Les démarches qualités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les démarches qualités"

Transcription

1 Les démarches qualités Sommaire : Introduction... 2 Un levier d'innovation organisationnelle et sociale... 3 Les enjeux Le marché L innovation incrémentale (amélioration continue) ou soudaine (rupture) Les modalités de réalisation du travail, et la qualité de vie au travail L apprentissage organisationnel Les retombées économiques de la démarche... 6 La démarche... 6 Conclusion Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

2 Introduction Les exigences qualitatives des usagers et des clients et le renouvellement rapide des produits font de la qualité un véritable avantage concurrentiel, et non plus une fatalité pesant sur les coûts de production. Pour l'entreprise, une démarche qualité peut devenir une opportunité "d amélioration continue", et notamment des processus de travail : prévention (et non simple détection) des défauts, créativité dans le traitement des problèmes, intégration plus forte des services, évaluation du management, analyse de satisfaction interne et externe. Dans cette perspective, la démarche qualité devient un levier d'innovation organisationnelle et sociale. En Europe, la réflexion développée par l'european Foundation for Quality Management (EFQM) témoigne d'une prise en compte de cette dimension en proposant la "mise sous qualité" de cinq facteurs de performance (leadership, GRH, gestion, stratégie, et process) et de quatre types de résultats (économiques, satisfaction des clients, satisfaction du personnel, impact sur la société). Cependant beaucoup d'entreprises ne recueillent pas les bénéfices attendus de leurs démarches de progrès. L efficacité de la démarche qualité n est pas garantie et la qualité n a pas toujours les effets escomptés. Si certaines conditions ne sont pas remplies ou si des enjeux sont mal maîtrisés elle peut même avoir des effets contre-productifs. La démarche ne s arrête pas à la rédaction des procédures ni même à la certification, quand celle-ci est recherchée. Il s agit d un projet "permanent" exigeant un dispositif d appui important. Faire d'une démarche qualité un véritable levier de performance économique et d'innovation sociale, implique une refonte plus ou moins importante de l organisation et la mise en œuvre d'une véritable démarche participative favorisant l'implication des salariés et la prise en compte des réalités du travail. Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

3 Un levier d'innovation organisationnelle et sociale Le souci de la qualité, nest pas une préoccupation nouvelle, mais l'organisation taylorienne du travail en séparant les travaux de conception des travaux de réalisation, et en parcellisant les tâches à effectuer, en a progressivement modifié l'approche. Le souci de la qualité, qui relevait plus de la compétence et de la conscience professionnelle ("l'amour du travail bien fait"), s'est alors formellement transféré vers la maîtrise ou le contremaître, même si le salarié a parfois la possibilité d'y porter attention. La complexification progressive des produits et des processus et le coût croissant de la non-qualité, ont fait ensuite naître le concept d'assurance qualité. Il vise à s'assurer de la qualité d'un produit avant sa fabrication, par un contrôle a priori (ou préétabli). C'est une logique de qualité attendue et non plus de qualité constatée. Cette démarche s'est progressivement appuyée sur l'utilisation de documents récapitulant les questions pertinentes, tenant compte de l'expérience pour définir le "préétabli". C'est la voie de la normalisation qui s'est ainsi ouverte et qui gagnera à ne pas perdre de vue qu'au départ était l'attachement du professionnel à la qualité du travail. Cette évolution de l'approche de la qualité n'est sans doute pas achevée. Des exigences nouvelles se structurent progressivement. Ainsi, la qualité d'un processus de production d'un bien ou d'un service ne peut ignorer la qualité des conditions de travail des salariés. Des enjeux nouveaux, qui dépassent le seul cadre de l'entreprise, tendent à être mieux pris en compte comme la contribution de l'entreprise dans les domaines économiques, sociaux, éthiques et environnementaux. Depuis 1980, les exigences qualitatives montantes des usagers et des clients et le renouvellement rapide des produits font de la qualité un véritable avantage concurrentiel, et non plus une fatalité pesant sur les coûts de production. Il ne s'agit plus d'une pure contrainte productive, mais d'une possible opportunité "d amélioration continue". La démarche qualité apparaît alors comme élément unificateur : il s'agit de "L'ensemble des principes et des méthodes organisés en stratégie globale, visant à mobiliser toute l'entreprise pour obtenir une meilleure satisfaction du client au moindre coût" (AFCERQ). Cette démarche "qualité totale" marque une rupture avec les modèles normatifs précédents. Elle suppose de responsabiliser tous les acteurs de l'entreprise dans la perspective d une optimisation constante des processus de travail : prévention (et non simple détection) des défauts, créativité dans le traitement des problèmes, intégration plus forte des services, évaluation du management, analyse de satisfaction interne et externe. Dans cette perspective, la démarche qualité peut-être source d'innovation organisationnelle et sociale. Cela implique, notamment, une refonte plus ou moins importante de l organisation (juste-àtemps, implication de chaque fonction pendant toute la durée du cycle du produit, approche client ), la mise en œuvre d'une véritable démarche participative favorisant l'implication des salariés et la prise en compte des réalités du travail. Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

4 En Europe, la réflexion développée par l'europeen Fondation of Qualité Management (EFQM) témoigne d'une prise en compte de ces dimensions en proposant la "mise sous qualité" de cinq facteurs de performance (leadership, GRH, gestion, stratégie, et process) et de quatre types de résultats (économiques, satisfaction des clients, satisfaction du personnel, impact sur la société). Quelques définitions pour mieux comprendre : La qualité est «l aptitude d un produit ou d un service à satisfaire les besoins des utilisateurs» d après la définition de la commission française de normalisation en La démarche qualité est l ensemble des actions visant l'amélioration et la gestion de la qualité. Elle a pour but de faire évoluer l'organisation pour réaliser les meilleures prestations en matière de produits et services, tout en faisant progresser l ensemble du personnel. Il s agit de promouvoir la qualité dans et hors de l entreprise. La certification rassemble l ensemble des normes ISO et permet aux donneurs d ordres de se doter de moyens d évaluation sur la fiabilité des processus et des produits des fournisseurs. Ces normes de certification accompagnent l assurance-qualité et contribuent à développer un modèle universel, tous métiers et tous pays, pour constituer un langage commun de l Assurance Qualité. La certification est la démarche par laquelle "l'aptitude du système à garantir la qualité exigée" est certifiée par un organisme indépendant. La confusion peut encore exister entre certification et qualité. Ce n'est pas parce qu'une entreprise, ou une activité d'une entreprise, est sous assurance-qualité que ses produits finis sont ou non de qualité. Ou encore, lorsqu'une entreprise met en place une démarche qualité, elle peut le faire à titre de réorganisation interne de son entreprise, sans pour autant désirer obtenir la certification au terme de sa démarche. A noter : La nouvelle version des normes ISO 9000 (en 2000) se veut à la fois plus rigoureuse, mieux adaptée aux petites entreprises et prend en compte les multiples critiques apportées aux normes antérieures (accent sur les procédures plutôt que sur les résultats, faible prise en compte du management et de la gestion du personnel, etc.). Cela dit, elle est exigeante pour les TPE/PME qui n ont pas toujours les moyens de satisfaire immédiatement tant d exigences (comme la maîtrise des processus internes et externes) et de piloter un système complexe ou lourd (suivis statistiques, analyses, traçabilité, etc.). Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

5 Les enjeux L efficacité de la démarche qualité n est pas garantie et la qualité n a pas toujours les effets escomptés. Si certaines conditions ne sont pas remplies ou si des enjeux sont mal maîtrisés elle peut même avoir des effets contre-productifs. 1.1 Le marché L accent massif mis sur les démarches qualité, et sur la normalisation (ISO) en particulier, renvoie d abord à la dynamique des marchés : la mondialisation des produits et l économie de variété concourent à créer du flou, de la complexité et une faible lisibilité pour les clients. La garantie du respect d'une norme qualité vise à réduire les incertitudes diverses liées au processus de production, au produit ou au service : fiabilité, accessibilité, traçabilité, conformité technique, sécurité d usage, qualité de l interaction (dans le cas des services), etc. Notons que cette garantie n épargne pas à l entreprise le soin d agir sur ses coûts, au contraire : la démarche qualité implique d articuler le triptyque coûts, délais, qualité. On sait que cette articulation est toujours difficilement acquise et donne lieu, souvent, à des arbitrages mal compris par les uns ou les autres (ex : le commercial favorisera le délai, l agent de production aura tendance à favoriser la qualité du produit, la direction la maîtrise des coûts, le service qualité le respect des procédures, alors que la maintenance privilégiera le process!). 1.2 L innovation incrémentale (amélioration continue) ou soudaine (rupture) L innovation suppose souplesse organisationnelle et autonomie. L amélioration continue exige réflexion collective, diagnostic partagé, et décloisonnement. Une exigence de normalisation trops forte peut conduire à une rigidité de l organisation allant à l encontre des objectifs d'innovation (procédures pesantes, lourdeur administrative, contrôle excessif, multiplication des formes de prescription). La qualité porte une forme de contradiction : il est nécessaire de respecter la norme, mais dans un contexte évolutif il peut être nécessaire de la changer, de la faire évoluer. La transgression même des normes peut aussi être facteur d'innovation! 1.3 Les modalités de réalisation du travail, et la qualité de vie au travail La réflexion sur le processus de production ne suffit pas. Les effets des démarches qualité sur l organisation du travail et sur chaque salarié doivent être traités. Les salariés ont une représentation de ce qu'est un travail de qualité. Il tient généralement compte des contraintes liées à chaque poste de travail et permet de s'interroger sur l'organisation du travail à l'échelle du collectif de salariés. C'est la prise en compte régulière de ces réalités qui permet de faire évoluer la norme, ou ses modalités de mise en œuvre, et d'éviter les risques Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

6 inhérents à une intensification du travail ou à une rigidification excessive de la prescription. 1.4 L apprentissage organisationnel L objectif d amélioration continue implique une dynamique d apprentissage collectif où sont mis à jour non seulement les "défauts qualité", mais les dysfonctionnements organisationnels et leurs causes ainsi que les savoirs pratiques ou d expérience des salariés. Régler les problèmes de qualité c'est agir sur des dysfonctionnements parfois profonds, apprendre à collaborer au sein d un service et surtout entre services, et créer de l intercompréhension via l analyse collective des "défauts" ou des sources de dysfonctionnements. 1.5 Les retombées économiques de la démarche Si elle permet de diminuer les coûts de production, la qualité peut permettre de diminuer les prix, d augmenter la part de marché, de préserver l emploi, d augmenter les salaires et les investissements. Evaluer les liens de causalité directs entre la démarche qualité et les retombées économiques est difficile, mais essentiel : la pertinence et la légitimité du système qualité en dépendent. La maîtrise de ces enjeux n est pas acquise au départ, le système de normes (ISO ou autres) n impliquent pas automatiquement l atteinte des objectifs. Il faut encore que la démarche permette une véritable appropriation des nouvelles règles productives par les collectifs de travail. La démarche Impliquer les collectifs de travail dans leur conception favorise l'appropriation par ceux-ci des nouvelles règles productives. Cette implication permet à la fois : d élaborer des procédures qui reflètent la réalité du travail de favoriser le respect de ces procédures (au nom du principe qui veut que l on s engage à respecter ce que l on a soi-même produit. de préserver l autonomie nécessaire à l ajustement des pratiques de travail et à l amélioration continue. Une démarche réussie suppose quelques préalables au projet qualité, et d abord de vaincre les craintes légitimes que peut susciter un tel projet : Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

7 Craintes ou risques Réponses ou principes d action Surcharge de travail et lourdeur des procédures. Evaluer les temps de suivi qualité et s assurer que cette nouvelle charge s intègre à l activité sans surcoût physique ou psychique. Déterminer pour le salarié la valeur pratique du remplissage de fiches (une procédure qui fait sens est plus facilement respectée). Assurer des retours d informations (les résultats d analyse des fiches doivent être communiquées aux salariés). Résistance à participer à la conception des procédures. La formalisation des savoirs des opérateurs fait craindre une dépossession du «métier». L objectivation des pratiques met à jour des façons de travailler plus ou moins «illicites». Déresponsabilisation des opérateurs dûe à une centralisation des arbitrages au service «contrôle qualité» La formalisation peut être une forme de reconnaissance de l expérience et la reconnaissance professionnelle est un gage d appropriation de la démarche. Reconnaître le «bricolage clandestin», comme source d apprentissage (à condition qu il soit partagé). Diffuser les critères d arbitrage au sein des collectifs Positionner dès le départ le service qualité en appui à la production plutôt qu en «contrôle» uniquement Création d un «carcan» de procédures Possibilité de remettre en cause collectivement les règles et procédures et en proposer de nouvelles Obsession de la transparence et du contrôle visant à tout dévoiler et à annuler l écart entre prescription et activité réelle Croire que la «qualité» est une notion partagée au départ alors qu il y a autant de définitions de la «qualité» que de services (ou même d individus!). Préserver des marges d autonomie au niveau local Construire un débat sur la notion de qualité, ses différentes acceptions (produit conforme, process maîtrisé, coûts, délais, respect des procédures, engagements vers les clients ) et validé collectivement les critères et lieux d arbitrages. Focaliser la démarche sur le «client», sur l aval. Créer une cohérence managériale autour de la définition commune de la qualité. Opter pour une approche intégrée production, commerciale, maintenance, qualité L argumentaire client sera d autant mieux entendu que la légitimité du travail, ou de la production, à s exprimer sur la qualité n est pas niée. Dans le même ordre d idées, il faut choisir le bon moment pour un tel projet : crise sociale, difficulté financière importante sont des contextes peu appropriés à une telle démarche. Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

8 Si ces principes, dans la démarche, sont mis en œuvre alors on peut considérer que les individus n hésiteront pas à donner l information nécessaire, à participer à la conception des procédures, à adhérer à la démarche et éventuellement à modifier les pratiques de travail car c est bien là l enjeu premier. Les 7 étapes d'une démarche réussie De même, la démarche ne s arrête pas à la rédaction des procédures ni même à la certification, quand celle-ci est recherchée. Il s agit d un projet "permanent" exigeant un dispositif d appui important : Des critères clairs sur ce qu est un rejet, un défaut, afin de permettre l arbitrage en situation. Des diagnostics décentralisés favorisant l apprentissage collectif et individuel. Une coordination interservices efficace : en particulier entre commerciaux (contact clients), maintenance (dysfonctionnement process), production (fiche suivi) et contrôle qualité (respect procédure). L analyse des causes doit être collective si l on veut agir sur les causes profondes, organisationnelles, de la mauvaise qualité et permettre l amélioration continue. Il est important d intégrer à ces analyses les facteurs liés aux conditions de travail au sens strict : charge de travail, compétences, fatigue, intérêt au travail La vigilance et le remplissage des fiches qualité ne suffisent pas, il est nécessaire d avoir des traitements statistiques précis (l informatisation du process peut faciliter le recueil d informations, la construction d historique ) et des analyses partagées. Une prise en compte des avis de la base quant à la transformation, parfois nécessaire, des processus de travail. Bref, il s agit d opter pour une démarche projet rigoureuse Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

9 Etapes 1. Diagnostic stratégique du projet qualité Qestions que l'entreprise doit se poser Comment le projet qualité s'intègre à la stratégie et aux objectifs généraux de l'entreprise? Quels sont les moyens (humains, organisationnels, financiers et techniques) à mettre en œuvre au regard des objectifs visés? 2. Initiation du projet Comment mettre en place un pilotage du projet efficace? Comment mobiliser le plus grand nombre de personnes possibles et mettre en place une démarche participative dès le début du projet? 3. Informer les salariés Comment mettre en place un système d'information dynamique qui permet une communication véritablement interactive? Comment intégrer le plus en amont possible les salariés dans l'information et la consultation sur le projet? 4. Définir les objectifs à atteindre Comment poser concrètement (quantitativement, qualitativement et financièrement) les objectifs fixés et les résultats attendus de la démarche pour définir, d'une part, les conditions de participation des salariés et d'autre part, les objectifs de travail liés à cette participation? 5. Procéder à un diagnostic opérationnel 6. Mettre en œuvre la participation des salariés Il s'agit dans un premier temps de savoir comment se "fabrique" la qualité au sein de l'organisation? Il s'agit dans un deuxième temps de connaître: quelles sont les spécificités de chaque service et de chaque acteur? Comment fixer les priorités d'action et les points sensibles à travailler? Comment impliquer les opérateurs de telle sorte que la participation soit efficace? (mise en place de groupe de travail opérationnel et pluridisciplinaire par exemple) Comment poser les règles de fonctionnement du groupe de travail? Quelles sont ces fonctions principales? (créer une cohérence globale, diagnostiquer les problèmes, travailler sur la recherche d'un équilibre ou compromis,..) 7. Pérennisation de la démarche Comment capitaliser et valoriser l'ensemble des acquis obtenus tout au long de la démarche en les intégrant dans le fonctionnement et la stratégie de l'entreprise? Quels sont les outils de gestion et d'évaluation à mettre en place? Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

10 Conclusion Dire que la qualité est une forme de renouvellement du taylorisme est excessif, dans sa forme pervertie (lourdeur bureaucratique), elle ne fait que renforcer à la marge des tendances préexistantes sans plus. Mais dire que la qualité, dans sa forme réussie (amélioration continue), se présente comme une alternative au taylorisme est aussi excessif : ISO en soi ne change pas les choses si le management et l organisation "ne suivent pas". Régler les problèmes "qualité" suppose : d agir sur l organisation du travail et sur les rôles et responsabilités des différents services concernés, d apprendre à collaborer, à créer des règles communes de travail via l analyse collective des «défauts» ou des sources de dysfonctionnements d intégrer dans la démarche l objectif d amélioration des conditions de réalisation du travail, objectif nécessaire à une appropriation véritable de la démarche d amélioration continue. C est seulement à ces conditions que la qualité peut constituer une alternative au taylorisme, à la bureaucratie et au cloisonnement préjudiciables à l apprentissage collectif comme source à l innovation produit ou process. En d autres termes, la question n est plus seulement de "sortir la production" à temps mais de l optimiser, ce qui exige une posture productive nouvelle faisant appel à "l initiative orientée". Fiche pratique «Les démarches qualités» Réseau Anact Tous droits reservés

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Introduction Ce document est une introduction aux huit principes de management sur lesquels sont fondées les normes relatives au système de management de la série

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Audit qualité Programme de formation Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme

Plus en détail

Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes

Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT OUTIL DE PILOTAGE MIS A LA DISPOSITION DES ORGANISMES Système : ensemble d éléments

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

La plateforme IRM. La maitrise des risques. L accès à la plateforme

La plateforme IRM. La maitrise des risques. L accès à la plateforme Plateforme IRM La plateforme IRM Une vue 360 sur l activité Le management proactif La maitrise des risques La valorisation de l impact social Les caractéristiques techniques Le processus intégral de traitement

Plus en détail

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT Prestations Intellectuelles et de sous-traitance Accompagnement aux normes Internationales et ISO Formations diverses

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP)

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Le point sur Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Depuis le début des années 90 s est développé un nouveau type de logiciel de gestion : le PGI, ou Progiciel de Gestion Intégré, plus connu sous

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables qualité Ensemble du personnel

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

La qualité de vie au travail. comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel

La qualité de vie au travail. comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel La qualité de vie au travail comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel La qualité de vie au travail Un ANI pour Innover Vous avez entendu parler de l Accord national interprofessionnel

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Management de la Qualité et de la performance

Management de la Qualité et de la performance Rodez, le mardi 28 mai 2013 Management de la Qualité et de la performance Qualité : une nouvelle méthode pour améliorer et faire reconnaitre les performances des TPE/PME! Patrice GARCIA Délégué Régional

Plus en détail

Santé durable et responsable

Santé durable et responsable Santé durable et responsable Je suis verteux! Qui le dit et comment je le mesure? Dossier de presse, 11 juin 2015 Présentation du guide d'évaluation RSE santé selon le modèle AFAQ 26000 à l usage des établissements

Plus en détail

Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information

Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information IMGT The international ImMunoGeneTics information system Joumana Jabado-Michaloud IE Bioinformatique,

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Organisation et qualité

Organisation et qualité 12 Organisation Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est d améliorer la qualité de service aux clients et l efficience de l entreprise, par la conduite de projets ou de démarches contribuant

Plus en détail

Dès qu'une action atteint un certain degré de complexité ou qu'il s'agit d'actions collectives il est nécessaire d'organiser, c'est-à-dire de diviser et coordonner. L'organisation suppose donc division

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

PROFILS METIERS (Semestre 9)

PROFILS METIERS (Semestre 9) ENSEIGNEMENTS ACADEMIQUES DU DEPARTEMENT Management et Entrepreneuriat (2014-2015) PROFILS METIERS (Semestre 9) Ancré au cœur des connaissances transversales en sciences de gestion issues des deux premières

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Contrôle de gestion. Cabinet de conseil. Du conseil à la formation action. La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif

Contrôle de gestion. Cabinet de conseil. Du conseil à la formation action. La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif Cabinet de conseil Contrôle de gestion Du conseil à la formation action La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif Amélioration de la RENTABILITE Réduction des coûts Indicateurs de PERFORMANCE Pilotage

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

E-mail : contact@omc.be

E-mail : contact@omc.be ENSEMBLE VERS LE SOMMET Organisation & Management Consulting SPRL Rue Monrose 5 1030 Bruxelles http://www.omc.be Tel & Fax : + 32 2 242 19 68 E-mail : contact@omc.be TVA : BE.864.436.383 RPM Bruxelles

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

"Evolution des SI : acceptabilités s et usages"

Evolution des SI : acceptabilités s et usages Telecom Bretagne et Ecole des Mines de Nantes François Deltour et Bénédicte B Geffroy Chercheurs en management des SI "Evolution des SI : acceptabilités s et usages" Contacts : benedicte.geffroy@mines-nantes.fr

Plus en détail

Certificat de qualification professionnelle. Manager opérationnel

Certificat de qualification professionnelle. Manager opérationnel Certificat de qualification professionnelle Manager opérationnel CQP manager opérationnel septembre 2010 1 1. Origine de la demande Sommaire 2. Opportunité pour la création d un CQP manager opérationnel

Plus en détail

«LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION»

«LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION» Pour une performance durable et solidaire «LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION» Audit et contrôle de gestion, quelle complémentarité? Port Leucate Les 12-13-14 septembre 2012 1 Pour

Plus en détail

Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet

Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet Mouna Ben Chouikha *, François Deltour **, Patrick Leconte **, André Mourrain **, * Laboratoire

Plus en détail

Bâtir et améliorer son système d appréciation

Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et faire évoluer son système d'appréciation, Se doter de critères pertinents pour son entreprise, Se positionner en tant que conseil dans l'entretien

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme de formation... 4

Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme de formation... 4 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Optimiser les Ressources Humaines Contexte de formation.. 2 Objectifs

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Sommaire. Introduction...

Sommaire. Introduction... Sommaire Introduction... XI 1 Historique du développement durable et de la responsabilité sociétale... 1 1 Quelle est la définition du concept de développement durable?... 3 2 Quels sont les principes

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Du taylorisme à la lean production

Du taylorisme à la lean production Du taylorisme à la lean production Réussir l organisation du travail Colloque de la FSSS, CSN 7 et 8 juin 2011 Paul-André LAPOINTE Relations industrielles, Université Laval ARUC-Innovations, travail et

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT DU RESEAU DE CABINETS PARTENAIRES DE LA FONDATION CONDORCET

CHARTE DE PARTENARIAT DU RESEAU DE CABINETS PARTENAIRES DE LA FONDATION CONDORCET CHARTE DE PARTENARIAT DU RESEAU DE CABINETS PARTENAIRES DE LA FONDATION CONDORCET Février 2010 Fondation Condorcet / Paris Dauphine Bureau B019 - Place du Maréchal de Lattre de Tassigny - 75775 Paris cedex

Plus en détail

Intitulé de la formation

Intitulé de la formation Intitulé de la formation La fonction managériale dans les structures du spectacle vivant : parcours de formation comprenant 4 modules. Module 1 Construire et porter une vision de structure : y faire adhérer

Plus en détail

Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits'

Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits' Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits' Le Contrat Triangulaire ou tripartite est inventé par Fanita English. Il illustre la

Plus en détail

Mise en place d une démarche qualité dans un système d information

Mise en place d une démarche qualité dans un système d information Mise en place d une démarche qualité dans un système d information IMGT The international ImMunoGeneTics information system Laëtitia Regnier, IE Bioinformatique, Responsable Management de la Qualité (RMQ).

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement JECO journée des éco-entreprises Présentation de l événement Atelier Valoriser sa démarche environnementale UN LEVIER DE CROISSANCE POUR L ENTREPRISE Objectifs Faire un panorama des différents référentiels

Plus en détail

Formation systémique en maintenance internationale

Formation systémique en maintenance internationale Executive MBA 2009/2010 Formation systémique en maintenance internationale Promotion 2010 parrainée par Emeric d Arcimoles, Directeur général adjoint au développement des affaires internationales, Safran.

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

2. Assises de gestion de CGI

2. Assises de gestion de CGI 2. Assises de gestion de CGI Assises de gestion de CGI INTRODUCTION Nous avons rassemblé, dans le diagramme présenté ci-dessus, l'ensemble des composantes majeures qui orientent et définissent la gestion

Plus en détail

AFRC commission Qualité Thème : les certifications

AFRC commission Qualité Thème : les certifications AFRC commission Qualité Thème : les certifications 12 novembre 2007 60, rue de Richelieu 75002 Paris - Tel. : + 33.(0)1.42.96.10.36 Fax : + 33.(0)1.42.60.05.29 www.nexstage.fr SOMMAIRE 1. Rappel des fondamentaux

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

I partie : diagnostic et proposition de solutions

I partie : diagnostic et proposition de solutions Session 2011 BTS assistant de manager Cas Arméria: barème et corrigé Remarque: la 1 ère partie doit être cohérente avec les éléments déterminants du contexte décrit dans cet encadré, qui n est pas attendu

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION Trois constats généraux sont encore prépondérants dans bon nombre d organisations actuelles : Un fonctionnement avec une planification a priori et des constats a posteriori.

Plus en détail

Conseil, stratégie, organisation,

Conseil, stratégie, organisation, Le pôle Ingénierie des flux Notre vocation : Vous faire bénéficier de notre expertise afin d améliorer la performance de vos organisations pour accroitre la satisfaction de vos clients tout en optimisant

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM Dossier paru dans la tribune de l'industrie des Editions WEKA N 29 Mars 2006 Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM La mise en place d'une démarche TPM nécessite plusieurs

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

Phase 2 : Mettre en œuvre. Gestion des projets. Gestion documentaire. Gestion du changement. R Collomp - D Qualité D 2 Ges4on documentaire

Phase 2 : Mettre en œuvre. Gestion des projets. Gestion documentaire. Gestion du changement. R Collomp - D Qualité D 2 Ges4on documentaire Phase 2 : Mettre en œuvre Gestion des projets Gestion Gestion du changement Gestion Plusieurs documents dans un organisme : Documentation technique Documentation sociale Documentation commerciale Documentation

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail