Les addictions à l adolescence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les addictions à l adolescence"

Transcription

1 Les addictions à l adolescence Sierre 11 novembre 2009 AVPEHP Olivier Revol Hôpital Neurologique, CHU, Lyon

2 Brèves de consult Ä «il est rentré de soirée dans un sale état» Ä «Il est scotché à l ordinateur» Ä «elle fume du haschich» Ä «il ne veut plus aller à l école»

3 Addiction: Conduite qui repose sur une envie constante et irrépressible, en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour y échapper

4 Dépendance: Utilisation répétée et inadaptée d une substance ou d un comportement aboutissant à des perturbations importantes de la vie affective et sociale

5 La dépendance C est le mode d utilisation compulsive de la substance ou du comportement qui caractérise la dépendance. «impossibilité de s abstenir de consommer» Elle ne concerne pas tant le produit que le sujet!

6 Dépendance: DSM IV 3 anomalies pendant une période de 12 mois 1- Tolérance 2- Syndrome de sevrage 3- Consommation augmente en durée et quantité 4- Désir d arrêter, efforts inefficaces 5- Temps important pour se procurer la substance 6- Activités importantes sont interrompues 7- Poursuite de l usage, malgré la connaissance des risques

7 Pourquoi devient-on addictif? Le circuit de la récompense Une problématique adolescente La qualité de «l attachement» Le rôle de l entourage

8 Pourquoi devient-on addictif? Le circuit de la récompense Une problématique adolescente La qualité de «l attachement» Le rôle de l entourage

9 Le circuit de la récompense Conditions de la survie de l espèce: assurer les fonctions vitales - se nourrir, se reproduire, se défendre Ces comportements sont associés à de fortes sensations de satisfaction Circuit de la récompense s est développé pour favoriser ces comportements

10

11 Pourquoi devient-on addictif? Le circuit de la récompense Une problématique adolescente La qualité de «l attachement» Le rôle de l entourage

12 L adolescence Période sensible +++ Les changements psychologiques, affectifs et cognitifs rendent les adolescents particulièrement vulnérables aux addictions

13 Le cerveau de l adolescent (Journal of Adolescent Health, mars 2008) Ä fin de la maturation: 25 ans! Ä augmentation de la substance grise jusqu à 11 ans après 11 ans, dégradation des neurones ceux qui vont survivre? Ceux qui servent! Ä augmentation de la substance blanche jusqu à 19 ans passe à l ADSL! Ä cortex frontal en retard (23-25 ans) les émotions avant la raison

14 Immaturité des fonctions exécutives Aire pariétale droite Aire frontale droite Adapted from Posner & Raichle 1999

15 Le cerveau de l adolescent (Barbalat, 2009) Ä Immaturité du cortex frontal difficultés à concevoir le long terme faible crainte du risque ado plus sensible aux récompenses qu aux punitions ado plus sensible aux gains qu au perte

16 Le cerveau de l adolescent (Science et avenir, septembre 2008) «Une voiture de course, qui aurait parfois du mal à démarrer, et dont le système de freinage n est pas encore efficace»

17 Cortex préfrontal et circuit de la récompense

18 Le rôle de la puberté Ä hormones sexuelles oestrogènes, testostérone, ocytocine réactivent les émotions infantiles augmentent la prise de risque modifient la sécrétion de neuromédiateurs (dopamine, sérotonine)

19 Pourquoi devient-on addictif? Le circuit de la récompense Une problématique adolescente La qualité de «l attachement» Le rôle de l entourage

20 - Quand les théories de l attachement revisitent le modèle de l adolescence

21 L adolescence peut-être relue dans une perspective attachementiste

22 La problématique de l attachement (Bowlby) L expérience d un entourage disponible, cohérent et prévisible procure au bébé puis à l enfant un sentiment de sécurité qui lui permet d affronter les séparations et de tolérer les frustrations.

23 La problématique de l attachement (Bowlby) Le système d attachement qui se met en place est alors de type «sécure»: - pleure lors des séparations puis s apaise - instaure une relation de confiance dans les autres

24 La problématique de l attachement (Bowlby) Plus l enfant sera confiant dans sa sécurité, plus il sera autonome et pourra explorer le monde Les besoins d attachement doivent être satisfaits pour s autoriser à s éloigner Notion de base de sécurité : «ma figure d attachement est accessible, je peux explorer, et revenir vers elle en cas de problème ( havre de sécurité )»

25 La problématique de l attachement (Bowlby) A l inverse, l expérience de relations précoces peu satisfaisantes, du fait d un entourage indisponible ou imprévisible risque d entraîner chez l enfant des attitudes de dépendance relationnelle.

26 La problématique de l attachement (Bowlby) Le système d attachement est alors de type «insécure»: - les séparations sont mal gérées - deux types: * insécure évitant ou préoccupé * insécure résistant ou détaché

27 La problématique de l attachement (Bowlby) Ces différents modes d attachement vont colorer la crise d adolescence

28 Psychopathologie de l adolescence et modèles d attachement (Koback) Les adolescents sécures font plus facilement face au conflit - empathiques - capables de discussions productives - trouvent un équilibre entre autonomie et maintien des liens en cas de désaccord

29 Psychopathologie de l adolescence et modèles d attachement Les adolescents insécures gèrent mal l affrontement: - peu empathiques - coupure émotionnelle - escalade de lutte pour le pouvoir

30 Au cœur de la problématique de l adolescence, la question du lien

31 L adolescence réactualise les premiers liens

32 L adolescence impose une prise de distance vis-à-vis des parents

33 «J aimerais que mes parents soient toujours là, mais un peu plus loin...» Damien, 17 ans

34 Elle interroge l adolescent sur sa capacité d autonomie.

35 L adolescence devient un puissant révélateur de la confiance en soi et de ce qui reste de dépendance non résolue aux parents

36 «Avant de larguer les amarres, mieux vaut être sûr de son embarcation» L adolescence, faudrait pas en faire une maladie! Revol, 2010

37 «Y a-t-il un capitaine sur ce bateau?»

38 Psychopathologie de l adolescence et modèles d attachement Prendre la barre en cas de danger.

39 Aspects psychopathologiques et types d attachement (Botbol) Les adolescents insécures «préoccupés» présentent des troubles «internalisés»: - troubles anxieux - dépression

40 Aspects psychopathologiques et types d attachement (Botbol) Les adolescents insécures «détachés» présentent des troubles «externalisés»: - troubles des conduites - tentatives de suicides - addictions

41 La problématique de l attachement (Bowlby) L expérience d un entourage disponible et prévisible dans l enfance procure une sécurité qui permet d affronter séparations et frustrations. Au contraire, l expérience de relations peu satisfaisantes, un entourage indisponible ou imprévisible risque d entraîner chez l enfant des attitudes de dépendance relationnelle.

42 La problématique de l attachement (Bowlby) La dépendance peut être relue comme un échec des processus d attachement. La dépendance pourrait être le signe de l incapacité à élaborer l angoisse de séparation.

43 La problématique de l attachement (Bowlby) Addiction: protection contre l angoisse de perte et de séparation Illusion que ce qui manque existe puisque momentanément, l addiction permet l apaisement Toute addiction peut être envisagée comme une tentative d aménagement de la dépendance.

44 Pourquoi devient-on addictif? Le circuit de la récompense Une problématique adolescente La qualité de «l attachement» Le rôle de l entourage

45 Facteurs de risques. Ä individuels Ä environnementaux

46 Facteurs de risques individuels = facteurs de vulnérabilité génétiques, biologiques et psychologiques. Ä traits de personnalité particuliers: Impulsivité, recherche de sensations, faible évitement du danger, recherche de nouveautés, faible estime de soi, réactions émotionnelles excessives, difficultés relationnelles Ä évènements de vie traumatiques

47 Facteurs de risque environnementaux Ä facteurs familiaux: habitudes de consommations familiales, événements de vie familiaux Ä environnement social: perte de repères, instabilité Ä rôle des pairs: initiation, consommation en groupe, désocialisation, marginalisation

48 La famille - désinvestissement, absence d intérêts des parents ou sollicitude excessive (père), séparations multiples (abandon, divorce, deuils ). - abus d alcool ou de psychotropes chez les parents, conduites d automédication

49 La famille - violence familiale, négligence ou sévices - l implication des parents dans l éducatif, la fixation des limites et l affirmation assurée de leur fonction parentale sont inversement corrélées à l usage de toxiques par l adolescent.

50 La pression des pairs Ä L influence est un facteur important, la pression du groupe est un facteur de déclenchement ou d entretien. Ä La mode, l exemple, le défi, la pression expliquent la première prise à laquelle le groupe confère une valeur d initiation.

51 La pression des pairs Ä ensuite, le sentiment d appartenance constitue un facteur de maintien. Ä le groupe fonctionne comme un modèle de référence. Ä un adolescent addictif a tendance à s associer avec des camarades qui consomment aussi, ce qui accroît le risque de poursuite.

52 L adolescence, une période normalement difficile...

53 Si tous les conflits de l adolescence se dissipent miraculeusement et uniquement grâce à la prise de toxiques, l expérience sera forcément renouvelée L addiction peut être une tentative de solution à la crise d adolescence

54 Les conduites addictives Ä Consommation de substances Ä Addictions sans drogues: - Achats compulsifs - Jeux d argent - Sexualité - Travail - Trouble des conduites alimentaires - Médias - Télévision - Jeux vidéos - Téléphone portable - Cyberaddiction

55 Psychopathologie Défense contre une dépendance affective perçue comme une menace pour l identité L adolescence est un révélateur de cette dépendance au moment où le sujet doit s autonomiser et ne peut plus bénéficier des mêmes protections de la part des parents. La vulnérabilité de certains adolescents les conduit à adopter ces conduites aux effets pathogènes car elles autorenforcent et réorganisent la personnalité autour d elles. On parle de pathologie lorsque les sujets sont enfermés dans la répétition de ces comportements.

56 Les différents modes de consommation Usage simple Usage nocif Dépendance.

57 Usage simple consommation qui n entraîne ni complications pour la santé, ni troubles du comportement. retrouvée chez les adolescents et les jeunes qui essaient les drogues La plupart de ces expérience ne seront pas renouvelées.

58 Usage nocif Consommation répétée avec des conséquences psycho-affectives, sociales ou somatiques.

59 Dépendance Un adolescent est dépendant lorsqu il ne peut plus se passer de consommer sous peine de souffrances physiques et/ou psychiques. Quand il s arrête, il ressent un manque. Sa vie quotidienne ne tourne plus qu autour du produit consommé.

60 Les conduites addictives Ä Consommation de substances Ä Addictions sans drogues: - Achats compulsifs - Jeux d argent - Sexualité - Travail - Trouble des conduites alimentaires - Médias - Télévision - Jeux vidéos - Téléphone portable - Cyberaddiction

61 Test: êtes vous dépendant? Etes-vous obligé d augmenter votre consommation? Si vous arrêtez, ressentez-vous un manque? Votre consommation est-elle plus importante que prévue? Ressentez-vous le désir d arrêter et faites-vous des tentatives, sans succès? Faites-vous des efforts important pour vous procurer de la substance ou reproduire l activité? Renoncez-vous à des activités de travail ou de loisirs pour vous consacrer à votre addiction? Poursuivez-vous l usage de la substance ou de l activité malgré des inconvénients évidents: argent, santé, risque Si trois réponses positives ou plus, vous êtes dépendant vis à vis de cette activité.

62 Chacun réagit différemment selon son état physique et psychique, le contexte de prise, la quantité, la qualité, la fraîcheur du produit et la manière de le consommer Les effets varient selon la concentration du produit actif Les mélanges augmentent les risques!! Toute consommation de substances est susceptible d entraîner ou d aggraver des problèmes psychologiques.

63 Les conduites addictives Ä Consommation de substances Ä Addictions sans drogues: - Achats compulsifs - Jeux d argent - Sexualité - Travail - Trouble des conduites alimentaires - Médias - Télévision - Jeux vidéos - Téléphone portable - Cyberaddiction

64 Les produits Ä Tabac Ä Alcool Ä Cannabis Ä Opiacés Ä Cocaïne, amphétamines, psychostimulants Ä Hallucinogènes Ä Sédatifs Ä Les polytoxicomanies+++

65 Les produits Le cannabis pour se détendre, l alcool pour la socialisation, la cocaïne pour se maintenir éveillé, l ecstasy pour prendre du plaisir Nicotine, amphétamines, cocaïne, crack sont des stimulants Cannabis à dose modérée, alcool et opiacés sont des sédatifs et anxiolytiques Cannabis à forte dose, ecstasy et LSD sont des hallucinogènes Les BZD sont particulièrement addictives

66 Consommations de produits : Le tabac

67 Tabac Plante dont les feuilles, après séchage, doivent fermenter pour obtenir un goût spécifique. Les techniques de séchage déterminent les tabacs blonds, bruns Le produit est transformé par de multiples manipulations industrielles pour obtenir les cigarettes: teneurs en goudrons, arômes Le tabac contient de la nicotine et de nombreux additifs (humectants, goût, saveurs )

68 Tabac Qu est ce que ça fait? Augmente la vigilance et la capacité de réflexion. La nicotine a un effet anxiolytique et coupefaim.

69 Le tabac: historique Christophe Colomb : «Beaucoup d indiens avaient un tison allumé, composé d une sorte d herbe dont ils respiraient la fumée» Introduit d abord au Portugal puis en France par Jean Nicot en Sir Francis Bacon, en 1632 : «L usage du tabac s étend beaucoup. Il conquiert les hommes grâce à un plaisir secret. Ceux qui ont commencé peuvent difficilement se restreindre ensuite.» Explosion en Europe avec les guerres. Introduction des cigarettes blondes par les soldats américains à la libération. Dans les années 70, 80 % des hommes fument à la sortie du service militaire

70 Le tabac: les ravages du marketing Des présentations ciblées Cow-boy, chameau, voitures de courses, raids, parfum, vêtements Une connaissance précoce des méfaits de la nicotine et de la fumée L ajout d additifs Ammoniac, acide lévulinique, menthol L illusion des cigarettes «light» Carrément pervers: «Ne fumez pas, c est pour les adultes!»

71 Les alternatives à la cigarette: un nouveau leurre Cigarillos Narghilé, pipes à eau Bidis

72 Les chiffres (2005) Adultes de 18 à 75 ans qui fument 33% des hommes 27 % des femmes Adultes qui fument plus de 10 cigarettes par jour 18% des hommes 12% des femmes Age moyen de la 1ère cigarette: 13 ans et demi ans 47% des garçons 48% des filles

73 Le tabac: le pour et le contre Pourquoi ils commencent à fumer Pourquoi ils devraient s arrêter..

74 Le tabac: le pour Plaisirs, détente, convivialité Diminution du stress, solution au «mal-être» Augmentation de la concentration

75 et surtout le contre Odeurs (vêtements, cheveux, chambre, haleine ) Perte de liberté, dépendance, coût Santé Effets lointains mais redoutables morts par an depuis 2000 ( prévus pour 2020) 30 % des cancers sont liés au tabac Vieillissement prématuré Bronchite chronique Risques cardio-vasculaires - Artérite des membres inférieurs - Trouble de l érection - Infarctus - Atteinte oculaire

76 Tabac: conclusions Substance la plus addictive Tendance actuelle: diminution du nombre de fumeur augmentation des filles diminution de l âge des jeunes fumeurs

77 Consommations de produits : Le problème de l alcool Nouveaux produits Nouvelles formes d alcoolisation - Binge drinking

78 Alcool Si vous buvez 4 verres standards, vous avez dépassé le taux d alcoolémie autorisé! En France, il est interdit de conduire avec une alcoolémie supérieure à 0,5 g/l d alcool dans le sang = 2 à 3 verres standards consommées en une seule fois. Le taux d alcoolémie est d autant plus vite atteint que vous êtes à jeun, que votre taille est petite et votre poids léger.

79 L alcool: une drogue en expansion Historique: des circonstances particulières Le vin dans la culture méditerranéenne Vin et alcool accompagnent les grands évènements «Drogue» la plus consommée en France (1er consommateur au monde!) Les adolescents et l alcool Nouvelle pratique 35% des ados boivent une fois par semaine Augmentation du nombre moyen de verres bus en soirée Une fille pour deux garçons 30% des garçons de 15 à 19 ans: une ivresse mensuelle «Binge drinking» Nouvelles boissons: bière-vodka, TGV, «prémix» Les risques de l alcoolisation

80 L alcool: une drogue en expansion Les risques de l alcoolisation Les risques aigus Augmentés +++ par l association à d autres produits Désinhibition avec comportements à risque Ivresse éthylique, comas Diminution des réflexes, risque d accident Les risques à long terme Perte des capacités intellectuelles (mémoire, attention ) Dépendance Troubles hépatiques Cancer de l oesophage

81 Alcool: idées reçues Ä Il n existe aucune méthode miracle pour dessaouler! Le café, la douche froide ne réduisent pas le taux d alcoolémie. Le seul remède est le temps. Les verres de bière, whisky coca, vodka, vin contiennent tous la même quantité d alcool (10 g d alcool pur) car les verres n ont ni la même forme ni la même contenance.

82 Alcool: conclusions Ä morts par an Ä 2200 décès par accidents de la route imputables à l alcool

83 Consommations de produits : Le cannabis Des idées fausses Un vrai problème

84 Cannabis: les chiffres (2007) - 1ère Consommation: vers 15 ans - Expérimentateur: La moitié des ados de 17 ans - - Occasionnel (1 à 9/an) 38% des garçons 26% des filles - Régulier (plus de 10 par mois): 18% des garçons 12% des filles

85 Cannabis - Chanvre en feuille, fleurs (marijuana ), 1 à 5% THC (tétrahydrocannabinol) - Résine ou haschich (H, shit, chichon ), pâte brune en barrettes ou boulettes, 10 à 25 % TétraHydroCannabinol. - Huile de cannabis (honeyoil), 25 à 60% de molécule active responsable des effets sur le SNC. - L intensité des effets dépend de la concentration très variable en THC. - Moyen de prise : fumé mélangé au tabac et roulé en cigarette de forme conique (joint, pétard,), pipe (narguilé), gâteau (space cake) ou infusion

86 Intoxication aiguë ou ivresse cannabique Ä Hypersensorialité Ä Effet d anxiolyse, sensation de détente Ä Légère euphorie, plaisir, envie spontanée de rire, désinhibition légère Ä Épisode oniroïde, (hallucinations visuelles) Ä Sensation de faim et soif Ä Modifications de l espace-temps, distorsion des perceptions et de l attention, vécu au ralenti Ä Somnolence Ä Démotivation +++

87 Intoxication aiguë ou ivresse cannabique Ä Ä Ä Symptômes très rapides (10 min) persistent 2-4h, 3-4 jours dans le sang puis 21 à 60 jours dans la graisse avec relargage (urines) Altération des compétences psychomotrices (coordination, réflexes) et des performances cognitives (vigilance), troubles mnésiques et de la libido, réversibles à l arrêt de la consommation Certaines fois: bad-trip due à une absorption trop importante ou si la personne n est pas bien physiquement ou psychiquement (tremblements, sueurs froides, nausée, confusion, étouffement, angoisse+++, persécution)

88 Le cannabis La découverte du produit se fait à un moment clef de l évolution et s intègre dans la problèmatique de l adolescent *fuite *plaisir *opposition *transgression *convivialité *rite initiatique *affirmation de l identité

89 Effets du Haschich Aigus: euphorie hyper-sensorialité ivresse cannabique bouffées anxieuses ou délirantes Chroniques: démotivation +++ baisse des capacités cognitives dépendance psychique irritabilité schizophrénie

90 Utilisation du cannabis Classé stupéfiant, son usage est interdit. Quelle que soit la quantité, en acheter, en consommer, en détenir, en donner, en revendre, en cultiver, en transporter ou conduire après en avoir consommé sont des infractions à la loi. Ces infractions sont des délits qui exposent à des sanctions devant les tribunaux. Fait partie des produits dopants interdits aux sportifs.

91 Utilisation du cannabis en médecine En France, pas de médicaments à base de cannabis. Les autorités considèrent que les médicaments existants sont plus adaptés. Dans certains pays, il est prescrit pour soulager certains symptômes de maladies graves (vomissements, douleurs des cancers) et pour ouvrir l appétit.

92 La consommation devient problématique quand Ä Solitaire ou répétée dans la journée Ä Changements de comportement (absentéisme scolaire, perte d intérêt, repli sur soi) Ä Changement de fréquentations Ä Dettes

93 Addictions aux médias

94 Médias: définition Techniques de diffusion de masse de l information (radio, télévision, presse écrite, publicités, réseaux ) constituant à la fois un moyen d expression et un intermédiaire transmettant un message à l intention d un groupe.

95 Médias: nouvelles formes destinées aux ados Ä Presse spécialisée?? Ä Radios (forums) Ä Télévisions câblées (chaînes musicales ) Ä Jeux vidéo Ä Réseaux +++ téléphones mobiles internet

96 La télévision en chiffre

97 Les enfants de la télé Ä 98% des enfants Ä 20 heures par semaine (30 aux USA) Ä 2h30 par jour (adultes: 3h30) Ä Accord parental indispensable: une semaine de télévision 670 meurtres 30 prises d otages 20 scènes d amour «poussées» 18 expériences de drogues 15 viols 8 suicides À l âge adulte: meurtres

98 Impact de la télé importante sur le plan de l intégration sociale péjorative chez les enfants à risque n apprend plus à l enfant à s ennuyer limite sa créativité «La voix du capitaine Haddock»

99 Les jeux vidéos

100 La «cyber-addiction» Ä «besoin irrésistible et obsessionnel de jouer à un jeu vidéo sur ordinateur» Ä on parle d addiction quand le jeu devient la principale (voire unique) activité Ä désinvestissement de la vie familiale, scolaire, sociale

101 La «cyber-addiction» (Michel Stora, 2007) Ä les Massively Multiplayer Online (MMO) ont une valeur terriblement addictive Ä World of Warcraft : joueurs en Europe, dont certains risquent de devenir des «No Life»

102 World of Warcraft

103 Les 10 questions que se posent les parents

104 1- Pourquoi un tel engouement? Ä Ce sont des jeux Le jeu est fondamental dans la construction de l humain et dans le développement de la socialisation» Patrick Huerre

105 1- Pourquoi un tel engouement? Ä ce sont des jeux fondamental dans la construction de l humain et dans le développement de la socialisation» Patrick Huerre «Il permet aux enfants urbains de vivre sur un terrain d aventure» Benoit Virole captivent univers magiques, surhommes stimulent le sens de la compétition affranchissent des contraintes du réel marketing +++

106 2- Sont ils utiles pour les enfants? Comme tous les jeux, ils développent des compétences: maîtrise des risques adaptabilité à un environnement + ou hostile gestion de l inattendu traitement d informations multiples socialisation acceptation de l échec persévérance

107 2- Sont ils utiles pour les enfants? Valorisent l intelligence intuitive «Devant l évolution de la société avec disparition des points de repères, la plus grande mobilité professionnelle et géographique, les Jeux vidéos permettent de s adapter» Serge Tisseron Intérêt +++ pour les enfants présentant des difficultés d apprentissage Benoit Virole Fonction réparatrice (aide les enfants en difficulté à retrouver l estime d eux-mêmes)

108 3- Pourquoi une préférence pour les jeux en ligne? contact avec d autre personnes «persistance» (fuseaux horaires) organisation en «guilde» «les jeunes qui participent aux jeux en réseau disent avoir envie de se rencontrer dans la vie réelle» Serge Tisseron

109 4- Rendent-ils épileptiques Non, sauf en cas d épilepsie photo-sensible

110 5- Pourquoi tant de jeux violents? La violence fait vendre Induite par l interactivité Idée: faire découvrir aux enfants des jeux de stratégie en ligne non violents Age of Empire American Conquest Blitzkrieg Civilization

111 6- Les jeux vidéos rendent-ils violents? Polémique +++

112

113

114 Le problème de la violence Ä incriminée +++ après le massacre de Columbine High School (1999) Ä à la télévision: représente la vraie vie (actualités) dangereuse lorsqu elle n est pas critiquée Ä dans les jeux vidéos action identification gratification

115 Le problème de la violence Ä des études contradictoires Ä impact différent selon tempérament Ä les enfants «border-line»

116 6- Les jeux vidéos rendent-ils violents? Il existe un lien entre surconsommation de jeux violents et agressivité Mais pas un lien de cause à effet C est la démission des parents et la carence affective qui poussent l enfant à rester des heures devant l écran Idée: interroger l enfant: «Que ressens tu quand tu joues?»

117 7- Existe-t-il des images pornographiques subliminales? En fait, oui dans GTA San Andreas Sorti en million de jeux vendus en France (loin devant HP) Logiciel téléchargeable: Hot Coffee Erreur de manipulation d après les concepteurs du jeu Interdit aux moins de 18 ans En cas de doute, écrire au député pour l interpeller sur la protection des enfants (modèle de lettre sur enfants.fr)

118 8- Comment savoir si un jeu vidéo est adapté à mon enfant? Infos aux dos de la jaquette Classification PEGI (Pan European Game Information) âge minimum Contenu (dialogues grossiers, sexe, consommation de drogues, alcool, violence ) Activer le contrôle parental Wii PS III

119

120 9- Les jeux vidéos rendent-ils obèses? 15 % des 6-12 ans sont obèses ou en surpoids (contre 6% en 1980) Oui les jeux vidéos peuvent rendre obèse si l enfant est prédisposé Idées: éviter les conseil péremptoires («Si tu joues, tu vas grossir») encourager l activité physique (exemple+++) règles diététiques

121 10- Comment savoir si mon enfant est accro aux jeux vidéos? Un concept: isolement social? «l addiction est la rencontre d une personnalité, d un produit et d un moment socio-culturel» Marc Valleur ans familles exigeantes, climat tendu, années déterminantes 5 questions est-il irritable si interdiction de jouer? a-t-il déjà caché qu il jouait? peut-il renoncer à un loisir ou une sortie pour jouer? a-t-il manqué la classe pour jouer? joue-t-il parfois intensément?

122

123 En somme

124 Conclusions Ä un phénomène de société incontournable... Ä comme tous les objets addictogènes, à petites doses, il ouvre les relations sociales, à haute dose, il les ferme. Ä à consommer avec modération... Ä «la cabane au fond du jardin»

125

126 Les jeux dangereux Ä Jeux de non-oxygénation Ä Jeux d agression

127

128

129 Jeux de non-oxygénation Ä Jeux de la tomate, de la grenouille, rêve indien, du foulard Ä Principe: freiner l irrigation du cerveau par compression thoracique, strangulation, lever brutal Ä Buts: rechercher des sensations intenses, éprouver ses propres limites

130 Jeux de non-oxygénation: les risques Ä anoxie avec perte de connaissance, coma, mort Ä évolution vers la dépendance Ä passage vers d autres addictions et conduites à risques Ä gravissimes si le sujet est seul

131 Jeux de non-oxygénation: quels types de pratiques? Ä occasionnelles, par curiosité Ä régulières, avec dépendance Ä suicidaires chez les enfants déprimés

132 Jeux d agression Ä «Violence physique gratuite d un groupe d enfants envers un seul» Ä Jeux intentionnels ou par contrainte

133 Jeux d agression intentionnels Ä jeu de la boulette, de la canette Ä principe: un enfant consentant est roué de coup au sein d un cercle

134 Jeux d agression contraints Ä jeu de la couleur, du taureau, du bouc émissaire, «happy slapping» Ä principe: un enfant désigné comme victime est frappé sans son consentement

135 Jeux d agression: les risques Ä Physiques: hématomes, entorses, fractures Ä Psychiques: anxiété, dépression, troubles du sommeil, phobies scolaires

136 Jeux d agression: les victimes Ä enfants timides, anxieux, isolés Ä enfants différents, favorisés

137 Jeux d agression: les agresseurs Ä Actifs: leaders, «populaires», impulsifs Ä Passifs: entrainés, dépendants, terrorisés

138 Jeux dangereux : signes d alerte Ä Peu de valeurs si uniques Ä Intérêt de repérer une convergence de signes Ä Jeux de non-oxygénation marques de strangulation, joues rouges, céphalées questionnements, port de ceintures, foulards.. Ä Jeux d agression signes physiques, vêtements abimés refus scolaire tristesse, agressivité

139 Jeux dangereux : dans tous les cas Ä S inquiéter devant un changement de comportement

140 Jeux dangereux : pourquoi? Ä Adolescence et prises de risque

141 Prises de risque: la recherche d un plaisir immédiat Ä la prise de risque est souvent utile brise la routine offre une perspective de plaisir immédiat renforce l estime de soi favorise l identification aux héros permet l intégration dans le groupe évite la pensée

142 Jeux dangereux : que faire? Ä Informer les adultes (enseignants,parents ) Ä Soutenir la victime Ä Aborder l accident avec les autres élèves

143 Jeux dangereux : conclusions Ä de drôles de jeux Ä pas si rares Ä banalisés comme le reste

144 L adolescent face aux addictions Conclusions Ä Quelle que soit l addiction, les causes sont identiques Ä Des prises en charges similaires

145 Les modalités actuelles de prise en charge Ä Variables selon l addiction Ä 3 stratégies: - sevrage: partiel ou total - substitution - réduction des dommages Ä Un impératif: la prévention Ä Intérêt des groupes de pairs

146 «L origine de la dépendance n est ni le jeu, ni l ordinateur, ni le toxique, mais la fragilité de la personne»

147

148 Bibliographie Ä Parents: alerte au tabac et au cannabis. Gilbert Lagrue, 2008, Odile Jacob Ä Les 90 questions que tous les parents se posent. Jacques Henno, 2008 Télémarque Ä Les Adonaissants. François de Singly, 2006 Armand Colin Ä Alcool et adolescence. Patrice Huerre et François Marty, 2007 Albin Michel Ä La souffrance des adolescents. Philippe Jeammet, 2007 Ä Les écrans ça rend accro, Michel Stora, 2007 Ä Drogues & dépendance Rapport de l INPES, 2006

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent

1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent SEMESTRE 2 UE 4.5.S2 Soins infirmiers et gestion des risques 1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent Qu appelle-t-on conduite à risque? Mise en danger probable de sa vie ou de celle d autrui

Plus en détail

Les Addictions sans produit

Les Addictions sans produit Les Addictions sans produit C est l impossibilité de contrôler son comportement vis-à-vis de l activité de prédilection telles que : le sport, le sexe, le jeu (en ligne, d argent, vidéo), les achats compulsifs,

Plus en détail

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP)

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Extrait du bulletin communal de juin 2010 Alcool, ce qu il faut savoir Guide réalisé par le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Rue des Carmes, 26 6900 Marche-en-Famenne pssp@marche.be

Plus en détail

Adopter une attitude critique vis-à-vis des. conduites addictives. risques et des. conduites addictives. Capacités : Contenu : Fiche 3-1

Adopter une attitude critique vis-à-vis des. conduites addictives. risques et des. conduites addictives. Capacités : Contenu : Fiche 3-1 Module 3 Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Module 1 Santé et équilibre de vie Module 2 Alimentation et santé Module 4 Sexualité et prévention Module 5 Protection du consommateur

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail

Moi et Mes addictions

Moi et Mes addictions Hygiène de vie Moi et Mes addictions Je m évalue Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR Professeur Gérard Dubois Membre de l Académie Nationale de Médecine Service Santé Publique - CHU Amiens. Membre

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011

JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011 JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011 Pour cette matinée, nous débutons avec la distribution d un document sur le système de santé français, sur les actions du Conseil Général en faveur de la santé.

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

Les ados et Internet

Les ados et Internet Les ados et Internet Blogs, réseaux sociaux (Facebook), jeux en réseau (MMO), cyberdépendance Les ados et Internet Vous avez dit intimité? C est quoi un ado? (rappel) Tout savoir sur les blogs Les sites

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN

Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN LA LOI LA LOI LE GRAND-PÈRE LA GRAND-MÈRE Que risquez-vous pour une ivresse publique et manifeste (IPM)? a) amende b) prison c) placement

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance Quelques définitions : qu est ce qu une drogue? la modification de l état de conscience Étymologie de «addict» une dette de plaisir La dépendance

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

SUBSTANCES PSYCHOACTIVES Attention danger!

SUBSTANCES PSYCHOACTIVES Attention danger! Pour la santé au travail SUBSTANCES PSYCHOACTIVES Attention danger! Alcool, tabac, cannabis, ecstasy, héroïne, cocaïne, GHB, certains médicaments (anxiolytiques, hypnotiques, antidépresseurs...) sont des

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les résultats des réponses qui nous paraissent les plus intéressantes : Pour quelles raisons consommez-vous du cannabis?

Vous trouverez ci-dessous les résultats des réponses qui nous paraissent les plus intéressantes : Pour quelles raisons consommez-vous du cannabis? Nous sommes quatre élèves de Terminale STT en option Administration. Nous avons choisi comme projet pour notre baccalauréat de réaliser une réunion d information sur le cannabis. Pour cela, une classe

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES

INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES QU EST-CE QUE LE CANNABIS? Je viens de découvrir que ma fille a apparemment une «habitude» de consommation de cannabis. Je ne connais

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

LA PREVENTION DU TABAGISME CHEZ L ADOLESCENT. Mode opératoire Postures et impostures

LA PREVENTION DU TABAGISME CHEZ L ADOLESCENT. Mode opératoire Postures et impostures LA PREVENTION DU TABAGISME CHEZ L ADOLESCENT Mode opératoire Postures et impostures Définition : «Le tabagisme est un comportementappriset entretenu par une dépendancedont la Nicotine est responsable»

Plus en détail

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise CANNABIS: effets et méfaits Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise 1 Cannabis: Abréviation du nom «cannabis sativa». Toutes les composantes de la plante contiennent les substances psychoactives dont

Plus en détail

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Le sportif face aux substances psychoactives CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Plan A. Les incontournables : tabac, cannabis, alcool B. L arrêt sportif : une période de vulnérabilité CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Plus en détail

Quizz s é c u r i t é

Quizz s é c u r i t é Quizz s é c u r i t é r o u t i è r e Selon vous, le nombre de personnes tuées sur les routes dans le monde chaque année représente environ : A. La population de l Estonie B. C. Les populations des villes

Plus en détail

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Addictions

Plus en détail

JEUNES ET TABAC Etat de la situation

JEUNES ET TABAC Etat de la situation JEUNES ET TABAC Etat de la situation Etat des lieux au 01.06.2015 1- A quel âge les jeunes commencent-ils à fumer? Différents facteurs et raisons peuvent amener les jeunes à commencer à fumer. Si les jeunes

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

L ACTION DES DROGUES SUR

L ACTION DES DROGUES SUR L ACTION DES DROGUES SUR 16 Système de recapture de la dopamine Neuromédiateur (dopamine) Récepteur spécifique à dopamine >>LA DOPAMINE ET LE «CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE» Les drogues qui agissent le plus

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Alcool : je fais le point sur ma consommation

Alcool : je fais le point sur ma consommation Alcool : je fais le point sur ma consommation Tous concernés? De quoi s agit-il? On a l habitude d évoquer un risque pour la santé au-delà de 3 verres standard par jour pour les hommes ou 2 pour les femmes,

Plus en détail

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC Mme ZERTAL CHERIFA Mme DJENNA. D Mr KAABOUCHE. A Bureau d Accueil, Orientation et Activités Socio-thérapeutiques Unité d Aide Psychologique CHU BENBADIS DE CONSTANTINE I)

Plus en détail

Bases neurobiologiques de la récompense

Bases neurobiologiques de la récompense Bases neurobiologiques de la récompense Le système de récompense est la base neurobiologique de l'apprentissage. Il est indispensable à la survie, car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

COCAÏNE crack ou free base

COCAÏNE crack ou free base COCAÏNE crack ou free base QU EST-CE QUE C EST? C La cocaïne est une substance psychoactive d'origine végétale, extraite des feuilles de cocaïer. C Une fois transformée par un procédé chimique, elle devient

Plus en détail

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 Les Addictions Comportementales Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 C est quoi une addiction? Il s agit d une substance ou d une activité qui stimule le centre de

Plus en détail

Arrêter de FUMER. Pourquoi et comment?

Arrêter de FUMER. Pourquoi et comment? Arrêter de FUMER Pourquoi et comment? Par Dr. Alex Barbey Illustrations par Helbé 2010 1 Les dangers du tabac Le tabac, utilisé en Amérique, fut introduit en Europe au cours du 16 ème siècle. Il était

Plus en détail

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Introduction Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Le développement psychologique du bébé C est un développement extraordinaire, en vitesse et en ampleur, en moins de 3 ans avec un programme

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Nos ados. www.harmonie-mutuelle.fr

Nos ados. www.harmonie-mutuelle.fr Nos ados les nouvelles technologies www.harmonie-mutuelle.fr Sommaire 2 Nouvelles technologies : quels sont les avantages pour nos adolescents?....................... 4 Usage problématique : quels sont

Plus en détail

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne Jeune, vulnérabilité, société et communication avec l adulte Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts: de l

Plus en détail

Atelier La gestion de l anxiété

Atelier La gestion de l anxiété Atelier La gestion de l anxiété Trucs et Astuces Annie Fratarcangeli, éducatrice spécialisée Mireille St-Pierre, parent Différence entre la peur et l anxiété La peur est une réaction normale face à un

Plus en détail

UNE TOXICOMANIE: LE CANNABIS

UNE TOXICOMANIE: LE CANNABIS UNE TOXICOMANIE: LE CANNABIS PRÉSENTÉ PAR Yves Dion, md Le 24 mai 2012 Objectifs d apprentissage: Comprendre les effets du cannabis Comprendre les effets du cannabis sur les apprentissages et le travail

Plus en détail

Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION

Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION Les Entreprises et Artisans partenaires de la Sécurité Routière. Conduite professionnelle et conduite addictive (1/3) La conduite professionnelle pourrait

Plus en détail

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction.

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction. avec la collaboration du Centre de vulgarisation de la connaissance, Université Paris XI LEXIQUE LE CANNABIS SOUS L ŒIL DES SCIENTIFIQUES Addiction État de besoin vis-à-vis d une drogue ou d une pratique

Plus en détail

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Leïla Ksontini: psychologue du travail Plan de l atelier Actualité Définition - Stress + et Source de stress Réponse au

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS

CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS Cours de PCEM 1 Professeur Olivier COTTENCIN, Faculté de Médecine de Lille L'addiction est une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible

Plus en détail

Le stress au travail

Le stress au travail Le stress au travail TABLE DES MATIERES Introduction... I- Définition du Stress 3 II- Les facteurs du Stress au travail.4 III- Les Dangers du Stress..6 1) Les symptômes physiques ) Les symptômes émotionnels

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données DAT 974 - Axe 1 - Mission Observation COSU du 03/12/2012 Monique RICQUEBOURG Observatoire Régional de la Santé (ORS) 1 Plan de la

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud,

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud, Les idées reçues ADIJA oct 2012 Dr C Renaud, La pollution de l air est plus mauvaise pour la santé que la fumée de tabac! VRAI - FAUX FAUX La fumée est le champion des polluants, avant les moisissures

Plus en détail

ADDICTION. Comprendre et s en libérer. Remerciements. Projet réalisé par Cindy et Magali Etudiantes infirmières

ADDICTION. Comprendre et s en libérer. Remerciements. Projet réalisé par Cindy et Magali Etudiantes infirmières Projet réalisé par Cindy et Magali Etudiantes infirmières ADDICTION Comprendre et s en libérer Remerciements Les stagiaires pour leur participation Véronique et Cindy pour leur disponibilité et leur implication

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant cannabis au volant Réalisation Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. www.aitq.com Cannabis au volant cool ou risqué? Cette brochure a pour but de t informer de l impact du cannabis

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE

TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE Thème(s) concerné(s): La Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant Enjeux planétaires contemporains Corps humain et santé Niveau(x)

Plus en détail

Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation

Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation Ed.resp: Marie-Ange Cornet - CAL-Luxembourg Les Potados - Luxembourg asbl 2, rue de l ancienne Gare 6800 Libramont-Chevigny

Plus en détail

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Alcool Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Pour réduire sa consommation Alcool Vous envisagez de réduire votre consommation de boissons alcoolisées, mais vous vous posez des questions : vous

Plus en détail

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON Séquence 2 : la polyconsommation. Objectif général de la séquence : être capable d adopter une attitude critique vis-à-vis des conduites addictives. NOM : Classe : Prénom : Date : DEVOIR MAISON NOTE :

Plus en détail

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours 44 ème Journées de Formation Médicale Continue, Tours, septembre 2006 I - DEFINITIONS DES DIFFERENTS

Plus en détail

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents»

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» «Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» Intervention de Monsieur Gilbert Jeanvion, ancien enseignant spécialisé et psychologue scolaire, animateur au sein de l «Association des Groupes

Plus en détail

Consommation de substances

Consommation de substances Consommation de substances Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 7.6 analyser les facteurs sociaux susceptibles d influencer le

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale 20 FEVRIER 2008 Colloque de Médecine Communautaire et Premier Recours MAKRIS Dionysios L apéritif du jour Vignette clinique-unité de l Alcoologie Partager

Plus en détail

Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint

Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint Linda Walker, PCC, ACCG, Bacc. Adm. Coach en TDAH www.tdahadulte.com Objectifs Reconnaître les enjeux et défis que présentent

Plus en détail

La psychiatrie dans le cinéma

La psychiatrie dans le cinéma La psychiatrie dans le cinéma Plaisir de voir, plaisir de critiquer, plaisir de débattre Prof Daniele Zullino Dr Gerard Calzada Hallucinogènes Classification des substances!! Dépresseurs du SNC Stimulants

Plus en détail

Tabac. Ouvrons le dial O gue. Pour faire le point

Tabac. Ouvrons le dial O gue. Pour faire le point le dial O gue Tabac Pour faire le point Réalisation : Callichrome - Illustrations : R. Rublon - Illustration de couverture : A. Gingembre - Maquette couveture : O. Mayer Pour faire le point Votre médecin

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

LA REDUCTION DES RISQUES LIES AU TABAGISME Mythe ou réalité? Diminution importante des ventes de cigarettes et de la prévalence du tabagisme Mais une diminution qui se ralentit en 2004 LA REDUCTION DES

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Et si on en parlait...

Et si on en parlait... plaq alcool 220312:Mise en page 1 30/03/2012 14:55 Page 1 Alcool Et si on en parlait... Ce document vise à informer les usagers des risques qui sont associés à la consommation d alcool plaq alcool 220312:Mise

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

C est quoi les T.C.A??

C est quoi les T.C.A?? C est quoi les T.C.A?? Par T.C.A : Trouble du Comportement Alimentaire ou Trouble de la Conduite Alimentaire, on désigne l Anorexie, la Boulimie et l Hyperphagie. Ils parlent d une histoire difficile avec

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

ET TOI? DROGUE,TABAC,ALCOOL. Conseils pour resister aux propositions! en garde??

ET TOI? DROGUE,TABAC,ALCOOL. Conseils pour resister aux propositions! en garde?? Conception et réalisation par l Institut des Hauts-de-Seine, avec les médecins toxicologues du forum Giga la Vie, en partenariat avec les Policiers Formateurs Anti Drogue (PFAD) des Hauts-de-Seine. DROGUE,TABAC,ALCOOL

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

ET SI NOUS EN PARLIONS...

ET SI NOUS EN PARLIONS... ET SI NOUS EN PARLIONS... Santé, je me protège! Édito Dans le cadre de notre politique d entreprise, nous nous sommes engagés à prévenir les risques sur la santé et la sécurité au travail de l ensemble

Plus en détail

Prévention du tabagisme en milieu sportif

Prévention du tabagisme en milieu sportif Prévention du tabagisme en milieu sportif Prévention des dépendances en milieu sportif 30 mai 2015, Lausanne Claudia Véron Chargée de projet CIPRET-Vaud Un programme des Quelle est la consommation de tabac

Plus en détail

CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012

CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012 CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012 Formation élaborée par les services régionaux de soutien et d expertise TRP de la Montérégie et de Laval-Laurentides-Lanaudière Anne-Marie Beaulieu, Carole Carrière et Louise-Hélène

Plus en détail

PLUS D'INFOS POUR MOINS D'INTOX ALCOOL

PLUS D'INFOS POUR MOINS D'INTOX ALCOOL PLUS D'INFOS POUR MOINS D'INTOX ALCOOL ALCOOL PLUS D'INFOS POUR MOINS D'INTOX On trouve toujours une bonne raison pour commencer à boire : curiosité, recherche de sensations fortes, envie de faire comme

Plus en détail

La psychiatrie dans le cinéma

La psychiatrie dans le cinéma La psychiatrie dans le cinéma Plaisir de voir, plaisir de critiquer, plaisir de débattre Stephane Rothen Gerard Calzada Tabac Classification des substances Dépresseurs du SNC Stimulants du SNC Perturbateurs

Plus en détail