements les plus sincères à tous les donneurs et futurs donneurs qui ont accepté d être interviewés et sans qui ce projet n aurait pas pu aboutir. Je désire donc leur exprimer ma plus vive reconnaissance pour leur disponibilité, leur gentillesse et bien évidemment leur témoignage. Un grand merci à mes parents, à mes proches qui m ont soutenue et encouragée ainsi qu à l ASDVO, l association suisse des donneurs vivants d organes, plus précisément Monsieur O.L. qui m a permis d entrer en contact avec des donneurs vivants. 3

4 Résumé succinct Le thème de ce projet de recherche est centré sur le don. Il est donc axé sur le marketing dit non-marchand. C est dans cette optique que nous allons étudier le comportement du donneur d organes. En effet, contrairement au marketing traditionnel, marchand, qui considère deux acteurs : l acheteur et le vendeur, le marketing non-marchand, quant à lui, observe trois acteurs : le donneur ou «l acheteur», le receveur ou «le consommateur», l association ou «le vendeur». 1 En temps normal, l acheteur «donne» de l argent pour obtenir un bien ou un service. Dans le cas présent, nous nous concentrons sur le donneur d organes. Il est considéré comme un «acheteur» car il donne ses organes mais sans rien attendre en retour. C est cette problématique du don que nous allons analyser, plus particulièrement en cherchant à répondre à la question suivante : jusqu où sommes-nous prêts à aller pour l autre? 1 JAFFRAIN, Eric. Le marketing des organisations non-marchandes [en ligne]. 4

5 Table des matières Introduction... 8 Partie théorique Le comportement du donneur d organes, «l acheteur» Le don Une définition du don (du verbe donner) Une première approche Une seconde perspective : «le don modeste» De l intérêt au désintéressement Le don de soi L engagement de soi «Le dévouement» «de sa personne» Le don de soi : un moyen d expression? Le concept de soi L image de soi De L estime de soi à l acceptation de soi : pour une ouverture de soi La fenêtre de JOHARI En faveur d autrui Qui est autrui? Distinction de deux groupes Le respect de l autre Le don de soi : un acte altruiste? L altruisme et l égoïsme Les trois formes d altruisme «L altruiste égoïste» et «l égoïste altruiste» L exemple du don d organes Quelques informations concernant le don d organes en Suisse L identification des types de donneurs, l anonymat et les conditions de prélèvement en Suisse Les modèles de consentement Le modèle du consentement Le modèle de l opposition Le cas de la Suisse

6 Le cas de la France L attribution des organes en Suisse Les règles de priorité Le «Swiss Organ Allocation System» Le don d organes et la dette : la relation symbolique entre le donneur et le receveur La conception négative de la dette considérée pour les donneurs après décès La conception positive de la dette Une critique du don d organes envisagé sous la forme de la dette Les motivations des donneurs d organes Les «théories du contenu» : la pyramide des besoins de Maslow Pour ou contre le don d organes? L éthique Une définition générale de l éthique L éthique et le don d organes La remise en cause de la mort cérébrale comme critère de décès pour le prélèvement d organes La médecine a des limites Le don d organes, est-ce un devoir? Recevoir des organes, est-ce un droit? Les dérives : le trafic d organes, quand le «don» se transforme en une rémunération Partie pratique Entretiens et analyse du comportement Un bref historique de la transplantation en Suisse Les débuts de la transplantation La transplantation d organes dans les années Une révolution médicale dans les années D un acte pionnier maintenant devenu courant : une généralisation dans les années 80 et Le don en Suisse en quelques chiffres Une offre et une demande inégales La collaboration entre la Suisse et les organisations européennes Les centres hospitaliers de transplantation en Suisse

7 2.4 Quelques données concernant les donneurs décédés Quelques données concernant les donneurs vivants Explication de la méthodologie Etude comparative : Analyse du comportement des donneurs après le décès et des donneurs vivants Analyse du don : comment cette notion est-elle perçue? Chez les donneurs après décès et chez les donneurs vivants Analyse du concept de soi et des motivations Le concept de soi : chez les donneurs après décès et chez les donneurs vivants L estime de soi Les motivations du don : le don d organes vu comme une évidence L environnement comme facteur d influence chez les donneurs après décès et chez les donneurs vivants Les événements ou la situation des personnes comme facteurs d influence La prise de décision : devenir un donneur Est-ce qu un donneur après décès pourrait donner de son vivant? Est-ce qu un donneur vivant possède une carte de donneur après décès? Analyse des craintes et de l impact psychologique Chez les donneurs après décès Les craintes Est-ce un sujet de conversation courant? Chez les donneurs vivants Le donneur vivant et la place du receveur après le don Impact psychologique Les donneurs parlent-ils souvent de leur don? Analyse de la perception de l éthique La signification de l éthique selon les donneurs d organes Sauver une vie à tout prix? Solutions proposées pour augmenter le don d organes Le trafic d organes Conclusion Bibliographie Annexes

8 Introduction Les organisations commerciales à but lucratif jouent un rôle important dans les sociétés marchandes. Elles exercent une influence prépondérante et ont une place non négligeable au sein de l économie d un pays. Ainsi leurs objectifs sont orientés vers l efficacité et la profitabilité et ceci dans une optique de maximisation de la satisfaction des clients qu il convient de fidéliser. Pour cela, elles procèdent à des transactions qui se matérialisent par la vente de produits ou de services, ce qui leur permet de perpétuer ou de créer le lien avec les consommateurs. Cependant, nous assistons de plus en plus à des bouleversements dans les façons de penser. Cela se traduit par une réelle prise de conscience collective fondée sur la saturation des besoins matériels qui se manifeste par un basculement des valeurs désormais tournées vers l autre, l environnement, l éthique, et vers plus de responsabilité. C est dans ce contexte que les organisations non-marchandes prennent davantage d importance et suscitent un plus grand intérêt. A cet effet, les organisations non gouvernementales (ONG), les associations sont au cœur d un système fondé sur le don et au travers duquel nous pouvons voir se profiler trois acteurs : le donateur, l organisme ou l intermédiaire et le bénéficiaire. Dans ce projet consacré au don, mon choix s est porté vers le concept du don de soi plutôt que vers le don monétaire car il me tenait plus à cœur. En privilégiant cette première notion, il m a semblé plus intéressant de me positionner du côté du donneur et d analyser son comportement. En adoptant ce point de vue, j ai ainsi choisi de me concentrer sur un thème particulier : celui traitant du don d organes. Les donneurs d organes sont à l origine de diverses interrogations quant aux raisons qui les poussent à faire le premier pas, entreprendre les démarches et à agir. Sans le souhaiter, ils accèdent ainsi aux yeux des receveurs à ce titre honorifique, celui du «sauveur» qui perpétue la Vie. Cela nous amène à nous poser la question suivante : jusqu où sommes-nous prêts à aller pour l autre? 8

9 Dans une première partie théorique dédiée à l étude du comportement du donneur d organes, nous allons, tout d abord, nous concentrer sur la notion de don. Nous étudierons successivement le don, le don de soi ainsi que le don d organes. Ensuite, nous évoquerons le thème de l éthique. Dans une deuxième partie pratique consacrée à l analyse des entretiens, nous tenterons de répondre à la question de recherche quant au comportement des donneurs d organes. Nous évoquerons, à titre introductif, l histoire de la transplantation et nous donnerons des données chiffrées concernant le don en Suisse. Puis, après avoir expliqué la méthodologie de recherche, nous ferons une étude comparative des interviews réalisées auprès des donneurs après décès et des donneurs vivants. 9

10 Partie théorique Le comportement du donneur d organes, «l acheteur» 1. Le don 1.1 Une définition du don (du verbe donner) Plusieurs auteurs ont tenté de définir la notion de don. Cette tâche s est avérée d autant plus difficile que la notion est complexe. Dans cette première partie, nous allons essayer d identifier ses différents aspects et de les analyser afin de construire pas à pas une définition Une première approche Considérons une première approche du don : «il est possible de qualifier de don toute prestation effectuée, sans attente de retour déterminé, en vue de créer du lien social.» 2 Un premier élément important à constater est le terme de prestation. Celui-ci nous indique que l objet du don ne correspond pas uniquement à être un bien ou un service, cela serait bien trop réducteur, mais il représente bien plus que cela. Certes, il peut se manifester d une manière matérielle ou immatérielle, cependant bien d autres choses peuvent être données. Nous pouvons donner de l argent, du temps, des organes, de l amour, de la haine, la vie voire la mort. Un second élément à considérer est celui du lien social puisque le don est au sein d un dispositif créateur de relations sociales et de liens, qui peuvent être directs comme le don de paroles ou indirects comme le don d organes, que nous expliciterons ultérieurement de manière plus approfondie. Nous pourrions émettre une critique sur cette définition qui apparaît sommaire au regard des nombreuses facettes du don. En plus d être restrictive, celle-ci décrit le rapport social comme une finalité et un but premier du don. Toutefois, c est bien parce que cet acte n est pas délibéré qu il confère toute sa grandeur à l acte de donner. 3 2 CAILLE, Alain. Don, intérêt et désintéressement : Bourdieu, Mauss et quelques autres, p Ibid., p

11 1.1.2 Une seconde perspective : «le don modeste» Cela nous amène à poursuivre avec une seconde perspective du don, qualifiée cette fois-ci de «don modeste». Revenons pour cela sur l affirmation précédente «sans attente de retour déterminé», qui détient un rôle central dans cette tentative d explication du don. En effet, le donateur doit envisager et approuver la possible non réciprocité de ce qu il donne. Cela n implique pas forcément qu il n attende rien du tout, ni que son acte soit dénué d intérêt et de motivation mais il s agit seulement pour lui d accepter une asymétrie dans son rapport avec le donataire. Afin d expliquer cette dernière idée, nous pouvons prendre l exemple du donneur qui reçoit quelque chose en retour de son don. Nous identifions deux cas ; soit le donneur se voit adresser un «retour» mais dans un horizon de temps incertain ou lointain, soit ce qu il reçoit détient une valeur inférieure à la sienne. Poursuivons avec ce même exemple, en supposant cette fois-ci que le donateur n obtienne rien en échange de manière directe et matérielle comme un objet, il peut toutefois recevoir quelque chose de manière indirecte et immatérielle tel que la reconnaissance. Cette illustration a ainsi permis de justifier ce déséquilibre dans la relation qui unit le donneur au donataire, tout en mettant en valeur l objectif de la démarche de donner qui ne réside pas dans la réciprocité obligatoire ni dans le fait que celle-ci demeure égalitaire. Cette définition est dite «modeste» car le don peut être intéressé et exister sans désintéressement. 4 Nous reparlerons plus en détail dans la section suivante, de la différence entre ces deux termes De l intérêt au désintéressement Comme nous l avons dit précédemment, donner n est pas nécessairement un acte dépourvu d intérêt pour le donneur. Il convient donc de différencier deux expressions, à savoir «l intérêt à» de «l intérêt pour». Le premier terme désigne l action de faire quelque chose parce que nous avons «intérêt à» le faire au regard de l extérieur et non pas pour notre simple plaisir. Cela véhicule une certaine importance du paraitre. Le second terme, quant à lui, se résume à faire quelque chose pour soi, parce que nous avons de «l intérêt pour» une activité. Reprenons à titre d exemple l illustration exprimée par Alain Caillé ; avant de devenir sportif de haut niveau et 4 CAILLE, Alain. Op.cit., p. 238 RICHARD, Gildas. Nature et formes du don, p

12 d en faire son métier, la personne doit tout d abord être passionnée du sport qu elle pratique, nous parlons «d intérêt pour». Puis comme elle est passée au statut de professionnel, ce sport est devenu un moyen rémunérateur nous parlons alors «d intérêt à». Toutefois, il est important de noter qu il est difficilement envisageable que la personne puisse vivre de ce sport et exceller dans ce domaine si elle ne le fait pas par passion. 5 Pour en revenir au don, nous remarquons que ces deux formes d intérêt se côtoient, elles peuvent coexister ou être indépendantes l une de l autre. Ainsi, nous pouvons retirer un bénéfice du don que nous faisons, par exemple la médiatisation des bonnes actions de personnalités qui peuvent faire des dons d argent ou de temps pour promouvoir leur image. Il s agit d un don avec un «intérêt à». En revanche, il est également possible de faire un don pour notre plaisir, pour soi, car l autre est important pour nous, ou pour soutenir une cause qui nous touche, sans rien rechercher en retour ; comme un riche mécène qui donne de l argent pour soutenir un artiste qu il apprécie, ou pour favoriser la rénovation d un édifice (château), afin de préserver un patrimoine qui lui est cher. Dans ce cas, nous parlons d un don avec un «intérêt pour» puisque la contribution du mécène reste discrète et ne correspond pas à un investissement marketing même si cela peut contribuer d une façon indirecte à favoriser sa réputation. 6 Qu en est-il du désintéressement? Quel rapport entretient-il avec le don? Le désintéressement est l opposé de «l intérêt à» (qui signifie intéressement) tout comme le désintérêt est le contraire de «l intérêt pour» (intérêt dans le sens de plaisir). 7 Pour simplifier, quelqu un qui fait don de son sang le fait par pur désintéressement puisqu il n en retire aucun avantage le concernant. Au final, le don est un concept complexe qui peut être perçu de plusieurs manières différentes. Cette première partie consacrée à sa définition a permis de mieux l appréhender et d en clarifier ses composantes. 5 CAILLE, Alain. Op.cit., p ABC NETMARKETING. Définition Mécénat [en ligne]. 7 CAILLE, Alain. Op.cit., p

13 1.2 Le don de soi Donner son temps en s engageant dans le bénévolat, donner son sang ou ses organes ; voici des exemples de don de soi. Il correspond au «dévouement de sa personne au service des autres» 8 et constitue une forme spécifique du don L engagement de soi Nous allons commencer par approfondir ce que représente l engagement de soi qui est la première composante de la définition citée ci-dessus. «Le dévouement» Tout d abord, le mot dévouement est un terme puissant qui symbolise le fait qu une personne se consacre entièrement à une autre. 9 L idée ainsi véhiculée pourrait s apparenter à un sacrifice, c'est-à-dire renoncer à ses propres intérêts, se priver de certaines choses et ceci d une manière volontaire. 10 Concernant le don de soi, le donneur décide d une manière délibérée de se vouer à l autre. Ce comportement peut être définit comme authentique car il est sincère. Cet engagement fait par celui qui donne, résonne comme une promesse à vocation universelle : celle de donner par amour de l autre et ainsi de transmettre cet amour par le biais du don. Dédier son temps, sa vie, sa personne au service d autrui relève d une très forte implication de la part du donateur. «de sa personne» Par ailleurs, un autre élément intervient dans la définition du don de soi, il s agit de la place de soi et du positionnement de «sa personne» Le don de soi : un moyen d expression? Comme nous l avons expliqué, le don favorise le lien social (section 1.1.1). Si nous concentrons notre attention sur le don de soi, nous pouvons le considérer comme une manière indirecte, pour le donneur, de s exprimer, de communiquer son amour pour la vie ou son attachement pour les personnes, par des gestes, des attentions, des comportements. 8 MICROSOFT ENCARTA. Encyclopédie numérique, le don de soi. 9 Ibid., le dévouement. 10 Ibid., le sacrifice. 13

14 Voici deux illustrations justifiant cela : la personne qui fait don de son sang (par le biais du don de soi) transmet la vie et adresse un message implicite au futur receveur; la confiance en la vie. Les bénévoles qui offrent leur aide, par exemple aux établissements médicosociaux, en rendant visite aux personnes âgées, leur apportent réconfort grâce à une discussion, ou juste par leur simple présence, et rompent ainsi la solitude Le concept de soi Afin de comprendre les comportements de ces donneurs particuliers, dévoués au service d autrui et pour saisir les raisons qui les incitent à utiliser cette forme de don comme un moyen inconscient de communiquer, il convient d analyser le concept de soi. Il s agit de «l'ensemble des connaissances qu'un individu possède à propos de lui-même». 11 Le concept de soi découle de la communication interpersonnelle. 12 Elle se fonde sur un «échange» entre un émetteur et un récepteur. 13 Dans le cas présent, considérons l émetteur comme le donneur, le récepteur comme le donataire et l objet de «l échange» comme le don de soi L image de soi Comment se construit l image de soi? Elle désigne la manière dont nous pensons que les autres nous perçoivent et se développe au fur et à mesure que les étapes de la vie se succèdent. En effet, au moment de la naissance, la connaissance de notre soi est inexistante. Puis, arrive le moment où nous grandissons : un phénomène d imitation prend forme, nous nous identifions à notre entourage, nous voulons être les autres, prendre exemple sur eux, telle une fillette qui joue à la maman. Cela nous amènera plus tard à prendre conscience de ce que nous sommes, de notre «Je». Néanmoins, l image de soi est influencée par ce que pensent les autres de nous. De ce fait une vision négative projetée sur nous, nous renverra une mauvaise image de nous-mêmes et vice versa. De là, découleront nos agissements et nous entrerons dans un cercle vicieux qui façonnera notre estime de soi WIKIPEDIA. Soi (psychologie) [en ligne]. 12 TERRIER, C. Communication - Concept de soi [en ligne]. 13 WIKIPEDIA. Communication interpersonnelle [en ligne]. 14 TERRIER, C. Op.cit. 14

15 De L estime de soi à l acceptation de soi : pour une ouverture de soi Ainsi, selon Gérald Berthoud : «Il faut mettre en évidence la vertu du don, qui est de permettre à la foi l estime de soi et le respect d autrui.» 15 L estime de soi est ce que nous éprouvons quand nos actions rejoignent notre propre image (celle que nous avons de nous), c est à dire le regard que nous portons sur nous, notre valeur. Mais elle n est pas définitive. Elle se transforme au cours de notre existence en fonction de nos actions, des personnes rencontrées et nous conduit à l acceptation de soi. 16 Lorsqu un individu décide de devenir donneur d organes, c est parce qu il y a une adéquation entre sa démarche et sa personnalité. Son action correspond à l image qu il a de lui-même, il éprouve donc un sentiment de mérite strictement personnel. Donner est une manière de se dévoiler, de s ouvrir vers l autre. Pour ce faire, l ouverture de soi est nécessaire, puisque sans elle, il devient impossible de nouer des liens sociaux avec autrui. 17 La connaissance de soi peut aussi être étudiée grâce à la fenêtre de JOHARI, un outil que nous allons analyser dés à présent La fenêtre de JOHARI La fenêtre de JOHARI, est un schéma qui symbolise les dimensions de la connaissance de soi et de l autre, grâce à l étude des comportements des individus. Elle a été conçue par Joseph Luft et Harrington Ingham. Le mot JOHARI provient ainsi de la contraction des prénoms de ses inventeurs. Elle se compose de quatre zones : 1) Le secteur libre, 2) Le secteur caché, 3) Le secteur aveugle et 4) Le secteur inconnu. 15 CAILLE, Alain [et al.]. De la reconnaissance : don identité et estime de soi, p TERRIER, C. Op.cit. 17 Ibid. 15

16 Figure 1 : La fenêtre de JOHARI Source : TERRIER, C. Communication - Concept de soi [en ligne]. 1) Secteur libre : Il représente ce qui est connu par soi-même et par autrui, c'est-à-dire ce que nous divulguons d une manière consciente et volontaire, ce qui relève du public, ce qui est observable, exprimé par soi et admis par les autres. 2) Secteur caché : Il désigne ce qui est uniquement connu de soi. Cela induit une attitude délibérée d évitement pour préserver son intimité, ne pas se dévoiler et garder pour soi des choses que ne nous voulons pas partager ni transmettre. 3) Secteur aveugle : Il correspond à ce que nous ignorons de nous-mêmes mais qui demeure connu des autres. Les individus perçoivent les comportements, les attitudes qui nous caractérisent et dont nous n avons pas conscience. 4) Secteur inconnu : Il indique ce qui est absolument inconnu de soi et des autres individus. 18 Mais comment pouvons-nous situer le don de soi par rapport aux différents concepts de cet outil? 18 BAUDON, Dominique. La fenêtre JOHARI [en ligne]. AUTHENTIS-GUEVORTS, Bernard. Fiche outil communication : Comment sommes-nous perçus? [en ligne]. INDABA-ACADEMIA. La fenêtre de Johari [en ligne]. TERRIER, C. Op.cit. 16

17 Nous observons trois attitudes différentes : Tout d abord, la révélation de soi qui consiste en un agrandissement vertical de la zone 1) Figure 2 : révélation de soi Source : INDABA-ACADEMIA. La fenêtre de Johari [en ligne]. Cela signifie que la personne se dévoile davantage aux autres par un processus d interaction et que d une certaine manière, elle communique implicitement sa confiance à autrui voire son affinité. 19 Cette notion se rapproche de l idée d ouverture de soi vue précédemment. Le don de soi est une manière de se livrer à l autre. Plus le donneur se dévoile à autrui par le don de soi, plus la zone 1) s élargit. L intensité de ce rapprochement, de même que la nature de l objet du don (temps, sang, organes, etc.), vont renforcer les liens sociaux construits. Par exemple, en donnant ses organes, la personne transmet une partie d elle-même. Elle se donne «corps et âme» au receveur et dévoile d une certaine manière sa nature, sa personnalité, grâce à son acte. Une maman qui donne un rein à son enfant se révèle et lui prouve qu elle l aime et qu elle est prête à tout pour le sauver. Puis, il y a aussi la découverte de soi qui se manifeste par l élargissement horizontal de la zone 1) Figure 3 : La découverte de soi Source : INDABA-ACADEMIA. La fenêtre de Johari [en ligne]. 19 INDABA-ACADEMIA. Op.cit. 17

18 L accroissement des interactions aura pour conséquences plus de réactions de la part des individus à notre égard. Ce «feedback» nous permettra de mieux nous connaître et d identifier des caractères nous qualifiant dont nous étions jusque là inconscients. 20 La découverte de soi présentée par la fenêtre de JOHARI peut être assimilée à «l effet miroir» qui désigne «la réflexion de soi à travers le regard de l autre». 21 Le bénévole qui accorde son temps pour s occuper de personnes ou d associations recevra une rétroaction à l égard de son comportement. Ainsi, les personnes aidées lui manifesteront leur reconnaissance, chacune d une manière différente. Le bénévole prendra conscience du bien qu il procure et de la portée de ses actions. Il découvrira la manière dont il est réellement perçu, cette perception allant bien au-delà de ce qu il croyait être. L impact de l engagement du bénévole envers les autres, le rend plus important aux yeux d autrui et ceci bien plus que tout ce qu il pouvait imaginer. Il peut désormais s identifier comme quelqu un qui se préoccupe des autres et de nature généreuse. D ailleurs selon Carl Gustav Jung «Les qualités les plus marquantes d une personne sont souvent inconscientes et ne sont donc visibles que par autrui». 22 Au sujet du don d organes après décès, la rétroaction prend forme à travers la possibilité pour le receveur, de communiquer sa gratitude par le biais d une lettre anonyme, transmise à la famille. Il est vrai que ce «feedback» est indirect puisque le donneur ne pourra jamais prendre connaissance de ce document. Néanmoins, s il avait manifesté sa volonté de donner (carte de donneur, ou par oral à ses proches) avant que ne survienne le décès, il pouvait dés lors imaginer la porté de son acte pour les bénéficiaires. D une certaine manière, il continue d exister par l intermédiaire du receveur grâce à son don. De ce fait, la lettre peut permettre à la famille de prendre conscience, elle aussi, de la nature profonde de ce don. Le donneur ne se découvrira pas lui-même à proprement dit mais il sera reconnu par l intermédiaire du regard que va désormais lui porter sa famille ainsi que le receveur. 20 INDABA-ACADEMIA. Op.cit. 21 PHANEUF, Margot. L effet miroir : médiateur de connaissance et d image de soi [en ligne]. pdf 22 AUTHENTIS-GUEVORTS, Bernard. Op.cit. 18

19 Enfin, la découverte partagée qui se définit par un processus d élargissement de la zone 1) aussi bien horizontalement que verticalement Figure 4 : La découverte partagée Source : INDABA-ACADEMIA. La fenêtre de Johari [en ligne]. Nous parlons alors d un «cercle vertueux» car la découverte est mutuelle. 23 Cette analyse de la fenêtre de JOHARI, nous a permis de comprendre que pour se connaître soi même il faut se dévoiler (c est la révélation de soi). Néanmoins c est également au travers des yeux d autrui que nous apprenons à nous connaître car il nous renvoie une image de soi dont nous ne soupçonnions même pas l existence (c est la découverte de soi). 24 La connaissance de soi est très importante pour la compréhension des relations humaines et notamment en ce qui concerne le don de soi et le comportement du donneur En faveur d autrui Nous allons poursuivre par l explication du deuxième élément de la définition du don de soi : «au service des autres». En effet, c est vers autrui que le geste du donneur est tourné et destiné. 23 INDABA-ACADEMIA. Op.cit. 24 BAUDON, Dominique. Op.cit. 25 PHANEUF, Margot. Op.cit 19

20 Qui est autrui? Distinction de deux groupes Afin de déterminer comment définir autrui, il convient de distinguer différentes catégories. Il y a «les groupes primaires» qui se caractérisent par la famille, les personnes proches, les amis avec lesquels nous entretenons un «sentiment d appartenance communautaire». Puis il y a «les groupes secondaires» composés d individus partageant des traits communs comme la religion, le travail, etc. Dans ce cas de figure, les personnes sont reliées entre elles car elles manifestent une adhésion et une prise de partie à un projet commun. Le dévouement du donateur ne s expliquera pas de la même manière qu il s adresse au premier groupe ou au second. 26 Par exemple une personne qui donne un organe de son vivant à quelqu un de son entourage («groupe primaire») ne correspond pas au même engagement qu une personne qui dédie son organe à quelqu un qu elle ne connait pas, et peut-être avec qui elle n a en commun que la langue ou la religion («groupe secondaire»). Dans ces deux situations, le receveur n appartient pas au même groupe et le comportement du donneur se justifie de manière différente Le respect de l autre La dimension de «l autre» n est pas à négliger dans l explication du don de soi. Reprenons pour cela, la citation de Gérald Berthoud : «Il faut mettre en évidence la vertu du don, qui est de permettre à la foi l estime de soi et le respect d autrui». 27 Nous avons déjà pu expliquer l importance de l estime de soi et le rôle qu elle implique pour le donneur (section ). Néanmoins il s agit de se concentrer vers la notion de respect engendrée par le don de soi. Qu entendons-nous par respect d autrui et qu est ce que cela implique par rapport au don? Du point de vue du don de soi, cela signifie que le donneur a plus de considération pour le receveur que pour l objet du don. L autre est placé au centre de la relation, et détient une plus grande importance que ce qui peut être donné. On parle de la suprématie du «quelqu un» sur le «quelque chose». 28 Afin de mieux comprendre cela, concentrons-nous sur l étymologie latine du mot respect. Il provient du verbe «respicere» qui signifie «regarder derrière, tourner son attention, prendre en considération, protéger». 29 Il est constitué du radical : «specere» (regarder) et d un préfixe: «re» qui exprime la répétition MOSCOVICI, Serge. Psychologie sociale des relations à autrui, p CAILLE, Alain [et al.]. Op.cit. p TOURNEBISE, Thierry. Assertivité : L'affirmation de soi dans le respect d'autrui [en ligne]. 29 GAFFIOT, Félix. Dictionnaire abrégé Latin-Français, respicere, p WIKTIONNAIRE. Respecter [en ligne]. 20

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES.

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. LE GUIDE POUR TOUT COMPRENDRE En collaboration avec les hôpitaux et les associations

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES [ Contact presse ARS : Sarah Izza 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr ] 1 Communiqué Campagne régionale d information et de sensibilisation sur le don d organes à

Plus en détail

Donner ses organes : comment s y prendre?

Donner ses organes : comment s y prendre? 01 Dire son choix sur le don d organes et connaître celui de ses proches, c est se donner toutes les chances de respecter la volonté de chacun. La greffe d organes sauve des vies La greffe d organes est

Plus en détail

LE GUIDE. Plus d information sur le don d organes et la greffe : www.dondorganes.fr L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE

LE GUIDE. Plus d information sur le don d organes et la greffe : www.dondorganes.fr L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE LE GUIDE L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE L Agence de la biomédecine est une agence publique nationale de l État créée par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

ET SI ON EN PARLAIT?

ET SI ON EN PARLAIT? le guide en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? PEUT-ON DONNER DE SON VIVANT? A QUI FAIRE CONNAÎTRE SA DÉCISION? Quels organes peut-on donner? OUI LA GREFFE D ORGANES SAUVE DES VIES! Dire son choix

Plus en détail

L AFFDO. Association dédiée à la cause du don d organes, l AFFDO vise le soutien aux familles de donneurs, en les accompagnant et en les honorant.

L AFFDO. Association dédiée à la cause du don d organes, l AFFDO vise le soutien aux familles de donneurs, en les accompagnant et en les honorant. L AFFDO Association dédiée à la cause du don d organes, l AFFDO vise le soutien aux familles de donneurs, en les accompagnant et en les honorant. L AFFDO s adresse à toute famille de donneur qui en exprime

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

Un héritage pour la vie. Jocelyne, infirmière

Un héritage pour la vie. Jocelyne, infirmière Un héritage pour la vie Jocelyne, infirmière GUIDE À L INTENTION DES FAMILLES ET PROCHES LE DON DE TISSUS HUMAINS Consentir au don de tissus humains : une possibilité, un choix! Vous pouvez faire une différence.

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Dossier de presse Conférence sur le don d'organes

Dossier de presse Conférence sur le don d'organes Dossier de presse Conférence sur le don d'organes 5 septembre 2012 Sommaire 1. Invitation 2. Communiqué de presse 3. Chiffres-clés 4. Document de presse «Transplant» 5. Sondage INVITATION CONFÉRENCE DE

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

Cette notion est définie par le code général des impôts en réponse à la question suivante :

Cette notion est définie par le code général des impôts en réponse à la question suivante : L intérêt général Cette notion est définie par le code général des impôts en réponse à la question suivante : Quels sont les organismes habilités à délivrer des reçus fiscaux ouvrant droit à réduction

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES : FINANCES

QUESTIONS/REPONSES : FINANCES QUESTIONS/REPONSES : FINANCES COMPTABILITE 1. J ai encaissé en décembre 2008 des chèques pour l adhésion 2009, donc datés de 2008. Doivent-ils entrer en comptabilité en 2008 ou en 2009? 2. La municipalité

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

La greffe d organes. - Sensibiliser à l urgence du don d organes. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La greffe d organes. - Sensibiliser à l urgence du don d organes. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La greffe d organes La greffe d'organes n'est pas encore pratiquée dans toutes les régions du monde. Au-delà des obstacles culturels et matériels, cette fiche pédagogique propose de mieux comprendre l'importance

Plus en détail

Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE

Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur le don d organes et de tissus suite à un décès neurologique Présenté par Mme Catherine Chartrand

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L annonce est un service rendu Importance d un travail d équipe Importance de la temporalité Importance dans la justesse des mots employés Une annonce

Plus en détail

Carte de donneur d organes

Carte de donneur d organes Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch 316.728.f Carte de donneur d organes Déclaration pour ou contre le prélèvement d organes, de tissus et de cellules à des fins de transplantation Carte à

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l soins palliatifs

Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l soins palliatifs Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l en soins palliatifs Éric Pilote Ph.D. t.s. Professeur en travail social Université du Québec à Chicoutimi France Sirois, bac. en psycho,

Plus en détail

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS Le 10 décembre 2003 TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION...3 1. FONDEMENT LÉGAL Loi sur l Instruction publique...3 Loi sur

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-008. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-008. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Accueil et intégration du nouveau personnel et du personnel en période d essai NUMÉRO : DRH-008 EN VIGUEUR : Le

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Conférence TOKYO 14 novembre 2011 L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Introduction La fiducie a été introduite en droit français par la loi n 2007-211 du 19 février

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Rapport du Conseil de l Ontario sur la résolution N R3 de l assemblée membres de l Ontario Avril 2003 Fédération de l habitation coopérative

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec

Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec Plan de l exposé 1. Introduction 2. Déséquilibre offre demande 3. Donneur 4. Receveur 5. Liste d attente 6. Aspect

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Motion Maury Pasquier (modification des art. 17 et 21 LTx)

Motion Maury Pasquier (modification des art. 17 et 21 LTx) CONFEDERATION SUISSE Office fédéral de la santé publique Unité de direction Santé publique Division Biomédecine CH 3003 BERNE Paudex, le 6 octobre 2011 SB/ra Révision partielle de la loi sur la transplantation

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES 1. CHAMP D APPLICATION Le présent code d éthique et de déontologie s applique à tout commissaire au sens de la Loi sur l instruction publique. Il s applique

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

Statuts du 16 mars 2013

Statuts du 16 mars 2013 Statuts du 16 mars 01 Nom et siège Article 1) L Association Suisse des Donneurs Vivants d Organe, ASDVO en abrégé, est une association selon l Article 60 du Code Civil Suisse (CC). Elle est neutre du point

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente

Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente Interruption volontaire de la grossesse Le CNFL renvoie sur son papier de réflexion de juin 2010 qui reflète l appréciation et les questions de

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES 18 questions réponses Jacques BOUCHER Psychopédagogue Enseignant en psychologie du développement DEFINIR LES MISSIONS DE L ECOLE 1 - Quelles devraient être les valeurs de l école en N-C Les valeurs de

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

Comment revaloriser l enseignement qualifiant?

Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Adam Patrick Charlot Celine Nava Diego Scaramozzino Pauline Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Principes de politique et d organisation scolaire Titulaires : M. Demeuse, N. Friant 3 e Bachelier

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Avant-propos. Quel leader idéal voulez-vous devenir? LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE

Avant-propos. Quel leader idéal voulez-vous devenir? LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE Avant-propos LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE Les Midis du Management Une co-organisation IGRETEC Centre HERACLES Quel leader idéal voulez-vous devenir? Joëlle Rousseau, Comase Management Consulting

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail