Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs"

Transcription

1 Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs Hélène Capdevila Christophe Poinssot Pierre Vitorge pierre.vitorge /\T cea.fr CEA DEN Direction de l'energie Nucléaire Saclay/DPC Département de Physico-Chimie SCPA/LCRE Laboratoire d'etudes du Comportement des Radioéléments dans leur Environnement UMR 8587 Université d'evry / CNRS / CEA Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 1

2 Plan : Actinides et stockage des déchets. Les déchets radioactifs dits "de haute activité" les 3 solutions que la loi de 1991 demandent d'étudier pour que le parlement puisse en débattre (et choisir?) en 26 Migration de radionucléides dans les eaux souterraines : influence de la "spéciation" Chimie des actinides pour modéliser la "spéciation": sélection et mesure de données thermodynamiques Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 2

3 Ordres de grandeur sur les déchets radioactifs: Masse de déchets produits par personne et par an en France Déchets inertes et ménagers Déchets industriels dont déchets fortement toxiques : Déchets de l industrie nucléaire dont déchets de haute activité : 22 kg 8 kg 1 kg 1 kg,1 kg Expositions à la radioactivité Relâchement dans l atmosphère de 239 Pu Essais nucléaires aériens : 4 2 kg Accident de Tchernobyl : 12 kg Accident de Windscale :,6 kg Radioactivité (en curie, 1curie = 3,7.1 1 Bq) injection annuelle de radon dans l atmosphère : 1,7 1 9 Bilan 1976 des essais aériens pour 9 Sr : 1, Sr de Tchernobyl : 1,4 1 5 émission de 21 Po par les volcans : Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 3

4 Les 3 catégories de déchets radioactifs activité activité période période (%) en 22 < 3 ans > 3 ans très faible déclassement? loi du 3/12/91? A faible 1 8 stockage en surface loi du 3/12/91? B moyenne 1 1 stockage en surface loi du 3/12/91 C haute 98 < 1 loi du 3/12/91 loi du 3/12/91 m 3 Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 4

5 Le Centre de l Aube de stockage de déchets de faible activité Fûts métalliques pour les déchets les moins nocifs (gants, masques, chiffons...). Coques en béton pour les déchets moyennement radioactifs. Caissons en béton, contenant des fûts métalliques compacts ou des filtres de centrales nucléaires. Caissons métalliques pour les déchets les plus volumineux (tubes, ferrailles...) Début de l exploitation janvier 1992 Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 5

6 La loi Bataille de 1991 : 3 axes de recherche Article L542-1 à L du code de l environnement, Livre 5 Importance de l'aspect socio-politique Mener des études et les évaluer avant de décider d'industrialiser une solution 15 ans pour la recherche française ( 26) : Sortie de l ANDRA du CEA Axe 1 : «la séparation et transmutation des déchets à vie longue...» CEA Axe 2 : «l étude des possibilités de stockage réversible ou irréversible dans les formations géologiques profondes, notamment grâce à la réalisation de laboratoires souterrains...» ANDRA Axe 3 : «l étude de procédés de conditionnement et d entreposage de longue durée en surface...» CEA Examen annuel et final par la commission nationale d'évaluation Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 6

7 Plus de 9 % du combustible irradié est réutilisable Combustible neuf combustible usé Réactions nucléaires : 235 U énergie neutrons Produits de fission 238 U neutrons 239 Pu énergie neutrons Produits de fission 235 U neutrons transuraniens Produits de décroissance 235 U, 238 U, et 239 Pu sont réutilisables (sinon il s'agit de déchets) Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 7

8 Combustible Fabrication du combustible U U appauvri U enrichi Enrichissement Raffinage - concentration U Mine : extraction Pu U appauvri Centrale nucléaire à eau ordinaire Retraitement U Produits de fission Combustible irradié Pu Vitrification Entreposage? Stockage? Combustible Combustible irradié Fabrication du combustible Surrégénérateur Réacteur hybride? Axe 1 : Recycler les déchets Cycle du combustible On sort le combustible du réacteur quand sa gaine est usée En jaune : principal "cycle" actuel Retraitement et surrégénérateur ont initialement été développés pour utiliser complètement l'uranium cela permet aussi de transmuter les transuraniens, principaux radioéléments à vie très longue Chaque opération industrielle génère des effluents et déchets technologiques soumis à la législation et des contrôles. Déchets ultimes : produits de fission ( transuraniens?) Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 8

9 pas de retraitement Axe 1 Intérêt du retraitement pour diminuer la radiotoxicité potentielle des déchets de haute activité. retraitement actuel retraitements poussés Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 9

10 Axe 1 : Recycler les déchets. Problèmes à résoudre. 1- transmutation (déjà démontrée avec les surgénérateurs?) 2- en plus de U et Pu, retraiter au moins Np, Am et Cm. Le retraitement est une séparation chimique industrielle avec des contraintes inédites (pureté, rendement, gestion complète des déchets). Np est un analogue chimique de U et Pu ce qui explique qu'on puisse certainement le retraiter en modifiant les usines actuelles; mais comme Am et Cm sont analogues chimiques des lanthanides, la séparation est très difficile. Recherches en cours : - réactivité chimique (calculs ab initio) - essais de nouvelles molécules sélectives - développement de procédés Etape suivante : industrialisation? Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 1

11 Axe 3 : Entreposage provisoire réversible Etudier des conteneurs qui puissent servir à la manutention même après un entreposage long. Ne pas retraiter? pour entreposer (comme actuellement avant retraitement) sous eau? sinon (ou ensuite) entreposage à sec mais la gaine est en mauvais état, le combustible également, il faut se protéger de produits de fission labiles, pour cela : reconditionner le combustible usé (= début de retraitement...)? Prévoir de transformer un entreposage en stockage? voir donc axe 2 (stockage géologique) mais réversibilité et site géologique profond sont plutôt contradictoires. la réversibilité signifie-t-elle faire confiance aux générations futures pour trouver de meilleurs solutions? et leur laisser donc nos déchets... Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 11

12 Radiotoxicité (Sv.m -2 ) Marie-Hélène Fauré, Serge Maillard La diffusion d'un radionucléide est retardée par sa rétention sur le matériau traversé Radiotoxicité de 79 Se Activité à l'exutoire 1.E-2 suivant le phénomène limitant la migration 1.E14 Solubilité 1.E-4 Radiolyse 1.E1 1.E-6 1.E-8 1.E-1 1.E1 1.E3 1.E5 1.E7 années découverte de la radioactivité 137 Cs 238 Pu 241 Am Axe 2 : Radio-toxicité potentielle à long terme Diffusion Bq pyramides égyptiennes dernière glaciation majeure utilisation du feu et d'outils 1.E6 1.E2 1.E-2 1.E5 1.E7 1.E9 années le niveau de la mer méditerranée est à -1 m Dinosaures formation de la terre 14 C 239 Pu 226 Ra 233 U 129 I 24 Pu 248 Cm 247 Cm 246 Cm 242 Pu 235 U 232 Th 243 Am 135 Cs 4 K 245 Cm 237 Np 238 U Se Rb Pd I Te Sm Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 12

13 Axe 2 : Coupe géologique situant le laboratoire en cours de creusement crétacé jurassique -1 trias -2 département de la Meuse Document Andra 5 km - Profondeur ~ 49 m (/- 5m argillite), léger pendage Ouest - Callovo-oxfordien moyen Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 13

14 Exemple d'étude de migration avec sorption et complexation Np(V) est élué par une solution aqueuse 1M Na,.2M (HCO 3 - CO 3 2- ), ClO 4 -. Le K d est déduit d expériences de migration en colonne, K d est le K d de NpO 2 calculé à partir de K d et du coefficient de complexation, α, lui-même calculé à partir des constantes de complexation connues indépendamment. La pente 1 de lg K d en fonction de -lg[h ] met en évidence l échange des ions NpO 2 /H : H H NpO2 K H / NpO 2 [H = [ H C = lg(ceck lg K d = C (-lg[h ]) } NpO 2 } ][ NpO 2 ] [H = ][NpO ] [ H H / NpO 2 2 ) ] K ] d [H ] K CEC d 8 lg Kd(Np) (ml.g -1 ) lg Kd (Np) (ml.g -1 ), y = 1,67x - 3,8642 R 2 =,988 lg K d = lg K d - lg α lg[h ] Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 14

15 Solubilité et complexation de Np(V) en solution 3M Na (CO 2-3, HCO 3-, ClO 4- ) -2-3 Pierre Vitorge, Christian Dautel (1984, 1985, 1986, 1991,1998, 2) Simakin (1977), Kim et al. (1991, 1994, 1995) Mesures publiées cohérentes log1[np(v)]total lg[npo 2 ] (pente -1) Mesure de α : lg[np] t = lg[npo 2 ] lgα log 1 [CO 3 2- ] La loi d'action de masse s'applique Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 15

16 Conditions redox et ph d eaux souterraines Marie-Hélène Fauré 1 E (V/E.S.H),1, -,1 -,2 FeS 2 (pyrite) Observations sur le terrain de la frontière redox -.8 coté oxidant : Se(s), ferroselite, FeOOH(goethite) et Fe 2 O 3 (hematite), -1 coté réducteur : Se(s), ferroselite, pyrite. Simulations avec le code IMPACT FeSe 2 (ferroselite) 4 6 ph 8 Eaux oxydantes au contact d un minerai d uranium (Wyoming, Texas) E(V/SHE) U 4 UOH 3 U 3 UO 2 2 UO 2 (UO 2)3(OH)5 UO 2 (OH) 2 U(OH) 4 UO 2 (OH) ph UO2(OH)4 2- Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 16

17 1,4 1,2 1 Utilisation de la stabilité de UO 2x pour estimer celle de PuO 2x M 4 O 9 (s) 14H 3M 4 MO 2 2 7H 2 O M 3 O 7 (s) 1H 2M 4 2 MO 2 5H 2 O M 3 O 8 (s) 8H M 4 2MO 2 2 4H 2 O PuO 2 2 PuO 2 OH PuO 2 (OH) 2 PuO 2 (OH) 3 - Pu(VII) E(V/SHE),8,6,4,2 -,2 -,4 UOH 3 2 UO 2 UO 2 (UO2)3(OH)5 U 4 U 4 O 9 UO 2 (OH) 2 UO 2 (OH) 2 U 3 O 8 U 3 O 7 UO 2 (OH) 3 - UO2(OH)4 2- E(V/SHE) Pu 3 PuO 2 Pu 3 O 8? Pu(OH) 4 PuO 2 (OH) 4 2- Pu 4 O 9? Pu 3 O 7? Pu(OH) 4 -,6 -,8-1 U 3 U(OH) 4 U(OH) 4.1mM U 25 C, I= ph mM Pu 25 C I= PuOH 2 Pu(OH) 3 Pu(OH) 2 Pu(OH) ph Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 17

18 Bibliographie critique sur la complexation denp(iv) en milieux HCO 3- /CO 2-3 Pierre Vitorge Cohérence des résultats publiés lg a(co3 2- ) Np(CO 3 ) Np(CO 3 ) 5 6- [99RAI/HES] [99RAI/HES] [96DEL/VIT] [93ERI/NDA] [89MOR/PRA] [71MOS5] Np(OH) 4 [99RAI/HES] [99RAI/HES] [93LI/KAT] [9PRA/MOR] [85RAI/RYA] lg a(oh - ) lg[np] [99RAI/HES] [99RAI/HES] [99RAI/HES] [93LI/KAT] [93ERI/NDA] [9PRA/MOR] [89MOR/PRA] [85RAI/RYA] [71MOS5] lg[co 3 2- ] -,8 lg[oh - ] Analyse de sensibilité Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 18

19 Complexation de Pu(IV) en milieu bicarbonate / carbonate Hélène Capdevila, Pierre Vitorge (1994) Des solutions de Pu(IV) en milieu Na 2 CO 3 concentré sont dosées par CO 2 (gaz). a spectres b échange de 1 CO 3 2- c pas d'échange d'oh - d extrapolation à I= a Analyse de sensibilité b Pu(CO 3 ) 4 4- CO 3 2- Pu(CO 3 ) 5 6- c d Analyse de sensibilité Actinides et stockage des déchets. Pierre Vitorge CEA DEN Saclay DPC/SCPA/LCRE 19

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Sommaire L Andra dans l Aube : un exploitant industriel exemplaire Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Plus en détail

Les déchets radioactifs

Les déchets radioactifs CERES-ERTI Centre d'enseignement et de Recherches sur l'environnement et la Société Environmental Research and Teaching Institute ATELIER LES DECHETS 1 er semestre - Année 2013-2014 Les déchets radioactifs

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Master CSMP. Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire

Master CSMP. Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire Master CSMP Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire Cohabilitation : Université Montpellier 2 - ENS Chimie de Montpellier - CEA.INSTN Partenaires complémentaires

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Menace ou risque? - Avril 2010, Washington: Barack Obama réunit un sommet de 47 pays sur le sujet - Terrorisme?

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

SFEN. Groupe Régional des Hauts de Seine. Réunion du 27 avril 1993. Domus MEDICA - 75007 PARIS LE PLUTONIUM EN QUESTIONS LE PLUTONIUM

SFEN. Groupe Régional des Hauts de Seine. Réunion du 27 avril 1993. Domus MEDICA - 75007 PARIS LE PLUTONIUM EN QUESTIONS LE PLUTONIUM SFEN Groupe Régional des Hauts de Seine Réunion du 27 avril 1993 Domus MEDICA - 75007 PARIS LE PLUTONIUM EN QUESTIONS LE PLUTONIUM Brève présentation de ses propriétés nucléaires et physico - chimiques

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

L approche allemande : abandon du retraitement et entreposage stockage a sec dans des conteneurs

L approche allemande : abandon du retraitement et entreposage stockage a sec dans des conteneurs L approche allemande : abandon du retraitement et entreposage stockage a sec dans des conteneurs Klaus Janberg - Ancien président directeur général de la GNS (compagnie allemande de service nucléaire :

Plus en détail

Le comportement des combustibles nucléaires dans les

Le comportement des combustibles nucléaires dans les Un outil pour les études sur le combustible : Le comportement des combustibles nucléaires dans les réacteurs de puissance est un domaine de R&D très important, nécessitant des expériences instrumentées

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION Journées SFRP : Démantèlement des installations nucléaires et problématiques associées Serge PEREZ CEA/INSTN, Alain PIN CEA/INSTN. www-instn.cea.fr GRENOBLE 23 ET 24 OCTOBRE

Plus en détail

Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse. gcn Groupe Communication sur le nucléaire

Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse. gcn Groupe Communication sur le nucléaire Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse Stratégie suisse de gestion du combustible usé Au cours de l année 2000, les centrales nucléaires suisses ont produit environ 25 milliards de kwh, soit

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Une brève présentation du Projet Intégré

Une brève présentation du Projet Intégré ENGINEERING STUDIES and DEMONSTRATION of REPOSITORY DESIGNS VI ème PROGRAMME-CADRE de RECHERCHE et de FORMATION EURATOM de l UNION EUROPEENNE (2002-2006) Gestion des déchets radioactifs Une brève présentation

Plus en détail

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache COGEMA Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache Roger FANTON Chef des services QSSE Directeur Adjoint Journées SFRP, les 17 et 18 novembre 2005 COGEMA L'énergie, cœur

Plus en détail

Identifier et faire enlever. vos objets radioactifs

Identifier et faire enlever. vos objets radioactifs Identifier et faire enlever vos objets radioactifs Certains objets radioactifs très variés et souvent anciens se trouvent encore dans des collections, des brocantes ou des greniers. Leur dangerosité est

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

Les effets de température

Les effets de température Les effets de température 1. Introduction La chaleur issue du combustible est transférée au caloporteur (eau) grâce au gradient de température qui existe entre ces deux milieux. Combustible Gaine Eau Profil

Plus en détail

Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire

Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire Nucléaire : l électricité ou la bombe? Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire La prolifération mondiale s aggrave, la paix dans le monde se fragilise En 2007, constat alarmant de l association

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Janvier 2009 Ecobilan de l énergie nucléaire: efficacité et préservation de l environnement Le terme de «courant vert» est souvent utilisé dans la discussion publique. Il faut généralement

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Chimie de l iode dans le circuit primaire d un réacteur nucléaire en situation d accident grave Etude de mélanges CsI/MoO3 sous vapeur d eau

Chimie de l iode dans le circuit primaire d un réacteur nucléaire en situation d accident grave Etude de mélanges CsI/MoO3 sous vapeur d eau THESE Pour obtenir le grade de Docteur de L Université des Sciences et Technologies de Lille Ecole Doctorale : Sciences de la Matière, du Rayonnement et de l Environnement Filière : Optique et Lasers,

Plus en détail

Identifier et faire enlever. vosobjets radioactifs

Identifier et faire enlever. vosobjets radioactifs Identifier et faire enlever vosobjets radioactifs Aujourd hui, l utilisation et l élimination de sources radioactives sont contrôlées par les pouvoirs publics. Mais cela n a pas toujours été le cas et

Plus en détail

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an L uranium dans le monde 1 Demande et production d Uranium en Occident U naturel extrait / année 40.000 tonnes Consommation mondiale : 65.000 tonnes La différence est prise sur les stocks constitués dans

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

Les déchets pris en compte dans les études de conception de Cigéo

Les déchets pris en compte dans les études de conception de Cigéo Les déchets pris en compte dans les études de conception de Cigéo Juillet 2013 2 SOMMAIRE Avant-propos ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Stratégie Prélèvement Etude d'impact http://reseau-becquerel.in2p3.fr Les mesures de radioactivité dans l environnement Deux finalités complémentaires mais distinctes Mesures à but réglementaire

Plus en détail

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 DIFFUSION LIMITEE AREVA SGN Page : 3 / 52 SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 2.2 LES PRODUITS STOCKES...7 2.3 DONNEES

Plus en détail

Les Synergies d un Groupe. Principales 21/02/2012. Références Groupe FOSELEV

Les Synergies d un Groupe. Principales 21/02/2012. Références Groupe FOSELEV Les Synergies d un Groupe Principales Références 21/02/2012 1 Maintenance Industrielle Division nucléaire 2 CONTRATS NATURE DU CONTRAT: Maintenance procédé CLIENT : MELOX NATURE DU CONTRAT: Ventilation

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Exposé introductif : «Dans une situation d incompréhension un processus très ouvert est nécessaire, où la dimension locale est clé»

Exposé introductif : «Dans une situation d incompréhension un processus très ouvert est nécessaire, où la dimension locale est clé» Société Française de Radioprotection, Quatrième congrès national, Montpellier 11, 12, 13 juin 2003 Session 7 : radioprotection et gestion des déchets radioactifs Exposé introductif : «Dans une situation

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ A-ESSE s.p.a. USINE OXYDES de ZINC FICHE DE SÉCURITÉ Oxyde de zinc 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM DU PRODUIT: DÉNOMINATION COMMUNE, COMMERCIALE ET SYNONYMES: UTILISATION DE

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination

Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination R A P P O R T Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination Partie 1 : Guide méthodologique DEI/SARG/2006-009 DIRECTION

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE Le renouvellement des effectifs dans les grands groupes et les entreprises du secteur de la production d électricité, la modernisation

Plus en détail

Rapport de synthèse sur le projet français d un stockage géologique de déchets nucléaires et ses implications pour le Luxembourg

Rapport de synthèse sur le projet français d un stockage géologique de déchets nucléaires et ses implications pour le Luxembourg Rapport de synthèse sur le projet français d un stockage géologique de déchets nucléaires et ses implications pour le Luxembourg Rédigé par le groupe interministériel «Bure» Le Ministre de la Santé ainsi

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

De nouvelles molécules pour la séparation des Actlnides les picolinamides. Pierre - Yves CORDIER et Nicole CONDAMINES

De nouvelles molécules pour la séparation des Actlnides les picolinamides. Pierre - Yves CORDIER et Nicole CONDAMINES Ci/) /. KK De nouvelles molécules pour la séparation des Actlnides les picolinamides Pierre - Yves CORDIER et Nicole CONDAMINES Groupe de chimie de base. CEA. CEN - FAR DCC/DPR/SEMP/SEC. BP 6. 92265 Fontenay

Plus en détail

Synthèse. Le démantèlement des installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs. du Rapport public particulier.

Synthèse. Le démantèlement des installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs. du Rapport public particulier. Synthèse du Rapport public particulier Janvier 2005 Le démantèlement des installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs Sommaire Présentation............................5 1 - Le démantèlement

Plus en détail

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Nassiba Tabti A.E.S.S. Physique (A.E.S.S. Physique) 5 mai 2010 1 / 47 Plan de l exposé 1 La Radioactivité Découverte de la radioactivité

Plus en détail

SECTION 3: Composition/informations sur les composants 3.2. Mélanges % CAS # (EC) No 1272/2008 1999/45/EC Deuterium oxide 99.

SECTION 3: Composition/informations sur les composants 3.2. Mélanges % CAS # (EC) No 1272/2008 1999/45/EC Deuterium oxide 99. FICHE TECHNIQUE SANTE-SECURITE Selon la règlementation (CE) n 1907/2006 Date de la modification: 07/10/14 www.restek.com SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

Plus en détail

Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy

Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy Frederico Garrido et Bertrand Reynier Université Paris-Sud, Orsay Campus Ecole Nationale Supérieure des Techniques Avancées ParisTech frederico.garrido@u-psud.fr

Plus en détail

Les matières premières nucléaires

Les matières premières nucléaires 041-050 Bigot 31/03/10 14:43 Page 41 Les matières premières nucléaires ÉNERGIE 41 Depuis 1990, la production annuelle des mines d uranium ne couvre que de 50 à 60 % de la consommation totale des réacteurs.

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

Introduction. Installation de SPIRAL

Introduction. Installation de SPIRAL JOURNEES ACCELERATEURS Roscoff 20/22 mars 2000 PROJET SPIRAL : LE POINT M.P. Bourgarel, P. Bertrand, C. Barué, D. Bibet, B. Bru, A. Chabert, F. Chautard, M. Di Giacomo, M. Duval,G. Gaubert, S. Gibouin,

Plus en détail

Orléans, le 14 décembre 2004. Monsieur le Directeur du Centre d'etudes Commissariat à l'energie Atomique de Saclay 91191 GIF SUR YVETTE CEDEX

Orléans, le 14 décembre 2004. Monsieur le Directeur du Centre d'etudes Commissariat à l'energie Atomique de Saclay 91191 GIF SUR YVETTE CEDEX DIRECTION REGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT D'ILE-DE-FRANCE Division d'orléans DEP-DSNR-Orl/ChM/MCL/1807/04 L:\CLAS_SIT\SACLAY\INB35\07vds04\INS_2004_CEASAC_0016.doc Orléans,

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS Projet Exploratoire PALEOSTOCK

Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS Projet Exploratoire PALEOSTOCK Des traitements thermiques de matériaux lithiques du paléolithique destinés à faciliter leur taille, aux prétraitements adaptés à leur usage en stockage thermique haute température. Contexte «Stockage»

Plus en détail

L énergie nucléaire aujourd hui

L énergie nucléaire aujourd hui Développement de l énergie nucléaire L énergie nucléaire aujourd hui AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE Développement de l énergie nucléaire L énergie nucléaire aujourd hui AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

2 C est quoi la chimie?

2 C est quoi la chimie? PARTIE 1 AVANT LA CHIMIE VERTE... 2 C est quoi la chimie? L inconnu étant source d angoisse, nous allons essayer de définir les grands domaines de la chimie pour mieux la connaître, l appréhender et donc

Plus en détail

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse 20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en 1. L accident Il y a 20 ans, le 26 avril 1986 à 01h24 heure locale, se produisait l accident le plus grave jamais survenu dans une installation

Plus en détail

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 Décret n 2005-635 du 30 mai 2005 Arrêté du 29 juillet 2005 Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets

Plus en détail

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation http://reseau-becquerel.in2p3.fr P. 2 Un peu d histoire Le code Hammourabi (-2150) «Si un maçon construit une maison et que celle-ci s écrase et tue ses habitants,

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

La fusion : rêve de physicien, bluff de technocrate

La fusion : rêve de physicien, bluff de technocrate Monique et Raymond Sené 1 La fusion : rêve de physicien, bluff de technocrate Pour ces physiciens, les questions environnementales posées par ITER ne sont pas négligeables,puisque la radioactivité générée

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226.

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226. CEA-R 2419 - BUTAYE Michel ISOLEMENT D'UN TRACEUR POUR L'ANALYSE RAJDIOCHIMIQUE DU RADIUM 226. 223 Sommaire.- Ce rapport décrit une méthode d'isolement du Ra à partir d'un minerai d'uranium et son utilisation

Plus en détail

STRATEGIC ENVIRONMENTAL ASSESSMENT (SEA) POUR LE PLAN DÉCHETS DE L ONDRAF

STRATEGIC ENVIRONMENTAL ASSESSMENT (SEA) POUR LE PLAN DÉCHETS DE L ONDRAF STRATEGIC ENVIRONMENTAL ASSESSMENT (SEA) POUR LE PLAN DÉCHETS DE L ONDRAF RÉSUMÉ NON TECHNIQUE Maître de l ouvrage : ONDRAF Numéro du document : 5249-507-082 Version : 02 Date : 2/06/2010 INFORMATION SUR

Plus en détail

JALON 2009 HA-MAVL - du stockage en formation géologique profonde SOMMAIRE

JALON 2009 HA-MAVL - du stockage en formation géologique profonde SOMMAIRE Sommaire JALON 2009 HA-MAVL - du stockage en formation géologique SOMMAIRE Sommaire 3 Table des illustrations 5 Résumé 6 1. La démarche pour définir les conditions de réversibilité 8 1.1 Une démarche ouverte

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Sommaire 1 Présentation des installations du Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage (Cires)

Plus en détail

Document propriété du CEA Reproduction et diffusion externes au CEA soumises à l autorisation de l émetteur CEA - Cadarache PAGE 1

Document propriété du CEA Reproduction et diffusion externes au CEA soumises à l autorisation de l émetteur CEA - Cadarache PAGE 1 PAGE 1 Cadarache : un centre au cœur de la région Préparer les réacteurs de demain Hautes-Alpes Soutenir le parc actuel Vaucluse Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Cadarache Var Promouvoir

Plus en détail

FICHE DE DONNEE SECURITE

FICHE DE DONNEE SECURITE Degy Anti-fourmis 28/03/12 page1/6 FICHE DE DONNEE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DU FOURNISSEUR Désignation commerciale: DEGY ANTI-FOURMIS Utilisation de la préparation : Produit

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14)

Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14) Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14) La conférence Enjeux énergétiques et Développement durable est organisée et réalisée par Junium Diffusion. Elle s articule en 3 parties

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail