LA CROISSANCE DE L ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CROISSANCE DE L ENTREPRISE"

Transcription

1 UNIVERSITE DE NANTES INSTITUT D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES ECOLE DOCTORALE DROIT ET SCIENCES SOCIALES ANNEE 2005 LA CROISSANCE DE L ENTREPRISE LE CAS DES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES DE L ÉCONOMIE CAMEROUNAISE Thèse présentée et soutenue publiquement en vue de l obtention du Doctorat ès Sciences de Gestion Le 17 mars 2005, par Sabine Patricia MOUNGOU épouse MBENDA MEMBRES DU JURY : Directeur de thèse : Monsieur Jean-Pierre BRECHET Professeur à l Université de Nantes, Institut d Administration des Entreprises Rapporteurs : Monsieur Alain DESREUMAUX Professeur à l Université de Lille 1, Institut d Administration des Entreprises Monsieur Jean-Louis RASTOIN Professeur à l'école Nationale Supérieure d'agronomie de Montpellier Suffragants : Monsieur Denis BOUGET Professeur à l Université de Nantes, Directeur de la Maison des Sciences de l Homme Ange- Guépin Monsieur Pierre MEVELLEC Professeur à l Université de Nantes, Institut d Administration des Entreprises Monsieur TOUNA MAMA Professeur à l Université de Yaoundé II- Cameroun 0

2 L université n entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses : ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs. 1

3 REMERCIEMENTS Cette thèse est redevable de la confiance, de la participation active, du soutien et de l amitié que plusieurs personnes m ont témoignés. Je voudrais leur exprimer ma reconnaissance. J ai perçu le total engagement et l entière disponibilité du professeur Jean-Pierre Bréchet, directeur de cette thèse, comme une grande marque de confiance. C est cette confiance qui m a permis de conduire le projet jusqu à son terme. Je tiens aujourd hui à lui exprimer mes remerciements les plus sincères. Les professeurs Touna Mama et Pierre Mévellec ont véritablement été à l amont de ce travail, sans leur présence et leurs aides précieuses ce travail n aurait jamais commencé. Je voudrais, au travers de ces quelques mots, leur exprimer mes remerciements particuliers. Je remercie les professeurs Alain Desreumaux et Jean-Louis Rastoin, qui ont pris la peine d évaluer ce travail, et les professeurs Denis Bouget, Pierre Mévellec et Touna Mama pour leur participation au jury de thèse. Je ne saurais oublier Marie Catalo, Viviane Ondoua Biwolé, Nathalie Schieb-Bienfait, et Caroline Urbain qui ont fourni des remarques très profitables à l'amélioration de ce travail. Je remercie tout particulièrement Joseph Edzenguete Edzenguete et Pierre Ekoan pour leur aide cruciale lors de l enquête auprès des responsables d entreprises. Je remercie Théophile Nkomo et Jean Pierre Mbenda qui ont accepté la difficile tâche de relire ce travail. Je tiens aussi à remercier le professionnalisme, la gentillesse, la disponibilité et l amitié de Ellen Berjon-Erichsen, responsable de la bibliothèque de l IAE de Nantes. Merci également à la Communauté Urbaine de Nantes et à la Maison des Sciences de l Homme Ange-Guépin, qui ont apporté un soutien financier et logistique à ce travail au travers du prix Hampathé Bà. Je remercie l Institut National de la Statistique pour les précieuses données mises à ma disposition. Je ne saurais oublier Barnabé Okouda de l Institut National de la Statistique pour avoir facilité mon accès aux données ayant servies à la conduite de la recherche. 2

4 Je remercie aussi mes collègues de l université de Yaoundé II, plus particulièrement le doyen Séraphin Fouda, pour tous les encouragements. Il en est de même pour les équipes de l IAE de Nantes et de la Maison des Sciences de l Homme Ange-Guépin, cette thèse a pris forme grâce à leur accueil chaleureux et tolérant. Enfin, la confiance et l amour de ma famille ont été mes biens les plus précieux ces trois dernières années. Mon mari Jean-Pierre Mbenda, mes deux petites filles Hélène Monny Mbenda et Marie-Crescence Ngobo Mbenda ont toléré mon indisponibilité, les longues nuits sans sommeil, les départs incessants et les longues absences qui ont accompagné ce travail. Mes parents Jules Othon Ngong et Thérèse Abogo Bimena et mes frères m ont soutenu et encouragé incessamment. Mes sœurs Marie-Crescence Ngobo et Thérèse Prisca Abogo et ma belle-sœur Hélène Mbenda Monny ont souvent accepté d encadrer mes enfants pendant ces trois années consacrées à la thèse. Ma belle-famille a été tolérante toutes les fois où je n ai pas été disponible. J exprime aussi ma profonde reconnaissance à Marie Catalo qui m a offert, avec tant d amour, une autre famille quand j ai été si loin des miens. Je vous dois l aboutissement de ce travail et je vous le dédie. 3

5 SOMMAIRE TABLE DES ILLUSTRATIONS 6 LISTE DES SIGLES 12 INTRODUCTION GENERALE 13 PARTIE I- LES STRATEGIES DE CROISSANCE DE L ENTREPRISE 39 INTRODUCTION 40 CHAPITRE I - LES THEORIES ET LES FORMES DE LA CROISSANCE DE L ENTREPRISE 42 Section I - De la croissance de l entreprise au développement des projets productifs 43 Section II - Les stratégies de croissance de l entreprise 67 Section III - Les performances des entreprises en matière de croissance 87 Conclusion du chapitre I 94 CHAPITRE II - LA QUESTION CENTRALE DE LA COMPÉTITIVITÉ 96 Section I - La compétitivité et la croissance : vers quelles relations? 97 Section II - Les facteurs de la croissance dans l analyse traditionnelle 113 Section III - La nécessaire prise en compte des sources de compétitivité 129 Section IV - Le rôle des facteurs de contingence de l environnement 141 Conclusion du chapitre II 153 CONCLUSION DE LA PARTIE I 155 4

6 PARTIE II- LES FACTEURS DE LA CROISSANCE DE L ENTREPRISE 159 INTRODUCTION 160 CHAPITRE III - LES ASPECTS MULTIDIMENSIONNELS DE LA CROISSANCE 161 Section I - La méthodologie d investigation 162 Section II - Le traitement statistique des données 170 Section III - Une analyse descriptive des entreprises en décroissance 185 Section IV - Une analyse descriptive des entreprises en croissance modérée 202 Section V - Une analyse descriptive des entreprises en croissance rapide 221 Conclusion du chapitre III 233 CHAPITRE IV - LES PERSPECTIVES POUR UNE CROISSANCE COMPETITIVE 234 Section I - La stratégie de spécialisation face à la mondialisation 235 Section II - Les solutions visant l amélioration des cadres économiques, institutionnels, légaux et réglementaires 254 Section III - Pour une stratégie de diversification suivie d un recentrage dans des niches abandonnées 263 Conclusion du chapitre IV 283 CONCLUSION DE LA PARTIE II 284 CONCLUSION GENERALE 285 GLOSSAIRE 301 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 305 ANNEXES 323 TABLE DES MATIERES 399 5

7 TABLE DES ILLUSTRATIONS INTRODUCTION GENERALE Figure 1- Production à prix courants du secteur agroalimentaire de 1994/1995 à 2000/2001 (en milliards de FCA), évolution absolue et relative 15 Figure 2- Evolution de la production dans le secteur des industries agroalimentaires de 1994/1995 à 2000/ Figure 3- Taux de croissance réel du Cameroun de 1994/1995 à 2000/2001(en %) 15 Figure 4- Le cadre de la recherche 22 Figure 5- Le modèle A2IA (Agro-Industries Industries Alimentaires) 30 Figure 6- Industries agroalimentaires au Cameroun 31 Figure 7- Répartition des entreprises suivant la branche d activité en 1998/ Figure 8- Répartition des entreprises suivant l effectif employé en 1998/ Figure 9- Répartition des entreprises suivant l âge en 1998/ Figure 10- Plan de la thèse 38 PARTIE I Figure 11- Plan de la Partie I 41 CHAPITRE I Figure 12- Exemple d objectifs des IAA-EC 53 Figure 13- Nature des objectifs des IAA-EC 53 Figure 14- Le système d offre schématisé 59 Figure 15- La spécificité alimentaire et ses conséquences stratégiques 64 Figure 16- Le continuum spécialisation/diversification 69 Figure 17- Typologies de Wrigley (1970) et de Rumelt (1974) 72 Figure 18- Statistiques descriptives du taux de croissance de la valeur ajoutée 1998/ /2002 (en million de FCFA) 91 Figure 19- Répartition des entreprises suivant l évolution de la valeur crée: 1998/ / Figure 20- Distribution des taux de croissance 92 Figure 21- Classes d entreprise selon les rythmes de croissance 93 CHAPITRE II Figure 22- Les dimensions de la qualité pour la firme agroalimentaire 106 Figure 23- Distribution des fréquences relative à la branche 114 Figure 24- Distribution de fréquences relative à l effectif employé 117 6

8 Figure 25- Distribution de fréquences relative à l âge 118 Figure 26- Distribution de fréquences relative à la composition du capital social 120 Figure 27- Distribution de fréquences relative au statut juridique 121 Figure 28- Distribution de fréquences relative à la réalisation d une dépense d investissement au cours de l exercice 1998/ Figure 29- Distribution de fréquences relative au taux d investissement 122 Figure 30- Distribution de fréquences relative à la répartition géographique des ventes 124 Figure 31- Distribution de fréquences relative à l emplacement 125 Figure 32- Distribution de fréquence relative au degré de diversification 126 Figure 33- Distribution de fréquences relative au niveau de formation du dirigeant 127 Figure 34- Distribution de fréquences relative à la confusion direction/propriété 127 Figure 35- Distribution de fréquences relative aux sources de compétitivité 137 Figure 36- Les acteurs de la normalisation alimentaire 145 Figure 37- Distribution de fréquences relative aux obstacles à la croissance 151 CONCLUSION PARTIE I Figure 38- Le cadre de la recherche 156 PARTIE II Figure 39- Plan de la partie II 160 CHAPITRE III Figure 40- Répartition des entreprises par branche d activité 166 Figure 41- Synthèse des variables de la recherche 167 Figure 42- Résultats des tests KMO et de Bartlett' 174 Figure 43- Matrice des composantes après rotation 176 Figure 44- Matrice de structure 179 Figure 45- Fonctions au barycentre de groupe 180 Figure 46- Test Results 181 Figure 47- Matrice de confusion 182 Figure 48- Les caractéristiques des entreprises en décroissance rapide 186 Figure 49- Profil discriminant de BO 187 Figure 50- Trajectoire de croissance de BO 188 Figure 51- Profil discriminant de UN 188 Figure 52- Trajectoire de croissance de UN 189 Figure 53- Les voies de développement des entreprises en décroissance rapide 190 Figure 54- Profil de MIL 190 7

9 Figure 55- Trajectoire de croissance de MIL 191 Figure 56- Profil discriminant de PAT 191 Figure 57- Trajectoire de croissance de PAT 192 Figure 58- Profil discriminant de CAC 192 Figure 59- Trajectoire de croissance de CAC 193 Figure 60- Les caractéristiques des entreprises en décroissance modérée 194 Figure 61- Profil discriminant de TR 195 Figure 62- Trajectoire de croissance de TR 196 Figure 63- Profil discriminant de US 196 Figure 64- Trajectoire de croissance de US 197 Figure 65- Les voies de développement des entreprises en décroissance modérée 197 Figure 66- Profil discriminant de PAL 198 Figure 67- Trajectoire de croissance de PAL 199 Figure 68- Profil discriminant de VI 199 Figure 69- Trajectoire de croissance de VI 200 Figure 70- Profils types des entreprises en décroissance modérée et rapide 201 Figure 71- La bonne gestion de l'entreprise 203 Figure 72- Profil discriminant de PR 204 Figure 73- Trajectoire de croissance de PR 204 Figure 74- Profil discriminant de CO 205 Figure 75- Trajectoire de croissance de CO 206 Figure 76- Les liens, coopérations (écrits, tacites, formels et informels) 206 Figure 77- Profil discriminant de GC 207 Figure 78- Trajectoire de croissance de GC 208 Figure 79- La maîtrise des circuits de distribution/vente et des relations avec les clients 209 Figure 80- Profil discriminant de BC 209 Figure 81- Trajectoire de croissance de BC 210 Figure 82- Les obstacle au développement de l activité 211 Figure 83- L'emplacement de l'entreprise 212 Figure 84- L emplacement, l enclavement, les transports et les ressources énergétiques et la fiscalité 212 Figure 85- Profil discriminant de SPA 214 Figure 86- Trajectoire de croissance de SPA 214 Figure 87- Profil discriminant de CH 215 Figure 88- Trajectoire de croissance de CH 216 Figure 89- Les matières premières agricoles (disponibilité, coûts, qualité) 216 Figure 90- L emplacement de l entreprise et les matières premières (disponibilité, qualité, coût) 217 8

10 Figure 91- Profil discriminant de SS 217 Figure 92- Trajectoire de croissance de SS 218 Figure 93- Profil discriminant de SOM 219 Figure 94- Trajectoire de croissance de SOM 219 Figure 95- Profil type de l entreprise en croissance modérée 220 Figure 96- Taux de croissance de l'investissement 222 Figure 97- Profil discriminant de BPA 222 Figure 98- Trajectoire de croissance de BPA 223 Figure 99- Evolution de l investissement de BPA 224 Figure 100- Profil de croissance de SOR 224 Figure 101- Trajectoire de croissance de SOR 225 Figure 102- Evolution de l investissement de SOR 225 Figure 103- La pratique des prix bas (PRIX) 226 Figure 104- La branche d activité 227 Figure 105- Failles du système de contrôle et de normalisation de la qualité 227 Figure 106- Profil discriminant de NC 228 Figure 107- Trajectoire de croissance de NC 229 Figure 108- Profil discriminant de PP 229 Figure 109- Trajectoire de croissance de la valeur ajoutée de PP 230 Figure 110- Profil discriminant de TB 230 Figure 111- Trajectoire de croissance de TB 231 Figure 112- Profil discriminant type de l entreprise en croissance rapide 232 CHAPITRE IV Figure 113- Activités des entreprises de l échantillon par branches 237 Figure 114- Branche d activité et répartition géographie des ventes 248 Figure 115- Taux d exportation et taux d importation par branche en 1998/1999 (en %) 249 Figure 116- Structure des dépenses alimentaires des ménages au Cameroun (en %). 262 Figure 117- Répartition de la production à prix courant par branche d activité (en milliards de FCFA) 265 Figure 118- Répartition de la valeur ajoutée par branche à prix courant (en milliard de FCFA) CONCLUSION GENERALE Figure 119- Cadre d analyse des stratégies de croissance des industries agroalimentaires de l économie camerounaise 286 9

11 ANNEXES Figure 120- Extrait de la nomenclature des activités du Cameroun : les industries agroalimentaires 344 Figure 122- Investissement et variation relative de l investissement 348 Figure 123- Chiffre d affaires et variation relative du chiffre d affaires 349 Figure 124- Ratio de spécialisation 350 Figure 125- Indice du degré d intégration verticale 352 Figure 126- Valeur ajoutée et taux de croissance de la valeur ajoutée 353 Figure 127- La branche d'activité (BRCH) * La pratique des prix bas (PRIX) 357 Figure 128- La branche d'activité (BRCH) * La maîtrise des coûts ( COUT) 358 Figure 129- La branche d'activité (BRCH) * Les ressources (humaines, financières, informationnelles) (RESS) 359 Figure 130- La branche d'activité (BRCH) * La qualité des produits (QUAL) 360 Figure 131- La branche d'activité (BRCH) * La maîtrise des approvisionnements est des relations avec les fournisseurs ( APPR) 361 Figure 132- La branche d'activité (BRCH) * L'innovation produit/process (ING) 362 Figure 133- La branche d'activité (BRCH) * La bonne gestion de l'entreprise (GEST) 363 Figure 134- La branche d'activité (BRCH) * La logistique interne et externe (LOGI) 364 Figure 135- La branche d'activité (BRCH) * La maîtrise de la technologie et de l'outil de production (PROD) 365 Figure 136- La branche d'activité (BRCH) * Les liens, coopérations (écrits, tacites, formelles et informelles) avec les partenaires et divers publics (Liens) 366 Figure 137- La branche d'activité (BRCH) * La maîtrise des circuits de distribution/vente et des relations avec les clients (Vent) 367 Figure 138- Les matières premières agricoles (disponibilité, coûts, qualité) (MPA) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 368 Figure 139- Les services à la production (disponibilité, coût, qualité) (SP) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 369 Figure 140- Les ressources humaines (compétence,expérience, disponibilité, santé) (RH) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 370 Figure 141- L'environnement juridique et judiciaire (EN) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 371 Figure 142- Les failles du système de contrôle et de normalisation de la qualité (SCQ) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 372 Figure 143- L'enclavement (ENC) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 373 Figure 144- L'étroitesse de marché local, faiblesse des revenus (EML) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 374 Figure 145- La faiblesse du tissu industriel (FTI) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 375 Figure 146- La corruption (CRP) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU)

12 Figure 147- La fiscalité à l'intérieur et aux portes du pays (FISC) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 377 Figure 148- Les ressources énergétiques (RE) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 378 Figure 149- Les transports (qualité et coûts) (TRP) * L'emplacement de l'entreprise (LIEU) 379 Figure 150- Les variables et leurs abréviations

13 LISTE DES SIGLES AFRISTAT : AIEA2 : BCD : CAC : CDSR-AC : CEMAC : CIRAD : CREA : CRETES : DRSP : DSCN : FAO : FMI : FONADER : Franc CFA : GIC : GICAM : GTZ : IAA-EC : IDE : IRAD : MINAGRI : MINDIC : MINEFI : MINPAT : OCDE : ONG : PPTE : SFEA SIM : SODEPA : Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Association Internationale d'economie Alimentaire et Agro-industrielle Banque Camerounaise de Développement. Crédit Agricole du Cameroun. Centre de Développement Sous-Régional pour l Afrique Centrale. Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale. Centre de Coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement. Consortium pour la Recherche en Afrique. Centre de Recherche et d Etude en Economie et Sondage Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale. Fond and Agriculture Organisation Fond Monétaire International. Fond National de Développement Rural. Franc de la Coopération Financière Africaine Groupement d Intérêt Collectif Groupement Interprofessionnel du Cameroun Deutsche Gesellschaft für technische Zusammenarbeit Industries AgroAlimentaires de l Economie Camerounaise Investissements Directs Etrangers. Institut des Recherches Agricoles pour le Développement Ministère de l Agriculture Ministère du Développement Industriel et Commercial Ministère de l Economie et des Finances Ministère du Plan et de l Aménagement du Territoire. Organisation pour la Coopération et le Développement Economique. Organisation Non Gouvernementale initiative d appui aux Pays Pauvres Très Endettés Société Française d'economie Alimentaire et Agro-industrielle Système d Information sur les Marchés. Société de Développement des Productions Animales. 12

14 INTRODUCTION GENERALE «Le secteur industriel est considéré à moyen terme comme le vrai levier de la croissance pour la réduction de la pauvreté. L ambition d une croissance annuelle au taux de 6-7% pour atteindre les objectifs de la stratégie à l horizon 2015 nécessite une plus grande contribution de l industrie et des services à la croissance. Le Cameroun dispose d atouts compétitifs non négligeables, notamment une position géographique privilégiée dans le Golfe de Guinée, avec un marché potentiel de 200 millions de consommateurs d Afrique Centrale et du Nigeria, et la disponibilité ou un fort potentiel dans des facteurs de production clés tels que l énergie et une main-d œuvre qualifiée» (DRSP 1, 2003, p. xii). Cet extrait du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) situe globalement le contexte politique et économique de la question de la croissance au Cameroun et son enjeu empirique pour l économie camerounaise. Il souligne le rôle central assigné au secteur industriel pour tirer la croissance économique. En outre, il relève l intérêt de la compétitivité dans la recherche d une croissance économique durable et montre une perception traditionnelle des sources de la compétitivité fondée sur la dotation factorielle du Cameroun en ressources de production et la proximité des débouchés potentiels. La croissance et la compétitivité de l économie camerounaise constituent des préoccupations actuelles des milieux public et privé camerounais. Un comité de compétitivité a été créé par décret présidentiel n 97/0235 du 31 décembre 1997, afin de favoriser la concertation et le dialogue entre les secteurs privés et publics. L objectif ultime de ce comité est de contribuer au renforcement de la compétitivité de l économie camerounaise, par l instauration d un environnement des affaires propice au développement des investissements privés productifs. 1 Le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DRSP) cadre l accès des pays pauvres aux ressources de l initiative d Appui aux Pays Pauvres très Endettés (PPTE). Au Cameroun, il se veut la résultante «d un processus dynamique ouvert, mettant à contribution la pleine participation des populations à la base, de la société civile, du secteur privé et des partenaires au développement, aux côtés des administrations publiques» (DRSP, 2003, p. I). Il s agit d un nouveau cadre de définition de référence de la politique économique et sociale du Cameroun, qui est actuellement centrée sur la définition d une stratégie de lutte contre la pauvreté. 13

15 Dans cette perspective, plusieurs études 2 ont été réalisées pour déterminer les sources de la croissance et les conditions de la compétitivité du Cameroun en général, et du secteur industriel en particulier. Ces études sont généralement orientées vers les questions des atouts et insuffisances du secteur industriel, de l identification des secteurs et des filières à fort potentiel de croissance et de compétitivité, du recensement des menaces environnementales, de la désignation des axes prioritaires d action des politiques économiques. Cependant, une remarque liminaire peut être faite. Les études conduites jusqu ici mettent en avant les dimensions macro-économiques et méso-économiques de la croissance et de la compétitivité (croissance et compétitivité nationale et/ou sectorielle), au détriment d une analyse centrée sur les entreprises et leurs projets. En outre, la croissance et la compétitivité cohabitent dans ces études, mais celles-ci ne montrent pas suffisamment les interactions entre ces deux objectifs stratégiques 3. Sur un autre plan, une observation des données sectorielles et macro-économiques du Cameroun montre une tendance à la croissance depuis l année Ainsi, la production du secteur des industries agroalimentaires de l économie camerounaise (le terrain de cette recherche) connaît, dans son ensemble comme dans la majorité de ses branches, une croissance très appréciable. Le tableau ci-après montre la production à prix courants du secteur des industries agroalimentaires de 1994/1995 à 2000/2001 5, la croissance absolue qui matérialise l évolution nette de la production entre deux périodes successives, ainsi que la croissance relative. 2 On peut citer deux études relativement récentes : N. Gergley (2002), «Etude sur l amélioration de la commercialisation et de la compétitivité des produits agricoles au Cameroun», qui vise l identification des obstacles à la commercialisation des produits agricoles ; Comité de Compétitivité, GTZ (2003), «Etude documentaire sur la compétitivité de l économie camerounaise», qui vise l évaluation des atouts compétitifs du cadre général et les filières particulières de l économie camerounaise, plus spécifiquement, la présentation de la situation actuelle de la compétitivité de l économie camerounaise, des potentialités de développement et de croissance des secteurs et filières productives et l identification des secteurs et filières particulièrement porteuses sous les aspects de réduction de la pauvreté et de compétitivité. 3 Quelques extraits du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DRSP) sont proposés à l annexe afin d illustrer l approche actuelle de la question de la croissance et de la compétitivité au Cameroun. 4 Au Cameroun, l année 1994 est généralement présentée comme l année de sortie d une décennie de crise économique. 5 Les données en question sont produites par l Institut National de la Statistique. Elles correspondent à l exercice comptable qui court du mois de juillet au mois de juin de l année suivante dans la nomenclature comptable OCAM. Depuis l année 2003, la nomenclature OCAM est remplacée par la nomenclature OHADA (Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires). 14

16 Figure 1- Production à prix constants du secteur agroalimentaire de 1994/1995 à 2000/2001 (en milliards de FCA), évolution absolue et relative Années 94/95 95/96 96/97 97/98 98/99 99/00 00/01 Production à prix constants du secteur agroalimentaire 576,54 616,87 650,36 686,16 717,03 732,38 767,82 Croissance absolue 40,33 33,49 35,80 30,87 15,35 35,44 Taux de croissance (en %) 6,99 5,42 5,50 4,49 2,14 4,83 Source de données : Institut National de la Statistique : Extraits comptabilité nationale Dans ce tableau, le taux de croissance de la production est positif sur l ensemble de la période. On peut noter un fort taux de croissance entre les exercices 1994/1995 et 1996/1997. Le graphique ci-après retrace l évolution de la production. Figure 2- Evolution de la production à prix constants dans le secteur des industries agroalimentaires de 1994/1995 à 2000/2001 Production à prix constants /95 95/96 96/97 97/98 98/ 99 99/ / 01 Exercices Source de données : Institut National de la Statistique : Extraits comptabilité nationale On peut observer qu en l espace de sept exercices successifs, la production du secteur a évolué constamment. Cette évolution de la production est positive comme celle de la croissance économique globale, qui est passée de 3,11% au cours de l exercice 94/95 à 5,3% au cours de l exercice 2000/2001, comme on peut l observer dans le tableau ci-après. Figure 3- Taux de croissance réel du Cameroun de 1994/1995 à 2000/2001(en %) A nnées 94/95 95/96 96/97 97/98 98/99 99/ /2001 Taux de 3,11 4,97 5,10 5,0 4,50 4,40 5,3 croissance réel du Cameroun Source de données : Institut National de la Statistique : Extraits comptabilité nationale

17 Cette croissance sectorielle peut globalement s expliquer par la conjonction de deux phénomènes bien décrits par Bienaymé (1971), Kemp et al. (2001) : la création de nouvelles entreprises dans le secteur, les entreprises existantes gardant la même taille au cours de la période ; ou alors l expansion des entreprises existantes qui compense et dépasse les décroissances occasionnées par les entreprises défaillantes qui disparaissent du secteur. On peut alors légitimement se demander si les industries agroalimentaires de l économie camerounaise ont des comportements de croissance. En d autres termes, la croissance observée du secteur agroalimentaire de l économie camerounaise est-elle occasionnée par les entreprises existantes? Cependant, cette interrogation bien qu importante paraît insuffisante. Une analyse des statistiques sectorielles sur les performances industrielles peut renseigner sur la dynamique de la vie économique globale des entreprises (disparition, création, expansion et décroissance des entreprises existantes) sans pour autant renseigner sur les caractéristiques des stratégies de croissance des entreprises prises individuellement, ainsi que sur les éléments de contingence interne et externe qui régissent et pèsent sur la réussite de ces stratégies. Cette réalité n a pas suffisamment été prise en compte par les études réalisées sur les entreprises camerounaises. C est l un des constats dont nous sommes parti pour conduire cette recherche. Nous envisageons d inscrire les objectifs de la recherche dans un cadre théorique approprié (I). Il importe par la suite de dire pourquoi la recherche présente des intérêts et une pertinence empiriques (II). Par ailleurs, la recherche repose sur une démarche méthodologique adaptée (III) et les différentes étapes sont agencées dans un plan en deux parties (IV). I- Cadre théorique et objectifs de la recherche Bien que la croissance de l entreprise soit une problématique ancienne et récurrente 6, le phénomène de croissance n est pas encore définitivement qualifié. Ce constat est dressé après l examen des approches qui lui sont consacrées. On peut ainsi relever les différences dans l appréhension du phénomène, la spécification des modalités et l examen des facteurs 6 La croissance de l entreprise fait l objet de travaux fondamentaux anciens comme ceux de E.T. Penrose (1959, traduction française), H.I. Ansoff (1965, traduction française), A. Bienaymé (1971, 1973), B. De Montmorillon (1986, 1989). 16

18 explicatifs ou caractéristiques importantes pour assurer la croissance de l entreprise. Il en ressort une pluralité de lectures, que nous avons regroupées en deux grandes approches, suivant l apparition chronologique des apports théoriques au cours des cinq dernières décennies : les approches économiques de la croissance de l entreprise ; les approches de la croissance dans une perspective stratégique. Ce regroupement laisse transparaître l instabilité du statut théorique de la croissance de l entreprise. D abord centrée sur des préoccupations dimensionnelles et sur des questions relatives à l évolution de la taille (approches économiques), la problématique de la croissance de l entreprise a progressivement orienté ses interrogations sur les questions relatives aux choix des activités, à l évolution des métiers et des missions de l entreprise, qui relèvent du domaine du management stratégique. Ces approches, à notre sens, se sont développées successivement dans une certaine ambivalence centrée sur un questionnement concernant la définition même de l entreprise. Dans les approches économiques, l hypothèse de la croissance fonde l explication principale du comportement de l entreprise. «La vocation d une entreprise authentique est de croître» (Bienaymé, 1971, p. 6). La croissance est à la fois l action d accroître la dimension de l entreprise et le résultat de cet accroissement. Elle est plus ou moins explicitement ancrée dans la problématique du développement de l entreprise, comme il ressort des analyses effectuées au sein des travaux découlant de l interprétation de la firme néo-classique, des approches par l évolution, notamment la théorie du cycle de vie de l entreprise (Marshall, 1920 ; Boulding, 1950 ; Alchian, 1950 ; Greiner, 1972), de la théorie du processus de croissance (Penrose, 1963), à laquelle sont souvent associées les approches récentes dites «ressources» (Wernerfelt, 1984 ; Barney, 1991). Ces différentes analyses admettent fondamentalement la firme comme une fonction de production, bien qu à des degrés d analyse différents. Comme le soulignent Desreumaux et Bréchet (1998), la perspective production est tangible et relativement statique dans l approche économique classique, et intangible et dynamique dans les approches par l évolution et les approches «ressources». Le thème de la croissance va ainsi graviter autour des préoccupations relatives à l accroissement de la production de l entreprise. 17

19 Par ailleurs, l approche économique semble adhérer, implicitement ou non, à une vision positive de la grande taille. Cette vision positive s exprime soit en admettant que l augmentation de la taille de l entreprise s apparente au succès et que les organisations qui croissent en taille ont des capacités particulières (Penrose, 1963), soit en faisant intervenir un processus naturel d adaptation au cours duquel certains groupes développent, les caractéristiques attendues par leur environnement (Alchian, 1950). Dans cette perspective, l entreprise qui ne croît pas présente forcément des insuffisances. Cette vision est fortement remise en cause par des phénomènes tels que l apparition des seuils de diversification au-delà desquels les entreprises diversifiées deviennent moins rentables, les mouvements de recentrage des firmes autour de leurs métiers de base, la multiplication et la pérennité des formes organisationnelles de taille réduite. Il convient d intégrer les phénomènes ci-dessus évoqués pour qualifier le processus de développement de l entreprise. La prise en compte de cette multitude des formes organisationnelles s effectue d abord au sein des travaux consacrés à la croissance par les auteurs dans le domaine du management stratégique. On peut se référer à l examen des modalités de la croissance. Au départ, le débat se focalise sur l opposition entre la croissance interne et la croissance externe (Paturel, 1981) sans une prise en compte consciente de l incidence sur les formes organisationnelle. Les contributions récentes soulignent, avec intérêt, les corollaires organisationnels et retiennent des formes patrimoniale, managériale et contractuelle de la croissance de l entreprise (De Montmorillon, 1997). L idée de croissance s estompe dans la théorie lorsque les préoccupations deviennent relatives au choix des produits et des métiers de l entreprise. D abord, le développement de l entreprise est appréhendé au travers de l évolution de son portefeuille d activités (Ansoff, 1989). L objectif assigné est de combler l écart de planification stratégique matérialisé par la différence entre le chiffre d affaires et les résultats de l entreprise et les objectifs de chiffre d affaires et des résultats souhaités. L idée de croissance est encore présente, mais elle est perçue au travers de la valorisation ou du renouvellement des marchés et produits actuels de l entreprise, comme l illustre le vecteur de croissance de Ansoff (1989, p. 116). En outre, les différentes voies de développement (diversification, spécialisation, intégration verticale, internationalisation) sont parfois présentées, au même titre que les modalités de la croissance, comme les stratégies de la croissance (Lavalette et Niculescu, 1999). 18

20 Ce faisant, l intérêt porté par Desreumaux et Bréchet (1998) à une théorisation de la firme propre aux sciences de gestion pourrait réorienter les débats. L entreprise est considérée avant tout comme un projet productif porté par les acteurs (De Montmorillon, 1986, 1997 ; Bréchet, 1994, 1996 ; Desreumaux et Bréchet, 1998). Dans cette perspective, les auteurs en management stratégique suggèrent de ne plus axer l analyse sur les entreprises qui augmentent en taille, mais sur les projets productifs qui se diffusent via plusieurs voies de développement et formes de systèmes d offre. La croissance est comprise et analysée au travers d une hypothèse globale de développement des projets productifs. Pour la comprendre, il faut s appuyer sur la connaissance des projets et des acteurs, ainsi que sur les différentes logiques intervenant dans la structuration de l action. Cette approche stratégique requiert une réflexion relative, mettant en jeu, la concurrence et la compétitivité, au sens de la capacité à mobiliser les ressources, les compétences et les débouchés dans un environnement disputé (Pfeffer et Salancik, 1978). En définissant l entreprise par les notions immatérielles que sont le projet et le système d offre, il devient possible de concevoir la croissance comme un projet de gestion et comme un outil de gestion, par conséquent, d en établir un rapport avec le profit et la compétitivité (De Montmorillon, 1997). Un examen de la relation entre la croissance et la compétitivité laisse entrevoir une interdépendance, dans le sens où la croissance apporte la compétitivité à l entreprise (De Montmorillon, 1997) et un projet ne peut se développer s il ne peut s imposer dans un environnement disputé. Il convient ainsi de se soumettre à l examen des éléments et des processus susceptibles de conférer de telles performances à l entreprise. Pour ce faire, le management stratégique recourt généralement au concept d avantage concurrentiel. Si on se place dans cette perspective, l approche économique des facteurs de la croissance peut s enrichir de cette analyse stratégique et ne plus reposer uniquement sur les caractéristiques internes et externes de l entreprise, ainsi que sur les valeurs, aspirations et caractéristiques du dirigeant. Dès lors, il est possible de parler de «croissance compétitive» de l entreprise pour matérialiser cette proximité de la croissance et de la compétitivité en contexte concurrentiel. Toutefois, si l on vient à appréhender les facteurs de croissance au travers de la question centrale de la compétitivité, plusieurs éléments sont à prendre en compte. La compétitivité de l entreprise relève non seulement du positionnement concurrentiel (associé aux travaux de Porter, 1986), mais aussi de la nature idiosyncratique de la firme que lui 19

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

LABORATOIRE DES ETUDES EN FINANCE, COMPTABILTE ET GESTION «LEFCG» ENCG. laboratoires. LM2CE et LAMSAD (FSJES) (ESTB)

LABORATOIRE DES ETUDES EN FINANCE, COMPTABILTE ET GESTION «LEFCG» ENCG. laboratoires. LM2CE et LAMSAD (FSJES) (ESTB) Laboratoire LABORATOIRE DES ETUDES EN FINANCE, COMPTABILTE ET GESTION «LEFCG» ENCG laboratoires LM2CE et LAMSAD () (ESTB) Axes de Recherche 1. Quelles innovations financières au service de l innovation

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

La certification dans les Organismes de Protection Sociale

La certification dans les Organismes de Protection Sociale La certification dans les Organismes de Protection Sociale Quelles certifications sont représentées dans le secteur? Quelles initiatives sont actuellement menées? Comment appréhende-t-on les certifications

Plus en détail

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES FORMALISATION ET CAPITALISATION DES CONNAISSANCES DANS L ECOSYSTEME DE L INNOVATION 1 Le constat 1.1 L apparition des écosystèmes Depuis une trentaine d années, des écosystèmes dédiés à l innovation se

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Table des matières 1 INTRODUCTION.. 1

Table des matières 1 INTRODUCTION.. 1 Table des matières Liste des tableaux. VI Liste des schémas. IX Liste des graphiques. X Liste des abréviations... XII Summary and Conclusions... XIV Zusammenfassung und Schlussfolgerungen... XXI 1 INTRODUCTION..

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe. Cécile Lapenu, Cerise

Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe. Cécile Lapenu, Cerise Avancées dans le domaine des performances sociales en microfinance, et applications en Europe Cécile Lapenu, Cerise Septembre 2008 1 Cécile Lapenu, CERISE Dans le secteur de la microfinance, les performances

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

SOMMAIRE ETUDE SERDALAB «VEILLE, MOTEURS DE RECHERCHE ET COLLABORATIF : LE MARCHE ET LES TENDANCES EN 2009»

SOMMAIRE ETUDE SERDALAB «VEILLE, MOTEURS DE RECHERCHE ET COLLABORATIF : LE MARCHE ET LES TENDANCES EN 2009» SOMMAIRE ETUDE SERDALAB «VEILLE, MOTEURS DE RECHERCHE ET COLLABORATIF : LE MARCHE ET LES TENDANCES EN 2009» Avant-propos Remerciements Introduction Synthèse de l étude Chap. 1 Les enjeux pour les acteurs

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 Mission Chanvre pour le Cluster Beaujolais Numéro de la communication : IES-2010-28

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION (BAC+6, +7, +8 480 ECTS) IEAM PARIS - Institut des Études d'administration et de Management de Paris & SCIENCES PO AIX - Institut d Etudes Politiques d Aix-en-Provence ou

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail