N par Michel Aglietta, Laurent Berrebi, et Audrey Cohen. et globalisation. Banques centrales et globalisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 7. 2009. par Michel Aglietta, Laurent Berrebi, et Audrey Cohen. et globalisation. Banques centrales et globalisation"

Transcription

1 Banques centrales et globalisation Banques centrales et globalisation Ce septième numéro de la collection «Expertises», est un aboutissement des réflexions conduites depuis plusieurs années au sein de Groupama Asset Management par Michel Aglietta, professeur à l Université de Paris-Ouest et conseiller économique de Groupama Asset Management, Laurent Berrebi, directeur des études économiques de Groupama Asset Management et responsable de cette publication, et Audrey Cohen, économètre au sein de l équipe des économistes. En prise directe avec le débat sur la réforme de la régulation financière, les auteurs montrent que stabilité des prix, croissance économique et stabilité financière ne font pas forcément bon ménage et que l essor des marchés financiers et de la mondialisation nécessite de revisiter la gouvernance économique. prix : 20 e 7 Expertises Banques centrales et globalisation par Michel Aglietta, Laurent Berrebi, et Audrey Cohen N

2 Banques centrales et globalisation Michel Aglietta Professeur à l Université de Paris-Ouest Conseiller économique de Groupama Asset Management Laurent Berrebi Directeur des études économiques de Groupama Asset Management Audrey Cohen Économètre chez Groupama Asset Management GROUPAMA ASSET MANAGEMENT, Collection "Expertises" Directeur de la publication : Laurent Berrebi Dépôt légal : octobre 2009, ISSN : en cours

3 Sommaire Préface 5 Introduction 7 La problématique de la stabilité monétaire doit être complétée par celle de la stabilité financière 1 L inflation est d origine réelle et non plus monétaire 19 Les constats 19 Analyse 24 Les conséquences pour la politique économique 28 2 L instabilité financière est devenue la première préoccupation mondiale 33 La stabilité de l inflation est propice à l instabilité financière 34 La globalisation crée une dynamique commune de l instabilité financière 48 Conclusion 59 Le rôle des banques centrales après la crise 1 Conception de la politique monétaire : une politique différente et élargie 65 Régime keynésien structurel : une nouvelle politique monétaire pour répondre à la stabilité des prix 65 Le cycle des affaires : élément déterminant dans la conduite de la politique monétaire 68 Les grandeurs fondamentales dans la conduite de la politique monétaire : activité et output gap d une part, déflateur du PIB et pouvoir de marché d autre part 73 Les taux directeurs, fonction de la croissance du PIB nominal 77 2 Une politique monétaire élargie pour répondre à la stabilité financière 80 La nouvelle problématique l expansion du crédit 80 La mise en place d une politique macro-prudentielle pour contrecarrer la dynamique procyclique du crédit 85 La nouvelle supervision bancaire en cours 93 Les règles comptables pour gérer la liquidité bancaire dans le cycle 99 3 Politiques monétaires et interdépendances internationales 102 Problématique de l évolution du système monétaire international 103 Politiques monétaires et contrôle résiduel des capitaux dans les pays émergents 110 Du semi-étalon dollar à un polycentrisme monétaire sous prépondérance du dollar 116 Conclusion 129 Annexes 1 Méthode d extraction d une tendance Confirmation économétrique de l inversion des mécanismes de prix

4 Préface Ce numéro 7 de la collection «Expertises», daté de septembre 2009, a pour titre «Banques centrales et globalisation». Il est diffusé à un moment où le plus gros de la crise financière a été circonscrit, où les interrogations sur la crise économique sont toujours présentes. Le débat sur la réforme de la régulation financière est entré dans une phase où des décisions importantes seront prises et les banquiers centraux eux-mêmes s interrogent sur les inflexions de la politique monétaire les mieux à même d assumer l objectif de stabilité financière. Cette crise a mis en évidence le rôle crucial des banques centrales par la dimension des moyens mis en œuvre et la nécessité d une étroite coopération afin d éviter l effondrement du système financier international. Face à l éventualité de nouvelles crises, la question aujourd hui posée est celle de la régulation des marchés et de ceux qui doivent en exercer la responsabilité. Dans ce numéro, les auteurs Michel Aglietta, Laurent Berrebi et Audrey Cohen (économistes de Groupama Asset Management) montrent que stabilité des prix, croissance économique et stabilité financière ne font pas forcément bon ménage et que la théorie économique qui a prévalu sous l influence de Milton Friedman devait être revisitée du fait de l essor des marchés financiers et de la mondialisation. 5

5 Ce numéro 7 de la collection «Expertises» est un aboutissement des réflexions conduites au sein de Groupama Asset Management par nos équipes de recherche. Sa pertinence n aurait certainement pas été aussi grande si en amont il n y avait eu, depuis 2003, toutes ces études parues dans la collection «Expertises» qui ont permis d analyser en profondeur le transfert du risque bancaire, les risques de déflation, les déséquilibres américains, l appréciation des marchés boursiers et du niveau des taux d intérêt. Grâce à cette vision globale, fruit de sa recherche, Groupama Asset Management a la fierté de pouvoir contribuer à la réflexion sur une meilleure régulation gage d une croissance plus harmonieuse et durable. Francis Ailhaud, Directeur général, Groupama Asset Management Introduction Les banques centrales face au défi des transformations de l économie mondiale La doctrine monétariste qui a guidé la régulation macroéconomique depuis trente ans est issue de la croisade anti-inflationniste qui a débuté au tournant des années Lorsqu au début du mois d octobre 1979, le président de la Réserve fédérale Paul Volcker a quitté précipitamment l assemblée générale du Fonds monétaire international à Singapour pour rentrer à Washington et décréter un doublement du taux directeur aux États-Unis, il a déclenché une gigantesque mutation du capitalisme. Celle-ci a atteint son stade final dans la crise financière globale qui a balayé la planète depuis le mois d août Une nouvelle transformation de très grande ampleur qui concerne les banques centrales au premier chef est en gestation. De nouveau la doctrine monétaire va devoir subir un grand aggiornamento. L oscillation dans la doctrine qui soutient la politique monétaire est très ancienne. Elle montre la difficulté de la théorie économique à intégrer la monnaie dans son cadre d analyse du système des marchés concurrentiels. Une conception, appelée currency principle au XIX e siècle et «monétarisme» à l époque contemporaine, se fonde sur le principe de neutralité à long terme de la monnaie. Les perturbations que la monnaie peut provoquer n ont pas d incidences durables sur 6 7

6 Introduction l économie réelle selon cette conception de l économie appréhendée comme un vaste système de marchés en concurrence parfaite. Il s ensuit que la politique monétaire doit être dédiée exclusivement à la stabilité nominale, celle du pouvoir d achat de la monnaie, donc du niveau général des prix. Cette conception sépare la monnaie de la finance. Les marchés financiers sont supposés être régis par la loi de l offre et de la demande au même titre que ceux des biens réels. La stabilité financière n est pas partie prenante de la politique monétaire dans cette conception. Si la stabilité des prix est respectée, la stabilité financière est obtenue de surcroît dès lors que les acteurs individuels de la finance sont incités à adopter des comportements prudents. La posture institutionnelle de la monnaie en découle. Puisque la politique monétaire n est pas partie prenante des arbitrages politiques par la grâce de la neutralité de la monnaie, la banque centrale peut être une institution indépendante et se doter d un objectif incontestable : la stabilité des prix. Cet objectif a remplacé dans le régime des monnaies fiduciaires la convertibilité en or qui exprimait le currency principle au XIX e siècle. C est pourquoi le coup de force de Volcker a inauguré une chaîne de répercussions institutionnelles qui ont instauré des banques centrales indépendantes, vouées à défendre la stabilité des prix, dans de nombreux pays. Cette conception tient le haut du pavé des idées économiques lorsque l inflation est le souci principal de la régulation macroéconomique. Mais elle est battue en brèche lorsque les crises financières récurrentes éclatent dans un environnement d inflation basse et stable, voire de déflation. Ces épisodes montrent que la stabilité financière n est pas contenue dans la stabilité des prix et donc, corrélativement, que la monnaie ne peut être tenue pour neutre. La théorie alternative, qui présuppose l endogénéité de la monnaie aux processus de l économie réelle, et donc sa non neutralité, était appelée au XIX e siècle le banking principle. Cette théorie met l accent sur le rôle spécial des banques en tant que créatrices de monnaie par le crédit. Des économistes prestigieux au XX e siècle, Wicksell et surtout Keynes, ont développé la théorie de la monnaie de crédit et son pouvoir déstabilisant. Le crédit est le facteur dynamique du cycle financier. La récurrence des facteurs cycliques est analysée selon l hypothèse théorique d instabilité intrinsèque de la finance, approfondie dans les années soixante-dix et quatre-vingts par l économiste américain Hyman Minsky qui a fait connaître les analyses les plus subtiles de Keynes sur la psychologie des marchés financiers. La crise actuelle en est une illustration frappante, amplifiée par la combinaison d innovations dans trois domaines : comptabilité en valeur de marché, évaluation du risque de crédit selon la mesure de la value-at-risk (VaR) et transferts du risque de crédit par les credit default swaps (CDS) et par les crédits structurés (titrisation des crédits). La crise globale du crédit qui sévit depuis l été 2007 ne peut être perçue ni comme un accident fortuit, ni comme un événement conjoncturel qui contiendrait les ajustements de sa propre récupération. C est la phase terminale d une dérive du crédit sur la dernière décennie que les banques centrales, obsédées par leur combat contre l inflation, ont laissé se développer sans réagir. Elles sont maintenant sommées d incorporer la stabilité financière comme un objectif à part entière de la politique monétaire. Le balancier revient donc pleinement vers le banking principle. Comme on va le montrer dans cette étude, le changement de doctrine ne peut aller sans influencer la position institutionnelle des banques centrales vis-à-vis des états et des acteurs de la finance. Avec deux objectifs, stabilité 8 9

7 Introduction financière et stabilité des prix, les banques centrales se retrouvent au cœur des arbitrages politiques. Au fur et à mesure que la crise s approfondit, la politique monétaire est dépendante de la politique budgétaire. Après le paroxysme de la crise, elle aura à prendre en compte l importance des dettes publiques. Elle devra aussi développer l objectif opérationnel et les moyens de maîtriser l évolution du crédit dans le cycle financier. Un second aspect de la remise en cause de la doctrine monétaire est la prise en compte des interdépendances internationales. Il s agit aussi d une dimension de la monnaie qui donne lieu à des vues contrastées sur la manière de gérer les monnaies nationales dans le système monétaire international. Il y a des époques où les gouvernements adhèrent à des règles monétaires internationales qui guident, voire déterminent entièrement, les politiques monétaires. Il y en a d autres où les politiques monétaires poursuivent des objectifs purement domestiques. Logiquement cette dernière configuration est compatible avec des échanges internationaux limités par les contrôles de capitaux, voire les barrières au commerce international. La caractéristique surprenante des trente dernières années est la concomitance de la globalisation et d une doctrine monétaire repliée sur le cadre national (à l exception de la formation de l UEM Union économique monétaire), mais uniforme dans son principe : le ciblage de l inflation. Cette configuration des relations monétaires internationales procède de la même idéologie que la justification de l indépendance de la banque centrale. C est la neutralité de la monnaie. Au niveau mondial elle s exprime par l hypothèse de la parité des pouvoirs d achat (PPA). Selon cette hypothèse, les taux de change s ajustent automatiquement de manière à ce que les monnaies nationales aient le même pouvoir d achat partout dans le monde. S il en est ainsi, le rendement des monnaies est lui-même uniforme (parité des taux d intérêt). Chaque banque centrale peut donc choisir sa cible d inflation sans risquer de l imposer à ses voisins. Chaque pays est protégé de l inflation des autres, s il le veut, grâce aux taux de change parfaitement flexibles qui convergent vers les taux de PPA. Les balances de paiements reviennent automatiquement à l équilibre. Il ne peut y avoir aucun déséquilibre durable. Ce modèle théorique réussit le tour de force de faire croire que les pays peuvent être à la fois complètement autonomes et parfaitement intégrés à l économie mondiale. Inutile de dire à quel point cette représentation de l économie mondiale est éloignée de la réalité. L intégration internationale a énormément progressé dans les trente dernières années, tandis que les banques centrales devenaient indépendantes et que les politiques monétaires se concentraient sur les cibles domestiques d inflation. Loin de protéger l autonomie des économies nationales, cette intégration a produit des contraintes extrêmement fortes. Non prises en compte dans les politiques monétaires, ces contraintes ont mis les banques centrales en porte à faux. Les États-Unis eux-mêmes, qui avaient toujours considéré que les fluctuations du dollar étaient le problème des autres et considéraient comme une évidence que la maîtrise de leurs taux d intérêt était totale, ont été stupéfaits de ce qui se passait sur les taux longs à partir de Greenspan a même appelé conundrum le phénomène qu il observait. à partir de mai 2004 la Réserve fédérale a relevé son taux directeur, qui est passé progressivement de 1% à 5,25% pour répondre à la forte reprise de la demande, puis à la hausse des prix des matières premières. Elle a constaté que les taux longs ne réagissaient pas suffisamment, à cause du recyclage de l épargne mondiale sur les marchés financiers américains

8 Introduction Dans la première partie de cette étude nous montrerons que l inflation a changé de nature. L irruption massive d un excès mondial de main-d œuvre et d offre de biens et services a donné le pouvoir aux acheteurs dans la formation des prix. Une longue désinflation a conduit à une longue période de stabilisation de l inflation à un niveau très bas. Les facteurs communs de la concurrence internationale l emportent dans la formation des prix. Les politiques monétaires cherchent toujours à atteindre des cibles nationales d inflation. La non-reconnaissance de leur interdépendance entraîne une sousoptimalité des politiques séparées. Sur le plan financier on sait que la globalisation a provoqué un cumul de déséquilibres financiers sans qu aucun ajustement ne soit déclenché, ni par les marchés de capitaux, ni par la concertation des gouvernements. Ces déséquilibres financiers ont largement contribué à la dérive globale du crédit qui a nourri la crise. C est pourquoi la gouvernance monétaire internationale est un enjeu des réformes destinées à construire un système financier viable. On étudiera en quoi la poursuite de la stabilité nominale des prix est insuffisante pour réguler la macroéconomie. On montrera que l intégration des économies nationales produit une forte corrélation de l inflation entre les pays et des facteurs puissants de désinflation, en sorte qu une inflation basse et stable a été une caractéristique commune des économies développées et aussi des grandes économies émergentes sur la dernière décennie. En revanche on montrera que l instabilité financière est devenue une préoccupation mondiale, d autant qu elle peut être renforcée par la conviction que l inflation a disparu. La raison se trouve dans la globalisation des marchés d actifs et de dettes qui amplifie sensiblement l expansion du crédit dans la phase euphorique du cycle financier. Elle se trouve aussi dans le système monétaire, mélange de changes flexibles et de changes administrés que l on peut appeler semi-étalon dollar. Ce régime de change hybride a puissamment favorisé l accumulation des déséquilibres financiers internationaux et l expansion de la liquidité mondiale. Dans la seconde partie on tirera les leçons, pour les banques centrales, des changements structurels mis en évidence. Leur rôle devrait sortir de la crise sensiblement élargi et leur doctrine profondément modifiée. étant donné les très fortes interdépendances entre les prix et la diversité des chocs qui peuvent les affecter, la mesure pertinente de l inflation est une question ouverte. L expression même de l objectif de stabilité monétaire est à reconsidérer, notamment l immuabilité de la règle de Taylor pour pondérer l arbitrage entre croissance et inflation. La prise en compte explicite en permanence de la stabilité financière est une innovation qui est une des principales leçons de la crise. Une politique contracyclique du crédit est devenue indispensable pour prendre au sérieux le risque systémique. Elle devra être sensible à des canaux de transmission du crédit à l économie qui avaient été négligés sous le postulat que la finance était capable de s autoréguler. Elle implique de forger de nouveaux outils appelés macroprudentiels. Elle conduit les banques centrales à élargir sensiblement le périmètre des acteurs financiers et à surveiller au-delà des banques de dépôts, en incorporant les entités appartenant à ce qui a été appelé le système des banques parallèles et qui ont une importance systémique. On étudiera donc un certain nombre de questions soulevées par la préoccupation de la stabilité financière pour la politique monétaire. Enfin, l incidence des interdépendances monétaires internationales incite à revisiter la question des régimes de change dans la perspective de la gouvernance internationale. Des évolutions contradictoires 12 13

9 Introduction se sont produites. Le yuan chinois s est reconnecté au dollar. Au contraire, de nombreuses monnaies ont décroché de leur lien au dollar et ont subi de fortes dépréciations. L absence de cohérence dans les évolutions de change rend peu lisible le fonctionnement du système monétaire international. Le problème de formation d une zone régionale de change pour éviter la dislocation des prix dans une zone à forte intégration commerciale en Asie de l Est se pose. Elle peut entraîner un processus graduel de convertibilité du yuan dans les fonctions monétaires internationales. Ce serait une impulsion significative vers un système monétaire polycentrique. Corrélativement une amorce de concertation multilatérale, fondée sur une réforme du FMI en termes de mission et de réorganisation des pouvoirs des états membres, peut être envisagée. Enfin, le retour du FMI sur le devant de la scène monétaire internationale, à la suite des décisions du G20 prises au Sommet de Londres, peut être l amorce d une gouvernance monétaire internationale. La fonction d assurance des risques de crédit grâce à des lignes flexibles de crédit fournies en permanence peut permettre à des pays émergents et en développement de réduire le besoin d accumuler des réserves de change pour leur sécurité. Au-delà, la possibilité de promouvoir le DTS (droits de tirage spéciaux) en actif de réserve supranational pour favoriser la diversification des réserves de change hors marché, donc sans perturber gravement les taux de change, pourrait apparaître comme une innovation institutionnelle d intérêt commun. Dans une première section nous montrerons que la formation des prix a été profondément changée par la globalisation. L analyse statistique des séries temporelles de prix dans les pays de l OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) et un certain nombre de pays émergents, fait apparaître de nombreux changements : déconnexion entre inflation sous-jacente et inflation mesurée par les indicateurs usuels du coût de la vie due principalement à l influence grandissante des matières premières ; absence de tendance inflationniste croissante, donc faible persistance et diminution de la volatilité ; présence d une composante commune dans les facteurs explicatifs des évolutions nationales, donc forte convergence des taux d inflation. On montrera que ces caractéristiques sont les traits d un nouveau régime de formation des prix que l on peut qualifier de régime keynésien de long terme. Dans une seconde section on soulignera que l instabilité financière est l autre caractéristique de la mondialisation. Dès lors que les nations souveraines conduisent des politiques discordantes tout en favorisant une intégration financière profonde, parce qu elles espèrent en tirer avantage, elles condamnent la stabilité financière. On montrera que la stabilité de l inflation a été propice à l instabilité financière en incitant les agents privés, surtout à l intérieur de la finance, à des prises de risque amplifiées par des leviers de crédit très supérieurs à tout ce qui avait été constaté antérieurement. La globalisation a créé une dynamique commune d instabilité financière. Le système de change hybride que l on peut appeler semi-étalon dollar, avec des changes flottants d un côté et des changes ancrés sur le dollar de l autre, a converti cette instabilité en accumulation de déséquilibres globaux jusqu à ce que la dérive du crédit s écrase sur un mur de dettes que les preneurs privés de risque étaient incapables d assumer

10 La problématique de la stabilité monétaire doit être complétée par celle de la stabilité financière 17

11 1 L inflation est d origine réelle et non plus monétaire Les banques centrales ont comme objectif de maintenir la stabilité des prix et/ou de maintenir l inflation à un niveau à long terme (politique de ciblage de l inflation). Par conséquent, l observation de l inflation, l analyse de ses forces, la compréhension de son mécanisme de propagation sont absolument primordiales dans la conduite de la politique monétaire. C est ce que nous nous proposons de développer dans cette partie. 1 1 Les constats Tout d abord donnons une définition de l inflation : il s agit d une hausse généralisée des prix des biens et services. Depuis la crise asiatique de , force est de constater une rupture structurelle dans l évolution de l inflation. Avant d en étudier les raisons, attachons-nous aux constats. Une hausse des prix énergétiques et/ou agroalimentaires ne dégénère plus en inflation Depuis 1998, au niveau des sept pays les plus développés (pays du G7), l inflation sous-jacente, mesurée par l indice des prix à la consommation hors énergie et hors alimentation, montre une décorrélation très marquée avec l inflation globale, alors qu auparavant la 19

12 L inflation est d origine réelle et non plus monétaire corrélation était quasiment parfaite (cf. graphique 1). Ainsi, sur cette dernière décennie, si l inflation globale est restée volatile en raison de l impact direct des cours des matières premières énergétiques et agricoles dont la forte volatilité provenait du rythme endiablé de la croissance mondiale, l inflation sous-jacente a conservé une grande stabilité et a suivi avec beaucoup de retard et de parcimonie la hausse des prix énergétiques et agricoles. Il en découle le corollaire suivant : une poussée des prix énergétiques et des prix agro-alimentaires ne se répercute plus nécessairement sur les prix des biens et services de l ensemble de la chaîne économique, ou en d autres termes un choc inflationniste dû aux prix des matières premières ne dégénère plus nécessairement en inflation, c est-à-dire en une hausse généralisée des prix des biens et services. Une inflation sous-jacente stable et faible dans les pays de l OCDE sur la dernière décennie Pour savoir si ce constat est un trait partagé par l ensemble des pays développés, sa validité doit être vérifiée au niveau de chaque pays pris individuellement. Plutôt que de faire un tel travail fastidieux, on a utilisé une méthode économétrique d extraction de composante commune à différentes séries (cf. annexes). La tendance de l inflation sous-jacente, commune à tous les pays de l OCDE, qui peut être apparentée à la tendance générale de l inflation interne aux pays de l OCDE, montre une grande stabilité à de très bas niveaux durant la dernière décennie, après avoir fortement diminué tout au long des années quatre-vingts et quatre-vingt-dix (cf. graphique 2). Plus précisément, le niveau de l inflation sous-jacente des pays développés et sa volatilité ont chuté de façon spectaculaire à deux Graphique 1 Inflation dans les pays du G7 (prix à la consommation, glissement annuel) 6,0 5,0 4,0 % Graphique 2 Inflation sous-jacente dans les pays de l OCDE % % , ,0 1,0 0,0-1,0 Juillet Juillet Juillet Juillet Juillet Juillet Globale Sous-jacente (hors énergie et hors alimentaire) Datastream - Groupama AM La hausse de l inflation globale ne répercute plus l inflation sous-jacente Sept Sept Sept Sept Sept Sept Sept Sept Tendance commune de l inflation sous-jacente dans les pays de l OCDE Inflation sous-jacente dans les pays de l OCDE (échelle de droite) Datastream - Groupama AM L inflation sous-jacente est stable et faible à bas niveau depuis plusieurs années

13 L inflation est d origine réelle et non plus monétaire périodes très précises : l une au milieu des années quatre-vingts, durant laquelle les banques centrales gagnaient leur bataille contre l inflation, l autre à la fin des années quatre-vingt-dix, où la crise asiatique a totalement modifié les modes de formation des prix sans aucune influence cette fois-ci de la politique monétaire. Les facteurs déterminants de la formation des prix sont des variables réelles qui prennent le pas sur les variables monétaires. Nous allons en préciser le sens dans les lignes qui vont suivre. Pour informations supplémentaires, se référer aux annexes, p Rupture de l inflation mondiale à la suite de la crise asiatique Ce trait commun d une inflation faible et stable, partagé par l ensemble des pays développés, peut-il s appliquer à l ensemble de l économie mondiale? L inflation mondiale, mesurée à partir de l indice des prix à la consommation, indique une baisse irréversible de l inflation en dessous de 10% à partir de 1996, ainsi qu une inflation très stable et faible entre 3,5% et 4,5% depuis 1999, si ce n est entre fin 2007 et fin Cependant, un tel indicateur reflète en grande partie ce qui se passe dans les grands pays compte tenu de leur poids. Il ne dit pas que la plupart des pays du monde ont connu la même évolution que les grands pays développés. En appliquant la même méthode économétrique à l inflation globale d un groupe de 26 pays développés et émergents, le constat est sans appel : ce n est qu à partir de 1999 que le monde a littéralement basculé d un contexte structurel fortement inflationniste à un contexte d inflation structurellement faible (cf. graphique 3). La tendance générale de l inflation que nous qualifierons d inflation mondiale s est subitement effondrée en 1999, pour demeurer très faible et très stable jusqu à la fin Elle a ensuite augmenté de façon générale mais son pic atteint en septembre 2008 est resté inférieur à son niveau du creux des années quatre-vingts et quatrevingt-dix. Par conséquent, le nouveau contexte structurel faiblement Graphique 3 Inflation mondiale mesurée à partir de l indice des prix à la consommation % % Janvier 1989 Janvier 1993 Janvier 1997 Janvier 2001 Janvier 2005 Janvier 2009 Tendance commune Inflation mondiale (échelle de droite) L inflation mondiale est très basse depuis Datastream - Groupama AM Graphique 4 Part expliquée de la volatilité de l inflation de 26 pays du monde par la tendance commune 0,90 0,85 0,80 0,75 0,70 0, / / /2009 Inflation : la tendance commune explique la quasi-totalité de la volatilité de l inflation des pays du monde depuis le début de la décennie. Datastream - Groupama AM 22 23

14 L inflation est d origine réelle et non plus monétaire inflationniste est mondial et ne se limite pas seulement aux pays développés. Il s agit d une caractéristique d autant plus mondiale que cette tendance commune partagée par tous les pays explique sur les huit dernières années 90% de la volatilité de l inflation observée dans chacune des économies contre un peu plus de 70% durant la décennie quatre-vingt-dix (cf. graphique 4). Ce nouvel environnement non-inflationniste dure maintenant depuis plus de dix ans, ce qui tend à indiquer le caractère permanent de ce nouveau régime. De surcroît, ce changement de régime a été si brutal qu il écarte toute origine monétaire qui aurait eu un impact beaucoup plus diffus et lissé dans le temps. En conclusion, même si la politique monétaire a réussi à casser l inflation dans les années quatre-vingts et à continuer à réduire l inflation jusqu au milieu des années quatre-vingt-dix dans les pays de l OCDE, elle ne peut s attribuer la responsabilité de ce passage soudain d un régime structurel inflationniste à un régime sans inflation. Il s agit d une cause mondiale. Pour informations supplémentaires, se référer aux annexes, p Analyse La première observation indique un changement fondamental des mécanismes de formation des prix puisque la hausse des prix énergétiques et des prix des matières premières n est plus ou est peu répercutée sur les prix des autres biens et services de toute la chaîne économique. En fait, nous sommes passés d un régime de vendeurs à un régime d acheteurs. Schéma1 Les mécanismes de prix dans un régime monétaire Le passage d un régime de prix gouverné par les vendeurs à un régime de prix régi par les acheteurs En effet, des années soixante-dix à la fin des années quatre-vingt-dix, le pouvoir de marché ou de négociation appartenait aux vendeurs, tant sur le marché de l emploi que sur le marché des biens et services. Parce que le monde était en insuffisance d offre sur le marché du travail, les salariés détenaient le pouvoir de négociation et imposaient leurs exigences salariales aux entreprises. Parce que le monde était en insuffisance d offre sur le marché des biens et services, les entreprises avaient un pouvoir de marché suffisant pour répercuter toute hausse des coûts, salariaux ou autres, sur les prix de vente. Les clients, qui sont également les salariés, répercutaient alors cette hausse des prix sur leurs salaires, lesquels augmentaient davantage. Dans ce cas, toute hausse exogène supplémentaire des salaires ou des prix (prix énergétiques ou alimentaires) pouvait, à terme, provoquer un emballement inflationniste à terme si la politique économique, et notamment monétaire, ne veillait au grain. Le monde était quasi-parfaitement inséré dans le cadre monétariste de plein-emploi à long terme, avec des cycles conjoncturels qui dépendaient de l écart au plein emploi dans les phases de récession et de la vitesse à laquelle l économie retrouvait le plein-emploi sous l impact de la politique monétaire (cf. schéma 1). Salariés Salaires Prix Entreprises Le régime monétaire : un régime dirigé par les vendeurs du fait de l insuffisance d offre à long terme sur le marché de l emploi et des biens et services. Seul un emballement inflationniste est possible en raison du pouvoir des salariés sur les entreprises et des entreprises sur les clients. + Clients 24 25

15 L inflation est d origine réelle et non plus monétaire En revanche, aujourd hui et ce depuis une dizaine d années, le schéma est tout autre. Le pouvoir n appartient plus aux vendeurs mais aux acheteurs, le monde ayant basculé d un régime où l offre est insuffisante à un régime où l offre est excédentaire et la demande insuffisante. La dérégulation et la mondialisation avec l arrivée de la Chine et de l Inde dans le commerce mondial, tant sur le marché des biens et services que sur celui du travail, ont provoqué un changement radical de la distribution du pouvoir de négociation entre les différents agents. Ce sont bien les clients aujourd hui qui ont le pouvoir sur les entreprises. Celles-ci n ont cessé, sur les dix dernières années, de se plaindre de leur manque de pouvoir de marché, ce qui n avait jamais été le cas auparavant dans le cadre d un régime à inclination inflationiste. Les entreprises ont cependant la possibilité de répercuter ce manque de pouvoir de marché sur les salariés auxquels l excès structurel mondial d offre de main-d œuvre retire tout pouvoir de négociation et a contribué à réduire la part de la masse salariale dans la valeur ajoutée. En voyant rogner leurs gains de pouvoir d achat, les salariés qui sont aussi les clients font alors peser encore plus de contraintes baissières sur les prix de vente des entreprises. D un régime structurel monétariste de long terme à un régime keynésien de long terme Le monde actuel s insère alors dans le cadre keynésien de long terme et non plus monétariste. Il nous paraît ici utile d insister sur le caractère fondamental du régime keynésien. Il ne s agit pas en effet de cycles conjoncturels durant lesquels les périodes de sous-emploi peuvent être considérées comme des phases keynésiennes. Si ces cycles s insèrent dans un régime de sous-offre du fait de raisons Schéma 2 Les mécanismes de prix dans un régime keynésien de long terme structurelles (comme par exemple la régulation, le protectionnisme), nous considérons que ces périodes de sous-emploi restent des périodes transitoires traitées efficacement par la politique monétaire. Nos propos portent sur le caractère durable de sous-emploi et de suroffre sur plusieurs décennies qui qualifient une économie keynésienne. Dans un tel régime, en vigueur aujourd hui, la politique monétaire perd une grande partie de son efficacité. En revanche la politique budgétaire retrouve ses lettres de noblesse. De plus, les cycles conjoncturels ne sont plus dirigés par la pleine utilisation des ressources qui n est jamais atteinte lors de ces régimes, ni par l évolution des taux directeurs. Ils sont dirigés par les marchés financiers et plus précisément par le cycle du crédit (cf. schéma 2). Clients Prix Salaires Entreprises Le régime keynésien de long terme : un régime dirigé par les acheteurs du fait de l excès d offre de biens et services et de l offre de travail. Seul un emballement déflationniste est possible en raison du pouvoir des clients sur les entreprises et des entreprises sur les salariés. Salariés La brutalité de cette modification de régime des prix est selon nous la conséquence majeure de la crise asiatique qui a obéré pour de longues années l accroissement effectif de la demande domestique de nombreux pays nouvellement industrialisés ou en voie d industrialisation qui tiraient l ensemble des échanges mondiaux. Les pays asiatiques concernés se sont alors tournés vers les marchés à l exportation pour assurer leur croissance en cassant les prix, tout comme la Chine à cette époque. Leur demande intérieure ne résultait que du processus vertueux entraîné par le dynamisme de leurs exportations 26 27

16 L inflation est d origine réelle et non plus monétaire sur les profits, l investissement des entreprises et l emploi. C est à ce moment que cet afflux d offre sur le marché des biens et services d une part et ce reflux de la demande intérieure des pays asiatiques d autre part, ont totalement déséquilibré le marché des biens et services à long terme et ont modifié radicalement le régime de prix. 1 3 Les conséquences pour la politique économique Les conséquences qui découlent de l inversion des pouvoirs entre acteurs et de cette modification structurelle des mécanismes de prix sont énormes. L ennemi n 1 est devenu la déflation, ce n est plus l inflation Tout d abord, nous avons bien basculé d un régime structurel monétariste où l insuffisance d offre pouvait déclencher à tout moment une spirale inflationniste (par le biais d un choc sur les coûts ou d un choc demande), à un régime keynésien de long terme où l insuffisance de demande structurelle cette fois-ci peut déclencher à tout moment une spirale déflationniste. Les menaces à long terme sont foncièrement différentes d un régime à l autre. Dans le cas du régime monétariste, c est l inflation qui est l ennemi numéro 1 et qui doit être combattue par les politiques économiques, du fait de l insuffisance d offre tant sur le marché des biens et services que sur le marché de l emploi. Les politiques économiques les plus pertinentes sont bien d inspiration monétariste favorisant la croissance de l offre, plutôt que celle de la demande. En revanche, dans le cas du régime keynésien de long terme actuel, c est bien la déflation qu il faut combattre à long terme. Les politiques économiques les plus pertinentes sont bien d inspiration keynésienne tournées vers la demande. Les conséquences pour les politiques monétaires sont susceptibles d être considérables. Tout d abord quel type de politique monétaire mener si d une part l ennemi principal n est plus l inflation mais la déflation et si d autre part le régime est structurellement keynésien et non plus monétariste? En d autres termes quelle doit être la politique monétaire d inspiration keynésienne requise pour combattre la déflation? Un choc énergétique est un choc de demande dans un régime keynésien et non pas un choc d offre comme dans un régime monétariste L inversion des mécanismes de prix change la nature d un choc provenant d un même phénomène. Prenons le cas d un choc énergétique. Dans le régime où les marchés sont tenus par les offreurs, un choc énergétique est considéré à juste titre comme un choc d offre. En effet, la hausse des prix énergétiques a un impact direct sur les augmentations salariales puisque les salariés ont le pouvoir sur les entreprises, compte tenu de l insuffisance d offre de travail à long terme. Parallèlement les entreprises ont la capacité de répercuter la hausse des coûts salariaux sur les prix de vente. La boucle prix/salaires est enclenchée et l inflation s emballe. De plus, le choc énergétique réduit l offre rentable des entreprises par son impact sur leurs coûts, tant salariaux qu énergétiques. L insuffisance d offre sur le marché des biens et services à long terme s accentue, entraînant davantage de pressions inflationnistes. Une politique de relance de la demande serait catastrophique puisqu elle intensifierait la pénurie d offre de long terme

17 L inflation est d origine réelle et non plus monétaire Graphique 5 Pays de l OCDE : la corrélation entre l inflation globale et l inflation sous-jacente En revanche, dans le cadre du régime keynésien, un choc énergétique peut être certes considéré comme un choc d offre de prime abord en entamant la rentabilité des entreprises. Cependant, les enchaînements sont totalement différents. D abord, les entreprises ne peuvent pas répercuter la hausse des prix énergétiques sur les prix de vente en raison de l excès structurel d offre, ou en d autres termes du climat concurrentiel. Les entreprises absorbent alors la hausse des prix énergétiques par une réduction des marges. La dégradation de la rentabilité va pousser les entreprises à réduire leurs investissements, c est-à-dire à réduire leur demande. Dans un second temps, le manque structurel de pouvoir de négociation qui empêche les salariés de réclamer des augmentations salariales supplémentaires pour maintenir leur pouvoir d achat comme dans le régime précédent va permettre aux entreprises de répondre à la détérioration de la rentabilité par une réduction de la masse salariale, 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0 Déc Déc Déc Déc Déc Déc Déc Déc Datastream - Groupama AM Déconnexion historique de l inflation globale et de l inflation sous-jacente. qui va d autant plus déprimer la consommation des ménages. Les conséquences à long terme d un choc énergétique ne sont donc plus du tout les mêmes, car c est la diminution de la demande en raison de la dégradation du pouvoir d achat des salariés qui fait l ajustement macroéconomique. En fait, paradoxalement, une poussée des prix énergétiques, qui contribue bien à une remontée de l inflation immédiate, se transforme finalement en choc déflationniste à long terme du fait de l affaiblissement de la demande (cf. graphique 5). Le climat des affaires est devenu déterminant, les augmentations salariales secondaires Ainsi, le rapport de forces s est complètement modifié entre les clients, les entreprises et les salariés, basculant totalement des salariés aux clients. Il en découle une modification radicale des éléments à l origine d une hausse des prix. Si dans un régime monétariste comme dans les années soixante-dix à quatre-vingt-dix, les augmentations salariales étaient l élément déclencheur d une spirale inflationniste, elles ne sont plus que la résultante du rapport de force entre les clients et les entreprises. L évolution des augmentations salariales est devenue totalement secondaire dans les perspectives sur l inflation. D ailleurs, il ressort des tests de causalité effectués tant en zone euro qu aux États-Unis, que les augmentations salariales ne sont plus à l origine de l inflation depuis une dizaine d années. En revanche, les conditions de rentabilité et de perception de la demande des entreprises sont devenues primordiales dans les anticipations d inflation. Car, comme l indique le sens de la causalité dans les répercussions des chocs qui affectent les prix, les entreprises ont le choix d augmenter ou de ne pas augmenter les salaires et ce en fonction de la perception du climat des affaires

18 La hausse des marges et des profits, la perception d une demande et d une activité dynamiques pousseront les entreprises à distribuer davantage de pouvoir d achat, alors qu au contraire la baisse des marges et la perception d un affaiblissement de l activité réduiront les augmentations salariales, voire même conduiront les entreprises à réduire le pouvoir d achat distribué. La perception de la demande et les conditions de rentabilité sont assez bien résumées par ce que l on appelle le climat des affaires. Certains indices du climat des affaires sont très connus (l indice ISM Institut for Supply Management aux États-Unis, l indice Ifo Institüt für Wirtschaftforschung en Allemagne), d autres le sont moins (les indices de climat des affaires des pays européens provenant des enquêtes de la Commission européenne). Il faut savoir que ce type d indicateur existe pour les pays développés et les principaux pays émergents. Par conséquent, l indice du climat des affaires est probablement l indicateur incontournable de l inflation future. Pour informations supplémentaires, se référer aux annexes, p L instabilité financière est devenue la première préoccupation mondiale La première section a montré pourquoi l inflation est devenue stable et pourquoi il s agit d une tendance structurelle que la politique économique d un pays particulier n a pas le pouvoir de contrecarrer. Il y faudrait un retour significatif du protectionnisme à la fois commercial et financier. La question qui nous préoccupe ici est la raison pour laquelle la stabilité de l inflation à un bas niveau crée un environnement propice à l instabilité financière en dehors d un renforcement de la régulation financière. Le monétarisme affirme à juste titre que l inflation haute est aussi instable. Elle entraîne une grande incertitude dans l évolution des prix relatifs. Elle engendre, en effet, des indexations croisées des agents privés sur des bases hétéroclites et avec des périodicités de révision disparates. Il s ensuit que le coût des crédits, le risque des emprunteurs et l évolution du prix des actifs sont difficiles à évaluer et exacerbent les asymétries d information. Toutefois, si la stabilité des prix est une condition nécessaire de la stabilité financière, il n en résulte pas que la condition suffisante soit établie. Empiriquement, l histoire des crises financières sur plusieurs siècles montre abondamment que le postulat selon lequel la stabilité des prix entraîne la stabilité financière est erroné. Les vingt dernières années fournissent d ailleurs un démenti cinglant à cette affirmation. L inflation est devenue stable et basse à partir de la seconde moitié des années quatre-vingt-dix. C est à cette époque qu ont éclaté les deux plus graves crises financières de la mondialisation contemporaine : 32 33

19 L instabilité financière est devenue la première préoccupation mondiale la crise asiatique de et la crise générale du crédit qui sévit depuis août La crise boursière de a fait l intermède. Théoriquement la position monétariste n est soutenable que sous l hypothèse d efficience des marchés. Dans ce cadre théorique, seule l inflation est une source d instabilité autoentretenue. L offre de monnaie, au lieu de suivre une norme d évolution exogène qui garantit la stabilité des prix, devient un enjeu des rivalités des acteurs privés qui cherchent à préserver la valeur réelle de leurs revenus et de leurs richesses. La création monétaire qui en découle valide l accélération de l inflation et relance les surenchères. Ce courant de pensée considère que c est le seul processus déséquilibrant possible. La finance peut certes subir des chocs exogènes mais, en absence d inflation, les marchés financiers sont capables de déterminer en permanence les «justes prix» incorporant toute l information disponible. Il s ensuit que les chocs suscitent un ajustement qui les résorbe. Car, comme l a souligné Milton Friedman, dans un monde d acteurs économiques rationnels et parfaitement informés, toute spéculation déséquilibrante est perdante. Ainsi, pour concilier la théorie et l observation des crises financières, il n est pas d autre voie que de rejeter l hypothèse de l efficience de la finance. 2 1 La stabilité de l inflation est propice à l instabilité financière La stabilité des prix, couplée à la libéralisation financière, entraîne un bas coût du crédit qui favorise un boom de la consommation et des prix des actifs. Le processus est amplifié lorsque la désinflation provoque une appréciation du taux de change réel. Lorsque la basse inflation provient d une baisse des coûts salariaux unitaires, comme il s en est produit au début des années 2000, la hausse des prix des actifs est soutenue à la fois par le bon niveau de la profitabilité des entreprises et l optimisme qui s empare des marchés financiers. Ces anticipations optimistes entrainent les prix des actifs à des niveaux bien supérieurs à celui qui est justifié par la hausse initiale de la productivité qui améliore la profitabilité. Une euphorie qui se nourrit d elle-même produit une bulle spéculative sur au moins un prix d actif où se concentre l engouement des candidats à l enrichissement. La crédibilité acquise par la politique monétaire du fait de la croyance dans le discours monétariste, même lorsqu elle n est pour rien dans les raisons qui maintiennent une inflation basse, influence les anticipations d inflation qui deviennent peu sensibles aux fluctuations cycliques de la demande. Une des grandes caractéristiques du régime des prix issu de la globalisation est que les variations de l inflation sont, non seulement d ampleur réduite, mais retardées dans le cycle des affaires. Seules les hausses entretenues de matières premières, donc une modification des prix relatifs, peut entraîner un relèvement limité du taux d inflation. Hormis cette circonstance, les banques centrales n ont pas de raison de durcir la politique monétaire si leur objectif épouse la règle de Taylor : maîtriser l inflation tout en facilitant la croissance au voisinage du potentiel. Dans ces conditions, l aversion pour le risque dans les marchés du crédit baisse à la fois chez les demandeurs et les offreurs de crédit. Les marchés du crédit deviennent fragiles dans la méconnaissance des acteurs qui pensent, au contraire, que le risque est minimal puisque les profits sont hauts, l inflation basse et le coût du crédit bon marché. Ce qu il faut comprendre, c est pourquoi les marchés du crédit sont incapables de s ajuster aux distorsions latentes qui murissent dans l indifférence générale des indicateurs objectifs de la 34 35

20 L instabilité financière est devenue la première préoccupation mondiale détérioration des bilans, où le poids des dettes monte inexorablement. Pourquoi le coût du crédit ne met-il pas un obstacle à l emballement de la demande, de la même manière que la hausse du prix d un bien sur un marché ordinaire finit par décourager les acheteurs et les engage à se tourner vers les substituts? L hypothèse d instabilité financière Dans un marché ordinaire, où la qualité des biens échangés est connue et où la motivation de la transaction est l acquisition d une valeur d usage qui ne dépend que des préférences individuelles du consommateur supposées exogènes, les déterminants des fonctions d offre et de demande autres que les prix sont indépendants et exogènes. D une part la demande du bien est limitée par l utilité marginale décroissante. D autre part, le bien a des substituts qui ont des caractéristiques similaires. Comme le prix du bien et celui des substituts influencent l offre et la demande de manière opposée, un choc déplaçant l une des courbes est résorbé par une variation du prix qui rétablit l équilibre. Il n en est pas ainsi dans le marché du crédit, lorsque la demande de crédit n est pas motivée par l acquisition d une valeur d usage sans anticipation d une plus-value de revente, mais recherche la valeur à l état pur, ou plus exactement l auto accroissement de la valeur monétaire. Alors l anticipation de la hausse du prix de l actif porteur de l espoir d enrichissement devient l unique moteur du crédit. Or l anticipation de la hausse des prix d actifs n a aucune limite prédéterminée. De leur côté, les offreurs de crédit considèrent l actif de la même manière, puisqu ils le prennent en collatéral des prêts. Ils ont la même perception optimiste du marché d actifs. Ils pensent donc que le collatéral de leurs prêts va augmenter en valeur plus vite que le montant de leurs créances (baisse du ratio loan-to-value dans la phase euphorique) et donc que la probabilité de défaut sur les prêts, telle qu elle est perçue par les banques baisse. L offre et la demande de crédit sont étroitement corrélées positivement, puisqu elles dépendent toutes deux d un même déterminant qui est l anticipation de la hausse du prix des actifs financée par le crédit. L expansion du crédit valide la hausse du prix des actifs. Celle-ci entraîne l économie dans un cercle où toutes les interactions se renforcent. Le déplacement vers la droite de la fonction de demande de crédit se répercute sur l offre dans le même sens. L offre de crédit progressant en étroite corrélation avec la demande, le taux d intérêt reste stable ; ce qui empêche l ajustement par le coût du crédit (cf. graphique 6). L offre et la demande de crédit ne cessent de se déplacer vers la droite et de valider l anticipation de la hausse du prix des actifs. Ce cercle a une apparence vertueuse, mais il devient subrepticement vicieux au fur et à mesure que la bulle spéculative se renforce et que la fragilité s insinue dans les bilans des emprunteurs. La phase d essor engendre donc des comportements qui fragilisent le système financier. La détérioration des conditions du crédit est dissimulée aux acteurs par l euphorie des marchés d actifs du fait de son expansion. Ce comportement, appelé «aveuglement au désastre», est typique des agents économiques plongés dans l incertitude et incapables de comprendre, en tous cas de mesurer, l interaction endogène des risques qui provient de leurs interdépendances. Lorsqu un type de risque paraît faible parce qu il survient rarement, alors qu il provoque des pertes catastrophiques lorsqu il surgit, ici le risque d une crise financière majeure, les acteurs de la finance le tiennent pour nul parce que leur perception est en dessous du seuil heuristique où ils pourraient percevoir la possibilité d une évolution défavorable. La fragilité s insinue parce que les emprunteurs, qui perçoivent des 36 37

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière 16/11/1999 QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière Concours du Meilleur Mémoire Financier - 1999 Paris, Novembre 1999 Ayant assisté, depuis plus

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii A partir des années 1980, la recherche de la BRI montre que la dynamique financière est radicalement

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés 7 octobre 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés Depuis la publication de l édition d avril

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Avant-propos de Frederic Mishkin. Préface à l édition américaine. Préface à l édition francophone. Les auteurs

Avant-propos de Frederic Mishkin. Préface à l édition américaine. Préface à l édition francophone. Les auteurs Table des matières Avant-propos de Frederic Mishkin Préface à l édition américaine Préface à l édition francophone Remerciements Les auteurs XIX XXI XXVI XXXIV XXXV Première partie Introduction 1 Chapitre

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Chapitre 2 Comment expliquer l instabilité de la croissance?

Chapitre 2 Comment expliquer l instabilité de la croissance? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 9 décembre 2014 à 16:12 Chapitre 2 Comment expliquer l instabilité de la croissance? Introduction Les économistes expliquent les aléas de la croissance par des modifications

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) 3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) L analyse de Milton Friedman, et plus précisément celle du courant monétariste ouvre une perspective sur le comportement de demande de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr Les prix augmentent: une bonne nouvelle? Dans le contexte actuel il semble que l augmentation des prix soit perçue

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 %

Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 % Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 % Conformément à l'article 5, 2, de l'annexe IV à la loi bancaire, la Banque nationale

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie Par Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Octobre 2010 1/16 Après deux décennies d efforts d investissements, financés principalement

Plus en détail

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ 16 JUIN 2009 RÉSUMÉ La Belgique est une petite économie ouverte dont le système financier, suite à la crise en cours,

Plus en détail

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise Le billet de Michel Fried novembre 2009 L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise La question qui agite aujourd hui les responsables des politiques économiques des grands pays industrialisés

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour la Planification

Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour la Planification Délégation du Sénat pour la Planification Février 2007 Rapport n 189 Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro

L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro Auteur : Jean-François JAMET - Ancien élève de l Ecole Normale Supérieure (Ulm) et de l Université Harvard, consultant auprès

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Le dollar canadien sous le régime de l étalon-or

Le dollar canadien sous le régime de l étalon-or Canada, pièce de 10 dollars, 1912 Terre-Neuve émit des pièces en or dès 1865, mais le Dominion du Canada ne fit de même que de 1912 à 1914, lorsque la nouvelle succursale d Ottawa de la Monnaie royale

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Chapitre 1 Pourquoi étudier la monnaie, les banques et les marchés financiers?...

Chapitre 1 Pourquoi étudier la monnaie, les banques et les marchés financiers?... Table des matières PREMIÈRE PARTIE Introduction........................................................................ 1 Chapitre 1 Pourquoi étudier la monnaie, les banques et les marchés financiers?...........

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail