OBJECTIFS D'UN S.E.S.S.D.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBJECTIFS D'UN S.E.S.S.D."

Transcription

1 GUIDE A L USAGE DES PARENTS Le S.E.S.S.D de Thionville est une structure médico-sociale gérée par l'association des Paralysés de France, sous contrôle financier de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales de La Moselle. Il est agréé par Arrêté Préfectoral pour le suivi de 40 enfants déficients moteurs de la naissance à 20 ans. - Objectifs d'un SESSD. - Coordonnées du Service et couverture géographique - Population d'enfants concernés - L'équipe pluridisciplinaire - Le conseil de la vie sociale - Le travail avec les partenaires - Les modalités de fonctionnement - Les numéros de téléphones utiles - Annexe 1 : Le Règlement de fonctionnement - Annexe 2 : La Charte des Droits et Libertés - Annexe 3 : La Charte de l'apf

2 OBJECTIFS D'UN S.E.S.S.D. La mission du S.E.S.S.D. est de permettre à l enfant de grandir et de se développer dans son environnement social et familial en inscrivant le suivi thérapeutique, l'accompagnement socio-éducatif et le soutien psychologique dans son quotidien. L action des SESSD est guidée par les projets personnalisés des enfants. Elle se déroule sur leurs lieux de vie (école, domicile, crèche, halte-garderie ) et est réalisée dans le cadre d un travail pluridisciplinaire. LE S.E.S.S.D. - aide et accompagne l enfant et son entourage familier - assure un suivi médical, paramédical, éducatif, psychologique et social. - met en place le projet individuel avec les familles en lien avec les partenaires du réseau (sanitaire, social, culturel ) - conseille pour l'appareillage et les aides techniques - favorise le maintien de l'enfant dans son milieu naturel de vie : famille, école, quartier - prépare avec l'enfant et ses parents les orientations successives - soutient l'enfant dans sa scolarité 2

3 COORDONNEES DU SERVICE ET COUVERTURE GEOGRAPHIQUE 1) Adresse : SESSD APF - 3 rue de Lorraine / YUTZ Téléphone : Fax : Site web : 2) Plan d'accès : ci-dessous Vue générale zoom 3) La couverture géographique du Service est limitée : - au Nord, par la frontière Luxembourgeoise - au Sud, par superposition avec le SESSD APF de Metz jusqu'à Talange, Ennery, Vigy - à l'est par superposition avec les SESSD APF de Metz et de Freyming-Merlebach jusqu'à Bouzonville - à l'ouest par superposition avec le SESSD APF de la Meuse et le SESSAD de l'aeim de Trieux jusqu'à la frontière belge. 3

4 POPULATION D'ENFANTS CONCERNES Le SESSD accompagne les enfants déficients moteurs ; il concerne donc tout enfant souffrant de façon durable et souvent chronique, d'une atteinte plus ou moins grave de la mobilité, entraînant, à des degrés variables, la limitation des activités dont est capable l'enfant bien portant du même âge. o Principales pathologies concernées : - la paralysie cérébrale dont l'infirmité motrice cérébrale - la dyspraxie avec ou sans atteinte motrice - les maladies neuro-musculaires dont les myopathies et l'amyotrophie spinale infantile - le spina bifida - maladies diverses : la maladie de Friedreich, la maladie de Lobstein, l'arthrogrypose - les malformations congénitales - la poliomyélite - les séquelles de méningite - les traumatismes crâniens - les paraplégies etc 4

5 PROFESSION Directeur Médecin chef Attaché administratif Secrétaire Secrétaire médicale Assistante sociale Psychologue Psychologue et coordinatrice de projet Educatrice spécialisée Educatrice spécialisée et coordinatrice de projet Monitrice éducatrice Kinésithérapeute et coordinatrice de projet Kinésithérapeute Kinésithérapeute Kinésithérapeute Psychomotricienne Psychomotricienne Ergothérapeute Ergothérapeute Orthophoniste Orthophoniste Orthophoniste Aide médico-psychologique Agent de Service Partenariat orthoptiste libérale NOM M. Alexandre JENNES M. le docteur Guy GERMAIN M. Eric RISSER Melle Elisabeth DUFETEL Mme Noëlle TUTELAIRE Mme Marie CLEMENT Melle Eveline CHAUMONT Mme Nathalie CHMIELEWSKI Mme Carole COLIN Mme Dominique BASSETTO Mme Sandrine LUCIE Mme Anne-Catherine WAGNER Mme Valérie VALLONE Mr Dimitri MADENOGLU Melle Marie Line TARGE Melle Stéphanie DUBOIS Melle Stéphanie HOFMANN Mme Geneviève FRANKE Melle Violaine ROULLE Mme Isabelle GUILLAUME M. Philippe MIELLE Melle Julie GIES Mme Marie-Madeleine SINESI Mme HAREL Françoise Mme BORHOVEN 5

6 Conseil De La Vie Sociale Le Conseil donne son avis et peut faire des propositions pour toute question intéressant le fonctionnement du Service conformément au décret n modifié par le décret du 2 novembre 2005 : - Organisation intérieure et vie quotidienne du Service - Activités, animations socio-culturelles et services thérapeutiques - Relation usagers-familles-personnel - Projet de travaux et d'équipement - La nature et le prix des services rendus - Les locaux. Membres du Conseil - 7 représentants des usagers dont 3 parents et 4 enfants - 1 représentant des salariés - 1 représentant de l'association des Paralysés France - Le Directeur du SESSD 6

7 LE TRAVAIL AVEC LES PARTENAIRES 1. LES DIFFERENTS PARTENAIRES Par sa vocation globale, le Service a la volonté de collaborer avec des partenaires de différents secteurs selon les nécessités : - Hôpitaux, médecins spécialistes, médecins traitants - P.M.I. - Crèches, haltes-garderies - Etablissements scolaires et établissements spécialisés. Ce travail de partenariat peut revêtir différentes formes : - Echanges par courrier ou par téléphone - Rencontres ponctuelles - Réunions - Signatures de conventions. Tous ces contacts feront l'objet d'une information auprès de la famille. 7

8 2. LA SCOLARISATION DE L'ENFANT Le soutien à la scolarisation en milieu ordinaire étant un des objectifs généraux du Service, une attention toute particulière sera apportée au travail de relation, avec l'école et les enseignants à travers : - une convention-cadre entre l'inspection Académique et le Siège National de l'apf - des conventions individuelles d'intégration - des participations à des réunions concernant l'enfant suivi au Service et scolarisé. En aucun cas, le Service ne se subtituera à la famille pour toutes les démarches nécessitées par l'institution scolaire; il ne jouera que son rôle de soutien actif. 8

9 LES MODALITES DE FONCTIONNEMENT A. LES DISPOSITIONS INSTITUTIONNELLES 1. L'ACCOMPAGNEMENT Il doit être global, cohérent et précoce. *Global : parce que l'équipe pluridisciplinaire intervient sur les plans pédagogique, éducatif, thérapeutique, psychologique et social. Mais aussi parce que l'enfant doit être traité dans son unité, par rapport aux situations de la vie courante. Enfin, parce que la famille sera associée à l'élaboration du projet personnalisé d'accompagnement de l'enfant. *Cohérent : parce qu'il doit être orienté vers un but commun. *Précoce : parce que le Service doit conseiller et accompagner la famille très tôt dans la vie de l'enfant. 9

10 2. LE PROJET PERSONNALISE Le projet personnalisé doit tenir compte des éléments médicaux, psychologiques et familiaux propres à chaque enfant; c'est pourquoi, il s'élabore et se réactualise à travers les informations recueillies lors : - des consultations médicales : elles ont pour but de dégager les indications thérapeutiques (choix et rythme des rééducations nécessaires ; nécessités d'appareillage ). Les parents sont associés à ces orientations thérapeutiques ; leur présence à ces consultations est indispensable. - de différents entretiens avec la famille (entretien avec le directeur, une psychologue ou un autre membre de l'équipe). - des bilans réalisés par les professionnels du Service ou d'autres structures. - des contacts avec les institutions extérieures au Service (écoles, crèches ). - la synthèse qui constitue le recueil des différents points de vue et permet de dégager les axes de prise en charge. Les parents sont invités à participer à l'élaboration des conclusions de la synthèse de leur enfant. - Du bilan réalisé six mois après l'admission par le directeur, le coordinateur de projet et les parents dans le cadre d'un entretien qui peut avoir lieu au domicile des familles. - Les objectifs de notre travail sont finalisés dans un projet écrit et révisé régulièrement. 10

11 3. OUVERTURE DU SERVICE Le Service est ouvert 208 jours, sur la base de 42 semaines par année civile. Les périodes de fermeture coïncident approximativement avec les fêtes de Noël (1 semaine), les vacances de février (1 semaine), les vacances de printemps (1 semaine) et de la mi-juillet à fin août. Le SESSD fonctionne du lundi au vendredi de 8h00 à 19h00 et le samedi de 8h00 à 12h00. L'accueil téléphonique ( ) est assuré : - le lundi de 8h00 à 17h00 - le mardi de 8h00 à 18h00 - le mercredi de 8h00 à 16h00 - le jeudi de 8h00 à 17h00 - le vendredi de 8h00 à 15h00 4. PLANNING HEBDOMADAIRE DE CHAQUE ENFANT Le planning des interventions s'élabore avec les familles ; c'est pourquoi chacun des partenaires s'engage à respecter les horaires et les lieux d'intervention et à prévenir de toutes modifications. Pendant la partie des vacances scolaires au cours de laquelle le S.E.S.S.D. fonctionne, un planning spécifique est communiqué aux parents qui devront faire le nécessaire pour que les interventions puissent se poursuivre. 11

12 5. MODALITES D'INTERVENTION Les lieux de "vie naturelle" de l'enfant sont très variés : domicile, nourrice, crèche, école, collège, lycée Le choix des lieux et des horaires d'intervention est lié au projet individuel et au planning respectif du personnel, des partenaires et des familles. En ce qui concerne l'intervention au domicile : Les professionnels s'engagent à respecter l'intimité du cadre familial. Les familles auront à charge d'attribuer aux professionnels un espace (lieux, temps et conditions) nécessaire de travail auprès de l'enfant durant le temps de l'intervention. 12

13 B. ADMISSION ORIENTATION REORIENTATION L'admission au Service est soumise à la décision de la Commission des Droits et de l Autonomie (CDA) de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) qui notifie à la famille, à l'etablissement, à la caisse de Sécurité Sociale et au Service des Transports du Conseil Général (si l'enfant bénéficie d'un transport scolaire) la durée de la prise en charge. A l'issue de celle-ci, l'etablissement proposera, généralement en accord avec la famille, la poursuite du suivi ou une orientation. En cours de prise en charge, le Service, peut demander une réorientation de l'enfant vers une structure plus adaptée aux besoins de l'enfant ou la sortie du Service. La famille peut exercer le même droit. 13

14 ADRESSES ET NUMEROS DE TELEPHONE UTILES Maison Départementale des Personnes Handicapées de Moselle (MDPH) : Pôle moins de 20 ans EUROPLAZZA Bât. D Entrée D3 1 rue Claude Chappe BP METZ CEDEX 03 Téléphone : Fax : Délégation départementale de l'a.p.f. : 2, bis rue Maurice Barrès METZ Téléphone : Fax : Service de transport : Direction des Equipements de l'aménagement et de l'environnement Monsieur DUPOIRIER 17, quai Richepance - BP METZ CEDEX 01 Téléphone : Fax :

15 Annexe 1 Le règlement de fonctionnement Le règlement de fonctionnement du SESSD établit les règles de vie qui régissent les relations internes. Il concerne : - les relations entre les usagers - les relations entre les usagers et les professionnels - les relations entre les usagers et le Service Article 1 Modalités d'élaboration et de révision du règlement de fonctionnement Le règlement de fonctionnement est élaboré par le Directeur avec la participation des usagers et leurs représentants au Conseil de la Vie Sociale d'une part, en concertation avec les professionnels et leurs instances représentatives (Délégués du personnel), d'autre part. Le règlement de fonctionnement est arrêté par le Directeur Régional. Il fait l'objet d'une révision annuelle suivant la même procédure que celle appliquée lors de son élaboration. Article 2 Modalités de communication du règlement de fonctionnement Le règlement de fonctionnement est annexé : - au Livret d'accueil qui est remis aux parents des usagers du SESSD. 15

16 - au Guide à l'usage des Parents qui est remis aux parents d'enfants et adolescents susceptibles d'être usagers du SESSD. Le règlement de fonctionnement est affiché dans les locaux du SESSD. Article 3 Référence aux chartes des droits et libertés et de l'apf Le SESSD garantit à tout usager accueilli, les droits et liberté individuels énoncés par la charte des droits et libertés de la personne accueillie et par la charte de l'apf. Article 4 Mise en place du projet de l'enfant Le SESSD élabore avec ses parents ou représentants légaux un projet pour chaque enfant. Ce projet définit les objectifs et la nature des prestations mises en place. Le projet éducatif et thérapeutique est remis aux parents qui sont également destinataires des conclusions élaborées lors de la synthèse de l'enfant. L'enfant sera, dans la mesure du possible, associé à la démarche. Article 5 Accès aux informations Le SESSD assure aux parents ou aux représentants légaux le libre accès aux informations écrites qui les concernent. Un accompagnement pour cet accès sera proposé. Les données de ce dossier peuvent être informatisées. En application de la loi du 06/01/1978, l'usager dispose d'un droit d'accès, d'opposition et de modification. 16

17 Article 6 Confidentialité des informations Le SESSD assure à l'enfant et sa famille la confidentialité de toutes les informations qui les concernent. Pour garantir une cohérence globale et la continuité du suivi de l'enfant, des informations pourront être partagées dans le respect des obligations légales. Article 7 Conseil de la vie sociale "Guide à l'usage des parents" - cf. "Le conseil de la Vie Sociale" - page 6. Article 8 Conditions de reprise des prestations après interruption Les parents de l'enfant et le SESSD s'engagent à tout mettre en œuvre pour assurer la continuité du suivi de l'enfant. Les interruptions visées au présent article ne concernent pas la cessation définitive des prestations. Il s'agit d'interruptions temporaires qui peuvent intervenir au cours du suivi pour des raisons de force majeure. En toutes circonstances, le SESSD et la famille s'efforceront de trouver de nouvelles modalités de fonctionnement en référence au projet personnalisé. En cas d'impossibilité, l'une ou l'autre des parties pourra saisir la CDA. 17

18 Article 9 Les dispositions financières - Le SESSD n'a pas de finalité lucrative. - L'assurance maladie règle directement la totalité des frais de prise en charge. - Le budget du Service est soumis à l'approbation de la D.D.A.S.S. (Service Extérieur de l'etat, Ministère de la Santé et des Affaires Sociales). - Le montant de la dotation globale est arrêté par le Préfet. - La dotation couvre l'ensemble des charges supportées par le Service : salaires, déplacements, loyers, matériel - Chaque intervention auprès de l'enfant, ou temps institutionnel qui lui est consacré, est comptabilisée. - Chaque trimestre, une fiche récapitulative de l'ensemble des interventions est établie par le Service et est adressée à la caisse Pivot (CPAM Thionville). - La fiche récapitulative peut être consultée par les familles et faire l'objet d'un contrôle par les organismes payeurs. Conformément à l'article 124 du décret du 22 octobre 2003 : «Les soins complémentaires délivrés à titre individuel par un médecin, un auxiliaire médical, un centre de santé, un établissement de santé ou un autre établissement ou service médico-social, sont pris en charge par les organismes d'assurance maladie obligatoire dans les conditions de droit commun, en sus du tarif versé à l'établissement ou service : 1) soit lorsque leur objet ne correspond pas aux missions de l'établissement ou du service 18

19 2) soit, bien que ressortissant aux missions de l'établissement ou du service, ces soins ne peuvent en raison de leur intensité ou de leur technicité, être assurés par l'établissement ou le service de façon suffisamment complète ou suffisamment régulière. Ces soins doivent faire l'objet d'une prescription par un médecin attaché à l'établissement ou au service. Lorsque les soins complémentaires sont liés au handicap ayant motivé l'admission dans l'établissement ou le service, leur remboursement est subordonné à l'accord préalable du service du contrôle médical» Article 10 Respect mutuel et comportement civil Dans toutes les circonstances, les usagers comme les professionnels doivent faire preuve du respect mutuel nécessaire à toute vie collective. Tout manquement sera immédiatement signalé à la direction du service qui jugera avec discernement et en tenant compte de la situation de l'usager à l'initiative de l'acte, des suites qui devront y être données. Les membres du personnel contribuent en toute circonstance à prévenir et empêcher toute forme d'agressivité, de violence ou de maltraitance. Les obligations de civilité et de bientraitance s'imposent également au personnel qui est passible de sanctions disciplinaires et/ou pénales en cas de manquement avéré à ses obligations. Article 11 Affectation des locaux Le personnel et les usagers sont tenus de veiller à conserver les locaux de travail en bon état. 19

20 Les locaux de l'établissement sont réservés exclusivement aux activités professionnelles de ses membres, il ne doit pas y être fait de travail personnel. Afin de respecter les règles de sécurité et de ne pas perturber le bon fonctionnement des services, le personnel et les usagers ne doivent pas introduire ou déposer dans les locaux de l'établissement des objets ou matériels dont l'établissement ne pourrait justifier la propriété. Article 12 Journée et heure d'ouverture "Guide à l'usage des parents" - cf. "Les modalités de fonctionnement " - Point A "Les dispositions institutionnelles"- page 11. Article 13 Procédure d'admission L'admission au SESSD est notifiée par la CDA est confirmée par le directeur au terme d'une procédure qui se déroule en deux temps : - 1 consultation médicale avec le médecin de rééducation fonctionnelle - 1 entretien d'admission avec le directeur Il s'agit d'apprécier l'adéquation entre les besoins des enfants, les attentes des parents ou représentants légaux et les moyens d'action du Service. Dans les 15 jours qui suivent l'admission, les professionnels qui interviendront auprès de l'enfant présenteront l'objet de leur travail dans le cadre d'une réunion présidée par le Directeur, ou à la demande des parents au cours d'entretiens individuels avec les professionnels concernés. 20

21 Dans le mois qui suit l'admission, 4 entretiens complémentaires seront proposés aux familles et à l'enfant : - un entretien avec une psychologue afin de présenter son action et l'éventuel soutien qui peut être apporté aux enfants et à leur famille. - un entretien avec une éducatrice spécialisée de manière à approfondir les attentes parentales et créer avec la famille un accompagnement personnalisé. - un entretien avec l'ergothérapeute permettant d'évaluer les adaptations et aides techniques nécessaires à l'enfant. - un entretien avec l'assistante sociale afin d'informer les familles sur les droits sociaux liés à la situation du handicap de l'enfant. Article 14 Le projet personnalisé "Guide à l'usage des parents" - cf. "Les modalités de fonctionnement " - Point A "Les dispositions institutionnelles" page 10. Article 15 Emploi du temps des enfants Le programme des interventions est lié au projet individuel de l'enfant. Les parents sont destinataires de l'emploi du temps de l'enfant qui doit stipuler le lieu et l'heure de l'intervention ainsi que le nom de chaque professionnel. En cas d'absence, le Service et les parents s'engagent à se prévenir dans des délais raisonnables. 21

22 Article 16 M odalités d'intervention "Guide à l'usage des parents" - cf. "Les modalités de fonctionnement " - Point A "Les dispositions institutionnelles" page 12. Article 17 R encontre avec les familles Les temps de rencontre - peuvent être personnalisés sur rendez-vous - se réalisent sous forme de réunion avec les différents intervenants : projets, réunions de parents, réunion avec les partenaires Article 18 S écurité et assurance L'ensemble des activités proposées dans le cadre du S.E.S.S.D. et encadrées par le personnel du Service, est couvert par l'assurance Responsabilité Civile souscrite par l'a.p.f. es parents doivent contracter obligatoirement une assurance individuelle pour leur enfant afin de se couvrir en Responsabilité Civile. Ils devront présenter à la rentrée le numéro de police de leur assurance. Celle qu'ils contractent par l'école est valable. Cette assurance couvre les dégâts éventuels (matériels et corporels) occasionnés du fait de l'enfant. Tout fauteuil électrique doit obligatoirement être assuré : se renseigner auprès de la Délégation Départementale de l'a.p.f 22

23 Article 19 S ureté des usagers et des biens - Nous demandons aux parents d'apporter une grande attention aux soins d'hygiène corporelle de leur enfant. - En cas de maladies contagieuses, il est nécessaire de prévenir le directeur et le médecin du SESSD. - L'administration de médicaments par les professionnels du SESSD ne pourra se réaliser que sous prescription médicale adressée au médecin du SESSD et dans tous les cas avec son accord. 23

24 Annexe 2 CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNES ACCUEILLIE Article 1er P rincipe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d'accompagnement, prévues par la loi, nul ne peut faire l'objet d'une discrimination en raison de son origine, notamment ethnique ou sociale, de son apparence physique, de ses caractéristiques génétiques, de son orientation sexuelle, de son handicap, de son âge, de ses opinions et convictions, notamment politiques ou religieuses, lors d'une prise en charge ou d'un accompagnement, social ou médico-social. Article 2 D roit à une prise en charge ou à un accompagnement adapté La personne doit se voir proposer une prise en charge ou un accompagnement, individualisé et le plus adapté possible à ses besoins, dans la continuité des interventions. Article 3 D roit à l'information La personne bénéficiaire de prestations ou de services a droit à une information claire, compréhensible et adaptée sur la prise en charge et l'accompagnement demandés ou dont elle bénéficie ainsi que sur ses droits et sur l'organisation et le fonctionnement de 24

25 l'établissement, du service ou de la fome de prise en charge ou d'accompagnement. La personne doit également être informée sur les associations d'usagers oeuvrant dans le même domaine. La personne a accès aux informations la concernant dans les conditions prévues par la loi ou la réglementation. La communication de ces informations ou documents par les personnes habilitées à les communiquer en vertu de la loi s'effectue avec un accompagnement adapté de nature psychologique, médicale, thérapeutique ou socio-éducative. Article 4 P rincipe du libre choix, du consentement éclairé et de la participation de la personne Dans le respect des dispositions légales, des décisions de justice ou des mesures de protection judiciaire ainsi que des décisions d'orientation : 1- La personne dispose du libre choix entre les prestations adaptées qui lui sont offertes soit dans le cadre d'un service à son domicile, soit dans le cadre de son admission dans un établissement ou service, soit dans le cadre de tout mode d'accompagnement ou de prise en charge. 2- Le consentement éclairé de la personne doit être recherché en l'informant, par tous les moyens adaptés à sa situation, des conditions et conséquences de la prise en charge et de l'accompagnement et en veillant à sa compréhension. 3- Le droit à la participation directe, ou avec l'aide de son représentant légal, à la conception et à la mise en oeuvre du projet d'accueil et d'accompagnement qui la concerne lui est garanti. Lorsque l'expression par la personne d'un choix ou d'un consentement éclairé n'est pas possible en raison de son jeune âge, ce choix ou ce consentement est exercé par la famille ou le représentant légal auprès de l'établissement, du service ou dans le cadre des autres formes de prise en charge et d'accompagnement. Ce choix ou ce consentement est également 25

26 effectué par le représentant légal lorsque l'état de la personne ne lui permet pas de l'exercer directement. Pour ce qui concerne les prestations de soins délivrées par les établissements ou services médico-sociaux, la personne bénéficie des conditions d'expression et de représentation qui figurent au code de la santé publique. La personne peut être accompagnée de la personne de son choix lors des démarches nécessitées par la prise en charge ou l'accompagnement. Article 5 D roit à la renonciation La personne peut à tout moment renoncer par écrit aux prestations dont elle bénéficie ou en demander le changement dans les conditions de capacités, d'écoute et d'expression ainsi que de communication prévues par la présente charte, dans le respect des décisions de justice ou mesures de protection judiciaire, des décisions d'orientation et des procédures de révision existantes en ces domaines. Article 6 D roit au respect des liens familiaux La prise en charge ou l'accompagnement doit favoriser le maintien des liens familiaux et tendre à éviter la séparation des familles ou des fratries prises en charge, dans le respect des souhaits de la personne, de la nature de la prestation dont elle bénéficie et des décisions de justice. En particulier, les établissements et les services assurant l'accueil et la prise en charge ou l'accompagnement des mineurs, des jeunes majeurs ou des personnes et familles en difficultés ou en situation de détresse prennent, en relation avec les autorités publiques compétentes et les autres intervenants, toute mesure utile à cette fin. 26

27 Dans le respect du projet d'accueil et d'accompagnement individualisé et du souhait de la personne, la participation de la famille aux activités de la vie quotidienne est favorisée. Article 7 Droit à la protection Il est garanti à la personne comme à ses représentants légaux et à sa famille, par l'ensemble des personnels ou personnes réalisant une prise en charge ou un accompagnement, le respect de la confidentialité des informations la concernant dans le cadre des lois exixtantes. Il lui est également garanti le droit à la protection, le droit à la sécurité, y compris sanitaire et alimentaire, le droit à la santé et aux soins, le droit à un suivi médical adapté. Article 8 Droit à l'autonomie Dans les limites définies dans le cadre de la réalisation de sa prise en charge ou de son accompagnement et sous réserve des décisions de justice, des obligations contractuelles ou liées à la prestation dont elle bénéficie et des mesures de tutelle ou de curatelle renforcée, il est garanti à la personne la possibilité de circuler librement. A cet égard, les relations avec la société, les visites dans l'institution, à l'extérieur de celle-ci, sont favorisées. Dans les mêmes limites et sous les mêmes réserves, la personne résidente peut, pendant la durée de son séjour, conserver des biens, effets et objets personnels et, lorsqu'elle est majeure, disposer de son patrimoine et de ses revenus. 27

28 Article 9 Principe de prévention et de soutien Les conséquences affectives et sociales qui peuvent résulter de la prise en charge ou de l'accompagnement doivent être prises en considération. Il doit en être tenu compte dans les objectifs individuels de prise en charge et d'accompagnement. Le rôle des familles, des représentants légaux ou des proches qui entourent de leurs soins la personne accueillie doit être facilité avec son accord par l'institution, dans le respect du projet d'accueil et d'accompagnement individualisé et des décisions de justice. Les moments de fin de vie doivent faire l'objet de soins, d'assistance et de soutien adaptés dans le respect des pratiques religieuses ou confessionnelles et convictions tant de la personne que de ses proches ou représentants. Article 10 D roit à l'exercice des droits civiques attribués à la personne accueillie L'exercice effectif de la totalité des droits civiques attribués aux personnes accueillies et des libertés individuelles est facilité par l'institution, qui prend a cet effet toutes mesures utiles dans le respect, si nécessaire, des décisions de justice. 28

29 Article 11 Droit à la pratique religieuse Les conditions de la pratique religieuse, y compris la visite de représentants des différentes confessions, doivent être facilitées, sans que celles-ci puissent faire obstacle aux missions des établissements ou services. Les personnels et les bénéficiaires s'obligent à un respect mutuel des croyances, convictions et opinions. Ce droit à la pratique religieuse s'exerce dans le respect de la liberté d'autrui et sous réserve que son exercice ne trouble pas le fonctionnement normal des établissements et services. Article 12 R espect de la dignité de la personne et de son intimité Le respect de la dignité et de l'intégrité de la personne est garanti. Hors la nécessité exclusive et objective de la réalisation de la prise en charge ou de l'accompagnement, le droit à l'intimité doit être préservé. 29

30 Annexe 3 La charte de l'association e fondement des valeurs de l'association Dans la ligne de la Déclaration universelle des droits de l'homme, l'apf, mouvement de personnes handicapées, de leur famille et de personnes valides, affirme la primauté de la personne : L'être humain ne peut être réduit à son handicap ou sa maladie quels qu'ils soient. En tant que citoyenne, la personne handicapée exerce ses responsabilités dans la société : elle a le choix et la maîtrise de son existence. L'APF affirme son indépendance de tout parti politique et de toute religion. L'APF revendique : L'intégration de la personne handicapée dans la société, à toutes les étapes de son existence, en tous lieux et en toutes circonstances. La prise en compte des préoccupations des familles dès l'annonce du handicap, quelle qu'en soit l'origine. L'égalité des chances par la compensation humaine, technique et financière des conséquences du handicap, afin de permettre à la personne handicapée d'acquérir une pleine autonomie. 30

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil -

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil - Etablissement S.A.S. / ARPADE Services d Accueil et de Soins - Livret d accueil - Association Régionale de Prévention et d Aide face aux Dépendances et aux Exclusions Valeurs fondamentales de l Association

Plus en détail

Une passerelle pour votre avenir

Une passerelle pour votre avenir Une passerelle pour votre avenir Livret d accueil Jeunes de 14 à 20 ans Plusieurs structures pour des parcours individualisés Des équipes pluridisciplinaires pour un service de qualité Enfance et Adolescence

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

SSIAD de Déville-Lès-Rouen. 4, rue Georges Hébert. 76250 Déville-Lès-Rouen 02.35.76.30.91. ssiad@chg-lafilandiere.fr

SSIAD de Déville-Lès-Rouen. 4, rue Georges Hébert. 76250 Déville-Lès-Rouen 02.35.76.30.91. ssiad@chg-lafilandiere.fr IVRET D ACCUEI Service Soins Infirmier A Domicile SSIAD de Déville-ès-Rouen 4, rue Georges Hébert 76250 Déville-ès-Rouen 02.35.76.30.91 ssiad@chg-lafilandiere.fr Centre d Hébergement Gérontologique A FIANDIERE

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE D AIDE A DOMICILE

LIVRET D ACCUEIL SERVICE D AIDE A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL SERVICE D AIDE A DOMICILE 31 Promenade du Campet 31220 CAZERES Tél : 05 61 98 27 72 Fax : 05 61 90 17 69 aideadomicile@comcomcazeres.fr Agrément qualité n N/010111/M/031/Q/027 PRESENTATION

Plus en détail

Livret d accueil. Accueil de nuit. 2 square Claude Debussy 45300 PITHIVIERS

Livret d accueil. Accueil de nuit. 2 square Claude Debussy 45300 PITHIVIERS Livret d accueil Accueil de nuit 2 square Claude Debussy 45300 PITHIVIERS Bienvenue chez Imanis Ce livret d accueil a pour objectif de vous permettre de : - mieux cerner le cadre d intervention de l association,

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante

Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante FONDATION NATIONALE DE GÉRONTOLOGIE - MINISTÈRE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ - 1997 La vieillesse est une étape de l'existence pendant laquelle

Plus en détail

Livret d accueil. Aux familles, aux enfants et aux adolescents

Livret d accueil. Aux familles, aux enfants et aux adolescents Livret d accueil S.E.M. - A.P.F 46, rue de la fuye - 53000 Laval 02 43 98 35 41 - Fax. 02 43 98 35 42 E-mail : apf.sem.53@wanadoo.fr La présentation 2 L emploi du temps du jeune 6 L accueil et l admission

Plus en détail

Des questions..des réponses

Des questions..des réponses 1 Des questions..des réponses C est quoi le Foyer 150?... 3 Qui travaille au Foyer 150?... 4 Pourquoi est-on placé au Foyer 150?... 4 Comment arrive-t-on au Foyer 150?...... 5 Première étape : contact

Plus en détail

Service d Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés

Service d Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés Service d Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés Association Accueil Savoyard SAMSAH/SAVS 89, rue de Warens 73 000 Chambéry Tel.: 04 79 62 78 26 Fax: 04 79 96 37 03 Septembre 2014 / Version

Plus en détail

CONTRAT DE S EJOUR. CENTRE HOSPITALIER La Palmosa

CONTRAT DE S EJOUR. CENTRE HOSPITALIER La Palmosa CENTRE HOSPITALIER La Palmosa Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes 1, Route de Gorbio 06500 MENTON Tél. accueil : 04.93.28.73.02 - Télécopie : 04.93.28.76.51 Horaires d ouvertures

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE D'AIDE A DOMICILE

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE D'AIDE A DOMICILE REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE D'AIDE A DOMICILE Le présent document définit les règles générales d organisation et de fonctionnement du Service prestataire d Aide à Domicile de Ramonville-Saint-Agne

Plus en détail

Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité

Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S.... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité - organisation architecturale L admission... p. 5 Fonctionnement... p. 6 Le projet personnalisé...

Plus en détail

Règlement de fonctionnement du. Service d accompagnants des étudiants

Règlement de fonctionnement du. Service d accompagnants des étudiants Règlement de fonctionnement du Service d accompagnants des étudiants mis à jour au 1er septembre 2014 (Selon décret n 2003-1095 du 14 novembre 2003) 1 Préambule : Préambule : Le présent document s adresse

Plus en détail

Livret d Accueil. ARADOPA UNA Agrément qualité n R 29.01.09 A 051 Q-001 Service autorisé depuis le 30/03/2005 par le Conseil Général de la Marne

Livret d Accueil. ARADOPA UNA Agrément qualité n R 29.01.09 A 051 Q-001 Service autorisé depuis le 30/03/2005 par le Conseil Général de la Marne Version juin 2010 Livret d Accueil ARADOPA UNA Agrément qualité n R 29.01.09 A 051 Q-001 Service autorisé depuis le 30/03/2005 par le Conseil Général de la Marne ARADOPA UNA Mandataire Agrément qualité

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE ACCOMPAGNEMENT SOINS & SANTÉ / SSIAD 32 bd Auguste Péneau 44300 NANTES N SIRET : 30897363500102 (L article L 311-7 du code de l action

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV .Lecture : Dans la colonne 1, les dispositions supprimées ou modifiées (en colonne 2) figurent en gras souligné. Dans la colonne 2, les dispositions modifiées ou nouvelles figurent en gras en fonction

Plus en détail

L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne

L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne La profession d'accueillant familial Une activité professionnelle au service de la personne accueillie Être

Plus en détail

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL Directeur: Chef de Service Éducatif Assistante de Direction Accueil - Secrétariat

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE Publié le : 2014-04-18 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE 19 DECEMBRE 2013. - Arrêté ministériel fixant le code de déontologie pour

Plus en détail

Livret d Accueil D1-3 (C)

Livret d Accueil D1-3 (C) Livret d Accueil Les prestations Family Sphere proposées par Votre agence Family Sphere est une société privée agréée par l Etat, prestataire de services à domicile dédiés à l enfance : La garde d enfant

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

EHPAD DU CASH DE NANTERRE

EHPAD DU CASH DE NANTERRE EHPAD DU CASH DE NANTERRE 403 avenue de la République 92014 Nanterre Tel : 01.47.69.65.28 Fax : 01.47.69.67.49 Ce document tient compte des lois et règlements en vigueur. Contrat validé par: - le Conseil

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Tél : 01 45 77 98 98 - Fax : 01 45 77 14 18 RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT 1. Les finalités de la prise en charge Conformément à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, l équipe de la

Plus en détail

Les résidences du Centre Hospitalier

Les résidences du Centre Hospitalier Les résidences du Centre Hospitalier QUIMPER Résidence Ty Glazig Résidence Ty Creac h Résidence Ker Radeneg CONCARNEAU Résidence Avel Ar Mor Résidence Les Embruns Résidence Les Brisants POUR VOUS AIDER

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION

NOTICE D'INFORMATION 04 Union Départementale des Associations Familiales des Alpes de Haute-Provence NOTICE D'INFORMATION 39 Boulevard Victor Hugo Le Florilège 04000 DIGNE LES BAINS 1/14 Présentation du dispositif de protection

Plus en détail

D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014

D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014 Docu 39922 p.1 Décret relatif à l'enseignement supérieur inclusif D. 30-01-2014 M.B. 09-04-2014 Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : CHAPITRE

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition)

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition) VIVRE ENSEMBLE Mutuelle d Aide aux Personnes Handicapées Mentales Siège Social : 5 rue de Breuvery 78100 St Germain en Laye Tél. : 01 34 51 38 80 - Fax : 01 39 73 75 72 e-mail : direction@vivre-ensemble.fr

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE

SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE Ville d'aubière C.C.A.S. Centre Communal d'action Sociale Place de l'hôtel de Ville BP 44 63171 AUBIERE Cédex tél : 04-73-44-00-03 Fax : 04-73-44-00-04 SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE Règlement

Plus en détail

ASH-63. Livret d accueil. année scolaire 2011-2012

ASH-63. Livret d accueil. année scolaire 2011-2012 ASH-63 Livret d accueil de l auxiliaire de vie scolaire année scolaire 2011-2012 Inspection académique du Puy-de-Dôme Cité Administrative - rue Pélissier Circonscription ASH Bâtiment P - 5 ème étage -

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

IMC Val de Murigny. Centre de Rééducation Motrice pour Infirmes Moteurs Cérébraux. C.R.M-I.M.C. Val de Murigny 51100 REIMS

IMC Val de Murigny. Centre de Rééducation Motrice pour Infirmes Moteurs Cérébraux. C.R.M-I.M.C. Val de Murigny 51100 REIMS CRM-IMC IMC Val de Murigny Centre de Rééducation Motrice pour Infirmes Moteurs Cérébraux C.R.M-I.M.C. Val de Murigny 42, Boulevard Edmond Michelet 51100 REIMS Tél. 03 26 36 08 08 Fax 03 26 49 91 21 crm51direction@wanadoo.fr

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN L'admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT IME LA CIGALE

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT IME LA CIGALE 5 PREAMBULE SON ELABORATION SA DIFFUSION SA MODIFICATION SA REVISION L admission : REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT IME LA CIGALE La prise en charge et son évolution : La période d évaluation. Le projet individualisé.

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

SIVU Enfance-Jeunesse Aod Ar Brug. Mairie 1 place de l'église 22300 Ploumilliau 02.96.35.32.92 06.60.25.48.55 sivu.ploumilliau@wanadoo.

SIVU Enfance-Jeunesse Aod Ar Brug. Mairie 1 place de l'église 22300 Ploumilliau 02.96.35.32.92 06.60.25.48.55 sivu.ploumilliau@wanadoo. SIVU Enfance-Jeunesse Aod Ar Brug Mairie 1 place de l'église 22300 Ploumilliau 02.96.35.32.92 06.60.25.48.55 sivu.ploumilliau@wanadoo.fr Reglement intérieur Centre de loisirs Maternel 11 Hent Bras Nevez

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE ( CRI BIJ ) TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION Article 1 : Il est formé à Metz, entre les personnes physiques et collectives

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs»

Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE PREFET DE L EURE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Évreux, le 23 novembre 2012 Vendredi 23 novembre au Conseil général de l Eure Signature des premiers emplois d avenir de l Eure La situation de l emploi est particulièrement

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Bienvenue à la Maison d'accueil Spécialisée Les Palmiers

Bienvenue à la Maison d'accueil Spécialisée Les Palmiers Bienvenue à la Maison d'accueil Spécialisée Les Palmiers L'ensemble de l'équipe de la MAS vous souhaite la bienvenue et dès à présent, vous propose un accompagnement adapté. Etablir une relation basée

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

NOTE D INFORMATION sur la formation sociale préparatoire au Diplôme d Etat d AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE

NOTE D INFORMATION sur la formation sociale préparatoire au Diplôme d Etat d AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE Ce.F Centre de Formation au Travail Sanitaire et Social Place du Marché Couvert - BP 414-24104 BERGERAC CEDEX Tél : 05 53 22 23 00 Fax : 05 53 23 93 05 Email : cef@johnbost.fr Site : www.johnbost.org/cef

Plus en détail

N 06-496 CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du Mardi 28 Mars 2006 14/ SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE - REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

N 06-496 CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du Mardi 28 Mars 2006 14/ SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE - REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT N 06-496 CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du Mardi 28 Mars 2006 PÔLE PERSONNES AGEES 14/ SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE - REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Vu les articles L.311-4 et L.311-7 du Code de

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

VILLE D'ORANGE Direction AFFAIRES SCOLAIRES / ANIMATION SPORT LOISIRS. REGLEMENT INTERIEUR ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES et EXTRASCOLAIRES

VILLE D'ORANGE Direction AFFAIRES SCOLAIRES / ANIMATION SPORT LOISIRS. REGLEMENT INTERIEUR ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES et EXTRASCOLAIRES VILLE D'ORANGE Direction AFFAIRES SCOLAIRES / ANIMATION SPORT LOISIRS REGLEMENT INTERIEUR ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES et EXTRASCOLAIRES L'accueil des enfants en Loisirs périscolaires et extrascolaires

Plus en détail

Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale. Principes généraux de l'aide sociale légale aux personnes âgées

Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale. Principes généraux de l'aide sociale légale aux personnes âgées Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale Si vos revenus ne vous permettent pas de couvrir la totalité des frais d'hébergement en maison de retraite (EHPAD), le coût des prestations d'aide

Plus en détail

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des Sections de Techniciens Supérieurs Vu le décret 2006-1093 du 29 août 2006 (J.O. du 31.08.2006), Vu

Plus en détail

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2);

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 2006-223 du 25 Joumada El Oula 1427 correspondant au 21 juin 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l'organisme de prévention des risques professionnels

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

Collectif TeSS Téléphonie Sociale et en Santé Structures signataires de la charte

Collectif TeSS Téléphonie Sociale et en Santé Structures signataires de la charte Collectif TeSS Téléphonie Sociale et en Santé Structures signataires de la charte AFM - Association Française contre les Myopathies Créée en 1958 par des malades et parents de malades, l AFM a un objectif

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT

CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT PLAN DEPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DEPARTEMENT DE LA LOIRE CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT Les mesures d'accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.)

Plus en détail

Phoenix Roller In line Hockey a.s.b.l.

Phoenix Roller In line Hockey a.s.b.l. Règlement d Ordre Intérieur 1. Objectifs Le club a pour objectifs: de promouvoir le Roller In Line Hockey pour le loisir et la compétition, en organisant des séances d'initiations, d'entraînements et de

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement Règlement de Fonctionnement Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs Le règlement de fonctionnement est établi conformément aux dispositions du décret N 2008-1504 du 30 décembre 2008.

Plus en détail

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie Circulaire n DSS/4B du 06 novembre 1995 relative à la protection en matière d'accidents du travail et de maladies professionnelles des assistantes maternelles et des particuliers qui hébergentà domicile

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES A/ EN DEHORS DU TEMPS SCOLAIRE 1. PRÉALABLE Il arrive que des associations, des personnes physiques morales de droit public ou privé, demandent à occuper régulièrement

Plus en détail

Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes»

Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes» Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes» Nom du jeune : Date d inscription : Fiche de renseignements obligatoires (Merci de bien vouloir répondre précisément à chaque question) RENSEIGNEMENTS SUR

Plus en détail

SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL. CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013

SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL. CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013 SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013 Le service social 2 Pour qui? Les adhérents d'un contrat individuel MNSPF santé ou prévoyance : - Les Sapeurs-Pompiers inscrits

Plus en détail

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1:

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1: L'EXEMPLE BELGE La scolarisation des enfants autistes en Belgique Grande Cause Nationale 2012, l'autisme touche près de 440 000 personnes en France. Chaque année, ce sont 5 000 à 8 000 enfants qui naissent

Plus en détail

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Les objectifs des réseaux de santé Mettre le patient au centre et non la maladie Améliorer la qualité des soins Optimiser les moyens humains et financiers

Plus en détail

institut national de jeunes sourds de Paris

institut national de jeunes sourds de Paris institut national de jeunes sourds de Paris Mise en place d un dossier unique informatisé de l élève à l institut national de jeunes sourds de Paris CAHIER DES CHARGES Page 1 sur 10 Le présent document

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron A.N.P.A.A. 12 8 avenue de Paris Immeuble «La Parisienne» 12000 RODEZ Tél. : 05 65 67 11 50 Fax : 05 65 42 24 96 E-mail : comite12@anpa.asso.fr Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

VILLE D'ORANGE RESTAURATION SCOLAIRE

VILLE D'ORANGE RESTAURATION SCOLAIRE VILLE D'ORANGE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR DES RESTAURANTS SCOLAIRES DES ECOLES PUBLIQUES DE LA VILLE D'ORANGE L'accueil des enfants en restauration scolaire impose l'adhésion au présent

Plus en détail

Le service social en faveur des personnels

Le service social en faveur des personnels Le service social en faveur des personnels Service généraliste et de proximité. Des interventions soumises au respect du secret professionnel. Loi L 411-3 du code de l'action sociale et des familles. (CASF)

Plus en détail

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro LIVRET D'ACCUEIL EHPAD Valle Longa 0495532200 Sialare www.vallelonga.fr 20117 Cauro LE MOT D ACCUEIL Madame, Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue à la résidence Valle Longa de Cauro. Valle Longa,

Plus en détail

- Evaluation de la situation sur dossier ou à domicile (vous pouvez être amené à rencontrer différents professionnels)

- Evaluation de la situation sur dossier ou à domicile (vous pouvez être amené à rencontrer différents professionnels) Maison Départementale des Personnes Handicapées du Haut-Rhin CG 68 - Direction de la Communication - Dessins réalisés par des usagers des établissements pour personnes handicapées du Haut-Rhin Qu est-ce

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANÇAISE Hôpital d'enfants Margency. 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91

CROIX-ROUGE FRANÇAISE Hôpital d'enfants Margency. 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91 DOSSIER ADMINISTRATIF DU PATIENT A renvoyer à Christine ANDRIEUX 18, rue Roger Salengro 95580 MARGENCY Tél 01.34.27.42.09 Fax

Plus en détail

Fiche d'information des patients

Fiche d'information des patients Fiche d'information des patients Avec votre consentement et l'accord de votre médecin traitant, vous allez faire partie du réseau de santé ville-hôpital SPES. Le réseau S.P.E.S. fédère des professionnels

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

Résidence des Servins FOYER DE VIE AVEC MÉDICALISATION ACCUEIL DE JOUR ET SERVICE D ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE

Résidence des Servins FOYER DE VIE AVEC MÉDICALISATION ACCUEIL DE JOUR ET SERVICE D ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE Règlement de fonctionnement Charte des droits et libertés de la personne accueillie Résidence des Servins FOYER DE VIE AVEC MÉDICALISATION ACCUEIL DE JOUR ET SERVICE D ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE Sommaire

Plus en détail

Aides aux personnes âgées

Aides aux personnes âgées SOLIDARITÉS CÔTES D ARMOR S Action Sociale Aides aux personnes âgées Le guide pour mieux s'y retrouver Votre Conseil général les solidarités, assurer l équilibre 1 2 Édito L'aide sociale aux personnes

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

Arrêt de Travail par Maladie ou Accident

Arrêt de Travail par Maladie ou Accident Genworth Assurances 40-42 rue La Boétie CS 90002 75382 Paris Cedex 08 Téléphone : 01 55 91 16 00 Télécopie : 01 55 91 15 21 www.genworth.fr 1/6 Arrêt de Travail par Maladie ou Accident Etape 1 : Vérifier

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents Juin 2013 1/5 2/5 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation

Plus en détail

Convention portant sur l'adoption du nom «FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT»

Convention portant sur l'adoption du nom «FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT» Convention portant sur l'adoption du nom «FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT» Entre : association soumise à la loi du 1er juillet 1901, dont le siège social est situé, n Siret code NAF, et représentée par, dument

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES LE DIRECTEUR DU CABINET DU MINISTRE Paris, le 2 MAI 2005 N NOR/INT/D/05/00053/C LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes QUESTIONNAIRE D ENQUETE SUR LES BESOINS RELATIFS A L ACCUEIL DES ENFANTS DEFICIENTS INTELLECTUELS Ce

Plus en détail