STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE"

Transcription

1 STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE Professeur M. Ramdane Mostefaoui Séquence 5 : Les orientations stratégiques : concept et mise en oeuvre Objectif général : - Objectifs intermédiaires : - - SOMMAIRE 1. LA NOTION DE SEGMENTATION STRATEGIQUE 2. LA DEMARCHE DU DIAGNOSTIC INTRODUCTION Section I Définition Pour constituer le portefeuille d activité de leur entreprise, les dirigeants sont amenés à faire des choix entre plusieurs orientations qu il conviendrait de définir dans cette première section avant d examiner les problèmes de mise en œuvre dans une seconde section.

2 I La stratégie de spécialisation A) Notion La spécialisation est l option qui consiste à maintenir l entreprise dans un seul domaine d activité et à y exploiter des compétences bien maîtrisées, sans chercher à y ajouter de nouvelles. Cela peut se traduire de plusieurs façons dans la mesure où une activité se définit à la fois en termes de clientèles visées, de fonctions ou services rendus par le produit et aussi en termes de technologies mises en œuvre. Il peut s agir de propose un produit standard à différents types de clients, ou bien de répondre aux besoins d une catégorie de clients en se concentrant ainsi sur un segment précis de la demande (exemple : électronique grand public ou produit pharmaceutique homéopathique ; ou encore d exploiter la maîtrise d une technologie particulière, exemple : les radars dans l industrie de l armement). La spécialisation souple (concept avancé par KOENIG dans son ouvrage intitulé Management Stratégique, Nathan, 1990) désigne «les manœuvres destinées à satisfaire des demandes anciennes qui évoluent ou des demandes nouvelles et cela en préservant l essentiel d un métier existant tout en l enrichissant». La stratégie de «groupes technologiques» correspond au choix consistant à développer un ensemble d activités liées par une base technologique commune ; choix qui correspond donc à une forme de stratégie spécialisation. Pour les PME, la spécialisation peut constituer une stratégie de protection contre la concurrence des grandes entreprises dans la mesure où elle consiste à occuper des parcelles de marché très peu attrayantes pour les grosses entreprises, et cela notamment grâce à une bonne connaissance des attentes des clients et à une capacité de service inégalable en raison de la proximité géographique. La spécialisation ne signifie pas petite taille ; une entreprise ayant des ambitions de croissance peut conduire son développement à travers des stratégiques d expansion de volume sans sortir du choix initial de la spécialisation. Ceci peut se faire par multiplication des sites géographiques d implantation. Il existe en effet des exemples nombreux d entreprises qui sont restées spécialisées à un seul DAS avec une ligne de produits + ou profonde (Peugeot et Renault qui ne font que des

3 voitures). a) Avantages et inconvénients de la spécialisation L explication économique traditionnelle selon laquelle la spécialisation est la voie privilégiée d obtention d une position favorable de coût et de marché repose sur l idée que cette option permet à l entreprise d acquérir une taille critique ; la production à plus grande échelle luis assure l obtention de courir la formule du fait de la dépendance de l entreprise par rapport à un seul DAS et une clientèle peu diversifiée. La thèse défendue par les partisans de la spécialisation renvoie à la logique de la droite d expérience qu il faut descendre de manière à s engager dans un processus de réduction des coûts et de gains de parts de marché. Cette thèse doit être relativisée car elle ne vaut que pour les produits standardisés pour lesquels les clients ne sont pas disposés à payer un prix plus élevé. Dans ce cas, la spécialisation fondée sur de grandes parts de marché (stratégie de volume) peut se justifier. Mais cette théorie est critiquable pour les produits de luxe, pour les produits pour lesquels la conquête et la fidélisation du client reposent sur la fourniture d avantages spécifiques autres que le seul critère de prix. Pour ces produits, l augmentation des quantités offertes risquent d entraîner des effets négatifs lorsqu elle est perçue comme une banalisation du caractère distinctif de ces produits ; exemple : la haute couture. b) Sructure organisationnelle La structure fonctionnelle constitue le mode d organisation généralement retenue par les entreprises qui poursuivent une stratégie de spécialisation. Il s agit d une forme d organisation de l entreprise basée sur le découpage et le regroupement des tâches suivant leur nature : fonctions administratives, fonctions techniques, fonction commerciale, fonction de soutien logistique etc. Remarque : l accroissement de la taille de l entreprise et du volume de ses activités entraînent des goulets dus à des problèmes de circulation de l information et de centralisation du pouvoir de décision (rigidité organisationnelle, surcharge du sommet qui s occupe à régler des problèmes tactiques, frustration de l encadrement, etc.)

4 II. La stratégie de diversification a) définition La stratégie de diversification correspond à la stratégie de l entreprise qui se lance dans des activités tendant à réaliser des produits nouveaux et/ou à servir de nouveaux marchés. C est la voie de développement qui a été retenue par la majorité des grandes entreprises des pays industrialisés. Cette tendance générale à la diversification est ponctuée de phénomènes de flux et de reflux (mouvement de balancier). La crise économique née au milieu des années 70 n a pas tardé à inciter de nombreuses Directions Générales à opérer un «recentrage stratégique» en abandonnant des lignes de diversification excessivement hétérogènes, pour se concentrer sur un périmètre plus restreint c est-à-dire sur un nombre limité d activités de base. Mais on assiste ces dernières années à des manœuvres de redéploiement et de croissance externe (fusions, absorptions, conduisant à de nouvelles diversifications). b) les formes de diversifications Il existe plusieurs typologies car de nombreux auteurs ont tenté de dresser l inventaire des formes des stratégies de diversification. Nous retenons ici la grille d Ansoff déjà évoquée dans le précédent chapitre (ouvrage intitulé Stratégie du développement de l entreprise, Editions, 1988). Schéma 1 - formes de diversification Marché Produit Actuel Nouveau Actuel Spécialisation Diversification produit Nouveau Diversification marché Diversification totale

5 1) la stratégie de diversification du produit Elle est réalisable de 2 façons : - Par la création et le lancement d un nouveau produit ; exemple : Salomon spécialise la chaussure de ski, étend ses gammes vers les club de golf - Par l amélioration ou la modification des caractéristiques d un produit existant ; exemple : changement de taille du produit comme le passage de la production du pc portable. Cette stratégie comporte des avantages dans la mesure où la gamme des produits s élargit. Certaines économies peuvent être réalisées en utilisant les installations et les structures de soutien existantes. De ma même manière, certaines pièces dont la fabrication est déjà maîtrisée (standardisée) peuvent être utilisées. Sur le plan commercial aussi, le nouveau produit peut bénéficier des avantages déjà acquis sur le réseau de distribution existant. L inconvénient que la formulation risque d entraîner est la «cannibalisation», c est-à-dire la concurrence entre l ancien et le nouveau produit, du fait des problèmes de répartition des ressources, d arbitrage et de coordination qui surgissent dans les situations difficiles. 2) la stratégie de diversification du marché Cette forme concerne les produits actuels mais qui vont être commercialisées sur de nouveaux marchés. Elle peut prendre plusieurs formes : - Une expansion régionale, nationale ou internationale (ex : les bijoux Chanel ouvrent des magasins aux USA) ; - une utilisation d un nouveau canal de distribution (ex : Electrolux diffusé en porte à porte puis ouverture de magasins de détail). - Une exploitation d un nouveau segment de clients (ex : Camif spécialiste de la vente par correspondance grand public, crée Camif Entreprises.) La formule comporte des avantages. D abord, l entreprise échappe aux aléas inhérents à l exploitation d un seul portefeuille clients trop étroit ; ensuite, la production se développe ce

6 qui permet de descendre la courbe d expérience (c est-à-dire de diminuer les coûts). Cependant, de nouvelles charges liées à la conquête de nouveaux marchés apparaissent ; elles sont très élevées quand elles concernent des marchés qui nécessitent d engager des frais à l exportation élevés. De plus, les responsables commerciaux sont confrontés à beaucoup d incertitude avant de faire l acquisition d une «bonne» connaissance de ces marchés. L incertitude demeure dans tous les cas pour ce qui concerne les marchés instables caractérisés en particulier par des fluctuations de l offre et de la demande à la suite de turbulences politiques, sociales, et diverses crises. 1) la stratégie de diversification totale Signifie développement simultané de produits nouveaux et de marchés nouveaux ; exemple : Kodak qui produit et vend dans le monde entier aussi bien des photocopieurs que des appareils photos. L avantage de la formule est de permettre, lorsque le portefeuille d activité est relativement «équilibré», de compenser globalement des pertes subies par les gains obtenus et cela, en «ne mettant pas tous ses œufs dans le même panier». L inconvénient est que la gestion se trouve très complexe et les gains de synergie pas toujours aussi importants que l on peut espérer. III. La stratégie d intégration verticale a) Définition Cette orientation consiste à prendre place verticalement soit vers l amont, soit vers l aval du DAS actuel. L intégration en amont conduit l entreprise à absorber l activité de ses fournisseurs ; exemple : Renault décide de fabriquer des phares. L intégration aval revient à absorber des activités exercées par ses clients ou ses distributeurs (ex : Dormeuil, d abord fabricant de lainages haut de gamme, décide d ouvrir des boutiques). Schéma 2 - les deux formes d intégration verticale

7 b) les implications organisationnelles L intégration verticale pose des problèmes spécifiques d organisation. La logique économique qu elle induit plaide dans une certaine mesure pour une centralisation du système décisionnel. En effet, les impératifs industriels de maîtrise d un ensemble d activités interdépendantes de façon à exploiter des effets d échelle, à réduire des coûts de transaction et bénéficier d un fort pouvoir de marché nécessite que l entreprise puisse disposer d une organisation à même de permettre une cohérence d ensemble des décisions. Le danger ici serait d être constamment confronté à des phénomènes de sous optimisation ; c est-à-dire des décisions optimales pour une unité donnée mais pas nécessairement au regard des critères qui prennent en considération l entreprise dans sa globalité. L entreprise verticalement intégrée constitue un «système coopératif» par opposition au «système concurrentiel» qui correspond à des entreprises exerçant des activités sans lien entre elles et dans lesquelles ce type de risque de dérive ne se pose pas dans les mêmes termes. L une des questions qui pourrait se poser aux dirigeants est de savoir dans quelles conditions l entreprise peut garder un avantage concurrentiel tout en optant pour l intégration verticale. c) les avantages de l intégration verticale

8 Cette orientation a pour effet d augmenter le pouvoir de marché de l entreprise qui l adopte.. L intégration vers l amont permet d échapper à la domination potentielle des fournisseurs dont les produits ne possèdent pas de substituts.. L intégration vers l aval procure, elle, des garanties sur les débouchés et sur l accès aux circuits de distribution ; elle constitue une protection contre le pouvoir de négociation des clients. Elle assure une capacité à mieux différencier le produit grâce au contrôle d un nombre important d étapes du processus de production et de distribution. Enfin, l intégration aval assure un meilleur accès aux informations pertinentes concernant le marché (goût des consommateurs, données statistiques ) susceptibles de générer un avantage concurrentiel décisif. Sur le plan technique, l intégration verticale permet à l entreprise d assurer une rationalisation des opérations de production, de maîtrise des technologies et un contrôle plus serré de la qualité des produits. Sur le plan financier, elle assure à l entreprise la réalisation des marges bénéficiaires qui revenaient auparavant à ses fournisseurs ou à ses clients ; ce qui permet de réduire les coûts et partant, d être plus compétitive. Enfin, elle économise les coûts de transaction qui sont des frais de conclusion et de surveillance des contrats entre partenaires. d) les principaux inconvénients de l intégration verticale Ces inconvénients concernent d abord les effets induits par le mode de structuration des activités (structure fonctionnelle tel exposé précédemment). De plus, si l intégration permet de faire de bonnes affaires en période de croissance, elle entraîne aussi l accroissement des coûts fixes. Ceci risque d augmenter la fragilité de l entreprise car toute récession d activité devient plus difficile à supporter et ce, d autant plus que c est souvent toute la filière qui peut être touchée ; d où le risque d addition des pertes sur toute la chaîne. Enfin, en s intégrant, l entreprise peut être amenée à exercer des métiers nouveaux qui l éloignent des métiers qu elle maîtrisait auparavant.

9 IV. Les modes de croissance de l entreprise On distingue traditionnellement 2 modes de connaissance : la croissance interne et la croissance externe. Le développement récent de plusieurs formes de relation de coopération, d alliance et de partenariats justifie amplement d ajouter une 3 ème catégorie : «la croissance contractuelle» (formule de Montmorillon dans La croissance contractuelle, Revue française de gestion, Janvier- février, 1989). A) La croissance interne Elle consiste à développer l entreprise de façon autonome, par création de nouvelles unités de production et/ou de commercialisation. La croissance interne est le seul mode de développement possible lorsqu il s agit de produit nouveau. Les incitations à innover et à se développer de façon interne peuvent avoir des origines externes (attrait du marché, besoins de la société, connaissances scientifiques appliquées aux technologies etc.) ; mais aussi internes (volonté de bâtir une position solide sur le marché, existence des moyens et des infrastructures de production, désir du DG et des cadres de s ouvrir de nouveaux horizons (le plus souvent pour satisfaire des ambitions de cadres qui ont besoin de grandir ). La croissance interne est une politique de développement sujette à de nombreuses difficultés tenant à la lenteur du processus conduisant à leur réalisation. Le rachat d actifs existants demande bien évidemment moins de temps que leur création par l entreprise. Les premières difficultés concernent les problèmes d acquisition et de mise en place des installations et des outils de production. Les secondes se rapportent à la formation des personnels et à l acquisition des compétences et expériences nécessaires. De plus, un période d adaptation de quelques mois est indispensable pour constituer les équipes de travail adéquates l action collective est sujette à des tensions et à des conflits. Tout cela nécessitera d assurer la gestion de l apprentissage organisationnel pour faire fonctionner le système avec cohérence et efficacité. Des observations empiriques ont montré que ce processus est marqué le plus souvent par «des crises organisationnelles» que nous pouvons schématiser comme suit : Tableau n 1 - Schéma des crises organisationnelles

10 Croissance de la taille de l entreprise Phase 4 Phase 5 Phase Automatisation (robotisation de certaines opérations de production) Autres Phase 1 : Phase 2 : Phase 3 : création Développement de la production Développement du réseau de distribution Age de l entreprise Cette lenteur du processus de développement interne et des crises organisationnelles constituent un handicap face à la concurrence dans un contexte de mondialisation nécessitant rapidité des réponses attendues et précocité des conquêtes de position. La réussite de la croissance interne dépend de la capacité des dirigeants et des cadres à diagnostiquer ces problèmes à temps pour leur apporter les solutions adéquates. B) La croissance externe La croissance externe implique une relation entre deux ou plusieurs entreprises et entraîne un transfert d actifs existant vers l une d entre elles.

11 Sur le plan juridique, on peut distinguer plusieurs modalités de croissances externes : a) la fusion C est l opération par laquelle deux entreprises (A, B,..) réunissant leurs actifs pour créer une entreprise nouvelle C. Situation qui peut être représentée de la manière suivante : Schéma 3 - la fusion Après fusion, A et B disparaissent et C naît en tant qu entité juridique, en tant que personne morale différente de A et de B. b) l'absorption Elle consiste pour l entreprise absorbante (A) en l acquisition du patrimoine d une entreprise absorbée (B) qui du coup disparaît ; B est dissoute. Pour A, cette opération se traduit par une augmentation de capital par apports en nature et la création correspondante de titres servant à rémunérer les anciens détenteurs de droits sociaux de l entreprise absorbée. Nous aurons une configuration comme suit : Schéma 4 - L'absorption

12 c) la fusion scission Elle consiste en la dissolution d une entreprise (A) et en la répartition de ses éléments d actifs entre deux ou plusieurs autres entreprises préexistantes ( B et C) qui procèdent ainsi à une augmentation de capital. Nous aurons le schéma suivant Schéma 5 - La fusion-scission

13 d) l apport partiel Il n y a de dissolution d entreprise mais une simple cession d une partie de ses actifs à une autre entreprise qui procède ainsi à une augmentation correspondante de capital. Schéma 6 - L'apport partiel Les opérations de fusions/acquisitions sont des opérations de croissance externes qui s expriment par vagues ; elles correspondent à des périodes de réorganisation ou restructuration des systèmes productifs. En France par exemple, une centaine d entreprises en ont racheté d autres en 1984 ; et quatre années plus tard, ce chiffre était dix fois plus important. Le même mouvement était observé en Grande Bretagne et en Allemagne. Les justifications économiques des croissances externes souvent invoquées sont la quête de synergies susceptibles de naître du rapprochement d unités existantes. Ces synergies escomptées peuvent correspondre à des économies de coût liés à des effets d échelle ou à l élimination de doubles emplois en matière d affectation de ressources. Autres arguments : l effet des fusions/ acquisitions en termes de pouvoir de marché de l entreprise ; de pouvoir de négociation vis-à-vis de son environnement grâce à une taille plus grande. D autres justificatifs peuvent pousser dans cette voie : l ambition de puissance des dirigeants (explications psychologiques ). CONCLUSION

14 BIBLIOGRAPHIE SITOGRAPHIE

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Séquence 5 : Les orientations stratégiques : concept et mise en oeuvre

Séquence 5 : Les orientations stratégiques : concept et mise en oeuvre Séquence 5 : Les orientations stratégiques : concept et mise en oeuvre INTRODUCTION Section I Définition Pour constituer le portefeuille d activité de leur entreprise, les dirigeants sont amenés à faire

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

MODÈLES ET PRATIQUES DE LA STRATÉGIE D ENTREPRISE. 21 & 28 septembre 2006 Eric GODELIER HSS1

MODÈLES ET PRATIQUES DE LA STRATÉGIE D ENTREPRISE. 21 & 28 septembre 2006 Eric GODELIER HSS1 MODÈLES ET PRATIQUES DE LA STRATÉGIE D ENTREPRISE 21 & 28 septembre 2006 Eric GODELIER HSS1 INTRODUCTION GÉNÉRALE Un terme guerrier : «art de conduire l armée en vue de la victoire» Transféré aux domaines

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE. Les clés du succès concurrentiel. Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2

Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE. Les clés du succès concurrentiel. Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2 Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE Les clés du succès concurrentiel Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 ANALYSER CHAPITRE 1 L effet d expérience...9

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Chapitre 1. Analyse de l environnement international...

Chapitre 1. Analyse de l environnement international... Table des matières Introduction....................................................................... 1 Remerciements....................................................................... 2 Chapitre

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Les facteurs de performance. Management: CH III Les stratégies business. Le cycle de vie de l'activité. Les quatre phases du cycle de vie

Les facteurs de performance. Management: CH III Les stratégies business. Le cycle de vie de l'activité. Les quatre phases du cycle de vie Management: CH III Les stratégies business Les facteurs de performance La maîtrise du cycle de vie L accumulation d expérience La position de leader La mobilisation des compétences FACTEURS DE PERFORMANCE

Plus en détail

Segmentation stratégique

Segmentation stratégique Segmentation stratégique Rappel : démarche d analyse stratégique CADRE DE REFERENCE FONDAMENTAL Vision stratégique, histoire, identité, structure SEGMENTATION STRATEGIQUE Découpage des activités de l entreprise

Plus en détail

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean»

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Qui sommes nous? Vincia en quelques faits et chiffres Une présence et une expérience internationales Créé en 2001 60 consultants - 20 en France -

Plus en détail

Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter

Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter Economie industrielle 2 EOST 1 ère année d Ecole Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter Jean-Alain Héraud 2012-2013 L avantage concurrentiel Porter (1985): Competitive advantage Comment

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Attention! Seules les côtes + et ++ désignent des domaines satisfaisants de la gestion et les véritables points forts de l entreprise. La côte +/-

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Audit stratégique. Démarche méthodologique

Audit stratégique. Démarche méthodologique Audit stratégique Démarche méthodologique La méthode ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT Identifier les opportunités et menaces DIAGNOSTIC DE L ENTREPRISE Identifier les forces et faiblesses POSITIONNEMENT STRATEGIQUE

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail

Chapitre 3 : Les options stratégiques Exercices

Chapitre 3 : Les options stratégiques Exercices Chapitre 3 : Les options stratégiques Exercices Exercice 1 : Les stratégies de spécialisation Questions : Complétez le tableau suivant : Entreprise Stratégie adoptée Justification SEB Stratégie de différenciation

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

I) Les stratégies de croissance au niveau économique

I) Les stratégies de croissance au niveau économique Toute entreprise ambitionne de se développer et donc de s agrandir en recherchant la croissance. Elle peut l obtenir à partir de 3 choix essentiels. Choix de croissance du point de vue économique (1 ou

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Les stratégies d alliance

Les stratégies d alliance Les stratégies d alliance 1 I Définitions II Enjeux stratégiques III Eléments clés d une alliance 2 I Définitions 3 LES OPTIONS D ALLIANCE Les alliés apportent des actifs: de même nature de nature différente

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Management: CH II Le diagnostic stratégique

Management: CH II Le diagnostic stratégique Management: CH II Le diagnostic stratégique 1 Les séquences diagnostic décision stratégique 1-Séquence «rationnelle» 2-Séquence«rationalisatrice» 3-Séquence «réelle» Diagnostic stratégique Diagnostic stratégique

Plus en détail

MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5

MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5 MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5 Table des matières Introduction... 7 En résumé un MBA, qu est-ce?... 7 Quelques éléments critiques sur les programmes

Plus en détail

Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 2

Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 2 Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle Introduction 2 La démarche prévisionnelle : Prépare l entreprise à exploiter les atouts et affronter les difficultés qu elle rencontrera dans l avenir. Comporte

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 S ommaire Présentation 5 Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 A. Le marketing de l offre 19 B. Le marketing de la demande 20 C. Le marketing de l échange 21 2 Une histoire du marketing

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012

Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012 Corrigé téléchargé sur www.mybts.fr Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012 CAS FENETREA L ensemble est noté sur 30 points, la note devra être ramenée à 20 points, arrondie au demipoint

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Management Development International Institute

Management Development International Institute Comprendre l'environnement et élaborer la stratégie Connaître et utiliser les principaux outils et méthodes d'analyse stratégique et de prospective, Comprendre et évaluer le contexte culturel, économique

Plus en détail

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières www.pwc.com Octobre 2011 Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières Présentée par François Soubien Partner PwC Strategy Croissance

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES.

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. I. L organisation en réseau. A. Définition. Un réseau est un ensemble organisé d unités commerciales (UC) liées par des intérêts

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

La stratégie de diversification : tentative de clarification

La stratégie de diversification : tentative de clarification La stratégie de diversification : tentative de clarification Par Djamel Fellag (Lycée Robert Schuman Metz) La question des stratégies corporate concernant le développement des entreprises est une question

Plus en détail

Présentation. Cette formation est possible grâce à :

Présentation. Cette formation est possible grâce à : Présentation Cette formation est possible grâce à : Sommaire de la formation L entreprise collective Le tableau de bord : c est quoi? Le tableau de bord : pour qui? Les indicateurs L implantation Démo

Plus en détail

PARTIE 3 LES PRINCIPALES STRATEGIES

PARTIE 3 LES PRINCIPALES STRATEGIES PARTIE 3 LES PRINCIPALES STRATEGIES Les choix à effectuer Quelle stratégie au niveau du DAS: Stratégie de coût, de différenciation ou de focalisation? Stratégie de leader, de challenger, de suiveur ou

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE Plan de la présentation SI pour les niveaux hiérarchiques Types de décision Systèmes opérationnels Systèmes du management opérationnel Systèmes stratégiques Article de

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences

Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences Entretiens Enseignants Entreprises Jean-Paul POLLIN 30 août 2012 Laboratoire d Economie d Orléans (LEO) 1 Plan

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

Achats Industriels Efficacité et Sécurité

Achats Industriels Efficacité et Sécurité Achats Industriels Efficacité et Sécurité Mes domaines d intervention Achat de maintenance Achat investissement Achat de sous-traitance Mon expertise en achats industriels Elaboration de cahiers des charges

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

Formulation des politiques logistiques

Formulation des politiques logistiques Formulation des politiques logistiques plan Introduction I- Système d objectifs, la logistique comme gestion d interfaces II- Typologie des politiques logistiques III- Alliances et partenariats comme orientation

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

MARKETING # BASES. Séquence 5. Licence 3 Eco-Gestion

MARKETING # BASES. Séquence 5. Licence 3 Eco-Gestion MARKETING # BASES Séquence 5 Licence 3 Eco-Gestion 11/11/2014 gilles.catuli@u-pem.fr MARKETING. # BASES. L3 1 MIT M5C SÉQUENCE 5 : GERER LA RELATION CLIENT. DISTRIBUER ET VENDRE Stratégies push et pull

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 7 Management 2 e ÉDITION Jean-François Soutenain Christophe Torset Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

BTS 1 : Communication d entreprise, Management des entreprises Mr Anquetil Jean-François

BTS 1 : Communication d entreprise, Management des entreprises Mr Anquetil Jean-François BTS 1 : Communication d entreprise, Management des entreprises Mr Anquetil Jean-François CHAPITRE I : ENTREPRENDRE ET GERER I) L ENTREPRENEUR 1) Qu est-ce qui caractérise un entrepreneur? 2) Les principaux

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

SOMMAIRE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE DE DIVERSIFICATION.

SOMMAIRE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE DE DIVERSIFICATION. SOMMAIRE INTRODUCTION.1 I- LA DIVERSIFICATION DE PLACEMENT..2 II- LA DIVERSIFICATION DE REDEPLOIEMENT 3 III- LA DIVERSIFICATION DE CONFORTEMENT..4 IV- LA DIVERSIFICATION DE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES

GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES MAGISTÈRE DE PHYSIQUE FONDAMENTALE MASTER DE PHYSIQUE FONDAMENTALE ET APPLIQUÉE M2 - Accélérateurs de Particules et Interaction avec la Matière M2 - Méthodes

Plus en détail