Le Réseau Téléphonique Commuté Fixe. Introduction. Architecture. Architecture. Architecture du RTCP. Architecture du RTCP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Réseau Téléphonique Commuté Fixe. Introduction. Architecture. Architecture. Architecture du RTCP. Architecture du RTCP"

Transcription

1 Le Réseau Téléphonique Commuté Fixe Introduction 1 Introduction Architectures: TDM et NGN Les terminaux La boucle locale Les commutateurs Les artères de transmission La signalisation Le plan de numérotation Le réseau France Telecom 2 Les débuts du téléphone: la diffusion sur le marché consistait à acheter des postes par paire. Pour le raccordement à n autres utilisateurs, il était nécessaire d'installer n câbles. Evidemment ce concept limite les capacités d'un tel système. Bell se rendit compte de la limitation et créa la 'Bell Telephone Company' Le premier central téléphonique en 1878 à New Haven dans le Connecticut Aujourd'hui le réseau téléphonique: permet à 5 milliards de personnes de communiquer facilement C'est un véritable système nerveux planétaire Architecture Architecture Le système téléphonique est réalisé d éléments interconnectés pour former le Réseau Téléphonique Commuté Public: RTCP_ PSTN. Dès 1890, les éléments de base du réseau téléphonique sont constitués: les composants: Les terminaux Les centraux téléphoniques Les câbles entre abonnés et centraux (BL) Et les câbles de longue distance reliant les centraux. (Cœur de réseau) Le principe de base est inchangé depuis les débuts. 3 4 Architecture du RTCP Architecture du RTCP En France le RTC est un réseau hiérarchique à 4 niveaux: CT CT Commutateur de Transit CAA CAA CAA Commutateur à Autonomie d Acheminement SR SR CL CL Commutateur Local constitué de l Unité de Raccordement d Abonné Distant (URAD) NRA = Noeud de Raccordement d Abonnés (CAA ou CL) SR SR SR Sous Répartiteur 5 6 1

2 Architecture du Réseau fixe Architecture: évolution Répartiteur général d un NRA (CAA ou CL). Il y a 041 NRA en France (un NRA couvre de 2,000 à 0,000 lignes). Évolution des architectures de télécommunications 1er étape: Interface unique pour l usager 893 NRA sont ouverts au dégroupage et permettent de couvrir 50% de la population (données ART au 1er Jan 2005) soit potentiellement 17M de lignes. En 20: Le dégroupage touche plus de 5000 NRA. 7 SFR 3995 NRA FREE 2960 NRA BOUYGUES: 2189 NRA COMPLETEL: 768 NRA Sous Répartiteur (SR) 4,000 en France 8 Architecture Architecture 2ème étape: introduction d un réseau sémaphore pour la signalisation 3ème étape: mise en place d un réseau large bande 9 Architecture Exemple: le réseau FT 4ème étape: optimisation avec un seul réseau multimédia 2

3 Architecture: NGN Next Generation Network Architecture: NGN Le passage à une architecture NGN du cœur de réseau s inscrit dans une logique de diminution des couts. Une infrastructure unique IP: Pour le transport de tous les flux: voix ou données Pour toutes les technologies d accès : DSL FTTH RTC Wifi UMTS NGN: la cible est le tout IP Architecture: NGN Tous les opérateurs historiques ont commencé à déployer des architectures NGN: Pour proposer des services Voix sur IP aux abonnés DSL Les projets sont lancés sur une durée de 15 ans Jusqu à la fin du RTCP classique Architecture: NGN Next Generation Network Architecture NGN: scénarios de migration Stratégie Overlay consiste à déployer un scénario NGN en parallèle du réseau commuté Stratégie de remplacement consiste à remplacer progressivement les commutateurs traditionnels en fin de vie par des softswitch NGN

4 NGN: France Telecom NGN: autres types de migration Le Tout IP en overlay Architecture: NGN IMS NGN: architecture IMS IMS: IP Multimédia Subsystem Le IP Multimedia Subsystem (IMS) est une architecture standardisée Next Generation Network (NGN) pour les opérateurs de téléphonie, qui permet de fournir des services multimédias fixes et mobiles. Ce système utilise la technologie VoIP basée sur une implémentation 3GPP standardisée de SIP fonctionnant sur un protocole standard IP. (source Wiki) Couche supplémentaire : couche logique avec la fonction CSCF(Call Session Control Functions) La commutation remplacée par la notion de session Les terminaux Les terminaux: les organes de conversation Les composants du terminal Les organes de conversation Les organes de signalisation d appel et de numérotation Et des fonctionnalités Les organes de conversation transforment l'énergie acoustique en énergie électrique et réciproquement: Le micro est constitué d'une simple membrane et par ses vibrations fait varier la résistance interne L' écouteur est une membrane métallique vibrant selon les variations du courant dans le transformateur et restitue le son

5 Les terminaux: les organes de signalisation Les terminaux: la numérotation Les organes de signalisation d'appel et de numérotation: par impulsion: les crochets ou le support sur lequel repose le combiné: fermé un courant de 45 ma circule et le central détecte la boucle. Le cadran d appel ou le clavier de numérotation: Numérotation Décimale ou par Impulsion (0ms) Numérotation multi fréquence (code Q23) La sonnerie: un courant alternatif 50Hz d une tension de 70 volts et une cadence de 1,5 secondes d'émission et 3,5 secondes de silence Les terminaux: la numérotation Les terminaux : la sonnerie multifréquence code Q23. Sonnerie d appel Les terminaux : la sonnerie Les terminaux: les fonctionnalités 29 Invitation à numéroter Occupation 30 Avec l'arrivée des centraux temporels les postes analogiques peuvent disposer d'un clavier à touches en numérotation multi-fréquence une numérotation plus rapide et des fonctionnalités sur le central: rappel sur occupation rappel du dernier numéro composé possibilité de mémoriser des numéros renvoi du poste mise en garde indication de la présence d'un appel 5

6 Les terminaux: Les terminaux: poste analogique postes analogiques postes numériques postes numéris Le poste à cadran S63 autres: IP phone, modems Les terminaux sans fil Wifiphones mobile VOIP mvoip Le poste sans fil analogique CT0 première génération confidentialité limitée collision radio possible Le poste sans fil numérique DECT qualité du numérique technique saut de fréquence «Wifiphones» :permettent de se connecter à un accès Internet pour communiquer en utilisant différents services réseaux de Voix sur IP (VoIP) : Skype SIP - UMA - IMS/SIP - Femtocell 33 IP phone Wifi (Siemens Gigaset S35 WLAN ) 34 Les terminaux: poste analogique Les terminaux: poste analogique Prise: RJ16 (France) ligne 1 : borne 1 et 3 ligne 2: borne 6 et 8 Prise: RJ45 un standard mondial

7 Les terminaux: Numériques Postes Numériques: poste spécifique branché sur un central téléphonique privé avantages: des fonctionnalités évoluées qualité phonique numérique propriétaire exemple: standard téléphonique, poste avec filtrage / /20 ISDN (Integrated Service Digital Network) NB: il existe plusieurs versions: en Europe EURONUMERIS+ 20/20 Interfaces de raccordement 40 20/20 Les terminaux: RNIS Les accès: Installation: Accès de base (S0 T0): 144 Kbit/s 2 canaux B à 64 Kbit/s 1 canal D à 16 Kbit/s Accès primaire (E1 T2 S2): 1984 Kbit/s 41 Les terminaux: RNIS Les terminaux: RNIS Le RNIS (Réseau Numérique à Intégration de Service) ou 38 Les terminaux: RNIS La numérisation du réseau a autorisé une connexion numérique de bout en bout : inconvénient: Les terminaux: RNIS 30 canaux B à 64 Kbit/s 1 canal D à 64 Kbit/s 20/ /20 7

8 Les terminaux: Télécopieurs Télécopieurs moyen d échange d information sur support papier: usage généralisé dans les entreprises depuis la fin des années 80 Schéma fonctionnel du G3 principe: convertir un document papier en signal électrique. les informations exprimées sous forme de points blanc ou noirs sont converties en données binaires Deux catégories de télécopieurs: analogique: Groupe 1, 2 et 3 Le G3 est majoritaire:télécopieur numérique pour réseau analogique numérique: Groupe 4 sur réseau RNIS. Peu développé. Transmission de fax sur IP: protocole T38 et T Les terminaux IP phone IP phones: Les normes VoIP H323, SIP, IAX et MGCP IP phone: H323 IP phone: SIP SCCP (Skinny) Unistim Les architectures IP phone téléphonie sur PC: softphone Softswitch ATA:Analog Telephone Adapters IP phone IP phone Évolution des architectures: Architectures H

9 IP Phone: SIP architecture décentralisée Exemple architecture Asterisk 1- Le softphone A s'inscrit dans le proxy SIP qui effectue une demande d'appel auprès du proxy SIP B. Il analyse le nom de domaine de B à l'aide du serveur DNS. Le proxy SIP B transfère la demande au téléphone IP B. 2- Le téléphone B sonne et demande à l'utilisateur s'il souhaite répondre. La réponse positive (200 OK) part alors vers le proxy B, passe par le proxy A et arrive sur le softphone A pour lui indiquer que l'appel est accepté. 3- Le softphone A renvoie directement au téléphone B un accusé de réception (ACK), et la communication est engagée Les autres terminaux: La boucle locale Transmetteurs téléphoniques Télésurveillance et téléalarme dans les dépôts et pour les particuliers (Société de Surveillance) PTI ou DATI: Protection des Travailleurs Isolés pour les entreprises. Télécommandes: commande à distance d une chaudière. «Minitel» Localisation: GSM/GPRS couplé à un GPS pour suivre une flotte de véhicule. On nomme boucle locale ou réseau de distribution ou réseau d accès Mais aussi dernier kilomètre ou last mile. Une partie importante pour l opérateur: le lien direct avec le client et qui demande le plus d investissement (3000 Euros en moyenne) les prises le câblage du bâtiment ou du site le raccordement à l opérateur le réseau de distribution de l'opérateur jusqu'au commutateur local Le réseau FT BL: le RTC topologie du réseau de l'opérateur:

10 BL: le RTC BL: Les paires métalliques la distribution le répartiteur est la concentration de tous les câbles. Ex: Lavoisier lignes d abonnés les techniques sur les paires métalliques de la Boucle locale: 55 La partie transport comporte des câbles multipaires de grande capacité (448, 996, 1800, 2400 ), et des conducteurs de faible diamètre (de 0,3 à 0,6 mm). La partie distribution utilise des conducteurs de plus fort diamètre (allant jusqu à 0,9 mm) et des câbles de moindre contenance. Câble de 8 à 224 paires La partie branchement est réduite: un câble de courte longueur (inférieure à 0m en moyenne) avec une ou deux paires. Dans le cas de France Télécom câble de 7 paires. 56 RTC Analogique: téléphonie classique Liaisons spécialisées: ex Tranfix de FT RTC Numérique: les liaisons ISDN ADSL: famille xdsl BL: Les liaisons RTC Numériques BL: les liaisons RTC Numérique BL: l accès de base S0/T0 BL: les paires métalliques Le premier bit de la trame F : synchronisation de trame L bit d équilibrage L horloge trame est transportée par deux doublets F,L et Fa,N. cette horloge permet le multiplexage/démultiplexage des canaux L horloge multitrame est transportée par le bit M Le bit E a une fonction de résolution d accès au canal D La révolution pour les câbles métalliques est la technologie xdsl ( Digital Subcriber Line) capable de véhiculer plusieurs mégabits par seconde. Les modems ADSL sont les plus répandus: La vitesse est dissymétrique entre le terminal et le réseau: La technologie ADSL (Asynchronous Digital Line Subscriber ou ligne numérique d'abonné à débit asymétrique) utilise les lignes téléphoniques classiques. Avec le constat: le dernier kilomètre de la ligne téléphonique avant d'arriver chez l'abonné est généralement utilisé qu à 1 % de sa capacité

11 BL: ADSL BL: les paires métalliques xdsl DSLAM Modem ADSL BL: ADSL BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux Codage DMT ( Discrete Multitone) La technologie employée utilise des porteuses simultanées multiples pour transférer les données numériques: 256 canaux de 4 Khz et 15 bits par Hertz. (60 kbit/s par canaux) Un nombre variable de bits sont modulés sur chacune de ces porteuses en fonction des caractéristiques du support Le réseau est composé de Cellules recouvrant le territoire de l opérateur Cette technique permet une meilleure réutilisation du plan de fréquence de l opérateur Le changement de Cellules: Hand-Over Il existe 3 générations de réseaux cellulaires BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux Première génération: système analogique NMT (Nordic Mobile Telephone) Sur des fréquences de 450 Mhz puis 900 Mhz AMPS (Advanced Mobile Phone Service) 800 et 900 Mhz Technique d accès: AMRF (accès multiple à répartition en fréquence) Deuxième générations: système numérique En 1982 normalisation pour l Europe d un système de communication mobile. En 1987 première version finalisée par le GSM Groupe Spécial Mobile 900 Mhz Ensuite une autre version dans la gamme des 1800 MHZ DCS1800 Digital Cellular System La norme GSM (Global System for Mobile Communications) a été finalisée au début des années 90. Troisième Génération: UMTS (Système Universel de Télécommunications Mobiles ). L'UMTS permet de faire aussi bien de la téléphonie mobile classique (commutation de circuits) que du transport de données Internet (commutation de paquets)

12 BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux Architecture du réseau mobile Architecture du réseau GSM BL: accès hertziens Les réseaux cellulaires BL: Les accès hertziens GPRS Les accès hertziens Les réseaux radio mobiles connaissent un énormes succès. La qualité de la parole téléphonique est parfois médiocre l évolution est une prise en charge des applications multimédias et l intégration avec les réseaux fixes Exemples RLAN BLR. GSM, GPRS, UMTS Satellites Deux grandes familles: mobilité de l usager Les réseaux cellulaires: GSM, GPRS, UMTS, téléphone satellite Mobilité restreinte RLAN: Hiperlan, 802.(wifi) BLR, faisceaux hertziens La boucle locale La boucle locale FO Les accès satellites Les systèmes satellite bande étroite pour usage principale la téléphonie: Globalstar, Iridium Thuraya et INMARSAT 3 catégories: LEOS: Low Earth Orbital Satellite ( km) MEOS: Medium ( km) GEOS: Geostationary ( km) Les systèmes satellites larges bandes pour les applications multimédias: VSAT (Very Small Aperture Terminal) Solution pour la diffusion et les LS bas débit USAT (Ultra Small Aperture Terminal) Les antennes de TV satellite La fibre optique Le choix de la fibre optique se justifie pour des questions de distances Au-delà des 90m dans un réseau privé Solution privilégiée des opérateurs pour le réseau de transmission. Exemple: développement du THD par les collectivités locales. Pour les solutions Interlan des opérateurs 71 72

13 BL: FO BL: CPL Les technologies PON: L introduction de la FO existe depuis 1992 pour les besoins des grandes entreprises (ROCA) Architecture point à point Pour amener cette BL fo aux grands publics c est une architecture Multipoint qui a été retenue: Les technologies PON: (Passive Optical Network) APON; BPON; EPON et GPON GPON est celle retenue en France pour les opérateurs: G984x. Elle permet le transport des trames Ethernet mais aussi ATM avec un débit de 2,5 Gbit/s CPL Courant Porteur de Ligne. Le principe est la superposition au signal 50hz un signal de haute fréquence (1,6 à 30 Mhz) 2 architectures: Outdoor: boucle locale entre le central électrique du quartier et les habitations Indoor: correspond au réseau local et chaque prise correspond à point Ethernet. les débits sont compris entre 14 Mbit/s et 200 Mbit/s CPL CPL outdoor Les commutateurs Les commutateurs: types de centraux téléphoniques Les types de centraux téléphoniques Le fonctionnement du commutateur L architecture du central téléphonique Les différentes générations de commutateurs Les fonctionnalités Deux catégories de commutateurs: Les centraux privés: Ils sont étudiés pour fournir un service de téléphonie pour un groupe de personnes travaillant ensemble Les centraux publics: De taille plus importante pouvant desservir plusieurs dizaines de milliers de personnes Typologie des appels: durée des appels plus longue et des services restreints

14 Les commutateurs: fonctionnement Les commutateurs: fonctionnement Au début la commutation des lignes était manuelle Aujourd hui réalisée par un central automatique Commutateur automatique inventé en 1889 Dans un commutateur les liaisons sont établies temporairement: Elles sont mises en place et défaites au rythme de l apparition et la disparition des appels Un réseau de connexion permet l établissement d un chemin entre deux abonnés quelconques quelles que soient les conversations déjà en cours Le nombre d interface de connexion ou joncteurs tient compte du fait que tous les abonnés ne téléphonent pas en même temps Ainsi un abonné A raccordé au central X pourra appeler un abonné B raccordé au central Y grâce aux liaisons longues distances établies entre les centraux X et Y. le central doit donc disposer de joncteurs (interfaces) entrants, sortants et locaux. Il doit posséder des récepteurs de numérotation capables de recevoir la numérotation des abonnés Une signalisation permettant de dialoguer avec les centraux distants Les commutateurs: Architecture du central téléphonique Les commutateurs: Trois générations Ainsi l architecture du central téléphonique comporte: Un réseau de connexion pour les liaisons temporaires Une unité de contrôle UC qui contrôle le réseau de connexion et l analyse de la numérotation Les données des usagers (droits, restrictions, ) Trois générations de centraux téléphoniques: Les centraux téléphoniques spatiaux (analogique) Le sélecteur rotatif Le crossbar Les centraux électroniques spatiaux Les centraux temporels (numérique) Les Softswitch: VoIP Les commutateurs le sélecteur rotatif Les commutateurs: le sélecteur rotatif Ou sélecteur de Strowger Premier système de commutation automatique En 19 il desservait abonnés aux Etats-Unis Il se développa surtout: Après l invention de la numérotation au cadran en 1896 Après la première guerre mondiale Jusqu en dans les années 60, il était le système le plus répandu au monde Principe de fonctionnement: La connexion est assurée par un équipage mobile, solidaire d'un axe vertical: Le sélecteur. Deux électroaimants, par pas successifs, au rythme de l'arrivée des impulsions du cadran, déplace le sélecteur, d'abord le long de l'axe vertical dans un mouvement de translation (sélection du premier chiffre), puis en rotation dans le plan horizontal (sélection du deuxième chiffre). Les 0 sorties ainsi accessibles sont disposées autour de l'axe vertical sur un cylindre, suivant rangées de contacts numérotés dans les 2 sens de I à 0 (premier et dernier chiffre du cadran)

15 Les commutateurs: le sélecteur rotatif Les commutateurs: le crossbar Le système rotatif adopté en France à partir de 1925: Rotary R6 Les derniers ont cessé de fonctionner en 1983 Les systèmes rotatifs s usaient rapidement à cause des mouvements importants des sélecteurs Les Suédois mirent au point un système crossbar en 1919 AT&T reprend le développement en 1930 pour mettre au point le Crossbar n 1 en 1938 En France le premier Crossbar installé à Melun en En 1975, 70% du réseau national équipé Le dernier démonté en 1994 à Givors Les commutateurs: le crossbar Les commutateurs: le crossbar Principe de fonctionnement du réseau de connexion: un électro-aimant actionne la barre horizontale. La rotation engage des tiges appelées embrayeurs. L'action d'un deuxième électro -aimant fait pivoter une des barres verticales. Dans ce mouvement, sous l'effet de l'embrayeur, des lames souples établissent le contact. Le maintien du contact est fait par l action permanente de l électroaimant. Principe de fonctionnement: Il existe un organe spécialisé 'le marqueur' qui à partir du numéro composé met en œuvre tous les étages de sélection simultanément. Ainsi l'établissement de la communication est plus rapide : Dans le pas à pas de Strowger la mise en place du chemin peut prendre 1 à 2s par chiffre, dans un système crossbar, l établissement de la liaison prend en tout quelques dixième de secondes seulement Les commutateurs: le crossbar Les commutateurs: électronique spatial En France 2 systèmes: Le PENTACONTA de la CGCT (Compagnie Générale de Constructions Téléphoniques) Le CP400 construit par STE (Société des Téléphones Ericsson) Introduire l électronique dans les centraux CROSSBAR notamment le transistor Nés des études faites à partir des années 50 2 types de commutateurs électroniques: Les systèmes semi électroniques avec un réseau de connexion qui reste électromécanique Les systèmes tout électroniques qui utilisent le transistor dans le réseau de connexion

16 Les commutateurs: électronique spatial Les commutateurs: électronique spatial Le premier central spatial électronique est le ESS n 1 d AT&T mis en service en En 1975 la France a mis en route son plan de rattrapage et choisi un système semi électronique Le Métaconta. Installé massivement en 1978 et permis de doubler la taille du réseau en moins de ans. En 1976 la direction des Télécommunications retient deux systèmes pour la France: Le METACONTA F proposé par la CGCT L' AXE étudié par la STE et présenté par Thomson En France les derniers centraux de ce type mis en service en 1985 Dans les années 80 ils seront balayés par les nouveaux systèmes numériques temporelles Les commutateurs: 2ème génération Les commutateurs: les centraux temporels Les centraux temporels Dès 1938, un Anglais Alex REEVES eu l idée de transmettre la parole sous forme codée. Il a fallu attendre les années 60 avec l arrivée de la microélectronique pour pouvoir concrétiser En France, le CNET a été un acteur important de cette approche en réalisant en 1970 la mise en service du premier central public à commutation temporel à Perros Guirec : PLATON. La commutation temporelle présente de nombreux avantages notamment la suppression des organes mécaniques donc moins d usure. Dans les années 80, de nombreux systèmes à commutation temporelle ont vu le jour, et cette approche est adoptée par tous les constructeurs. Dans le cas du réseau Français à la fin des années 90, 3 systèmes sont mis en place : E et MT de la société ACATEL AXE développé par MET (filiale commune MATRA et ERICSSON). Un central téléphonique temporel est constitué d unité de raccordement avec des jonctions interconnectés au réseau de connexion : l ensemble est sous le contrôle d un calculateur. Les URA sont raccordés au réseau de connexion temporel par une liaison numérique multiplexée normalisée à 2048 Kbit/s Les commutateurs: des fonctionnalités Les Softswitch: 3ème génération Les fonctionnalités se sont surtout développées avec la numérisation des centraux téléphoniques Ils sont surtout présents sur les centraux privés et maintenant aussi proposé par les opérateurs sur le réseau public. Cirpack Thomson L'Alcatel 5020 Softswitch Xspan de MATRA

17 Softswith: ex Free Les artères de transmission Les coûts de mise en œuvre d une artère de transmission à faible ou haut débit sont identiques: le coût du support est faible par rapport à celui des travaux de génie civil. Les opérateurs développent des techniques de multiplexage sur les supports physiques pour transmettre le maximum de communications Les artères de transmission Les artères de transmission: le multiplexage fréquentiel On distingue deux catégories de multiplexage: le multiplexage fréquentiel: MRF(Multiplexage par répartition de fréquence) ou FDM (Frequency Division Multiplexing) le multiplexage temporel: MRT (multiplexage à répartition dans le temps) ou TDM (Time Division Multiplexing) Partager la bande de fréquence disponible en canaux (ou sous bandes) Les applications: Le multiplexage des signaux téléphoniques analogiques Le multiplexage en longueur d onde WDM 99 0 Les artères de transmission le multiplexage fréquentiel Les artères de transmission Le multiplexage fréquentiel sur les lignes téléphoniques: Le multiplexage fréquentiel de signaux téléphoniques analogiques est la première technique de multiplexage des communications téléphoniques normalisée par l'uit: Le Groupe primaire: consiste à regrouper voies téléphoniques et réparties entre 60 et 8 Khz. Chaque voie dispose d'une bande passante de Hz répartie de 3000 hz pour la communication et de deux espaces interbande de 500 Hz) Le multiplexage en longueur d'onde (WDM) (Wavelength Division Multiplexing): Cette technique est surtout utilisée dans les artères de transmission à haut débit des opérateurs Le multiplexage WDM est complètement passif est donc d'une très grande fiabilité. On parle aussi de DWDM ( Dense Wavelenght Division Multiplexing) Le principe est très simple: Deux fibres véhiculant un flux lumineux de bande de fréquence différente arrivent sur un prisme (système à diffraction). Les deux faisceaux lumineux sont combinés par le prisme en un faisceau unique sur une fibre en sortie. Le groupe secondaire: Correspond au groupement de 5 groupes primaires soit 60 voies téléphoniques Le groupe tertiaire : Compte 5 groupes secondaires soit 300 voies Sur fibre monomode: Chaque couleur correspond un débit de Gbit/s On peut atteindre 0 Pétabit/s (0 Millions Gigabit/s)

18 Les artères de transmission le multiplexage temporel Les artères de transmission le multiplexage temporel Adapté à la transmission numérique On distingue: Le MIC ou PCM: la trame de base La hiérarchie numérique plésiochrone ou PDH La hiérarchie numérique synchrone ou SDH Le MIC (Modulation par impulsion et codage) ou PCM (Pulse Code Modulation) constitue la base de la transmission numérique des réseaux téléphoniques modernes. Ce sont des intervalles de temps multiples de 5 µs. l'uit ayant tardé pour fournir des normes internationales: la situation est hétérogène sur le plan mondial. Pour les connexions internationales il faut mettre en place des dispositifs de conversions. 3 4 Les artères de transmission le multiplexage temporel Les artères de transmission le multiplexage temporel Le canal de transmission T1: Défini par Bell System et utilisé sur le continent Nord Américain et au Japon. Cette technique fait l'objet d'une normalisation de l'uit: norme G733. Le canal T1 regroupe 24 voies téléphoniques multiplexées. Le canal de transmission E1: Cette technique est mise en oeuvre dans les pays Européens. Définie par l'uit, norme G732. La trame est de 32IT à 8 bits, soit 256 bits reproduit périodiquement tous les 5µs. Le débit obtenu est de 2,048 Mbit/s. 5 6 Les artères de transmission: la hiérarchie numérique plésiochrone Les artères de transmission: la hiérarchie numérique plésiochrone Les canaux E1 et T1 constituent les multiplex numériques primaires des grands réseaux. Les canaux E1 et T1 peuvent être multiplexés sur des artères à plus haut débit. La différence du multiplex primaire entre l'europe et l'an existe aussi dans les niveaux supérieurs. Le principal défaut de cette technique l accès aux informations: il faut démultiplexer l ensembles des voies

19 Les artères de transmission: la hiérarchie numérique synchrone Les artères de transmission: la hiérarchie numérique synchrone Dans la technique PDH pour extraire un IT il faut démultiplexer la trame. En revanche la hiérarchie numérique synchrone SDH ou SONET donne la possibilité d'insérer ou d'extraire des voies sans les opérations de multiplexage et démultiplexage. Mis au point aux Etats Unis suite à la déréglementation en les opérateurs avaient besoin de standard communs pour s'interconnecter aux réseaux des opérateurs de longues distances. Les laboratoires de Bellcore mettent au point en 1985 le standard SONET qui correspond aux nouveaux besoins de transmission. En 1986 L'UIT s'intéresse à la définition d'une hiérarchie numérique synchrone SDH (Synchronous Digital Hierarchy) pour le transport du RNIS Large bande. En 1989 l UIT publie les normes SDH G707;G708 et G709 SONET et SDH sont semblables et surtout compatibles. Ainsi il n'y a plus de différence en l'europe et l'an. l'interconnexion des équipements opérateurs est possible grâce à la définition de standard compatible. unification des systèmes NA et Europe méthode de multiplexage simple et standard qui facilitent l'insertion et l'extraction d'it. amélioration des fonctions de gestions, d'exploitation et de maintenance. 9 0 Les artères de transmission: la hiérarchie numérique synchrone Les artères de transmission: la hiérarchie numérique synchrone 1 Trame SDH: Structure en conteneur: les informations sont encapsulées dans un conteneur qui avec son surdébit POH permet le repérage et forme ainsi un conteneur virtuel VC Trame de base STM1: Synchronous Transfer Mode 1 9 rangées de 270 Octets: 9 supervisions Octets d informations Soit 155,520 Mbit/s Il existe aussi STM 1,4,16,64,8 et Trame Sonet (Synchronous Optical network) SDH et SONET compatible: le niveau 1 de SDH STM-1 est équivalent au niveau 3 de SONET (OC-3, optical Carrier Level 3) OC1 est composé de 9 rangées de 90 Octets avec 3 Octets de supervision. Ces conteneurs virtuels seront à leur tour rangés dans des conteneurs de débit plus important, et ainsi de suite. La signalisation La signalisation: voie par voie 3 La signalisation permet de transmettre un ensemble d information décrivant: L état de la ligne (libre,occupée ) La numérotation Et les services associés La signalisation peut être de deux types: Voie par voie Par canal sémaphore 4 Sur lien analogique appelé aussi LIA (Liaison Inter- Automatique) Les informations de voix et la signalisation sont séparées La signalisation est dite RON/TRON RéceptiON et TRansmissiON E&M receive and transmit Les fils de voix sont généralement désignés fils AB 19

20 La signalisation: voie par voie sur lien analogique La signalisation: voie par voie sur lien numérique 4 types de LIA LIA à changement d état: les événements sont signalés par le potentiels des fils RON et TRON LIA à impulsions codées: les événements sont représentés par des impulsions de 48 Volts calibrées en durée. LIA à impulsions codées à 50hz: pour les LIA à 2 fils. La signalisation est transmise sous forme d impulsions codées LIA à courant continu: pour les LIA à 2 fils. Les états sont détectés pour les ouvertures et les fermetures de la boucle de courant. Principe utilisé pour les liaisons d abonnées Appelé aussi CAS (Channel Associated Signaling ou signalisation par canal associé) La signalisation de chaque voie est transportée dans un IT dédié ou dans la même voie que la communication. La signalisation comporte deux types d informations: Relative à la structure de la trame Et celles du canal téléphonique 5 6 La signalisation: voie par voie sur lien numérique Dans le cas de la trame E1: IT0 pour la signalisation de la trame IT16 pour la signalisation de chaque voie La signalisation: voie par voie sur lien numérique La signalisation de chaque IT sur 4 bits (bits a,b,c,d) est transportée dans l IT16 de chaque trame. Chaque IT 16 transporte la signalisation de deux voies La signalisation CAS ne comporte que les événements relatifs à la gestion de la ligne. Il n y a pas de service sophistiqué (exemple: affichage de l appelant, téléservices ) 7 8 La signalisation: par canal sémaphore La signalisation: par canal sémaphore ou signalisation CCS (Common Channel Signaling) Utilise un canal dédié (IT24 trame T1, IT16 trame E1) pour signaler tous les événements relatifs aux communications établies sur la trame Signalisation en mode messages commune à tous les IT Le protocole de référence est CCITT n 7 Dans le cas d un réseau public l acheminement des messages est réalisé dans un réseau sémaphore PS: point sémaphore (2000) PTS: point de transfert sémaphore (40 à 50) 1983: spécifications 1986: les premières liaisons

RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE

RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE POSITIONNEMENT DES OPERATEURS Internet FRAD X25 ATM 1 TELECOMS : QUELLES SOLUTIONS APPORTER? RESEAU ANALOGIQUE RESEAU NUMERIQUE PLESIOCHRONE RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE 2 1 COMPRENDRE L EXPLOITATION D UN

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

Résaux Téléphoniques Commutation de circuits. Commutateur

Résaux Téléphoniques Commutation de circuits. Commutateur Résaux Téléphoniques Commutation de circuits Commutateur Multiplexage en Fréquence 300 Hz < Les signaux téléphoniques < 3400 Hz groupe 12 voies -> Groupe primaire (ex 60 khz - 108 khz) groupe 5 primaire

Plus en détail

Partie 5 : réseaux de grandes distances. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.

Partie 5 : réseaux de grandes distances. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed. 1 Réseaux I Partie 5 : réseaux de grandes distances Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.fr 2 Plan 1 Généralités sur les WAN 2 WANs d accès 3

Plus en détail

Organisation du module

Organisation du module Organisation du module Cours: 2 séances de TD (3H) + DS (1h30, commun avec TP) Introduction à la téléphonie d entreprise : Matériel, configurations et possibilités courantes Voix sur IP, Téléphonie sur

Plus en détail

Téléphonie. stephane.frati@unice.fr

Téléphonie. stephane.frati@unice.fr Téléphonie stephane.frati@unice.fr 3 ème partie Organisation du réseau traditionnel Principe du RTPC Côté opérateur Côté utilisateur Établissement d une communication téléphonique Que se passe-t-il quand

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

Architectures et Protocoles des Réseaux

Architectures et Protocoles des Réseaux Chapitre 5 - Les réseaux xdsl Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/32 Plan de la

Plus en détail

Les Réseaux Télécoms à Hauts débits

Les Réseaux Télécoms à Hauts débits Les Réseaux Télécoms à Hauts débits Ahmed Mehaoua 1999 - page 1 PLAN RTC : Le Réseau Téléphonique Commuté RNIS Le Réseau Numérique à Intégration de Services à large bande Ahmed Mehaoua 1999 - page 2 1

Plus en détail

Digital Subscriber Line

Digital Subscriber Line Digital Subscriber Line Bernard Cousin Présentation d'adsl But : Offrir l'accès à l'internet à partir d'un domicile personnel Le cout des réseaux d'accès est très important par rapport à celui du réseau

Plus en détail

1 L accès au haut débit

1 L accès au haut débit 1 L accès au haut débit 1.1 Différents types d accès en fonction des supports 1) Compléter le tableau suivant par : Le nom d une technologie d accès au haut débit utilisant les supports de transmission

Plus en détail

Chapitre 8. Multiplexage : utilisation de la largeur de bande 08-1

Chapitre 8. Multiplexage : utilisation de la largeur de bande 08-1 Chapitre 8 Multiplexage : utilisation de la largeur de bande 08-1 Contenu Multiplexage fréquentiel Multiplexage temporel synchrone Multiplexage temporel statistique Lignes d abonnés numériques asymétriques

Plus en détail

Panorama des réseaux haut débit

Panorama des réseaux haut débit Panorama des réseaux haut débit Participants Ingénieurs, techniciens ou toutes personnes disposant des connaissances de base sur les réseaux et souhaitant les approfondir avec un panorama détaillé des

Plus en détail

Transmission ADSL. Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée

Transmission ADSL. Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Transmission ADSL Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Hauts débits sur paires torsadées Fournir un accès haut débit à des serveurs sur paires téléphoniques ; Assurer la simultanéïté

Plus en détail

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre»

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» Le marché en France ~ 9 millions d abonnés fin 2005 ~ 6 millions fin 2004 dont la moitié chez l opérateur historique et

Plus en détail

INTRODUCTION AUX RESEAUX. 1. Les grandes catégories de réseaux

INTRODUCTION AUX RESEAUX. 1. Les grandes catégories de réseaux INTRODUCTION AUX RESEAUX 1. Les grandes catégories de réseaux Les réseaux longues distances (WAN) 1. Réseau téléphonique (RTC) 2. Réseau ADSL 3. Réseau RNIS (Numéris) 4. Réseau Transpac 5. Réseau câblé

Plus en détail

Réseaux mobiles. UPMC - M1 Réseaux - UE RTEL 1

Réseaux mobiles. UPMC - M1 Réseaux - UE RTEL 1 Réseaux mobiles Nguyen Thi Mai Trang LIP6/PHARE Thi-Mai-Trang.Nguyen@lip6.fr UPMC - M1 Réseaux - UE RTEL 1 Plan Principes des réseaux cellulaires GSM (Global System for Mobile communications) GPRS (General

Plus en détail

Réseaux de Télécommunication en France

Réseaux de Télécommunication en France Réseaux de Télécommunication en France Contributions 1994 Création: Bernard Tuy Page 1 Généralités Les réseaux de France Telecom Les opérateurs TCP/IP commerciaux (ISP) RENATER Evolutions techniques Passage

Plus en détail

Veille Technologique : la VoIP

Veille Technologique : la VoIP Veille Technologique : la VoIP CESI LA Vatine Intervenant : FACORAT Fabrice Sommaire Présentation de la VoIP Histoire Terminologie et Protocoles Enjeux de la VoIP H323 SIP Usages actuels de la VoIP Les

Plus en détail

Plan global du cours. Services. Structure simplifiée d un réseau. Accès Cœur de réseau OSS/BSS. Division Electronique, Signal et Télécommunications

Plan global du cours. Services. Structure simplifiée d un réseau. Accès Cœur de réseau OSS/BSS. Division Electronique, Signal et Télécommunications Plan global du cours Le monde des télécoms aujourd hui Architectures des réseaux de télécommunications Réseaux de nouvelles générations Signalisations «télécom» «Services» de télécommunications V1.0 Page

Plus en détail

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU :

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU : LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING THEME : ADSL BAC PROFESSIONNEL MICRO- INFORMATIQUE ET RESEAUX : INSTALLATION ET MAINTENANCE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS 2 EME TRIMESTRE NIVEAU : TMRIM Étude d une LiveBox

Plus en détail

Services réseau. Généralités. 2. Les réseaux d accès. Généralités. Généralités. L accès capillaire. Différents supports pour l accès

Services réseau. Généralités. 2. Les réseaux d accès. Généralités. Généralités. L accès capillaire. Différents supports pour l accès Services réseau 2. Les réseaux d accès Généralités Le réseau Câblé TV L accès fibre optique L accès Wimax L accès cellulaire Les FAI Généralités L accès capillaire Les réseau d accès sont à l interface

Plus en détail

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie Cours n 12 Technologies WAN 2nd partie 1 Sommaire Aperçu des technologies WAN Technologies WAN Conception d un WAN 2 Lignes Louées Lorsque des connexions dédiées permanentes sont nécessaires, des lignes

Plus en détail

Module Bases des Réseaux

Module Bases des Réseaux Module Bases des Réseaux Université Paris-Sud Véronique Vèque Partie 1 : Introduction 1 Plan de la remise à niveau 1. Introduction des réseaux de communication 2. Typologie des réseaux 3. Architecture

Plus en détail

Technologies xdsl. 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet... 2 1.2 La connexion à Internet... 3 1.3 L évolution... 3

Technologies xdsl. 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet... 2 1.2 La connexion à Internet... 3 1.3 L évolution... 3 Technologies xdsl Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet.......................................... 2 1.2 La connexion à Internet..............................................

Plus en détail

Résultats du sondage et définition du besoin. Généralités techniques. Et bon sens. Quelles améliorations possibles. Réponses et débat.

Résultats du sondage et définition du besoin. Généralités techniques. Et bon sens. Quelles améliorations possibles. Réponses et débat. Résultats du sondage et définition du besoin Généralités techniques Et bon sens Quelles améliorations possibles Page 2 /35 Réponses et débat Sondage Les questions posées Comment jugez-vous la qualité de

Plus en détail

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE La téléphonie mobile est une infrastructure de télécommunication qui permet de communiquer par téléphone sans être relié par câble à un central. HISTORIQUE Première génération Ericsson 450 Ericsson 900

Plus en détail

Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile)

Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile) Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile) Introduction Les objectifs affichés du projet GSM sont : Système entièrement numérique Bonne qualité de signal Faible coût des téléphones

Plus en détail

Réseaux grande distance

Réseaux grande distance Chapitre 5 Réseaux grande distance 5.1 Définition Les réseaux à grande distance (WAN) reposent sur une infrastructure très étendue, nécessitant des investissements très lourds. Contrairement aux réseaux

Plus en détail

Les réseaux étendus. Solutions proposées en France. Marie-pascale Delamare

Les réseaux étendus. Solutions proposées en France. Marie-pascale Delamare Les réseaux étendus Solutions proposées en France Les réseaux étendus Ils fonctionnent au-delà de la portée géographique des réseaux LAN. Ils utilisent les services d'opérateurs de télécommunication. Ils

Plus en détail

Evolution de l infrastructure transport

Evolution de l infrastructure transport Les réseaux optiques I Les réseaux optiques Jean-Paul GAUTIER, jpg@urec.cnrs.fr CNRS / UREC Une des grandes tendances de la fin des années 90 est la demande croissante en bande passante des réseaux d entreprises

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale Modem routeur LAN Inte rnet Système de connectivités Plan Modem synchrone et Asynchrone La famille xdsl Wifi et WiMax Le protocole Point à Point : PPP Le faisceau hertzien Et le Satellite.

Plus en détail

1 Définition et présentation. 2 Le réseau Numéris. 3 Les services. 3.1 Les services Support (Bearer service) SYNTHESE

1 Définition et présentation. 2 Le réseau Numéris. 3 Les services. 3.1 Les services Support (Bearer service) SYNTHESE 1 Définition et présentation RNIS = Réseau Numérique à Intégration de Services En Anglais = ISDN = Integrated Services Digital Network Le RNIS est une liaison autorisant une meilleure qualité que le RTC

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux réseaux informatiques

Chapitre 1 : Introduction aux réseaux informatiques Chapitre 1 : Z:\Polys\Internet RES0\01.Intro.fm - 9 janvier 2014 10:10 Plan - 1. Introduction p16-2. Structure des réseaux informatiques p17-3. Les supports de communication p19-4. Caractéristiques de

Plus en détail

De la téléphonie classique à la ToIP. hassan.hassan@urec.cnrs.fr Unité Réseaux du CNRS

De la téléphonie classique à la ToIP. hassan.hassan@urec.cnrs.fr Unité Réseaux du CNRS De la téléphonie classique à la ToIP hassan.hassan@urec.cnrs.fr Unité Réseaux du CNRS 2 La téléphonie La téléphonie est un système de communication avec la voix Deux composantes sont nécessaires à ce système

Plus en détail

Les technologies candidates aux Boucles Locales Alternatives (BLA)

Les technologies candidates aux Boucles Locales Alternatives (BLA) Les technologies candidates aux Boucles Locales Alternatives (BLA) Terminologie : La «boucle locale» est traditionnellement le dernier segment de câble cuivre qui relie l abonné à son point d accès réseau

Plus en détail

Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs)

Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs) 102-F Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs) Eric C. Coll Institut de Formation Teracom www.teracomtraining.com Copyright Le meilleur Institut de de sa formation classe -Teracom depuis 1992

Plus en détail

GSM UMTS. Voix, Data, Téléphonie, Vidéo, 802.5 MAN IBM -> Token Ring - > FDDI -> FDDI II AT&T -> DQDB (155Mb/s) (Double Queuing Double Bus)

GSM UMTS. Voix, Data, Téléphonie, Vidéo, 802.5 MAN IBM -> Token Ring - > FDDI -> FDDI II AT&T -> DQDB (155Mb/s) (Double Queuing Double Bus) Réseaux Publics Jeanluc.langbois@orange-ftgroup.com Avec Fil X25 -> -> MPLS (MPλS / GMPLS) -> xdsl ->Frame Relay Frame Switching X21 -> RTC RTNM : Réseau Transmission Numérique Multiplexé RTNM + X25 +RTC

Plus en détail

GLOSSAIRE TELEPHONIE

GLOSSAIRE TELEPHONIE GLOSSAIRE TELEPHONIE A Absence En votre absence, plusieurs mécanismes permettent de rediriger vos appels : le renvoi vers votre boite vocale, voir rubrique Messagerie vocale - Utilisation courante le renvoi

Plus en détail

COMPOSANTS ET COUCHES

COMPOSANTS ET COUCHES COMPOSANTS ET COUCHES Dans ce chapitre nous nous intéressons d'une part aux composants des réseaux - physiques, - logiques, ainsi qu'à l'architecture des réseaux, essentiellement la - topologie, - conception

Plus en détail

Réseaux publics de télécommunication

Réseaux publics de télécommunication Réseaux publics de télécommunication Réseau à autonomie d'acheminement CTI = Centre de Transport International CL = Centre Local NRA = Nœud de Raccordement de l'abonné URA = Unité de Raccordement de l'abonné

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

Téléphonie. (Auto)Commutateur Privé Private Branch Exchange (PBX) stephane.frati@unice.fr

Téléphonie. (Auto)Commutateur Privé Private Branch Exchange (PBX) stephane.frati@unice.fr Téléphonie (Auto)Commutateur Privé Private Branch Exchange (PBX) stephane.frati@unice.fr Installation d abonné et réseau privé de téléphone Qu est-ce qu un PABX ou autocommutateur privé? Constitution Raccordement

Plus en détail

Sommaire. Catalogue des services - DSP Guyane Numérique

Sommaire. Catalogue des services - DSP Guyane Numérique Sommaire SERVICE DE FIBRES NOIRES... 2... 2... 2... 3 SERVICE D HEBERGEMENT... 3... 3... 3... 4 SERVICE DE BANDE PASSANTE POINT A POINT... 5... 5... 5... 5 SERVICE DE RACCORDEMENT IP POINT MULTIPOINT...

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles RESEAUX ET SERVICES TELECOM PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles PROGRAMME TOTAL : 279 h Sur 6 mois ½ environ En Alternance Présentiel,

Plus en détail

NGN Next Generation Network Réseau de Nouvelle Génération. Dr. Najjar Monia

NGN Next Generation Network Réseau de Nouvelle Génération. Dr. Najjar Monia 2015 NGN Next Generation Network Réseau de Nouvelle Génération Dr. Najjar Monia Les NGN sont basés sur une évolution progressive vers le «tout IP» et sont modélisés en couches indépendantes dialoguant

Plus en détail

Technologies d accès (M3103) Boucle locale en France

Technologies d accès (M3103) Boucle locale en France Automne 2015 version 0.1b Technologies d accès (M3103) Boucle locale en France Paul HONEINE Université de Rouen IUT, site Elbeuf Préface 2/80 Module M3103 Technologies d accès Objectif principal : Comprendre

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

DOSSIER ADSL. DEMARCHE DE TRAVAIL : Consultez rapidement le dossier avant de commencer Complétez le dossier en suivant les indications du document

DOSSIER ADSL. DEMARCHE DE TRAVAIL : Consultez rapidement le dossier avant de commencer Complétez le dossier en suivant les indications du document DOSSIER ADSL OBJECTIFS DU DOSSIER : Dans le dossier suivant, nous vous proposons de découvrir les spécificités des lignes à haut débit. Nous verrons notamment deux dossiers : L ADSL (Asymmetric Digital

Plus en détail

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Câblage des réseaux WAN C-D-002.doc Mars 1-7 Sommaire 1. Couche physique WAN... 3 1.1. Connexions série WAN... 4 1.2. Routeurs et connexions

Plus en détail

Présentation des réseaux

Présentation des réseaux Deux familles : réseaux d opérateurs et réseaux d entreprise Présentation des réseaux Hub réseau d'opérateur Hub Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Réseau d entreprise : interconnecte

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles RESEAUX ET SERVICES TELECOM PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles PROGRAMME TOTAL : 29 h Sur 6 mois ½ environ En Alternance Présentiel,

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction générale

Chapitre 1: Introduction générale Chapitre 1: Introduction générale Roch Glitho, PhD Associate Professor and Canada Research Chair My URL - http://users.encs.concordia.ca/~glitho/ Table des matières Définitions et examples Architecture

Plus en détail

Les Réseaux Informatiques

Les Réseaux Informatiques Les Réseaux Informatiques Licence Informatique, filière SMI Université Mohammed-V Agdal Faculté des Sciences Rabat, Département Informatique Avenue Ibn Batouta, B.P. 1014 Rabat Professeur Enseignement

Plus en détail

La VoIP et ToIP. - Les constructeurs de réseaux : Anciens : Alcatel, Ericsson, Nortel, Siemens, Lucent, NEC Nouveaux venus : NetCentrex, Cirpack

La VoIP et ToIP. - Les constructeurs de réseaux : Anciens : Alcatel, Ericsson, Nortel, Siemens, Lucent, NEC Nouveaux venus : NetCentrex, Cirpack La VoIP et ToIP Introduction En 2002, le projet Asterisk sort au grand jour et fait son entrée dans un marché encore naissant. C est un PBX (Private Branch exchange) : auto commutateur matériel ou logiciel

Plus en détail

Téléphonie Analogique - RTC

Téléphonie Analogique - RTC Téléphonie Analogique - RTC Table des matières 1 Introduction à la téléphonie 2 1.1 Principe de la téléphonie analogique..................................... 2 1.2 Organes constitutifs d un poste téléphonique

Plus en détail

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre)

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) [a] Une tranche de temps correspond au passage d une voie GSM. Il y a donc 8 voies de parole par porteuse et donc 8 x 16 = 128 voies de parole. [b]

Plus en détail

jacques.heitzmann@jaito.com

jacques.heitzmann@jaito.com jacques.heitzmann@jaito.com Jaito-s136 20/10/09-1 Jaito-s136 20/10/09-2 Jaito-s136 20/10/09-3 Jaito-s136 20/10/09-4 Au temps du standard téléphonique et des demoiselles du téléphone Plan de contrôle Alimentation

Plus en détail

Séance 7. Les réseaux distants (WAN) Séance 7 : Les réseaux distants (WAN)

Séance 7. Les réseaux distants (WAN) Séance 7 : Les réseaux distants (WAN) Réseaux A9 Séance 1 Séance 2 Séance 3 Séance 4 Séance 5 Séance 6 Séance 7-8 Séance 9-10 Séance 11 Séance 12 Concepts de base Les procédures de liaison Notions d'architecture Les protocoles de liaison Les

Plus en détail

Cours Réseau Esial 2ème 2005-2006 1. Introduction. Plan. 1. Introduction. Notion de réseau. 1.1 Pourquoi des réseaux?

Cours Réseau Esial 2ème 2005-2006 1. Introduction. Plan. 1. Introduction. Notion de réseau. 1.1 Pourquoi des réseaux? Cours Esial 2ème 2005-2006 1. Introduction Isabelle CHRISMENT ichris@loria.fr Computer nertworking: a top-down approach featuring the Internet J.F. Kurose + K.W. Ross x Andrew Tannenbaum 1 2 Plan Introduction

Plus en détail

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. GÉNÉRALITÉS 5 1. RÔLES DES RÉSEAUX 5 1.1. Objectifs techniques 5 1.2. Objectifs utilisateurs 6 2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX 7 2.1. Les réseaux locaux 7 2.2. Les

Plus en détail

Présentation de l IPBX SATURNE

Présentation de l IPBX SATURNE Présentation de l IPBX SATURNE SATURNE : Le concept Fournir aux entreprises des outils de télécommunications essentiels mais jusqu alors inabordables pour les petites et moyennes structures, Profiter des

Plus en détail

P.A.B.X. 2003 P.A.B.X. P.A.B.X. : Private Automatic Branch exchange, autocommutateur privé.

P.A.B.X. 2003 P.A.B.X. P.A.B.X. : Private Automatic Branch exchange, autocommutateur privé. P.A.B.X. 1 GENERALITES P.A.B.X. : Private Automatic Branch exchange, autocommutateur privé. 1.1 Fonctions d'un PABX : de relation (réception des demandes, envoi des réponses.. via signalisation), de commande

Plus en détail

Histoire des solutions à un problème technique LE TELEPHONE

Histoire des solutions à un problème technique LE TELEPHONE Histoire des solutions à un problème technique LE TELEPHONE 1 L'invention du téléphone : - Le téléphone de Bell En 1876, faisant suite aux travaux de Bourseul, Reiss et autres, Graham Bell invente, le

Plus en détail

Liste des protocoles de la séparation comptable

Liste des protocoles de la séparation comptable France Télécom SA au capital de 10 595 541 532-78 rue Olivier de Serres - 75505 Paris Cedex 15-380 129 866 RCS Paris Liste des protocoles de la séparation comptable Protocole 1 : Accès Analogiques et Numéris

Plus en détail

La Voix sur IP (VoIP)

La Voix sur IP (VoIP) ENI La Voix sur IP (VoIP) Olivier DEHECQ 11 Milliards 1876 1883 1890 1897 1904 1911 1918 1925 1932 1939 1946 1953 1960 1967 1974 1981 1988 1995 2002 INTRODUCTION VoIP :C est le transport de la voix en

Plus en détail

Table des matières. Préface... 15 Jean-Jacques DAMLAMIAN. Introduction... 17

Table des matières. Préface... 15 Jean-Jacques DAMLAMIAN. Introduction... 17 Table des matières Préface... 15 Jean-Jacques DAMLAMIAN Introduction... 17 Chapitre 1. Les fondamentaux... 19 1.1. Les différentes catégories de réseau... 19 1.1.1. Définitions classiques... 19 1.1.2.

Plus en détail

Conception d un outil d aide au déploiement d un réseau EV-DO dans un concept IMS pour l opérateur CAMTEL

Conception d un outil d aide au déploiement d un réseau EV-DO dans un concept IMS pour l opérateur CAMTEL Conception d un outil d aide au déploiement d un réseau EV-DO dans un concept IMS pour l opérateur CAMTEL L outil à développer devra donner la possibilité de planifier tout d abord un réseau EV-DO Rev

Plus en détail

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011 Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique Novembre 2011 Préambule Ce document est destiné à la Filière, c est à dire les installateurs, prescripteurs, promoteurs, opérateurs, fabricants,

Plus en détail

Arguments clés. (1) : disponible sur certaines offres

Arguments clés. (1) : disponible sur certaines offres OVH Télécom SDSL Connexion SDSL OVH Arguments clés Avantages SDSL GTR : Garantie de Temps de Rétablissement Téléphonie VoIP Un débit optimal pour vos sauvegardes en cloud Débit symétrique jusqu à 20 Mbps

Plus en détail

ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence.

ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence. ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence. La grande variété de constructeurs de matériel pour la visioconférence a poussé les organismes de normalisation à étudier des recommandations dans ce

Plus en détail

LE RESEAU TELEPHONIQUE COMMUTE: R.T.C.

LE RESEAU TELEPHONIQUE COMMUTE: R.T.C. LE RESEAU TELEPHONIQUE COMMUTE: R.T.C. Relier chacun des abonnés français à tous les autres nécessiterait des milliers de milliards de liaisons => éléments d aiguillage, les commutateurs ( centraux téléphoniques

Plus en détail

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed. Année 2010-2011 Réseaux I Transmission des données Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr 1 Plan 1 Notions de signaux 2 Caractéristiques communes

Plus en détail

ultisites S.A. module «actifs»

ultisites S.A. module «actifs» M ultisites S.A. module «actifs» TP N 10 : Configurer le routeur ADSL et l'ap WIFI Nom : Prénom : Classe : Date : Appréciation : Note : Objectif : Être capable de configurer le routeur ADSL durée : 2h

Plus en détail

ADSL. C est comme son nom l indique une liaison asymétrique fort bien adaptée à l Internet et au streaming radio et vidéo.

ADSL. C est comme son nom l indique une liaison asymétrique fort bien adaptée à l Internet et au streaming radio et vidéo. A Principes de fonctionnement La technologie de l Asymetric Digital Subscriber Line utilisant à travers un modem spécial votre ligne de téléphone permet une connexion permanente à l Internet atteignant

Plus en détail

Présenté par Abdallah NOURDINE. Pourquoi la fibre optique est-elle en plein essor dans le Sud-Est

Présenté par Abdallah NOURDINE. Pourquoi la fibre optique est-elle en plein essor dans le Sud-Est Présenté par Abdallah NOURDINE Pourquoi la fibre optique est-elle en plein essor dans le Sud-Est 1 Qu est ce que la fibre optique? 2 Les réseaux d interconnexion 2.1 Le FDDI 2.2 Le SDH 3 Le FTTH 3.1 Objectif

Plus en détail

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba Téléinformatique Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet ESEN Université De La Manouba Les techniques DSL La bande passante du service voix est limitée à 4 khz, cependant la bande passante

Plus en détail

http://cb.iutbeziers.univ-montp2.fr Christophe.Borelly@iutbeziers.univ-montp2.fr

http://cb.iutbeziers.univ-montp2.fr Christophe.Borelly@iutbeziers.univ-montp2.fr Les réseaux WAN Christophe Borelly IUT GTR Béziers 2000 http://cb.iutbeziers.univ-montp2.fr Christophe.Borelly@iutbeziers.univ-montp2.fr WAN Wide Area Network. Utilisation des réseaux opérateurs. Modes

Plus en détail

En route vers le Très Haut Débit à l école Les technologies. Vendredi 23 mai 2014

En route vers le Très Haut Débit à l école Les technologies. Vendredi 23 mai 2014 En route vers le Très Haut Débit à l école Les technologies Vendredi 23 mai 2014 En route vers le Très Haut Débit Docsis 3 LTE WiFi ADSL VDSL xdsl Câble Débit Haut Débit Très Haut Débit Cuivre Satellite

Plus en détail

Les Réseaux GSM et les différents générations. L.A. Steffenel Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1

Les Réseaux GSM et les différents générations. L.A. Steffenel Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Les Réseaux GSM et les différents générations Steffenel Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Historique Les premiers réseaux téléphoniques cellulaires, connus sous le terme de système de 1ère génération,

Plus en détail

Télécommunications «mobiles»

Télécommunications «mobiles» Télécommunications «mobiles» G. Beuchot 1 Présentation G. Beuchot 2 Apparition aux USA en 1940 en Europe vers 1955 (France 1956) Radiocom 2000 : 1986 / NMT450 (SFR): 1989 Type Analogique - bandes 200 et

Plus en détail

International Telecommunication Union. Accès/Service Universel, Moteurs du Développement

International Telecommunication Union. Accès/Service Universel, Moteurs du Développement Séminaire TIC / IMT-2000 (Afrique 2002) (Abidjan, Côte d Ivoire, 9-12 Septembre 2002) «Connectivité IP, Technologies sans fils et les politiques d Accd Accès/Service Universel, Moteurs du Développement»

Plus en détail

Administration des ressources informatiques

Administration des ressources informatiques 1 2 La mise en réseau consiste à relier plusieurs ordinateurs en vue de partager des ressources logicielles, des ressources matérielles ou des données. Selon le nombre de systèmes interconnectés et les

Plus en détail

1 Les techniques DSL :

1 Les techniques DSL : A.D.S.L. 1 LES TECHNIQUES DSL :... 2 1.1 HDSL... 3 1.2 SDSL... 3 1.3 ADSL... 3 1.4 RADSL... 4 1.5 VDSL... 4 1.6 SHDSL... 5 2 ADSL... 5 2.1 BANDE PASSANTE :... 5 2.2 DÉBITS :... 6 2.3 ADSL ET TÉLÉPHONIE

Plus en détail

L ESSENTIEL DES TELECOMMUNICATIONS

L ESSENTIEL DES TELECOMMUNICATIONS L ESSENTIEL DES TELECOMMUNICATIONS Objectifs de la formation comprendre les principes de base des techniques de télécommunication découvrir les développements les plus récents du marché des télécommunications

Plus en détail

Procédures de qualification Installatrice-électricienne CFC Installateur-électricien CFC

Procédures de qualification Installatrice-électricienne CFC Installateur-électricien CFC Série 01 Connaissances professionnelles écrites Pos. 5 Technique de communication Procédures de qualification Installatrice-électricienne CFC Installateur-électricien CFC Nom, prénom N de candidat Date.........

Plus en détail

Argumentaire sur Traitement des zones d ombre ADSL Par l APIE (Association Porte de l Isère Environnement)

Argumentaire sur Traitement des zones d ombre ADSL Par l APIE (Association Porte de l Isère Environnement) Membre de la FRAPNA Isère Argumentaire sur Traitement des zones d ombre ADSL Par l () 1 - Rappel du principe du haut débit ADS L Sur la ligne téléphonique, les fréquences basses (notion de bas débit) transmettent

Plus en détail

Partie 3 Les réseaux informatiques

Partie 3 Les réseaux informatiques Partie 3 Les réseaux informatiques EMI 10/11 1 Définitions Un réseau est un ensemble d équipements informatiques interconnectés On distingue les nœuds qui sont les équipement actifs des éléments d interconnexion

Plus en détail

RESEAU MULTISERVICES LARGE BANDE DE TECHNOLOGIE IP/MPLS D ALGERIE TELECOM

RESEAU MULTISERVICES LARGE BANDE DE TECHNOLOGIE IP/MPLS D ALGERIE TELECOM RESEAU MULTISERVICES LARGE BANDE DE TECHNOLOGIE IP/MPLS D ALGERIE TELECOM Séminaire régional sur l accès hertzien mobile et fixe pour les applications large bande dans la région des Etats arabes. Co organisé

Plus en détail

Dossier technique. Autocommutateur évolutif. e.volution d Adep Telecom

Dossier technique. Autocommutateur évolutif. e.volution d Adep Telecom BAC Professionnel Systèmes Electroniques Numériques Dossier technique Autocommutateur évolutif e.volution d Adep Telecom Autocommutateur e.volution I- Mise en situation : Les très petites entreprises (TPE)

Plus en détail

d opérateurs Polycopie de cours Abderrahmane BAADACHE

d opérateurs Polycopie de cours Abderrahmane BAADACHE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieure et de la Recherche Scientifique Université Abderrahmane Mira de Béjaia Faculté des Sciences Exactes Département d

Plus en détail

Correction CCNA1 Chap4

Correction CCNA1 Chap4 Correction CCNA1 Chap4 1. Question Quelle couche du modèle OSI a la responsabilité de spécifier la méthode d encapsulation utilisé pour un type spécifique de media? physique transport application liaison

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

Les réseaux informatiques

Les réseaux informatiques Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/69 Objectifs du cours Effectuer une introduction

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R BT.1369 * Principes de base d'une famille mondiale commune de systèmes pour la fourniture de services interactifs de télévision

RECOMMANDATION UIT-R BT.1369 * Principes de base d'une famille mondiale commune de systèmes pour la fourniture de services interactifs de télévision Rec. UIT-R BT.1369 1 RECOMMANDATION UIT-R BT.1369 * Principes de base d'une famille mondiale commune de systèmes pour la fourniture de services interactifs de télévision (Question UIT-R 16/6) (1998) La

Plus en détail

Téléphonie. sur IP. L a u r e n t O u a k i l. G u y P u j o l l e. A v e c l a c o n t r i b u t i o n d e O l i v i e r S a l v a t o r i

Téléphonie. sur IP. L a u r e n t O u a k i l. G u y P u j o l l e. A v e c l a c o n t r i b u t i o n d e O l i v i e r S a l v a t o r i Téléphonie sur IP L a u r e n t O u a k i l G u y P u j o l l e A v e c l a c o n t r i b u t i o n d e O l i v i e r S a l v a t o r i Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 978-2-212-12099-8 1 Problématiques

Plus en détail

Montpellier 2013-2014

Montpellier 2013-2014 locaux Montpellier 2013-2014 La notion de réseau Définition Réseaux Réseau informatique: ensemble d équipements informatiques (matériel + logiciel) reliés entre-eux pour échanger ou partager des données.

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

Errata et mises à jour

Errata et mises à jour Errata et mises à jour Modifications du chapitre 9. Le tableau page 74 est remplacé par le suivant. Technologie Débit descendant / montant en Kbit/s Distance maximale sans répéteur de paires Codage HDSL

Plus en détail