Jeux dangereux et pratiques violentes à l école

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jeux dangereux et pratiques violentes à l école"

Transcription

1 Jeux dangereux et pratiques violentes à l école Comprendre pour prévenir Pr Grégory MICHEL* Directeur du laboratoire : Psychologie, Santé et Qualité de Vie, Université Segalen, Bordeaux2 Expert Scientifique Etats Généraux de la Sécurité à l Ecole, & pratiques violentes et jeux dangereux Auteur de : La prise de risque à l adolescence, ed : Masson, 2001 Personnalité et développement, ed :Dunod, 2006 Prévenir la délinquance dès la petite enfance, ed : L Harmattan, Les jeux dangereux et les pratiques violentes (DESCO, 2007, 2009, 2011)

2 Conduites à risques Exemples

3 Trois phénom nomènes nes sur la dernière re décaded (Piko et coll., 2006, Michel, 2009) Sévérité (Cpts violents/conduites à risques) Précocité (Cpts violents/conduites à risques ) comorbidité (Cpts violents/conduites à risques)

4 Phénom noménologie nologie des jeux dangereux et violents Jeux d agression Jeux de non-oxyg oxygénation Connaissance des jeux : 70 % des collégiens Michel, 2009 Jeux de défisd

5 Jeux d agression

6 Situations cliniques Erwan (11 ans) : Phobie scolaire, dépression «Victime» - jeux d agression

7 Les jeux violents (d agression) violence physique gratuite (groupe de jeunes) envers un enfant seul Agresseur versus victime objectif : faire mal physiquement Jeux intentionnels -jeu de la cannette Jeu du mikado, du catch etc.. Recherche d une mise à l épreuve Jeux contraints Pas de consentement Pas d inversion des rôles Jeu de la mort subite Jeu de l anniversaire est-ce toujours un jeu? Pour qui?

8 Conséquences Physiques hématomes, fractures, séquelles neurologiques, voire mort.. Psychiques manifestations psychotraumatiques, phobie scolaire, conduites suicidaires etc.. Honte / culpabilité

9 Facteurs psychologiques associés aux jeux d agression 12 % en milieu scolaire (collège) (20 % connaissent des joueurs) Garçons (majorité) Usage de toxiques fréquent (tabac, alcool : ivresses répétées, drogues) Comportements antisociaux et agressifs Joueurs de jeux d agression Meneurs/suiveurs Profil de personnalité - Recherche de sensations -Tendances antisociales Fonctionnement Émotionnel (actif) Détachement émotionnel Absence de culpabilité Résultats conformes étude Sofres 2007

10 Le bullying (victimisation, intimidation, harcèlement) - violence répétitive psychologique perpétrée par un ou plusieurs agresseurs envers une victime. 4 types : bullying verbal (insultes), physique (coups), émotionnel (humiliation), sexuel (provocations) Pattern relationnel : distribution des rôles Relation de domination % en milieu scolaire Les filles souvent victimes et agresseurs

11 Les jeux d agressiond 1.Distinction entre : - participation active & passive - jeu intentionnel et contraint 2. Objectif : Affirmation de sa supériorité : soit en agressant, soit en subissant la violence physique 3. Jeux contraints Agresseurs : -Meneurs (Actifs): Expression d un trouble du comportement? -Suiveurs (Passifs) : suggestibilité, Victimes : -Soumises, timides - Provocatrices

12 Influence des NTIC (Nouvelles Technologies de l Information l et de la Communication) Happy Slapping Sharking Cyberharcèlement Sexting

13 Exemple du Happy slapping

14 Fabrice (14 ans) : Trouble du comportement «Auteur» -Happy slapping - jeu d agression

15 Exemple du Happy slapping Agression filmée (violence gratuite par surprise) Version sexuelle : Sharking Est-ce encore un jeu? Non Victime : double traumatisme (humiliation) - agression réelle & diffusion de la violence Influence de la vidéo (partenaire ++) Accentuation de la violence (+ preuve)

16 Pourquoi le happy slapping? Dictature de l image : - télescopage entre réalité et virtuel (perte des limites) - chez des enfants fragiles Identitaire : - exister par l image (narcissique) = intimidation etc.. - conduites de virilisation (ex : trophée) Excitation: - adrénaline, shoot à la violence - risque de banalisation et surenchère

17 Autres violences via les NTIC Le cyberharcèlement/cyberviolence : Mails, texto, images Harcèlement moral (moqueries, insultes, photos etc..) Conséquences : état dépressif, phobie scolaire.. TS, suicide

18 Influence des médias m sur la violence des enfants & adolescents?

19 Les médiam - TV/ordi en chambre - Plus de 5 h par jour aux US pour les 2-18ans (TV,Consoles,ordi) - 3h par jour en France Sorte de Baby sitter ou Super Copain

20 Conséquences de la violence TV Désensibilisation: habituation,passivité, Apathie Déculpabilisation Confusion virtuel/réel Méta analyse (N= 54 études sur 4262 enfants): -accroît les sentiments agressifs et diminue les comportements prosociaux

21 L exemple du jeu de non-oxyg oxygénation (jeu du foulard, de la tomate, cosmos, poumons, 30 secondes de bonheur)

22 Situation clinique Jonathan (13 ans): casse-cou - Jeu de non-oxygénation - Autres conduites à risques/essais

23 L exemple du jeu de non-oxyg oxygénation (jeu du foulard, de la tomate, cosmos, poumons, 30 secondes de bonheur) Définition: pratique en groupe (cours de récréation, toilettes) ni «agresseur» ni «victime» (étrangleur devient l étranglé) Jeux de strangulation/compression -liens, pouces (carotides, sternum) -Pendaison Privation oxygène (cerveau) Jeux d apnée -diminution oxygène -augmentation CO2 Privation oxygène (cerveau)

24 L exemple du jeu de non-oxyg oxygénation (jeu du foulard, de la tomate, cosmos, poumons, 30 secondes de bonheur) Repérage de séquences: 1.Recherche d une hyperventilation (ex : flexions rapides des genoux..) 2. Participation d un camarade (compression des carotides) 3. Perte de conscience après vécus hallucinatoires (ex : sensations de planer) 4. Réveil par les camarades (souvent brutal..) 5. Partage des sensations

25 Symptômes post-anoxiques (privation d oxygène) : 1.Céphalées intenses, somnolence, tremblements, tâches rouges (purpura) 2. Tr cognitifs (mémorisation, attention..) pbs scolaires.. 3. Lésions cérébrales irréversibles, 4.Coma voire mort 5. Troubles psychiques: addiction, troubles de l adaptation, de l humeur 6. Quid des effets à long terme

26 Epidémiologie des jeux de non-oxyg oxygénation Difficultés à évaluer les décès liés au Jeu du foulard: accident, suicide Chiffres contrastés : Environ plus de 200 cas depuis les années 1950 (ex: Associations de parents, SOS Benjamin, APEAS etc.. ) En 2005, 9 cas d accidents dont 6 décès (étude SAMU 63/97) Environ décès/an

27 Caractéristiques ristiques des jeunes joueurs (1 fois ou occasionnels) Conduites d essais Curieux, recherche de sensations Sports à sensations Risque routier Non suicidaire Substance Régulier (dépressif)

28 Etapes : Le jeu du foulard : conduite suicidaire ou conduite pour exister? 1) Prendre le risque de jouer malgré le danger, l interdit (se tester) 2) Recherche d éprouvés intenses et nouveaux (dépasser la douleur, l angoisse)= ex : témoignages (sensations de planer, visions colorées) 3) Perte de conscience: faire l expérience de sa propre disparition 4) Réveil survie : souvent accompagné de douleur mais sentiment de toute puissance Il s agit d une mort-résurrection : échapper à la mort c est prouver que sa vie à une valeur, un sens, une légitimité

29 Jeux de défis Principe du t es pas cap Influence du groupe de copains Recherche d exploits Exemple : le «jeu du toréro»

30 Jeux de défisd Enjeux physiques Usage de toxiques NTIC Jeu de l autoroute Jeu de la dynamite Car surfing Jeu de l aérosol Jeu de l insomnie Binge drinking Jeu des défis filmés HARD Dedipix

31 Pourquoi ces jeux? Prise de risque délibérée -Recherche de sensations intenses -Dépassement de soi - Effets produit sur autrui Souvent filmé : exploit = trophée

32 Comprendre

33 Pré-adolescence : âge des découvertes Découvertes:. Les désirs des autres différents des siens,. Existence des règles et des limites,. La vie existe au delà du champ familial et c est au delà de ce champ qu il doit la construire. Recherche d autonomie

34 Importance du groupe de pairs Différentes étapes: - i) activités communes, - ii) recherche de similitudes, - iii) recherche d une différence ==> (Risque / se singulariser, prestige..)

35 Comprendre socialisation Identité Sensations Émotions

36 Constats Evaluation difficile A sanctionner? Normalité vs pathologique Marqueurs de difficultés psychiques? A prévenir? A soigner?

37 Signaux d alerte d des jeux dangereux Jeux de non-oxygénation - traces rouges autour du cou, - vision floue, purpura, bourdonnements d oreilles, céphalées intenses, - difficultés cognitives - difficulté à se séparer d une ceinture, foulard. - attrait pour les sensations intenses, nouvelles (cf., autres conduites à risques) Enfant victime de jeux d agressions, bullying - blessures, traces de coups, vêtements abîmés, vols - manifestations anxieuses psycho-traumatiques (troubles du sommeil), dépressives (tristesse, auto-dépréciation etc..), - phobie scolaire, manifestations neurovégétatives (sueurs, tremblements, douleurs abdominales, nausées etc.),

38 Conclusions et perspectives 1 enfant 8 a déjà joué Le jeu du foulard peut toucher de nombreux enfants enfant : méconnaissance des risques Jeux d agression : expression d une violence pathologique?

39 Prévention, intervention Plaquette d information & de prévention (2007:2010) (Ministère de l Education Nationale) Intervention centrée sur les jeux dangereux comme conduites à risques Approche globalisante du phénomène Message adressé aux adultes référents de l enfant (parents, professionnels divers..) - nécessaire pour une réponse individualisée - Contenu informatif sur les jeux, les dangers, les motivations etc.. Ajusté selon la gravité de l acte (après un événement) - formation de formateurs [session de formation: octobre 2010]

40 Prévention, intervention Information : Demande d aide (rare) (30 % personnel scolaire, 18 % amis, 6 % enseignants, 3 % parents)

41 Prévention, intervention 1. Centrée sur l enfant: -désignation d une personne référente (contenu de l intervention) - personnes ressources, relais (ex : santé, éducation, associations etc..) - Ex : intervention en binôme - Aide aux victimes (repérage, soutien, prise en charge)

42 Prévention, intervention 2.Message adressé aux élèves (après un accident/incident) - tenir compte de l âge des élèves (message différent enfant / adolescent) - rappel de la loi, respect de l autre, de la citoyenneté - Importance des témoins (culpabilité, délation/assistance a personne en danger)

43 Prévention, intervention 3.Message adressé aux élèves (après un accident/incident) - Attention: Paradoxes de l information (ex : danger attractif) : risque de message incitatif + infantilisation (cf., adolescence) - ex : incitation à se poser des questions, les responsabiliser (actes/conduites), non passifs Discours ni incitatif, ni moralisateur (surtout adolescent)

44 Préventions/ Réflexions Facteurs sociétaux (responsabilité sociale) - Enfants trop vite responsabilisés? - Livrés à eux-mêmes (à leurs émotions / pulsions?) - Culte de la sensations/intensité (médias etc..)

45 «Le monde est dangereux à vivre - Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, - mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire» Albert Einstein.

18 Novembre 2008 CONFERENCE LES JEUX DANGEREUX Animée par magali Duwelz de l association SOS Benjamin

18 Novembre 2008 CONFERENCE LES JEUX DANGEREUX Animée par magali Duwelz de l association SOS Benjamin 18 Novembre 2008 CONFERENCE LES JEUX DANGEREUX Animée par magali Duwelz de l association SOS Benjamin Les jeux dangereux : sur 8 millions de jeunes, 3 millions sont concernés 41 % de primaires 38 % de

Plus en détail

Être attentif si vous entendez dans la maison un bruit sourd : l enfant tombe, convulsions Certains peuvent rester dans le coma plusieurs semaines.

Être attentif si vous entendez dans la maison un bruit sourd : l enfant tombe, convulsions Certains peuvent rester dans le coma plusieurs semaines. Réunion publique autour Des pratiques violentes et «jeux dangereux» chez l enfant et l adolescent 1 Lundi 6 février 2012 18h30 Espace Chambon à Cusset TEMOIGNAGE DE Mme FRANÇOISE COCHET (Présidente de

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

Vie scolaire. Repères. Guide d intervention en milieu scolaire. Jeux dangereux. et pratiques violentes

Vie scolaire. Repères. Guide d intervention en milieu scolaire. Jeux dangereux. et pratiques violentes Repères Vie scolaire Guide d intervention en milieu scolaire Jeux dangereux et pratiques violentes Repères Vie scolaire Guide d intervention en milieu scolaire Jeux dangereux et pratiques violentes Prévention

Plus en détail

COLLOQUE DU 26/04/2013

COLLOQUE DU 26/04/2013 COLLOQUE DU 26/04/2013 Halte au harcèlement moral du traumatisme à la réponse judiciaire 1ere partie sur le harcèlement dans la sphère privée P. COUDERC, psychanaliste 2eme partie sur le harcèlement en

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Adopter une attitude critique vis-à-vis des. conduites addictives. risques et des. conduites addictives. Capacités : Contenu : Fiche 3-1

Adopter une attitude critique vis-à-vis des. conduites addictives. risques et des. conduites addictives. Capacités : Contenu : Fiche 3-1 Module 3 Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Module 1 Santé et équilibre de vie Module 2 Alimentation et santé Module 4 Sexualité et prévention Module 5 Protection du consommateur

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est?

LES RÉSEAUX SOCIAUX. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est? Facebook, Twitter, MySpace, Netlog... ces noms te sont sans doute très familiers. Il s agit en effet des réseaux sociaux les plus populaires. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est? C est

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

LE HARCELEMENT DEFINITION

LE HARCELEMENT DEFINITION LE HARCELEMENT DEFINITION Harcèlement : définition Agressions répétées Agressions dans la durée Relation entre l agresseur ou les agresseurs et la victime asymétrique La victime ne doit pas se considérer

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

ADOLESCENCE ET ADDICTION Le cannabis en questions. Diaporama réalisé par. Yves GERVAIS

ADOLESCENCE ET ADDICTION Le cannabis en questions. Diaporama réalisé par. Yves GERVAIS 1 ADOLESCENCE ET ADDICTION Le cannabis en questions Diaporama réalisé par Yves GERVAIS Psychosociologue, psychothérapeute pour adolescents Chargé de Mission Sécurité Routière Chargé d Enseignement Universitaire

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

Nouveaux médias. Guide pour les écoles obligatoires. Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement

Nouveaux médias. Guide pour les écoles obligatoires. Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement Nouveaux médias Guide pour les écoles obligatoires Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement 1 Police cantonale bernoise Etat-major/Prévention Groupe nouveaux médias Case postale 7571, 3001

Plus en détail

Mission. Objectifs. Les contenus violents et sexuellement explicites sur Internet. Comment protéger les jeunes utilisateurs? Qui sommes-nous?

Mission. Objectifs. Les contenus violents et sexuellement explicites sur Internet. Comment protéger les jeunes utilisateurs? Qui sommes-nous? Les contenus violents et sexuellement explicites sur Internet. Comment protéger les jeunes utilisateurs? Qui sommes-nous? Lausanne, 29 mars 2012 Sébastien GENDRE, Responsable du département «Prévention

Plus en détail

COMPTE- RENDU CONDUITES A RISQUES AU JAPON 18 MARS 2013 Docteur Claudine Bliah Monsieur Thierry Sabot

COMPTE- RENDU CONDUITES A RISQUES AU JAPON 18 MARS 2013 Docteur Claudine Bliah Monsieur Thierry Sabot COMPTE- RENDU CONDUITES A RISQUES AU JAPON 18 MARS 2013 Docteur Claudine Bliah Monsieur Thierry Sabot Le Japon : Exception criminologique, ce pays a toujours eu une criminologie extrêmement basse, qui

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

«JEUX DANGEREUX ET PRATIQUES VIOLENTES»

«JEUX DANGEREUX ET PRATIQUES VIOLENTES» BIBLIOGRAPHIE «JEUX DANGEREUX ET PRATIQUES VIOLENTES» PRESENTATION Cette bibliographie thématique comporte aussi bien des documents apportant un regard d experts sur la problématique que des supports variés

Plus en détail

Présentation de l outil

Présentation de l outil Présentation de l outil 1 Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue ou mal traitée 15% à 30% des sujets âgés ont des symptômes dépressifs significatifs En

Plus en détail

Harcèlement : comment puis-je être aidé? Que peux-tu faire? Il faut en parler pour trouver des solutions!

Harcèlement : comment puis-je être aidé? Que peux-tu faire? Il faut en parler pour trouver des solutions! Conseils aux victimes : élèves de l école primaire Harcèlement : comment puis-je être aidé? Si, à l école, tes camarades se moquent de toi, te volent ou abîment tes affaires, te donnent des surnoms méchants,

Plus en détail

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT Martine PACAULT-COCHET Responsable Action Sociale Assistante Sociale Spécialisée Groupe Pasteur Mutualité www.gpm.fr Un engagement fort en faveur du bien-être des soignants

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

THEATRE FORUM. Education à la santé Tabac, alcool, cannabis Addiction internet et jeux vidéos Prévention des conduites à risques.

THEATRE FORUM. Education à la santé Tabac, alcool, cannabis Addiction internet et jeux vidéos Prévention des conduites à risques. C o m p a g n i e N o c t i l u s T h é â t r e THEATRE FORUM Saison 11 /12 Education à la santé Tabac, alcool, cannabis Addiction internet et jeux vidéos Prévention des conduites à risques NOCTILUS THEATRE

Plus en détail

Risques psychosociaux: regards croisés

Risques psychosociaux: regards croisés Risques psychosociaux: regards croisés Dr Danzin Psychiatre - PH hôpital Charcot (Plaisir) - Attachée à la consultation «souffrance et travail» du service de Pathologie Professionnelle de l hôpital Raymond

Plus en détail

À l école POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

À l école POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres À l école POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue Les accidents scolaires touchent beaucoup plus les garçons que les filles. Ce phénomène est principalement dû à deux facteurs : d une part, les garçons

Plus en détail

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre Délinquance sexuelle Définitions : psychiatrique, légale, taxinomique Histoire psychique Voies thérapeutiques La récidive et sa prévention Attentat à la liberté et à l honneur sexuel. Contrainte sexuelle

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie 1. Anxiété de séparation 2. Phobie spécifique 3. Phobie sociale 4. Anxiété généralisée 5.

Plus en détail

Table des matières. Sommaire... 5. Quelques mots des auteurs... 9. Introduction... 11. Chapitre I. Biologie et médecine... 13 Jean-Pol Beauthier

Table des matières. Sommaire... 5. Quelques mots des auteurs... 9. Introduction... 11. Chapitre I. Biologie et médecine... 13 Jean-Pol Beauthier Table des matières Sommaire... 5 Quelques mots des auteurs... 9 Introduction... 11 Chapitre I. Biologie et médecine... 13 Section 1. Anatomie, physiologie, biologie, physiopathologie, génétique... 13 Section

Plus en détail

FACEBOOK. Pourquoi cette soirée?

FACEBOOK. Pourquoi cette soirée? FACEBOOK Document établi par Alexandra Etienne, animatrice au CAL/Luxembourg Pourquoi cette soirée? Nous avons organisé cette soirée suite à la demande du comité des parents. Suite à tout ce que nous voyons

Plus en détail

Activité Domaines Langue française Éducation humaine (vivre ensemble) Sciences

Activité Domaines Langue française Éducation humaine (vivre ensemble) Sciences 1 Activité Domaines Langue française Éducation humaine (vivre ensemble) Sciences Objectif général Sensibiliser aux dangers du tabac et à la législation en cours. Objectifs spécifiques Identifier et connaître

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail

FORMATIONS 2015-2016 «PARCOURS DE SOINS DES JEUNES EN ITEP»

FORMATIONS 2015-2016 «PARCOURS DE SOINS DES JEUNES EN ITEP» N activité : 23 76 04 966 76 Coordonnateur : D. BERTHELOT Secrétaire : M. DELHAIE FORMATIONS 2015-2016 «PARCOURS DE SOINS DES JEUNES EN ITEP» «Sensibilisation aux difficultés psychologiques des enfants,

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Stress et burnout au travail : identifier, prévenir, guérir

Stress et burnout au travail : identifier, prévenir, guérir Élisabeth GREBOT Stress et burnout au travail : identifier, prévenir, guérir Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54014-7 Sommaire Introduction... 1 Partie 1 D où vient le stress? Chapitre 1 Le stress

Plus en détail

Les troubles anxieux

Les troubles anxieux Plan Les troubles anxieux I. Généralités II. Attaque de panique III. Trouble panique : 2. Facteurs de risque : 3. Selon la classification DSM4 : IV. TAG = trouble d anxiété généralisé V. Agoraphobie 2.

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes

NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes Les enfants surfent sur internet majoritairement à partir de 8 ans 64%*

Plus en détail

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Le sportif face aux substances psychoactives CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Plan A. Les incontournables : tabac, cannabis, alcool B. L arrêt sportif : une période de vulnérabilité CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Plus en détail

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP)

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Extrait du bulletin communal de juin 2010 Alcool, ce qu il faut savoir Guide réalisé par le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Rue des Carmes, 26 6900 Marche-en-Famenne pssp@marche.be

Plus en détail

LA RUMEUR Enquête 1 / Leïla, 3ème

LA RUMEUR Enquête 1 / Leïla, 3ème Enquête 1 / Leïla, 3ème OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES DU MODULE Insister sur l'impact possible d' «une simple rumeur» Sensibiliser aux risques du cyberharcèlement et aux différents types de cyberviolences ZOOM

Plus en détail

Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance

Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance Introduction Qu est-ce que l AGY? C est une Association de Loi 1901 qui développe la promotion de la gérontologie en Yvelines. Plusieurs activités dont un

Plus en détail

Compte rendu du 5 avril 2012. inter CVL Bassin Amiens

Compte rendu du 5 avril 2012. inter CVL Bassin Amiens Compte rendu du 5 avril 2012 inter CVL Bassin Amiens Participants présents: Les élus du CVL des lycées Louis Thuillier, Edouard Branly, Edouard Gand, La Hotoie, Lamarck, Robert de Luzarches, Madeleine

Plus en détail

LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME

LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME 1 LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME Dr. Jean-Pol PIRONET chef du service Qualité Médicale Medex 2 Dr. Hans Selye (1907-1982) Syndrome de stress ou S.G.A. (Syndrome général d adaptation) Le stress de

Plus en détail

Alcool Drogues Médicaments

Alcool Drogues Médicaments Alcool Drogues Médicaments Prévenir la consommation des substances psychoactives en milieu professionnel Une prévention collectivement partagée Le guide de l employeur Substances psychoactives, de quoi

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

Le haut potentiel intellectuel. Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart

Le haut potentiel intellectuel. Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart Le haut potentiel intellectuel Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart Un DIAGNOSTIC EMBARRASSANT «C est pendant les années lycée que j ai vraiment pris conscience que j étais à côté de tout.

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s

brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 2 Sommaire Qu est-ce que la violence?... 4 Pourquoi

Plus en détail

Chute et Syndrome Post-chute: Comprendre et Accompagner Le point de vue du psychologue

Chute et Syndrome Post-chute: Comprendre et Accompagner Le point de vue du psychologue Chute et Syndrome Post-chute: Comprendre et Accompagner Le point de vue du psychologue Maud Loubeyre, Psychologue Hôpital de Jour Patients Chuteurs SSR du CH Bois Guillaume Jessica Bouak, Psychologue EHPAD

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 1. Définition Les risques psychosociaux (RPS) recouvrent des risques d origine et de nature variées et sont admis comme des : «risques pour la santé, mentale mais aussi

Plus en détail

L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS

L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS RÉSUMÉ Ce rapport donne une vue d'ensemble de la violence

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011

JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011 JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011 Pour cette matinée, nous débutons avec la distribution d un document sur le système de santé français, sur les actions du Conseil Général en faveur de la santé.

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Les ados et Internet

Les ados et Internet Les ados et Internet Blogs, réseaux sociaux (Facebook), jeux en réseau (MMO), cyberdépendance Les ados et Internet Vous avez dit intimité? C est quoi un ado? (rappel) Tout savoir sur les blogs Les sites

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Drogues, alcool, tabac chez les 11-14 ans : en savoir plus pour mieux prévenir. 3-4 avril 2012 Auditorium Marceau Paris

Drogues, alcool, tabac chez les 11-14 ans : en savoir plus pour mieux prévenir. 3-4 avril 2012 Auditorium Marceau Paris Drogues, alcool, tabac chez les 11-14 ans : en savoir plus pour mieux prévenir 3-4 avril 2012 Auditorium Marceau Paris THÈME 5 «Comment intervenir précocement sur les comportements et/ou sur l'environnement?»

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE DEMOTIVATION, FATIGUES DES EQUIPES, TURN-OVER IMPORTANT, TAUX D ABSENTEISME EN CONSTANTE AUGMENTATION LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES

Plus en détail

Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses. Benoit Galand Université catholique de Louvain.

Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses. Benoit Galand Université catholique de Louvain. Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses Benoit Galand Université catholique de Louvain Plan Qu est-ce que le harcèlement à l'école? Quelles sont les

Plus en détail

Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines. Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org

Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines. Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org 2012 Données de cadrage sur l adolescence jeunesse et la santé Les inégalités de santé :

Plus en détail

LE HARCELEMENT A L ECOLE

LE HARCELEMENT A L ECOLE 1 05/05/2014 LE HARCELEMENT A L ECOLE l'essentiel : Selon une statistique nationale, un élève sur 10 est victime de harcèlement à l'école. Pour la moitié ce sont des cas de harcèlement sévère. Le harcèlement

Plus en détail

Comportements addictifs

Comportements addictifs Comportements addictifs Les cyberdépendances Addictions comportementales, Qu est-ce que c est? L addiction, au sens général, peut se définir par une envie incontrôlable et répétée, de consommer un produit

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves

Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves AVANT-PROPOS A l occasion des premières Assises Nationales sur le harcèlement à l École des 2 et 3 mai 2011, Luc CHATEL, ministre de

Plus en détail

Samedi 25 Avril : journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental

Samedi 25 Avril : journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental Journée mondiale de la sauvegarde du lien parental 25 avril 2015 POUR INFO Samedi 25 Avril : journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental http://blog.easy2family.com/journee-mondiale-pour-la-sauvegarde-du-lien-parental/

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Des formations Près de chez vous Qui associent apports d information, échanges de pratiques et mises en situation

Des formations Près de chez vous Qui associent apports d information, échanges de pratiques et mises en situation Formations - 2015 - Les formations de l A.N.P.A.A. Nord Pas-de-Calais en quelques mots Dans le champ de l alcoologie et de l addictologie, l A.N.P.A.A. Nord/Pas-de-Calais développe une politique globale

Plus en détail

PENSER LA PRÉVENTION AGIR POUR LA SANTÉ

PENSER LA PRÉVENTION AGIR POUR LA SANTÉ PENSER LA PRÉVENTION AGIR POUR LA SANTÉ PENSER LA PRÉVENTION AGIR POUR LA SANTÉ BIEN VIEILLIR SANTÉ ET TRAVAIL ÉDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTÉ CONSEIL ET ACCOMPAGNEMENT BIEN VIEILLIR SANTÉ ET TRAVAIL

Plus en détail

Quand le corps devient objet de l autre

Quand le corps devient objet de l autre Quand le corps devient objet de l autre (Hypersexualisation, pornographie, prostitution à l heure des technologies de l information et de la communication) Robert Courtois Clinique Psychiatrique Universitaire

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

C est quoi l intimidation?

C est quoi l intimidation? C est quoi l intimidation? Définition de l intimidation (Olweus, 1996) : «Un élève est intimidé ou victimisé lorsqu il est exposé de façon répétée et soutenue à des gestes négatifs de la part d un ou de

Plus en détail

Dossier de. Claude MACENO communication@ @ac-martinique.fr. Dossier de presse. 1 sur 7

Dossier de. Claude MACENO communication@ @ac-martinique.fr. Dossier de presse. 1 sur 7 Jeudi 5 novembre 2015 Mobilisation contre le harcèlement à l école Dossier de presse Dossier de presse académique complémentaire au dossier de presse national Contacts réservés à la presse : Nathalie CHAMPLONG

Plus en détail

Programme thérapeutique pour les adolescents présentant une addiction aux jeux vidéo o : trois ans d expd. à la Fondation Phénix

Programme thérapeutique pour les adolescents présentant une addiction aux jeux vidéo o : trois ans d expd. à la Fondation Phénix Université de Lausanne, sites de Dorigny 19 et 20 juin 2008 Congrès s : Prévenir le jeu excessif dans une société addictive? Programme thérapeutique pour les adolescents présentant une addiction aux jeux

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 Les Addictions Comportementales Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 C est quoi une addiction? Il s agit d une substance ou d une activité qui stimule le centre de

Plus en détail

Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine

Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine Ce guide a pour objectif de vous aider dans la recherche documentaire de supports pédagogiques (outils et guides) dans

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

Moi et Mes addictions

Moi et Mes addictions Hygiène de vie Moi et Mes addictions Je m évalue Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR Professeur Gérard Dubois Membre de l Académie Nationale de Médecine Service Santé Publique - CHU Amiens. Membre

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

Guide Prévention. Addictions. www.prevention-sante.com

Guide Prévention. Addictions. www.prevention-sante.com Guide Prévention Addictions www.prevention-sante.com Lorsque l on parle d addictions, les premières citées sont souvent les toxicomanies, l alcoolisme ou le tabagisme. Mais depuis quelques années, les

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Lutte contre les comportements à risques et les addictions

Lutte contre les comportements à risques et les addictions Lutte contre les comportements à risques et les addictions Prévention des accidents liés aux consommations :Violences sexuelles et IST Dr Frédérique Guillet-May. Pôle Régional d accueil des victimes d

Plus en détail

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Travail et santé: est-ce compatible?

Travail et santé: est-ce compatible? Travail et santé: est-ce compatible? HR Neuchâtel Jeudi 20 janvier 2011, Salle du Lobby, Complexe de la Maladière, Neuchâtel Dr méd. Sophie-Maria Praz-Christinaz, médecin du travail FMH, médecin associé,

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail