FAQ Foire aux questions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FAQ Foire aux questions"

Transcription

1 FAQ A) ACHAT DE MONNAIES A-1) Existe-t-il un magasin Swissmint? Non. Vous devez commander les monnaies auprès de notre boutique en ligne ou vous les procurer auprès d un marchand de monnaies. Liste des marchands de monnaies A-2) Peut-on payer auprès de Swissmint par carte de crédit? Un paiement par carte de crédit est malheureusement impossible. Les monnaies de collection étant de l argent, l envoi n intervient que contre paiement anticipé. A-3) Peut-on se procurer des monnaies commémoratives anciennes auprès de Swissmint? Seules sont disponibles les monnaies offertes dans notre boutique en ligne. Pour des émissions plus anciennes, veuillez vous adresser à votre marchand de monnaies. Liste des marchands de monnaies A-4) Peut-on se procurer auprès de Swissmint des monnaies d or et d argent en onces dites monnaie de thésaurisation ou monnaie-lingot (voir les explications plus loin)? Non. On ne peut se procurer que les articles en vente dans notre boutique en ligne. A-5) Peut-on se procurer auprès de Swissmint des pièces de monnaie en circulation, par exemple une nouvelle pièce de cinq francs? Swissmint livre à la Banque nationale suisse, chargée de la mise en circulation, toutes les pièces frappées destinées au trafic des paiements. La Banque nationale ne met en circulation un nouveau millésime que lorsque les anciens millésimes de la pièce concernée sont épuisés. Le délai peut facilement atteindre deux ou trois ans. On peut se procurer les nouvelles pièces au guichet de la Banque nationale; cette dernière ne fait pas d envoi. Néanmoins, les millésimes actuels (des deux ou trois dernières années) sont disponibles en deux qualités de frappe auprès de Swissmint, en une série qui regroupe le jeu de monnaies et une pièce commémorative bimétallique. On peut également se procurer le jeu de monnaies pour nouveau-né avec médaille, auprès de notre boutique en ligne ou des points de vente de la Poste les plus importants. A-6) Peut-on se procurer des catalogues de monnaies auprès de Swissmint? Non. On trouvera sur notre page d'accueil, dans la colonne de droite, un lien intitulé «Catalogues actuels des pièces de monnaie suisses». B) VENTE ET ESTIMATION DE MONNAIES B-1) Je souhaite vendre ma collection de monnaies. A qui puis-je m adresser? La meilleure solution est de s adresser à un marchand de monnaies. Liste des marchands de monnaies Les pièces de monnaie d argent anciennes qui n ont plus cours et dont les dimensions correspondent aux pièces actuelles peuvent encore être échangées en tout temps auprès de la Banque nationale à leur valeur nominale. Un tel échange n est toutefois indiqué que si le cours de l argent est bas. Page 1 de 11

2 B-2) Puis-je faire estimer ma collection par Swissmint? Swissmint ne procède à aucune estimation. Veuillez pour ce faire vous adresser à un marchand de monnaies. Liste des marchands de monnaies B-3) Jusqu à quand peut-on échanger des pièces de monnaie qui n ont plus cours? Lorsqu une pièce n a plus cours, elle peut être échangée à sa valeur nominale durant deux ans environ auprès de la Poste, des Chemins de fer fédéraux suisses et de la Banque nationale suisse. Puis, dans un délai de 20 ans à compter de sa mise hors cours, elle peut encore être échangée auprès de la Banque nationale suisse. Enfin, aucun délai n est mis à la reprise des pièces courantes mises hors cours lorsque leurs dimensions et motifs correspondent aux pièces qui ont cours (cf. le tarif du 7 avril 2006 pour les monnaies mises hors cours). C) GÉNÉRALITÉS ET CONSIDÉRATIONS TECHNIQUES SUR LA MONNAIE SUISSE C-1) A partir de quand l euro sera-t-il la monnaie suisse? Jusqu à nouvel avis, la Suisse n introduira pas l euro. C-2) Quand la pièce de dix francs sera-t-elle introduite? Une pièce courante de dix francs ne verra pas le jour dans un avenir proche. C-3) Qui décide des sujets et des motifs des pièces de monnaie courantes? Le Conseil fédéral approuve les sujets et les motifs des pièces de monnaie courantes. C-4) Qui décide des sujets et des motifs des pièces de monnaie commémoratives? Le chef du Département fédéral des finances approuve les sujets des pièces commémoratives, et le directeur de l Administration fédérale des finances leurs motifs. C-5) Qui décide des quantités de pièces frappées? La Banque nationale suisse détermine les besoins en pièces de monnaie courantes. La Confédération étant responsable des émissions, Swissmint présente une proposition au chef du Département fédéral des finances par l intermédiaire de l Administration fédérale des finances. Le chef du département autorise alors le programme de frappe. Swissmint décide des quantités de pièces de collection. C-6) Combien de pièces de monnaie circulent-elles? Plus de cinq milliards totalisant une valeur nominale de plus de 2,9 milliards de francs, ce qui correspond à plus de tonnes. C-7) Les pièces de monnaie sont-elles soumises aux limitations de la masse monétaire de la Banque nationale suisse? Bien que des pièces de monnaie circulent pour quelque 2,9 milliards de francs, ce montant est trop insignifiant pour que l on doive en tenir compte dans le calcul de la masse monétaire. Les quantités de pièces frappées sont donc déterminées par les besoins. C-8) Pourquoi la pièce de 50 centimes porte-t-elle la valeur «½ fr.» et non «50 centimes»? La première loi fédérale de 1850 sur la monnaie s inspirait fortement du système monétaire français. A l instar du franc français, le franc suisse a été défini comme suit: «Cinq grammes d argent, au titre de neuf dixièmes de fin constituent l unité monétaire suisse sous le nom de franc» (= étalon monétaire). Le jeu de monnaies se déclinait en trois séries, qui se distinguaient par leur couleur et leur frappe: les pièces d argent libellées en francs de ½, 1, 2 et 5 francs, les monnaies de billon (alliage à faible teneur en argent) de 5, 10 et 20 centimes, et les monnaies de bronze de 1 et 2 centimes. Conformément à la définition légale, la pièce de 5 francs pesait 25 grammes d argent, au titre de 0,900 de fin, la pièce de 2 francs 10 grammes, la pièce de 1 franc 5 grammes et la pièce d un demi-franc 2,5 grammes (= pièces frappées à leur pleine valeur = pièces de monnaie courantes). La dénomination «½ franc» a été reprise de la pièce française correspondante, qui portait jusqu en 1845 l indication de valeur «½ FRANC» ou «DEMI- Page 2 de 11

3 FRANC». Conjointement avec son sujet (Helvetia assise), elle marquait l appartenance du demifranc au groupe des pièces d argent. C-9) Pourquoi la pièce de ½ fr. est-elle plus petite que la pièce de 20 centimes? Comme évoqué au point C-8, le jeu de pièces de monnaie était composé à l origine de trois séries, à savoir les pièces de bronze, de billon et d argent. La plus petite des pièces d argent était le demi-franc qui pesait 2,5 grammes pour un diamètre de 18 mm. Outre les pièces d argent frappées à leur pleine valeur (pièces de monnaie courantes), il existait des pièces de monnaie divisionnaires (= de valeur inférieure à leur valeur nominale): les pièces de billon (5, 10 et 20 centimes) et les pièces de bronze (1 et 2 centimes). Pour ces pièces, le poids n était pas déterminé par l étalon monétaire, de sorte que leur alliage et leurs dimensions pouvaient être définis indépendamment de l étalon monétaire. Il n était donc pas nécessaire de frapper des pièces de 20 centimes encore plus petites que celles d un demi-franc, déjà minuscules. C-10) Quel nom portent les types de caractères utilisés sur les pièces d un franc et de 5 francs? Les caractères utilisés pour les pièces en circulation ne correspondent pas à un type normé: il s agit d écritures de fantaisie conçues spécifiquement pour les types de pièces en question. C est pourquoi elles ne portent pas de nom. C-11) De quoi sont faites les pièces de monnaie suisses ayant cours légal? La pièce de 5 centimes est en bronze d aluminium, les autres pièces en cupronickel. Les pièces commémoratives sont bimétalliques, en argent ou en or. Cf. les données techniques des pièces de monnaie suisses ayant cours légal (PDF, 140 Mo). C-12) Depuis quand nos pièces de monnaie ne sont-elles plus en argent? Depuis 1968, les pièces en francs (de ½ fr. à 5 francs) ne sont plus fabriquées en argent 0,835, mais en cupronickel. Seule la pièce de 5 francs de 1969 a encore été frappée en argent. La raison du changement est à rechercher dans une hausse du cours de l argent. La valeur en argent des pièces de ½ fr., 1 franc et 2 francs dépassant dès lors leur valeur nominale, les monnaies ont été fondues par des tiers pour en tirer une plus-value. Cela ne s est pas produit pour la pièce de 5 francs (cf. C-13 infra). La mise hors cours de toutes les pièces de monnaie en argent a été fixée au 1 er avril 1971, puis reportée au 31 mars C-13) Est-il exact que la pièce de 5 francs de 1969 est encore en argent? La teneur en argent de la pièce de 5 francs étant comparativement plus faible que celle des autres pièces en argent (la pièce de 5 francs ne pesait que trois fois plus que celle de 1 franc), il n y avait guère de risque que la valeur de l argent qu elle renfermait dépasse sa valeur nominale. En guise de préparation à un passage à des pièces en métaux non précieux, un grand nombre de pièces de 5 francs ont été frappées en cupronickel durant les années 1967 et 1968 (33,81 millions) sans pour autant être mises en circulation. En 1969, on a frappé et mis en circulation pour la dernière fois des pièces de 5 francs en argent (8,637 millions d unités) millésimées Le retrait des autres pièces en argent a provoqué un véritable engouement des collectionneurs, auquel la pièce de 5 francs n a pas échappé non plus. Lorsque le nombre de pièces de 5 francs eut fortement diminué en 1969 et que le cours de l argent se fut à nouveau envolé après une courte baisse, la décision a été prise de passer définitivement au cupronickel pour cette pièce également. C-14) De quoi sont composées les pièces de billon? Le billon est un alliage de cuivre à faible teneur en argent. D autres métaux entrent dans sa composition: le zinc, l étain ou le nickel. Les pièces de billon de la Confédération (5, 10 et 20 centimes) avaient une teneur en argent de 50 à 150 millièmes. A partir de 1871, elles ont été remplacées par des pièces de cupronickel (5 et 10 centimes) et de nickel pur (20 centimes). Selon l encyclopédie en ligne Wikipedia (édition en langue allemande), le mot «billon» serait un dérivé du latin médiéval «billio», signifiant moyen de paiement. C-15) Qu entend-on par monnaie de thésaurisation? Les monnaies de thésaurisation sont des pièces de monnaie également connues sous la dénomination de monnaie-lingot et servent de placements. Elles sont frappées en grand nombre Page 3 de 11

4 et négociées à l échelle planétaire avec un modeste agio. Elles sont généralement composées d or à 22 carats (916,7), d or fin ou d argent fin, et sont frappées en onces (31,103 g) ou en fraction d once. Parmi les plus connues de ces pièces de monnaie de placement, on trouve le krugerrand (Afrique du Sud: 22 carats, poids de la frappe en onces 33,930 g), l eagle (Etats-Unis d Amérique: 22 carats), le maple leaf (Canada: 999,9), le britannia (Royaume-Uni: 22 carats), le kangaroo (Australie: 999,9) ou encore le Philharmoniker (Autriche: 999,9). En Suisse, le vreneli (frappé pour la dernière fois en 1949) présente le caractère d une pièce de monnaie de placement, bien qu il ne réponde que conditionnellement aux critères évoqués. C-16) Pourquoi Swissmint n émet-elle pas de monnaie-lingot? Eu égard au faible agio et aux débouchés limités, la production d une monnaie-lingot suisse ne serait pas rentable. De plus, l émission de ce type de pièces est liée à d importants risques financiers en raison des fluctuations du cours de l or. C-17) Les monnaies d or sont-elles entièrement composées d or? Pour autant qu il ne s agisse pas de pièces en métal fin, telles les monnaies de thésaurisation (cf. C-15 supra), les monnaies d or sont constituées d un alliage. Un alliage est un mélange, par exemple d or et de cuivre, obtenu par un processus de fonte. L alliage se distingue généralement du métal fin par une plus grande dureté et une meilleure résistance à l usure. L alliage usuel des pièces d or suisses renferme 90 % d or et 10 % de cuivre (or 0,900). Les pièces de monnaie suisses en argent sont composées de 83,5 % d argent et de 16,5 % de cuivre. Contrairement à un alliage, un placage or ou argent (dorure ou argenture) consiste en une simple et fine couche de métal précieux généralement apposée par galvanisation sur un métal porteur non précieux. La teneur en métal devient infime par rapport au poids total. C-18) Pourquoi tous les vrenelis d or ne sont-ils pas de la même couleur, en d autres termes, pourquoi certains paraissent-ils plus «dorés» que d autre? L alliage utilisé pour la frappe des vrenelis de même que pour toutes les autres pièces de monnaie d or suisses contient 90 % d or et 10 % de cuivre. La teinte de ce matériau est plutôt rougeâtre. En revanche, les vrenelis eux-mêmes sont de couleur jaune ou jaune-rougeâtre, ce qui est dû au fait que les flans monétaires (dits aussi rondelles) sont oxydés avant la frappe et décapés par la suite. Lors du processus de décapage, du cuivre est retiré de la surface, ce qui provoque un enrichissement de cette surface en métal précieux, dans le cas présent en or. En fonction de l intensité du décapage, la teinte est plus ou moins jaune. Le décapage offre plusieurs avantages: la pièce paraît plus dorée et présente une surface plus esthétique, plus résistante et exempte de taches, tout en conservant les bonnes propriétés techniques de l alliage d or et de cuivre, à savoir une grande dureté, la résistance à l usure, l homogénéité et la facilité de frappe. Ces éléments étaient importants, car les vrenelis frappés à l époque étaient mis en circulation et donc soumis à une forte utilisation. C-19) Qu entend-on par «frappe médaille» et «frappe monnaie»? Le rapport entre le verso et le recto de la pièce est donné par l orientation du coin au moment de la frappe. Pour ce qui est de la frappe dite médaille (frappe allemande), les deux faces de la pièce sont frappées dans le même sens, alors que dans la frappe monnaie (frappe française), les deux faces sont frappées tête-bêche. Le tableau de frappe précise le type de chaque émission (cf. également D-20 infra). C-20) Pourquoi certaines pièces de monnaie sont-elles munies d une frappe de la tranche? A l origine, les pièces en métal précieux présentaient une cannelure pour éviter l usure du métal précieux sur le bord de la pièce (= réduction de l épaisseur de la pièce). Plus tard, la frappe de la tranche (inscriptions et cannelures) est devenu un moyen important d empêcher les falsifications. Aujourd hui encore, le cordon reste le point faible des fausses pièces de monnaie. C-21) Pourquoi les pièces de monnaie sont-elles dotées d un listel? Le listel, qui entoure l image de la pièce de monnaie, n est pas d abord un élément décoratif, mais sert à préserver l image de l usure. Les motifs en bâtonnets qui l ornent protègent ainsi la frappe. Page 4 de 11

5 C-22) Qu est-ce qu un jeu de monnaies? Un jeu de monnaies se compose des pièces de monnaie en circulation, en général du même millésime, d un pays et qui ont cours légal. C-23) Qu entend-on par «jeu de monnaies pour nouveau-né»? Il s agit d un jeu de monnaies ayant vocation de cadeau de naissance et qui regroupe les pièces de l année de naissance de l enfant, éventuellement complétées d une médaille. C-24) Pourquoi certaines pièces de monnaie ont-elles un bord cannelé et d autres non? Une pièce était et est encore dotée d un cordon pour des raisons de sécurité. Initialement, le cordon devait éviter qu une pièce de monnaie en métal précieux ne s use dans les bords. Depuis que nos pièces de monnaie ne contiennent plus de métaux précieux, le thème de l usure des pièces n est plus d actualité. Néanmoins, le cordon reste un élément de sécurité important: l expérience montre que les principaux problèmes de la fabrication de fausse monnaie proviennent du cordon. Les pièces de monnaie de faible valeur nominale n étant guère falsifiées, on peut renoncer à les doter d un cordon. A partir de la pièce de ½ fr., les pièces sont cannelées, et la pièce de 5 francs porte même une inscription qu il est encore plus difficile de reproduire. Par ailleurs, le cordon est une caractéristique distinctive importante pour les personnes malvoyantes. Grâce aux cannelures, elles peuvent distinguer facilement une pièce de ½ fr. d une pièce de 5 centimes. D) NUMISMATIQUE SUISSE D-1) Depuis quand le franc suisse existe-t-il sous sa forme actuelle? Depuis 1850, c est-à-dire au moment où la régale des monnaies est passée des cantons à la Confédération. Toutefois, il faudra attendre la dissolution de l Union monétaire latine (cf. infra) le 1 er janvier 1927 pour que seules des monnaies suisses aient cours légal dans notre pays. D-2) Pourquoi les premières monnaies de la Confédération ont-elles été frappées à l étranger? Les premières monnaies de la Confédération ont été frappées à Paris et Strasbourg. La Suisse ne disposait en effet d aucun atelier performant, dont la création n était d ailleurs initialement pas envisagée. Toutefois, les monnaies produites dans les ateliers français laissaient quelque peu à désirer. Pour remédier à cette situation, la Confédération a repris en 1853 les anciens ateliers de l Etat de Berne au Gerberngraben. Certes, la réforme monétaire de 1850/52 a remplacé les anciennes monnaies suisses, mais le nombre relativement modeste des nouvelles frappes ne suffisait de loin pas à nationaliser l ensemble de la circulation monétaire, ce qui n était d ailleurs pas prévu. Le parallélisme étroit avec le système monétaire français permettait de recourir à des frappes étrangères et d économiser ainsi de l argent. D-3) Qu est-ce que l «Union monétaire latine»? Un système de paiements international faisait défaut à l essor économique mondial du 19 e siècle. Pour faciliter leurs échanges commerciaux, la France, la Belgique, l Italie et la Suisse ont conclu en 1865 un accord monétaire (connu sous le nom d Union monétaire latine), qui définissait de façon détaillée le poids, le titre, la forme et le cours des monnaies d or et d argent, et qui contingentait pour chaque pays les frappes en fonction de la population. En 1866, le gouvernement fédéral déclarait: «Le Conseil fédéral considère l égalité des monnaies en argent des quatre pays comme un premier pas vers la concrétisation de l idée de système monétaire universel». L accord monétaire, auquel la Grèce a également adhéré par la suite, est formellement resté en vigueur jusqu en Depuis, seules les monnaies suisses ont cours légal dans notre pays. En 2002, l Union européenne a franchi une nouvelle étape vers la création d une monnaie commune européenne en introduisant l euro, cette fois-ci sans participation de la Suisse. D-4) D où vient le terme «Rappen»? A l origine, le «Rappen» était un type de pfennig de couleur sombre, répandu au 14 e siècle dans les régions du Rhin supérieur. On a cru longtemps que le terme s appliquait aux pfennigs des Page 5 de 11

6 ducs de Rappolstein du fait qu ils portaient en effigie une tête de corbeau (en allemand «Rabe»). On pense aujourd hui que la couleur sombre de la monnaie est à l origine de la dénomination, «rapp» signifiant en ancien haut-allemand «sombre», comme dans le terme «Rappen» qualifiant un cheval à la robe sombre (source: D-5) D où vient le terme «franc»? Le terme «franc» qualifiait une monnaie d or française de 1360, qui portait l inscription latine Rex francorum (roi des Francs). En 1577, le franc a également été frappé en France sous la forme d une monnaie d argent. Une monnaie d argent de dix batzen frappée à Berne dès 1757, et plus tard à Bâle, Soleure et Lucerne, était connue sous le nom de «Schweizer Franken» (en français livre suisse). Sous la République helvétique, on a tenté d appliquer à la monnaie le système décimal sur le modèle du système monétaire bernois. A partir de 1799, la monnaie devait être unifiée par le franc suisse, contenant 6,6194 g d argent fin et subdivisé en 10 batzen ou 100 centimes. Cette réforme a toutefois échoué faute de métal fin. Sous la Médiation (1803 à 1813), la régale des monnaies a été réattribuée aux cantons. La Diète a certes tenté d instaurer un système monétaire unifié, mais jusqu à la réforme monétaire de l Etat fédéral, des francs de divers poids, titres et frappes n ont cessé de circuler - outre de nombreuses autres monnaies. La Confédération a repris la régale de la monnaie en 1848 et a défini le franc en tant que monnaie d argent, subdivisée en 100 centimes (source: Dictionnaire historique de la Suisse). D-6) D où vient le terme allemand de «Fünfliber» pour la pièce de cinq francs? L appellation populaire «Fünfliber» trouve son origine dans la dénomination française «livre» (soit «Pfund» en allemand). Le franc français, dérivé de la livre tournois, était de valeur sensiblement égale à cette dernière. Pour cette raison, la pièce française de cinq francs, qui circulait en Suisse, a été désignée dans notre pays par «Fünflivres». Ce terme s est appliqué par la suite à la pièce de cinq francs nationale qui était de même taille que la pièce française dont elle s inspirait. Avec le temps, le «Fünflivres» a pris le nom aujourd hui courant de «Fünfliber». D-7) D où vient le terme allemand «Stutz» pour le franc? «Häsch mer füf Stutz?» (t as pas cinq francs?), ou encore «Für dä Charre z chaufe bruchsch en Huufe Stütz» (cette voiture est chère). Le Schweizer Idiotikon, dictionnaire commentant des expressions anciennes ou récentes de la langue parlée et des dialectes, se borne à mentionner: Stutz = Franken dans la langue de la rue, des soldats et des étudiants. Le Deutsches Wörterbuch de Jacob et Wilhelm Grimm (Leipzig 1942, éditions S. Hirzel) donne pour «Stutz» - parmi d autres termes qui n ont guère de lien avec l argent - les explications suivantes: Stutz = Tausch (échange), stutzen = tauschen (échanger), verstutzen = verprassen (gaspiller). L argent est notoirement un moyen d échange, c est-à-dire qu il peut être échangé contre une marchandise. On peut donc admettre que le terme dialectal «Stutz» dérive de la même expression de l ancien allemand pour «échange». D-8) D où vient le terme de «thune» utilisé en Romandie pour la pièce de cinq francs? Au 17 e siècle, la notion française de «thune» signifiait «aumône». Après la Révolution française, la nouvelle pièce d argent de cinq francs a été baptisée «thune» car elle servait à l aumône. Ce premier sens s est aujourd hui perdu. D-9) Qui est Helvetia? Helvetia est la représentation allégorique de la Suisse. Elle est un personnage de fantaisie qui n a jamais existé. Les figures allégoriques étaient très prisées aux 18 e et 19 e siècles. Alors qu il lui était permis de s asseoir sur les premières pièces d un franc, Helvetia est depuis 1874 condamnée à rester debout. D-10) Qui est Libertas? Libertas est la représentation allégorique de la liberté. Son profil se retrouve sur les pièces actuelles de 5, 10 et 20 centimes, de même que sur les pièces d or des années 1883 à Libertas se reconnaît à ses attributs, par exemple le bonnet phrygien, ou dans le cas des monnaies suisses, par l inscription LIBERTAS. Page 6 de 11

7 D-11) Quelle pièce de monnaie désigne-t-on par «vreneli» et d où vient ce nom? Le «vreneli» désigne les monnaies d or suivantes: 20 fr. de 1897 à 1949, 10 fr. de 1911 à 1922, et 100 fr. de La désignation «vreneli» ne s est répandue que peu avant la Seconde guerre mondiale et on ne la trouve imprimée pour la première fois qu en Une explication possible serait que la représentation d une jeune Helvetia par Landry ressemble davantage à une «Vreneli» (une jeune fille) qu à la mère de la patrie. Contrairement à ce que l on admettait jusqu ici, aucun lien avec sainte Vérène n a pu être établi (pour plus de détails, voir la publication Das Goldvreneli [289 Mo, en allemand seulement]). D-12) Pourquoi les Tessinois appellent-ils le vreneli d or «marengo»? Le nom «marengo» trouve son origine dans la localité piémontaise de Marengo, un quartier d Alessandria. Le «marengo» originel était une monnaie d or d une valeur nominale de 20 francs, pesant 6,542 g et frappée à Turin après la victoire de Napoléon Bonaparte sur les Autrichiens dans les environs de Marengo (en 1800). La monnaie porte à l avers un buste de Minerve et l inscription «L ITALIE DÉLIVRÉE À MARENGO» et au revers la mention «20 FRANCS» et la devise «LIBERTÉ - ÉGALITÉ ERIDANIA». L appellation «marengo» a été utilisée ultérieurement en Italie pour d autres pièces françaises de 20 francs (par ex. le napoléon), de même que pour les monnaies d or de 20 francs et de 20 lires frappées en accord avec le système monétaire français et utilisées en Belgique, en Italie et en Suisse (Union monétaire latine) et partant, pour le vreneli d or (marengo belga, marengo italiano, marengo svizzero). D-13) Pourquoi certains vreneli d or de 1935 portent-ils un «L» à gauche du millésime? Après la Seconde guerre mondiale, une forte demande s est développée en Suisse pour les monnaies d or. Lors des années 1945 à 1947, plus de 20 millions de vrenelis d or de 20 francs ont été frappés. Contrairement à la loi monétaire de 1931, l arrêté de 1936 fondé sur le droit d urgence et décrétant la dévaluation ne prévoyait plus de parité-or fixe, de sorte que l on a muni ces pièces du millésime 1935 pour indiquer qu elles respectaient la teneur en or fin prescrite par la loi monétaire. Pour distinguer les frappes de l après-guerre de celles de 1935 et pour souligner leur caractère commercial, le millésime 1935 a été précédé de la lettre «L» (signifiant lingot). Ultérieurement, on a renoncé à antidater les frappes, c est-à-dire que les pièces ne portaient plus que le millésime réel d émission. Le lien avec la loi monétaire de 1931 était garanti par l inscription «AD / LEGEM ANNI / MCMXXXI» apposée sur la tranche (conforme à la loi de 1931). De plus, 9,2 millions de pièces ont été frappées avec le millésime 1947 (pour plus de détails, voir la publication Das Goldvreneli [289 Mo, en allemand seulement]). D-14) Qui a servi de modèle au «vreneli»? Initialement, l identité du modèle de la jeune Helvetia ne constituait pas un problème. Toutefois, au sortir de la Seconde guerre mondiale, deux fils ont revendiqué cet honneur pour leur mère décédée. Ainsi, le modèle du vreneli aurait été soit Françoise Kramer-Egli ( , de Neuchâtel), soit Rosa Tännler ( , de Gadmen dans l Oberhasli). Sur la base d informations documentaires, l hypothèse Tännler semble plus crédible, car dans une lettre de 1895 au conseiller fédéral Hauser, l artiste Fritz Landry évoquait avoir étudié pour son projet révisé un «type de femme très pur du Hasli». Rosa Tännler était à l époque âgée de 17 ans, alors que Françoise Kramer-Egli avait déjà 36 ans. La jeunesse de l Helvetia représentée plaide plutôt en faveur du modèle Tännler. D-15) L effigie de la pièce de cinq francs est-elle celle de Guillaume Tell? Le portrait figurant sur la pièce de cinq francs ne représente pas Guillaume Tell, mais un berger d alpage. Les premières esquisses du concepteur de la pièce Paul Burkhard sont éloquentes à ce propos. Cf. Paul Burkhard und der Fünfliber [1248 Mo, en allemand seulement]. D-16) Que signifie l inscription «DOMINUS PROVIDEBIT» sur la tranche de la pièce de cinq francs? «Dieu y pourvoira» (Genèse 22,8). Les devises religieuses étaient fort prisées depuis le Moyen- Âge et se retrouvent fréquemment sur des pièces de monnaie, essentiellement sous forme de légendes. Cf. DOMINUS PROVIDEBIT und andere Devisen (506 Mo, en allemand seulement). Page 7 de 11

8 D-17) Quels végétaux décorent-ils nos pièces de monnaie courantes? Pièces de 5 centimes: feuilles de vigne; de 10 centimes: feuilles de chêne; de 20 centimes: rhododendrons; de ½ fr. à deux francs: feuilles de chêne et rhododendrons; de cinq francs: edelweiss et rhododendrons. D-18) Que signifie l inscription INCT. sur les pièces de cinq ou deux francs? INCT. est l abréviation de «incidit» du verbe latin «incidere» et signifie «gravé par». Ainsi, «A. BOVY INCT.» veut dire «gravé par Antoine Bovy» (sur les pièces de ½ fr. à deux francs) et «P. BVRKHARD, INCT.», «gravé par Paul Burkhard» (sur les pièces de cinq francs). On trouve des inscriptions similaires sur les pièces d or de 25 francs de Remo Rossi: on peut y lire «HODLER PINX», abréviation de «pinxit» (ou «peint par») du verbe latin «pingere» et «ROSSI SCULPT», abréviation de «sculpcit» (ou «sculpté par»), du verbe latin «sculpere». D-19) Comment l inscription de la tranche de la pièce de cinq francs est-elle disposée? L inscription qui entoure la pièce de cinq francs (lettres et étoiles en relief) est toujours positionnée de la même façon: vue de l effigie, elle débute en bas vers l encolure du berger et se subdivise en trois sections dans le sens des aiguilles d une montre, c est-à-dire «DOMINUS / PROVIDEBIT /». En ce qui concerne les pièces de cinq francs portant des inscriptions en creux (millésimes 1985 à 1993), la position est aléatoire car elles étaient gravées lors d un processus séparé avant la frappe. D-20) Une pièce d un franc frappée tête-bêche est-elle fausse? Depuis 1982, toutes les pièces de monnaie sont produites en frappe médaille ( ), c est-à-dire que les deux faces sont frappées dans le même sens (, frappe dite «allemande»). En revanche, jusqu en 1981, les pièces de ½ fr. à cinq francs étaient frappée tête-bêche, c est-à-dire le recto dans un sens et le verso dans l autre (, frappe dite «monnaie» ou «française»), alors que les pièces de 1 à 20 centimes étaient déjà produites en frappe médaille. Le changement visait une meilleure présentation des pièces dans les jeux de monnaies (jeux de monnaies annuels). Cf. C-19 supra. D-21) Que signifient les treize étoiles sur la tranche de la pièce de cinq francs? Comme en témoigne un rapport de 1889 du directeur de la Monnaie fédérale Edmund Platel, les treize étoiles n ont aucune signification allégorique. Il ne s agit en effet que de signes de remplissage. Les hypothèses suggérant que les étoiles en question représentent les treize premiers cantons de la Confédération ou sont un symbole religieux (trois étoiles pour la Trinité et les dix autres pour les dix commandements) ne reposent sur aucune base sérieuse. D-22) Que signifient les étoiles sur les pièces de ½ fr., d un franc et de deux francs? La couronne d étoiles représente les cantons de la Confédération. Jusqu en 1982, elles étaient au nombre de 22, et une étoile s y est ajoutée dès 1983 pour le canton du Jura créé en Depuis l entrée en vigueur en 2000 de la Constitution fédérale totalement révisée, il n y a plus de demi-cantons, de sorte que la Confédération se compose non plus de 23, mais de 26 cantons (art. 1 Cst. 1999). Toutefois, les anciens demi-cantons ne comptent encore que pour moitié au sein du Conseil des Etats et de la majorité des cantons (art. 142 et 150 Cst. 1999), de sorte que les 23 étoiles ne représentent plus depuis 2000 les cantons, mais les «Etats» de la Confédération. D-23) Poinçon «B» Le poinçon «B» apposé sur les pièces de monnaie suisses signifie «Berne» (Monnaie fédérale). Certaines pièces, notamment des années 1850/1851 et 1894, portent des poinçons d ateliers étrangers (Paris, Strasbourg, Bruxelles). D-24) Pourquoi certaines pièces ne portent-elles pas de poinçon? Entre 1970 et 1985, les pièces de monnaie suisses courantes ont été frappées sans poinçon. On sait que le retrait des pièces en argent en 1968 a suscité au sein de la population suisse nombre de vocations de collectionneur, confinant quelquefois à la passion. On collectionnait non seulement les anciennes pièces de monnaie, mais également les nouvelles fraîchement frappées en cupronickel. Les pièces de ½ fr. et d un franc des années 1968 et 1969 ayant été frappées sous deux formes (avec ou sans poinçon «B», les secondes ayant été produites à Londres pour Page 8 de 11

9 pallier le manque de pièces), les deux sortes ont été collectionnées. Cette activité a provoqué une raréfaction des pièces de monnaie courantes, raison pour laquelle on a renoncé au poinçon «B» dès 1970 avant de le réintroduire en D-25) Depuis quand la pièce de cinq centimes est-elle de couleur dorée? Depuis Auparavant, elle était produite en cupronickel blanc, aujourd hui en bronze d aluminium dans le but de mieux la distinguer des pièces de ½ fr. D-26) Comment peut-on distinguer entre les première et deuxième frappes de la pièce commémorative de 250 francs de 1991? La tranche de la première frappe porte l inscription «CONFOEDERATIO HELVETICA ». On a ajouté à celle de la seconde frappe un point au-dessus et un autre en-dessous du trait d union entre les deux dates: « ». D-27) Depuis quand ne paie-t-on plus en monnaies d or en Suisse? Depuis A la suite de la crise économique mondiale, la Suisse a dévalué le franc de quelque 30 %. La valeur matérielle des pièces d or dépassait ainsi leur valeur nominale, et ces pièces ont disparu de la circulation. D-28) Quelle est la première pièce commémorative suisse? Le succès de la souscription de l emprunt de 1936 pour la défense nationale a conduit le Conseil fédéral à émettre la première pièce commémorative; pièces de cinq francs en argent ont été frappées. D-29) Depuis quand les jeux de monnaies existent-ils? Depuis D-30) Les pièces commémoratives des tirs fédéraux avec valeur faciale sont-elles des monnaies ou des médailles? Les pièces commémoratives en argent dites des tirs fédéraux, frappées durant les années 1850 à 1885 par la Monnaie fédérale sur mandat des organisateurs ne constituaient pas des moyens de paiement légaux en dépit de leur valeur faciale de cinq francs. C est pourquoi elles n étaient pas acceptées en tant qu argent par la caisse de l Etat (sur ordre de l Administration fédérale des finances; cf. Revue suisse de numismatique, 1894, p. 56). Etant donné que ces pièces correspondaient à la pièce de cinq francs courante quant à leurs dimensions, poids et titre, en d autres termes qu elles étaient frappées à leur pleine valeur selon la définition de la loi monétaire, la population s en est servie comme moyen de paiement sans que la Confédération n intervienne, ce qui a également suscité quelques plaintes des Etats associés de l Union monétaire latine. Par ailleurs, les comités d organisation des tirs fédéraux de Fribourg et de Lugano ont commandé plus de pièces que nécessaire, et ont utilisé les stocks excédentaires pour régler leurs fournisseurs, ce qui était une bonne affaire au vu du faible cours de l argent. Néanmoins, la caisse de l Etat n était pas disposée à tolérer cette concurrence vis-à-vis de la monnaie officielle. Dès lors, après 1885, les pièces commémoratives des tirs fédéraux ont été émises sans valeur faciale, devenant ainsi de simples médailles. Les pièces des tirs fédéraux n étant pas des moyens de paiement officiels, elles ne sont pas répertoriées dans la liste des frappes de Swissmint. Après 1934, des pièces commémoratives avec valeur faciale et durée de validité limitée ont de nouveau été frappées; elles pouvaient être échangées à leur valeur nominale lors de la fête de tir. Mais ces pièces n ont pas récupéré leur ancien statut de moyen de paiement, même officieux. D-31) Pourquoi le répertoire des pièces commémoratives de Swissmint et divers catalogues numismatiques ne mentionnent-ils pas la pièce commémorative de l exposition nationale de 1939? La pièce commémorative de l exposition nationale de 1939 n est pas une pièce officielle: il s agit d une frappe privée à durée de validité limitée, échangeable à l exposition nationale (jusqu au 30 novembre 1939) et comparable aux médailles de tir. Les matrices et la frappe ont été effectuées par Huguenin Frères, Le Locle. La médaille se distingue de la pièce de cinq francs en argent par un plus grand diamètre (33,5 mm au lieu de 31,2 mm) et un poids supérieur (19,5 g au lieu de 15 g). Page 9 de 11

10 E) SANTÉ ET ENVIRONNEMENT E-1) Nos pièces de monnaie peuvent-elles provoquer des allergies au nickel? A l exception des pièces de cinq centimes, produites en bronze d aluminium, toutes les pièces de monnaie suisses courantes sont fabriquées en cupronickel (alliage de 75 % de cuivre et de 25 % de nickel). Aucun cas d allergie provoquée par la teneur en nickel des pièces de monnaie n a été reporté. Néanmoins, en cas de forte allergie au nickel, on ne peut exclure des réactions allergiques en cas de contact fréquent avec des pièces de monnaie contenant ce métal. E-2) Que deviennent les pièces de monnaie abîmées et souillées? La Poste, les banques et la Banque nationale les retirent de la circulation et les confient à Swissmint pour destruction. Pour éviter qu elles ne soient utilisées abusivement, les pièces sont passées à la presse et remises aux fournisseurs de flans, aux fins de récupération du métal (recyclage). Ces derniers en tirent de nouveaux flans (appelés aussi rondelles) qui serviront à la fabrication de nouvelles pièces. E-3) Swissmint se préoccupe-t-elle de la sécurité au travail? La norme OHSAS définit les critères d appréciation des systèmes de gestion de la sécurité au travail. Swissmint répond aux exigences dans ce domaine et peut démontrer qu elle a intégré à son processus d entreprise des mesures de sécurité qui se fondent aussi bien sur l initiative propre que sur l autoresponsabilité et qui améliore les résultats obtenus. E-4) Swissmint est-elle engagée dans la protection de l environnement? Depuis 1996, la norme ISO établit à l échelle mondiale des critères de gestion de l environnement, révisés une première fois en Swissmint répond aux exigences, qui portent notamment sur une systématisation de la protection de l environnement au sein de l entreprise et sur la limitation des risques et de l impact environnemental. F) ASPECTS JURIDIQUES F-1) Qui peut frapper monnaie? En Suisse, la Confédération exerce la régale (ou le monopole) de la monnaie. L art. 99, al. 1, de la Constitution fédérale dispose: «La monnaie relève de la compétence de la Confédération; le droit de battre monnaie et celui d émettre des billets de banque appartiennent exclusivement à la Confédération». F-2) Combien de pièces de monnaie au maximum doivent-elles être acceptées en paiement? En vertu de l art. 3, al. 1, de la loi fédérale du 22 décembre 1999 sur l unité monétaire et les moyens de paiement, «toute personne est tenue d accepter en paiement jusqu à 100 pièces suisses courantes». Dans la pratique, cette disposition n est toutefois guère applicable. F-3) Peut-on payer au restaurant avec des pièces commémoratives? L obligation d accepter des pièces commémoratives ne concerne que les caisses de la Confédération, c est-à-dire la Banque nationale suisse, la Poste suisse et les Chemins de fer fédéraux. Un restaurateur n est dès lors pas tenu d accepter en paiement des pièces commémoratives. F-4) Qui décide du maintien en circulation d une pièce courante ou de sa mise hors cours? Le Conseil fédéral. F-5) Les monnaies d argent ont-elles encore cours légal? Les monnaies d argent (de ½ fr. à cinq francs) n ont plus cours légal depuis le 1 er avril Toutefois, la Banque nationale suisse les reprend encore à leur valeur nominale. Page 10 de 11

11 F-6) Peut-on encore payer au moyen des pièces de bronze (un et deux centimes)? La pièce d un centime est hors cours depuis janvier 2007, celle de deux centimes depuis janvier F-7) Quelles pièces hors cours peut-on encore échanger? Les pièces courantes sont reprises, à 100 % de leur valeur nominale, par la Banque nationale suisse pendant 20 ans à compter de leur mise hors cours. Aucun délai n est fixé ni pour la reprise des pièces courantes mises hors cours dont les dimensions et motifs correspondent aux pièces qui ont cours, ni pour l échange des pièces de cinq francs en argent mises hors cours (cf. le Tarif du 7 avril 2006 pour les monnaies mises hors cours). G) FALSIFICATIONS, CONTRÔLES D AUTHENTICITÉ G-1) Trouve-t-on de fausses pièces de monnaie suisses courantes? Oui, bien que leur nombre soit insignifiant par rapport à celui des vraies pièces en circulation. Les pièces étrangères qui sont utilisées dans les automates constituent un problème plus important. En effet, leur valeur dans leur pays d origine ne représente souvent qu une fraction de la valeur des pièces suisses qu elles remplacent. G-2) Comment reconnaît-on les fausses pièces? Les falsifications modernes sont souvent de bonne qualité et sont par conséquent difficilement reconnaissables. Une frappe moins nette ou une couleur différente peuvent signaler une fausse pièce. G-3) Une résonance atypique est-elle un signe de falsification? Elle peut l être, mais souvent, les vraies pièces résonnent différemment. La prudence est de mise lorsqu une pièce résonne sourdement, voire pas du tout. G-4) La Confédération couvre-t-elle les pertes dues à la fausse monnaie? Aucune indemnité n est versée. G-5) Swissmint expertise-t-elle des pièces de collection? Sur demande, Swissmint expertise des pièces suisses de valeur (frappées à partir de 1850). Les prix pratiqués par Swissmint sont fixés par le tarif des émoluments et dépendent de la charge de travail. Lorsqu une pièce se révèle fausse, elle est saisie et remise à la police, qui décide de la suite à donner. G-6) Certaines pièces sont-elles sécurisées à l instar des billets de banque? Les pièces de monnaie sont bien moins souvent copiées que les billets de banque, d une part à cause de leur faible valeur, et d autre part en raison des difficultés et des coûts liés à leur production et à leur mise en circulation. Les éléments de sécurité n ont dès lors pas la même importance que dans le cas des billets de banque. Pour les monnaies, ces éléments sont avant tout, outre la frappe (le relief) des deux faces de la pièce (les motifs), le cordon et l alliage utilisé. S y ajoutent le poids exact et les bonnes dimensions (respectant les seuils de tolérance fixés). Les pièces de cinq francs présentent sur la tranche une inscription en relief très difficile à copier. Les autres pièces en francs (de ½ fr. à deux francs) présentent une tranche cannelée généralement très problématique pour les faussaires. Pour des raisons de coûts, un projet de renforcement de la sécurité des pièces de monnaie suisses a été abandonné en 2004, de même qu une série de monnaies d urgence qui aurait permis d échanger rapidement les pièces concernées en cas de multiplication des falsifications (décision du Conseil fédéral du 19 octobre 2005). Page 11 de 11

Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent»

Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent» 27 mars 2009 Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent» En Septembre 2008 la Monnaie de Paris a lancé, avec un grand succès, une nouvelle gamme d euros en métal précieux : les «Euros Or et Argent». Ces

Plus en détail

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522)

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) MEMO/07/413 Bruxelles, le 17 octobre 2007 Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) La décision n est-elle

Plus en détail

Loi fédérale sur l unité monétaire et les moyens de paiement

Loi fédérale sur l unité monétaire et les moyens de paiement Loi fédérale sur l unité monétaire et les moyens de paiement (LUMMP) 941.10 du 22 décembre 1999 (Etat le 1 er janvier 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 99, 122, al. 1 et

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

TVA or et argent Suisse et Union européenne

TVA or et argent Suisse et Union européenne Euporos SA avenue de la gare 5, 1950 Sion (Suisse) 0041 275 66 66 66 (numéro non surtaxé) www.euporos.ch TVA or et argent Suisse et Union européenne Notice d Euporos SA concernant la taxe sur la valeur

Plus en détail

Pièces en argent Les moyens de créer de la monnaie Valeur des métaux précieux par rapport aux devises L argent créé par les banques

Pièces en argent Les moyens de créer de la monnaie Valeur des métaux précieux par rapport aux devises L argent créé par les banques Pièces en argent Les moyens de créer de la monnaie On peut créer de la monnaie avec des métaux précieux : or et argent. On peut créer de la monnaie avec des métaux non précieux : fer ou alliages. On peut

Plus en détail

Pièces et timbres spéciaux pour le 100 e anniversaire de la Banque nationale suisse

Pièces et timbres spéciaux pour le 100 e anniversaire de la Banque nationale suisse Communiqué de presse Börsenstrasse 15 Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Berne, le 22 février 2007 Pièces et timbres spéciaux pour le 100 e anniversaire de la Banque nationale suisse

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

L influence de la crise financière sur le choix de résolution des différends internationaux : vision française et européenne

L influence de la crise financière sur le choix de résolution des différends internationaux : vision française et européenne Caroline Kleiner Professeure (Université de Strasbourg) Table ronde 25-26 octobre 2013 (Paris) L influence de la crise financière sur le choix de résolution des différends internationaux : vision française

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

0.941.334.91. Convention

0.941.334.91. Convention Texte original 0.941.334.91 Convention entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relative à la reconnaissance réciproque des poinçons officiels apposés sur les ouvrages

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

Le Culte moderne des monuments

Le Culte moderne des monuments Le Culte moderne des monuments aloïs riegl La Culte moderne des monuments sa nature et ses origines Traduit de l allemand par mat thieu dumont & arthur lochmann Éditions allia 16, rue charlemagne, paris

Plus en détail

PRESTO 2 EUROS PRESTO 5 EUROS -REGLES DE PARTICIPATION- (A.R. 31.08.2014 - M.B.)

PRESTO 2 EUROS PRESTO 5 EUROS -REGLES DE PARTICIPATION- (A.R. 31.08.2014 - M.B.) LOTERIE NATIONALE Société anonyme de droit public (Loi du 19 avril 2002) septembre 2014 RUE BELLIARD 25-33 1040 BRUXELLES Tel. 02/238.45.11 PRESTO 2 EUROS PRESTO 5 EUROS -REGLES DE PARTICIPATION- (A.R.

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

Innovation. Signée par Jean Paul Gaultier

Innovation. Signée par Jean Paul Gaultier Innovation LE PREMIER LINGOTIN CPoR D UNE ONCE... Signée par Jean Paul Gaultier Alors que le prix de l or a atteint des nouveaux records cette année, et dans une volonté de permettre une encore plus grande

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

CONDITIONS ET TARIFS POUR CLIENTS PRIVÉS

CONDITIONS ET TARIFS POUR CLIENTS PRIVÉS CONDITIONS ET TARIFS POUR CLIENTS PRIVÉS La banque de la clientèle privée et commerciale SOMMAIRE GÉNÉRALITÉS Les modifications des prix et prestations de services demeurent réservées à tout moment. Vous

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine

Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine Répartition des réserves d or et des bénéfices de la Banque nationale 4 octobre 2004 Numéro 37/2 Session d automne des Chambres fédérales : 2e semaine

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

La monnaie, le pognon, l'oseille, le grisbi... soirée débat Mardi 26 mai 2009 - Auberge de la Tour & Attac 05

La monnaie, le pognon, l'oseille, le grisbi... soirée débat Mardi 26 mai 2009 - Auberge de la Tour & Attac 05 La monnaie, le pognon, l'oseille, le grisbi... soirée débat Mardi 26 mai 2009 - Auberge de la Tour & Attac 05 La monnaie, le pognon, l'oseille, le grisbi... en 4 actes : 1- L histoire de la monnaie 2-

Plus en détail

Successions helvético-européennes: L influence du nouveau Règlement européen sur les successions internationales

Successions helvético-européennes: L influence du nouveau Règlement européen sur les successions internationales : L influence du nouveau Règlement européen sur les successions internationales Florence Guillaume Professeur de droit privé et de droit international privé Université de Neuchâtel Journée de formation

Plus en détail

Foire aux Questions Identification chevaux

Foire aux Questions Identification chevaux Foire aux Questions Identification chevaux 1/ Dans quelle mesure les exigences d identification de l arrêté royal du 16 juin 2005 s appliquent-elles aux chevaux en provenance de l étranger? Qu entend-on

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014)

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014) Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle (Édition de janvier 2014) 2 Règlement de placement Sommaire 1. Bases 3 2. Gestion de la fortune 3 3. Objectifs

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Berne, 12 avril 2006

Berne, 12 avril 2006 Rapport sur les résultats de l audition concernant l ordonnance sur la mise hors cours des pièces d un et de cinq centimes Berne, 12 avril 2006 C:\Documents and Settings\U80747871\Local Settings\Temporary

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ DU FABRICANT NOM : ADRESSE : DIRECTION REGIONALE DES DOUANES ET DROITS INDIRECTS DE : EN VUE DE L OBTENTION DE LA DELEGATION DE POINCON DE GARANTIE 1 PREAMBULE L attention

Plus en détail

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg 96. Loi du novembre 988 sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du mai 988 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE

Plus en détail

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE Onzième résolution L assemblée générale, statuant aux conditions de quorum et de majorité requises pour les assemblées générales extraordinaires,

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

Circonstances des ventes d or de la Banque nationale suisse

Circonstances des ventes d or de la Banque nationale suisse Département fédéral des finances DFF 28 juillet 2008 Circonstances des ventes d or de la Banque nationale suisse Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat 07.3708 Stamm Luzi Le 21 décembre 2007,

Plus en détail

Statuts PostFinance SA

Statuts PostFinance SA Statuts PostFinance SA Table des matières Section : 3 Raison de commerce, siège, durée, but, mandat de service universel 3 Section : 6 Capital-actions, actions, conversion, titrisation, registre des actions

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1147 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste reçu le 31 juillet 2013 relatif aux offres

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

ZKB Gold ETF Exchange Traded Fund

ZKB Gold ETF Exchange Traded Fund Exchange Traded Fund Termsheet Sans couverture de change libellé en CHF, EUR et USD et Avec couverture de change (contre USD) libellé en CHF, EUR et GBP Avec possibilité de paiement en or Caractéristiques

Plus en détail

European Aviation Safety Agency: Ottoplatz 1, D-50679 Cologne, Germany - easa.europa.eu

European Aviation Safety Agency: Ottoplatz 1, D-50679 Cologne, Germany - easa.europa.eu Opinion 06/2008 Description: Language: [FR]-Opinion 06/2008 - Explanatory Note French Opinion number: 06/2008 Related regulation(s): Commission Regulation (EC) No 1194/2009; Commission Regulation (EU)

Plus en détail

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS Compliance financières à titre privé des I. Dispositions générales 01. But et objet La présente directive définit les restrictions relatives aux placements financiers et aux opérations collaborateurs de

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES. Section : 542. Page : 1 SERVICES NORMES

Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES. Section : 542. Page : 1 SERVICES NORMES Services à l enfant et à la famille Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES Section : 542 Page : 1 SERVICES Révision : 1 er déc. 99 Sujet : SERVICES AUX REQUÉRANTS APPROUVÉS NORMES 542.1 Inscription

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES LITIGES POUR LES PRESTATAIRES INFORMATIQUES Avec plus de 15 ans d expérience et des équipes de souscription et de sinistres dédiées aux prestataires

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

0.973.242.32. Texte original. (Etat le 1 er janvier 2013)

0.973.242.32. Texte original. (Etat le 1 er janvier 2013) Texte original 0.973.242.32 Accord entre le Gouvernement de la Confédération suisse et le Gouvernement de la République de l Inde concernant l octroi d un crédit de transfert et d un don 1 Conclu le 7

Plus en détail

EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour

EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour Macroéconomie : Le taux d intérêt auquel l Italie emprunte a franchi hier la barre fatidique des 7% provoquant immédiatement une vente massive

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE REPARATION D UNE MALADIE PROFESSIONNELLE (*)

FORMULAIRE DE DEMANDE DE REPARATION D UNE MALADIE PROFESSIONNELLE (*) FONDS DES MALADIES PROFESSIONNELLES Avenue de l Astronomie 1 1210 BRUXELLES Tél. 02/226.62.11 Fax 02/217.95.89 601F FORMULAIRE DE DEMANDE DE REPARATION D UNE MALADIE PROFESSIONNELLE (*) Législation relative

Plus en détail

FAQ sur les soldes et la période d attente

FAQ sur les soldes et la période d attente FAQ sur les soldes et la période d attente Livre VI «Pratiques du marché et protection du consommateur» du Code de droit économique (Livre VI CDE) 1. Quand commencent les soldes?... 2 2. Quels sont les

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

Fonds de roulement et garanties

Fonds de roulement et garanties Livre blanc Fonds de roulement et garanties Lorsque vous faites affaire à l extérieur du Canada, vos clients étrangers peuvent exiger divers types de garanties avant de conclure un contrat pour la fourniture

Plus en détail

Falsche FFufziger (Faux Monnayeurs) Règles

Falsche FFufziger (Faux Monnayeurs) Règles Les données du matériel Un jeu pour 3 à 6 joueurs de Friedemann Friese Les presses à fabriquer de la fausse monnaie (Machines) Nombre Valeur Verso 24 10 3 Kaputt (destruction), 3 10, 6 x2 10, 9 20, 3 x2

Plus en détail

Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt sur la bière au profit de la protection de la jeunesse et de la santé!

Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt sur la bière au profit de la protection de la jeunesse et de la santé! Lausanne / Berne, le 21 février 2006 Débat du Conseil aux Etats du 6 mars 2006 Loi fédérale sur l imposition de la bière (05.071) Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE Les articles 6 et 7 de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoient la possibilité pour les experts-comptables de constituer des sociétés pour

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ (fabricants-artisans inscrits à la chambre des métiers ou au registre du commerce)

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ (fabricants-artisans inscrits à la chambre des métiers ou au registre du commerce) CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ (fabricants-artisans inscrits à la chambre des métiers ou au registre du commerce) NOM : ADRESSE : DIRECTION REGIONALE DES DOUANES ET DROITS INDIRECTS DE : EN VUE DE L

Plus en détail

Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage

Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage publié) En Bref Le 1 er octobre 2014, le Conseil des normes comptables du Canada (CNC) a publié un exposé-sondage

Plus en détail

Tarif. Placements et conseils financiers

Tarif. Placements et conseils financiers Tarif Placements et conseils financiers Tables des matières 4/5 Mandat de conseil «BCVs Supervision» 6/7 Mandat de gestion «BCVs Star Select» 8/9 Mandat de gestion «BCVs Active Portfolio» 10 Mandat de

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Projet présenté par les députés: M me et MM. Olivier Jornot, Jean-Michel Gros, Ivan Slatkine, Michèle Ducret, Jacques Jeannerat, Guillaume Barazzone, Alain Meylan

Plus en détail

Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI

Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI 2012 2013 Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI Dans ce document, vous trouverez les points les plus importants du cours du 3ème semestre avec quelques exemples. Chapitre N

Plus en détail

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. n 22bis/1 Objet: Opérations d échange. [art. 22, 22bis, 25 et 102 L.I.R.] Sommaire:

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Décès et héritage. 114 Agir à temps

Décès et héritage. 114 Agir à temps Décès et héritage 114 Agir à temps Vous êtes-vous déjà demandé ce qu il adviendra de vos biens quand vous ne serez plus là? Souhaitez-vous assurer une vie sans soucis financiers à votre conjoint ou à une

Plus en détail

Règlement 2ème édition - Juillet 2014

Règlement 2ème édition - Juillet 2014 Règlement 2ème édition - Juillet 2014 ARTICLE 1 OBJET DU REGLEMENT Le Règlement du jeu «Vacances à vie» a pour objet de définir ce jeu et spécifier ses conditions et modalités de participation. ARTICLE

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

Logiciels. Edition 2010. Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21. Valable dès le 1 er janvier 2010. www.ezv.admin.ch

Logiciels. Edition 2010. Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21. Valable dès le 1 er janvier 2010. www.ezv.admin.ch www.ezv.admin.ch Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21 Logiciels Edition 2010 Valable dès le 1 er janvier 2010 Editeur: Administration fédérale des douanes (AFD) Direction générale des douanes Section

Plus en détail

Commentaires sur les RUU 600

Commentaires sur les RUU 600 680F cover 22.5.2008 D 19:03 Page 1 epuis plus de 70 ans, la Chambre de Commerce Internationale développe des règles régissant l utilisation des documentaires dans le monde entier. Les RUU 600, la dernière

Plus en détail

Produits de placement

Produits de placement Produits de placement En investissant dans les métaux précieux, élargissez votre domaine d activité. En tant que placement alternatif, les métaux précieux physiques gagnent continuellement en importance

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale du 8 décembre 2004 71100 Assistante du commerce de détail/ Assistant du commerce de détail Detailhandelsassistentin/Detailhandelsassistent Assistente

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée

la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée INDEPENDANT Table des matières 1. Principe de base 2 2. Adaptation des cotisations sociales 2 3. Régularisation 4 4. Calcul au prorata pour

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CHEQUES CADEAUX KYRIELLES RESERVES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CHEQUES CADEAUX KYRIELLES RESERVES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES 1 / Définitions Dans le cadre des présentes Conditions Générales, les Parties conviennent de ce que chacun des termes et expressions figurant ci-dessous aura la signification donnée dans sa définition,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005; CSSS/05/148 1 DELIBERATION N 05/053 DU 20 DECEMBRE 2005 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES EN VUE DE LA CONSTATATION

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail