EIAS ENTREPRISE ET ACTION SOCIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EIAS ENTREPRISE ET ACTION SOCIALE"

Transcription

1 Q-09f EIAS ENTREPRISE ET ACTION SOCIALE L un des buts que se propose l AIV est de sensibiliser et d impliquer les différents mondes dans l action sociale; chacun dans la mesure de ses possibilités et en accord avec son domaine d action. Dans ce but, différents itinéraires de l AIV se sont mis en marche, comme, par exemple, Univol, pour impliquer le monde universitaire, et SOLIDARISE-TOI, pour impliquer les étudiants de secondaire (14-16 ans),. Dans cette même optique, l AIV a mis en marche l itinéraire EIAS qui vise la sensibilisation du monde de l entreprise. L AIV propose l itinéraire ENTREPRISE ET ACTION SOCIALE, qui se veut une voie pour que volontaires et entrepreneurs trouvent une formule commune qui leur permette de marcher ensemble pour améliorer notre société. Il s agit de trouver la manière de construire une société plus juste, où n existent plus les grandes disproportions et les différences qui tenaillent notre société. Comme premier pas important, nous prétendons établir des formules communes d aide et de support à l action sociale en faveur des secteurs les plus nécessiteux. Lorsque l AIV parle d implication du patronat, elle ne se rapporte pas exclusivement au fait de sponsoriser. Dans le reste de l Europe, on connaît et on pratique d autres modèles de collaboration qui vont plus loin que l apport économique, et qui essaient de sensibiliser pleinement entrepreneurs et ouvriers, et de les impliquer dans l amélioration de la communauté. Des programmes, tels que Giving in Europe, Challenge ou Employee Volunteering, good for business, ont voulu créer un climat d engagement entre les entreprises, leurs employés et leur milieu. De ce fait, l AIV, partant de toutes les expériences qu elle connaît, comprend que la collaboration peut exister -et ce serait souhaitable qu elle existe- à différents niveaux, comme, par exemple: 1

2 1 - Apport en espèces: - Chaque entrepreneur apporte ce qu il fabrique. - Il le fait directement à des entités et/ou des programmes d action sociale qui en montrent la nécessité et qui n ont pas de quoi payer. - Dans des cas limite, on cède l article ou le service à prix de revient. 2 - Création d un climat de Volontariat à l intérieur de l entreprise: - En suivant la théorie d une importante entreprise européenne qui dit: un volontaire est toujours meilleur ouvrier qu un non-volontaire. - En cédant du personel à des entités/programmes d action sociale. - En créant, à l intérieur de l entreprise, la commission de Volontariat Social. 3 - Donation d un pourcentage des propres bénéfices: - En décernant des prix à des programmes/entités d action sociale. - En y cédant un pourcentage des bénéfices, ce qui serait marqué sur le produit fini et commercialisé. 4 - Création d emplois pour des personnes marginales: - À la manière d une grande entreprise britannique, dont plus de 60% des employés sont handicapés. - En profitant des dégrèvements fiscaux offerts par la législation. - En procurant à chaque handicapé un travail en accord avec ses possibilités réelles. Le programme GIVING IN EUROPE, d où part notre idée, dit ainsi: La prise de conscience de la société actuelle augmente. - De ce fait, toute entreprise se présentant comme défenseur de: - l amélioration sociale - l attention aux êtres marginaux - la solution aux problèmes de l environnment - l attention aux thèmes culturels - la lutte contre la xénophobie - le support à la culture des loisirs de l enfance - la lutte contre la pauvreté - la collaboration citoyenne - l amélioration du quartier - la promotion des valeurs parmi les jeunes est une entreprise censée obtenir : - l applaudissement du public - une acceptation beaucoup plus grande de ses produits - une publicité moins chère que celle de la TV - l appui des médias - Une anecdote des réunions de Davos explique la raison pour laquelle un produit de la même qualité se vend plus qu un autre: c est parce qu on lit sur l enveloppe que 3% de son prix est destiné à une certaine action qui favorise la société en général. 2

3 - En cette époque d économie globalisée, où, grâce aux technologies modernes, toute l Humanité navigue dans le même bateau, aucun pays ne devrait être absent de cette collaboration entre les entreprises et l action sociale. L éradication des différences excessives entre riches et pauvres -pays et personnes-, est l affaire de tous, mais, pour les raisons que nous venons d exposer et d autres qui doivent exister à coup sûr, on constate que lorsque une entreprise montre son soutien à l action sociale ses bénéfices augmentent et la situation des personnes exclues devient meilleure. C est dans cette optique que l AIV met en marche ce programme. - Tous les entrepreneurs doivent connaître les documents qui leur montrent comment faire pour augmenter leurs bénéfices tout en collaborant à l amélioration de la qualité de vie de l Humanité. LE PATRONAT La participation à l action sociale: un manière d augmenter les bénéfices. Les entrepreneurs sont, sans aucun doute, des personnes importantes dans notre pays, et partout dans le monde. Ils constituent le moteur et la partie active de la population qui maintient l énergie constamment renouvelée pour que le pays avance, pour que le niveau de vie de tous devienne meilleur et pour qu ils atteignent définitivement la place qui leur revient de droit dans le ranking compétitif. Les entrepreneurs veulent augmenter leurs bénéfices. C est tout à fait normal qu ils se soucient surtout d augmenter leurs bénéfices, car, en fait, c est dans ce but qu ils sont à la tête de leur entreprise. Ils ne seraient pas de vrais entrepreneurs si le souci d augmenter leurs bénéfices n était pas le premier parmi leurs fonctions patronales, partagé, cependant, avec l amélioration de la qualité, du service et d autres faits qui, dans leur ensemble, rendent possible l amélioration économique tant désirée. Ils veulent aussi s enrichir en tant que personnes. Malgré tout ce que nous venons d exposer, les entrepreneurs sont avant tout des personnes, et, en tant que personnes, ils souhaitent grandir, devenir plus humains, contribuer plus efficacement à l amélioration du milieu. Ils ont aussi intérêt à offrir une bonne image de leur entreprise. Ils savent que, en améliorant leur image en tant qu entrepreneurs, les clients et les amis valoriseront davantage leurs produits et le personnel sera plus satisfait de travailler avec eux. MAIS... Les affaires peuvent leur prendre le temps qu ils devraient destiner au développement personnel. Ils voudraient bien, mais ce n est pas toujours possible. Ils se sentent trop pris. La pensée - et les jambes- les amènent de la maison au travail et du travail à la maison, sans intervalles ni détours. Ils agissent toujours dans les mêmes paramètres. 3

4 Les types de publicité actuels deviennent de moins en moins valables. On croit, d ailleurs, de moins en moins à l efficacité de l argent destiné à la publicité. La plus chère, celle de la télé, se perd dans le zapping. On pense: Il est peut-être vrai qu un changement de stratégie nous aiderait à mieux vendre. Il se peut que le système anglais qui consiste à destiner un pourcentage des bénéfices à une action sociale -en le mentionnant sur l enveloppe du produit- soit une bonne stratégie. EN PLUS... En tant que citoyens, ils se sentent sensibilisés par les problèmes d exclusion sociale qu ils constatent dans leur entourage le plus immédiat. En agissant de la sorte, ils feraient coup double: ils feraient de la publicité et ils contribueraient efficacement à la lutte contre l exclusion sociale. LE VOLONTARIAT SOCIAL Ils détectent les nécessités des personnes marginales Nécessités qu une bonne partie de la société, à cause de la hauteur où elle est située, ne voit pas et qui restent souvent méconnues, même de ceux qui dans leur for intérieur, s ils les connaissaient, seraient disposés à faire quelque chose pour y pallier. On est conscient, vu leur nombre, que nous devons tous y apporter notre grain de sable. Ni l apport du Gouvernement, ni celui des volontaires, ne sont suffisants. La marginalité et les manques de base n ont pas toujours la même source. Dans certains cas, le premier responsable est la personne affectée elle-même; le deuxième, il est probable qu on puisse le situer, parfois, dans la famille; et le troisième responsable serait constitué, du moins, par les politiciens qui doivent veiller à la qualité de vie de TOUS les citoyens. Mais, finalement, tous les citoyens -toi et moi-, doivent apporter leur grain de sable. La société d aujourd hui est telle que nous la voulons, et elle deviendra ce que nous -nous tous- voudrons qu elle devienne. C est bien de nous plaindre, c est bien de dénoncer, mais il faut, absolument, faire tout ce dont nous sommes capables. Nous n avons pas le droit de nous plaindre si notre engagement ne se traduit pas en faits. Le volontariat social travaille à pallier les problèmes de l injustice sociale, en offrant son temps, ses connaissances et ses possibilités. Les volontaires, hommes et femmes, font ce qu ils peuvent. Même s ils sont conscients que c est bien peu. Ils pensent que si tout le monde, chacun d après ses possibilités, y apportait effort et illusion, le but de parvenir à une société plus juste deviendrait une réalité. MAIS... 4

5 Ils sont conscients qu il y a encore bien du travail à faire. Ce n est que le chemin qui reste à faire qui les effraie. Ce n est pas juste que les différences entre riches et pauvres soient de plus en plus grandes, aussi bien au niveau des pays que des personnes. Ce n est pas juste que, malgré tous les efforts et tous les progrès techniques, le nombre de marginaux ne cesse d augmenter. 20% de la production pour 80% de la population, et 80% de la production pour 20% de la population! Que ces chiffres sont effrayants! Surtout s ils ne sont plus des chiffres, mais des visages humains. On constate que la collaboration d experts s avère indispensable pour résoudre certains problèmes, pour conseiller,pour gérer, pour techniciser. Si on additionnait, véritablement, les efforts de toutes les personnes de bonne volonté, en unissant connaissances, technique, moyens, argent, temps, capacités, etc., on deviendrait la force invincible dont on a besoin pour arriver là où tous les gens de bonne volonté veulent arriver. On constate, aussi, qu il faut impliquer les différents mondes dans l action sociale. Ce n est pas un appel désespéré, mais si un appel serein et conscient: il faut que le monde qui a des possibilités les mette au service du monde qui n a que des difficultés. Il n y a que les possibilités qui puissent résoudre les nécessités. ENTREPRENEURS ET VOLONTAIRES ENSEMBLE Nous devons nous associer pour aboutir à une fin commune : Nous devons nous associer pour aboutir à l amélioration du monde où nous vivons, entendant par là l amélioration de la qualité de vie de la population marginale. Il s agit moins de donner de l argent, dont on ignore l usage, que de participer directement à la solution d un problème concret. Le volontaire découvre la nécessité et la présente à l entrepreneur. Le rôle de ce dernier serait moins de payer le montant subvenant à la résolution du problème en question que de fournir une solution pratique à ce problème. Quelques exemples de propositions et de solutions : - Pour éviter quelques marches à l entrée d un local pour handicapés, construire une rampe et une main courante. - Pour annoncer une célébration, imprimer le programme. - Pour organiser une sortie, fournir l autocar - Pour organiser un bureau, fournir l équipement. - Pour faire des séances de réhabilitation, aménager un espace - Devant la nécessité d un local, céder un espace. - Afin d améliorer les loisirs, céder des appareils (TV, musique...) Pourquoi donner? Une entreprise qui donne à la société peut obtenir, de ce fait, des bénéfices significatifs, comme par exemple: 5

6 - Publicité et une bonne image pour son entreprise. Les entreprises ont de plus en plus intérêt à obtenir l approbation de la société. Une entreprise qui s insère dans la vie, et, donc, dans les nécessités de la communauté à laquelle elle appartient aura cette approbation. Les entités bénéficiaires diront dans leurs imprimés et par d autres formes de diffusion, qui les a aidées à se procurer ce dont elles avaient besoin. - Cela améliore les rapports. En organisant des projets pour la communauté on peut faire connaître son entreprise. -Augmentation de la productivité. Les employés, ne s enrichiront pas seulement en tant que personnes, mais ils augmenteront leur productivité, et l ambiance de travail sera plus agréable s ils sont fiers de faire partie d une entreprise qui est reconnue par la communauté et qui fait quelque chose d utile pour elle. Les causes qui peuvent amener les entreprises à sponsoriser: - Faire connaître le nom de leur entreprise ou la marque d un certain produit. - Possibilité d établir des rapports avec les clients. - Accéder à de nouveaux marchés. - Améliorer l image de leur entreprise. - Participer à l action sociale du quartier ou de la ville. NOUS FAISONS UNE PROPOSITION INNOVATRICE L expérience européenne: Employeurs pour le Volontariat : - Il s agit d un programme qui vise l implication des entreprises dans les actions du quartier. Il s agit de créer une conscience de communauté. L entreprise (magasin, industrie...) se fait ainsi de la publicité et elle constate les améliorations que cela lui rapporte. La publicité, c est la propre entreprise qui la choisit en accord avec le domaine qui lui est le plus analogue (environnement, social...) - Les employés organisent, de façon ponctuelle, une activité sociale (bal, tombola, etc.) dont le revenu sera destiné à une certaine association du quartier. C est ce qu on appelle fundraising. - Quelques-uns des employés sont impliqués dans une tâche de Volontariat (en dedans ou en dehors des heures de travail). Par exemple, il y a quelques entreprises dont les ouvriers peuvent demander 10% de leur temps laboral pour le consacrer à l action sociale. - On organise un Challenge (défi): pendant 15 jours du mois de septembre, et partout dans le Royaume Uni, on propose des défis. Les associations préparent des actions concrètes et ponctuelles qu elles présentent aux entreprises (par exemple: peindre le local où vont vivre quelques ex-prisonniers, aménager un jardin à une certaine hauteur pour que les personnes se déplaçant en fauteuil roulant puissent le cultiver). Les entreprises choisissent leur défi et le réalisent. Il doit s agir, dans tous les cas, d un défi qu on puisse réaliser en 15 jours. S il s agit de peindre une maison, les employés apportent leur travail et l entreprise apporte la peinture. On pense que le fait d établir des rapports avec des gens marginaux pendant le défi peut créer des liens et, donc, les amener à poursuivre ces rapports une fois la tâche finie. La finalité dernière de ces Challenge est donc de recruter des volontaires. 6

7 - L entreprise nomme un délegué du Volontariat à l intérieur de l entreprise et organise le community involvement (département de l entreprise dont le responsable sera payé par l entreprise et qui consacrera une partie de son temps, ou tout son temps, au développment des programmes de Volontariat et aux rapports avec les entités de Volontariat). La collaboration établie, on nomme une commission qui assure le suivei composée par des volontaires et des patrons. Le programme catalan «Guanyem-hi tots». La Fédération Catalane de Volontariat Social agit en intermédiaire dans le programme Guanyem-hi tots ( Gagnons-y tous ). 1) Elle se charge de compiler, dans les quelque 1000 entités d action sociale de Catalogne avec lesquelles elle est en rapport, des projets concrets qui ont besoin d un support supérieur aux possibilités de l association en question. 2) Elle propose les projets aux entreprises ou aux patrons ayant exprimé leur désir de collaboration. 3) Chaque entreprise étudie et accepte le projet ou les projets qu elle considère les plus intéressants ou accessibles. 4) C est l entreprise, directement, qui mène a bien le projet ou qui exerce le contrôle direct sur sa réalisation. 5) Pour des projets très importants et très coûteux, on peut grouper plusieurs entreprises. Différentes propositions de participation de l entreprise - Technique: - Aides ponctuelles aux organisations de volontaires en informatique, comptabilité, etc. - Mise à disposition de salles, locaux, appartements, etc. - Exécution ou design d imprimés. - Économique: - En faisant une donation ponctuelle. - En sponsorisant un programme - En espèces: - Donation ou vente, à bas prix, des produits fabriqués et commercialisés par l entreprise. - Donation d équipements, mobilier ou matériaux obsolètes pour l entreprise et qui peuvent être fort utiles pour les organisations de volontaires. - Personnelle: - Cession de personnel rémunéré à des organisations de volontaires à temps partiel ou complet. - Promotion du Volontariat à l intérieur de l entreprise. Différentes demandes de collaboration - Pour des projets concrets. - Pour des projets globaux. 7

8 Voici quelques exemples de demandes d aides pour des projets concrets, présentées par différentes associations aux entreprises qui ont apporté leur aide: - Cantine sociale 200/300 repas par jour Centre d Accueil pour des jeunes en danger Dessiner un conte Vidéo avec des exercices et des commentaires pour des personnes âgées Cours d enseignement pour handicapés Acquisition d une photocopieuse Renforcement audiovisuel prix non estimé - Équipement communauté thérapeutique prix non estimé - Mobilité mécanique prix non estimé - Équipement bureau d accueil prix non estimé - Cours d Employée de maison adressé aux femmes marocaines Amélioration locale prix non estimé - Édition d un petit livre Réalisation et édition de 13 vidéos prix non estimé QUELQUES DONNEES APPORT DES ENTREPRISES. Donations, en Grande Bretagne, des 200 entreprises top: Année Donations % Du BAT , , , ,20 (En millions de livres sterling. Raising money from industry. 1989; BAT, bénéfices avant les impôts) Entreprises top du Royaume Uni faisant des donations en % du BAT: Donation % Du BAT Allied Dunbar 0,67 2,16 % Ciba-Geigy 0,47 2,16 Sum Hotels 0,55 2,00 Nisan RU (UK) 0,72 1,44 Rank Xerox 0,8 0,71 Rowntree Mackintosh 0,44 0,55 Marks & Spencer 1,45 0,48 IBM 2,3 0,44 Unilever 1,0 0,26 (En millions de livres. The Corporate Donnor s Handbook, 1987) 8

9 Donations des entreprises aux États Unis: Année Donations % Du BAT ,01 % , , , (En millions de $ USA. The Corporate Donor s Handbook, 1987) Destination des donations: Éducation 39,0% Services Humanitaires 28,7% Activités civiques 4,8% Culture et Art 11,4% Autres 6,1% (The Corporate Donor s Handbook, 1987) UN DÉFI POUR TOUT LE MONDE: Difficile, mais non pas impossible Les Catalans ont la réputation d être audacieux et entrepreneurs, surtout dans le domaine de l entreprise. Il se peut que les entreprises du pays ne soient pas encore entrées dans le domaine de la collaboration avec le monde social. Il faut donc acquérir petit à petit cette mentalité si nous voulons, réellement, nous situer au niveau européen. C est, sans acun doute, un changement difficile, mais nous nous trouvons à un moment où le changement de mentalité, l adaptation aux nouvelles situations et le rcyclage continu (même au niveau des concepts) s avèrent nécessaires. C est un défi difficile, mais non pas impossible. La société d aujourd hui y est invitée et les patrons, toujours en tête, doivent en être l exemple. La participation est un droit et, en même temps, un devoir. Les citoyens désirent, de plus en plus, s intégrer à la vie de la communauté où ils vivent et au pays qui les accueille. La Constitution donne le droit à la participation, mais nous, les forces vives, nous devons contribuer à l encouragement de ce droit. La Catalogne est un pays qui sait impulser la participation et en profiter. L apport personnel des patrons, des volontaires et de tous les citoyens, nous donnera la force nécessaire pour arriver partout où il le faudra. À chacun de faire, honnêtement, ce qu il est capable de faire. Piano piano si va lontano, disent les Italiens; un voyage de mil milles commence par un simple pas affirment les Chinois; et ce que tu ne feras, personne ne le fera affirme un vieux et célèbre aphorisme. 9

10 Faisons un pas en avant, le notre, le tien, le mien. C est sûr que nous parviendrons à atteindre les grands buts que nous nous sommes proposés et qui peuvent, en ce moment, sembler des utopies. Nous aimons les défis, et l itinéraire EIAS en est un. Aucun domaine, aucun secteur, ne peut vivre en tournant le dos à la société exclue. Les patrons encore moins que n importe qui! Depuis l AIV, nous invitons le monde de l entreprise à collaborer avec le monde social. Il ne s agit pas de donner de l argent. C est beaucoup plus facile que tout cela. Nous demandons que le monde qui a des possibilités les mette au service du monde qui n a que des difficultés parce que les possibilités peuvent résoudre les nécessités. Les deux mondes en ressentiront les bénéfices et l enrichissement. 10

Mënscherechter: Och fir Mënsche mat enger Behënnerung!

Mënscherechter: Och fir Mënsche mat enger Behënnerung! 1 Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir vivre de manière indépendante. Elles doivent pouvoir décider librement de leur vie. Elles doivent avoir les mêmes droits que les personnes qui n

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

L ABC DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE

L ABC DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE L ABC DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE 2012-2013 EN MILIEU SCOLAIRE PRIMAIRE OFFRE DE SERVICE - ENTREPRENEURIAT JEUNESSE EN MILIEU SCOLAIRE 1 OFFRE DE SERVICE 2012-2013 Écoles primaires Le

Plus en détail

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Dossier de presse A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! La JOC, c'est la Jeunesse Ouvrière Chrétienne : une association

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 53

guide du créateur d entreprise 53 05 Faire appel à des subsides guide du créateur d entreprise 53 Il est important de savoir qu il existe toute une série d incitants auxquels vous pouvez faire appel lors du lancement de votre affaire.

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

La simplicité de se lancer en affaires

La simplicité de se lancer en affaires La simplicité de se lancer en affaires Mon but en écrivant ce livre est de vous démontrer que si vous avez la volonté de vous lancer en affaires, c est facile d y parvenir. Se lancer en affaires C est

Plus en détail

Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme

Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme Le Yukon est au troisième rang parmi les provinces et territoires pour ce qui est du taux de fumeurs, derrière le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest.

Plus en détail

de l assurance-santé au Canada Juin 2014

de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Étude de cas GUIDE SUR LA FISCALITÉ de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Assurance maladies graves détenue par une entreprise La vie est plus radieuse sous le soleil La Sun Life du Canada, compagnie

Plus en détail

Quand vous ne. Pourrez. plus gérer vos affaires, qui le fera?

Quand vous ne. Pourrez. plus gérer vos affaires, qui le fera? Pourrez Quand vous ne plus gérer vos affaires, qui le fera? Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme à but non lucratif. Il a pour but

Plus en détail

Participez à la fondation de L rche à Strasbourg

Participez à la fondation de L rche à Strasbourg Participez à la fondation de L rche à Strasbourg Pour réinventer la vie ensemble Vivre ensemble, Avec et sans handicap mental... Le projet de L rche à Strasbourg Au plus près de la vie ordinaire Dans le

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Age 33 Ans Niveau d Etude Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Statut marital Mariée, un enfant (4ans et demi)

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

École secondaire de Casselman

École secondaire de Casselman École secondaire de Casselman Informations générales sur l école L'école innovatrice de Casselman, qui compte 740 élèves, a participé très activement à de nombreux projets d'apprentissage exploitant les

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Projet Trois coeurs à louer, un «gymnase» pour l autonomie d habitat en faveur des personnes en situation de handicap Elisa CESAN (Italia) L objectif

Plus en détail

La formation professionnelle pour tous!

La formation professionnelle pour tous! La formation professionnelle pour tous! Exposé de la position d INSOS Suisse, soutenue par la Conférence des associations de parents de handicapés (CAPH) et par les conférences spécialisées de Curaviva

Plus en détail

AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE

AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE Activités éducatives pour les élèves de 12 à 17 ans AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE NIVEAU : SECONDAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 12 À 17 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre par la pratique permet d accroître

Plus en détail

Accessibilité. Mots-clés de l aide à l autonomie

Accessibilité. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Accessibilité L accessibilité désigne «la conception de produits, d équipements, de programmes et de services qui puissent être utilisés par tous, dans la mesure du possible,

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo ra Sup : Echange Erasmus University of Dundee, ECOSSE

Rapport de fin de séjour Explo ra Sup : Echange Erasmus University of Dundee, ECOSSE Rapport de fin de séjour Explo ra Sup : Echange Erasmus University of Dundee, ECOSSE 1. Vie pratique Logement Lors de mon séjour à Dundee j ai choisi de résider dans les résidences universitaires de Dundee.

Plus en détail

Nous. Proclamons. nos intentions. de prières

Nous. Proclamons. nos intentions. de prières 142 Nous Proclamons nos intentions de prières 143 NOUS PROCLAMONS NOS NTENTONS DE PRÈRES Par la prière universelle, les croyants présentent à Dieu leur prière pour ceux qui viennent de se marier, pour

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance

Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance Incitatifs fiscaux pour les dons de charité Présentation à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Plus en détail

Février 2011. 3. La promotion du Global Compact dans les activités de l Association COHUB

Février 2011. 3. La promotion du Global Compact dans les activités de l Association COHUB 2010 ASSOCIATION COHUB GLOBAL COMPACT COMMUNICATION ON PROGRESS Sommaire 1. Présentation de l 2. Le message du Président 3. La promotion du dans les activités de l 4. L a choisi d illustrer les principes

Plus en détail

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec QUÉBEC, LE 3 SEPTEMBRE 2009 Le réseau FADOQ présente aujourd hui son mémoire dans le cadre de la

Plus en détail

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

Présentation sommaire de l ERIN

Présentation sommaire de l ERIN Présentation sommaire de l ERIN pour ERIN-European Reintegration Network +92 333 5064 039 www.weldo.org/erin Erinweldo erin@weldo.org 0 ERIN-European Reintegration Network Résumé des Services de Réintégration

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

brevets 1 - Conditions de brevetabilité

brevets 1 - Conditions de brevetabilité 2 les brevets Un brevet d invention apporte une solution technique à un problème technique. Il est un contrat entre l inventeur et la collectivité : un inventeur apporte une innovation et la décrit dans

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

Bonjour à tous et à toutes Bienvenue et merci de votre présence à ce premier colloque sur la Qualité des soins en santé mentale.

Bonjour à tous et à toutes Bienvenue et merci de votre présence à ce premier colloque sur la Qualité des soins en santé mentale. Texte de Présentation Colloque 25 octobre 2007 La Démarche Qualité Soutien à l innovation en santé mentale Bonjour à tous et à toutes Bienvenue et merci de votre présence à ce premier colloque sur la Qualité

Plus en détail

Un toit pour les familles qui n en ont pas

Un toit pour les familles qui n en ont pas Un toit pour les familles qui n en ont pas contrastwerkstatt Avec votre entreprise, investissez dans un projet solidaire et durable Le Logement un besoin de première nécessité 3.5 millions de personnes

Plus en détail

Procuration Perpétuelle Mon rôle en tant que «fondé de pouvoir»

Procuration Perpétuelle Mon rôle en tant que «fondé de pouvoir» Procuration Perpétuelle Mon rôle en tant que «fondé de pouvoir» Association yukonnaise d éducation et d information juridiques Qu est-ce qu un «fondé de pouvoir»? Quand une personne donne une procuration

Plus en détail

Café 2030 2 décembre. 24 heures dans la vie d un(e) nantais(e) en 2030? Restitutions orales. Café 2030 décembre 2011 - Ville de Nantes

Café 2030 2 décembre. 24 heures dans la vie d un(e) nantais(e) en 2030? Restitutions orales. Café 2030 décembre 2011 - Ville de Nantes Café 2030 2 décembre 24 heures dans la vie d un(e) nantais(e) en 2030? Restitutions orales Café 2030 décembre 2011 - Ville de Nantes p.1 1ère DISCUSSION Aujourd hui s il y avait une heure dans 24h de ma

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Pour une école obligatoire forte

Pour une école obligatoire forte PDC suisse Pour une école obligatoire forte Dégager les potentiels de formation des enfants, encourager la performance et le respect et l épanouissement, exiger le respect de règles et de valeurs Document

Plus en détail

Les amis de mes amis sont mes clients ETUDE. LittlelessConversation. Agence Conseil en Communication

Les amis de mes amis sont mes clients ETUDE. LittlelessConversation. Agence Conseil en Communication ETUDE Les amis de mes amis sont mes clients LittlelessConversation Agence Conseil en Communication AVERTISSEMENT Toutes les marques commerciales déposées ou non déposées citées dans ce document sont la

Plus en détail

Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul

Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul dans un bocal et, les gestes à poser, les démarches à

Plus en détail

Fiers d être. villageois. Soutenez le projet «Fiers d être villageois» au Bénin

Fiers d être. villageois. Soutenez le projet «Fiers d être villageois» au Bénin Fiers d être villageois Soutenez le projet «Fiers d être villageois» au Bénin Encourager la scolarité et favoriser l accès aux activités artistiques et culturelles de jeunes villageois béninois. L association

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Une convention internationale est une sorte de loi pour plusieurs pays.

Une convention internationale est une sorte de loi pour plusieurs pays. Convention sur les droits des personnes handicapés La Belgique a accepté une Convention internationale sur les droits des personnes handicapés. Une convention internationale est une sorte de loi pour plusieurs

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS

DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS 9 NOTIONS INTÉRESSANTES SUR LA LECTURE À SAVOIR ET À PROMOUVOIR LA PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS VOUS CONCERNE? CETTE LISTE VOUS INTÉRESSERA

Plus en détail

PRINTEMPS DE L ACCESSIBILITÉ DE LA VIE ÉTUDIANTE PARTICIPER A L OPÉRATION.

PRINTEMPS DE L ACCESSIBILITÉ DE LA VIE ÉTUDIANTE PARTICIPER A L OPÉRATION. PRINTEMPS DE L ACCESSIBILITÉ DE LA VIE ÉTUDIANTE PARTICIPER A L OPÉRATION. GUIDE PRATIQUE A PROPOS DE LA FÉDÉEH «Ensemble pour une communauté étudiante handinamique!» Représentation nationale de la communauté

Plus en détail

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Ce guide fait partie de la campagne paneuropéenne de sensibilisation sur la RSE menée à l initiative de

Plus en détail

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION POLITIQUE ANTI-CORRUPTION 1. ÉNONCÉ ET OBJECTIF DE LA POLITIQUE Le CN croit qu une entreprise «honnête» est une entreprise durable, et il est déterminé à n utiliser que des pratiques commerciales qui sont

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Ce guide a pour objectif de vous

Ce guide a pour objectif de vous La défiscalisation des dons aux fondations et associations déclarées d utilité publique Ce guide a pour objectif de vous permettre de déterminer au mieux la répartition des imputations de vos dons sur

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 Plan stratégique 2014-2020 En décembre 2010, M me Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale de la province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

LA LETTRE D UN COACH

LA LETTRE D UN COACH LA LETTRE D UN COACH COACH DIDIER GAGNANT KALIPE N 18 du Dimanche 04 Mai 2014 «Il fallait commencer un peu plutôt ; c'est-à-dire maintenant et résolument.» Un Coach vous enseigne la Méthode qui permet

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

Canada DBV Bulletin d information

Canada DBV Bulletin d information Programme mixte des réfugiés désignés par un bureau des visas Réinstallation des réfugiés au Canada DBV Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet

Plus en détail

L utilité de l approche systémique dans nos actions

L utilité de l approche systémique dans nos actions AIC, Contre les pauvretés, Agir ensemble L utilité de l approche systémique dans nos actions Octobre 2008 Cahier n 12 Sommaire Introduction Utilité de la méthode systémique pour résoudre un problème récurrent

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

De l entreprise individuelle à la société. Faire le bon choix, au bon moment

De l entreprise individuelle à la société. Faire le bon choix, au bon moment De l entreprise individuelle à la société Faire le bon choix, au bon moment De l entreprise individuelle à la société De l entreprise individuelle à la société De l entreprise individuelle à la société

Plus en détail

fonctionne quoi l entreprise ... comment? développement éveloppem qu u C est «%» 8l entreprise au cœur du? entreprise entrepris fonctionne qu une?

fonctionne quoi l entreprise ... comment? développement éveloppem qu u C est «%» 8l entreprise au cœur du? entreprise entrepris fonctionne qu une? Comment témoignages C est quoi uneentreprise... Comment 8 8l entreprise au cœur du développement durable le Medef témoignages comment avoir voyez-vous «%»... l entreprise % entreprise au cœur du 8 88 éveloppem

Plus en détail

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Un lien réel de solidarité et une véritable opportunité d améliorer la vie collective Premier de cordée Mesdames, Messieurs les Dirigeants d Entreprises,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Démarche Handicap. Information et sensibilisation des managers

Démarche Handicap. Information et sensibilisation des managers Démarche Handicap Information et sensibilisation des managers Présentation de la Objectifs : Maîtriser la notion de handicap et travailleurs handicapés Informer sur les aspects de recrutement, d intégration,

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

LE BUSINESS DU 21 ème SIÈCLE

LE BUSINESS DU 21 ème SIÈCLE Robert T. Kiyosaki célèbre écrivain et Homme d Affaires Américain a écrit un livre et enregistré un CD avec le titre : LE BUSINESS DU 21 ème SIÈCLE Voici en substance ce que dit Robert T. Kiyosaki, ce

Plus en détail

Pour s affirmer dans son bénévolat. Cahier d exercices. Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito

Pour s affirmer dans son bénévolat. Cahier d exercices. Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito Pour s affirmer dans son bénévolat Cahier d exercices Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito EXERCICE 1 RÉALISATIONS ET RÊVES 1. Une réalisation dont je suis fièr(e) : 2. Un rêve que je souhaite

Plus en détail

La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005

La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005 La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005 La parité est une terminologie utilisée dans l entreprise

Plus en détail

Où en est le temps de l'école?

Où en est le temps de l'école? Où en est le temps de l'école? Eveline Charmeux Les "rythmes scolaires", formule discutable qui fait hurler les musiciens : rien à voir avec un rythme! en fait, il serait mieux de parler de gestion du

Plus en détail

1) Crèche ( 0 à 3 ans) Avant 3 ans, les parents peuvent amener leurs enfants au Jardin d'enfants.

1) Crèche ( 0 à 3 ans) Avant 3 ans, les parents peuvent amener leurs enfants au Jardin d'enfants. Stage Bourses Individuelles Comenius «Situer les enseignements dans l espace européen» Rapport de stage FOURNET Raymond Ecole élémentaire Andilly Classe cycle 3 Stage de langues du 25/05/2009 au 12/06/2009

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE. Yves-Louis Darricarrère

JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE. Yves-Louis Darricarrère JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE Yves-Louis Darricarrère Mesdames, Messieurs, Cher Amis, Il se trouve que l année dernière m était déjà revenu l honneur et le plaisir de clôturer

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

LA RéPOnSe COLLeCTive. Adhérez à Tulipe! La plaquette d information pour tout savoir sur notre politique de partenariat

LA RéPOnSe COLLeCTive. Adhérez à Tulipe! La plaquette d information pour tout savoir sur notre politique de partenariat LA RéPOnSe COLLeCTive des entreprises de SAnTé Aux POPuLATiOnS en SiTuATiOn de détresse Adhérez à Tulipe! La plaquette d information pour tout savoir sur notre politique de partenariat Qui sommes nous?

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Canada. RPSP Bulletin d information. Réfugiés parrainés par le secteur privé. Réinstallation des réfugiés au

Canada. RPSP Bulletin d information. Réfugiés parrainés par le secteur privé. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés parrainés par le secteur privé Canada Réinstallation des réfugiés au RPSP Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous?

L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous? L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous? Contributions volontaires ou obligatoires? Claude Montmarquette CIRANO et Université de Montréal Le 17 octobre 2013 Problématique Il y a un constat de fait

Plus en détail

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement.

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement. Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais Programme inter-établissement Evaluation Sommaire 1 - Résultats de l enquête par questionnaire : début de programme...

Plus en détail