COUR DU QUÉBEC 2013 QCCQ 816 (CanLII)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR DU QUÉBEC 2013 QCCQ 816 (CanLII)"

Transcription

1 Desjardins Assurances générales inc. c. Produits RLM inc QCCQ 816 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI LOCALITÉ DE CHICOUTIMI «Chambre Civile» N : COUR DU QUÉBEC DATE : 8 février 2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE LINA BOND, J.C.Q. JB2986 DESJARDINS ASSURANCES GÉNÉRALES INC. c. Demanderesse LES PRODUITS R.L.M. INC. et PROMUTUEL DU LAC AU FJORD Défenderesses JUGEMENT Sur requête en irrecevabilité

2 PAGE : 2 [1] Les défenderesses, Les Produits R.L.M. inc. (ci-après «R.L.M.») et Promutuel du Lac au Fjord («Promutuel») présentent une requête en irrecevabilité à l'encontre du recours déposé par Desjardins Assurances Générales inc. («Desjardins»). Cette dernière réclame à R.L.M. et Promutuel l'indemnité payée à la suite d'un incendie survenu dans un immeuble appartenant à l'office Municipal d'habitation de Petit- Saguenay («OMH»). [2] Les défenderesses soumettent que le recours subrogatoire est irrecevable car R.L.M. est une assurée innommée au contrat d'assurance Desjardins, empêchant ainsi tout recours subrogatoire tant à son endroit qu'envers Promutuel. [3] Rappelons que ce moyen d'irrecevabilité doit être examiné en regard des principes suivants comme le rapporte la Cour d'appel 1 : [17] Le juge de première instance a correctement énuméré les principes juridiques qui sous-tendent l'irrecevabilité d'un recours sous l'article 165(4) du Code de procédure civile au paragraphe 66 du jugement attaqué : [66] Les principes juridiques liés à l'irrecevabilité sont les suivants : Les allégations de la requête introductive d'instance sont tenues pour avérées, ce qui comprend les pièces déposées à son soutien; Seuls les faits allégués doivent être tenus pour avérés et non pas la qualification de ces faits par le demandeur; Le Tribunal n'a pas à décider des chances de succès du demandeur ni du bien-fondé des faits allégués. Il appartient au juge du fond de décider, après avoir entendu la preuve et les plaidoiries, si les allégations de faits ont été prouvées; Le Tribunal doit déclarer l'action recevable si les allégations de la requête introductive d'instance sont susceptibles de donner éventuellement ouverture aux conclusions recherchées; La requête en irrecevabilité n'a pas pour but de décider avant procès des prétentions légales des parties. Son seul but est de juger si les conditions de la procédure sont solidaires des faits allégués, ce qui nécessite un examen explicite mais également implicite du droit invoqué; 1 Bohémier c. Barreau du Québec, 2012 QCCA 308.

3 PAGE : 3 On ne peut rejeter une requête en irrecevabilité sous prétexte qu'elle soulève des questions complexes; LE CONTEXTE En matière d'irrecevabilité, un principe de prudence s'applique. Dans l'incertitude, il faut éviter de mettre prématurément à un procès; En cas de doute, il faut laisser au demandeur la chance d'être entendu au fond. [4] En 2008, Desjardins, émet une police d'assurance, en faveur de Les Entreprises Constructions Gigari inc. («Gigari»), entrepreneur en construction et rénovation de bâtiments résidentiels et commerciaux. [5] Quant à Promutuel, en 2008, il assure la responsabilité civile de R.L.M. [6] Le 1 er décembre 2008, Gigari, après avoir soumissionné, est mandatée pour réaliser des travaux de réfection de toiture, réparation de l'enveloppe extérieure, drainage et ventilation sur trois immeubles appartenant à l'omh. [7] Le 16 décembre 2008, Gigari confie à R.L.M. les travaux sur les fondations des trois immeubles, soit la fourniture et l'installation d'une membrane. [8] Le document confirmant le contrat conclu entre Gigari et R.L.M. est un bon de commande 2 sur lequel est inscrit «en conformité avec les documents d'appel d'offres». L'une des clauses de l'appel d'offres mentionne : Instructions aux soumissionnaires. Le fournisseur est également responsable pour tout dommage causé par luimême, ses employés ou sous-traitants, au propriétaires ou aux tiers, et découlant de l'exécution du contrat ou de l'utilisation d'appareils défectueux, mal entretenus ou mal utilisés 3. [9] Le 17 décembre 2008, un incendie endommage un des immeubles lorsqu'un employé de R.L.M. utilise un chalumeau au propane pour installer une membrane sur la fondation. 2 3 P-2 et interrogatoire avant défense de la part de la défense, le 24 février 2012, témoin : M. Carl Murray, page 9, lignes 4 à 17. Interrogatoire avant défense de la part de la défense, le 24 février 2012, témoin : M. Carl Murray, page 32, lignes 1 à 23.

4 PAGE : 4 [10] Desjardins, paie une indemnité de ,80 $ au propriétaire de l'immeuble, soit OMH. [11] Gigari assume une franchise de $. [12] Desjardins réclame ,80 $ à R.L.M. et Promutuel. [13] Desjardins soumet que R.L.M. est responsable de l'incendie et des dommages causés car elle assume la responsabilité des fautes de ses employés, n'a pas exécuté ses travaux selon les règles de l'art et n'a pas pris les moyens afin d'éviter l'incendie. [14] Desjardins poursuit Promutuel, l'assureur de R.L.M. en invoquant la subrogation légale et conventionnelle dans les droits et recours de Gigari. PRÉTENTION DES PARTIES [15] Dans leur requête en irrecevabilité, Promutuel et R.L.M. allèguent que Desjardins a indemnisé, en vertu de son contrat d'assurance sous le volet «Assuranceresponsabilité civile». Elles formulent ainsi leurs prétentions : 11. Le contrat liant la demanderesse (pièce R-1) et son assurée n'exclut pas la couverture des sous-traitants dans le volet assurance de biens et la reconnaît dans le volet assurance responsabilité civile; 12. La règle de la subrogation ne peut donc s'appliquer puisqu'elle ne saurait s'opérer entre co-assurés d'un même contrat d'assurance, la défenderesse Produits R.L.M. inc. étant couverte pour sa responsabilité civile émanant du fait de ses travaux en sous-traitance effectués à l'office Municipal d'habitation, sous la police d'assurance de Les Entreprises de Construction Gigari inc. (pièce R-1); 13. Par conséquent, la défenderesse Produits R.L.M. inc. est une assurée innomée audit contrat, ce qui empêche tout recours subrogatoire à son endroit et envers son assureur Promutuel du Lac au Fjord, rendant par le fait même la requête introductive d'instance sans fondement juridique et irrecevable; [16] Desjardins plaide que la question mérite d'être examinée au fond car il faut distinguer le présent cas des autres jugements rendus car ils traitent des contrats d'assurance s'intitulant «Assurance de chantier» alors que le contrat visé par le litige s'intitule «Multirisque des entrepreneurs». QUESTION EN LITIGE [17] R.L.M., sous-traitante, est-elle une assurée innommée de Desjardins en vertu du contrat d'assurance émis en faveur de Gigari, rendant ainsi recevable le recours subrogatoire exercé par Desjardins?

5 PAGE : 5 ANALYSE [18] Le contrat d'assurance intervenu entre Desjardins et Gigari, prenant effet le 5 septembre 2008, porte le nom «MULTIRISQUE DES ENTREPRENEURS». Il contient quatre sections dont l'une «Assurance des biens Bâtiments et/ou contenu» (Section I) et une autre «Assurance de la responsabilité civile de l'entreprise» (Section IV). [19] Il est nécessaire de reproduire certains extraits : SECTION 1 ASSURANCE DES BIENS BÂTIMENTS ET/OU CONTENU FORMULE ÉTENDUE CHAPITRE A NATURE ET ETENDUE DE L'ASSURANCE NOUS COUVRONS vos biens à concurrence des montants stipulés pour chacun aux Conditions particulières. La garantie se limite à votre intérêt, étant précisé qu'elle ne saurait être augmentée du fait d'une pluralité d'assurés ou d'intérêts. 1. BIENS GARANTIS NOUS COUVRONS les articles en regard desquels il est stipulé un montant de garantie aux Conditions particulières. La présente assurance s'applique au ou aux : 1.1 BATIMENTS Les bâtiments qui se trouvent aux situations désignées aux Conditions particulières. 1.2 CONTENU PARTICULIER A L'ENTREPRISE Les marchandises, le matériel qui se rattachent habituellement ou accessoirement à vos activités professionnelles décrites aux Conditions particulières et se trouvant aux lieux assurés, désignées auxdites Conditions particulières ou à bord de véhicules dans un rayon de 100 mètres (328 pieds) desdites situations, mais uniquement au Canada et dans la partie continentale des Etats-Unis d'amérique, à l'exclusion de l'alaska. 1.3 GARANTIES COMPLEMENTAIRES Les biens et garanties accordés au chapitre C. 2. RISQUES GARANTIS

6 PAGE : 6 Sous réserve des exclusions et des limitations ci-après, la présente assurance COUVRE TOUS LES RISQUES pouvant atteindre directement les biens garantis. [20] Lesdites garanties complémentaires accordées au chapitre C sont les suivantes : CHAPITRE C GARANTIES COMPLEMENTAIRES NOUS INCLUONS les garanties complémentaires suivantes sous réserve des montants stipulés aux Conditions particulières, des exclusions, des dispositions et des définitions du présent contrat, [ ] 12. Biens sur un chantier ou en cours d'installation «CHANTIER GLOBAL» et/ou «CHANTIER SPÉCIFIQUE» NOUS COUVRONS à concurrence des montants d'assurance stipulés aux Conditions particulières : 12.1 Les biens sur un chantier ou en cours d'installation, de construction, de reconstruction ou de réparation : Les matériaux de construction et fournitures sur un chantier appartenant à l'assuré sur lesquels il a le pouvoir de gestion ou de direction ainsi que les biens de même nature appartenant à autrui que vous êtes tenu de faire assurer ou dont vous pouvez être responsable et qui sont destinés à entrer dans l'ouvrage de l'assuré. CHAPITRE F DEFINITIONS [ ] Chantier : lieu d'exécution des travaux d'installation, de construction, de reconstruction ou de réparation. [...] [soulignements ajoutés] [21] Pour compléter ces extraits, l'on doit également se référer aux conditions particulières de la police où l'on retrouve les informations suivantes : BIENS SUR UN CHANTIER OU EN COURS D'INSTALLATION (GLOBAL) REGLE PROPORTIONNELLE 100 % LIMITE PAR CHANTIER (FRANCHISE PAR GARANTIE 500 $, MONTANT $) LIMITE PAR SINISTRE IMPLIQUANT PLUS D'UN CHANTIER (MONTANT $) [22] L'article 2483 du Code civil du Québec établit que l'assurance de biens peut être stipulée pour autrui : L'assurance de biens peut être contractée pour le compte de qui il appartiendra. La clause vaut, tant comme assurance au profit du titulaire de

7 PAGE : 7 la police que comme stipulation pour autrui au profit du bénéficiaire connu ou éventuel de ladite clause. Le titulaire de la police est seul tenu au paiement de la prime envers l'assureur; les exceptions que l'assureur pourrait lui opposer sont également opposables au bénéficiaire du contrat, quel qu'il soit. [23] La clause 12, citée précédemment, est effectivement stipulée à l'égard d'autrui puisqu'il y est indiqué que l'assurance couvre «les biens de même nature appartenant à autrui que vous êtes tenu de faire assurer ou dont vous pouvez être responsable et qui sont destinés à entrer dans l'ouvrage de l'assuré». [24] La jurisprudence qualifie l'assurance de chantier comme étant une assurance de biens 4. [25] Selon la Cour d'appel, l'interprétation des clauses d'une police «Assurance des chantiers Formule étendue» doit se faire en s'inspirant du rôle que tient ce type d'assurance qui est de prévenir les poursuites entre les intervenants d'un même ouvrage : [43] À mon avis, pour interpréter les clauses de la Police en litige, il faut considérer le rôle de ce type d'assurance dans l'industrie de la construction. Il s'agit d'une assurance de biens qui vise à empêcher que des parties engagées sur un même chantier n'aient à se poursuivre mutuellement en cas de sinistre, et ce, dans le but de permettre une reconstruction rapide. 5 [26] Cette dernière affirmation prend sa source dans l'arrêt Commonwealth Construction Co. Ltd. c. Imperial Oil Ltd., dans lequel la Cour suprême reconnaît l'intérêt assurable de chacune des parties qui travaillent sur le chantier de construction : Dans tout chantier, et plus particulièrement quand le bâtiment qui est érigé est une usine complexe de produits chimiques, la possibilité qu un homme de métier cause un dommage, aux biens d un autre et à la construction dans son ensemble est omniprésente. Si elle devient réalité, la question de la négligence, en l absence d une assurance générale contre les dommages matériels, devra être portée devant les tribunaux. En reconnaissant à tous les hommes de métier un intérêt assurable fondé sur cette possibilité très réelle, qui elle-même trouve sa source dans les contrats leur donnant accès au chantier, les tribunaux appliqueraient au domaine de la construction le principe établi depuis si longtemps en matière de dépôt. Ainsi on éviterait à 4 5 Optimum, société d'assurances inc. c. Plomberie Raymond Lemelin, 2009 QCCQ 416, par. 43; AXA Assurances inc. c. Valko Électrique inc., 2008 QCCA 2414, par. 16; AXA Assurances inc. c. Plomberie Bourque et Fournier inc., 2009 QCCS 349, 21 (confirmé par la Cour d'appel, 2011 QCCA 559). Optimum, société d'assurances inc. c. Plomberie Raymond Lemelin, Id.

8 PAGE : 8 toutes les parties dont les efforts conjoints ont un but commun, à savoir l achèvement des travaux, la nécessité de s attaquer en cas d accident impliquant la responsabilité éventuelle de l un d entre eux. [ ] Comme je l ai déjà fait remarquer, la police d assurance multi-risques en cause est appelée, dans le contrat entre Imperial et Wellman-Lord, une assurance de construction en cours. En Angleterre ce type d assurance s appelle habituellement [TRADUCTION] «une assurance tout risque des entrepreneurs» et aux États-Unis, [TRADUCTION] «une assurance des risques des entrepreneurs de construction». Quelle que soit son étiquette, son rôle est de fournir au propriétaire la promesse que les entrepreneurs auront les fonds nécessaires pour reconstruire en cas de sinistre et de protéger les entrepreneurs contre le prix désastreux d un départ à zéro dans une telle éventualité; le tout se fait sans recourir à la justice en cas de négligence de la part d une personne engagée dans la construction, risque accepté par les assureurs au départ. 6 [27] Dans un article de doctrine, la notion d'assuré innommé a été ainsi définie : The notion of "Unnamed Insured" under a Builders Risk policy refers to the determination that due to its interest in the construction project covered by the Builders Risk policy and to its participation in the construction work, a subcontractor is to be considered an insured thereunder even though it is not expressly referred to either in the definition of "Insured" or elsewhere in the policy. 7 [28] Le critère développé par les tribunaux pour reconnaître à un sous-traitant le statut d'assuré innommé dans une police d'assurance de chantier a fait l'objet de 3 décisions de la Cour d'appel du Québec. Ces arrêts font le point sur la question et orientent clairement le débat. [29] Le principe établi est à l'effet que le sous-traitant sera considéré comme un assuré innommé de la police d'assurance si les biens dont il est propriétaire sont destinés à entrer dans l'ouvrage de l'entrepreneur. Les biens couverts par une assurance de chantier sont généralement définis comme étant les biens en cours d'installation, de construction, de reconstruction ou de réparation. 6 7 [1978] 1 R.C.S. 317, ,328. Ronald. W. SILVERSON, «Builders Risk Insurance Policies Whose Risks and What Risks?», dans Service de la formation permanente, Barreau du Québec, vol. nº 306, Développements récents en droit des assurances, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 2009, p. 3, à la page 18.

9 PAGE : 9 [30] D'abord, dans AXA Assurances inc. c. Valko Électrique inc. 8, une défaillance électrique du système de chauffage installé par le sous-traitant cause un incendie dans l'immeuble en rénovation. On reproche au sous-traitant d'avoir installé un produit défectueux sans avoir respecté les règles de l'art et les normes applicables. [31] La Cour d'appel confirme le rejet du recours subrogatoire de l'assureur contre le sous-traitant Valko en raison de son statut d'assuré innommé : [16] Le juge de première instance qualifie la police d'assurance délivrée par Axa comme une assurance de chantier, laquelle par définition constitue une assurance de biens. Les termes mêmes de la police d'assurance lui donnent raison. Il suffit pour s'en convaincre de se référer à la clause de la police qui décrit les biens assurés et les risques assurés qui couvrent, dans ce dernier cas, «[ ] tous les risques pouvant directement atteindre les biens assurés». Or, les biens assurés sont, selon la police d'assurance, les biens en cours de construction, d'installation, de reconstruction ou de réparation, pourvu qu'ils soient destinés à entrer dans l'ouvrage désigné. [17] Le juge de première instance a raison de conclure que les intimées sont des assurées innommées à la police d'assurance chantier émise par Axa et qu'elles sont à ce titre couvertes par celle ci. Partant, la subrogation ne peut opérer, mais cela ne vaut que pour les travaux réalisés dans l'exécution de leur contrat respectif de sous traitance. [18] Ainsi, le recours intenté contre Valko n'est pas fondé en droit puisque la faute alléguée contre celle-ci tient essentiellement à son exécution de son contrat de sous traitance, ce qui emporte comme conséquence l'irrecevabilité du recours. [nos soulignements] [32] Ensuite, il y a l'arrêt Optimum, société d'assurances inc. c. Plomberie Raymond Lemelin inc. 9 Le sous-traitant effectue ses travaux de plomberie dans un bâtiment en construction et l'entrepreneur procède à l'alimentation en eau de l'immeuble puis, quitte les lieux. Le lendemain matin, on constate un important dégât d'eau causé par une bague incorrectement serrée sur un tuyau de plomberie. L'assureur Optimum exerce un recours subrogatoire contre Plomberie Raymond Lemelin inc. [33] La Cour d'appel confirme le rejet du recours subrogatoire et conclut en ces termes : [45] En l'espèce, il appert des termes utilisés à la Police que non seulement les biens appartenant à l'assuré sont protégés en cas de sinistre, mais également ceux dont il n'est pas propriétaire. Il suffit, dans ce dernier cas, que ces biens soient destinés à entrer dans l'ouvrage. En conséquence, le QCCA Précité, note 1.

10 PAGE : 10 sous-traitant propriétaire de tels biens est un bénéficiaire de la Police, sans qu'il soit pour autant nécessaire de le nommer expressément comme le prévoit d'ailleurs l'article 2483 C.c.Q. [ ] [48] De même, je suis d'avis que l'absence d'entente écrite selon laquelle T.B. Construction aurait dû ajouter Plomberie comme assurée à la Police ne fait pas en sorte qu'il faille conclure que cette dernière n'est pas une assurée innommée. L'entente contractuelle concernant l'assurance n'est pas une condition essentielle. L'intention d'assurer les sous-traitants découle plutôt des besoins de l'industrie de la construction, des termes utilisés et de la nature de la police. 10 [34] Enfin, la Cour d'appel dans Axa Assurances inc. c. Oswald 11 confirme la position retenue par la Cour supérieure, l'estimant conforme à sa décision dans Optimum citée précédemment. Dans cette affaire, alors que l'employé du sous-traitant manipule sa torche acétylène, il met le feu à des matériaux. L'incendie détruit neuf unités de maison en construction. AXA, assureur de l'entrepreneur verse l'indemnité et poursuit le soustraitant ainsi que son employé. [35] La Cour supérieure résume ainsi le critère utilisé par les tribunaux : [29] De ces enseignements, il ressort clairement que le critère utilisé tant par les tribunaux de Common Law que ceux de droit civil est que si le bien propriété d'un tiers est destiné à être incorporé à l'ouvrage, il bénéficie d'une assurance de biens et dès lors son propriétaire devient un assuré innommé. 12 CONCLUSION [36] Ici, l'incendie survient lorsque l'employé du sous-traitant R.L.M. utilise un chalumeau pour installer une membrane sur la fondation d'un bâtiment en rénovation. [37] Cette membrane appartenant au sous-traitant R.L.M. est destinée à être incorporée à l'ouvrage. [38] Le Tribunal conclut que R.L.M. est un tiers qui bénéficie de l'assurance au sens des clauses 12.1 et et répond donc au critère de l'assurée innommée. [39] En effet, dans le présent cas, le libellé des clauses quant aux biens assurés s'apparente à ceux examinés par la Cour d'appel dans les arrêts précités Optimum, société d'assurances inc. c. Plomberie Raymond Lemelin inc., précité, note QCCA 559. Axa Assurances inc. c. Plomberie Bourque et Fournier inc., 2009 QCCS 349.

11 PAGE : 11 [40] Bien que la police de Desjardins utilise une phraséologie différente de celles citées dans ces arrêts, il n'en reste pas moins que le vocable adopté est similaire. De ce fait, l'essence de ces clauses est identique et les interpréter différemment aurait pour effet de dénaturer ce type d'assurance. [41] Puisque le risque assurable dans la section ASSURANCE DES BIENS BÂTIMENTS ET/OU CONTENU FORMULE ÉTENDUE bénéficie à R.L.M., sous-traitante, elle est une assurée innommée et cette situation fait échec au recours subrogatoire de la demanderesse. [42] Les allégations des parties à l'effet que le paiement de l'indemnité est versé sous le volet «assurance responsabilité civile» ne modifie en rien la réalité juridique applicable sous l'aspect assurance de biens. POUR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL : ACCUEILLE la requête en irrecevabilité; REJETTE la requête introductive d'instance; AVEC DÉPENS. M e Marie Pelletier Pelletier D'Amours 6300, boul. de la Rive-Sud Lévis (Québec) G6V 6P9 Procureurs de la demanderesse LINA BOND, J.C.Q. M e Nadine Daoud Gauthier Bédard 364, rue Racine Est Chicoutimi (Québec) G7H 5B7 Procureurs des défenderesses

«L ASSURANCE RESPONSABILITÉ ET LA FAMILLE RECONSTITUÉE : OÙ EN EST LA COUR D APPEL?»

«L ASSURANCE RESPONSABILITÉ ET LA FAMILLE RECONSTITUÉE : OÙ EN EST LA COUR D APPEL?» MARS-AVRIL 2010 CHRONIQUE JURIDIQUE FORMATION AESIQ Printemps-été 2010 (voir détails à l intérieur) «L ASSURANCE RESPONSABILITÉ ET LA FAMILLE RECONSTITUÉE : OÙ EN EST LA COUR D APPEL?» JONATHAN LACOSTE-JOBIN

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

Concours d assurances (RC-TRC)

Concours d assurances (RC-TRC) Concours d assurances (RC-TRC) 21 avril 2015 Hugo Keulers 1. Concours d assurances: quel contexte? La personne qui a subi un dommage peut se retourner potentiellement contre plusieurs assureurs en vertu

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES

CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES COLLECTE SÉLECTIVE DEVIS NORMALISÉ FOURNITURE DE SERVICES CAHIER DES GARANTIES ET ASSURANCES PRÉPARÉ PAR : MRC DE DRUMMOND NOVEMBRE 2004 DEVIS NORMALISÉ FOURNITURE DE SERVICES CAHIER DES GARANTIES & ASSURANCES

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

SECTION D CAUTIONNEMENTS ET ASSURANCES. E30125.secd

SECTION D CAUTIONNEMENTS ET ASSURANCES. E30125.secd SECTION D CAUTIONNEMENTS ET ASSURANCES E30125.secd SECTION D - GARANTIES ET ASSURANCES 1.0 Les soumissionnaires sont invités à se procurer le document suivant : Devis normalisés NQ 1809-952 Travaux de

Plus en détail

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014 Assurance pour les projets de construction Agenda Assurance chantier Assurance wrap-up Autres assurances Cautionnement

Plus en détail

«SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!»

«SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!» «SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!» PRINCIPE JURIDIQUE PERTINENT EN MATIÈRE DE FAUTE INTENTIONNELLE ET SES RÉPERCUSSIONS AU QUÉBEC LE PRINCIPE JURIDIQUE PERTINENT L'article 2464 du Code civil est la source

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

------------------------------------------------

------------------------------------------------ A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL MARS 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Rappel des quatre critères pour obtenir la suspension de l exécution provisoire en appel (Droit de la famille 13485); L enfant

Plus en détail

Les assurances Paul-André LeBouthillier, avocat pal@palavocat.com Richard Lavoie, Avocat 10, rue Notre-Dame est, 4 ième étage Montréal (Québec), H2Y

Les assurances Paul-André LeBouthillier, avocat pal@palavocat.com Richard Lavoie, Avocat 10, rue Notre-Dame est, 4 ième étage Montréal (Québec), H2Y Les assurances Paul-André LeBouthillier, avocat pal@palavocat.com Richard Lavoie, Avocat 10, rue Notre-Dame est, 4 ième étage Montréal (Québec), H2Y 1B7 T 514 667-0973 F 514 807-8125 Les assurances 1.

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée» Caouette (Société R. Caouette & Fils enr.) c. Promutuel Bagot, société mutuelle d'assurances générales 2006 QCCS 143 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE ST-HYACINTHE COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

Plus en détail

R COM 0053/11/HCC Feuillet 1 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

R COM 0053/11/HCC Feuillet 1 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- R COM 0053/11/HCC Feuillet 1 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LA HAUTE COUR DE COMMERCE SIEGEANT A KIGALI AU PREMIER

Plus en détail

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles RC Base 1 Distinguer les différents types de responsabilité (responsabilité morale, civile et pénale) et préciser

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Marionnet c. Ani-Puce 2014 QCCQ 2683 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL LOCALITÉ DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-32-025647-122 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 8 avril

Plus en détail

EYB2014REP1508. Repères, Avril 2014

EYB2014REP1508. Repères, Avril 2014 EYB2014REP1508 Repères, Avril 2014 David ASSOR * Commentaire sur la décision Lefrançois c. Lefebvre L'impossibilité de se ménager la preuve écrite d'un acte juridique selon l'article 2861 du Code civil

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 JUIN 2007 C.06.0255.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.06.0255.N D. J., Me Paul Wouters, avocat à la Cour de cassation, contre KBC ASSURANCES, société anonyme. I. La procédure devant la Cour

Plus en détail

"P" CONDITIONS D'ASSURANCE CONSULTATION ET SERVICES PROFESSIONNELS

P CONDITIONS D'ASSURANCE CONSULTATION ET SERVICES PROFESSIONNELS "P" CONDITIONS D'ASSURANCE p_insur_conditions_fr.pdf Document révisé le 7 mai 2013 PARTIE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES D'ASSURANCE (DGA)... 1 DGA 1 INDEMNISATION... 1 DGA 2 CONSULTANT... 1 DGA 3 PRODUIT DE

Plus en détail

SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE

SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE Page 1 Document 1 de 1 Cour d'appel Aix-en-Provence Chambre 15 B 4 Mars 2010 N 2010/ 089 N de rôle 09/06442 Monsieur Roland André Louis GRENET, SA ONET SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE Classement :

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY DOCUMENT D APPEL D OFFRES NO : SP-14-144 CHAPITRE E CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES FOURNITURE

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC. «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062. Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296

COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC. «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062. Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296 Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296 2006 QCCQ 16923 COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC T DE [ ] «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062 DATE : 8 d é c e m b r e 2 0 0

Plus en détail

CONVENTION. Mise à disposition de toitures de bâtiments propriétés de la Ville de Genève à des tiers

CONVENTION. Mise à disposition de toitures de bâtiments propriétés de la Ville de Genève à des tiers CONVENTION Concerne : Pour : Mise à disposition de toitures de bâtiments propriétés de la Ville de Genève à des tiers l'installation de capteurs solaires photovoltaïques sur le toit du bâtiment sis au.,

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq juillet deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq juillet deux mille douze. N 44 /12. du 5.7.2012. Numéro 3013 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq juillet deux mille douze. Composition: Léa MOUSEL, conseillère à la

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION. -et- -et-

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION. -et- -et- RÉGIE DU BÂTIMENT DU QUÉBEC PLAN DE GARANTIE Contrat # 0008904 SORECONI SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. No. de dossier : 030224001 SYLVIE VALLÉE -et- JEAN-PIERRE BOUDREAULT Bénéficiaires de

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES

EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES PARTAGE DES RÔLES ET RESPONSABILITÉS chad.c a (Août 2009) E EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES : PARTAGE DES RÔLES ET RESPONSABILITÉS L'expert en sinistre est la personne

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B CIV. 1 CB COUR DE CASSATION Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président Pourvoi n o U 13-23.506 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

LES ORIGINES CIVILISTES DU DROIT MARITIME CANADIEN

LES ORIGINES CIVILISTES DU DROIT MARITIME CANADIEN [TRADUCTION FRANÇAISE] LES ORIGINES CIVILISTES DU DROIT MARITIME CANADIEN NOTES DE L HONORABLE JUGE SEAN J. HARRINGTON COUR FÉDÉRALE DU CANADA Université de Southampton Institut de droit maritime 22 octobre

Plus en détail

La Loi sur les contrats des organismes publics en droit de la construction: l exercice de pré-qualification des entrepreneurs en matière d appel d

La Loi sur les contrats des organismes publics en droit de la construction: l exercice de pré-qualification des entrepreneurs en matière d appel d La Loi sur les contrats des organismes publics en droit de la construction: l exercice de pré-qualification des entrepreneurs en matière d appel d offres Me Éric Simard Janvier 2010 2 Le texte reflète

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

Contrat de sous-traitance (construction, bâtiment, BTP)

Contrat de sous-traitance (construction, bâtiment, BTP) Contrat de sous-traitance (construction, bâtiment, BTP) ENTRE LES SOUSSIGNES : [Nom de la Société], [Forme juridique de la Société] Au capital social de [Montant] euros, Dont le siège social se situe au

Plus en détail

L'assurance. et les garanties. financières. de la construction. Michel Zavaro. itlcc. Président de chambre à la cour d'appel d'aix-en-provence

L'assurance. et les garanties. financières. de la construction. Michel Zavaro. itlcc. Président de chambre à la cour d'appel d'aix-en-provence Michel Zavaro Président de chambre à la cour d'appel d'aix-en-provence L'assurance et les garanties financières de la construction itlcc Libraire de la Cour de cassation 27, place Dauphine - 75001 Paris

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. FASCICULE 1 Introduction au droit des assurances Sébastien Lanctôt... 1 / 1

TABLE DES MATIÈRES. FASCICULE 1 Introduction au droit des assurances Sébastien Lanctôt... 1 / 1 TABLE DES MATIÈRES Note aux lecteurs : cette table des matières renvoie tout d abord à la première page de chaque fascicule (le premier chiffre apparaissant dans les numéros de page étant celui du fascicule).

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE OBJECTIFS La présente politique constitue une politique de gestion contractuelle instaurant des mesures conformes à celles exigées en vertu de l article 938.1.2 du Code

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

Affaire A 2002/1 Jooris Patricia / Fonds commun de garantie automobile

Affaire A 2002/1 Jooris Patricia / Fonds commun de garantie automobile COUR DE JUSTICE BENELUX GERECHTSHOF ~ Affaire A 2002/1 Jooris Patricia / Fonds commun de garantie automobile Traduction des Conclusions de monsieur le premier avocat général J. du Jardin (pièce A 2002/1/6)

Plus en détail

Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse

Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse Page 1 Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse [2006] J.Q. no 17279 2006 QCCS 5083 No : 500-17-028963-059

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE DE LA VILLE DE SAINT-PASCAL 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE La présente politique de gestion contractuelle instaure des mesures conformes à celles exigées en vertu de l

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

LA COUR SUPRÊME DE LA C.-B. SE PENCHE SUR DES ENJEUX NOUVEAUX ET INTÉRESSANTS EN MATIÈRE DE POLICE D ASSURANCE DES OUVRAGES EN CONSTRUCTION

LA COUR SUPRÊME DE LA C.-B. SE PENCHE SUR DES ENJEUX NOUVEAUX ET INTÉRESSANTS EN MATIÈRE DE POLICE D ASSURANCE DES OUVRAGES EN CONSTRUCTION Le Comité de gestion des risques est heureux de présenter aux membres de l Institut canadien de design-construction (ICDC) cet article qui fait état d une décision rendue récemment par la cour concernant

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

(Mention obligatoire)

(Mention obligatoire) AVIS D EXÉCUTION PRÉPARÉ EN VERTU D UNE LOI PARTICULIÈRE (articles 681 et 682 C.p.c.) (article 103.1, Loi sur l aide aux personnes et aux familles) (article 31.0.1, Loi sur l aide financière aux études)

Plus en détail

C.R.D.P. de l Académie de Rennes MARCHE DE SERVICE D'ASSURANCE

C.R.D.P. de l Académie de Rennes MARCHE DE SERVICE D'ASSURANCE C.R.D.P. de l Académie de Rennes MARCHE DE SERVICE D'ASSURANCE Marché n 13-01 CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES Procédure adaptée DATE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Mercredi 27 novembre - 12H00 Page 1/9

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

II. ASSURANCE ANNULATION EN CAS D'INSOLVABILITE FINANCIERE DE L'ORGANISATEUR ET/OU INTERMEDIAIRE DE VOYAGES

II. ASSURANCE ANNULATION EN CAS D'INSOLVABILITE FINANCIERE DE L'ORGANISATEUR ET/OU INTERMEDIAIRE DE VOYAGES EXTRAIT DES CONDITIONS GÉNÉRALES DU FONDS DE GARANTIE VOYAGES Définitions Assurance annulation Assurance assistance Domicile Compétence I. DEFINITIONS ASSUREUR: l'association d'assurances mutuelles " Fonds

Plus en détail

Régie du Bâtiment Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001

Régie du Bâtiment Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001 Régie du Bâtiment Soreconi Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001 Lucie Lacasse, es qualité de représentante du Syndicat de la copropriété de l Ilot des

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile Printemps 2007 Présentation du Qu est-ce que la responsabilité civile? Responsabilité civile = reddition de comptes Cette responsabilité

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

ANNEXE. Formule 1. (Article 38) RÉCLAMATION DE PRIVILÈGE. Le montant réclamé comme étant dû (ou devant devenir dû) est de $.

ANNEXE. Formule 1. (Article 38) RÉCLAMATION DE PRIVILÈGE. Le montant réclamé comme étant dû (ou devant devenir dû) est de $. ANNEXE Formule 1 (Article 38) RÉCLAMATION DE PRIVILÈGE A. B. (nom du réclamant) de (indiquer ici son lieu de résidence), (si la réclamation est celle d'un cessionnaire ajouter : en qualité de cessionnaire

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

ASSIGNATION DEVANT LE TRIBUNAL D'INSTANCE DE.

ASSIGNATION DEVANT LE TRIBUNAL D'INSTANCE DE. ASSIGNATION DEVANT LE TRIBUNAL D'INSTANCE DE. L'an deux mille quatre Et le VINGT SEPT JUILLET A LA REQUETE DE: Monsieur HA, né le.., à DIJON, agent de distribution de l'eau, de nationalité française, demeurant

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.)

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES () Marché public de prestations de services Passé selon une procédure adaptée En application des articles 28 et 77 du Code des Marchés Publics MARCHÉ D

Plus en détail

Fondation du Barreau

Fondation du Barreau Professeur Frédéric Levesque Faculté de droit - Université Laval Fondation du Barreau L obligation in solidum en droit privé québécois Montréal - 12 juin 2012 Origine - Notion - Régime juridique Lorsque

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT

PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT PROPOSITION DE LOI adoptée le 21 juin 1990 N 137 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT tendant à l' introduction dans le code des assurances de dispositions

Plus en détail

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective.

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 32 SEPT - OCT 2013 Cass. Com. 18 juin 2013, n 12-19.709 Assurance de responsabilité civile Faute inexcusable de l employeur Procédure

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er mai 2013 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er mai 2013 Ce document a valeur officielle. 1 sur 7 26.05.2013 14:58 Éditeur officiel du Québec À jour au 1er mai 2013 Ce document a valeur officielle. chapitre A-12, r. 4 Règlement sur l'assurance responsabilité professionnelle des agronomes Loi

Plus en détail

EXAMEN DU BAIL ET DU CONTRAT IMMOBILIER

EXAMEN DU BAIL ET DU CONTRAT IMMOBILIER EXAMEN DU BAIL ET DU CONTRAT IMMOBILIER 6 Mai 2014 John Antonecchia Vice-président Montréal Conférence sur la location immobilière Examen du bail et du contrat Contenu Examen du bail du locataire Exigences

Plus en détail

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre.

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six mars deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président de la Cour,

Plus en détail

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT:

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No: 500-06-000177-028 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE FRANÇOIS RIENDEAU Demandeur c. BRAULT & MARTINEAU INC. Défenderesse REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler Citation : G. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 291 Appel No. AD-15-24 ENTRE : G. J. Demandeur et Commission de l assurance-emploi du Canada Défenderesse DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE DU 23 MAI 2013. L an deux mil treize Et le vingt-trois Mai

AUDIENCE PUBLIQUE DU 23 MAI 2013. L an deux mil treize Et le vingt-trois Mai REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ---------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 632/2013 ------------- ORDONNANCE DU JUGE DES REFERES --------------

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

"Cabinet. INTIMÉE Syndicat TORCY

Cabinet. INTIMÉE Syndicat TORCY DOSSIER DROIT IMMOBILIER : LA RESPONSABILITEE DU SYNDIC DE COPROPRIETE COUR D'APPEL DE PARIS 23ème chambre, section B ARRET DU 6 juillet 2006 n 05/20936 APPELANTES - Madame Simone D épouse L exerçant sous

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

L À-PROPOS JURIDIQUE CONSTRUCTION

L À-PROPOS JURIDIQUE CONSTRUCTION Avril 2008 Le groupe d expertise en droit de la construction de Miller Thomson Pouliot publie périodiquement des bulletins à l intention des clients du cabinet. Nous vous invitons à acheminer ce courriel

Plus en détail

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité Canada Appeals Office on Occupational Health and Safety Bureau d appel canadien en santé et sécurité au travail CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY Name 974644 Ontario Ltd. demandeur

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Objet du litige. Le litige concerne la taxation par l'administration d'avantages en nature, à savoir le paiement par l'employeur du requérant de primes

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 décembre 2011 N de pourvoi: 10-26677 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Odent et Poulet, avocat(s)

Plus en détail

TALENSIA. Responsabilité Objective en cas d'incendie ou d'explosion. Dispositions spécifiques

TALENSIA. Responsabilité Objective en cas d'incendie ou d'explosion. Dispositions spécifiques TALENSIA Responsabilité Objective en cas d'incendie ou d'explosion Dispositions spécifiques L'introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Le lexique sont

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

Sources du droit : la jurisprudence

Sources du droit : la jurisprudence Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Activité pour la classe : CFJ CE, EO, EE, terminologie, phraséologie, discours Crédit : Michel SOIGNET Sources du droit : la jurisprudence

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ ASSURANCE DE REMPLACEMENT 1 er août 2010 F.P.Q. N 5 POLICE D'ASSURANCE

Plus en détail

' ( ) * + ), L ARRÊT VALKO : PRISE 2 VALKO RULING: TAKE 2

' ( ) * + ), L ARRÊT VALKO : PRISE 2 VALKO RULING: TAKE 2 ASSURANCE INSURANCE 2009.06.0102F 2009.06.0102E ' ( ) * + ), L ARRÊT VALKO : PRISE 2 VALKO RULING: TAKE 2 On se rappellera de la décision de la Cour d appel dans l affaire Axa Assurances c. Valko Électrique

Plus en détail

Politique de résolution des litiges de la Période Sunrise du.paris (SDRP)

Politique de résolution des litiges de la Période Sunrise du.paris (SDRP) Politique de résolution des litiges de la Période Sunrise du.paris (SDRP) La présente Politique de résolution des litiges de la Période Sunrise (ci-après désignée la "SDRP") mise en place par la Ville

Plus en détail

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013)

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Edition mise à jour en novembre 2014 CHAPITRE 1 er Objet du Règlement des prêts ARTICLE 1.1 Objet

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Article juridique publié le 20/04/2015, vu 986 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Selon l Ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015, le

Plus en détail

Mémoire d'appel de l'intimée 20 L'argumentation valeur effective de celleci pour l'année d'imposition s 80. C'est l'alinéa 2(1) de la Loi qui définit ces deux termes : (( taux effectif B Le taux de l'impôt

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division administrative et d appel»

COUR DU QUÉBEC «Division administrative et d appel» St-Cyr c. Résidence Le Monaco inc. 2013 QCCQ 830 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL «Chambre civile» N : 500-80-023920-128 COUR DU QUÉBEC «Division administrative et d appel» DATE : LE 14 février

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail