Jeux dangereux et pratiques violentes à l école

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jeux dangereux et pratiques violentes à l école"

Transcription

1 Jeux dangereux et pratiques violentes à l école Comprendre pour prévenir Pr Grégory MICHEL* Directeur du laboratoire : Psychologie, Santé et Qualité de Vie, Université Segalen, Bordeaux2 Expert Scientifique Etats Généraux de la Sécurité à l Ecole, & pratiques violentes et jeux dangereux Auteur de : La prise de risque à l adolescence, ed : Masson, 2001 Personnalité et développement, ed :Dunod, 2006 Prévenir la délinquance dès la petite enfance, ed : L Harmattan, Les jeux dangereux et les pratiques violentes (DESCO, 2007, 2009, 2011)

2 Conduites à risques Exemples

3 Trois phénom nomènes nes sur la dernière re décaded (Piko et coll., 2006, Michel, 2009) Sévérité (Cpts violents/conduites à risques) Précocité (Cpts violents/conduites à risques ) comorbidité (Cpts violents/conduites à risques)

4 Phénom noménologie nologie des jeux dangereux et violents Jeux d agression Jeux de non-oxyg oxygénation Connaissance des jeux : 70 % des collégiens Michel, 2009 Jeux de défisd

5 Jeux d agression

6 Situations cliniques Erwan (11 ans) : Phobie scolaire, dépression «Victime» - jeux d agression

7 Les jeux violents (d agression) violence physique gratuite (groupe de jeunes) envers un enfant seul Agresseur versus victime objectif : faire mal physiquement Jeux intentionnels -jeu de la cannette Jeu du mikado, du catch etc.. Recherche d une mise à l épreuve Jeux contraints Pas de consentement Pas d inversion des rôles Jeu de la mort subite Jeu de l anniversaire est-ce toujours un jeu? Pour qui?

8 Conséquences Physiques hématomes, fractures, séquelles neurologiques, voire mort.. Psychiques manifestations psychotraumatiques, phobie scolaire, conduites suicidaires etc.. Honte / culpabilité

9 Facteurs psychologiques associés aux jeux d agression 12 % en milieu scolaire (collège) (20 % connaissent des joueurs) Garçons (majorité) Usage de toxiques fréquent (tabac, alcool : ivresses répétées, drogues) Comportements antisociaux et agressifs Joueurs de jeux d agression Meneurs/suiveurs Profil de personnalité - Recherche de sensations -Tendances antisociales Fonctionnement Émotionnel (actif) Détachement émotionnel Absence de culpabilité Résultats conformes étude Sofres 2007

10 Le bullying (victimisation, intimidation, harcèlement) - violence répétitive psychologique perpétrée par un ou plusieurs agresseurs envers une victime. 4 types : bullying verbal (insultes), physique (coups), émotionnel (humiliation), sexuel (provocations) Pattern relationnel : distribution des rôles Relation de domination % en milieu scolaire Les filles souvent victimes et agresseurs

11 Les jeux d agressiond 1.Distinction entre : - participation active & passive - jeu intentionnel et contraint 2. Objectif : Affirmation de sa supériorité : soit en agressant, soit en subissant la violence physique 3. Jeux contraints Agresseurs : -Meneurs (Actifs): Expression d un trouble du comportement? -Suiveurs (Passifs) : suggestibilité, Victimes : -Soumises, timides - Provocatrices

12 Influence des NTIC (Nouvelles Technologies de l Information l et de la Communication) Happy Slapping Sharking Cyberharcèlement Sexting

13 Exemple du Happy slapping

14 Fabrice (14 ans) : Trouble du comportement «Auteur» -Happy slapping - jeu d agression

15 Exemple du Happy slapping Agression filmée (violence gratuite par surprise) Version sexuelle : Sharking Est-ce encore un jeu? Non Victime : double traumatisme (humiliation) - agression réelle & diffusion de la violence Influence de la vidéo (partenaire ++) Accentuation de la violence (+ preuve)

16 Pourquoi le happy slapping? Dictature de l image : - télescopage entre réalité et virtuel (perte des limites) - chez des enfants fragiles Identitaire : - exister par l image (narcissique) = intimidation etc.. - conduites de virilisation (ex : trophée) Excitation: - adrénaline, shoot à la violence - risque de banalisation et surenchère

17 Autres violences via les NTIC Le cyberharcèlement/cyberviolence : Mails, texto, images Harcèlement moral (moqueries, insultes, photos etc..) Conséquences : état dépressif, phobie scolaire.. TS, suicide

18 Influence des médias m sur la violence des enfants & adolescents?

19 Les médiam - TV/ordi en chambre - Plus de 5 h par jour aux US pour les 2-18ans (TV,Consoles,ordi) - 3h par jour en France Sorte de Baby sitter ou Super Copain

20 Conséquences de la violence TV Désensibilisation: habituation,passivité, Apathie Déculpabilisation Confusion virtuel/réel Méta analyse (N= 54 études sur 4262 enfants): -accroît les sentiments agressifs et diminue les comportements prosociaux

21 L exemple du jeu de non-oxyg oxygénation (jeu du foulard, de la tomate, cosmos, poumons, 30 secondes de bonheur)

22 Situation clinique Jonathan (13 ans): casse-cou - Jeu de non-oxygénation - Autres conduites à risques/essais

23 L exemple du jeu de non-oxyg oxygénation (jeu du foulard, de la tomate, cosmos, poumons, 30 secondes de bonheur) Définition: pratique en groupe (cours de récréation, toilettes) ni «agresseur» ni «victime» (étrangleur devient l étranglé) Jeux de strangulation/compression -liens, pouces (carotides, sternum) -Pendaison Privation oxygène (cerveau) Jeux d apnée -diminution oxygène -augmentation CO2 Privation oxygène (cerveau)

24 L exemple du jeu de non-oxyg oxygénation (jeu du foulard, de la tomate, cosmos, poumons, 30 secondes de bonheur) Repérage de séquences: 1.Recherche d une hyperventilation (ex : flexions rapides des genoux..) 2. Participation d un camarade (compression des carotides) 3. Perte de conscience après vécus hallucinatoires (ex : sensations de planer) 4. Réveil par les camarades (souvent brutal..) 5. Partage des sensations

25 Symptômes post-anoxiques (privation d oxygène) : 1.Céphalées intenses, somnolence, tremblements, tâches rouges (purpura) 2. Tr cognitifs (mémorisation, attention..) pbs scolaires.. 3. Lésions cérébrales irréversibles, 4.Coma voire mort 5. Troubles psychiques: addiction, troubles de l adaptation, de l humeur 6. Quid des effets à long terme

26 Epidémiologie des jeux de non-oxyg oxygénation Difficultés à évaluer les décès liés au Jeu du foulard: accident, suicide Chiffres contrastés : Environ plus de 200 cas depuis les années 1950 (ex: Associations de parents, SOS Benjamin, APEAS etc.. ) En 2005, 9 cas d accidents dont 6 décès (étude SAMU 63/97) Environ décès/an

27 Caractéristiques ristiques des jeunes joueurs (1 fois ou occasionnels) Conduites d essais Curieux, recherche de sensations Sports à sensations Risque routier Non suicidaire Substance Régulier (dépressif)

28 Etapes : Le jeu du foulard : conduite suicidaire ou conduite pour exister? 1) Prendre le risque de jouer malgré le danger, l interdit (se tester) 2) Recherche d éprouvés intenses et nouveaux (dépasser la douleur, l angoisse)= ex : témoignages (sensations de planer, visions colorées) 3) Perte de conscience: faire l expérience de sa propre disparition 4) Réveil survie : souvent accompagné de douleur mais sentiment de toute puissance Il s agit d une mort-résurrection : échapper à la mort c est prouver que sa vie à une valeur, un sens, une légitimité

29 Jeux de défis Principe du t es pas cap Influence du groupe de copains Recherche d exploits Exemple : le «jeu du toréro»

30 Jeux de défisd Enjeux physiques Usage de toxiques NTIC Jeu de l autoroute Jeu de la dynamite Car surfing Jeu de l aérosol Jeu de l insomnie Binge drinking Jeu des défis filmés HARD Dedipix

31 Pourquoi ces jeux? Prise de risque délibérée -Recherche de sensations intenses -Dépassement de soi - Effets produit sur autrui Souvent filmé : exploit = trophée

32 Comprendre

33 Pré-adolescence : âge des découvertes Découvertes:. Les désirs des autres différents des siens,. Existence des règles et des limites,. La vie existe au delà du champ familial et c est au delà de ce champ qu il doit la construire. Recherche d autonomie

34 Importance du groupe de pairs Différentes étapes: - i) activités communes, - ii) recherche de similitudes, - iii) recherche d une différence ==> (Risque / se singulariser, prestige..)

35 Comprendre socialisation Identité Sensations Émotions

36 Constats Evaluation difficile A sanctionner? Normalité vs pathologique Marqueurs de difficultés psychiques? A prévenir? A soigner?

37 Signaux d alerte d des jeux dangereux Jeux de non-oxygénation - traces rouges autour du cou, - vision floue, purpura, bourdonnements d oreilles, céphalées intenses, - difficultés cognitives - difficulté à se séparer d une ceinture, foulard. - attrait pour les sensations intenses, nouvelles (cf., autres conduites à risques) Enfant victime de jeux d agressions, bullying - blessures, traces de coups, vêtements abîmés, vols - manifestations anxieuses psycho-traumatiques (troubles du sommeil), dépressives (tristesse, auto-dépréciation etc..), - phobie scolaire, manifestations neurovégétatives (sueurs, tremblements, douleurs abdominales, nausées etc.),

38 Conclusions et perspectives 1 enfant 8 a déjà joué Le jeu du foulard peut toucher de nombreux enfants enfant : méconnaissance des risques Jeux d agression : expression d une violence pathologique?

39 Prévention, intervention Plaquette d information & de prévention (2007:2010) (Ministère de l Education Nationale) Intervention centrée sur les jeux dangereux comme conduites à risques Approche globalisante du phénomène Message adressé aux adultes référents de l enfant (parents, professionnels divers..) - nécessaire pour une réponse individualisée - Contenu informatif sur les jeux, les dangers, les motivations etc.. Ajusté selon la gravité de l acte (après un événement) - formation de formateurs [session de formation: octobre 2010]

40 Prévention, intervention Information : Demande d aide (rare) (30 % personnel scolaire, 18 % amis, 6 % enseignants, 3 % parents)

41 Prévention, intervention 1. Centrée sur l enfant: -désignation d une personne référente (contenu de l intervention) - personnes ressources, relais (ex : santé, éducation, associations etc..) - Ex : intervention en binôme - Aide aux victimes (repérage, soutien, prise en charge)

42 Prévention, intervention 2.Message adressé aux élèves (après un accident/incident) - tenir compte de l âge des élèves (message différent enfant / adolescent) - rappel de la loi, respect de l autre, de la citoyenneté - Importance des témoins (culpabilité, délation/assistance a personne en danger)

43 Prévention, intervention 3.Message adressé aux élèves (après un accident/incident) - Attention: Paradoxes de l information (ex : danger attractif) : risque de message incitatif + infantilisation (cf., adolescence) - ex : incitation à se poser des questions, les responsabiliser (actes/conduites), non passifs Discours ni incitatif, ni moralisateur (surtout adolescent)

44 Préventions/ Réflexions Facteurs sociétaux (responsabilité sociale) - Enfants trop vite responsabilisés? - Livrés à eux-mêmes (à leurs émotions / pulsions?) - Culte de la sensations/intensité (médias etc..)

45 «Le monde est dangereux à vivre - Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, - mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire» Albert Einstein.

Être attentif si vous entendez dans la maison un bruit sourd : l enfant tombe, convulsions Certains peuvent rester dans le coma plusieurs semaines.

Être attentif si vous entendez dans la maison un bruit sourd : l enfant tombe, convulsions Certains peuvent rester dans le coma plusieurs semaines. Réunion publique autour Des pratiques violentes et «jeux dangereux» chez l enfant et l adolescent 1 Lundi 6 février 2012 18h30 Espace Chambon à Cusset TEMOIGNAGE DE Mme FRANÇOISE COCHET (Présidente de

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

Vie scolaire. Repères. Guide d intervention en milieu scolaire. Jeux dangereux. et pratiques violentes

Vie scolaire. Repères. Guide d intervention en milieu scolaire. Jeux dangereux. et pratiques violentes Repères Vie scolaire Guide d intervention en milieu scolaire Jeux dangereux et pratiques violentes Repères Vie scolaire Guide d intervention en milieu scolaire Jeux dangereux et pratiques violentes Prévention

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Nouveaux médias. Guide pour les écoles obligatoires. Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement

Nouveaux médias. Guide pour les écoles obligatoires. Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement Nouveaux médias Guide pour les écoles obligatoires Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement 1 Police cantonale bernoise Etat-major/Prévention Groupe nouveaux médias Case postale 7571, 3001

Plus en détail

«JEUX DANGEREUX ET PRATIQUES VIOLENTES»

«JEUX DANGEREUX ET PRATIQUES VIOLENTES» BIBLIOGRAPHIE «JEUX DANGEREUX ET PRATIQUES VIOLENTES» PRESENTATION Cette bibliographie thématique comporte aussi bien des documents apportant un regard d experts sur la problématique que des supports variés

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

À l école POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

À l école POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres À l école POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue Les accidents scolaires touchent beaucoup plus les garçons que les filles. Ce phénomène est principalement dû à deux facteurs : d une part, les garçons

Plus en détail

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation.

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Chaque Matin... Chaque heure de MIDI... Chaque AprÈs-midi... Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Apprenez comment vous pouvez faire cesser l intimidation. Les communautés et les écoles

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Quand le corps devient objet de l autre

Quand le corps devient objet de l autre Quand le corps devient objet de l autre (Hypersexualisation, pornographie, prostitution à l heure des technologies de l information et de la communication) Robert Courtois Clinique Psychiatrique Universitaire

Plus en détail

C est quoi l intimidation?

C est quoi l intimidation? C est quoi l intimidation? Définition de l intimidation (Olweus, 1996) : «Un élève est intimidé ou victimisé lorsqu il est exposé de façon répétée et soutenue à des gestes négatifs de la part d un ou de

Plus en détail

LA RUMEUR Enquête 1 / Leïla, 3ème

LA RUMEUR Enquête 1 / Leïla, 3ème Enquête 1 / Leïla, 3ème OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES DU MODULE Insister sur l'impact possible d' «une simple rumeur» Sensibiliser aux risques du cyberharcèlement et aux différents types de cyberviolences ZOOM

Plus en détail

LE HARCELEMENT A L ECOLE

LE HARCELEMENT A L ECOLE 1 05/05/2014 LE HARCELEMENT A L ECOLE l'essentiel : Selon une statistique nationale, un élève sur 10 est victime de harcèlement à l'école. Pour la moitié ce sont des cas de harcèlement sévère. Le harcèlement

Plus en détail

Comportements addictifs

Comportements addictifs Comportements addictifs Les cyberdépendances Addictions comportementales, Qu est-ce que c est? L addiction, au sens général, peut se définir par une envie incontrôlable et répétée, de consommer un produit

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation 1. Introduction Constat : La cour de récréation est explicitement désignée par la majorité des élèves comme le principal lieu d expression

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves

Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves AVANT-PROPOS A l occasion des premières Assises Nationales sur le harcèlement à l École des 2 et 3 mai 2011, Luc CHATEL, ministre de

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Dépendance de la victime à une illusion, un fantasme Ces critères ont été élaborés par Goodman

Plus en détail

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue La consommation de drogues, qu elles soient licites (alcool, tabac) ou illicites (cannabis, crack, etc.), fait partie des conduites à risques fréquemment

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

Voici des exemples de cyberintimidation :

Voici des exemples de cyberintimidation : LEXIQUE COMMUN DÉFINITIONS Cette section est créée dans le but de disposer d un vocabulaire commun à l ensemble des personnes touchées par le plan de prévention et d intervention pour contrer l intimidation

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive note d informationnovembre 13.26 En 2013, 93 % des collégiens se déclarent satisfaits du climat scolaire de leur établissement. C est à peu près autant qu en 2011 lors de la première édition de l enquête.

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

La cour de récréation

La cour de récréation La cour de récréation La récréation doit être un moment où chacun peut se détendre! LES ELEVES DROITS DEVOIRS : Règles Réparation et/ou Sanctions Toute violence verbale ou physique est strictement interdite

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11 LES ADDICTIONS Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France Du produit à l addiction Auparavant l accent était mis sur la substance alcool/drogue qui était diabolisée

Plus en détail

CONCLUSION. Echanges I QU EST II - EXISTE-T-IL IL UN ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF JUSTE FAVORISANT LE DEVELOPPEMENT DE L ENFANT L L ADOLESCENT?

CONCLUSION. Echanges I QU EST II - EXISTE-T-IL IL UN ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF JUSTE FAVORISANT LE DEVELOPPEMENT DE L ENFANT L L ADOLESCENT? I QU EST EST-CE QUI NOUS ATTIRE VERS LES «ECRANS»? II - EXISTE-T-IL IL UN ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF JUSTE FAVORISANT LE DEVELOPPEMENT DE L ENFANT L ET DE L ADOLESCENT? III - QUELS SONT LES DANGERS POTENTIELS?

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

LA VIOLENCE À L ÉCOLE :

LA VIOLENCE À L ÉCOLE : NOVEMBRE 2013-10/15 LA VIOLENCE À L ÉCOLE : DE QUOI PARLE-T-ON? Cécile VAN HONSTÉ Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel ASBL Avenue du Onze Novembre, 57 1040 Bruxelles Tel.

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION DE LA CYBERVIOLENCE ENTRE ÉLÈVES

GUIDE DE PRÉVENTION DE LA CYBERVIOLENCE ENTRE ÉLÈVES GUIDE DE PRÉVENTION DE LA CYBERVIOLENCE ENTRE ÉLÈVES AVANT-PROPOS Les médias numériques et notamment les médias sociaux offrent aux élèves de nombreuses possibilités d expression, de collaboration et d

Plus en détail

GESTION DES SITUATIONS TRAUMATISANTES EN MILIEU SCOLAIRE

GESTION DES SITUATIONS TRAUMATISANTES EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT A DESTINATION DES EQUIPES DE DIRECTION DES ECOLES COLLEGES LYCEES GESTION DES SITUATIONS TRAUMATISANTES EN MILIEU SCOLAIRE «Le présent document est à adapter en fonction des circonstances,

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Différents facteurs impliqués dans l addiction

Différents facteurs impliqués dans l addiction Différents facteurs impliqués dans l addiction Facteurs génétiques Neurobiologiques Circuits, métabolisme, neuroadaptation Développement Puberté Maturation cérébrale Sexe Comportement Tempérament Personnalité

Plus en détail

Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013

Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013 Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013 Intervenants : Dr NEKAA (addictologue praticien hospitalier) Mme Crouzet (police nationale) Dr NEKAA Il ne faut pas diaboliser les jeux vidéo, internet

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT ENTRE ÉLÈVES LE RECONNAITRE, LE PRÉVENIR, LE TRAITER

LE HARCÈLEMENT ENTRE ÉLÈVES LE RECONNAITRE, LE PRÉVENIR, LE TRAITER LE HARCÈLEMENT ENTRE ÉLÈVES LE RECONNAITRE, LE PRÉVENIR, LE TRAITER avant-propos Le harcèlement à l École n est pas un phénomène mineur. Il concerne environ 10 % des enfants et adolescents en âge de scolarité

Plus en détail

Le harcèlement entre élèves. le reconnaître, le prévenir, le traiter

Le harcèlement entre élèves. le reconnaître, le prévenir, le traiter Le harcèlement entre élèves le reconnaître, le prévenir, le traiter avant-propos Le harcèlement à l École n est pas un phénomène mineur. Il concerne environ 10 à 15 % des enfants et adolescents en âge

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Premier Symposium Les politiques publiques de prévention Quelle efficacité?

Premier Symposium Les politiques publiques de prévention Quelle efficacité? www.irdes.fr Mesures de prévention alcool : des textes réglementaires en France aux interventions validées ou prometteuses chez les jeunes Dr Laure Com-Ruelle Médecin de Santé Publique Directeur de recherche

Plus en détail

COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME

COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME Toute personne ayant survécu à une catastrophe en ressort forcément profondément bouleversée ; en particulier les enfants, les personnes

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves. Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées

Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves. Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées Ce guide constitue l une des mesures annoncées lors du Comité interministériel

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Numéros utiles. Transport. Pratique. Information. Jeunesse. Ile-de-France. PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70. www.ville-palaiseau.

Numéros utiles. Transport. Pratique. Information. Jeunesse. Ile-de-France. PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70. www.ville-palaiseau. Numéros utiles Transport Pratique Information Jeunesse Ile-de-France PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70 www.ville-palaiseau.fr Urgences Pompiers > 18 Samu > 15 Appel d urgence européen > 112 Police

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Sommaire L Entreprise Page 3 Qu est-ce que la PNL? Page 4 Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Préparation mentale pour sportif Page 8 Arrêter de fumer Page 11 Mincir par l hypnose Page 12 Traitement

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

POURSUIT EN DEHORS DE L ÉCOLE. Cécile Van Honsté. Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel ASBL

POURSUIT EN DEHORS DE L ÉCOLE. Cécile Van Honsté. Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel ASBL MAI 2014-1/15 LE CYBERHARCÈLEMENT QUAND LE HARCÈLEMENT SCOLAIRE SE POURSUIT EN DEHORS DE L ÉCOLE Cécile Van Honsté Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel ASBL Avenue du Onze

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

PROCÉDURES POUR UNE VIE SCOLAIRE SAINE ET HARMONIEUSE

PROCÉDURES POUR UNE VIE SCOLAIRE SAINE ET HARMONIEUSE SYSTÈME DISCIPLINAIRE DE L ÉCOLE RÈGLES DE VIE DE L ÉCOLE : RESPECT ET SÉCURITÉ Approuvées le 25 mars 2013 (CE 12/13 28) Les manquements à ces règles seront considérés comme majeurs. Ils seront consignés

Plus en détail

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES?

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? I-SHARE SUIVRA L ÉTAT DE SANTÉ DE 30 000 JEUNES PENDANT 10 ANS «Les grandes cohortes doivent contribuer à éclairer les

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents?

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Questions courantes sur la cognition sociale et les capacités des personnes atteintes du SVCF Par le Dr

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé.

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé. Si plus des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs sont seulement 15 % à craindre, pour

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité accompagner Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité préface table des matières 1 / Définition P. 4 2 / Manifestations

Plus en détail

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix!

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! Thème 3 - Participer, protéger, partager : des choix de société? Séquence 9 Nos actions sur les réseaux sociaux 9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! à partir de la 5 e comprendre créer

Plus en détail

Mise en place d une action de prévention Lutte contre le harcèlement entre élèves

Mise en place d une action de prévention Lutte contre le harcèlement entre élèves Mise en place d une action de prévention Lutte contre le harcèlement entre élèves Objectif général : Dans cette séance de prévention, il s agit de sensibiliser les élèves au harcèlement afin d'éviter la

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

Mémento. A l usage des parents et de leurs enfants

Mémento. A l usage des parents et de leurs enfants Mémento A l usage des parents et de leurs enfants Quelques adresses utiles Département de l instruction publique, de la culture et du sport www.ge.ch/dip/ Centrale de la police www.ge.ch/police tél. 022

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Compte-rendu conférence 17 avril 2014 Ferté-Fresnel

Compte-rendu conférence 17 avril 2014 Ferté-Fresnel Compte-rendu conférence 17 avril 2014 Ferté-Fresnel «Réseaux sociaux &jeux vidéos : s informer pour mieux les utiliser» Intervenants : Fabien Rillet animateur multi médias au Bureau Information Jeunesse

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Conférencier : Richard Boyer, Ph. D., chercheur au Centre de

Plus en détail

Maltraitance chez l enfant : repérage et conduite à tenir

Maltraitance chez l enfant : repérage et conduite à tenir FICHE MEMO Maltraitance chez l enfant : repérage et conduite à tenir RAPPORT D ÉLABORATION Octobre 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL MIS EN LIGNE AVANT CORRECTION ORTHOGRAPHIQUE ET TYPOGRAPHIQUE Ce document a été

Plus en détail

Cyberharcèlement manuel pour enseignants

Cyberharcèlement manuel pour enseignants Cyberharcèlement manuel pour enseignants Université de Nice Sophia Antipolis zazimierz wielki university - bydgoszcz UNIVERSIDAD AUTONOMA Universidad autonoma de madrid department of psychology, second

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes

La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes Le mobbing n apparaît jamais subitement ni sans raison. Il s agit d un processus qui se développe lentement et n est souvent pas

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS 1. Définition 2. Spécificité des adolescents Nicolas DOMBROWSKI, Agrégé EPS, 2010 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte

Plus en détail

Le stress. Evelyne josse 2007

Le stress. Evelyne josse 2007 Le stress Quelques repères notionnels Evelyne josse 2007 evelynejosse@gmail.com http://www.resilience-psy.com 14 avenue Fond du Diable, 1310 La Hulpe, Belgique Psychologue clinicienne. Hypnose éricksonnienne,

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

COMMUNE DE CANNES-ECLUSE REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE

COMMUNE DE CANNES-ECLUSE REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE CANNES-ECLUSE REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE Le présent règlement définit les relations entre les enfants, les accompagnateurs et le personnel du restaurant scolaire. Il a pour finalité de

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr fng FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE 20 ème anniversaire - 2007-49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr 2 Avant-propos Pourquoi une nouvelle version de la Charte? La avait pris

Plus en détail

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire Définition La notion de traumatisme crânien ou traumatisme crânio-cérébral (TCC) couvre les traumatismes du neurocrâne (partie haute du crâne contenant le cerveau) et du cerveau. La Société de l'assurance

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

COMMISSION HYGIENE ET SECURITE DOSSIER : la gestion des risques d agression dans la fonction d accueil du public

COMMISSION HYGIENE ET SECURITE DOSSIER : la gestion des risques d agression dans la fonction d accueil du public COMMISSION HYGIENE ET SECURITE DOSSIER : la gestion des risques d agression dans la fonction d accueil du public L accueil de public est une fonction stratégique et transversale au sein de la collectivité,

Plus en détail