Avis Technique 14+5/ UV-System

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avis Technique 14+5/10-1525. UV-System"

Transcription

1 Avis Technique 14+5/ Annule et remplace l Avis Technique 14+5/ et 5/01-682*01 à *05 Mod Système d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde Système d évacuation des eaux pluviales Rainwater drainage system Regenwasserabflussleitungsystem UV-System Titulaire : UV-System Nordic AB Box 1089 SE Lidingö (Suède) Tél. : Fax : Courriel : Internet : Usines : Erlandssons Metallfabrik AB : - Anderstorp (Suède) Skoglunds Metallgjuteri AB : - Anderstop (Suède) Distributeur : Système-UV-France Sarl 112 avenue de Paris FR Vincennes Tél. : Fax : Courriel : Commission chargée de formuler des Avis Techniques (arrêté du 2 décembre 1969) Groupe Spécialisé n 14 Installations de génie climatique et installations sanitaires Groupe Spécialisé n 5 Toitures, couvertures, étanchéités Vu pour enregistrement le 13 octobre 2011 Secrétariat de la commission des Avis Techniques CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, FR Marne la Vallée Cedex 2 Tél. : Fax : Internet : Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site internet du CSTB (http://www.cstb.fr) CSTB 2011

2 Les Groupes Spécialisés n 14 «Installations de génie climatique et installations sanitaires» et n 5 «Toitures, Couvertures, Étanchéités» de la Commission chargée de formuler les Avis Techniques ont examiné, les 26 juin février 2010 et le 26 avril 2010, le système d évacuation des eaux pluviales UV-System fabriqué pour la société UV-System Nordic AB et commercialisé par la société Système UV-France Sarl. Il a formulé, sur ce système, l Avis Technique ci-après qui annule et remplace l Avis Technique 14+5/ avec Modificatifs *01 à *05 Mod. Cet Avis a été formulé pour les utilisations en France européenne. 1. Définition succincte 1.1 Description succincte Le système UV-System est un système d'évacuation des eaux pluviales fonctionnant par dépression. Le remplissage complet des canalisations est obtenu grâce à l utilisation de naissances spéciales et à un calcul rigoureux du calibrage des canalisations. Le principe du dédoublement des collecteurs horizontaux s effectue, lorsque nécessaire, conformément au document «Systèmes d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde - Cahier des Prescriptions Techniques communes minimales pour la conception et la réalisation des installations» ( 1 ) (e-cahier du CSTB 3600 de mai 2007), par un réseau d évacuation des eaux pluviales en «situation normale», et un réseau de secours nommé «situation dégradée». La référence des naissances est : Pour le collecteur : UV53, UV57, UV69, UV72, UV107 et UV122 ; Pour le réseau de secours : UV72-O et/ou UV72, UV107-O et/ou UV107, et UV122-O ou UV AVIS 2.1 Domaine d emploi 2.11 Domaine d emploi accepté Le domaine d'emploi accepté est le suivant : Couvertures par éléments discontinus selon les normes P 30 série 200 (référence - DTU série 40), comportant un réseau d évacuation par chéneaux extérieurs, quelle que soit la structure ; Couvertures par éléments discontinus selon les normes P 30 série 200 (référence - DTU série 40), comportant un réseau d évacuation par chéneaux intérieurs, quelle que soit la structure ( 2 ) ; Toitures inaccessibles, toitures techniques - zones techniques, avec revêtement d étanchéité autoprotégé (apparent) ou protégé par une protection meuble (granulats) ou par des dallettes sur couche de désolidarisation, à base de feuilles bitumineuses ou de membranes synthétiques référencées au tableau 2 du Dossier Technique bénéficiant d un Document Technique d Application ( 3 ). Toitures-terrasses ou toitures inclinées situées en climat de plaine : - toitures de pente nulle, plates et toitures inclinées avec éléments porteurs en maçonnerie conformes aux normes NF P et NF P (référence DTU et DTU 43.1), - Toitures par dalles en béton cellulaire autoclavé armé conformes aux «Conditions générales d emploi des dalles de toiture en béton cellulaire autoclavé armé» (Cahier du CSTB 2192 d octobre 1987) ; - Toitures en tôles d acier nervurées supports d étanchéité conformes à la norme NF DTU 43.3 ou à un Document Technique d Application, incluant les noues de pente nulle, et les tôles d acier nervurées dont l ouverture haute de nervure est supérieure à 70 mm (et 200 mm) objet du CPT commun «Panneaux isolants non porteurs supports d étanchéité mis en œuvre sur éléments porteurs en tôles d acier nervurées dont l ouverture haute de nervure est supérieure à 70 mm, dans les départements européens» (e-cahier du CSTB 3537_V2 de janvier 2009), - Toitures en éléments porteurs en bois et panneaux dérivés du bois conformes au NF DTU 43.4, incluant les noues de pente nulle. Le système siphoïde peut être également utilisé en cas de réfections des ouvrages d étanchéité des toitures selon la norme NF P (référence DTU 43.5). Il correspond au domaine d emploi visé par le CPT Commun. (1) Dans la suite du document «CPT Commun». (2) Se reporter à la Remarque complémentaire, au paragraphe 3b de l AVIS Limites d emploi Surface minimale de toiture évacuée par une descente suivant une pluviométrie de 3 l/min.m 2 : voir paragraphe 1.31 du Dossier Technique. Surface maximale desservie pour la naissance de DN : voir paragraphe 1.32 du Dossier Technique. Hauteur minimale des bâtiments compatible avec l effet siphoïde : voir paragraphe 1.33 du Dossier Technique Domaines d emploi exclus Toitures-terrasses inaccessibles à rétention temporaire des eaux pluviales ; Toitures accessibles ; Toitures avec étanchéité dont la protection dure est coulée en place (parcs à véhicules notamment) ou scellée au mortier (carrelages scellés) ; Emploi associé à un revêtement en asphalte, à un système d étanchéité liquide, ou en membrane synthétique autre que celles référencées au paragraphe 2.11 ci-avant ; Utilisation des dalles sur plots posés sur un revêtement d étanchéité du fait des problèmes d entretien ; Toitures-terrasses jardins ; Terrasses et toitures végétalisées. 2.2 Appréciation sur le procédé 2.21 Satisfaction aux lois et règlements en vigueur et autres qualités d aptitude à l emploi Réglementation incendie Selon le type de bâtiment (bâtiments d habitation, établissements recevant du public, immeubles de grande hauteur, immeubles de bureaux, installations classées) la réglementation incendie peut contenir des prescriptions sur les canalisations (tubes et raccords) et leur mise en œuvre. En particulier, elle peut exiger que les produits entrent dans une catégorie de classification vis-à-vis de la réaction au feu. Dans ce cas, il y aura lieu de vérifier la conformité du classement dans un procèsverbal ou rapport d essai ou certification de réaction au feu en cours de validité. Isolation thermique En toitures inversées, il existe un risque de condensation au droit des naissances, selon la figure 9 du Dossier Technique, du fait de l interruption de la couche isolante inversée au droit du garde-grève. Emploi en climat de montagne Ce procédé d évacuation des eaux pluviales n est pas revendiqué pour une utilisation en climat de montagne. Caractéristiques des naissances Les caractéristiques des naissances : Caractéristiques hydrauliques : - débit conventionnel de calcul, - hauteur de charge correspondante, - coefficient de perte de charge, Autres caractéristiques : - ouverture dans les grilles - comportement thermique, - étanchéité à l'eau, - résistance aux charges, ont été vérifiées selon la norme NF EN 1253 par le laboratoire LGA de Würsburg (se reporter au paragraphe B du Dossier Technique). (3) Ou Avis Technique dans la suite du document /

3 La précision de la méthode de calcul préconisée par la société UV-System Nordic AB laisse préjuger du bon fonctionnement du système UV-System. Conformément aux dispositions du CPT Commun, les débits pris en compte dans les calculs sont au maximum les débits conventionnels, exception faite des installations comportant des chéneaux pour lesquels ce débit peut être dépassé. La hauteur de charge correspondant à ce débit conventionnel de calcul est inférieure à 55 mm en situation normale. Pour la situation dégradée, la répartition des naissances du réseau de secours n étant pas conforme aux normes P 84 série 200 (référence DTU série 43), une charge d eau de 125 dan/m 2 est à considérer pour la charpente. Il faut tenir compte de cette charge dans les calculs des ouvrages, qu il s agisse des toitures métalliques avec revêtements d étanchéité ou d autres structures Durabilité Les installations utilisant le système UV-System sont réalisées à partir d'éléments de canalisations en fonte conformes à la norme NF EN 877, en PVC conformes aux normes NF EN ou NF EN 1401, ou en polyéthylène conforme à la norme NF EN 1519 ou NF EN Ces éléments sont traditionnels et leur durabilité est satisfaisante Les naissances utilisées comportent des éléments en acier inoxydable et en aluminium. Leur durabilité est satisfaisante. La non traditionalité du système est liée essentiellement à son concept (méthode de calcul et forme des naissances) Fabrication La fabrication et le contrôle des naissances sont assurés par les sociétés Erlandssons Metallfabrik AB à Anderstorp (Suède) et Skoglunds Metallgjuteri AB à Anderstorp (Suède) qui font l objet d une certification ISO Calcul et dimensionnement Le calcul et le dimensionnement des installations sont réalisés par la société UV-System Nordic AB ou un bureau d études missionné par cette société, sur base des données figurant dans les documents particuliers du marché (DPM). La nomenclature des fournitures nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de l installation est établie en même temps. En conséquence, les entreprises de mise en œuvre sont totalement déchargées : Des calculs du réseau ; Des dimensionnements : - du réseau, - des pièces de raccordement aux évacuations pluviales, les dispositions correspondantes des normes P 30 et P 84 série 200 (référence DTU série 40 et DTU 43) et de la norme P (référence DTU 60.11) ne s appliquant pas au réseau siphoïde. La société UV-System Nordic AB ou un représentant missionné par cette société apporte une aide technique à la formation complémentaire des installateurs. Après les travaux, la société UV-System Nordic AB s engage à effectuer, ou missionner un bureau d études ou un représentant pour effectuer un contrôle de conformité de l installation par rapport aux calculs et préconisations conformément aux dispositions du CPT Commun (cf. paragraphe 1.55 du Dossier Technique) Implantation des entrées d eaux pluviales L implantation des naissances (EEP) du réseau normal doit être vérifiée par l entreprise d étanchéité par rapport au CPT Commun Mise en œuvre La mise en œuvre des canalisations, est réalisée conformément aux dispositions prévues dans les normes - DTU : NF P (référence DTU 65.10) Canalisations d eau chaude ou froide sous pression et canalisations d évacuation des eaux usées et des eaux pluviales à l intérieur des bâtiments ; NF DTU 60.2 Canalisations en fonte, évacuations d eaux usées, d eaux pluviales et d eaux vannes ; NF DTU Canalisations en PVC. Le respect d un certain nombre de prescriptions particulières (paragraphe 5.1 du Dossier Technique) est par ailleurs nécessaire, sans toutefois présenter de difficultés particulières. La mise en œuvre des naissances reliées aux chéneaux et au revêtement d étanchéité est réalisée conformément aux normes - DTU des séries 40 et 43 ou aux Documents Techniques d Application des revêtements d étanchéité, complétés par l annexe 1 du Dossier Technique Entretien Les dispositions prévues au paragraphe 1.7 du Dossier Technique satisfont les exigences du CPT Commun. 2.3 Cahier des Prescriptions Techniques Les prescriptions communes minimales énoncées dans le CPT Commun de mai 2007, rappelées ci-dessous doivent être respectées. Sauf dispositions contraires ou complémentaires clairement énoncées dans le CPT Commun de l e-cahier du CSTB 3600 de mai 2007 ou dans le présent document, l ensemble des dispositions des normes - DTU séries 40 et 43 doit être respecté. Les prescriptions des normes - DTU relatifs à la mise en œuvre des canalisations, selon leur nature, lorsqu ils existent, doivent être également respectées. Toute modification dans la conception du système, la méthode de calcul ou la conception des naissances doit être signalée au CSTB Conception Le dimensionnement des installations est calculé en tenant compte l intensité pluviométrique normalisée, 3 l/min.m 2 selon la norme P (référence DTU 60.11). Prise en compte des risques d accumulation des eaux pluviales en toiture Le principe des systèmes d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde n a pas de limite théorique des surfaces desservies par une seule descente. Aussi, pour limiter les risques d accumulation des eaux, en cas d obstruction de cette seule descente, des dispositions seront appliquées pour permettre l évacuation des eaux pluviales conformément au CPT Commun. En complément des dispositions de ce CPT Commun, quelle que soit la configuration de l installation, le titulaire prévoit : Des calculs d accumulation des eaux basés sur l hypothèse de non fonctionnement d une partie ou de la totalité du réseau siphoïde desservant une noue ou un chéneau ; Des réseaux de secours permettant l évacuation en continu sans limite de temps, de la charge accidentelle d accumulation des eaux en cas d obstruction partielle ou totale d un réseau siphoïde dans une noue ou un chéneau : - résorber la charge des eaux en situation dégradée, - absorber les pluies d intempéries exceptionnelles, - obtenir une sécurité supérieure aux risques d effondrements. Se reporter aux paragraphes 2 et 4.8 du Dossier Technique. Pour la mise en place des réseaux de secours, il est rappelé l exigence suivante : Niveau d écoulement du réseau de secours hauteur de charge de la naissance, sans dépasser 70 mm par rapport au fil d eau de la noue au droit de la naissance la plus proche. Il est à noter que dans le cadre d un calcul d itération pour vérifier le comportement de la charpente sous le phénomène d accumulation d eau, comme les charges d eau sont de même nature qu un système avec des avaloirs de sections et de hauteur identiques, les règles de vérifications des éléments d ossature supports sont celles exposées dans le NF DTU 43.3 P1 ou dans les règles spécifiques de charpente. Cependant, la répartition des avaloirs du réseau de secours n étant pas conforme au NF DTU 43.3 (et NF DTU 43.4), il faut considérer une charge d eau de 125 dan/m 2, et donc une prise en compte du système UV-System en amont de la conception de la charpente. Fin de réseau siphoïde Les modalités de raccordement au réseau gravitaire doivent permettre un retour à une vitesse d écoulement proche des vitesses habituellement rencontrées à ce niveau de l installation. Les solutions utilisées sont décrites dans le Dossier Technique paragraphe 6 et à l annexe 7. Des dispositions doivent être prévues pour rendre ce pied de chute visitable. Le diamètre des canalisations situées en aval de ce point doit être calculé en tenant compte du débit évacué et de la vitesse de l écoulement acceptable. Doivent être notamment respectées : Les règles énoncées dans la norme P (référence DTU 60.11) lorsqu il s agira de canalisations d évacuation situées dans l emprise du bâtiment ; La norme NF EN 752 pour les réseaux situés à l extérieur des bâtiments ; Les dispositions du fascicule 70, qui renvoie à l instruction technique 77/284, lorsqu il s'agira de réseaux d'assainissement. 14+5/

4 2.32 Mise en œuvre Les prescriptions énoncées au paragraphe 5 du Dossier Technique doivent être respectées. Il est rappelé que : - un renfort en tôle plane doit être mis en place lorsque la pose d une naissance conduit à couper une nervure des tôles d acier nervurées, - un chevêtre doit être réalisé dans les cas prévus par le CPT Commun, Les naissances doivent être mises en œuvre en position horizontale avec réalisation d un décaissé selon les règles de l art. Une horizontalité maximale de 4 % est cependant admise Coordination L emploi des systèmes d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde rend impérative la coordination entre les entreprises chargées de la structure, de couverture, d étanchéité, des descentes d eaux pluviales et de celle chargée du réseau d assainissement. Cette coordination est à la charge du maître d œuvre ou de son représentant. Notamment, le maître d œuvre doit communiquer au charpentier les surcharges occasionnées par le poids des collecteurs pleins. Le calcul et le dimensionnement hydraulique des installations sont réalisés par UV-System Nordic AB ou un bureau d études missionné par UV-System Nordic AB. En conséquence les entreprises de mise en œuvre sont déchargées de ces études. La vérification de la conformité de l installation terminée, par rapport à l étude acceptée par le maître d ouvrage et le maître d œuvre, et la vérification de la hauteur des trop-pleins, sont à la charge du titulaire de l Avis Technique, qui peut désigner un représentant Entretien et exploitation L utilisation d un système siphoïde nécessite un entretien de la toiture ou de la couverture plus fréquent que celui prescrit par les normes - DTU séries 40 et 43. Les dispositifs d évacuation (égouts, chéneaux, noues de rives et naissances) doivent être visités et nettoyés au moins deux fois par an : à l automne et au printemps. Dans le cas où des particules risquent de se détacher de la protection de la toiture, un nettoyage sera effectué tous les trois mois, la première année. Les réseaux d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde devront être identifiés par un étiquetage visible, mis en place dans un ou plusieurs endroits accessibles, mentionnant qu il s'agit d un système d évacuation particulier qui ne peut pas être modifié sans accord du titulaire de l Avis Technique. Cet étiquetage rappellera également l obligation d entretien régulier Cas de la réfection Addendum Il est rappelé qu il appartient au maître d ouvrage ou à son représentant de faire vérifier au préalable la stabilité de l ouvrage dans les conditions de la norme NF P (référence DTU 43.5) vis à vis des risques d accumulation d eau. Conclusions Appréciation globale L'utilisation du procédé dans le domaine d emploi accepté (cf. paragraphe 2.1) et complété par le Cahier des Prescriptions Techniques, est appréciée favorablement. Validité Cinq ans, venant à expiration le 31 décembre Pour le Groupe Spécialisé n 5 Le Président Claude DUCHESNE 3. Remarques complémentaires du Groupe Spécialisé a) Le système UV-System a fait l objet d un examen par le Groupe Spécialisé n 17 Réseaux en ce qui concerne les modalités de raccordement au réseau gravitaire de la fin du système siphoïde. Ce Groupe Spécialisé attire l attention sur le fait que les regards ajourés ou à grille ne font pas obstacle à la transmission des gaz se trouvant dans les réseaux d assainissement. Pour éviter les nuisances olfactives, il conviendra de placer les regards à des emplacements appropriés. Le système UV-System a été présenté à la section Couvertures du Groupe Spécialisé n 5 pour l évacuation siphoïde des chéneaux. Il a également fait l objet d un examen du Groupe Spécialisé n 3 Structures, planchers et autres composants structuraux pour les charges d eau à prendre en compte en toiture et chéneaux. Ce Groupe indique que, la répartition des avaloirs des avaloirs du réseau de secours n étant pas conforme au NF DTU 43.3 (et NF DTU 43.4), il faut considérer une charge d eau de 125 dan/m 2, et donc une prise en compte du système en amont de la conception de la charpente. b) Dans le cas des chéneaux intérieurs fonctionnant à l aide du système siphoïde, et comme l indique la norme NF EN : 2003, le maître d ouvrage et son maître d œuvre, devront accepter le risque de débordement de ces chéneaux. Ce débordement pourra entraîner des désagréments au voisinage des ouvrages de couverture ou de toiture concernés. c) Le Groupe Spécialisé n 5 informe que le recul sur le système UV-System avec réseau de secours est très récent : il n a pas encore fait l objet de chantier en France. L expérience de la société UV-System Nordic SA à l étranger a été prise en compte lors de la formulation de l AVIS. d) Le Dossier Technique ne propose pas de solution lorsque le nombre d EEP par travée ou portée est supérieur à deux, sur éléments porteurs TAN ou en bois - panneaux dérivés du bois. Le Rapporteur du Groupe Spécialisé n 14 Dominique Potier Le Rapporteur du Groupe Spécialisé n 5 Stéphane GILLIOT Pour le Groupe Spécialisé n 14 Le Président Alain DUIGOU /

5 Dossier Technique établi par le demandeur A. Description 1. Principe 1.1 Identité Le système UV-System comprend les naissances UV-System et les tuyaux d écoulement, ceux-ci dimensionnés pour un flux d écoulement. Le mot «système» s entend d un ensemble ayant un seul point de décharge. L évacuation des eaux pluviales d un grand bâtiment peut nécessiter plusieurs systèmes et autant de points de décharge séparés. Le système siphoïde UV-System peut être employé efficacement et économiquement sur la plupart des configurations de couvertures et de toitures. De même que dans toutes les techniques avancées en matière de construction, l optimum ne peut être atteint que par une organisation précise des procédures dès la conception et pendant l installation. Nomenclature d un réseau UV-System (réseau d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde / par dépression) (1) Naissance UV ou EEP. (2) Embranchement de la naissance au collecteur. (3) Collecteur horizontal. (4) Chute de collecteur. (5) Collecteur vertical, descente ou DEP. (6) Collecteur enterré. (7) Point de décharge. Cette nomenclature sera utilisée dans le présent Dossier Technique. Exemple 1 : Exemple 2 : 1.2 Domaines d emploi Le présent Dossier Technique envisage l emploi de réseaux UV-System dans les conditions climatiques de la France européenne. Le système UV-System permet l évacuation des eaux pluviales (EP) des surfaces des chéneaux de couvertures, toitures-terrasses et toitures inclinées. Plus précisément, le domaine d emploi comprend : Couvertures par éléments discontinus selon les normes P 30 série 200 (référence DTU série 40), comportant un réseau d évacuation par chéneaux extérieurs, quelle que soit la structure ; Couvertures par éléments discontinus selon les normes P 30 série 200 (référence DTU série 40), comportant un réseau d évacuation par chéneaux intérieurs, quelle que soit la structure ( 2 ) ; Toitures-terrasses ou toitures inclinées inaccessibles, toitures techniques ou à zones techniques, avec revêtement d étanchéité autoprotégé apparent ou protégé par une protection meuble (granulats) ou par des dallettes en béton préfabriqué sur couche de désolidarisation uniquement par granulats ou non-tissé : - terrasses en pente nulle, plates et toitures inclinées avec éléments porteurs en maçonnerie conformes aux normes NF P (référence DTU 20.12) et NF P (référence DTU 43.1), - toitures par dalles en béton cellulaire autoclavé armé conformes aux «Conditions générales d emploi des dalles de toiture en béton cellulaire autoclavé armé» (Cahier du CSTB 2192 d octobre 1987), - toitures en tôles d acier nervurées supports d étanchéité conformes au NF DTU 43.3), incluant les noues de pente nulle, et les éléments porteurs en tôles d acier nervurées dont l ouverture haute de nervure est supérieure à 70 mm (et 200 mm), objet du Cahier des Prescriptions Techniques communes «Panneaux isolants non porteurs supports d étanchéité mis en œuvre sur éléments porteurs en tôles d acier nervurées dont l ouverture haute de nervure est supérieure à 70 mm, dans les départements européens» (e-cahier du CSTB 3537_V2 de mai 2007), - Toitures en éléments porteurs en bois et panneaux dérivés du bois conformes au NF DTU 43.4, incluant les noues de pente nulle. Le système siphoïde UV-System peut être également utilisé en cas de réfections des ouvrages d étanchéité des toitures selon la norme NF P (référence DTU 43.5), le principe d évacuation des eaux pluviales en système siphoïde ne se différenciant pas de celui d un système gravitaire ( 4 ) ( 5 ). Ne sont pas visés par le présent Avis Technique Toitures-terrasses inaccessibles à rétention temporaire des eaux pluviales ; Toitures accessibles (les toitures techniques ou à zones techniques sont non accessibles) ; Toitures avec étanchéité dont la protection dure est coulée en place (parcs à véhicules notamment) ou scellée au mortier (carrelages scellés) ; Toitures avec un revêtement d étanchéité en asphalte, ou un système d étanchéité liquide, ou une membrane synthétique autre que celles référencées au tableau 2 en fin de Dossier Technique ; Utilisation des dalles sur plots posés directement sur revêtement d étanchéité du fait des problèmes d entretien ; Toitures-terrasses jardins, Terrasses et toitures et végétalisées. (2) Se reporter à la Remarque complémentaire, au paragraphe 3b de l AVIS. (4) Le dispositif d évacuation des eaux pluviales doit être homogène pour la totalité de la toiture soit par un système gravitaire, soit par un système dépressionnaire ; à cet égard, il ne peut exister les deux systèmes pour une même toiture. (5) Se reporter à la Remarque complémentaire du Groupe Spécialisé n 3, au paragraphe 3a de l AVIS. 14+5/

6 1.3 Limites d emploi 1.31 Surface minimale de toiture évacuée par une descente La surface minimale de la toiture évacuée par une descente des eaux pluviales (DEP) est en fonction de la section du tuyau DEP selon la formule : A min (m 2 ) = (m 2 ) Exemple pour tuyau en PEHD D e (mm) D i (mm) (m²) A min (m²) , , , , , , , ,6 0, ,4 0, ,6 0, ,6 0, ,8 0, Surface maximale desservie par type de naissance Pour réseaux d évacuation d eaux pluviales (h = 55 mm) Type de naissance Surface maximale desservie (m²) UV UV UV UV Pour réseaux d évacuation de secours - cf. 2 et 4.8 Type de naissance Surface maximale desservie (m²) UV UV UV UV UV Hauteur minimale des bâtiments compatible avec l effet siphoïde Il n existe pas de hauteur minimum requise pour l obtention d un effet siphoïde avec l usage du réseau siphoïde UV-System. Le réseau siphoïde UV-System doit être configuré avec une vitesse minimale dans les collecteurs verticaux (DEP) de 2,2 m/s pour obtenir un effet siphoïde. 1.4 Lieux de fabrication Les naissances sont produites par Erlandssons Metallfabrik AB (Emab) à Anderstorp (Suède) et Skoglunds Metallgjuteri AB à Anderstorp (Suède). 1.5 Organisation des études et du chantier 1.51 Coordination La coordination des entreprises est à la charge du maître d œuvre ou de ses représentants désignés (cf. 6 du CPT Commun, e-cahier du CSTB 3600). Cette coordination comprend notamment que le maître d œuvre doit communiquer au charpentier et/ou au lot chargé du gros-œuvre les surcharges occasionnées par le poids des collecteurs pleins et la charge d eau des réseaux siphoïdes. La nature des tubes, des raccords et autres pièces, hors les naissances, sont choisis sous la responsabilité du maître d œuvre parmi des fabrications titulaires d une certification NF ou CSTBat selon la nature des matériaux (NF pour la fonte et le PVC, NF ou CSTBat pour le polyéthylène haute densité). Les autres matériaux de montage, lorsque ceux-ci sont utilisés, proviennent de produits certifiés ou de gammes de produits du domaine traditionnel Études avant travaux UV-System Nordic AB ou les bureaux d études missionnés par cette société réalise : La conception des réseaux et des systèmes d évacuations de secours décrits aux 2 et 4.8 ci-après ; Leur dimensionnement hydraulique ; les calculs d accumulation d eau basés sur l hypothèse de non fonctionnement d une partie ou de la totalité du réseau siphoïde desservant une noue ou chéneau ; L étude des fixations. En conséquence les entreprises de mise en œuvre sont déchargées de ces études, sauf si le bureau d études missionné leur est intégré. La conception des réseaux et des fixations est étudié à base des plans de structure. Cette partie de l étude est transmise au maître d œuvre ou à son représentant pour contrôle des tracés et forces transmises à la charpente par les fixations des collecteurs. Cette étude comprend aussi la réalisation des isométries des réseaux UV-System avec l indication des sous-sections et des diamètres extérieurs des tuyaux Fourniture Les naissances et les pièces de raccordement proviennent de la société UV-System Nordic AB. La fourniture des tuyaux et des matériaux de fixations sont au choix de l entreprise de mise en œuvre sous contrôle du bureau d études missionné par la société UV-System Nordic AB. Le contrôle comprend leur compatibilité à leur utilisation constructive, la certification - normalisation et la classification des tuyaux liée aux limites des valeurs de pressions hydrauliques Pendant les travaux La naissance et une partie de chaque embranchement, notamment la prolongation de la naissance en fonction de l épaisseur de l élément porteur ou support isolé, sont réalisés par la société UV-System Nordic AB ou son distributeur. L ensemble préfabriqué «naissance et une partie de chaque embranchement» est fourni à l entreprise de couverture ou d étanchéité avec la fiche technique d installation des naissances disponible chez UV- System Nordic AB ou son distributeur, et dont les caractéristiques générales sont reprises dans l annexe 1 pour une mise en place selon les prescriptions du procédé. L entreprise de couverture ou d étanchéité fait la pose des naissances suivant les normes P 30 série 200 (référence DTU série 40) ou P 84 série 200 (référence DTU série 43) qui concerne sa prestation. L ensemble de la pose des réseaux et des fixations, le raccordement des embranchements et le raccordement des descentes jusqu au lot VRD sont à la charge de l'entreprise de mise en œuvre agréée par UV- System Nordic AB ou son distributeur Après les travaux La vérification de la conformité de l installation terminée, par rapport à l étude acceptée par le maître d ouvrage assisté de son maître d œuvre, et la vérification de la hauteur des trop-pleins, sont à la charge du titulaire de l Avis Technique ou du représentant missionné. 1.6 Trop-pleins Les dispositions du CPT Commun de l e-cahier du CSTB 3600 de mai 2007 sont complétées par les dispositions propres au système UV- System : évacuations de secours (cf. 2 ci-après) /

7 1.7 Entretien - Exploitation L utilisation d un système siphoïde nécessite un entretien de la toiture plus fréquent que celui prescrit par les normes P 30 série 200 (référence DTU série 40) et P 84 série 200 (référence DTU série 43). Les dispositifs d évacuation (égout, chéneaux, noues de rive et naissances) doivent être visités et nettoyés au moins deux fois par an : à l automne et au printemps. Dans le cas ou des particules risquent de se détacher de l autoprotection de la toiture, un nettoyage sera effectué tous les trois mois, la première année. Une Notice complète, précisant l entretien et la maintenance des réseaux siphoïdes, est remise en fin d installation et jointe au dossier des ouvrages exécutés (DOE) (cf. l annexe 9). Les réseaux d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde seront identifiés par un étiquetage visible, mis en place dans un ou plusieurs endroits accessibles, mentionnant qu il s agit d un système d évacuation particulier qui ne peut pas être modifié sans accord du titulaire de l Avis Technique et que ce système nécessite l obligation d un entretien, particulièrement des naissances (EEP) indépendamment de la toiture (entretien suivant les normes P 30 série 200 et P 84 série 200, référence DTU série 40 - série 43). Cet étiquetage est obligatoire à environ 2 mètres de hauteur au dessus du niveau de dallage fini. L annexe 2 reprend le modèle d étiquette à utiliser par les entreprises de mise en œuvre ; les étiquettes sont fournies par le titulaire de l Avis Technique. 2. Principe de fonctionnement L effet siphoïde, qui se matérialise par un écoulement sans air dans les conduits, est obtenu par l utilisation de naissances spéciales et par un calcul des écoulements avec, pour principe, un équilibre entre hauteur de charge du bâtiment et pertes de charge de l installation. La conception des réseaux UV-System est réalisée suivant les spécifications du CPT Commun de l e-cahier du CSTB 3600 de mai Pour les cas prévus dans le CPT Commun, le dédoublement du collecteur horizontal est réalisé par le réseau normal et le réseau de secours («situation dégradée»). En complément des dispositions de ce CPT Commun, quelle que soit la configuration de l installation, le titulaire de l Avis Technique prévoit : Des calculs d accumulation d eau basés sur l hypothèse de non fonctionnement d une partie ou de la totalité du réseau siphoïde desservant une noue ou un chéneau. Les débits pris en considération pour ces calculs sont : - soit le débit total à évacuer pour la noue (ou le chéneau), lorsque celle-ci est desservie par un seul collecteur et une seule descente, - soit le plus grand des débits calculés par collecteur et descente dans le cas où la noue est desservie par plusieurs collecteurs et descentes. Des réseaux de secours permettant de : - résorber la charge des eaux pluviales en situation dégradée, - absorber les pluies d intempéries exceptionnelles, - obtenir sécurité supérieure aux risques d effondrements. L intensité pluviométrique de calcul pour ces réseaux de secours est de 3 l/min.m 2. Plusieurs types d évacuations de secours sont utilisés : - déversoir libre droit, - réseau trop-plein en siphoïde, - combinaison de déversoirs droits et de réseau siphoïde. Le choix du nombre et de la capacité des déversoirs et les naissances UV-System sont calculés en fonction de la hauteur des eaux maximale en toiture, résultant du calcul d accumulation des eaux. Celle-ci est communiquée en premier lieu au maître d ouvrage qui devra la communiquer au responsable du lot Structure. Le niveau d écoulement des évacuations de secours est supérieur à la hauteur de charge de la naissance la plus proche. Suivant le calcul d accumulation d eau sans dépasser 1,25 kn/m 2 ( 5 ). Des exemples sont donnés en annexe Description des éléments constitutifs 3.1 Naissances (ou avaloirs) 3.11 Description et principe de fonctionnement La principale différence entre une naissance conventionnelle et une naissance UV-System est l écran d étanchéité à l air situé dans le corps de l appareil. Il est circulaire et sans perforation. Pour obtenir un fonctionnement stable la relation entre les diamètres du corps de la naissance, de l écran d étanchéité à l air et du moignon est importante quel que soit le débit. Le raccordement de la naissance au système d écoulement est de diamètre plus petit qu avec des avaloirs et un écoulement gravitaire. Les dispositifs de fixation, d étanchéité et d arrêt des feuilles et débris sont conventionnels. Cependant, les ouvertures de la crapaudine sont plus petites. Dans les naissances UV57, UV72, UV107 et UV122 les écrans et crapaudines sont conçus en une partie intégrée. Lorsque l entraînement de l air dans le réseau de tubes est empêché, la capacité d écoulement est essentiellement déterminée par la perte de charge dans les tuyaux. La perte de charge dans la naissance est de moindre importance. Toutefois, si des déséquilibres apparaissent dans le système parce que la gamme de diamètres de tuyaux commercialement disponibles est limitée, la perte de charge dans la naissance est à exploiter. On intervient alors pour majorer la perte de charge de la naissance en disposant un disque à orifice calibré en conséquence. La capacité maximale de fonctionnement des naissances varie suivant leur conception. Des tourbillons se développent autour d une naissance en fonctionnement, que le système soit gravitaire ou siphoïde. Avec des naissances siphoïdes la vitesse de rotation de l eau suffira à maintenir l écran relativement sec. Voir les fiches techniques dont les caractéristiques générales sont reprises dans l annexe Caractéristiques des naissances L écoulement à section pleine peut être obtenu avec tout type de naissance et un dimensionnement correct du réseau de tuyaux, si le niveau d eau est suffisamment haut pour noyer l orifice d entrée de la naissance. Les courbes ont été établies à partir d'essais menés sur les naissances UV53, UV57, UV69 et UV72 dans le diagramme de la figure 1a et les naissances UV107 et UV122 dans le diagramme de la figure 1b. Les naissances UV-System ne doivent pas être employées pour les débits supérieurs aux valeurs maximales spécifiées. Par exemple, les naissances UV53, UV57, UV69, UV72, UV107, et UV122 ayant les caractéristiques présentées ne peuvent être employées pour des débits dépassant respectivement 12, 20, 24, 40, 90 et 120 l/s. Pour chaque type de naissance, les débits en fonction de la hauteur des eaux sont donnés dans le tableau 1 en fin de Dossier Technique Matériaux constitutifs des naissances Les naissances sont réalisées en matériaux leur permettant de résister à l action du temps et de la corrosion atmosphérique. Le corps de la naissance est en acier inoxydable conforme aux normes NF EN 10088, NF EN ou NF EN La crapaudine est en alliage d aluminium conforme à la norme EN AB Principaux types de naissances et dimensions Le tableau 2 en fin de Dossier Technique reprend les types de naissance aux différentes modes de pose et différents revêtements et indique la fiche technique y référant. (5) Se reporter à la Remarque complémentaire du Groupe Spécialisé n 3, au paragraphe 3a de l AVIS. 14+5/

8 3.2 Réseau de tuyauteries Les installations utilisant le système UV-System sont réalisées à partir d éléments de canalisations en fonte, en acier, en PVC, en PEHD (polyéthylène à haute densité), PP (polyprolpylène) ou GRP. L utilisation de matériaux différents sur un même réseau est établie par bridage ou raccords mécaniques résistant à la dépression. Dans le système de calcul du système UV-System, on peut introduire des rugosités et des valeurs différentes pour des pièces de coudes permettant une liberté totale dans l utilisation de différents matériaux de tuyauteries. Les réseaux peuvent être réalisés avec les matériaux suivants : Tuyaux et raccords en fonte conformes à la norme NF EN 877, titulaires de la certification NF, Tubes et raccords en PVC conformes aux normes citées ci-dessous, titulaires de la certification NF : - NF EN : systèmes de canalisations en plastique pour l évacuation des eaux vannes et des eaux usées (à basse et à haute température) à l'intérieur de la structure des bâtiments - en eau - Polychlorure de vinyle non plastifié (PVC-U) - spécifications pour tubes, raccords et le système. Application pour tuyaux entre les diamètres 32 à 90 mm et application pour raccords entre 32 et 315 mm, - NF EN 1401 Classe SN8 : pour tuyaux à partir du diamètre 110 mm, - NF EN 1401 Classe SN4 : pour raccords uniquement pour les réseaux enterrés (pression positive limitée à 5 m d hauteur d'eau) ; Tubes et raccords en polyéthylène haute densité (PEHD), conformes à la norme NF EN 1519, série 12,5, titulaires de la certification CSTBat, ou conformes à la norme NF EN et titulaires de la certification NF. 4. Description de la méthode de calcul 4.1 Pluviométrie Le dimensionnement des installations, réseau siphoïde et réseau de secours, est calculé en tenant compte de l intensité pluviométrique normalisée : la valeur à considérer est 3 l/min.m 2 (norme P , référence DTU 60.11). 4.2 Surfaces réceptrices Appliquer les règles de calcul de la surface réceptrice stipulées dans la norme NF EN (influence du vent), aux paragraphes et paragraphe Implantation des naissances La disposition et l implantation des naissances du réseau normal respecteront les dispositions du CPT Commun (e-cahier du CSTB 3600 de mai 2007), applicables aux différents projets, selon le type de chéneau ou de toiture. Dispositions particulières relatives aux réseaux de secours Le choix de ces solutions de secours dépend de la configuration de la toiture et de la capacité maximale des déversoirs et naissances en fonction de la hauteur d eau sur la toiture, déterminée par des considérations structurales et d étanchéité. Dans le cas de réseau de secours fonctionnant par effet siphoïde, le rejet est effectué à l extérieur du bâtiment à une distance d environ 1 m du sol. Les naissances et déversoirs des systèmes secours sont surélevés, éliminant le risque de d obstruction. Le diamètre de sortie minimal des tuyaux dans les réseaux de secours en siphoïde est de : - DN 80 pour les naissances UV72, - DN 100 pour les naissances UV107, - DN 125 ou DN 160 pour les naissances UV122, limitant le risque de colmatage dans les embranchements des naissances. La hauteur maximale des eaux en toiture ou dans les chéneaux est calculée très précisément en tenant compte de la hauteur des eaux aux naissances et de la lame d eau résultant des pertes de charge dans les noues ou dans les chéneaux ( 5 ). (5) Se reporter à la Remarque complémentaire du Groupe Spécialisé n 3, au paragraphe 3a de l AVIS. 4.4 Procédure informatique de dimensionnement Depuis 1980, le titulaire de l Avis Technique a remplacé le calcul manuel par le calcul informatisé, plus précis. Le logiciel UV-System permet de fixer les diamètres et longueurs des tubes assurant l équilibre entre hauteur de charge et pertes de charge. Un explicatif des notes de calcul informatique est donné en annexe 5. Il fournit en tous points les valeurs de pression, de pertes de charge et de vitesse. L auto-nettoyage fonctionne partir de 0,70 m/s. L installation est divisée en sections et celles-ci en sous-sections. Une sous-section est une longueur de tube ayant diamètre et débit constants. Le nombre de sections est normalement égal au nombre des naissances. À partir d un dessin isométrique de l installation, chaque sous-section est «discutée» avec le logiciel et les choix sont faits par l opérateur. Le but est d obtenir, sinon d approcher l équilibre idéal dans chaque section et impérativement pour l ensemble du système. Les coefficients de pertes de charge singulières sont donnés en annexe 4. Déséquilibre admissible dans les procédés UV-System Dans un système siphoïde il est nécessaire d obtenir dans chaque section un bon équilibre entre pertes de charge et hauteur de charge disponible. L équilibre parfait est difficile à réaliser et de petites différences doivent être acceptées. En général il n est pas difficile d obtenir (par le calcul) dans chaque section une charge résiduelle (écart entre hauteur de charge disponible et pertes de charges) acceptable. Le programme informatique allié au choix d un type de tuyaux doté d une large gamme de diamètres simplifie ce travail. La balance générale d un système est la différence entre les charges résiduelles maximale et minimale entre deux quelconques sections. De nombreux systèmes fonctionnent de façon satisfaisante avec un déséquilibre de 0,50 m. Il est néanmoins normal que la valeur de la balance générale du système soit inférieure aux deux valeurs suivantes : 0,1 la hauteur de charge disponible, 0,5 m. Il faut remarquer que la perte de charge totale (calculée) dans une section donnée ne peut en pratique jamais dépasser la charge disponible. Si la charge résiduelle est négative, cela signifie que la section est sous-dimensionnée et doit être recalculée. 4.5 Limites de calcul regardant l hydraulique Les limites d emploi hydrauliques, comme la surface minimale et maximale de toiture évacuée par une descente et la hauteur minimale du réseau siphoïde compatible avec l effet siphoïde, sont liées aux points décrits ci-après. Descentes d eaux pluviales (DEP), chutes de collecteurs et collecteurs verticaux : vitesses minimales. Il est important que l action siphoïde débute presque aussitôt que l intensité pluviométrique est atteinte. Cas a Cas b Cas c Cas d Figure 2 Principe des descentes DEP /

9 Figure 2 - Cas b : Le délai peut être réduit en disposant un désaxement dans la partie inférieure du collecteur de chute. Ce procédé permet d éviter que l air pénètre au point de décharge et remonte vers les parties supérieures pendant le démarrage de l action siphoïde. Ceci est particulièrement efficace avec des tuyaux de gros diamètre déchargeant verticalement. Figure 2 - Cas c : Une réduction de diamètre de la partie basse extrême a le même effet. Le diamètre du collecteur ne doit pas être plus important dans sa partie verticale que dans sa partie horizontale, c est à dire d 1 d 2. Dans le cas de très courts collecteurs verticaux (< 2 m) sans partie horizontale à l aval, un désaxement ou un coude installé au point de décharge représente la seule possibilité d obtenir un flux total dans le tuyau de chute. Les tuyaux de chute ne devraient jamais être installés avec leur partie amont suivie d une partie aval de plus gros diamètre (voir figure 2 - Cas d). Dans de telles configurations la hauteur de charge disponible pourrait être réduite à la hauteur de charge de la partie amont avec, pour conséquence, une réduction de la capacité d évacuation. Toutefois l expérience et les essais ont montré qu un système ne fonctionnera pas parfaitement si la vitesse calculée de l eau pour un écoulement à débit total est trop faible. Les tests montrent que 2,2 m/s est une vitesse critique. Dans tout réseau siphoïde la vitesse d'écoulement (à plein débit) dans chaque collecteur vertical ou DEP est 2,2 m/s Vitesse d écoulement et d auto-nettoyage d un système UV-System Dans un système UV-System la vitesse de l eau dans les collecteurs est assez grande, ce qui permet leur nettoyage. Dans les tuyaux de descente, particulièrement dans les immeubles de grande hauteur, la vitesse du flux peut être très grande. Des vitesses de plus de 12 m/s ne sont pas exceptionnelles. Les grandes vitesses sont acceptées dans la mesure où les pressions statiques négatives demeurent sous contrôle. La vitesse nécessaire de l eau dans un tuyau pour obtenir l auto-nettoyage est de 0,5-0,7 m/s. Toutefois ce n est pas essentiellement la vitesse mais la force de cisaillement entre l eau et la paroi du tuyau qui détermine le nettoyage. La prise en compte de la force de cisaillement minimale, déterminée par le calcul, conduit à l exigence suivante : Des vitesses inférieures à 0,70 m/s ne sont pas acceptées Cavitation et hauteur de charge négative admissibles dans les systèmes UV-System La cavitation survient quand des bulles de vapeur se développent dans une eau en basse pression puis passent dans une zone à plus forte pression. L implosion des bulles qui en résulte peut causer des problèmes de son, des ondes de choc et d autres phénomènes pouvant aller jusqu à la destruction des parois des tuyaux. De tels accidents de cavitation (cavitation destructrice) interviendront difficilement dans des systèmes UV-System correctement dimensionnés. Au pire peut survenir ce qui est appelé «cavitation critique». La cavitation critique est caractérisée par un son similaire à celui de sable circulant dans les tubes. Le type de cavitation pouvant survenir dans un système UV-System est la cavitation critique. Le débit maximal qui peut être obtenu dans une installation UV- System au meilleur rendement est le débit causant la cavitation critique. Même si le débit, appelé ici «débit critique», est inférieur au débit recherché, il est le débit optimal pour le système considéré. Les installations réalisées avec le système UV-System doivent néanmoins être conçues pour éviter la cavitation critique. Il convient donc de se rappeler que lorsque la pression de l eau est aussi basse que la pression de vapeur, la cavitation critique surviendra. La cavitation est contrôlée en tenant la pression supérieure à la dépression de vapeur, c'est à dire que la dépression admissible (vide) dans un système UV- System est égale à la valeur pression de vapeur ôtée de la valeur de la pression atmosphérique. Dans ses calculs, la société UV-System Nordic AB tient compte de températures maximales fixées en fonction de l altitude, pour déterminer la dépression admissible. Dans la pratique, le point critique est situé le plus souvent au sommet de la descente ou DEP. Le tableau 3 en fin de Dossier Technique suivant donne pour chaque altitude la dépression maximale à considérer dans le calcul, limitée à mm CE. (2) Se reporter à la remarque complémentaire, au paragraphe 3b de l AVIS. 4.6 La charge d eau en toiture La charge d eau à un point donné (x) sur la toiture est définie par la formule : p (x) = H (x). où : p (x) : la charge d eau à un point donné (x) sur la toiture en tenant compte de l accumulation d eau, H (x) : la hauteur d eau au point donné (x) sur la toiture, qui comprend la hauteur d eau du système siphoïde et la hauteur d eau du système d EEP de secours, : le poids volumique d eau, soit = 10 kn/m 3. La charge d eau sur la toiture en tenant compte de l accumulation d eau, est définie par la formule : P = Volume d eau / Surface S. L entreprise titulaire du lot du système siphoïde, ou le bureau d études missionnés par cette société, fournira les valeurs p et la valeur maximale de H au charpentier et/ou au lot gros-œuvre. 4.7 Hauteur d eau dans les noues et dans les chéneaux La hauteur d eau dans les chéneaux et dans les noues dépend de la hauteur d eau nécessaire au fonctionnement siphoïde des naissances et réseau siphoïde. Si une longue attente est nécessaire avant d obtenir ce déclenchement, l eau s accumulera dans le chéneau et dans la noue jusqu à ce que le système fonctionne normalement. Dans tous les cas le niveau de l eau s élèvera jusqu à atteindre le niveau spécifique requis pour écouler les volumes nécessaires. La hauteur maximale d eau dans un chéneau et une noue donnée, causée par l intensité pluviométrique convenue, peut être estimée tel qu indiquée aux 4.71 et 4.72 ci-après Chéneaux extérieurs Les capacités d eau des chéneaux extérieurs sont calculées selon la norme NF EN :2000 paragraphe 5.1. Les niveaux d'eau opérationnels pour des naissances siphoïdes sont également calculés selon la norme NF EN :2000, paragraphe 5.3.5, en utilisant la figure 1 pour déterminer la hauteur d'eau autour de la naissance UV-System Chéneaux intérieurs et encaissés La capacité des chéneaux intérieurs et encaissés est calculée selon la norme NF EN :2000 paragraphe 5.2 ( 2 ). Le niveau d eau opérationnel pour des naissances siphoïdes est calculé selon la norme NF EN :2000, paragraphe 5.3.5, en utilisant la figure 1 pour déterminer la hauteur autour de la naissance UV- System. 4.8 Méthode de calcul des systèmes d EEP de secours 4.81 Généralités Le niveau d eau au-dessus de la surface de la couverture ou de la toiture doit être défini à partir de l emplacement des évacuations de secours. Au niveau de l évacuation de secours ou de la saillie, la hauteur d eau doit être calculée par zone d évacuation. Une zone d évacuation est la plage d application où les pluies de la plage se rassemblent. Une zone comportant une ou plusieurs évacuations de secours doit pouvoir décharger la quantité suivante : Q se = A.i où : Q se : le débit de la décharge pour une zone, en l/s, A : la surface de la zone de déchargement, en m 2, i : l intensité pluviométrique. Dans le cas de plusieurs évacuations de secours dans une zone, la somme du débit à décharger par chaque évacuation de secours (q se ) doit être égale au débit de la décharge pour la zone (Q se ) : 1 ⁿ q se = Q se où : Q se : le débit de la décharge pour une zone, en l/s, q se : le débit à décharger par l'évacuation de secours, en l/s, n : le nombre d évacuations de secours dans une zone de décharge. 14+5/

10 Si le niveau d eau au-dessus du seuil est différent pour des évacuations de secours différentes, on doit tenir compte de l évacuation de secours qui possède le débit le plus élevé, dans la détermination de la hauteur d eau. La hauteur d eau au niveau des évacuations de secours ou des saillies doit être calculée à partir des principes décrits aux 4.82 et Cas de l EEP de secours en déversoir libre Cf. la figure 5 en fin de Dossier Technique. Si l EEP de secours consiste d un déversoir droit libre, la hauteur d eau au-dessus du déversoir est déterminée par l équation suivante : h se = 0,70. q se / b 2/3 où : h se : la hauteur d eau au-dessus de l évacuation de secours en m, q se : le débit d eau qui doit être déversé par l évacuation de secours en m 3 /s, b : la largeur du déversoir droit libre en m. La largeur du déversoir droit libre, b, doit être d au moins 2,5 fois son épaisseur. La hauteur d eau maximale dans la noue (H max ) est déterminée par l équation suivante : H max = h se + h e où : H max : la hauteur entre la noue de la toiture et la hauteur d eau maximale des systèmes d EEP de secours, h se : la hauteur d eau maximale des systèmes EEP de secours, h e : la hauteur entre la noue de la toiture et le niveau d implantation du système EEP de secours Cas de l EEP de secours en déversoir siphoïde Cf. la figure 6 en fin de Dossier Technique. Si l EEP de secours consiste d un réseau siphoïde, la hauteur d eau audessus de l EEP de secours est déterminée selon les normes nommées en 4.71 et 4.72 ci-avant. La hauteur d eau maximale dans la noue ou le chéneau (H max ) est déterminée par l équation suivante : H max = W se + h e où : H max : la hauteur entre la noue de la toiture ou le chéneau et la hauteur d eau maximale des systèmes d EEP de secours, W se : la hauteur d eau maximale des systèmes EEP de secours, norme NF EN :2000, paragraphe 5.3.5, h e : la hauteur entre la noue de la toiture ou le chéneau et le niveau d'implantation du système EEP de secours Implantation des évacuations de secours Les déversoirs droits libres auront une hauteur libre au dessus du niveau d eau déterminé d au moins 30 mm. Pour protéger contre les obstructions, l EEP de secours doit être élevée de la noue par usage de naissances de secours UV72-O, UV107-O, et/ou UV122-O (cf. figure 3), ou en positionnant la naissance plus haut dans le défaut de pente pour éviter les endroits ou les débris se ramassent normalement (cf. figure 4). Les installations d évacuations de secours doivent avoir un débouché libre au niveau du sol, dans une zone spécifique dédiée à l évacuation des eaux pluviales et suffisamment éloignée de toute autre activité pour éviter tous types de risque de dégradation par la pression de l eau. 5. Mise en œuvre 5.1 Naissances Le choix du modèle de naissance est déterminé en fonction du type de chéneau ou de toiture ; cf. tableau 2 en fin de Dossier Technique. Pour chaque cas, il y a lieu de se référer à la fiche technique correspondante référencée au tableau 2, dont les figures sont reprises dans l annexe Réservations dans le support Cas d une toiture avec un isolant support d épaisseur 40 mm Cf. la figure 7 en fin de Dossier Technique Cas d un isolant inversé (sur maçonnerie) Cf. la figure 8 en fin de Dossier Technique Positionnement - horizontalité Les naissances doivent être mises en œuvre en position horizontale. Une pente maximale de 4 % est cependant admise Fixation des avaloirs Naissances pour revêtements d étanchéité bicouches en feuilles bitumineuses Liaison par soudage de la platine enduite d EIF des naissances, entre la couche de renfort et la première couche du revêtement d étanchéité ; cf. en annexe 1. La naissance est fixée mécaniquement à l élément porteur selon les prescriptions des nomes P 84 série 200 (référence DTU série 43) Naissances pour revêtements d étanchéité en membrane synthétique Cf. en annexe 1. Fixation mécanique par vis 6 mm dans l élément porteur : réservation pour vis prévue sur la platine des naissances (voir fiches techniques des naissances : longueur et type de vis dépendant de l épaisseur du support isolant et du type de revêtement d étanchéité). La naissance est fixée mécaniquement à l élément porteur selon les prescriptions des nomes P 84 série 200 (référence DTU série 43) Naissances type chéneaux Voir fiches techniques des naissances en annexe Canalisations 5.21 Généralités Les réseaux sont réalisés conformément aux normes - DTU les concernant, en fonction de la nature des canalisations. Notamment, les dispositions des documents suivants s appliquent : NF P (référence DTU 65.10) : Canalisations d eau chaude ou froide sous pression et canalisations d évacuation des eaux usées et des eaux pluviales à l intérieur des bâtiments - Règles générales de mise en œuvre. NF DTU 60.2 : Canalisations en fonte, évacuation d eaux usées, d eaux pluviales et d eaux vannes. NF DTU : Travaux de canalisations en polychlorure de vinyle non plastifié, évacuation d eaux usées et d eaux vannes. En ce qui concerne la mise en œuvre des canalisations en polyéthylène, celle-ci sera réalisée en conformité avec les règles de l art concernant ce matériau, sur la base des spécifications du fabricant. Les liaisons entre les éléments de canalisations seront réalisées par soudure bout à bout (soudure au miroir) ou par manchon électrique. Le raccordement par soudure au miroir ne sera pas utilisé en dessous du DN 40. Tubes et raccords en polyéthylène haute densité (PEHD), conformes à la norme NF EN 1519, série 12,5, titulaires de la certification CSTBat, ou conformes à la norme NF EN et titulaires de la certification NF Dispositions particulières Les dispositions de support et de fixation des collecteurs, d ancrage des changements de direction sont basées sur le poids des collecteurs remplis à 100 %. Elles apparaissent en annexe 6, pour le PEHD. Elles précisent notamment les dispositions de montage sur rail. En ce qui concerne les autres matériaux (fonte, PVC) se conformer aux normes - DTU de pose /

11 6. Pieds de chute et fin de réseau siphoïde Le principe siphoïde ne s applique que jusqu au raccordement sur le regard ou à la reprise par le réseau d assainissement ; cf. annexe 7. À partir de ce point le calcul des canalisations sera effectué selon les dispositions de la norme P (référence DTU 60.11) lorsqu il s agira de canalisations d évacuation situées dans l emprise du bâtiment, ou de la norme NF EN 752, et à l instruction technique 77/284, lorsqu il s agira de réseaux d assainissement, en considérant les débits à évacuer. L action siphoïde doit être cassée au moment où les eaux rejoignent le collecteur principal évacuant les eaux de surface, c est à dire au point de transition entre l écoulement à flux total et un système en contact avec l air. Il est souhaitable que ceci ait lieu dans un regard ou un tuyau de décompression. Toute solution avec des regards en maçonnerie de blocs est exclue. Pour garantir que l évacuation de l air dans le réseau de tubes et le déclenchement de l action siphoïde ne soient pas retardés, il est préférable que le point de décharge soit installé à un niveau supérieur à celui de l eau dans le collecteur qui est en système gravitaire. Il est avantageux que le tampon du regard soit une grille, l essentiel étant qu il ne soit pas étanche. S il l est, le regard doit être équipé d une aération. La forte énergie cinétique du jet d un système UV-System au point de décharge doit souvent être réduite. Ceci se fait en diminuant la vitesse les eaux par l augmentation du diamètre du tuyau de décharge. Il faut donc étudier soigneusement les différentes possibilités de raccordement, les conditions de fonctionnement du collecteur et la différence de niveau entre le toit du bâtiment et le sol. Les pieds de chute sont équipés d un té de visite comme le montre les figures de l annexe Fabrication et contrôle des produits La fabrication et le contrôle des naissances sont assurés par les sociétés Erlandssons Metallfabrik AB à Anderstorp (Suède) et Skoglunds Metallgjuteri AB à Anderstorp (Suède) qui font l objet d une certification ISO Organigramme L organisation entre les différents intervenants pour la réalisation d un projet d installation du système UV-System apparaît sur l organigramme présenté en annexe Identification des éléments de marquage La mention de la marque UV-System Nordic AB figure sur les écrans d étanchéité à l air. Sous le corps de naissance apparaît la date de fabrication. Des étiquettes portant le nom du système sont mises en place sur l'installation (cf. l annexe 2). B. Résultats expérimentaux Rapports du LGA QualiTest GmbH (DE-Würzburg) : - n du 4 août 2005, essais de la naissance UV 53 selon les normes DIN et DIN EN 1253 ; - n / 02 du 13 octobre 2005, essais des naissances UV 57 UV 72 selon la norme DIN EN Rapport d essais du CSTB n RSET du 15 décembre 2010, essais d étanchéité des naissances selon la norme NF EN paragraphes 10.2 et C. Références Une liste de trente neuf références totalisant deux mille deux cent et une naissances pour plus de m 2 a été fournie. 14+5/

12 Annexe 1 Naissances (avaloirs) Légende des figures : N : numéro Q : quantité all. alu 1 : alliage d aluminum EN AB all. alu 2 : alliage d aluminum EN AW-1050-H14 ac. inox 1 : acier inoxydable ac. inox 2 : acier inoxydable EN ou EN ac. inox 3 : acier inoxydable EN Naissances : Naissances Pages UV53 - UV69 13 Page 13 à 15 : pour revêtements d étanchéité bicouches bitumineux UV57 - UV62 - UV107 - UV UV72-O - UV107-O - UV122-O 15 UV53 - UV69 16 Page 16 à 18 : pour revêtements monocouches synthétiques UV UV72 - UV107 - UV UV72-O - UV107-O - UV122-O 18 UV53 - UV69 19 Page 19 à 20 : pour chéneaux de type 1 (épaisseur 5 mm) UV UV UV72 - UV107 - UV UV72-O - UV107-O - UV122-O 21 UV53 - UV69 22 Page 22 à 24 : pour chéneaux de type 2 (épaisseur > 2 mm) UV UV UV72 - UV107 - UV UV72-O - UV107-O - UV122-O 24 Les chéneaux en acier galvanisé ou inoxydable sont conformes à la norme P (référence DTU 40.5) /

13 Figure 1.1a 1 Naissance type UV53 - UV69 Dimensions UV53 UV69 A B C De (1) (2) E F H H L (1) 2 BSP ou lisse (2) 2,5 BSP ou lisse Figure 1.1a 2 Naissance type UV53 - UV69 Dimensions, toutes les mesures sont en millimètres (mm) 6 Crapaudine 1 all.alu 1 5 Écrou M8 2 ac.inox 1 4 Écran d étanchéité à l air 1 all.alu ème couche du revêtement d étanchéité 1 2 Corps 1 ac.inox ère couche du revêtement d étanchéité + couche de renfort 1 N type description Q matière Figure 1.1b 2 Naissance type UV53 - UV69 Description Figure 1.1b 1 Naissance type UV53 - UV69 Description et instructions d installation Figure 1.1 Naissance UV53 UV69 pour revêtement d étanchéité bicouche bitumineux 14+5/

14 Figure 1.2a 1 Naissance type UV57 - UV72 - UV107 - UV122 Dimensions UV57 UV72 UV107 UV122 A B C De (1) (2) (3) (4) E F H L (1) 2 BSP ou lisse 60. (2) 2,5 BSP ou lisse (3) Lisse 114. (4) Lisse 141. Figure 1.2a 2 Naissance type UV57 - UV72 - UV107 - UV122 Dimensions, toutes les mesures sont en millimètres (mm) UV57 UV72 UV107 UV122 Écrou d écran M ac.inox 1 Écrou d écran M ac.inox 1 Écrou d étanchéité à l air + crapaudine 2 ème couche du revêtement d étanchéité 1 all.alu 1 2 Corps 1 ac.inox ère couche du revêtement d étanchéité + couche de renfort N type description Q matière 1 1 Figure 1.2b 2 Naissance type UV57 - UV72 - UV107 - UV122 Description Figure 1.2b 1 Naissance type UV57 - UV72 - UV107 - UV122 Description et instructions d installation Figure 1.2 Naissance UV57 - UV72 - UV107 - UV122 pour revêtement d étanchéité bicouche bitumineux /

15 Figure 1.3a 1 Naissance type UV72-O - UV107-O - UV122-O Dimensions UV72-O UV107-O UV122-O A B C De (1) (2) (3) H min. 30 max. 150 (1) 2,5 BSP ou lisse (2) lisse 114. (3) lisse 141. min. 35 max. 150 min. 35 max. 150 Figure 1.3a 2 Naissance type UV72-O - UV107-O - UV122-O Dimensions, toutes les mesures sont en millimètres (mm) 10 Écrou M8 2 ac.inox 1 9 Tige filetée M8 2 ac.inox 1 8 Prolongateur M ac.inox 1 7 Filler 1 silicone 6 Allonge d évacuation de secours 2 all.alu 2 5 Écrou d écran M ac.inox 1 4 Écran d étanchéité à l air + crapaudine 1 all.alu ème couche du revêtement d étanchéité 2 Corps 1 ac.inox ère couche du revêtement d étanchéité + couche de renfort 12 1 N type description Q matière Figure 1.3b 2 Naissance type UV72-O - UV107-O - UV122-O Description Figure 1.3b 1 Naissance type UV72-O - UV107-O - UV122-O Description et instructions d installation Figure 1.3 Naissance UV72-O - UV107-O - UV122-O évacuation de secours pour revêtement d étanchéité bicouche bitumineux 14+5/

16 Figure 2.1a 1 Naissance type UV53 - UV69 Dimensions UV53 UV69 A B C De (1) (2) F H H L (1) 2 BSP ou lisse (2) 2,5 BSP ou lisse Figure 2.1a 2 Naissance type UV53 - UV69 Dimensions, toutes les mesures sont en millimètres (mm) 8 Joint d étanchéité 190 x 146 x 2 mm ou collage selon le DTA du revêtement d étanchéité 1 EPDM ou colle 7 Crapaudine 1 all.alu 1 6 Écrou d écran M ac.inox 1 5 Écran d étanchéité à l air 1 all.alu 1 4 Écrou M8 4 ac.inox 1 3 Collerette de fixation 1 ac.inox 2 2 Revêtement d étanchéité 1 1 Corps 1 ac.inox 2 N type description Q matière Figure 2.1b 2 Naissance type UV53 - UV69 Description Figure 2.1b 1 Naissance type UV53 - UV69 Description et instructions d installation Figure 2.1 Naissance UV53 - UV69 pour revêtement d étanchéité monocouche synthétique /

17 Figure 2.2a 1 Naissance type UV UV72 - UV107 - UV122, Dimensions UV57-25O UV72 UV107 UV122 A B C De (1) (2) (3) (4) E H L ± 41 min. 57 min. 73 min. 73 (1) 2,5 BSP ou lisse 60. (2) 2,5 BSP ou lisse (3) lisse 114. (4) lisse 141. Figure 2.2a 2 Naissance type UV UV72 - UV107 - UV122 Dimensions, toutes les mesures sont en millimètres UV UV72 UV107 UV122 UV UV72 UV107 UV122 Joint d étanchéité ou collage selon le DTA du revêtement d étanchéité 1 EPDM ou colle Écrou d écran M ac.inox 1 Écrou d écran M ac.inox 1 Écran d étanchéité à l air + crapaudine 1 all.alu 1 Écrou M8 4 ac.inox 1 Écrou M8 8 ac.inox 1 3 Collerette de fixation ac.inox 3 2 Revêtement d étanchéité 1 1 Corps 1 ac.inox 3 N type description Q matière Figure 2.2b 2 Naissance type UV UV72 - UV107 - UV122, Description Figure 2.2b 1 Naissance type UV UV72 - UV107 - UV122, Description et instructions d installation Figure 2.2 Naissance UV UV72 - UV107 - UV122 pour revêtement d étanchéité monocouche synthétique 14+5/

18 Figure 2.3a 1 Naissance type UV72-O - UV107-O - UV122-O Dimensions UV72-O UV107-O UV122-O A B C De (1) (2) (3) H min. 30 max. 150 (1) 2,5 BSP ou lisse (2) Lisse 114. (3) Lisse 141. min. 35 max. 150 min. 35 max. 150 Figure 2.3a 2 Naissance type UV72-O - UV107-O - UV122-O Dimensions, toutes les mesures sont en millimètres (mm) 12 UV107 UV122 Écrou M8 4 ac.inox 1 12 UV72 Écrou M8 2 ac.inox 1 11 UV107 UV122 Tige filetée M8 4 ac.inox 1 11 UV72 Tige filetée M8 2 ac.inox 1 10 UV107 UV122 Prolongateur M ac.inox 1 10 UV72 Prolongateur M ac.inox 1 9 Filler 1 silicone 8 Allonge d évacuation de secours 1 all.alu 2 7 Joint d étanchéité ou collage selon le DTA du revêtement d étanchéité 1 EPDM ou colle 6 Écrou d écran M ac.inox UV107-O UV122-O Écran d étanchéité à l air + crapaudine 1 all.alu 1 Écrou d écran M8 8 ac.inox 1 4 UV72-O Écrou M8 4 ac.inox 1 3 Collerette de fixation 1 ac.inox 1 2 Revêtement d étanchéité 1 1 Corps 1 ac.inox 3 N type description Q matière Figure 2.3b 2 Naissance type UV72-O - UV107-O - UV122-O Description Figure 2.3b 1 Naissance type UV72-O - UV107-O - UV122-O Description et instructions d installation Figure 2.3 Naissance UV72-O - UV107-O - UV122-O pour revêtement d étanchéité monocouche synthétique /

19 Figure 3.1a 1 Naissance type UV53 - UV69 Dimensions UV53 UV69 A B C De (1) (2) E F L O (1) 2 BSP ou lisse (2) 2,5 BSP ou lisse min. 185 max. 190 min. 185 max. 190 Figure 3.1a 2 Naissance type UV53 - UV69 Dimensions, toutes les mesures sont en millimètres (mm) 10 Crapaudine 1 all.alu 1 9 Écrou d écran M ac.inox 1 8 Écran d étanchéité à l air 1 all.alu 1 7 Écrou M8 4 ac.inox 1 6 Collerette de fixation 1 ac.inox 2 5 Vis M6 avec rondelle d étanchéité 8 ac.inox 1 4 Contre-bride 1 all.alu 1 3 Joint d étanchéité 1 EPDM 2 Corps 1 ac.inox 2 1 Joint d étanchéité 1 EPDM N type description Q matière Figure 3.1b 2 Naissance type UV53 - UV69 Description Figure 3.1b 1 Naissance type UV53 - UV69 Description et instructions d installation Figure 3.1 Naissance UV53 - UV69 pour chéneaux de type 1 (épaisseur 5 mm) 14+5/

20 Figure 3.2a 1 Naissance type UV UV UV72 - UV107 - UV122, Dimensions UV UV UV72 UV107 UV122 A B C De (1) (1) (2) (3) (4) E F L min O min. 126 max. 160 (1) 2 BSP ou lisse 60. min. 126 max. 160 (2) 2,5 BSP ou lisse (3) Lisse 114. (4) Lisse 141. min. 145 max. 210 min. 240 max. 330 min. 240 max. 330 Figure 3.2a 2 Naissance type UV UV UV72 - UV107 - UV122, Dimensions, toutes les mesures sont en mm UV57 UV72 UV107 UV122 UV57 UV72 UV107 UV122 Écrou d écran M ac.inox 1 Écrou d écran M ac.inox 1 Écran d étanchéité à l air + crapaudine Vis M6 avec rondelle d étanchéité Vis M6 avec rondelle d étanchéité 1 all.alu 1 8 ac.inox 1 12 ac.inox 1 4 Contre-bride 1 all.alu 1 3 Joint d étanchéité 1 EPDM 2 Corps 1 ac.inox 3 1 Joint d étanchéité 1 EPDM N type description Q matière Figure 3.2b 2 Naissance type UV UV UV72 - UV107 - UV122, Description Figure 3.2b 1 Naissance type UV UV UV72 - UV107 - UV122, Description et instructions d installation Figure 3.2 Naissance UV UV UV72 - UV107 - UV122 pour chéneaux de type 1 (épaisseur 5 mm) /

Procédé de chutes uniques CHUH. Vu pour enregistrement le 11 septembre 2006

Procédé de chutes uniques CHUH. Vu pour enregistrement le 11 septembre 2006 Avis Technique 14/06-1042 Révision de l'avis Technique 14/01-632 Procédé de chutes uniques Évacuation des eaux usées Foul drainage from buildings Hausabfluβeitungen Ne peuvent se prévaloir du présent Avis

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Avis Technique 14+5/09-1337 Système d évacuation des eaux pluviales Rainwater drainage system Regenwasserabflussleitungsystem Annule et remplace l Avis Technique 14+5/01-657 avec Additif *01 Add et Modificatifs

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB Avis Technique 14/13-1922*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1922 Tubes en PE-Xc Système de canalisations en PEX PEX piping system PEX Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Gamme Star. L étanchéité Star. Parastar / Adestar. Parastar : l étanchéité bicouche soudable. Adestar : l étanchéité monocouche 100 % à froid

Gamme Star. L étanchéité Star. Parastar / Adestar. Parastar : l étanchéité bicouche soudable. Adestar : l étanchéité monocouche 100 % à froid Gamme Star L étanchéité Star Parastar : l étanchéité bicouche soudable Adestar : l étanchéité monocouche 100 % à froid Parastar / Adestar Comment utiliser cette brochure? Pour vous orienter rapidement

Plus en détail

Document Technique d Application DURGO

Document Technique d Application DURGO Document Technique d Application Référence Avis Technique14/10-1528 Clapet équilibreur de pression Évacuation des eaux usées Foul drainage from buildings Hausablußeitungen DURGO Relevant de la norme NF

Plus en détail

Présentation du programme SanitEvac

Présentation du programme SanitEvac Présentation du programme SanitEvac Dimensionnement des réseaux d évacuations d eaux sanitaires et d eaux pluviales dans les bâtiments - Selon les règles de calcul du DTU 60.11-P-2 (2013) Guidance : Bâtiment

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bac.bourg@alpes-controles.fr - RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: BT120018 indice 0 NOM DU PROCEDE: MODULES PHOTOVOLTAIQUES ASSOCIES EN POSE PORTRAIT OU PAYSAGE:

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN

PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN Rue Jean Bouin 69320 FEYZIN Maître d ouvrage : Ville de FEYZIN 18 rue de la mairie 69320 FEYZIN Maître d œuvre : REFECTION ETANCHEITE TERRASSE EX SOLARIUM LPG ARCHITECTE

Plus en détail

Drainage des toitures terrasses

Drainage des toitures terrasses Drainage des toitures terrasses 1 FÜR DIE ZUKUNFT GEDACHT. Système de produits alwitra Les éléments de drainage des toitures terrasses alwitra font partie des systèmes de produits alwitra éprouvés dans

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bourg@alpes-controles.fr Membre de la COPREC RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: BT120019 indice 08 NOM DU PROCEDE: METASOLE+ TYPE DE PROCEDE: Procédé photovoltaïque

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

Avis Technique 14/14-2041. Luxor Silicone

Avis Technique 14/14-2041. Luxor Silicone Avis Technique 14/14-2041 Annule et remplace l Avis Technique 14/09-1511*V1 Flexibles comportant un tuyau en matériau thermoplastique revêtu d une tresse Flexibles de raccordement Flexible hoses Flexibel

Plus en détail

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses.

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois. isolation thermique support d étanchéité sur bac acier ou bois

Plus en détail

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests Notice Produit Edition 09.2012 Identification no4794 Version no. 2012-208 Sarnavap 5000E SA Pare-vapeur Description du produit Sarnavap 5000E SA est un pare-vapeur auto-adhésif pour système en adhérence

Plus en détail

Document Technique d Application

Document Technique d Application Document Technique d Application Référence Avis Technique 5/12-2304 Annule et remplace l Avis Technique 5/09-2066 Système d isolation composée (EPS + MW) non porteur support d étanchéité Isolant thermique

Plus en détail

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs Revêtements de sols intérieurs en carreaux céramiques de grand format et de format oblong collés au moyen de mortiers-colles dans les locaux P3 au plus en travaux neufs Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre )

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) Toitures et charpentes Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) C.2 1/6 Domaine d application Le présent document traite des interfaces dans la mise en œuvre des couvertures grands

Plus en détail

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est {Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document téléchargeable ne satisfait pas à toutes les exigences du standard du Gouvernement du Québec SGQRI 008-02, car il s'adresse à des personnes faisant partie

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ANNEXE PLANCHES DESCRIPTIVES Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques PLANCHES DESCRIPTIVES Etanchéité des installations ; protection

Plus en détail

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois.

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois. Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois. Isolation thermique support d étanchéité sur bac acier ou bois

Plus en détail

Document Technique d Application. Agilia sols A

Document Technique d Application. Agilia sols A Document Technique d Application Référence Avis Technique 12/09-1553*V2 Annule et remplace le Document Technique d Application 12/09-1553*V1 Intègre le modificatif 12/09-1553*02 Mod Chape fluide à base

Plus en détail

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns03.a LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE SOMMAIRE ns03.1. Le cadre DTU plomberie ns03.2. Le cadre du DTU 60.1 actuel ns03.3. L application du DTU 60.1 actuel ns03.4. Le cadre du DTU

Plus en détail

mep schneider materlignes RVT couv autre placement 13/02/07 9:02 Page 3 le prêt à livrer

mep schneider materlignes RVT couv autre placement 13/02/07 9:02 Page 3 le prêt à livrer le prêt à livrer Des modules béton pour l Energie, les Télécoms, les Infrastructures Materlignes, l offre complète de shelters intégrants tous types d équipements dédiés aux : Module béton avec habillage

Plus en détail

Règles DTU 60.11 Octobre 1988

Règles DTU 60.11 Octobre 1988 Règles DTU 60.11 Octobre 1988 DTU P 40-202 Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et des installations d'évacuation des eaux pluviales Analyse Les présentes règles de calcul annulent

Plus en détail

Document Technique d Application

Document Technique d Application Document Technique d Application Référence Avis Technique 5/13-2356 Panneaux isolants en polyisocyanurate (PIR) Isolant thermique non porteur support d étanchéité Non-loadbearing insulation as base for

Plus en détail

Classement des locaux en fonction de l exposition à l humidité des parois et nomenclature des supports pour revêtements muraux intérieurs

Classement des locaux en fonction de l exposition à l humidité des parois et nomenclature des supports pour revêtements muraux intérieurs Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 9 Groupe spécialisé n 12 Groupe spécialisé n 13 Cloisons et contre-murs en plâtre Revêtements de sol et produits connexes Revêtements

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Prescriptions techniques Réseaux de collecte des eaux usées et branchements particuliers

Prescriptions techniques Réseaux de collecte des eaux usées et branchements particuliers Prescriptions techniques Réseaux de collecte des eaux usées et branchements particuliers Les prescriptions ci-après ne sont pas exhaustives. En tout état de cause, pour obtenir le certificat de conformité

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bourg@alpes-controles.fr Membre de la COPREC RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: 010T001U/BT120019 indice 04 NOM DU PROCEDE: MODULES PHOTOVOLTAIQUES ASSOCIES EN POSE

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE Département du Rhône (69) VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE CENTRE DE LOISIRS 1 RUE DES BLEUETS Ville

Plus en détail

Avaloirs pour parking couvert Siphons de terrasse / Avaloirs de toit Pieds de descente / Siphons de cour

Avaloirs pour parking couvert Siphons de terrasse / Avaloirs de toit Pieds de descente / Siphons de cour Avaloirs pour parking couvert Siphons de terrasse / Avaloirs de toit Pieds de descente / Siphons de cour 99 Avaloirs pour parking couvert, siphons de terrasse/cour, avaloirs de toit -les avantages typiques

Plus en détail

CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION

CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION NOUVELLE GÉNÉRATION BÂTIMENT SANITAIRE ENVIRONNEMENT SOLUTIONS SANITAIRE Le sanitaire, spécialité historique de Nicoll, a fait de la marque la référence dans le monde de

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1924 SYSTEM O

Avis Technique 14/13-1924 SYSTEM O Avis Technique 14/13-1924 Annule et remplace l Avis Technique 14/08-1316 Tubes et raccords en PVC-C Canalisations en PVC-C CPVC piping system CPVC Rohr Systeme Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

Toitures plates Partie 2

Toitures plates Partie 2 Toitures plates Partie 2 Les ouvrages de raccord des toitures plates (NIT 244) : éléments importants pour l étancheur Vincent Jadinon Avec le support de la guidance technologique écoconstruction et développement

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

Document Technique d Application

Document Technique d Application Document Technique d Application Référence Avis Technique 13/15-1273 Annule et remplace le Document Technique d Application 13/12-1140*V1 Chape non destinée à l enrobage de planchers chauffants Chape fluide

Plus en détail

MAIRIE DE REMIRE-MONTJOLY DEPARTEMENT DE LA GUYANE GROUPE SCOLAIRE MOULIN A VENT 97350 REMIRE-MONTJOLY CONSTRUCTION DE QUATRES CLASSES MATERNELLE

MAIRIE DE REMIRE-MONTJOLY DEPARTEMENT DE LA GUYANE GROUPE SCOLAIRE MOULIN A VENT 97350 REMIRE-MONTJOLY CONSTRUCTION DE QUATRES CLASSES MATERNELLE MAIRIE DE REMIRE-MONTJOLY DEPARTEMENT DE LA GUYANE GROUPE SCOLAIRE MOULIN A VENT 97350 REMIRE-MONTJOLY CONSTRUCTION DE QUATRES CLASSES MATERNELLE LOT N 8 : PLOMBERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières

Plus en détail

DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE

DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE LOT N 013 CLOISON AMMOVIBLE mardi 20 octobre 2009 1/6 1 GENERALITES 1 1 Prescriptions générales Les entreprises sont tenues de se reporter pour tout ce qui est liaisons

Plus en détail

COMMUNE DE POULLAOUEN

COMMUNE DE POULLAOUEN MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX BORDEREAU DES PRIX Maître de l'ouvrage COMMUNE DE POULLAOUEN Objet du marché Création d'un réseau d'eaux pluviales et pose de fourreaux en attente de l'effacement du réseau basse

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE 1. MAITRE DE L OUVRAGE (proposant et futur souscripteur du contrat) 1.1. Nom ou raison sociale : 1.2. Adresse précise : 1.3.

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Place Jean Marie Danel 80370 BERNAVILLE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT n 04: SERRURERIE MAITRISE d ŒUVRE Antoine MAUGNARD Architecte 11 Avenue de

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

LA COLLECTE DES EAUX PLUVIALES

LA COLLECTE DES EAUX PLUVIALES LA COLLECTE DES EAUX PLUVIALES 1/ approbation du projet l'aménageur est tenu de récupérer les eaux pluviales de l'ensemble du bassin versant auquel appartient son programme. pour les programmes comportant

Plus en détail

C.C.T.P. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

C.C.T.P. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES M A I T RE D O U V R A G E VILLE DE BAYON EGLISE DE BAYON Consolidation & entretien C.C.T.P. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT 03 SERURRERIE JANVIER 2013 ATELIER PATRIMOINE & PAYSAGE Sarl

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Cahier Technique F Profil d usage ISOLE ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris

Plus en détail

Isoler les gaines techniques

Isoler les gaines techniques ROCKplak - rockcalm est un complexe isolé en laine de roche mono densité rigide collé à 2 parements en plaque de plâtre 12,5 mm hydrofugé à bords amincis. ROCKCALM est un panneau de laine de roche mono

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE

LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE CONSEIL GENERAL de la SOMME Transfert de l imprimerie située au 40 rue de la République vers le 10 rue des Louvels 80000 AMIENS 3.1 LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE 3.1 ETENDUE DES TRAVAUX REGLEMENTATIONS

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

Règlement d assainissement non collectif

Règlement d assainissement non collectif Règlement d assainissement non collectif www.strasbourg.eu Edition 2011 SOMMAIRE CHAPITRE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES....................... 2 CHAPITRE II - PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES APPLICABLES À L ENSEMBLE

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Système de canalisations multicouche Multilayer piping system Verbundrohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique que les productions certifiées, marque CSTBat, dont la liste à jour est

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1827*V1

Avis Technique 14/13-1827*V1 Avis Technique 14/13-1827*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1827 Tubes multicouche en PE-Xc/Al/PE Système de canalisations multicouche Multilayer piping system Verbundrohresystem Ne peuvent

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bac.bourg@alpes-controles.fr RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: BT120047 indice 0 NOM DU PROCEDE: MODULES PHOTOVOLTAIQUES ASSOCIES EN POSE PORTRAIT OU PAYSAGE: TYPE

Plus en détail

Document Technique d Application. Epsitoit 20

Document Technique d Application. Epsitoit 20 Document Technique d Application Référence Avis Technique 5/12-2321 Annule et remplace l Avis Technique 5/06-1898*V1 Panneaux isolants non porteurs en polystyrène expansé (EPS) support d étanchéité Isolant

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

FIBROSTELL & RENOSTELL

FIBROSTELL & RENOSTELL SYSTÈME DE RENOVATION ET ISOLATION DE TOITURE EN UNE OPERATION!! FIBROSTELL & RENOSTELL FASTOTECHNIQUE S.A. - Z.I. Aux Condémines D - rte de Cossonay 24-1040 Echallens Tél. +41 21 634 45 46 - fax +41 21

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE 1 La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

Plafonds Placostil sur montants Montage standard

Plafonds Placostil sur montants Montage standard A01 Plafonds sur ossature métallique Placostil Plafonds Placostil sur montants Montage standard Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Page 1 / 6 Contenu : Bassin de rétention souterrain La route du Condoz, CH-1752 Villars-sur-Glâne Rédaction : Eric Berthoud / Etudiant Ecole

Plus en détail

LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES

LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES page 1 1 CLAUSES ET PRESCRIPTIONS GENERALES 1.1 OBJET DE LA NOTICE Le présent CCTP concerne la description des travaux du lot PLOMBERIE SANITAIRES pour la construction des nouvelles

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Assainissement autonome

Assainissement autonome Accessoires 64 Tube épandage Géotextile Géofosse 125 ML Tube avec étui 125 ml STUB0125 5,24 carton de 30 pcs Regard de répartition 67 63 Pouzzolane Roche naturelle volcanique possédant une texture scoriacée

Plus en détail

La protection contre l incendie Des détails à ne pas sous-estimer

La protection contre l incendie Des détails à ne pas sous-estimer Journée d étude Les Nœuds Constructifs La protection contre l incendie Des détails à ne pas sous-estimer Y. Martin CSTC Division Enveloppe du Bâtiment et Menuiserie Bruxelles, Confédération Construction

Plus en détail

AVALOIRS 1.1. N.V. Asphalt-Equipment S.A.

AVALOIRS 1.1. N.V. Asphalt-Equipment S.A. AVALOIRS 1.1 E3-laan 26, Industriezone 1, 9800 Deinze, tel. 09-386 42 21, fax 09-386 90 94 Rue de la limite, Z.I. 4460 Grace-Hollogne, tél. 04-263 38 17, fax 04-263 51 53 Rue de l ancienne potence, Z.I.

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

CODE CIVIL DTU. Journal Officiel. Code Civil. Aspects réglementaires. document technique unifié. construction et. habitation

CODE CIVIL DTU. Journal Officiel. Code Civil. Aspects réglementaires. document technique unifié. construction et. habitation Aspects réglementaires code de la construction et de l habitation document technique unifié Journal Officiel CODE construction et CIVIL habitation DTU lois et décrets Aspects Réglementaires (normes, codes,

Plus en détail

Cloisons de distribution Caroplatre

Cloisons de distribution Caroplatre 04 Cloisons de distribution en carreaux de plâtre Cloisons de distribution Caroplatre Description Les carreaux de plâtre Caroplatre sont des éléments en plâtre 100% naturel fabriqués en usine. Leur coloration

Plus en détail

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris La laine de roche Les couleurs Les couleurs standard disponibles sont les suivantes : RAL 1015 ivoire claire RAL 7015 gris ardoise RAL 5008 bleu gris RAL 7022 gris terre d ombre RAL 7032 gris silex RAL

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. Maître de l Ouvrage : MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) Objet du marché : RENOVATION D UN

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bourg@alpes-controles.fr membre de la COPREC RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: 010T001K indice 0 NOM DU PROCEDE: MODULES PHOTOVOLTAIQUES ASSOCIES EN POSE PAYSAGE:

Plus en détail

Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée

Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée 1. De quoi s agit-il? Les conduits de fumée doivent présenter les ouvertures nécessaires au contrôle et au nettoyage. Les ventilateurs d extraction

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur

Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur Adapté au marché du neuf et de la rénovation en climat de plaine et de montagne. isolation thermique par l

Plus en détail