Atelier A N 29. Code CIMA, risk management et coopération internationale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier A N 29. Code CIMA, risk management et coopération internationale"

Transcription

1 Atelier A N 29 Code CIMA, risk management et coopération internationale

2 Intervenants Jean Claude NGBWA Secrétaire Général de la CIMA Edmond Charles BRIAND Risk Manager Olivier DUBOIS Modérateur Directeur des filiales africaines Direction des Filiales étrangères Régis de PONCINS Responsable Assurances Groupe

3 Activités Fabrication de boissons, transformation plastique, transformation du bois Distribution de véhicules neufs Distribution de produits pharmaceutiques Distribution de produits technologiques, ingénierie de solutions 2007 le dynamisme de tous les marchés africains C.A. 2,5 Mds EUR 40 pays et territoires d outre - mer Progressions (Maghreb + 54%, Afrique francophone + 13%, Afrique anglophone +22%, Dom Tom +4%) Approche de la gestion des risques par zone géographique en Afrique

4 Contexte : cycle d ateliers AMRAE sur l assurance en Afrique Biarritz (2005) : état des lieux de la gestion des risques et du secteur de l assurance en Afrique Deauville (2006) : perspectives de l assurance des risques d entreprise en Afrique Nantes (2007) : gestion et règlements des sinistres en zone CIMA Deauville (2008) : code CIMA, risk management et coopération internationale

5 Quelques réflexions pour lancer le sujet, REALITES Les grands groupes internationaux règlent tous des primes d assurance localement Le cas de CFAO :» Risques locaux, 100% des primes réglées localement» Grands risques, une part très significative des primes réglées localement, et en tous cas globalement très supérieure aux niveaux de rétention obligatoire dans les pays, lorsqu ils existent (cf. CIMA) RAPPELS 2007 Pour un aspect de risk management qu est la gestion de sinistres, mise en évidence notamment de,» L absence de visite de risques des assureurs et réassureurs à la souscription» Problème de la qualité des experts» Problème de la solidarité des co-assureurs Autant de situations d exemples des handicaps de la zone en terme de risk management Cf. contre-exemple algérien (CFAO) dans la prévention des risques : quelle coopération internationale pour la CIMA?

6 Le code CIMA, un support de risk management ou un support de référence pour être en conformité avec la réglementation en matière d assurance africaine? La zone CIMA, quelle coopération internationale entre les pays membres, avec d autres marchés d assurance (Afrique ou non), avec quelles instances? Des contraintes et des atouts pour l exercice du risk management, mais quelles perspectives concrètes pour une optimisation? Des tentatives de réponses

7 Intervention Jean Claude NGBWA Secrétaire Général

8 Le secteur des assurances dans la zone CIMA Le code CIMA: un outil privilégié à la disposition du risk manager L offre d assurance et les acteurs du secteur des assurances dans la zone CIMA La CIMA: un instrument de coopération internationale La coopération internationale dans la maîtrise des grands risques La coopération internationale pour la prévention des risques d instabilité du système financier

9 Avec la mondialisation de l économie, la gravité et la fréquence des risques sont de plus en plus difficilement maîtrisables. La globalisation du risque fait peur et peut, de ce fait, paralyser certains cercles de décisions, freinant ainsi la prise d initiatives. Cette situation, conjuguée à la profonde aversion aux risques de certains opérateurs économiques, donne une place hautement stratégique au risk management dans le pilotage des entreprises modernes.

10 Dans ce contexte, les Etats de la CIMA, très vulnérables aux risques propagés par la mondialisation et à d autres risques tels que les guerres civiles, l invasion acridienne, les incendies des grands marchés, les crashs aériens et les risques pétroliers, n ont pu échappé au souci de rationalisation et de maîtrise du risque. Ces Etats ont pris conscience très tôt du caractère international de la gestion des risques, d où la signature à Yaoundé le 10 juillet 1992 du traité CIMA. Ainsi, la CIMA est le résultat d un long processus d intégration du secteur des assurances en Afrique francophone initié au début des indépendances.

11 Le traité CIMA est signé le 10 juillet 1992 à Yaoundé (République du Cameroun) et regroupe les États africains ci-après: Bénin Burkina Faso Cameroun Centrafrique Côte d Ivoire Guinée Bissau Mali Niger Sénégal Congo Gabon Guinée Équatoriale Tchad Togo

12

13 Conseil des Ministres de la CIMA Organe suprême de la Conférence, adopte et modifie la réglementation unique, examine les recours des sociétés d assurance et nomme les responsables de la CIMA Commission Régionale de Contrôle des Assurances (CRCA) Organe régulateur de la conférence, organise le contrôle sur place et sur pièces des sociétés d assurance, doté des pouvoirs de sanctions Secrétariat Général de la CIMA Assure la préparation, l exécution et le suivi des travaux du Conseil des Ministres et de la CRCA

14 Un code unique des assurances, le code CIMA; Un organe unique et supranational de contrôle, la CRCA ; Une monnaie commune, le franc CFA.

15 Toute activité économique génère des risques susceptibles de compromettre la survie de l entreprise. Le risk management permet d identifier ces risques, de les évaluer et d en proposer des solutions de traitement. Dans le cadre des solutions de traitement des risques, les entreprises ou les opérateurs économiques ont très souvent recours à l externalisation des risques par le biais de contrats d assurance appropriés. Ce recours au secteur des assurances exige du risk manager une connaissance profonde des règles du marché qui conditionnent la validité juridique des programmes d assurance, notamment: Les dispositions légales régissant les contrats; Les dispositions légales s appliquant aux entreprises d assurance et aux intermédiaires; la réglementation relative aux placements. Dans la zone CIMA, ces dispositions sont regroupées dans le code unique des assurances appelé encore code CIMA.

16 Ce code comprend six livres à savoir : le livre I relatif au contrat d assurance; le livre II portant sur les assurances obligatoires; le livre III relatif aux entreprises; le livre IV regroupant l ensemble des règles comptables applicables aux entreprises d assurance; le livre V relatif aux intermédiaires (agents généraux, courtiers et autres intermédiaires d assurances ou de capitalisation) ; le livre VI portant sur les organismes particuliers d assurances (le fonds de garantie automobile).

17 Les dispositions légales régissant l exécution des engagements des parties au contrat d assurance Le code CIMA regroupe en ses livres I et II, la plus grande partie des dispositions relatives à la formation du contrat et à l exécution des engagements qui en découlent. S agissant du contrat, le législateur précise les obligations des parties, tant dans la formation du contrat (phase précontractuelle, contenu contractuel, conclusion du contrat)que dans le déroulement du contrat (possibilité de renonciation en assurance vie, évolution des circonstances des risques, déclaration des sinistres, durée et extinction du contrat d assurance etc.) Pour garantir la protection des intérêts des assurés, le code CIMA stipule en son article 8 que les clauses édictant des nullités, des déchéances ou des exclusions ne sont valables que si elles sont en caractères très apparents. Conformément aux dispositions de l article 28 du code CIMA, la prescription est de deux ans pour les actions dérivant du contrat. Cette prescription est portée à cinq ans pour les contrats d assurances contre les accidents et pour les contrats d assurance sur la vie lorsque le bénéficiaire est une personne distincte du souscripteur. Outre la résiliation normale intervenant à l expiration de la durée du contrat, des situations variées prévues par le code CIMA peuvent légalement ouvrir aux parties la possibilité de mettre fin prématurément au contrat par résiliation.

18 Les dispositions légales régissant l exécution des engagements des parties au contrat d assurance (Cas particulier de l assurance automobile) Le Code CIMA a mis fin au principe de la réparation intégrale en assurance automobile. Il institue une procédure spécifique d indemnisation des préjudices corporels caractérisée par une transaction préalable obligatoire et par un barème. S agissant de ce barème, le code a limite la liste des préjudices indemnisables et instaure des plafonds d indemnités pour chacun de ces préjudices. Les préjudices indemnisables sont évalués à partir d échelles standardisées variant en fonction de la qualité de la victime, de son âge et de la nature de son préjudice. Au total, dans le cadre de l indemnisation des préjudices corporels en assurance automobile, l intervention du juge est évité au maximum et lorsqu on a recours à lui, il n a pas le pouvoir de créer le droit. Il ne peut que contrôler l application de la règle édictée par le code CIMA, tant au niveau de la liste des personnes indemnisables qu au niveau des préjudices réparables.

19 La réglementation applicable aux entreprises d assurance Suivant les dispositions de l article 301 du code CIMA, les entreprises d assurance sont obligatoirement constituées sous forme de société anonyme ou de société d assurance mutuelle. Les sociétés anonymes doivent désormais disposer d un capital social d un milliard de F CFA (environ 1,5 millions d euros ) libéré au trois quart contre 500 millions de F CFA ( euros) avant Quant aux sociétés d assurance mutuelles, elles doivent désormais disposer d un fonds d établissement de 800 millions de F CFA (1,143 millions d euros) entièrement versé contre 300 millions de F CFA ( euros) avant L augmentation du niveau minimum du capital social et du fonds d établissement participe du souci du législateur de renforcer les fonds propres des sociétés d assurances afin qu elle soient à même de participer à la souscription des grands risques par l augmentation subséquente de leur capacité de rétention.

20 La réglementation applicable aux entreprises d assurance L agrément est accordé branche par branche suivant la nomenclature prévue à l article 328 du code CIMA par le Ministre chargé des assurances après avis favorable de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances (CRCA). Le code CIMA consacre également en son article 326 le principe de spécialisation suivant lequel une entreprise d assurance ne peut pratiquer à la fois les opérations d assurance vie et les opérations d assurance dommages. Ces entreprises d assurance sont astreintes à un plan comptable particulier et à un régime financier propre, qui leur impose un niveau de fonds propres minimum et une réglementation spécifique des placements.

21 La réglementation applicable au secteur des intermédiaires Les différentes catégories d intermédiaires admises par le code CIMA (art 501 du code CIMA) sont les courtiers, les agents généraux, les salariés des entreprises d assurance ou des sociétés de courtage ainsi que les mandataires des entreprises d assurance rémunérés à la commission ; les courtiers de fret pour l assurance des transports de marchandises, les agences de voyages pour l assistance et les banques en ce qui concerne l assurance vie (art 503 du code CIMA). Ces intermédiaires qui doivent satisfaire aux conditions d honorabilité (art 506 du code CIMA) et de capacité professionnelle (art 508 du code CIMA) sont soumis à l agrément du Ministre chargé des assurances. En outre, l agent général et le courtier doivent justifier d une garantie financière qui doit être au moins égale à 10 millions de F CFA (environ euros). Cette garantie doit croître en fonction des primes perçues par ces intermédiaires en vue d être reversées aux entreprises d assurance (art 524 et 525 du code CIMA).le courtier doit justifier d un contrat d assurance couvrant les conséquences pécuniaire de sa responsabilité civile professionnelles.

22 La réglementation applicable au secteur des intermédiaires S agissant particulièrement du courtier, il doit justifier d un contrat d assurance le couvrant contre les conséquences pécuniaires de sa responsabilité civile professionnelle (art 537 du code CIMA). L exercice de la profession de courtier est soumis à l agrément préalable du Ministre en charge du secteur des assurances de l Etat dans lequel l autorisation est demandée. Une liste des courtiers agréés est régulièrement établie par la Direction Nationale des Assurances et communiquée aux entreprises d assurance agréées sur le territoire de l Etat membre.

23 La réglementation applicable aux placements Le dispositif prudentiel en vigueur dans les Etats membres de la CIMA repose sur la tryptique : provisions techniques suffisantes, couverture des engagements réglementés et marge de solvabilité. Au niveau de la couverture des engagements réglementés, le code CIMA exige que ces engagements soient représentés par des actifs sûrs, liquides et rentables. Ces actifs doivent être localisés sur le territoire du risque avec possibilité de placer 50% dans d autres pays de la CIMA. Ces actifs sont soumis aux règles de diversification et de dispersion.

24 La réglementation applicable aux placements La règle de diversification impose une limitation globale par catégorie de placements. Elle est résumée dans le tableau ci-après: Actifs Minimum en % des engagements reglementés Maximum en % des engagements reglementés - Obligations et autres valeurs d'etat - Obligations des organismes internationaux - Obligations des institutions financières - Autres obligations - Actions cotées - Action des entreprises d'assurance 15% xxxxxx 50% 40% - Actions et obligations des sociétés commerciales - Actions des sociétés d'investissement - Droits réels immobiliers 40% - Prêts garantis xxxxxx 20% - Prêts hypothécaires 10% - Autres prêts 40% pour les sociétés - Dépôts en banque 10% non vie et 35% pour les sociétés vie

25 La réglementation applicable aux placements La règle de dispersion impose quant à elle des plafonds par actif ou par émetteur. Elle est résumée dans le tableau ci-après: Actifs Valeurs mobilières, titres assimilés et prêts Maximum en % des engagements reglementés par émetteur 5% avec possibilité d'atteindre 10% à condition que la valeur des titres de l'ensemble des émetteurs dont les émissions sont admises au-delà du ratio de 5% n'excèdent pas 40% du montant des engagements réglementés dérogations Valeurs émises ou prêts obtenus par un Etat de la CIMA Actifs immobiliers ou parts de stés immob 15% xxxxxx Actions des entreprises d'assurances ou de réass 2% xxxxxx - Dépôts en banque 40% pour les sociétés non vie et 35% pour les sociétés vie xxxxxx

26 Vue synoptique du marché en 2006: Pays Nombre de sociétés Chiffre d'affaires en milliers de F CFA Non vie Vie Total Non vie vie Total Bénin Burkina Faso Cameroun Centrafrique Congo Côte d'ivoire Gabon Guinée Equatoriale Mali Niger Sénégal Tchad Togo

27 Vue synoptique du marché en 2006 Avec 137 sociétés d assurance, le secteur a réalisé en 2006 un chiffre d affaires global de 468 milliards de F CFA (714 millions de d euros) contre 442 milliards de F CFA (674 millions d euros) en 2005, soit un taux de progression d environ 6% identique à celui de l année précédente. Le portefeuille global de la zone est dominé par l assurance dommages représentant environ 76% des affaires en 2006 contre 24% pour l assurance vie. L assurance automobile avec 127 milliards de F CFA (194 millions d euros) d émissions en 2006 (36% du portefeuille dommages et 27% du portefeuille global) reste la branche prédominante du fait de son caractère obligatoire. Cependant, la part relative de cette branche dans le portefeuille «dommages» connaît une baisse sensible, passant de 43% en 2000 à 36% en 2006.

28 Vue synoptique du marché en 2006 En matière de concentration commerciale, le marché est dominé par les filiales des grands groupes français et par quelques groupes à capitaux africains. A côté de ces grands groupes, opèrent de nombreuses sociétés à faible capitalisation et détenant des petites parts de marchés. En termes de gestion financière, les encours des placements se chiffrent à fin 2006 à 793 milliards de F CFA (1,2 milliards d euros) contre 734 milliards de F CFA (1,119 milliards d euros) l année précédente, soit un taux de croissance d environ 8%.

29 Les produits commercialisés Les contrats commercialisés sont le souvent présentés sous forme intégrée avec plusieurs garanties relevant de différentes branches de la nomenclature prévue à l article 328 du code CIMA. C est le cas des contrats multirisques professionnels, multirisques habitation, globale banque, tous risques automobile ou certains contrats maladie intégrant l assistance. En assurance vie, les contrats commercialisés sont dominés par les produits de type épargne et mixte garantissant un capital en cas de décès et un complément de retraite pour les salariés. Il convient de préciser que l assurance des facultés à l importation revêt un caractère obligatoire dans la plupart des pays de la CIMA. Cette assurance doit être domiciliée auprès d une compagnie d assurance locale. Dans l ensemble, la commercialisation des produits reste handicapée par des contraintes fiscales encore pesantes et par la réduction des capacités offertes par le marché international de la réassurance.

30 La fiscalité applicable dans le secteur En assurance dommages, dans la quasi totalité des pays de la CIMA, les contrats d assurance subissent une taxe spécifique appelée taxe sur les conventions d assurance. Dans certains pays, il s agit tout simplement de la TVA. Ces taux de taxes sont applicables sur la prime d assurance et varient généralement de 0,1% à 25% par branche et suivant les pays. Payées en même temps que les primes, ces taxes contribuent à la cherté des produits d assurance. En assurance vie, en dépit des efforts consentis par certains Etats, la fiscalité reste contraignante pesant aussi bien sur les particuliers que sur les entreprises souscrivant des produits groupes décès ou des compléments de retraite pour leurs salariés. Les discussions engagées dans le cadre des états généraux de l assurance vie organisés en juillet 2007 à Douala (République du Cameroun), devraient permettre d alléger cette fiscalité.

31 La fiscalité applicable dans le secteur S agissant de la fiscalité applicable aux entreprises d assurance elles-mêmes, sa particularité repose sur la déductibilité du revenu imposable des provisions techniques constituées conformément à la réglementation. Ce principe a souvent été remis en cause par certaines administrations fiscales mais les discussions engagées avec la CIMA ont permis aux services fiscaux de mieux comprendre la finalité des provisions techniques et d en admettre la déductibilité fiscale.

32 Le développement des groupes d assurance : une opportunité pour les risk managers On dénombre au moins 8 grands groupes d assurance comprenant 57 sociétés d assurance vie et non vie et représentant globalement 63% du portefeuille de la zone en Le développement de ces groupes d assurance se fait en parallèle avec la multiplication des grands groupes industriels dont les risques sont disséminés entre les différentes filiales implantées dans les différents pays de la CIMA. Cette situation pourrait faciliter la mise en place de programmes communs d assurance en mettant à la disposition des risk managers, un réseau d entreprises d assurance liées par des procédures communes de gestion des sinistres, des contrats similaires, une approche clientèle commune, une réglementation commune et une monnaie commune.

33 L action de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances (CRCA) Elle assure à travers le Secrétariat Général de la CIMA, la régulation des marchés d assurances des quatorze (14) Etats membres. Ainsi, entre 1995 et 2007 : 84 agréments des sociétés 18 retraits d agrément 74 plans de financement/redressement 12 administrations provisoires 12 surveillances permanentes 92 réévaluations d actifs 6 avertissements aux dirigeants des sociétés 9 blâmes aux dirigeants des sociétés

34 Le secteur des intermédiaires Les principaux intermédiaires intervenant dans la zone sont les courtiers et les agents généraux. A ce jour, le marché compte 254 courtiers agréés et environ 575 agents généraux. L activité de courtage est dominée par les grands courtiers français dont les filiales sont implantées dans la quasi-totalité des pays de la CIMA. Dans la pratique, l intervention de certains cabinets de courtages ou agents généraux ne se limite plus à la présentation des opérations d assurance. Certaines sociétés d assurance leur confient souvent l encaissement des primes, la gestion et le paiement de certains types de sinistres ainsi que la tarification de certains risques.

35 Les réassureurs et l intervention des captives de réassurance Plusieurs compagnies de réassurance interviennent sur les marchés des Etats membres de la CIMA: Réassureurs privés et sociétés de réassurance mixte. Les réassureurs assistent généralement les compagnies d assurance de la zone tant dans la souscription de certains grands risques industriels qu au niveau de la confection de leur programme de réassurance. Cependant, les sociétés d assurance sont très souvent confrontées à l insuffisance des capacités additionnelles offertes par la réassurance internationale notamment pour les contrats garantissant la responsabilité civile. Ce qui limite l offre des produits dans cette branche et expose les sociétés d assurance à une couverture de réassurance insuffisante. En plus de l intervention des réassureurs traditionnels, le marché enregistre l intervention des captives de réassurance de certains grands groupes industriels qui bénéficient souvent de pourcentages de cession variant entre 75 et 100%, sans respecter les dispositions du code (article 308 et 333-3).

36 Les réassureurs et l intervention des captives de réassurance Par ailleurs, conformément aux dispositions de l article 334 du code CIMA, les sociétés d assurance sont tenues d évaluer leurs provisions techniques brutes de réassurance et de les couvrir par des actifs sûrs, liquides, rentables et équivalents en montants aux engagements réglementés. Or, dans la plupart des conventions de réassurance facultative et surtout fronting, les réassureurs ne font pas de dépôts auprès de leurs cédantes pour garantir les provisions techniques à leur charge. Ces cédantes sont donc seules responsables de la représentation de l ensemble des provisions techniques y compris celles à la charge des réassureurs «facultatifs» pour lesquelles aucun apport n a été effectué par ces derniers. La situation est beaucoup plus préoccupante dans le cadre des polices totalement frontées dans la mesure où la cédante ne reçoit qu une commission de fronting, le risque étant cédé à 100% à la captive de réassurance. Cependant, la cédante devrait supporter, pour l ensemble de cette production, la taxe relative aux frais de contrôle.

37 Assurance et risk management : Quelle complémentarité dans la zone CIMA Dans la zone CIMA, les canaux alternatifs d externalisation du risque ne sont pas encore développés ou n existent pratiquement pas. En effet, les marchés financiers sont encore au stade embryonnaire et n ont pas encore développé de produits combinant finance et assurance. De ce fait, le secteur des assurances reste le moyen privilégié de financement du risque résiduel venant en appoint des solutions internes de traitement. En outre, ce secteur dispose d une certaine expertise réelle en matière de mesures de prévention, de mesures de protection et de détermination des SMP (Sinistre Maximum Possible). Cette expertise devrait être utile au risk management notamment dans le cadre de la recherche du bon équilibre entre les capacités internes de traitement du risque et les avantages procurés par le marché de l assurance. C est d ailleurs la raison pour laquelle, certains cabinets de courtages de la zone se voient confier par leurs clients des audits en assurance et en prévention, des études de risques ainsi que la confection de programmes d assurance.

38 LA COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA MAITRISE DES GRANDS RISQUES LA COOPERATION INTERNATIONALE POUR LA PREVENTION DES RISQUES D INSTABILITE DU SYSTÈME FINANCIER

39 Assurance des grands risques et des risques transfrontaliers dans la zone CIMA : Nécessité d une coopération internationale Du fait de la faiblesse de leurs fonds propres, les compagnies d assurance de la zone sont souvent à découvert dans la souscription de certains grands risques et ont recours de façon systématique à la réassurance facultative. Outre les problèmes que pose la réassurance facultative mentionnés plus haut et ceux liés à la pénurie de capacités, cette situation prive l industrie des assurances de la zone d une bonne partie des primes à investir dans la région. Face à cette situation, les professionnels du marché ont mis en place des stratégies communes nationales ou régionales de couverture de certains types de risques afin de réduire leur dépendance à l égard de la réassurance étrangère.

40 Assurance des grands risques et des risques transfrontaliers dans la zone CIMA : Nécessité d une coopération internationale On peut citer le pool de co-réassurance CICA FAC créé à l initiative de la CICA-RE, le pool SIARCO (Société Ivoirienne de l Assurance des Risques de Construction), le pool des pays sans littoral, les pools AMCO (Assurance Maritime Corps) et TPV au Sénégal. A ces pools, il convient d ajouter les pools aviation africains et risques pétroliers gérés par la société de réassurance Africa-Re. En outre, plusieurs filiales d assurance de certains grands groupes d assurance enregistrent, à travers des traités de réciprocité, des échanges réciproques d affaires sous forme de réassurance active et d acceptation. Il est nécessaire de poursuivre la mise en place de stratégies régionales pour la couverture des grands risques afin de permettre au secteur des assurances de la région de contribuer efficacement à l assurance de ces risques. Le code CIMA favorise de telles initiatives en prévoyant en ses articles 418, 419 et 420 le traitement comptable relatif aux opérations effectuées dans le cadre des pools de co-réassurance ou de coassurance.

41 La coassurance communautaire Adoptée par le Conseil des Ministres de la CIMA en septembre 2004, la coassurance communautaire est un moyen approprié permettant d intéresser à l assurance d un risque donné plusieurs compagnies d assurance du marché de la CIMA dont les sièges sont établis dans des pays différents. Elle devrait entraîner une utilisation plus complète de la capacité régionale de conservation des primes d assurance collectées sur les différents marchés de la CIMA. Il s agit donc d un instrument de coopération internationale permettant aux différents marchés de la CIMA, de mettre en commun leurs capacités pour la couverture de risques qui, de par leur nature ou leur importance, dépassent la capacité d un marché pris individuellement.

42 La coopération avec les acteurs régionaux de la lutte contre les risques de blanchiment des capitaux dans la zone CIMA L Afrique avec ses conflits et sa très forte dépendance à l égard des capitaux étrangers, reste très exposée au phénomène du blanchiment de capitaux d origines diverses, notamment les trafics de stupéfiants, de pierres précieuses, d armes, d êtres humains, le proxénétisme, la corruption, la fraude fiscale à grande échelle, etc Prenant conscience de la vulnérabilité du secteur des assurances de la zone face aux risques de blanchiment, le Secrétariat Général de la CIMA collabore étroitement avec les institutions sous régionales de lutte contre le blanchiment de l argent et le financement du terrorisme. Un règlement adapté pour le secteur des assurances sera présenté sous peu à cet effet au Conseil des Ministres des Assurances.

43 La coopération avec les acteurs régionaux de la lutte contre les risques de blanchiment des capitaux dans la zone CIMA

44 La coopération avec les autres autorités de régulation pour la surveillance des groupes d assurance et des conglomérats financiers Même si cela ne fait pas encore l objet d une convention de coopération formelle, le Secrétariat Général de la CIMA échange régulièrement des informations avec les organismes sous régionaux de surveillance des autres secteurs du système financier de la région, notamment le secteur bancaire et le secteur des marchés financiers. En effet, les Commissions Bancaires sollicitent souvent le Secrétariat Général de la CIMA sur la situation financière de telle ou telle compagnie d assurance intervenant dans le secteur bancaire. Réciproquement, certains organismes du secteur bancaire font souvent l objet de demande d informations auprès des commissions bancaires par le Secrétariat Général de la CIMA. Ces échanges d informations vont certainement s accroître dans l avenir avec l adoption très prochaine par la CIMA des textes relatifs à la surveillance des groupes d assurance ou des groupes mixtes d assurance. En ce qui concerne les autorités des marchés financiers, la collaboration avec la CIMA a lieu dans le cadre des réflexions sur le catalogue réglementaire des placements prévu à l article du code CIMA.

45 L évolution des normes prudentielles et la coopération avec l IAIS Dans un contexte de globalisation des marchés et des risques, la coopération internationale des autorités de contrôle des assurances ne se cesse de se renforcer dans le monde. Cette coopération a lieu principalement au sein de l Association Internationale des Contrôleurs d Assurances (AICA) ou IAIS en anglais. Elle a notamment pour objet de favoriser les échanges entre les autorités de contrôle et d élaborer des principes communs de surveillance du secteur des assurances. Émanation de 14 pays d Afrique, la participation de la CIMA aux forums de l IAIS assure une représentation satisfaisante des pays en voie de développement.

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN EN PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances SOMMAIRE Introduction Formation du chiffre d affaires du marché Total bilan en constante progression

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Atelier de dissémination des données du marché de l assurance au titre de l exercice 2014 et échanges sur les problèmes du secteur DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Présenté par: Urbain

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances

I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances 1- Organisation La Direction Nationale des Assurances du Gabon est organisée par le décret 414/PR/MFEBPP du 16 avril 1999, pris en application du

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005 SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES Situation Liminaire Exercice 2005 Mars 2006 FAITS MARQUANTS 2005 Campagne de Communication sur les délais de recouvrement des primes Suite à l entrée en vigueur des nouvelles

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle

Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

Les Assurance en République du Congo

Les Assurance en République du Congo Les Assurance en République du Congo Article juridique publié le 19/10/2012, vu 610 fois, Auteur : Joseph MIKALA Inscrit dans l esprit de l article 1382 du Code civil stipulant «tout fait quelconque de

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes?

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Atelier A12 Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Intervenants Stefano TASSO Directeur département Sinistres stefano.tasso@fmglobal.com André LAVALLEE Directeur Technique et Sinistres

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN Présenté par Paulin DAKO PLAN 1. Introduction 2. Problèmes constatés par la Direction des Assurances 3. Solutions à envisager 4. Que retenir? 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

LexisNexis Compliance Assurance

LexisNexis Compliance Assurance LexisNexis Compliance Assurance La nouvelle solution opérationnelle pour piloter et sécuriser votre gestion de la conformité Exhaustivité des normes assurance Diagnostic et aide à la décision Tableaux

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques...

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques... Table des matières CHAPITRE 1 L information médicale... 17 1 La sélection des risques... 18 2 Le cas du décès... 18 CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21 1 Préambule... 22 2 La notion d accident...

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 8 bis du 26 octobre 2007 C2007-49 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 21 août 2007,

Plus en détail

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le management des risques constituent un enjeu majeur pour la pérennité du Groupe

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine SODEJE Assurances & Patrimoine FICHE D'INFORMATIONS LEGALES Remis à : Siège social et réception clientèle Tél. : 01 43 51 51 52 Siège administratif et correspondances 23-25 avenue MAC MAHON Fax : 01 43

Plus en détail

Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA

Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA Sékou F. Doumbouya, Programme Officer, ILEAP Présentation basée sur Doumbouya, Sékou et Nana, François (2009), Négociations commerciales

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle

Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

L opération d assurance

L opération d assurance Fiche 1 L opération d assurance I. Distinctions II. La mutualisation III. La sélection des risques Définition Opération d assurance : opération par laquelle un assureur organise en une mutualité une multitude

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Allianz Retraite Entreprise

Allianz Retraite Entreprise Allianz Retraite Entreprise Un supplément de retraite grâce à l entreprise. www.allianz.fr Avec vous de A à Z Vous souhaitez motiver vos salariés tout en bénéficiant d un cadre fiscal et social avantageux?

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Formation et conseil en réassurance

Formation et conseil en réassurance Formation et conseil en réassurance Formation personnalisée Formation-conseil Strada Conseil, spécialiste reconnu des secteurs de l assurance et de la réassurance depuis 2002, complète sa gamme de prestations

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ

THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ Approuvé par le conseil d administration : le 30 janvier 2014 BUT ET CHAMP D APPLICATION: La présente politique de délégation d autorité (la

Plus en détail

Luxembourg, le 24 janvier 2006

Luxembourg, le 24 janvier 2006 Luxembourg, le 24 janvier 2006 Lettre circulaire 06/3 du Commissariat aux Assurances relative aux exigences de qualification professionnelle pour agents et sous-courtiers d assurances L'article 105 paragraphe

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-181 du 27 décembre 2012 relative à l affiliation de la Mutuelle Générale de l Économie, des Finances et de l Industrie (MGEFI) à l union mutualiste de groupe Istya

Plus en détail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail Association internationale de la sécurité sociale Quatorzième Conférence régionale africaine Tunis, Tunisie, 25-28 juin 2002 Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE (adoptée par le Conseil lors de sa 921ème session, le 25 mars 1998 [C/M(98)7/PROV]) 1 LE CONSEIL, Vu l article 5 b) de la Convention

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL 2012 /2013 2012 /2013 Sommaire 5 13 6 1 - Sommaire Statistiques générales Tab 2.1 Nombre d entreprises établies suivant leur spécialisation 16 Tab

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC Qui sommes-nous? Nord Europe Life Luxembourg S.A. est une société d assurance vie luxembourgeoise créée en 2003, dont les produits sont disponibles sur le marché belge. CHIFFRES CLÉS au 31 décembre 2014

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-20 du 17 février 2014 relative à l affiliation de la Mutuelle Nationale des Personnels Air France à la Société de Groupe d Assurance Mutuelle Macif L Autorité de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-467 du 27 avril 2011 relatif aux états statistiques des entreprises d assurances, des mutuelles

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC

INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC 1- Monsieur le président, la notion d expert technique est ambiguë pour le commun des lecteurs. Pouvez-vous

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1 Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Page n 1 Conférence du contrôle du 5 octobre 2009 Mutuelles : Actualités du contrôle et évolution du secteur Introduction : Philippe Jurgensen, Président

Plus en détail

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Accord de coopération entre la Commission bancaire et Dubai Financial Services Authority Préambule 1. Considérant que certaines banques et

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE CASABLANCA, Mercredi 15 avril 2015 Messieurs les Présidents,

Plus en détail

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit)

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) Commission européenne Direction générale du Marché intérieur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques CONGRES MONDIAL 2010 PARIS Thème proposé par le groupe français L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques Jérôme Kullmann Président de l AIDA-France Vice-Président de l AIDA

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA)

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA) CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA) Organisation, Attentes, Défis et Perspectives I- ORGANISATION A/ Traité et Etats membres Signature du Traité : le 10 juillet 1992 à Yaoundé (République

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

La Direction du Commissariat aux Assurances,

La Direction du Commissariat aux Assurances, Règlement du Commissariat aux Assurances N 15/01 du 7 avril 2015 relatif à l épreuve d aptitude pour candidats courtiers d assurances ou de réassurances ou dirigeants de sociétés de courtage d assurances

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- DIX-SEPTIEME SESSION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES GENEVE, LE 10 JUIN 2011 COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail