Club Asset Management 16 Janvier 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Club Asset Management 16 Janvier 2014"

Transcription

1 Club Asset Management 16 Comment se préparer à un contrôle AMF? Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier Paris /

2 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Fonction conformité Sociétés de Gestion de Portefeuille 10 grandes missions, entre veille, contrôle et conseil : Assurer et diffuser la veille réglementaire La fonction Conformité doit notamment inclure la participation aux groupes de place organisés avec les associations professionnelles représentatives en vue d influer sur la préparation des nouveaux textes réglementaires en apportant un point de vue opérationnel. Mettre en place et diffuser les normes et procédures en matière de conformité Il s agit d intégrer l impact des nouvelles réglementations. Former et informer sur les risques de non-conformité La fonction Conformité a un rôle majeur dans la sensibilisation des collaborateurs aux problématiques réglementaires les concernant. Assurer un conseil aux collaborateurs pour tout élément lié à la conformité (ex : conflits d intérêts) Deux rôles à gérer simultanément coexistent. Donner un avis écrit sur la conformité des nouveaux produits Procédure nouveaux produits Dans nouveaux produits : cibles de commercialisation d un produit, et parfois opérations de croissance externe. 2

3 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Fonction conformité Sociétés de Gestion de Portefeuille 10 grandes missions, entre veille, contrôle et conseil (suite) : Réaliser et mettre à jour la cartographie des risques de nonconformité (voir slides suivants pour un exemple de cartographie) Et ceci dans un objectif d adaptation des dispositifs de contrôle. Assurer un rôle de contrôle permanent des dispositifs assurant la Conformité Le plan de contrôle permanent de la conformité fait partie intégrante du plan de contrôle global de second niveau et doit être réalisé de manière indépendante. Assurer la maîtrise d ouvrage des applicatifs lié à la Conformité et s assurer que les nouveaux applicatifs métiers restent conformes aux obligations réglementaires Assurer la fonction de responsable de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme 3

4 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Fonction conformité Sociétés de Gestion de Portefeuille Position AMF Evaluation du risque de non-conformité : La fonction de contrôle doit adopter une approche fondée sur les risques doublée d une évaluation des risques de non-conformité. 2. Obligation de contrôle de la fonction de conformité : La fonction de contrôle doit mettre en place un programme de contrôle fixant des priorités en fonction de la cartographie et garantissant un contrôle exhaustif. 3. Obligation de déclaration de la fonction de conformité : Des rapports écrits de conformité doivent être produits régulièrement et il doit y avoir une remontée de ces informations à la direction. 4

5 Fonctions risques et contrôle dans une SGP Sociétés de Gestion de Portefeuille Position AMF Détail du 3. Obligation de déclaration de la fonction de conformité : Le cas échéant, les éléments suivants doivent être traités dans les rapports écrits de conformité : Description de la mise en oeuvre et de l efficacité du cadre général de contrôle des services et des activités d investissement; Synthèse des principales conclusions de l examen des politiques et des procédures ; Synthèse des inspections sur place et des contrôles sur pièces effectués par la fonction de conformité, indiquant les manquements et les défaillances détectées dans l organisation et les procédures de conformité du PSI, ainsi que les mesures appropriées qui ont été prises consécutivement ; Risques détectés dans le périmètre des activités de contrôle de la fonction de conformité ; Modifications et l évolution des exigences réglementaires applicables pendant la période couverte par le rapport et les mesures qui ont été prises ou qui doivent l être pour garantir la conformité avec les nouvelles exigences (si les instances dirigeantes n ont pas été préalablement averties de ces éléments par d autres canaux) ; Autres problèmes significatifs de conformité survenus depuis le dernier rapport ; Correspondance importante avec les autorités compétentes (si les instances dirigeantes n ont pas été préalablement averties de ces éléments par d autres canaux). 5

6 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Fonction conformité Position AMF Sociétés de Gestion de Portefeuille 4. Obligation de conseil de la fonction de conformité : D une manière générale, elle se concrétise par le fait que le RCCI assure une fonction de conseil vis-à-vis de ses collaborateurs, participant à la formation du personnel et à la mise en place de nouvelles politiques et de procédures. 5. Efficacité / Moyens du RCCI : Des ressources suffisantes doivent être allouées à la fonction de conformité, et en particulier des ressources humaines. Ces personnes doivent en outre avoir accès aux informations nécessaires. Le responsable de la conformité doit avoir un niveau d expertise suffisant pour assumer la responsabilité de cette fonction de manière efficace. 6. Permanence de la fonction de conformité : La fonction de conformité doit s acquitter de ses missions en permanence. Ainsi, il doit y avoir un dispositif de remplacement du responsable de la fonction de conformité formalisé par écrit. 6

7 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Fonction conformité Sociétés de Gestion de Portefeuille Position AMF Indépendance de la fonction de conformité : Le rattachement hiérarchique de la fonction de conformité doit lui permettre de s acquitter de ses missions de manière appropriée et indépendante. Le responsable de la conformité doit être désigné et remplacé par les instances dirigeantes ou de surveillance. 8. Exemptions : Au regard de la taille de la structure et de son activité, la société peut bénéficier d exemptions. Ainsi, le RCCI peut occuper d autres fonctions. 9. Regroupement de la fonction de conformité avec d autres fonctions de contrôle interne : La fonction de conformité ne doit pas être regroupée avec celle de l audit interne, sauf exception. Le regroupement avec d autres fonctions est acceptable s il est justifié et ne compromet pas l efficacité et l indépendance de la fonction. 7

8 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Fonction conformité Sociétés de Gestion de Portefeuille Position AMF Externalisation : La société peut externaliser tout ou partie de la fonction de conformité. dans la mesure où elle a recours à un déontologue, elle doit cependant s assurer que les exigences applicables à la fonction sont satisfaites. 11. Examen de la fonction de conformité par les autorités compétentes : L AMF contrôle la manière dont la société met en œuvre et respecte les exigences relatives à cette fonction, et cela dans le cadre de l octroi de l agrément mais aussi de la surveillance permanente et de l approche par les risques. 8

9 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Contrôle permanent et périodique Définition des niveaux de contrôle : Contrôle Permanent et Contrôle Périodique, 1er et 2nd niveaux Contrôle périodique Audit interne / Inspection Contrôle permanent 2 ème niveau 2 ème niveau 1 er niveau Coordination des contrôles permanents Fonctions dédiées et indépendantes réalisant les contrôles réguliers Contrôle par la hiérarchie Direction des Risques Conformité Sécurité financière Contrôle Permanent 1 er niveau Contrôle intégré aux processus, par les opérationnels et systèmes IT (contrôles manuels et automatisés) 9

10 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Fonction risques Sociétés de Gestion de Portefeuille La fonction risque dans l Asset Management : Définition des risques et méthodes de suivi : Le risque de contrepartie et de concentration Le risque de liquidité Le risque de marché Le risque opérationnel Positionnement et périmètre de la fonction risque dans l Asset Management : L instruction AMF a redéfini les exigences de la fonction de gestion des risques dans l Asset Management. 10

11 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Les risques à couvrir dans l Asset Management Le risque de contrepartie et de concentration Le risque de perte pour le fonds résultant du fait que la contrepartie peut faillir à ses obligations avant que l opération ait été réglée de manière définitive sous la forme d un flux financier. Le risque de liquidité Le risque qu une position dans un portefeuille ne puisse être cédée, liquidée ou clôturée pourun coûtlimité et dans un délai court. Le risque de marché Le risque de perte pour un fonds résultant d une fluctuation de la valeur de marché des positions du portefeuille imputable à une modification de variables du marchés ou de la qualité de crédit d un émetteur. Le risque opérationnel Le risque résultant de l inadaptation ou d'une défaillance imputable à des procédures, personnels et systèmes internes ou à des événements Sociétés de Gestion de Portefeuille extérieurs, y compris notamment les risques juridique, de nonconformité, de documentation. 11

12 Fonctions risques et contrôle dans une SGP o Fonction risques Sociétés de Gestion de Portefeuille Instruction AMF L instruction s applique à l activité de gestion d OPCVM et OPCI et au service d investissement de GP pour le compte de tiers. Elle concerne notamment les risques de contrepartie, liquidité, marché et opérationnel dans leur impact potentiel sur la gestion financière. Le PSI établit et maintient opérationnelle une fonction permanente de gestion des risques. La fonction doit disposer des moyens humains et techniques nécessaires. Elle doit être indépendante au plan hiérarchique et fonctionnel. Le recours à un tiers est possible selon certaines modalités. Le PSI adopte des procédures en vue de mesurer les risques auxquels les OPCVM, OPCI et portefeuilles qu il gère sont exposés ou susceptibles d être exposés. Il contrôle l adéquation et l efficacité de la politique. 12

13 Thèmes faisant l objet de contrôles AMF Relations clients et informations des clients Vérification de la catégorisation des clients, pour la commercialisation en direct et de la transmission de cette information aux clients (initialement et en cas de changement), Contrôle du respect des obligations relatives aux informations, y compris à caractère promotionnel adressées aux clients (information claire et non trompeuse) et vérification du respect des obligations relatives aux documents d information périodiques Respect des ratios réglementaires Vérification de la conformité aux ratios réglementaires, Contrôle du respect des règles de fonctionnement, notamment conditions de souscription et de rachats, montant minimum de l'actif, modifications, dispositions comptables et financières, Contrôle de l exactitude des calculs effectués. 13

14 Thèmes faisant l objet de contrôles AMF Valorisation des instruments financiers Contrôle de l exactitude des valorisations des actifs détenus dans les fonds aux jours d établissement de la valeur liquidative dans les conditions fixées par les prospectus Conformité de la politique d investissement et des règles de composition de l actif par rapport au DICI Vérification de la conformité des règles d investissement et de composition de l actif Contrôle de la conformité du DICI et du respect des règles d information du public Contrôle du respect des règles de communication sur l intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans la politique d investissement Mesure du risque global des OPCVM Vérification de la conformité aux règles et obligations en matière de gestion des risques. Gestion des OPCVM : politique de vote Vérification du respect de la politique de vote, de sa mise à jour et de sa diffusion 14

15 Thèmes faisant l objet de contrôles AMF Vérification du caractère approprié ou de l'adéquation des services fournis Vérification de l obtention des informations client permettant de considérer que la transaction que le prestataire entend recommander ou le service de gestion qu'il envisage de fournir, répond aux objectifs des clients, que ces derniers sont en mesure de faire face aux risques induits, et qu'ils possèdent l'expérience et les connaissances nécessaires pour comprendre ces risques Traitement des réclamations des clients non professionnels / porteurs de parts Contrôle du respect des règles de traitement des réclamations clients Transactions personnelles Contrôle de la conformité des opérations personnelles des collaborateurs au regard des règles déontologiques Externalisation des activités Contrôle du respect des règles de contrôle des activités externalisées afin de s assurer que les prestations sont exercées de manière efficace et conforme aux engagements pris. 15

16 Thèmes faisant l objet de contrôles AMF Enregistrement et conservation des données Contrôle du respect des obligations relatives au contrôle des enregistrements et à la conservation des données sur des supports durables, faciles d accès, permettant la reconstitution de chaque étape clé du traitement et vérification de toute modification. Traitement et exécution des ordres Vérification de l'obligation d'obtenir le meilleur résultat possible lors de l'exécution des ordres: Contrôle de l objectivité des règles de sélection des intermédiaires financiers et contrôle de l efficacité des dispositifs en matière d'exécution des ordres ou de sélection des intermédiaires, Contrôle de l envoi aux clients des informations relatives à la politique d exécution / sélection des intermédiaires, Contrôle de l enregistrement et de la répartition avec célérité et précision des ordres exécutés. Contrôle de la pré-affectation des ordres émis dans le cadre de la gestion d'opcvm et transmission au dépositaire de l OPCM. 16

17 Thèmes faisant l objet de contrôles AMF Déclaration des opérations suspectes Vérification de la déclaration sans délai à l'amf de toute opération sur instrument financier admis à la négociation sur un marché réglementé ou pour lequel une demande d'admission a été faite, dont il y a des raisons de suspecter qu'elles constitueraient un abus de marché Transparence et déclarations des transactions Contrôle du respect des dispositions réglementaires en matière de déclaration des transactions Franchissements de seuils Vérification du respect des obligations déclaratives relatives aux franchissements de seuils. Avantages et rémunérations Contrôle du respect des obligations relatives aux avantages et rémunérations reçus/versés par la société en liaison avec la prestation de service d investissement fournie. 17

18 Thèmes faisant l objet de contrôles AMF Conformité de la fonction risques et des dispositifs de maîtrise des risques de liquidité, de contrepartie, de marché et opérationnels Continuité de l activité et sécurité des systèmes d information Lutte anti-blanchiment Vérification de la mise en place d'une organisation et de procédures internes écrites et mises à jour pour assurer le respect des dispositions Contrôle de l existence et de la mise à jour de systèmes d'évaluation et de gestion des risques LAB/FT Vérification du respect des règles de vigilance relatives à la LAB/FT et vérification de l évaluation du risque de blanchiment au sein de la politique d investissement 18

19 Le Système de Reporting des Transactions (RDT) 1- Introduction 2- Les entités et instruments concernés par RDT 3- Focus et éclaircissement sur les SGP 4- Les cas de dispenses possibles 5- Les modalités de déclaration 6- Les sources de non-conformité liées à RDT 7- Les contrôles à mettre en œuvre 8- Diagnostic de la conformité d un dispositif RDT Annexes 19

20 1- Introduction Qu est ce que RDT? Il s agit du système de reporting direct des transactions visant à assurer une meilleure surveillance des marchés financiers et des intermédiaires de marché. Les objectifs liés au reporting des transactions. La mise en œuvre du système RDT permet à l AMF: De détecter les abus de marché (via des tests et contrôles détectant les variations statistiquement anormales sur des cours, des volumes ou des parts de marché). De suivre les intermédiaires et d effectuer des analyses thématiques spécifiques (ex: sur le thème de la «Best Execution»). D échanger des informations entre régulateurs européens au travers du système TREM (Transaction Reporting Exchange Mechanism). 20

21 1- Introduction Les articles réglementaires de référence: Les règles relatives au reporting des transactions sont définies au sein des articles à du RG AMF. L instruction AMF DOC précise les modalités de reporting à mettre en œuvre pour les instruments dérivés de gré à gré actions ou crédit mono sous-jacent dont le sous-jacent est un instrument financier admis à négociation sur un marché réglementé d un Etat partie à l accord sur l EEE ou sur un SMNO. Les modalités techniques de reporting des transactions sont formalisées au sein du «Guide RDT V3.0: Modalités de déclaration des transactions via le système de reporting direct des transactions». 21

22 2- Les entités et instruments concernés par RDT Sont concernés par le RDT, en application de l article du règlement général et de l instruction DOC de l AMF : l ensemble des prestataires de services d investissement (PSI), y compris les sociétés de gestion de portefeuille, et les succursales établies en France de PSI agréés dans l Espace économique européen qui effectuent des transactions sur instruments financiers admis aux négociations sur un marché réglementé de l EEE ou sur un système multilatéral de négociation organisé (SMNO); l ensemble des PSI et des succursales établies en France de PSI agréés dans l EEE, à l exclusion des sociétés de gestion de portefeuille, qui effectuent des transactions sur instruments financiers non admis aux négociations sur un marché réglementé de l EEE ou un SMNO, mais dont la valeur dépend d un instrument financier admis aux négociations sur un tel marché ou un tel système. Depuis le 1er janvier 2012, le reporting direct des transactions est étendu aux dérivés OTC pour les PSI et les succursales établies en France de PSI agréés dans l Espace économique européen. 22

23 3- Focus et éclaircissement sur les SGP L article précisait initialement que l obligation de déclaration à l AMF de toutes les transactions effectuées sur un instrument financier admis aux négociations sur un marché réglementé d un Etat partie à l accord sur l EEE ou sur un SMNO s imposait: Aux PSI; Aux succursales établies en France de PSI agréés dans l EEE, à l exclusion des SGP. Toutefois, le guide RDT V3 étend également la définition des PSI aux sociétés de gestion de portefeuille en précisant au sein de sa dernière version (en page 6) que sont entendus au sens de PSI: Le terme «PSI» sera utilisé dans son acception la plus large, visant à la fois les prestataires de services d investissement français, y compris les sociétés de gestion de portefeuille, les prestataires agréés dans un autre Etat partie à l accord sur l Espace économique européen, et les entités équivalentes dans les pays tiers. D autre part l instruction AMF DOC précise quant à elle que sont concernées par l instruction les entités suivantes: l ensemble des PSI y compris les sociétés de gestion de portefeuille [ ], pour les transactions qu ils effectuent sur un instrument financier tel que mentionné au I l article du règlement général de l AMF. 23

24 3- Focus et éclaircissement sur les SGP Ainsi une lecture croisée de l article , de l instruction AMF DOC et du guide RDT V3 permet d estimer que les SGP sont soumises au reporting : des transactions sur instruments financiers admis aux négociations sur un marché réglementé de l EEE ou sur un système multilatéral de négociation organisé (SMNO) ; Cas où la SGP passe par un broker: le II. De l article stipule que l entité (la SGP dans notre cas) doit reporter toutes les transactions mentionnées au I. du même article, lorsqu elles sont effectuées pour compte propre et dont l exécution à été confiée à un autre PSI. Des instruments dérivés de gré à gré actions ou crédit mono sous-jacent dont le sous-jacent est un instrument financier admis à négociation sur un marché réglementé d un Etat partie à l accord sur l EEE ou sur un SMNO. 24

25 4- Les cas de dispenses possibles 2 cas de dispenses possibles Dispense réglementaire Dispense sur demande Le cas de la dispense réglementaire: L ensemble des PSI cités au I de l article du règlement général de l AMF, agissant en qualité de membre d un marché réglementé ou système multilatéral de négociation (SMN) de l EEE sont dispensés de déclarer les transactions effectuées sur ces marchés, lorsque l AMF reçoit directement de ces marchés les transactions conclues dans leurs systèmes par ces entités. Le cas de la dispense sur demande: Certains marchés réglementés et SMN ont pris l initiative de se connecter directement au RDT français afin de pouvoir proposer le service de reporting des transactions à chacun de leurs membres. Dans ce cas, l AMF ne reçoit pas l intégralité des transactions effectuées sur ces marchés, mais uniquement celles effectuées par les membres français ayant opté pour le service de reporting auprès du marché réglementé ou SMN. 25

26 4- Les cas de dispenses possibles Cas 1 dispense réglementaire: Liste des marchés réglementés et systèmes multilatéraux de négociation (SMN) reportant directement à l AMF Conformément aux dispositions de l article II 1 du règlement général de l AMF, les personnes ou entités mentionnées à l'article du même règlement sont dispensées de rendre compte à l'amf des transactions qu'elles ont effectuées en qualité de membre sur les marchés réglementés et systèmes multilatéraux de négociation suivants, dans la mesure où l AMF en reçoit directement le compte rendu: Pays Libellé de marché Code MIC Régulateur EUROLIST BY EURONEXT (Paris) XPAR AMF MONEP XMON AMF MATIF XMAT AMF France ALTERNEXT ALXP AMF MTS France SAS FMTS AMF NYSE BONDMATCH MTCH AMF GALAXY GMTF AMF Belgique Pays-Bas Marché EUROLIST BY EURONEXT (Bruxelles) EUROLIST AMSTERDAM XBRU XAMS CBFA NL AFM Marché "TRADING FACILITY" NYSE EURONEXT - TRADED BUT NOT LISTED AMSTERDAM TNLB TNLA CBFA NL AFM Portugal EUROLIST BY EURONEXT LISBON (OFICIAL MARKET) XLIS CMVM 26

27 4- Les cas de dispenses possibles Cas 2: dispense sur demande: Les marchés réglementés et SMN cités ci-dessous ont pris l initiative de se connecter directement au système du reporting direct des transactions français. Ils offrent sur demande du membre la possibilité de déclarer directement à l AMF, l ensemble des transactions effectuées sur leur marché. Il est à noter, que l AMF ne reçoit pas l intégralité des transactions effectuées sur ces marchés, mais uniquement celles effectuées par les membres français ayant effectué la demande: Pays Libellé Marché Code MIC Régulateur Autriche Italie WIERNER BOERSE AG AMTLICHER HANDEL (OFFICIAL MARKET) WBAH FMA WIENER BOERSE AS GEREGELTER FREIVERKEHR (SECOND REGULATED MARKET) WBGF FMA WIENER BOERSE AS DRITTER MARKT (THIRD MARKET) WBDM FMA BOND VISION MARKET BOND CONSOB BOND VISION CORPORATE SSOB CONSOB 27

28 5- Les modalités de déclaration Les entités assujetties peuvent effectuer leurs déclarations: Soit en se connectant directement au système RDT via la connexion sécurisée mise à disposition par l AMF; Soit en donnant mandat à un tiers pour effectuer en leur nom la déclaration des transactions à l AMF. L exhaustivité et la qualité des transactions déclarées dans le cadre d un mandat restent sous la responsabilité du PSI mandant. 28

29 6- Les sources de non-conformité liées à RDT Attention, même lorsqu un PSI ou une société de gestion de portefeuille a externalisé la déclaration des transactions à une autre entité, elle reste responsable de la qualité des données envoyées. Les cas d erreurs ou de non-conformité trouvent généralement leur essence: Suite à une erreur d analyse quant aux opérations à déclarer (erreur d interprétation des textes réglementaires sur les cas d exemptions, de produits à déclarer ) pouvant donner lieu à un sur ou sous-reporting. Un défaut dans le paramétrage des outils et systèmes d information ne permettant pas de transmettre les transactions, de respecter les délais de transmission ou les caractéristiques techniques des transactions. Un défaut dans la tenue et la mise à jour des référentiels (codes MIC, BIC, ISIN, AII, caractéristiques des produits, etc ). Un défaut du mandataire (ce qui implique une nécessité de contrôler les envois faits par le mandataire). 29

30 7- Les contrôles à mettre en œuvre Le PSI doit mettre en œuvre des contrôles afin de s assurer de la conformité des reporting transmis au régulateur: Contrôle de la bonne transmission du fichier de déclaration quotidien. Analyse et traitement des rejets envoyés par l AMF. Contrôle de 2nd niveau sur l efficacité et la conformité du dispositif: Visant à vérifier que les transactions sont bien déclarées (vérifier que le périmètre de déclaration est respecté) dans les délais (J+1: le jour ouvré suivant la date de négociation à 23h59 selon le calendrier TRAGET). Visant à s assurer de la qualité des données transmises (respect du format défini par le régulateur). 30

31 8- Diagnostic de la conformité d un dispositif RDT L intervention de Regulation Partners permet notamment : De réaliser un diagnostic macro de la conformité du périmètre de déclaration (détection de sur ou sous-reporting). De réaliser un diagnostic micro: analyse de la conformité et de la qualité des données transmises. D effectuer une analyse du traitement des feedbacks/rejets AMF et de vérifier de l existence des contrôles de 2 nd niveau permettant d assurer l efficacitédu dispositif. 31

32 ANNEXES 32

33 Instruments concernés par l instruction AMF DOC Pour l application de l instruction AMF DOC , ne sont visés que les instruments dérivés de gré à gré actions ou crédit mono sous-jacent dont le sous-jacent est un instrument financier admis à négociation sur un marché réglementé d un Etat partie à l accord sur l EEE ou sur un SMNO. Il s agit notamment des instruments financiers suivants: Contrats d options; Warrants; Contratsà termeferme («futures» et «forwards») ; Contrats d échange de rendement global(«total Return Swaps») ; Contrats financiers avec paiement d un différentiel tel que les «Contract For Differences» ; Contrats permettant de «miser» un montant pour chaque mouvement d un point du cours de l action sous-jacente («spread bets») ; Contrats d échange entre la performance d un titre et le paiement d un taux d intérêt fixe ou variable(«equity swap») ; Contratsd échangede dette(«debt swap») ; Contrats d échange de dividendes(«dividend swap») ; Contrats à terme servant au transfert du risque de crédit mono-émetteurs (dérivés de crédit tels que les «Credit Default Swaps») ; Contrats sur dérivés complexes. 33

34 Catégories d instruments exclues du périmètre de l instruction AMF DOC Pour l application de l instruction AMF DOC , ne sont visés que les instruments dérivés de gré à gré actions ou crédit mono sous-jacent dont le sous-jacent est un instrument financier admis à négociation sur un marché réglementé d un Etat partie à l accord sur l EEE ou sur un SMNO. Sont exclues du champ d application de l instruction les catégories d instruments financiers suivants: les instruments financiers autres que les dérivés actions et les dérivés de crédit (notamment les contrats financiers sur matières premières, taux d intérêt ou devises); Contratsd optionsur indice ou panier ; Contratsàterme sur indice ou panier ; Contrats d échange entre deux indices ; Contratsd échangeentre deux taux d intérêt («swap» de taux) ; Contrats d échange de variance, («Variance Swaps»), et contrats d échange de volatilité, («Volatility Swaps») ; Contrats à terme servant au transfert du risque de crédit mono-émetteurs (dérivés de crédit tels que les «Credit Default Swaps» mono-émetteurs) dont l entité de référence n est pas admise aux négociations sur un marché réglementé d un Etat partie à l accord sur l Espace économique européen ou un SMNO. 34

35 Analyse des sanctions AMF SANCTION - fonction risques - SGP Sociétés de Gestion de Portefeuille Sanction diffusée le 7 octobre 2011 Sanction diffusée le 7 octobre 2011 pour une société de gestion car «le département des risques, en intervenant dans le processus décisionnel de gestion et de valorisation des actifs illiquides, s est éloigné de son rôle essentiel de contrôle» pendant la crise, l indépendance de la fonction risques n ayant pas été préservée. Parmi les griefs aux termes desquels sont reprochés à la société de gestion, pendant la crise : le rôle actif de la filière de contrôle des risques dans les opérations de transfert de portefeuilles, ce qui aurait eu pour effet de supprimer, «de facto, un échelon de contrôle» la carence de la fonction conformité qui n aurait pas pu être exercée de manière indépendante «en raison de son rattachement au même responsable que celui des risques et du rôle actif de ce même responsable dans les opérations de transfert de portefeuille» 35

36 Analyse des sanctions AMF Sociétés de Gestion de Portefeuille l écart important entre les montants valorisés par la société de gestion dans les fonds avant cession et les prix des transactions à une entité du groupe pas de comparaison entre le prix des produits transférés à une entité du groupe, et des données externes Motifs de la sanction «la réunion sous une même responsabilité de la Direction des risques et de la Conformité a posé un problème d autant plus important que la Direction des Risques a dû intervenir dans la gestion» la mise à l écart de la fonction conformité elle n a pu ni exercer son contrôle sur les mesures de gestion de crise ni remplir son rôle de contre-pouvoir, «carence manifeste de la fonction conformité dans le contrôle des transferts d actifs entre OPCVM et Groupe.» Une sanction de

37 Analyse des sanctions AMF SANCTION - fonction risques - SGP Gestion Alternative Sociétés de Gestion de Portefeuille Sanction diffusée le 7 octobre 2011 pour une société de gestion portefeuille en charge de la gestion alternative pour : un défaut d organisation dans ses fonctions «risques et conformité» concernant le contrôle des mesures de gestion de crise illustré par des dépassements des ratios réglementaires applicables aux OPCVM qui ont été insuffisamment contrôlés, ont perduré et ont, pour certains, été régularisés de façon non pertinente, un défaut de gestion des conflits d intérêts entre la société de gestion et sa filiale révélé notamment lors de la mise en place d opérations de CDS, du financement de la filiale à partir des OPCVM gérés par la société de gestion et de l imbrication du pôle «risques» de la société de gestion avec celui de sa filiale des atteintes à l égalité des porteurs dans le cadre de la valorisation des valeurs liquidatives des OPCVM et des opérations de souscription ou de rachat entre OPCVM. de 37

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Sommaire : 1 Avant propos... 2 1.1 Objet de la Charte... 2 1.2 Le cadre règlementaire... 2 2 Organisation du dispositif de contrôle interne...

Plus en détail

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services 08/01/2014 Dépositaire de fonds immobilier : une solide

Plus en détail

Comment organiser les fonctions de contrôle interne, conformité et de gestion des risques dans une société de gestion d investissements alternatifs

Comment organiser les fonctions de contrôle interne, conformité et de gestion des risques dans une société de gestion d investissements alternatifs Comment organiser les fonctions de contrôle interne, conformité et de gestion des risques dans une société de gestion d investissements alternatifs 13 mai 2014 Présentation de D2R Conseil La vocation de

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 11/508

CIRCULAIRE CSSF 11/508 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 15 avril 2011 A toutes les sociétés de gestion de droit luxembourgeois au sens du chapitre 15 de la loi du 17 décembre 2010 concernant les

Plus en détail

Informations réglementaires

Informations réglementaires Informations réglementaires Sommaire 1. Politique de «meilleure sélection»... 2 2. Politique de gestion des conflits d intérêt... 3 3. L exercice des droits de vote... 4 3.1 Politique de vote... 4 3.2

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres 1 / 5 Préambule : Principes fondamentaux adoptés par Natixis Asset Management Natixis Asset Management en qualité de professionnel

Plus en détail

Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires

Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires Date de mise à jour : 01 janvier 2013 Préambule Conformément à l article L. 533-18 du Code monétaire et financier consécutif à la transposition

Plus en détail

Position AMF Exigences relatives à la fonction de conformité DOC-2012-17

Position AMF Exigences relatives à la fonction de conformité DOC-2012-17 Position AMF Exigences relatives à la fonction de conformité DOC-2012-17 Textes de référence : articles 313-1 à 313-7, 313-54, 313-75, 318-4 à 318-6 du règlement général de l AMF L AMF applique l ensemble

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA)

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Les sociétés de gestion de portefeuille 1 gérant des

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Janvier 2014 POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Monte Paschi Banque est la filiale française, détenue à 100%, de Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS). Elle est agréée auprès

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

360Hixance am 22, rue des Capucines 75 002 Paris Tél : 01 53 23 01 23 Fax : 01 42 86 68 69 www.360hixanceam.fr

360Hixance am 22, rue des Capucines 75 002 Paris Tél : 01 53 23 01 23 Fax : 01 42 86 68 69 www.360hixanceam.fr 360Hixance Asset Managers LA PREVENTION ET LA GESTION DES CONFLITS D'INTERETS La prévention et la gestion des conflits d'intérêts chez 360Hixance AM s'inscrivent dans le cadre de principes généraux posés

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE. La Direction des Opérations assure l organisation et le reporting relatif à l exercice des votes.

POLITIQUE DE VOTE. La Direction des Opérations assure l organisation et le reporting relatif à l exercice des votes. MARS 2015 POLITIQUE DE VOTE Préambule Conformément à l article 314-100 du règlement général de l AMF, les sociétés de gestion doivent élaborer un document intitulé «politique de vote», qui présente les

Plus en détail

05/03/2012. Document public. labanquepostale-am.fr

05/03/2012. Document public. labanquepostale-am.fr Politique de Best Execution 05/03/2012 Document public La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15 Société de gestion de portefeuille ayant obtenu l agrément

Plus en détail

Emetteur : Conformité 1/5

Emetteur : Conformité 1/5 Groupe QUILVEST BANQUE PRIVEE POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES Octobre 2011 Emetteur : Conformité 1/5 Introduction Conformément aux articles 314-75 et 314-75-1 du Règlement Général de l Autorité des Marchés

Plus en détail

D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012

D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012 www.cpr-am.fr A. Rapport B. sur C. l exercice des droits de vote D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012 SOMMAIRE INTRODUCTION 2 I. PERIMETRE INITIAL ET ORGANISATION DE L EXERCICE DU VOTE 3 II. ANALYSE

Plus en détail

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Politique d exécution optimale des transactions en instruments financiers

Politique d exécution optimale des transactions en instruments financiers Belfius Banque a mis en place la présente politique d exécution des ordres de ses Clients afin de répondre aux exigences de la Directive européenne concernant les marchés d Instruments Financiers. Cette

Plus en détail

Le Document d information clé pour l investisseur (DICI)

Le Document d information clé pour l investisseur (DICI) En partenariat avec l IEFP S informer sur Le Document d information clé pour l investisseur (DICI) Lisez-le avant d investir dans un OPCVM ou dans un OPCI DICI Septembre 2011 Autorité des marchés financiers

Plus en détail

La Française Rendement Global 2020 - Part F - FR0011594183 Ce FCP est géré par La Française Asset Management, société du Groupe La Française

La Française Rendement Global 2020 - Part F - FR0011594183 Ce FCP est géré par La Française Asset Management, société du Groupe La Française Information clé pour l'investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de ce FCP. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous sont

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

Procédure de sélection et d évaluation des intermédiaires financiers

Procédure de sélection et d évaluation des intermédiaires financiers Procédure de sélection et d évaluation des intermédiaires financiers Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 20/02/2012 Diffusé le : 21/02/2012

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

UNION INDICIEL CHINE. Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014. Commentaires de gestion. Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels

UNION INDICIEL CHINE. Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014. Commentaires de gestion. Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels Fonds commun de placement UNION INDICIEL CHINE Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion L OPCVM a

Plus en détail

EDMOND DE ROTHSCHILD BOND ALLOCATION (EdR Bond Allocation)

EDMOND DE ROTHSCHILD BOND ALLOCATION (EdR Bond Allocation) INFORMATIONS CLES POUR L'INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

SELECTION ET EVALUATION DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS

SELECTION ET EVALUATION DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS périmètre Rédacteur Diffusion Date de Rédaction Date de 1ère application Commentaire SOC D2R Conseil Tous Juillet 2012 Juillet 2012 Création de la procédure SELECTION ET EVALUATION DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Nom : Politique de gestion des conflits d intérêts Création : 21 février 2008 Mise à jour : 26/ Février 2008 Mise à jour : 21 Octobre 2009 Mise à jour : 22

Plus en détail

Equigest ne perçoit aucune commission en nature (soft-commissions) par les intermédiaires ou contreparties.

Equigest ne perçoit aucune commission en nature (soft-commissions) par les intermédiaires ou contreparties. Descriptif de la société Equigest est une société de gestion de portefeuille indépendante qui a reçu l agrément de la COB le 3 août 1999. La société Equigest a pour objet social la gestion pour compte

Plus en détail

Réclamation Clients *****

Réclamation Clients ***** 1 Mise à jour: CAPSI Conseil Version : Juin 2010 Mise à jour : janv 2013 Réclamation Clients Référence : PG04 Contextes Règlementaires et objectifs : L instruction 2012-07 et les textes de référence :

Plus en détail

ARIAL Obligations. Notice d Information

ARIAL Obligations. Notice d Information ARIAL Obligations Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000061419 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE)

Plus en détail

Procédure PHCG. Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts

Procédure PHCG. Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts Procédure PHCG Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts Auteur : RD Date d édition : 29/07/2011 Date de mise à jour : 21/08/2013 I. Objectif : Déterminer les conflits d intérêt au sein

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

RECLAMATION CLIENTS ***** 1. Information et accès au système de traitement des réclamations

RECLAMATION CLIENTS ***** 1. Information et accès au système de traitement des réclamations Version : Avril 2010 Mise à jour : Mai 2015 RECLAMATION CLIENTS Référence : PG04 Contexte réglementaire et objectifs L instruction 2012-07 et les textes de référence : articles 313-8 et 313-8-1 du règlement

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF Position recommandation AMF n 2007-21 Les obligations professionnelles à l égard des clients non professionnels en matière de gestion de portefeuille pour le compte de tiers Textes de référence : articles

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

CLUB ASSET MANAGEMENT Rapport thématique sur le conseil en investissement

CLUB ASSET MANAGEMENT Rapport thématique sur le conseil en investissement CLUB ASSET MANAGEMENT - Club AM n 25 du jeudi 18 septembre 2008 - Caroline MATHON, Avocat à la Cour - 1 - I. PREALABLE A LA REDACTION DU RAPPORT (1/4) : 1.1. Cerner le champ d application du service de

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Politique d Exécution Covéa Finance

Politique d Exécution Covéa Finance Politique d Exécution Covéa Finance 1. Cadre règlementaire et périmètre d application En application de la directive des Marchés d Instruments Financiers (MIF), il est demandé à Covéa Finance de prendre

Plus en détail

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Références Règlementaires Article 19 de la directive 2004/39/CE du 21 avril 2004 concernant les marchés d instruments financiers (Directive

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE. Gestionnaire administratif et comptable par délégation : HSBC Securities Services (France)

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE. Gestionnaire administratif et comptable par délégation : HSBC Securities Services (France) PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte : Dénomination : Forme juridique : HSBC IMMOBILIER Fonds Commun de Placement (FCP) de droit français

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape S informer sur Investir votre épargne : étape par étape Autorité des marchés financiers Investir votre épargne : étape par étape Sommaire Se poser les bonnes questions avant d investir 03 Prendre contact

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

ELAN USA INDICE PARTIE A STATUTAIRE. Prospectus Simplifié Elan USA Indice

ELAN USA INDICE PARTIE A STATUTAIRE. Prospectus Simplifié Elan USA Indice ELAN USA INDICE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE Présentation succincte Code ISIN : FR0007030564 Dénomination : ELAN USA INDICE

Plus en détail

J de DEMANDOLX Gestion SA Société Anonyme au capital de 1 000 000 Euros Siège social : 8 place Vendôme 75001 Paris RCS Paris : B 351 171 574

J de DEMANDOLX Gestion SA Société Anonyme au capital de 1 000 000 Euros Siège social : 8 place Vendôme 75001 Paris RCS Paris : B 351 171 574 J de DEMANDOLX Gestion SA Société Anonyme au capital de 1 000 000 Euros Siège social : 8 place Vendôme 75001 Paris RCS Paris : B 351 171 574 PROCEDURE DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES Collaborateurs concernés

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

SELECTION ET EVALUATION DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS

SELECTION ET EVALUATION DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS SELECTION ET EVALUATION DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS Caractéristiques de la procédure Référence : Date de création : 26/05/2011 Date de mise à jour : 21/03/2014 Rédigé par : L Atelier de l Asset Management

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS *****

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS ***** POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Références Règlementaires : Code Monétaire et Financier article L 533-10 Règlement Général de l AMF Livre III articles 313-18 à 313-24 *****

Plus en détail

SOMMAIRE. Sigles et définitions... 11. Préface de Paul-Henri de la Porte du Theil, Président de l AFG et Marcel Roncin, Président de l AFTI...

SOMMAIRE. Sigles et définitions... 11. Préface de Paul-Henri de la Porte du Theil, Président de l AFG et Marcel Roncin, Président de l AFTI... SOMMAIRE Sigles et définitions... 11 Préface de Paul-Henri de la Porte du Theil, Président de l AFG et Marcel Roncin, Président de l AFTI... 17 Introduction... 19 1 re PARTIE LES GRANDES FONCTIONS DE LA

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE

Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE Contents 1. Principes de la Politique d execution... 3 1.1. Les obligations de meilleure sélection et meilleure exécution... 3 1.2. Les critères liés à la meilleure

Plus en détail

Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts

Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts Octobre 2015 Validée par Mr Christophe Issenhuth 1 TABLE DES MATIERES I. CADRE GENERAL DU DISPOSITIF DE GESTION DES CONFLITS

Plus en détail

Le Late Trading Emetteur : RCCI (BA) Destinataire : FL

Le Late Trading Emetteur : RCCI (BA) Destinataire : FL Procédure N 030 Le Late Trading Emetteur : RCCI (BA) Destinataire : FL Sommaire I. FICHE SIGNALETIQUE... 3 II. Définition et contexte du Late Trading au sein d Indép AM... 4 1. Définition... 4 2. Contexte

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement ZARIFI Entreprise d Investissement ZARIFI GESTION Société de Gestion de Portefeuille Politique de Gestion des Conflits d intérêts Préambule Zarifi Entreprise d'investissement est une entreprise d investissement

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

YAMA OPPORTUNITES. OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français

YAMA OPPORTUNITES. OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français 01.07.07 YAMA OPPORTUNITES OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français Prospectus Simplifié Société de Gestion : ATLAS GESTION Date d agrément : 02/04/1999 Date d édition : 01/07/2007 FCP «YAMA

Plus en détail

EDMOND DE ROTHSCHILD GLOBAL HEALTHCARE (EdR Global Healthcare) OPCVM soumis au droit français

EDMOND DE ROTHSCHILD GLOBAL HEALTHCARE (EdR Global Healthcare) OPCVM soumis au droit français INFORMATIONS CLES POUR L'INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION 1 I - INTRODUCTION 2 AURIGA PARTNERS est une société de gestion de portefeuille pour compte de tiers agréée par la Commission

Plus en détail

GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS

GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS KARAKORAM - 112, boulevard Haussmann - 75008 Paris T +33 (0)1 82 83 47 30 - F +33 (0)1 82 83 47 36 - contact@karakoram.fr - www.karakoram.fr KARAKORAM applique la procédure

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

AXA FRANCE OPPORTUNITES

AXA FRANCE OPPORTUNITES AXA FRANCE OPPORTUNITES PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A - STATUTAIRE Présentation succincte : Codes ISIN : Parts «C» de Capitalisation : FR0000447864 Parts «D» de Distribution

Plus en détail

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE Publicité préalable à la décision de transfert d Euronext Paris sur Alternext APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU TRANSFERT DE LA COTATION DES TITRES DE LA SOCIETE PISCINES DESJOYAUX SA D

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES ET DES CONTREPARTIES

POLITIQUE DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES ET DES CONTREPARTIES POLITIQUE DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES ET DES CONTREPARTIES Société Axiom Alternative Investment Fréquence d application Annuelle Version 2015 Rédacteur Opérateur Rédaction Application Commentaire Axiom

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

DEXIA ÉTHIQUE SICAV NOTICE D INFORMATION. Forme juridique de l OPCVM. Promoteur. Gestionnaires financiers (par délégation) Dépositaire

DEXIA ÉTHIQUE SICAV NOTICE D INFORMATION. Forme juridique de l OPCVM. Promoteur. Gestionnaires financiers (par délégation) Dépositaire SICAV DEXIA ÉTHIQUE SICAV CONFORME AUX NORMES EUROPENNES A COMPARTIMENTS NOTICE D INFORMATION Forme juridique de l OPCVM Promoteur Gestionnaires financiers (par délégation) Dépositaire Etablissement désigné

Plus en détail

Hubert de Vauplane avocat associé. Contrôle interne: les apports de la jurisprudence. Sommaire. Jurisprudence AMF.

Hubert de Vauplane avocat associé. Contrôle interne: les apports de la jurisprudence. Sommaire. Jurisprudence AMF. Hubert de Vauplane avocat associé Contrôle interne: les apports de la jurisprudence des commissions de sanction ACP/AMF Sommaire Jurisprudence ACP Indépendance La fonction de contrôle des risques doit

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 1er septembre 2014 relative aux modifications des règles de fonctionnement d ESES France en sa qualité de système de règlement-livraison d instruments financiers d Euroclear France, dans le

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

Politique de prévention et de gestion des conflits d intérêts. Montmartre Asset Management

Politique de prévention et de gestion des conflits d intérêts. Montmartre Asset Management Politique de prévention et de gestion des conflits d intérêts Montmartre Asset Management Préambule 1. Politique de gestion des conflits 1.1. Identification des situations potentielles de conflits d intérêts

Plus en détail

Conférence sur le crowdfunding. Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris

Conférence sur le crowdfunding. Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris Conférence sur le crowdfunding Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris SOMMAIRE Le financement participatif 1. Les modalités du financement participatif 2. Les risques encourus 3. La réglementation

Plus en détail

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013 Altran 96 avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine - France Tél. : 0033 1 46 41 70 00 Fax : 0033 1 46 41 72 11 www.altran.com Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée

Plus en détail