Signalisation maritime

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Signalisation maritime"

Transcription

1 Cetmef centre d'études techniques maritimes et fluviales les outils Signalisation maritime Documentation technique Ingénierie des aides à la navigation Transpondeur AIS Transpondeur AIS Protection des Etablissements de Signalisation Maritime et de Surveillance de la Navigation Maritime contre l électricité atmosphérique et la foudre MAI 2005

2

3 SOMMAIRE 1. PREAMBULE p.1 2. GENERALITES SUR L ELECTRICITE ATMOSPHERIQUE p.2 A. CHAMP ELECTRIQUE TERRESTRE p.2 B. LES ORAGES p.3 B.1. Electrisation des particules B.2. Formation des orages B.3. Champ au sol C. LA FOUDRE p.5 C.1. Apparition de la décharge disruptive C.2. Charges d espace Effet couronne C.3. Propagation de la décharge Apparition d un «traceur» C.4. Saut final C.5. Arc en retour et décharges subséquentes 3. DENSITE DES COUPS DE FOUDRE AUTRES DECHARGES p.12 A. DENSITE DES COUPS DE FOUDRE p.12 B. AUTRES DECHARGES p.13 B.1. Décharges intra-nuage B.2. Orages de chaleur B.3. Autres phénomènes de décharges localisées B.4. Décharges d électricité statique C. L IMPULSION ELECTROMAGNETIQUE NUCLEAIRE HAUTE ALTITUDE p.14 D. DECHARGES DE FOUDRE ET COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE p EFFETS DE LA FOUDRE ET PRINCIPE DES PROTECTIONS p. 17 A. EFFETS DE LA FOUDRE p.17 B. PHENOMENE D IMPACT PARATONNERRE p.17 B.1. Décharge descendante négative B.2. Décharge descendante positive B.3. Décharges ascendantes positives et négatives B.4. Paratonnerres à dispositif d amorçage C. ECOULEMENT DE LA DECHARGE p.21 C.1. Courant crête et surtension C.2. Inductions C.3. Rayonnements D. EFFETS SECONDAIRES p.23

4 5. PROTECTION CONTRE LES DANGERS DE L ELECTRICITE ATMOSPHERIQUE MESURES A PRENDRE DISPOSITIFS A UTILISER p.23 A. GENERALITES p.23 B. PRESCRIPTIONS CONCERNANT LES DIVERS ETABLISSEMENTS p.24 B.1. Bouées B.2. Tourelles B.3. Phares B.4. Bâtiments B.5. Navires B.6. Aérogénérateurs B.7. Panneaux solaires B.8. Antennes C. PRESCRIPTIONS COMMUNES p.27 C.1. Masses C.2. Canalisations C.3. Descentes de terre C.4. Prises de terre et de mer C.5. Raccordement aux lignes électriques, téléphoniques et de signaux H.F. et B.F. C.6. Neutre des installations C.7. Parafoudres D. COMPOSANTS DE PROTECTION p.34 D.1. Eclateurs D.2. Varistances D.3. Diodes à absorption D.4. Protection série E. MESURES DE PRECAUTION p.36 E.1. Vérification des installations de protection E.2. Prescriptions diverses 6. BIBLIOGRAPHIE p ANNEXES ET PLANCHES p.38 ANNEXE 1 : Réalisation des prises de terre et de mer p.41 ANNEXE 2 : Mesure des prises de terre p.46 ANNEXE 3 : Réalisation de protections parafoudre p.51 ANNEXE 4 : Terminologie p.58 ANNEXE 5 : Questionnaire, compte-rendu de visite p.61 PLANCHE 1 : Exemple schématique de la protection d un phare PLANCHE 2 : Exemple de protection d une station radio PLANCHE 3 : Exemple de protection d une station radar

5 dispositif expérimental d essai au LEHT des Renardières 1. PREAMBULE Ce document annule et remplace l instruction IBIM 0280 édition de décembre 1997 du Service Technique de la Navigation Maritime et des Transmissions de l Equipement. Les établissements de signalisation maritime et de surveillance de la navigation sont, du fait de leur hauteur et de leur isolement, particulièrement exposés aux décharges de la foudre. De plus, l'intégration de matériels comprenant des composants électroniques leur confère une fragilité aux surtensions. Le présent livret a pour objet de donner des conseils sur la manière de disposer les installations pour limiter les effets destructeurs se rattachant aux manifestations de l électricité atmosphérique et spécialement la foudre. 1

6 Les normes françaises NF C , NF C et NF C contiennent des prescriptions précises pour l installation des prises de terre, des paratonnerres et des matériels de protection contre les surtensions. Ces normes sont prises comme référence aux dispositions détaillées ci-après. On examine au chapitre 2 les principes physiques des décharges atmosphériques, puis au chapitre 3 leurs manifestations. Le chapitre 4 décrit les effets sur les systèmes et le principe des protections. Le chapitre 5 présente les mesures à prendre et les dispositifs de protection à utiliser dans les installations de signalisation maritime. 2. GENERALITES SUR L'ELECTRICITE ATMOSPHERIQUE A. CHAMP ELECTRIQUE TERRESTRE Les couches supérieures de l'atmosphère, à partir de 50 km d'altitude, sont ionisées par le rayonnement électromagnétique et le flot de particules émises par le soleil que l'on appelle "vent solaire." fig.1 processus d'ionisation des molécules de l'atmosphère Cette ionisation diminue fortement dès disparition du soleil du fait de recombinaisons des charges des particules entre elles, mais ne disparaît pas totalement en raison du libre parcours moyen élevé entre particules. Cette ionisation n'est pas équilibrée : on constate dans l'atmosphère un plus grand nombre de charges positives et un défaut de charges négatives, défaut que l'on attribue à la plus grande mobilité des charges négatives. Ces charges positives vont émigrer lentement vers la terre en formant un courant appelé "courant de beau temps". Ce courant, intégré sur toute la surface du globe, est évalué entre 1000 A et 2000 A. La charge de la terre va donner lieu à un champ électrique de l'ordre de 100 V/m variant d'environ 15 % dans la journée, le maximum étant atteint l'après-midi. Les orages estimés à 300 par jour en moyenne jouent un rôle régulateur en limitant la charge électrique au sol et donc le champ électrique ambiant. (réf. bibl. 13) 2

7 fig.2 mouvement des porteurs de charges négatives autour de l'orage B. LES ORAGES Les orages procèdent du même principe d'électrisation que les décharges statiques. Les principes généraux permettant d'expliquer la formation de la foudre sont décrits ci-après. B.1. Electrisation des particules Toute particule se caractérise par une tension triboélectrique liée à sa constante diélectrique. Si deux particules électriquement neutres sont mises en contact puis séparées, celle dont la constante diélectrique est la plus élevée se chargera d'électricité positive, l'autre se chargera de la même quantité d'électricité négative. Il se produit un transfert de charges électriques égales et de signes contraires. fig.3 principe d'électrisation des particules Un nombre élevé de chocs n'a pas pour résultat d'annuler les charges par recombinaison, mais de renforcer leur nombre. Le courant de charge est proportionnel au nombre d'impacts par unité de temps, soit à la vitesse relative des particules, à la densité de particules par unité de surface et à la surface d'impact : (réf. bibl. 15) I = α v S I : courant de charge v : vitesse d'impact S : surface d'impact α : coefficient = 0,1 pour gouttelettes d'eau dans un nuage type strato-cumulus = 1,5 pour flocons de neige = 10-3 pour cristaux de sel 3

8 Lorsque le potentiel créé par ce courant de charge atteint la limite de conductibilité de l'air ou du diélectrique support, il y a formation de décharge statique. La tension de claquage a pour expression : V= li V : potentiel de décharge σ S l : longueur de l'arc i : courant de charge σ : conductibilité de l'isolant : siemens/mètre pour l'air S : surface de l'équipement considéré B.2. Formation des orages Les orages se développent dans les nuages du type cumulo-nimbus qui résultent de la violente instabilité thermodynamique se produisant lorsqu'un apport d'air chaud et humide fait irruption à la base de couches sèches à gradient thermique fortement négatif. Ces masses d'air, en se condensant en gouttelettes d'eau puis de cristaux de glace, libèrent de grandes quantités d'énergie sous forme de chaleur latente qui va renforcer le premier moteur ascensionnel. Ce phénomène se poursuit jusqu'à l'ionosphère, soit environ 12 à 15 km d'altitude, là où la température s'inverse. Le processus fait intervenir des collisions entre les différentes particules d'eau condensées. Les cristaux de glace se chargent positivement vers le sommet du nuage par frottement avec les particules de grésil, et négativement aux températures plus basses en présence des gouttelettes d'eau. La figure 4 représente la répartition des charges statiques dans un nuage "mûr". (réf. bibl. 16) fig.4 anatomie d'un nuage d'orage B.3. Champ au sol Lorsqu'un nuage orageux, ainsi chargé positivement dans sa partie supérieure et négativement dans sa partie inférieure (avec éventuellement inclusions de portions chargées positivement), se présente audessus d'une région, le champ électrique au sol de l'ordre de 100 V/m par beau temps s'inverse et croît dans de fortes proportions. 4

9 Les aspérités (végétation, constructions, relief...) créent des charges d'espace qui limitent le champ au sol (jusqu'à environ 50 m) à une valeur moyenne de 15 kv/m. (réf. bibl. 14) champ électrique en kv/m kv s 10 s 15 s décharges fig.5 évolution du champ au sol temps C. LA FOUDRE C.1. Apparition de la décharge disruptive L'apparition d'une décharge résulte de la présence simultanée : d'un "électron germe" imprimant au phénomène un double caractère aléatoire dans le temps et l'espace ; d'un champ à proximité de l'électrode ou de la cellule de charge, supérieur à un champ critique ; d'un champ à distance élevé conditionnant la propagation de la décharge. Les décharges entre nuage et sol se différencient par la polarité et le sens du phénomène précurseur. C.2. Charges d espace Effet couronne (réf. bibl. 17 à 20) C.2.1. En présence du champ élevé au voisinage d'une pointe, la densité superficielle de charges va se trouver modifiée selon les lois de l'électrostatique et en particulier celle de Laplace. Il en résulte une modification locale des surfaces équipotentielles et une augmentation locale du champ électrique. fig.6 déformation des lignes de force et surfaces équipotentielles autour d'un demi-ellipsoïde pointu 5

10 Une approximation grossière du facteur d'amplification du champ peut être apportée par la formule: E = k E 0 avec k = h/r h : hauteur de l'ellipsoïde r : rayon au sommet de l'ellipsoïde A partir d'une valeur Ec, appelée champ critique, il se produit une ionisation locale de l'atmosphère. La valeur approchée de ce champ critique est donnée par la formule expérimentale de PEEK : Ec = Eo(1 + a r ) avec Eo = 31 kv / cm à pression normale de l'air sec a = 0,3 pour un fil, 0,4 pour une sphère r = rayon en cm C.2.2. Pour une décharge de polarité négative, les électrons émis par la pointe et accélérés par le champ électrique vont ioniser par choc les molécules d'air environnantes et, par un phénomène d'avalanche, vont ioniser à leur tour d'autres molécules d'air. Il en résulte une charge d'espace qui tend à réduire localement le champ qui lui a donné naissance. apparition d un électron germe déclenchement de l avalanche ionisation avec réduction du champ local fig.7 effet couronne en polarité négative Le retour à un niveau d'énergie de repos des particules ionisées s'accompagne d'une émission de photons, phénomène visible qui a donné son appellation de "couronne". C.2.3. Pour une décharge de polarité positive, l'avalanche prend naissance dans l'environnement de la pointe. Les phénomènes lumineux, ou effluves, sont plus importants qu'en polarité négative car les particules ionisées se dégagent plus tôt et pour des valeurs de champ plus faibles. En milieu marin on appelle ces effluves "feux de St Elme". apparition d un électron germe déclenchement de l avalanche ionisation avec réduction du champ local fig.8 "effet couronne" en polarité positive 6

11 On peut constater qu'en l'absence de la troisième condition énoncée au C.1., on n'obtient pas de décharge, mais une charge d'espace plus ou moins importante suivant le champ appliqué. C.2.4. Des décharges ascendantes peuvent se développer par expansion de la charge d'espace vers le nuage chargé. Ce cas est surtout constaté en polarité positive où les particules ionisées sont naturellement repoussées par la force de Coulomb produite par la pointe (voir fig.8) et, de plus, attirées par les charges opposées du nuage. De telles décharges sont constatées à partir d'installations de grande hauteur, isolées, ou pour des décharges provoquées (par exemple à l'aide d'une fusée reliée par un fil à la terre). A contrario en polarité négative, les ions vont émigrer vers l'électrode et réduire l'effet de pointe. La circulation des électrons donne lieu à un courant d ionisation qui reste très faible, inférieur à la centaine de ma ; ce phénomène ne peut donc "décharger un nuage", mais simplement amorcer une décharge. Le coup de foudre descendant est le phénomène le plus généralement observé. C.3. Propagation de la décharge Apparition d un «traceur» Lorsque les conditions rappelées en C.1. sont satisfaites, il va se développer un canal ionisé de quelques centimètres pour une décharge simulée en laboratoire, ou de plusieurs mètres, dizaines de mètres de longueur pour la foudre. C.3.1. En polarité positive (le précurseur est positif), on observe en laboratoire, après la première phase d'effet couronne décrite en C.2., une période sombre pouvant durer de 20 à 150 microsecondes, puis formation d'un canal d'une certaine longueur et développement d'un nouvel effet couronne. La période sombre serait due à une phase de recombinaison des charges avant thermalisation et conduction du plasma ainsi formé. positifs fig.9 développement d'un traceur par bonds en polarité positive C.3.2. En polarité négative (le précurseur est négatif), le phénomène est plus complexe. A la suite d'un premier effet couronne, apparaît en laboratoire, un dipôle de charge spatial créant deux effets couronne opposés, l'un positif dirigé vers l'électrode, l'autre négatif dirigé dans le sens de la propagation. Ce dipôle peut se propager. Lorsque la connexion entre le dipôle et la source d'origine s'établit, il y a illumination avec production d'un ou de plusieurs autres dipôles spatiaux. 7

12 effluves positifs négatifs effluves négatifs fig.10 développement d'un traceur par bonds en polarité négative C.3.3 La propagation d'un traceur positif ou négatif n'est pas uniforme. Elle se fait par saccades brusques de longueur métrique, voire décamétrique, et une vitesse de 1 à 10 mètres par micro-secondes. Ce phénomène explique l'importance du bruit radioélectrique enregistré sur ces gammes d'onde par temps d'orage. C.3.4. On observe des ramifications importantes d'un traceur descendant à l'approche du sol (cf. figure 13). On observe une ramification inverse d'un traceur ascendant positif à l'approche d'un nuage. C.3.5. On observe quelquefois le phénomène dit de "boule de feu" qui se présente sous la forme d'une boule lumineuse de 10 à 50 cm de diamètre, se déplace dans les constructions de façon erratique, causant des dégâts imprévisibles mais souvent mineurs. Il s'agit vraisemblablement d'une masse d'air fortement ionisée, type dipôle décrit ci-dessus, produite à l'extrémité inférieure d'une décharge secondaire. Seul un laboratoire japonais a pu reproduire (à l'heure actuelle) un tel phénomène à l'aide d'un dispositif à décharges associant des hautes tensions et des niveaux de champ radioélectrique importants. C.4. Saut final En polarité positive, on estime que le dernier effet couronne va déterminer le point d'attachement. La longueur du filament (ou effluve) constitue la distance d'amorçage. En polarité négative, les charges d'espace vont être au contraire attirées par la pointe du traceur qui draine une forte concentration de charges occasionnant des valeurs de champ de 400 à 500 kv/m. Le point d'attachement sera celui qui aura émis l'effluve ascendant le plus rapide. C.5. Arc en retour et décharges subséquentes Le courant d ionisation initiant l effet couronne est de quelques ma. L'ionisation du canal conducteur, ainsi amorcé, s'accompagne d'un accroissement brutal du courant dû à l'écoulement des charges. L'arc en retour se propage à une vitesse de l'ordre de 10 8 ms -1 ( soit 100m/µs). Les charges déposées par le traceur par bonds le long des canaux ionisés sont drainées par l'arc en retour, il s'ensuit une contraction brutale de cet arc, la production d'un éclair lumineux et la production d'une onde de choc, le "tonnerre", dont la pression est d environ : p = 0, /d N/m² (d = distance de l'éclair en m). 8

13 En polarité négative le premier arc en retour de durée de front de 1,8 µs à 18 µs, de pente de 9 à 65 ka/µs est suivi par en moyenne 2,2 décharges secondaires d'amplitude plus faible. Ces décharges sont initialisées par des "traceurs flèches" progressant de manière continue. En polarité positive on ne constate que rarement plus d'un arc en retour. Sa raideur est beaucoup plus faible, puisque inférieure à 5 ka/µs pour 50% des cas, mais d'amplitude plus élevée, pouvant dépasser les 250 ka. 300 amplitude (ka) 200 décharges positives % 95% 80% 50% 5% décharges négatives fig.11 répartition des caractéristiques des décharges de foudre en amplitude (d après CEI ) La pente n'est pas uniforme, à l'approche de la valeur crête, elle peut être cinq à dix fois plus élevée, ce qui conduit à des valeurs de 100 à 300 ka/µs en polarité négative (cf. bibliographie 15). Un courant persistant de quelques centaines d'ampères va fréquemment suivre le premier arc et parfois le suivant. Il va drainer une partie de la charge du nuage. La durée totale du phénomène peut atteindre une seconde. L'impression visuelle de la décharge incluant l'arc en retour et les arcs subséquents a donné son nom à "l'éclair". La charge totale (en coulomb) neutralisée par un éclair présente les valeurs suivantes (d après CEI 1024) : coups de foudre Fréquence cumulée 95% 50% 5% premier coup de foudre négatif 1,1 5,2 24 coups de foudre négatif suivants 0,2 1,4 11 éclairs négatifs 1,3 7,5 40 éclairs positifs L'énergie rayonnée par les différentes décharges d'un orage est de 10 3 J à 10 5 J pour les décharges négatives et 10 4 J à 10 7 J pour les décharges positives ; alors que l'énergie sous forme de chaleur latente, mise en jeu dans un cumulo-nimbus est de l'ordre de J. Les éclairs ne constituent donc pas un phénomène énergétique majeur. Le rayonnement des «traceurs» et de l arc en retour est particulièrement intense dans la bande des basses et très basses fréquences 1 khz à 300 khz. Des composantes du spectre de fréquences sont toutefois observées au-delà de 1 GHz. (réf. bibl. 21 et 22) 9

14 fig.12 phases de la production d'une décharge atmosphérique (descendante, négative) - développement d'un traceur ascendant positif et arc en retour 10

15 fig.13 représentation schématique des diverses phases d'une décharge atmosphérique A) amorçage d un précurseur descendant négatif B) propagation du «leader» et de traceurs secondaires avec effets couronne C) amorçage d un traceur positif à la rencontre du leader D) arc en retour et annulation des charges d espace des traceurs descendants négatifs 11

16 3. DENSITE DES COUPS DE FOUDRE - AUTRES DECHARGES A. DENSITE DES COUPS DE FOUDRE On caractérise la sévérité orageuse d'une région par sa densité de foudroiement soit le nombre d impacts au km². La carte ci-après se fonde sur des données statistiques de mesures enregistrées depuis La densité de foudroiement (N) se déduit de la densité d arc en retour (Na) par un facteur 2,2 représentant le nombre moyen d arc par impact selon la formule N = Na/2,2. Les valeurs de la densité d arc peuvent être obtenues à l échelon d une commune en consultant le fichier du serveur MINITEL 3617 METEORAGE ou le site Internet (réf. bibl. 24) fig.14 carte générale de densité d arc en France 12

17 EVENEMENT FOUDRE DATE longitude latitude LOCALISATION polarité amplitu n. d arcs champ électrique jour, mois, année de en rayonné (V/m) heure, minute, retour distance du point seconde d impact heure T.U. degrés degrés kilomètres degrés ka 1 km 2 km 3 km 02/10/ ,416-4,806 19,5 km /10/ ,421-4,764 22,3 km /10/ ,501-5,061 2,7 km /10/ ,587-4,773 24,0 km /10/ ,494-5,236 13,5 km /10/ ,557-4,992 10,0 km /10/ ,542-5,088 7,6 km fig. 15 données fournies par «météorage» pour une décharge près de la tour radar du Stiff à Ouessant (on notera la présence d une décharge exceptionnelle, à l origine de la recherche) L'exploitation de telles informations permet d'acquérir des connaissances sur la localisation des impacts, la répartition des intensités et des polarités par site ou région. Elle permet également de confirmer une installation de protection en associant ces données aux observations effectuées sur place sur les équipements. B. AUTRES DECHARGES B.1. Décharges intra-nuage Notre intérêt se porte sur les décharges entre les nuages et le sol. Toutefois il faut savoir qu'elles ne représentent que 20 à 30 % des décharges totales, la majorité d'entre elles sont de type intra-nuage. B.2. Orages de chaleur Sous l'effet combiné de l'humidité du sol et d'un réchauffement local, il peut se produire une ascension d'une masse d'air chaud et humide. Arrivée à l'altitude de condensation, et pour les mêmes raisons qu'exposées à l'article 2.B.2, elle sera l'objet de turbulences. Un phénomène d'électrisation prendra naissance et formera un nuage orageux, dénommé "orage de chaleur". Ce nuage est souvent très localisé et les décharges de type intra-nuage. B.3. Autres phénomènes de décharges localisées D'autres phénomènes de décharges localisées sont observés lors de tempêtes de sable ou de neige. B.4. Décharges d électricité statique Ces décharges se produisent par suite d'accumulation de charges statiques sur des corps non conducteurs ou conducteurs isolés. Ce phénomène, appelé également triboélectricité, est particulièrement sévère pour les mobiles en mouvement, tels les avions et automobiles. Ce phénomène est renforcé dans les zones industrielles, en raison des fumées, ou en site maritime, en raison des vents et des particules en suspension dans l'air. 13

18 Ces décharges se caractérisent par des intensités crêtes faibles, rarement de l'ordre de l'ampère, des tensions élevées, jusqu'à 100 kv et une durée extrêmement brève de valeur typique de 10 ns de temps de montée pour 50 ns de durée à mi-puissance. Ces décharges peuvent créer des perturbations dans les transmissions de données, détruire certaines jonctions de composants électroniques et présenter un risque lors du remplissage de soutes à combustibles inflammables. C. L'IMPULSION ELECTROMAGNETIQUE NUCLEAIRE HAUTE ALTITUDE (IEMN) (réf. bibl. 30) L'impulsion électromagnétique nucléaire en haute altitude (IEMN HA) résulte de l'explosion d'une bombe nucléaire à une hauteur de plusieurs dizaines de kilomètres. Ce phénomène est de probabilité d'occurrence très faible car ne pouvant résulter que d'un acte délibéré d'agression ou d'un incident non contrôlé d'un satellite ou d'un avion portant le vecteur nucléaire. Il a pour conséquences de détruire le matériel électronique d'une très vaste zone et d'immobiliser les ressources d'un pays. La décharge apporte un rayonnement intense en particules de même nature que le vent solaire : neutrons, photons gamma, photons X. A la suite d'une explosion nucléaire en haute altitude, la couche ionosphérique, située entre 10 et 60 km, va absorber les rayons gamma comme pour le vent solaire. Toutefois l'intensité des photons est telle (1,5 Mev) qu'ils produisent lors des interactions avec les particules de l'air des électrons de haute énergie appelés "COMPTON". fig.16 schéma de production des électrons Compton Les électrons Compton vont avoir une trajectoire presque alignée avec celle des photons initiateurs. Cette trajectoire va être toutefois déviée par le champ magnétique de la terre. Puis, après un libre parcours moyen d environ 20 mètres, l'électron va rencontrer une autre molécule d'air et engendrer d'autres électrons secondaires et ainsi de suite, rendant très rapidement toute la zone de dépôt ionosphérique extrêmement conductrice (fig. 16). 14

19 fig.17 schéma de l'ionisation et de formation du champ électromagnétique Le courant provoqué par la trajectoire des électrons Compton va engendrer un champ électromagnétique. Ce champ va se propager au sol pendant le laps de temps très court où l ionisation n est pas complète. Il présentera les caractéristiques suivantes : - d'intensité très élevée (plusieurs dizaines de kv/m) - de temps de montée très rapide (quelques nano-secondes), et de courte durée (quelques centaines de nano-secondes), - intéressant une zone extrêmement étendue (plusieurs milliers de km), malgré la déformation due à la condition de propagation d'orthogonalité des champs électriques et magnétiques, - de grande directivité (l'observateur A de la figure 17 ne sera sensibilisé que par le rayonnement de la ligne de visée E-A), - de spectre d'énergie élevé (80% de la densité d'énergie est estimée entre 1 MHz et 10 MHz). 15

20 figure 18 illustrant le champ résultant d'une explosion à 300 km au dessus de l'europe Ces caractéristiques du champ rayonné vont engendrer dans tous les éléments conducteurs quelque peu étendus, des inductions extrêmement élevées à l'origine des destructions. La protection contre l IEMN consiste en des blindages très sévères de tous les matériels, locaux, et des parafoudres à l entrée de tous les conducteurs dans les installations dont les performances s étendent aux très hautes fréquences. D. DECHARGES DE FOUDRE ET COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE La compatibilité électromagnétique (C.E.M.) répond à plusieurs objectifs : - permettre la libre circulation des biens (et personnes) au sein de la communauté européenne. - protéger les télécommunications contre les émissions diverses de toute origine et en particulier des équipements scientifiques, industriels et médicaux, Des normes très précises ont été édictées suite à la directive 89/336 CEE du 3 mai 1989 de la communauté européenne, elles sont devenues obligatoires en France le premier janvier

21 Ces normes limitent d une part les niveaux rayonnés par les matériels, et d autre part fixent les niveaux de perturbation qu ils doivent supporter. Le champ d application de la directive s adresse également aux systèmes et aux installations. A la différence des décharges atmosphériques, la CEM se préoccupe moins des ondes de choc en courant, car les phénomènes ne prennent pas en compte le passage d une quantité élevée de charges. Les protections CEM contribuent néanmoins à la protection des matériels contre les surtensions atmosphériques. 4 - EFFETS DE LA FOUDRE ET PRINCIPE DES PROTECTIONS A. EFFETS DE LA FOUDRE On a coutume de qualifier le coup de foudre suivant ses effets : chaude, détonante, froide, etc. Ceci résulte des caractéristiques ayant eu une conséquence la plus immédiate : - tétanisation et décès des êtres vivants par fibrillation du sang, soit à la suite d'un contact avec la décharge, soit par influence d'un courant d'écoulement de la décharge à la terre ; - éclatement des enduits ou parois bétonnées par dilatation des fers ; - projection de matériaux sous l'impulsion de la force de Laplace due au champ magnétique ; - éclatement des arbres par vaporisation immédiate de l'eau contenue dans la sève ; - incendies, explosions notamment dans les locaux où sont entreposées des matières inflammables (carburants, bois) par suite d'amorçage d'étincelles entre conducteurs non raccordés à un même potentiel proche. Tous ces effets résultent des caractéristiques de la décharge d'une part, du corps ou matériau la recevant d'autre part. B. PHENOMENE D'IMPACT - PARATONNERRE Les effets d'impacts diffèrent suivant le sens et la polarité du phénomène précurseur. On essaiera toutefois de dégager des dispositions de protection communes quels que soient ces paramètres. B.1. Décharge descendante négative La plupart des décharges atmosphériques sont initialisées par un précurseur descendant de polarité négative. Nous avons vu qu'à l'approche du traceur négatif descendant, les charges d'espace formées par "effet couronne" vont créer un précurseur ascendant positif, qui va pouvoir se développer et provoquer l'amorçage. 17

22 On a pu établir à la suite d'un grand nombre d'observations sur des lignes aériennes une correspondance entre la distance d'amorçage et le courant crête de l'impulsion au retour selon la formule expérimentale : da = 10 I 2/3 da en m I en ka fig.19 distance d'amorçage d'une décharge Tout objet lié au sol, se trouvant à une distance inférieure ou égale à la distance d'amorçage, déclenche le mécanisme d'impact. Dans le cas d'une pointe, nous avons vu au paragraphe 3.B que " l'effet couronne" était renforcé (pour une décharge négative) par la hauteur et le rayon de la pointe. Par ailleurs, expérimentalement, on observe que l'amorçage intervient pour un champ moyen de 500 kv/m pour une ligne et peut descendre à 300 kv/m pour une pointe. (réf. bibl. 27) On en déduit les deux caractéristiques du paratonnerre : - il fixe le point d'attache de la décharge et en conséquence protège les points situés à proximité. - il crée une zone d'attraction dont l'efficacité est supérieure d environ 35 à 40 % à celle d'une ligne. La normalisation n a pas prévu de distinguer une protection par ligne d une protection par pointe. Par contre, elle fixe des distances d amorçage fonction des intensités observées des décharges du courant de foudre et en déduit quatre niveaux de protection détaillés ci-après. Efficacité en % Intensité en ka Niveau de protection Distance d amorçage en m. > à 98 2, à 95 5, à 90 9, < 80 14, tableau des distances d amorçage pour un conducteur filaire ou un paratonnerre en fonction de la distribution statistique des amplitudes de courant et le niveau de protection souhaité au sens de la norme NF C

23 fig.20 modèle électrogéométrique de la distance d'amorçage d'une décharge pour une tige verticale type paratonnerre (réf. bibl. 25) On déduit la notion de rayon de protection Rp par la formule : Rp = h( 2 Da h) avec h hauteur du paratonnerre et Da distance d amorçage B.2. Décharge descendante positive Ce cas correspond à 10 % des observations (mais peut atteindre 80 % pour certains orages en hiver et en mer). Ce cas correspond aux intensités les plus élevées. Nous avons vu à l'article 3.B. que le dernier effet couronne du traceur positif descendant déterminait la distance d'amorçage. De plus à l'article 2.C.2 nous avons montré que " l'effet de pointe" était plutôt défavorable à un phénomène d'impact. Pour ce cas il n'y a pas " d'effet paratonnerre", le point d'impact sera le premier point de contact et la distance d'attraction sera égale à la distance d'amorçage. On a pu constater ce phénomène lors d essais de localisation de décharges sur une antenne radar au centre des très hautes tensions de EDF aux Renardières (réf. bibliographie 28). La séquence d essais, illustrée par la figure 21, montre qu un paratonnerre dominant l antenne de 2 m (soit 20 cm pour les essais avec le rapport d échelle utilisé de 1/10) n était sollicité par aucune décharge positive, bien que plus proche de l électrode initiatrice. Par contre il remplissait correctement son rôle de protection en polarité négative. 19

Les régimes du neutre

Les régimes du neutre Chapitre 1 Les régimes du neutre Dans tout système triphasé Haute ou Basse Tension existent trois tensions simples, mesurées entre chacune des phases et un point commun appelé "point neutre". Physiquement,

Plus en détail

Paratonnerre. Le paratonnerre Saint Elme Active. Principe et fonctionnement

Paratonnerre. Le paratonnerre Saint Elme Active. Principe et fonctionnement Paratonnerre Amorçage à Contrôle Temporel par Impulsion et Vitesse de propagation Entretenue Paratonnerre à dispositif d amorçage Conforme à la norme NF C 17-102 - Brevet Franklin France Le paratonnerre

Plus en détail

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE I) NOTIONS GENERALES I.1) Définition : L effet de couronne se produit sur tous les conducteurs et lignes soumis à une haute tension. Dés que le champ électrique à la surface

Plus en détail

Protection contre la foudre et les surtensions Note technique

Protection contre la foudre et les surtensions Note technique Protection contre la foudre et les surtensions Note technique December 2014 Dans l antiquité, les personnes croyaient que la foudre était la conséquence de la colère des dieux ; plus tard, la croyance

Plus en détail

4 Installation des parafoudres

4 Installation des parafoudres 4 nstallation des parafoudres 4.1 Raccordement Les connexions aux récepteurs d'un parafoudre doivent être les plus courtes possibles afin de réduire la valeur du niveau de protection en tension (Up installé)

Plus en détail

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement.

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. 1.1. Vérifications à effectuer avant toute mise en service La mise en service est une opération obligatoire imposée

Plus en détail

Cours CEM Formation FEE 2008-2009. Bonjour! BsrCEM120040420.ppt

Cours CEM Formation FEE 2008-2009. Bonjour! BsrCEM120040420.ppt Bonjour! 1 Au programme aujourd hui Terres et masses Terre définitions, raccordement d installations à la terre Masse définitions, raccordements de masse 2 Définitions pour éviter les confusions Terre

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005 Date de révision : MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISOCEI 17025 v2005 L accréditation concerne les prestations réalisées par : LCIE Groupe 1 - Fontenay aux Roses 33, avenue du Général Leclerc

Plus en détail

Ces recommandations (indiquées dans la colonne la plus à droite des tableaux ci-après) ne sont pas obligatoires pour utiliser ce produit Midmark

Ces recommandations (indiquées dans la colonne la plus à droite des tableaux ci-après) ne sont pas obligatoires pour utiliser ce produit Midmark Déclarations de conformité électromagnétique à la norme EN 60601-1-2 La conformité de ce produit Midmark avec les spécifications de la norme EN 60601-1-2 concernant la compatibilité électromagnétique (CEM)

Plus en détail

TECHNIQUES DE LA HAUTE TENSION

TECHNIQUES DE LA HAUTE TENSION TECHNQES DE LA HATE TENSON SOMMARE : Chapitre : Généralités sur la haute tension Chapitre : Phénomènes d ionisation dans les gaz Chapitre : Claquage des isolants gazeux Chapitre V : Décharge couronne Chapitre

Plus en détail

et les parties, articles ou paragraphes des principales normes d installation contenant les modalités pratiques d application de ces principes

et les parties, articles ou paragraphes des principales normes d installation contenant les modalités pratiques d application de ces principes ANNEXE III Tableau de correspondance entre les articles R.4215-3 à R.4215-13 exprimant les principes généraux qui s appliquent à la conception et à la réalisation des installations électriques et les parties,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Installations photovoltaïques

GUIDE PRATIQUE. Installations photovoltaïques UTE C 15-712 Février 2008 UNION TECHNIQUE DE L'ELECTRICITE INSTALLATIONS ELECTRIQUES A BASSE TENSION GUIDE PRATIQUE Installations photovoltaïques Photovoltaic installations éditée et diffusée par l'union

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Les chemins des perturbations ou couplage. département GEii-1

Les chemins des perturbations ou couplage. département GEii-1 Les chemins des perturbations ou couplage IUT-1 département GEii-1 Couplage par impédance commune. C'est un des modes de couplage le plus fréquent, qui intervient en basse ou en haute fréquence. Plusieurs

Plus en détail

Phase, neutre, masse, terre Le vocabulaire de l électricité

Phase, neutre, masse, terre Le vocabulaire de l électricité S. Bourdreux Sciences Physiques au lycée Phase, neutre, masse, terre Le vocabulaire de l électricité L installation domestique Presque tous les particuliers sont alimentés en «230V 50Hz monophasé». Dans

Plus en détail

Eclairage public maintenance et normalisations. Norme d installation électrique d éclairage public NF C 17-200 Points de vue et évolutions

Eclairage public maintenance et normalisations. Norme d installation électrique d éclairage public NF C 17-200 Points de vue et évolutions 1 AFE Eclairage public maintenance et normalisations Norme d installation électrique d éclairage public NF C 17-200 Points de vue et évolutions 1. Liste des normes et des guides EP La norme NF C 17-200

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 CERN INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 Edms 335813 TIS IS 48 Publié par : TIS/GS Date de Publication : juin 2001 Original : Anglais PREVENTION DES INCENDIES

Plus en détail

Conduites électriques aériennes

Conduites électriques aériennes GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 12 novembre 1997 ITM-CL 10.2 Conduites électriques aériennes Prescriptions de sécurité types Les présentes prescriptions comportent 5 pages. SOMMAIRE Article Page

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Sécurité électrique bloc opératoire

Sécurité électrique bloc opératoire Sécurité électrique bloc opératoire Intervenant : Thierry CAUCHARD thierry.cauchard@socotec.fr Diaporama n 1 Sommaire Risques liés à l électricité Normes de référence Règles à respecter Diaporama n 2 Risques

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Guide : Protection contre la foudre et les surtensions pour les éclairages à LED Version 08/2014

Guide : Protection contre la foudre et les surtensions pour les éclairages à LED Version 08/2014 Guide : Protection contre la foudre et les surtensions pour les éclairages à LED Version 08/2014 Sommaire Chapitre 1. Protection contre la foudre et les surtensions pour les éclairages à LED 3 Chapitre

Plus en détail

LE RISQUE ELECTRIQUE. Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure

LE RISQUE ELECTRIQUE. Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure LE RISQUE ELECTRIQUE Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure L électrisation,l électrocution

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar. Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009)

Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar. Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009) 2086 Décembre 2012 Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009) 1 Introduction Photo 1 : Installation PV

Plus en détail

Sondes d'ambiance. Plage de mesure d'humidité

Sondes d'ambiance. Plage de mesure d'humidité 1 857 1857P01 Sondes d'ambiance pour température et humidité relative QFA20 Tension d'alimentation 24 V~ ou 13,5 35 V Signal de sortie 0...10 V pour humidité relative Signal de sortie 0...10 V / T1 / LG-Ni

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Ce document n est pas contractuel. CATU décline toute responsabilité au sujet du contenu de ce guide, ainsi que des erreurs ou omissions de quelque

Ce document n est pas contractuel. CATU décline toute responsabilité au sujet du contenu de ce guide, ainsi que des erreurs ou omissions de quelque Ce document n est pas contractuel. CATU décline toute responsabilité au sujet du contenu de ce guide, ainsi que des erreurs ou omissions de quelque nature qu elles soient, qui pourraient se trouver dans

Plus en détail

+33 1 60 57 30 00 +33 1 60 57 30 15 77876 MONTEREAU CEDEX FRANCE SAS

+33 1 60 57 30 00 +33 1 60 57 30 15 77876 MONTEREAU CEDEX FRANCE SAS Câbles Energie SILEC CABLE 0 ENERGIE BT EDF - SOUTERRAIN CABLES DE BRANCHEMENT H1 XDV-AU Documents de normalisation : NF C 33-210, HD 603. Tension nominale Tension assignée : 0.6/1 kv Utilisation Excellent

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

Sonde de température ambiante

Sonde de température ambiante 1 749 1749P01 Symaro Sonde de température ambiante QAA2061 QAA2071 Sondes actives pour la mesure de la température ambiante Alimentation 24 V~ ou 13,5 35 V Sortie de signal 0...10 V ou 4 20 ma Domaines

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

intempéries Yverdon, 04.11.2014

intempéries Yverdon, 04.11.2014 ERFA 2014 Les installations solaires face aux Frédéric Bichsel EPFL en Génie Mécanique emba en Management de Technologie intempéries Yverdon, 04.11.2014 Comment concevoir et réaliser des installations

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower On parle de «derating» en température lorsque l onduleur réduit sa puissance afin de protéger les composants contre toute

Plus en détail

Type text here to show as banner at foot of each page. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE. J. Becker NEXANS BENELUX S.A.

Type text here to show as banner at foot of each page. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE. J. Becker NEXANS BENELUX S.A. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE J. Becker NEXANS BENELUX S.A. F. Musique ELECTRABEL S.A. RESUME Pour aborder avec confiance et réalisme le marché dérégulé, les Compagnies de Distribution

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE ET MISE EN OEUVRE

NOTICE TECHNIQUE ET MISE EN OEUVRE NOTICE TECHNIQUE ET MISE EN OEUVRE Câble chauffant autorégulant Iceguard Mars 2005 PAGE : 1 / 8 En cas de froid persistant et de chute de neige, les gouttières et les tuyaux de descente sont menacés par

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Les Mesures Électriques

Les Mesures Électriques Les Mesures Électriques Sommaire 1- La mesure de tension 2- La mesure de courant 3- La mesure de résistance 4- La mesure de puissance en monophasé 5- La mesure de puissance en triphasé 6- La mesure de

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique

LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique A. Connaissance du risque électrique Le courant peut agir alors sur le corps de trois façons différentes : Par blocage des muscles, que ce soient ceux des membres

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL?

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? Un problème important dans le bâtiment est celui de l'isolation thermique. De nombreuses déperditions ayant lieu, il est important de les limiter

Plus en détail

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique 2 e BC 1 Champ électrique 1 Electricité L interaction électromagnétique a été évoqué dans la partie «Interactions fondamentales» en énonçant la loi de Coulomb, et en analysant des phénomènes macroscopiques

Plus en détail

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS Charges non linéaires BUT : - Observer le courant i ( t ) absorbé par différentes charges non linéaires alimentées par une tension monophasée 230 V / 50 Hz - Relever le Taux de distorsion harmonique du

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan du cours Généralités Les surtensions Coordination d isolement Les dispositifs de protection contre les surtensions : éclateur et parafoudre 1 Généralités La coordination d isolement est l ensemble

Plus en détail

I) Chauffage par résistance

I) Chauffage par résistance Le chauffage électrique électrique est de plus en plus répandu. Les avantages sont : * Facilité d utilisation * Confort d utilisation * Aucune pollution * Fiabilité et précision de réglage. Dans ce cours

Plus en détail

DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105

DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105 DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105 Notice installateur Respectez la nature et la longueur des câbles. Respectez la polarité des raccordements. L installation doit respecter les exigences de la norme NF

Plus en détail

Fiche Préconisation Création d ascenseur

Fiche Préconisation Création d ascenseur Page : 1 1- Constat Impossibilité d accéder à un ou plusieurs niveaux du bâtiment par un moyen de transport vertical Rappel réglementaire : Un ascenseur est obligatoire 1- Si l effectif admis aux étages

Plus en détail

L énergie électrique et ses dangers

L énergie électrique et ses dangers Section : S Option : Sciences de l ingénieur Discipline : Génie Électrique L énergie électrique et ses dangers Domaine d application : Contrôle de l énergie Type de document : Cours Classe : Première Date

Plus en détail

Les dispositifs différentiels résiduels 30 ma et les centres informatiques

Les dispositifs différentiels résiduels 30 ma et les centres informatiques LIVRE BLANC Les dispositifs différentiels résiduels 30 ma et les centres informatiques 1 INTRODUCTION Ce livre blanc se veut exhaustif et regroupe les divers argumentaires explicites et existants pour

Plus en détail

1 Description de l'arc électrique.

1 Description de l'arc électrique. Ceci est un cours naguère distribué en accompagnement de celui sur les sur intensités et moyens pour les éliminer : fusibles et disjoncteurs. Il y était aussi fait référence dans le cadre de celui sur

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

LIAISON EQUIPOTENTIELLE

LIAISON EQUIPOTENTIELLE LIAISON EQUIPOTENTIELLE Marius Vez, Electrosuisse Romandie Edition 2005 1 INTRODUCTION 2 1.1 Exemple d installation sans liaison équipotentielle 2 1.2 Exemple d installation avec liaison équipotentielle

Plus en détail

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives SOMMAIRE APPLICATIONS 3 CHOIX D UNE RESISTANCE 3 LES RESISTANCES SILOHM 4 CARACTERISTIQUES 4 RESISTANCES SILOHM : TUBES ET BÂTONNETS, TYPE RS 5 Gamme de valeur ohmique 5 Puissance maximale admissible 6

Plus en détail

LES DEGIVRAGES 1) Généralites: chauffage par l'intérieur des tubes, chauffage par l'extérieur des tubes,

LES DEGIVRAGES 1) Généralites: chauffage par l'intérieur des tubes, chauffage par l'extérieur des tubes, LES DEGIVRAGES 1) Généralites: Lorsque, dans les évaporateurs refroidisseurs d'air, la température de la batterie est inférieure à 0 C, du givre se dépose sur les tubes. Le givre réduit l'intensité des

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

S1.3:Schémas de liaison à la terre BTA

S1.3:Schémas de liaison à la terre BTA Table des matières 1 Les S.L.T 1 1.1 Pourquoi un schéma des liaisons à la terre?................... 1 1.2 Schéma IT..................................... 3 1.3 Le fonctionnement pour un réseau (1km).....................

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Ville : BOURGUEIL Date de la visite 02/07/2014 Date saisie du rapport : 02/07/2014

Ville : BOURGUEIL Date de la visite 02/07/2014 Date saisie du rapport : 02/07/2014 ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE La présente mission consiste à établir un Etat des Installations électriques à usage domestique conformément à la législation en vigueur : Décret n 2008-384

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE RELATIVE AUX AVIS TECHNIQUES SUR LES PROJETS

Plus en détail

Décharge électrostatique

Décharge électrostatique Décharge électrostatique F. Rachidi École Polytechnique Fédérale de Lausanne Groupe Compatibilité Électromagnétique Farhad.Rachidi@epfl.ch http://emcwww.epfl.ch 1 Contenu Génération des charges statiques

Plus en détail

Installation de la station FS36

Installation de la station FS36 Installation de la station FS36 Plancher sans chape CaleôSol, Mur Chauffant CaleôMur Introduction Le chauffage par le sol à base d'eau est dit à basse température, ce qui signifie que la température d'écoulement

Plus en détail

Attention pensez à vérifier votre colis.

Attention pensez à vérifier votre colis. Attention pensez à vérifier votre colis. Notice d installation et d utilisation Version verticale horizontale Lire la notice avant le montage de l appareil. Le radiateur doit être installé par une personne

Plus en détail

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS)

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) 1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) La sensibilité de ce système est 10 fois supérieure à celle des détecteurs ponctuels. Surface couverte par détecteur Page 1

Plus en détail

Electricité et mise à la terre

Electricité et mise à la terre Electricité et mise à la terre... 2 Le bruit électrique... 2 Les décharges électrostatiques... 2 La mise à la terre du matériel informatique... 3 Le problème des terres multiples... 4 Les perturbations

Plus en détail

3- INFORMATIONS TECHNIQUES

3- INFORMATIONS TECHNIQUES 3- INFORMATIONS TECHNIQUES 3.1 Monte-Charge L accès aux différents espaces du Grimaldi Forum s effectue par les monte-charges suivants : L UTILISATION DE CHARIOTS ET ENGINS DE MANUTENTION PROPRE AUX EXPOSANTS

Plus en détail

Corrigendum 2010-09 E+C. 5.6 Alimentations pour services de sécurité

Corrigendum 2010-09 E+C. 5.6 Alimentations pour services de sécurité 5.6 Alimentations pour services de sécurité 5.6 Alimentations pour services de sécurité.1 Selon les prescriptions de l'aeai (4Norme de protection incendie de l'association des établissements cantonaux

Plus en détail

Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC

Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC Révision A du 25/02/11 Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC Sommaire : I) Introduction Page 1 II) La formation des opérateurs Page 1 III) Les conditions d exploitation 1) La constitution des charges

Plus en détail

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ 1 Introduction...2 2 Risques électriques...3 2.1 Pour les personnes...3 2.2 Pour les équipements...3 3 Liens entre les risques et les paramètres électriques...3 3.1 Tension...3

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Le guide de l électricien

Le guide de l électricien Jacques HOLVECK Le guide de l électricien Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11575-X Sommaire Introduction........................................................1 1. Conception et structure d'une installation...................

Plus en détail

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES 1, rue de la Terre de Feu 91940 Les Ulis Tel : 01 69 28 37 19 Fax : 01 69 82 92 79 DETECTION DES RESEAUX ENTERRES Sommaire ANNEXE : DETECTION DES RESEAUX... 1 DETECTION ELECTROMAGNETIQUE (DEM).... 1 Le

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Electricité. Vérification de la loi de Coulomb. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P3.1.2.2. 0909-Wei. Electrostatique Loi de Coulomb

Electricité. Vérification de la loi de Coulomb. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P3.1.2.2. 0909-Wei. Electrostatique Loi de Coulomb Electricité Electrostatique Loi de Coulomb LEYBOLD iches d expériences de physique Vérification de la loi de Coulomb P3... Mesure avec le capteur de force et le newtonmètre Objectifs expérimentaux Mesure

Plus en détail

Sonde d'ensoleillement

Sonde d'ensoleillement 1 943 1943P01 Sonde d'ensoleillement QLS60 Cette sonde sert à mesurer l'influence du rayonnement solaire Sortie tension 0...10 V- Sortie courant (technique deux fils 4...20 ma) Domaines d'application La

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones Chapitre 17 Sciences Physiques - BTS Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones 1 Loi de Laplace 1.1 Etude expérimentale Le conducteur est parcouru par un courant continu ; il est placé dans un champ

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Série 77 - Relais statiques modulaires 5A. Caractéristiques. Relais temporisés et relais de contrôle

Série 77 - Relais statiques modulaires 5A. Caractéristiques. Relais temporisés et relais de contrôle Série 77 - Relais statiques modulaires 5A Caractéristiques 77.01.x.xxx.8050 77.01.x.xxx.8051 Relais statiques modulaires, Sortie 1NO 5A Largeur 17.5mm Sortie AC Isolation entre entrée et sortie 5kV (1.2/

Plus en détail

Détecteur de condensation QXA2000. Siemens Building Technologies HVAC Products

Détecteur de condensation QXA2000. Siemens Building Technologies HVAC Products 1 542 1542P01 1542P02 Détecteur de condensation Dispositif de surveillance permettant d'éviter les dégâts dus à la condensation sur les plafonds rafraîchissants et dans les installations CVC. Pour alimentation

Plus en détail