SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables"

Transcription

1 H MODULE H PROCEDURES COMPTABLES SOMMAIRE H MODULE H PROCEDURES COMPTABLES... 1 H.1 ORGANISATION COMPTABLE... 2 H.1.1 REFERENTIEL COMPTABLE... 2 H.1.2 CARACTERISTIQUES DU SYSTEME COMPTABLE... 3 H.1.3 CAS DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE DE GESTION... 5 H.1.4 PRINCIPES COMPTABLES APPLICABLES... 6 H.1.5 DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT DU SYSTEME... 8 H.1.6 SUPPORTS COMPTABLES... 9 H.1.7 PERSONNEL COMPTABLE H.2 CODIFICATIONS COMPTABLES H.2.1 DOSSIERS COMPTABLES H.2.2 REGISTRES COMPTABLES H.2.3 COMPTES GENERAUX H.2.4 CODIFICATIONS AUXILIAIRES H.2.5 CODIFICATIONS ANALYTIQUES H.2.6 CODIFICATIONS BUDGETAIRES H.2.7 CODIFICATIONS FINANCIERES H.2.8 CODIFICATIONS GEOGRAPHIQUES H.3 SCHEMAS COMPTABLES H.3.1 OPERATIONS SUR RESSOURCES PROPRES DE L AGENCE H.3.2 OPERATIONS DE PROJETS CONFIES H.3.3 OPERATIONS DE FIN D EXERCICE H.3.4 MOUVEMENTS DE FONDS H.4 CONSERVATION DES DOCUMENTS H.4.1 NATURE DES DOCUMENTS H.4.2 DELAIS DE CONSERVATION H.4.3 MODALITES DE CLASSEMENT ET D ARCHIVAGE H.4.4 OUTILS DE CLASSEMENT ET D ARCHIVAGE H.4.5 PLAN D ARCHIVAGE H.5 TRAVAUX DE FIN D EXERCICE H.5.1 EDITIONS PERIODIQUES H.5.2 ANALYSE ET JUSTIFICATION DES COMPTES H.5.3 ECRITURES DE REGULARISATION H.6 ETATS FINANCIERS H.6.1 ETATS FINANCIERS DE L AGENCE H.6.2 ETATS FINANCIERS DE PROJETS EXECUTES H.7 ANNEXES DU MODULE Procédures Comptables 1

2 H.1 ORGANISATION COMPTABLE H.1.1 REFERENTIEL COMPTABLE La comptabilité de l Agence est tenue selon les règles du plan comptable applicable dans le pays siège de l Agence : c est le référentiel comptable. Ce référentiel est adapté au secteur d activité de l Agence et à la normalisation comptable internationale. Exemples de référentiels comptables : SYSCOA, Système Comptable de l OHADA, etc. Procédures Comptables 2

3 H.1.2 CARACTERISTIQUES DU SYSTEME COMPTABLE Le rôle du système comptable est la gestion des flux financiers de l'agence. Il enregistre les flux financiers, les classe et, périodiquement, en fait la synthèse sous forme de tableaux qu'il présente aux responsables et aux partenaires de l'agence pour les renseigner sur les résultats des activités exécutées et leur permettre de prendre les décisions qui conviennent. Observer, analyser, enregistrer, classer et renseigner, c'est le rôle du système comptable et l'objet de la fonction comptable. En particulier, la fonction comptable permet de : fournir aux périodes convenues les situations financières requises, répondre aux obligations comptables, fiscales et sociales de l'agence. Le système comptable doit être un instrument utilisé par les gestionnaires de l'agence pour les aider à planifier, contrôler et évaluer l exécution et les résultats des opérations. Pour assurer une information fiable sur ses activités, l Agence tient : une comptabilité générale et auxiliaire axée sur l'enregistrement et le traitement des flux principalement externes permettant de produire les états financiers obligatoires prévus par le SYSCOA ; une comptabilité analytique comportant l'imputation des transactions selon le découpage analytique de ses activités (projets, composantes, sites géographiques, etc.), leur traitement et la production des états analytiques d'activité ; une comptabilité budgétaire pour l'inscription des crédits budgétaires, l'engagement des dépenses, le suivi, la révision des crédits; et la production des états budgétaires ; une comptabilité financière traitant des opérations de mobilisation, de justification et de suivi des fonds reçus dans le cadre des conventions de financement ; une comptabilité des marchés permettant de suivre l'exécution des engagements (bons de commande, contrat) pris par l Agence dans le cadre de l'acquisition des biens et services pour elle-même ou pour ses mandants (facultatif). La comptabilité de l'agence est tenue au moyen d'un progiciel de gestion comptable et financière comportant au moins les modules intégrés (ou interfacés) ci-après : un module de comptabilité générale et auxiliaire, un module de comptabilité analytique un module de suivi budgétaire, un module de suivi des marchés, un module de suivi des conventions financières, un module de suivi des immobilisations. Il doit offrir les possibilités de gestion simultanée de plusieurs dossiers comptables et leur consolidation. Chaque progiciel répond, au moins, aux sept (7) conditions suivantes : tout enregistrement comptable comporte l'indication de l'origine du journal, du contenu et de l'imputation de l'opération ; l'irréversibilité des traitements effectués (validation des écritures saisies) interdit toute suppression, addition ou modification ultérieures ; la chronologie des opérations écarte toute possibilité d'insertion intercalaire ou d'addition ultérieure ; les enregistrements sont classés dans l'ordre chronologique selon la date de valeur comptable des opérations ; les données enregistrées sont conservées sur des supports indélébiles ; l'organisation comptable informatisée garantit les contrôles a posteriori ; les éditions du système sont datées et numérotées. Procédures Comptables 3

4 Le schéma général du système se présente comme suit : Supports SCHEMA GENERAL DU SYSTEME COMPTABLE PIECES COMPTABLES LIVRES COMPTABLES ETATS FINANCIERS VERIFICATIONS Budgets Traitements manuels et automatisés Journaux et grand-livre des budgets DRF-SOE, DRF-REC, DRF-PMD Vérifications des auditeurs Alimentation des comptes bancaires Traitements manuels et automatisés Journaux et grand-livre bancaires ETATS FINANCIERS DES PROJETS EXECUTES Vérifications des corps de contrôle de l'etat et des Bailleurs de fonds Engagements de dépenses Traitements manuels et automatisés Journaux des achats, opérations diverses,jpmd et grand-livre des comptes de tiers Paiements des engagements Traitements manuels et automatisés Journaux, grand-livre bancaires et comptes de tiers ETATS FINANCIERS DE L'Agence Vérifications des commissaires aux comptes (cas des SA) Moyens dossiers comptables, plans comptables,etc. logiciels comptables et financiers journaux comptables et codifications Procédures Comptables 4

5 H.1.3 CAS DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE DE GESTION Chaque Agence est encouragée à développer et à mettre en place une comptabilité analytique de gestion (CAGE). Bien que d énormes efforts soient nécessaires pour mettre en œuvre une CAGE opérationnelle, elle reste dans certains cas, une conditionnalité. La CAGE doit permettre de répondre à l interrogation suivante : «quel sera le taux de participation aux frais que l'agence est en droit de demander pour espérer couvrir l'ensemble de ses charges?» Le système de CAGE devra être simple et fiable. En particulier, la CAGE doit permettre de : 1. connaître le coût des prestations d'une convention de financement 2. connaître le coût de gestion de chaque projet réalisé dans le cadre d'une convention de financement 3. combien coûtent à l'agence, les catégories de travaux (projets de réhabilitation, projets de constructions neuves, projets de travaux de drainage, etc...) 4. les taux de prestations facturés aux maîtres d'ouvrages sont-ils en rapport avec les charges occasionnées par la gestion des projets de la MOD? La méthode, en ce cas, la plus appropriée est la méthode des coûts complets. La procédure paracomptable est plus indiquée car elle ne nécessite pas une écriture en partie double mais elle utilise directement les mêmes renseignements en comptabilité générale. Cela suppose que le logiciel comptable propose une codification analytique complémentaire aux comptes généraux : codification des conventions de maîtrise d'ouvrage déléguée, codification des établissements de l'agence y compris le siège, codification des sous-projets et des catégories de sous-projets. 1. Procédures : les pièces comptables comprendront l'imputation générale et l'imputation analytique de sorte que la saisie se fasse en une seule fois ; l'imputation analytique comporte un code d'affectation à une convention ou un code d'imputation à des charges indirectes ; les charges indirectes seront ensuite réparties aux conventions suivant les clés de répartition associées aux comptes généraux concernés ; ce calcul sera lancé au moyen d'un menu de commandes intégrées au logiciel ; le calcul pouvant être fait à tout moment, il importe que le problème des charges globales annuelles soit traité afin d'obtenir des résultats pertinents : loyers, primes d'assurances, amortissements, consommables comptabilisées globalement, dépenses de services annuels. 2. Comment résoudre le problème des charges globales? La solution la plus appropriée est celle de l'abonnement des charges. L'abonnement des charges consiste à incorporer aux coûts calculés périodiquement la quotité de ces charges qui revient à la période : pour les charges dont le montant est connu au début de l'exercice, il suffira de comptabiliser chaque mois, un douzième de ce montant ; pour les autres charges dont le montant n'est pas connu au début de l'exercice, il faut : o d'abord, faire une estimation du montant à payer sur la base de l'exercice précédent ; o ensuite, comptabiliser chaque mois, un douzième de ce montant prévisionnel ; o dès que le montant réel est connu, on régularise les écarts. Procédures Comptables 5

6 H.1.4 PRINCIPES COMPTABLES APPLICABLES Chaque système comptable observe tout au moins les principes comptables suivants : le principe de spécialisation des exercices comptables le principe de continuité d'exploitation le principe du coût historique le principe de prudence le principe de permanence des méthodes le principe de transparence le principe d'importance significative le principe de correspondance bilan d'ouverture /bilan de clôture le principe de la prééminence de la réalité sur l'apparence. H SPECIALISATION DES EXERCICES COMPTABLES Ce principe dispose qu il faut rattacher à chaque exercice budgétaire l ensemble des produits et des charges relevant de cet exercice et cela même si certaines de ces recettes ou dépenses ne sont pas encore encaissées ou réglées lors de la clôture de l exercice. L application de ce principe conduit, par exemple, à : répartir l amortissement des biens durables en tranches annuelles ; inscrire, dans les charges de l exercice, les charges et les pertes probables ; répartir à la clôture de l exercice les charges et les produits constatés d avance ; inscrire dans le résultat de l exercice les produits à recevoir et les charges à payer. H CONTINUITE DE L EXPLOITATION Ce principe repose sur le fait que l entreprise est considérée comme étant en activité et devant continuer à l être dans un futur raisonnablement prévisible. La définition du plan d amortissement des biens durables découle de l application de ce principe. H COUT HISTORIQUE La comptabilité est tenue suivant le principe du coût ce qui signifie que les biens sont pris en comptabilité à leur date d'entrée dans le patrimoine et à leur coût d'acquisition exprimés en unités monétaires courantes. Les biens de l Agence sont ainsi comptabilisés à leur coût historique d acquisition qui est composé du prix d achat augmentés des frais accessoires d achat. H PRUDENCE Le principe de prudence doit conduire les responsables et gestionnaires à l appréciation raisonnable des conséquences prévisibles des événements et des opérations marquant la vie de la structure. Ce principe vise à éviter de transférer sur les exercices ultérieurs des risques nés durant un exercice donnés et susceptibles d entraîner des pertes futures (par exemple on provisionnera dès l année en cours les dommages et intérêts que l Agence pourrait être amenée à payer à la suite d un accident de la circulation dont l un de ses chauffeurs serait responsable). La comptabilisation des écarts de change à la clôture de l exercice est également une illustration de ce principe. Procédures Comptables 6

7 H PERMANENCE DES METHODES La permanence des méthodes est le principe selon lequel les états financiers doivent être préparés, présentés et évalués selon les mêmes formes et les mêmes méthodes d un exercice à l autre. La méthode de comptabilisation utilisée (la comptabilité d'engagements) est une application de ce principe. En effet, les transactions sont constatées au moment de leur engagement au cours de chaque exercice et non pas au moment de leur décaissement ou encaissement. Les changements de méthodes sont fortement déconseillés. Tout changement éventuel doit être justifié et approuvé avant d être mis en oeuvre. H TRANSPARENCE Le principe de transparence exige la présentation d une information loyale, complète et claire des états financiers de l Agence. Il correspond à l application correcte et permanente de l ensemble des règles et principes comptables énoncés. H IMPORTANCE SIGNIFICATIVE La prise en compte de ce principe conduit à faire figurer dans les états financiers tous les éléments susceptibles d avoir une influence sur le patrimoine, la situation financière et les résultats de l Agence. Ce principe vise à donner aux destinataires des états financiers une information complète et suffisante leur permettant de porter un jugement objectif et motivé sur la situation exacte de l Agence. H CORRESPONDANCE DES BILANS Selon ce principe, les soldes d ouverture du bilan de l exercice N+1 sont identiques aux soldes de clôture de l exercice N. H PREEMINENCE DE LA REALITE SUR L APPARENCE Ce principe revient à donner dans les états financiers la priorité à la réalité économique sur la forme ou l apparence juridique. Son application conduit à inscrire à l actif des bilans de l Agence la valeur des biens mis à sa disposition comme s ils lui appartenaient alors qu elle n en est juridiquement pas le véritable propriétaire. Procédures Comptables 7

8 H.1.5 DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT DU SYSTEME Le système de comptabilité de l Agence est l une des composantes de son système général de gestion intégrée qui comprend le suivi financier mais aussi le suivi physique des activités exécutées. Ce système général repose sur les principes suivants : toute information d ordre comptable ou physique n est saisie qu en une seule fois à partir d une seule et même pièce justificative ; les imputations sont faites selon un système multicritères (budgétaire, engagements, comptes généraux et auxiliaires, financier, analytique) ; toutes les éditions sont possibles dès le traitement consécutif à la validation des saisies. H RECEPTION DES PIECES JUSTIFICATIVES Lors de la réception du courrier externe par la STR, les pièces justificatives de nature comptable reçoivent les références de réception (date, n d ordre) puis sont enregistrées dans un registre particulier puis transmises au CPT après visa du DG et du DAF. Les pièces internes sont transmises directement par le service émetteur au CPT pour traitement. H IMPUTATION DES PIECES Aux pièces justificatives sont jointes des fiches d imputation permettant d apposer les mentions des codifications antérieurement préparées. Les pièces sont traitées par le CPT par dossier comptable ouvert. Elles sont imputées, saisies, traitées et classées. Chaque pièce comptable est imputée selon le dossier, le journal, les comptes généraux et auxiliaires éventuellement, les comptes budgétaires, les codes analytiques et financiers. Les imputations sont approuvées par le DAF (ou un chef comptable) soit a priori, soit a posteriori selon les difficultés comptables que les pièces comportent. L approbation est matérialisée par un visa apposé dans la fiche d imputation. H SAISIE DES PIECES JUSTIFICATIVES Les pièces imputées sont saisies au jour le jour par l ASF et/ou le CPT dans le module correspondant du progiciel. L opération de saisie est matérialisée dans la fiche d écriture afin d éliminer les risques de double saisie. Les saisies donnent lieu à l édition de brouillards d écritures qui sont approuvés par le CPT avant la validation. L approbation de l écriture est matérialisée dans le brouillard d écritures par l apposition d un visa ou d un cachet de contrôle. H TRAITEMENT DES ECRITURES Le progiciel traite instantanément les écritures saisies selon les processus propres à chaque module. Les opérations sont traitées dans la monnaie locale et dans les devises utilisées. H EDITION DES ETATS A l issue des traitements tous les états sont imprimables (balances, grands livres, journaux, états financiers formalisés). Ces éditions sont soumises au visa du DAF pour certifier leur conformité aux écritures. Les comptes sont analysés et les soldes sont justifiés par le CPT. Procédures Comptables 8

9 H.1.6 SUPPORTS COMPTABLES Les pièces justificatives constituent la preuve des opérations financières et donc des enregistrements comptables qui en découlent. Elles servent à établir la vérité des comptes lors des audits mais aussi dans les contentieux, les litiges et les procès à caractère commercial. Les enregistrements comptables indiquent dans les livres comptables la nature et les références des pièces justificatives. La durée de conservation recommandée pour les pièces justificatives ordinaires est de 10 ans. Les pièces justificatives accompagnent les livres comptables. On dénombre trois catégories de pièces justificatives : (i) les pièces émanant des tiers, (ii) les pièces internes et, (iii) les imprimés comptables. H PIECES JUSTIFICATIVES EMANANT DES TIERS Les pièces justificatives émanant des tiers comprennent, par exemple : les décomptes des entreprises et maîtres d'œuvres, les factures des fournisseurs, des assureurs, les factures de consommation d'eau, d'électricité, de télécommunications, les avis et bordereaux de banque. Les pièces externes doivent rappeler, dans la plupart des situations, les références des transactions auxquelles elles se rapportent pour être prises en considération (marché, contrat, commande, abonnement, etc...). Les pièces externes sont toujours des originaux et il en va de même des justificatifs qui peuvent les accompagner. Les photocopies (non légalisées) de pièces justificatives sont prohibées et peuvent tout au plus servir à constituer des copies de dossiers comptables. H PIECES JUSTIFICATIVES INTERNES Les pièces justificatives internes sont revêtues des visas prévus pour avoir force probante ; elles comprennent, par exemple : les bulletins de paie, les reçus, chèques et ordre de virement, les contrats et bons de commande initiés par l Agence, les relevés de frais, états de paiement, états de rapprochement. H IMPRIMES COMPTABLES Une liste des imprimés ayant une utilisation comptable doit être dressée en mentionnant les références de normalisation pour éviter les confusions de documents. Un exemple d une liste de ce type est donné ci-après : Nature de l'imprimé Référence Date d entrée en vigueur Fiche d'imputation comptable FIC Bon de commande BDC Pièce de caisse PIC Etat de rapprochement bancaire ERB Etat de rapprochement de compte spécial ERC Etat de salaires ESA Bulletin de paie BUP Ordre de virement de banque OVB Demande de retrait de fonds DRF Fiche d'élaboration budgétaire FEB Procédures Comptables 9

10 H REGISTRES OU EDITIONS COMPTABLES L Agence tient les livres comptables suivants : Le livre-journal, Le grand-livre, La balance générale des comptes, Le livre d'inventaire, Le livre de paie. Le livre-journal, le livre d'inventaire et le livre de paie sont cotés, paraphés par l'autorité judiciaire compétente (Tribunal de commerce et Inspection du travail). Ils sont tenus sans blancs (si manuels) ni altération d'aucune sorte. Les corrections dans les livres comptables sont effectuées par contre-passation ou en négatif des éléments erronés. Les livres comptables sont conservés pendant au moins dix (10) ans. Pour faciliter l'établissement du livre journal, les journaux auxiliaires suivants sont ouverts : Journaux de banques Journaux de caisses Journaux des achats Journaux de paie Journaux des opérations diverses Journaux des DRF. Il en est de même du grand-livre des comptes généraux de tiers dont la tenue peut être facilitée par la tenue des comptes auxiliaires des : Fournisseurs ordinaires Fournisseurs d'investissements Clients Personnel Maîtres d'ouvrages Bureaux d'études (maîtres d'œuvre) Entreprises Bien qu'il ne soit pas légalement obligatoire, le registre des immobilisations qui concerne les biens durables (ou immobilisations corporelles) est tenu pour permettre d'identifier et de localiser ces biens. Lors de la saisie comptable des factures d achat de biens durables, les comptes d immobilisations sont mouvementés. Cette opération se traduit par la création d une fiche d immobilisation reprenant les renseignements suivants : Numéro du compte Numéro d identification de l immobilisation Valeur Date d acquisition Fournisseur Localisation Financement Composante Poste budgétaire Taux d amortissement. L'ASA prépare une étiquette portant le code d'identification de l immobilisation pour l'apposer sur le bien concerné. Au 31 Décembre de chaque année, un inventaire des immobilisations est recoupé avec le fichier d'immobilisations. Procédures Comptables 10

11 H.1.7 PERSONNEL COMPTABLE Dans l'organigramme type présenté au module A, le personnel affecté aux tâches comptables de l Agence se compose : du DAF, du CPT, de l ASF. Les tâches générales de ce personnel sont détaillées dans le module susvisé. Sur le plan comptable, la répartition des tâches du personnel peut être résumée comme suit : le DAF assure la supervision et la coordination des tâches du personnel comptable ; le CPT assure les imputations comptables, le contrôle, l analyse et la justification des comptes ; l ASF assure les saisies d écritures et participe à la justification des comptes. Cet effectif peut être renforcé avec la création d un poste de chef comptable lorsque l Agence le volume d activités le justifie. Procédures Comptables 11

12 H.2 CODIFICATIONS COMPTABLES Le personnel comptable utilise les tables de codifications comptables pour analyser, imputer, saisir et traiter les opérations de l Agence. Les principales tables comprennent : la liste des dossiers comptables, la liste des journaux comptables, la liste des comptes généraux, la liste des codifications auxiliaires, le plan comptable analytique, la liste des comptes financiers, la liste des comptes budgétaires, la liste des codifications géographiques des opérations. Pour chacune des tables susvisées, il est créé une codification comportant un code de caractères alphanumériques et un libellé associé. Ces listes sont mises à jour au fur et à mesure des besoins de codifications. Pour chaque activité confiée à l Agence, le CPT crée un dossier comptable dans lequel sont traitées les opérations relevant de cette activité. Les journaux comptables, les comptes généraux et auxiliaires, les comptes analytiques, les comptes financiers, les comptes budgétaires et les codifications géographiques sont mises à jour si la nouvelle activité le justifie. La liste des codifications comptables figurera dans les annexes du manuel de chaque Agence. H.2.1 DOSSIERS COMPTABLES Les dossiers comptables sont codifiés au moyen de caractères alphanumériques, par exemple : le code 00 est réservé à la consolidation de tous les dossiers comptables. le code 01 est réservé au dossier comptable de l Agence. les codes 02 à 99 sont réservés aux dossiers des projets exécutés. H.2.2 REGISTRES COMPTABLES Les codifications des registres comptables comportent des caractères alphanumériques. Il est créé un code par journal comptable. H.2.3 COMPTES GENERAUX Les codifications des comptes généraux sont conformes aux dispositions du référentiel comptable applicable. Chaque compte général comprend au moins : Le code de la classe de comptes ; Le code du chapitre du compte ; Les codes de subdivisions du chapitre de comptes ; Le code le compte de mouvement. H.2.4 CODIFICATIONS AUXILIAIRES A certains comptes de tiers sont associés des codes auxiliaires permettant d individualiser les opérations traitées avec eux. Les comptes généraux qui font l objet d un suivi auxiliaire sont repérés par la mention d une référence représentant la catégorie de tiers. Quelques exemples figurent ci-après : F, pour Fournisseurs, Procédures Comptables 12

13 C, pour Clients, P, pour Personnel, T, autres Tiers, S, pour Sources de financement, E, pour Entreprises, Chaque code auxiliaire peut reprendre la référence correspondant à la catégorie de tiers suivie de caractères numériques. Exemples : F001 pour le premier fournisseur, P010 pour le 10ème employé. H.2.5 CODIFICATIONS ANALYTIQUES Chaque activité à exécuter est décrite. Les activités sont codifiées au moyen de caractères alphanumériques comprenant la référence du projet, du sous-projet, etc. H.2.6 CODIFICATIONS BUDGETAIRES Le plan budgétaire comporte des postes budgétaires alphanumériques représentant au moins ; la section budgétaire (Investissement ou Fonctionnement) ; le chapitre budgétaire ; le poste budgétaire. H.2.7 CODIFICATIONS FINANCIERES Les codifications financières comprennent au moins : le code du PTF ; le code de la convention de financement ; le code de la ligne de financement dans la convention. H.2.8 CODIFICATIONS GEOGRAPHIQUES Les codifications géographiques comprennent au moins : le code de la localité ; le code de la subdivision de la localité. Procédures Comptables 13

14 H.3 SCHEMAS COMPTABLES H.3.1 OPERATIONS SUR RESSOURCES PROPRES DE L AGENCE H ACHATS Le CPT impute la facture selon le schéma ci-après : Immobilisations, stocks ou charges Cpte auxiliaire "Fournisseurs, net à payer" Cpte auxiliaire "Fournisseur, retenues de garantie" L'écriture est passée dans le journal des achats sur fonds propres. L'ASF classe les pièces dans le classeur des pièces d'achat H REMUNERATION DE L AGENCE (cas ADETIP) Présentation du décompte Registre à utiliser : JOURNAL DES OPERATIONS DIVERSES Dépenses (47321 Opérations ou sous-projet) Produit (706xx Rémunération de la MOD) Encaissement du décompte Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE DE L AGENCE Trésorerie (52112 BCI ADETIP) 585xx (Virement de fonds) ET (voir page suivante opération connexe) : Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE DU COMPTE SPECIAL DU PROJET 585xx (Virement de fonds) Trésorerie (cpte BCI CPTE SPECIAL) H COMPTABILISATION DES SALAIRES La réglementation prévoit le paiement des salaires après retenue à la source au titre de : l'assurance vieillesse (x% du salaire brut plafonné à xxx /mois). l'impôt sur les traitements et salaires (selon le barème). L'employeur participe aux cotisations sociales pour xx%. Pour le paiement des salaires, il convient de préparer les états de salaires les faire approuver préparer les règlements enregistrer en comptabilité les dépenses (net, retenue et charges sociales, retenues fiscales). Procédures Comptables 14

15 A partir du fichier personnel et du registre des absences, et éventuellement de l échéancier de remboursement des avances et des prêts consentis au personnel, l ASA prépare l état de salaire au moyen d'un logiciel de paie ou d'un tableur EXCEL (édition des bulletins et de l'état récapitulatif des salaires). Les états de salaires sont édités en autant d'exemplaires que nécessaire. Les chèques et les états de virement sont établis par l ASF au vu de l état de salaires. L'ensemble de ces documents est soumis à la signature du DG. Trois exemplaires de ces états sont transmis au CPT pour la comptabilisation des salaires nets, de la retenue sociale et des retenues fiscales. En effet, les salaires sont payés immédiatement alors que les charges sociales sont payées selon un échéancier fixé par les caisses concernées. Les dépenses de charges sociales ne peuvent donc pas être inclues dans les DRF tant que leur montant n a pas été débité sur le compte bancaire. La paie doit être centralisée. A cet effet, le CPT agrafe à chaque exemplaire conservé une fiche d imputation comptable pour la comptabilisation (i) des salaires nets, (ii) des retenues et des charges sociales et, (iii) des retenues fiscales. Le schéma comptable est le suivant : Charge xx Rémunérations directes versées au personnel national Charge xx Indemnités forfaitaires versées au personnel Tiers Personnel ; rémunérations dues Tiers auxiliaire xx P Personnel ; avances, acomptes Schéma d'imputation des retenues et charges sociales Charge xx Rémunérations directes versées au personnel national Charge Charges sociales sur rémunération du personnel national Tiers Prestations familiales Tiers Accidents du travail Tiers Caisse de retraite Schéma d'imputation des retenues fiscales Charge xx Rémunérations directes versées au personnel national Tiers Impôts sur les traitements et salaires Tiers Contribution patriotique L'ASF enregistre ces opérations dans le journal des opérations diverses JOPD à l'occasion de la centralisation de la paie et classe les pièces dans le classeur des opérations diverses. Registre à utiliser : JOURNAL DE PAIE 66xxx (Frais de personnel) Tiers xxx (rémunérations dues, avances) Tiers xxx (retenues et cotisations sociales) Tiers xxx (retenues fiscales) Pour le paiement des salaires il est rappelé que les salaires sont payables en espèces, par chèque ou par virement bancaire. Les salariés payés en espèces se présentent chez l'aaf pour encaisser leur paie. Pour le personnel payé par chèque, l ASD remet à chaque agent son chèque de paiement après avoir pris copie. Procédures Comptables 15

16 Pour le personnel payé par virement bancaire, l ASD établit une lettre d'ordre de virement signée par le DG et le DAF et adressée à la banque qui tient le compte sur lequel les sommes sont payées en indiquant le nom, le numéro du compte, la domiciliation, le montant à percevoir de chaque agent. Un exemplaire de cette lettre est classé au Secrétariat du DG. Le CPT agrafe chaque exemplaire du bulletin de salaire et une copie du chèque ou de la lettre de virement correspondant avec une fiche d imputation comptable. Les schémas d'imputations se présentent comme suit : Paiement en espèces des salaires Tiers Personnel ; rémunérations dues Trésorerie Caisse de menues dépenses Paiement par chèque ou par virement des salaires Tiers Personnel ; rémunérations dues Trésorerie xx banque locale Les opérations sont enregistrées dans le journal de trésorerie approprié CAI1, Bxx. Les pièces sont classées dans le classeur correspondant (caisse ou banque). Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE ou JOURNAL DE CAISSE Tiersxxx (Rémunérations dues au personnel) Tiersxx (Banque X) Tiersxx (Caisse X) Le versement des retenues à la source s opère selon le schéma suivant : Paiement par chèque des retenues et charges sociales Tiers Prestations familiales Tiers Accidents du travail Tiers Caisse de retraite Trésorerie xx banque locale Paiement par chèque des retenues fiscales Tiers Impôts sur les traitements et salaires Tiers autres retenues fiscales Trésorerie xx banque locale Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE Tiers xxx (retenues et cotisations sociales) Tiersxxx (retenues fiscales) Trésorerie xx (Banque X) Procédures Comptables 16

17 H.3.2 OPERATIONS DE PROJETS CONFIES H AVANCES DES PTF Réception des avances Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE Trésorerie (compte spécial) ou Trésorerie (compte de projet) Trésorerie (compte don japonais) Financement S (Avances de fonds bailleur X) Justification des avances Registre à utiliser : JOURNAL DES DRF (JDRF) Financement S (Avances de fonds bailleur X) Tiers S (Mémoire de reconstitution bailleur X) H OPERATIONS (ORDINAIRES) DE FONCTIONNEMENT Comptabilisation des factures - fournisseurs Registre à utiliser : JOURNAL DES ACHATS (ACH1-locaux ou ACH2-devises) Dépenses (Investissements) (avec suivi analytique) OU Tiers (Fonctionnement) (avec suivi analytique) Tiers E (Entrepreneurs, net à payer) Comptabilisation du paiement des factures - fournisseurs Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE (BCI1, BCI2 ou BND1) Imputation Compte Tiers E (Entrepreneurs, net à payer) (compte spécial) OU (compte de projet) (compte don japonais) H OPERATIONS (DE SOUS-PROJETS) D INVESTISSEMENT Avances de démarrage aux entreprises Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE (BCI1, BCI2 ou BND1) Imputation Décomptes des entreprises Compte Tiers E (Avances sur marchés) (compte spécial) OU (compte de projet) (compte don japonais) Procédures Comptables 17

18 Registre à utiliser : JOURNAL DES ACHATS (ACH1-locaux) Imputation Compte Dépenses (montants bruts des décomptes) avec suivi analytique Tiers E (montant net à payer) Tiers E (montant des retenues de garantie Tiers E (montant des avances remboursées) Paiement des décomptes Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE (BCI1, BCI2 ou BND1 Imputation Compte Tiers E (montant net à payer) (compte spécial) OU (compte de projet) (compte don japonais Libération des retenues de garantie Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE (BCI1, BCI2 ou BND1) Imputation H PRESENTATION DES DRF AUX PTF Compte Tiers E (montant de la retenue de garantie prélevée) (compte spécial) OU (compte de projet) (compte don japonais Reconstitution des comptes spéciaux Registre à utiliser : JOURNAL DES DRF (JDRF) Imputation Compte Tiers S (montant de la DRF) Financement S (montant de DRF pour reconstitution du CS) Paiement direct aux entreprises Registre à utiliser : JOURNAL DES DRF (JDRF) Imputation Compte Tiers S (montant de la DRF) Financement S (montant de DRF pour paiement direct H PAIEMENT DES DRF PAR LES PTF Reconstitution des comptes spéciaux Registre à utiliser : JOURNAL DE BANQUE Procédures Comptables 18

19 Imputation Compte (compte spécial) OU (compte de projet) (compte don japonais) Tiers S (montant du DRF réglé) Paiement direct aux entreprises Registre à utiliser : JOURNAL DES PDM (JDPD) Imputation Compte Tiers E (Entrepreneurs, net à payer) Tiers S (montant du DRF réglé) H RECEPTION DES TRAVAUX Lorsque l'opération ou le sous-projet est réceptionné le schéma de l'écriture de régularisation se présente comme suit : Dépenses "Opérations ou sous-projets réceptionnés" Dépenses "Opérations ou sous-projets non réceptionnés Registre à utiliser : JOURNAL DES OPERATIONS DIVERSES Dépenses (sous projets réceptionnés) Dépenses (sous projets en cours) H REMISE DES SOUS-PROJETS AU MAITRE D OUVRAGE La remise d'ouvrage au maître d'ouvrage se traduit dans les écritures comme suit : Financement S "Reconstitution des comptes spéciaux Financement S "Paiement directs" Dépenses "Opérations ou sous-projets réceptionnés" Pour solde. Registre à utiliser : JOURNAL DES OPERATIONS DIVERSES Financement compte de reconstitution SOE Financement compte de reconstitution Etat Récapitulatif Financement compte de paiements directs Dépenses (sous projets ou opérations) Procédures Comptables 19

20 H.3.3 OPERATIONS DE FIN D EXERCICE H AMORTISSEMENTS ET PROVISIONS Les amortissements Registre à utiliser : JOURNAL DES OPERATIONS DIVERSES Imputation Compte 68xxx (comptes de dotation aux amortissements) 28xxx (cpte d'amortissements des immobilisations) Les provisions Registre à utiliser : JOURNAL DES OPERATIONS DIVERSES Imputation Compte 69xxx (cptes de dotation aux provisions) 29xxx (cpte provision pour dépréciation des immobilisations) 49xxx (cpte provision pour dépréciation des tiers) Constatation des subventions octroyées à l Agence par les projets Registre à utiliser : JOURNAL DES OPERATIONS DIVERSES Tiers compte de reconstitution SOE Tiers compte de reconstitution Etat Récapitulatif Tiers compte de paiements directs 14xxx (Subventions d'investissement bailleur X) et/ou 71xxx (Subvention de fonctionnement) du montant des dépenses de l'agence financées par le projet Dépenses non encore présentées aux bailleurs Registre à utiliser : JOURNAL DES OPERATIONS DIVERSES Tiers (Mémoire à établir bailleur X) Financement (Compte de financement à recevoir) 14xxx (Subventions d'investissement bailleur X) et/ou 71xxx (Subvention de fonctionnement) Cette écriture est contrepassée à l'ouverture de l'exercice suivant. H CONTRIBUTIONS DU GOUVERNEMENT SOUS FORME D EXONERATIONS Registre à utiliser : JOURNAL DES OPERATIONS DIVERSES Imputation Compte 2, 3, 6 ou 8 (comptes de dépenses) compte 1411x : "exonération fiscales et douanières" Comptabilisation du montant des droits et des taxes non payés. Pièce justificative de l'opération : fiche de décompte de contribution de l'etat Procédures Comptables 20

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

THEME 5 : L ORGANISATION DU TRAVAIL COMPTABLE ET LES SOURCES LEGALES ET REGLEMENTAIRES DE L ORGANISATION COMPTABLE

THEME 5 : L ORGANISATION DU TRAVAIL COMPTABLE ET LES SOURCES LEGALES ET REGLEMENTAIRES DE L ORGANISATION COMPTABLE UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013 2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 5 : L ORGANISATION DU TRAVAIL COMPTABLE ET LES SOURCES LEGALES ET REGLEMENTAIRES

Plus en détail

Module 1 : Comptabilité Générale

Module 1 : Comptabilité Générale Module 1 : Comptabilité Générale - Découvrir le bilan, le compte de résultat et l'organisation comptable. - Utiliser le plan comptable général et déterminer l'imputation comptable. - Comptabiliser des

Plus en détail

SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2

SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2 SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2 G.2 GESTION DES COMPTES BANCAIRES ORDINAIRES... 3 G.2.1 Retrait du compte bancaire... 4 G.2.2 Contrôle du compte bancaire... 5 G.2.3 Déroulement du rapprochement

Plus en détail

Construisons ensemble votre solution informatique

Construisons ensemble votre solution informatique TOMPRO Qu est ce que TOMPRO? TOMPRO est un progiciel intégré de gestion financière et comptable dédié aux programmes et projets. Grâce à une large batterie de modules interdépendants, TOMPRO fournit toutes

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT)

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) OUTIL PRATIQUE/ FI3.O2 210 MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) de contrôle interne Les procédures de contrôle ont pour rôle d'indiquer la démarche à suivre et les programmes d'opérations à respecter. C'est

Plus en détail

Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR: SOCU0412535A Le ministre de l'emploi, du travail et de la cohésion

Plus en détail

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre A - Notion sur la tenue des livres : 1) Notions Générales : La tenue des livres consiste à inscrire sur des registres comptables les différentes

Plus en détail

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Dahir n 1-92-138 (30 joumada II 1413) portant promulgation de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants (B.O. 30 décembre

Plus en détail

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les travaux en cours (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections SYSTEME COMPTABLE OHADA 361 Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). c) Durant l'exercice, l'entreprise n'a ni acquis ni revendu d'équipements pour des montants significatifs,

Plus en détail

Les bases du modèle comptable

Les bases du modèle comptable Les bases du modèle comptable C H A P I T R E 25 16 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE Le respect de la normalisation comptable va permettre : une comparaison dans l espace et dans le temps entre entreprises ;

Plus en détail

LIASSE FISCALE GESTION DE LA PAIE

LIASSE FISCALE GESTION DE LA PAIE LIASSE FISCALE SAGE EBP B-E-D GESTION DE LA PAIE COMPTABILITE Acciale Formation 119, avenue Charles de Gaulle 08000 CHARLEVILLE-MEZIERES Tél.: 03 24 32 86 26 www.accialeformation.com Contact : carolinelambert@accialeformation.com

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 03 RESSOURCES FINANCIÈRES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 03 RESSOURCES FINANCIÈRES 03 RESSOURCES FINANCIÈRES 03 - RESSOURCES FINANCIÈRES / FINANCEMENT 03.01 Règles budgétaires et calcul des subventions de fonctionnement Documents relatifs au calcul des subventions de fonctionnement

Plus en détail

Mode d emploi et rappels essentiels avant d utiliser l outil pour tenir sa comptabilité sous Excel

Mode d emploi et rappels essentiels avant d utiliser l outil pour tenir sa comptabilité sous Excel Mode d emploi et rappels essentiels avant d utiliser l outil pour tenir sa comptabilité sous Excel 1. Présentation générale Excel pour tenir sa comptabilité Pour pouvoir utiliser convenablement cet outil,

Plus en détail

LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS

LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS 1 Article premier : obligations relatives aux enregistrements comptables Toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant

Plus en détail

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable...

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable... TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 PARTIE 1 - CADRE GÉNÉRAL DU SYSCOHADA... 19 Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21 Section 1 - Définitions, objectifs et champs d application de la comptabilité...

Plus en détail

Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006

Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006 RÈGLEMENT RÈGLEMENT FINANCIER FINANCIER Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006 Article 1er- Objet 1.1 Le Règlement Financier est l'outil d'aide à la gestion comptable et financière

Plus en détail

Lecture simplifiée de la loi 9-88 telle qu elle a été modifiée par la loi 44-03

Lecture simplifiée de la loi 9-88 telle qu elle a été modifiée par la loi 44-03 1 2 3 - Le commerçant doit tenir une comptabilité ; - Le commerçant doit procéder à l'enregistrement comptable des mouvements affectant les actifs et les passifs de son commerce ; - Les mouvements sont

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

La Tenue d une comptabilité «Profession Libérale»

La Tenue d une comptabilité «Profession Libérale» La Tenue d une comptabilité «Profession Libérale» AGAFRANCE 194 Avenue Nina Simone CS 96008 34060 MONTPELLIER Cédex 2 Tél. 04 99 53 22 50 E-mail : contact@aga-france.fr Sommaire Page 2 : Présentation matérielle

Plus en détail

DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES

DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES Session 2012 - INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ Corrigé indicatif Ce corrigé n est qu indicatif et peut contenir des erreurs. DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES Partie A - Opérations liées aux achats et aux

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale CHAMBRE NATIONALE DES NOTAIRES Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale Adopté par l assemblée générale de la Chambre nationale des notaires le 9 octobre 2001 et modifié par les assemblées

Plus en détail

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE 423 CHAPITRE 9 : SECTION 1 : PRINCIPE DU SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE Les très petites entreprises (T.P.E.), dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas les seuils fixés par le présent Acte uniforme, distincts

Plus en détail

INITIATION A LA COMPTABILITE GENERALE

INITIATION A LA COMPTABILITE GENERALE INITIATION A LA COMPTABILITE GENERALE SOMMAIRE... 5 Première partie : LES FONDEMENTS DU SYSTEME COMPTABLE Chapitre 1 : LE BILAN DE L'ENTREPRISE 9 I. L'ENTREPRISE... 9 II. LE PATRIMOINE... 10 1. Définition...

Plus en détail

COMPTABILISATION DES OPERATIONS DE FINANCEMENT DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT DANS L'ESPACE OHADA:

COMPTABILISATION DES OPERATIONS DE FINANCEMENT DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT DANS L'ESPACE OHADA: COMPTABILISATION DES OPERATIONS DE FINANCEMENT DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT DANS L'ESPACE OHADA: Pour contribuer à la lutte contre la pauvreté dans les pays sous développés en général, et dans les pays

Plus en détail

CIEL ASSOCIATIONS EVOLUTION 2014

CIEL ASSOCIATIONS EVOLUTION 2014 CIEL ASSOCIATIONS EVOLUTION 2014 Durée : 2J / 14H Groupe de : 4 max Formateur : Consultant certifié Ciel. Formateur confirmé. Objectifs : Gérer l activité d une association et tenir sa comptabilité en

Plus en détail

GdsCompta. Logiciel de comptabilité générale

GdsCompta. Logiciel de comptabilité générale GdsCompta Logiciel de comptabilité générale CARACTERISTIQUES Logiciel sous Windows Fonctionne sous Windows XP, Vista, 7 et 8 Multi-dossier De la saisie des écritures au bilan, une comptabilité complète.

Plus en détail

Plan. Introduction. Conclusion. Partie I : Présentation du logiciel JBS Compta. Partie II : Processus d enregistrement comptable

Plan. Introduction. Conclusion. Partie I : Présentation du logiciel JBS Compta. Partie II : Processus d enregistrement comptable Université Mohammed V Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Agdal-Rabat Master Sciences de Gestion Semestre 1 Matière: Informatique JBS COMPTA Présenté par: BENABDELKRIM El FILALI Yasmine

Plus en détail

Petit manuel d organisation administrative et comptable

Petit manuel d organisation administrative et comptable Petit manuel d organisation administrative et comptable Ce recueil de procédures peut être remis aux administrateurs, personnes en charge de la gestion d une UD ou d une AL, pour leur permettre d appliquer

Plus en détail

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES LE CONTROLE DES COMPTES Objectif(s) : o o o Lettrage, Apurement des comptes d'attente, Contrôle du compte banque. Pré-requis : o Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie.

Plus en détail

Parc immobilier - SPL. Inventaire

Parc immobilier - SPL. Inventaire Parc immobilier - SPL Inventaire Ce document et toutes ses pièces jointes sont confidentiels et établis à l'intention exclusive des acteurs du contrôle interne et de la maîtrise des risques. Toute utilisation

Plus en détail

LES TRAVAUX D INVENTAIRE

LES TRAVAUX D INVENTAIRE LES TRAVAUX D INVENTAIRE I. Les opérations de fin d exercice Les opérations de fin d exercice ou «travaux d inventaire», réalisé s en fin d exercice comptable, ont pour objectif l élaboration des documents

Plus en détail

GESTION DES APPROVISIONNEMENTS

GESTION DES APPROVISIONNEMENTS Section 1 : Chapitre 1 : Achat avec avance de fonds Chapitre 2 : Achats locaux < XXX Emission du bon de Chapitre 3 :Achats locaux > XXX Marchés - Emission du bon de Chapitre 4 : Achats extérieurs Emission

Plus en détail

THEME 3 : LE COMPTE ET LA PARTIE DOUBLE

THEME 3 : LE COMPTE ET LA PARTIE DOUBLE UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 3 : LE COMPTE ET LA PARTIE DOUBLE SENS ET PORTEE DE L ETUDE : Assimiler

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise 11.1. Notions de comptabilité 11.2. Analyse financière (bilan et comptes de résultat) 11.3. Plan de financement 11.4. Budget

Plus en détail

Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière

Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière Date de création : mars 2011 Modification : décembre 2011 SOMMAIRE 1 DEFINITION DES RESSOURCES AFFECTEES 3

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR : SOCU0412535A Le

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2 BilanStat-Audit Sommaire Présentation... 3 Chapitre 0 : Gestion des bases de données... 5 Chapitre 0 : Gestion des missions... 12 Chapitre 1 : Eléments généraux... 17 Chapitre 2 : Capitaux propres... 28

Plus en détail

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER Version consolidée au 9 novembre 2011 Prenant en compte : - Délibération n 2010-021 du 16 décembre 2010 portant règlement comptable et financier de l Hadopi, - Délibération

Plus en détail

LES SPECIFICITES D UNE COMPTABILITE INFORMATISEE

LES SPECIFICITES D UNE COMPTABILITE INFORMATISEE LES SPECIFICITES D UNE COMPTABILITE INFORMATISEE Système classique : 1 ) Enregistrement des pièces comptables dans un seul livre-journal appelé JOURNAL GENERAL 2 ) Report des écritures dans un seul grand-livre

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2015-03 DU 7 MAI 2015

RÈGLEMENT N 2015-03 DU 7 MAI 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-03 DU 7 MAI 2015 Relatif aux comptes annuels établis par les organismes paritaires collecteurs de la formation Règlement homologué par arrêté du 21 août

Plus en détail

Introduction à la comptabilité

Introduction à la comptabilité Introduction à la comptabilité L activité économique consiste à produire des biens et des services utiles et suffisamment rares susceptibles d être vendus. Cette production se déroule au sein des entreprises.

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT.

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT. Principes de la modélisation comptable Analyse comptable des opérations courantes Analyse comptable des opérations de fin d'exercice Analyse financière des tableaux de synthèse 11 e édition 2011-2012 À

Plus en détail

LES ACHATS (SUITE) Tenir la comptabilité fournisseurs (révisions et suite) :

LES ACHATS (SUITE) Tenir la comptabilité fournisseurs (révisions et suite) : 1ère et Terminale Bac Pro COMPTABILITÉ LE PLAN DE FORMATION EST A LIRE DE FACON TRANSVERSALE PROMOTION 2009 COMMUNICATION ET ORGANISATION COMMERCE ET COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT UTILISER LES OUTILS DE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 QU EST-CE QUE LA COMPTABILITÉ?... 2 Les grandes fonctions de la comptabilité... 2 La distinction

Plus en détail

Manuel d'utilisation La comptabilité dans LOCKimmo

Manuel d'utilisation La comptabilité dans LOCKimmo Manuel d'utilisation La comptabilité dans LOCKimmo Table des matières La comptabilité dans LOCKimmo...2 La logique du paramétrage...2 Comment paramétrer la comptabilité de LOCKimmo?...3 Le compte propriétaire...3

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

PIECES A JOINDRE AU BILAN D'EXECUTION

PIECES A JOINDRE AU BILAN D'EXECUTION PIECES A JOINDRE AU BILAN D'EXECUTION 50, avenue François Mitterrand 91200 ATHIS-MONS Tél : 01 69 38 71 50 Fax : 01 69 38 29 99 Mail : plieintercommunal91@wanadoo.fr x Pièces reçues VOLET FINANCIER Pièces

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

TANT DE COMPTABILITÉ ET D ADMINISTRATION

TANT DE COMPTABILITÉ ET D ADMINISTRATION AIDE A LA PREPARATION DU TITRE ASCA ASSIS- TANT DE COMPTABILITÉ ET D ADMINISTRATION UNITES OBLIGATOIRES Nombre d heures : 420 (pour les 4 modules obligatoires) Ce titre est composé de 4 unités Les candidats

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

BOFIP-GCP n 13-0022 du 05/12/2013

BOFIP-GCP n 13-0022 du 05/12/2013 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES BOFIP-GCP n 13-0022 du 05/12/2013 NOR : BUDE1329400J Instruction du 20 novembre 2013 MODALITES DE COMPTABILISATION DES SUBVENTIONS REÇUES Bureau CE-2B RÉSUMÉ La

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE. CDA - Finances CPAS 1

GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE. CDA - Finances CPAS 1 GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE CDA - Finances CPAS 1 GESTION FINANCIERE ET BUDGETAIRE DEUXIEME PARTIE : TENUE DE LA COMPTABILITE CDA - Finances CPAS 2 Principes Inventaire du patrimoine Processus de

Plus en détail

Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre :

Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre : Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre : - De détecter les erreurs éventuellement commises au niveau

Plus en détail

COURS 470 Série 20. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 20. Comptabilité Générale COURS 470 Série 20 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE COMPTABILITÉ GÉNÉRALE -

Plus en détail

Cas P TICHOU. L entreprise P TICHOU entreprise est spécialisée dans la fabrication de vêtements pour enfants.

Cas P TICHOU. L entreprise P TICHOU entreprise est spécialisée dans la fabrication de vêtements pour enfants. Cas P TICHOU L entreprise P TICHOU entreprise est spécialisée dans la fabrication de vêtements pour enfants. Courant septembre, elle a réalisé les opérations suivantes : 01/09 : Mr Laurent crée son entreprise

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Partie III Le PCG (FR GAAP) Comptabilité Financière B. GRAND

Partie III Le PCG (FR GAAP) Comptabilité Financière B. GRAND Partie III Le PCG (FR GAAP) 1 Plan comptable et Système d enregistrement des transactions. 2 LE PLAN COMPTABLE 3 PCG Téléchargeable sur : www.lacompta.org/doc/plancomptable-francais.pdf PCG sur Iphone

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER COMPTES ANNUELS DU CONSEIL RÉGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES RÉGION PARIS ÎLE-DE-FRANCE

RAPPORT FINANCIER COMPTES ANNUELS DU CONSEIL RÉGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES RÉGION PARIS ÎLE-DE-FRANCE RAPPORT FINANCIER COMPTES ANNUELS DU CONSEIL RÉGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES RÉGION PARIS ÎLE-DE-FRANCE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE du 03 septembre 2014 OEC-rapport2.indd 1 29/08/14 11:39 SOMMAIRE

Plus en détail

PROGRAMME COMPTABILITE QUOTIDIENNE ECRITURES D INVENTAIRE ANALYSE FINANCIERE

PROGRAMME COMPTABILITE QUOTIDIENNE ECRITURES D INVENTAIRE ANALYSE FINANCIERE PROGRAMME COMPTABILITE QUOTIDIENNE ECRITURES D INVENTAIRE ANALYSE FINANCIERE Les mécanismes et fondements de la Comptabilité La structure de la liste des comptes Les documents comptables Structure du bilan

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale J.O n 65 du 18 mars 2005 page 4575 texte n 7 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Décret n 2005-240 du 14 mars 2005 relatif aux comptes

Plus en détail

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR-ADJOINT 2010-2011 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuve d'admissibilité 3 février 2011 ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale L'agenda Agenda personnel de l' utilisateur Comptabilité générale Paramètres Imprimante Choix de l'imprimante système par défaut. Etats Personnalisation des états. Société Gestion des paramètres généraux

Plus en détail

TABLEAU 1 Budget POUR VOTE DE L'ORGANE DÉLIBÉRANT. Autorisations budgétaires en AE et CP, prévisions de recettes et solde budgétaire * Montants

TABLEAU 1 Budget POUR VOTE DE L'ORGANE DÉLIBÉRANT. Autorisations budgétaires en AE et CP, prévisions de recettes et solde budgétaire * Montants TABLEAU 1 Budget POUR VOTE DE L'ORGANE DÉLIBÉRANT Autorisations budgétaires en AE et CP, prévisions de recettes et solde budgétaire * Dépenses Personnel dont contributions employeur au CAS Pension Fonctionnement

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par l inversion

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANCAISE DE VOL LIBRE Agrément Jeunesse & sports n 75 S 131. RÈGLEMENT FINANCIER Pour validation AG mars 2015 SOMMAIRE

FÉDÉRATION FRANCAISE DE VOL LIBRE Agrément Jeunesse & sports n 75 S 131. RÈGLEMENT FINANCIER Pour validation AG mars 2015 SOMMAIRE FÉDÉRATION FRANCAISE DE VOL LIBRE Agrément Jeunesse & sports n 75 S 131. RÈGLEMENT FINANCIER Pour validation AG mars 2015 SOMMAIRE 1. ORGANISATION COMPTABLE... 2 1.1 STRUCTURE DU SERVICE COMPTABLE... 2

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE de l EURL, de la SASU, de la SELU Pour se mettre à son compte

Plus en détail

LES COMPTES 2014 SOMMAIRE DE L ANNEXE :

LES COMPTES 2014 SOMMAIRE DE L ANNEXE : SOMMAIRE DE L ANNEXE : 1. Evènements significatifs de l exercice... 2 1.1. Vie de l association... 2 1.2. Comptes 2014... 2 2.1. Référentiel... 2 2.2. Méthodes d évaluation... 2 2.2.1. Les immobilisations...

Plus en détail

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION :

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION : INTRODUCTION : Dans la vie économique nous avons marqué des nombreuses annonces de dissolution d entreprises, que notre choix s est porté, pour l élaboration de mon sixième rapport qui est son titre «la

Plus en détail

1 - Les bonnes règles du classement des documents papier

1 - Les bonnes règles du classement des documents papier Dans cette FICHE PRATIQUE, retrouvez : 1. Les bonnes règles du classement des documents papier 2. Les bonnes règles du classement informatique 3. Les durées légales d archivage 1 - Les bonnes règles du

Plus en détail

Ecole des Neurosciences de Paris Ile-de-France

Ecole des Neurosciences de Paris Ile-de-France Ecole des Neurosciences de Paris Ile-de-France du 01/01/2011 au 31/12/2011 ACTIF BRUT EXERCICE N IMMOBILISATIONS AMORTISSEMENTS ET PROVISIONS NET NET N-1 Frais d'etablissement Frais de recherche et développement

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

La pièce justificative électronique et le Contrôle Fiscal Informatisé (CFI) Pascal Seguin Avocat Associé

La pièce justificative électronique et le Contrôle Fiscal Informatisé (CFI) Pascal Seguin Avocat Associé La pièce justificative électronique et le Contrôle Fiscal Informatisé (CFI) Pascal Seguin Avocat Associé Historique de la réglementation r CFI Depuis près de 30 ans, l administration fiscale française

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif au traitement comptable des opérations d une association souscriptrice d un contrat collectif d assurance et des groupements

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

SIAES Syndicat Indépendant Académique de l Enseignement Secondaire Aix Marseille

SIAES Syndicat Indépendant Académique de l Enseignement Secondaire Aix Marseille Syndicat Indépendant Académique de l Enseignement Secondaire Aix Marseille 133 Rue Jaubert 13005 Marseille Comptes Annuels 01/09/2010 au 31/08/2011 133 Rue Jaubert COMPTES ANNUELS AU 31 AOUT 2011 Page

Plus en détail

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème CONCEPTION D UN MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE 1. Conception d un manuel d organisation comptable 1.1. Cadre légal Le manuel d organisation

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

A. Objectifs de la formation B. Compétences C. Métiers D. Programme détaillé de formation 1. Bureau comptable Objectifs Contenu

A. Objectifs de la formation B. Compétences C. Métiers D. Programme détaillé de formation 1. Bureau comptable Objectifs Contenu A. de la formation Fournir aux étudiants l ensemble des connaissances leur permettant de: Organiser et réaliser la gestion des obligations comptables, fiscales et sociales; Elaborer et communiquer des

Plus en détail

SESSION 2009 UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ

SESSION 2009 UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ 910009 DCG SESSION 2009 UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre

Plus en détail

Notice d aide au renseignement du bilan d exécution

Notice d aide au renseignement du bilan d exécution Notice d aide au renseignement du bilan d exécution FSE 4-2.3 en Ile-de-France «Appui aux microprojets associatifs» Cette action est soutenue par le Fonds social européen et la Région Ile-de-France Introduction

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC 2 rue Scandicci 93691 PANTIN CEDEX RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le 31 décembre 2012 Philippe PILLOT Commissaire

Plus en détail

Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN

Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN Version du 26 juin 2015 Ce cahier des spécifications techniques a pour objet de prendre en compte les nouveaux états de comptabilité budgétaire

Plus en détail

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE OPERATIONS DE FIN D EXERCICE COMPTABLE Sommaire L INVENTAIRE... 2 LA DETERMINATION DES CHARGES ET DES PROVISIONS... 3 LES IMMOBILISATIONS... 3 LES AMORTISSEMENTS... 4 LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION...

Plus en détail

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES SOFT COMPUTING TRANSITION AUX 1- CONTEXTE DE LA PUBLICATION 2- ORGANISATION DU PROJET DE CONVERSION 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES 4- TABLEAU DE RAPPROCHEMENT DES CAPITAUX PROPRES

Plus en détail

COMPTES ANNUELS ASSOC. CULTURE EVEIL ST AUBIN CESAM 37 ROUTE DU TRONQUET ESPACE VILLEPREUX 33160 SAINT AUBIN DE MEDOC

COMPTES ANNUELS ASSOC. CULTURE EVEIL ST AUBIN CESAM 37 ROUTE DU TRONQUET ESPACE VILLEPREUX 33160 SAINT AUBIN DE MEDOC COMPTES ANNUELS Exercice du 01/09/2014 au 31/08/2015 ASSOC. CULTURE EVEIL ST AUBIN CESAM 37 ROUTE DU TRONQUET ESPACE VILLEPREUX 33160 SAINT AUBIN DE MEDOC 1 Attestation (sans observations) 2 Bilan Actif

Plus en détail