Le travail indépendant informel en Guyane

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le travail indépendant informel en Guyane"

Transcription

1 Le travail indépendant informel en Guyane Rapport d étude Avril 2009 Réalisation Flavienne Lubac Sous la direction de Thierry Racaud et Dominique Coffinet Financement Caisse des Dépôts et Consignations Agence Française de Développement

2 Sommaire SYNTHÈSE DE L ÉTUDE... 3 I / CADRE, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE... 5 I / 1. CADRE DE L ÉTUDE!: UNE VOLONTÉ DE L ADIE... 5 I / 2. DES OBJECTIFS DE DIAGNOSTIC... 6 I / 3. UNE MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE DE TERRAIN... 6 II / LE CONTEXTE SOCIO-ÉCONOMIQUE DE LA GUYANE... 9 II / 1. UNE GÉOGRAPHIE PARTICULIÈRE... 9 II / 2. LE DÉFI DÉMOGRAPHIQUE... 9 II / 3. UNE DYNAMIQUE DE CROISSANCE INSUFFISANTE II / 4. L INQUIÉTANTE SITUATION DE L EMPLOI II / 5. LA DÉPENDANCE AUX POLITIQUES PUBLIQUES II / 6. LA CRÉATION D ENTREPRISE II / 7. APPROCHE GÉNÉRALE DU SECTEUR INFORMEL III / ANALYSE DU SECTEUR INFORMEL À L ÉCHELLE DU QUARTIER III / 1. CARACTÉRISTIQUES DES QUARTIERS D ENQUÊTE III / 2. LE PROFIL DES PERSONNES INTERROGÉES III / 3. LES ACTIVITÉS INFORMELLES DANS LA STRATÉGIE DES MÉNAGES III / 4. CONSIDÉRATIONS SUR L OFFICIALISATION IV / PROPOSITIONS ET RECOMMANDATIONS IV / 1. PROMOUVOIR LES ACTIVITÉS INFORMELLES COMME POTENTIEL DE DÉVELOPPEMENT POUR LA GUYANE IV / 2. LE RÔLE CLÉ DU MICROCRÉDIT DANS LE DÉVELOPPEMENT DES ACTIVITÉS IV / 3. FACILITER L OFFICIALISATION PAR UN ACCOMPAGNEMENT ADAPTÉ IV / 4. S APPUYER SUR LE NOUVEAU CADRE RÉGLEMENTAIRE IV / 5. UN NÉCESSAIRE ACCOMPAGNEMENT POST-CRÉATION IV/ 6. FAVORISER L ÉMERGENCE DE SOLUTIONS PRATIQUES ANNEXE 1 BIBLIOGRAPHIE ANNEXE 2 LISTE DES ORGANISMES INSTITUTIONNELS OU ASSOCIATIFS RENCONTRÉS ANNEXE 3 LE STATUT DE L AUTO-ENTREPRENEUR ET L ARTICLE 20 DE LA LFSS ANNEXE 4 TRAME DU QUESTIONNAIRE INDIVIDUEL Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

3 Synthèse de l étude Une situation économique conditionnée par le défi démographique Le contexte guyanais se caractérise par une forte expansion de l économie, en grande partie jugulée par une croissance démographique record. L essor de la population génère des besoins très importants qui constituent de vrais défis. La population active augmente selon un taux annuel prévu de 3%. Ce rythme élevé de progression est à l origine de fortes tensions enregistrées sur le marché du travail. En 2006, la population active occupée est composée à 87% de salariés et 13% de non salariés. À elle seule, la sphère publique (fonctions publiques d État, territoriale et hospitalière) emploie 44% des salariés et verse plus de la moitié de la masse salariale. Saturé, le secteur public n apparaît pas en mesure d absorber le flux des nouveaux entrants. Dans une telle configuration, le travail indépendant et la création d entreprise apparaissent comme de véritables alternatives pour développer le marché de l emploi. Le dynamisme du travail indépendant informel Le secteur informel est largement développé en Guyane. Il permet la distribution de biens et de services à un tarif compétitif par rapport au marché «!officiel!», dans un contexte où, pour une partie de la population, la faiblesse des revenus rend difficile l accès à ce dernier. Ainsi chacun, à des degrés divers, a affaire à l informel, dans nombre de cas à la fois comme consommateur et comme opérateur. Le secteur informel fait partie intégrante de la société guyanaise. Loin d être uniforme, le travail indépendant informel recouvre des situations plurielles. Dans tous les cas, il permet à ses différents acteurs de vivre mieux. Les activités informelles ont un rôle économique indéniable, notamment lorsqu elles représentent plus de 50% des revenus du foyer. Mais elles ont aussi un rôle social fort, en facilitant l enclenchement d une dynamique positive de création, évitant ainsi à ses acteurs de dériver vers la passivité. Le travail réalisé dans le secteur informel est, en grande majorité, la seule activité génératrice de revenus pratiquée par ses auteurs!: 70% des personnes interrogées exercent uniquement des «!jobs!», en parallèle, ou pas, de la recherche d un emploi déclaré. La majorité de ces personnes (65%) ont déclaré bénéficier d indemnités pour leur ménage. Pour 80% des personnes interrogées, les revenus procurés par les activités informelles se situent en deçà de 1!000 euros par mois. Pour autant, en dépit de la modestie de ces flux financiers, l activité informelle représente plus de la moitié des revenus du ménage dans 36% des cas. Sur la base des motivations à l informel exprimées par les personnes interrogées, une «!typologie de l informel!» a été établie!: l Informel Survie, l Informel Complément de revenu, l Informel Test, l Informel Passion Tradition, l Informel Flexibilité Sécurité. Cette typologie constitue un outil opérationnel pour estimer les perspectives d officialisation (variables d une catégorie à l autre), et pour juger de la nature et de l intensité des besoins en crédit, en aide à l officialisation et en accompagnement postcréation. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

4 Les perspectives d officialisation Pour 34% des personnes interrogées, l horizon idéal consiste à créer leur entreprise formelle. Pour certains, ce projet paraît encore lointain, d autres ont commencé à prendre des renseignements, et parfois les démarches sont en voie de finalisation. Les motivations à la régularisation d une activité informelle sont multiples. Mais dans tous les cas, l officialisation n est envisagée qui si elle améliore concrètement, d une manière ou d une autre, la situation du travailleur informel. Un grand nombre de ces travailleurs considèrent le caractère informel de leur activité comme un frein à son développement. Ils ne sont donc pas hostiles à l officialisation, mais restent en demande d une facilitation des démarches nécessaires. Et ce d autant que le caractère compliqué de ces dernières est dans une certaine mesure surestimé, la notoriété des récents dispositifs facilitant ces démarches et allégeant la fiscalité étant aujourd hui quasiment nulle. La valorisation du potentiel du secteur informel dans le développement de la Guyane Il apparaît essentiel de reconnaître le potentiel des travailleurs informels, en particulier à travers des formations générales (cours d alphabétisation) permettant de mûrir progressivement un projet de création d entreprise. Avant d envisager l officialisation, les ménages doivent pouvoir consolider et développer leurs activités. Le microcrédit est en situation de jouer un rôle-clé. En effet, les besoins d investissement sont faibles!: plus de 60% des personnes interrogées ont déclaré avoir débuté leur activité avec moins de 500 Euros. L octroi d un prêt apparaît alors comme l occasion idéale d entamer un travail de sensibilisation à l officialisation. Cependant, au-delà du microcrédit, un travail adapté d information sur la création d entreprise est nécessaire. L action de terrain menée à l occasion du prêt doit être complétée par une investissement des pouvoirs publics en faveur de la promotion du nouveau cadre réglementaire, simplifiant l accès à l officialisation!: régime de l autoentrepreneur, article 20 de la LFSS 2008, TTS. De même, une opération de sensibilisation des agents recevant le public cible à une approche interculturelle est indispensable pour ne pas freiner les motivations. Au-delà de la méconnaissance des démarches, les travailleurs informels évoquent des difficultés potentielles à accomplir concrètement les formalités nécessaires, et à mettre en œuvre les pratiques rigoureuses de gestion requises en phase post-officialisation. Audelà de l aide financière apportée par le microcrédit, un accompagnement dans la durée des travailleurs informels apparaît indispensable pour encourager et faciliter les différentes étapes de développement de l activité. Du reste, la présence d un interlocuteur démontrant un intérêt concret pour le créateur et son projet apparaît à elle seule comme un facteur d encouragement à l officialisation. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

5 I / Cadre, Objectifs et Méthodologie de l étude I / 1. Cadre de l étude!: une volonté de l Adie L Association pour le Droit à l Initiative Économique (Adie) participe à la lutte contre l exclusion par le biais du microcrédit et de l accompagnement à la création d entreprise. Elle soutient des personnes écartées du marché du travail et du système bancaire classique dans le développement de leur activité économique et donc dans la création de leur propre emploi. L Adie contribue ainsi à l insertion des personnes en situation économique et sociale précaire. Consciente cependant qu une partie importante de son public cible reste en dehors des circuits classiques de la création d entreprise, l Adie a souhaité réaliser une étude sur le travail indépendant informel dans plusieurs collectivités d Outre Mer, dont la Guyane. Nous définissons par la terminologie «!secteur informel!» l ensemble des petites activités uniques ou secondaires, génératrices de revenus, exercées à titre indépendant mais n étant pas enregistrées auprès des autorités compétentes. Le secteur informel est distinct du «!travail salarié dissimulé!» qui concerne un salarié non déclaré par son employeur et ne recevant donc pas de fiche de paye. Le secteur informel n intègre pas non plus les «!activités illégales!» relevant du code pénal, telles que le trafic de stupéfiants, la prostitution, la vente d objets volés L économie guyanaise est marquée par un fort taux d exclusion avec une part importante de la population active au chômage et de nombreux bénéficiaires des minima sociaux. Audelà de l image d une économie basée sur l assistanat, les personnes en marge du marché officiel du travail exercent des petites activités génératrices de revenus Ces activités ont une utilité économique et sociale. Elles créent de l emploi et soutiennent dans une certaine mesure la consommation des ménages, elles permettent également à l intéressé direct de ne pas dériver vers la passivité voire le désespoir. Elles peuvent être aussi un premier pas vers la création d entreprise. Le travail indépendant informel s inscrit dès lors dans une démarche dynamique. Ancrée dans des traditions culturelles de débrouillardise, cette situation est largement reconnue en Guyane. Il existe une connaissance statistique toute relative du phénomène informel basée notamment sur l Enquête emploi de l INSEE. En 2006, près de 4000 guyanais déclaraient exercer une activité informelle, soit près de 9% de l emploi total, et près de 14% de l emploi privé 1. Ces résultats sont probablement sous-estimés dans la mesure où ils sont recueillis sous un mode déclaratif. Une approche plus qualitative du phénomène fait défaut. L Adie fait l hypothèse que de nombreux créateurs du secteur informel disposent d un véritable potentiel de développement de leurs activités et qu un appui adapté, notamment financier, leur permettrait de faire un saut qualitatif et de formaliser leurs activités. L Adie a donc engagé une étude afin de pouvoir valider cette hypothèse et formuler des propositions d actions concrètes, sur le plan opérationnel mais aussi, le cas échéant, en matière législative ou réglementaire. 1 «!Guyane, un développement sous contrainte!», Projet CEROM Comptes Economiques Rapides pour l Outre- Mer, Juin 2008, p.47. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

6 I / 2. Des objectifs de diagnostic L étude cherche à établir un diagnostic de la situation par rapport au secteur informel. Elle vise à la fois une compréhension globale du phénomène et une compréhension de l expérience particulière des travailleurs informels. Les objectifs de l étude sont les suivants!: - Caractériser le travail indépendant formel et informel dans le contexte de l économie guyanaise - Analyser la stratégie et les besoins d appui des travailleurs indépendants oeuvrant dans le secteur informel - Identifier les freins au développement et à l officialisation des activités informelles - Formuler, à partir de l ensemble de ces éléments, des recommandations concrètes d action pour le développement des activités informelles et leur officialisation I / 3. Une méthodologie d enquête de terrain L étude a comporté trois étapes!réalisées entre décembre 2008 et mars 2009!: - Une phase de recherche documentaire sur la situation socio-économique - Une phase qualitative d entretiens avec des acteurs institutionnels et associatifs - Une phase d enquête quantitative sur le terrain I.3.1. L approche qualitative L étude repose sur des informations recueillies principalement au moyen d entretiens menés auprès de deux catégories de personnes. Tout d abord, les!témoins privilégiés qui par, leurs positions, leurs responsabilités ou leurs actions ont une bonne connaissance des problématiques liées au secteur informel. Il s agit d acteurs institutionnels ou associatifs dont les missions principales sont l insertion et le développement économique. Et évidemment, le public concerné, c est-à-dire des travailleurs indépendants du secteur informel. L approche qualitative permet de creuser des axes qui échapperaient à une enquête quantitative. Ainsi, les avis sur le secteur informel et ses implications sont variés et relèvent d une certaine vision de la société. Une approche qualitative permet d explorer les différentes représentations. De même, l organisation de chaque activité informelle est particulière et s inscrit dans un cadre personnel et familial donné qui mérite d être examiné au cas par cas. Enfin, le positionnement des travailleurs indépendants du secteur informel par rapport à l officialisation, et donc à la création d entreprise, n est pas toujours précis et arrêté. La méthode d investigation par entretiens comportant des questions semi-ouvertes était donc la plus pertinente pour approfondir les différentes situations. L administration du questionnaire par l enquêteur a permis de relever des commentaires révélateurs des différentes conceptions et stratégies du secteur informel, et d évaluer les ressentis et les intentions par rapport au développement de ces activités. I.3.2. Définition de la population de référence Les travailleurs indépendants du secteur informel sont a priori un public difficile d accès. Afin de faciliter les prises de contacts, nous avons décidé d avoir une approche par quartiers. En étudiant des territoires délimités, l approche par quartier doit permettre de mieux repérer les activités informelles et de créer la confiance avec le public concerné afin d assurer une meilleure qualité des entretiens individuels. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

7 De plus, l échelle du quartier a été retenue pour affiner l analyse du phénomène informel. L approche par quartier permet de mesurer le rôle du secteur informel au niveau d un territoire, d évaluer le poids des différents secteurs d activité, de repérer des liens possibles entre les activités, de mettre en lumière les éventuelles interactions entre le secteur formel et le secteur informel. Enfin, l approche par quartier autorise l établissement d une typologie des sites d enquêtes. Les caractéristiques des territoires retenus sont les composantes structurantes des résultats et constituent un paramètre supplémentaire de l analyse. La population de référence de l enquête a ainsi été déterminée. Il s agit donc des travailleurs indépendants du secteur informel dans les quartiers sélectionnés. I.3.3. La sélection des sites d enquête Les sites d enquête se sont précisés au fil des entretiens avec les institutions et les acteurs associatifs. Le premier critère de choix dans la sélection des sites a été la concentration de travailleurs indépendants informels. En sélectionnant des quartiers avec une forte concentration du phénomène, on s intéresse à des territoires où le secteur informel occupe une place structurante car il représente l essentiel de l activité ainsi qu une part non négligeable des revenus. Ensuite, nous nous sommes efforcés de retenir des quartiers permettant de définir une typologie d espaces afin de mesurer si les trajectoires personnelles sont différentes en fonction des territoires. Dans cette logique, nous avons ainsi retenu le quartier «!Charbonnière!» et le quartier des «!Écoles!» à Saint-Laurent du Maroni ainsi que le quartier «!BP 134!» récemment renommé «!cité Arc en ciel!» à Rémire-Montjoly sur l Île de Cayenne. Il avait également été envisagé de travailler sur le secteur «!Bonhomme!» à Cayenne, mais des contraintes logistiques n ont pas permis la réalisation des enquêtes sur ce quartier L échantillonnage Au-delà de la sélection des sites d enquête pour les entretiens individuels avec le public concerné, une méthode d échantillonnage a été élaborée. Le sujet de l étude et la population de référence posent par nature des difficultés pour établir un échantillon représentatif dans le cadre d une enquête puisque nous ne disposons pas de données fiables. Par définition, le secteur informel ne fait l objet d aucun enregistrement. Il est donc impossible de se procurer une base de sondage précise. Pour pallier ce manque, un comptage des activités visibles, formelles et informelles a été réalisé dans les quartiers retenus. L objectif était alors d interroger environ la moitié des travailleurs indépendants informels ainsi repérés. Sur cette base, nous avons décidé de prendre en considération la structure par sexe et par âge de la population de référence. Le critère de sexe est important afin de recueillir de manière représentative l expérience d hommes et de femmes. Le critère de l âge est également intéressant puisqu il détermine un rapport plus ou moins long avec le marché du travail, et probablement différentes logiques à l égard de ce marché. Au moyen de cette variable, la population de référence a donc été divisée en cinq strates : les ans, les ans, les ans, les ans et les 60 ans et plus. Une difficulté majeure à prendre en compte réside dans la suspicion de la population de référence à l encontre de la démarche d enquête. Il a donc fallu fonctionner sur une logique d opportunité de rencontres, notamment via les personnes ressources dans les quartiers, tout en intégrant autant que possible les critères de sexe et d âge. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

8 Un questionnaire a été mis au point. Il comporte deux cas de figure : des personnes exerçant une activité donnée seulement dans le secteur informel et des personnes ayant passé le cap de l officialisation, mais qui exercent toujours une partie de cette activité dans l informel. Les entretiens, d une durée variant entre une heure et une heure et demie, se sont déroulés au domicile des personnes ou sur le lieu de l activité informelle. 61 entretiens ont ainsi été réalisés auprès de la population de référence. Les résultats de cette enquête révèlent les tendances à l œuvre dans le secteur informel en Guyane. Il faut toutefois rester prudent dans leur extrapolation à l ensemble de la région. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

9 II / Le contexte socio-économique de la Guyane II / 1. Une géographie particulière À la différence des autres départements d outre-mer qui sont des îles, la Guyane se situe au nord-est du continent sud-américain, entre le Surinam et le Brésil. Ses frontières naturelles sont le fleuve Maroni à l Ouest, le fleuve Oyapock à l Est et les monts Tumuc- Humac au Sud. La Guyane s étend sur km2 (16% du territoire de la France métropolitaine), équivalent à la surface du Portugal. Elle est recouverte à 94% par la forêt amazonienne. La densité de population est très faible avec 2 habitants au km2. L essentiel de la population et du tissu économique se concentre sur le littoral. Les accès sont difficiles vers l intérieur. Dès lors, les besoins des communes isolées notamment en termes d équipements et de services, nécessitent des réponses appropriées, souvent compliquées à mettre en œuvre et générant des surcoûts. De fortes disparités d occupation du territoire existent, entraînant des trajectoires de développement différenciées. Du fait de son éloignement, la Guyane est devenue en 1992 une Région Ultrapériphérique (RUP) de l Union Européenne. Seule porte d entrée potentielle de l Europe en Amérique du Sud, elle subit toutefois un enclavement qui amoindrit les avantages de sa position géostratégique. II / 2. Le défi démographique Le dernier recensement de l INSEE a comptabilisé, au 1 er janvier 2006, habitants en Guyane. Avec le taux record de 4% par an, la Guyane a la plus forte croissance démographique des régions françaises. Cette progression au rythme soutenu résulte à la fois d un fort solde naturel positif, qui contribue à hauteur de deux tiers à l augmentation de la population, et d un solde migratoire positif pour le tiers restant. Plus que la migration, c est donc la natalité qui porte la démographie guyanaise. En 2006, l indice conjoncturel de fécondité est de quatre enfants par femme. Cette dynamique des naissances explique l extrême jeunesse de la population!: la moitié des habitants ont moins de 25 ans. Le processus de transition démographique n est pas encore achevé en Guyane. Pour autant, si le solde migratoire ne contribue que pour un tiers à la croissance démographique, l immigration constitue un phénomène important en Guyane puisque selon les estimations de l INSEE en 2005, environ 30% de la population serait étrangère. Avec le maintien des dynamiques actuelles de fécondité, mortalité et migrations, la population pourrait atteindre personnes en Ce dynamisme démographique constitue une chance pour un département très peu dense et dont le marché intérieur est souvent considéré comme trop exigu pour constituer un moteur du développement économique. Mais cet essor de la population génère également des besoins très importants (logement, éducation, santé, emploi ) qui constituent de vrais défis. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

10 II / 3. Une dynamique de croissance insuffisante Avec un Produit Intérieur Brut (PIB) évalué à 2805 millions d euros en 2006, le poids économique de la Guyane apparaît faible. Le PIB guyanais représente environ 9% du PIB total des quatre départements d outre-mer, et il ne dépasse pas 0,16% de l ensemble du PIB français. Pourtant, l économie guyanaise est en pleine expansion. En effet, la croissance de l activité est remarquable. Entre 1993 et 2006, le PIB de la Guyane progresse en moyenne de 5,2% par an en valeur, et de 3,9% par an en termes réels contre 2,2% par an en moyenne nationale. La croissance réelle guyanaise est donc 1,8 fois plus élevée que celle enregistrée au niveau national. Élément moteur de l économie, le secteur spatial contribue à ce résultat. Même si son poids diminue à la faveur d une diversification du tissu économique, il représente encore 20% du PIB et pousse l activité vers le haut. L économie guyanaise est dominée par le secteur tertiaire qui contribue pour 78% à la valeur ajoutée totale. Le secteur des services non marchands y occupe une large place. En 2006, la valeur ajoutée publique représente en Guyane 35% du PIB alors qu au niveau national, le secteur public a contribué pour moins de 20% à la valeur ajoutée. La Guyane dispose de ressources naturelles qui ne sont pas suffisamment valorisées dans le cadre de processus de production, de transformation et de commercialisation. Ceci concerne de nombreuses filières comme le bois, la pêche ou l or. Concernant l activité minière aurifère, elle représente cependant un poids économique important. En 2006, la production déclarée s élevait à 2,7 tonnes en volume, contre 5 tonnes l année précédente. En valeur, les exportations ont diminué de 37,5% pour s établir à 33,1 millions d euros. Cette chute s explique par la fermeture de comptoirs d or suite aux régularisations imposées à ces derniers par la Direction Régionale de l Industrie, de la Recherche et de l Environnement (DRIRE) au titre des installations classées pour la protection de l environnement. Ce recul est plus marqué pour les artisans mineurs que pour les PME et les multinationales. Soulignons que le BTP reste un secteur fort mais dépendant de la commande publique. La branche représente environ 10% de la valeur ajoutée totale de la Guyane et 4% des emplois. Elle comprend environ 1000 entreprises, essentiellement artisanales. Le secteur est porté par d importants travaux d infrastructures (liés notamment au projet Soyouz) et à la bonne tenue du marché immobilier. Le poids du secteur primaire quant à lui décline et ne représente plus que 3,7% de la richesse créée. Le système économique guyanais est principalement orienté vers la satisfaction du marché intérieur. La prédominance des services publics et des services aux particuliers limite les échanges commerciaux guyanais. Le niveau des exportations nettement plus faible que celui des importations entraîne un commerce extérieur déficitaire. Ainsi en 2007, les importations représentaient en valeur 757,9 millions d euros et les exportations 94,2 millions d euros. La faiblesse du taux d exportation traduit le manque de compétitivité externe de la Guyane. Structurellement déficitaire, le commerce extérieur fait toutefois apparaître des niveaux d importations et d exportations comparés au PIB très élevés par rapport à ce qui est observé en métropole. Ceci s explique par la filière spatiale qui est à la fois un gros importateur et un gros exportateur. Les importations de biens et services liées au spatial représentent 65% des importations totales de la Guyane. Pour les exportations, c est près de 87% des flux. Le mode de développement de la Guyane est caractéristique d une économie abritée. Son rendement s avère insuffisant pour faire face à l essor démographique en cours. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

11 L expansion de l économie guyanaise est en grande partie absorbée par la forte croissance démographique. Le PIB réel par habitant en Guyane s établit en 2006 à euros et ne représente que 49% du PIB par tête français. En 1993, il s élevait à 62% du niveau français, devançant sensiblement les autres DOM. Mais alors que ceux-ci entament un processus de rattrapage, la Guyane subit quant à elle un vrai décrochage. II / 4. L inquiétante situation de l emploi En 2006, la population active en Guyane compte personnes. Le taux de croissance annuel prévu de la population active étant de 3%, le nombre d actifs pourrait doubler rapidement et s élever à plus de en Ce rythme élevé de progression de la population active est à l origine de fortes tensions enregistrées sur le marché du travail. Le flux de nouveaux entrants, de l ordre de à 4 000, nécessite une dynamique conséquente. Sur un marché du travail d environ emplois en 2006, la création d environ emplois représente une expansion de 5,7%. En 2006, la population active occupée est composée à 87% de salariés et 13% de non salariés (entrepreneurs individuels et chefs d entreprise, professions libérales). Le secteur tertiaire regroupe 83% des salariés. L emploi public pèse d un poids important en Guyane, plus encore que dans les autres DOM ou la plupart des petites économies. La sphère publique (fonctions publiques d État, territoriale et hospitalière) emploie 44% des salariés, contre 21% en France métropolitaine. Elle verse plus de la moitié de la masse salariale, contre 23% en métropole. En Guyane, la sphère productive se compose essentiellement des services aux entreprises et de l industrie. Elle est sous-représentée avec un cinquième des emplois et des rémunérations, soit deux fois moins qu en France métropolitaine. La sphère résidentielle répond aux besoins de la population locale. Représentant 35% des emplois, elle est marquée par une forte part du commerce de détail et de petits établissements. Par ailleurs, la Guyane présente des indicateurs de formation de ses actifs très en retrait de la moyenne nationale. En 2005, parmi les personnes qui ont un emploi ou qui sont en âge d en exercer un, 54% n ont aucun diplôme. L écart est prononcé vis-à-vis de la France métropolitaine où 16% des actifs se trouvent dans ce cas. Le chômage marque fortement le paysage économique et social. Au mois de janvier 2009, le chômage touche personnes, soit 19,6% de la population active. Comme l ensemble de la France, la Guyane subit une dégradation de l emploi. Les femmes sont les plus vulnérables sur le marché du travail!: en janvier 2009, elles représentent 57% de la demande d emploi, contre 45,5% en métropole. Les chômeurs longue durée sont également proportionnellement plus nombreux en Guyane (32,8%) qu en France métropolitaine (23,8%). Les jeunes de moins de 25 ans représentent en janvier 2009, 13,5% de la demande d emploi, contre 18,1% en métropole. Toutefois, ce chiffre serait sous-estimé. Les jeunes ne verraient pas l intérêt de s inscrire en tant que chômeur et d actualiser leur situation. N ayant souvent pas cotisé suffisamment pour toucher l allocation de retour à l emploi, ils estiment que l inscription ne leur apporte rien de concret. De manière générale, la culture administrative serait moins forte en Guyane qu en métropole et une partie importante de la population échapperait aux statistiques. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

12 II / 5. La dépendance aux politiques publiques La Guyane se caractérise par une forte dépendance aux minima sociaux. Au 31 décembre 2007, allocataires bénéficient du Revenu Minimum d Insertion (RMI). La part des bénéficiaires du RMI représente 5,8% de la population totale de la Guyane, contre 1,7% pour la France entière. Sur dix ans, le nombre d allocataires s est accru de 61% avec un taux de croissance annuel moyen de 4,5%. La Caisse d Allocations Familiales (CAF) estime par ailleurs la population concernée directement ou indirectement par le RMI à personnes, soit 16% de la population du département. Parmi les bénéficiaires du RMI, personnes bénéficiaient d autres prestations (allocations familiales et logement notamment). Depuis 1996, l Agence Départementale d Insertion (ADI) élabore et met en œuvre le programme départemental d insertion. Celui-ci comporte des mesures dans les domaines de la santé, du logement, de l insertion professionnelle, de la création d activité, de l insertion en milieu rural, de l emploi. En 2007, bénéficiaires du RMI ont signé un contrat d insertion, soit un taux de contractualisation de 41%. Pour dynamiser la situation de l emploi, des politiques publiques pour l emploi et l insertion sont mises en place. Le système des contrats aidés, par lequel l État prend en charge une grande partie de la rémunération d un salarié, tente de favoriser le retour à l emploi. Ainsi, en Guyane, le dispositif aurait concerné en 2008 près de 3500 personnes. La grande majorité de ces contrats aidés se réalisent dans le secteur non marchand, principalement sous la forme de Contrat d Accompagnement vers l Emploi (CAE). Dans le secteur marchand, les contrats aidés permettent de soutenir un peu moins de personnes par des CAE DOM, des contrats d apprentissage et des contrats de professionnalisation. Par définition, les contrats aidés ont une durée déterminée. Il s agit d une mesure d accompagnement pour permettre à des personnes éloignées de l emploi de reprendre une activité professionnelle. Toutefois, en Guyane, les bénéficiaires des contrats aidés décrochent ensuite rarement un emploi plus durable. On assiste à un «phénomène de rotation des chômeurs autour de ce type d emploi.!» II / 6. La création d entreprise II / 6.1. Une dynamique de création de très petites entreprises En 2005, le répertoire SIRENE de l INSEE enregistrait entreprises en Guyane. La répartition par taille laisse apparaître une atomisation prononcée du tissu économique avec 86% des entreprises ayant moins de 2 salariés, contre 77% au plan national. La proportion des entreprises employant plus de 10 salariés est de 3,9% en Guyane contre 6,9% au niveau national. La Guyane présente un fort renouvellement du tissu des entreprises. En 2006, entreprises sont créées, soit un taux de création d entreprise 2 de 13,3%. La forte croissance démographique apparaît comme un facteur favorable à la création d entreprise puisqu elle dynamise les commerces. Le secteur des services reste pourtant moins bien représenté en nombre d établissements que sur le plan national (39,9% contre 51,5%), ce qui indique un potentiel de rattrapage en matière de création d entreprises de services. Les créateurs se lancent seuls en grande majorité. D après l INSEE, 73% des créations et reprises en Guyane débutent sans salarié, contre 66% en moyenne nationale. 2 Ce taux rapporte les créations de l année au nombre total des entreprises Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

13 D après le Système d Information sur les Nouvelles Entreprises (SINE) de l INSEE en 2002, dans les DOM, les créateurs se lancent avec des moyens plus modestes qu en métropole. En Guyane, 26% des créateurs ont un capital de départ de moins de Euros, contre 19% en moyenne nationale. Ils sont 37% à se lancer avec moins de Euros en Guyane, contre 31% au niveau de la France. L activité économique se situe sur le littoral, et plus particulièrement sur l Île de Cayenne. A elle seule, l Île de Cayenne (constituée des communes de Cayenne, Matoury et Rémire- Montjoly) concentre sur 6% du territoire, plus de 58% de la population et environ 70% des entreprises de la région. Il s ensuit des problèmes de saturation des infrastructures, une pénurie de foncier, des tensions sur le marché de l immobilier. La concentration des activités et des emplois permet néanmoins de faire émerger une taille critique et de soutenir le développement des entreprises. II / 6.2. Les dispositifs de soutien pour les chômeurs ou bénéficiaires des minima sociaux Comme nous l avons déjà souligné, 3000 à 4000 personnes arrivent chaque année sur le marché du travail. Faute d une offre suffisante d emplois salariés, la création de son propre emploi est envisagée comme une solution alternative au chômage. Toutefois, un financement et un accompagnement adaptés sont nécessaires aux porteurs de projets. Dès lors, la création d entreprise est encouragée par différents dispositifs de soutien. Les chômeurs ou bénéficiaires de minima sociaux peuvent ainsi solliciter le dispositif d Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d Entreprises (ACCRE) qui consiste en l exonération des cotisations sociales pendant deux années, ainsi que le maintien des allocations chômage ou des minima sociaux pour une période déterminée. L avance remboursable EDEN a été récemment remplacée par le dispositif NACRE Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise. Ce dispositif prend la forme d un parcours ayant pour objectif de mieux accompagner les demandeurs d emploi et les personnes susceptibles de prétendre à l ACCRE. Il comprend une aide au montage du projet et une aide financière (prêt à taux zéro et sans garantie) qui doit être couplée à un prêt bancaire. En Guyane, il est possible d obtenir un prêt d honneur auprès du réseau France Initiative et de l Adie. Des subventions de la part des collectivités sont également mobilisables. II / 7. Approche générale du secteur informel Par nature, le secteur informel est un phénomène difficile à évaluer précisément. Pourtant, certains indicateurs permettent de souligner l importance du phénomène en Guyane. Au niveau du secteur bancaire, le phénomène peut se deviner du fait d une très forte circulation fiduciaire. D après le rapport général annuel de l IEDOM, au 31 décembre 2007, l émission nette par habitant!en Guyane était de 1,3 milliards d euros, alors qu en Guadeloupe et en Martinique elle s établissait autour de 500 millions. L argent circule beaucoup en Guyane. Cet indicateur témoigne d une économie informelle développée, puisque dans le secteur informel, les gens paient en espèces. À certaines périodes de forte activité, on observe des dépôts anormalement élevés de la part des particuliers. Cet indicateur témoigne aussi de flux importants qui sortent du département (transferts transfrontaliers), et d une bancarisation moins importante de la population (tendance à la thésaurisation). Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

14 D après les enquêtes emploi de l INSEE, en 2006, près de personnes déclaraient en Guyane occuper un emploi informel. Cela représenterait 9% de l emploi total et 14% de l emploi privé. Il y aurait une plus forte proportion des jeunes, qui serait liée à leurs difficultés à s intégrer sur le marché du travail. Pour acquérir une première expérience, ils s orienteraient vers les secteurs d activité concentrant le plus d emplois informels. Plus de la moitié des personnes non déclarées exerceraient leurs activités dans les services aux particuliers, la construction et l agriculture. Il s agit essentiellement d activités qui ne requièrent pas forcément un haut niveau de qualification. Les personnes les moins diplômées y trouvent plus facilement un débouché. Ce type d emploi traduit souvent un faible niveau de rémunération. Les activités informelles, souvent peu productives et peu rémunérées, pèseraient finalement peu (environ 4% du PIB) au regard des flux financiers publics ou des dépenses liées au secteur spatial. Elles induisent en revanche des distorsions concurrentielles importantes dans les secteurs les plus touchés. Pourtant, le secteur informel n est pas stigmatisé au sein de la société guyanaise. Le dicton «!Débrouiller, pas pécher!» est révélateur du comportement de la population par rapport à l informel. Il signifie que «!je fais mes affaires et ce n est pas mal!». Le secteur informel est ancré dans les traditions de débrouillardise!: «!si je peux jobber, je le fais.!» Dans toutes les couches de la société, chacun cherche à faire des économies ou à gagner davantage. Dès lors, c est un véritable réflexe de toujours chercher la bonne affaire ou le bon filon. La société guyanaise est une société de forte consommation. Le secteur informel permet de bénéficier largement de biens et de services qui ne sont pas au prix du marché. Le secteur informel fait partie intégrante de la société guyanaise. Chacun est à la fois consommateur et opérateur de l informel. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

15 III / Analyse du secteur informel à l échelle du quartier III / 1. Caractéristiques des quartiers d enquête III / 1.1. Présentation des quartiers retenus Pour rappel, les critères de sélection des quartiers ont été évoqués dans la méthodologie.! RÉMIRE-MONTJOLY / Quartier «!BP 134!» récemment renommé «!Cité!Arc en ciel!» L île de Cayenne représente le cœur de l activité économique en Guyane. Il nous a donc paru incontournable de retenir un quartier se situant sur ce périmètre géographique. Il s agit d un quartier spontané qui s est stabilisé au fil des vingt dernières années. La BP 134 s est constituée de façon complètement anarchique, et n a été reconnue officiellement qu en Ce territoire est inscrit au Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) et il entre dans un programme de Résorption de l Habitat Insalubre (RHI). Le quartier se situe en périphérie du centre-ville. Les résultats du dernier recensement ne sont pas encore disponibles à l échelle des îlots. En 1999, la population de ce territoire était de 873 habitants. Elle est actuellement estimée autour de 2000 habitants. La population du quartier se répartit essentiellement entre une forte communauté brésilienne (estimée à 70%) et une communauté haïtienne moins importante (10%). Autour de 26%, le taux de chômage dans le quartier est plus élevé que la moyenne régionale. Le quartier de la BP 134 est un quartier regroupant des habitations. Il n y a pas de rue commerçante, mais seulement un commerce de proximité déclaré et situé de manière plus ou moins centrale. Il y existe d autres activités déclarées dans le quartier, mais elles ne sont pas matérialisées par des enseignes. Par ailleurs, la BP 134 est connue pour être un «!réservoir!» d activités informelles. Ces activités sont réalisées dans les cours intérieures, derrière des barrières de tôles. Ou alors, les travailleurs indépendants informels du quartier se déplacent pour effectuer leurs activités. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

16 Le comptage des activités économiques a permis d établir une base de sondage pour les entretiens mais aussi de mettre en évidence les différents secteurs concernés!: Type d activités recensées Informel Formel Bâtiment (gros œuvre, charpente, carrelage, peinture ) Automobile (mécanique, peinture ) 6 1 Restauration 4 1 Commerce (libre service, import/export ) 9 2 Agriculture / Pêche / Élevage 6 2 Service à la personne (jardinier, couture, 17 2 manœuvre, femme de ménage, soins esthétiques..) Total 60 21! SAINT LAURENT DU MARONI / Quartier «!La Charbonnière!» Il était également pertinent de retenir un territoire ne se trouvant pas sur l Île de Cayenne. La position frontalière de l Ouest guyanais nous a paru une variable intéressante. De plus, cette zone est réputée pour avoir des dynamiques propres. Pour exemple, par rapport au reste de la région, l essor démographique y est tout particulièrement marqué avec une croissance annuelle de plus de 8%. La guerre civile au Surinam dans les années 1980 avait provoqué l afflux de réfugiés en Guyane. Formé à ce moment-là de manière spontanée, le quartier «!La Charbonnière!» a rapidement été l objet de politiques publiques. Il s agit d un quartier bien établi, mais qui présente toujours des difficultés avérées. «!La Charbonnière!» est un des quatre quartiers!ultra-prioritaires de Saint-Laurent du Maroni. Elle se compose de trois soussecteurs!: les Bardeaux, Moucaya et les Flamboyants (anciennement dénommé Naiman du nom du capitaine du quartier). «!La Charbonnière!» s inscrit dans un projet de rénovation urbaine. Le secteur des Bardeaux voulait reproduire l organisation spatiale des villages du haut Maroni mais il se trouve aujourd hui inadapté à la circulation automobile et piétonne, aux normes de sécurité incendie, et de façon générale au fonctionnement urbain. La quasitotalité des logements est aujourd hui dégradée, voire insalubre. Les secteurs Moucaya et Flamboyant sont issus de la deuxième vague de peuplement de «!La Charbonnière!». Les Logements Evolutifs Sociaux (LES) qui y ont été construits, présentent un aspect bâti plus classique et mieux conservé. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

17 Le recensement de 1999 avait comptabilisé habitants à «!La Charbonnière!». La population est actuellement estimée autour de habitants. Il s agit essentiellement de populations originaires du fleuve. Les habitants du quartier sont particulièrement jeunes!: en 1999, 72,9% de la population a moins de 25 ans. Le quartier connaît une très grande précarité. En 1999, 70,4% de la population active était au chômage. Parmi les chômeurs, les trois-quarts étaient des chômeurs de longue durée. Il semblerait que la situation soit restée dans les mêmes proportions. Les niveaux de qualification dans le quartier sont très faibles puisque près de 75% de la population de 15 ans et plus (hors personnes scolarisées) n a aucun diplôme. «!La Charbonnière!» est un quartier d habitations. Sa localisation près du fleuve a favorisé l émergence d un secteur animé. Des activités économiques de restauration et de vente ambulante se sont multipliées principalement sur les berges. Qu elles soient formelles ou informelles, les activités économiques s affichent. Type d activités recensées Informel Formel Bâtiment (gros œuvre) 2 0 Transport (mécanique automobile, piroguiers ) 10 1 Restauration 14 2 Commerce (libre service, import/export ) 5 1 Très petit commerce!: Vente de bonbons!/ kwak 18 0 Agriculture / Pêche / Élevage 1 0 Artisanat traditionnel 1 0 Service à la personne (coiffure, écrivain public, 10 1 photographe, soins esthétiques..) Total 61 5! SAINT LAURENT DU MARONI / Quartier «!Les Écoles!» Plus récent que «!La Charbonnière!», le quartier «!Les Écoles!» a été créé par les autorités publiques pour répondre aux besoins de logements. Des LES à l aspect bâti classique, comprenant à la fois des maisons individuelles et de l habitat collectif, y ont été construits. Ce quartier s inscrit dans la perspective plus large d extension de la ville qui déporte vers le sud-est le centre de gravité de la ville. «!Les Écoles!» sont un des quatre quartiers!ultra-prioritaires de Saint-Laurent du Maroni. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

18 En 1999, personnes habitaient aux «!Écoles!». La population est actuellement estimée autour de habitants. Tout comme à «!La Charbonnière!», il s agit essentiellement de populations originaires du fleuve. La population du quartier est plus jeune!qu en moyenne régionale: en 1999, 70,7% de la population avait moins de 25 ans. Le quartier connaît une précarité légèrement inférieure au quartier de «!La Charbonnière!». En 1999, 56,5% de la population active était au chômage. Les niveaux de qualification dans le quartier sont très faibles puisque près de 70% de la population de 15 ans et plus (hors personnes scolarisées) n a aucun diplôme. «!Les Écoles» doivent leur nom aux différentes écoles primaires et secondaires qui se situent sur son secteur. On y trouve également un bureau de La Poste. La présence de ces administrations vise à dynamiser le quartier qui apparaît encore trop éloigné du centre ville. Le secteur des habitations se situe derrière le lycée. Sans être cachées pour autant, les activités économiques sont moins visibles qu à «!La Charbonnière!». Type d activités recensées Informel Formel Bâtiment (électricité) 0 1 Transport (mécanique automobile, piroguiers ) 0 0 Restauration 4 2 Commerce (libre service, import/export ) 2 3 Très petit commerce!: Vente de bonbons!/ kwak 6 0 Agriculture / Pêche / Elevage 0 0 Artisanat menuiserie 1 0 Service à la personne (coiffure, couture) 3 0 Total 16 6 III / 1.2. Les manifestations du secteur informel Les trois quartiers retenus permettent d établir une typologie d espaces, avec notamment la variable du moment de l intégration du territoire à une RHI!: - «!La BP 134!» est un quartier qui s est développé de manière spontanée et qui entame seulement une opération RHI - «!La Charbonnière!» est un quartier spontané qui s est développé dans le cadre d une RHI et qui intègre aujourd hui une nouvelle opération RHI - «!Les Écoles!» sont un quartier créé dans le cadre d une RHI Le niveau de l informel Le niveau d activités informelles est beaucoup moins important dans le quartier qui a été initié par les politiques publiques. Les quartiers qui se sont formés spontanément et qui intègrent une RHI présentent un niveau élevé d activités informelles. Ce constat peut être mis en lien avec la précarité plus ou moins grande des personnes au moment de leur installation. Les quartiers spontanés sont généralement le fait de personnes en grande détresse sociale ayant le réflexe de la débrouillardise pour résoudre leurs soucis. Les habitants des quartiers construits par les politiques publiques ont été sélectionnés en fonction des critères d accès au logement social. Ils se trouvent dans une situation précaire mais stable, et ils sont suffisamment connus par les services sociaux pour être pris en charge. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

19 Le poids de l informel Dans les trois quartiers retenus, le poids de l informel est beaucoup plus élevé, mais dans des proportions variables, que celui du secteur formel. Il s agit avant tout de zones dédiées au logement. La qualification des logements en LES ne permet pas l exercice d activités économiques dans les habitations. Cela explique le faible nombre d activités formelles dans les deux quartiers de Saint-Laurent du Maroni par rapport à la «!BP 134!» où les habitants ont bâti eux-mêmes leur logement. Les activités formelles qui s y sont développées relèvent essentiellement de l artisanat. Les secteurs d activité!de l informel La répartition par secteur d activité met en évidence des différences significatives en fonction des quartiers. A la «!BP 134!», un tiers des activités informelles relève du BTP et un autre tiers concerne des activités de service à la personne. L importance du BTP pourrait être mise en lien avec la coloration brésilienne du quartier. Les Brésiliens ont en effet une très bonne réputation dans les travaux du bâtiment et, notamment dans le second œuvre. Quant aux activités de service à la personne, il s agit essentiellement de femmes de ménage. L Île de Cayenne étant le cœur économique de la Guyane, on peut supposer qu il y a davantage de cadres ayant recours à ce type de services. Sur les deux quartiers de Saint-Laurent du Maroni, on note une prédominance des activités de commerce et de restauration. Il s agit de petites activités de proximité, pour dépanner les habitants du quartier (épiceries d appoint, vente de légumes, repas à emporter). La position frontalière de la ville a une influence indéniable sur les activités de commerce. De nombreux produits sont achetés au Surinam, où le niveau de vie est moins élevé, pour être revendu en Guyane. Saint-Laurent du Maroni accueille moins d administrations, et la demande de service à la personne est moins élevée. Les formes de l informel Les activités informelles se manifestent sous différentes formes. - A la «!BP 134!», alors qu il ne s agit pas de logements sociaux, les activités exercées dans les habitations sont cachées derrière des barrières en tôle. Il n y a pas non plus de panneaux pour indiquer les activités réalisées en dehors des logements. La localisation du quartier sur l Île de Cayenne, cœur économique de la Guyane, peut expliquer ces «!précautions!» à mettre en lien avec un risque probablement accru de contrôle des activités non déclarées. - A Saint-Laurent du Maroni, les activités informelles ont davantage pignon sur rue. Il est d ailleurs difficile parfois de savoir si une activité est formelle ou informelle. Certaines boutiques sont particulièrement aménagées avec des enseignes. Ceci tient notamment à la nature des activités exercées (commerce, restauration) qui appelle la visibilité. Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

20 III / 2. Le profil des personnes interrogées L étude a été réalisée auprès de 61 personnes. Parmi ces entretiens, 43% ont été réalisés sur le quartier de la «!BP 134!», 44% à «!La Charbonnière!», 10% sur le quartier «!Les Écoles!». 57% des personnes interrogées sont des hommes et 43% des femmes. Ce résultat n est pas forcément significatif de la répartition par sexe des travailleurs indépendants informels. Il peut même paraître étonnant dans un contexte où les femmes sont particulièrement touchées par le chômage. Et en effet, les femmes sont particulièrement nombreuses à exercer dans l informel en tant que femme de ménage ou sur de petites activités de commerce. Bien que ces deux postes de travail regroupent une forte proportion des activités informelles, nous nous sommes efforcés d interroger des personnes exerçant dans différents secteurs d activité afin de garder à l esprit les diversités de situations et de logiques. La proportion de femmes en ressort probablement diminuée. Répartition par tranches d'âge 5% 7% 11% 31% ans ans ans ans 60 ans et plus 46% Concernant le critère de l âge, l âge médian des personnes interrogées est 38 ans. 46% d entre elles ont entre 26 et 39 ans, 11% ont moins de 25 ans et 7% ont plus de 60 ans. Dans les quartiers étudiés, les travailleurs indépendants informels sont donc essentiellement des personnes se trouvant au milieu de leur vie professionnelle. Que ce soit dans le secteur formel ou informel, ils ont déjà eu de premières expériences et ont encore le temps de réaliser des projets professionnels. Répartition par nationalité 5% 3% 25% 42% Française Brésilienne Surinamienne Haïtienne Autre 25% Le travail indépendant informel en Guyane Adie Mars / 60

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

Une région d outre-mer émergente, en croissance, avec des potentiels et confrontée à plusieurs défis

Une région d outre-mer émergente, en croissance, avec des potentiels et confrontée à plusieurs défis Mission DRI du 2 septembre 2013 Une région d outre-mer émergente, en croissance, avec des potentiels et confrontée à plusieurs défis L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer Des missions de banque

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE LIVRET I SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE 5 Sommaire I SYNTHESE page 5 II REACTUALISATION FEVRIER 2006 : DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE page 18 III DIAGNOSTIC

Plus en détail

Observatoire Landais de l aide à domicile

Observatoire Landais de l aide à domicile Observatoire Landais de l aide à domicile Bulletin n 5 Avril 2014 Analyse de L aide à domicile sur le territoire Landais entre 2010 et 2012 La DREES 1 estime que les dépenses liées à la dépendance en 2011,

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi Thème : Cohésion sociale et territoriale Orientation : Favoriser l inclusion sociale des populations (équité et mixité sociales) La part des jeunes s diplôme en 2006 par zone d'emploi Pour les jeunes sortis

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE REGION GUYANE MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE SOMMAIRE I. Contexte 3 II. Objet du marché

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

LES BÉNÉFICIAIRES DE L ARCE EN 2011

LES BÉNÉFICIAIRES DE L ARCE EN 2011 éclairages Études et analyses N 8 JANVIER 2014 LES BÉNÉFICIAIRES DE L ARCE EN 2011 En 2011, 76 500 demandeurs d emploi ont obtenu l Aide à la reprise ou à la création d entreprise (ARCE). Par rapport aux

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans - 1 - Les statistiques en bref La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans Données de cadrage socio-démographique sur les jeunes en France 24 % des Français de 18 ans et plus sont âgés de

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Changer de logement dans le même environnement

Changer de logement dans le même environnement 6 Changer de logement dans le même environnement Christelle Minodier* Les parcours résidentiels sont en grande partie rythmés par les événements familiaux et dans une moindre mesure par les changements

Plus en détail

Auto entrepreneurs : qui sont ils?

Auto entrepreneurs : qui sont ils? Décryptage Par André Letowski Auto entrepreneurs : qui sont ils? La création d entreprises en France se maintient à des niveaux toujours élevés. Selon les derniers chiffres publiés par l INSEE, le nombre

Plus en détail

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions La réforme des aides au logement dans le secteur locatif par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions En 1999, par le biais des aides au logement (aide personnalisée au logement et allocation

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

L extension du rsa aux jeunes de moins de 25 ans

L extension du rsa aux jeunes de moins de 25 ans L extension du rsa aux jeunes de moins de 25 ans Plan Agir pour la Jeunesse Dossier de presse 1 L ouverture du RSA aux jeunes de moins de 25 ans engagés dans la vie professionnelle : une mesure d équité,

Plus en détail

Synthèse. Avril 2011

Synthèse. Avril 2011 De l analyse des marchés de la Construction Durable (performance énergétique et qualité environnementale) au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

LES PRINCIPALES AIDES AUX CREATEURS D ENTREPRISE AVRIL 2015

LES PRINCIPALES AIDES AUX CREATEURS D ENTREPRISE AVRIL 2015 LES PRINCIPALES AIDES AUX CREATEURS D ENTREPRISE AVRIL 2015 LES PRINCIPALES AIDES AUX CREATEURS Sommaire 2 SOMMAIRE : DISPOSITIF ACCRE 3 à 6 L ARE ou l ARCE 7 à 9 DISPOSITIF NACRE 10 à 13 FINANCEMENTS

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Le secrétariat général des travaux a été assuré par la Direction Générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services (DGCIS).

Le secrétariat général des travaux a été assuré par la Direction Générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services (DGCIS). services nouveauté construction création comm ser commerce Le régime de l auto-entrepreneur, créé par la loi de modernisation de l économie (LME) d août 2008, a été ouvert le 1er janvier 2009. Comme il

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux Paulo Eduardo de Andrade Baltar Jusqu ici, le XXI e siècle a été favorable à un grand nombre de Brésiliens. L emploi formel

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Dares Analyses. Le nouvel accompagnement pour la création et la reprise d entreprise (nacre) Autour de 18 000 nouveaux projets accompagnés par an

Dares Analyses. Le nouvel accompagnement pour la création et la reprise d entreprise (nacre) Autour de 18 000 nouveaux projets accompagnés par an Dares Analyses Juillet 2015 N 052 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Le nouvel accompagnement pour la création et la reprise d entreprise (nacre)

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE

Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE 14 novembre 2007 Le contexte La Région Guadeloupe a mis en place son Schéma Régional de Développement Economique (S.R.D.E). Ce schéma

Plus en détail

FSE 2007-2013. Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi»

FSE 2007-2013. Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi» FSE 2007-2013 Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi» 1) Rappel du cadre stratégique européen La stratégie de Lisbonne qui vise, à l horizon 2010, à faire de l Union européenne «l économie

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Les formalités de création. Personnes physiques et sociétés assujeties à l inscription au répertoire des métiers

Les formalités de création. Personnes physiques et sociétés assujeties à l inscription au répertoire des métiers Les formalités de création Le créateur ou repreneur d entreprise doit effectuer ses démarches en un seul lieu auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) dont il relève. Le CFE compétent centralise

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT Séminaire PLH Caen la mer 07/11/2014 1 I. La place du logement et de l habitat dans le quotidien de nos concitoyens 2 LA PLACE DU LOGEMENT ET

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale?

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? La création reprise d entreprise artisanale Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? 2 Editorial L artisanat, première

Plus en détail

Le Projet Initiative-Jeune

Le Projet Initiative-Jeune Dtefp Réunion Indicateurs & analyses Avril 2010 N 001 Publication de la Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de La Réunion Le Projet Initiative-Jeune Aide à la création

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES

CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Diagnostic Arrondissement de BORDEAUX CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES POPULATION (SOURCE INSEE RP 2006) Les cantons et pseudo-cantons Population 2006 Bègles 24 417 Blanquefort 53 744 232 260 Carbon-Blanc

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 861 452 934 499 995 498 1 52 183 1 134 493 1 266 358 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 554 72 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

Le régime de l auto-entrepreneur. Bilan 2009. Bilan après une année de mise en œuvre. nouveauté. construction. création. services.

Le régime de l auto-entrepreneur. Bilan 2009. Bilan après une année de mise en œuvre. nouveauté. construction. création. services. Le régime de l auto-entrepreneur Bilan après une année de mise en œuvre Bilan 2009 services nouveauté construction création comm ser commerce XXX 1 Préambule Le régime de l auto-entrepreneur, créé par

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Septembre 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage OpinionWay pour l Union des Auto-Entrepreneurs

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Profil des créations d entreprises hors auto-entrepreneurs et de leur dirigeant

Profil des créations d entreprises hors auto-entrepreneurs et de leur dirigeant Profil des créations d entreprises hors auto-entrepreneurs et de leur dirigeant L année 2009 a été marquée par un grand changement en matière de création d entreprises avec la mise en place du régime de

Plus en détail

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES VALORISER ET POURVOIR LES EMPLOIS DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES À LA PERSONNE Découvrez les services de l ANPE pour fiabiliser vos recrutements Les Services Entreprises de l ANPE Il y a ceux qui pensent

Plus en détail

Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France

Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France Dossier de presse Conférence 2 avril 2012 Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France UNE INJUSTICE SOCIALE Ovlej Association constituée de La Jeunesse au Plein Air (La JPA) et de l Union

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire»

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» L étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» a été publiée en avril 2013 dans les Cahiers de l Afrique de l Ouest de l OCDE/CSAO.

Plus en détail

Protection sociale créateur : comment ça marche?

Protection sociale créateur : comment ça marche? Protection sociale créateur : comment ça marche? votre projet d entreprise : Choix du Statut du projet à la création : les formalités votre protection sociale - artisans commerçants - professions libérales

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS Sommaire I. La Présentation du Secteur II. Présentation de l OPCA CONSTRUCTYS Antilles-Guyane III. L Accompagnement des Entreprises du secteur A. La démarche

Plus en détail

les revenus sociaux et création d entreprise : le rsa

les revenus sociaux et création d entreprise : le rsa les revenus sociaux et création d entreprise : le rsa le contexte Le RSA vise à lutter contre la pauvreté en : Encourageant l exercice ou le retour à une activité professionnelle, Contribuant à l insertion

Plus en détail

Evolution des allocataires de 50 ans ou plus

Evolution des allocataires de 50 ans ou plus Evolution des allocataires de 50 ans ou plus Table des matières : 1. Synthèse... 2 2. Evolution globale... 5 2.1 Augmentation du nombre de chômeurs complets et de prépensionnés de 50 ans et +... 5 2.2

Plus en détail

Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA

Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA DEUXIEME ENQUETE RSA Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA selon l observation des travailleurs sociaux juin 2011 Le cadre général de l'enquête La création du RSA visait principalement

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

La formation professionnelle des demandeurs d'emploi. État des lieux, faiblesses et pistes de progrès

La formation professionnelle des demandeurs d'emploi. État des lieux, faiblesses et pistes de progrès La formation professionnelle des demandeurs d'emploi État des lieux, faiblesses et pistes de progrès Conseil d orientation pour l emploi 9 janvier 2008 Intervention Françoise Bouygard, 1 État des lieux

Plus en détail

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Muriel Nicolas Florence Thibault CNAF Direction des Statistiques, des Études et de la Recherche. Département des Statistiques, des Prévisions

Plus en détail

Opération. de l Habitat

Opération. de l Habitat Communauté de Communes du Pays d Azay-le-Rideau Opération Programmée d Amélioration de l Habitat Etude pré opérationnelle Opération Mission de suivi et Locale d animation pour un programme d intérêt d

Plus en détail

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr numérique & territoires Synthèse Janvier 2014 Impact territorial des Réseaux d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr synthèse Le diagnostic établi fin 2013 par l IDATE pour le compte de

Plus en détail

Le Financement de la Formation Professionnelle

Le Financement de la Formation Professionnelle Investing in People Etude nationale Le Financement de la Formation Professionnelle Côte d Ivoire This project is funded by The European Union A project implemented by sequa ggmbh Table de Matière 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISE PAR DES DEMANDEURS D'EMPLOI Les évolutions de 1986 à 2007

AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISE PAR DES DEMANDEURS D'EMPLOI Les évolutions de 1986 à 2007 DRTEFP Direction Régionale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle Nord-Pas de Calais Septembre 2007 AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISE PAR DES DEMANDEURS D'EMPLOI Les évolutions de 1986

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

C R C MIDI PYRÉNÉES. Midi-Quercy

C R C MIDI PYRÉNÉES. Midi-Quercy C R C MIDI PYRÉNÉES Maison de l emploi Développement durable De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon

Plus en détail