Le Centre Technique France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Centre Technique France"

Transcription

1 Le Centre Technique France

2 AREVA offre des solutions pour produire de l électricité avec moins de CO 2 Leader mondial du nucléaire Un modèle intégré unique, de l extraction du minerai d uranium jusqu au recyclage du combustible nucléaire usé, en passant par la conception de réacteurs et les services associés. Acteur majeur dans les énergies renouvelables Un portefeuille d activités diversifiées : l éolien offshore, les bioénergies, le solaire thermique à concentration, l hydrogène et le stockage de l énergie. Aujourd hui, le monde a besoin de 2 fois plus d énergie avec 2 fois moins de CO 2

3 Recherche et Innovation : au cœur des activités d AREVA Une demande de plus en plus forte, de moins en moins de ressources naturelles et trop d émissions de gaz à effet de serre L équation qui régit le futur énergétique de la planète est simple à énoncer. Elle est beaucoup plus complexe à résoudre, car elle doit intégrer tous les maillons de la chaîne énergétique, de la production à la distribution. Pour contribuer à relever ces défis, AREVA innove constamment Au sein du Groupe AREVA, la structure Recherche & Innovation est commune à toutes les entités. Cette organisation assure une vision transversale indispensable pour concevoir les nouvelles technologies qui répondent aux enjeux énergétiques et environnementaux actuels et futurs : économiser les ressources naturelles, minimiser les déchets ultimes, augmenter l efficacité énergétique, garantir la sûreté et la fiabilité des systèmes, tout en réduisant les coûts, et prolonger la vie des installations. La troisième génération de réacteurs entre dans une phase très active de commercialisation, mais déjà AREVA s implique dans des programmes de R&D sur les réacteurs de quatrième génération, notamment aux côtés du CEA, dans des projets de recherche sur les réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium. Notre groupe est leader mondial dans des métiers de haute technologie. Pour maintenir notre leadership, nous devons inventer dès aujourd hui les technologies de demain. Principaux axes de R&D au sein du groupe Sûreté Réduction des coûts Minimisation du volume des déchets ultimes Economie des ressources naturelles Préparation des futures générations de systèmes nucléaires Chiffres de la R&D au sein d AREVA* Plus de 1000 collaborateurs 70 à 80 brevets déposés chaque année 816 millions d euros investis, soit 9,6 % du C.A. Plus de 1000 inventions répertoriées * Chiffres

4 Le Centre Technique AREVA : 5 pôles d expertise en France et en Allemagne dédiés au développement de nouvelles technologies et services nucléaires, pour les centrales existantes et les réacteurs de demain. Karlstein Composants et systèmes de contrôle nucléaire Essais hydrauliques à grande échelle Chalon/Saint-Marcel Technologie du soudage Karlstein Erlangen Chalon/ Saint-Marcel Le Creusot Mécanique des fluides et des structures Corrosion / Chimie Fusion Le Creusot Montpellier Erlangen Ingénierie et essais des matériaux Radiochimie, chimie analytique, mesure des radiations, cellules chaudes Hydraulique thermique et dynamique des fluides Montpellier Technologie des énergies nouvelles et environnement Anticipation 4 Flexibilité Satisfaction clients

5 Des solutions toujours plus innovantes et performantes pour nos clients AREVA développe continuellement des programmes de recherche et développement portant sur les technologies clés des réacteurs à eau sous pression et à eau bouillante, leur conception et leur évolution vers les nouveaux modèles de réacteurs. Grâce à son Centre Technique, réparti sur 5 sites en France et en Allemagne, AREVA dispose de moyens propres de recherche et d essais à la pointe de la technologie. Leurs équipes d experts développent des techniques, méthodes et outils destinés à l évolution des centrales nucléaires existantes pour en améliorer la conception, la construction, l exploitation et la maintenance, ainsi qu aux centrales de demain. Le Centre Technique est reconnu au sein d AREVA comme un pôle d expertise dans des domaines d activités spécifiques : Centre Technique en France Technologie du soudage Technologie des énergies nouvelles et environnement Corrosion / Chimie Fusion Mécanique des fluides et des structures Centre Technique en Allemagne Composants et systèmes de contrôle nucléaire Essais hydrauliques à grande échelle Ingénierie et essais matériaux Radiochimie, cellules chaudes, mesures des radiations Hydraulique thermique et dynamique des fluides UNE OFFRE COMPLÈTE, POUR L ENSEMBLE DU CYCLE DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE JUSQU AUX ÉNERGIES RENOUVELABLES 1 AMONT : FABRICATION DU COMBUSTIBLE 2 NOUVELLES CENTRALES Ensemble combustible sur banc CALVA Réacteur ATMEA1 Réacteur EPR 3 SERVICES AUX CENTRALES EXISTANTES 4 AVAL : RECYCLAGE DU COMBUSTIBLE USÉ Remplacement d un générateur de vapeur sur une centrale EDF Conteneur standard de verre (CSD-V) 5 ENERGIES RENOUVELABLES Cœur de pile HELION sur banc d essais de caractérisation et d endurance Nos offres s étendent de la prestation de service ponctuelle à la solution clé en main incluant les phases d industrialisation, de préconisations de matériels et de formation du personnel. 5

6 Focus sur le Centre Technique Bâtiments du Centre Technique du Creusot Depuis près de vingtcinq ans, le Centre Technique France développe des technologies de pointe au sein du groupe AREVA. Ses équipes d experts ont participé à la réalisation et au suivi des réacteurs dits de «deuxième génération» qui Le Centre Technique en 5 dates clés 1987 Création du Centre Technique France, regroupant : Soudage, Essais Non Destructifs, Hydraulique-Mécanique 1994 Transfert de l activité Corrosion / Chimie de l IRSID Unieux 2001 Constitution du Centre Technique francoallemand 2007 Création de NETEC, Centre Technique dédié aux Essais Non Destructifs 2010 Renforcement du management «worldwide» par lignes de technologies équipent le parc nucléaire actuel, puis de Génération III+, tels les réacteurs EPR ou ATMEA1. Elles travaillent également à l élaboration des solutions énergétiques de demain, comme la fusion ou les énergies renouvelables. Maillon clé entre recherche fondamentale et industrialisation, les activités de R&D du Centre Technique tendent toutes vers un même objectif : fournir à ses clients des solutions toujours plus fiables, compétitives et innovantes. «C est l humain qui fait la différence». Concrétisant cette maxime, le Centre Technique s attache à développer non seulement de nouvelles technologies et les moyens techniques qui les accompagnent, mais aussi et surtout les compétences de ses experts : compétences techniques, bien entendu, mais également en termes de management de projet et de capacité d innovation. Fort d une connaissance approfondie des contraintes propres à l industrie nucléaire, qui lui confère un positionnement concurrentiel unique, le Centre Technique se doit également de comprendre les enjeux de ses clients et leurs ambitions technologiques. La nouvelle organisation en lignes de technologie, récemment déployée au sein du Centre Technique d AREVA au niveau mondial, s inscrit précisément dans cette volonté d être au plus près des besoins de nos clients. «Les investissements majeurs réalisés par le Groupe AREVA au cours des dernières années afin de moderniser et accroître les capacités du Centre Technique vont nous permettre de rester à la pointe de la technologie, tout en continuant à valoriser celles et ceux qui la développent.» Gilles PERRAULT, Directeur du Centre Technique en France 6

7 en France CHIFFRES CLÉS* 3 sites Le Creusot : 75 salariés Chalon/ St-Marcel : 26 salariés Montpellier : 7 salariés Plus de 1000 projets chaque année Sécurité : notre priorité absolue 0 accident dans nos installations en 2009 et 2010 Triple certification de tous les sites ISO 9001 ISO OHSAS (effectifs permanents) 12% 6% 5% 8% 6% 5% 19% Répartition du personnel par service 37% Répartition du personnel par catégories 95% Nos clients 33% 49% 25% Mécanique des fluides et des structures Corrosion / Chimie Soudage Direction / Qualité / Services généraux Fusion Technologies pour les énergies renouvelables Agents de maîtrise Ingénieurs et cadres Alternants et doctorants Ouvriers AREVA Clients externes Nos principaux axes de recherche Nouveaux produits et services Optimisation de fabrications de composants Développement de nouveaux réacteurs Solutions qui permettent de réduire les coûts d exploitation, d améliorer la disponibilité des centrales et d en renforcer la fiabilité et la sûreté Réduction des coûts de fabrication de composants Augmentation de la productivité en fabrication Ergonomie des postes de travail et sécurité du personnel Réacteurs de centrales nucléaires de Génération IV Technologies long-terme : ITER Réacteur de recherche Jules Horowitz (RJH) Solutions de robotique *en

8 Technologie du so Le département soudage développe de nouveaux modes opératoires de soudage et appuie son savoir-faire sur la compréhension des phénomènes de soudage, sur la métallurgie et sur la simulation numérique. Il s implique fortement dans l évolution des nouvelles technologies de soudage et dans la fiabilisation des procédés par anticipation et par contrôle en temps réel. Le département soudage propose ainsi de nouvelles solutions, comme l automatisation, afin d apporter le support technique approprié aux différentes entités du groupe AREVA. 8 Soudage robotisé par procédé GMAW

9 udage Chalon/Saint-Marcel Témoignage Christophe PRIMAULT Chef de projet Des hommes et des compétences L équipe est constituée d experts spécialisés dans le soudage, le contrôle en temps réel et la métallurgie. Le département s ouvre également aux domaines de l automatisation, du traitement du signal et de la simulation. Des équipements de haute technologie Le département dispose d un laboratoire de métallurgie et d un atelier composé de machines Qu est-ce que le soudage? Le soudage est le moyen le plus utilisé dans l assemblage des matériaux métalliques. Il assure une continuité métallique unique et de grande qualité, impossible avec les autres procédés d assemblage (rivetage, boulonnage, sertissage). Il relève d une adéquation parfaite entre la métallurgie, la mécanique, la thermique et bien d autres domaines. Aujourd hui, les procédés de soudage bénéficient des avancées technologiques les plus pointues. Ils peuvent être réalisés à partir d une multitude de sources d énergie différentes : chimique (flammes), lumineuse (laser), électrique (arc) ou mécanique. orbitales, de robots, de matériels de vision et de mesure, de générateurs de soudage, d un laser et de machines spécifiques. De par ces équipements, le département développe des modes opératoires, des solutions de contrôle en temps réel, s investit dans la compréhension des phénomènes, s intéresse aux questions de vieillissement des matériaux ou étudie la soudabilité des matériaux. Simulation numérique du couplage Arc/Bain en TIG pulsé Le département soudage est le centre de développement en relation avec les unités du groupe AREVA (Services, Equipements, Ingénierie). Il développe également des moyens pour des clients extérieurs (EDF, CEA, etc.). La validation de mon diplôme d ingénieur matériaux et ma spécialisation soudeur m ont permis d intégrer l Institut de Soudure au laboratoire d expertises métallurgiques et d analyse d avaries. Avant de travailler à l APAVE, j ai intégré la cellule ingénierie nucléaire placée chez EDF pour la coordination et la surveillance d interventions en centrales nucléaires. En 2005, j ai rejoint le groupe AREVA comme responsable contrats de la documentation soudage. Actuellement, je suis chef de projet au Centre Technique sur le site de Saint-Marcel. Mon travail porte sur des sujets très diversifiés traitant du soudage, de la métallurgie et de la recherche en général. La technicité, les échanges avec des partenaires variés et l autonomie dans le travail sont pour moi des atouts indéniables. Mon objectif est de devenir un référent dans le domaine du soudage et de la métallurgie pour l ensemble du groupe et des entreprises extérieures comme EDF. Revêtement Inconel à l aide du procédé TIG mécanisé 9

10 Technologie des én nouvelles et enviro La section technologie des énergies nouvelles et environnement, localisée au sein de l Université des Sciences de Montpellier (UM2), est consacrée à : - la production d hydrogène par électrolyse - la valorisation du CO 2 - la purification des gaz et de l eau. Sa mission est de développer des membranes (voire polymère) céramiques et des installations fonctionnant en température et pression destinées à la production des énergies nouvelles et propres. L enjeu de nos activités est double : - Energétique, avec le stockage d énergie électrique sous forme d hydrogène et de produits carbonés - Ecologique, avec la valorisation du gaz à effet de serre et la purification des eaux issues de l industrie nucléaire 10 Appareil d électrolyse de vapeur d eau

11 ergies nnement Montpellier Des hommes et des compétences La section est constituée d une équipe de chercheurs : docteurs, ingénieurs et techniciens spécialisés en chimie, synthèse des matériaux, procédés et liaisons céramique-métal, qui collaborent avec ceux de l Université et du CNRS. Leurs activités consistent à mieux connaître le fonctionnement des céramiques, leurs caractéristiques, et d optimiser leurs performances. Nous bénéficions d une complémentarité entre les diverses disciplines scientifiques. Des équipements de haute technologie Les appareillages uniques hautes températures et hautes pressions Qu est-ce qu une membrane céramique? Une membrane céramique est un composé minéral dont la fonction est de séparer deux compartiments de composition chimique différente. Les domaines d application des céramiques dépendent de leurs propriétés physico-chimiques (conducteur thermique, isolant électrique, conducteur électronique ou ionique, supraconducteur, varistance, tamis moléculaire, etc.). Par leurs propriétés de conduction ionique, elles peuvent servir à la production d énergie nouvelle et propre à partir d eau et d électricité ou à la séparation et à la purification des gaz. Intégration de la membrane dans un anneau métallique avec une étanchéité entre les deux faces (800 C-50 bars, 600 C-100 bars) développés en interne permettent l étude des céramiques et des liaisons céramique-métal dans leurs conditions de service. Pour comprendre le comportement in-situ du cœur des électrolyseurs, l équipe utilise l électrochimie, et en particulier la spectroscopie d impédance avec modélisation grâce à l intégration d une cellule du CNRS (LISE) implantée dans le laboratoire. Afin de déterminer les structures, textures et propriétés des céramiques, l équipe dispose également des grands appareillages du CNRS, par exemple, un microscope électronique à balayage haute performance et un microscope électronique à balayage haute performance équipé d un EDX. Associés, ces deux équipements permettent de photographier au milliardième de mètre les céramiques et d analyser localement leurs compositions. Des appareillages permettent aussi de mesurer les performances in-situ des céramiques (en mesurant par exemple leurs conductivités ioniques, électroniques) ou leur capacité à séparer des gaz. Témoignage Abdelkader SIRAT Ingénieur d essais Suite à mon Master en procédés et matériaux, j ai effectué deux stages dans le domaine du génie civil et de la neutronique pour parfaire mes connaissances. J ai intégré le Centre Technique en tant qu intérimaire, avant d être recruté comme ingénieur d essais. Je souhaitais travailler dans le secteur de la Recherche & Développement. J ai connu le Centre Technique grâce à ma période d intérim. Les axes de recherches de l équipe détachée à Montpellier (production d hydrogène, séparation/purification et synthèse en milieu super critique) étaient très intéressants. Ces axes de recherche convenaient parfaitement à mes ambitions et à mon savoir-faire. Dans les années à venir, j envisage soit un doctorat en interne, soit une expérience à l étranger. La dimension internationale du groupe est un avantage certain. Université des Sciences de Montpellier 11

12 Corrosion / Chimie Le département étudie les phénomènes de Corrosion / Chimie en milieu aqueux et gazeux. Il est composé de deux sections : Corrosion Aqueuse - Chimie - Electrochimie et Corrosion sous Contrainte - Métallurgie. Ses missions : apporter un support aux clients dans les phases de conception pour justifier les matériaux utilisés et le design employé qualifier le comportement des matériaux utilisés dans les milieux primaire ou secondaire apporter des solutions aux problèmes de corrosion dans les réacteurs en fonctionnement 12 EMILIE : boucle de circulation dédiée à l étude des dépôts

13 Le Creusot Des hommes et des compétences Le département Corrosion / Chimie réalise des expertises et des programmes de R&D dans les domaines de la corrosion, des matériaux, de l électrochimie, de la physicochimie, de la chimie et de la métallurgie dans les domaines d activité d AREVA (Réacteur, Combustible, Equipements et Services Nucléaires) et des clients externes comme EDF, l EPRI et l ANDRA. Par exemple, pour l usine de Saint-Marcel, le laboratoire analyse l eau utilisée pendant les tests hydrauliques des générateurs de vapeur. Ainsi, la propreté et l absence de corrosion sont garanties. De plus, il s appuie sur un important réseau universitaire lui permettant de mener des recherches et trouver des Qu est-ce que la corrosion? La corrosion est la lente destruction d une matière ou d une surface dans un milieu. Dans une centrale nucléaire, les aciers inoxydables de type austénitique et les alliages base nickel sont particulièrement sensibles aux ions chlorures et aux espèces soufrées. Étudier ou comprendre les phénomènes de corrosion permet de diminuer les coûts et les risques de défaillance irréversibles sur les matériaux. Le coût de la corrosion des métaux représente, dans les pays industrialisés, environ 4 % du PNB. moyens innovants comme des nouveaux équipements ou des nouvelles connaissances. Des équipements de haute technologie La performance des équipements du laboratoire (parc d autoclaves et boucles à recirculation) permet de reproduire les phénomènes de corrosion dans les conditions rencontrées en centrale (contrôle de la température, de la pression, du milieu chimique). Cartographie EBSD réalisée au microscope électronique à balayage à effet de champ (MEB-FEG). Des appareils d analyse très pointus peuvent caractériser les surfaces corrodées (oxydation, formation de dépôts caractéristiques). Des microscopes électroniques à balayage rendent possible l observation des dépôts formés à l échelle du nanomètre. Le laboratoire utilise aussi des techniques électrochimiques et dispose d outils spécialisés pour les analyses chimiques. Enfin, la simulation numérique des phénomènes de corrosion rencontrés fait aussi partie des axes de recherche. Témoignage Caroline JUERS Ingénieur d études corrosion/chimie Après ma thèse de Doctorat sur la tenue à la corrosion des alliages de magnésium utilisés en aéronautique, j ai été embauchée au Centre Technique. Je souhaitais travailler pour une entreprise industrielle dynamique et l activité du département Corrosion / Chimie du Creusot me convenait parfaitement. Passionnée par l énergie nucléaire, mon poste actuel me permet d acquérir des connaissances relatives à la corrosion des matériaux en centrale nucléaire. À terme, un poste de manager d équipe en lien avec la production me satisferait pleinement. Microscope électronique à balayage à effet de champ (MEB FEG) 13

14 Fusion AREVA participe à des projets internationaux de R&D sur de nouveaux réacteurs, comme par exemple le réacteur de fusion ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor). Ce projet international regroupe l Europe, les États-Unis, l Inde,la Russie, la Chine, le Japon et la Corée du Sud. La mission de notre équipe est de fabriquer, contrôler et tester des composants de haute technologie pour ce nouveau type de réacteur. Les travaux liés à la fusion profitent également aux réacteurs de fission commercialisés par AREVA puisque les procédés innovants qui sont développés pourront être adaptés à la fabrication des composants de ce type de réacteurs. Maquette prototype d un panneau de Première Paroi d ITER (PFW) 14 Réacteur ITER en coupe en construction à Cadarache

15 Le Creusot Des hommes et des compétences L équipe est composée d ingénieurs et de techniciens spécialisés dans la gestion de projet, les techniques de fabrication et les moyens de contrôle : assemblages de matériaux différents par compaction isostatique à chaud (CIC/HIP), mesures par technologies infrarouge, fatigue thermique à haute température, ultrasons et matériaux en métallurgie des poudres. Le laboratoire fabrique des composants prototypes du réacteur ITER pour la Commission Européenne : panneaux de Première Paroi et support. Qu est-ce que la fusion nucléaire? La fusion nucléaire (dite parfois thermonucléaire) est, avec la fission, l un des deux principaux types de réaction nucléaire connus pour produire de l énergie. Cette réaction est la même que dans le soleil et la plupart des étoiles (gaz chauffé à 150 millions de degrés C). Les scientifiques espèrent recréer ce phénomène et l exploiter. Son avantage est de pouvoir produire plus d énergie, à masse de «combustible» égale, que la fission et réduire les déchets nucléaires de façon considérable. De plus, la terre contient naturellement des ressources pour permettre d alimenter en combustible le réacteur pendant quelques centaines de millénaires. Le département réalise également des tests de sollicitation thermique avec un canon à faisceau d électrons 200KW sur des composants prototypes d ITER pour la Commission Européenne et le CEA. Des équipements de haute technologie Etudier avec : l Des moyens de conception et de calcul en 3D des composants avant la fabrication. l Un moyen de contrôle des composants par ultrasons après la fabrication. Fabriquer avec : l Une salle en atmosphère contrôlée pour manipuler des matériaux particuliers. l Une gestion de projet assurant les interfaces entre donneurs d ordres et sous-traitants. l Une maîtrise des procédés d assemblage et de fabrication innovants. Tester avec : l Un canon à faisceau d électrons qui recrée les conditions thermiques représentatives d ITER. l Des moyens de mesure de température à distance comme la thermographie infrarouge ou la pyro-réflectométrie. Témoignage Slim CONSTANS Ingénieur, responsable technique de la station de test à hauts flux thermiques À l obtention de mon DUT Génie mécanique et productique, j ai intégré une école d ingénieur en alternance, option mécanique. Pendant mon alternance, j ai réalisé des suivis de tests pour le CEA à Cadarache sur les composants face au plasma réacteur d essai de fusion thermonucléaire (TORE SUPRA). Mon diplôme d ingénieur validé, et après une démarche d emploi sur le site internet d AREVA, j ai été recruté lors des journées des jeunes embauchés à Paris. J ai choisi de travailler au Centre Technique du Creusot sur la fusion thermonucléaire. À terme, je souhaiterais travailler dans la fabrication des différents composants du programme d ITER pour enrichir mon expérience et continuer à travailler sur des projets aussi passionnants. Station de test à hauts flux thermiques 15

16 Mécanique des flu et des structures Le rôle du laboratoire est de tester de nombreux composants dans les conditions spécifiques d utilisation en centrale afin de vérifier leur tenue en service. Ces essais peuvent être complétés sur site, en fonctionnement réel. Il réalise des études expérimentales et propose des solutions innovantes. Il est divisé en deux sections : La section Thermique et Mécanique des fluides effectue des essais sur maquettes à échelle souvent réduite en respectant les lois de la similitude. Ils permettent d étudier les transferts de chaleur et le mouvement des fluides à l intérieur des composants sensibles des centrales nucléaires d aujourd hui et de demain. La section Mécanique et Interventions sur site conçoit des bancs d essais et procède à des tests visant à comprendre les différents phénomènes de dégradation des matériaux dans l environnement particulier des centrales nucléaires ; elle réalise des essais dans les domaines de mécanique statique et dynamique en laboratoire ou en réacteurs. 16 Une maquette hydraulique de la partie inférieure d une cuve EPR TM

17 ides Le Creusot Témoignage Des hommes et des compétences L équipe est composée de techniciens et d ingénieurs travaillant dans le cadre de la création et l application des programmes d essais dans les domaines mécanique des fluides, thermique, mécanique statique et dynamique et science des matériaux. Ils conçoivent et entretiennent des bancs de tests, proposent des instrumentations et des essais, rédigent des programmes d essais et les concrétisent en laboratoires et sur les sites nucléaires. Qu est-ce que la mécanique des fluides? La mécanique des fluides consiste à étudier le comportement des fluides et des forces internes associées. C est une branche de la mécanique des milieux continus qui modélise la matière à l aide de particules assez petites pour relever de l analyse mathématique mais assez grandes par rapport aux molécules pour être décrites par des fonctions continues. Elle se divise en plusieurs sous-catégories : statique des fluides, étude des fluides au repos, dynamique des fluides, étude des fluides en mouvement. L étude de la mécanique des fluides remonterait à l époque de la Grèce antique. Un certain nombre de personnes ont les habilitations nécessaires pour intervenir en centrales nucléaires. Des équipements de haute technologie Chaque section du laboratoire possède des équipements spécifiques : La section Thermique et Mécanique des fluides A titre d exemple de ces activités, la section a conçu et construit des maquettes des internes de cuve du réacteur EPR puis réalisé les tests permettant d en valider la conception. Elle participe à la conception et à la réalisation des essais de validation des internes des réacteurs ATMEA1 et JULES HOROWITZ. Ses compétences et sa maîtrise des lois de similitude lui permettent également d intervenir hors nucléaire dans le domaine spatial par exemple. La section Mécanique et Interventions sur site Son personnel réalise des essais mécaniques et dynamiques en laboratoire et dispose de bancs d essais associés à des systèmes d acquisition et de traitement des données. Il intervient sur les sites nucléaires pour vérifier le fonctionnement des composants par des techniques d instrumentation et de mesure. Alejandro MOURGUES Ingénieur d Essai J ai fait mes études d ingénieur en génie de procédés, puis un Master of Science à l Université de Santiago au Chili. J ai réalisé un doctorat à l étranger grâce à une bourse BDI accordée par le CNRS pour faire de la recherche en France. Ce cursus m a permis d étudier à l Université Montpellier II dans un laboratoire mixte de recherche avec le CNRS : l Institut Européen des Membranes de Montpellier. J ai réalisé un stage Post-Doctorat de deux ans à l IEM sur la caractérisation des membranes et la modélisation de modules de séparation gazeuse. Mon souhait était de lier l aspect application à l aspect recherche ce que m offre mon travail. Le Centre Technique est un laboratoire pluridisciplinaire avec une vraie mixité dans l équipe. Je souhaitais prendre part à ce dynamisme, apporter ma contribution et enrichir mes expériences. Mon travail au Centre Technique m ouvre de belles opportunités futures. Instrumentation afin de mesurer des températures pour un générateur de vapeur en service 17

18 Lexique des termes ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) Etablissement public sous tutelle du ministère de l Économie, des Finances et de l Industrie et du ministère de l Aménagement du Territoire et de l environnement. L ANDRA est un établissement public indépendant des producteurs de déchets. Créé en 1979, il est un organisme de protection de l environnement, qui répond à trois missions : - la gestion industrielle des déchets radioactifs à vie courte, - la recherche de solutions de gestion à très long terme pour les déchets à vie longue, - l inventaire de l ensemble des déchets se trouvant sur le territoire national. CEA Commissariat à l Energie Atomique. Circuit primaire Circuit fermé, constitué par un ensemble d appareils assurant la circulation de l eau chargée d extraire la chaleur dégagée par le cœur du réacteur. Il comprend une cuve, des générateurs de vapeur, des pompes et un pressuriseur. CO 2 Dioxine de carbone (gaz carbonique), gaz à effet de serre résultant principalement de la combustion de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel ). Cœur Région du réacteur nucléaire à fission comprenant le combustible nucléaire et agencée pour être le siège d une réaction de fission en chaîne. Combustible nucléaire Nucléide dont la consommation par fission dans un réacteur libère de l énergie. Par extension, produit qui, contenant des matières fissiles, fournit l énergie dans le cœur d un réacteur en entretenant la réaction en chaîne. Un réacteur à eau pressurisée de MWe comporte environ 100 tonnes de combustible renouvelé périodiquement, par partie. Combustible usé Combustible nucléaire après utilisation dans un réacteur. Conditionnement Conditionnement des combustibles : traitement spécial du combustible irradié en vue d un entreposage intermédiaire ou d un dépôt définitif. Conditionnement des déchets : opération pour la transformation des déchets sous une forme convenable pour le transport et/ou le stockage et/ou le dépôt définitif. - Les déchets radioactifs de très faible activité (vinyle, chiffons de nettoyage...) sont mis en fûts métalliques. - Les déchets de faible et moyenne activité, après avoir subi autant que possible une réduction de volume, sont conditionnés, c est-à-dire enrobés dans une matière spéciale (matrice de béton, de bitume ou de résine) afin de les convertir en blocs solides résistant aux agressions du milieu ambiant. - Pour les déchets de haute activité, la matrice est du verre (procédé de vitrification). Les déchets vitrifiés sont placés dans des conteneurs métalliques. Déchets Tout résidu d un processus de production, de transformation ou d utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l abandon. Ecoconception Désigne l intégration de l environnement dans la conception des produits (biens et services). Tout produit génère des impacts sur l environnement à une étape ou à une autre de son cycle de vie. Le but de l écoconception est de réduire ces impacts tout en conservant (voire en améliorant) la qualité d usage du produit. Dans une démarche d écoconception, le paramètre environnemental est ajouté aux autres paramètres de la conception (faisabilité technique, maîtrise des coûts, attentes des clients ). EPR Réacteur à eau sous pression (REP) de très haute puissance (1 650 MWe). Il a été le premier réacteur de Génération III+ à être construit dans le monde. Sa conception évolutionnaire et sa fiabilité démontrée résultent de l expertise du groupe qui a déjà construit 87 réacteurs REP dans le monde. Il offre un niveau de sûreté accru, des coûts d exploitation réduits, et un impact environnemental limité. En outre, sa durée de vie prévue est de 60 ans. EPRI Electric Power Research Institute. Fission Éclatement, généralement sous le choc d un neutron, d un noyau lourd en deux noyaux plus petits (produits 18

19 de fission), accompagné d émission de neutrons, de rayonnements et d un important dégagement de chaleur. Cette libération importante d énergie, sous forme de chaleur, constitue le fondement de la génération d électricité d origine nucléaire. Générateur de vapeur Par centrale nucléaire, il y a 2, 3 ou 4 générateurs de vapeur. C est un échangeur de chaleur, qui extrait la chaleur du circuit primaire, pour vaporiser l eau du circuit secondaire. Cette vapeur sert à faire tourner des turbines pour produire de l électricité. Norme ISO Normes internationales. Les normes ISO 9000 fixent les exigences d organisation ou de système de management de la qualité pour démontrer l adéquation de la qualité d un produit ou d un service aux exigences des clients. Les normes ISO prescrivent les exigences d organisations ou de système de management environnemental pour prévenir toute pollution et réduire les effets d une activité sur l environnement. OHSAS Référentiel international fixant les exigences de systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail. Plutonium Élément de numéro atomique 94 et de symbole Pu. Le plutonium 239, isotope fissile, est produit dans les réacteurs nucléaires à partir d uranium 238. Radiation (Voir aussi «RAYONNEMENT») Mot synonyme de rayonnement qui désigne une transmission d énergie sous forme lumineuse, électromagnétique ou corpusculaire. Réacteur, réacteur nucléaire Appareil dans lequel sont conduites, sous contrôle, des réactions nucléaires, dont le dégagement de chaleur associé est exploité pour former de la vapeur d eau. Celle-ci est utilisée pour actionner une turbine entraînant un alternateur électrique. Il en existe différents modèles, selon la nature du combustible, du modérateur qui permet de contrôler la réaction et du caloporteur qui permet d évacuer la chaleur à récupérer. Le modèle actuellement utilisé par EDF utilise l uranium légèrement enrichi comme combustible, et l eau ordinaire sous pression comme modérateur et caloporteur (REP, pour Réacteur à Eau sous Pression). - Réacteur à Eau Bouillante (REB, BWR en anglais) : réacteur nucléaire dans lequel on utilise l eau bouillante sous pression pour extraire la chaleur du réacteur. - Réacteur à Eau sous Pression (REP, PWR en anglais) : réacteur nucléaire modéré et refroidi par de l eau ordinaire, maintenue liquide dans le coeur grâce à une pression appropriée dans les conditions normales de fonctionnement. Recyclage Action de récupérer la partie utile des déchets et de la réintroduire dans le cycle de production dont ils sont issus. Sûreté Nucléaire Au sein de la sécurité nucléaire, la sûreté nucléaire comprend l ensemble de dispositions prises à tous les stades de la conception, de la construction, de l exploitation et de l arrêt définitif d une installation, pour en assurer un fonctionnement sûr et pour prévenir les incidents et en limiter les effets. Uranium Élément chimique de numéro atomique 92 et de symbole U, possédant trois isotopes naturels : l U234, l U235 et l U238. L U235 est le seul nucléide fissile naturel, une qualité qui explique son utilisation comme source d énergie. Uranium enrichi, appauvri Avant d être utilisé dans la fabrication des éléments combustibles, l uranium naturel est enrichi en U235 (les teneurs en U235 vont alors de 3 % à 5 %). L uranium enrichi en U235 est obtenu, à partir d uranium naturel, par séparation isotopique. Les processus physiques ou chimiques permettant de produire l uranium enrichi fournissent simultanément, en contrepartie, un uranium de teneur en U235 plus faible que la teneur naturelle : cet uranium est dit uranium appauvri. ITER Réacteur dans lequel la réaction énergétique sera la Fusion Thermonucléaire de noyaux de Deutérium et de Tritium (isotopes de l hydrogène). Cette réaction ne peut avoir lieu que dans un Plasma (gaz ionisé à une température de 150 millions de degrés) obtenu dans un vide poussé et confiné par des champs magnétiques. Le produit de la réaction est de l hélium et un neutron 16MeV. Le réacteur ITER est un réacteur expérimental, ne fournissant pas d électricité, dont le premier plasma est attendu en Il est dédié à l étude de la physique du plasma et à la mise au point des diverses technologies mises en jeu (matériaux à haute température, fabrication des composants des parois internes, supraconductivité, cryogénie, aimants, ). 19

20 AREVA fournit à ses clients des solutions pour produire de l électricité avec moins de CO 2. L expertise du groupe et son exigence absolue en matière de sûreté, de sécurité, de transparence et d éthique font de lui un acteur de référence, dont le développement responsable s inscrit dans une logique de progrès continu. Numéro un mondial du nucléaire, AREVA propose aux électriciens une offre intégrée unique qui couvre toutes les étapes du cycle du combustible, la conception et la construction de réacteurs nucléaires et les services associés. Le groupe développe par ailleurs ses activités dans les énergies renouvelables éolien, solaire, bioénergies, hydrogène et stockage pour devenir d ici à 2012 l un des trois leaders mondiaux de ce secteur. Grâce à ces deux grandes offres, les collaborateurs d AREVA contribuent à fournir au plus grand nombre, une énergie toujours plus sûre, plus propre et plus économique. Siège social Tour AREVA 1, place Jean Millier Paris La Défense Cedex Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) Site de Saint-Marcel AREVA CENTRE TECHNIQUE BP Saint-Marcel Chalon-sur-Saône Cedex Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) Site du Creusot AREVA CENTRE TECHNIQUE 30, bd de l Industrie Espace Magenta - BP Le Creusot Cedex Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) Site de Montpellier Université Montpellier II Equipe AREVA Bat 13, 2 e étage Place Eugène Bataillon Montpellier - Cedex 5 Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) L énergie est notre avenir, économisons-la! Mars Crédits photos : copyright AREVA, R. Quatrain, A. Paradis, N. Delepierre, C. Moreau - Conception et réalisation : - Papier sans chlore - Fabrication certifiée ISO

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

CENTRE NUCLÉAIRE D ÉLÉCTRICITÉ. EDF Nogent-sur-Seine

CENTRE NUCLÉAIRE D ÉLÉCTRICITÉ. EDF Nogent-sur-Seine CENTRE NUCLÉAIRE DE PRODUCTION D ÉLÉCTRICITÉ EDF Nogent-sur-Seine Le groupe EDF DES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES MONDIAUX SANS PRÉCÉDENT LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE ET ÉCONOMIQUE VA ENTRAÎNER L AUGMENTATION DES

Plus en détail

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an L uranium dans le monde 1 Demande et production d Uranium en Occident U naturel extrait / année 40.000 tonnes Consommation mondiale : 65.000 tonnes La différence est prise sur les stocks constitués dans

Plus en détail

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La matière L atome Les isotopes Le plasma Plan de l exposé Réactions nucléaires La fission La fusion Le Tokamak

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

Master CSMP. Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire

Master CSMP. Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire Master CSMP Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire Cohabilitation : Université Montpellier 2 - ENS Chimie de Montpellier - CEA.INSTN Partenaires complémentaires

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE Le renouvellement des effectifs dans les grands groupes et les entreprises du secteur de la production d électricité, la modernisation

Plus en détail

Le comportement des combustibles nucléaires dans les

Le comportement des combustibles nucléaires dans les Un outil pour les études sur le combustible : Le comportement des combustibles nucléaires dans les réacteurs de puissance est un domaine de R&D très important, nécessitant des expériences instrumentées

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences Capteurs de température pour centrales nucléaires Sûreté fiabilité performances La mesure de vos exigences Pyro-Contrôle l expertise d un précurseur Dès la fin des années 1970, Pyro-Contrôle s illustre

Plus en détail

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences Capteurs de température pour centrales nucléaires Sûreté fiabilité performances La mesure de vos exigences Pyro-Contrôle l expertise d un précurseur Dès la fin des années 1970, Pyro-Contrôle s illustre

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR Labex Labex SOLSTICE SOLSTICE Présentation Présentation générale générale Gilles Gilles Flamant 23.01.2013 1 ère Réunion Suivi ANR Sommaire Introduction Partenaires Objectifs de R&D Domaines d intervention

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Document propriété du CEA Reproduction et diffusion externes au CEA soumises à l autorisation de l émetteur CEA - Cadarache PAGE 1

Document propriété du CEA Reproduction et diffusion externes au CEA soumises à l autorisation de l émetteur CEA - Cadarache PAGE 1 PAGE 1 Cadarache : un centre au cœur de la région Préparer les réacteurs de demain Hautes-Alpes Soutenir le parc actuel Vaucluse Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Cadarache Var Promouvoir

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Matière. Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M)

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Matière. Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M) FFRE DE FRMATIN Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la Matière Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M) M2 0

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation:

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: 1 www.cetime.ind.tn LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: met à votre disposition des compétences et des moyens techniques pour vous assister dans vos démarches d innovation et d

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache COGEMA Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache Roger FANTON Chef des services QSSE Directeur Adjoint Journées SFRP, les 17 et 18 novembre 2005 COGEMA L'énergie, cœur

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Nassiba Tabti A.E.S.S. Physique (A.E.S.S. Physique) 5 mai 2010 1 / 47 Plan de l exposé 1 La Radioactivité Découverte de la radioactivité

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

Les métiers à la. Division Production Nucléaire

Les métiers à la. Division Production Nucléaire Les métiers à la Division Production Nucléaire 1 Les centres nucléaires de production d électricité en France En fonctionnement : 58 réacteurs nucléaires Construction d un EPR de 1600 MW 2 Principe de

Plus en détail

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS centres r&d usines mécaniques usines terminales Pour vos centres R & D SYSTÈMES D ESSAIS HYDRAULIQUES, AÉRAULIQUES ET MÉCANIQUES Nos systèmes permettent la

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces

Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces Henkel Votre partenaire en solutions de réparation des surfaces Grâce à de nombreuses années d expérience dans

Plus en détail

c) Défaut de masse et énergie de liaison

c) Défaut de masse et énergie de liaison c) Défaut de masse et énergie de liaison Calculons la masse d un noyau de 2 manières : à partir de la masse des constituants (2 neutrons + 2 protons) à partir de la masse mesurée de l atome (cf «Tabelle

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de la Physique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Alexis, chargé de recherche diplômé d un Master Physique du rayonnement et de la matière et d un Doctorat en

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance «Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance Présentation détaillée du plan «Action 2016» le mardi 13 décembre 2011 Perspectives financières : o Pertes opérationnelles

Plus en détail

Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale. Mars 2009

Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale. Mars 2009 Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale Dr. Mars Dominique 2009 DUMAY Mars 2009 0 CURSUS Universitaire L avant Doctorat Né en 1957 près de Verdun (enfant de la région)

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

électricité Et développement

électricité Et développement électricité Et développement DUrable 1 Thalès (Grec) En frottant de l ambre jaune sur sa toge, il constate qu il est possible d attirer de petits objets. Il découvre le phénomène de l électricité statique.

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF.

Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF. Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF. ITER & nucléaire civil 2012 Saint-Etienne, le 30 novembre 2012 Rhône 9 réacteurs en déconstruction en France 1 réacteur à eau pressurisée

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

SÉMINAIRE SUR LE SOUDAGE DE L ALUMINIUM 22-23 OCTOBRE DELTA QUÉBEC

SÉMINAIRE SUR LE SOUDAGE DE L ALUMINIUM 22-23 OCTOBRE DELTA QUÉBEC SÉMINAIRE SUR LE SOUDAGE DE L ALUMINIUM 22-23 OCTOBRE DELTA QUÉBEC PROGRAMMATION MERCREDI 22 OCTOBRE 12 h à 13 h 30 ACCUEIL DES PARTICIPANTS - MOT DE BIENVENUE SALLE LAUZON «Soudabilité des alliages d'aluminium»

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures www.cryostar.com L esprit Cryostar Leader commercial et technologique Cryostar est à la pointe

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

LILLE COMPIÈGNE REIMS NANTES LYON GRENOBLE MARSEILLE LA1. LA5 Laboratoire fusion nucléaire contrôlée Fusion nucléaire, LHCD, rayons X durs

LILLE COMPIÈGNE REIMS NANTES LYON GRENOBLE MARSEILLE LA1. LA5 Laboratoire fusion nucléaire contrôlée Fusion nucléaire, LHCD, rayons X durs nucléaire - 57 - IMPNTATION GéOGRAPHIQUE DES BORATOIRES ET RéSEAUX CONJOINTS IMPNTATION GéOGRAPHIQUE DES BORATOIRES ET RéSEAUX CONJOINTS DUNKERQUE LILLE COMPIÈGNE NANTES REIMS PARIS PARIS et Île-de-france

Plus en détail

Le partenaire de votre innovation technologique

Le partenaire de votre innovation technologique w w w.. s y n e r r v v i a i a. f. r f r Quelques chiffres Création en 2002 Association loi 1901 20 salariés 17 Ingénieurs et techniciens experts dans leurs domaines et présents dans les centres de compétences

Plus en détail

III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande

III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande Le stockage reste le point faible de la filière énergétique. Il fait l objet, sous ses différents aspects, de travaux de recherche et

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

REMISE DES PRIX DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 1 er juillet 2015. 17e CONCOURS NATIONAL D'AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISES DE TECHNOLOGIES INNOVANTES

REMISE DES PRIX DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 1 er juillet 2015. 17e CONCOURS NATIONAL D'AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISES DE TECHNOLOGIES INNOVANTES DOSSIER DE PRESSE 17e CONCOURS NATIONAL D'AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISES DE TECHNOLOGIES INNOVANTES REMISE DES PRIX Mercredi 1 er juillet 2015 Cécile Corradin - 01 55 55 99 12 Élodie Flora - 01 55 55

Plus en détail

«Physique nucléaire et applications»

«Physique nucléaire et applications» UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 UFR de PHYSIQUE MASTER DÉLOCALISÉ A HANOI (avec le soutien de l Agence universitaire de la Francophonie) «Physique nucléaire et applications» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2008-2009 RÉSUMÉ

Plus en détail

LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE

LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE THERMI-LYON, le pionnier technique : une expertise fondée sur une histoire 1960 : Traitements en bains de sels et induction

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION Journées SFRP : Démantèlement des installations nucléaires et problématiques associées Serge PEREZ CEA/INSTN, Alain PIN CEA/INSTN. www-instn.cea.fr GRENOBLE 23 ET 24 OCTOBRE

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Formation de qualité Inépuisable, durable, naturel L avenir est

Plus en détail

Nuclear trainees program

Nuclear trainees program engagement cohésion Nuclear trainees program audace exigence junior Obtenez en 1 an une formation de généraliste du nucléaire engagement GDF SUEZ / 2 nuclear trainees PROGRAM JUnIOR Vous êtes un jeune

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI?

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L électricité est le moyen de transport de l énergie! L électricité, comme l énergie, est présente dans la nature mais on ne la voit pas. Sauf quand il y a un orage! L électricité

Plus en détail

DIVISION TECHNIQUE GÉNÉRALE

DIVISION TECHNIQUE GÉNÉRALE DIVISION TECHNIQUE GÉNÉRALE L UNITÉ DE MESURE ET D EXPERTISE D EDF 04/12/2014 Copyright EDF-DTG SOMMAIRE 01 EDF-DTG : l expertise au cœur d un leader 02 DTG : un rayonnement national et international 03

Plus en détail

Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse. gcn Groupe Communication sur le nucléaire

Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse. gcn Groupe Communication sur le nucléaire Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse Stratégie suisse de gestion du combustible usé Au cours de l année 2000, les centrales nucléaires suisses ont produit environ 25 milliards de kwh, soit

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Les déchets pris en compte dans les études de conception de Cigéo

Les déchets pris en compte dans les études de conception de Cigéo Les déchets pris en compte dans les études de conception de Cigéo Juillet 2013 2 SOMMAIRE Avant-propos ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIES

SCIENCES TECHNOLOGIES R essources MICHEL WAUTELET SCIENCES TECHNOLOGIES et SOCIÉTÉ Questions et réponses pour illustrer les cours de sciences De Boeck Introduction générale 5 Sciences, technologies, société 1. Quels sont les

Plus en détail

Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie

Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie Conférence du 19 mai 2006 rue Jean Goujon, 19h certitudes et incertitudes sur la fusion nucléaire - rôle d ITER

Plus en détail