QUESTION 53A. Le know-how - Définition - Régime juridique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUESTION 53A. Le know-how - Définition - Régime juridique"

Transcription

1 Annuaire 1971/I, page 57 Comité exécutif de Madrid, octobre 1970 Q53A Le know-how Le Comité exécutif décide de poursuivre l'étude de la question sur la base du rapport de la commission de travail et des observations présentées au cours de la séance du 23 octobre

2 Annuaire 1973/I, pages e Congrès de Mexico, novembre 1972 Q53A Le know-how L'Association Internationale pour la Protection de la Propriété Industrielle 1. confirme la résolution du Congrès approuvant la doctrine exposée dans le Rapport de synthèse; 2. charge la Commission des rapporteurs d'élaborer, pour les lui soumettre à Melbourne: a) le projet d'une loi-type pour la protection du know-how, b) le projet d'une disposition à insérer dans la Convention d'union. 2

3 Annuaire 1974/I, pages Q53A Comité Exécutif et Conseil des Présidents de Melbourne, 24 février - 2 mars 1974 L'AIPPI adopte la résolution suivante: Définition du savoir-faire On appelle savoir-faire (know-how) Le savoir-faire (know-how) des connaissances et expériences de nature technique, commerciale, administrative, financière ou autre, qui sont applicables dans la pratique pour l'exploitation d'une entreprise ou l'exercice d'une profession. Principes fondamentaux de la protection juridique du savoir-faire Article 1er Le savoir-faire est constitué par les connaissances et expériences de nature technique, commerciale, administrative, financière ou autre, qui sont applicables dans la pratique pour l'exploitation d'une entreprise ou l'exercice d'une profession. Article 2 a) Le savoir-faire constitue une valeur économique qui appartient à celui qui l'a développe ou régulièrement acquis. b) Le savoir-faire est transmissible par contrat ou tout autre moyen, conformément aux droits nationaux. 3

4 Article 3 Le savoir-faire est protégé contre l'usurpation. L'usurpation est constituée dès qu'une personne s'approprie ou utilise indûment et sans autorisation un savoir-faire appartenant à un tiers. Pour l'appréciation de l'usurpation, la question de déterminer si le savoir-faire doit avoir été tenu secret ou confidentiel est réservée aux législations nationales. Article 4 Le savoir-faire est encore protégé contre la divulgation abusive. a) Il y a divulgation abusive seulement dans le cas où le savoir-faire en question est tenu secret ou confidentiel par celui qui le détient. b) La divulgation abusive est réalisée dès que tout ou partie du savoir-faire tenu secret ou confidentiel a été révélé ou rendu public contre la volonté connue ou évidente de son détenteur par un tiers obligé de respecter le caractère secret ou confidentiel de ce savoirfaire. Article 5 a) Celui qui viole les droits du détenteur du savoir-faire engage sa responsabilité conformément aux droits nationaux. b) La responsabilité s'étend à toute personne ayant consciemment favorisé une telle violation. c) La victime de la violation peut notamment obtenir la cessation de l'atteinte portée à ses droits et la réparation du préjudice qui lui a été causé. Projet d'une disposition unioniste Article 5sexies 1. Les pays de l'union sont tenus d'assurer une protection du savoir-faire. 2. Le savoir-faire est constitué par des connaissances et expériences de nature technique, commerciale, administrative, financière ou autre, qui sont applicables dans la pratique pour l'exploitation d'une entreprise ou l'exercice d'une profession. Le savoir-faire est un bien transmissible, conformément aux lois nationales. 3. Notamment devront être interdits: a) le fait de divulguer abusivement un savoir-faire tenu secret ou confidentiel par celui qui le détient; 4

5 b) le fait de s'approprier ou d'utiliser indûment et sans autorisation le savoir-faire appartenant à un tiers. Pour l'appréciation de ce fait, la question de déterminer si le savoir-faire doit avoir été tenu secret ou confidentiel est réservé aux législations nationales. Article 1er, paragraphe 2 Inclure le savoir-faire dans l'énumération formulée. 5

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

QUESTION 51. Application de la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales de 1961

QUESTION 51. Application de la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales de 1961 QUESTION 51 Annuaire 1971/I, pages 55-56 Comité Exécutif de Madrid, 18-23 octobre 1970 Q51 QUESTION Q51 Résolution Le Comité exécutif adopte la résolution suivante: L'Association Internationale pour la

Plus en détail

QUESTION 118. Marques et indications géographiques

QUESTION 118. Marques et indications géographiques QUESTION 118 Marques et indications géographiques Annuaire 1994/II, pages 381-385 Comité Exécutif de Copenhague, 12-18 juin 1994 Q118 QUESTION Q118 Marques et indications géographiques Résolution 1. L'AIPPI

Plus en détail

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR Chaque salarié et dirigeant du groupe CGR s'engage à : RESPECTER LA PERSONNE ET SON ENVIRONNEMENT AVOIR UNE CONDUITE PROFESSIONNELLE ETHIQUEMENT IRREPROCHABLE AVOIR DES RELATIONS

Plus en détail

QUESTION 95. L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion

QUESTION 95. L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion QUESTION 95 L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion Annuaire 1989/II, pages 290-294 Comité Exécutif d'amsterdam, 4-10 juin 1989 Q95 QUESTION Q95 L'usage des marques d'autrui sans danger de

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes en matière de rémunération des dirigeants (Application de l article 200 II 5 du Code des Sociétés

Plus en détail

QUESTION 45. Q 45 B: Le rôle des marques, des noms commerciaux et des indications géographiques QUESTION Q45

QUESTION 45. Q 45 B: Le rôle des marques, des noms commerciaux et des indications géographiques QUESTION Q45 QUESTION 45 Q 45: Utilité de la protection de la propriété industrielle pour le développement technique et le progrès économique dans les pays en voie de développement Q 45 A: Le rôle des brevets et du

Plus en détail

QUESTION 88. Enregistrement international des marques

QUESTION 88. Enregistrement international des marques QUESTION 88 Annuaire 1985/III, page 289 Comité Exécutif de Rio de Janeiro, 13-18 mai 1985 Q88 QUESTION Q88 Résolution L'AIPPI: 1. Prend note du travail fait par le Comité des Experts de l'ompi concernant

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO

DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO À compter du 1 er novembre 2007, l utilisation du nom, de l acronyme, de l emblème et

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX 1- CONTEXTE Compte tenu de la popularité et de l influence grandissantes des médias sociaux comme véhicule d information, la présente politique a pour

Plus en détail

Contrefacon et concurrence deloyale

Contrefacon et concurrence deloyale Le droit des affaires Propriete intellectuelle Contrefacon et concurrence deloyale Jeröme PASSA Docteur en droit Avant-propos de Georges BONET Professeur ä l'universite Pantheon-Assas (Paris II) LITEC

Plus en détail

RESSOURCES STRATECO INC. 21 mars 2013

RESSOURCES STRATECO INC. 21 mars 2013 21 mars 2013 Ressources Strateco inc. 1225 rue Gay-Lussac, Boucherville (Québec) J4B 7K1 Tél : (450) 641-0775 1-866-774-7722 Télécopieur : (450) 641-1601 Site Internet : www.strateco.ca Courriel : info@strateco.ca

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 55 29 avril 2008. S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 55 29 avril 2008. S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 759 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 55 29 avril 2008 S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS Loi du

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Accord de coopération entre la Commission bancaire et Dubai Financial Services Authority Préambule 1. Considérant que certaines banques et

Plus en détail

REGLEMENT D APPLICATION N 07 2003 LA COMMISSION DE REGULATION DU SECTEUR DE L ELECTRICITE,

REGLEMENT D APPLICATION N 07 2003 LA COMMISSION DE REGULATION DU SECTEUR DE L ELECTRICITE, REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi Commission de Régulation du Secteur de l Electricité REGLEMENT D APPLICATION N 07 2003 Relatif à la soumission et à la gestion des informations LA COMMISSION

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation Site web gaea21

Conditions générales d'utilisation Site web gaea21 Conditions générales d'utilisation Site web gaea21 Objet Les présentes conditions générales définissent les termes et les conditions générales d utilisation ainsi que les conditions de mise à disposition

Plus en détail

Politiques et procédures

Politiques et procédures Approuvée par : Conseil d administration Page 1 de 6 Politique en cas d atteinte à la vie privée NOTE: Il s'agit d'une politique conjointe du Groupe de travail des agents de la protection de la vie privée.

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

DE LA GESTION DE PATRIMOINE INVESTISSEMENTS FINANCIERS

DE LA GESTION DE PATRIMOINE INVESTISSEMENTS FINANCIERS CODE DE DEONTOLOGIE DU COURTAGE D ASSURANCE, DE LA GESTION DE PATRIMOINE ET DU CONSEIL EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS INTERET DU CLIENT Tout membre de l'anacofi-cif exerce son activité de manière à privilégier

Plus en détail

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages Principes et pratiques relatifs à la vente de produits La déclaration intitulée Principes et pratiques relatifs à la vente de produits et services par les courtiers en assurance de dommages a été élaborée

Plus en détail

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A PREVENIR

Plus en détail

Code de conduite de SKF. pour fournisseurs et sous-traitants

Code de conduite de SKF. pour fournisseurs et sous-traitants Code de conduite de SKF pour fournisseurs et sous-traitants Code de conduite de SKF pour fournisseurs et sous-traitants Les fournisseurs et sous-traitants SKF ont un rôle im portant à jouer dans notre

Plus en détail

Emblème seul. 7. L emblème en association est représenté ci-dessous :

Emblème seul. 7. L emblème en association est représenté ci-dessous : Directives opérationnelles régissant l utilisation de l emblème de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles I. Considérations générales 1. Afin d augmenter

Plus en détail

Annexe n 6 au Règlement du Statut et du Transfert des Joueurs. Règlement du Statut et du Transfert des Joueurs de Futsal

Annexe n 6 au Règlement du Statut et du Transfert des Joueurs. Règlement du Statut et du Transfert des Joueurs de Futsal Annexe n 6 au Règlement du Statut et du Transfert des Joueurs Règlement du Statut et du Transfert des Joueurs de Futsal 13 TABLE DES MATIÈRES Chapitre Définitions page 15 ANNEXE 6 14 1 Principe 17 2 Champ

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

Institut de Recherche pour le Développement Charte utilisateur pour l usage de ressources informatiques, de services Internet et de services Intranet

Institut de Recherche pour le Développement Charte utilisateur pour l usage de ressources informatiques, de services Internet et de services Intranet Institut de Recherche pour le Développement Charte utilisateur pour l usage de ressources informatiques, de services Internet et de services Intranet Ce texte est avant tout un code de bonne conduite.

Plus en détail

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions 2004D0003 FR 18.06.2011 001.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B DÉCISION DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 4 mars 2004 relative

Plus en détail

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un La particularité de ce NDA est son caractère tripartite, signé entre : le prospect, le propriétaire d un business et un broker dit, co-operating broker. Le co-op broker a assuré la mise en relation entre

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe applicable au Gouverneur, aux Vice-Gouverneurs, aux membres du personnel et aux collaborateurs ou prestataires contractuels (Approuvé

Plus en détail

N 3985 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3985 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3985 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 novembre 2011. PROPOSITION DE LOI visant à sanctionner la violation

Plus en détail

E 5028 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010

E 5028 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 E 5028 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 20 janvier 2010 le 20 janvier

Plus en détail

La Déclaration des devoirs et des droits du/de la Journaliste

La Déclaration des devoirs et des droits du/de la Journaliste La Déclaration des devoirs et des droits Schweizer Presserat Preambule Le droit à l information, de même qu à la libre expression et à la critique, est une des libertés fondamentales de tout être humain.

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 Article 1 - Définitions Les mots et expressions, ci-après auront, dans le cadre des présentes conditions d utilisation, la signification suivante

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 13874 FRA Québec, le : 27 mai 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Lise Simard, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Gagnon, Rochette et

Plus en détail

20 mars 2014 UIMM 26-07

20 mars 2014 UIMM 26-07 20 mars 2014 UIMM 26-07 Les clauses «post» fin du contrat A la conclusion du contrat de travail, le salarié s engage à mettre son activité, moyennant une rémunération, pour le compte et sous la subordination

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution #

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # PROCÉDURE GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE # 40-02 Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # Autorisation Susan Tremblay Directrice générale Page 1 de 10 1. Préambule Le

Plus en détail

Modalités d utilisation de l agence

Modalités d utilisation de l agence Modalités d utilisation de l agence VOTRE AUTORITÉ Propositions Vous pouvez recevoir des propositions portant sur des risques d assurance pour lesquels vous détenez un permis et nous les présenter aux

Plus en détail

AMENDÉE LE : 30 janvier 1999 RÉSOLUTION NO : CC124-99 AMENDÉE LE : 25 septembre 2012 RÉSOLUTION NO : CC2885-12

AMENDÉE LE : 30 janvier 1999 RÉSOLUTION NO : CC124-99 AMENDÉE LE : 25 septembre 2012 RÉSOLUTION NO : CC2885-12 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE AMENDÉE LE : 30 janvier 1999 RÉSOLUTION NO : CC124-99 AMENDÉE LE : 25 septembre 2012 RÉSOLUTION NO : CC2885-12 596, 4 e Rue, Chibougamau

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE TABLE DES MATIERES

CODE DE DÉONTOLOGIE TABLE DES MATIERES CODE DE DÉONTOLOGIE TABLE DES MATIERES 1. PREAMBULE 2. LE PHYSIOTHERAPEUTE ET LE PATIENT 3. LE PHYSIOTHERAPEUTE ET SES CONFRERES 4. LE PHYSIOTHERAPEUTE ET SA PROFESSION 5. LE PHYSIOTHERAPEUTE ET LA SOCIETE

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES 16.1) DÉFINITIONS Les définitions suivantes s appliquent aux lignes directrices : «Compagnie» Désigne la Compagnie SouthEastern Mutual Insurance.

Plus en détail

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Titre Premier : Dispositions

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

LOI-TYPE INTERAMÉRICAINE RELATIVE À L ACCÈS À L INFORMATION. (Résolution adoptée à la quatrième séance plénière tenue le 8 juin 2010)

LOI-TYPE INTERAMÉRICAINE RELATIVE À L ACCÈS À L INFORMATION. (Résolution adoptée à la quatrième séance plénière tenue le 8 juin 2010) AG/RES. 2607 (XL-O/10) LOI-TYPE INTERAMÉRICAINE RELATIVE À L ACCÈS À L INFORMATION (Résolution adoptée à la quatrième séance plénière tenue le 8 juin 2010) L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, RAPPELANT sa résolution

Plus en détail

SÉNAT. tendant à la réglementation. de la profession d'audioprothésiste. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté sans modification, en

SÉNAT. tendant à la réglementation. de la profession d'audioprothésiste. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté sans modification, en PROPOSITION DE LOI adoptée le 21 décembre 1966 N 88 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1966-1967 PROPOSITION DE LOI tendant à la réglementation de la profession d'audioprothésiste (Texte définitif) Le

Plus en détail

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE Ces Précisions concernant le Signalement d un Contenu Illicite ont pour but de vous fournir une explication des questions figurant au formulaire

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation de l Espace Client Employeur La Banque Postale Assurance Santé La Banque Postale Assurance Santé a développé le site internet Espace Client Employeur (le Site) pour des

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL (RH-P-02) ADOPTION : CC 9610-1200 MISE EN VIGUEUR : 1 er octobre 1996 AMENDEMENT : Septembre 2000 1. ÉNONCÉ Le présent programme s'inscrit dans les orientations

Plus en détail

MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE. Modèle de mémorandum d accord de coopération. entre

MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE. Modèle de mémorandum d accord de coopération. entre MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE Modèle de mémorandum d accord de coopération entre l Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et

Plus en détail

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement.

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement. Objet : Politique concernant le harcèlement au travail En vigueur le : 2011-06-02 Mise à jour le : 2014-09-01 DIRECTIVE NO : 26 Page 1 de 5 Cette politique remplace toute autre politique antérieure concernant

Plus en détail

Administrateur Mai 2010 01

Administrateur Mai 2010 01 Charte Informatique Date de Date de Version Public Cible Publication Révision Administrateur Mai 2010 01 Portée La présente charte s applique à tout utilisateur du système informatique de l entreprise,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. (ci-après appelée l «INSTITUTION») (ci-après appelée ) INC., (ci-après appelée ) ARTICLE 1 PRÉAMBULE

CONVENTION DE PARTENARIAT. (ci-après appelée l «INSTITUTION») (ci-après appelée ) INC., (ci-après appelée ) ARTICLE 1 PRÉAMBULE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE: CÉGEP, corporation légalement constituée en vertu des lois du Québec, ayant sa place d affaires au directeur général, dûment autorisé à agir tel qu il le déclare; (ci-après

Plus en détail

CONTRAT DE SERVICES DE RÉDACTION PROFESSIONNELLE

CONTRAT DE SERVICES DE RÉDACTION PROFESSIONNELLE CONTRAT DE SERVICES DE RÉDACTION PROFESSIONNELLE Désignation des parties Dans le présent contrat, le «client» désigne (nom ) (adresse) et le «rédacteur» désigne (nom) (adresse). Désignation du mandat Le

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

MAGNA INTERNATIONAL INC. CODE DE CONDUITE ET D ETHIQUE

MAGNA INTERNATIONAL INC. CODE DE CONDUITE ET D ETHIQUE MAGNA INTERNATIONAL INC. CODE DE CONDUITE ET D ETHIQUE Ce Code de Conduite et d Ethique énonce les principes fondamentaux auxquels nous nous engageons dans nos relations avec l ensemble de nos partenaires

Plus en détail

Document adopté à la 351e séance de la Commission, tenue le, 30 novembre 1990, par sa résolution COM-351-9.1.2

Document adopté à la 351e séance de la Commission, tenue le, 30 novembre 1990, par sa résolution COM-351-9.1.2 Cat. 2.115.9.3 L'UTILISATION DES INFORMATIONS OBTENUES LORS D'UN EXAMEN MÉDICAL PRÉ- EMBAUCHE POUR CONTESTER UNE RÉCLAMATION POUR LÉSION PROFESSIONNELLE ET LE DROIT AU RESPECT DE SA VIE PRIVÉE Novembre

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Révisé en décembre 2004/March 2010. Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002

Révisé en décembre 2004/March 2010. Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002 Révisé en décembre 2004/March 2010 Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002 Table des matières Chapitre I : Principes généraux... 2 Chapitre II : Secret professionnel... 3 Chapitre III : Obligations

Plus en détail

SKSR DOJO NADAMETE STATUTS

SKSR DOJO NADAMETE STATUTS STATUTS Article 1 er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association conformément à la loi du 1 er juillet 1901 et au décret du 16 juillet 1901 ayant pour titre SKSR

Plus en détail

E 2048 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002

E 2048 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 E 2048 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale le 11 juillet 2002 Annexe au procès-verbal de la séance du 10

Plus en détail

N 379 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991. Annexe au procès- verbal de la séance du 12 juin 1991. PROPOSITION DE LOI

N 379 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991. Annexe au procès- verbal de la séance du 12 juin 1991. PROPOSITION DE LOI N 379 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 Annexe au procès- verbal de la séance du 12 juin 1991. PROPOSITION DE LOI tendant à abroger l'article 9 de la loi n 90-1260 du 31 décembre 1990 afin de

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT D'ENTREPRISE

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT D'ENTREPRISE Renseignements sur l'entreprise Dénomination sociale de l'entreprise : Nom commercial : Langue Société actions : actes constit/entreprise indiv & société personnes : doc enreg S'il diffère de la dénomination

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

MODÈLE DE CONTRAT DE FRANCHISE INTERNATIONALE

MODÈLE DE CONTRAT DE FRANCHISE INTERNATIONALE MODÈLE DE CONTRAT DE FRANCHISE INTERNATIONALE Téléchargez exemple de Contrat de Franchise Internationale sous format Word. Veuillez remplir les espaces vides et choisir les clauses de ce contrat international

Plus en détail

Protection juridique des inventions biotechnologiques

Protection juridique des inventions biotechnologiques BREVETS Protection juridique des inventions biotechnologiques Directive 98/44 CE du Parlement Européen et du Conseil du 6 Juillet 1998 Le Parlement Européen et le Conseil de l' Union Européenne ont arrêté

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI PRINCIPES POUR LES AVOCATS ETABLISSANT

Plus en détail

Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures

Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures DISCOURS DE S.E. BAUDELAIRE NDONG ELLA PRESIDENT DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures 1 Excellences, Mesdames et Messieurs, Je suis honoré

Plus en détail

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement.

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement. et d'établissements financiers opèrent conformément à l'accord sur la Banque centrale des Caraïbes de l'est et la loi bancaire. Le système financier comprend les banques commerciales, les compagnies d'assurance

Plus en détail

La protection des secrets d'affaires à l'étranger: Exercice de droit comparé

La protection des secrets d'affaires à l'étranger: Exercice de droit comparé Série Publications Numériques La protection des secrets d'affaires à l'étranger: Exercice de droit comparé Par Olivier de MAISON ROUGE Avocat Docteur en Droit Ancien auditeur IHEDN Enseignant ESC CLERMONT

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

Plus500 Ltd. Politique de respect de la vie privée

Plus500 Ltd. Politique de respect de la vie privée Plus500 Ltd Politique de respect de la vie privée Politique de respect de la vie privée Déclaration de confidentialité de Plus500 La protection de la vie privée et des informations personnelles et financières

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Prénom Nom : Signature : Date : Service : Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur des entités, a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

Elle est constituée sous le régime de la déclaration préalable (articles 2 et 5 de la loi).

Elle est constituée sous le régime de la déclaration préalable (articles 2 et 5 de la loi). Statuts de l'association Chapitre 1 : Dispositions Générales Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

CODE DE CONDUITE 1. OBJECTIF DU CODE DE CONDUITE

CODE DE CONDUITE 1. OBJECTIF DU CODE DE CONDUITE CODE DE CONDUITE 1. OBJECTIF DU CODE DE CONDUITE Le groupe Alltub accorde la plus haute importance à l'intégrité des employés et des dirigeants ou des administrateurs (conjointement dénommés les «Membres

Plus en détail

Parti libéral du Canada Conseil des présidents. Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil

Parti libéral du Canada Conseil des présidents. Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil Parti libéral du Canada Conseil des présidents Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil Le présent règlement établit les procédures pour l élection des Dirigeants du Conseil des

Plus en détail

Code suisse de déontologie

Code suisse de déontologie Code suisse de déontologie La Fédération Suisse des Avocats, vu les articles 1 et 12.10 des statuts, consciente que la loi fédérale sur la libre circulation des avocats fixe les principes de l exercice

Plus en détail

CRC/C/OPSC/AZE/CO/1. Convention relative aux droits de l enfant. Nations Unies

CRC/C/OPSC/AZE/CO/1. Convention relative aux droits de l enfant. Nations Unies Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant CRC/C/OPSC/AZE/CO/1 Distr. générale 12 mars 2012 Français Original: anglais Comité des droits de l enfant Cinquante-neuvième session 16 janvier

Plus en détail

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux CODE OF CONDUCT à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux Version : 2.0 Valable à partir du : 01/01/2015 Contact : MAN SE, Compliance Awareness & Prevention, Oskar-Schlemmer-Straße 19-21,

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle. c. D-9.2, r. 3 Code de déontologie de la Chambre de la sécurité financière Loi sur la distribution de produits et

Plus en détail

Code de déontologie des syndics de faillite

Code de déontologie des syndics de faillite Office of the Superintendent of Bankruptcy Canada An Agency of Industry Canada Bureau du surintendant des faillites Canada Un organisme d Industrie Canada Code de déontologie des syndics de faillite Code

Plus en détail

Form 54001 (4/2014) Administration Page 1 / 5

Form 54001 (4/2014) Administration Page 1 / 5 PORTÉE Xerox Corporation et ses filiales. SOMMAIRE Ce document décrit les règles éthiques et comportementales que les collaborateurs de Xerox Corporation et ses filiales («Xerox») sont tenus de respecter

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. Le stagiaire : Prénom(s) Adresse CP Localité GSM : e-mail : N BCE éventuel. Le Maître de stage : (Entreprise) Adresse CP Localité

CONVENTION DE STAGE. Le stagiaire : Prénom(s) Adresse CP Localité GSM : e-mail : N BCE éventuel. Le Maître de stage : (Entreprise) Adresse CP Localité CONVENTION DE STAGE Considérant la loi du 17 mai 2002 relative à la reconnaissance et à la protection de la profession d'expert en automobiles et créant un Institut des experts en automobiles (ci-après

Plus en détail

Art. 4. Le numéro d'identification statistique est composé de quinze (15) chiffres et est attribué par l'office national des statistiques.

Art. 4. Le numéro d'identification statistique est composé de quinze (15) chiffres et est attribué par l'office national des statistiques. Décret exécutif 97-396 du 26 Joumada Ethania 1418 correspondant au 28 octobre 1997 relatif au numéro d'identification statistique (N.I.S) et portant création d'un répertoire national des agents économiques

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet MENTIONS LEGALES Consonnances.fr a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Commission Nationale de l'informatique et des Libertés, sous le numéro 1595804. Conformément aux articles 39 et suivants de

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT

SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT PROJET DE LOI adopté le 20 novembre 1974. N 39 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1974-1975 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux. opérations des entreprises d'assurances dommages relevant des

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

CONVENTION GENERALE DE STAGE relative à la formation des élèves du Lycée Professionnel Maritime du Guilvinec en milieu professionnel

CONVENTION GENERALE DE STAGE relative à la formation des élèves du Lycée Professionnel Maritime du Guilvinec en milieu professionnel Lycée Professionnel Maritime du GUILVINEC Aue Jos QUINIOU B.P 32 29730 TREFFIAGAT tél : 02.98.58.96.00 fax : 02.98.58..32.16 mél : LPM-Le-Guilvinec @equipement.gouv.fr Internet :www.lycee-maritimeguilvinec.com

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services

Conditions générales de prestation de services Conditions générales de prestation de services Les présentes conditions générales d exécution des prestations (ci-après «les conditions générales») s appliquent aux divers travaux, prestations et services

Plus en détail

Ce site appartient à la société PLEXO Inc., (ci-après le «propriétaire du site»).

Ce site appartient à la société PLEXO Inc., (ci-après le «propriétaire du site»). Modalités d utilisation Modalités d utilisation du site web https://sante.plexo.ca IMPORTANT! VOTRE ACCÈS À CE SITE WEB DE PLEXO INC. EST ASSUJETTI À DES CONDITIONS QUI VOUS LIENT JURIDIQUEMENT. VEUILLEZ

Plus en détail