Image de début avec nom

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Image de début avec nom"

Transcription

1 Image de début avec nom Le bon usage de mon équipement de travail Alain HIRTH Ingénieur Conseil Mars 2014

2 Quelques définitions (Selon code du travail) Équipements de travail : Machines, appareils, outils, engins, matériels et installations. Équipements de travail Machine Quasimachine Machine : Ensemble équipé ou destiné à être équipé d un système d entraînement autre que la force humaine ou animale appliquée directement, composé de pièces ou d organes liés entre eux dont au moins un est mobile et qui sont réunis de façon solidaire en vue d une application définie. Ensemble de machines ou de quasimachines ( ) qui, afin de concourir à un même résultat, sont disposées et commandées de manière à être solidaires dans leur fonctionnement. Quasi-machine : Ensemble qui constitue presque une machine, mais qui ne peut assurer à lui seul une application définie. Une quasi-machine est uniquement destinée à être incorporée ou assemblée à d autres machines ou à d autres quasimachines ou équipements en vue de constituer une machine ( ). Un système d entraînement est une quasi-machine

3 Nos constats Les équipements ne correspondant pas toujours aux attentes des utilisateurs Des problèmes lors de l'installation et de la mise en exploitation Des machines non-conformes à la réglementation L apparition de situations dangereuses pour les intervenants Des conflits avec les fournisseurs, les administrations et le personnel Des adaptations ou modifications insatisfaisantes Des dépenses supplémentaires non prévues etc.

4 Les limites les contraintes Le bâtiment L équipement de travail

5 L équipement de travail Evaluation des Besoins Adapté? Sur? Evaluation des Risques Respecte la règlementation? Evaluation de La Conformité

6 Les acteurs L employeur L agent de maintenance L utilisateur

7 La démarche PDF ED 6154

8 La démarche (suite) ED 103

9 La démarche ED 6154

10 La démarche ED 6154

11 La démarche

12 Le cycle de vie en 3 phases PRST2

13 Lors de la préparation PRST2 Employeur Santé / Sécurité / Environnement Organisationnel Technique Gestion d entreprise Agent de maintenance Santé / Sécurité / Environnement Technique Utilisateur Santé / Sécurité / Environnement

14 La réception PRST2 Employeur Santé / Sécurité / Environnement Organisationnel Technique Gestion d entreprise Agent de maintenance Santé / Sécurité / Environnement Organisationnel Technique Utilisateur Santé / Sécurité / Environnement Organisationnel Technique

15 A l utilisation PRST2 Employeur Santé / Sécurité / Environnement Organisationnel Technique Gestion d entreprise Agent de maintenance Santé / Sécurité / Environnement Organisationnel Technique Utilisateur Santé / Sécurité / Environnement Organisationnel Technique

16 L approche en «DIX POINTS CLES» ED Organisation des espaces de travail 2. Modes de fonctionnement 3. Communication entre opérateurs 4. Interactions homme-machine 5. Dimensionnement des postes de travail 6. Manutention et efforts 7. Accès 8. Information pour l utilisateur 9. Eclairage 10. Nuisances générées par la machine

17 L approche par «THEMES» ED 103 Les responsabilités Le produit à fabriquer, à traiter, à transporter Le procédé Le processus et ses contraintes Les performances d exploitation attendues Les normes et règles internes à l entreprise Les conditions d utilisation Les choix technologiques La sécurité et les conditions de travail Les incidences liées à l environnement La maintenance La notice d instruction Les conditions générales Le montage L installation, la réception et la mise en service La formation et l information du personnel

18 Démarche d acquisition d une machine Utilisateur(s) - analyse de l'existant - définition des besoins et des contraintes - rédaction d'un cahier des charges pour l'appel d'offres - analyse des offres et sélection du fournisseur - commande - réception - élaboration fiches de poste et formation personnel - mise en exploitation Constructeur(s) - échange d'informations - rédaction d'une offre - étude, réalisation - pré réception - livraison et installation

19 Contenu du cahier des charges Risques particuliers (environnementactivités) Délai - paiement garanties Suivi en cours de conception Spécifications besoins Réceptions - conformité - production CAHIER DES CHARGES Pré réception Fournisseur Livraison Montage/Installation Formation du personnel Notice d'instructions Dossier technique Mise en service Réglages

20 L équipement de travail Evaluation des Besoins Adapté? Sur? Appréciation des Risques Respecte la règlementation? Evaluation de La Conformité

21 Appréciation du risque

22 Détermination des limites de la machine Des limites d'utilisation prévues : Différents modes de fonctionnement Utilisation industrielle, domestique Niveau de formation des utilisateurs Exposition des personnes à proximité Des limites d espace : L environnement dans lequel se trouve la machine Niveau de propreté Propriétés des matériaux traités Limites physiques de la machine. Des limites de temps : Durée de vie de la machine, des composants, des outils Fréquences d entretien.

23 Identification des phénomènes dangereux

24 Estimation du risque

25 Evaluation du risque Les risques découverts sont-ils suffisamment réduits? Oui : l appréciation du risque est terminée. Non : des mesures de réduction du risque doivent être prises.

26 Réduction du risque

27 L équipement de travail Evaluation des Besoins Adapté? Sur? Evaluation des Risques Respecte la règlementation? Evaluation de La Conformité

28 La conformité Les équipements de travail (machines, appareils, outils, engins, matériels et installations) mis à disposition des salariés par l employeur doivent être appropriés au travail à effectuer et être équipés, installés, utilisés, réglés et maintenus de manière à préserver leur santé et leur sécurité. Deux cas : Matériel neuf Matériel d occasion

29 Matériel neuf Le fabricant, l importateur ou le responsable de la mise sur le marché doit : Etablir et signer une déclaration de conformité Apposer un marquage de conformité Remettre la notice d instruction

30 La réception ED 54

31 Matériel d occasion Le responsable de la vente, de la location, de la cession à quelque titre que ce soit doit remettre au preneur : Un certificat de conformité la notice d instruction ED 770

32 Les vérifications et contrôles périodiques s'assurer de la conformité du maintien en l état (de conformité) des équipements intervenir en cas de défectuosité Le code du travail distingue : l'examen d'adéquation les vérifications initiales les essais fonctionnels les vérifications périodiques : Code du travail Notice d instructions ED 828

33 Maintenance La maintenance des équipements peut être génératrice d'accidents car : elle correspond souvent à des situations à caractère exceptionnel et/ou d urgence elle amène quelquefois les agents à s'approcher des zones dangereuses, voire à opérer après suppression de certains dispositifs de protection elle s'effectue trop souvent avec maintien de l énergie alimentant l'équipement elle doit parfois être effectuée sans arrêter les machines, pour des raisons de continuité de la production On distingue trois phases : Investigation Remise en état Remise en situation de production

34 La fiche de poste La fiche de poste aborde notamment : les risques le ou les mode(s) opératoire(s) conseillé(s) le ou les mode(s) opératoire(s) à éviter les consignes de sécurité les EPI à utiliser ED 126

35 La formation des opérateurs personnel correctement formé sur les risques et mesures de prévention formation confiée à organisme compétent établissement d une fiche de suivi

36 Merci pour votre attention Les questions..

Art. R.4323-106 du Code du Travail

Art. R.4323-106 du Code du Travail HAUT 1: Utilisation des EPI Antichute sur pylône Durée: 2 jours Techniciens dans le cadre de la prévention des chutes et de la protection anti-chutes sur pylônes : agents techniques, agents de maintenance

Plus en détail

Amiante S/S4. Jean Michel HERRSCHER Conseiller en prévention

Amiante S/S4. Jean Michel HERRSCHER Conseiller en prévention Amiante S/S4 Conseiller en prévention Histoire de l OPPBTP 1947 Création, par un arrêté du ministre en charge du Travail, d un organisme de branche dédié à la prévention, mais aussi au contrôle de l application

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME - 7 - ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 8 - PRÉSENTATION DU MÉTIER La modernisation des systèmes de production, liée à une recherche de plus grande

Plus en détail

CCPQ Bd Pachéco - 19 - boîte 0 1010 Bruxelles Tél. : 02 210 50 65 Fax : 02 210 55.33

CCPQ Bd Pachéco - 19 - boîte 0 1010 Bruxelles Tél. : 02 210 50 65 Fax : 02 210 55.33 CCPQ Bd Pachéco - 19 - boîte 0 1010 Bruxelles Tél. : 02 210 50 65 Fax : 02 210 55.33 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be CONSTRUCTION GROS-ŒUVRE TECHNICIEN / TECHNICIENNE EN ENCADREMENT DE CHANTIER

Plus en détail

LES POINTS IMPORTANTS

LES POINTS IMPORTANTS Informations générales : Les points importants LES POINTS IMPORTANTS La date : Le 2 Mai 2005, arrêt de la norme NFP 25362 et application de la norme européenne NF EN 13241-1. Pourquoi la NF EN 13241-1?

Plus en détail

CONTEXTE REGLEMENTAIRE

CONTEXTE REGLEMENTAIRE CONTEXTE REGLEMENTAIRE Obligations générales de l employeur Art. L. 233-5.. : Fournir aux salariés les matériels de prévention adaptés au risque Obligations spécifiques de l employeur liées à la ventilation

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION CIVILE

DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION CIVILE République Algérienne Démocratique et Populaire DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION CIVILE Instruction Relative à l Organisation et à la Définition des Missions des Structures de la Direction Générale

Plus en détail

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE SSIAP2

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE SSIAP2 REFERENTIEL PEDAGOGIQUE SSIAP2 Durée totale indicative 70 heures hors examen et temps de déplacement Public 12 stagiaires maximum Pré requis Être titulaire de la qualification d agent SSIAP1 Être titulaire

Plus en détail

SOCIETE MURET NOTICE HYGIENE ET SECURITE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER AU TITRE DES INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT

SOCIETE MURET NOTICE HYGIENE ET SECURITE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER AU TITRE DES INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT NOTICE HYGIENE ET SECURITE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER AU TITRE DES INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Projet d installation mobile de production d enrobé Réf SOCOTEC :

Plus en détail

Utilisation d un système EPI antichute. Réglementation. Extrait du décret du 1er septembre 2004. Réglementation. Réglementation

Utilisation d un système EPI antichute. Réglementation. Extrait du décret du 1er septembre 2004. Réglementation. Réglementation Utilisation d un système EPI antichute Réglementation Extrait du décret du 1er septembre 2004 Dans l impossibilité technique d installation de protection collective,la protection des travailleurs doit

Plus en détail

Ministère de l'éducation Nationale - Direction de l'enseignement Scolaire

Ministère de l'éducation Nationale - Direction de l'enseignement Scolaire Dossier d évaluation Certificat d Aptitude professionnelle Réalisation en Chaudronnerie Industrielle MAI 2009 Fiches d évaluation. Fiches bilan savoir-être et comportement en entreprise. Attestations de

Plus en détail

Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019)

Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019) Règles de certification NM BPE 1 Référentiels Règles générales de la marque NM Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019) La norme NM 10.1.008 et les normes auxquelles elle se réfère (Annexe I des

Plus en détail

Appel d offre N 02/2016 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment

Appel d offre N 02/2016 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment Appel d Offres: Acquisition de matériel de Laboratoire Appel d offre N 02/206 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment Cahier des prescriptions

Plus en détail

Annexe IV Règlements d examen. Bulletin officiel n 20 du 14-5-2015

Annexe IV Règlements d examen. Bulletin officiel n 20 du 14-5-2015 Annexe IV Règlements d examen Bulletin officiel n 20 du 14-5-2015 Baccalauréat professionnel : spécialité Electronique, énergie, équipements communicants - Règlement d'examen Baccalauréat Professionnel

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS)

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS) PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS) (A rédiger par l entreprise après avoir pris connaissance de la loi, du PGC, et effectué obligatoirement la visite préalable d'inspection

Plus en détail

POLITIQUE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL. Considérant que le principal actif de la commission scolaire est le personnel qui y travaille;

POLITIQUE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL. Considérant que le principal actif de la commission scolaire est le personnel qui y travaille; POLITIQUE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL Article 1.0 OBJET LA POLITIQUE Considérant que le principal actif de la commission scolaire est le personnel qui y travaille; Considérant l ensemble des lois et règlements

Plus en détail

Qualification des équipements

Qualification des équipements Qualification des équipements Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Normes et guides Recommandations et définitions : PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

Encadrements. Préparé par. Réseau aérien. Validé par. Réseau aérien SOMMAIRE

Encadrements. Préparé par. Réseau aérien. Validé par. Réseau aérien SOMMAIRE Encadrements Page 1 de 6 Norme Titre MAINTENANCE PRÉVENTIVE DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION DANS LES CENTRALES DES PRODUCTEURS Unité concernée Préparé par Émis le Août 1996 En vigueur le janvier 2002 Révisé

Plus en détail

Démarches. Démarche acoustique à l intérieur d un projet de construction. Diagnostic acoustique

Démarches. Démarche acoustique à l intérieur d un projet de construction. Diagnostic acoustique Démarches Démarche acoustique à l intérieur d un projet de construction Diagnostic acoustique Démarche acoustique (études et démarches préalables) 1. Intégrer les préoccupations acoustiques le plus en

Plus en détail

Le Contrat d échange de maison. 1. Membre qui reçoit (l «hôte») 2. Détails de l échange

Le Contrat d échange de maison. 1. Membre qui reçoit (l «hôte») 2. Détails de l échange Le Contrat d échange de maison L une des clés du succès d un échange est l accord entre les membres pour définir les modalités de base de leur échange. Notre expérience montre que plus les accords sont

Plus en détail

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise :

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise : DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) CQP-ih Gouvernante en Hôtellerie ou en Etablissement de santé I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Nom :...

Plus en détail

Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention

Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention Equipement de Protection Individuelle (EPI) Les obligations des fournisseurs et des utilisateurs d EPI sont essentiellement issues de la transposition en droit

Plus en détail

Contributions des industriels à la démarche d accréditation des laboratoires

Contributions des industriels à la démarche d accréditation des laboratoires Contributions des industriels à la démarche d accréditation des laboratoires Mardi 29 septembre 2009 38 e Colloque National des Biologistes des Hôpitaux 08/02/2006-1 I. Contexte II. Organisation III. Marquage

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS)

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS) PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS) (A rédiger par l entreprise après avoir pris connaissance de la loi, du PGC et effectué obligatoirement la visite préalable d'inspection

Plus en détail

La Directive Produits de Construction (DPC) Objectifs Conséquences

La Directive Produits de Construction (DPC) Objectifs Conséquences La Directive Produits de Construction (DPC) Objectifs Conséquences Le marquage CE des produits de construction C est une réalité pour environ 35 % du marché des produits de construction : Les ciments,

Plus en détail

Marché à procédure adaptée pour la location de fontaine d eau, et la fourniture de bonbonnes. Cahier des Clauses Particulières

Marché à procédure adaptée pour la location de fontaine d eau, et la fourniture de bonbonnes. Cahier des Clauses Particulières Administration déléguée régionale Midi- Pyrénées BP 3048 CHU Purpan 31024 Toulouse cedex 3 Marché à procédure adaptée pour la location de fontaine d eau, et la fourniture de bonbonnes Cahier des Clauses

Plus en détail

Référentiel activités

Référentiel activités Référentiel métier Inter bloc. Tome II, n 4, décembre 2003 Référentiel activités Fiche activité type (FAT) - 1 Assurer la conformité et l opérationnalité de l environnement opératoire. Fiche activité type

Plus en détail

LIVRET DE FORMATION EN ENTREPRISE

LIVRET DE FORMATION EN ENTREPRISE LIVRET DE FORMATION EN ENTREPRISE Métiers de La blanchisserie industrielle NOM : Prénom : Académie de Strasbourg LYCEE DES METIERS GOULDEN 2, rue de la Piscine B.P. 60022 67241 BISCHWILLER CEDEX Tél :

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIFS... 2 CIBLE... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2

Plus en détail

Marché de travaux : Missions de terrassements - clôtures et de réalisation de fouilles archéologiques préventives

Marché de travaux : Missions de terrassements - clôtures et de réalisation de fouilles archéologiques préventives L A Z A C I N T E R C A M P U S Marché de travaux : Missions de terrassements - clôtures et de réalisation de fouilles archéologiques préventives C a h i e r d e s C h a r g e s A d m i n i s t r a t i

Plus en détail

N 03 LE TRAVAIL EN HAUTEUR

N 03 LE TRAVAIL EN HAUTEUR Fiche Info Prévention & Sécurité N 03 LE TRAVAIL EN HAUTEUR On dit qu'il y a risque de chute de hauteur lorsqu'il n'existe pas d'obstacle suffisamment efficace en bordure d'un vide. Dans la plupart des

Plus en détail

Gestion patrimoniale des ouvrages d art

Gestion patrimoniale des ouvrages d art Gestion patrimoniale des ouvrages d art Auscultation, surveillance renforcée, haute surveillance, mesures de sécurité immédiate de sauvegarde d'ouvrages Mardi Journée technique sous l égide de la CoTITA

Plus en détail

Article R4323-104, R4323-106, R4323-89 du code du travail

Article R4323-104, R4323-106, R4323-89 du code du travail Article R4323-104, R4323-106, R4323-89 du code du travail Descriptif Cette formation répond aux obligations du code du travail et précisément aux articles : Article R4323-104 L'employeur informe de manière

Plus en détail

28, rue de Liège - 75008 PARIS tél. : 01 44 90 88 80 fax : 01 44 90 00 57 CERTIFICATION NF ARMATURES : CONTROLES APPLICABLES AU SOUDAGE

28, rue de Liège - 75008 PARIS tél. : 01 44 90 88 80 fax : 01 44 90 00 57 CERTIFICATION NF ARMATURES : CONTROLES APPLICABLES AU SOUDAGE PROCEDURE E15 Rév. 0 Novembre 2008 Page 1/5 ASSOCIATION 28, rue de Liège - 75008 PARIS tél. : 01 44 90 88 80 fax : 01 44 90 00 57 PROCEDURE E15 : CERTIFICATION NF ARMATURES : CONTROLES APPLICABLES AU SOUDAGE

Plus en détail

Les vérifications et contrôles périodiques obligatoires

Les vérifications et contrôles périodiques obligatoires Fiche de risque N 32 Les vérifications et contrôles périodiques obligatoires Afin de garantir le respect de la santé et de la sécurité des agents de la collectivité, l autorité territoriale a l obligation

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE

POLITIQUE SUR LES SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE En vigueur : Le 1 er juillet 2004 COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Approbation : Conseil des commissaires 2004-06-29 RÉFÉRENCES POLITIQUE SUR LES SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE 1.

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme. Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Lexique

ANNEXE I Référentiels du diplôme. Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Lexique ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Lexique Référentiel des activités professionnelles (annexe Ia) Définition du diplôme Dénomination

Plus en détail

PROTOCOLE DE CHARGEMENT DECHARGEMENT 20/07/2006

PROTOCOLE DE CHARGEMENT DECHARGEMENT 20/07/2006 PROTOCOLE DE CHARGEMENT DECHARGEMENT (Décret n 92-158 du 20 février 1992 et arrêté du 26 avril 1996) Définition Le protocole de chargement/déchargement est un document adaptant et remplaçant le plan de

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières applicables aux diagnostics de fonctionnement d installations de mesure de volumes d eau prélevée

Cahier des clauses techniques particulières applicables aux diagnostics de fonctionnement d installations de mesure de volumes d eau prélevée Cahier des clauses techniques particulières applicables aux diagnostics de fonctionnement d installations de mesure de volumes d eau prélevée PRESCRIPTIONS GENERALES 1. CADRE D INTERVENTION Le diagnostic

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique du patrimoine bâti communal

Amélioration de la performance énergétique du patrimoine bâti communal Amélioration de la performance énergétique du patrimoine bâti communal Appel à projets Réunion de présentation Mardi 5 mai 2009 Cibles visées Communes de moins de 10 000 habitants, Bâtiments concernés

Plus en détail

Apprenti ébéniste Compétences professionnelles

Apprenti ébéniste Compétences professionnelles Compétences professionnelles COMPÉTENCE 1 Être capable de planifier son travail. -En respectant le budget horaire et les délais. 1.1 Lire des plans. Faire la distinction entre les différents éléments descriptifs

Plus en détail

MODE D EMPLOI VANNES

MODE D EMPLOI VANNES MODE D EMPLOI VANNES DIRECTIVE 2014/34/CE ATEX FRANÇAIS Rev.0 du 12-05-2006 Table des matières 1 Marquage 2 Sécurité 3 Garantie 4 Transport 5 Assemblage / installation 6 Mis en fonction 7 Réglage 8 Donnés

Plus en détail

Notice d'utilisation. Appareil de régulation Logamatic 4212. 6302 2230 06/2000 FR Pour l'utilisateur. Lire attentivement avant utilisation SVP

Notice d'utilisation. Appareil de régulation Logamatic 4212. 6302 2230 06/2000 FR Pour l'utilisateur. Lire attentivement avant utilisation SVP 6302 2230 06/2000 FR Pour l'utilisateur Notice d'utilisation Appareil de régulation Logamatic 4212 80 105 TEST STB Lire attentivement avant utilisation SVP Préface Indications générales importantes pour

Plus en détail

Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du. Collège Montmorency

Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du. Collège Montmorency Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du Collège Montmorency Juin 2014 Introduction Le Collège Montmorency est un établissement d enseignement collégial public. Une nouvelle version de

Plus en détail

Copyright Geskal. 1-Contexte

Copyright Geskal. 1-Contexte Bonnes Pratiques de Fabrication Fil conducteur, 20 novembre 2009 1. Contexte, éléments sensibles 2. Base des BPFs 3. Exemples Contexte Nous sommes dans un domaine d activités faisant l objet de règles

Plus en détail

PENIBILITE AU TRAVAIL

PENIBILITE AU TRAVAIL PENIBILITE AU TRAVAIL Au-delà de la réglementation, un intérêt pour l entreprise www.msa.fr ENJEUX DE LA LEGISLATION PENIBILITE Réforme des retraites : loi du 9 novembre 2010 Avenir du système de protection

Plus en détail

LES OBJECTIFS COMMERCIAUX

LES OBJECTIFS COMMERCIAUX LES OBJECTIFS COMMERCIAUX Toute action commerciale a des buts à atteindre. Les objectifs commerciaux découlent des objectifs généraux de l entreprise et doivent être mûrement réfléchis pour aboutir au

Plus en détail

HYDRAULIQUE ET PNEUMATIQUE

HYDRAULIQUE ET PNEUMATIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION HYDRAULIQUE

Plus en détail

POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines AVIS DE VACANCE DE POSTE Responsable logistique à la MDE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction Enfance Famille

Plus en détail

N 02 LE SERVICE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DU CENTRE DE GESTION DE SAONE ET LOIRE. Rôle du service

N 02 LE SERVICE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DU CENTRE DE GESTION DE SAONE ET LOIRE. Rôle du service Fiche Info Prévention & Sécurité N 02 LE SERVICE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DU CENTRE DE GESTION DE SAONE ET LOIRE Rôle du service Le rôle du service de prévention des risques professionnels

Plus en détail

ECOBATP LR Les Enjeux de la Performance Energétique : La Gestion Technique du Bâtiment (GTB)

ECOBATP LR Les Enjeux de la Performance Energétique : La Gestion Technique du Bâtiment (GTB) ECOBATP LR Les Enjeux de la Performance Energétique : La Gestion Technique du Bâtiment (GTB) Conseil Régional Languedoc Roussillon M.KEMPENAR Jean Pierre Direction de l'education. Chargé de la Maintenance

Plus en détail

Guide Technique du 18 novembre 2014 Relatif aux opérations de modification des machines en service NOR : ETST1426379C

Guide Technique du 18 novembre 2014 Relatif aux opérations de modification des machines en service NOR : ETST1426379C Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Direction générale du travail Service des relations et des conditions de travail - SRCT Sous-direction des conditions

Plus en détail

Accessibilité et bâtiment existant (ERP)

Accessibilité et bâtiment existant (ERP) Accessibilité et bâtiment existant (ERP) Les enjeux du diagnostic 2013 Conseil Régional de l Ordre des Architectes du Languedoc Roussillon Place Paul BEC 34 000 MONTPELLIER Tel 04 67 22 47 13 Fax 04 67

Plus en détail

Axe numérique. Notice technique

Axe numérique. Notice technique Notice technique Notice technique AVERTISSEMENTS Tous les exemples développés dans ce manuel sont d'ordre pédagogique, et peuvent à ce titre ne pas représenter totalement la réalité. Ils ne doivent en

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 Équipements de travail et de protection individuelle Code du Travail Articles R4323-1 à R4323-28 Code du Travail R4323-91 à R4323-106 Arrêté du 22 octobre 2009

Plus en détail

PORTEFEUILLE DE COMPETENCES

PORTEFEUILLE DE COMPETENCES PORTEFEUILLE DE COMPETENCES CHALME Julien BTS Service Informatiques aux Organisation Solution Logicielles et Applications Métier Session : 2013 NDLR ACTIVITÉS COMPÉTENCES ASSOCIÉES N A1.1.1 Analyse du

Plus en détail

LE DELAI GLOBAL DE PAIEMENT LA CARTE D ACHAT

LE DELAI GLOBAL DE PAIEMENT LA CARTE D ACHAT HAUT CONSEIL DE LA COMMANDE PUBLIQUE 20 septembre 2013 LE DELAI GLOBAL DE PAIEMENT LA CARTE D ACHAT Sommaire Situation du délai global de paiement à la Réunion La carte d achat : un dispositif gagnant

Plus en détail

CARRIERES. Bilan de l'année 2013 et programme pour 2014. - CIGO - 20 mars 2014. Yoann TERLISKA DREAL Pays de la Loire - SRNT

CARRIERES. Bilan de l'année 2013 et programme pour 2014. - CIGO - 20 mars 2014. Yoann TERLISKA DREAL Pays de la Loire - SRNT CARRIERES Bilan de l'année 2013 et programme pour 2014 - CIGO - 20 mars 2014 Yoann TERLISKA DREAL Pays de la Loire - SRNT Sommaire Bilan de l'année 2013 Bilan de l'action nationale 2013: TCH Action nationale

Plus en détail

SURVEILLANCE DU MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX

SURVEILLANCE DU MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX SURVEILLANCE DU MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Application à la problématique dentaire 31 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Atelier 4 Noëlle Thébault Direction de l Evaluation des

Plus en détail

Le Document Unique d'évaluation des risques professionnels. Sylvie SPECTE - Mission Santé et Sécurité - Académie de Rouen

Le Document Unique d'évaluation des risques professionnels. Sylvie SPECTE - Mission Santé et Sécurité - Académie de Rouen Le Document Unique d'évaluation des risques professionnels Sylvie SPECTE - Mission Santé et Sécurité - Académie de Rouen Le Code du travail - Article R 4121-1 «L'employeur transcrit et met à jour dans

Plus en détail

DESCRIPTION DES COURS OSSA

DESCRIPTION DES COURS OSSA OSSA ORIENTATION RÉGIONALE Tous les travailleurs qui désirent travailler sur un des sites membre d OSSA, doivent au minimum avoir fait le cours d Orientation Régionale. Le cours OSSA Orientation Régionale

Plus en détail

TP TGE Le freinage rhéostatique. 4h Fiche pédagogique

TP TGE Le freinage rhéostatique. 4h Fiche pédagogique TP TGE Le freinage rhéostatique. 4h Fiche pédagogique Système : FERELEC Lieu d activité : Labo. d essais de systèmes Définition des tâches confiées à l élève Enoncé des objectifs de formation Prérequis

Plus en détail

OPERATEUR/TRICE LOGISTIQUE GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION

OPERATEUR/TRICE LOGISTIQUE GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION OPERATEUR/TRICE LOGISTIQUE GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION Convention Collective Nationale de l Expédition-Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) COMPETENCES «CŒUR DE METIER» Les

Plus en détail

Nouveauté: Délai de prescription de 2 ans

Nouveauté: Délai de prescription de 2 ans Conseil juridique Nouveauté: Délai de prescription de 2 ans Une révision du droit de vente et des contrats est entrée en vigueur le 1 er janvier 2013: les délais de prescription pour les contrats de vente

Plus en détail

OHSAS 18001. Par :Josée Saint-Laurent, Directrice santé et sécurité Amérique du Nord. 2 MAI 2007 Colloque ASSTAS : OHSAS 18001

OHSAS 18001. Par :Josée Saint-Laurent, Directrice santé et sécurité Amérique du Nord. 2 MAI 2007 Colloque ASSTAS : OHSAS 18001 OHSAS 18001 Par :Josée Saint-Laurent, Directrice santé et sécurité Amérique du Nord 1 Objectifs u Les exigences d OHSAS 18001 u La notion de système de gestion de la prévention proposée dans OHSAS 18001

Plus en détail

La substitution. des agents chimiques dangereux

La substitution. des agents chimiques dangereux La substitution des agents chimiques dangereux La substitution qu est-ce que c est? Dans le cadre de la prévention des risques chimiques, la substitution est le remplacement d un produit chimique dangereux

Plus en détail

Pratiques optimales de gestion des absences et de retour au travail reliées à des troubles musculosquelettiques ou des problèmes de santé mentale

Pratiques optimales de gestion des absences et de retour au travail reliées à des troubles musculosquelettiques ou des problèmes de santé mentale Pratiques optimales de gestion des absences et de retour au reliées à des troubles musculosquelettiques ou des problèmes de santé mentale Marie-José Durand Ph.D. Université de Sherbrooke Février 2016 Contexte:

Plus en détail

Commission Européenne - DG III

Commission Européenne - DG III Commission Européenne - DG III DOCUMENT GUIDE B (concernant la Directive Produits de Construction 89/106/CE) DÉFINITION DU CONTRÔLE DE LA PRODUCTION EN USINE DANS LES SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES POUR LES

Plus en détail

sciences et technologie

sciences et technologie Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 4 sciences et technologie Inscrire son enseignement dans une logique de cycle Outil d aide à la réflexion des équipes pédagogiques pour

Plus en détail

Séance de sensibilisation à la signalisation des travaux routiers Guide de signalisation des travaux routiers (GSTR)

Séance de sensibilisation à la signalisation des travaux routiers Guide de signalisation des travaux routiers (GSTR) Séance de sensibilisation à la signalisation des travaux routiers Guide de signalisation des travaux routiers (GSTR) La Direction de l'entretien et de la circulation du ministère des transports et de l

Plus en détail

Normes et réglementation sur les pulvérisateurs. Jean-Christophe Rousseau Berthoud Vincent Polvêche GIP pulvés. Normes et réglementation

Normes et réglementation sur les pulvérisateurs. Jean-Christophe Rousseau Berthoud Vincent Polvêche GIP pulvés. Normes et réglementation sur les pulvérisateurs Jean-Christophe Rousseau Berthoud Vincent Polvêche GIP pulvés 10/0 08/008/0 1 1- le cadre réglementaire et normatif Rappel du contexte réglementaire Mise en application des directives

Plus en détail

OPERATION DE TRAVAUX

OPERATION DE TRAVAUX Maîtrise d Œuvre : C3C 21 rue Normande 28230 EPERNON Tél : 06.32.89.12.95 Fax : 09.58.83.45.69 E-mail : c3c.capelle@gmail.com Maître d Ouvrage LYCEE LAKANAL 3, avenue du Président Roosevelt 92330 SCEAUX

Plus en détail

CRITERE N : 7d INTITULE : Hygiène des locaux.

CRITERE N : 7d INTITULE : Hygiène des locaux. CRITERE N : 7d INTITULE : Hygiène des locaux. 1 Note introductive (chapô) L hygiène des locaux est un des maillons de la chaîne de prévention des infections nosocomiales. Afin d assurer les conditions

Plus en détail

RISQUES D ACCIDENTS D ORDRE ELECTRIQUE

RISQUES D ACCIDENTS D ORDRE ELECTRIQUE Classe : Page : 1 / 8 OBJECTIFS : Être capable de : Déterminer les risques électriques, et les moyens de prévention. Savoirs S8 «Normes et réglementation liées à la sécurité des personnes : Notions et

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES CHIMIQUES ET CMR REGLEMENTATION APPLICALBE ET EVOLUTIONS

PREVENTION DES RISQUES CHIMIQUES ET CMR REGLEMENTATION APPLICALBE ET EVOLUTIONS Ministère de l emploi, l de la cohésion sociale et du logement PREVENTION DES RISQUES CHIMIQUES ET CMR REGLEMENTATION APPLICALBE ET EVOLUTIONS Marielle FAYOL Direction générale du travail (DGT/CT2) Contexte

Plus en détail

Annexe 1. L activité réelle de la société correspond à 85% de son activité normale lors du développement.

Annexe 1. L activité réelle de la société correspond à 85% de son activité normale lors du développement. 1 CAS DE SYNTHESE IAS 2, 11, 18 et 38 La société Strelitzia est une SSII spécialisée dans le développement et la mise en œuvre de progiciels ERP (Enterprise Ressources Planning). En décembre N-1, la société

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSSS/15/225 AVIS N 15/63 DU 1 er DÉCEMBRE 2015 CONCERNANT LA DEMANDE DE LA GROUPE ACERTA (CAISSE D ALLOCATIONS FAMILIALES

Plus en détail

Vibrations. Vibrations Page 1 sur 6

Vibrations. Vibrations Page 1 sur 6 Vibrations Vibrations Page 1 sur 6 Introduction Les oscillations mécaniques comprennent entre autre les secousses et les vibrations. Le premier terme est utilisé principalement pour les bâtiments, le deuxième

Plus en détail

DÉCLARATION DES PERFORMANCES

DÉCLARATION DES PERFORMANCES ETAG 029 12 0679 DÉCLARATION DES PERFORMANCES Sika AnchorFix -1 02 04 03 01 001 0 000001 5034408 1. Produit Type: Code d identification unique du produit type: 2. Numéro de type, de lot ou de série ou

Plus en détail

le 24 juin Thierry HANOTEL (INRS) Jean Baptiste GRESS (HYDROGEOTECHNIQUE)

le 24 juin Thierry HANOTEL (INRS) Jean Baptiste GRESS (HYDROGEOTECHNIQUE) le 24 juin Thierry HANOTEL (INRS) Jean Baptiste GRESS (HYDROGEOTECHNIQUE) 1 Les principes réglementaires / rappel. Une législation qui évolue. Des outils nouveaux pour l entreprise. Le cas particulier

Plus en détail

1. Présentation agence d Aubagne

1. Présentation agence d Aubagne 1. Présentation agence d Aubagne 2. Les monte-matériaux 3. Les plateformes de transport 4. Les ascenseurs de chantier 5. Les plateformes sur mâts 6. Les plateformes suspendues 7. Les ascenseurs monte-grutier

Plus en détail

Les étapes du projet pour la mise en place d une solution de gestion d entrepôt «WMS»

Les étapes du projet pour la mise en place d une solution de gestion d entrepôt «WMS» 1/6 Les étapes du projet pour la mise en place d une solution de gestion d entrepôt «WMS» Auteur :Elie KHOURI (CC3i) Date :18/11/2008 17:15 2/6 1 Introduction Ce document présente les étapes d un projet

Plus en détail

Objet du marché : REALISATIONS DE GENERATEURS DE TYPE PHOTOVOLTAÏQUE

Objet du marché : REALISATIONS DE GENERATEURS DE TYPE PHOTOVOLTAÏQUE MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Maître de l'ouvrage Etablissement Public : Office Public de l'habitat Pays d EGLETONS Objet du marché : REALISATIONS DE

Plus en détail

Durant cette année de formation, nous vous proposons 28 devoirs à envoyer à la correction qui sont répartis sur l'ensemble des matières.

Durant cette année de formation, nous vous proposons 28 devoirs à envoyer à la correction qui sont répartis sur l'ensemble des matières. Matières Gestion de l hébergement : organisation et techniques des services d accueil Gestion de l hébergement : organisation et techniques des étages Mercatique et techniques de commercialisation Droit

Plus en détail

CONDITION GENERALE D ACHAT

CONDITION GENERALE D ACHAT CONDITION GENERALE D ACHAT 1. ACCUSE DE RECEPTION Le fournisseur doit accuser réception de notre commande sous 48 heures et formuler, si besoin est, ses observations en termes précis. Passé ce délai, le

Plus en détail

2 ASSISES Paris le 26 septembre 2013 La Traçabilité

2 ASSISES Paris le 26 septembre 2013 La Traçabilité 2 ASSISES Paris le 26 septembre 2013 La Traçabilité E. Vuillermoz Définition La TRACABILITE Qu est ce que c est? Définition normative NF X 50 120 : «La traçabilité d un produit est l aptitude à retrouver

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE SECTION TECHNICIEN DU FROID

Plus en détail

Contrôle chantier de désamiantage. Chantier: Date: Personnel qualifié: Travaux exécutés:

Contrôle chantier de désamiantage. Chantier: Date: Personnel qualifié: Travaux exécutés: Contrôle chantier de désamiantage Chantier: Date: Personnel qualifié: Travaux exécutés: Point à contrôler Dir. Question Dir. Constatation Critères Exigences envers 7.1 l entreprise de désamiantage Reconnaissance

Plus en détail

La méthode EBIOS dans le groupe Michelin

La méthode EBIOS dans le groupe Michelin La méthode EBIOS dans le groupe Michelin Le Contexte Le Groupe Michelin 70 sites industriels dans le monde 1 centre de technologies (CT) sur 3 continents 6 plantations d hévéas 129 000 personnes Présent

Plus en détail

Aérage et engins à moteur diesel dans les mines souterraines

Aérage et engins à moteur diesel dans les mines souterraines Registre des mesures Aérage et engins à moteur diesel dans les mines souterraines Cahier III Mesures de l exposition aux poussières combustibles respirables (PCR) CAHIER III MESURES DE L EXPOSITION AUX

Plus en détail

Fiche d analyse d accident

Fiche d analyse d accident CRAM Rhône-Alpes - Prévention des Risques Professionnels - FT 1012 Fiche d analyse d accident Principes fondamentaux : L accident n est pas dû au hasard, à la fatalité ou à la malchance. L accident a toujours

Plus en détail

Suivi de l autorisation d exploitation «commodo» en pratique. Benoit SCHEIBEL Responsable Pôle Commodo

Suivi de l autorisation d exploitation «commodo» en pratique. Benoit SCHEIBEL Responsable Pôle Commodo Suivi de l autorisation d exploitation «commodo» en pratique Benoit SCHEIBEL Responsable Pôle Commodo B. SCHEIBEL Management Systems & Commodo 7 mai 2015 Page 1 Sommaire les contrôles périodiques B. SCHEIBEL

Plus en détail

TELECOMMANDE "HOMME-MORT"

TELECOMMANDE HOMME-MORT TELECOMMANDE "HOMME-MORT" MODELE : HM433-02 Manuel d utilisation Numéro de série : Date de fabrication : IL EST IMPERATIF, DE PRENDRE CONNAISSANCE DU MANUEL D UTILISATION, AVANT TOUTE UTILISATION DE LA

Plus en détail

CAPACITE TECHNIQUE ET COMPETENCE DES OPERATEURS DE RESEAU DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES SOMMAIRE

CAPACITE TECHNIQUE ET COMPETENCE DES OPERATEURS DE RESEAU DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CAPACITE TECHNIQUE ET COMPETENCE DES OPERATEURS DE RESEAU DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES RSDG 2 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. DEFINITION 3 3.

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX. Marché à procédure adaptée en application De l article 28 du Code des Marchés Publics

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX. Marché à procédure adaptée en application De l article 28 du Code des Marchés Publics MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Marché à procédure adaptée en application De l article 28 du Code des Marchés Publics LOT 1 : Construction d une plateforme et installation de structure multisports fourniture

Plus en détail

Bac Pro MAINTENANCE DES MATÉRIELS

Bac Pro MAINTENANCE DES MATÉRIELS DOSSIER PERIODES DE FORMATION EN MILIEU - Les périodes de formation en entreprise Pour ce qui est de l enseignement professionnel et sur les deux années de formation, les élèves passent autant d heures

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS HAMOIS L ASSOCIATION :.

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS HAMOIS L ASSOCIATION :. CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS HAMOIS ET L ASSOCIATION :. ------------------------------------------------------------------ La Communauté de Communes du Pays

Plus en détail

Ingénieur de recherche en archéologie

Ingénieur de recherche en archéologie Ingénieur de recherche en archéologie D1E25 Recueil et analyse de sources archéologiques - IR L ingénieur de recherche est responsable d un chantier de fouille et/ou de l étude du matériel issu de la fouille.

Plus en détail

Construction and Civil Work Management

Construction and Civil Work Management STANDARD LME-12:001901 Ufr Rév. A Table des matières 1 Introduction... 3 2 Définitions... 3 3 Exigences... 4 3.1 Généralités... 4 3.2 Responsabilités... 4 3.3 Plan de sécurité SST... 5 3.4 Début de la

Plus en détail

L inspection des installations classées de la DIMENC. Installations classées pour la protection de l environnement (ICPE)

L inspection des installations classées de la DIMENC. Installations classées pour la protection de l environnement (ICPE) L inspection des installations classées de la DIMENC Installations classées pour la protection de l environnement (ICPE) Qu est ce qu une ICPE? Une ICPE est une installation présentant des dangers ou inconvénients

Plus en détail