UNIVERSITE D ANTANANARIVO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE D ANTANANARIVO"

Transcription

1 UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DE DROIT, ECONOMIE, GESTION, SOCIOLOGIE DEPARTEMENT ECONOMIE IIIème cycle DESS Option «Entreprise, Coopérative, Association» Soutenu le : 22 octobre 2010 à 9h Impétrante : RANDRIANARISOA Mandavololona Membres du Jury : - RAVELOSON Harimisa Président du Jury - RAJAONAH Liva Examinateur - RAZAFINDRAKOTO Virginia Encadreur pédagogique - HARIJAONA Arija Lalaina Encadreur professionnel

2

3 REMERCIEMENTS Mes premiers remerciements vont à l égard de Dieu Tout puissant sans qui rien n aurait été fait. Je remercie également : - Monsieur FANJAVA Refeno, Chef du Département ECONOMIE de la Faculté DEGS Université d Antananarivo, - Madame et Messieurs les membres du jury à savoir : o Monsieur RAVELOSON Harimisa, Président du jury, o Monsieur RAJAONAH Liva, Examinateur, o Madame RAZAFINDRAKOTO Virginia, mon encadreur pédagogique, o Monsieur HARIJAONA Arija Lalaina, mon encadreur professionnel, - Tous ceux qui ont participé à l enquête, - Tous les professeurs qui ont assuré cette formation en DESS ECA, - Le personnel administratif du département ECONOMIE, - Mon mari, mes enfants, ma famille, ma belle-famille, - Tous mes amis et collègues étudiants, - Tous mes collègues de travail, - Tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce mémoire. A vous tous, merci infiniment.

4 SOMMAIRE LISTE DES TABLEAUX LISTE DES FIGURES INTRODUCTION PARTIE I. CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE CHAPITRE I. APPORTS THEORIQUES CHAPITRE II. APPROCHE METHODOLOGIQUE PARTIE II. RESULTATS D ENQUETE CHAPITRE I. GENERALITES ET NIVEAU D INFORMATIONS CHAPITRE II. CARACTERISTIQUES DE LA COMMUNICATION INTERNE PARTIE III. DISCUSSION ET RECOMMANDATIONS CHAPITRE I. INTERPRETATION DES DONNEES CHAPITRE II. CONSEQUENCES DE LA DEFAILLANCE DE LA COMMUNICATION INTERNE CHAPITRE III. RECOMMANDATIONS CONCLUSION RESUME BIBLIOGRAPHIE WEBOGRAPHIE ANNEXES ANNEXE 1. LES DIFFERENTS SUPPORTS DE COMMUNICATION ANNEXE 2. MODELE DE QUESTIONNAIRE D ENQUETE

5 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1- Effectif et activité des entreprises 15 Tableau 2- Catégorie socioprofessionnelle du personnel 16 Tableau 3- Existence de structure de communication interne 16 Tableau 4- Inexistence du service Communication Interne 17 Tableau 5- Objectifs poursuivis par la Communication Interne Tableau 6- Appréciation du niveau d information par les salariés 19 Tableau 7- Appréciation du niveau d information sur l entreprise (carrière, 20 aspects sociaux, environnement) Tableau 8- Outils de communication utilisés Tableau 9- Appréciation des outils par le personnel 24 Tableau 10- Appréciation du niveau des contacts avec les supérieurs 26 hiérarchiques par les salariés Tableau 11- L encadrement lui-même est bien informé 27 Tableau 12- L encadrement transmet suffisamment l information 28 Tableau 13- Appréciation par les salariés de la difficulté à faire remonter 29 l information Tableau 14- Appréciation par les salariés de la relation entre collègues de 30 travail Tableau 15- Existence de grève ou de contestation 31 Tableau 16- Existence des bruits de couloir dans l entreprise 32 Tableau 17- Emission et entretien volontaire des bruits de couloir 32 Tableau 18- Le retard de l information officielle cause des bruits de couloir 33 Tableau 19- Les bruits de couloir : facteur de développement de l inquiétude 34 personnelle Tableau 20- Les bruits de couloir : facteur de déformation de l information 35

6 LISTE DES FIGURES Figure 1- La transmission d'un message 4 Figure 2- Processus de communication interne 8 Figure 3- Pourcentage d existence de la structure de communication interne 17 au sein des entreprises enquêtées Figure 4- Appréciation du niveau d information par les salariés 20 Figure 5- Appréciation du niveau d information sur les activités de 21 l entreprise Figure 6- Outils de communication utilisés 23 Figure 7- Appréciation des outils de communication utilisés 25 Figure 8- Niveau de contact avec la hiérarchie 26 Figure 9- Niveau d information de l encadrement 27 Figure 10- Transmission de l information par l encadrement 28 Figure 11- Remontée d informations 29 Figure 12- Ambiance de travail 30 Figure 13- Présence de grèves dans les entreprises 31 Figure 14- Emission et entretien volontaire des rumeurs 33 Figure 15- Retard de l information 34 Figure 16- Facteur de développement de l inquiétude personnelle 35 Figure 17- Facteur de déformation de l information 37

7 INTRODUCTION L histoire de la communication est aussi ancienne que celle de l humanité. Depuis les origines, l Homme a eu besoin de communiquer. Pour ce faire, il mit au point des codes, des alphabets et des langages, des paroles et des gestes de la main, des signaux de fumée, des tamtams, des documents écrits, tout était bon pour véhiculer le message. Aujourd hui comme hier, la communication et ses canaux sont les moyens de diffuser des informations, à caractère culturel au sens large, sur les évènements, les découvertes et les traditions afin d en garder la trace. Actuellement, elle a acquis une place de choix dans l entreprise. Ainsi, la communication met en relation des individus, des informations et des outils de communication. Mais la manière de s adresser aux individus et de les mettre en contact les uns avec les autres, la priorité accordée à l humain par rapport à la technique, influent grandement sur la fluidité des échanges, sur leur authenticité et, par voie de conséquence, sur la qualité de la communication au sein d un groupe de personnes. Ce qui amène à poser la problématique relative au thème suivante : une défaillance dans la communication interne est-elle la principale source de dysfonctionnements au sein d une entreprise? Répondre aux questions suivantes nous permettra de diriger le travail de recherche : la communication interne contribue-t-elle à l atteinte des objectifs de l entreprise à moyen et long terme? La communication interne contribue-t-elle au développement de l entreprise? Dans quelle mesure et comment cette contribution prend-elle effet? L objectif général de cette étude est d améliorer les relations humaines dans une entreprise afin d accroître la performance de chaque collaborateur puisqu il s agît entre autres de communiquer au sein de l entreprise des informations afin de motiver et le personnel et la direction, d améliorer le climat général pour, enfin, accroître les performances de l organisation. Les objectifs spécifiques s expliquent en deux points : identifier les problèmes liés à l absence de la (structure de) communication interne au sein de l entreprise, proposer des recommandations afin de régler ces problèmes. DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 1

8 Pour mener à bien cette étude de la communication interne, deux hypothèses ont été prises en compte. Première hypothèse : la communication interne seule suffit à un bon développement humain du personnel de l entreprise. Deuxième hypothèse : les objectifs de l entreprise ont été atteints avec efficacité et efficience grâce, entre autre, à la participation effective et active de la (structure de) communication interne. Afin de faciliter sa compréhension, la méthodologie adoptée a été la recherche documentaire (bibliographique et webographique) appuyée par une enquête effectuée auprès du personnel de dix entreprises malgaches. L étude s articule autour de trois parties : - La première présente le cadre théorique et méthodologique de l étude, - La deuxième présente les résultats de l enquête, - La troisième concerne l analyse et les recommandations adéquates. DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 2

9 PARTIE I. CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE Cette partie détermine le cadre théorique et méthodologique de la recherche. Voyons, en premier lieu, les apports théoriques se rapportant à la communication interne. CHAPITRE I. APPORTS THEORIQUES Ce chapitre parle de l approche conceptuelle des termes «communication interne» et de l étude du processus de communication interne. Parlons d abord de l approche conceptuelle Approche conceptuelle Cette approche définira l importance de l information et de la communication ainsi que les objectifs et les supports de celle-ci. On ne saurait dissocier la communication de la communication interne ni ne prendre en compte le terme «information». En effet, la partie suivante traite de l importance de ces deux termes information et communication De l information à la communication Dans l entreprise, on distingue la communication interne et externe. La première a pour cible les salariés, la seconde l extérieur de l entreprise. La communication est l action, le fait de communiquer, d établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu un, l ensemble des moyens et techniques permettant la diffusion d un message auprès d une audience plus ou moins vaste et hétérogène et l action pour quelqu un ou une entreprise d informer et de promouvoir son activité auprès du public, d entretenir son image, par tout procédé médiatique. Dans leur sens le plus simple, «communiquer», c est transmettre un message, écouter la réaction et dialoguer, convaincre et «informer», c est porter une information à la connaissance de quelqu un, donner forme à quelque chose. D. WOLTON donne plusieurs explications quant au terme communication. Communiquer consiste à échanger avec autrui. D autre part, la communication est un ensemble de techniques. La communication directe est aujourd hui un mode de communication parmi tant d autres. Les différents médias comme le téléphone, la télévision, l internet ont permis le DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 3

10 développement de la communication à distance. La communication est une nécessité sociale fonctionnelle pour des économies interdépendantes. Claude-E. SHANNON, mathématicien, quant à lui, définit la communication comme un processus reliant une source d information qui produit un message, un émetteur qui le transforme en signaux, un récepteur qui le décode et un destinataire auquel le message est destiné. Cette définition peut se résumer comme suit : «un émetteur, grâce à un codage, envoie un message à un récepteur qui effectue le décodage dans un contexte perturbé de bruit» dont voici la figure correspondante : Figure 1. La transmission d un message En 1909, le sociologue américain, Charles COOLEY, dans son livre Social Organisation, définissait la communication ainsi : «C est le mécanisme par lequel les relations humaines existent et se développent ; elle inclut tous les symboles de l esprit avec les moyens de les transmettre à travers l espace et de les maintenir dans le temps. Elle inclut l expression du visage, les attitudes, les gestes, le ton de la voix, les mots, les écrits, l imprimé, les chemins de fer, le télégraphe, le téléphone et tout ce qui va jusqu au tout dernier achèvement de la conquête de l espace et du temps» 1. A titre de rappel, il y a plusieurs modèles de communication dont certains sont basiques et d autres complexes. C est par des mots, des actions, le langage du corps, le ton de la voix et par d autres procédés que l on envoie de nombreux messages à propos de soi-même ou de l entreprise. Ceci constitue précisément la moitié du processus de communication. La seconde moitié consiste à vérifier que le message que l on a eu l intention d envoyer a effectivement été reçu et interprété de la façon dont on avait l intention qu il le soit. La meilleure manière d être sûr 1 Communication et réseaux de communication. Tiré des séminaires de Roger MUCCHIELLI, les éditions ESF, p33 DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 4

11 que l on a créé la compréhension, c est d écouter les personnes avec lesquelles on communique et de faire des efforts particuliers afin de les encourager à réfléchir sur ce qu elles ont entendu et ce qu elles vont en faire. Enfin, selon leur mode de diffusion, il existe trois niveaux de communications fondamentales : - La communication interpersonnelle : celle-ci est de type émetteur message receveur, elle est basée sur l échange. C est la base de la vie en société mais le nombre de récepteurs est limité à une seule personne. La rétroaction est immédiate. - La communication de masse : elle concerne un émetteur (ou un ensemble d émetteurs liés entre eux) qui s adresse à tous les récepteurs disponibles. La rétroaction est plutôt rare ou alors très lente. La publicité est un des exemples de la communication de masse. On parle alors de médias de masse (radiocommunication, radiodiffusion, télévision). - La communication de groupe : elle part d un émetteur s adressant à une catégorie d individus bien définis, par un message ciblé sur leur compréhension et leur culture propre. La communication de groupe est aussi complexe et multiple car elle est liée à la taille du groupe, la fonction de ce dernier et la personnalité des membres qui le composent. Selon l ouvrage «Communication et réseaux de communications», il existe quatre sortes d informations dans l entreprise : - L information opérationnelle : c est l information qui est nécessaire à l exécution du travail (quel travail? quel délai d exécution? quand? où? comment?). Elle donne la base, l existence même de toute entreprise. Si elle n existait pas, l entreprise court le risque de perdre du temps et donc de gonfler ses coûts de production. - L information motivationnelle : comme son nom l indique, cette information soutient la motivation au travail. Il s agît des informations permettant à chaque employé de se situer dans l entreprise. Ils permettent à chacun de prendre connaissance des buts, des moyens, des normes, des difficultés, des valeurs et soucis de l entreprise. La connaissance de la place que tient l entreprise auprès de la Nation ou dans le Monde fait partie de ce type d information. - L information promotionnelle comprend les informations sur la promotion interne (possibilités d avenir, normes de promotion, catégories de salaire, plan de carrière, ) ainsi que la formation et le perfectionnement professionnels. DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 5

12 - L information générale : cette catégorie d information se porte sur l environnement interne et externe à l entreprise qui pourrait intéresser son personnel (informations sur ses droits, sur les rôles des divers services de l entreprise, informations sur le comité d entreprise, le service social, les divers syndicats existants, sur l Inspection du travail, ). Il ne faut cependant pas confondre les deux expressions : information et communication. En effet, il ne suffit pas de s exprimer pour communiquer ; la communication, c est l adéquation au destinataire, c est ce que l autre a compris. «Manière et matière, tels sont les deux présupposés pour une bonne transmission d un message en direction d une cible. Une argumentation réside sur l association entre des éléments rationnels, qui parlent à la raison, et des éléments relationnels, qui prennent en compte le contexte d émission du message et la personnalité de celui ou ceux à qui il se destine». 2 Informer tout en communiquant n est pas forcément chose facile et il s agît de trouver un juste milieu entre l information (la transmission brute de données qui concerne l organisation) et la communication (la mise en situation des données avant leur transport vers les personnes de l entreprise) Définition, objectifs et supports de la communication interne Il est assez difficile de donner une définition précise de la communication interne car ce n est pas une science exacte. La communication d'entreprise peut être divisée en communication interne et externe. La première est la communication qui est échangée entre les employés de la société, entre les différentes divisions de l'entreprise, La communication externe d'entreprise comprend les informations que la société envoie aux actionnaires et d'autres organismes externes en relation avec elle. La communication interne regroupe l ensemble des actions de communication mis en œuvre au sein de l entreprise à destination de ses salariés. Dans la plupart des organisations, elle est du ressort du Directeur des ressources humaines, parce que la communication interne est considérée comme étant liée davantage à la gestion du personnel qu à sa simple information. Dans d autres organisations, elle est du ressort du Directeur de communication, car considérée comme s inscrivant dans la politique globale de communication, dont la cohérence d ensemble est tenue pour primordiale. 2 Jeanne BORDEAU, spécialiste du langage, l art des relations presse, Editions d Organisation, 2005 DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 6

13 Selon Edouard RENCKER dans «le nouveau visage de la com interne», «la communication interne est un exercice délicat, subtil, changeant, adaptable, souvent intuitif mais que l on peut (doit?) néanmoins appuyer par des «briques» de méthodologies, et un ensemble de techniques empruntées autant à la sociologie qu au management des ressources humaines ou au journalisme (pour la hiérarchisation et le traitement des informations)» 3. NIZET dans les pratiques de gestion des ressources humaines (2000) définit la communication interne comme l ensemble des principes d action, de démarches et de pratiques visant : - l appropriation des finalités pour chaque salarié ; - développer la cohésion interne ; - mieux communiquer pour favoriser le travail. La communication interne se résume souvent à informer et donner une meilleure compréhension de l'environnement professionnel, conduire ou accompagner le changement, renforcer la connaissance et créer l adhésion pour, finalement, améliorer le climat général et les performances de l organisation. La communication interne n'a pas pour mission d'infantiliser, d'aliéner, de manipuler, de nourrir la propagande, de servir la langue de bois. Elle met en place un langage commun en organisant les relations entre l'individu et l'entreprise Elle n'écarte pas de son champ d'action les désaccords, les ruptures, les conflits et les crises, sachant qu'il n'y a pas pire crise que la non-crise. Elle n'a pas pour prétention de régler les conflits mais elle contribue à créer un climat où il fait bon travailler Du point de vue sociologique, il s agît de trouver la manière de s adresser aux individus et de les mettre en contact les uns avec les autres. En second lieu, il s agît d accorder la priorité à l humain par rapport à la technique. Ces deux points ont une grande importance quant à la fluidité des échanges, sur leur authenticité et, ainsi, sur la qualité de la communication au sein d un groupe de personnes. Comprendre la communication interne, c est appréhender tous les services qu elle peut rendre particulièrement en tant qu outil de motivation des salariés quelle que soit la taille de l entreprise. 3 RENCKER, Edouard (2008). Le nouveau visage de la com interne. Réflexions, méthodes et guide pour l action. EYROLLES, Edition d organisation, p.6 DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 7

14 Elle remplit de multiples fonctions : - exposer des résultats - transmettre des informations - expliquer une nouvelle orientation - motiver les collaborateurs - rassembler les acteurs autour d'un projet d'entreprise Ainsi, une stratégie de communication interne permet de rapprocher dirigeants et salariés pour une meilleure écoute bilatérale et de répondre aux attentes des collaborateurs en matière d information. L approche conceptuelle de la communication interne permet d étudier son processus Processus de communication interne Celui-ci peut être schématisé de la manière suivante : Entrées : - Individu nouveau ou qui change de poste - Evolution dans les exigences Avec quels moyens Indicateurs qui permettent de voir que ça marche Processus de communication interne Avec qui Comment? Avec quelle méthode? Sorties : - Compréhension des objectifs - Une idée de ce qu il doit faire - Individu connaissant ses objectifs, les exigences de l entreprise et les résultats atteints. Figure 2. Processus de communication interne L objectif global de la communication interne consiste à récolter puis à diffuser, à communiquer des informations pour permettre à l entreprise et à ses acteurs internes d exister. Ceci dans le but d atteindre les objectifs de l entreprise. On peut citer ici quelques uns des objectifs spécifiques à la stratégie de communication interne. Ils peuvent être prioritaires ou non selon l entreprise : DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 8

15 - éviter et prévenir les conflits sociaux, - décloisonner les services, - éviter les rumeurs, - développer un sentiment d appartenance, une identité commune, En rappel à ce qui devrait être une évidence, on ne peut pas bien communiquer en externe si on ne communique pas bien en interne. Dans les entreprises qui réussissent, les gens communiquent entre eux. Ainsi, au-delà de la communication, ils n agissent pas seulement en fonction de leurs missions mais aussi de leur contribution. La communication interne a ce rôle : développer le sens du collectif. Si elle n a pas de finalité humaine, elle ne sert à rien. Les salariés sont aujourd hui des acteurs de l entreprise. Il n est plus possible de les mobiliser sans les tenir informés des objectifs économiques, financiers, sociaux, politiques, éthiques et culturels. En effet, il leur est difficile de s approprier de ce qu ils ne comprennent pas. En somme, la communication interne est un outil de management. Son rôle, c est de créer un sentiment d appartenance des collaborateurs, les aider à comprendre la situation générale de l entreprise pour favoriser l atteinte des objectifs globaux,... La communication interne permet également d accompagner le changement et d anticiper la propagation de la rumeur. Le fait que des salariés découvrent une information concernant leur structure par l extérieur, par voie de presse ou par tout autre moyen peut s avérer dommageable pour l efficacité de l entreprise. Il existe, en effet, une forte corrélation entre l engagement des salariés, leur implication et la performance de l entreprise. Etant un outil managérial indispensable, la communication interne doit obéir à un plan de communication où l information est construite et dont les différents médias sont l écrit, l oral, l audiovisuel et/ou la communication électronique. Les moyens peuvent être regroupés en 4 catégories : écrits, oraux, audiovisuels et combinés (combinaison des techniques précédentes). Nous verrons plus tard les descriptions, l utilisation possible et les avantages de ces outils : - les moyens écrits : le compte-rendu de réunion, les notes d information, le flash d information, le tract, la lettre au personnel, le journal d entreprise, les bulletins spécialisés, les enquêtes d opinion, les questions à la direction, la boîte à idées, la revue de presse, le télex, DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 9

16 - les moyens oraux : l information de contact, l entretien individuel, la réunion d information, la conférence, la visite d entreprise ou journées «portes ouvertes», les commissions et groupe d études, les réunions d échange, - les moyens audiovisuels : les aides visuelles, l affichage, la téléconférence, le montage audiovisuel, le film d information, le journal télévisé, le journal téléphoné, - les moyens combinés : la salle d information, les procédures d accueil et de matériel d accueil, les séminaires d information (ou journées d étude ou journées de réflexion), la messagerie informatique, En général, dans toutes organisations, l on a le choix entre l oral ou l écrit. Il faut cependant savoir qu il y a une tendance des gens à éviter les interactions difficiles, et parfois les responsables auront tendance à avoir recours à la communication écrite pour éviter l inconfort de traiter face à face avec le personnel. L étude du processus de communication interne permet de déterminer qu elle peut être véhiculée de différentes manières : - la communication descendante : c est l information la plus communément mise en œuvre, la plus pratiquée. Les messages partent d un certain niveau hiérarchique et sont destinés aux échelons inférieurs. Les supports en sont variés : journal interne, affichages, notes de service, informations téléphoniques, vidéos. Outil classique de management, la communication descendante a pour fonction d informer et de diriger le personnel. - la communication ascendante : elle prend le chemin inverse de la communication descendante, c est-à-dire du bas vers le haut. Les supports y sont assez limités : boîtes à idées, sondages, affichages, tribune libre dans le journal de l entreprise, En général, ce type de communication emprunte surtout des voies informelles directes (échange verbal, tract, lettre ouverte, ) ou indirectes (bruits de couloir, rumeurs, ) - La communication horizontale : celle-ci se fait de collègue en collègue au sein de l entreprise. Il n y a ici aucune notion de hiérarchie. C est un échange d égal à égal entre différents secteurs, services ou départements. L information horizontale se fait naturellement dans les petites structures (comme notre exemple ici) : tout le monde se connaît et les occasions de dialogue sont fréquentes. Elle doit en revanche s appuyer sur une organisation plus lourde dans les moyennes et grandes DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 10

17 structures : magazines, tableaux, affichages. Elle permet de rassembler son personnel, de fonder «l esprit de maison» et indirectement de mieux coordonner le processus de croissance. Dans le cadre de cette étude, la définition retenue de la communication interne sera l ensemble des actes de communication qui se produisent à l intérieur de l entreprise. Voyons à présent l approche méthodologique adoptée pour la poursuite de l étude. DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 11

18 CHAPITRE II. APPROCHE METHODOLOGIQUE Cette approche prend en considération la définition de la problématique, démontre l intérêt de l étude et enfin énonce la méthodologie proprement dite Définition de la problématique De nos jours, la responsabilité de dysfonctionnements aussi divers que les problèmes de structure ou du «moral des troupes» est attribuée à la communication interne. Cette dernière est devenue le «bouc émissaire» de l entreprise. En effet, alors que la communication interne en entreprise se doit de préconiser le bon fonctionnement de la structure, elle est aujourd hui source de malentendus, source de désaccords. Les problèmes de l information sont divers dans l entreprise : l absence d information pour les employés sur les activités de leur service, sur les activités des autres services, sur les activités globales de l entreprise, sur son organisation, et enfin sur les nouvelles du personnel. Aussi est-il fréquent que la majeure partie du personnel ne sache pas l avenir de sa carrière : les évènements de la carrière (promotion, avancements), les diverses possibilités de carrière, les aspects sociaux (congés, sécurité sociale), les salaires et le règlement, la formation et le perfectionnement. Les différences d expériences entre les employés, surtout dans les grandes structures, ne favorisent pas non plus le développement d une communication franche entre ces derniers. Dans de nombreuses organisations, l information arrive à ses destinataires en retard suite à une vitesse de traitement parfois trop lente, ce qui entraîne la plupart du temps un déficit d informations. En ce qui concerne la communication descendante en particulier, elle est la plus pratiquée. Or on remarque bien souvent le manque de contact entre les supérieurs hiérarchiques et leurs subordonnés ; de plus, chacun d eux a sa propre politique d information. Les chefs d entreprise doivent savoir utiliser le mode de communication le mieux adapté aux hommes qu ils emploient. D un autre côté, les rumeurs ou encore les bruits de couloir déforment la vérité, elles grossissent vite et de manière incontrôlable, surtout dans les grandes sociétés. Elles développent l inquiétude ; les bruits de couloir tronquent et déforment l information. DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 12

19 Il faut cependant retenir qu une bonne communication interne de qualité est un moyen d intégrer les collaborateurs et constitue ainsi un outil privilégié pour créer et entretenir un bon climat de travail. Le présent travail de recherche propose d identifier d une part les problèmes liés à la communication interne d un cabinet juridique et fiscal, ses besoins en information et en communication. D autre part, des recommandations seront entreprises à la fin de cet ouvrage. Dans cette optique, il s agira de répondre à la question principale suivante : «une défaillance dans la communication interne est-elle la principale source de dysfonctionnement au sein d une entreprise?» Pour y répondre, il sera intéressant de voir les questions suivantes : la communication interne contribue-t-elle à l atteinte des objectifs de l entreprise à moyen et long terme? la communication interne contribue-t-elle au développement de l entreprise? dans quelle mesure et comment cette contribution prend-elle effet? 2.2. Intérêt de l étude Toute organisation, pour l être, a besoin de personnel, que ce soit une entreprise, une société, une association ou une coopérative. D un autre côté, pour sa pérennisation, elle se doit de jongler avec des informations, bonnes ou mauvaises afin de les utiliser au mieux, les optimiser. L idée de la recherche est née, d une part, d un besoin personnel de vouloir mieux comprendre la communication interne en entreprise. D autre part, c est parce qu elle allie à la fois le management, la communication et l information : 3 clés de la réussite d une organisation quelle qu elle soit. En effet, sur le plan management, la communication est un outil essentiel dans la mobilité du personnel en entreprise. Une bonne communication permettra de mieux sensibiliser le personnel aux enjeux de l entreprise. Elle pourra aider la hiérarchie à descendre l information et à la faire remonter. Ainsi elle créera une identité d entreprise dans une culture commune, permettra à chaque collaborateur de s exprimer et pourra renforcer la considération et le respect mutuel au sein de l organisation. DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 13

20 2.3. Méthodologie adoptée La méthodologie consiste à définir les techniques de recherche utilisées pour mener à bien le travail. Pour collecter le maximum d informations, deux techniques de recherche ont été combinées dont la recherche documentaire (bibliographique et webographique) et la méthode d enquête auprès du personnel de quelques entreprises malgaches Recherche documentaire Le principal ouvrage utilisé a été «Communication et réseaux de communications, connaissance du problème», les éditions ESF en 1980, ouvrage tiré des séminaires de Roger MUCCHIELLI. Comme l étude se porte sur un sujet d actualité, la recherche via internet a été évidente. Celleci a permis de faire connaissance davantage sur le rôle de la communication interne en entreprise et a permis ainsi à l enrichissement du travail de recherche Enquêtes Le questionnaire a été rédigé en tenant pour objectif la recherche de problèmes liés à la communication interne au sein des entreprises. Dans cette optique et afin de faciliter son assimilation par les enquêtés ainsi que l exploitation du résultat, la méthode QCM (question à choix multiples) a été adoptée dans la majeure partie du questionnaire. Le questionnaire est anonyme. Dix (10) entreprises ont été contactées pour mener à bien cette étude. Le choix de ces entreprises se justifie par la diversité de leur activité respective ainsi que par leur taille. Il s agît de petites, de moyennes mais également de grandes entreprises nationales. Afin d élargir le champ de l étude, celle-ci ne tiendra pas rigueur du fait que l entreprise possède ou non de structure de communication interne telle que direction, service, département, C est d ailleurs également une raison du choix de ces entreprises. Seules deux des entreprises étudiées possèdent une structure de communication interne, celle de deux autres est pris en charge par d autres directions telles que la direction des ressources humaines ou la direction générale. De plus amples détails concernant ces entreprises seront traités dans la partie suivante. DESS Entreprise, Coopérative, Association 22 octobre 2010 Page 14

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Communication interne. 01infomaths.com Prof :Zakaria

Communication interne. 01infomaths.com Prof :Zakaria Communication interne 01infomaths.com Prof :Zakaria PLAN INTRODUCTION HISTORIQUE COMMUNICATION ET INFORMATION COMMUNICATION INTERNE ET COMMUNICATION EXTERNE LES CHEMAINS DE LA COOMUNICATION AU SEIN DES

Plus en détail

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices.

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices. Questionnaire sur la communication interne Mairie de Pont de l Arche. Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne Dénomination du service : Domaine d intervention : I

Plus en détail

étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne

étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne sommaire Le projet Notre agence Notre partenaire Méthodologie Lire l étude Enseignements

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Octobre 2013 Contact Inergie Toute publication

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation Cours 7 Audit : Exemple de questionnaire Questionnaire de sondage: de la communication interne dans 1. Votre organisation s est-elle dotée officiellement d une stratégie, d un programme ou d une politique

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES CONTENUS DE FORMATION COMMUNS Champ professionnel «Métiers de la relation aux clients et aux

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel Conform Le Manager Coach Le Coach Professionnel 1 : Le Leadership Identifier les clés essentielles du leadership Exercer son leadership au quotidien Stimuler et mettre en mouvement ses équipes grâce à

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

La vente ophtalmique

La vente ophtalmique Marketing : la vente ophtalmique 1 La vente ophtalmique La vente représente la finalité pour commerçant. Pour la réussir il faut la préparer. I. LES CONAISSANCE PRÉALABLES A. Connaitre les produits La

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

RÉSEAUX SOCIAUX ET COMMUNICATION DE CRISE. Gilles Bazelaire - Dogstudio.be

RÉSEAUX SOCIAUX ET COMMUNICATION DE CRISE. Gilles Bazelaire - Dogstudio.be RÉSEAUX SOCIAUX ET COMMUNICATION DE CRISE Gilles Bazelaire - Dogstudio.be LE WEB 2.0? DE NOUVEAUX POUVOIRS Un ensemble de tendances qu on observe sur le Net depuis 2004 Montée en puissance du contenu produit

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES. Analyse et synthèse des résultats

ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES. Analyse et synthèse des résultats ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES Analyse et synthèse des résultats Etude organisée par le service Etudes du CIFODECOM 1. INTRODUCTION 2. OBJETIF DE L ETUDE

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation FINALITÉS DE L ACTION (à établir avec le commanditaire) Quels sont les objectifs finals du commanditaire (ses finalités : économiques,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Plan de cours. Comportement organisationnel

Plan de cours. Comportement organisationnel ÉCOLE NATIONALE D ADMINISTRATION PUBLIQUE Plan de cours ENP 7106 Comportement organisationnel Hanoi Avril 2011 Joanne Greene, M. Ps. joanne.greene@enap.ca Ce cours permet à l étudiant d approfondir sa

Plus en détail

Management - Ressources humaines Exemples de formations

Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines - Animation d'équipes - Les entretiens professionnels d'évaluation - L'intégration de nouveaux salariés - Anticiper

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS LA PROSPECTION TELEPHONIQUE S approprier les nouvelles s et outils pour rendre sa prospection téléphonique plus efficace Renforcer sa compétence de prise de rendez-vous par téléphone Etre capable de maintenir

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB

L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB Durée : 2J / 14H Groupe de : 6 max Formateur : Consultant expert en relation client et management commercial. Formateur confirmé. Formation à la vente Objectifs

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Drroiitt ett oblliigattiions de ll enttrreprriise au rregarrd du code du ttrravaiill Action Objectifs Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Appréhender les dernières évolutions

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

La P N L appliquée à la vente

La P N L appliquée à la vente La P N L appliquée à la vente Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Objectifs : Maîtriser les outils de programmation de la démarche commerciale. Programmer les objectifs de la réussite commerciale.

Plus en détail

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Décembre 2009 Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Sommaire Introduction La loi handicap Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Résultats de l enquête nationale Recrutement, sous-traitance,

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Les Français et l accessibilité Rapport des résultats

Les Français et l accessibilité Rapport des résultats Les Français et l accessibilité Rapport des résultats Mediaprism Tour Cristal 7 quai André Citroën - 75015 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com 20 septembre 2013 Contexte et objectifs de l enquête

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

Liste des formations : Développement personnel

Liste des formations : Développement personnel Liste des formations : Développement personnel Gamme de formation 06 LES 5 OUTILS ESSENTIELS DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL POUR... 7108 DEVELOPPER SA PRESENCE POUR MIEUX COMMUNIQUER http://www.cegos.fr/formation-ameliorer-ses-relationsprofessionnelles/p-0106-

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Plus d'infos sur www.demai.fr

Plus d'infos sur www.demai.fr Plus d'infos sur www.demai.fr L'Administration des Ventes au Service du Client 3 jours (24 heures) Comprendre les nouveaux enjeux de l'adv ; développer les compétences du service commercial grâce à la

Plus en détail

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 1. Communiquer le plan stratégique : utopie ou défi? par J. MOISSE, Inspecteur général au Service public de Wallonie Cf. présentation.ppt en annexe

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition)

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) L appropriation de la stratégie et sa démultiplication par les managers Juillet 2011 Contact Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise...

Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise... Sommaire Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise...21 Objectifs du chapitre 1...23 Les enjeux des acteurs du

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION ORGANISATION DE LA COMMUNICATION Pour toute communication, il est important de bien cibler l objectif à atteindre. Sans une démarche de planification et d organisation de celle-ci, les probabilités de

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN OBJECTIF FINAL Faire prendre conscience au collaborateur des enjeux de la relation client (satisfaction, fidélisation ) pour l entreprise

Plus en détail

Gestion hôtelière Première hôtellerie

Gestion hôtelière Première hôtellerie Gestion hôtelière Première hôtellerie Le système d information Thème 1 : Le système d information de l entreprise hôtelière 3 Thème 2 : Le système d information comptable 13 Thème 3 : Le patrimoine de

Plus en détail

Bibliothèque des Compétences clés

Bibliothèque des Compétences clés Bibliothèque des Compétences clés Modules Jours Heures S exprimer oralement 3 21 S exprimer à l écrit 4 28 Manipuler les chiffres et les ordres de grandeur 5 35 Utiliser les principaux outils bureautiques

Plus en détail

Pratiques des entreprises en matière de communication managériale

Pratiques des entreprises en matière de communication managériale Pratiques des entreprises en matière de communication managériale Etude Afci - Andrh Inergie Mardi 14 décembre 2010 Contact Inergie - pôle opinion : Luc Vidal Directeur associé lvidal@inergie.com 01 41

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

LE TELEPHONE COMMERCIAL

LE TELEPHONE COMMERCIAL Mini CATALOGUE LE TELEPHONE COMMERCIAL SOMMAIRE Les relations téléphoniques performantes 2 La prise de rendez-vous en prospection 3 La négociation commerciale 5 La vente en émission d appel 6 Rebond et

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés COMMUNIQUE DE PRESSE Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés Sondage Harris Interactive pour Gecina Enquête réalisée en ligne du 5 au 11 mai 2011. Echantillon représentatif

Plus en détail

DÉVELOPPER SON SENS POLITIQUE... Accroître son impact

DÉVELOPPER SON SENS POLITIQUE... Accroître son impact DÉVELOPPER SON SENS POLITIQUE... Accroître son impact André Savard, CRHA CFC DOLMEN DESSUREAULT SAVARD CARON et associés 2012 1 Vous cherchez à exercer plus d influence dans votre organisation RÉALITÉ

Plus en détail