Seth E. LERNER, Steven L. RICHARDS, Alexandru E. BENET, Norman Z. KAHAN, Jonathan D. FLEISCHMANN, Arnold MELMAN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Seth E. LERNER, Steven L. RICHARDS, Alexandru E. BENET, Norman Z. KAHAN, Jonathan D. FLEISCHMANN, Arnold MELMAN"

Transcription

1 Progrès en Urologie (1996), 6, Evaluation détaillée de la fonction sexuelle après prostatectomie radicale : la satisfaction des patients est-elle corrélée à la qualité des érections? Seth E. LERNER, Steven L. RICHARDS, Alexandru E. BENET, Norman Z. KAHAN, Jonathan D. FLEISCHMANN, Arnold MELMAN Service d Urologie, Albert Einstein College of Medicine, Montefiore Medical Center, New York, USA RESUME Introduction : D après les données des dossiers médicaux, jusqu à 80% des patients auraient une fonction sexuelle normale après pro s t a t e c t o m i e radicale. Cependant ces données sur la fonction sexuelle recueillies par les médecins peuvent ne pas ê t re totalement représentatives de la fonction sexuelle réelle des patients après prostatectomie et plus particulièrement ne correspondent pas forcément au niveau de satisfaction des patients. Nous avons donc réalisé une étude prospective qui a mesuré la fonction sexuelle à la fois sur des données subjectives : dossier médical, entretien médical, réponse à un autoquestionnaire, et sur des mesures objectives de la qualité des érections. Patients et méthodes : Onze patients âgés en moyenne de 59 ans qui avaient subi une prostatectomie radicale avec préservation des bandelettes nerveuses ont été inclus dans cette étude. Tous les patients ont répondu à un entretien médical par téléphone portant sur leur fonction sexuelle. Les érections ont ensuite été étudiées de manière objective deux nuits consécutives à l aide du Rigiscan. Finalement les patients ont rempli un questionnaire validé qui avait pour but d apprécier et de mesurer quelle perception avaient les patients de leur fonction sexuelle. Résultats : dans la première partie de l étude, tous les patients ont répondu qu ils avaient maintenu une activité sexuelle après la prostatectomie radicale. Cependant, parmi ces 11 patients, seuls 2 (18 %) se sont déclarés très satisfaits de leur vie sexuelle lorsqu ils ont rempli le questionnaire de qualité de vie. L évaluation par Rigiscan a montré que 8 des 11 patients avaient des érections nocturnes de qualité suffisante pour permettre une pénétration vaginale. Parmi les cinq patients qui avaient déclaré dans le questionnaire qu ils étaient très mécontents de leur fonction sexuelle après l intervention, 3 avaient pourtant des érections considérées comme normales lors du test par Rigiscan. Enfin, 3 des 4 patients qui avaient un degré de satisfaction «intermédiaire» concernant leur fonction sexuelle avaient pourtant des érections considérées comme normales lors du test objectif. Conclusion : Bien qu un patient puisse dire à son médecin après prostatectomie radicale qu il a une activité sexuelle normale, ceci ne présage en rien de son degré de satisfaction. Réciproquement, nous avons observé que certains patients qui se déclaraient insatisfaits avaient pourtant une évaluation objective par Rigiscan normale ce qui tendrait à prouver qu un certain pourcentage de patients qui ne seraient pas satisfaits de leur fonction sexuelle après prostatectomie pouvaient avoir une composante psychogène à l origine de leur problème. Mots clés : Prostatectomie radicale, fonction sexuelle. Progrès en Urologie (1996), 6, La prostatectomie radicale est actuellement le traitement de référence pour les cancers de prostate cliniquement localisés ( T2 C) chez des patients qui ont une espérance de vie supérieure ou égale 10 ans. Différentes études ont observé que ce traitement permettait d obtenir une excellente survie à long terme avec une morbidité relativement limitée [10, 18]. Classiquement, la prostatectomie radicale rétropubienne a été régulièrement associée avec la survenue d une impuissance en post-opératoire [8]. Les travaux anatomiques publiés par WALSH et DONKER ont permis d identifier et de souligner l importance des pédicules neuro-vasculaires péri-prostatiques dont le respect permet de préserver l innervation du pénis et donc d obtenir une fonction érectile satisfaisante en post-opératoire [17]. Dans des publications récentes, il a été rapporté jusqu à 80% de fonctions sexuelle normale après prostatectomie radicale avec conservation des bandelettes neuro-vasculaires, et ceci pour des groupes de patients sélectionnés [6, 13]. Dans ces différentes Manuscrit reçu : janvier 1996, accepté : avril Adresse pour correspondance : Pr. S. Lerner, Department of Urology, Albert Einstein College of Medicine, Montefiore Medical Center, 111 East 210th Street, Bronx, New York 10467, USA. 552

2 études, la fonction sexuelle a été évaluée et quantifiée par l interrogatoire du patient et/ou de sa partenaire. A l opposé LEACH et al. ont rapporté que près de 50 % des patients avaient une fonction sexuelle altérée après prostatectomie radicale et ce malgré la préservation des bandelettes neuro-vasculaires. Dans cette étude la fonction érectile était analysée par des mesures objectives comprenant la mesure de la tumescence nocturne et écho-doppler pénien [9]. Les variations de la technique opératoire et la sélection des patients ont été les principales hypothèses avancées pour expliquer la variabilité des résultats des séries. D autre part, différentes études ont démontré que lorsque les patients étaient interviewés directement par leurs médecins, ils avaient tendance à modifier leur réponse de manière à ne pas décevoir leur médecin et finalement les patients ne faisaient pas part de leur véritable impression [14, 16]. Il apparaît donc que les données sur la fonction sexuelle recueillies par l interrogatoire médical pourraient ne pas être parfaitement représentatives de la fonction sexuelle réelle du patient après prostatectomie radicale et plus particulièrement pourraient ne pas refléter de manière fiable le degré de satisfaction des patients concernant leur fonction sexuelle. Nous avons mené une étude pilote qui a comparé les données recueillies par interrogatoire médical et questionnaire auto-administré à des données objectives de mesure de la fonction érectile. PATIENTS ET METHODES Onze hommes âgés en moyenne de 59 ans (extrêmes 51 à 70 ans) ont été inclus dans cette étude pilote prospective. Tous ces patients ont signalé qu ils avaient une fonction sexuelle normale avant l intervention. Les patients ont subi une prostatectomie radicale avec conservation des bandelettes neuro-vasculaires et précédée d un curage ilio-obturateur bilatéral, selon une technique précédemment décrite [11]. L intervalle moyen entre l intervention et l évaluation de la fonction sexuelle a été de 18 mois (6 à 24 mois). Dans une première partie, les patients ont tous répondu à un questionnaire d évaluation globale de la fonction sexuelle posé par un médecin par téléphone. Les questions de cette interview qui étaient assez générales, sont exprimées dans l annexe 1. D après les données de cette entretien téléphonique, les patients ont été classés en 3 catégories en fonction de la qualité de leur érection post-opératoire exprimée par rapport à l état préopératoire : 75 à 100%, 50 à 75%, ou moins de 50%. Dans une deuxième partie, les patients ont utilisé le Rigiscan pendant 2 nuits consécutives dans le but d avoir une évaluation objective de la qualité de leurs érections [5]. La normalité du test a été définie par la survenue d au moins d une érection nocturne avec une rigidité mesurée à l extrémité du pénis supérieure ou égale à 70 % de la valeur normale et ce pendant une durée au moins égale à 5 minutes [4]. Enfin les patients ont rempli un auto questionnaire destiné à mesurer leur propre perception de leur fonction sexuelle (Annexe2) [12]. RESULTATS Tous les patients avaient une fonction sexuelle normale en préopératoire. Tous ont eu une prostatectomie radicale avec préservation des bandelettes neuro-vasculaires. Les réponses à l entretien téléphonique avec le médecin sont exprimées dans le Tableau 1. Tous les patients ont répondu qu ils avaient conservé une activité sexuelle depuis la prostatectomie. Parmi ces 11 patients, 6 ont estimé que leur érection était à moins de 50% de ce qu elle était en préopératoire, 3 l ont cotée entre 50 et 75% de ce qu elle était en préopératoire et enfin 2 ont estimé que leur érection en postopératoire était équivalente de ce qu elle était en préopératoire. Six patients ont signalé avoir des érections matinales. Les réponses aux questionnaires de qualité de vie sont résumées dans le Tableau 2. La majorité (64%) des patients ont répondu qu ils avaient une fonction sexuelle qualifiée de moyenne à normale. Seuls 36% des patients ont répondu qu ils n avaient absolument aucune difficulté pour obtenir ou pour maintenir une érection. Bien que la totalité des 11 patients ait répondu lors de l interrogatoire initial par le médecin qu ils avaient une activité sexuelle, seul 2 (18%) se sont déclarés plutôt satisfait par leur vie sexuelle depuis l opération si l on prend en compte les réponses au questionnaire de qualité de vie. Enfin, quatre patients (36%) ont déclaré être ni satisfaits ni insatisfait concernant la qualité de leur vie sexuelle. Tableau 1. Réponses des patients à l entretien médical télé - phonique (Annexe A). Proposition n (%) 1. Erection pré-opératoire OUI 11 (100) NON 0 2. Activité sexuelle post-opératoire OUI 11 (100) NON 0 3. Erection post-opératoire par rapport au statut pré-opératoire : Moins de 50% 6 (55) 50 to 75% 3 (27) 76 to 100% (normal) 2 (18) 4. Erections matinales OUI 6 (55) NON 5 (45) 553

3 Tableau 2. Réponses des patients au questionnaire de qualité de vie (Annexe B). Item Response (n = 11) % 1. Days felt sexual drive (Fréquence des envies sexuelles) Few 27 Some 36 Most 18 Almost every 9 2. Rate level of sexual drive (Intensité du désir) Low 27 Medium 27 Medium high 27 High 9 3. Frequency of partial/full erections when sexually stimulated (Fréquence des érections partielles ou complètes après stimulation) Few 54 Fairly often 18 Usually 9 Always 9 4. Erections firm enough for intercourse (Fréquence des érections suffisantes pour permettre un rapport) None 36 Few 27 Fairly often 18 Usually 9 Always 9 5. Difficulty obtaining an erection (Difficulté pour obtenir une érection) No 9 Little 27 Some 18 A lot 27 No erections Lack of sex drive a problem (L absence de vie sexuelle est un problème) Big 45 Medium 0 Small 18 Very small 9 None Problem getting an erection (Problème par rapport aux érections) Big 54 Medium 36 Small 0 Very small 0 8. Problem with ejaculation* (Problème par rapport aux éjaculations) Big 27 Medium 27 Small 9 Very small 9 9. Satisfaction with sex life (Satisfaction avec la vie sexuelle) Very 27 Mostly dissatisfied 18 Neutral or mixed 36 Mostly satisfied 18 Very satisfied Regular partner (Partenaire régulier) Yes 82 No 18 * = two patients did not respond L exploration par Rigiscan a révélé que 8 des 11 patients avaient des érections nocturnes suffisantes pour permettre une pénétration vaginale. Les 2 patients qui avaient signalé une vie sexuelle normale sur le questionnaire de qualité de vie avaient une tumescence pénienne normale lors du test objectif par Rigiscan. Parmi les 5 patients qui avaient dit qu ils étaient insatisfaits de leur fonction sexuelle, 3 d entre eux avaient pourtant des érections normales lors de l enregistrement par Rigiscan. Enfin, 3 des 4 patients qui se déclaraient intermédiaire en terme de satisfaction concernant leur fonction sexuelle avaient également des érections normales lors de l examen objectif. DISCUSSION Le but principal du traitement d un cancer limité est d assurer une exérèse complète de la tumeur et donc de prolonger la survie des patients. Les patients porteurs d un cancer de prostate localisé et traité par prostatectomie radicale ont un excellent pronostic en terme de survie [18]. Cependant, à la différence d un cancer pancréatique ou d un cancer du poumon, le cancer de prostate ne représente pas un pronostic immédiat en terme de survie des patients. Ainsi les bénéfices obtenus par un traitement radical curateur peuvent ne pas se manifester ou ne pas avoir d intérêt avant plusieurs années. Enfin, il n existe pas encore de consensus actuel sur le traitement du cancer de prostate localisé en raison du manque d études prospectives randomisées. Le bénéfice fourni par le traitement d un cancer doit prendre en compte son coût en terme de retentissement sur le vécu des patients [1, 15]. Le résultat carcinologique doit être analysé en prenant en compte la toxicité ou la morbidité de l intervention médicale. Il est tout à fait possible qu un traitement puisse être parfaitement satisfaisant si l on prend en compte les critères classiques d évaluation de la guérison (notamment la survie ou la progression tumorale), mais que les résultats soient considérés comme non satisfaisants si l on considère l état psychologique ou social du patient. Dans la plupart des études, la fonction sexuelle après prostatectomie radicale a été évaluée par des observateurs extérieurs (médecin, i nfirmière) [6, 17]. Cependant ces évaluations de la satisfaction des patients ou de la gêne provoquée par le traitement peuvent être très subjectives surtout lorsque l estimation est faite par le médecin. Certains patients, bien qu ayant un retentissement objectif minime, peuvent être extrêmement insatisfaits du résultat fonctionnel. A l opposé d autres patients sont très peu gênés et ce malgré des signes objectifs sévères. Finalement, il est clair que la perception des patients de leur propre maladie 554

4 est extrêmement variable et qu il y a des facteurs autre que les signes purement objectifs qui entrent dans cette perception [7]. Si l évaluation de la fonction sexuelle postopératoire dans cette étude prospective avait été limitée à l évaluation réalisée par le médecin lui-même, nous aurions alors conclu que la totalité des 11 patients étaient sexuellement actif en post-opératoire et donc que les patients étaient certainement satisfaits du traitement. Cependant lorsque les patients répondent à un questionnaire de qualité de vie validé, près des trois quarts d entre-eux signalent avoir des difficultés pour obtenir ou pour maintenir une érection. Plus encore il est apparu que seulement 2 des 11 patients se sentiraient comme plutôt satisfait de leur fonction sexuelle. Ainsi, l évaluation de la fonction sexuelle après prostatectomie basée uniquement sur l évaluation médicale est probablement biaisée et ne reflète pas exactement la propre perception des patients. En 1982, WALSH et DONKER ont permis l évolution de la prostatectomie radicale en identifiant les éléments neuro-vasculaires de l érection [17]. Leurs conclusions étaient que ces structures neuro-vasculaires destinées aux corps caverneux pouvaient être lésées lors de la prostatectomie radicale et être à l origine des dysérections postopératoires. Cependant plus récemment, d autres investigateurs ont avancé une hypothèse vasculaire à l origine des impuissances après prostatectomie [2, 3]. ABOSEIF et al. ont constaté que 40% des patients qui étaient impuissant après prostatectomie radicale n étaient pas améliorés par les injections intracaverneuse [2]. La conclusion de cette étude a été qu il existait probablement une insuffisance artérielle possiblement associée à des fuites veineuses pour expliquer la survenue de ces impuissances après prostatectomie radicale malgré la préservation des bandelettes neurovasculaires. Il est intéressant de noter que dans notre étude 3 des 5 patients qui se sont déclarés plutôt insatisfait de leur fonction sexuelle postopératoire avaient pourtant une fonction érectile normale lors de l étude par objectif par Rigiscan. Ceci suggérerait que des facteurs psychogènes pourraient également contribuer à la survenue d un trouble sexuel postopératoire. Ainsi, il est possible de conclure que l impuissance après prostatectomie radicale est d origine multi-factorielle. Le but de cette étude prospective a été de mettre au point et d évaluer une méthode de recueil d information pour évaluer la fonction sexuelle et le degré de satisfaction des patients sur le plan sexuel après prostatectomie radicale. Cette étude préliminaire a montré que bien qu un patient puisse signaler à son médecin qu il a une fonction sexuelle normale, il peut ne pas être satisfait. De plus, nous avons observé que certains patients qui se déclaraient insatisfait avaient une exploration objective par Rigiscan normale. Ainsi il semble que certains patients non satisfaits de leur fonction sexuelle après prostatectomie radicale puisse avoir une composante psychogénique à leur problème. L évaluation de la qualité de vie est un élément supplémentaire et indispensable à prendre en compte dans l évaluation des patients après chirurgie pour cancer. Cette étude montre que l évaluation de fonction sexuelle lorsqu elle est réalisée par le médecin apparaît peu corrélée avec ce que ressent réellement le patient. CONCLUSION L évaluation de la qualité de vie après traitement d un cancer de prostate fourni des informations essentielles. Ce type d évaluation devrait être inclue dans toute discussion sur l efficacité thérapeutique, de même que cet élément devrait être pris en compte dans la décision thérapeutique. L évaluation de la fonction sexuelle postopératoire basée seulement sur l évaluation par médecin ne reflète pas réellement ce que ressent le patient, ni son degré de satisfaction. De même, lorsqu une évaluation objective trouve une activité érectile spontanée normale, documentée par exemple par une exploration par Rigiscan, cela ne signifie pas non plus que le patient soit satisfait de sa fonction sexuelle. Ceci suggère que la composante psychologique soit également à prendre en compte dans l évaluation de la fonction sexuelle après prostatectomie radicale. En conclusion, l évaluation de la fonction sexuelle post-prostatectomie radicale doit être globale et doit associer : questionnaire médical, auto-questionnaire et test objectif. Cet article a été traduit par le Dr. F. Haab REFERENCES 1. AARONSON N.K. Methodological issues in psychological oncology with special reference to clinical trials. In V. Ventafridda, V. van Dam, FSAM, Yanick R., Tamburini R. : Assessment of quality of life and cancer treatment. Amsterdam, Elsevier, 1986, pp ABOSEIF S., SHINOHARA K., BREZA J., BENARD F., NARAYAN P. Role of penile vascular injury in erectile dysfunction after radical prostatectomy. Br. J. Urol., 1994, 73, BAHNSON R.R., CATALONA W.J. Papaverine testing of impotent patients following nerve-sparing radical prostatectomy. J. U r o l., 1988, 139, BENET A.E., REHMAN J., HOLCOMB R.G., MELMAN A. Correlation between the new Rigiscan plus software and the final diagnosis in the evaluation of erectile dysfunction. In press, Int. J. Imp. Res., BRADLEY W.E., TIMM G.W., GALLAGHER J.M., JOHNSON B.K. New method for continuous measurement of nocturnal penile tumescence and rigidity. Urology, 1985, 26, CATALONA W.J., BIGG S.W Nerve-sparing radical prostatectomy : evaluation of results after 250 patients. J. Urol., 1990, 143,

5 7. CELLA D.F. Quality of life during and after cancer treatment. Comp. Therapy, 1988, 14, KOPECKY A.A., LASKOWSKI T.Z., SCOTT R. Jr. Radical retropubic prostatectomy in the treatment of prostatic carcinoma. J. Urol., 1970, 103, LEACH G.E., ZIMMERN P.E., ROSKAMP D., KASWICK J. A prospective evaluation of potency following nerve sparing radical retropubic prostatectomy. J. Urol., 1992, 147, 302A, abst LERNER S.E., BLUTE M.L., LIEBER M.M., ZINCKE H. Morbidity of contemporary radical prostatectomy. Oncology, 1995, 9, LERNER S.E., BLUTE M.L., ZINCKE H. Anatomical considerations, surgical techniques and selection criteria for nerve-sparing prostatectomy. J. Pelvkc Surg. In Press, O LEARY M.P., FOWLER F.J., LENDERKING W., BARRY M.J., GUESS H., BARBER B. Evaluating sexual function in the urologic parient : a short inventory. J. Urol., 1995, 507A, abst QUINLAN D.M., EPSTEIN J.I., CARTER B.S., WALSH P.C. Sexual function following radical prostatectomy : influence of preservation of neurovascular bundles. J. Urol., 1991, 145, SCHIPPER H., CLINCH J., McMURRAY A., LE VITT M. Measuring the quality of life of cancer patients : the functional living index-cancer : development and validation. J. Clin. Oncol., 1984, 2, SCHIPPER H., LEVITT M. Measuring quality of life : risks and benefits. Cancer Treat. Rep., 1985, 69, SLEVIN M.L., PLANT H., LYNCH D., DRINKWATER J., GRE- GORY W.M. Who should measure quality of life, the doctor or the patient? Br. J. Cancer, 1988, 57, WALSH P.C., DONKER P.J. Impotence following radical prostatectomy : insight into etiology and prevention. J. Urol., 1982, 128, ZINCKE H., OESTERLING J.E., BLUTE M.L., BERGSTRALH E.J., BARRETT D.M. Long-term (15 years) results after radical prostatectomy for clinically localized disease (stage T2c or lower) prostate cancer. J. Urol., 1994, 152, SUMMARY Detailed assessment of erectile function after radical retropubic prostatectomy : does potency equate with sexual satisfaction? Introduction : Post radical prostatectomy potency rates, quanti - fied on the basis of physician survey, have ranged up to 80%. Physician derived potency data, however, may not be represen - tative of true post-prostatectomy potency rates or more impor - tantly may not accurately portray patients post-operative sexual satisfaction. We conducted a pilot study combining physician derived and patient derived subjective data with objective mea - sures of erectile function. Materials and Methods : Eleven men, mean age of 59 years, who were treated with nerve sparing radical retropubic prosta - tectomy formed the study group. Initially, the patients responded to a physician directed telephone survey on sexual status. Potency was then objectively assessed utilizing Rigiscan testing on two consecutive evenings. Lastly, the patients completed a validated short questionnaire directed to obtain a patients sub - jective perception of sexual function. Results : All the patients responded to the first part of the study by informing the physician that they were sexually active or potent after radical prostatectomy. Of these 11 patients, howe - ver, only 2 (18%) were mostly satisfied with their sex life accor - ding to the quality of life questionnaire. Rigiscan testing revea - led that 8 of the 11 patients had nocturnal erectins which were adequate for vaginal penetration. Of the 5 patients who stated that they were mostly dissatisfied with their sexual functioning, 3 had objective evidence of adequate erectile ability as docu - mented by Rigiscan. Three of the four patients who were ambi - valent with respect to their sexual function also demonstrat ed objective evidence of normal erectile activity. Conclusion : Although a patient may inform his care provider that he is sexually active or potent, he may not be satisfied with his present level of sexual functioning. In addition, we observed that some dissatisfied patients do have normal Rigiscan patterns indicating that a percentage of patients who are not happy with their level of sexual function after radical prostatectomy may have a psychogenic component to their problem. Key words : Radical prostatectomy, erectile function. 556

6 ANNEXE A Questions de l entretien médical téléphonique 1. Aviez-vous des érections avant l opération pour le cancer de prostate? 2. Avez-vous une activité sexuelle depuis l opération? Avezvous des érections? 3. Par rapport à avant l opération, comment évalueriez-vous la qualité de votre érection? 4. Avez-vous des érections matinales depuis l opération? ANNEXE B 1. During the past month, how many days have you felt sexual drive? (Au cours du dernier mois écoulé, avec quelle fréquence avez-vous ressenti un désir sexuel?) - No days - Only a few days - Some days - Most days - Almost every day 2. During the past month, how would you rate the level of sexual drive? (Au cours du dernier mois écoulé, comment quantifieriezvous l intensité de votre désir sexuel?) - None at all - Low - Medium - Medium high - High 3. During the past month, how often have you had partial or full sexual erections when you were sexually stimulated in any way? (Au cours du dernier mois écoulé, combien de fois avez-vous eu une érection partielle ou complète après stimulation?) - None at all - A few times - Fairly often - Usually - Always 4. During the past month, when you had erections, how often were they firm enough to have sexual intercourse? (Au cours du dernier mois écoulé, lorsque vous avez eu une érection, combien de fois celle-ci a-t-elle été suffisante pour permettre un rapport?) - Not at all - A few times - Fairly often - Usually - Always 5. During the past month, how much difficulty did you have getting an erection? (Au cours du dernier mois écoulé, avec quel degré de difficulté avez-vous eu une érection?) - No difficulty - Little difficulty - Some difficulty - A lot of difficulty - Did not get erections at all 6. During the past month, to what extent have you considered a lack of sex drive to be a problem? (Au cours du dernier mois écoulé, à quel point le manque de relation sexuelle a-t-il été un problème?) - Big problem - Medium problem - Small problem - Very small problem - No problem 7. During the past month, to what extent have you considered your ability to get and keep erections to be a problem? (Au cours du dernier mois écoulé, à quel point le fait d avoir des difficultés pour obtenir ou maintenir une érection a-t-il été un problème?) - Big problem - Medium problem - Small problem - Very small problem - No problem 8. During the past month, to what extent have you considered your ejaculation to be a problem? (Au cours du dernier mois écoulé, à quel point votre éjaculation a-t-elle été un problème?) - Big problem - Medium problem - Small problem - Very small problem - No problem 9. Overall, during the past month, how satisfied have you been with your sex life? (Globalement, au cours du dernier mois écoulé quel a été votre degré de satisfaction avec votre vie sexuelle?) - Very dissatisfied - Mostly dissatisfied - Neutral or mixed (about equally satisfied and dissatisfied) - Mostly satisfied - Very satisfied 10. During the past month, have you had someone you consider to be a regular sexual partner? (Au cours du dernier mois écoulé, avez-vous eu un partenaire régulier?) - Yes - No 557

Types of Dementia. Common Causes of Dementia

Types of Dementia. Common Causes of Dementia Types of Dementia Dementia is a loss of skills to think, remember and reason that is severe enough to affect daily activities. It is normal to need more time to remember things as we get older. Other thinking

Plus en détail

LA PERSONNE SPÉCIALE

LA PERSONNE SPÉCIALE LA PERSONNE SPÉCIALE These first questions give us some basic information about you. They set the stage and help us to begin to get to know you. 1. Comment tu t appelles? What is your name? Je m appelle

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer Prostate Cancer The prostate is a gland in men that makes a liquid that forms part of semen. Its size is about 2 centimeters by 2 centimeters and is located in the pelvic area. The prostate uses a male

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement

Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement Traitement du cancer de la prostate Le cancer de la prostate est un des cancers les plus

Plus en détail

Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires

Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires Forum «Entre-nous» 7 décembre 2011 Anne-Claude et Vincent Griesser Membres de la commission «formation-parrainage» PROSCA Parrainage Forum

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

Continence urinaire après prostatectomie radicale rétro-pubienne : étude rétrospective par autoquestionnaire

Continence urinaire après prostatectomie radicale rétro-pubienne : étude rétrospective par autoquestionnaire u ARTICLE ORIGINAL Progrès en Urologie (1999), 9, 1077-1083 Continence urinaire après prostatectomie radicale rétro-pubienne : étude rétrospective par autoquestionnaire Eric FONTAINE, Vali IZADIFAR, Yvan

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Thyroid Scan. To Prepare

Thyroid Scan. To Prepare Thyroid Scan A thyroid scan checks your thyroid gland for problems. The thyroid gland is located in your neck. It speeds up or slows down most body functions. You will be asked to swallow a pill that contains

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

NOM :... PRENOM :... Date de naissance : JJ/MM/AAAA :.../.../... Nationalité :..

NOM :... PRENOM :... Date de naissance : JJ/MM/AAAA :.../.../... Nationalité :.. ANNEXE 4 RAPPORT DÉTAILLÉ PRÉSENTÉ PAR L ÉTUDIANT À L ÉTABLISSEMENT 2009-2010 Stage en entreprise Erasmus Remarque à l attention de l étudiant : le présent rapport destiné à relater votre expérience fournira

Plus en détail

TUESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number

TUESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number FOR OFFICIAL USE C Total 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 00 TUESDAY, MAY.30 PM.30 PM FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre Town

Plus en détail

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international National Health Survey Le Luxembourg dans le contexte international Ministère de la Santé conférence de presse du 25 février 9 Présentation de l étude 2 Fiche technique Un échantillon de 484 personnes

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 A REMPLIR

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE ESTIMATION DE RACHAT DE SERVICE REMBOURSÉ

FORMULAIRE DE DEMANDE ESTIMATION DE RACHAT DE SERVICE REMBOURSÉ (Version 2005) FORMULAIRE DE DEMANDE ESTIMATION DE RACHAT DE SERVICE REMBOURSÉ Je désire obtenir une estimation de rachat du service qui m avait été remboursé antérieurement. NOM : N.A.S. : ADRESSE: TÉLÉPHONE:

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

The functional living index cancer

The functional living index cancer The Functional Living Index Cancer Schipper, H., Clinch, J., McMurray, A., & Levitt, M. (1984). Measuring the quality of life of cancer patients: the Functional Living Index Cancer: development and validation.

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Création de typologie sous SPSS

Création de typologie sous SPSS Création de typologie sous SPSS À Propos de ce document... 1 Introduction... 1 La démarche à suivre sous SPSS... 2 1. «Iterate»... 2 2. «Save»... 2 3. «Options»... 3 Analyse des résultats... 3 1. Historique

Plus en détail

Practice Exam Student User Guide

Practice Exam Student User Guide Practice Exam Student User Guide Voir la version française plus bas. 1. Go to http://training.iata.org/signinup 2. Enter your username and password to access your student profile Your profile was created

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Si clauses: si + present, future

Si clauses: si + present, future Si clauses Type 1: si + present, future Type 2: si + imperfect, conditional Type 3: si + pluperfect, past conditional Practice of all three Help: formation of the future tense formation of the imperfect

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration

Solution d hébergement de SWIFTAlliance ENTRY R7 Politique de Sauvegarde et de Restauration Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration Avril 2012 I- Introduction Le présent document présente la politique de sauvegarde et de restauration à adopter

Plus en détail

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES :

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES : APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES : 1 Veuillez compléter ce formulaire en format Microsoft Word sur votre ordinateur et sauvegardez le fichier sous

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie Page 3 La méthodologie Etude

Plus en détail

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound)

Plus en détail

Going Home. Medicines. Pain. Diet

Going Home. Medicines. Pain. Diet Going Home After an illness or injury, some things may change in your life. Make sure you and your family know the answers to these questions before you go home from the hospital. Medicines Am I taking

Plus en détail

«Coupez ce sexe que je ne saurais voir»

«Coupez ce sexe que je ne saurais voir» «Coupez ce sexe que je ne saurais voir» Résultats d une étude prospective pilote, à propos de 71 femmes consultant pour nymphoplastie de réduction (NDR) Sophie Berville Levy Sara Piazza Micheline Moyal

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

SUBVENTION POUR LA PARTICIPATION À UN COLLOQUE SUPPORT FOR PARTICIPATION IN A CONFERENCE

SUBVENTION POUR LA PARTICIPATION À UN COLLOQUE SUPPORT FOR PARTICIPATION IN A CONFERENCE SUBVENTION POUR LA PARTICIPATION À UN COLLOQUE SUPPORT FOR PARTICIPATION IN A CONFERENCE 1. M DU (OU DE LA) CHERCHEUR(E): NAME OF RESEARCHER: 3. TITRE DU COLLOQUE: TITLE OF CONFERENCE: 2. VEUILLEZ COCHER

Plus en détail

Activity limitation: definition

Activity limitation: definition 05/02/2015 1 Activity limitation: definition Difficulty or inability to perform activities people usually do Correlation with functional limitations Disease or risk factors Functional limitations Activity

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image

Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image Mai 2014 Contacts : Frédéric DABI Adeline MERCERON Frederic.dabi@ifop.com Adeline.merceron@ifop.com Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Etude minceur Etude d efficacité. Rapport

Etude minceur Etude d efficacité. Rapport Etude minceur Etude d efficacité Rapport Promoteur : Société AGETI 55 avenue Roger Salengro 13 003 MARSEILLE Moniteur : BIOFORTIS 42 rue la Tour d Auvergne 44200 NANTES Rapport clinique Essai n 3604 Ce

Plus en détail

High Blood Sugar. The most common reasons for high blood sugar in people with diabetes are:

High Blood Sugar. The most common reasons for high blood sugar in people with diabetes are: High Blood Sugar High blood sugar means having too much sugar called glucose in the blood. High blood sugar is also called hyperglycemia. The body s cells need blood sugar. A normal blood sugar level is

Plus en détail

Les outils thérapeutiques appliqués au couple

Les outils thérapeutiques appliqués au couple Les outils thérapeutiques appliqués au couple Les médicaments de la sexualité du couple et les traitements locaux François GIULIANO H al Raymond POINCARE Faculté de Médecine Paris Ile de France Ouest Université

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name...

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name... COMMISSION FOR THE COMPENSATION OF VICTIMS OF SPOLIATION RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION (Decree 99-778 of September 10, 1999) Case Number : (to remind in all

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

FRENCH COURSES FOR ADULTS OPEN TO ALL

FRENCH COURSES FOR ADULTS OPEN TO ALL 21 SEPTEMBER 2015 TO 23 JUNE 2016 Campus de la Grande Boissière Route de Chêne 62 1208 Geneva Ecole Internationale de Genève International School of Geneva WELCOME campus offers different levels of French

Plus en détail

BOURSE DU FONDS DE SOLIDARITE INTERNATIONALE DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE RENNES

BOURSE DU FONDS DE SOLIDARITE INTERNATIONALE DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE RENNES Institut d Etudes Politiques de Rennes Service des Relations Internationales 104 Bd de la Duchesse Anne 35700 Rennes France Tél : + 33 2 99 84 39 18 Fax : + 33 2 99 84 39 50 BOURSE DU FONDS DE SOLIDARITE

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

I-12 Insurance Act 2001-56 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56. établi en vertu de la.

I-12 Insurance Act 2001-56 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56. établi en vertu de la. I-12 Insurance Act 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56 under the INSURANCE ACT (O.C. 2001-344) Filed July 27, 2001 1 Section 6 of New Brunswick Regulation 85-151 under the Insurance Act is amended

Plus en détail

plaquette 10/12/07 0:26 Page 3 *0,34 la minute, pour tout appel emis depuis la F ance métropoliatine. vos bagages, notre priorité.

plaquette 10/12/07 0:26 Page 3 *0,34 la minute, pour tout appel emis depuis la F ance métropoliatine. vos bagages, notre priorité. plaquette 10/12/07 0:26 Page 3 *0,34 la minute, pour tout appel emis depuis la F ance métropoliatine. vos bagages, notre priorité. plaquette 10/12/07 0:27 Page 4 Qui sommes-nous? Libertybag est un service

Plus en détail

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world Votre entrée dans le monde des plombiers Entering a plumber world Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Quelle est la principale différence entre l université et le marché du travail? What is the main difference

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT MODERN LANGUAGES DEPARTMENT Common Assessment Task 2 YEAR 9 Je m appelle Ma classe Mark 20 10 19 23 13 15 Total Effort Instructions For this extended piece of homework, you are going to write about the

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form Catégories - Category Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication Interne / Internal Communication film Film

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation Projets Formation en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation DIU d oncosexologie Rationnel Le 3e Plan Cancer prévoit : objectif de formation Faire évoluer les formations et les métiers de

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

CHILDCARE REFERENCE 1 Remplir ce formulaire au stylo noir uniquement. ADDRESS: Votre adresse. EMAIL CONTACT: e mail. Age of children: age des enfants

CHILDCARE REFERENCE 1 Remplir ce formulaire au stylo noir uniquement. ADDRESS: Votre adresse. EMAIL CONTACT: e mail. Age of children: age des enfants CHILDCARE REFERENCE 1 Remplir ce formulaire au stylo noir uniquement. NAME: Votre nom ADDRESS: Votre adresse PHONE NUMBER: Numéro de téléphone (journée) SIGNATURE: EMAIL CONTACT: e mail DATE: Can the prospective

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Cancer de la prostate 17 juin 2003 Luc Cormier Prostatectomie radicale Prostatectomie radicale Technique chirurgicale Vésiculo-prostatectomie Prostatectomie radicale Indications pt1c, T2a et T2b Gleason

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail

The history of homeopathic medicine in terms of the history of the Vienna School of Medecine

The history of homeopathic medicine in terms of the history of the Vienna School of Medecine The history of homeopathic medicine in terms of the history of the Vienna School of Medecine Quelle est l origine de l homéopathie? A quelle époque? At the end of the 18th century Who were the people involved

Plus en détail

Number of manufacturing firms that implemented product-only innovation (in each size class)

Number of manufacturing firms that implemented product-only innovation (in each size class) Innovation indicators [Pour la version française, s.v.p. voir pages 8-14] Montreal, July 2014 Montréal, juillet 2014 The first UIS global data collection of innovation statistics was carried out between

Plus en détail

PRACTICAL QUESTIONS / 2015. www.peugeot-openeurope.com

PRACTICAL QUESTIONS / 2015. www.peugeot-openeurope.com PRACTICAL QUESTIONS / 2015? www.peugeot-openeurope.com CONTENTS / 2015 PRACTICAL INFORMATION------------------------ 4 HOW TO EXTEND YOUR CONTRACT 4 HOW TO RETURN YOUR VEHICLE 5 HOW TO RETURN YOUR VEHICLE

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Aménagement des cycles et recherche de la performance

Aménagement des cycles et recherche de la performance Aménagement des cycles et recherche de la performance Docteur Carole MAITRE INSEP Cette thématique nous amène à nous poser plusieurs questions : Les cycles peuvent-ils être un frein à la performance? Le

Plus en détail

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com pour Les Français et leur de santé Résultats détaillés Février 2010 Sommaire - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

The Skill of Reading French

The Skill of Reading French The Skill of Reading French By the end of this session... ALL of you will be able to recognise words A LOT of you will be able to recognise simple phrases SOME of you will be able to translate a longer

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital ADRESSOGRAPHE Département

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

SEG 2506 Construction de logiciels

SEG 2506 Construction de logiciels SEG 2506 Construction de logiciels Devoir 04: Programmation avec concurrence présenté à: prof. G. Bochmann, Ph.D. par: Alexandre Bradley 4548582 abrad087@uottawa.ca et Kevin Mottashed 4490866 kmott071@uottawa.ca

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Olga Kharytonava disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou

Plus en détail

Information for assessors (do not distribute this page to participants):

Information for assessors (do not distribute this page to participants): R&P Cultural Orientation Model Assessment Written Version French Information for assessors (do not distribute this page to participants): This written version of the Model Cultural Orientation (CO) Assessment

Plus en détail

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Forum qualité sécurité HUG, 20 novembre 2014 Hôpitaux ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Patricia Francis Gerstel Pierre Chopard Service qualité des soins Etre Direction les

Plus en détail

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques Questionnaire patients Visite 11 Chère Madame, Cher Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue pour cette première consultation

Plus en détail

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011 AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE COLLOQUE EXPOSITION LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE 4 OCTOBRE 2011 De la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 FAITS SAILLANTS

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2013 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Rapport sur le questionnaire d'évaluation

Rapport sur le questionnaire d'évaluation 7887 Rapport sur le questionnaire d'évaluation Le présent document fournit des informations en retour sur le Forum public de cette année recueillies à partir des 169 questionnaires collectés. L'annexe

Plus en détail