Le suivi des CIN après une conisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le suivi des CIN après une conisation"

Transcription

1 Le suivi des CIN après une conisation Auteur : Lucie Alexandre Master 2 Biologie-Gestion Université de Rennes 1 UFR Sciences de la Vie et de l Environnement Tuteur : Professeur Jean Levêque UFR Sciences Médicales Rennes Mars 2014

2 P a g e 1 Remerciements Je tiens à adresser mes remerciements au Professeur Jean Levêque (professeur des universités à l UFR des Sciences Médicales et praticien hospitalier) pour la confiance qu il m a accordée durant ce projet. «Le tuteur chercheur a pour rôle de conseiller l'étudiant, l'orienter dans ses recherches bibliographiques, l'aider à comprendre les articles, en faire une synthèse de manière logique et rigoureuse. Il ne peut vérifier toutes les citations et interprétations de l'étudiant. Il ne peut donc s'engager vis à vis d'éventuelles erreurs».

3 P a g e 2 Le suivi des CIN après une conisation Lucie Alexandre Master Biologie-Gestion, UFR SVE Sciences de la vie et de l environnement, Université de Rennes 1, Campus de Beaulieu, Bâtiment 13, 263 avenue Général Leclerc, Rennes cedex, France. Résumé : Les néoplasies intra-épithéliales cervicales (CIN) susceptibles d évoluer vers le cancer invasif du col utérin sont dues à une infection persistante à un ou des Human Papilloma Virus (HPV) à haut risque. Le dépistage en prévention a permis une diminution de ce cancer de 80 %. Quand ce dernier n est pas suffisant et que les femmes sont touchées par des CIN, une procédure permettant leur prise en charge tout en préservant la fertilité est la conisation. Le problème aujourd hui réside en le suivi post-conisation de ces patientes. Il va donc être démontré ici l importance de ce suivi afin que les médecins travaillent sur la recherche d un protocole de suivi bien organisé. Sommaire Introduction... 3 I. Rappels sur les néoplasies intra-épithéliales cervicales (CIN) Histoire naturelle Thérapies... 6 II. Conisation Techniques Indications Objectifs... 9 III. Le suivi des CIN après conisation Les risques La surveillance après conisation Conclusion Bibliographie... 17

4 P a g e 3 Introduction Etat des lieux Le cancer du col de l utérus est en septième position des cancers les plus fréquents dans les pays développés, quant aux pays en voie de développement, ce cancer occupe la seconde position (Kardakis, 2012). En se concentrant sur les femmes vivant dans les pays développés, il représente le deuxième cancer le plus fréquent chez elles (Van Hentenryck et al., 2012). En termes de chiffres, il y a environ nouveaux cas et décès liés à ce cancer chaque année dans le monde (Ramirez et al., 2013). La majorité de ces cas et de ces décès, qui représentent environ 85 %, surviennent dans les pays en voie de développement (Jemal et al., 2011). Ce cancer est souvent diagnostiqué chez des femmes en âge de procréer et plus précisément, 28 % de ces diagnostics se font chez les femmes de moins de 40 ans (Kardakis, 2012). L infection persistante par le Human Papilloma Virus à haut risque (hrhpv) est une des principales causes de l apparition d un cancer utérin. Cette infection est une des maladies les plus fréquemment transmises sexuellement. Elle apparait généralement chez les jeunes femmes de moins de 25 ans et survient très précocement après les premiers rapports sexuels. Cependant, grâce à une haute clairance virale chez la femme jeune ayant une infection récente, l infection est transitoire : si elle provoque des lésions (Cervical Intraepithelial Neoplasia ou CIN1 ou 2 ou 3) en règle générale celles-ci disparaissent du fait de la clairance virale. A l inverse, existent des infections dites transformantes, où la clairance virale ne se fait pas, où l infection persistante par des virus oncogènes est responsable de lésions qui vont s aggraver en conduire au cancer invasif. Pour ces cas les plus graves allant jusqu au décès des patientes dans les pays développés, 80 % concernent les femmes âgées de 35 à 55 ans (Van Hentenryck et al., 2012). Prévention Dans les pays développés, la création de programmes de dépistage bien organisés afin de détecter les «dysplasies» cervicales (ancien nom français désignant les CIN) a permis de diminuer de 10 fois environ l incidence de ce type d infection et la mortalité due à ce cancer (Van Hentenryck et al., 2012). Cette diminution est due à une détection et donc une prise en charge plus tôt des lésions pré-invasives et des néoplasies intra-épithéliales cervicales, notamment chez les femmes en âge de procréer (Lee and Jun, 2010). Le taux de diminution de cancer s élève ainsi à 80 % grâce à ces programmes de dépistage du col accompagnés de la gestion adéquate des lésions cervicales. C est à 30 ans que les CIN atteignent leurs pics

5 P a g e 4 d incidence. A ce stade, il est donc nécessaire d étudier les effets que les différents traitements pourront avoir sur une grossesse (Arbyn et al., 2008). Cancer utérin et grossesse Depuis les années 1980, l augmentation du nombre de jeunes femmes traitées pour une CIN est réelle et concomitante de l'avancement de l âge de la première grossesse. Il est donc évident qu il y a un réel intérêt à étudier le devenir obstétrical suite à une chirurgie cervicale (Van Hentenryck et al., 2012). Toutefois, il est rare qu un cancer du col de l utérus soit compliqué par une grossesse. En effet, parmi les femmes atteintes d un cancer utérin, seulement 1 à 3 % commencent une grossesse au moment du diagnostic (Lin et al., 2013). Mais malgré la rareté de ce phénomène, ce type de cancer reste le cancer le plus fréquent chez les femmes enceintes. L étude de son incidence montre que 0,1 à 12 sur femmes enceintes sont touchées par ce cancer. Par contre, de 1,3 à 2,7 sur femmes enceintes présentent des CIN. L enjeu actuel est de bénéficier du suivi des femmes enceintes et de profiter des consultations prénatales pour effectuer des frottis et dépister les lésions cervicales essentiellement les CIN (Han et al., 2013), en notant que les indications de conisation lors de la grossesse sont exceptionnelles. En effet, la grossesse n aggrave pas les CIN, et leur traitement attend le plus souvent la période post-natale. Le suivi post-conisation Environ conisations sont effectuées tous les ans en France, et ces conisations faites chez des femmes en âge de procréer ont des conséquences sur la grossesse : le col utérin est le verrou de la grossesse et toute atteinte de ce verrou a des répercussions potentielles en premier lieu les accouchements prématurés. Des décisions sont à prendre concernant aussi bien la prise en charge des CIN conciliant un traitement optimal des lésions que l épargne cervicale, ainsi que le suivi qui doit se faire après une intervention et après une grossesse. Afin d en savoir un peu plus sur ce phénomène, une première partie décrira le cancer utérin afin de connaitre l histoire naturelle ainsi que les traitements qui existent à ce jour. La conisation étant le traitement de référence en cas de présence de CIN durant une grossesse, la deuxième partie servira à définir les différentes techniques existantes puis les indications et leurs objectifs. Une troisième partie permettra de discuter du suivi après une conisation en prenant connaissance des risques suites à cette procédure et les moyens utilisés pour les surveiller.

6 P a g e 5 I. Rappels sur les néoplasies intra-épithéliales cervicales (CIN) 1. Histoire naturelle Infection Les lésions du type CIN sont principalement causées par une infection persistante aux hrhpv. Différents types de HPV existent avec des propriétés oncogéniques variées. Mais ce sont majoritairement les HPV 16 et 18 qui sont responsables des lésions les plus sévères du col de l utérus (Van Hentenryck et al., 2012) : Ils sont responsables de plus de 50 % de tous types de lésions précancéreuses observées au niveau du col de l utérus Et plus de 70 % des cancers utérins. Ces lésions dues aux hrhpv se trouvent au niveau de la jonction cylindro-malpighienne et sont variées en fonction du degré d infection et donc de gravité : elles peuvent être simplement infectieuses (CIN 1) ou au contraire être pré-invasives (CIN 3) (Figure 1). Afin d éviter que celles-ci évoluent vers le cancer invasif, le traitement préconisé est la conisation (Baldauf et al., 2013). Epithélium normal Infection HPV Persistance HPV Persistance HPV CIN 1 CIN 2 CIN 3 Clairance Persistance HPV Epithélium normal Cancer invasif Figure 1 : Histoire naturelle de l infection aux hrhpv (Baussano et al., 2010)

7 P a g e 6 Facteurs de risque Après 30 ans, le risque de développer un cancer du col de l utérus avec des dysplasies de haut grade non traitées (CIN 3) est de 30 à 50% (Van Hentenryck et al., 2012). Comme toute autre infection ou maladie, il existe des facteurs de risque, c est-à-dire des facteurs qui augmentent considérablement les chances des femmes d être exposées au virus. La plupart des infections HPV sont transmises sexuellement. Il faut savoir que plus de 75% des femmes ayant des rapports sexuels contractent ce virus au cours de leur vie (Van Hentenryck et al., 2012). Soit ce virus disparait seul grâce à la clairance et les éventuelles lésions cervicales régressent, soit il se persiste et apparaissent des lésions de gravité croissante évoluant vers le cancer (Baussano et al., 2010). Les risques d avoir une infection persistante à HPV peuvent augmenter à cause du tabagisme, de la multiparité (c est-à-dire le fait d avoir plusieurs enfants), d autres infections (du type Herpès ou Chlamydia) ou encore un état d immunodéficience (immunodépression provoquée chez les patients greffés, immunodéficience acquise comme par exemple lors de infections VIH non traitées). La question se pose encore de savoir si la prise d une contraception orale prolongée peut être considérée comme un facteur de risque (Van Hentenryck et al., 2012). Un autre facteur agit sur le temps de progression de la dysplasie. En effet, suite à l apparition d une CIN3, la transformation en cancer sera plus rapide chez une femme porteuse d un HPV à très haut risque (comme HPV 16 en particulier ses variants africians et asiatiques) que chez une femme porteuse d un virus moins agressif (Van Hentenryck et al., 2012). 2. Thérapies Une femme infectée par des CIN peut suivre différents traitements afin d atteindre la guérison. Le traitement idéal doit être personnalisé (Conde-Agudelo et al., 2013). Le traitement standard pour prendre en charge les cancers du col de l utérus est la colpohystérectomie élargie avec lymphadénectomie pelvienne dans les formes débutantes. La radiothérapie reste très utilisées seule ou en association avec la chirurgie. Ce cancer peut-être aussi pris en charge par une méthode liant radiations et chimiothérapie : la chimioradiothérapie concomitante réservée aux stades plus évolués. Tous ces traitements suppriment

8 P a g e 7 la fertilité des femmes : cependant, dans le cas où le cancer est à un stade très précoce, la trachélectomie élargie (ablation limitée au col utérin) peut permettre de conserver l utérus et donc d envisager une grossesse (Kobayashi et al., 2006). Les méthodes utilisées dans le traitement des CIN sont les techniques de conisation à lame froide, d électro-conisation ou encore d hystérectomie en complément d une première chirurgie. La chirurgie radicale si elle représente le traitement le plus efficace ne résoud pas le problème des récidives vaginales : elle est réservée aux lésions précancéreuses de type glandulaire (adénocarcinomes in situ) et lorsque le col n'est pas explorable en colposcopie (Omnes et al., 2003). Les CIN peuvent être aussi soignées par vaporisation laser (la cryothérapie étant abandonnée) et bien évidemment par toutes les méthodes de conisation (Nam et al., 2010).

9 P a g e 8 II. Conisation 1. Techniques La conisation est une procédure chirurgicale conservatrice permettant l exérèse des lésions de CIN 2 ou 3. En fonction de l étendue des lésions repérées lors de la colposcopie (examen du col avec une loupe éclairante et utilisation de réactifs chimiques), cette ablation du canal cervical sous forme de cône sera plus en moins grande (Van Hentenryck et al., 2012). L échantillon obtenu suite à une conisation est appelé un conisat. Celui-ci a des mesures moyennes (Van Hentenryck et al., 2012) : Diamètre moyen : 9,3 mm (± 1,8 mm) Volume moyen : 1105,5 mm 3 Hauteur moyenne : 1,1 cm (± 19 mm) : cette moyenne peut varier. En effet, en fonction de la gravité de la lésion, l échantillon sera plus ou moins haut. A contrario, cette hauteur n a aucun lien avec la technique de conisation utilisée. En fonction des patientes, différents types de conisation peuvent être effectués. La technique classique est la conisation à lame froide. Elle sert souvent de norme pour des comparaisons avec d autres techniques. Cette conisation est moins utilisée depuis l apparition de la technique d électro-conisation, aussi appelée conisation à anse diathermique (Duggan et al., 1999, Ueda et al., 2006). Cette procédure permet de prendre en charge les CIN en toute sécurité et de manière efficace (Duggan et al., 1999). Enfin, il existe un autre type de conisation : la conisation au laser à distinguer de la vaporisation laser qui ne permet pas d'analyse histologique et qui ne traite qu'en surface (Ueda et al., 2006). Aujourd hui, la méthode la plus utilisée chez les femmes atteintes d un pré-cancer du col utérin est la conisation à anse diathermique (Arbyn et al., 2008). Comparée aux conisations à lame froide ou au laser, son coût est moins élevé, la manière de procéder est plus simple et plus rapide et son apprentissage est plus facile. De plus, en utilisant cette méthode le médecin bénéficie d une pièce opératoire. Ceci représente un réel avantage car elle permet l analyse histologique afin d établir un diagnostic des micro-invasions (Baldauf et al., 2013). Cette technique ne demande ni anesthésie générale ni nécessairement préparation en salle d opération car elle peut se pratiquer simplement en ambulatoire voire au cabinet du médecin (Nam et al., 2010).

10 P a g e 9 2. Indications Souvent, la méthode de conisation choisie par le médecin dépend de son diagnostic colposcopique, de la patiente et ses antécédents, du stade de son cancer ainsi que du désir de grossesse ultérieur de la patiente. Concernant la patiente, pour pouvoir subir une conisation, son profil doit répondre à quelques exigences (Kardakis, 2012) : en cas de CIN (Ayhan et al., 2009) : lésion de CIN2ou3, ou lésion de CIN1 non vue en totalité avec cytologie de haut grade, ou lésion de CIN1 persistant au-delà de 12 à 18 mois, en cas de cancer invasif les conisations sont limitées aux stades IA1 du cancer au maximum, avec curetage endocervical normal et espace lympho-vasculaire non envahi. Klieman et al. ont trouvé pertinent d évaluer la hauteur du cône à extraire. En effet, aucune définition n informe sur les mesures minimales du cône à extraire afin d effectuer la totale suppression des lésions de haut grade tout en répondant aux objectifs de départ. Pour cette étude, ils ont mesuré la taille du cône, de la lésion intraépithéliale et des marges endocervicales et la procédure utilisée est la conisation à lame froide. Ils sont donc parvenus à établir une estimation de la hauteur du cône en fonction du profil de la patiente. Pour celles qui sont en âge de procréer et qui désirent donc préserver leur fertilité ou qui ont un bon système immunitaire, le cône doit être d environ 10 à 14 mm avec des chances de marges libres de 84 à 97 %. Pour celles au contraire dont la grossesse ne fait pas partie de leurs priorités ou dont l état immunitaire n est pas bon, le cône ici peut être d environ 20 mm afin d essayer d atteindre des marges libres de 100% (Kliemann et al., 2012). Les conisations pouvant différer en fonction du diagnostic, pour choisir la procédure à utiliser, le médecin doit aussi prendre en compte les objectifs personnels de la patiente. 3. Objectifs En fonction de l âge, les femmes atteintes d un cancer peuvent avoir différents objectifs. Il semble évident que la volonté première de chacune d entre elles est de guérir et pour cela, chaque méthode de conisation peut être utilisée. D ailleurs, la clé de la guérison réside en une bonne évaluation préconisation (Kliemann et al., 2012).

11 P a g e 10 Cependant, les CIN 3 (les plus évoluées) apparaissent souvent chez les femmes âgées de 30 ans (Van Hentenryck et al., 2012). Cela correspond à une période de la vie de la femme où elle peut procréer et elle peut avoir le désir d une grossesse dans un futur plus ou moins proche. De plus, aujourd hui les femmes sont touchées de plus en plus jeunes par les CIN mais au contraire elles ont leur premier enfant de plus en plus tard. Face à ces phénomènes qui s entrecroisent, les femmes devant être prises en charge pour le traitement de CIN présentent de plus en plus le désir de procréer (Baldauf et al., 2013). L objectif est donc de traiter le CIN de la patiente tout en gardant les chances de grossesse et en y prêtant une attention particulière pour minimiser les risques obstétricaux négatifs et éviter de mettre la vie du fœtus en danger (Marnitz et al., 2009).

12 P a g e 11 III. Le suivi des CIN après conisation 1. Les risques Récidive de cancer Les lésions sont dites récurrentes si lors du suivi post-conisation les tests (du type biopsie cervicale, curetage endocervical ou cytologie cervicale) montrent la présence de résidus de CIN voire un cancer infiltrant (Shaco-Levy et al., 2013). Le frottis peut aussi prouver la récurrence d un CIN traité si celui-ci est anormal après une première conisation (Park et al., 2008). Le taux de risque de récidive après des traitements comme la conisation ou l électroconisation est compris entre 3 et 30 % (Ueda et al., 2006). En moyenne, la récidive des lésions apparait environ 14 mois après l intervention. Des extrêmes ont été observés avec une réapparition après 2 mois au plus tôt et 37 mois au plus tard (Park et al., 2008). Le principal facteur prédictif de récidive de CIN post-conisation est le statut des marges chirurgicales (Serati et al., 2012). En effet, si lors de l opération il reste des marges envahies et plus particulièrement de type endocervicales, les risques de récidive sont plus importants. La persistance de l infection virale après une conisation est aussi un facteur de risque non négligeable. L âge peut également augmenter les risques de récidive. C est pourquoi les femmes de plus de 50 ans sont plus exposées à ce risque (Mergui and Levêque, 2008). Selon les résultats d une biopsie, suivie d une colposcopie après une conisation, la récurrence des CIN peut être diagnostiquée. Si elle s avère confirmée, le médecin peut décider d effectuer une seconde conisation. Avant de prendre une telle décision, plusieurs critères vont être pris en compte (Serati et al., 2012) : Le niveau de gravité de la dysplasie L âge de la patiente Le nombre de grossesses que la patiente a déjà eues. Les marges chirurgicales positives étant le principal facteur de récidive de CIN, il est important de prendre également en compte les facteurs augmentant les risques d avoir ces marges après une conisation (Serati et al., 2012) : La conisation à anse diathermique, Les CIN 3 donc les plus graves, Le statut ménopausiqe.

13 P a g e 12 Une zone de lésion étendue en surface sur le col utérin. Quand le médecin a recours à une chirurgie conservatrice, le risque de récidive est de 5 à 10 % et lors de la réapparition, la maladie est rarement invasive. Cependant, si cette récidive est invasive, cela signifie que le diagnostic de lésions résiduelles s est fait trop tard, ce qui prouve l importance d un bon suivi post-conisation. Un cas particulier est représenté par les adénocarcinomes in situ (pendant glandulaire des lésions malpighiennes CIN3) : lorsque la patiente ne présente aucun désir de grossesse, pour un suivi plus simple et un risque de récidive pratiquement nul le traitement recommandé est l hystérectomie (Graesslin et al., 2006). Conséquences obstétricales La première grossesse arrive de plus en plus tardivement chez les femmes d aujourd hui. C est pour ça que les patientes ayant des antécédents de conisation doivent faire l objet d attentions particulières durant le suivi obstétrical. C est d ailleurs une préoccupation croissante des gynécologues à ce jour (Van Hentenryck et al., 2012). La durée moyenne intervenant entre la conisation et l accouchement est d environ 20,5 mois. La conisation du col de l utérus est une procédure exceptionnelle pour soigner les CIN pendant la grossesse car divers risques obstétricaux négatifs peuvent arriver (Nam et al., 2010) : Accouchement prématuré Poids de naissance en dessous de la moyenne Béance du col Parmi ces risques, la complication la plus fréquente est l accouchement prématuré suivi de la morbidité ou mortalité infantile. Un accouchement prématuré augmente les risques de maladies, de blessures ou encore d handicaps du nourrisson (Nam et al., 2010). Une conisation peut avoir des conséquences durant toute la grossesse voire même après (Figure 2). C est ce qui explique pourquoi une femme enceinte avec des antécédents de conisation mérite une gestion prudente durant toute sa grossesse (Van Hentenryck et al., 2012).

14 P a g e 13 Rupture prématurée des membranes Début de travail prématuré Accouchement prématuré Admission au service néonatal - soins intensifs Poids et taille de naissance faibles Hospitalisation du nouveau-né Mort de nourrisson Figure 2 : Enchainement des conséquences obstétricales possibles après une conisation (Van Hentenryck et al., 2012) Des études ont montré que les accouchements prématurés arrivaient 1,7 fois plus chez les femmes ayant subi une conisation à anse diathermique et 2,6 fois plus après une conisation à lame froide par rapport aux accouchements de femmes n ayant subi aucune intervention (Arbyn et al., 2008). Il est donc évident qu à la suite d une conisation le risque d accouchement prématuré augmente considérablement mais entre chaque technique de cette chirurgie conservatrice, aucune différence majeure n a été démontrée (Kardakis, 2012).

15 P a g e 14 Après une conisation, le risque d accouchement prématuré est compris entre 14 et 25 %. (Shin et al., 2010). Il est possible que ce risque soit lié à la fois au type de conisation pratiquée, au volume du cône extrait ainsi qu à la largeur du col au second trimestre de la grossesse (Nam et al., 2010). 2. La surveillance après conisation Le dépistage durant la grossesse Le frottis cervico-utérin est conseillé en début de grossesse si le dernier a été fait deux ans avant ou plus. Effectuer un frottis est intéressant et se fait assez simplement lors de la grossesse car durant cette période le col est éversé et permet à la zone infectée d être accessible. Si les résultats du frottis montrent des anomalies, quel que soit le degré de gravité de celles-ci, il est nécessaire de suivre les lésions en réalisant une biopsie associée à une colposcopie. Dans la majorité des grossesses, les CIN n évoluent pas vers l invasion donc aucun traitement n est entamé durant cette période. Il est alors reporté en post-partum après de nouvelles analyses complètes (Selleret and Mathevet, 2008). Les conisations effectuées lors de la grossesse sont quasiment abandonnées en raison de leurs complications hémorragiques et surtout obstétricales (Fausses couches, ouverture de la poche des eaux, accouchements prématurés, infections). La surveillance en pratique Une fois la conisation, ou autre traitement, effectué, il est important de mettre un place un programme de dépistage renforcé pour suivre de près le risque de récidive. Pour cela, le diagnostic peut se faire soit par colposcopie, soit par cytologie. Mais ces deux techniques présentent leurs limites. D une part, la colposcopie est qualifiée de peu informative et d autre part, la cytologie peut présenter un nombre conséquent de faux négatifs (Graesslin et al., 2006). En plus de leur sensibilités insuffisantes, le problème réside en la difficulté de conformer les patientes à un suivi prolongé (Mergui and Levêque, 2008). En ce qui concerne ce suivi post-conisation, des études ont montré que la majorité des récidives apparaissaient dans les deux ans après la chirurgie. Mais sachant que les CIN progressent sur plusieurs années, il serait plus prudent de suivre les patientes plutôt sur une vingtaine d années (Serati et al., 2012).

16 P a g e 15 Ainsi on distingue 2 périodes de suivi : - la période initiale (2 ans) où le but est de diagnostiquer les lésions résiduelles : un premier contrôle par colposcopie et frottis est nécessaire à 6 mois et les recommandations du Collège des Gynécologues et Obstétriciens Français sont en faveur de l utilisation d une recherche directe du virus HPV au niveau du col utérin (acte non remboursé par la sécurité sociale dans cette indication) puis en cas de négativité des tests un contrôle à 1 an, - la période secondaire où l on va rechercher des lésions cervicales vaginales ou périnéales (vulve anus) par un examen clinique annuel avec frottis annuel sur une période prolongée (au moins 25 ans).

17 P a g e 16 Conclusion Ce sont les hrhpv qui sont majoritairement responsables des lésions CIN et des cancers du col de l utérus (Song et al., 2006). Aujourd hui, les médecins sont de plus en plus confrontés à des jeunes femmes touchées par des lésions cervicales précancéreuses et désirant une grossesse. La procédure la plus fréquemment pratiquée est la conisation afin d éliminer le maximum de lésions tout en préservant la fertilité des patientes. A partir de cette intervention, il est donc important d effectuer un rigoureux suivi post-conisation. Une fois que le cancer a été éliminé par l analyse histologique du conisat, des protocoles de surveillance sont mis en place afin de détecter toute récurrence de manière précoce. La récidive des CIN semble être due à des mages chirurgicales positives mais c est un sujet qui est toujours en cours de caractérisation (Serati et al., 2012). Face à des dépistages de récidive de faible sensibilité et des patientes peu rigoureuses sur un suivi à long-terme, il est nécessaire d établir un réel protocole et d organiser tout un programme de suivi-post conisation (Mergui and Levêque, 2008). Un nombre considérable de patientes sont aujourd hui perdues de vue après ce type d intervention. Étant dans une époque où la communication santé à des impacts considérables sur la population, il serait intéressant de soutenir les actions des médecins de cette manière. En effet, après le succès des campagnes de sensibilisation au dépistage du HPV (avec une diminution de 80 % des cancers utérins), il serait pertinent d accompagner les médecins dans leur organisation d un programme de suivi post-conisation afin de participer ainsi à une réelle diminution des risques de récidive des lésions CIN chez la femme afin de préserver sa santé.

18 P a g e 17 Bibliographie ARBYN, M., KYRGIOU, M., SIMOENS, C., RAIFU, A. O., KOLIOPOULOS, G., MARTIN-HIRSCH, P., PRENDIVILLE, W. & PARASKEVAIDIS, E Perinatal mortality and other severe adverse pregnancy outcomes associated with treatment of cervical intraepithelial neoplasia: metaanalysis. BMJ, 337, a1284. AYHAN, A., BOYNUKALIN, F. K., GUVEN, S., DOGAN, N. U., ESINLER, I. & USUBUTUN, A Repeat LEEP conization in patients with cervical intraepithelial neoplasia grade 3 and positive ectocervical margins. International Journal of Gynecology & Obstetrics, 105, BALDAUF, J. J., BAULON, E., THOMA, V., WORONOFF, A. S. & AKLADIOS, C. Y Conséquences obstétricales des conisations à l anse diathermique et facteurs aggravants. Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, 42, BAUSSANO, I., RONCO, G., SEGNAN, N., FRENCH, K., VINEIS, P. & GARNETT, G. P HPV-16 infection and cervical cancer: Modeling the influence of duration of infection and precancerous lesions. Epidemics, 2, CONDE-AGUDELO, A., ROMERO, R., NICOLAIDES, K., CHAIWORAPONGSA, T., O'BRIEN, J. M., CETINGOZ, E., DA FONSECA, E., CREASY, G., SOMA-PILLAY, P., FUSEY, S., CAM, C., ALFIREVIC, Z. & HASSAN, S. S Vaginal progesterone vs cervical cerclage for the prevention of preterm birth in women with a sonographic short cervix, previous preterm birth, and singleton gestation: a systematic review and indirect comparison metaanalysis. American Journal of Obstetrics and Gynecology, 208, 42.e1-42.e18. DUGGAN, B. D., FELIX, J. C., MUDERSPACH, L. I., GEBHARDT, J. A., GROSHEN, S., MORROW, C. P. & ROMAN, L. D Cold-knife conization versus conization by the loop electrosurgical excision procedure: A randomized, prospective study. American Journal of Obstetrics and Gynecology, 180, GRAESSLIN, O., DEDECKER, F., COLLINET, P., JOUVE, E., URBANIACK, D., LEROY, J. L., BOULANGER, J. C. & QUÉREUX, C Prise en charge de l'adénocarcinome in situ du col utérin. Gynécologie Obstétrique & Fertilité, 34, HAN, S. N., MHALLEM GZIRI, M., VAN CALSTEREN, K. & AMANT, F Cervical cancer in pregnant women: treat, wait or interrupt? Assessment of current clinical guidelines, innovations and controversies. Ther Adv Med Oncol, 5, HANNOUN-LEVI, J. M Traitement du cancer du sein et de l'utérus : impact physiologique et psychologique sur la fonction sexuelle. Cancer/Radiothérapie, 9, JEMAL, A., BRAY, F., CENTER, M. M., FERLAY, J., WARD, E. & FORMAN, D Global cancer statistics. CA: A Cancer Journal for Clinicians, 61, KARDAKIS, S Fertility-preserving surgery in patients with early stage cervical carcinoma. ISRN Oncol, 2012, KLIEMANN, L. M., SILVA, M., REINHEIMER, M., RIVOIRE, W. A., CAPP, E. & DOS REIS, R Minimal cold knife conization height for high-grade cervical squamous intraepithelial lesion treatment. European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology, 165, KOBAYASHI, Y., AKIYAMA, F. & HASUMI, K A case of successful pregnancy after treatment of invasive cervical cancer with systemic chemotherapy and conization. Gynecologic Oncology, 100, LEE, S. M. & JUN, J. K Prediction and prevention of preterm birth after cervical conization. J Gynecol Oncol, 21, LIN, C.-H., HSIEH, J. C.-H., LI, Y.-T. & KUO, T.-C Successful conservative treatment of microinvasive cervical cancer during pregnancy. Journal of the Chinese Medical Association, 76,

19 P a g e 18 MARNITZ, S., SCHMITTEL, A., BOLBRINKER, J., SCHMIDT, F.-P., FONS, G., KALACHE, K., SCHNEIDER, A. & KÖHLER, C The therapeutic management of a twin pregnancy complicated by the presence of cervical cancer, following laparoscopic staging and chemotherapy, with an emphasis on cisplatin concentrations in the fetomaternal compartments amnion fluid, umbilical cord, and maternal serum. Fertility and Sterility, 92, 1748.e e4. MERGUI, J. L. & LEVÊQUE, J Quel suivi après traitement chirurgical d une lésion de haut grade du col utérin? Gynécologie Obstétrique & Fertilité, 36, NAM, K. H., KWON, J. Y., KIM, Y. H. & PARK, Y. W Pregnancy outcome after cervical conization: risk factors for preterm delivery and the efficacy of prophylactic cerclage. J Gynecol Oncol, 21, OMNES, S., MORICE, P., CAMATTE, S., ROUZIER, R., PAUTIER, P., POMEL, C., LHOMMÉ, C., HAIE- MEDER, C., DUVILLARD, P. & CASTAIGNE, D Modalités et limites du traitement conservateur des adénocarcinomes in situ du col utérin : analyse de neuf cas et revue de la littérature. Gynécologie Obstétrique & Fertilité, 31, PARK, J.-Y., LEE, K. H., DONG, S. M., KANG, S., PARK, S.-Y. & SEO, S.-S The association of preconization high-risk HPV load and the persistence of HPV infection and persistence/recurrence of cervical intraepithelial neoplasia after conization. Gynecologic Oncology, 108, RAMIREZ, P. T., PAREJA, R., RENDON, G. J., MILLAN, C., FRUMOVITZ, M. & SCHMELER, K. M Management of low-risk early-stage cervical cancer: Should conization, simple trachelectomy, or simple hysterectomy replace radical surgery as the new standard of care? Gynecol Oncol. SELLERET, L. & MATHEVET, P Diagnostic et prise en charge des lésions précancéreuses du col utérin pendant la grossesse. Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, 37, S131-S138. SERATI, M., SIESTO, G., CAROLLO, S., FORMENTI, G., RIVA, C., CROMI, A. & GHEZZI, F Risk factors for cervical intraepithelial neoplasia recurrence after conization: a 10-year study. European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology, 165, SHACO-LEVY, R., MEIROVITZ, M., EGER, G., BENHARROCH, D. & DREIHER, J Post-conization endocervical curettage for estimating the risk of persistent or recurrent high-grade dysplasia. International Journal of Gynecology & Obstetrics, 121, SHIN, M. Y., SEO, E. S., CHOI, S. J., OH, S. Y., KIM, B. G., BAE, D. S., KIM, J. H. & ROH, C. R The role of prophylactic cerclage in preventing preterm delivery after electrosurgical conization. J Gynecol Oncol, 21, SONG, S.-H., LEE, J.-K., OH, M.-J., HUR, J.-Y., NA, J.-Y., PARK, Y.-K. & SAW, H.-S Persistent HPV infection after conization in patients with negative margins. Gynecologic Oncology, 101, UEDA, M., UEKI, K., KANEMURA, M., IZUMA, S., YAMAGUCHI, H., NISHIYAMA, K., TANAKA, Y., TERAI, Y. & UEKI, M Diagnostic and therapeutic laser conization for cervical intraepithelial neoplasia. Gynecologic Oncology, 101, VAN HENTENRYCK, M., NOEL, J. C. & SIMON, P Obstetric and neonatal outcome after surgical treatment of cervical dysplasia. European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology, 162,

Un test Pap pourrait vous sauver la vie

Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Vous avez 21 ans ou plus et êtes sexuellement active? Passez un test Pap! Si vous saviez qu un test Pap, qui prend 5 minutes,

Plus en détail

papillome humain) VPH(virus Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement

papillome humain) VPH(virus Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement du VPH(virus papillome humain) Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement Table des matières Un message du D r André B. Lalonde, vice-président administratif

Plus en détail

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes STudy of primary screening in the ARdennes department by Testing

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Les traitements du cancer invasif du col de l utérus

Les traitements du cancer invasif du col de l utérus JUIN 2011 Les traitements du cancer invasif du col de l utérus Nom du chapitre COLLECTION GUIDES PATIENTS LE COL DE L UTÉRUS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LA RADIOTHÉRAPIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LES

Plus en détail

Données épidémiologiques, histoire de la maladie et symptomatologie, facteurs de risque

Données épidémiologiques, histoire de la maladie et symptomatologie, facteurs de risque Dépistage et prévention du cancer du col de l utérus Actualisation du référentiel de pratiques de l examen périodique de santé (EPS) Juin 2013 État des connaissances sur le cancer du col de l'utérus Données

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Congrès de la SFO Mai 2011 M. Le Loir (Brest), E. Mancel (Nouméa), L.W. Hirst (Brisbane) Dysplasie

Plus en détail

CONDUITE À TENIR DEVANT UN FROTTIS ANORMAL DU COL DE L UTÉRUS

CONDUITE À TENIR DEVANT UN FROTTIS ANORMAL DU COL DE L UTÉRUS CONDUITE À TENIR DEVANT UN FROTTIS ANORMAL DU COL DE L UTÉRUS LE FROTTIS DU COL DE L UTÉRUS CONDUITE À TENIR DIAGNOSTIQUE DEVANT UN FROTTIS ANORMAL DU COL DE L UTÉRUS CONDUITE À TENIR THÉRAPEUTIQUE DEVANT

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Faire le tour du col. le dépistage du cancer du col utérin Anne Bhéreur et Stéphane Vanier

Faire le tour du col. le dépistage du cancer du col utérin Anne Bhéreur et Stéphane Vanier APPLICATION DE PROGRAMMES de L dépistage du cancer du col utérin dans les pays développés a brillamment atteint sa cible. On évalue que ces programmes ont permis de sauver la vie de milliers de femmes.

Plus en détail

Les cancers de l appareil génital féminin

Les cancers de l appareil génital féminin Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers de l appareil génital féminin (col et corps de l utérus, ovaires) G R A N D P U B L I C Janvier 2009

Plus en détail

Guide de pratique clinique

Guide de pratique clinique Guide de pratique clinique Prévention et dépistage du cancer du col utérin (col de l utérus) au Nouveau-Brunswick Réseau du cancer du Nouveau Brunswick Ministère de la Santé Juin 2011 Message des Co-chefs

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Nouvelles options de dépistage et de traitement du cancer du col de l utérus dans les milieux à faibles ressources

Nouvelles options de dépistage et de traitement du cancer du col de l utérus dans les milieux à faibles ressources Coalition to STOP Cervical Cancer Counseil d administration FICHE D INFORMATION Nouvelles options de dépistage et de traitement du cancer du col de l utérus dans les milieux à faibles ressources Introduction

Plus en détail

Les cancers féminins

Les cancers féminins Les cancers féminins Le cancer occupe aujourd hui une place importante dans les causes de mortalité des femmes. Bien que celles-ci puissent être atteintes par un certain nombre d autres cancers, ceux qui

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION ETUDE QUALITATIVE REALISEE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES DU JURA ET DE COUPLES ADOLESCENTES/ REPRESENTANTS

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE

RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Conditions pré-analytiques de réalisation de la recherche du génome (ADN) des Papillomavirus Humains (HPV) oncogènes à partir de frottis cervico-utérins Octobre 2013

Plus en détail

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES Veillez prendre note qu afin d alléger le texte le féminin est utilisé pour désigner les deux sexes et que les termes sage-femme et sages-femmes désignent

Plus en détail

Données épidémiologiques sur le cancer du col de l utérus

Données épidémiologiques sur le cancer du col de l utérus Maladies chroniques et traumatismes Données épidémiologiques sur le cancer du col de l utérus État des connaissances Actualisation 2008 Dr Nicolas Duport Sommaire Glossaire 2 Définitions Termes utilisés

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Lignes directrices sur le dépistage du cancer du col utérin au Québec

Lignes directrices sur le dépistage du cancer du col utérin au Québec Lignes directrices sur le dépistage du cancer du col utérin au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Lignes directrices sur le dépistage du cancer du col utérin au Québec Direction des

Plus en détail

Mai 2004. Service évaluation technologique Service évaluation économique

Mai 2004. Service évaluation technologique Service évaluation économique ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DE LA RECHERCHE DES PAPILLOMAVIRUS HUMAINS (HPV) DANS LE DÉPISTAGE DES LÉSIONS PRÉCANCÉREUSES ET CANCÉREUSES DU COL DE L UTÉRUS Mai 2004 Service évaluation technologique Service

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard

COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard Le dépistage organisé du cancer du col de l utérus a commencé en juin 2010 dans le Cher,

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE Informations générales pour la convalescence Pour vous, pour la vie Ce feuillet est destiné à mieux vous renseigner sur les points à observer après une opération

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and

This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and education use, including for instruction at the authors institution

Plus en détail

Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge

Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge Le traitement: radio-chimiothérapie ou chirurgie Une fois que le diagnostic

Plus en détail

Cancer du col de l utérus et lésions précancéreuses. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches

Cancer du col de l utérus et lésions précancéreuses. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Cancer du col de l utérus et lésions précancéreuses Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Impressum _Éditrice Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

OICE of OMEN 2. Women Against Cervical Cancer International Foundation. www.wacc-network.org

OICE of OMEN 2. Women Against Cervical Cancer International Foundation. www.wacc-network.org OICE of OMEN 2 Q U E S T I O N N A I R E Women Against Cervical Cancer International Foundation www.wacc-network.org Connaissances, Attitudes et Opinion à propos du dépistage et de la prévention du cancer

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Méthodes d évaluation médico-économique

Méthodes d évaluation médico-économique Chapitre 3 : Méthodes d évaluation médico-économique Professeur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes. Système

Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes. Système Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes Système Nouvelle norme en résection hystéroscopique Truclear apporte une précision, une clarté et une efficacité sans précédents pour réséquer

Plus en détail

1 Introduction. 2 ème partie : Situation en France, en Suisse, au Canada, aux Pays-Bas et en Angleterre.

1 Introduction. 2 ème partie : Situation en France, en Suisse, au Canada, aux Pays-Bas et en Angleterre. UCL-RESO Dossier technique 11-65 Dominique DOUMONT Carole FEULIEN - UCL-RESO, Education pour la santé, Faculté de Médecine, Université Catholique de Louvain 1. " Prévention et dépistage du cancer du col

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Pré-Requis : Connaissance de bases : Anatomie du pelvis Classification des troubles de la statique génitale

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Participer au Réseau sentinelle Audipog avec un logiciel métier sans label Audipog, est-ce possible? Quel intérêt pour les

Participer au Réseau sentinelle Audipog avec un logiciel métier sans label Audipog, est-ce possible? Quel intérêt pour les Participer au Réseau sentinelle Audipog avec un logiciel métier sans label Audipog, est-ce possible? Quel intérêt pour les SÉMINAIRE AUDIPOG professionnels? pour optimiser la coordination Le dossier obstétrical

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

VAGINOSE ET GROSSESSE

VAGINOSE ET GROSSESSE VAGINOSE ET GROSSESSE Dr Anna Ramos, Maternité, CHR Orléans INTRODUCTION Depuis l identification des lactobacillus par le Pr Doderlein en 1892 comme étant l organisme prédominant de la flore vaginale [1],

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

SIRIUS INTERNATIONAL

SIRIUS INTERNATIONAL MONTANT GLOBAL MAXIMUM INTEGRAL 1.000.000/ 1.000.000/ 1.500.000/ 5.000.000 GARANTI PAR PERIODE D ASSURANCE $1.800.000/ $1.800.000/ $2.700.000/ $9.000.000 PAR PERSONNE ASSUREE 1.500.000 1.500.000 2.250.000

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

acétique (IVA): Ce qu il en est aujourd hui

acétique (IVA): Ce qu il en est aujourd hui Inspection visuelle après application d acide d acétique (IVA): Ce qu il en est aujourd hui Source: Alliance pour la Prévention du Cancer du Col Utérin (ACCP) www.alliance-cxca.org Aperçu général: Description

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

19 thèmes dans 10 villes

19 thèmes dans 10 villes SATISFAIRE À VOS OBLIGATION DE DPC FACILEMENT GRÂCE AU CNGOF DPC réalisés par le CNGOF et financée par l Agrément CNGOF : 11 75 32 07 175 - FMC 100 098 Indemnité de 345 par jour et prise en charge hôtellerie

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

LA CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SAGES-FEMMES Compétences essentielles pour la pratique de base du métier de sage-femme 2010

LA CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SAGES-FEMMES Compétences essentielles pour la pratique de base du métier de sage-femme 2010 LA CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SAGES-FEMMES Compétences essentielles pour la pratique de base du métier de sage-femme 2010 Révisé en 2013 PRÉFACE La Confédération internationale des sages-femmes (ICM)

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail