,00 Durée du projet 36 mois SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "189 405,00 Durée du projet 36 mois SOMMAIRE"

Transcription

1 PROGRAMME BLANC EDITION 2009 LocNatPol DOCUMENT DE SOUMISSION B Acronyme LocNatPol Titre du projet en français Titre du projet en anglais CSD principale CSD secondaire (si interdisciplinarité) Logiques locales, logiques nationales : mutations politiques dans trois pays dits mélanésiens The local and the national: political transformations in three Melanesian countries Aide totale demandée ,00 Durée du projet 36 mois SOMMAIRE 1. CONTEXTE ET POSITIONNEMENT DU PROJET / CONTEXT AND POSITIONNING OF THE PROPOSAL 3 2. DESCRIPTION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE / SCIENTIFIC AND TECHNICAL DESCRIPTION État de l'art / Background, state of the art Le contexte au Vanuatu Le contexte à Fidji Le contexte en Nouvelle-Calédonie Objectifs et caractère ambitieux/novateur du projet / Rationale highlighting the originality and novelty of the proposal Une problématique de travail renouvelée et complexifiée La répartition géographique et la nécessité comparative Le dialogue interdisciplinaire PROGRAMME SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE, ORGANISATION DU PROJET / SCIENTIFIC AND TECHNICAL PROGRAMME, PROJECT MANAGEMENT Programme scientifique et structuration du projet / scientific programme, specific aims of the proposal Pré-phase ( ) Phase 1 : Le recueil des données ( ) Mi-parcours (2011) Phase 2 (2012) Coordination du projet / project management Description des travaux par tâche / detailed description of the work organised by tasks 13 Résumé des Tâches et Responsabilités Tâche 0 / task 0 : Coordination Tâche 1 / task 1 : Volet Vanuatu Tâche 2 / task 2 : Volet Fidji Tâche 3 / task 3 : Volet Nouvelle-Calédonie Tâche 4 / task 4 : Volet Histoire politique /63

2 3.4. Calendrier des tâches, livrables et jalons / planning of tasks, deliverables and milestones STRATÉGIE DE VALORISATION DES RÉSULTATS ET MODE DE PROTECTION ET D EXPLOITATION DES RÉSULTATS / DATA MANAGEMENT, DATA SHARING, INTELLECTUAL PROPERTY AND RESULTS EXPLOITATION ORGANISATION DU PARTENARIAT / CONSORTIUM ORGANISATION AND DESCRIPTION Description, adéquation et complémentarité des partenaires / relevance and complementarity of the partners within the consortium Qualification du coordinateur du projet / qualification of the project coordinator Qualification, rôle et implication des participants / contribution and qualification od each project particpant JUSTIFICATION SCIENTIFIQUE DES MOYENS DEMANDÉS / SCIENTIFIC JUSTIFICATION OF REQUESTED BUDGET Partenaire 1 / partner 1 : CREDO Marseille, responsable L. Dousset (coordinateur général) / S. Pauwels (coordinatrice CREDO) 34 Équipement / Equipment 34 Personnel / Staff 34 Prestation de service externe / Subcontracting 34 Missions / Missions 34 Dépenses justifiées sur une procédure de facturation interne / Internal expenses 35 Autres dépenses de fonctionnement / Other expenses Partenaire 2 / partner 2 : CERCE Montpellier, responsable A. Babadzan 36 Équipement / Equipment 36 Personnel / Staff 36 Prestation de service externe / Subcontracting 36 Missions / Missions 36 Dépenses justifiées sur une procédure de facturation interne / Internal expenses 37 Autres dépenses de fonctionnement / Other expenses Partenaire 3 / partner 3 : LCSE Strasbourg, responsable D. Monnerie 37 Équipement / Equipment 37 Personnel / Staff 37 Prestation de service externe / Subcontracting 38 Missions / Missions 38 Dépenses justifiées sur une procédure de facturation interne / Internal expenses 39 Autres dépenses de fonctionnement / Other expenses ANNEXES Références bibliographiques / references Biographies / CV, Resume DOUSSET, Laurent, 43 ans, masculin (Coordinateur du projet) ANDRE Véronique, 44 ans, féminin (Coordination administrative) BABADZAN, Alain, 56 ans, masculin (Responsable CERCE) MONNERIE, Denis, 61 ans, masculin (Responsable LCSE) PAUWELS, Simonne, 55 ans, féminin (Responsable CREDO) TABANI, Marc, 41 ans, masculin BRUTTI, Lorenzo, 43 ans, masculin NOLET, Emilie, 31 ans, féminin ABONG, Marcellin, 36 ans, masculin FORSYTH, Miranda, 34 ans, féminin JOWITT, Anita, 35 ans, féminin PATERSON, Donald Edgar, 74 ans, masculin LINDENMANN, Peter, 34 ans, masculin LAUZE, Jacinthe, 28 ans, féminin COIGNARD, Aurélie, 25 ans, féminin GRAFF, Stéphanie, 27 ans, féminin Implication des personnes dans d autres contrats / involvement of project participants to other grants, contracts, etc 63

3 1. CONTEXTE ET POSITIONNEMENT DU PROJET / CONTEXT AND POSITIONNING OF THE PROPOSAL Longtemps perçues comme des «mondes reculés» et «hors du temps», les sociétés contemporaines du Pacifique se trouvent toutes, à des degrés divers, engagées dans un processus d accélération et d intensification des changements culturels. Les profondes mutations auxquelles elles sont confrontées ont amené leurs observateurs et commentateurs à repenser leurs perspectives épistémologiques et théoriques. Un thème central s est imposé : les politiques de la tradition et de l identité locale dans le contexte des édifications nationales. Ce contexte complexe ne se limite certes pas au Pacifique, mais les recherches en sciences sociales se sont souvent inspirées des événements, des pratiques et des structures culturelles de cette région, et en particulier de la Mélanésie, pour penser le rapport entre sociétés dites traditionnelles et mécanismes de la globalisation. Les recherches sur la «Kastom» (la coutume en Pidjin-English) et les «Néo-ritualisations» furent particulièrement intéressantes et fructueuses à cet égard. De nombreuses (re)formulations des identités locales et nationales qui s affrontent, ou tentent de s accommoder aux constructions démocratiques imposées par l Occident furent observées et analysées dans diverses perspectives théoriques (constructionisme, primordialisme, post-modernisme etc.). Maintes fois, ces reformulations se sont mises en place par le biais de la réinterprétation ou de l invention de pratiques ritualisées ou encore par le biais d arrangements peu transparents entre formes locales et nationales du pouvoir. Les stratégies individuelles prennent, dans ce contexte, toute leur ampleur sociale. Toutefois, ces études n ont pas permis de cerner complètement les difficultés qu éprouvent les pays du Pacifique à se construire en tant que nations démocratiques, car elles se sont intéressées à la nature même de la «Kastom» ou de ces «Néo-ritualisations», négligeant les dynamiques locales dont elles sont issues et qu elles alimentent à leur tour. Les mutations et transformations liées à des changements sociaux drastiques sont interprétées négativement comme témoignage d instabilités culturelles et politiques au lieu d être analysées comme des dialectiques constructives. Notre projet se propose, à l instar de nos collègues anglo-saxons, de rouvrir ce chantier crucial à la fois pour les sciences sociales et les pays du Pacifique euxmêmes. Nous posons toutefois une hypothèse nouvelle. Les évènements associés à la mise en place des États démocratiques sous la pression des États occidentaux du Pacifique (Australie, Nouvelle Zélande, USA et Nouvelle Calédonie) ne peuvent être compris si la recherche ne s oriente pas vers l étude de la dynamique engendrée par le dialogue entre les formes locales du pouvoir et leur représentativité au niveau national. Il ne s agit donc pas d étudier la construction des Etats-Nations mélanésiens en tant que tels, mais d analyser les mécanismes, les motivations et les stratégies locales (et parfois individuelles) qui œuvrent dans la mise en place d un dialogue, pour ne pas dire un conflit, entre des représentations locales et des représentations nationales des identités. Ainsi, nous pensons que dans le contexte de la construction des Etats-nations, la relation dialectique entre le local et le national peut être corrélée à des modes d expression, de construction et de transformation des relations de hiérarchie au niveau local. L étude de la revitalisation des coutumes dans le contexte de la fabrication d un tissu national n est pas une problématique nouvelle. Mais ces études (cf. 2.1 Etat de l art) se sont largement heurtées à une analyse qui place l authenticité culturelle au centre des intérêts. Ces coutumes, mises en scènes comme des particularités identitaires locales et parfois revendiquées comme un principe tangible d adhésion nationale sont-elles véritablement traditionnelles et authentiques, sont-elles des transformations et adaptations de pratiques et structures traditionnelles, ou sont-elles totalement inventées (e.g. Babadzan 2000 & 1988, Friedman 1992, 1993 & 2002, Hanson 1989, Hobsbawn & Ranger 1983, Jolly & Thomas 1992, Keesing

4 1989, Meijl 1996 etc.)? Tout en intégrant leurs avancées significatives, nous nous démarquons de ces approches. Les notions d «authenticité culturelle», de «culture / kastom» ou de «tradition» sont, dans le contexte de ce projet, des particularités d un discours qui est un élément intégré et important du corpus de notre analyse. Elles semblent être des cristallisations qui émergent dans le contexte de stratégies locales souvent politiques et portées par des principes de hiérarchisations internes. Une version de ce projet fut présentée lors du dernier appel à projets «Blancs». Malgré les nombreux point positifs soulignés par les rapporteurs, il ne fut pas retenu pour les raisons essentielles suivantes : problématique et méthodologie comparative pas suffisamment explicites. Ce document reprend ces points afin de répondre aux critiques. Notre problématique est maintenant davantage explicitée, comme nous venons de le montrer dans les paragraphes précédents. Ce que nous analyserons sont les stratégies locales (et non nationales) qui s expriment au sein de hiérarchies politiques locales (et non nationales) de cas particuliers qui œuvrent en vue de la «nationalisation» d identités locales (et non nationales), et ceci selon trois axes de recherche : les hiérarchies, stratégies et mécanismes politiques locaux qui engendrent les expressions, les logiques locales de nationalisation des expressions, et les contraintes exogènes qui pèsent localement sur ses expressions. La nation n est donc présente dans notre projet que sous forme d ambition ultime de ces stratégies. C est la manière dont ces ambitions s expriment et se fabriquent localement qui retiendra toute notre attention. Inclure l étude de la fabrication de l État-Nation à proprement parler, analyser les conséquences nationales de la mondialisation/globalisation ou de la décolonisation, ou encore se pencher sur les effets des nombreuses migrations qui caractérisent le Pacifique induirait indubitablement à un surdimensionnement, et donc à l infaisabilité du projet. Nos recherches doivent être considérées complémentaires à ces problématiques qui furent, en partie du moins, déjà enquêtées par d autres chercheurs et équipes. Abordons maintenant les raisons et les principes d un nécessaire comparatisme. Nous nous concentrons sur des cas particuliers au sein de trois pays ou territoires (Vanuatu, Fidji et Nouvelle Calédonie). Malgré des contextes historiques distincts et des situations géographiques distantes, nous posons l hypothèse que les stratégies de sélection des particularités locales avec l ambition de les «nationaliser» sont dans les trois situations comparables. Il est peut-être même possible de parler d un «mode mélanésien» d intégration nationale. Loin de chercher un compromis entre les diverses formes d expression culturelles, ou d inventer une ligne unificatrice dans laquelle toutes les expressions particulières pourraient s identifier, ce «mode mélanésien» viserait à juxtaposer, tel un patchwork, des expressions locales particulières qui restent entières mais décontextualisées au niveau national. Si cette hypothèse est vérifiée, la nation ne peut pas se construire par l excroissance et le dépassement des conditions locales, mais doit être conçue comme l agglomérat de réductions locales dans lesquelles le sentiment d appartenance national ne peut se retrouver que s il est représenté par un sentiment d appartenance et de reconnaissance locale. La nation n y peut être «Une» par et pour elle-même, elle n y est pas hybride non plus, mais elle disposerait de points d ancrage distinguables et reconnaissables d identités locales. L appel «Blanc» de l ANR a pour but «de donner une impulsion significative à des projets scientifiques ambitieux qui se positionnent favorablement dans la compétition internationale». L ouverture à l international de notre projet est indéniable, comme ce document le montrera. Il possède également un fort potentiel fédérateur des équipes françaises bien au delà des partenaires du projet. Notre projet est également ambitieux et «risqué» au sens positif du terme, car il s engage dans un comparatisme situationnel guidé par une hypothèse partagée et ambitieuse : la problématique est complexe mais claire et l étendue des données à recueillir, à comparer et à analyser est large, mais définie et délimitée.

5 2. DESCRIPTION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE / SCIENTIFIC AND TECHNICAL DESCRIPTION 2.1. ÉTAT DE L'ART / BACKGROUND, STATE OF THE ART Le contexte et les enjeux scientifiques du projet que nous proposons furent présentés de manière explicite par Bronwen Douglas paru dans Ethnologies comparées (no. 6, 2003) revue éditée par Alain Babadzan, partenaire du projet. Cet article sait tirer les conclusions des recherches antérieures dans le domaine qui nous intéresse tout en montrant où résident des faiblesses importantes. Les recherches entreprises sur le nationalisme en Mélanésie se sont concentrées sur l époque post-coloniale, principalement en raison de l absence hormis au Vanuatu de luttes anticoloniales violentes. Les indépendances furent ainsi largement concédées par les pouvoirs coloniaux plutôt que gagnées par la force, donnant naissance à des mouvements de construction nationale particuliers, souvent appuyés sur des phénomènes religieux exogènes tels que les mouvements millénaristes. Les chercheurs qui ont étudié cette indigénisation de l idée de «nation» ont été sceptiques à l égard des cultures nationales fabriquées (Babadzan 1988 & 2000, Keesing 1989, Lindstrom 1982, Philibert 1986, Tonkinson 1982). D autres ont recueilli les récits qui accompagnent ces processus de construction nationale (Foster 1995, Otto & Thomas 1997) et souligné le caractère ténu et incomplet des cultures nationales en Mélanésie. Comme l écrit Douglas, «certains auteurs remettent en question la viabilité ou même le besoin d'état dans ces régions, compte tenu de l'intégrité politique et économique des communautés locales, de leur indépendance et de leur potentiel à traiter directement avec le marché mondial pour satisfaire des besoins limités (Clark 1997; Foster 1995; Jacobsen 1995; Kelly 1995: ; Otto & Thomas 1997)». En d autres termes, les questions sur la nature même de l idée de «nation» restent entières en Mélanésie, car les chercheurs n ont pas su, ou pas pu, collaborer étroitement sur des problématiques identiques. Même si «la Mélanésie est la région la plus diverse du monde, les ingrédients du nationalisme y sont paradoxalement partout les mêmes : de la Papouasie Nouvelle-Guinée à Fidji, les fondateurs des nations nouvelles ont tous invoqué les deux motifs de la coutume (ou de la tradition) et du christianisme pour chercher à dépasser les divisions internes et la diversité de ces pays. En Mélanésie, si la coutume sert de symbole pour exprimer l'unité et l'identité nationales, c est partout de manière ambivalente parce que la coutume est toujours locale», comme l explique Douglas (voir aussi Babadzan 1999, Decker de 1995, Haley 2008, Maas 1994, McLeod 2008, Lindstrom & White 1995). Evoquons maintenant les contextes de chacune des situations abordées dans ce projet. Veuillez noter que, faute de place, nous avons regroupé les renvois vers les références bibliographiques en fin de paragraphe LE CONTEXTE AU VANUATU L anthropologie du fait politique local dans une société non sécularisée, sans communauté de culture ni sentiment d intégration à l échelle nationale, où les pratiques électorales semblent détachées de toute conscience démocratique, se doit d être doublée d une approche relevant de la sociologie des religions. Le Vanuatu est particulièrement intéressant dans le cadre de notre problématique car on y rencontre des situations où les mêmes phénomènes religieux ont eu des effets politiques divers et où les stratégies locales et individuelles sont particulièrement difficiles à interpréter lorsqu elles s expriment au niveau national. La base de travail de notre projet est constituée de l étude de trois cas: les îles de Tanna, d Ambrym et de Santo. Des dizaines d Églises ou autres mouvements religieux d inspiration pentecôtiste ou fondamentalistes, aux messages millénaristes plus ou moins fortement accentués, y assument une part déterminante du contrôle social. Cette situation impose notamment de mesurer leur rôle dans les pressions que subissent les survivances précoloniales et les systèmes de croyances syncrétiques dans le contexte d une vaste entreprise de re-christianisation, dont la tendance dominante est de rejeter les anciennes formes d adaptation au christianisme. A Port-Vila, la capitale du pays, un des angles d approche qui sera privilégié sera celui du

6 développement de la sorcellerie en milieu urbain. Dans les bidonvilles de cette agglomération, qui se répartissent selon l origine insulaire de leurs habitants, la plupart des tensions sociales entre communautés s expriment par le biais de pratiques magiques agressives et culturellement re-contextualisées. Garde-fou des animosités croissantes qui caractérisent les rivalités entre groupes les plus défavorisés, elles tendent à prendre la forme d oppositions ethniques violentes. Dans ce contexte, les relations entre les Mélanésiens et les nombreux immigrés australiens qui peuvent acquérir des terres se durcissent aujourd hui en même temps. (cf. Abong 2008, Allen 1981, Bolton 1998, Bonnemaison 2000, Facey 1995, Forsyth 2004, Huffer 1993, Jowitt 2005 & 2006, Kernot & Sakita 2008, Lamont 1982, Miles 1998, Mitchell 2000, Tabani 2002 & 2008, Trease 1995 etc.) LE CONTEXTE A FIDJI Le cas de Fidji est distinct de celui du Vanuatu par l importance que semblent y occuper les chefferies traditionnelles. L héritage colonial le plus saillant de l État fidjien est sa composition multiraciale. Les Indiens ont été plus nombreux que les Fidjiens dit «autochtones» mais les chiffres du dernier recensement (2007) montrent une inversion de la tendance, inversion qui fut d abord attribuée à la forte émigration indienne et ensuite à une baisse de sa natalité. Nombreux sont les observateurs et les analystes qui ont interprété l attachement des Fidjiens à leurs «traditions» comme une réaction contre une éventuelle prise de pouvoir par les Indiens. C est oublier que des lois protègent les droits des Fidjiens depuis que certains chefs de l Est ont cédé le pays aux Anglais en En réalité, ces peurs semblent être attisées par les chefs traditionnels. Au moment de l indépendance, les chefs suprêmes de ces chefferies devinrent «naturellement» des leaders nationaux. Leur autorité «traditionnelle», c est-à-dire celle qui leur est conférée par leur statut traditionnel, savamment entretenue par le pouvoir colonial, les a désignés comme l élite nationale. Depuis, ces politiciens continuent à s appuyer sur le passé comme source légitime de leur pouvoir politique. Le Grand Conseil des Chefs se présente lui-même comme une «tradition», comme un lieu où s expriment des valeurs culturelles indigènes et traditionnelles, et omets de souligner qu il est de fabrication coloniale. A d autres moments, dans d autres contextes, par d autres personnes, ce Conseil, tout comme d autres institutions nationales, est présenté comme les produits d un impérialisme étranger. (cf. Bole 1992, Clammer 1973, Field et al 2005, Ghai & Cottrell 1990, Hashimoto 1989, Huffer 1993, Kaplan 1990 & 1995, Lal & Pretes 2001, Lal 2000 & 2008, Lawson 1991 & 1996, Mataitoga 1992, Nayacakalou 1975, Sahlins 1989, Scarr 1993, etc.) LE CONTEXTE EN NOUVELLE-CALEDONIE La Nouvelle-Calédonie occupe une place très originale dans le cadre du développement des projets étatiques en Océanie. Celui-ci se caractérise par l'inscription dans un processus de transition, mis en place à partir de 1988 (Accords de Matignon) et succédant à une période d'affrontements violents ayant eu pour enjeu l'indépendance du pays sous direction kanak. Peu à peu, dans ce processus transitoire à forte légitimité car ratifié par référendum et prolongé par l'accord de Nouméa (1998), l'ancien Territoire d'outre Mer se transforme. Cependant, parce qu il ouvre, à moyen terme, vers un scrutin d'autodétermination, ce processus est marqué par deux incertitudes : celle concernant la forme que prendra l'état nation actuellement en gestation et celle ayant trait aux rapports externes que celui-ci entretiendra avec le monde extérieur en général, et la France en particulier. Dans ce processus transitoire, si les enjeux d'alliances politiques ou de construction de «signes identitaires» semblent occuper le devant de la scène, la question fondamentale est celle des rapports entre les populations kanak, autochtones, et les autres composantes de la population. Avec la récente montée en puissance de revendications juridiques et environnementales portées par des Kanak, culture et coutume prennent figure d'autorité aux plans interne et international et les développements de cette nouvelle donne commencent seulement à s'esquisser. Ce sont ces processus que nous cherchons à comprendre au travers de l étude de quelques cas particuliers et localisés. (cf. Bausinger-Garnier 2001, Bensa 1985, 1994 & 1999, Carteron 2008, Leblic 1993 & 2003, Lindenmann 2007, Monnerie 2005 & 2006, Muckle 2007, Naepels 1998, Néaoutyine 2006, Passa 2004, Sand et al. 2003, Ward & John 1989 etc.)

7 2.2. OBJECTIFS ET CARACTÈRE AMBITIEUX/NOVATEUR DU PROJET / RATIONALE HIGHLIGHTING THE ORIGINALITY AND NOVELTY OF THE PROPOSAL Les recherches proposées se fondent sur deux types de matériaux ayant chacun leur propre mode de traitement épistémologique et combinent des approches multiples. Les premiers types de matériaux seront recueillis dans des contextes particuliers locaux dans les trois pays/territoires mentionnés de la Mélanésie en suivant les trois axes de recherche (cf. 3. Description des travaux). Il ne s agit pas ici de comparer les trois pays dans leur globalité, mais d étudier des situations très particulières, avec chacune son propre passé et son propre potentiel d évolution. Il ne s agira pas d en déduire des principes de fonctionnement qui seraient à l œuvre dans chacun de ces trois pays dans leur globalité. L ambition est plus complexe et plus simple à la fois : les stratégies locales à Fidji, en particulier celles des chefs suprêmes étudiés, sont-elles comparables au stratégies retrouvées au Vanuatu où le facteur (néo-)religieux joue un rôle central dans la fabrication des contextes locaux, et sont-elles comparables à celles retrouvées en Nouvelle-Calédonie où la présence d un Etat-Nation constitué a des conséquences importantes sur l organisation de les stratégies de nationalisation de caractéristiques culturelles locales? Il s agit donc de comparer les logiques qui sous-tendent les stratégies différentielles locales dont l ambition est la nationalisation. Les seconds types de matériaux étudiés sont les archives dont l analyse nécessitera la mise en contexte historique et politique de leur production. Cet aspect de notre projet, complémentaire à l analyse des situations particulières, permettra de les insérer dans les contextes qui définissent leurs limites d existence et d expression. Pouvoir répondre à ces interrogations nécessite une triple approche. Tout d abord, l anthropologie qui permet de rassembler des données détaillées sur une situation considérée en un temps et lieu précis. Ensuite, l approche juridique qui s attache à définir les systèmes législatifs endogènes et exogènes, autrement dit les cadres dans lesquels les pratiques et conceptions locales se meuvent ou se heurtent. Enfin, l approche de l histoire politique, qui étudie le contexte historique à la fois endogène aux sociétés mélanésiennes qui feront l objet des études ethnographiques et exogène en les situant dans l espace d influence de l Australie et de la Nouvelle-Zélande. L originalité et l ambition de notre projet se situent à trois niveaux : une problématique renouvelée, une vision comparative et une approche interdisciplinaire UNE PROBLEMATIQUE DE TRAVAIL RENOUVELEE ET COMPLEXIFIEE L intérêt scientifique que notre projet a pour les expressions locales des formes de pouvoir en vue de la nationalisation de certains traits culturels n est pas à proprement parler novateur. Du côté de l anthropologie, il existe de nombreuses études sur la «Kastom», notion qui a fait l objet d abondantes discussions et publications. Toutefois, ces recherches visaient essentiellement à savoir si ces pratiques culturelles étaient «authentiques» et donc constituaient une adaptation en continuité avec la structure culturelle locale, ou, au contraire, si elles appartenaient au domaine de l invention (pour une discussion de ces positions, voir par exemple, Babadzan 2000 & 1988, Friedman 1992, Hobsbawn & Ranger 1983, Jolly & Thomas 1992, Keesing & Tonkinson 1982 etc.). Mais l anthropologie ne s est intéressée que de manière superficielle au rôle que la «Kastom» et les «Néo-ritualisations» occupent dans l interface entre représentations locales et nationales des formes de pouvoir et dans quelle mesure elles sont véhiculées par des stratégies locales, voire individuelles. Du côté de la politologie, les études s intéressent essentiellement à l édification des appareils étatiques et aux individus qui y occupent des rôles déterminants. Le politologue étudie les acteurs et leur mouvance au sein des dispositifs : leurs marges de manœuvre, leurs destins, leurs stratégies etc. Or, si, dans ces études, ces acteurs sont connus comme étant détenteurs d une représentativité et d un pouvoir qui s exerce au niveau local, elles ne s intéressent à eux que dans la mesure où leur champ d action s exerce au niveau national. Ces recherches ne mesurent pas toujours les caractères propres à chaque situation et ceci malgré les répercussions importantes que les dialogues local-national peuvent avoir sur l édification nationale. La politologie ne s est pas intéressée aux mécanismes locaux différentiels qui

8 octroient aux agents leur légitimité locale en vue de leur nationalisation (voir par exemple Ewins 1998, Lawson 1996 etc.). Inverser la logique de la politologie et complexifier celle de l anthropologie sociale pour les intégrer dans une nouvelle approche plus dynamique est une exigence à la fois pour l avancée des sciences sociales et humaines dans le domaine des théories de la politique culturelle, et pour une meilleure compréhension des mécanismes à l œuvre dans les trois pays/territoire concernés. Sans devoir trouver les moyens d un compromis entre identités locales et représentativité nationale dans les expressions culturelles des formes de pouvoir, il nous semble néanmoins nécessaire d en étudier et d en expliquer les dialectiques. Sans devoir «choisir» entre authenticité et invention, c est au contraire le dialogue entre ces deux concepts que nous privilégions dans nos recherches en nous concentrant sur les mécanismes qui sous-tendent les stratégies locales et individuelles en vue de la nationalisation des pratiques LA REPARTITION GEOGRAPHIQUE ET LA NECESSITE COMPARATIVE La seconde originalité de notre projet réside dans son ambition comparative et dans le renforcement des collaborations déjà existantes entre les partenaires autour d une problématique bien ciblée et de terrains bien choisis, s articulant en trois axes de recherche : les stratégies et mécanismes politiques locaux, les logiques de nationalisation des expressions locales, et les contraintes exogènes limitant les expressions locales. La nécessité du comparatisme est indiscutable dans le contexte des édifications nationales. En effet, si, partout, l idéal recherché semble analogue («la nation démocratique»), les conditions particulières du cheminement pour l atteindre, et donc les moyens et stratégies mises en œuvre, ne sont que rarement identiques d une situation à l autre. Ce comparatisme entendons par ce terme la capacité à faire dialoguer la recherche autour de divers corpus de données tant dans le domaine épistémologique que théorique est particulièrement utile lorsque l opportunité se présente d analyser des situations dont la physionomie et les contextes historiques sont variés alors que les conditions de leur fabrication semblent similaires. Néanmoins, il ne s agit pas ici de dresser des comparaisons générales entre les trois pays mélanésiens choisis, et encore moins de dessiner une chronologie des causes et des effets, qui serait valable pour toute la Mélanésie, mais de confronter des situations de terrain particulières et d en analyser les mécanismes par le biais d une mise en perspective des différences LE DIALOGUE INTERDISCIPLINAIRE Enfin, la troisième originalité de ce projet réside dans son caractère interdisciplinaire. Notre projet fera travailler ensemble des anthropologues, des juristes et des historiens du politique. Si nous venons de remettre en question l approche de l anthropologie sociale ou celle de la politologie, c est que nous sommes convaincus de la productivité de l inversion de leurs principes : ce n est pas l étude du niveau national et de ses effets sur le local, ni même les pratiques locales en vue de leur nationalisation seulement qui apporteront des innovations scientifiques, mais c est la logique même de l interaction entre structures locales et structures nationales qui doit désormais constituer le noyau de la problématique, et ceci sans être limité par des questions sur l authenticité ou le caractère inventé d une pratique dite culturelle. Or, si cette problématique est relativement simple à conceptualiser, elle est aussi ambitieuse à mettre en place. En tout état de cause, elle ne peut faire l économie d un dialogue entre situations et contextes distincts, comme nous l avons vu ci-dessus, ni faire l économie d une collaboration interdisciplinaire. L approche anthropologique apportera les données ethnographiques nécessaires à la description de la diversité et des particularités de chaque situation. L approche juridique, quant à elle, jouera son rôle à un double niveau : l étude des particularités qui tendent à transformer des conceptions locales concurrentes en législations nationales, et l intégration de ces législations nationales au sein des limites posées par le droit international et les exigences des pays occidentaux du Pacifique. A quoi les stratégies locales se heurtent-elles? Enfin, l approche historique permettra de placer dans leurs contextes les recherches anthropologiques et juridiques selon une double logique : d abord celle de la mutation des systèmes politiques locaux, ensuite celle de l intégration de ces systèmes dans les processus d édification nationale.

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Haute Ecole Galilée Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS, MM. Mihai COMAN, Bruno

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Master mention Ethnologie, année 2015-2016

Master mention Ethnologie, année 2015-2016 Master mention Ethnologie, année 2015-2016 Le master mention «Ethnologie» propose une formation à deux domaines d activités : les métiers de la recherche et ceux relatifs aux projets de valorisation des

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

son offre Executive Education

son offre Executive Education Destinée aux cadres supérieurs, dirigeants d entreprises et entrepreneurs menée en partenariat avec CentraleSupélecParis Lancée en Octobre 2015 Casablanca, le 2 juin 2015 L Ecole Centrale Casablanca annonce

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET GESTION DE BASES DE DONNEES

TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET GESTION DE BASES DE DONNEES REPUBLIQUE TUNISIENNE --*-- MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique

Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique Gervais Douba Université de Rouen Email: gervais.douba@univ-rouen.fr Trame d intervention 3

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Appel à projets Blanc

Appel à projets Blanc 1 Laboratoire d excellence ICCA Industries Culturelles et Création Artistique Appel à projets Blanc Clôture : le 30 octobre 2015 à midi Clôture de l appel: le 30 octobre 2015 à midi Début du projet : février

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

L'identité de l'entreprise

L'identité de l'entreprise L'identité de l'entreprise ACT Formation 181 à 203 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon Tél. 33 00/4 72 73 48 79 Fax 33 00/4 72 73 11 20 email : info@actformation.fr www.actformation.fr ACT Formation SA 1 route

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Demande d aide financière Fonds d affectation spéciale des Nations Unies devant aider les États en développement, en particulier les pays les moins avancés et les petits insulaires en développement, à

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

DNSSEC. Introduction. les extensions de sécurité du DNS. Les dossiers thématiques de l AFNIC. 1 - Organisation et fonctionnement du DNS

DNSSEC. Introduction. les extensions de sécurité du DNS. Les dossiers thématiques de l AFNIC. 1 - Organisation et fonctionnement du DNS Les dossiers thématiques de l AFNIC DNSSEC les extensions de sécurité du DNS 1 - Organisation et fonctionnement du DNS 2 - Les attaques par empoisonnement de cache 3 - Qu est-ce que DNSSEC? 4 - Ce que

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

Pour une pratique durable!

Pour une pratique durable! LE DÉVELOPPEMENT INTÉGRÉ DES COMMUNAUTÉS : JUSQU OÙ PEUT-ON RÉALISTEMENT ALLER? Atelier de réflexion dans le cadre du colloque du RQIIAC Pour une pratique durable! Alain Meunier et Sonia Racine, conseillers

Plus en détail

Date d ouverture de l appel à projets : 07/05/2015. Date de clôture de l appel à propositions 09 juillet 2015 à 13h00 (heure de Paris)

Date d ouverture de l appel à projets : 07/05/2015. Date de clôture de l appel à propositions 09 juillet 2015 à 13h00 (heure de Paris) Date d ouverture de l appel à projets : 07/05/2015 PLAN D ACTION 2015 CONSTRUCTION DE L ESPACE EUROPEEN DE LA RECHERCHE ET ATTRACTIVITE INTERNATIONALE MONTAGE DE RESEAUX SCIENTIFIQUES () Date de clôture

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère CLÉMENT ARNAL Cette thèse s inscrit dans un contexte

Plus en détail

CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012. Spécialité : Analyste

CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012. Spécialité : Analyste CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012 Spécialité : Analyste Epreuve de rédaction, à l aide des éléments d un dossier, d un RAPPORT faisant appel à l esprit d analyse

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT Date 22/05/2014 Pays: Maroc Description de la mission: Consultant(e) National(e): Évaluation nationale du cadre juridique et institutionnel

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

La professionnalisation des étudiants

La professionnalisation des étudiants La professionnalisation des étudiants en informatique par les projets libres Morgan Magnin 1, Guillaume Moreau 2 1 École Centrale de Nantes, IRCCyN, Nantes, France 2 École Centrale de Nantes, CERMA, Nantes,

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants. Maîtriser la gestion du parc automobile

Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants. Maîtriser la gestion du parc automobile Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants Maîtriser la gestion du parc automobile Version actualisée le 17 octobre 2013 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance

Plus en détail

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique L irrésistible ascension du capitalisme académique 18-19 avril 2013 Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique Julien Barrier

Plus en détail

ESA DES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES POUR LES ÉTUDIANTS AFRICAINS UN PROJET D ENTREPRENEURIAT SOCIAL

ESA DES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES POUR LES ÉTUDIANTS AFRICAINS UN PROJET D ENTREPRENEURIAT SOCIAL ESA DES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES POUR LES ÉTUDIANTS AFRICAINS UN PROJET D ENTREPRENEURIAT SOCIAL Résumé Le projet vise à offrir aux étudiants des universités et des écoles d enseignement supérieur d Afrique

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2014 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail