Travaux Pratiques de Matériaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travaux Pratiques de Matériaux"

Transcription

1 Université d'artois MASTER 1 GC Année Travaux Pratiques de Matériaux Responsables : E. WIRQUIN, J. PAN

2 TP1 - Détermination des propriétés des mortiers frais 1. Objet. Une des caractéristiques les plus importantes d un mortier ou d un béton est la facilité avec laquelle on peut leur faire épouser les formes les plus variées. Encore faut-il pour cela que ce mortier ou ce béton soit suffisamment plastique pour que la mise en place à l intérieur du coffrage s effectue le plus facilement possible avec une dépense d énergie minimale. Le but du TP est de caractériser la consistance de mortiers adjuvantés en présence ou non de fumée de silice. 2. Mesure de la consistance des mortiers Principe de l essai. Dans cet essai, la consistance est caractérisée par le temps que met le mortier pour s écouler sous l effet de la vibration Equipement nécessaire. Le maniabilimètre consiste en un boîtier parallélépipédique métallique, posé sur des supports en caoutchouc, équipé d un vibrateur et muni d une cloison amovible Conduite de l essai. - Le mortier est introduit dans la partie délimitée par la cloison (partie opposée au vibrateur) et mis en place par piquage en 4 couches. Piquer chaque couche de 10 coups de la tige de piquage, la tige étant tenue parallèlement à la paroi inclinée de la cloison amovible - 2 minutes après la fin du malaxage, la cloison est retirée, provoquant la mise en route du vibrateur et le déclenchement d un chronomètre. Sous l effet de la vibration, le mortier s écoule. - Le chronomètre est arrêté quand le mortier atteint le trait repère sur la paroi opposée du boîtier. - Le temps t mis par le mortier pour s écouler caractérise sa consistance. - Ce temps sera d autant plus court que le mortier sera plus fluide (ou plus maniable). 3. Fabrication des mortiers Constituants des mortiers. - Le sable utilisé est un sable roulé de classe granulaire 0/4. - Le ciment utilisé est un CEM I 52.5 R et son dosage sera pris égal à 450 g/l. - Le superplastifiant utilisé est le Chryso Fluid Premia 205 contenant 30 % d extrait sec (ρadj = 1055 g/l). 2

3 3.2. Préparation des mortiers Composition du mortier. Le mortier doit être composé en masse d une partie de ciment et de 3 parties de sable Malaxage du mortier. Il faut malaxer chaque gâchée de mortier mécaniquement au moyen du malaxeur de laboratoire. Introduire le sable et le ciment et malaxer 30 s à petite vitesse (1). Introduire l eau et le superplastifiant 30 s après le début du malaxage et malaxer 30 s à petite vitesse (1) puis 30 s à grande vitesse (2). Repos d 1 mn 30 s et raclage du fond et pourtour du bol à l aide d une spatule en caoutchouc. Malaxer 1 minute à grande vitesse (2). TRAVAIL DEMANDE. 1 ) Détermination du dosage maximum d adjuvant. L adjuvant a pour fonction de défloculer les grains de ciment, donc de fluidifier le mélange. Etude d un mortier dosé à 450 g/l et avec un rapport E/C égal à 0,51. Faire varier le dosage en adjuvant entre 0,8% et 2% en extrait sec (attention, ne pas oublier de tenir compte de l eau contenue dans le superplastifiant). A partir de la courbe du temps en fonction du dosage en adjuvant, déterminer le dosage maximum en adjuvant. Commenter l allure de la courbe et conclure. 2 ) Influence de la fumée de silice sur le dosage en adjuvant. On opérera avec un dosage en ciment C = 450 g/l, un rapport FS/C = 10% et un rapport E/L = 0,44. Déterminer de la même manière le dosage maximum en adjuvant. Expliquer. 3

4 TP 2 - Confection d un Béton Haute Performance 1. Objet. Formuler un BHP selon la méthode de DREUX et la formule de Féret. 2. Données de base. Le squelette granulaire est composé d un sable S 0/4 ( 47% ), d un gravier G 4/16 ( 53% ). Les masses volumiques et coefficients d absorption d eau du sable et du gravillon sont les suivants : ρ S = 2618 kg/m 3 Abs = 1 % ρ G = 2557 kg/m 3 Abg = 1 % - On désire réaliser un béton dont la résistance à la compression à 28 jours f c28 = 60 MPa et dont l'ouvrabilité lors de la mise en œuvre soit telle que son affaissement au cône d Abrams A soit égal à 18 cm. - Le ciment utilisé est un CEM I 52.5 R (prendre comme classe vraie la valeur mesurée sur mortier normal σ c28 = 59 MPa ; ρc = 3.13 kg/l). - Le dosage en ciment minimum imposé pour des conditions de durabilité est Cmin = 350 kg/m 3. - Le superplastifiant utilisé est le Chryso Fluid Premia 205 contenant 30 % d extrait sec (ρadj = 1055 g/l). TP 2 - Confection du béton (NF P ) 1. Objet. Confectionner des éprouvettes cylindriques 16 x 32 cm en béton. 2. Malaxage du béton. Les constituants sont introduits dans l'ordre suivant : graviers, liant, sable. Le mélange anhydre est malaxé 30s. Puis, ajouter l eau de gâchage et malaxer environ 60s. Enfin, introduire le superplastifiant et faire tourner le malaxeur encore 60s. 4

5 3. Essais sur le béton frais Affaissement au cône d'abrams (NF P ). Humidifier la surface d'appui et y assujettir le moule dont la paroi intérieure, bien propre, aura été légèrement huilée. Au moyen d'une pelle creuse, introduire le béton dans le moule en trois couches, chacune ayant une hauteur égale au tiers de la hauteur du cône. Piquer chaque couche 25 fois, avec la tige de piquage, en répartissant les enfoncements uniformément sur la surface du béton et en faisant pénétrer la tige dans la couche sous-jacente s'il y a lieu. A la dernière couche du compactage, ajouter le béton nécessaire afin que le moule soit juste rempli à ras bord. Araser en roulant la tige de piquage sur le bord supérieur du moule. Eviter pendant cette opération un compactage supplémentaire du béton. Démouler immédiatement en soulevant le moule avec précaution, lentement, à la verticale et sans secousses. Procéder dans la minute à la lecture de l'affaissement, en mesurant le point le plus haut du béton affaissé. Si on constate un éboulement ou un cisaillement partiel du béton, recommencer l'essai. En fonction de l'affaissement au cône d'abrams obtenu (A > 10 cm), on choisit comme mode de mise en place du béton dans les éprouvettes le piquage Mise en place des éprouvettes. Huiler les parois latérales des moules. Introduire le béton dans le moule en deux couches. Piquer chaque couche 25 fois, avec la tige de piquage, en répartissant les enfoncements uniformément sur la surface du béton et en faisant pénétrer la tige dans la couche sous-jacente s'il y a lieu. A la dernière couche du compactage, ajouter le béton nécessaire afin que le moule soit juste rempli à ras bords. Procéder à l'arasement des éprouvettes Mesure de la densité réelle du béton frais. Cet essai s'effectue juste après la mise en place des éprouvettes. 5

6 TRAVAIL DEMANDE. 1 ) Déterminer la composition du béton en utilisant la formule de Féret. 2 ) Quelle courbe avez-vous choisi? Argumenter. 3 ) Pour un béton ordinaire, le volume de pâte est de l ordre de 320 l/m 3. Comparer et expliquer cette différence. 4 ) Calculer le dosage en eau efficace E ainsi que le dosage en eau d apport Ea. 5 ) Calculer la densité théorique du béton. 6 ) Confectionner 21 litres de béton et mesurer l'affaissement au cône d'abrams. 7 ) Avez-vous le bon dosage en eau? Si vous n avez pas obtenu l affaissement désiré, quelle est la solution et quelles en seront les conséquences? 8 ) Mesurer la densité réelle du béton. Le dosage calculé fait-il un mètre cube? 9 ) Donner la correction à apporter si le dosage ne fait pas un mètre cube. 10 ) Sensibilité d une formulation. La norme ENV demande que les dosages en ciment, en eau efficace E et en granulats soient réalisés avec une précision de ± 3 %. Etudier, à partir de la composition théorique, comment de telles variations de dosages peuvent, dans le cas le plus défavorable, influer sur la résistance. 6

7 La formule de Féret. La formule de Féret relie la résistance à 28 jours f c28 à : la classe vraie du ciment σ c28, le squelette granulaire, la porosité de la pâte p (ou sa compacité c). fc 28 = G1 σ c28 ( 1 p )² = G1 σ c28 c² G1 = coefficient sans dimensions appelé coefficient granulaire qui dépend de la nature des granulats (de la qualité). En général G1 varie peu autour de 4,9. avec c = 1 p = 1 Ve Va Vc + Ve + + Va = Vc Vc + Ve + Va soit 1 c c = Ve Vc + Va Hypothèse : Va = 0 donc alors C E 1 c c = Vc Ve ρeve ρe = = ρcvc ρc ( 1 c c ) Va 0 En réalité, le volume d air occlus n est jamais nul. En fait, dans la formule de Féret, les volumes d air et d eau jouent le même rôle. On peut donc remplacer le volume d air Va par un même volume d eau, ce qui conduit à travailler avec un dosage en eau fictif E. D où, E' = E + Va ρe 7

8 Estimation du volume d'air occlus Va ( 0 /00) Consistance D = 16 mm D = 25 mm D = 40 mm Ferme (1 cm A 4 cm) 29 ± ± ± 9 Plastique (5 cm A 9 cm) 19 ± ± 7 9 ± 5 Très plastique (10 cm A 15 cm) 16 ± 9 12 ± 7 7 ± 4 Fluide (16 cm A 21 cm) 10 ± 8 8 ± 6 5 ± 3 Le dosage en eau et en ciment. On peut sélectionner la famille de courbes correspondant au type de béton à confectionner. Dans la famille choisie, on sélectionne à priori une des courbes qui correspond au dosage optimum en ciment pour le dosage en adjuvant considéré. Soit Cmin et Cmax les bornes extrêmes de ce dosage en ciment. On peut donc lire sur l abaque le dosage en eau E correspondant. La connaissance de E /C permet de déduire C. Si Cmin < C < Cmax, les dosages E et C sont satisfaisants. Si C > Cmax, le dosage en eau est trop important (on doit utiliser une courbe correspondant à un dosage en ciment supérieur). Si C < Cmin, le dosage en eau est trop faible pour le dosage en ciment choisi (on doit travailler avec un dosage en ciment plus faible). 8

9 TP 3 - Mesure de la résistance à la compression du béton (NF P ) 1. Objet. Déterminer la résistance à la compression et le module d'élasticité d'un Béton Haute Performance 2. Eprouvettes. Les éprouvettes utilisées sont des cylindres 16 x 32 cm (2 éprouvettes). 3. Détermination de la masse volumique des éprouvettes. Calculer leur masse volumique, en divisant la masse par le volume correspondant et la comparer à celle déterminée dans le TP précédent. 4. Surfaçage des éprouvettes. Les surfaces des éprouvettes cylindriques ne sont jamais planes, et pour bien repartir les efforts, les éprouvettes doivent être rectifiées par surfaçage au soufre. On utilise un mélange de 60% massique de fleur de soufre et 40% de sable fin (D 0,5 mm) que l'on chauffe dans un récipient approprié (durant cette opération, mettre la hotte en marche car il y a dégagement d'odeurs désagréables). Le dispositif de surfaçage est simple à utiliser : huiler le fond de l'appareil, verser une louche de mélange fondu dans la coupelle, descendre aussitôt l'éprouvette sur le mélange tout en appuyant sur les guides pour qu'elle soit verticale, la maintenir quelques instants jusqu'au durcissement du mélange; faire la même opération pour la deuxième face. 5. Conduite de l'essai de compression simple. Mettre en place et bien centrer l'éprouvette sur le plateau de la presse. Appliquer la charge de manière continue à une vitesse de 600 kn/mn, jusqu'à la rupture. Retenir pour charge de rupture la charge maximale enregistrée au cours de l'essai et calculer à 0,5 MPa près, la résistance correspondante f c en MPa. f c = F S max où Fmax est la charge maximale en kn, et S la section de l'éprouvette. 9

10 6. Le module d'élasticité instantané du béton. Sur une des trois éprouvettes, nous allons mesurer le module d'élasticité instantané du béton à l'aide d'un extensomètre à béton. Les trois capteurs de l'extensomètre vont nous permettre de suivre l'évolution de la déformation longitudinale de l'éprouvette sur une base de mesure de 11 cm. Nous déterminons le module d'élasticité E en traçant la courbe σ = f ( ε l ), pour σ variant de 0 à 0,5 c f, E étant le coefficient de la tangente à la courbe. Pour cet essai, la vitesse de chargement sera de 0.3 mm/mn. TP 3 - Mesure de la résistance à la traction par fendage du béton (NF P ) 1. Objet. Déterminer la résistance au fendage du béton. 2. Eprouvette L'éprouvette utilisée est un cylindre 16 x 32 cm (1 éprouvette). 3. Détermination de la masse volumique de l'éprouvette. 4. Conduite de l'essai. Placer l'éprouvette et les bandes de chargement entre les plateaux de la presse (horizontalement). Appliquer la charge d'une manière continue et sans chocs. La vitesse de chargement doit être constante pendant toute la durée de l'essai et égale à 240 kn/mn. Retenir pour charge de rupture la charge maximale enregistrée au cours de l'essai et calculer à 0,1 MPa près la résistance correspondante f t en MPa. f t = 20 F πdh max où Fmax est la charge maximale en kn, d le diamètre de l'éprouvette en cm h la hauteur de l'éprouvette en cm. 10

11 Travail demandé. 1 ) Déterminer la masse volumique du béton durci et la comparer à celle du béton frais. 2 ) Calculer la résistance à la compression du béton. Décrire la rupture de l'éprouvette. 3 ) Vérifier le critère de conformité pour la résistance en compression de ce béton, en supposant que 3 éprouvettes ont été testées. 4 ) Lors de l'élaboration de ce béton, on avait prévu une résistance à la compression de 60 MPa. Quel changement pourrait-on apporter au nouveau dosage en ciment suivant la résistance réelle obtenue? 5 ) A partir de la courbe de la résistance à la compression en fonction de la déformation longitudinale du béton, déterminer le module d'élasticité instantané du béton. 6 ) Le module d'élasticité instantané Ei d'un béton peut être évalué par la relation suivante (BAEL) : E = i f cj où f cj est exprimé en MPa. Calculer Ei et le comparer avec celui mesuré. 7 ) Déterminer la résistance à la traction par fendage f t et décrire la forme de rupture de l'éprouvette. 8 ) Le BAEL définit la résistance à la traction à partir de la résistance à la compression à j jours (pour j 28 jours) par les formules suivantes : tj 2 / 3 0,3 fcj f = pour des bétons < C 50/60 f =,12 ln(1 + ( f /10)) pour des bétons > C 50/60 tj 2 cj Calculer la résistance à la traction et la comparer à celle mesurée. Nota : vous pouvez évaluer la résistance à la compression à j jours par la formule suivante : j f c j = 4,76 + 0,83 j f c 28 11

12 Contrôle de conformité de la résistance en compression - Soit f cm la moyenne arithmétique des résistances à la compression obtenues sur n résultats d essais (critère 1) - Soit f ci le résultat individuel de résistance à la compression d un essai (critère 2) - Soit f ck la résistance caractéristique d'un béton Plan d échantillonnage et d essais Fréquence minimale d échantillonnage Production Initiale (jusqu à ce que 35 résultats d essai au moins aient été obtenus) Continue (une fois que 35 résultats d essai au moins ont été obtenus) 50 premiers m 3 de la production 3 échantillons Au-delà des 50 premiers m 3 de production Béton avec certification du contrôle de production 1 échantillon tous les 200 m 3 ou 2 échantillons par semaine de production 1 échantillon tous les 400 m 3 ou 1 échantillon par semaine de production Béton sans certification du contrôle de production 1 échantillon tous les 150 m 3 ou 1 échantillon par jour de production Critère de conformité La conformité de la résistance en compression du béton est évaluée pour : des groupes de «n» résultats d essais consécutifs f cm chaque résultat individuel d essai f ci La conformité est confirmée si les 2 critères donnés pour la production initiale ou continue sont satisfaits : Production Nombre «n» de résultats d essai de résistance dans le groupe Critère 1 Critère 2 Moyenne de n résultats (f cm ) en MPa Chaque résultat individuel d essai (f ci ) en MPa Initiale 3 f ck + 4 f ck - 4 Continue 15 f ck σ f ck

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table Béton TD 1- Essai d'étalement sur table ou Flow-table test (Norme ISO 9812) Cet essai est particulièrement adapté au béton très fluide, fortement dosé en superplastifiant. Le diamètre du plus gros granulat

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES (MTPTC) Validation Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES où peut-on construire une maison? 2 NON NON NON ne pas construire sous une falaise ne pas construire

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Sommaire. Conseils pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11

Sommaire. Conseils pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11 Sommaire 03 pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11 Murs Montage blocs béton 12-13 Montage de pierres 14-15 Rejointoiement 16-17 Montage de briques

Plus en détail

N09 Viaduc de Chillon

N09 Viaduc de Chillon Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes N09 Viaduc de Chillon Solution innovante en relation avec la RAG Conférence JERI

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE. Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme

DOCUMENTATION TECHNIQUE. Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme DOCUMENTATION TECHNIQUE Routes n 89 Septembre 2004 Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme Le traitement des sols en place

Plus en détail

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité Commission chargée de formuler des Avis Techniques --------------------------------------------------------------- Groupe Spécialisé n 12 Revêtements de sol et produits connexes Procédés barrières adhérents

Plus en détail

PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS. Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005

PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS. Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005 PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005 Les Propriétés Superficielles et Interfaciales des Liants Surfaces et interfaces Caractérisation des interfaces

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

FERMACELL Montage en doublage sur ossature

FERMACELL Montage en doublage sur ossature sur ossature Domaines d application Le système de doublage sur ossature FERMACELL consiste en une demi-cloison permettant de doubler un ouvrage maçonné existant de façon à en améliorer les performances

Plus en détail

Règlement pour construire une école 4 salles de classe

Règlement pour construire une école 4 salles de classe inter aide Lancem ent et suivi de pro grammes concrets d e développement Règlement pour construire une école 4 salles de classe Ce document présente 9 étapes pour réussir la construction --------- Dimensions

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

Fondaline. Membranes de protection des fondations. Imperméables Résistantes Durables

Fondaline. Membranes de protection des fondations. Imperméables Résistantes Durables Fondaline Membranes de protection des fondations Imperméables Résistantes Durables Fondaline, la protection du rev enterrés et l amélioration du d L apparition de traces d humidité ou d infiltrations d

Plus en détail

Document Technique d Application

Document Technique d Application Document Technique d Application Référence Avis Technique 13/15-1273 Annule et remplace le Document Technique d Application 13/12-1140*V1 Chape non destinée à l enrobage de planchers chauffants Chape fluide

Plus en détail

Document Technique d Application. Agilia sols A

Document Technique d Application. Agilia sols A Document Technique d Application Référence Avis Technique 12/09-1553*V2 Annule et remplace le Document Technique d Application 12/09-1553*V1 Intègre le modificatif 12/09-1553*02 Mod Chape fluide à base

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SikaLatex

FICHE TECHNIQUE SikaLatex FICHE TECHNIQUE SikaLatex RÉSINE À MÉLANGER À L'EAU DE GÂCHAGE DES MORTIERS DESCRIPTION DU PRODUIT Le SikaLatex est une dispersion aqueuse de résine synthétique qui se présente sous la forme d un liquide

Plus en détail

La protection des parois enterrées

La protection des parois enterrées La protection des parois enterrées Les produits pour traiter les remontées capillaires ou l action des eaux de ruissellement ou d infiltration : parce que les parois enterrées se doivent d être protégées

Plus en détail

Ainsi l humidité peut pénétrer jusque dans la structure.

Ainsi l humidité peut pénétrer jusque dans la structure. Conseil de pro : Etanchéité FERMACELL Sollicitation à l humidité/ domaine d application En fonction du type de sollicitation à l humidité, différentes mesures d étanchéités doivent être mises en œuvre.

Plus en détail

Catalogue des bandes BFL-Mastix

Catalogue des bandes BFL-Mastix Catalogue des bandes BFL-Mastix pour l étanchéité durable des joints type N type R NOUVEAU Profils spéciaux pour joints soumis à des mouvements et à des pressions élevées type R4 type RB Propriétés des

Plus en détail

weber.cel bordure (procomix)

weber.cel bordure (procomix) Κ. ΚΑΛΦΙΔΗΣ ΕΠΕΞΕΡΓΑΣΜΕΝΑ ΔΟΜΙΚΑ ΥΛΙΚΑ ΤΕΧΝΙΚΑ ΚΟΝΙΑΜΑΤΑ ΚΑΘΗΓ. Δ. ΕΥΡΙΓΕΝΗ 15 (ΚΕΡΑΜ. ΑΛΛΑΤΙΝΗ) ΤΚ 542 49 ΘΕΣ/ΝΙΚΗ ΤΗΛ / FAX: 2310-330 003 e-mail: info@weberkalfidis.gr www.weberkalfidis.gr Το έντυπο

Plus en détail

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES Joseph ABDO LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITN CESSITÉ La route : moyen de communication nécessaire au développement. - Mais, sa construction et son

Plus en détail

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13)

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) Aires industrielles Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) 19 20 Plateforme logistique de Bain-de-Bretagne (35) Identification Lieu : ZI de Bain-de-Bretagne (35) Maître d ouvrage

Plus en détail

PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment

PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment LEUVREY Jean-Pascal Elève Ingénieur de 5 ème année INSA Strasbourg GENIE CIVIL PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment Enseignant

Plus en détail

PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004

PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004 PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004 Avec exemples de spécifications de bétons et cahier des charges-type DOSSIER CIMENT 34 avril 2005 béton norme q4 (Ajp) BBSfB

Plus en détail

Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté

Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté X X X X Variante1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté Radier 3.1 F JM/Mastix SA 2013 Les opérations A B étanchéité contre

Plus en détail

Aquaroc. La plaque ciment très haute dureté pour les environnements à très forte hygrométrie

Aquaroc. La plaque ciment très haute dureté pour les environnements à très forte hygrométrie La plaque ciment très haute dureté pour les environnements à très forte hygrométrie o Description Pour les locaux à très forte hygrométrie ou soumis à forte sollicitation mécanique (choc d occupation),

Plus en détail

POLITERM BILLES DE POLYSTYRÈNE POUR MORTIER LÉGER ET BÉTON THERMO-ACOUSTIQUE

POLITERM BILLES DE POLYSTYRÈNE POUR MORTIER LÉGER ET BÉTON THERMO-ACOUSTIQUE POLITERM BILLES DE POLYSTYRÈNE POUR MORTIER LÉGER ET BÉTON THERMO-ACOUSTIQUE Le granulat POLITERM est l élément essentiel de toute notre gamme sols, c est une bille de polystyrène vierge expansée à granulométrie

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Filtre à sable vertical

Filtre à sable vertical EPURATION Filtre à sable vertical Mai 2006 Schéma de principe Longueur du filtre (mini 4m - maxi 15m) 0,50 m ou lit filtrant drainé canalisations d amenée non perforées 0,50 m 1 m regard de bouclage ventilé

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING.

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. Le contrôle de la mise en œuvre des liants d accrochage par le MTQ o Seulement dans les cas de malfaçon o Les malfaçons sont décrites dans le CCDG Selon le

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale Formation sur le retraitement à froid des chaussées souples Montréal, 4-6 décembre 2007 Plan de la présentation Méthode

Plus en détail

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait CHRYSO Serenis Agent réducteur de retrait C H RY S O S e re n i s A g e n t r é d u c t e u r d e re t r a i t Le béton est un matériau vivant, siège de réactions chimiques lentes et par ailleurs soumis

Plus en détail

Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier

Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier A.ASTESAN Ingénieur - chargé de mission Laboratoire régional de l'ouest parisien RÉSUMÉ Cet article fait la

Plus en détail

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Guy Nordenson and Associates RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Build Change, Programme d Assistance Technique à la Reconstruction de Logements suite

Plus en détail

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19)

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Marque de qualité identifiant les produits adaptés à notre environnement climatique Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Recommandations, conseils d utilisation et de mise

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES

Plus en détail

Guide du Maçon Holcim (Belgique) S.A.

Guide du Maçon Holcim (Belgique) S.A. Force. Performance. Passion. Guide du Maçon Holcim (Belgique) S.A. Votre Chantier / Applications Sommaire Scellement de carrelages Pose de tuiles Montage de murs Enduits de façade Sols A - Fondations 12

Plus en détail

Charges & actions sur les structures du génie civil

Charges & actions sur les structures du génie civil Charges & actions sur les structures du génie civil Préambule Les règlements "neige et vent" en vigueur concernés par ce cours sont : - règles nationales : NV 65 modifiée en 1999 et N 84 modifiées en 1995.

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Normes de dimensionnement : les Eurocodes «béton» Arnold BALLIERE 28 novembre 2013 CETE

Plus en détail

Systèmes de soutènement

Systèmes de soutènement FrankiFoundations Belgium Systèmes de soutènement Synthèse des techniques approche b Ir M.Bottiau FrankiFoundations Belgium DeputyGeneral M ABEF President Systèmes de soutènement Dimensionnement: en cours

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art

les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art par E. PRANDI Ingénieur des Ponts et Chaussées chargé de l'arrondissement de l'ouest et du Laboratoire Régional d'autun Il est difficile

Plus en détail

Réalisation d une fouille profonde dans une géologie complexe le long d une ligne ferroviaire en service

Réalisation d une fouille profonde dans une géologie complexe le long d une ligne ferroviaire en service Flexible thinking, reliable results Réalisation d une fouille profonde dans une géologie complexe le long d une ligne ferroviaire en service Maekelberg Wim Lejeune Colombine TUC Rail s.a. 22-02-2013 Table

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Valorisation d une argile gréseuse comme ajout pour la fabrication d un ciment à faible impact environnemental

Valorisation d une argile gréseuse comme ajout pour la fabrication d un ciment à faible impact environnemental Valorisation d une argile gréseuse comme ajout pour la fabrication d un ciment à faible impact environnemental M. Siline 1, E. Ghorbel 2, M. Bibi 1 1 Université de M sila, Algérie 2 L2MGC université de

Plus en détail

SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM

SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM Nouvelle solution en grès cérame grande épaisseur pour l aménagement extérieur. Dalles en grès cérame fin coloré pleine masse de 2 cm d épaisseur, obtenues par atomisation

Plus en détail

PRODUITS DE MISE EN ŒUVRE DU CARRELAGE

PRODUITS DE MISE EN ŒUVRE DU CARRELAGE PRODUITS DE MISE EN ŒUVRE DU PRIMAIRES COLLES RAGRÉAGES JOINTS EDILIS : UNE GAMME COMPLÈTE DES PRODUITS DE MISE EN ŒUVRE POUR LES CARRELEURS : PRIMAIRES PRIMAIRES RAGREAGES RAGREAGES COLLES COLLES JOINTS

Plus en détail

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures TZ-fert_franz.QXD 20.09.2006 13:52 Uhr Seite 1 Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures Préparation: Ajouter la quantité d eau requise (voir indications

Plus en détail

CCTP type Bordereau de prix unitaire - BPU Détail estimatif - DE

CCTP type Bordereau de prix unitaire - BPU Détail estimatif - DE COLLECTION T E C H N I Q U E C I M B É T O N T 64 CARREFOURS GIRATOIRES EN BÉTON TOME 2 CCTP type Bordereau de prix unitaire - BPU Détail estimatif - DE CARREFOURS GIRATOIRES EN BÉTON TOME 2 CCTP type

Plus en détail

ETANCHEITE DES FONDATIONS

ETANCHEITE DES FONDATIONS ETANCHEITE DES FONDATIONS H UM I DIT É DE S S O US-SOL Par définition, le sous-sol d un bâtiment désigne l ensemble des locaux (cave, garage, parfois pièce aménagée d un pavillon, caves ou parkings en

Plus en détail

CENTRALE A BETON FIXE CAPACITE 80M³/H

CENTRALE A BETON FIXE CAPACITE 80M³/H Dans cette image des options non compris dans l offre disponibles si demandés CENTRALE A BETON FIXE CAPACITE 80M³/H Compartiments d emmagasinage (trémies) agrégats Formule standard: 1 sable 900 Kg/m³,

Plus en détail

1 Technologie LIMITER LA FISSURATION: CONDITION INDISPENSABLE A LA DURABILITÉ DES BÉTONS

1 Technologie LIMITER LA FISSURATION: CONDITION INDISPENSABLE A LA DURABILITÉ DES BÉTONS LIMITER LA FISSURATION : CONDITION INDISPENSABLE à LA DURABILITÉ DES BÉTONS TECHNOLOGIE NOVEMBRE 2010 BBSfB Ef2 (F47) Hydratation et mécanismes de retrait Ressuage Retrait plastique Retrait endogène Retrait

Plus en détail

CATALOGUE GENERALE. Technologie de pompage pour le bâtiment. Technologie de pompage pour le bâtiment le bâtiment. Technologie de pompage pour le bâtim

CATALOGUE GENERALE. Technologie de pompage pour le bâtiment. Technologie de pompage pour le bâtiment le bâtiment. Technologie de pompage pour le bâtim technologie de pompage pour le batiment le bâtiment Technologie de pompage pour le bâtim Technologie de pompage pour le batiment Technologie de pompage pour Technologie de pompage pour le batiment CATALOGUE

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Chapitre 4 Statique des fluides

Chapitre 4 Statique des fluides Chapitre 4 Statique des fluides Un fluide est corps liquide (état compact et désordonné) ou gazeux (état dispersé et désordonné). On ne s intéresse ici qu à une partie de la statique des fluides : la notion

Plus en détail

CIMENT NATUREL UNIQUE ET DURABLE. Eau & assainissement

CIMENT NATUREL UNIQUE ET DURABLE. Eau & assainissement LE PROMPT VICAT CIMENT NATUREL Eau & assainissement Le prompt Vicat POUR L EAU et L ASSAINISSEMENT Imperméabilisez et réparez vos ouvrages! LE PROMPT VICAT est un ciment naturel, de couleur ocre clair,

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

TECHNIQUES ANTI-REMONTÉES DES FISSURES. Guide d emploi en chaussées aéronautiques

TECHNIQUES ANTI-REMONTÉES DES FISSURES. Guide d emploi en chaussées aéronautiques TECHNIQUES ANTI-REMONTÉES DES FISSURES Guide d emploi en chaussées aéronautiques SERVICE TECHNIQUE DES BASES AÉRIENNES AVRIL 1999 TECHNIQUES ANTI-REMONTÉES DES FISSURES Guide d emploi en chaussées aéronautiques

Plus en détail

Dénomination Aspect et parement Façon de joint Faces lits et joints

Dénomination Aspect et parement Façon de joint Faces lits et joints MURS Cette fiche s'applique à la fourniture et à la mise en œuvre des éléments en granit destinés à la construction des murs massifs, des murs composites et des murs doubles. 1. FOURNITURE 1.1 DEFINITION

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE PRESENTATION DEFINITION DU BESOIN A SATISFAIRE Déplacer une masse de m = 36 Kg à une vitesse V = 0,33 m/s, hauteur déployée 1m. SOLUTION MECANIQUE

Plus en détail

ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION ROUTIÈRE CHEMINS MUNICIPAUX

ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION ROUTIÈRE CHEMINS MUNICIPAUX ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA 100, chemin Old Chelsea, Chelsea (Québec) J9B 1C1 Tél.: (819) 827-1124 Télécopieur : (819) 827-2672 Courriel : info@chelsea.ca CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION

Plus en détail

CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013

CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013 CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013 AKTA - Chanvre Chènevotte calibrée pour le béton de chanvre et enduits isolants Domaine d emploi AKTA Chanvre est issu d un chanvre non-roui.

Plus en détail

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

FERMACELL Montage cloison 1 S 31 1S 41

FERMACELL Montage cloison 1 S 31 1S 41 1 S 31 1S 41 Domaines d application La cloison simple peau FERMACELL est une cloison de type distributif, non portante. Elle trouve son domaine d'application privilégié dans les cloisonnements pour la

Plus en détail

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Présenté par : Catherine Lavoie ing. M.Sc. Agente technique Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Attestation d'utilisation AEAI n 20743

Attestation d'utilisation AEAI n 20743 Attestation d'utilisation AEAI n 20743 Groupe 401 Gaines techniques pour l'installation de conduits de fumée Fermacell GmbH FERMACELL AESTUVER EI 90-RF1 Description Système de gaine continue à 4 côtés,

Plus en détail

Salles de bains PMR *

Salles de bains PMR * solutions accessibilité Salles de bains PMR * * Personne à Mobilité Réduite Bandes d éveil de vigilance Escaliers carrelés www.desvres.com solutions accessibilite EXIgENCES ET CONTRaINTES Projections d

Plus en détail

QFA31... Sondes d'ambiance. Building Technologies HVAC Products. Symaro. pour température et humidité relative

QFA31... Sondes d'ambiance. Building Technologies HVAC Products. Symaro. pour température et humidité relative 1 858 1858P01 1858P02 Symaro Sondes d'ambiance pour température et humidité relative QFA31... Alimentation 24 V~ ou 13,5...3 Signal de sortie 0...10 V / 4 20 ma pour humidité relative et température Très

Plus en détail

LE COMPORTEMENT DES BETONS AU TRES JEUNE

LE COMPORTEMENT DES BETONS AU TRES JEUNE Centre des Matériaux de Grande Diffusion Ecole Doctorale MTGC Centrale Nantes LE COMPORTEMENT DES BETONS AU TRES JEUNE Par Elanga MBEMBA Directeur de thèse Ahmed LOUKILI Encadrants Philippe DEVILLERS Pierre

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

Douille expansibleécarteur

Douille expansibleécarteur 08/2011 Instructions de montage 999415003 fr Douille expansibleécarteur 15,0 Référence 581120000 Description La douille expansible écarteur 15,0 sert à l ancrage du coffrage une face dans le béton. Il

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été élaborée

Plus en détail

Parois industrielles préfabriquées. Willy Naessens 61

Parois industrielles préfabriquées. Willy Naessens 61 Parois industrielles préfabriquées Willy Naessens 61 Dans le domaine de la préfabrication, les parois préfabriquées en béton offrent une solution efficace pour toutes façades extérieures et cloisonnements

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Système d isolation phonique sous carrelage

Système d isolation phonique sous carrelage Système d isolation phonique sous carrelage CARACTERISTIQUES Performance acoustique élevée : Lw = 19 db Rapport d essai N R11-26034592 du CSTB Conforme à la règlementation acoustique en vigueur (NRA 2000)

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide F-a5 4 e édition Octobre 2011 Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide Fesco, Fesco S, Kooltherm K4, Retrofit, Retrofit S, sous-couches PUR, PSE 1b 2b 2c

Plus en détail

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration.

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration. SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

GLOSSAIRE. ACCÉLÉRATEUR DE DURCISSEMENT Adjuvant. Introduit dans l eau de gâchage, il raccourcit la durée de la phase de durcissement du béton.

GLOSSAIRE. ACCÉLÉRATEUR DE DURCISSEMENT Adjuvant. Introduit dans l eau de gâchage, il raccourcit la durée de la phase de durcissement du béton. A ACCÉLÉRATEUR DE DURCISSEMENT Adjuvant. Introduit dans l eau de gâchage, il raccourcit la durée de la phase de durcissement du béton. ACCÉLÉRATEUR DE PRISE Adjuvant. Introduit dans l eau de gâchage, il

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

Cloisons de distribution Caroplatre

Cloisons de distribution Caroplatre 04 Cloisons de distribution en carreaux de plâtre Cloisons de distribution Caroplatre Description Les carreaux de plâtre Caroplatre sont des éléments en plâtre 100% naturel fabriqués en usine. Leur coloration

Plus en détail

Guide de pose. pavés, dalles et bordures

Guide de pose. pavés, dalles et bordures [ carnet de chantier ] Guide de pose des pavés, dalles et bordures préfabriqués en béton édito Ce carnet, plus particulièrement destiné au personnel de chantier, présente sous forme synthétique et illustrée

Plus en détail

CITERNES DE STOCKAGE DES EAUX DE PLUIE (IMPLUVIUMS)

CITERNES DE STOCKAGE DES EAUX DE PLUIE (IMPLUVIUMS) INTRODUCTION Cette fiche a été rédigée par l équipe technique du CREPA CITERNES DE STOCKAGE DES EAUX DE PLUIE (IMPLUVIUMS) Un impluvium est un système de captage des eaux de pluie, composé de : - 1 toiture

Plus en détail

Groupe Spécialisé n 3. Structures, planchers et autres composants structuraux. Vu pour enregistrement le 16 mai 2008

Groupe Spécialisé n 3. Structures, planchers et autres composants structuraux. Vu pour enregistrement le 16 mai 2008 Avis Technique 3/07-551 ouvrage en béton armé étanche Système ZEMENTOL Titulaire : ZEMENTOL France Sarl 32 rue Roger Frémeaux FR-68420 Voegtlinshoffen Tél. : 03 89 86 45 40 Fax : 03 89 49 21 81 Commission

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Procédé de mur en béton léger Wall with insulating light concrete Wand auf Basis von isolierenden leichten Betons Constat de Traditionalité n 20/10-170 Edition corrigée du 1 er décembre 210 Procédé de

Plus en détail

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs Revêtements de sols intérieurs en carreaux céramiques de grand format et de format oblong collés au moyen de mortiers-colles dans les locaux P3 au plus en travaux neufs Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT

GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT 06 GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT information général & applications FR GEOSYNTHETIQUES En appliquant les constructions de soutènement Emoblock avec la géogrille Fortrac, nous créons une solution

Plus en détail