Pour une appro che cent re e sur les jeunes : Un Guidepourlesparticuliersetlesorganismes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour une appro che cent re e sur les jeunes : Un Guidepourlesparticuliersetlesorganismes www.gov.ns.ca/hpp"

Transcription

1 Pour une approche centree sur les jeunes : Un Guide pour les particuliers et les organismes

2 Pour une approche centrée sur les jeunes : Un Guide pour les particuliers et les organismes Vous pouvez vous procurer des exemplaires du document Pour une approche centrée sur les jeunes en communiquant avec : Morris Green Santé publique Promotion et protection de la santé en Nouvelle-Écosse Case postale 487 Halifax Nouvelle-Écosse B3J 2R7 Téléphone : (902) Ou en ligne à ladresse suivant : Conception : Derek Sarty, GaynorSarty Design ISBN: Droits dauteur de la Couronne, province de la Nouvelle-Écosse, 2009

3 Pour une approche centree sur les jeunes : Un Guide pour les particuliers et les organismes

4 Une approche centree sur les besoins des jeunes suppose lengagement des jeunes au processus. Tous les aspects relatifs aux centres de sante jeunesse sont inclus, dont la gestion, la planification et la mise en oeuvre de programmes, les evaluations, le developpement de partenariats, ainsi que la communication.

5 Table des matieres Introduction Participation des jeunes dans lélaboration du présent Guide Que signifie une approche centree sur les jeunes? Elements importants dune approche centree sur les jeunes Penser à valoriser la diversité tous les jours Partenariat entre jeunes et adultes Obstacles nuisant a lapproche centree sur les jeunes Obstacles reliés aux attitudes Obstacles logistiques et organisationnels ç Examen de notre facon de faire : Utilisons-nous une approche centree sur les jeunes? Accueillante pour les jeunes vs centrée sur les jeunes Questions de réflection pour les jeunes Questions for réflection pour les adultes Remerciements References

6 Introduction Au cours de la dernière décennie, les adultes ont accordé davantage dimportance au rôle des jeunes dans la planification, la mise en œuvre et lévaluation des changements sociaux. Dimportants documents de politique publiés récemment, comme la Stratégie pour les enfants et les jeunes (Strategy for Children and Youth) témoignent de cette évolution en Nouvelle-Écosse. Le premier principe directeur de la Stratégie dit substantiellement que «nos programmes et services doivent être centrés sur les enfants et les jeunes». 1 Les Normes relatives aux centres de santé jeunesse de la Nouvelle- Écosse mettent également laccent sur limportance dadopter une approche centrée sur les besoins des jeunes. Il est stipulé dans les normes quune méthode centrée sur les besoins des jeunes : [...] suppose lengagement des jeunes au processus densemble, cest-à-dire à tous les aspects relatifs aux centres de santé jeunesse, dont la gestion, la planification et la mise en œuvre de programmes, les évaluations, le développement de partenariats, ainsi que la communication. 2 Mais que signifie vraiment pour un organisme dêtre centré sur les jeunes? Que doivent faire les adultes pour sassurer daxer leur travail auprès des jeunes sur les besoins de ces derniers? Quels sont certains des facteurs qui favorisent la mise en œuvre dune approche centrée sur les jeunes? Quels sont les obstacles qui nuisent à lapproche centrée sur les jeunes? Le présent document a été élaboré pour aider à répondre à ces questions. Il peut servir de guide aux particuliers et aux organismes afin de les aider à réfléchir sur leur travail auprès des jeunes. Ainsi, le Guide devrait amener les lecteurs à déterminer si leur approche est centrée ou non sur les besoins des jeunes et suggérer aux particuliers comme aux organismes des façons de mieux centrer leur approche sur les jeunes. Participation des jeunes dans lélaboration du présent Guide Lélaboration du présent document a débuté avec la tenue de trois groupes de consultation formés de jeunes participants. Lobjectif de ces groupes était de permettre aux jeunes dexpliquer leur vision dune approche centrée sur les jeunes et du rôle des adultes au sein des programmes et des services jeunesse. Le présent document est fondé sur les concepts jugés essentiels par les jeunes. Les résultats des groupes de consultation font lobjet dun rapport distinct. 3 Le rapport sappuie également sur une analyse du contexte et une étude documentaire. 2 Introduction

7 Que signifie une approche centree sur les jeunes? Il existe un grand nombre dexpressions utilisées pour décrire la participation des jeunes à des actions visant à soutenir la mise en œuvre de programmes ou, plus généralement, le changement social. Parmi les termes communément utilisés, nous retiendrons «accueillant pour les jeunes», «orienté vers les jeunes» et «centré sur les jeunes». Chacun de ces termes décrit un degré différent de participation des jeunes et des adultes dans des actions favorisant le changement. Les jeunes qui ont participé aux groupes de consultation pour aider à étayer ce document ont suggéré que les concepts «accueillant pour les jeunes», «orienté vers les jeunes» et «centré sur les jeunes» représentent les étapes dun continuum. 3 Pour cette raison, le modèle FreeChild Project Measure, développé par lorganisme FreeChild Project, a été choisi comme le modèle de participation des jeunes, tel que décrit ci-après. Le FreeChild Project est un organisme non lucratif de soutien à lengagement des jeunes. Fort dune longue expérience en matière de soutien de la participation des jeunes, lorganisme a publié ce modèle pour mettre en perspective les différents niveaux de la participation des jeunes. Le modèle FreeChild Project Measure de la participation des jeunes est présenté à la figure 1, laquelle est suivie dune explication de chaque type de participation. Le modèle FreeChild est basé sur la réputée Échelle de la participation des jeunes de Roger Hart. Parmi les termes communément utilisés, nous retiendrons «accueillant pour les jeunes», «orienté vers les jeunes» et «centré sur les jeunes». Que signifie une approche centrée sur les jeunes? 3

8 Le modele << Freechild Project Measure >> pour mesurer le changement social par et avec les jeunes Tous les membres de la communauté décedent et agissent également Initiative des jeunes, action et décisions partagées avec adultes Les jeunes sont consultés, les adultes agissent Les jeunes sont dirigés, mais ils influencent les décisions Les jeunes prennent linitiative et ils agissent Les adultes amorcent une action partagée avec les jeunes Adaptation libre de Hart, Roger A. Childrens Participation: From Tokenism to Citizenship UNICEF Innocenti Essays, No. 4, Unicef Centre international pour le développemenent de lenfant, Florence, Italie, Modèle 2003 The Freechild Project. Tous droits réservés. [Traduction libre autorisée] Figure 1: Types de participation des jeunes Le diagramme en spirale du FreeChild Project représente le mouvement non-linéaire du changement social. Le changement social est un processus qui change et évolue constamment, plutôt que de commencer à un endroit et de finir à un autre. La spirale montre également que le mouvement des possibilités rétrécit comme le nombre de personnes engagées diminue. À mesure que vous vous dirigez vers la sortie de la spirale, vous progressez sur le continuum dune approche «accueillante pour les jeunes», puis «orientée vers les jeunes» et enfin «centrée sur les jeunes», comme vous pouvez le voir dans le tableau qui suit. Chaque élément du tableau à la page suivante se trouve dans la spirale, avec lélément de la cellule supérieure gauche se trouvant au centre de la spirale. 4 Que signifie une approche centrée sur les jeunes?

9 Accueillante pour les jeunes Orientée vers les jeunes Centrée sur les jeunes Les jeunes sont dirigés, mais ils influencent les décisions Les adultes décident de lengagement des jeunes au titre du changement communautaire. Les jeunes peuvent influencer les adultes par la communication directe et indirecte. Les jeunes sont consultés, les adultes agissent. Dans cette approche, les adultes peuvent écouter les jeunes au cours de la planification, de la prise de décision ou de lévaluation. Cette circulation de linformation à sens unique ne représente toutefois pas un véritable partenariat entre les jeunes et les adultes. Les adultes amorcent une action partagée avec les jeunes. Le leadership des adultes est prédominant; ils recherchent la contribution des jeunes plutôt que leur leadership. Les adultes utilisent leurs connaissances et leurs compétences en matière de jeunes gens pour aider ces derniers à décider quoi faire. Les jeunes prennent linitiative et ils agissent. Orientée sur les compétences et le leadership des jeunes, cette approche utilise le pouvoir des jeunes gens pour changer lensemble de la communauté. Les jeunes sont les moteurs de laction qui atteint dautres jeunes et rayonne partout dans leurs communautés. Les jeunes prennent linitiative et partagent les décisions et laction avec les adultes. Cette approche allie les compétences et le leadership des jeunes avec le pouvoir des adultes, au bénéfice de lensemble de la communauté. Les jeunes y sont reconnus comme les moteurs du changement social, tandis que les adultes sont mis à contribution en raison de leur expérience, de leurs talents et de leurs habiletés uniques. Tous les membres de la communauté décident et agissent également. Cest lapproche qui convient le mieux à un changement social réalisé par et avec les jeunes, puisquelle engage chaque personne au sein dune communauté dans un processus démocratique de prise de décisions et daction. Dans cette approche, la communauté est plus quun simple lieu de référence, elle est avant tout un groupe de personnes travaillant ensemble. Lâge, la race, le sexe, lorientation sexuelle, la religion, la nationalité, la langue, lappartenance ethnique et les autres caractéristiques sont considérés comme un ensemble déléments qui permettent à chacun dapporter une contribution importante à lobjectif visé, plutôt que comme des limites, des obstacles ou des menaces. Tous les membres ont le sentiment dêtre inclus et de participer dune manière significative. Les jeunes qui ont participé aux groupes de consultation ont fait ressortir que, dans une approche centrée sur les besoins des jeunes, les jeunes sont mis à contribution dès le début dune initiative donnée et au cours de toutes les phases de planification, de mise en œuvre et dévaluation. Ils ont souligné limportance dêtre engagés dans la gestion et ont rappelé que le secret dune approche centrée sur les jeunes est davoir du plaisir. Les jeunes ont déterminé quune initiative qui est centrée sur les jeunes devrait Que signifie une approche centrée sur les jeunes? être soutenue par du personnel qui se passionne pour le travail auprès des jeunes, et que les adultes représentent de précieux mentors, supporteurs et détenteurs de connaissances utiles. Les jeunes ont également relevé bon nombre davantages personnels dune approche centrée sur les jeunes, dont le développement de lestime de soi et de la confiance en soi, de même quun impact positif sur leur santé mentale. 3 5

10 Anecdotes sur les centres de sante jeunesse Les anecdotes qui suivent sur les centres de santé jeunesse (CSJ) aident à montrer les différences entre être «accueillant pour les jeunes», «orienté vers les jeunes» et «centré sur les jeunes». Un CSJ accueillant pour les jeunes Sara et Steve sont deux jeunes qui ont lu un avis sur le nouveau Centre de santé jeunesse à leur école. Ils ont décidé daller voir de quoi il sagissait. Quand ils sont arrivés sur les lieux, une adulte nommée Jackie sest présentée à eux comme la coordonnatrice du centre. Jackie était très gentille et était enchantée de Les adultes ont installé le présenter les lieux à ses deux visiteurs. centre en pensant le rendre Elle leur a expliqué ce que le centre avait à offrir, leur a demandé sils avaient des accueillant pour les jeunes, questions à lui poser et les a invités à mais aucun jeune na été revenir en tout temps. Plus tard, Sara et consulté au cours du Steve ont discuté en privé de leur visite. processus dinstallation. Ils ont tous deux trouvé que Jackie était accueillante et que certains des programmes offerts par le centre semblaient corrects, aucun des deux na vraiment senti que le centre était «le leur» ou encore, quil différait de nimporte quelle autre partie de lécole. Les adultes ont installé le centre en pensant le rendre accueillant pour les jeunes, mais aucun jeune na été consulté au cours du processus dinstallation. Sara et Steve ont tous deux eu limpression de sêtre rendus à la maison dun ami et, pendant quils attendaient cet ami, davoir parlé à un adulte dans la salle de séjour. 6 Que signifie une approche centrée sur les jeunes?

11 Un effort oriente vers les jeunes pour developper un nouveau CSJ Roula et Marc pensaient que cétait super de pouvoir contribuer à la planification dun centre de santé jeunesse. Ils ont participé, avec quelques autres jeunes et Laura, la coordonnatrice du nouveau centre, à un remue-méninges portant sur lapparence désirée et laménagement des lieux. Ils y ont proposé quelques bonnes idées pour bien différencier le centre du reste de lécole, comme mettre certains murs rouges et des affiches de groupes populaires, de même que des affiches sadressant aux jeunes sur les rapports sexuels protégés. Ils ont également discuté de la meilleure façon de distribuer des condoms et des digues dentaires aux jeunes. Laura a pris des notes et na jugé aucune de leurs idées, mais elle leur a toutefois expliqué quelle devrait présenter Laura a pris des notes et na jugé ces idées au comité consultatif du CSJ qui serait en charge aucune de leurs idées, mais elle de laménagement. leur a toutefois expliqué quelle Le comité consultatif du CSJ était formé de Laura, de M. devrait présenter ces idées au dauteuil (le directeur de lécole qui devait prendre sa comité consultatif du CSJ qui retraite à la fin de lannée), de lentraîneur Lafleur du serait en charge de Service déducation physique, de Linda Lamont (un nouveau professeur de mathématiques qui venait de laménagement. commencer à lécole et qui ne savait pas grand-chose des CSJ), de Stacy West (la conseillère dorientation professionnelle qui pensait quun CSJ serait formidable) et de Jean Saulnier (un parent et représentant du Comité consultatif scolaire). Laura leur a présenté les idées qui avaient été développées au cours du remue-méninges et, même si Stacy semblait appuyer certaines de ces idées, M. dauteuil établit clairement que le comité avait ses limites. Par exemple, il était hors de question de peinturer les murs, mais il pourrait être possible de mettre un peu de couleur dans le CSJ, notamment des rideaux orange. Linda na rien dit pendant toute la réunion, Jean semblait extrêmement mal à laise dès que lon parlait de rapports protégés et lentraîneur Lafleur acquiesçait à tout ce que M. dauteuil disait. Laura na pas eu dautre choix que daccepter les décisions du comité et dessayer ensuite dexpliquer à Roula et à Marc, ainsi quaux autres jeunes quelle avait rencontrés auparavant, pourquoi la plupart de leurs suggestions ne seraient pas implantées. Que signifie une approche centrée sur les jeunes? 7

12 Planification dun CSJ centre sur les jeunes Trois élèves, Raoul, Chris et Miki, étaient très préoccupés par un ami qui semblait se couper de plus en plus de leur groupe et de ses activités courantes. Raoul suggéra aux autres daller voir ensemble linfirmière en santé jeunesse pour en savoir plus sur la dépression. Chris pensait que ça pourrait être une bonne idée de lui demander de faire une présentation sur la dépression, afin de permettre à un grand nombre de jeunes den apprendre davantage sur la maladie et Tous les cinq discutèrent dégal à ses signes avant-coureurs et sur la façon égal des CSJ et de ce qui serait de réagir à celle-ci. Miki parla aux autres des CSJ en place dans dautres écoles. nécessaire pour en mettre un sur Tous les trois se mirent daccord pour pied...le groupe délégua Sharon et aller voir linfirmière en santé jeunesse le Miki pour aller discuter de lidée lendemain pour lui parler de la dun CSJ avec le directeur de possibilité de mettre sur pied un CSJ. lécole. Raoul, Chris et Miki rencontrèrent Sharon, linfirmière en santé jeunesse, et Jasmine, la conseillère en orientation. Tous les cinq discutèrent dégal à égal des CSJ et de ce qui serait nécessaire pour en mettre un sur pied. Ils parlèrent de la meilleure façon de soumettre leur idée à ladministration scolaire, du personnel à employer, des fonds qui pourraient être nécessaires et de la façon de sy prendre pour réunir ces fonds. À la fin de la réunion, le groupe délégua Sharon et Miki pour aller discuter de lidée dun CSJ avec le directeur de lécole. Toutes deux devraient ensuite communiquer à lensemble du groupe les résultats de cette rencontre. 8 Que signifie une approche centrée sur les jeunes?

13 Elements importants dune approche centree sur les jeunes Au cours de la dernière décennie, un grand nombre de chercheurs se sont penchés sur les facteurs clés sur lesquels sappuient les approches centrées sur la famille, la personne, le client ou les jeunes. Toutes ces approches ont en commun de nombreux facteurs de réussite. En examinant lapproche adoptée par votre organisme dans le cadre de son travail auprès des jeunes, vous pouvez vous demander à quel point chacun de ces piliers dune approche centrée sur les jeunes y est incorporé. Utiliser une approche misant sur les points forts Dans tous les aspects de la planification de programmes ou de la prestation de services, il faut savoir miser sur les points forts que chaque jeune en particulier peut apporter au processus. 4, 5 Dans une prestation individuelle de service, telle une consultation, le fournisseur de service peut commencer la séance avec une discussion sur les points forts particuliers que le jeune doit mettre à profit dans sa vie. Le concept de points forts est très large et peut inclure les compétences, les talents, les habiletés en relations humaines, le soutien de la famille et des pairs, la spiritualité, les connaissances acquises par lexpérience personnelle face à ladversité, les espoirs et les rêves personnels. 6 Dans une situation de planification de programmes, il pourrait être avisé de commencer par linventaire des forces collectives du comité de planification, y compris la compréhension personnelle des questions concernant les jeunes, les habiletés de planification, laccès aux ressources communautaires, et ainsi de suite. 7 Une approche misant sur les points forts repose toujours sur lhypothèse que tous les participants ont des points forts dont ils peuvent faire bénéficier le processus, quel quil soit. Valoriser une approche centrée sur les jeunes au sein de lorganisme Bien quil soit important que les fournisseurs de services aient une attitude centrée sur les jeunes dans leurs relations avec ces derniers, il est encore plus important que ces fournisseurs travaillent au sein dorganismes qui croient en lapproche centrée sur les jeunes et la pose en modèle. La planification stratégique organisationnelle, la conception des installations, la planification des ressources humaines, la planification fiscale et les politiques et les procédures dorganisation devraient toutes refléter une approche centrée sur les jeunes. 4 La participation des jeunes doit être omniprésente dans lorganisme, et non pas limitée à des projets spécifiques aux jeunes. Quand un organisme est centré sur les jeunes, la participation des jeunes fait partie intégrante de tous les aspects de lorganisme. 8 Éléments importants dune approche centrée sur les jeunes 9

14 Valorisation de la diversité La valorisation de la diversité, cest de reconnaître que chacun est différent et que les différences entre les gens sont des valeurs précieuses qui doivent être célébrées. 10 Les gens peuvent être différents par leur âge, leur culture, leur sexe, leur orientation sexuelle et leurs capacités physiques et mentales. Ils peuvent également être différents en raison de lendroit où ils vivent, de leur religion et de leurs valeurs familiales. Il existe de nombreuses façons dêtre différents, et un organisme qui valorise la diversité respecte ces différences et veille à ce que chaque personne soit incluse dans les activités de lorganisme. Les organismes centrés sur les jeunes montrent quils valorisent la diversité en sassurant que leurs programmes et leurs services : Favorisent une estime de soi positive; Encouragent les jeunes à travailler ensemble malgré leurs différences; Encouragent les jeunes à communiquer par-delà leurs différences et à valoriser la contribution de chacun; Permettent aux jeunes daffirmer leur identité quant à leurs culture, sexe, orientation sexuelle, religion ou capacités. 10 Les organismes centrés sur les jeunes valorisent la diversité en adoptant des politiques et des pratiques qui visent à reconnaître et à supprimer les obstacles qui nuisent à la pleine participation de tous les jeunes 4, dans les programmes. Il est important que les intervenants auprès des jeunes comprennent toute lampleur de limpact quont les groupes dominants sur les jeunes des groupes non dominants. Dans nos communautés, les décisions sur les programmes et les services destinés aux jeunes reflètent généralement le savoir et les valeurs des groupes dominants. Les décisions sont habituellement prises par des gens qui sont membres des groupes dominants et qui utilisent le groupe dominant comme norme. Cette approche peut créer des obstacles significatifs pour des personnes provenant dun groupe non dominant. 14 Comme exemples de groupes dominants en Nouvelle- Écosse, citons les personnes de race blanche, les chrétiens, les hétérosexuels ou les personnes pour qui le sexe est déterminé par leur condition dhomme ou de femme. Une approche centrée sur les jeunes en matière de prise de décisions reconnaît quil existe des différences entre les jeunes, cherche activement à repérer les inégalités découlant du fait dêtre différent du groupe dominant et prend des mesures pour aplanir ces inégalités. 10 Éléments importants dune approche centrée sur les jeunes

15 Semployer à créer des partenariats entre jeunes et adultes Les partenariats entre jeunes et adultes constituent une façon pour les jeunes et les adultes de travailler ensemble dans le cadre dun programme ou dune action communautaire. 9 Dans de tels partenariats, tous les participants sont égaux et participent ensemble à lapprentissage collectif et au processus de partage des décisions. La création de partenariats efficaces entre jeunes et adultes exige une excellente planification et le temps nécessaire pour développer des liens. 7 Un peu plus loin dans le présent document, vous trouverez une section traitant des principaux éléments propres à assurer le succès des partenariats entre jeunes et adultes. Évaluation continue Dans un organisme qui utilise une approche centrée sur les jeunes, un processus dévaluation continue simpose, tant au niveau organisationnel quen matière de programmes, ainsi que dans le contexte relationnel entre un fournisseur de services et un jeune en particulier. Les résultats recherchés sont décidés par lensemble des jeunes et des adultes concernés, et ils servent ensuite à suivre lévolution des progrès et à mesurer latteinte des objectifs. Parce que le processus dévaluation est continu, les changements au titre des programmes et des services peuvent être apportés à mesure que les conclusions de lévaluation le requièrent. 4 Éléments importants dune approche centrée sur les jeunes 11

16 Penser a valoriser la diversite tous les jours Afin de valoriser la diversité, nous avons constamment besoin de remettre en question les hypothèses que nous émettons sur les gens et les situations. Dans lexemple ci-dessous, Anna consulte pour la première fois une infirmière dun centre de santé jeunesse. Elle pense quelle peut avoir besoin dun test VIH. Elle devient très nerveuse quand linfirmière commence à la questionner sur ses antécédents sexuels. Voici comment se déroule la conversation : Infirmière A : À quel âge avez-vous eu votre première relation sexuelle? Anna : À 14 ans. Infirmière A : Avez-vous utilisé un condom? Anna : Non. Infirmière A : Quel type de comportement sexuel avez-vous eu qui puisse vous amener à penser que vous avez besoin dun test VIH? Anna : Je ne suis pas certaine. Infirmière A : Bien, avez-vous eu des rapports sexuels ou avez-vous pratiqué le sexe oral, ce qui signifie un contact de la bouche et du pénis? Anna : Non. Linfirmière conclut que le risque dinfection à VIH danna est faible et quelle na probablement pas besoin dun test VIH. Par cette conversation, nous pouvons voir que linfirmière fait des présomptions quant à Anna et son partenaire sexuel. Comparez maintenant avec la conversation suivante entre Anna et une autre infirmière: Infirmière B : Avez-vous déjà eu des relations sexuelles avec un homme? Anna : Non. Infirmière B : Avez-vous déjà eu des relations sexuelles avec une femme? Anna : Oui. Infirmière B : Avez-vous déjà eu des relations sexuelles orales avec une femme, ce qui signifie un contact de la bouche et du vagin? Anna : Oui. Infirmière B : Savez-vous si la ou les femmes avec qui vous avez eu des relations orales sont porteuses du VIH? Anna : Oui, ma partenaire vient juste dapprendre quelle est séropositive. Bien quil nexiste aucun cas documenté de transmission du VIH entre femmes, linfirmière sait que ce type de contact sexuel est considéré comme un moyen de transmission possible et conclut donc quun test VIH peut être approprié pour Anna. Cet exemple est basé sur lhistoire vrai dune jeune femme qui sest fait demander ses antécédents sexuels par deux professionnelles de la santé distinctes. Linfirmière A a présumé quanna était hétérosexuelle, ce qui a rendu Anna encore plus nerveuse et incapable dinformer cette infirmière que son partenaire était une femme. Linfirmière B na fait aucune présomption. Anna sest sentie beaucoup plus en confiance avec cette dernière et en est venue à discuter plus à fond des risques de VIH. 12 Voici quelques exemples de plus qui démontrent limportance de valoriser la diversité : Faites-vous vos réunions le vendredi après-midi ou le Produisez-vous samedi? Nous pensons souvent quil faut éviter de faire des réunions le dimanche parce que cest le jour de repos des chrétiens. Sachez toutefois que le jour du culte des autres confessions nest pas nécessairement le dimanche. Si vous êtes fournisseur de soin de santé, présumezvous toujours que, parce quune personne a lair dun Avez-vous garçon ou shabille comme un garçon, elle na pas besoin dun test Pap? Un jeune transgenre qui est passé de femme à homme a encore un utérus. Il est plus indiqué de faire référence aux parties du corps. Plutôt que de dire, «si vous êtes une jeune femme, vous avez besoin de tests Pap réguliers», dites plutôt «si vous avez un utérus, vous avez besoin de tests Pap réguliers.» Éléments importants dune approche centrée sur les jeunes toujours du matériel et des programmes de promotion de la santé uniquement en anglais? Êtes-vous certain que langlais est la langue maternelle de chaque jeune à qui sadresse ce matériel ou ces programmes? déjà demandé à une jeune personne si elle a un petit ami ou une petite amie? Pour éviter toute présomption quant à lorientation sexuelle de cette personne, il vaut mieux, par exemple, lui demander si elle a un partenaire.

17 Partenariat entre jeunes et adultes Les organismes centrés sur les jeunes sont ceux qui se trouvent à lextrémité extérieure de la spirale de mesure de la participation des jeunes proposée par le FreeChild Project, telle quillustrée à la figure 1. Les partenariats entre les jeunes et les adultes, où les prises de décisions, les actions et la responsabilité des résultats sont partagées, sont au cœur des organismes centrés sur les jeunes. «Les partenariats entre les jeunes et les adultes sont des outils permettant aux jeunes et aux adultes de sattaquer aux questions qui concernent les deux groupes.» [traduction] 9 Les chercheurs ont voulu connaître les conditions nécessaires à la réussite des partenariats entre jeunes et adultes. Les facteurs de succès sont décrits ci-dessous. Intention claire «Les relations solides némergent pas spontanément au sein des organismes jeunesse.» [traduction] 15 Il faut dabord que les particuliers et lorganisme établissent de part et dautre une intention claire de suivre une approche centrée sur les jeunes dans le cadre de leur travail. Les particuliers auront de la difficulté à utiliser une approche centrée sur les jeunes, si lorganisme au sein duquel ils œuvrent ne sest pas doté dune orientation et de structures qui les appuient dans cette démarche. Définir un objectif précis Tous les participants à un partenariat entre jeunes et adultes doivent sentendre sur la raison qui sous-tend le partenariat et sur toutes les hypothèses sous-jacentes concernant le fonctionnement du partenariat. Un objectif précis aide à établir des balises qui serviront à mesurer les progrès. Les membres du partenariat devraient convenir des activités qui seront entreprises dans le cadre du partenariat, et tout le monde devrait comprendre comment toutes ces activités viennent appuyer la réalisation de lobjectif. 16 Engager une tierce partie pour aider à explorer les valeurs et les perceptions personnelles au sein du groupe Bien quil soit important dexpliquer clairement pourquoi les membres du partenariat doivent discuter et décider des questions relevant de lexercice du pouvoir, et quil soit également important de déterminer avec précision les points forts et le rôle des divers participants, cette entreprise peut parfois se révéler un défi de taille. Et cest particulièrement vrai dans le cas dun nouveau partenariat, où les participants ne sont pas nécessairement habitués à travailler ensemble. La présence dun tiers pour guider les discussions pourra alors être très utile à la progression du partenariat. 9 Partenariat entre jeunes et adultes 13

18 Sattaquer aux questions de pouvoir et de rôles 3, 5, 7, 17 Le succès des partenariats entre jeunes et adultes repose sur un partage du pouvoir entre les deux groupes. Il nest pas rare de voir sinstaller la discorde au sein des organismes et des partenariats pour des questions dexercice du pouvoir et dattribution des rôles. Dans la plupart des cas, les adultes exerceront plus de pouvoir que les jeunes, parce ce sont eux qui assument la responsabilité financière et juridique dans les organismes. 16 Le partage du pouvoir décisionnel représente souvent un nouveau rôle en soi pour les adultes. Lapprentissage du partage est un exercice délicat quil ne faut pas sous-estimer. 16 Une des fautes souvent commises par les adultes qui sengagent dans un partenariat entre jeunes et adultes est de croire que les adultes ont besoin dabdiquer leur pouvoir pour que les jeunes en gagnent. Cette façon de voir nest pas toujours concluante. Prenons, par exemple, une situation où des adultes en réunion avec des jeunes ne participent ni aux discussions, ni aux décisions. De telles situations sont jugées frustrantes par les jeunes, lesquels cherchent des occasions dapprendre auprès des participants adultes. 9 Des études ont révélé que les jeunes sattendent à lappui des adultes qui, espèrent-ils, pourront les guider, discuter avec eux et leur faciliter laccès aux ressources communautaires et aux décideurs. 18 Les participants aux groupes de consultation ont fait écho aux résultats de ces études en déclarant que les adultes constituent une importante source de savoir et de mentorat. 3 Lorsque les adultes renoncent à leur pouvoir, ils réduisent fortement leur capacité à aider les jeunes à développer leur confiance en eux et leurs compétences. Lobjectif des partenariats entre jeunes et adultes est lexercice partagé du pouvoir, où tous les partenaires tirent parti de leurs points forts respectifs et participent également à la prise de décisions. 9 Les adultes ont les connaissances, lexpérience, les relations et les ressources dont les jeunes ne disposent pas toujours, mais qui sont nécessaires au succès du partenariat. 15 Au début dun partenariat, les adultes peuvent éprouver de la difficulté à déterminer leur rôle, dans leur recherche dun juste équilibre de la répartition du pouvoir au sein du partenariat. Voici des exemples de rôles spécifiques des adultes qui ont été jugés utiles dans le cadre de partenariats entre jeunes et adultes favorisant un partage du pouvoir : Demander des questions repères pour déterminer les enjeux, mais laisser aux jeunes la responsabilité de traiter lenjeu; Fournir une structure au besoin, comme lordre du jour de réunions pour aider à garder la discussion sur la bonne voie; Surveiller la progression des activités et remettre des rapports aux jeunes et aux adultes engagés dans le partenariat. Dans létude portant sur ces rôles, les chercheurs ont trouvé quaprès avoir vu ces activités modélisées, ils se sont mis à utiliser les mêmes techniques. Par conséquent, non seulement ces rôles destinés aux adultes ont-ils aidé à faire avancer les partenariats, mais ils ont également servi dutiles techniques de modélisation pour aider les jeunes à développer des qualités de leadership Partenariat entre jeunes et adultes

19 Rédiger les règles de base du groupe Les ententes collectives aident à établir les fondements des partenariats. Elles permettent de mettre sur papier une compréhension commune du comportement attendu des participants et détablir les règles de base pour 13, 19 rétroagir et informer. Rechercher des possibilités de formation Les jeunes et les adultes nont pas souvent loccasion de travailler en collaboration. 7 Les adultes peuvent avoir besoin dune formation sur la façon de trouver le juste équilibre du pouvoir dans leurs relations avec les jeunes. 16 Tant les jeunes que les adultes peuvent tirer avantage dune formation sur la collaboration et sur les façons 7, 13, 16 dassurer le succès des partenariats entre jeunes et adultes. Assurer un accès égal à linformation Dans un partenariat, tous les partenaires devraient avoir un accès égal à linformation. Pour cela, il peut être nécessaire que les adultes aident les jeunes à obtenir des renseignements, dans une langue ou un format 6, 17 répondant le mieux aux besoins de ces derniers. Intégrer la réflexion dans les réunions Il est important que le groupe se ménage des moments de réflexion sur la progression du partenariat et du travail entrepris en commun. Une réflexion périodique aide les partenaires à mieux se comprendre entre eux, ce qui permet de renforcer les liens. 9 Partenariat entre jeunes et adultes 15

20 Obstacles nuisant a lapproche centree sur les jeunes Il existe certains obstacles qui nuisent à la mise en place efficace dune approche centrée sur les jeunes et qui peuvent miner les chances de succès dun projet même animé des meilleures intentions. 20 Ces obstacles peuvent être en général reliés aux attitudes ou aux questions logistiques et organisationnelles. Obstacles relies aux attitudes La non reconnaissance des préjugés Lincorporation des jeunes aux activités de planification et de prise de décisions exige de changer les attitudes des adultes qui sont habitués à travailler au sein de groupes constitués uniquement dadultes. Bon nombre dadultes voient les jeunes comme étant incapables dune participation significative, sans même penser quil sagit dun préjugé envers ceux-ci. Il pourrait être utile de sattaquer à cet obstacle propre aux adultes comme à toute question de diversité, incluant la reconnaissance des différents points forts et talents que les jeunes apportent à la discussion. 7 Les jeunes inquiètent et font peur Une version tenace du préjugé touchant la participation des jeunes, cest quun grand nombre dadultes dans notre société ont très peu confiance dans le potentiel des jeunes à contribuer à la société et vont même jusquà 7, 18 trouver les jeunes inquiétants et menaçants. Les participants des groupes de consultation sur les jeunes se sont dits contrariés par limage négative des jeunes que brossent les médias. 3 Les adultes peuvent avoir limpression quils doivent empêcher les jeunes de faire des erreurs ou protéger le groupe des erreurs potentielles des jeunes et, dans cette optique, en venir à contrôler la participation des jeunes au point de limiter leur capacité à contribuer au groupe. 20 La méfiance envers les jeunes est un obstacle qui peut se traduire par une participation symbolique de ces derniers ou par un refus des adultes à céder une partie de leur pouvoir décisionnel, tel que décrit ci-après. Rapports de force Les normes culturelles établissent des relations attendues entre les jeunes et les adultes qui rendent difficile le travail collectif des deux groupes sur un pied dégalité. Léducation scolaire formelle peut amener les jeunes à sattendre à ce que les adultes aient des réponses à tout, et les adultes ne sont pas nécessairement habitués à consulter les jeunes quand ils prennent des décisions qui peuvent avoir une incidence sur ces derniers. 20 De plus, les adultes peuvent ne pas être prêts à renoncer à leur pouvoir perçu de décision sur certaines questions, et ce, 16 Obstacles nuisant à lapproche centrée sur les jeunes

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Cadre de qualité pour la prestation des programmes d'alphabétisation des adultes et de formation en compétences essentielles

Cadre de qualité pour la prestation des programmes d'alphabétisation des adultes et de formation en compétences essentielles Cadre de qualité pour la prestation des programmes d'alphabétisation des adultes et de formation en compétences essentielles Préparé par : Gouvernement du Nouveau-Brunswick Éducation postsecondaire, Formation

Plus en détail

STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS. Ouagadougou, 06/05/2015. Save the Children

STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS. Ouagadougou, 06/05/2015. Save the Children FORMATION des PARTENAIRES STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS Ouagadougou, 06/05/2015 Save the Children Qu est-ce que la gestion des dons et subventions? La fonction de gestion des dons et subventions

Plus en détail

Plan de communications Conseil scolaire acadien provincial

Plan de communications Conseil scolaire acadien provincial Conseil scolaire acadien provincial COMITÉ DES RELATIONS PUBLIQUES Adopté par le Conseil scolaire le 15 avril 2007 (révision adoptée le 4 juillet 2010) PARTIE A : HISTORIQUE ET RAISON D=ÊTRE MANDAT : Le

Plus en détail

MODÈLE GUIDE D APPRÉCIATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL DU PERSONNEL INTRODUCTION LES OBJECTIFS DU GUIDE D ÉVALUATION DE RENDEMENT BUT

MODÈLE GUIDE D APPRÉCIATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL DU PERSONNEL INTRODUCTION LES OBJECTIFS DU GUIDE D ÉVALUATION DE RENDEMENT BUT INTRODUCTION En matière de gestion des ressources humaines, il ne suffit pas à une municipalité de bien choisir et de bien former son personnel, il faut qu'elle puisse périodiquement en contrôler l'évolution,

Plus en détail

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Catégories/Questions Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Le professeur témoignait de l intérêt envers les étudiants. Le professeur semblait se soucier

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker

DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker DEVELOPPER LES COMPETENCES DES SALARIES DESCRIPTIF Pour les années 90, la formation et l'enseignement seront essentiels.

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES PERFECTIONNEMENT (SOUTIEN, PROFESSIONNEL, ENSEIGNANT ET DE GESTION)

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES PERFECTIONNEMENT (SOUTIEN, PROFESSIONNEL, ENSEIGNANT ET DE GESTION) SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES PERFECTIONNEMENT (SOUTIEN, PROFESSIONNEL, ENSEIGNANT ET DE GESTION) Numéro du document : 1098-09 Adoptée par la résolution : 176 10 98 En date du : 6 octobre 1998 Signature

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS)

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) ÛFEflS Présentation de l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) aux Consultations particulières et aux Auditions publiques sur le projet ôe loi no 144, Loi sur [es prestations familiales

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs

Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs www.forres.ch Séminaire de base IIII Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs Extrait de : Méthodologie de projet en promotion de la santé «quint-essenz» www.quint-essenz.ch

Plus en détail

MODULE VI : ÉVALUATION DU RENDEMENT

MODULE VI : ÉVALUATION DU RENDEMENT MODULE VI : ÉVALUATION DU RENDEMENT Évaluation du rendement INTRODUCTION L'appréciation du rendement est une activité de gestion des ressources humaines qui permet de prendre du recul et de créer un temps

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

Préparé à l'intention de (Identification de votre client)

Préparé à l'intention de (Identification de votre client) Préparé à l'intention de (Identification de votre client) Votre employeur ou votre entreprise Votre Nom Votre titre Section 1 Analyse des résultats obtenus au test Performance Carrière que vous avez complété

Plus en détail

La profession médicale : vers un nouveau contrat social? 13468-009 Avril 2015

La profession médicale : vers un nouveau contrat social? 13468-009 Avril 2015 La profession médicale : vers un nouveau contrat social? 13468-009 Avril 2015 Contexte et objectifs Contexte et objectifs La profession médicale connaît de profondes mutations. Il semble que la manière

Plus en détail

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise)

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) 3.1 Charte du conseil d'administration AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF)

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) Les 11 compétences essentielles en coaching ont été développées par ICF afin d assurer une meilleure compréhension

Plus en détail

Obtenir de bons résultats en réalisant de bonnes actions

Obtenir de bons résultats en réalisant de bonnes actions Obtenir de bons résultats en réalisant de bonnes actions Un guide pratique destiné au programme de mentorat portant sur les services juridiques bénévoles de l ABC www.cba.org Un grand nombre d entre nous

Plus en détail

Développement de la Petite Enfance à Bong et Montserrado, Liberia -I ère Partie

Développement de la Petite Enfance à Bong et Montserrado, Liberia -I ère Partie Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche #9 Développement de la Petite Enfance à Bong et Montserrado, Liberia -I ère Partie Recherche menée par Ingrid GERCAMA

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

ADMINISTRATION GENERALE DES DOUANES

ADMINISTRATION GENERALE DES DOUANES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ADMINISTRATION GENERALE DES DOUANES Candidature au 62 eme Programme de Bourses de l OMD (du 27 Janvier au 07 Mars 2014) Thème Choisi : «Développement organisationnel

Plus en détail

Page : 1 de 9 POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES

Page : 1 de 9 POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES POLITIQUE Code : Page : 1 de 9 Titre : POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES Origine : Le Service de l'éducation des adultes et de la formation professionnelle

Plus en détail

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur Table des matières MODULE 1 Introduction. 2 Résultats visés 3 Notes à l intention du formateur. 3 Compétences en gestion. 4 Habiletés financières... 5 Compétences en marketing. 6 Compétences personnelles.

Plus en détail

LE CPE LA GRANDE OURSE UN MILIEU DE VIE STIMULANT POUR VOTRE ENFANT!

LE CPE LA GRANDE OURSE UN MILIEU DE VIE STIMULANT POUR VOTRE ENFANT! LE CPE LA GRANDE OURSE UN MILIEU DE VIE STIMULANT POUR VOTRE ENFANT! Document préparé par Claire Vaillancourt À l intention des parents utilisateurs du milieu collectif Tous droits réservés Chers Parents,

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l'application : Services de garde Direction des services éducatifs Entrée en vigueur : 1 er juillet 1998 Révision : 23 juin 2008 (08-06-23-401)

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail

Dale Carnegie Livre blanc

Dale Carnegie Livre blanc Dale Carnegie Livre blanc Copyright 2012 Dale Carnegie & Associates, Inc. Tous droits réservés. Enhance_engagement_031814_wp_fr RENFORCER L'ENGAGEMENT DES EMPLOYÉS : LE RÔLE DU SUPÉRIEUR DIRECT L'engagement,

Plus en détail

AÉROPORT. Poste : SUPERVISEURi DES SERVICES DE PASSERELLE. Conditions d accès à la. profession : Tâches : DE PASSERELLE AÉROPORT

AÉROPORT. Poste : SUPERVISEURi DES SERVICES DE PASSERELLE. Conditions d accès à la. profession : Tâches : DE PASSERELLE AÉROPORT Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description de la CNP révisée aux fins d utilisation

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Session : Principale

Session : Principale Page : 1 / 4 CORRECTION DE L EXAMEN TQM L'ÉTUDE DE CAS FABINC (PREMIÈRE PARTIE) COMPRENDRE ET IMPLANTER ISO 9000 COMPRENDRE ET IMPLANTER LE TQM COMPRENDRE LA DIFFÉRENCE Question no 1 Quel est le rôle et

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1 SOMMAIRE EXÉCUTIF L Université McGill a pour mission de faire progresser l acquisition de connaissances par son enseignement, par ses travaux de recherche et par les services qu elle rend à la société.

Plus en détail

PRINCE2 en mille mots

PRINCE2 en mille mots PRINCE2 en mille mots Andy Murray, auteur principal de PRINCE2 (2009) et directeur de Outperform UK Ltd Livre blanc Septembre 2011 Table des matières 1 Qu'est-ce que PRINCE2? 3 2 Les bénéfices de PRINCE2

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Le Projet Pédagogique

Le Projet Pédagogique Le Projet Pédagogique La Fédération et les Coordinations régionales ont rédigé un canevas comprenant les différents items qui doivent figurer dans un projet pédagogique en vue de permettre, aux différents

Plus en détail

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système.

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système. Sept outils du management (Les) Introduction Diagramme des relations Diagramme des affinités Diagramme en arbre Diagramme matriciel Diagramme des décisions d'action (PDPC) Diagramme sagittal (CPM) Analyse

Plus en détail

L Approche CPA 6 - Communication

L Approche CPA 6 - Communication L Approche CPA 6 - Communication La présente fiche d information porte sur la communication, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le dernier volet de l Approche CPA. Pour avoir un aperçu

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes.

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes. Directives de mise en candidature Association des universités de l Atlantique Prix d enseignement distingué et de leadership en éducation, 2015 Objectif Le but de ce programme de prix est d encourager

Plus en détail

LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES

LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES Bonjour! Bienvenue à l atelier : «La gestion et l encadrement de bénévoles» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments de base liés à la

Plus en détail

Paiement et modalités

Paiement et modalités Paiement et modalités Utilisateurs de machine à affranchir En vigueur Le 11 janvier 2016 MC Marque de commerce de la Société canadienne des postes. MO Marque officielle de la Société canadienne des postes.

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015 Gestion de projet Analyse d affaires Formation Évaluation de performance +1.514.826.5534 info@lcgsolution.com www.lcgsolution.com LCG Solution se distingue par la qualité du matériel de formation, la qualité

Plus en détail

Annexe B Rapport d état détaillé relatif aux recommandations depuis 2010

Annexe B Rapport d état détaillé relatif aux recommandations depuis 2010 Rapport d état détaillé relatif aux recommandations depuis 2010 Rapport d'état détaillé relatif aux recommandations depuis 2010 Rapport d état détaillé relatif aux recommandations depuis 2010 2010 2 3

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

Badge de bois, Niveau I pour la troupe. Module 2: Principes de Leadership

Badge de bois, Niveau I pour la troupe. Module 2: Principes de Leadership Badge de bois, Niveau I pour la troupe Module 2: Principes de Leadership La troupe scoute Les animateurs d une troupe sont appelés animateurs et conseillers et travaillent au sein d une équipe d animation.

Plus en détail

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes Introduction Collaboration CESPM N.-B. N.-É. Î.-P.-É. Description du projet Dans le cadre de son programme de sondages auprès des diplômés, la Commission

Plus en détail

Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de services en français 2013-2014

Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de services en français 2013-2014 Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de 2013-2014 Le 27 mars 2013 Message de l'agente de révision pour l'accès à l'information et

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX Table des matières Recherche et rédaction Rock Beaudet Frédéric Lapointe de Asynchrolab Comité de suivi de l étude Steve Francoeur Nicolas Fournier Julie Richard Niki Messas Coordination Caroline Rioux

Plus en détail

Conditions générales. Utilisateurs de machine à affranchir

Conditions générales. Utilisateurs de machine à affranchir Conditions générales Utilisateurs de machine à affranchir Conditions générales En vigueur le 12 janvier 2015 MC Marque de commerce de la Société canadienne des postes. MO Marque officielle de la Société

Plus en détail

Banque Scotia Charte du Comité de gouvernance et du régime de retraite

Banque Scotia Charte du Comité de gouvernance et du régime de retraite Banque Scotia Charte du Comité de gouvernance et du régime de retraite Obligations et responsabilités du Comité de gouvernance et du régime de retraite du conseil d'administration («le comité»). GOUVERNANCE

Plus en détail

Sondage sur les stages pratiques dans les Services de soutien à l'intégration

Sondage sur les stages pratiques dans les Services de soutien à l'intégration Meilleures pratiques dans les stages pratiques des étudiants dans les Services de soutien à l intégration dans les organismes de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle INTRODUCTION

Plus en détail

ATELIER LEADERSHIP Mardi 18 novembre 2014 - Mostaganem

ATELIER LEADERSHIP Mardi 18 novembre 2014 - Mostaganem ATELIER LEADERSHIP Mardi 18 novembre 2014 - Mostaganem Présenté par Nawel Guellal Consultante Formatrice Directrice du cabinet de conseil HDN Human Development Network Algeria Email: nawel.guellal@hdn-algeria.org

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Texte 13 La résolution de problèmes en techniques de génie électrique

Texte 13 La résolution de problèmes en techniques de génie électrique Texte 13 Deux personnes décrivent la résolution de problèmes comme stratégie pédagogique. Lise Poirier Proulx, adjointe à la direction de PERFORMA à l Université de Sherbrooke en 1997, décrit cette stratégie

Plus en détail

Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition

Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition À Propos De Management Resources 2 Definir Vos Besoins 4 Tirer Profit Du Potentiel D un Manager De Transition 5 Une Relation Réussie

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT La présente Norme internationale d audit (ISA) publiée en anglais par l

Plus en détail

Comment faciliter ou entraver le travail des partenaires RH de l'entreprise La liste de contrôle intégrale

Comment faciliter ou entraver le travail des partenaires RH de l'entreprise La liste de contrôle intégrale Comment faciliter ou entraver le travail des partenaires RH de l'entreprise La liste de contrôle intégrale 'Quand les efforts aboutissaient à quelque chose de concret, cela voulait dire que les organisations

Plus en détail

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Lapointe Conseiller en gestion Publié par la Direction

Plus en détail

Faire des élèves des blogueurs avertis

Faire des élèves des blogueurs avertis Faire des élèves des blogueurs avertis J-L Kpodar Professeur de français (collège Émile Zola, Toulouse) jean-luc.kpodar@ac-toulouse.fr Je voudrais montrer dans cet article l'intérêt d'utiliser des sites

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

LA MÉDIATION. ce qu'il faut savoir Guide d'utilisation de la médiation en droit de la famille

LA MÉDIATION. ce qu'il faut savoir Guide d'utilisation de la médiation en droit de la famille LA MÉDIATION ce qu'il faut savoir Guide d'utilisation de la médiation en droit de la famille Une publication de la Division des services judiciaires du ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse Mai

Plus en détail

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones L enquête sur My World est disponible à travers trois canaux principaux: en ligne sur www.myworld2015.org hors ligne sous

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA 1. POUR EN FINIR AVEC LES NOTES? Les notes ne sont pas le meilleur indicateur de l atteinte d une compétence, pourtant on les utilise largement surtout dans le second degré.

Plus en détail

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION PUMA NOTE DE SYNTHÈSE GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION L'intérêt accordé aux résultats est un élément central des réformes récemment engagées dans le secteur public des pays de

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Plan d'accessibilité pluriannuel

Plan d'accessibilité pluriannuel Cisco Systems Canada Co.. 88 Queens Quay West Suite 2900 Toronto ON M5J 0B8 Direct: 416 306 7000 FAX: 416 306 7099 www.cisco.com Plan d'accessibilité pluriannuel Notre engagement à l'égard de l'accessibilité

Plus en détail

1. A partir de quand les certifications peuvent-elles être effectuées selon les nouvelles normes?

1. A partir de quand les certifications peuvent-elles être effectuées selon les nouvelles normes? TÜV NORD CERT Foire Aux Questions Révision de l'iso 9001: 2015 et ISO 14001: 2015 TÜV NORD France S.A.S 26, avenue des Fleurs F-59110 LA MADELEINE Tél. : +33 3 20 76 62 75 Fax: +33 3 20 76 62 75 france@tuv-nord.com

Plus en détail

Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil Janvier 2010

Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil Janvier 2010 CENTRE DES JEUNES, DES DIRIGEANTS ET DES ACT EURS DE L'ECONOMIE SOCIALE Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil

Plus en détail

PROCESSUS D'AUTO-RATIFICATION

PROCESSUS D'AUTO-RATIFICATION PROCESSUS D'AUTO-RATIFICATION 3.0 CODE D'ÉTHIQUE 3.1 LES PARTENARIATS Les partenariats avec les organisations de la société civile seront établis selon les principes de développement du CCCI et les Principes

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2009-88

Décision de télécom CRTC 2009-88 Décision de télécom CRTC 2009-88 Ottawa, le 24 février 2009 Groupe de travail Réseau du CDCI Rapport de non-consensus NTRE044 sur le calcul de la compensation pour les circuits à facturation-conservation

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

Cent soixante et unième session

Cent soixante et unième session ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante et unième session Point 9.6 de l'ordre du jour provisoire 161 EX/52 PARIS, le 17 avril 2001 Original

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION

CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION Ce document, destiné aux étudiants, aux fonctionnaires stagiaires ou nouvellement titularisés et

Plus en détail

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires.

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Mise à jour actualisée en fonction des modifications au Régime pédagogique entrant en vigueur le 1 er juillet

Plus en détail

La réalisation des tâches de planification stratégique

La réalisation des tâches de planification stratégique Identifier les principaux composants de la réussite Pour obtenir les résultats escomptés, un projet doit bénéficier d'objectifs clairement définis et approuvés, d'une équipe motivée, ainsi que d'un plan

Plus en détail

Planification de la relève : préparer une nouvelle génération d'artistes et de gestionnaires culturels - Une proposition

Planification de la relève : préparer une nouvelle génération d'artistes et de gestionnaires culturels - Une proposition Planification de la relève : préparer une nouvelle génération d'artistes et de gestionnaires culturels - Une proposition Susan Annis, directrice général, Conseil des ressources humaines du secteur culturel

Plus en détail

Mini atelier: Les plans de travail annuels à la bibliothèque publique

Mini atelier: Les plans de travail annuels à la bibliothèque publique Mini atelier: Les plans de travail annuels à la bibliothèque publique Automne 2012 Traduction de Annual Work Plans in the Public Library Fall 2011 Service des bibliothèques de l Ontario-Sud 111, rue Peter

Plus en détail

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Thèses et exigences de l'initiative des villes: Politique sociale Introduction Dans sa stratégie 2015 "Élargir la politique

Plus en détail

Politique de gestion des risques au FIDA

Politique de gestion des risques au FIDA Cote du document: EB 2008/94/R.4 Point de l ordre du jour: 5 Date: 6 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Politique de gestion des risques au FIDA Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail