L Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles RENCONTRES AMRAE STRASBOURG 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles RENCONTRES AMRAE STRASBOURG 2009"

Transcription

1 Atelier A 19 L Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles

2 Intervenants Protais AYANGMA AMANG Président Jean Christophe BOORTE Consultant IRS Modérateur Guy-Louis FAGES Responsable Transport TOTAL E mail

3 L Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles

4 «L ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE CIMA» Par Protais AYANGMA AMANG Président de la FANAF 4

5 PLAN GENERAL INTRODUCTION 1/ LA FANAF EN BREF 2/ L ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE CIMA A- LE POSITIONNEMENT DE LA BRANCHE TRANSPORT B- LES COUVERTURES ET LES ACTEURS C- LA REPARTITION DU CHIFFRE D AFFAIRES D- LES SPECIFICITES E- L EVOLUTION DES RESULTATS F- LES DEFIS G- EN GUISE DE CONCLUSION, LES PERSPECTIVES 5

6 INTRODUCTION L introduction d un atelier consacré uniquement au marché africain dans le programme de nos rencontres est une initiativeiti heureuse qu il faut saluer car elle permet à des spécialistes africains de vous apporter un éclairage sur les réalités de nos marchés. 6

7 INTRODUCTION Convier les Assureurs africains fi i à ce grand forum, induit it un besoin plus accru en informations sur les pratiques de nos marchés. La FANAF vous réitère ses remerciements et vous exprime sa profonde gratitude. 7

8 I/ LA FANAF EN BREF 8

9 I/ LA FANAF EN BREF FANAF : Fédération des Sociétés d Assurances de Droit National Africaines Créée le 17 Mars 1976 à Yamoussoukro (République de Côte d Ivoire) Siège Social : Dakar (Sénégal) Association professionnelle regroupant 141 Sociétés d Assurances et de Réassurances et un Fonds de Garantie (vie :34; non vie : 96 ; réassurances : 11 ; fonds de garantie :1) opérant essentiellement dans les pays de la zone CIMA : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo Brazzaville, Côte d Ivoire Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Kenya, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, République Démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal, Tchad, Togo. 9

10 I/ LA FANAF EN BREF Dans sa volonté d ouverture, la FANAF compte quelques sociétés d Afrique du Sud, d Algérie, du Ghana, du Maroc, du Nigeria et de la Tunisie. Le Chiffre d Affaire global des sociétés membres de la FANAF (Chiffre d Affaires 2007 consolidé zone CIMA) est de 876 Millions d Euros avec une charge de sinistres de 406 Millions d Euros. 10

11 FANAF PAYS MEMBRES Pays de la zone CIMA Pays hors CIMA

12 I/ LA FANAF EN BREF Objectifs: la promotion de l assurance et de la réassurance en Afrique ; la représentation et la défense des intérêts de la profession ; la mise en place de structures de réflexion et de coopération en matière d assurances et de réassurances ; la formation continue des personnels du secteur de l assurance ; la publication de revues, documents et de prospectus sur l assurance et la réassurance ; la vulgarisation de l assurance et de la réassurance ; l établissement e de relations spoesso professionnelles eesentresociétés és Membres. es. 12

13 I/ LA FANAF EN BREF Organisation : La FANAF compte trois organes statutaires dont deux instances de décision (l Assemblée Générale et le Bureau Exécutif) et d une instance d exécution, le Secrétariat Permanent. La 34 ème Assemblée Générale é se tiendraàyamoussoukro o en Côte d Ivoire du 09 au 12 Février Le thème de cette Assemblée est «La contribution de l assurance à l émergence économique des pays africains.» 13

14 II/ L ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE CIMA EN ZONE CIMA 14

15 II/ L ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE CIMA Un peu d histoire L Assurance Transport Maritime a été introduite en Afrique durant la période coloniale. Les premiers assurés étaient les grandes maisons de commerce bordelaises qui avaient des comptoirs commerciaux dans les villes portuaires comme : Dakar, Abidjan, Douala, etc. Comme elles achetaient CAF, l assurance était souscrite directement en Métropole auprès de sociétés d assurance françaises. 15

16 II/ L ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE CIMA Au lendemain de l accession des pays africains à l indépendance, malgré la création des marchés nationaux et des Sociétés d assurances de droit national, les importateurs ont continué d acheter CAF et de s assurer à l extérieur. Durant cette période, l assurance Transport occupait une portion congrue dans le portefeuille des sociétés d assurances. 16

17 II/ L ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE CIMA Début des années 80, sous l impulsion de la CNUCED, plus de quarante pays africains adoptent une Réglementation qui institue une double obligation en assurance maritime. Avec l entrée en vigueur de ces réglementations, toutes les facultés maritimes importées sont soumises à une assurance qui doit être souscrite auprès des sociétés d assurances installées dans le pays du port de destination de la marchandise. 17

18 II/ L ASSURANCE TRANSPORT EN ZONE CIMA Dès l entrée en vigueur de cette nouvelle réglementation, la branche Transport enregistra dans l ensemble des marchés un taux de croissance qui avoisina les 20%. Cette forte progression ne concernait que la catégorie Facultés qui représente plus de70% de l assurance maritime dans la zone CIMA. Ainsi, le parent pauvre des marchés, l assurance lassurance Transport, devient une branche importante qui occupe la troisième place dans les marchés juste après l Automobileet t les Accidents Corporels. 18

19 II A- LE POSITIONNEMENT DE LA BRANCHE TRANSPORT 19

20 II.A / Le positionnement de la branche par rapport aux autres branches La branche Transport occupe la 3 ème place dans le marché CIMA non vie de 2002 à 2007 après l Automobile et les Accidents corporels & Maladie. (chiffres en milliers d euros) Branches Automobile Accidents corporels et Maladie Transports Incendie et autres dommages Autres risques RC générale Acceptations Total IARD Part Automobile 37,6% 38,1% 39,2% 38,3% 44,6% 45,7% Part Accidents corporels et maladie 21,4% 20,2% 19,7% 19,9% 16,0% 16,3% Part Transport 17,9% 18,0% 17,4% 17,6% 13,6% 13,2% Part Incendie et autres dommages 15,1% 14,9% 15,8% 15,4% 12,8% 11,8% Part Autres risques 3,5% 3,3% 3,2% 3,7% 7,1% 7,1% Part RC Générale 3,9% 3,5% 3,8% 4,5% 3,4% 3,2% Part Acceptations 0,5% 2,0% 0,9% 0,7% 2,5% 2,8% 20

21 B/ Les Couvertures et les acteurs 21

22 II.B / Les Couvertures et les acteurs Un marché peu sophistiqué et peu innovant A Les Facultés maritimes (53,4% du Transport en 2007) Les risques Les avaries particulières: Concernent les dommages et pertes matérielles ainsi que de poids ou de qualité subis par la marchandise assurée au cours de son transfert. Les avaries communes: Ce risque qui est ignoré par beaucoup d importateurs ou d exportateurs est susceptible d entraîner pour eux des pertes et frais élevés. Institution ancienne qui remonte aux Phéniciens. En cas d avarie commune, le propriétaire du navire et celui de la cargaison sont dans l obligation d en supporter une part égale même s ils ne sont pas assurés. 22

23 II.B / Les Couvertures et les acteurs Les risques exceptionnels : Les marchandises transportées par voie maritime sont exposées à des risques de guerre, de grève, d émeutes et de sabotage. Ces risques qui sont devenus très fréquents, peuvent entraîner des conséquences financières lourdes pour les propriétaires de marchandises ou de navire. 23

24 II.B / Les Couvertures et les acteurs Pour couvrir ces risques, les Assureurs africains mettent à la disposition des importateurs deux garanties classiques (Tous Risques et FAP Sauf). A la demande, ils peuvent offrir aux assurés d autres dautresgaranties plus personnalisées au moyen de clauses additionnelles. Ces clauses peuvent soit étendre, soit restreindre l étendue des garanties contenues dans la Tous Risques ou la FAP Sauf. 24

25 Les garanties Les deux formules de garanties que l on trouve en général sur nos marchés sont : 1. Garantie Tous Risques: L assurance Tous Risques couvre tous les dommages et pertes matériels éi causés aux objets assurés pendant le voyage (y compris les pertes de poids ou de quantité) sous réserve des exclusions et limitations du contrat. Cette garantie, la plus complète pour les importateurs, devrait donc être la plus vendue, n est pas pourtant très demandée sur nos marchés du fait de son coût, mais aussi parce que mal connu. Sa souscription par les assurés est rare et exceptionnelle. 25

26 Les garanties 2. Garantie FAP Sauf: A l inverse de la «Tous Risques», elle correspond à une assurance restreinte, qui ne garantit que les pertes et dommages causés aux marchandises par l un des événements énumérés dans les conditions générales de la police. Elle est la plus vendue dans tous les marchés de la CIMA. 26

27 Les garanties La forte intensité concurrentielle justifie la baisse continuelle du taux de prime de la garantie FAP Sauf. Sur certains marchés, cette garantie est même vendue à des importateurs dont les marchandises, qui sont arrivées à destination i ne courent plus de risques. La souscription de cette garantie ne sert à l assuré lassuré que pour sortir ses marchandises du Port en présentant l attestation ou le certificat d assurance aux Autorités de la Douane. Cette pratique, qui conclut à considérer l assurance comme un taux portuaire à régler pour l enlèvement des marchandises, doit être combattue dans l ensemble de nos marchés en dépit de son ampleur. 27

28 Les polices Les marchés de la CIMA offrent aux preneurs d assurances les polices suivantes : - Police au voyage : qui convient aux expéditions occasionnelles. La marchandise, sa valeur, le nom du navire, le port d embarquement et de débarquement sont connus. Le risque est bien délimité ; - Police à Alimenter : elle est destinée aux importateurs qui reçoivent beaucoup d expéditions sur une période indéterminée ; Police d abonnement : est destinée aux importateurs qui réceptionnent des marchandises de nature variée. La police d abonnement est simple et s adapte à des situations et à des circonstances particulières. Elle est renouvelable par tacite reconduction. 28

29 B L assurance corps de navire : Contrairement aux facultés, l assurance des corps de navire est libre. Cette assurance qui peut être souscrite par les propriétaires i couvre en général é les navires mais également la responsabilité civile des propriétaires (armateurs, affréteurs et exploitants). Les navires concernés par cette assurance sont les suivants : - navire de commerce ; - navire de pêche ; - navire de plaisance ; - matériels portuaires. 29

30 B L assurance corps de navire : Les corps assurés dans la zone CIMA concernent surtout les bateaux de pêche, de plaisance et le matériel portuaire. Les navires de commerce, qui appartiennent en général à des armateurs étrangers, sont assurés en dehors des pays de la CIMA. Si la couverture et le placement des bateaux de plaisance et du matériel portuaire sont faciles, ceux des bateaux de pêche restent très difficiles à cause des mauvais résultats de la catégorie mais aussi des nombreux cas de fraude enregistrés au niveau des armements de pêche. 30

31 B L assurance corps de navire : Face à cette situation et aux difficultés qu elles rencontrent pour trouver des couvertures en réassurance, les compagnies d assurances opérant au Sénégal ont créé un pool de Co- réassurance dénommé AMCO. Dans les autres marchés, le placement des affaires corps de navire constitue un véritable casse tête pour les assureurs. 31

32 C- La RC des Auxiliaires de Transports Les auxiliaires de transports les plus actifs en Afrique sont : - Les consignataires de navires ou de cargaisons ; - Les acconiers ; - Les commissionnaires en douane ; - Les transitaires ; - Les conducteurs de navires ; Tous ces agents économiques qui travaillent à l intérieur des ports n ont pas souvent de lien contractuel. Ils sont de ce fait responsables des dommages qu ils peuvent causer à leurs clients. C est pourquoi, bien qu ils ne soient pas soumis à une obligation d assurance, les auxiliaires de transports souscrivent des assurances de responsabilité civileile professionnelle. 32

33 C- La RC des Auxiliaires de Transports Ces contrats garantissent les auxiliaires de transports contre les conséquences pécuniaires pouvant leur incomber en vertu du droit commun, des règles de droit administratif ou d obligations contractuelles. En plus de la RC, les opérateurs portuaires sont exposés à d autres risques dommages qui sont souvent garantis par un ou plusieurs contrats. 33

34 C- La RC des Auxiliaires de Transports A l instar de grands marchés, ceux de la FANAF offrent aux auxiliaires de transports une couverture globale dommages aux biens par une police unique dont l atout t majeur est d éviter des trous de garantie. Les marchés de la FANAF offrent aux auxiliaires de transports des assurances dommages aux biens et des assurances de responsabilité civile professionnelle. 34

35 D Corps aériens L évolution du Chiffre d Affaires de cette branche est en dents scie de 2002 à Cette évolution est imputable à la baisse du Dollar mais surtout à la disparition de plusieurs compagnies aériennes opérant dans les pays de la CIMA (Camair, Air Afrique, Air Gabon, Air Mauritanie). L assurance des Transports Aériens n est pas très développée en zone FANAF. Cette mauvaise performance s explique d une part par le fait que le parc de l aviation n est pas très étendu (Compagnies aériennes nationales, flottes présidentielles, quelques avions privés). D autre part, les transporteurs étrangers qui utilisent les territoires CIMA préfèrent s assurer chez eux ou même dans les plus grandes sociétés d assurances au monde. 35

36 D Corps aériens Il s agit en général de fronting: o o En effet, Compte tenu de l importance des capitaux qui sont en jeu, les sociétés d assurances membres de la CIMA cèdent en réassurance la quasi-totalité des affaires corps qu elles souscrivent. La quote-part conservée est le plus souvent co-assurée avec les autres compagnies d assurances du marché de l apériteur. o Il convient de signaler l existence d un pool de co-réassurance aviation, géré par la société africaine de réassurance AFRICA-RE. o Ce pool offre des capacités aux cédantes africaines de souscrire et de conserver davantage les corps aériens. o Grosso modo, nous jouons plus un rôle d apporteur d affaires que de gestionnaires de risques 36

37 E Autres Transports Il s agit pour l essentiel de transports terrestres et ferroviaires i (transport t d hydrocarbures, d de boissons, de denrées alimentaires, ). 37

38 C/ La répartition du Chiffre d Affaires 38

39 II.C / La répartition du Chiffre d Affaires Un chiffre d affaires dominé par les assurances maritimes Le Chiffre d Affaires est dominé par les affaires maritimes bien que l on constate que sa part tend à diminuer au profit des autres transports. Les chiffres sont en milliers d euros : Rubriques Primes émises Maritimes Aériens Autres transports Total Transport Part de "Marimes" dans le Transport 59,0% 57,7% 53,7% 63,5% 52,4% 53,4% Part "Aériens" dans le Transport 32,1% 31,2% 30,2% 26,1% 29,4% 25,5% Part "Autres transports" dans le Transport 8,9% 11,0% 16,1% 10,4% 18,2% 21,1% 39

40 D/ Les spécificitésc 40

41 II.D / Les spécificités ité Un contexte juridique particulier Le contexte juridique est dominé par une double obligation : - L obligation d assurance des Facultés à l importation - L obligation de domiciliation (assurance locale) Une législation unique : Le Code CIMA Un régulateur unique : La CRCA Le potentiel assurable est peu exploité du fait de divers problèmes (fraude, ) L existence de deux réseaux de Commissaires d avaries (Les Commissaires d avaries indépendants et les Commissaires d avaries affiliés au réseau du Comité des Experts Maritimes de France qui est un démembrement du CESAM). 41

42 E/ L Évolution o des résultats 42

43 II.E / L Évolution des résultats Une évolution baissière Le tableau ci-après retrace la situation générale de l assurance Transports dans la zone CIMA de 2002 à Les chiffres sont en milliers d euros. Nous notons un effritement du résultat d exploitation net de la branche à partir de l exercice 2005 dû : A une hausse des charges de sinistres d une part ; Et d autre part à la hausse des frais de gestion Eléments Primes émises Primes acquises Produits financiers nets Charges de sinistres Charges de gestion Résultat d'exploitation brut Solde de réassurance Résultat d'exploitation net 5 RENCONTRES AMRAE

44 Evolution de la sinistralité par catégories de transports (chiffres en milliers d euros) Rubriques Primes émises Aériens Maritimes Autres transports Total Primes acquises Aériens Maritimes Autres transports Total Charges de sinistres Aériens Maritimes Autres transports Total Taux de sinistre à primes (S/P) Aériens -5,4% 3,8% 2,5% 62,4% 28,1% 17,5% Maritimes 16,7% 18,8% 18,2% 23,1% 24,4% 37,7% Autres transports 18,4% 40,0% 33,4% 24,6% 54,9% 13,5% Total 9,6% 16,2% 14,9% 33,4% 30,0% 29,7% 44

45 F/ Les défis 45

46 II.F / Les défis L assurance Transport souffre des mêmes problèmes que l assurance en général en Afrique. Ce sont notamment : La faiblesse du Chiffre d Affaires La faiblesse du taux de rendement des placements L importance des arriérés de primes L importance des charges de gestion (Commissions et autres charges) La sous tarification La fraude (fausses attestations d assurance, fraude sur le poids ou la quantité des marchandises, fausses déclarations de sinistres, falsification des connaissements, ) La mauvaise image des assureurs 46

47 II.F / Les défis Pour ce qui est du cas particulier de l assurance maritime, nous pouvons citer : La vente CAF (malgré les dispositions de la réglementation) ; L assurance parallèle (l assurance subsidiaire : qui est souscrite auprès d une société d assurance du pays exportateur) ; L assurance en différence de condition ; Et depuis peu, le terrorisme. L assurance subsidiaire et l assurance en différence de conditions constituent des entraves au développement de la branche Maritime dans la zone FANAF et une infraction aux dispositions des Codes des Assurances des différents pays africains. 47

48 II.F / Les défis En se basant sur les documents des travaux préparatoires de la CNUCED, les primes d assurances maritimes doivent représenter au minimum 1,5% de la valeur totale des importations FOB d un pays. L application de ce taux aux importations des pays de la zone CIMA permet de constater que les primes potentielles dans la zone auraient dû atteindre 287,1 millions d euros contre 53,3 millions d euros de primes réelles réalisées par les marchés, soit un manque à gagner de 233,8 millions d euros. Trouver des solutions à ces problèmes constitue l un des principaux défis à relever. 48

49 Autres défis La trilogie prévention, gestion des sinistres et recours constitue une des préoccupations pations majeures es des Assureurs. s La maîtrise de ces trois éléments devra permettre à l Assurance d améliorer ses résultats et la qualité de ses prestations envers les assurés. 49

50 La prévention : Les études publiées par les Organisations africaines et internationales qui s occupent soccupent du transport maritime montrent que 70% des pertes et avaries qui surviennent au cours du transport peuvent être évitées ou réduites par des mesures de préventions idoines. En raison de l insécurité qui règne dans les ports africains, les assureurs exigent aux assurés de veiller à la surveillance des navires au moment de l embarquement et du déchargement des marchandises pour éviter les vols qui sont très fréquents dans l enceinte des ports. Les souscripteurs exigent aussi dans le cadre de la prévention que des mesures comme la fumigation et les contrôles phytosanitaires soient prises par les armateurs. 50

51 Le Règlement des sinistres : Il est devenu une préoccupation des sociétés membres de la CIMA. Depuis l entrée en vigueur du code CIMA et la mise en place de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances, les sociétés d assurances opérant dans nos marchés ont retrouvé une santé financière qui leur permet de régler dans des délais raisonnables les sinistres. Cependant, il faut reconnaître que les assurés ignorent souvent les obligations principales i qui sont les leurs en cas de sinistres i (déclaration du sinistre, i réserves sur le bordereau de Livraison, constat des dommages par un expert ou commissaire i d avaries dans les délais les plus brefs, ). 51

52 Le Règlement des sinistres : Sur les marchés de la CIMA, coexistent deux réseaux de commissaires d avaries : Des commissaires d avaries indépendants Des commissaires d avaries affiliés au réseau du Comité des Experts Maritimes de France qui est un démembrement du CESAM. L assuré et les bénéficiaires de l assurance doivent prendre toutes les mesures pour conserver les droits et recours contre les transporteurs et tous autres responsables et permettre à l assureur, le cas échéant, d engager et de poursuivre les actions qu il jugera nécessaires. Ce qu ils ne font pas souvent par ignorance. 52

53 Le recours : La conservation et l exercice des recours sont indispensables à l équilibre économique des contrats d assurance. Outre leur incidence directe sur les résultats statistiques, ils ont pour effet de responsabiliser le transporteur, ce qui moralise les risques et incite les partenaires à l opération de transport à la prévention. 53

54 G/ Les perspectives (Conclusion) 54

55 II.G / Les perspectives (Conclusion) Malgré les efforts entrepris par les Sociétés d assurances et par les Autorités, l assurance Maritime n a pas atteint sa vitesse de croisière. Pour relever ce défi, les assureurs (FANAF) devront mettre en place une stratégie qui pourrait être axée sur : 55

56 II.G / Les perspectives (Conclusion) La communication pour amener les assurés à souscrire des garanties «Tous Risques» au lieu des FAP Sauf. Au-delà de l obligation, faire le plaidoyer de l intérêt de l assurance; La sensibilisation des Risk Managers que vous êtes au respect des dispositions réglementaires et au refus de certaines pratiques de contournement comme l assurance parallèle. La rapidité des Règlements de sinistres ; L intensification de la prévention ; Le maintien des législations instituant les obligations d assurances et de domiciliation de l assurance dans l espace FANAF malgré la pression des institutions de BRETTON WOODS ; 56

57 II.G / Les perspectives (Conclusion) Convaincu que l amélioration continue de la solvabilité des compagnies d assurances africaines, le professionnalisme pointu de leurs Cadres et la mise en application de la stratégie que je viens d évoquer plus haut, permettront aux marchés africains de l assurance de répondre davantage aux attentes des assurés en matière de règlements de sinistres et de besoins de sécurité. 57

58 MERCI POUR VOTRE ATTENTION 58

59

PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014

PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014 EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014 PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie (situation de l assurance automobile 2010-2014) I. Le Marché

Plus en détail

L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant

L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant soit à la garantie RC du transporteur Introduction Le

Plus en détail

Les Incoterms et le transfert du risque. international de marchandises : problématique de la garantie

Les Incoterms et le transfert du risque. international de marchandises : problématique de la garantie 1 dans le transport international de marchandises : problématique de la garantie La mondialisation consacre le passage d une économie qui fonctionnait essentiellement dans le cadre des Etats Nations à

Plus en détail

Qu'est ce que l'assurance Transport?

Qu'est ce que l'assurance Transport? Qu'est ce que l'assurance Transport? L'Assurance Transport, c'est la couverture des marchandises ou facultés contre les risques de transports tant aérien, fluvial, maritime que terrestre. Quand doit-on

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

CLAUSES DIVERSES SPECIMEN. CLAUSE 82 Tiers porteur de bonne foi (polices d abonnement)

CLAUSES DIVERSES SPECIMEN. CLAUSE 82 Tiers porteur de bonne foi (polices d abonnement) CLAUSES DIVERSES CLAUSE 81 Emballage (agrément) Par dérogation aux dispositions de l article 7, paragraphe 4 ) des Conditions Générales de la police, il est convenu que, dans le cas où, à la suite d une

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

LE RESEAU GLOBUS. Notre mission. Notre ambition

LE RESEAU GLOBUS. Notre mission. Notre ambition LE RESEAU GLOBUS C est la réponse aux besoins de plus en plus fréquents des clients internationaux ayant des installations industrielles et commerciales dans de nombreux pays africains et exprimant le

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

LES RÉSULTATS 2010 de l assurance transports. Conférence de Presse de la FFSA Paris, le 9 septembre 2011

LES RÉSULTATS 2010 de l assurance transports. Conférence de Presse de la FFSA Paris, le 9 septembre 2011 LES RÉSULTATS 2010 de l assurance transports Conférence de Presse de la FFSA Paris, le 9 septembre 2011 CONFÉRENCE DE PRESSE de l assurance transports Chiffres clés du marché : résultats et données 2010

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA

Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA Sékou F. Doumbouya, Programme Officer, ILEAP Présentation basée sur Doumbouya, Sékou et Nana, François (2009), Négociations commerciales

Plus en détail

FORMATION DES INTERMEDIAIRES D'ASSURANCES ET DES PERSONNELS DES SERVICES PRODUCTION DES SOCIETES D'ASSURANCE

FORMATION DES INTERMEDIAIRES D'ASSURANCES ET DES PERSONNELS DES SERVICES PRODUCTION DES SOCIETES D'ASSURANCE FORMATION DES INTERMEDIAIRES D'ASSURANCES ET DES PERSONNELS DES SERVICES PRODUCTION DES SOCIETES D'ASSURANCE Objectif : mettre à la disposition du marché Sénégalais des assurances, un personnel pluridisciplinaire

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

LEADER PANAFRICAIN DE L

LEADER PANAFRICAIN DE L LEADER PANAFRICAIN DE L assurance sommaire Mot du directeur général...5 indicateurs clés 2014...7 pays de présence...8 nos pôles d activités...9 indicateurs financiers...13 SAHAM Finances a confirmé

Plus en détail

Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA

Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA Sékou F. Doumbouya, Programme Officer, ILEAP Présentation basée sur Doumbouya, Sékou et Nana, François (2009), Négociations commerciales

Plus en détail

Affaires dommages en Suisse

Affaires dommages en Suisse Affaires dommages en Suisse 15 Primes émises Total des primes Assurance accidents* 2 762 2 821 2 818 Assurance maladie* (sans assurance de base) 6 323 6 318 8 687 Assurance RC et de véhicules automobiles

Plus en détail

Les Assurance en République du Congo

Les Assurance en République du Congo Les Assurance en République du Congo Article juridique publié le 19/10/2012, vu 610 fois, Auteur : Joseph MIKALA Inscrit dans l esprit de l article 1382 du Code civil stipulant «tout fait quelconque de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRADE/C/CEFACT/2013/6 Distr. générale 27 mars 2013 Original: français Commission économique pour l Europe Comité du commerce Centre pour la facilitation du

Plus en détail

Evolution du Marche Des Assurances en Algérie et La Réglementation Le Régissant

Evolution du Marche Des Assurances en Algérie et La Réglementation Le Régissant Ministère de L'enseignement Supérieur et de la recherche scientifique Université Ferhat Abbas Evolution du Marche Des Assurances en Algérie et La Réglementation Le Régissant 2a 2011 26 25 PARTIE 1 : EVOLUTION

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RAPATRIEMENT DE CORPS GROUPE LGA TOUTES CAUSES AFRIQUE CENTRALE. Conditions générales Rapatriement de Corps - N 4 091 243

CONDITIONS GENERALES RAPATRIEMENT DE CORPS GROUPE LGA TOUTES CAUSES AFRIQUE CENTRALE. Conditions générales Rapatriement de Corps - N 4 091 243 CONDITIONS GENERALES RAPATRIEMENT DE CORPS GROUPE LGA TOUTES CAUSES AFRIQUE CENTRALE Conditions générales Rapatriement de Corps - N 4 091 243 Convention GROUPE LGA / 4 091 243 Contrat CLASSIQUE AFRIQUE

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Risques de guerre, de terrorisme et de grève Garantie maritime (waterborne)

Risques de guerre, de terrorisme et de grève Garantie maritime (waterborne) Risques de guerre, de terrorisme et de grève Garantie maritime (waterborne) Contrat d assurance Conditions Générales n 274 Dispositions légales et obligatoires de l assureur et de l assuré Conventions

Plus en détail

Thème : la régulation des Marchés

Thème : la régulation des Marchés FORUM DES MARCHÉS 2014 Thème : la régulation des Marchés Introduction par Monsieur Protais AYANGMA, Directeur Général, Saham Assurance Cameroun Président du Panel Libreville, le 31 Octobre 2014 1 Les Panélistes

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

COURTIERS D ASSURANCES MARITIMES & TRANSPORTS RISQUES D ENTREPRISES. www.degonde.com

COURTIERS D ASSURANCES MARITIMES & TRANSPORTS RISQUES D ENTREPRISES. www.degonde.com COURTIERS D ASSURANCES MARITIMES & TRANSPORTS RISQUES D ENTREPRISES Police d assurance datant de 1772 Le nom de DEGONDE est associé à l'assurance Maritime et Transports depuis quatre générations, à Bordeaux

Plus en détail

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT Me TEISSEDRE - Administrateur ACDA La pratique d un sport automobile n est pas sans risque, tant au niveau physique que pécuniaire, et ses conséquences

Plus en détail

FORUM ANNUEL DES MARCHES FANAF 2015 DEUXIEME EDITION RESUME DU RAPPORT ANNUEL DES MARCHES 2014

FORUM ANNUEL DES MARCHES FANAF 2015 DEUXIEME EDITION RESUME DU RAPPORT ANNUEL DES MARCHES 2014 FORUM ANNUEL DES MARCHES FANAF 2015 DEUXIEME EDITION RESUME DU RAPPORT ANNUEL DES MARCHES 2014 Lieu : Lomé (Togo), Hôtel ONOMO, Lundi 23 et Mardi 24 novembre 2015 SOMMAIRE Pages - Bénin 4 - Burkina Faso

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN EN PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances SOMMAIRE Introduction Formation du chiffre d affaires du marché Total bilan en constante progression

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur AFRISTAT PROGRAMME DE COMPARAISON INTERNATIONALE-AFRIQUE Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur Contexte Au cours de l année 2004, AFRISTAT

Plus en détail

LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE

LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE LE TRAFIC GLOBAL PAR PORT Le trafic global des marchandises des ports d'abidjan et de San Pedro, au cours des 12 mois de l année

Plus en détail

Qui peut conduire mon véhicule sans me priver du bénéfice de l assurance en cas d accident?

Qui peut conduire mon véhicule sans me priver du bénéfice de l assurance en cas d accident? Qui peut conduire mon véhicule sans me priver du bénéfice de l assurance en cas d accident? Toute personne titulaire d un permis de conduire conforme d une part à la catégorie de véhicule concerné et d

Plus en détail

Rabat, le 20 mars 2014

Rabat, le 20 mars 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 20 mars 2014 Durant les dix dernières années, les flux d investissements directs étrangers réalisés en Afrique ont enregistré, selon les données de

Plus en détail

Comment protéger mon entreprise face aux risques liés au transport des marchandises?

Comment protéger mon entreprise face aux risques liés au transport des marchandises? Protéger votre entreprise Comment protéger mon entreprise face aux risques liés au transport des marchandises? Assurance des marchandises transportées Quels sont les risques pour vos marchandises en cours

Plus en détail

Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE

Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE Société Commerciale Gabonaise de Réassurance SCG-Ré Premier Forum des Marchés Zone FANAF Libreville, le 30 et 31 Octobre 2014 Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE vendredi 31

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2 Mars 2003 Anglais et français seulement 1 EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION (Note présentée par les Etats africains) 2 1. INTRODUCTION 1.1 L Afrique a commencé son expérience dans la

Plus en détail

Atelier A N 29. Code CIMA, risk management et coopération internationale

Atelier A N 29. Code CIMA, risk management et coopération internationale Atelier A N 29 Code CIMA, risk management et coopération internationale Intervenants Jean Claude NGBWA Secrétaire Général de la CIMA cima@cima-afrique.org Edmond Charles BRIAND Risk Manager ec.briand@bollore.net

Plus en détail

REFORME DE LA REGLEMENTATION SUR L INDEMNISATION DU PREJUDICE CORPOREL: POINT DE VUE DE LA CIMA

REFORME DE LA REGLEMENTATION SUR L INDEMNISATION DU PREJUDICE CORPOREL: POINT DE VUE DE LA CIMA REFORME DE LA REGLEMENTATION SUR L INDEMNISATION DU PREJUDICE CORPOREL: POINT DE VUE DE LA CIMA Présenté par Adolphe Ouédraogo, Chef de Brigade à la CIMA 37éme Assemblée Générale de la FANAF Yaoundé, du

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

LES PREOCCUPATIONS DES ACTEURS DU MARCHE DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par : le DGAE

LES PREOCCUPATIONS DES ACTEURS DU MARCHE DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par : le DGAE LES PREOCCUPATIONS DES ACTEURS DU MARCHE DE L ASSURANCE AU BENIN Présenté par : le DGAE PLAN Introduction 1. Les problèmes posés 2. Actions engagées dans le cadre du règlement des doléances 3. Approches

Plus en détail

Directeur Administratif et Financier

Directeur Administratif et Financier Symposium Régional pour les États africains sur le Financement des Infrastructures des Aéroports et tdes Services de la Navigation Aéi Aérienne EXPERIENCE DE L ASECNA LASECNA Présentée par Mr Ahmed Salem

Plus en détail

FICHE 13. L'assurance transport

FICHE 13. L'assurance transport FICHE 13 L'assurance transport 1 Les questions fondamentales sur l'assurance Pourquoi assurer la marchandise? L'assurance transport est recommandée pour pallier l'absence ou l'exonération de responsabilité

Plus en détail

Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF

Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF Olivier ANDRIOLLO Novembre 2012 Le Projet MAE : Lutte contre les Médicaments Falsifiés en Afrique de L ouest A Contexte

Plus en détail

les litiges marchandises transportées «un centre de coûts à maîtriser» Les litiges marchandises transportées : «un centre de coûts à maîtriser»

les litiges marchandises transportées «un centre de coûts à maîtriser» Les litiges marchandises transportées : «un centre de coûts à maîtriser» les litiges marchandises transportées «un centre de coûts à maîtriser» 1 Il n a pas d obligation d assurance des «Marchandises Transportées» (excepté ventes CIF et CIP) Les risques encourus : En cas d

Plus en détail

POLICE FRANÇAISE D ASSURANCE COUVRANT LA RESPONSABILITÉ DES COMMISSIONNAIRES DE TRANSPORT

POLICE FRANÇAISE D ASSURANCE COUVRANT LA RESPONSABILITÉ DES COMMISSIONNAIRES DE TRANSPORT Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Discours de Monsieur KI Boureima Jacques, Secrétaire général de la CONFEMEN

Discours de Monsieur KI Boureima Jacques, Secrétaire général de la CONFEMEN Programme d analyse des systèmes éducatifs de la CONFEMEN (PASEC) Ouverture de l atelier international de renforcement des capacités des décideurs et analystes sur la Gestion axée sur les résultats (GAR)

Plus en détail

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012 Rapport du séminaire régional sur le partage d expériences et d enseignements tirés de la mise en œuvre du Code de Conduite sur la sûreté et la sécurité des sources radioactives Ouagadougou, Burkina Faso

Plus en détail

Comores. Assurances maritimes

Comores. Assurances maritimes Assurances maritimes Loi n 67-522 du 3 juillet 1967 [NB - Loi n 67-522 du 3 juillet 1967 sur les assurances maritimes] Titre 1 - Règles générales Art.1.- Est régi par la présente loi tout contrat d assurance

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA)

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA) CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA) Organisation, Attentes, Défis et Perspectives I- ORGANISATION A/ Traité et Etats membres Signature du Traité : le 10 juillet 1992 à Yaoundé (République

Plus en détail

POLICE FRANÇAISE D ASSURANCE MARITIME SUR FACULTÉS (marchandises) Garantie «F.A.P. Sauf»

POLICE FRANÇAISE D ASSURANCE MARITIME SUR FACULTÉS (marchandises) Garantie «F.A.P. Sauf» POLICE FRANÇAISE D ASSURANCE MARITIME SUR FACULTÉS (marchandises) Garantie «F.A.P. Sauf» DU 1 ER JUILLET 2009 LOI APPLICABLE : Le présent contrat est régi par la loi française et en particulier par les

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION Article 1. Définitions: Ce contrat entend par: 1.1. L assureur et le gestionnaire des sinistres: A.G.A. International S.A. Belgium branch (dénommé

Plus en détail

FITS 2008 Bamako,Mali. Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire

FITS 2008 Bamako,Mali. Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire FITS 2008 Bamako,Mali Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire Problématiques Pourquoi avoir une politique et une stratégie nationale d appui au tourisme

Plus en détail

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique.

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique. Dossier de presse Présentation du Groupe Créé en 1985 le groupe Necotrans est un acteur clé de la logistique internationale avec un chiffre d affaires de plus de 950 millions d euros et 3500 collaborateurs

Plus en détail

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Déclaration d'alger Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Réduire le déficit des connaissances pour améliorer la santé en Afrique 23-26 juin 2008 Catalogage

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DU CONTROLE FISCAL Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code catégorie Nombre

Plus en détail

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005 SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES Situation Liminaire Exercice 2005 Mars 2006 FAITS MARQUANTS 2005 Campagne de Communication sur les délais de recouvrement des primes Suite à l entrée en vigueur des nouvelles

Plus en détail

MEDIA KIT L AGENCE ECOFIN VOUS PERMET DE CIBLER PRÉCISÉMENT VOTRE COMMUNICATION

MEDIA KIT L AGENCE ECOFIN VOUS PERMET DE CIBLER PRÉCISÉMENT VOTRE COMMUNICATION MEDIA KIT L AGENCE ECOFIN VOUS PERMET DE CIBLER PRÉCISÉMENT VOTRE COMMUNICATION ECOFIN FINANCE ECOFIN TIC & TELECOM ECOFIN ELECTRICITE ECOFIN HYDROCARBURES ECOFIN MINES ECOFIN AGRO ECOFIN COMM ECOFIN DROITS

Plus en détail

DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981

DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981 DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981 relatif au diplôme d expertise comptable (1) (Journal officiel du 15 mai 1981) (1) Modifié par : Décret n 88-81 du 22 janvier 1988 (JO du 24 janvier 1988) ; Décret n 96-352

Plus en détail

EN CAS D AVION MANQUE? Contactez le 0805 103 086 BESOIN D INFORMATION SUR VOTRE CONTRAT? 01 42 99 82 81 ou conseil.client@mondial-assistance.

EN CAS D AVION MANQUE? Contactez le 0805 103 086 BESOIN D INFORMATION SUR VOTRE CONTRAT? 01 42 99 82 81 ou conseil.client@mondial-assistance. L organisateur de votre voyage a mis au point avec AGA International S.A. Les Conditions Particulières et Générales suivantes CONTRAT 340 040 CONDITIONS PARTICULIÈRES AVION MANQUE Personne assurée : toute

Plus en détail

Enquête sur le tourisme d observation de la faune en Afrique : Contribution des voyagistes

Enquête sur le tourisme d observation de la faune en Afrique : Contribution des voyagistes VERSION IMPRIMABLE DU QUESTIONNAIRE VEUILLEZ REMPLIR L'ENQUÊTE EN LIGNE! Enquête sur le tourisme d observation de la faune en Afrique : Introduction Contribution des voyagistes À l appui des efforts engagés

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE MARITIME DES CORPS DE NAVIRES DE MER CONTRE LES RISQUES DE GUERRE, DE PIRATERIE, DE TERRORISME

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE MARITIME DES CORPS DE NAVIRES DE MER CONTRE LES RISQUES DE GUERRE, DE PIRATERIE, DE TERRORISME Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

COMPAGNIE DES EXPERTS MARITIMES

COMPAGNIE DES EXPERTS MARITIMES COMPAGNIE DES EXPERTS MARITIMES QUI SOMMES NOUS? CÔTE D IVOIRE GHANA TOGO BURKINA FASO Une équipe d experts qualifiés et expérimentés Un réseau de sociétés présent dans les principaux ports de l Afrique

Plus en détail

TRANSPORT MARITIME. Port Autonome Abidjan. Les Auxiliaires

TRANSPORT MARITIME. Port Autonome Abidjan. Les Auxiliaires TRANSPORT MARITIME Port Autonome Abidjan Port Autonome SanPedro Les Trafics Les Coûts et prix Les Auxiliaires Les Procédures Import Export 1 Les Coûts et prix Coûts portuaires Taux de fret Pilotage Remorquage

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Individuelle Code 18

CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Individuelle Code 18 CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Individuelle Code 18 Société d Assurance de Prévoyance et de Santé SAPS SPA au capital social de 1.000.000.000 de dinars algériens

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

L'assurance des marchandises transportées et de la responsabilité de l'entreprise de transport

L'assurance des marchandises transportées et de la responsabilité de l'entreprise de transport Formules assurance transporteurs www.secat-assurance.fr TRANSPORTEURS assurance transport Transporteur nous avons créé une gamme complète d'assurance et de services pour vous. Vous trouverez dans la liste

Plus en détail

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances Lydian Webinar La nouvelle Loi sur les Assurances Hugo Keulers & Anne Catteau 12 juin 2014 Aperçu 1. Contexte 2. Champ d application 3. Nouvelles dispositions 4. Entrée en vigueur 2 1. Contexte Nouveau

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

DEMANDE DE CHANGEMENT DE STATUT CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE «COMPETENCES ET TALENTS»

DEMANDE DE CHANGEMENT DE STATUT CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE «COMPETENCES ET TALENTS» PREFECTURE DE LA SOMME Direction des Titres et de la Citoyenneté Bureau de l Immigration, de l Intégration et de la Nationalité DEMANDE DE CHANGEMENT DE STATUT CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE «COMPETENCES ET

Plus en détail

THE ISLAMIC CORPORATION FOR THE INSURANCE OF INVESTMENT AND EXPORT CREDIT

THE ISLAMIC CORPORATION FOR THE INSURANCE OF INVESTMENT AND EXPORT CREDIT 1 Agenda Présentation de l ICIEC Activités de l ICIEC Exemples d opérations de l ICIEC Exemples d opérations de l ICIEC en Afrique 2 Filales du Groupe BID 3 Présentation de l ICIEC Membre du Groupe de

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Convention de Co-Courtage REFERENCE

Convention de Co-Courtage REFERENCE Convention de Co-Courtage REFERENCE Le présent protocole est établi entre : Nom de votre Cabinet : Raison Sociale et Nom du Responsable : Adresse du siège social : Code Postal : Ville : Tél : Fax : Mobile

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Conseil économique et social. Rapport du rapporteur du CEFACT-ONU pour l Afrique (2014-2015)

Conseil économique et social. Rapport du rapporteur du CEFACT-ONU pour l Afrique (2014-2015) Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRADE/C/CEFACT/2015/4 Distr. générale 9 décembre 2014 Original: français Commission économique pour l Europe Comité exécutif Centre pour la facilitation du

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 Présentation : Sadamba TCHAGBELE, Directeur EAMAC, Niamey - NIGER Slide 1 Sommaire Introduction ti Bilan de la formation à l

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE JOURNAL OFFICIEL LOIS ET DÉCRETS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE JOURNAL OFFICIEL LOIS ET DÉCRETS Annexe au n o 255 Mercredi 3 novembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE JOURNAL OFFICIEL LOIS ET DÉCRETS Code des transports Partie législative Annexe à l ordonnance n o 2010-1307 du 28 octobre 2010 2 JOURNAL

Plus en détail

Les Règles de Rotterdam en Chine

Les Règles de Rotterdam en Chine Les Règles de Rotterdam en Chine Wei HOU Cour Maritime de Wuhan, Chine Premier colloque du droit maritime Chine/France 11 décembre 2014 L adoption par UN: 11 décembre 2008 La cérémonie de signature: 23

Plus en détail

Rapport Annuel d'activités 2005

Rapport Annuel d'activités 2005 Rapport Annuel d'activités 2005 SOMMAIRE Conseil d'administration et Membres de la Direction 2 Assemblée Générale de Bâloise Assurances Luxembourg S.A. 3-5 Rapport de gestion du Conseil d'administration

Plus en détail

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 3 Siège social Vaudoise Assurances Place de Milan Case postale 120 1001

Plus en détail

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here >

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here > < Picture to go here > travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 Gloria Rolland, Responsable développement & Relations de marché, Lloyd s

Plus en détail

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda. Le Point sur les APE dans les régions Africaines Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.sn LES CONFIGURATIONS REGIONALES AFRICAINES NEGOCIANT UN APE Afrique de

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE LA COOPERATION ENTRE L OHI ET L OMAOC QUELLES PERSPECTIVES? par Alain Michel LUVAMBANO Secrétaire Général Atelier sur le développement des services

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 65

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 65 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 65 65 ASSURANCE Cette division comprend la souscription de contrats d assurance de rente et

Plus en détail

ALD AUTOMOTIVE LES ESSENTIELS ASSURANCE TRANQUILLITÉ ET SIMPLICITÉ

ALD AUTOMOTIVE LES ESSENTIELS ASSURANCE TRANQUILLITÉ ET SIMPLICITÉ ALD AUTOMOTIVE LES ESSENTIELS ASSURANCE TRANQUILLITÉ ET SIMPLICITÉ ASSURANCE ALD AUTOMOTIVE, L ASSURANCE SIMPLIFIÉE POURQUOI CHOISIR ALD AUTOMOTIVE? Six véhicules sur dix auront statistiquement dans l

Plus en détail

SOMMAIRE. Allianz All-In-One Pro Conditions générales AD1082FR-09/13 1

SOMMAIRE. Allianz All-In-One Pro Conditions générales AD1082FR-09/13 1 SOMMAIRE Article 1 Dispositions préliminaires.. p. 2 Article 2 Conditions de base. p. 2 Article 3 Aperçu des contrats d assurance dont le package peut se composer p. 2 Article 4 Particularités d un package

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Collective Code 18

CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Collective Code 18 CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Collective Code 18 Société d Assurance de Prévoyance et de Santé SAPS SPA au capital social de 1.000.000.000 de dinars algériens

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

POLICE FRANÇAISE D ASSURANCE COUVRANT LA RESPONSABILITÉ DU TRANSPORTEUR INTERNATIONAL DE MARCHANDISES PAR ROUTE

POLICE FRANÇAISE D ASSURANCE COUVRANT LA RESPONSABILITÉ DU TRANSPORTEUR INTERNATIONAL DE MARCHANDISES PAR ROUTE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) -------------------

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- I. CONTEXTE GENERAL : Le Mali est un vaste pays enclavé se situant

Plus en détail

JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS. - Juillet 2007 - Procédures Achats Import JIRAMA 1

JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS. - Juillet 2007 - Procédures Achats Import JIRAMA 1 JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS PROCEDURES ACHATS IMPORT - Juillet 2007 - JIRAMA 1 SOMMAIRE ARTICLE 1 : OBJECTIFS ARTICLE 2 : DEFINITIONS ARTICLE 3 : PASSATION DE COMMANDE

Plus en détail

FORUM PHARMACEUTIQUE INTERNATIONAL DE LIBREVILLE RAPPORT FINAL

FORUM PHARMACEUTIQUE INTERNATIONAL DE LIBREVILLE RAPPORT FINAL 9 ème FORUM PHARMACEUTIQUE INTERNATIONAL DE LIBREVILLE RAPPORT FINAL Docteur Serge Aimé ISSEMBE Président de l Ordre National des Pharmaciens du Gabon Conférence de l Inter-Ordre des Pharmaciens Francophones

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE DE FLOTTE AUTOMOBILE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.

Direction des Ressources Humaines MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE DE FLOTTE AUTOMOBILE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T. 1 COMMUNE DE Direction des Ressources Humaines MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE DE FLOTTE AUTOMOBILE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Marché passé selon la procédure : En application

Plus en détail