Propositions du SERDEAUT dans le domaine foncier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Propositions du SERDEAUT dans le domaine foncier"

Transcription

1 Propositions du SERDEAUT dans le domaine foncier A la demande de l Union sociale pour l habitat (USH), le SERDEAUT a été sollicité pour élaborer des propositions d évolution législative dans le domaine du foncier. Les propositions du SERDEAUT se concentrent autour de deux idées essentielles : d une part lutter contre la rétention foncière à travers une obligation de construire assortie d une sanction fiscale ; d autre part limiter la captation privée des plus-values liées à des investissements publics. 1 ) La création d une obligation de construire 1-1. Approche historique Les servitudes d urbanisme se traduisent le plus fréquemment par des limitations voire des interdictions de construire. Pour autant, des obligations de construire ont pu déjà figurer dans le droit de l urbanisme français. On peut ainsi mentionner la «mise en demeure de construire» prévue par la loi du 6 août 1953 accordant des facilités supplémentaires en vue de l acquisition de terrains nécessaires à la construction d habitations. L article 16 de cette loi prévoyait que l État, les collectivités locales et les établissements publics compétents pouvaient, à défaut d accord amiable, faire «mettre en demeure par le préfet les propriétaires d une parcelle ou groupe de parcelles desservies par une voie aménagée, ou dont l aménagement fait l objet de projet technique et financier approuvé par l autorité compétente et susceptible de recevoir, dans le cadre des règlements, en vigueur, un bâtiment d habitation, d entreprendre dans un délai de 2 ans et de réaliser, un bâtiment ou une installation conforme aux dispositions du plan d aménagement ou de céder sa parcelle dans un délai de 6 mois à un acquéreur prenant le même engagement». À défaut, les personnes publiques pouvaient demander au juge judiciaire la mise en vente aux enchères publiques de la parcelle en question. La mise à prix était égale au prix demandé par le propriétaire et acceptée par l administration ou, en cas de désaccord, estimé par la commission arbitrale d évaluation des expropriations : le cahier des charges devait prévoir une utilisation immédiate conforme aux dispositions du plan d aménagement. Au cas où l adjudication échouait faute d enchérisseur, et où le 1

2 propriétaire ne formulait pas le désir de reprendre son immeuble, la collectivité qui poursuivait l opération était déclarée adjudicataire. Ces dispositions, introduites dans le code de l urbanisme (article L et suivants), ont été supprimées à l occasion de l adoption de la loi du 31 décembre 1976 portant réforme de l urbanisme. Les travaux parlementaires font état du fait que ce dispositif n a jamais fait l objet d application et qu il s agissait donc d une disposition inutile encombrant le code de l urbanisme. Le ministre de l équipement reconnaissait que ces dispositions étaient largement caduques en soulignant qu elles avaient été adoptées au plus fort de la crise du logement et que cette dernière ayant disparu, la suppression de cette disposition était justifiée (Assemblée nationale, 2 e séance du 8 avril 1976). L absence d application du dispositif peut également s expliquer par le fait que le décret d application prévu par la loi n est jamais intervenu. Dans le même ordre d idées, il faut signaler que le code rural et de la pêche maritime contient une série de dispositions sur «la mise en valeur des terres incultes ou manifestement sous-exploitées» (cf. article L et s.). Toute personne peut demander au préfet l autorisation d exploiter une parcelle inculte ou manifestement sous-exploitée depuis au moins trois ans, quelle que soit la nature, publique ou privée du propriétaire. C est la commission départementale d aménagement foncier qui va se prononcer sur l état de la parcelle ainsi que sur les possibilités de valorisation ; cette décision fait l objet d une publicité organisée afin de permettre à d éventuels demandeurs de se faire connaître du propriétaire ou du préfet. Le propriétaire dispose d un délai de deux mois après mise en demeure du préfet pour faire part de ses intentions. Soit il renonce à l exploitation, soit il présente un plan de remise en valeur qui doit être mis en application dans le délai d un an. A défaut, le préfet attribue l autorisation d exploiter à l un des demandeurs ayant présenté un plan de remise en valeur. A défaut d accord amiable entre le demandeur désigné par le préfet et le propriétaire, c est le tribunal des baux ruraux qui fixe les conditions de jouissance et le montant du fermage. Le bénéficiaire doit mettre en valeur le bien dans le délai d un an sous peine de se voir retiré l autorisation. 1-2 Le dispositif proposé L objectif est de créer une obligation de construire assortie d une sanction fiscale. Dans les territoires qui connaissent un déséquilibre en matière d offre de logement (territoires «tendus» au regard du zonage effectué pour les aides à l investissement locatif) et ceux déficitaires au regard de l objectif de production de logements sociaux (art. L CCH), le propriétaire de terrains constructibles situés dans les zones urbaines ou à urbaniser - lorsque les voies publiques et les réseaux d'eau, d'électricité et, le cas échéant, d'assainissement existant à la périphérie de la zone à urbaniser ont une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter dans l'ensemble de cette zone (cf. art CGI) est tenu dans les trois ans de construire des logements ou de céder la parcelle à un organisme constructeur, ou à un établissement public foncier ou une collectivité territoriale en charge de réaliser la construction de logements. A défaut, le propriétaire est astreint à une taxation dont les modalités sont définies par le code général des impôts. Les propriétaires soumis à l obligation de construire, et qui ne satisferaient pas à leurs obligations, subiraient une majoration importante de la valeur locative cadastrale «jusqu à hauteur de celle d un immeuble d habitation d une surface 2

3 correspondant à la totalité des droits à construire sur cette parcelle». Les modalités de calcul de cette valeur locative seront précisées par décret. En cas de cession du bien, la servitude continue à peser sur le nouveau propriétaire et pour la durée restante. La même obligation pèse également en cas de mutation à titre gratuit. La servitude serait expressément mentionnée dans l acte de vente. Si le propriétaire choisit l option d une cession au profit d un organisme d HLM, il disposerait d une forme de droit de rétrocession ou d indemnisation si l organisme ne construit pas les logements dans le délai prévu. La protection dont fait l objet le droit de propriété, notamment en raison des exigences constitutionnelles et de la Convention européenne des droits de l homme, amène à proposer un autre amendement. Au lieu de laisser au propriétaire qui n exploiterait pas son bien conformément à l intérêt général, en y édifiant des logements, l alternative entre seulement le céder et payer un «impôt-sanction», le texte pourrait ajouter un autre choix : au lieu de vendre, le propriétaire pourrait faire construire sur son terrain par des tiers en leur accordant un bail emphytéotique ou un bail à construction. L atteinte au droit de propriété serait moindre et elle aurait plus de chance de passer la censure du Conseil constitutionnel et de la Cour européenne des droits de l homme. Enfin, toujours dans souci de limiter autant que faire se peut l atteinte au droit de propriété et dans le but d économiser les deniers publics, pourquoi pas ne pas instaurer une sorte de «droit d expropriation de l usufruit» des terrains? Il s agirait de créer au bénéfice des collectivités publiques et des organismes de logements un droit à l obtention autoritaire d un bail à construction ou d un bail emphytéotique. Ce bail serait onéreux. Se poserait la question de la durée du bail et du sort des biens au terme du bail. Tout d'abord, pour ne pas vider excessivement le droit de propriété de sa substance, la durée du bail pourrait être de 40/50 ans ce qui correspond grosso modo à la durée de vie des immeubles HLM construits dans les années 50. Ensuite, pour éviter à l'inverse un effet d'aubaine en faveur du propriétaire qui récupèrerait des ouvrages construits grâce aux deniers publics, le législateur plafonnerait le canon assez bas pour anticiper la plus-value que le propriétaire du terrain récolterait en fin de contrat du fait de la présence des ouvrages construits par le preneur public ou para-public du bail. 1-3 Solutions alternatives Signalons tout d abord qu un certain nombre d Etats européens ont mis en place des dispositifs visant à obliger les propriétaires de terrains à construire. Le 176 du code de l urbanisme allemand, pourtant soumis à la censure de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe très attentive aux droits fondamentaux, crée une injonction de bâtir : dans le périmètre d un plan de construction, la commune peut obliger le propriétaire, dans un délai raisonnable restant à déterminer, à implanter des constructions sur son terrain conformément aux spécifications du plan de construction (cf. Loi sur l aménagement du territoire et Code de l urbanisme, Les Cahiers du GRIDAUH, n 8, 2003). Cette injonction de construire peut être édictée en dehors des périmètres prévus afin d utiliser des terrains qui sont peu construits ou qui ne sont pas construits en vue de combler les lacunes dans le tissu urbain. L injonction n est possible que si la réalisation du projet s avère être tolérable pour le 3

4 propriétaire sur le plan économique. Si ce dernier justifie de l impossibilité de réaliser lui-même l opération, la commune peut devenir propriétaire du terrain. Si le propriétaire n exécute pas l obligation de bâtir, une procédure d expropriation peut être engagée à son encontre. Précisons qu'en Allemagne, le législateur a harmonisé le droit de l'urbanisme et le droit de l'expropriation. En effet, parmi les buts de l expropriation mentionnés au paragraphe 85 du code de l urbanisme figure celui d utiliser, d une manière conforme aux dispositions du droit de l urbanisme et de la construction des terrains non bâtis ou peu bâtis. De plus, le rapport du Conseil d Etat de 2009 «Droit du logement, droit au logement» précisait qu en Suède, les droits de construire sont accordés pour une période limitée de cinq à dix ans et leur non-utilisation entraîne, comme en Allemagne, l expropriation. Cette idée d une durée limitée d utilisation des droits à construire sous menace d une récupération de ces droits par la collectivité pourrait être une première piste à creuser. En France, la mise en demeure de réaliser certains travaux existe en droit positif au nom de la sécurité : s agissant par exemple des immeubles menaçant ruine ou encore du respect des prescriptions d un plan de prévention des risques. De fait, l emplacement réservé pour le logement ou encore les servitudes de mixité sociale peuvent s assimiler à des dispositifs comportant une obligation de faire. L emplacement réservé pour le logement, prévu par l article L b) du code de l urbanisme n a pas de bénéficiaire déterminé et le propriétaire du terrain concerné est tout à fait apte à réaliser lui-même le programme de logement défini par le PLU. En contrepartie de la servitude, le propriétaire dispose d un droit de délaissement. Il pourra mettre en demeure la commune de procéder à l acquisition de son bien selon un prix qui est soit fixé à l amiable, soit fixé par le juge de l expropriation dans les conditions prévues aux articles L et s. du code de l urbanisme. Comme en matière d expropriation, le propriétaire ne reçoit pas un prix, mais une indemnité principale représentant le prix du terrain et des indemnités accessoires couvrant les autres chefs de préjudice dont l indemnité de remploi. La fixation du prix du terrain ne doit pas tenir compte de la servitude qui a justifié la mise en œuvre du droit de délaissement (peut-être faudrait-il jouer sur la fixation des règles dans ce domaine?). La servitude de mixité sociale prévue par l article L , 16 du code de l urbanisme en revanche ne joue que dans le cas où les propriétaires des terrains inclus dans ces secteurs décident de réaliser des programmes de logements et non de bureaux ou de commerces (encore faut-il que les dispositions du PLU le permettent dans la zone en question ). Contrairement à l emplacement réservé pour le logement, cette servitude ne s accompagne pas du droit de délaissement. Il faudrait savoir si, en pratique, les propriétaires construisent autre chose ou vendent le terrain en question.rappelons-le, ces mécanismes ne sont que des outils à la disposition de la collectivité, qui est libre de les utiliser ou non. Sur ce point, le Scot ou le PLH ne peut pas contraindre la commune à le faire. Une précision néanmoins : il a été jugé qu un Scot était habilité à fixer sur certaines parties du territoire un quota de logements sociaux qui devait être respecté dans toute opération de construction (cf. JP Brouant «Caractère prescriptif et opposabilité du Scot en matière d équilibre social de l habitat : l ombre (constitutionnelle) d un doute», note sous CAA Lyon 8 nov. 2011, A.J.D.A., n 7, 2012, pp ). Cette solution, qui pose un certain nombre de difficultés, n a pas été validée par le Conseil d Etat. Elle pourrait éventuellement faire l objet d une consécration législative. En effet, dans la lignée du renforcement de la portée des Scot opérée par la loi Grenelle II, on peut imaginer que le Scot contiendrait des 4

5 dispositions imposant comme en matière de densité un seuil minimal à respecter dans les opérations d importance. Le Scot pourrait imposer au PLU de mettre en œuvre les ERL et servitudes de mixité sociale dans les territoires où l offre de logement est insuffisante. A défaut de mise en œuvre au terme d un certain délai ces dispositions bénéficieraient d une opposabilité directe (audelà de l opposabilité actuelle du Scot aux permis de construire pour les opérations qui dépassent une superficie de m2). Même si l on peut considérer que le Scot ou le PLU intercommunal est le meilleur niveau d intervention, ces dispositifs restent toujours liés à la volonté des élus. Peut-on aller au-delà et prévoir un dispositif qui pèserait sur les propriétaires ou constructeurs en dehors de la volonté des élus locaux? Le pas a été franchi avec la loi du 18 janvier 2013 sur la mobilisation du foncier public. En effet, dans les communes en situation de carence au regard des obligations de réalisation de logements sociaux, «toute opération de construction d immeubles collectifs de plus de douze logements ou de plus de 800 mètres carrés de surface de plancher» devra comporter parmi les «logements familiaux» au moins 30% de logements locatifs sociaux au sens de l article L du CCH et «hors logements financés avec un prêt locatif social» (art. L du code de l urbanisme et L du CCH). Ce dispositif reste bien évidemment subordonné à la mise en carence par arrêté préfectoral, qui n a rien d automatique. Comme la servitude de mixité sociale, l efficacité du dispositif est subordonnée à la volonté du propriétaire de construire des logements. S il construit autre chose ou s il décide plus simplement de ne rien construire, le terrain restera «en jachère». Il faut également examiner la portée de telles obligations au regard de la libre circulation des capitaux. La Cour de Justice de l Union européenne considère «que des exigences liées à la politique du logement social d un État membre et au financement de celle-ci peuvent également constituer des raisons impérieuses d intérêt général et, dès lors, justifier des restrictions» à la libre circulation des capitaux (à propos de la soumission des organismes de logements sociaux à une autorisation ministérielle pour les investissements en dehors du territoire national CJUE 1 er oct. 2009, Woningstichting Sint Servatius C-567/07). Elle a, plus précisément, été amenée à se prononcer sur la validité de la législation flamande qui impose, dans les communes en déficit de logements sociaux, une «charge sociale» aux constructeurs. La réglementation nationale prévoit que la charge sociale peut être exécutée soit en nature, c est-à-dire par la réalisation d un logement social, soit par la vente de terrains à une organisation de logement social, soit par la location à une agence de location sociale d habitations réalisées, ou, enfin, par le biais d un versement d une cotisation sociale. Une telle servitude est conçue comme une restriction à la libre circulation des capitaux car elle est à même de dissuader des ressortissants d un État membre d investir dans un autre État membre dans le secteur immobilier eu égard au constat qu ils ne peuvent pas librement utiliser les terrains aux fins pour lesquelles ils souhaitent en faire l acquisition. La Cour constate tout d abord que cette «charge sociale», dans la mesure où elle vise à assurer une offre de logement suffisante à des personnes ayant un faible revenu ou à d autres catégories défavorisées de la population locale «peut être justifiée par des exigences liées à la politique de logement social d un Etat membre, en tant que raison impérieuse d intérêt général». C est à la juridiction interne on est ici dans le cadre d une question préjudicielle qu il revient d apprécier, au principal, si une telle obligation satisfait au critère de proportionnalité, c est-à-dire si elle est nécessaire et appropriée à la réalisation de l objectif poursuivi (CJUE, 8 mai 2013, C-197/11 et C , Eric Libert et autres contre Gouvernement flamand). A noter que si la Cour ne récuse pas globalement un tel dispositif, elle ne 5

6 s est pas prononcée, car elle n a pas été amenée à le faire, sur l atteinte au droit de propriété qui peut résulter de cette mesure pour les propriétaires concernés. La question de la conventionnalité de ce type de servitude pourrait également être posée devant la CEDH. Enfin, la piste fiscale reste également essentielle. Peut-on imaginer par exemple de tripler voire quadrupler les droits de mutation d un terrain qui n aura pas fait l objet d un projet de construction préalablement à la vente? On peut également se concentrer sur le dispositif existant de majoration de la valeur locative cadastrale en le rendant plus opérationnel et mieux profilé vers la construction de logement 2 ) L encadrement des plus-values liées à des investissements publics 2-1. Approche historique L idée d une récupération des plus-values n est pas nouvelle et s est le plus souvent traduite dans trois directions : - La récupération lors de la réalisation de travaux publics : C est un principe posé par la loi de 1807 (art. 30 à 32) sur l assèchement des marais et qui concerne aussi l aménagement des canaux, des routes, des ponts et, plus tard, les chemins de fer. Si consécutivement à un ouvrage public, les terrains riverains bénéficient d une notable augmentation de valeur, les propriétaires de ces terrains devront verser une compensation à l État et aux communes, représentant la moitié de l avantage acquis. Précisons que cette idée de «notable accroissement de valeur» devait être opérationnalisée par un règlement d administration publique qui n a jamais vu le jour, ce qui explique que la loi de 1807 n a jamais fait l objet d applications concrètes. A ce système s ajoute celui de la loi du 6 novembre 1918 (modifiant la loi du 3 mai 1841 sur l expropriation), qui fut repris et précisé par le décret-loi du 8 août 1935 relatif à l expropriation (article 68 et 73). Était organisée la récupération des plus-values à venir dans la mesure où elle devait être supérieure à 15 % de la valeur des immeubles après autorisation donnée, cas par cas, par décret en conseil d État, une option était ouverte aux propriétaires : ou bien, ils acceptaient de verser le montant de la plus-value, ou bien, il s exposait à l expropriation de leur immeuble, l indemnité d expropriation était calculée sur la base de sa valeur actuelle. Après quoi l administration pouvait revendre le bien exproprié à un prix tenant compte de sa plus-value. La possibilité, qui est resté théorique, d exproprier ainsi pour cause de plus-value a pris fin avec l ordonnance du 23 octobre 1958 réformant le régime de l expropriation. - La compensation lors d une opération d expropriation : La deuxième disposition de la loi de 1807 qui nous intéresse est la suivante : en cas d'expropriation partielle d'un immeuble, si cet accroissement de valeur est constaté sur la partie du terrain restant dans le patrimoine de la personne expropriée, cette plus-value vient en déduction des indemnités d'expropriation que que lui doit la collectivité publique. Ce principe est toujours en vigueur (cf. infra). 6

7 - La taxation fiscale : La loi du 3 juillet 1961 avait institué une «redevance d équipement» qui devait permettre de répercuter sur les propriétaires concernés au prorata des droits à construire jusqu à 70 % du coût des équipements réalisés par la collectivité. Pourtant, ce régime a été supprimé dès 1963 sans avoir été mis en application. La loi d orientation foncière du 30 décembre 1967 institua la taxe locale d urbanisation. Cette taxe pesait uniquement sur les propriétaires de terrains à bâtir qui devaient acquitter une taxe annuelle destinée à financer l urbanisation aussi longtemps qu ils ne construisaient pas. Cette taxe était calculée en fonction de la valeur du terrain déclarée par le propriétaire. La sanction des déclarations sous-évaluées était assez sévère. En cas d expropriation, la valeur déclarée était opposable au propriétaire. En fait, le but véritable de la loi n était pas principalement d obtenir une participation des propriétaires au financement de l aménagement. Il visait plutôt à inciter les propriétaires de terrains à bâtir à construire pour échapper à cette taxe annuelle et donc à accroître l offre foncière. Cette loi n a jamais été appliquée non plus puis a été officiellement abrogée. Il ne restera de cette tentative qu une disposition beaucoup plus modeste de la loi du 10 janvier 1980 (article 1396 du Code général des impôts) qui permet aux conseils municipaux de majorer le taux de la taxe foncière sur les propriétés non bâties pour les terrains classés dans les zones constructibles des POS ou des PLU dans des conditions d ailleurs assez complexes. 2-2 Les propositions De manière générale, il faut souligner qu il est difficile d évaluer précisément quels types de travaux génèrent des plus values et définir exactement le lien de causalité entre l équipement public et la hausse de la valeur foncière : comment isoler la hausse d une hausse du marché généralisée? Il nous semble nécessaire de faire une distinction entre la taxation de la plus-value opérée de façon générale et le problème posé par ces plus-values lors d une acquisition publique La taxation des plus-values en cas de cession La plus-value d un bien suppose en principe une cession de ce bien. Il semble dès lors que ce revenu doit logiquement faire l objet, comme tout revenu, d une taxation. Dans cette optique, il ne s agit pas de déterminer un lien de causalité précis entre la plus-value et l intervention publique mais de taxer simplement un revenu lié au marché immobilier. Rappelons toutefois que le Conseil constitutionnel a censuré la réforme prévue dans la loi de finances pour 2013 qui instituait une imposition des plusvalues au tarif progressif par tranches de l impôt sur le revenu et supprimait totalement l abattement pour durée de détention. Le Conseil a jugé que le cumul d impositions prévu par la loi pouvait conduire à un taux maximal d imposition de 82% qui aurait eu pour effet de faire peser sur cette catégorie de contribuable une charge excessive (décision n DC du 29 déc. 2012). Il faut néanmoins poursuivre les réflexions sur la taxation des plus-values immobilières dans le cadre de l impôt sur le revenu : pourquoi, par exemple, le CGI (art. 150 U) exonère de l impôt sur le revenu les plus-values lorsque le bien constitue la résidence principale du cédant? 7

8 Par ailleurs, le Conseil constitutionnel a déjà pu admettre que les propriétaires de terrains bénéficiant d une plus-value liée à la constructibilité de leurs terrains étaient dans une situation particulière justifiant une différence de traitement : ainsi l'augmentation d'imposition des terrains constructibles «n'est pas excessive et trouve sa justification dans la valorisation de ces terrains résultant de leur classement et des travaux d'équipement effectués par la commune ; qu'ainsi, la majoration critiquée repose sur des critères objectifs et rationnels en rapport direct avec l'objet de la loi ; que, par suite, le grief tiré d'une rupture de l'égalité devant l'impôt ne saurait être accueilli»(décision n DC). Au niveau local, les collectivités territoriales disposent également de leviers fiscaux. C est le cas par exemple de la taxe forfaitaire sur terrains devenus constructibles (loi ENL, art 26). Codifiée à l'article 1529 du code général des impôts (CGI), cette taxe peut être instituée par les communes et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), compétents pour l'élaboration des documents locaux d'urbanisme. L'objectif est de taxer les plus-values et les enrichissements sans cause liés à la vente d'un terrain qui acquiert une valeur supplémentaire du fait de sa constructibilité. Il s'agit donc d'une taxe sur les terrains nus rendus constructibles par le PLU ou des documents assimilés. L'assiette est calculée à partir de la différence entre le prix de cession et le prix d'acquisition du terrain figurant dans les actes ou, à défaut, d'une quote-part du prix d'acquisition (2/3). Le taux national est de 10%, et la taxe, facultative, est constituée par les communes qui en conservent le produit ou par les EPCI. Pourquoi ne pas envisager de rendre obligatoire l instauration de cette taxe? De même, pour l application de la taxe foncière sur les propriétés non bâties, la valeur locative cadastrale de certains terrains peut, sur délibération du conseil municipal, être majorée d'une valeur forfaitaire allant jusqu'à 3 EUR par mètre carré (en 2012) (CGI, art. 1396, al. 2). La majoration de la valeur locative des terrains constructibles a pour but d'agir sur la rétention foncière et d'inciter à la densification résidentielle. Eu égard au faible recours à ce dispositif (121 communes l'avaient institué en 2009 et 192 en 2010), cet objectif n'était pas atteint. L'article 82 de la loi de finances pour 2013 remplace la majoration de plein droit de la valeur locative cadastrale des terrains constructibles qui avait été instituée dans les zones de tension immobilière par la première loi de finances rectificative pour 2012, par une majoration obligatoire, dont la portée est renforcée, applicable dans les communes où la taxe sur les logements vacants est applicable. Notons néanmoins qu une taxation excessive peut fragiliser la légitimité du principe de nonindemnisation des servitudes d urbanisme lequel représente une sorte de contrepartie à la nonrécupération des plus-values La prise en compte des plus-values lors d une acquisition publique Cette logique était déjà présente dans la loi de Elle consiste à prendre en compte, lors d une opération d expropriation, les plus-values générées par l intervention publique pour éviter que la collectivité publique subisse les effets de sa propre intervention. Deux dispositions du code de l expropriation mettent en pratique cette logique. 8

9 Premièrement, l article L I du code de l expropriation interdit au juge de prendre en compte les plus-values intervenues depuis la date de référence notamment liées à la réalisation, dans les trois années précédant l enquête publique, de travaux publics dans l agglomération où est situé l immeuble. Cette disposition a été édictée par la loi du 10 juillet 1965 : le législateur a voulu éviter que la collectivité expropriante n ait à verser des indemnités supplémentaires du fait qu elle a créé des équipements ayant donné une plus-value aux biens à exproprier. La jurisprudence sur ce point est assez réduite. L invocation de cette disposition doit en effet être faite par l expropriant et c est à lui qu il revient de prouver que les changements de valeur ont été provoqués par la réalisation de travaux publics. A noter qu il n est pas nécessaire que les travaux aient été réalisés par la collectivité publique qui exproprie. Ils peuvent l avoir été pour le compte d une autre personne publique ou d un organisme privé concessionnaire de travaux et/ou de service publics (Cass. Comm. 17 juin 1964 bull civ p. 314). Deuxièmement, l article L du code de l expropriation qui, à propos des expropriations partielles, prévoit que si l exécution des travaux doit procurer une augmentation de valeur immédiate au reste de la propriété, le juge statue sur cette augmentation par une disposition distincte ; le montant de la plus-value se compense en tout ou en partie avec l indemnité d expropriation. Ainsi, une cour d appel, en refusant de tenir compte de l augmentation de valeur du surplus non exproprié liée à la présence du tramway, au prétexte qu elle n était ni évaluée par l expropriante ni même justifiée par de quelconques références de prix ou pièces, a violé l article L du code 5 Cass. 3 e civ 10 janv. 2012, n ). De même, la construction par l expropriant d une digue de protection contre l érosion marine procure une augmentation de valeur immédiate des terrains d un montant bien supérieur à celui de l indemnité d expropriation (Cass. 3 e civ 21 mai 2003 n ). On peut se demander s il ne conviendrait pas de généraliser ce type de compensation ou de prise en compte lors d acquisition publique notamment dans le cadre du droit de préemption urbain. Une disposition législative pourrait imposer au juge judiciaire, lors de la fixation du prix du bien préempté, d isoler et de déduire la plus-value générée par la réalisation de travaux publics. Dans le même sens, il nous semble important d encadrer plus fermement le juge judiciaire dans la détermination des indemnités fixées dans le cadre de la procédure d expropriation. La jurisprudence dite des «terrains en situation privilégiée» conduit les juges à prendre en compte la situation des terrains, lorsqu ils ne sont pas susceptibles de recevoir la qualification de «terrain à bâtir», et à les évaluer à un prix très sensiblement supérieur à celui de terrains agricoles ; la Cour de cassation, laissant aux juges du fond l appréciation souveraine, a admis que ceux-ci peuvent prendre en compte le fait que «des terrains sont situés à proximité d habitation d une agglomération dans une région bien desservie par une voie de chemin de fer et une autoroute, ce qui leur conférait une situation privilégiée» (Cass. 3 e civ 14 février 1996 n bull III n 44 p. 30). Aussi quelle que soit la constructibilité des terrains à la date de référence, le juge au nom de l obligation d assurer la réparation intégrale du préjudice (cf. art L du code de l expropriation) est fondé à prendre la situation des terrains conférée par leur lieu d'implantation et leur desserte. Alors que le code de l expropriation donne une définition précise des terrains à bâtir et précise que les terrains qui, à la date de référence, «ne remplissent pas ces conditions sont évalués en fonction de leur seul usage 9

10 effectif», le juge considère qu un terrain affecté à un usage agricole ne peut être, en secteur périurbain, évalué au prix de la terre agricole. Cette liberté prise par le juge judiciaire avec la loi pose problème et laisse peu d espoir en l efficacité d une disposition législative qui lui interdirait de tenir compte de la situation privilégiée des terrains à exproprier. Cette jurisprudence mérite cependant quelques égards car le juge judiciaire cherche à réparer des quasi détournement de pouvoir et des effets d aubaine dont bénéficierait l administration. En effet, il paraît difficile de légitimement reprocher à un propriétaire de ne pas avoir construit des logements sur un terrain alors que celui-ci était classé en ZA. Or pour les finances publiques, il serait plus intéressant que ce soit le propriétaire qui assume la charge de la construction de logements sur ses terrains plutôt que l administration. Pour réaliser l objectif de production de logements tout en respectant le droit de propriété et ainsi amener le juge judiciaire à abandonner sa jurisprudence dite de la situation privilégiée, la solution consisterait à permettre, dans les zones identifiées comme devant accueillir des logements, la signature de conventions par laquelle le propriétaire dont le terrain est classé A s engage à y construire des logements, dans un certain délai, lui-même ou via un bail à construction, dans un certain délai à compter du classement de son terrain en zone U. A défaut, l expropriation serait prononcée au prix du terrain non constructible, abstraction faite de ses potentialités, à rebours de la pratique judiciaire actuelle. Ce mécanisme présenterait l avantage de laisser aux communes la maîtrise de leur planification urbaine tout en incitant fortement les propriétaires à construire des logements là où une très forte demande a été identifiée La taxation des plus values hors cession L inconvénient de la taxation de la plus value en cas cession est que tant que le propriétaire ne vend pas son bien, il échappe à l impôt tout en continuant à profiter de l équipement public. Jusqu à présent, il n y a que l ISF qui permet indirectement de contourner ce problème. La solution consisterait à généraliser un système de taxation des plus-values générés par les équipements publics, sans attendre la cession du bien privé. Un tel mécanisme a déjà été mis en place dans le passé. En effet, on peut enfin signaler une disposition particulière, dans la lignée de ce qui avait été édicté par la loi de L article L du code de l expropriation dispose ainsi : «Lorsque, par suite de l'exécution de travaux publics, des propriétés privées auront acquis une augmentation de valeur distincte de celle visée à l'article L , la plus-value pourra être récupérée sur les intéressés dans les conditions fixées par un décret en Conseil d'etat.» Cet article qui, d après la Cour de cassation n est applicable qu en l absence d expropriation (Cass. 3 e civ 21 mai 2003 n ), n a jamais fait l objet de mise en oeuvre faute de décret d application. Cette absence s explique par le fait que la formule mathématique générale permettant de calculer l impôt et donc la plus value du bien en fonction de sa proximité avec les nouveaux équipements et de leur intérêt est très difficile à trouver. Le financement du «Grand Paris» reposait également sur cette idée, mais les dispositions l instaurant ont été annulées. Toutefois, en reprenant le système du Grand Paris, on peut proposer un système reposant sur des périmètres concentriques autour de l équipement : dans chaque périmètre, une plus-value serait 10

11 présumée ; elle consisterait en un pourcentage de la valeur du bien telle que prise en compte pour la taxe foncière. Cette plus value diminuerait plus on s écarterait de l équipement. Jean-Philippe Brouant, Norbert Foulquier, Frédéric Rolin

LA LOI «ENL» L URBANISME

LA LOI «ENL» L URBANISME LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Déroulement de la présentation

Déroulement de la présentation Déroulement de la présentation Panorama des principaux outils de l urbanisme opérationnel - Les outils opérationnels - Les outils de financement Le lotissement communal de la Pointe de Fromentières - Les

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles La loi d accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) modifie l article L. 123-1-5 du code de l urbanisme et supprime le coefficient

Plus en détail

Les taxes foncières peuvent cumuler au moins trois fonctions. En premier

Les taxes foncières peuvent cumuler au moins trois fonctions. En premier Fiche D juin 2013 Certu Financer les politiques locales Les taxes foncières CETE Nord Picardie Photo-libre.fr Les taxes foncières peuvent cumuler au moins trois fonctions. En premier lieu, elles jouent

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-325 QPC du 21 juin 2013. M. Jean-Sébastien C. (Droit de délaissement d un terrain inscrit en emplacement réservé)

Commentaire. Décision n 2013-325 QPC du 21 juin 2013. M. Jean-Sébastien C. (Droit de délaissement d un terrain inscrit en emplacement réservé) Commentaire Décision n 2013-325 QPC du 21 juin 2013 M. Jean-Sébastien C. (Droit de délaissement d un terrain inscrit en emplacement réservé) La troisième chambre civile de la Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique

Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique 1 Réforme de la fiscalité de l aménagement Article 28 de la loi n 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010 (Loi

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 28 janvier 2013 ACTUALITES FISCALES LES INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES ET LES RESCRITS Suppression de la taxation à la TVA des cessions d immeubles acquis en VEFA : le

Plus en détail

Les grands principes du statut du fermage (bail rural)

Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Le statut du fermage est le corps de règles qui encadre les droits et obligations du bailleur (propriétaire) et du preneur (locataire), parties à

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

Projet de loi habilitant le Gouvernement à légiférer pour accélérer les projets de construction (n 1017) présenté par. Mme Annick Lepetit, rapporteure

Projet de loi habilitant le Gouvernement à légiférer pour accélérer les projets de construction (n 1017) présenté par. Mme Annick Lepetit, rapporteure AMENDEMENT N CE 7 Article 1 er A l alinéa 1 er, Substituer au mot : «ordonnance», Les mots : «voie d ordonnances». Amendement rédactionnel. AMENDEMENT N CE 5 A l alinéa 2, Après les mots : «projets d aménagement

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Département Immobilier Eversheds Paris LLP Janvier 2015 1 - Allongement de la durée des baux dérogatoires

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail

Opérations d aménagement

Opérations d aménagement Opérations d aménagement Vendredi 31 mai 2013 Delphine LOUVRIER (CERF Rhône-Alpes) M Aldo SEVINO (Cabinet ASEA) 1 Présentation de l intervention Introduc,on Analyse compara,ve des ou,ls à disposi,on en

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Les EPFL sont des établissements publics dont la mission est d assister les collectivités

Les EPFL sont des établissements publics dont la mission est d assister les collectivités Fiche B2 juin 2013 CETE Nord Picardie Connaître les acteurs du foncier Les établissements publics fonciers locaux (EPFL) Laurent Mignaux/METL-MEDDE Les EPFL sont des établissements publics dont la mission

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

LOI "ALUR" : UNE NOUVELLE REFORME DE LA LOCATION A USAGE DE RESIDENCE PRINCIPALE

LOI ALUR : UNE NOUVELLE REFORME DE LA LOCATION A USAGE DE RESIDENCE PRINCIPALE Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - AVRIL 2014 LOI "ALUR" : UNE NOUVELLE REFORME DE LA LOCATION A USAGE DE RESIDENCE PRINCIPALE

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

La constitutionnalité du prélèvement exceptionnel sur la fortune

La constitutionnalité du prélèvement exceptionnel sur la fortune La constitutionnalité du prélèvement exceptionnel sur la fortune Décision n 2012-654 DC du 9 août 2012 CLIQUER L'article 4 de loi du 16 aout 2012 L article 4 : la contribution exceptionnelle sur la fortune

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Eco-quartier des Bergères - Cahier des Charges de la consultation d acquéreurs ILOT

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires Instruction du Gouvernement du 28 Mai 2014 relative au développement de la construction de logement par dérogation aux règles

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-405 QPC du 20 juin 2014. Commune de Salbris

Commentaire. Décision n 2014-405 QPC du 20 juin 2014. Commune de Salbris Commentaire Décision n 2014-405 QPC du 20 juin 2014 Commune de Salbris (Répartition des sièges de conseillers communautaires entre les communes membres d une communauté de communes ou d une communauté

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Dispositif Duflot : «On ne nous dit pas tout» Analyse par STEPHANE PILLEYRE

Dispositif Duflot : «On ne nous dit pas tout» Analyse par STEPHANE PILLEYRE Dispositif Duflot : «On ne nous dit pas tout» Analyse par STEPHANE PILLEYRE Après 5 mois d existence, le dispositif Duflot n a encore trouvé le succès escompté par ses instigateurs. Des études récemment

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014. Société Orange SA

Commentaire. Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014. Société Orange SA Commentaire Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014 Société Orange SA (Frais engagés pour la constitution des garanties de recouvrement des impôts contestés) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Démolition et relogement : le droit applicable

Démolition et relogement : le droit applicable Novembre 2005 Démolition et relogement : le droit applicable Direction juridique et fiscale Hervé des Lyons 4, rue Lord Byron - 75008 Paris Tél.: 01 40 75 68 68 - Fax: 01 40 75 68 10 djef@union-habitat.org

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D

P A T R I C K M I C H A U D P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE ANALYSE PRATIQUE DE LA CIRCULAIRE DE BERNARD CAZENEUVE SUR LE TRAITEMENT DES DÉCLARATIONS RECTIFICATIVES

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 D-3-06 N 161 du 2 OCTOBRE 2006 REVENUS FONCIERS. DEDUCTION SPECIFIQUE EN FAVEUR DES LOGEMENTS VACANTS REMIS EN LOCATION. ARTICLE 46 DE LA LOI

Plus en détail

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH.

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. LOI «ALUR» COPROPRIETE Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. L immatriculation des copropriétés Chaque copropriété devra être immatriculée

Plus en détail

Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations

Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Diversités des outils et

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 H- 3-03 N 112 du 26 JUIN 2003 SOCIETES CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER OBJET SOCIAL ASSOUPLISSEMENTS. ARTICLE 1 ER DU DECRET N 2003-74 DU 28

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE APPARTEMENT MEUBLE LOUE POUR DE COURTES DUREES A PARIS PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE DROIT IMMOBILIER 37.000.000 de nuitées en hôtellerie à Paris pour l année 2011 le chiffre d affaire généré rend envieux

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon Texte : Philippe Dubeau (Notaire honoraire) Mise en page : CRPF Limousin Mise à jour : janvier 2013 Historique Au départ,

Plus en détail

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de Mobilisation et valorisation du foncier public Fiche n 3 Sept. 2013 De la comparaison au bilan Méthodes d évaluation des terrains Certu La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Expertise immobilière

Expertise immobilière Bernard de Polignac Jean-Pierre Monceau Expertise immobilière Guide pratique Deuxième édition 2002 ISBN : 2-212-11158-4 SOMMAIRE Partie 1 1 L expert et la valeur 1 RÉFLEXIONS SUR LA VALEUR DES BIENS...

Plus en détail