ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 TRAVAIL ET EMPLOI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 TRAVAIL ET EMPLOI"

Transcription

1 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 TRAVAIL ET EMPLOI MAI 2013

2 2 COUR DES COMPTES Mission Travail et emploi Programme 102 Accès et retour à l emploi Programme 103 Accompagnement des mutations économiques et développement de l emploi Programme 111 Amélioration de la qualité de l emploi et des relations du travail Programme 155 Conception, gestion et évaluation des politiques de l emploi et du travail

3 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 3 Sommaire Synthèse...4 Introduction et présentation...7 I - Les dépenses de l exercice et la gestion des crédits...8 A - L exécution des crédits de la mission en B - La programmation des crédits...11 C - La gestion des crédits en cours d exercice...14 II - Les grandes composantes de la dépense...19 A - La masse salariale et la gestion des emplois (titre 2)..19 B - Les dépenses de fonctionnement (titre 3)...22 C - Les dépenses d intervention (titre 6)...22 D - Les dépenses d investissement (titre 5)...25 E - Les dépenses fiscales...25 F - Les opérateurs...27 III - Régularité, performance, soutenabilité...29 A - La régularité de l exécution budgétaire...29 B - La démarche de performance...29 C - La soutenabilité budgétaire...31 IV - Les recommandations de la Cour...32 A - Le suivi des recommandations formulées par la Cour au titre de B - Récapitulatif des recommandations de la Cour...33

4 4 COUR DES COMPTES Synthèse (en Md ) LFI AE : 10,07 ; CP : 10,10 ; Crédits ouverts AE : 10,91 ; CP : 10,62 ; Exécution AE : 10,63 ; CP 10,34 : Plafond d emplois en ETPT : en LFI ; exécution : Plafond d emplois opérateurs en ETP : ; exécution : non renseigné La mission Travail et emploi se compose de quatre programmes (102-Accès et retour à l emploi», 103-Accompagnement des mutations économiques et développement de l emploi, 111-Amélioration de la qualité de l emploi et des relations du travail et 155-Conception, gestion et évaluation des politiques de l emploi et du travail»), pour un total de crédits ouverts en loi de finances initiale (LFI) pour 2012 de 10,07 Md en autorisations d engagement (AE) et 10,10 Md en crédits de paiement (CP). Le montant des dépenses fiscales qui sont rattachées à la mission sont du même ordre (montant 2012 estimé dans le PAP : 10,8 Md ), sans pour autant faire l objet de la même attention de la part des gestionnaires des programmes concernés. Le compte d affectation spéciale Fonds national de développement et de modernisation de l apprentissage (575 M en AE et en CP en LFI pour 2012) complète le financement retracé dans les documents budgétaires en matière de formation professionnelle. La mission Travail et emploi est composée aux trois quarts de dépenses d intervention, concentrées sur les programmes 102 et 103, qui représentent plus de 90 % de ses crédits Ces dépenses sont particulièrement sensibles aux fluctuations du marché de l emploi (dépenses de guichet avec le versement d allocations aux demandeurs d emploi et contribution au financement de contrats aidés notamment). Appréciation d ensemble L exercice 2012 a été marqué à la fois par la poursuite de la dégradation de la situation de l emploi et l adoption, pour y faire face, de mesures nouvelles par les deux gouvernements qui se sont succédé (principalement par le biais de contrats aidés, plus nombreux et plus divers).

5 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 5 Malgré cette situation, l exécution budgétaire a été correctement maîtrisée, grâce en particulier à un allègement très significatif des montants à verser à l ACOSS au titre de la compensation d exonération de charges sociales (sous-exécution de 420 M sur ce poste). Ainsi, la mission a dépassé l objectif de réduction du plafond d emplois fixé. La qualité de la programmation budgétaire, comme la soutenabilité des dépenses, soulèvent toutefois des interrogations. En effet, il s est avéré impossible de financer, comme initialement prévu, les mesures du plan de crise de janvier 2012 uniquement par redéploiement et recours aux crédits mis en réserve. En outre, les crédits supplémentaires nécessaires n ont pas été budgétés avant le décret d avance du 30 novembre Par ailleurs, si les dépenses de la mission décroissent, elles le font moins vite que ne le prévoyait le budget triennal, l écart étant appelé à s accroître sur 2013 : en période de crise, les dépenses d intervention, très majoritaires au sein des crédits de la mission, risquent d augmenter dans des proportions incompatibles avec la trajectoire de réduction des dépenses publiques fixée par le budget triennal. De même, les recrutements autorisés chez le principal opérateur (Pôle emploi) vont à l encontre de la tendance générale à la réduction des effectifs et contribuent au non-respect de la norme de réduction des dépenses de fonctionnement entre 2010 et En matière d évaluation de la performance, la refonte des indicateurs n est pas achevée et le lien avec l allocation des ressources demeure insuffisamment expliqué. Comme en 2011, les dépenses fiscales continuent de rester hors du champ des travaux d évaluation. En conclusion, si aucune irrégularité n a été notée sur l exercice 2012 (notamment au regard de la mise en réserve des crédits et de l absence de reports sur 2013), la Cour souligne les marges de progrès existantes en matière de prise en compte de la performance pour l allocation des crédits et, surtout, les risques de soutenabilité budgétaire au regard de la poursuite de la dégradation de la conjoncture économique. PRINCIPALES RECOMMANDATIONS La Cour formule cinq recommandations principales au titre de l exercice 2012 : - Recommandation n 1 : perfectionner le suivi en temps réel de l exécution des engagements juridiques et achever le déploiement de la

6 6 COUR DES COMPTES gestion différenciée en AE et en CP sur l ensemble des crédits pluriannuels de la mission. - Recommandation n 2 : mieux expliciter dans le PAP le lien entre la démarche de performance et les choix dans l allocation des ressources (ex : enveloppes régionales, subvention contractualisée à un opérateur). - Recommandation n 3 : améliorer les conditions de budgétisation des dispositifs de type «guichet», notamment l allocation de solidarité spécifique. - Recommandation n 4 : inclure dans le PAP des éléments d évaluation des dépenses fiscales rattachées à la mission et permettant de justifier leur maintien. - Recommandation n 5 : indiquer dans le PAP le nombre de personnes bénéficiant d un contrat aidé en flux (entrées et sorties) et en stock, compte tenu du nombre élevé de renouvellements.

7 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 7 Introduction et présentation La mission Travail et emploi se compose de quatre programmes et de seize actions aux enjeux financiers très différents, pour un total de crédits ouverts en loi de finances initiale (LFI) pour 2012 de 10,07 Md en autorisations d engagement (AE) et 10,10 Md en crédits de paiement (CP). Un montant de 10,8 Md de dépenses fiscales soit l équivalent des crédits budgétaires - est également rattaché à la mission. Quatre programmes, dont le périmètre est inchangé par rapport à 2011, constituent la mission : - le Programme Accès et retour à l emploi (5 421,99 M en AE et 5 373,48 M CP en LFI) regroupe la subvention de fonctionnement versée à Pôle emploi (1,360 Md en LFI), ainsi que le financement des contrats aidés (2 Md ) et d allocations de solidarité versées aux demandeurs d emploi (900 M sur un total d allocations de 2,4 Md 1 ). Une dépense fiscale de 2,8 Md relative à la prime pour l emploi lui est rattachée. - le Programme Accompagnement des mutations économiques et développement de l emploi (3 847,57 M et 3 907,07 M en CP en LFI) finance à titre principal des actions de soutien à l emploi (activité partielle, création d entreprise ), au reclassement des licenciés économiques, et surtout au développement de l alternance. Il comprend également la compensation des exonérations de cotisations sociales, destinées principalement à favoriser le développement de l apprentissage. - le Programme Amélioration de la qualité de l emploi et des relations du travail (63,30 M en AE et 80 M en CP en LFI) vise à améliorer la qualité des conditions d emploi et de travail des salariés, à travers les contrôles menés par l inspection du travail, les actions développées en matière de réduction des risques professionnels ou encore la lutte contre le travail illégal. - Le Programme 155 Conception, gestion et évaluation des politiques de l emploi et du travail (738,31 M en AE et 1 Le solde est principalement financé par la contribution exceptionnelle de solidarité (1,4 Md ).

8 8 COUR DES COMPTES 742,06 M en CP en LFI) est le programme support de la mission. Plus des trois quarts des crédits de la mission sont affectés à des dépenses d intervention. Les crédits d investissement sont quasiinexistants, et les dépenses de personnel représentent moins de 6 % du total. L importance des dépenses d intervention rend les crédits de la mission très sensibles à l évolution de la conjoncture économique. Or l année 2012 a été caractérisée par un contexte économique très dégradé et une progression continue du chômage jusqu à un niveau élevé, ce qui a conduit à une augmentation de ces dépenses. L année a également été marquée par un changement de gouvernement et une inflexion de la politique des contrats aidés au second semestre Le délégué général à l emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) assume la responsabilité des programmes 102 et 103, qui représentent 92 % des crédits ouverts en LFI en AE comme en CP. Les programmes 111 (moins de 1 % des crédits) et 155 (7,3 %) ont pour responsables, respectivement, le directeur général du travail (DGT) et le directeur de l administration générale et de la modernisation des services (DAGEMO). En 2012, la DGEFP était encore rattachée, par une convention de gestion, au ministère de l économie et des finances, et non à celui du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, comme c est le cas depuis le 1 er janvier L essentiel des crédits de la mission est géré au niveau national. Au niveau déconcentré, la mise en œuvre des quatre programmes ressort du champ de compétences des directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi (DIRECCTE), créées en 2011 sous la double autorité des ministres chargés du travail et de l emploi, d une part, et de l économie d autre part. I - Les dépenses de l exercice et la gestion des crédits Malgré un contexte économique en forte dégradation et une inflexion de la politique menée en matière de soutien à l emploi au second semestre, conduisant à augmenter significativement les dépenses de la mission, l exécution budgétaire a été correctement maîtrisée au cours de l exercice.

9 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 9 La structure des quatre programmes n a pas évolué entre 2011 et 2012 (pas de transfert vers ou depuis d autres programmes), mais l évolution de la situation économique a conduit à la mise en œuvre de mesures nouvelles : au-delà de l impact sur 2012 des mesures annoncées le 1 er mars 2011 dans le cadre du Plan Emploi (148 M de crédits de paiement), un plan de lutte contre la crise, issu du sommet social du 18 janvier 2012, a été engagé en 2012 ; des mesures ont en outre été annoncées en juin et octobre 2012 par le nouveau gouvernement. A - L exécution des crédits de la mission en Les crédits consommés : un taux d exécution en légère hausse Les crédits non consommés s'élèvent à 278 M en AE (dont environ 57 % au titre du programme 102, 30 % au titre du programme 103, 4 % au titre du programme 111 et 9 % au titre du programme 155). En CP, ils s élèvent à 274 M (dont 44 % pour le programme 102 et autant pour le programme 103), ce qui est moins élevé en montant qu en 2011 (684 M en AE et 334 M en CP). Le taux de consommation des crédits progresse pour les AE (97,5 % contre 94,7 % en 2011) et stagne pour les CP (97,4 % en 2012, 97,2 % en 2011), compte tenu de la diminution des crédits ouverts en Aperçu général de l exécution des crédits Autorisations d engagement (AE) Mission / programmes en M LFI Crédits Crédits disponibles* consommés P , , ,50 P , , ,37 P ,30 79,77 67,52 P ,31 773,49 747,38 Mission Travail et emploi (hors personnels DGEFP) , , ,77 * crédits disponibles = lois de finances et décret d avances + solde des mouvements de toute nature + fonds de concours et attribution de produits Sources : DGEFP / DAGEMO / Chorus / CBCM / RAP 2012

10 10 COUR DES COMPTES Crédits de paiement (CP) en M Mission / programmes Crédits Crédits LFI disponibles* consommés P , , ,63 P , , ,25 P ,58 96,40 86,68 P ,06 784,53 761,70 Mission Travail et emploi (hors personnels DGEFP) , , ,25 * crédits disponibles = LF et décret d avances + solde des mouvements + fonds de concours et attribution de produits Sources : DGEFP / DAGEMO / Chorus / CBCM Les crédits non consommés dépassent les ouvertures de crédits non gagées par la mission en décret d'avance pour les CP (274 M pour 94 M ) comme pour les AE (278 M pour 260 M ) 2. L écart entre les crédits consommés et les crédits disponibles sur la mission tient essentiellement à la mise en œuvre tardive de contrats aidés supplémentaires sur le programme 102 et au report de crédits de paiement sur le programme 103 (dispositifs GPEC et compétences clés). En effet, les crédits du plan de crise ont été abondés d un même montant d AE et de CP en début d exercice, alors que les CP étaient peu concernés. 2 - Evolution des dépenses : la baisse se poursuit sur 2012 Evolution des dépenses sur la période En M AE CP AE CP AE CP P P P P mission Source : INDIA, puis Chorus, CBCM / RAP 2012 Entre 2010 et 2012, on observe une forte baisse des dépenses de la mission (- 21 % en AE et 22 % en CP), due aux réductions opérées sur les programmes les plus lourds (- 23 % en CP sur le programme 102 et 35 % sur le programme 103). 2 Le décret d avance a procédé à l ouverture de 493,5 M d AE et de 300 M de CP, ainsi qu à l annulation de 233,6 M d AE et de 206,4 M de CP, soit des ouvertures de crédit non gagées par des annulations de crédit à hauteur de 260 M en AE et de 94 M.

11 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 11 Cette diminution des crédits a porté à titre principal sur les dépenses d intervention des programmes 102 et 103 (respectivement M et M en crédits de paiement 3 ) sur la période B - La programmation des crédits 1 - La loi de finances initiale s est inscrite dans l objectif de réduction des dépenses La LFI pour 2012 s est inscrite dans la trajectoire triennale de réduction des dépenses publiques après la mise en œuvre du plan de relance sur 2009 et Les crédits inscrits en LFI sur les programmes les plus importants de la mission diminuaient sensiblement, en autorisations d engagement comme en crédits de paiement : Crédits inscrits en LFI au titre des programmes 102 et 103 LFI 2011 LFI 2012 Evolution AE CP AE CP AE CP P ,3 % - 11,3 % P ,4 % - 14,0 % Cette baisse des crédits inscrits dans le budget 2012 résultait pour partie de l apurement de créances vis-à-vis de la Sécurité sociale, de l extinction de mesures issues du plan de relance (de l ordre de 500 M ) et du plan de cohésion sociale, ainsi que de la réduction de niches sociales. En revanche, des objectifs quantitatifs importants d entrées en contrats aidés ont été maintenus et les dotations aux missions locales et aux structures d insertion par l activité économique préservées dans un contexte de progression continue du chômage. Les programmes 111 et 155 ont également contribué à l objectif de redressement des comptes publics, conformément aux décisions prises dans le cadre de la RGPP, avec le non remplacement d un départ sur deux à la retraite et les ratios de diminution des dépenses de fonctionnement et d intervention, également appliqués aux opérateurs. 2 - Une meilleure prévision et un pilotage plus actif sont possibles Des marges de progrès demeurent : 3 Pour le programme 102, les crédits d intervention consommés sont passés de 5,802 Md en 2010 à 4,121 Md en La baisse est encore plus prononcée pour le programme 103 : les crédits passent de 5,816 Md à 3,730 Md.

12 12 COUR DES COMPTES - Selon le contrôleur budgétaire et comptable ministériel (CBCM), la vision de l exécution budgétaire est restée trop passive sur les programmes 102 et 103, caractérisés par une forte dépendance à la conjoncture économique et une forte exposition politique. La DGEFP considère au contraire que le différé d arbitrage sur le schéma de financement des mesures prises au premier semestre 2013, incluant la réduction des montants versés à l ACOSS au titre de la compensation d exonérations de charges sociales, témoigne d une gestion budgétaire active dans le champ de l emploi. La Cour maintient que la réduction opérée à juste titre sur les montants à verser à l ACOSS, qui a contribué à financer une partie des crédits ouverts par le décret d avance, ne dispensait pas l administration de rechercher, au cours de l exercice, des pistes de maîtrise des dépenses de fonctionnement et d intervention. - En ce qui concerne la qualité des prévisions portant sur les contrats aidés ou l allocation de solidarité spécifique, l analyse des évolutions liées à la conjoncture économique n est pas suffisamment approfondie : une analyse rétrospective des écarts entre prévision et réalisation serait utile. S agissant du pilotage des contrats aidés, la DGEFP estime dans sa réponse que les instruments à sa disposition sont adaptés et qu il «paraît difficile de prévoir, à moyens humains et informatiques constants, une estimation plus fine des coûts des contrats aidés». La Cour note cependant que des améliorations sont possibles. Elle a constaté en effet que les paramètres pris en compte pour la programmation budgétaire ne reflètent pas le raccourcissement constaté de la durée des contrats signés. Par ailleurs, l existence de l extranet qui permet le suivi des engagements n a pas empêché la surconsommation de crédits au premier semestre 2012 en raison de l accélération du rythme de prescription de ces contrats En ce qui concerne la prévision des dépenses d allocation de solidarité spécifique (ASS), la DGEFP souligne que la construction d un modèle économétrique permettant de prévoir de façon fiable ces dépenses se heurte à des difficultés, compte tenu des variables à prendre en compte et du très fort temps de latence entre l entrée en chômage et l entrée en ASS. - La mise en œuvre de la gestion différenciée en AE et en CP pour les contrats aidés, que la Cour a recommandée, constitue un progrès certain : il convient de le consolider en améliorant les délais d enregistrement des engagements juridiques. Après les conventions

13 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 13 GPEC/EDEC 4 et les contrats aidés en 2011 (y compris les emplois d avenir en cours de déploiement), le dispositif NACRE 5 sera également géré en AE CP à partir de 2013, tout comme le contrat de génération devrait l être (sous réserve de l évolution du système d information de Pôle emploi). L essentiel des dispositifs à engagements pluriannuels serait alors couvert par une gestion différenciée en AE et en CP, avec une montée en puissance progressive du dispositif. La gestion différenciée en AE et en CP pour les contrats aidés La mise en place de ce nouveau mode de gestion conduit désormais la DGEFP à régler à l ASP une avance forfaitaire en début d exercice et les factures présentées chaque mois sur la base de décaissements réels et non plus à effectuer des versements sur une base prévisionnelle. A chaque notification d enveloppe semestrielle de contrats aidés aux services déconcentrés correspond un engagement, actualisé mensuellement. La DGEFP considère que la définition du montant de restes à payer en crédits de paiement au titre d engagements sur l exercice antérieur demeure un exercice difficile en raison de l évolution dans le temps des paramètres d exécution des contrats (taux de prise en charge, durée moyenne ) qui modifie le montant réel du contrat par rapport aux hypothèses retenues lors de la budgétisation initiale. 3 - L absence d avis favorable du CBCM sur le document prévisionnel de gestion du programme 102 En avril 2012, le CBCM a estimé qu il n était pas «en mesure de donner un avis favorable» sur la programmation budgétaire du BOP central du programme 102 pour les raisons suivantes : - absence de vision claire de la DGEFP concernant les restes à payer sur les contrats aidés ; - insuffisante compensation de l évolution prévisible des dépenses de guichet par une contraction des dépenses discrétionnaires : la DGEFP conteste toutefois cette approche, estimant qu en période de crise, il est difficile de revoir à la baisse des dépenses discrétionnaires visant à contrer les effets de la conjoncture économique ; 4 GPEC : Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences / EDEC : Engagements de développement de l emploi et des compétences. 5 Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d entreprise.

14 14 COUR DES COMPTES - risque de dépassement du plafond de dépenses, le financement des mesures annoncé lors du sommet social du 18 janvier 2012 supposant dès le début de l année une levée de la réserve. Dans sa réponse, le CBCM a indiqué «partager très largement, dans les domaines relevant de [sa] compétence, les observations et recommandations de la Cour». C - La gestion des crédits en cours d exercice 1 - Une mise en réserve de crédits conforme aux instructions Crédits mis en réserve (y compris le surgel) En M AE CP LFI réserve % LFI réserve % P ,99 320,2 5,9 % 5 373,48 317,3 5,9 % P ,57 264,8 6,9 % 3 907,07 268,4 6,9 % P ,30 3,28 5,2 % 80,58 4,32 5,4 % P Titre 2 - hors Titre 2 738,31 599,77 138,5 9,29 2,99 6,3 1,3 % 0,5 % 4,5 % 742,06 599,77 138,5 9,67 2,99 6,3 1,3 % 0,5 % 4,5 % Mission ,17 597,57 5,9 % ,19 599,69 5,9 % source : DGEFP et DAGEMO Conformément aux directives du ministère du budget 6, les mises en réserve de crédits à appliquer aux subventions pour charges de service public ont été minorées pour tenir compte de la part des dépenses de personnel dans les budgets des opérateurs : ces mises en réserve ont représenté entre 2,12 % de l enveloppe prévue en LFI pour le Centre Inffo à 3,41 % pour l EPIDe 7, en passant par 2,68 % pour l ASP 8 et 2,85 % pour Pôle emploi par exemple. Aucune catégorie de crédits n'a échappé à la mise en réserve, à l'exception d'ajustements sur les dépenses dites de guichet (y compris sur le programme 111). 2 - Des reports de crédits en augmentation La majoration des crédits disponibles provient essentiellement des reports de 2011 et des crédits ouverts par le décret d'avance. Les lois de 6 cf. circulaire du 21 juillet 2011 (cadre budgétaire et comptable des opérateurs de l'etat et des établissements publics nationaux pour 2012). 7 Etablissement public d insertion de la défense. 8 Agence de services et de paiement.

15 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 15 finances rectificatives de mars et août 2012 ont très peu modifié les crédits votés en loi de finances initiale, contrairement au décret d'avance de novembre. Les seules modifications apportées en LFR portaient sur une annulation de crédits à hauteur de 7,6 M en AE comme en CP. Les reports de 2011 sur 2012 se sont élevés à 486 M en AE (+ 88 % par rapport à 2011) et à 332 M en CP (+ 137 % par rapport à 2011). Ils ont principalement concerné les allocations de solidarité pour les demandeurs d emploi et l aide aux TPE. 3 - Le décret d avance du 30 novembre 2012 Les crédits supplémentaires ouverts en décret d'avance représentent des montants du même ordre de grandeur que les reports (4,8 % des autorisations d'engagement de la loi de finances initiale et 3,3 % des crédits de paiement). Compte tenu des ouvertures importantes de crédits prévues par le décret d avance, aucune disposition significative concernant la mission ne figurait dans la loi de finances rectificative de décembre. Le décret d avance a permis l ouverture de crédits destinés au financement de l enveloppe complémentaire de contrats aidés décidée au second semestre 2012 et, pour partie, des mesures annoncées lors du sommet social du 18 janvier Les 494 M d AE ouvertes par le décret d avance ont financé uniquement les contrats aidés ; en revanche, les 300 M de CP supplémentaires ont été répartis de la manière suivante : M au titre des dispositifs d indemnisation des chômeurs en fin de droits ; M au titre de diverses mesures résultant du sommet social du 18 janvier 2012 ; - 84 M au titre des enveloppes complémentaires de contrats aidés (sur les 290 M nécessaires, le solde étant couvert par une importante économie du fait du raccourcissement de la durée des contrats en a) Le financement des mesures annoncées lors du sommet social du 18 janvier 2012 Le plan de crise résultant du sommet social devait se traduire par des dépenses à hauteur de 418 M en AE et 404 M en CP avec, en particulier, un renforcement de l accompagnement des demandeurs

16 16 COUR DES COMPTES d emploi par Pôle emploi, le développement du chômage partiel et un dispositif temporaire d exonération de charges pour les TPE. Ces mesures devaient initialement être intégralement financées par redéploiement, grâce à la réduction constatée de la durée moyenne des contrats aidés et de moindres charges de compensation des exonérations de cotisations, ainsi que par le dégel des crédits mis en réserve. Aucune disposition n a donc été incluse dans la loi de finances rectificative du 14 mars 2012, ni dans celle du 16 août La direction du budget estime qu «à mi-année, la perspective de la tenue de la LFI était crédible» pour trois raisons. D une part, la réserve permettait de financer les mesures issues du sommet social (510 M pour 404 M de coût affiché). D autre part, la baisse du coût en 2012 des contrats aidés de contribuait au financement des contrats aidés supplémentaires et du renforcement des moyens de Pôle emploi. Enfin, la réduction des versements au titre des exonérations compensées à la Sécurité sociale compensait le dérapage des crédits de la mission sur les dépenses de guichet (AER, ASS). Pourtant, si certaines dépenses étaient difficilement évaluables avec précision dès janvier 2012, la Cour considère que l absence totale de budgétisation de dépenses résultant du sommet social de janvier est contestable. Au minimum, la LFR du 14 mars 2012 aurait dû prévoir les moyens correspondants sur la base des évaluations alors disponibles. Il a fallu attendre le décret d avance du 30 novembre 2012 pour compléter le financement des mesures annoncées en janvier, avec l ouverture de 106 M de crédits de paiement supplémentaires pour l accompagnement et la formation des demandeurs d emploi. b) Le financement des contrats aidés La volonté du nouveau gouvernement d allonger la durée moyenne des contrats aidés, face à l aggravation du chômage, et la surconsommation des crédits au premier semestre ont rendu nécessaire l ouverture de crédits supplémentaires destinés aux contrats aidés par le décret d avance du 30 novembre Les mesures nouvelles annoncées au deuxième semestre ont été les suivantes : - notification d une enveloppe de contrats aidés supplémentaires 10 ( CAE et CIE) en juin puis d une 9 La durée moyenne s est établie à 6,6 mois contre 7 mois en LFI. 10 Ce qui représente 413 M en AE et 144 M en CP sur 2012.

17 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 17 nouvelle enveloppe de CAE en novembre 2012 (dont pour financer la surconsommation du premier semestre) ; - anticipation au 1 er novembre 2012 de la mise en œuvre des emplois d avenir (budgétés à hauteur de sur 2012) ; - augmentation des effectifs de Pôle emploi de CDI recrutés à compter d octobre 2012 (dont la consolidation des embauches en CDD annoncées lors du sommet social de janvier 2012). L anticipation de la mise en œuvre des emplois d avenir n a eu qu un faible impact budgétaire sur l exercice C est davantage l allongement de la durée des contrats aidés existants qui a nécessité l ouverture de crédits supplémentaires. c) Un gage partiel par des annulations de crédits sur le programme 103 Les annulations de crédits (233,6 M en AE et 206,4 M en CP) résultent exclusivement de l apurement d une dette de la Sécurité sociale à l égard de l Etat, à la suite d une meilleure estimation des montants d exonérations de charges sociales à compenser, notamment en ce qui concerne l'apprentissage. Au total, sur l'année 2012, le programme 103 a supporté une charge vis-à-vis de la Sécurité sociale inférieure d'environ 420 M aux prévisions initiales (dispositifs récents tels que les microentreprises et ZRD 11 ), ainsi que la modification intervenue courant 2012 de la méthode de calcul de la compensation de l exonération de cotisations sociales sur les contrats d apprentissage. La totalité des crédits annulés par le décret d avance a été imputée sur les crédits mis en réserve, sans toutefois épuiser complètement ceuxci, puisque les crédits annulés ne représentaient que 39,7 % des AE et 35 % des CP mis en réserve avant le décret d avance. 4 - Les opérations de fin de gestion Les crédits mis en réserve ont été intégralement dégelés en fin d exercice. Pour les programmes 102 et 103, les opérations de fin de gestion ont principalement consisté à verser des avances aux opérateurs pour préserver leur trésorerie (cf. infra) et à payer aux organismes de sécurité 11 Zones de restructuration de la défense.

18 18 COUR DES COMPTES sociale les dernières factures 2012 relatives à l exonération de charges des contrats d apprentissage (150 M en AE et 231 M en CP). Les principales opérations de fin de gestion pour le programme 111 sont liées à l organisation du scrutin destiné à mesurer l audience syndicale dans les TPE. 5 - Les dépenses différées ou anticipées Aucune opération n a été différée sur En revanche, certains paiements ont été anticipés, notamment au regard des besoins de trésorerie des opérateurs. Ainsi, des avances sur les paiements de janvier ont été consenties à Pôle emploi (11 M ) et surtout à l ASP (320 M ) au titre de différents dispositifs gérés par ces opérateurs. Le programme d activité de service public 2013 de l AFPA 12 a également été anticipé (72 M ). 6 - Le recours à la fongibilité Comme les années précédentes, le dispositif de compensation au bénéfice des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) des postes vacants dus par l Etat prévoit le regroupement en LFI des crédits afférents sur le programme Handicap et dépendance de la mission Solidarité, insertion et égalité des chances. Toutefois, le niveau des vacances de postes à compenser ne peut être apprécié avec exactitude lors de la construction du projet de loi de finances, puisque les agents réintègrent les services du ministère en cours d année. On procède donc à un transfert en gestion à hauteur de la masse salariale correspondante aux vacances de poste intervenues en cours d année et non transférée en LFI. En gestion, ce transfert s opère grâce à un mouvement de fongibilité asymétrique du titre 2 vers le titre 6. Ainsi, le décret du 27 novembre 2012 a transféré 1,2 M (1,1 M en 2011) du programme 155 au programme 157. Un mouvement de fongibilité asymétrique de 1,1 M est intervenu fin décembre afin de compenser ce transfert. 12 Association pour la formation professionnelle des adultes.

19 MISSION TRAVAIL ET EMPLOI 19 II - Les grandes composantes de la dépense A - La masse salariale et la gestion des emplois (titre 2) Les dépenses de personnel de la mission sont intégralement retracées en crédits et en ETPT (équivalents temps plein travaillés) sur le programme 155, à l exception jusqu en 2012, des personnels d administration centrale de la DGEFP, rattachés à la mission Gestion des finances publiques et des ressources humaines Un plafond d emplois qui continue à baisser en 2012 Le plafond d emplois de la mission est fixé en LFI à ETPT, soit environ un cinquième des ETP des opérateurs (hors et sous plafond), dont pour Pôle emploi 14. Les économies enregistrées sur les emplois de la mission, qui sont réelles en 2012, pèsent ainsi peu en comparaison des variations touchant le plafond d ETP de Pôle emploi qui a obtenu en embauches en CDI supplémentaires pour faire face à la hausse continue du chômage. Plafond d emplois LFI 2011 Exécution 2011 Respect du plafond d emplois Plafond d emplois LFI 2012 Exécution 2012 Evolution 2012/2011 Plafond exécution En ETPT - source : DAGEMO L évolution constatée de la consommation des emplois entre 2011 et 2012 (- 195 ETPT) s explique principalement par la mise en œuvre des suppressions d emplois prévues pour 2012 au titre du non remplacement d un départ en retraite sur deux. Pour 2012, la LFI prévoyait à ce titre une suppression de 168 ETPT. L exercice 2012 s est conclu par un schéma d emplois en diminution de 173 ETP. Le taux de non remplacement des sorties pour retraite, prévu à 55 % en LFI, a atteint en réalisation 69 %. Ce résultat positif est d autant plus notable que les départs à la retraite se sont révélés moins nombreux que prévus. La LFI 2012 affichait 13 Décret d attribution du 24 mai Le plafond d emploi des opérateurs est exprimé en ETP (effectifs présents à une date donnée), alors que celui des services de l Etat est exprimé en ETPT (effectifs présents sur l année).

20 20 COUR DES COMPTES une prévision de 312 départs à la retraite. Les premières tendances connues sur l exercice confirmant un ralentissement des départs, le schéma d emplois a été actualisé (280 départs dans la programmation budgétaire initiale). Ce phénomène, qui s est confirmé en gestion, tient à la sous-exécution de la prévision pour la catégorie C, sans doute liée à l effet conjugué de la crise et de la législation relative aux retraites. Le nombre définitif de sorties pour motif de retraite s établit en 2012 à 249 ETP, soit un écart de 20 % par rapport à la LFI. Au total, entre 2010 et 2012, le plafond d emplois de la mission Travail et emploi, porté par le programme 155, a connu une baisse de 781 ETPT (- 8 %). Evolution du plafond d emplois de la mission Prévision Prévision LFI 2010 LFI 2011 LFI 2012 LFI En ETPT - source : DAGEMO 2 - Un pilotage fin de la masse salariale L exécution 2012, concernant la masse salariale, fait apparaître une quasi-saturation de la consommation des crédits. En fin d exercice, le solde disponible de masse salariale s établit, au regard des crédits ouverts, à 0,2 M hors crédits du CAS 15 Pensions (pensions civiles). montants en M Exécution 2011 LFI 2012 Source : DAGEMO Exécution 2012 des crédits du titre 2 Transferts en gestion Fongibilité Virement Transfert asymétrique P124 P195 "MDPH" Les principaux facteurs d évolution, à la hausse, de la dépense sur le titre 2 du programme 155 entre 2011 et 2012 sont : - l augmentation du taux de contribution au CAS pensions civiles qui passe de 65,39 % en 2011 à 68,59 % en 2012 ; - les mesures catégorielles (3,84 M ) ; Crédits ouverts en fin de gestion Exécution 2012 Solde 2012 hors CAS Solde 2012 CAS Titre 2 586,56 599,77 0,70-1,12-0,46-2,46 596,42 595,00 0,21 1,21 - l impact du glissement vieillesse technicité (GVT) estimé à 2,66 M en LFI 2012 ; 15 Compte d affectation spéciale.

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE

FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D AFFECTATION SPECIALE FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE MAI 2013

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

ACTION EXTERIEURE DE L ETAT

ACTION EXTERIEURE DE L ETAT MISSION ACTION EXTERIEURE DE L ETAT 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 ACTION EXTERIEURE DE L ETAT MAI 2012 MISSION ACTION EXTERIEURE DE L ETAT 3 Mission

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES

RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2013 RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES mai 2014 Mission interministérielle Relations avec les collectivités territoriales

Plus en détail

Quelles évolutions pour les ACI?

Quelles évolutions pour les ACI? Réforme de l IAE Quelles évolutions pour les ACI? Document élaboré le 23 juin 2014 GARIE 28, avenue Gustave Eiffel 33600 PESSAC Tel : 05 57 89 01 10 Fax : 05 56 36 96 84 www.iae-aquitaine.org 23 Juin 2014

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP)

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) Rappel des textes : - Articles 64, 66, 71, 104 et 105 du décret relatif à la gestion budgétaire et comptable

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR TRAVAIL ET EMPLOI

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR TRAVAIL ET EMPLOI R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 TRAVAIL ET EMPLOI NOTE EXPLICATIVE Cette annexe

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Depuis la parution de la circulaire du 23 juillet 2007, le paysage des incitations financières a fortement

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

L impact des réformes en cours sur la budgétisation des dépenses de personnel

L impact des réformes en cours sur la budgétisation des dépenses de personnel L impact des réformes en cours sur la budgétisation des dépenses de personnel Atelier régional sur le pilotage de la masse salariale Abidjan, 8 au 12 avril 2013 Bruno Imbert, Conseiller résident AFRITAC

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRÉSENTATION DU PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI Mardi 5 mars 2013, à 9 heures 30 Préfecture de l Ardèche - Salle Jean Moulin CONTACTS PRESSE : Cabinet

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 EDITORIAL Des réformes fractionnées : restons vigilants! Plusieurs chantiers sociaux sont en cours et des revirements ou modifications sont nombreux en 2015 : nouvelles contraintes

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap Fiche technique n 96 créée en avril 2013 Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap La conduite d un véhicule n est pas incompatible avec le handicap. Cependant, des aménagements sont parfois

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE

RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE Décembre 2014 2 COUR DES COMPTES SOMMAIRE PRINCIPALES CONSTATATIONS DE LA COUR DES COMPTES... 6 INTRODUCTION... 10 I - LES CONDITIONS

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 comporte différentes mesures visant notamment à développer

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT Version du 27/05/2015 à 17:07:54 PROGRAMME 338 : AUGMENTATION DE CAPITAL DE LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RCP 2011

RAPPORT ANNUEL RCP 2011 RAPPORT ANNUEL RCP 2011 Remboursement du congé de paternité Caisse des Dépôts - Direction des retraites et de la solidarité rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex 05 56 11 41 23 www.cdc.retraites.fr RETRAITES

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION MAI 2013 2 COUR DES COMPTES Mission Immigration, asile et intégration Programme 303 Immigration

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

La prime d activité INC du 16 septembre 2015

La prime d activité INC du 16 septembre 2015 La prime d activité INC du 16 septembre 2015 1 Le 3 mars 2015, lors de la présentation du plan pluriannuel contre la pauvreté et l inclusion sociale, le Premier ministre a annoncé la création au 1 er janvier

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE IMPACT de la NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE MAI 2014 Page 1 sur 26 1. Impact global Issues de l accord signé en mars 2014 et valables pour 2 ans, les nouvelles règles d Assurance chômage ont été

Plus en détail

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL LE CHOMAGE PARTIEL Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Lyon Siège social : 20,

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Direction du budget I Recueil des règles de comptabilité budgétaire de l Etat I J.O. du 25 juillet 2014

Direction du budget I Recueil des règles de comptabilité budgétaire de l Etat I J.O. du 25 juillet 2014 de l Etat 2 INTRODUCTION L article 54 du décret n 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique (GBCP) prévoit que les règles des composantes de la comptabilité publique

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi

APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi . APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi Règlement d attribution & Mode d emploi Seine-Maritime page 1 Préambule Considérant que les bénéficiaires du RMI avaient parfois besoin d être soutenus financièrement

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail