Réinvestir le spectacle dans les apprentissages scolaires par des productions de travaux d élèves.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réinvestir le spectacle dans les apprentissages scolaires par des productions de travaux d élèves."

Transcription

1 L ECOLE DU SPECTATEUR Page 1 Pages 2-3 Page 4 Pages 5-6 sommaire le projet le parcours de spectateur la sensibilisation à la représentation théâtrale Les fiches pédagogiques Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 avant le spectacle le temps du spectacle après le spectacle ce que l enfant spectateur doit connaître la scénographie l écrit du spectateur l oral du spectateur Outils et réalisations Page 14 Page 15 Pages Page 18 Page 19 Page 20 la constellation critique petit lexique pour une école de spectateur description chorale d un spectacle l acrostiche le vocabulaire de théâtre la fiche de l élève spectateur L évaluation Page 21 Pages tableau d évaluation de l élève spectateur grille d évaluation de l élève spectateur Les ressources Page 24 sites et documents Pages 25 à 31 lexique abrégé des termes techniques de la scène 1

2 LE PROJET BUT Donner accès au spectacle vivant dans le cadre scolaire FINALITE Viser une perspective de démocratisation culturelle et une recherche d équité et d égalité d accès à l art et à la culture dans toutes ses dimensions. C est un objectif différent de la consommation culturelle qui elle ne laisse pas de place au choix. ENJEUX Faire prendre conscience à l élève qu il n est pas simplement destinataire ou consommateur d un acte de communication mais acteur de la représentation, participant à une expérience humaine au présent où tous ses sens et son imagination sont sollicités. Réinvestir le spectacle dans les apprentissages scolaires par des productions de travaux d élèves. Mobiliser différentes ressources sous différentes formes de partenariat. Mettre en place des actions de médiations. LIENS AVEC LES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN Compétence 1 : maîtrise de la langue française - Lire à haute voix, de façon expressive. Rédiger des textes. Prendre part à un dialogue, un débat. Prendre en compte les propos d autrui, faire valoir son point de vue. Compétence 5 : culture humaniste Pratiquer diverses formes d expression, à visée artistique. Former le jugement, le goût et la sensibilité. Ouvrir l esprit à la diversité des situations humaines. Connaître des références essentielles de l histoire des arts. Situer les œuvres dans le contexte historique et culturel. Fréquenter les œuvres littéraires qui contribuent à la connaissance des idées et à la découverte de soi. Compétence 6 : compétences sociales et civiques Connaître et respecter les règles de la vie collective. Comprendre l importance du respect mutuel et accepter toutes les différences. Compétence 7 : autonomie et initiative S impliquer dans un projet individuel ou collectif. Etre autonome dans son travail. Manifester curiosité, créativité, motivation, à travers des activités conduites ou reconnues par l établissement. 2

3 OBJECTIFS DU PROJET Culturel : rencontre avec des œuvres. Artistique : rencontre avec des artistes en démarche de création. Pédagogique : acquisition de références et compétences autour du spectacle vivant. OBJECTIFS POUR L ENSEIGANT Concevoir un projet pédagogique au centre duquel se trouve le spectacle vivant comme objet d étude Développer chez l élève l aptitude à voir et regarder, à entendre et écouter, observer, décrire et comprendre un spectacle Susciter la curiosité de l élève, son désir d apprendre, stimuler sa créativité, en lien avec une pratique sensible Permettre à l élève d exprimer ses émotions et préférences face à une proposition artistique Permettre aux élèves de distinguer les grandes catégories de la création artistique et leur donner les moyens de situer les œuvres étudiées dans l espace et dans le temps OBJECTIFS POUR L ELEVE Découvrir le monde de la création artistique en assistant à des spectacles d univers et de formes artistiques variés pour aiguiser son jugement et son goût Se familiariser avec les ressources culturelles de son environnement Mettre un spectacle en résonnance avec son expérience personnelle et des références communes Devenir un spectateur actif et respectueux Partager son expérience de spectateur Développer des compétences autour du lire-dire-écrire Développer des compétences en histoire des arts EVALUATION Implication de l élève dans le projet. Qualité des productions écrites et orales. Attitude de spectateur. Relation aux autres. Connaissances spécifiques dans les domaines visités. 3

4 LE PARCOURS DE SPECTATEUR Les circulaires ministérielles Circulaire n du éducation artistique et culturelle «la généralisation de l éducation artistique et culturelle suppose que chaque école, chaque collège et chaque lycée soient engagés dans un partenariat avec les institutions culturelles qui l environnent ( ) D ici 2009, en concertation avec les collectivités locales, les DRAC intégreront la mission d éducation artistique et culturelle dans les cahiers des charges de l ensemble des structures culturelles subventionnées par l état» Une reconnaissance dans l établissement Pour faire reconnaître sa légitimité par l ensemble de la communauté éducative, le parcours de spectateur doit être inscrit dans le projet d établissement ou projet d école, et validé par le conseil d administration. Cette légitimation est indispensable pour lever, ou du moins atténuer certaines difficultés souvent rencontrées : réticence des parents pour les sorties en soirée, gestion complexe des autorisations de sortie et du financement des transports, de la billetterie, etc. Elle peut être dynamisée par diverses dispositions telles que : inscription du parcours d école de spectateur à l ordre du jour des réunions du conseil pédagogique ; présentation du parcours inscrite à l ordre du jour de la réunion de prérentrée ; présentation de la programmation du partenaire culturel lors de la prérentrée ; mention du parcours dans le livret ou la brochure de rentrée diffusée aux familles. Une reconnaissance sur un territoire Il est indispensable que l équipe s appuie, dans ce travail, sur des partenaires culturels. Prioritairement sur les établissements culturels de proximité, partenaires naturels de l établissement, dont le cahier des charges prévoit explicitement des relations privilégiées avec les établissements scolaires de leur territoire. D un point de vue éducatif, l élève aura plus de chances de poursuivre, en marge ou à l issue de sa scolarité, une pratique culturelle autonome, si c est dans un lieu qui lui est familier et dont il connaît le chemin. Le partenariat Il est utile d établir une convention de jumelage avec un établissement culturel et créer des habitudes de travail avec les équipes de la structure culturelle pour favoriser : le dialogue sur les objectifs éducatifs et culturels à destination des élèves ; la concertation sur le choix d un spectacle ; les rencontres avec les artistes (répétitions, bords de scènes) ; la visite du lieu (spécificités techniques, métiers) ; l acquisition de ressources autour des spectacles (dossier de création, affiche) ; les conditions de réservation de places. Le choix des spectacles Le parcours sera le plus riche et varié possible afin que l élève se constitue un ensemble de références. Il pourra ainsi contribuer à une réflexion sur l enseignement de l histoire des arts. Il s agira de donner aux élèves un aperçu de la richesse de la création contemporaine (théâtre, cirque, danse, ou théâtre de marionnettes, d objets, d ombres, musical, ou classique, moderne, contemporain). 4

5 LA SENSIBILISATION A LA REPRESENTATION THEATRALE Si le plaisir partagé entre élèves et enseignants est sans conteste très important, aller au spectacle dans le cadre scolaire ne peut se limiter à une activité récréative. Les arts sont exigeants et demandent des efforts à la fois à l artiste et au spectateur. Il est fondamental qu un travail soit proposé en amont et en aval de toute sortie. AVANT LE SPECTACLE Ce premier temps de l école du spectateur est déterminant dans l art de susciter des envies et de créer des attentes. L approche sensible précède le jugement intellectuel. La sensibilité en éveil, l émotion suscitée créent un terrain favorable à l appropriation de l œuvre. Il faut garder à l esprit que trop de savoir en amont paralyse l émotion, mais que pas assez de savoir peut faire passer totalement à côté du spectacle. Il s agira pour l enseignant de : Travailler sur les représentations mentales des élèves faire découvrir le monde du théâtre à travers ses codes, ses lieux, ses spécificités, son histoire. distiller quelques informations sur le spectacle pour donner envie de le voir sans raconter le spectacle avant, encore moins son idée du spectacle. Il n y a pas un détenteur de la vérité de l œuvre. Chacun fait son chemin avec la représentation et c est ensuite collectivement que l on pourra prendre plaisir à en extraire les sens multiples. faire prendre conscience de ce qu est le travail dramaturgique et de mise en scène, travailler sur des extraits du texte ou le thème du spectacle, laisser aux élèves la construction d un horizon d attente qui se confrontera aux choix de l équipe artistique. Travailler sur les attitudes et les comportements faire prendre conscience de ce qu est le spectacle vivant en donnant connaissance aux élèves des codes et conventions qui régissent la représentation. Préparer l élève à son rôle de spectateur en abordant les notions de respect, d écoute, d observation qui favoriseront la qualité de la représentation et celle de la réception de l œuvre. En théâtre, certains textes étant de compréhension plus difficile (complexité des situations, ancienneté de la langue) il sera utile d informer les élèves sur les grandes péripéties, les personnages ou le langage utilisé pour que l effort de compréhension ne nuise pas à la réception du spectacle. 5

6 LE TEMPS DU SPECTACLE Une préparation de qualité dans la classe conditionne en grande partie l attitude et la réception du spectacle par les élèves. Il est cependant nécessaire d organiser l arrivée et l installation dans le lieu. Il est toujours préférable qu une personne de la structure accueille les groupes à leur arrivée. Il est important que les élèves se sentent bienvenus dans un lieu qui, a priori, leur est étranger. Il est utile de renouveler les consignes de respect (fermeture du téléphone portable, interdiction de consommer pendant le spectacle, ne pas parler durant la représentation). La place occupée par les élèves et leurs encadrants dans la salle est importante. (regroupement des classes ou petits groupes constitués avec des enseignants, bonne visibilité). APRES LE SPECTACLE Pour l enseignant, toutes les formes de restitution ou de discussion sont possibles pour répondre aux questions, laisser les opinions s exprimer et réaliser des productions. Les choix se feront selon les niveaux de classe, les publics, les spectacles vus et les approches souhaitées. Les discussions informelles «à chaud» ont aussi leur place juste après le spectacle. L essentiel étant de donner envie d y retourner. Il s agira de prendre en compte ce que l élève a à nous dire de sa rencontre avec l œuvre en s appuyant sur ses propres références, sur ses émotions ressenties, ses imaginaires. Un public est une somme d individus différents où tous les points de vue sont respectables. La rencontre avec une œuvre d art constitue une initiation, une expérience, entraînant des apprentissages et questionnements qui influent sur le développement de la personnalité (affirmation de sa présence au monde). Exemple d écrit après la représentation Niveau lycée : Bérénice de Jean Racine Mise en scène de Daniel Mesguich 1994 «Une immense cadre doré entoure la scène et nous donne l impression de regarder un tableau, la pièce se transforme en œuvre picturale ; on a aussi l impression d observer les personnages enfermés dans une boîte noire. Des étoiles apparaissent et s éteignent, le sol luit comme un miroir. Il y a des objets symboliques sur scène : deux chaises avec des fleurs de lys représentant la royauté française, une mappe monde grandeur humaine symbolisant le pouvoir de Rome et un sablier qui montre la tension du temps qui passe ; à la fin, renversé comme tous les autres objets, il laisse le sable s échapper, pour transcrire l inéluctable. La musique est tantôt disco, tantôt impériale ; je n ai pas bien compris son rôle sur les personnages, lorsqu ils l entendaient, ils semblaient souffrir, subir une crise. Plusieurs choix restent inexplicables : pourquoi ces pleurs, puis ces rires exagérés, ces voix perchées trop haut? c est intéressant mais la mise en scène montre un symbolisme systématique, tout y est pensé et les spectateurs en sont à chercher la signification de chaque geste, lumière, son, objet, ce qui nuit à leur plaisir mais aussi au jeu de l acteur, et empêche de jouir du texte. Le spectacle est altéré par trop de sophistication. 6

7 Avant le spectacle SE PREPARER Objectifs : mettre en appétit, créer un horizon d attente, donner envie, laisser imaginer. Pistes de travail : (selon les spectacles, le vécu des élèves comme spectateur, la forme de travail envisagé, l enseignant pourra choisir des approches différentes dans le parcours de spectateur de la classe). Informer, préparer un fond commun pour démystifier l art théâtral Aborder la notion de spectacle vivant et de théâtre à partir des représentations des élèves (ce qu ils connaissent, ce qu ils ont déjà vu : si je vous dis théâtre, à quoi pensez-vous?, faire ensuite des listes thématiques en fonction des réponses des élèves). Evoquer les liens de ces différents arts et leur complémentarité artistique dans un espace scénique. Travailler sur les différentes définitions du mot théâtre (un lieu, un genre littéraire, un spectacle, un ensemble de pièces, un métier). Décrire et informer sur le lieu théâtral, sa spécificité et son organisation (l espace scénique, l espace des spectateurs). Expliquer les rituels : (l installation en silence, le «noir» avant le début de la représentation, les interdits (échanger avec le voisin, intervenir, se lever, ). Expliquer les éléments constitutifs de la représentation et les métiers qu ils représentent (la scénographie, les décors, les costumes, l univers sonore, la lumière, le jeu des comédiens, ). Donner des informations restreintes sur les grandes péripéties de la pièce, les personnages, la nature du texte (contemporain, classique, forme d écriture). Collecter, étudier des documents Le dossier de création. L affiche du spectacle. Le dossier de presse. Rencontrer des partenaires Effectuer la visite de la structure culturelle (historique, architecture, métiers). Assister à un temps de création du spectacle. Réaliser, produire des outils Analyser l affiche du spectacle (écritures, illustrations). Ses fonctions. Ce quelle peut évoquer? Créer son affiche. Faire des hypothèses à partir du titre : rédiger un texte de présentation du spectacle, écrire les premières répliques du spectacle, réaliser une 1ere et 4 ème de couverture. Préparer une charte du spectateur. Préparer une fiche spectacle. Réaliser un lexique de vocabulaire du théâtre. Pratiquer Pratiquer une initiation au jeu dramatique par une approche des exercices fondamentaux sur le plateau (écoute, adresse à l autre, observation). Cette expérimentation facilite l appropriation de conventions qui permettent de comprendre que jouer nécessite un travail, une rigueur, que c est un métier. Mettre en voix quelques répliques pour permettre d entrer dans la fable et la thématique, de connaître quelques personnages. 7

8 Le temps du spectacle VOIR, ECOUTER, SE CONCENTRER Objectifs Mettre l élève en situation de spectateur attentif et curieux. Mettre en éveil ses sens. Inculquer le respect du public et des artistes. Pistes de travail Rencontrer, échanger, respecter Prendre le temps d assurer l accueil et le rappel des consignes (ne pas manger, ne pas sortir ou se déplacer, ne pas parler à voix haute, éteindre les téléphones portables). S assurer des bonnes conditions d entrée et de l installation dans l espace du spectacle. Mettre en place des temps d échanges avec les artistes, à l issue du spectacle (bords de scènes). Se concentrer, découvrir et s émerveiller Découvrir les rituels qui permettent de se mettre en situation de spectateur (découverte des espaces public et scène, noir, silence). Profiter de ce temps de rassemblement et de découverte où les élèves côtoient d autres classes ou d autres groupes et s émerveillent ensemble de ce qui se crée sous leurs yeux. Collecter des documents Ticket du spectacle Fiche de présentation du spectacle Programme de la saison culturelle 8

9 Après le spectacle REAGIR, ECHANGER, ANALYSER, PRODUIRE Objectifs : permettre à l élève de s exprimer de diverses manières, nourrir et «structurer» son imaginaire, pour réinvestir une forme, un style, un élément plastique. Pistes de travail Exprimer une émotion, un point de vue Procéder à des débats, des interviews. Improviser en duo le pour et le contre. Créer des cercles de parole («j ai aimé», «j ai pas aimé», «je me souviens») Rédiger des écrits (haïku, article de presse, lettre à un ami, à un comédien, constellation critique).dessiner un temps fort du spectacle. Analyser, comparer, argumenter Recenser, analyser et interpréter avec les élèves tous les signes de la représentation, à partir de ce qu ils ont vu (analyse chorale). Mettre en parallèle l œuvre vu avec d autres œuvres de domaines artistiques différents. Comparer avec d autres mises en scène (classique ou contemporaine). Situer l œuvre dans son contexte de création (historique, politique, géographique). Rencontrer des partenaires Rencontrer l équipe artistique (comédien, technicien, ) Réaliser, produire des outils Réaliser (affiche du spectacle, album photos, croquis ou maquette de la scénographie, des costumes). Créer une 1 ère et 4 ème de couverture, un abécédaire, un acrostiche. Tenir un cahier des spectacles. Filmer une interview du spectacle (journal, émission TV). Pratiquer Mettre en lecture et en espace des extraits de la pièce. Reproduire ou proposer de nouvelles situations de jeu (théâtre image). Rejouer votre scène préférée et imaginer une mise en scène. Créer par groupe de 4 ou 5 une bande annonce du spectacle. Consulter, collecter Consulter les dossiers de création (genèse du spectacle). Consulter le dossier de presse (approche des formes de critique, d argumentation). Regarder des photos, des extraits de vidéos du spectacle. Faire des recherches documentaires sur le genre, la forme artistique abordée. 9

10 Ce que l enfant spectateur doit connaître Le texte Connaissance des péripéties de l histoire. La nature du texte : s agit-il d un auteur contemporain, classique, est-ce un texte original, une adaptation, un texte dialogué, une narration, une autre forme d écriture? La mise en scène La création théâtrale et l équipe de création : comment passer d un texte écrit à un spectacle vivant inscrit dans un espace scénique et mettant en jeu le corps, la voix, l image? Description des différentes étapes de création (la genèse, les créateurs, les différents métiers du spectacle) Le rôle du metteur en scène : choix du texte, de l équipe de création, choix artistiques. Les comédiens Différencier comédiens et personnages. Les codes de jeu (masques, gestuelles). L apport du costume et du maquillage. Les différents rôles. La représentation d un personnage peut être donnée par une marionnette, une ombre, une voix, un objet. La scénographie Décor/objets scéniques Construire des images scéniques : les matériaux, les dispositions, les volumes, les espaces. La représentation symbolique des lieux évoqués par le texte : possibilité d abstraction de l image théâtrale en opposition à l image réaliste. L espace théâtral est animé ou transformé par la présence d un comédien, le jeu d un éclairage, un objet scénique, un univers sonore. La lumière Ses fonctions : connoter le temps, découper un espace, souligner un moment dramatique, un changement d action en utilisant différentes directions, couleurs et intensités. L univers sonore Idem à l univers lumière. Selon les spectacles on trouve des sons directs (voix des comédiens, musique des instruments joués sur scène) et les sons enregistrés (musique, voix off, bruitages, effets sonores). 10

11 La mise en scène Mise en scène et scénographie La mise en scène est selon la définition d André Antoine (considéré en France comme le premier metteur en scène) : «L art de dresser sur les planches l'action et les personnages imaginés par l auteur dramatique». Si le métier de metteur en scène date du début du XXe siècle, l'organisation d'une mise en scène théâtrale est apparue dès la fin du XVIIIe siècle, lorsqu'il n'y eut plus de spectateur privilégié assis directement sur la scène. Auparavant, les acteurs devaient interpréter leur rôle selon des conventions établies. Chaque artiste élaborait individuellement sa gestuelle et sa déclamation ; il fournissait lui-même le costume de son personnage, et les mouvements de scène étaient réduits au strict nécessaire. C'est avec l'idée d'unifier le style d'un spectacle, dans le jeu des comédiens, les costumes et l'espace des décors, que les dramaturges et directeurs de théâtre ont commencé à élaborer des mises en scène. La mise en scène est donc «création», à partir de l'œuvre de l'auteur dramatique. A chaque moment d'une pièce existent donc des choix à faire, qui engagent le sens de l'œuvre. Le metteur en scène, véritable chef d orchestre du spectacle, est aujourd hui assisté d une équipe artistique pour l aider dans cette création (scénographe, créateurs lumière, son, vidéo, costumes, décors, ). Les mises en scène imaginées par les metteurs en scène peuvent varier considérablement la réception de la pièce au cours des siècles jusqu à en modifier les messages initiaux. La scénographie : du grec Skéné (scène) et Graphein (écrire) : c est l art de l organisation de la scène et de l espace théâtral (décor, son, lumière). Elle remplit différentes fonctions : La scénographie «représente» (représenter ne veut pas obligatoirement dire "imiter" ou "ressembler») une "réalité" du monde fictif de la pièce. Exemple : Un palais peut être représenté par des tapis, des colonnes, des murs, un sol, etc... La scénographie fournit des éléments de référence qui évoquent un lieu, une époque, une classe sociale Les références de la scénographie (formes, couleurs, matières, disposition sur l'espace scénique) peuvent être artistiques, esthétiques, historiques. La scénographie modifie, l espace scénique (a priori vide). Elle le délimite, le rapetisse, l'agrandit, le découpe, y aménage des zones (de jeu), donne une forme à un espace et l'organise. Elle installe des volumes de toutes sortes. Elle donne des possibilités de jeu aux comédiens. (Se cacher, grimper, aller dessous, aller dessus, aller derrière, épier etc.). La scénographie a une fonction dramatique par les possibilités de jeu qu'elle offre. (Apparition et disparition : trappe, vol). La scénographie a des fonctions symboliques : un «parquet» brillant peut symboliser le luxe, la froideur, la mort... La scénographie est profondément en accord avec le parti pris de mise en scène (la scénographie est ce que le spectateur, le plus souvent, découvre en premier). 11

12 L écrit du spectateur Après la représentation L écriture critique Vous avez vu le spectacle et vous devez convaincre un camarade d y aller. Restituer de façon précise la structure culturelle, le titre, le nom de l auteur, le nom du metteur en scène, les acteurs, en 2 ou 3 phrases. Puis dire la fable (qu est-ce que cela raconte?) : ce qui est à différencier de la proposition artistique. Choisir une entrée thématique du spectacle (ex : le voyage, le secret, La peur, le comique, le tragique, L amour familial, etc.) et dérouler un fil de la pièce. Comment la proposition scénique y répond-elle? Le haïku 15 mots maximum. 3 Quel souvenir, quelle trace avez-vous du spectacle? Émotions ressenties pendant la représentation ou encore maintenant. Le haïku ne décrit pas, il évoque. Il s agit d exprimer une expérience sensorielle par la densité, la suggestion, la concision. C est à l opposé du raisonnement. Ne pas mettre de forme verbale conjuguée. Utiliser des éléments cosmiques et du quotidien. On peut travailler ensuite sur la typographie, la mise en page. L acrostiche Prendre le titre de la pièce. L écrire à la verticale et composer librement à partir de la première lettre de chaque mot du titre. L abécédaire Réaliser avec chaque lettre de l alphabet un abécédaire de la représentation. Les listes poétiques Ecrire à la façon Pérec (je me souviens ) ou un Inventaire à la Prévert. La constellation critique Donner aux élèves une liste de mots précédée d un déterminant indéfini extraite de la description chorale : un espace, une gestuelle, une lumière, une musique, un bruit, un costume, une émotion, une voix, une partie du corps, un mot, un rire, un personnage, un déplacement, etc. Donner un temps limité de 2 à 5. Ensuite, les élèves lisent aux autres ce qu ils ont trouvé. A partir de cela on essaye de retrouver les lignes de force de la proposition artistique. 12

13 L oral du spectateur Après la représentation L analyse chorale Il s agit de mettre un groupe au travail, le conduisant à s exprimer et partager autour d une représentation. Elle a pour objectif de faire travailler la mémoire du spectateur en évitant le «c est génial, c est nul» qui bloque tout échange et tout apprentissage. Participation de tous. Attention de chacun pour les autres. Précision sémantique (vocabulaire). Elle débute par la description clinique, sans jugement (j aime ou j aime pas) de tout ce que l on a vu et entendu dans la salle et sur la scène avec l évolution de l ensemble au cours de la représentation Espace, acteur. 1 er temps : La description J ai aimé j ai pas aimé Expérience proposée avec plusieurs entrées et qui doit être menée rigoureusement si on ne veut pas tomber dans «l échauffourée». Prendre une entrée : le costume, la robe du personnage, la lumière, le jeu d un acteur, etc. On doit rester sur des éléments objectifs et ne pas tomber dans le «avantage inconvénient». C est une restitution collective. On a la responsabilité devant tous les autres d une parole qu on porte. Les décors et objets (volumes, matériaux). Les lumières (couleurs, intensités). Les costumes (couleurs, formes, textures). Les sons (enregistrés ou en direct). Les déplacements et gestuelles des acteurs. Les voix des acteurs. 2 ème temps : Les références personnelles «ça m a fait penser à». 3 ème temps : Le jugement esthétique ou de valeur (avis, préférences de chacun). Le texte (Montage, adaptation, réécriture), Son adéquation avec la scénographie choisie. La bande-annonce Présenter la bande-annonce du spectacle par groupe de 4-5 élèves.l objectif est de donner envie à d autres de venir voir le spectacle. Il faut utiliser différents registres pour créer une petite forme (mots choisis, image, son, bruitage, objets). 13

14 La constellation critique 1. Une surprise 2. Un bruit 3. Un corps 4. Un émerveillement 5. Un rire 6. Un mot 7. Un costume 8. Un souvenir 9. Un geste 10. Une musique 11. Une lumière 12. Une émotion 13. Un spectateur 14. Une déception 15. Un objet scénique 16. Une voix 17. Un acteur 18. Un son 19. Une couleur 20. Un élément du décor 21. Un silence 22. Un déplacement 23. Une scène 24. Un maquillage 25. Un bonheur 14

15 Petit lexique pour une école du spectateur La salle Les accès Le côté pair Le côté impair Les gradins Les places Les fauteuils L'ouvreuse La scène Le rideau rouge La cage de scène L'avant-scène Le fond de scène Le jardin La cour Le rideau de fond Les pendrillons Le pendrillonnage à l'allemande Le pendrillonnage à l'italienne La frise Les cintres Le nez de scène Le cyclorama La scénographie Le décor Les éléments fixes du décor Les éléments mobiles du décor Les formes Les matières Les couleurs Les peintures Les accessoires Les objets Le scénographe Les lumières Les sources de lumières Les projecteurs Les ambiances Les faces Les contres Les latéraux Les couleurs Les gélatines colorées Les pieds de projecteurs Les ombres portées Les images projetées Le régisseur lumière Le technicien lumière La poursuite Le son La musique enregistrée La musique en direct Le chant Les bruits Les ambiances La bande son Le son amplifié en direct Le régisseur son Le technicien son Le musicien Les acteurs Le corps La voix La distribution Les costumes Le personnage La mise en scène L'intention Le parti pris Les références Le texte L'origine du texte La traduction L'adaptation Le dramaturge Le genre La tragédie La comédie 15

16 Description chorale d un spectacle «La migration des oiseaux invisibles» de Jean-Rock Gaudreault présenté par la compagnie «Mathieu, François, et les autres» Le lieu Nous sommes allés au centre culturel en bus. À gauche de l entrée, nous avons vu une fontaine. Ce bâtiment en brique, adossé à une pente, est très grand. Construit au XX ème siècle, il compte de nombreuses fenêtres. Dans le hall d'entrée il y avait de nombreuses affiches des spectacles passés et à venir. La salle de spectacle Nous sommes entrés dans la salle par deux portes situées en haut des gradins. Une fois à l'intérieur, nous avons découvert le matériel qui permet de régler les lumières et le son. Les techniciens qui s'installent et travaillent à cet endroit s'appellent les régisseurs. Des sièges rouges étaient alignés dans trois zones différentes séparées par des escaliers. Nous nous sommes installés face à la scène. La scène et la scénographie Le plateau où se déroulent les spectacles est situé au sol, en bas des gradins. Pour cette représentation, la cage de scène était pendrillonnée à l'allemande avec des rideaux noirs. Au premier plan, il y avait une coursive, sorte de couloir, dont le sol était fait de grilles métalliques rectangulaires. Tout au long, une rambarde à 1 mètre du sol marquait la limite de l'espace de jeu pour les actrices. Derrière, plusieurs containers bleu-gris et usés, six au total, composaient le second plan sur deux niveaux. Les trois du bas mesuraient 1 mètre 50 de hauteur alors que les trois du haut près de 2 mètres. Ces derniers étaient légèrement décalés de façon à libérer un espace de jeu au-dessus des containers de la partie inférieure. Celui du centre était plus en retrait que les deux des côtés, l'espace central était donc plus grand. Les containers sont des grandes boites rectangulaires en métal qui permettent de transporter des marchandises sur un cargo. Leur surface n'est pas lisse, elle est en relief. Il y avait des inscriptions blanches au pochoir sur chaque container certainement pour créer un effet de réel. Sur le container supérieur, côté jardin, étaient fixés deux barreaux d'échelle métallique parallèle au sol ainsi qu'une main-courante perpendiculaire aux barreaux. Au second niveau, la partie centrale pouvait pivoter pour découvrir un deuxième espace, peut-être la cale du bateau dans laquelle se trouvaient plus de dix piles de cartons. Une porte dans le container central en bas s'est ouverte au début du spectacle pour laisser entrer le personnage de Sinbad. 16

17 Les objets scéniques Il y avait de nombreux objets : un diable, des gilets de sauvetage blancs avec les sangles noires, une ceinture blanche avec des sangles noires ressemblant aux gilets servant de lien, une chaussette blanche, un morceau de fil, un vrai faux diamant en verre enveloppé dans un chiffon, un sac contenant le très grand manteau du capitaine, une lampe frontale, quelques pages d'un livre, un foulard-ceinture, deux cartons pour s'asseoir, un petit et un plus grand. Tous les accessoires sont utilisés par les actrices à un moment précis du spectacle. Les costumes Rat d'eau portait une casquette de marin blanche et noire, un large pantalon en jean, un maillot rayé de marin à grand col et manches très longues, une ceinture, des chaussettes et une veste de capitaine bleu marine, plus petite. Sinbad portait un béret, un maillot rayé de plusieurs couleurs, un pull vert, un gilet bleu sans manche avec de la fourrure, un pantalon marron bouffant, des chaussures montantes et des mitaines. Les acteurs Les actrices ont entre 25 et 35 ans. Elles incarnaient des personnages d'enfants, plus exactement de garçons. Elles jouaient à certains moments un peu comme des clowns dans leur façon de bouger ou de regarder le public. Les lumières Il y avait beaucoup d'effet de lumières. La surface profilée des containers et leur disposition permettaient beaucoup de jeux d'ombres particulièrement avec des projecteurs latéraux. La passerelle pouvait être éclairée par des lumières très blanches en placées sous les grilles. Il y avait aussi deux rampes d'éclairages, l'une située devant la coursive créant des lignes d'ombres projetées sur les containers et l'autre entre la passerelle et les containers renforçant par des jeux d'ombres et de lumières le relief des containers. Les deux lieux étaient éclairés par des ambiances opposées. La passerelle à l'extérieur était plongée dans une ambiance bleu et blanche, plutôt froide alors que la cale, à l'intérieur était éclairée par une ambiance ambre ou orangée, plutôt chaude. Le son Dans ce spectacle, le son était très présent. Une voix off commence le spectacle. Des musiques enregistrées étaient diffusées par un système d'amplification. Elles utilisaient les instruments suivants : des cordes, particulièrement le violon, jouées avec l'archet ou en pizzicato, des percussions, un métallophone et un synthétiseur. De nombreux sons permettaient de mettre en relief certains événements : la bagarre dans le noir au début du spectacle, le «plouf» du manteau du capitaine qui tombe dans l'eau, l'apparition du vrai faux diamant, la formule magique et bruit de gong, les grincements du bateau, le bruit de la mer... Pour donner une couleur particulière aux scènes jouées au fond de la cale, les voix des actrices étaient reprises par un micro puis diffusées de façon à créer de l'écho. Enfin, certains sons étaient produits en direct : les pas ou les roues du diable sur les grilles de la passerelle. 17

18 L acrostiche Les naufragés du Fol Espoir Création et mise en scène Ariane Mnouchkine 2009 La beauté des gestes Emerveillement Surprenants acteurs Le monde les a laissés Et tous les ont oubliés Sang royal Naufrage de nos cœurs A l abordage du nouveau siècle Unis dans le même navire Fol, fou, folle Reine Victoria et Darwin Agités comme les vagues Grand tournage d un film muet Espérance de vie plus longue Si seulement le spectacle avait duré plus de quatre heures! Du plus profond du cœur Une joie si profonde Froid, glace, iceberg Orages, tempête, naufragés L apocalypse en scène Espoir de revenir Séance inoubliable Patagonie Oh Dieu! que s est-il passé! Impossible de quitter ma place Remarquable Nu dans un océan proche Au beau matin, ils seront libres Un beau matin d un jour tranquille Folie des hommes Roulements d espoirs et de désillusions Assassinats, sang, tuerie Générosité oubliée Esperance Solitude Des personnages, des acteurs, des hommes Unis dans le même spectacle Film comme autrefois Oh! magie de la scène qui enchante L amour du jeu Expressions mimées Sous l œil des spectateurs Prodigieuses illusions Ou métamorphoses Images irréelles Redoutables rêveries 18

19 Le vocabulaire de théâtre Retrouvez les noms qui correspondent aux définitions Il est l'organisateur et le responsable de tous les éléments qui composent le spectacle : jeu des acteurs, rythmes, espaces, décors, lumières Il conçoit l'espace scénique dans lequel se déroulera un spectacle vivant. Il définit ainsi le rapport "scène/salle", puis l'espace où évolueront les acteurs. Le Comédien Les didascalies Le scénographe C est un technicien du spectacle. Lors d une représentation théâtrale ou chorégraphique il supervise, selon sa spécialité, la lumière, le son et le décor. Le côté jardin Le metteur en scène Les objets scéniques Ce sont des objets visibles sur scène lors d une représentation. Ils peuvent parfois être manipulés par les interprètes, ou demeurer statiques tout au long de la pièce. Ils sont toujours là pour une raison précise, pratique ou symbolique. Le régisseur Les coulisses Indications écrites par l auteur en marge des paroles dites par les personnages, qui précisent certains aspects importants de la pièce, comme les lieux, les objets utilisés, les intentions et les déplacements des comédiens. C est un artiste, qui prête son physique ou simplement sa voix à un personnage dans une pièce de théâtre. Elles se trouvent de chaque côté et derrière la scène. Quand on est dans la salle et qu on regarde la scène, c est le côté gauche de la scène. 19

20 La fiche de l élève spectateur Titre du spectacle : Auteur de la pièce : Metteur en scène : Date et Lieu de la représentation : Nombre de Comédiens : Créateur son : Créateur lumière : Scénographe : Les (s) thèmes (s) :. L histoire :. Votre avis de spectateur : *Ce que je ressenti...quand *Ce que j ai pensé quand *Ce que j ai compris pas compris quand *Ce que j ai aimé, pas aimé quand *Ça m a fait penser à *J ai rapproché telle chose de la littérature, du cinéma, de la musique, de l histoire Du jeu des comédiens (posture, gestuelle, expression, voix ). Des costumes. De la scénographie (décors, objets scéniques ). De la lumière Du son. De l atmosphère de la salle, du public dont je fais partie. *J ai cru que *Ce que j emporte avec moi de cette rencontre 20

Fiche n 6-1 : La Scène, plan et repères

Fiche n 6-1 : La Scène, plan et repères La Scène Les membres d une troupe de théâtre amateur sont souvent plusieurs pour préparer un spectacle, aménager la scène, implanter les projecteurs. Il est de ce fait intéressant d avoir un langage en

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

Fiche Technique La Tragédie Comique La Fabrique Imaginaire

Fiche Technique La Tragédie Comique La Fabrique Imaginaire Fiche Technique La Tragédie Comique La Fabrique Imaginaire Durée du spectacle : 1h40 sans entracte. L équipe Avec Texte, conception Réalisation Régie générale et lumière Administration et chargée de production

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Fiche technique Théâtre Beaulieu Lausanne

Fiche technique Théâtre Beaulieu Lausanne Fiche technique Théâtre Beaulieu Lausanne Mise à jour Octobre 2011/FFA/BMA Théâtre Beaulieu Lausanne Tél : Av. des Bergières 10 Fax : +41 21 542 37 11 1004 Lausanne Responsable Responsable technique Chef

Plus en détail

FASTOCHE DOSSIER TECHNIQUE

FASTOCHE DOSSIER TECHNIQUE FASTOCHE DOSSIER TECHNIQUE Ce document technique, contractuel, doit être signé par un de vos collaborateurs comprenant bien les spécifications techniques, et retourné à la compagnie. N hésitez pas à nous

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

RENCONTRES DEPARTEMENTALES

RENCONTRES DEPARTEMENTALES RENCONTRES DEPARTEMENTALES 2014/2015 DANSE A EPINAY 20 classes Document à l attention des enseignants Jeudi 02 avril 2015 En ligne sur le site de la DSDEN du 93, dans la rubrique EPS : Livrets de compétences

Plus en détail

Se coller le plus possible au quai du Théâtre pour déborder le moins possible sur la place du marché.

Se coller le plus possible au quai du Théâtre pour déborder le moins possible sur la place du marché. FICHE TECHNIQUE THEATRE SEBASTOPOL DE LILLE Place Sébastopol 59000 LILLE Tél standard : 03 20 74 40 70 Fax : 03 20 39 44 76 Régisseur général : Gaspar de Sousa dmx512@hotmail.fr IL TEATRO PRODUCTION ACCES

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SPECTACLE L ENFANT ROI & quatuor / Compagnie BALLE ROUGE 14 mars 2014

FICHE TECHNIQUE SPECTACLE L ENFANT ROI & quatuor / Compagnie BALLE ROUGE 14 mars 2014 FICHE TECHNIQUE SPECTACLE L ENFANT ROI & quatuor / Compagnie BALLE ROUGE 14 mars 2014 Compagnie / Spectacle Compagnie prestataire : Compagnie la Balle Rouge 56 bis rue du rempart 37000 tours contact@ballerouge.com

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES Nom... Prénom... Date de naissance... Note aux parents Le livret personnel de compétences vous permet de suivre la progression des apprentissages de votre enfant à l école et au collège. C est un outil

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Oui Oui Pourquoi Pas En Effet / Cie Carlotta Sagna - Fiche technique

Oui Oui Pourquoi Pas En Effet / Cie Carlotta Sagna - Fiche technique Oui Oui Pourquoi Pas En Effet / Cie Carlotta Sagna - Fiche technique Durée du spectacle : 60 minutes Dispositif scénique Espace de jeu : Ouverture = 12m, profondeur = 11m, Coulisses jardin, cour et lointain

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Normes techniques d'accessibilité

Normes techniques d'accessibilité Normes techniques d'accessibilité Informations tirées du site de la CRIPH (Cellule de Recrutement et d Insertion des Personnes Handicapées) La notion d accessibilité intègre plusieurs composantes : l accès

Plus en détail

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES 2015 MATERNELLES CYCLE I / PS - MS ESSOURCES PÉDAGOGIQUES Introduction Je découvre par les sens MODULES À DÉCOUVRIR PENDANT LA VISITE La Cité des enfants de Vulcania est un lieu d éveil, de découvertes

Plus en détail

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1 Pourquoi? Pour enrichir l'imaginaire et la créativité C'est le moyen privilégié pour que l'enfant ne reste pas au niveau d'images mentales stéréotypées mais aille vers d'autres modes originaux de représentation.

Plus en détail

L'Engrenage FICHE TECHNIQUE

L'Engrenage FICHE TECHNIQUE L'Engrenage FICHE TECHNIQUE Descriptif - Représentation sans entracte - Durée : 1h25 environ (textes 40', musique 45') - Hugues Leclère interprète l ensemble des pièces pour piano (non sonorisé) - Patrick

Plus en détail

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

AUTO fiche technique. david wampach. association achles. abigailfowler75@hotmail.com +33 (0)6.83.56.10.53. fannylacour@achles.fr +33 (0) 69 95 00 14

AUTO fiche technique. david wampach. association achles. abigailfowler75@hotmail.com +33 (0)6.83.56.10.53. fannylacour@achles.fr +33 (0) 69 95 00 14 AUTO fiche technique REGISSEUR GENERAL : Abigail FOWLER abigailfowler75@hotmail.com +33 (0)6.83.56.10.53 ADMINISTRATRICE : Fanny LACOUR fannylacour@achles.fr +33 (0) 69 95 00 14 Personnel en tournée :

Plus en détail

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan.

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. - 1 - SOMMAIRE 1. Définition de l APS acrosport 2. Caractéristiques de l APS 3. Références

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 1. La fête de la musique Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault, CAVILAM

Plus en détail

Les étapes traditionnelles de la réalisation d un opéra

Les étapes traditionnelles de la réalisation d un opéra Les étapes traditionnelles de la réalisation d un opéra Dossier pédagogique Département jeune public En deux mots Combien de temps faut-il pour monter un opéra? Quels types de métiers interviennent lors

Plus en détail

Livret pour les élémentaires à partir du CE2 et les collèges jusqu à la classe de 5ème

Livret pour les élémentaires à partir du CE2 et les collèges jusqu à la classe de 5ème PRENDRE LE CHEMIN DU THEATRE Livret pour les élémentaires à partir du CE2 et les collèges jusqu à la classe de 5ème 1 SOMMAIRE I - LA CHARTE DU JEUNE SPECTATEUR...3 1. Dix conseils pour mieux profiter

Plus en détail

Réunion de présentation. Avril 2015

Réunion de présentation. Avril 2015 Réunion de présentation Avril 2015 Points abordés 1. L environnement 2. L équipe 3. La pédagogie et le fonctionnement de l établissement 4. Après la 3 ème? 5. Questions L environnement 12, chaussée Jules

Plus en détail

2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public. Mine. Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations...

2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public. Mine. Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations... Mine 2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations... C est l histoire d un enfant qui s endort la veille de Noël (ou de son

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

AUDITORIUM DU PIN GALANT INFORMATIONS PRATIQUES

AUDITORIUM DU PIN GALANT INFORMATIONS PRATIQUES AUDITORIUM DU PIN GALANT INFORMATIONS PRATIQUES ADRESSE MERIGNAC GESTION EQUIPEMENT S.A. 34 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny BP 30244 33698 MERIGNAC CEDEX Site Internet : http//www.lepingalant.com

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement Valisette urbanisme Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement > Identifier différentes fonctions urbaines. > Comprendre les

Plus en détail

La politique éducative et culturelle de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon

La politique éducative et culturelle de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon Dispositifs d actions proposés en 2014-2015 L action choisie dans les dispositifs d actions proposés par l opéra, est développée

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Accessibilité locaux existants ERP 5ème catégorie

Accessibilité locaux existants ERP 5ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

Salle Louis-Philippe-Poisson

Salle Louis-Philippe-Poisson Salle Louis-Philippe-Poisson CAHIER TECHNIQUE Mars 2011 Page 2 Avis important concernant la Santé et Sécurité du Travail (SST) Suite à la publication du Guide de prévention en Arts de la scène «Quand la

Plus en détail

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire Mythes et musique. Quelques éléments de compréhension Cette séquence intervient en fin d année scolaire et permet une transversalité avec les cours d histoire et de français. Elle revient sur deux mythes

Plus en détail

Durée du spectacle : +- 60 minutes, sans entr acte

Durée du spectacle : +- 60 minutes, sans entr acte 1 Durée du spectacle : +- 60 minutes, sans entr acte CONTACT Coordination Générale, Management & Direction Technique Francis Mannaert Cell + 32 475642076 Mail performing.arts@skynet.be Personnel en tournée

Plus en détail

Côté gradins, on vit les émotions en direct

Côté gradins, on vit les émotions en direct Côté gradins, on vit les émotions en direct Un accompagnement personnalisé tout au long de votre projet Vous conseiller l aménagement le plus adéquat à votre besoin, environnement et budget Concevoir une

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Présentation Dossier technique Contacts

Présentation Dossier technique Contacts ummum Présentation Dossier technique Contacts Pourquoi Grenoble? Le potentiel de consommation est supérieur à la moyenne nationale. Grenoble est une ville historiquement riche en divertissement culturel

Plus en détail

Document à l attention de l enseignant Grande section

Document à l attention de l enseignant Grande section ÉCOLE : CLASSE : Numéro confidentiel de saisie : Document à l attention de l enseignant Grande section Passation 1 Évaluations «prévention de l illettrisme» - 31-2010-2011 Présentation générale Dans le

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. SALLE de SPECTACLE

FICHE TECHNIQUE. SALLE de SPECTACLE FICHE TECHNIQUE ATTENTION : La fiche technique est toujours susceptible de changements. Assurez vous que vous êtes en possession de la dernière version! Pour le vérifier, contactez l équipe technique du

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Maquette générale (prof) : Le racisme

Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale 1 Niveau : C2 Public : Élèves du secondaire Contexte d enseignement-apprentissage : Cours de FLE. Possibilité de travail en interdisciplinarité,

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

L AVANT SEINE POUR VOS ÉVÉNEMENTS

L AVANT SEINE POUR VOS ÉVÉNEMENTS GUIDE ENTREPRISES 1 L AVANT SEINE POUR VOS ÉVÉNEMENTS POUR VOTRE ENTREPRISE, L AVANT SEINE EST UN LIEU... CENTRAL Un espace au coeur des Hauts-de-Seine, dans le centre-ville de Colombes : à 12 min en train

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

ORGANISER UNE EXPOSITION DE PRODUCTION D ELEVES OU DES REPRESENTATIONS EXPOSER QUOI?

ORGANISER UNE EXPOSITION DE PRODUCTION D ELEVES OU DES REPRESENTATIONS EXPOSER QUOI? ORGANISER UNE EXPOSITION DE PRODUCTION D ELEVES OU DES REPRESENTATIONS EXPOSER QUOI? Des productions en maîtrise de la langue o A l écrit: suite/fin d album, critiques littéraires, carnets de lecture o

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

LA FICHE TECHNIQUE Comment établir une fiche technique à la fois concise et précise. Document à l'usage des régisseurs.

LA FICHE TECHNIQUE Comment établir une fiche technique à la fois concise et précise. Document à l'usage des régisseurs. LA FICHE TECHNIQUE Comment établir une fiche technique à la fois concise et précise. Document à l'usage des régisseurs. La fiche technique est souvent le premier contact que vous aurez avec les organisateurs,

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

Le cabaret mobile eauzone

Le cabaret mobile eauzone le théâtre cabines présente Le cabaret mobile eauzone Fable théâtrale tout public A partir de 8 ans SYNOPSIS Le cabaret mobile eauzone est une fable onirique et sensible qui nous entraîne dans un univers

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

Maître Eventail, Les mains qui fleurissent

Maître Eventail, Les mains qui fleurissent Contact : Ghislain Foulon shintai@live.fr Tél.: +33 (0)6.82.887.60.36. Comité des Fêtes CRS 53 MARSEI CHICHE Eric 71 AVENUE CLAUDE MONET 13014 MARSEILLE comite.des.fetes.crs53@gmail.com 0664712294 Maître

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

«L Homme est un animal mobile»

«L Homme est un animal mobile» présente : «L Homme est un animal mobile» - création 2015 - www.lamenagerie.com Durant trois jours et trois nuits, sur une place et dans les rues adjacentes, des hommes en noirs, peintres, affichistes,

Plus en détail

PAS VU PAS PRIS Hervé Suhubiette

PAS VU PAS PRIS Hervé Suhubiette PAS VU PAS PRIS Hervé Suhubiette Suivant les salles, cette fiche est susceptible d être modifiée, n hésitez pas à nous contacter. CONTACT : Hervé Suhubiette : 06 74 29 27 85 contact@hervesuhubiette.com

Plus en détail

sites.csdraveurs.qc.ca/musique/

sites.csdraveurs.qc.ca/musique/ Guide du chef de choeur THÈME : La bonne chanson «au cœur de notre culture» Le thème des Choralies 2014 vous invite à mettre en valeur un répertoire riche et varié. Plusieurs chants qui nous semblent si

Plus en détail

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique En UEL uniquement Découverte du langage musical autour du piano Musique à l école Création sonore et radiophonique Grand débutant Acquisition des notions de base de la musique autour d un piano. Ce cours

Plus en détail

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions.

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant Ils (les élèves) découvrent les parties du corps et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. Le goût Objectifs : Reconnaitre les

Plus en détail

Questionnaires sur les étapes du développement

Questionnaires sur les étapes du développement Questionnaires sur les étapes du développement De 31 mois 16 jours à 34 mois 15 jours Questionnaire 33 mois S il vous plaît, veuillez répondre aux questions suivantes. Veuillez utiliser un stylo à encre

Plus en détail

Contact technique : ludovic Bouaud : 06 19 92 50 90 / johnludal@gmail.com. Collectif Ildi, Eldi! «Shakespeare is dead get over it» FICHE TECHNIQUE

Contact technique : ludovic Bouaud : 06 19 92 50 90 / johnludal@gmail.com. Collectif Ildi, Eldi! «Shakespeare is dead get over it» FICHE TECHNIQUE Contact technique : ludovic Bouaud : 06 19 92 50 90 / johnludal@gmail.com Collectif Ildi, Eldi! «Shakespeare is dead get over it» FICHE TECHNIQUE Durée du spectacle : 1H25 Jauge maximum : 300 spectateurs

Plus en détail

PETER PAN OU LE PETIT GARÇON QUI HAÏSSAIT LES MERES

PETER PAN OU LE PETIT GARÇON QUI HAÏSSAIT LES MERES TOURNEE 2010 / 2011 PETER PAN DE JAMES MATTHEW BARRIE, ADAPTATION D ANDREW BIRKIN, TRADUCTION DE CELINE ALBIN-FAIVRE Durée estimée du spectacle : 1h25 avec Fanny Avram : Léna Chambouleyron : Carole Costantini

Plus en détail

DIE LEIDENSCHAFT DER SOLDATEN IM GROßEN KRIEG Nach Schriften und Augenzeugenberichten von Maurice GENEVOIX und Ernst JÜNGER

DIE LEIDENSCHAFT DER SOLDATEN IM GROßEN KRIEG Nach Schriften und Augenzeugenberichten von Maurice GENEVOIX und Ernst JÜNGER Ce spectacle est dédié à Bernard Maris victime de l attentat contre Charlie Hebdo et gendre de Maurice Genevoix. Bernard Maris a soutenu et encouragé sa création et sa réalisation. DIE LEIDENSCHAFT DER

Plus en détail

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu JEUX : Jeu des paires Quelles différences? E.P.S. : - jeu Jacques a dit - Chasse au trésor - Mise en place d un parcours ÉCOUTER, MEMORISER

Plus en détail

Les 5 sens Maternelle et cycle 2

Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Objectifs Exemples de visites Propositions d exploitation en arts visuels Service Educatif du Musée de Saint-Lô Dany Jeanne Pourquoi un projet sur les sens? L approche

Plus en détail

Rencontre avec un singe remarquable

Rencontre avec un singe remarquable Rencontre avec un singe remarquable Ce spectacle, inspiré du Kathakali, est une invitation au voyage, à la découverte d une culture aux multiples couleurs pour un récit plein de rêve et de magie Spectacle

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME Cahier de recommandations en vue de la réalisation d une devanture commerciale PLU prescrit le 26 mars 2007 PLU arrêté le 20 septembre 2010 PLU approuvé le 19 septembre 2011 Modification

Plus en détail

Nous joindre...3. Informations générales...4. Billetterie...5. Jauges des prix des billets salle 1...6. Jauges des prix des billets - salle 2...

Nous joindre...3. Informations générales...4. Billetterie...5. Jauges des prix des billets salle 1...6. Jauges des prix des billets - salle 2... CAHIER TECHNIQUE TABLE DES MATIÈRES Nous joindre...3 Informations générales...4 Billetterie...5 Jauges des prix des billets salle 1...6 Jauges des prix des billets - salle 2...8 Plan de la salle 1 (parterre

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE B.O. n 3 du 19 juin 2008 HORS SERIE Maternelle : AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS Compétences visées (Cv) Se repérer et se déplacer dans l espace. Adapter ses actions

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale)

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) 8h45-9h00 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité

Plus en détail

L Opéra-Théâtre de Strasbourg

L Opéra-Théâtre de Strasbourg L Opéra-Théâtre de Strasbourg Dossier pédagogique Département jeune public En deux mots Chargé à la fois de l histoire de la ville, de celle de l Opéra national du Rhin et des souvenirs des spectacles

Plus en détail