2013 Société d assurance-dépôts du Manitoba

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2013 Société d assurance-dépôts du Manitoba"

Transcription

1 Rapport annuel 2013 Société d assurance-dépôts du Manitoba

2 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA VISION La Société d assurance-dépôts du Manitoba (SADM) est reconnue en tant qu organisme efficace et proactif voué à la réglementation et à la garantie des dépôts. MISSION Maintenir la confiance dans la force et la viabilité des systèmes de la caisse et des credit unions du Manitoba. VALEURS Nous estimons que notre personnel constitue notre plus précieuse ressource. Nous appliquons des pratiques exemplaires. Nous communiquons ouvertement avec les intervenants. Nous exerçons nos activités avec un sens élevé de l intégrité et de l imputabilité. Nous traitons chacun de manière équitable et respectueuse. Nous faisons preuve de bon jugement. Nous savons adapter notre approche réglementaire face à l évolution du contexte. ÉNONCÉ D INTENTION DES EMPLOYÉS Notre équipe de professionnels surveille et appuie de manière dynamique et efficace la gestion des risques au sein des systèmes de la caisse et des credit unions du Manitoba.

3 1 RAPPORT ANNUEL 2013 TABLE DES MATIÈRES RAPPORT SUR LES ACTIVITÉS Rapport de la présidente... 2 Rapport du chef de la direction... 3 Gouvernance d entreprise... 5 Conseil d administration... 5 Cadre... 6 Comités... 6 Rapport de gestion... 7 Mandat... 7 Aperçu des résultats financiers de la SADM... 8 Aperçu des résultats financiers des systèmes...11 Normes de pratiques commerciales saines...12 Gestion des risques...13 Principales initiatives et réalisations...14 Un réseau vigoureux...15 ÉTATS FINANCIERS Responsabilité de la direction...16 Rapport de l auditeur indépendant...17 État consolidé de la situation financière...18 État consolidé du résultat global...19 État consolidé des variations des capitaux propres...20 Tableau consolidé des flux de trésorerie...21 Notes annexes...22 Tableau des dépenses opérationnelles consolidées...48 LOI SUR LES DIVULGATIONS FAITES DANS L INTÉRÊT PUBLIC (PROTECTION DES DIVULGATEURS D ACTES RÉPRÉHENSIBLES)...49

4 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 2 RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE C est un honneur pour moi d avoir été nommée présidente de la Société d assurance dépôts du Manitoba (SADM) en 2013 et d avoir l occasion de préparer ce premier message pour le rapport annuel. L année 2013 a été marquée par le changement pour le conseil d administration de la SADM. En raison de la décision du gouvernement provincial de limiter à dix ans au maximum les mandats des membres de conseils d administration gouvernementaux, nous avons dû à regret nous séparer de Jake Janzen, qui siégeait à titre de président, et de Ron Pozernick et Stephen Roznowsky, membres du conseil d administration. Ces trois personnes ont contribué largement à l efficacité de notre organisation. Par leur approche holistique, c est à dire en gardant toujours à l esprit la vue d ensemble, ils ont aidé la Société à gérer des changements majeurs tels que la fusion des garants des systèmes de la caisse et des credit unions dans une visée progressiste en posant toujours les bonnes questions. Ils ont exigé des arguments ou des preuves solides de la direction au moment de prendre des décisions, faisant montre d une grande vigilance. Nous avons également accueilli Chuck Golfman, Monica Girouard et Bryan Rempel au sein du conseil d administration. Ces nouveaux administrateurs apportent au conseil une diversité d expériences et d expertise sur le plan des titres professionnels, des compétences en affaires et des antécédents dans le cadre des credit unions. Les autres membres du conseil d administration comprennent John Klassen, Paul Gilmore et Brian Mayes. Ils mettent au service de l organisation leur grande sagesse et leur perspicacité démontrées dans des rôles de leadership au cours de leur mandat dans le système des credit unions (pour John) et le système de caisse (pour Paul), tandis que Brian Mayes fournit la perspective légale et gouvernementale. Notre nouveau conseil d administration peut compter sur la diversité, l engagement, les connaissances approfondies et l expérience de ses membres afin de poursuivre son travail de façon holistique, progressiste et vigilante. Tous les membres du conseil d administration ont pour objectif d atteindre et de développer l excellence dans les pratiques et activités de gouvernance de la Société. Pour notre projet de vérification interne en 2013, nous avons choisi d examiner la gouvernance de l organisation. Ce processus d examen s est avéré très utile et portait sur les points suivants : responsabilités et mandat structure et organisation pratiques et besoins en information évaluation du rendement et de l imputabilité L examen a confirmé la pertinence et l efficacité de bon nombre de nos pratiques actuelles dans chacun de ces quatre volets. Nous adoptons un certain nombre des recommandations afin d aider à élaborer notre programme de gestion du risque d entreprise (GRE) et une approche par tableau de bord prospectif ou équilibré afin d évaluer l efficacité organisationnelle. L une des principales responsabilités du conseil d administration est de déterminer les orientations de la SADM, c est pourquoi la séance de planification stratégique annuelle est un événement majeur dans notre calendrier et dans notre plan de travail. En 2013, nous avons réaffirmé trois buts stratégiques et défini des façons de mesurer nos succès dans chaque domaine : assurance que la SADM exerce ses activités avec efficacité et efficience surveillance de la bonne gestion des risques par les systèmes de la caisse et des credit unions surveillance de la solidité et de la sécurité du fonds de garantie La séance de planification 2013 prévoyait une consultation des intervenants au cours d un débat de spécialistes avec trois dirigeants de credit unions de différents gabarits, ainsi que des présentations de la Credit Union Central of Manitoba (CUCM) et de la Direction de la réglementation des institutions financières (DRIF). Nous avons également organisé une réunion repas avec le ministre des Finances. Au nom de tous les membres du conseil d administration de la Société, j aimerais exprimer ma plus sincère gratitude à l équipe de direction et à son personnel pour leur compétence et leur engagement. Leurs efforts, leur dévouement et leurs réalisations nous aident à concrétiser la vision de la SADM qui consiste à être reconnue pour son approche proactive et efficace de régulateur et de garant des dépôts au Manitoba. Sheryl Feller, Présidente du conseil d administration

5 3 RAPPORT ANNUEL 2013 RAPPORT DU CHEF DE LA DIRECTION Une fois de plus, j ai le grand plaisir de présenter ce rapport sur les résultats financiers de la SADM pour l exercice qui a pris fin le 31 décembre La caisse et les credit unions du Manitoba ont affiché un rendement constant et une croissance soutenue au cours de la dernière année. À mesure que l économie mondiale reprend de la vigueur, les systèmes de la caisse et des credit unions du Manitoba ont enregistré des résultats remarquables et amélioré la plupart des mesures de la durabilité. Ces résultats encourageants et la solidité globale financière des systèmes aident à réduire au minimum les risques de réclamation au fonds de garantie. Les systèmes ont connu une hausse de 7 pour cent en 2013, soit l une des plus fortes remontées au pays. Bien qu il s agisse d une croissance modérée par rapport à celles des dernières années (qui se situaient dans les deux chiffres), de nouvelles opérations commerciales ont grandement contribué à nos résultats financiers, et les revenus nets en pourcentage des actifs, sont restés inchangés à 54 points de base. Cette croissance plus faible des actifs combinée à un excellent niveau de revenu net a débouché sur une hausse du capital réglementaire total, qui est passé de 5,97 pour cent à 6,14 pour cent. La caisse et chaque credit union peuvent maintenant choisir d exercer des activités en dehors de la province conformément aux récentes modifications de la Loi sur les banques. Il faudra peut être encore du temps avant que l on voie la première caisse ou la première credit union régulée à l échelle fédérale, mais ces entités peuvent maintenant se diversifier géographiquement, accéder à de nouveaux marchés et créer des partenariats interprovinciaux. À la fin de l exercice, notre fonds de garantie atteignait 224 millions de dollars, soit 100,8 points de base des dépôts des systèmes. C est tout à fait dans la fourchette ciblée pour le fonds de garantie, qui est de 95 à 115 points de base. Notre fonds de garantie est composé d investissements prudents et sûrs ainsi que de placements liquides, surtout dans des obligations fédérales et provinciales. Les investissements se partagent comme suit : 44,4 pour cent d obligations fédérales, 30,1 pour cent d obligations provinciales, 20,9 pour cent en placements de sociétés et 4,6 pour cent en certificats de placement garantis (CPG). Nous utilisons une approche d investissement passive, notre rendement cible correspondant à l indice obligataire universel DEX. Cette approche passive permet des économies sur les services de conseillers tout en retirant essentiellement les mêmes rendements que ceux d un portefeuille avec gestion active. Les revenus pour l année ont été de 26,1 millions de dollars, consistant en revenus de prélèvements de 21,6 millions de dollars et revenus de placement. Les revenus de placement ont été inférieurs à ceux de 2012 étant donné que nous sommes passés en mode d investissement passif, tenant compte des gains réalisés sur la vente de titres en 2012 après la réorganisation de notre portefeuille. Les revenus de prélèvements se sont accrus en 2013; en effet, nous avons augmenté de 1 point de base le taux de prélèvement imposé pour maintenir notre fonds de garantie dans la fourchette cible et suivre le rythme de croissance des dépôts dans les systèmes. Les charges opérationnelles ont connu une hausse de $ ou 6,1 pour cent principalement à cause de l augmentation des salaires et des avantages sociaux des employés. À la fin de 2012, le conseil d administration a approuvé un nouvel organigramme incluant de nouveaux postes dans les domaines des pratiques réglementaires et de la planification stratégique/gre. Ces nouveaux postes sont la principale raison expliquant les hausses salariales en Nous avons également enregistré une diminution importante de certaines catégories de dépenses comme les frais de gestion de placements, qui ont diminué de $, et les frais rattachés à des projets spéciaux, en baisse de $. Les salaires et dépenses des membres du conseil sont restés pratiquement inchangés par rapport à l exercice précédent. (suite à la page 4)

6 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 4 (Rapport du Chef de la direction suite de la page 3) Le revenu net pour l année est de 21,5 millions de dollars, en baisse par rapport aux 25,6 millions de dollars en 2012 en raison d une diminution des revenus de placement. Conformément aux règles comptables des Normes internationales d information financière (IFRS), nous devons aussi évaluer à la valeur marchande notre portefeuille d obligations et, en période de taux d intérêt à la hausse, nous avons enregistré une perte non réalisée de 7,2 millions de dollars. Comme nous ne faisons pas de gestion active du portefeuille d obligations, cette perte diminuera à mesure que les obligations se rapprocheront de la date d échéance. En 2013, la SADM a travaillé à faire progresser un certain nombre d initiatives importantes. Nous continuons de peaufiner notre cadre de gestion des risques afin d administrer avec prudence les ressources engagées dans les secteurs où le risque pour la SADM est le plus grand. Les normes mondiales sur les capitaux propres se sont resserrées avec l adoption des accords de Bâle III. Nous avons diffusé un exposé-sondage sur les répercussions de ces accords pour les systèmes de la caisse et des credit unions au Manitoba dans le cadre du processus de consultation. Il reste encore des changements législatifs à apporter avant l entrée en vigueur complète de ces dispositions. Nous avons émis un autre exposé sondage sur un nouveau programme d intervention et espérons finaliser ce processus en À l interne, nous avons concentré nos efforts sur l amélioration de notre processus relatif aux ressources humaines et avons lancé des initiatives pour la gestion du rendement, la planification de la relève et la rémunération. En tant que membre de l Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC), la SADM participe à des réunions régulières avec ses homologues de partout au Canada. L ASPC collabore à l élaboration de pratiques exemplaires et à la tenue de recherches sur des sujets d intérêt commun comme les normes de solvabilité, la gouvernance des technologies de l information et les liquidités. Bien que chaque province soit responsable de l établissement de son propre cadre réglementaire, l ASPC a aidé à élaborer un ensemble de principes et de normes qui améliorent et renforcent la régulation des caisses populaires et des credit unions au Canada. Comme le mentionnait le rapport de la présidente, le conseil d administration a connu un roulement d administrateurs important au cours des trois dernières années. Ces changements n ont diminué en rien la qualité du conseil, sa capacité de prendre des décisions ou son souci pour la solidité de la caisse et toutes les credit unions de la province. De nouveaux membres ont joint les rangs et travaillent tous avec diligence pour se familiariser avec notre modèle de gouvernance et fournissent un excellent leadership et des orientations judicieuses à l équipe de la haute direction. J aimerais saisir l occasion offerte ici pour exprimer ma reconnaissance aux membres du conseil d administration pour leur dévouement et leur professionnalisme dans la défense des meilleurs intérêts de tous les intervenants. J aimerais également remercier notre personnel et le conseil d administration pour le soutien qu ils m ont apporté au cours du dernier exercice. La SADM peut être fière de son équipe d employés dévoués et efficaces, des professionnels qui travaillent sans relâche en collaboration avec la caisse et les credit unions du Manitoba afin de remplir le mandat de l organisation. Vernon MacNeill, Chef de la direction

7 5 RAPPORT ANNUEL 2013 GOUVERNANCE D ENTREPRISE CONSEIL D ADMINISTRATION La SADM est administrée par un conseil formé de sept administrateurs, officiellement nommés par le lieutenantgouverneur en conseil de la province du Manitoba. Quatre administrateurs sont désignés par le gouvernement, deux le sont par la CUCM, et le dernier est désigné par le système de la caisse. Le conseil d administration dirige les affaires de la SADM et aide à déterminer l orientation stratégique qui surveille la sûreté et la stabilité des fonds de garantie, selon le mandat qui lui est conféré par la Loi sur les caisses populaires et les credit unions. Les administrateurs exercent leurs fonctions en vertu d un mandat officiel, tant à l égard du conseil que de ses comités. Chaque année, les administrateurs et les employés reconnaissent un Code de déontologie. En tant qu équipe, le conseil d administration et la haute direction mettent en commun leurs compétences en affectant avec efficacité l utilisation des ressources de la SADM vers l atteinte de ses buts. Le conseil d administration a pour tâche d établir l orientation stratégique et d établir les bases, et de veiller à la gouvernance permanente et efficace de la SADM. Pour sa part, le chef de la direction planifie, communique et met en place les mesures prises par l organisme pour se conformer à l orientation stratégique du conseil d administration. Conseil d administration De gauche à droite : Paul Gilmore, John Klassen (Vice-président) Avant assis : Chuck Golfman, Bryan Rempel, Sheryl Feller (Présidente), Monica Girouard, Brian Mayes (absent)

8 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 6 (Gouvernance d entreprise suite de la page 5) CADRE La SADM a commencé ses activités en 1965 sous le nom de The Credit Union Stabilization Fund. Depuis 1968, la loi exige que toutes les caisses et les credit unions du Manitoba soient protégées par un organisme d assurance-dépôts. La SADM s est dotée d un cadre de gouvernance étroitement modelé sur les normes et pratiques exemplaires en vigueur dans le secteur financier. Ce cadre, qui régit l administration et le contrôle de notre organisme, est dûment fondé sur un environnement juridique, réglementaire, institutionnel et éthique. La SADM revoit régulièrement ses objectifs afin de s assurer qu elle maintient le cap sur son mandat qui consiste à garantir la sûreté des dépôts de ses membres. Des programmes internes lui permettent de surveiller de près l environnement de la caisse et des credit unions du Manitoba tout en la tenant au fait des changements et des tendances. Grâce à son approche préventive et axée sur les risques de la réglementation, elle peut intervenir de manière précoce afin de réduire les risques potentiels posés aux fonds de garantie. COMITÉS La mission des comités du conseil d administration est de tirer parti des forces des administrateurs pour améliorer nos pratiques de gouvernance et se pencher sur des secteurs de responsabilités et d activités importants. Comité Finances et audit Le comité Finances et audit soumet un rapport trimestriel au conseil d administration et rencontre de manière indépendante les auditeurs afin de vérifier le caractère raisonnable de la diligence externe et interne employée dans les contrôles et la présentation de l information financière de la SADM. Cette mission d information comprend la confirmation des activités stipulées dans son mandat afin de s assurer que les plus fondamentales de celles-ci sont dûment réalisées. Le comité Finances et audit est assujetti aux exigences de la loi et doit plus précisément : examiner les états financiers audités annuels examiner les changements apportés aux principes et méthodes comptables recommander la désignation d un auditeur examiner le champ d application, le calendrier et la coordination des plans d audit externes et internes examiner les recommandations importantes émanant de l auditeur Le comité Finances et audit assume également la responsabilité de surveiller les éléments suivants : les méthodes de conformité et de réglementation les résultats financiers les méthodes comptables et d information financière les méthodes de contrôle opérationnel et interne la communication et la conformité des politiques de placement Comité Gouvernance et ressources humaines Le comité Gouvernance et ressources humaines soumet un rapport trimestriel au conseil d administration. De plus, le comité surveille les méthodes de gouvernance d entreprise de la SADM, et confirme qu elle exerce ses activités en vertu d un mandat officiel et a rempli ses fonctions de manière satisfaisante au cours de l exercice. Le comité Gouvernance et ressources humaines assume les responsabilités suivantes : la gouvernance d entreprise la gestion des risques l orientation et formation du conseil d administration la planification de la relève l évaluation du rendement et de la rémunération du chef de la direction les communications avec les intervenants

9 7 RAPPORT ANNUEL 2013 RAPPORT DE GESTION MANDAT Notre mission et notre vision, combinées aux valeurs de la société, nous permettent de concentrer nos efforts sur la réalisation du mandat qui nous est confié. Comme prescrit par la loi du Manitoba, le mandat de la SADM consiste à : garantir les dépôts effectués dans la caisse et les credit unions promouvoir l établissement de pratiques commerciales saines au sein de la caisse et des credit unions, afin de les mettre à l abri des pertes financières s assurer que la caisse et les credit unions exercent leurs activités selon ces pratiques commerciales saines La SADM croit que l exercice efficace de ses activités contribue au maintien de la confiance des déposants dans l assurancedépôts, et concourt ainsi la réalisation de son mandat. D ailleurs, afin de garder le cap sur celui-ci, elle peut compter sur l existence d un plan stratégique complet, qu elle révise et perfectionne chaque année. En outre, l énoncé d intention des employés ci-joint traduit l engagement de son personnel envers la réalisation de son mandat. L équipe de la haute direction De gauche à droite: Joe Nowicky (Chef des finances), Zach Zahradnik (Chef des opérations) Avant assis: Vernon MacNeill (Chef de la direction), Heather Shaw (Secrétaire générale), Ray Braun (Chef de la direction des risques)

10 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 8 APERÇU DES RÉSULTATS FINANCIERS DE LA SADM Points saillants de la situation financière Au 31 décembre 2013, le total des actifs s établissait à 224,3 millions de dollars, une augmentation de 14,6 millions de dollars ou 7 pour cent par rapport à Cette hausse est due en grande partie au résultat global de 15,4 millions de dollars de l exercice, moins une augmentation des actifs d impôt différé. Notre portefeuille de placement, qui représente 96 pour cent de nos actifs, contient des investissements prudents dans des obligations d État et de sociétés, ainsi que CPG. La majorité de ces titres sont cotés AA ou plus. COMPOSITION DES TITRES NÉGOCIABLE, PAR TYPE D ÉMETTEUR TOTAL DE LA POSITION EN CAPITAUX PROPRES millions Résultats non distribués CAERG Points de base des dépôts points de base Obligations d État - 74,5 % Obligations de sociétés - 20,9 % Certificats de placement garantis - 4,6 % COMPOSITION DES TITRES NÉGOCIABLE, PAR COTE DE CRÉDIT AAA - 46,7 % AA - 25,9 % A - 22,7 % Non-cotée (CUCM) - 4,7 % Le fonds de garantie, capital propre de la SADM, totalisant 223,7 millions de dollars, se compose des résultats non distribués et du cumul des autres éléments du résultat global (CAERG). Le fonds de garantie représente les ressources financières internes actuellement disponibles pour la protection des systèmes de la caisse et des credit unions du Manitoba. Les résultats non distribués correspondent au résultat net de la SADM accumulé au fil du temps. À la fin de l exercice, les résultats non distribués totalisaient 230,3 millions de dollars, soit une hausse de 21,6 millions de dollars ou de 10 pour cent par rapport à Cette augmentation est attribuable au résultat net annuel découlant des opérations régulières moins les pertes réalisées par suite de la réorganisation du portefeuille de placement. Le CAERG représente le cumul des gains et des pertes non réalisés, déterminé par les fluctuations de la juste valeur marchande du portefeuille de placement. À la fin de l exercice, le CAERG affichait une perte temporaire de 6,6 millions de dollars. Lorsque le CAERG est ajouté aux résultats non distribués, le total de la position en capitaux propres en dollars absolus, par rapport aux dépôts de la caisse et de toutes les credit unions, correspond à la juste valeur marchande de notre fonds de garantie. À la fin de l exercice, le total des capitaux propres était de 100,8 points de base des dépôts des systèmes.

11 9 RAPPORT ANNUEL 2013 Points saillants du résultat global RÉSULTAT GLOBAL millions Le résultat global se compose du revenu total de la SADM tiré des opérations régulières (résultat net) au cours de l exercice, ainsi que des variations de la juste valeur marchande du portefeuille de placement (autres éléments du résultat global). Le résultat global pour l exercice totalise 15,4 millions de dollars. Les revenus pour l exercice ont atteint 26,1 millions de dollars, compensés par des dépenses opérationnelles de 4,6 millions de dollars, pour un revenu net de 21,5 millions de dollars. Les autres éléments du résultat global pour 2013 consistaient en une perte temporaire non réalisée de 6,1 millions de dollars attribuable aux fluctuations des évaluations boursières des placements. PRÉLÈVEMENTS REVENUS DE PLACEMENT millions Total des revenus de placement Dépenses opérationnelles Les revenus de placement de la SADM proviennent des revenus d intérêt et des gains ou pertes réalisés sur la vente de titres. Le total des revenus de placement était de 4,5 millions de dollars, composé de 4,7 millions de dollars de revenus d intérêt, compensés par des pertes de 0,2 million de dollars sur la vente de titres par suite de la réorganisation du portefeuille. Les revenus de placement totaux servent à compenser les dépenses opérationnelles et à réduire le taux de prélèvement exigé pour maintenir le fonds de garantie. millions points de base Prélèvements Taux de prélèvements (points de base de la moyenne des dépôts des systèmes) La SADM exige que la caisse et chaque credit union versent des prélèvements trimestriels afin de maintenir le fonds de garantie. Celui-ci a pour fonction de compenser l insuffisance de fonds de la caisse et des credit unions en vue de rembourser les déposants en cas de défaut. En 2013, la SADM a exigé un taux annualisé de 10,0 points de base sur la moyenne des dépôts des systèmes, générant des revenus de 21,6 millions de dollars.

12 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 10 POINTS SAILLANTS DES DÉPENSES OPÉRATIONNELLES La SADM engage des dépenses opérationnelles pour remplir le mandat que lui confie la loi. Pour l exercice 2013, le total des dépenses opérationnelles s élève à 4,6 millions de dollars, ce qui représente une hausse de dollars ou 6 pour cent. Le tableau suivant explique les écarts importants : ANALYSE DE L ÉCART DES DÉPENSES DE L EXERICE 2013 Poste de dépenses opérationnelles Écart par rapport à 2012 Explication Salaires, autres coûts associés au personnel $ Augmentations annuelles normales, embauche et conseil d administration de personnel et hausse du recours à la sous traitance Services professionnels et frais de gestion des placements (17 900) Renégociation de la structure de frais du gestionnaire des placements, compensée par un surplus de travail de vérification interne Financement de la CUCM Augmentation du financement du Central Credit Committee Frais de bureau* (5 800) Augmentation des dépenses de bureau pour l acquisition d équipement et de meubles, compensée par le report ou l annulation de projets et la diminution de la formation et des voyages du personnel Frais d occupation* Augmentation normale des loyers et des frais d entretien, en plus de l augmentation due à des espaces de bureau additionnels Gestion des cautions Réduction des recouvrements résiduels en 2013 *Frais d amortissements attribués à l élément correspondant PROFIL DES DÉPENSES OPÉRATIONNELLES LES TENDANCES DES DÉPENSES OPÉRATIONNELLES ,0 2,5 2,0 1,5 Salaires, autres coûts associés au personnel et conseil d administration - 66,5 % Frais de bureau - 14,5 % Financement de la CUCM - 5,4 % Services professionnels - 5,6 % Frais d occupation - 8,0 % millions Dépenses opérationnelles Points de base des actifs des systèmes 1,0 0,5 0,0 La SADM maintient son engagement à contrôler les dépenses. Bien que les dépenses aient augmenté en dollars absolus, les coûts sont restés modérés par rapport aux actifs de systèmes. points de base

13 11 RAPPORT ANNUEL 2013 APERÇU DES RÉSULTATS FINANCIERS DES SYSTÈMES CROISSANCE pourcentage Croissance des actifs Croissance des prêts Croissance des dépôts Le taux de croissance des actifs et des dépôts a diminué en 2013, ce qui renversé une tendance à la hausse devenue évidente depuis La croissance du nombre de prêts a été semblable à celle de l exercice précédent, se traduisant par une baisse importante des liquidités des systèmes. ACTIFS ET CAPITAL RÉGLEMENTAIRE milliards Actif des systèmes 6,5 6,3 6,1 5,9 5,7 5,5 Capital réglementaire (pourcentage de l actif des systèmes) Les actifs des systèmes ont augmenté de 1,5 milliard de dollars pour atteindre 23,9 milliards de dollars. Le capital réglementaire, en pourcentage des actifs, a augmenté en raison d un ralentissement du taux de croissance des actifs. pourcentage CAPITAL RÉGLEMENTAIRE pourcentage pourcentage ,50 2,25 2,00 1,75 1,50 1,25 1,00 0,75 0,50 0,25 0, Capital social Résultats non distribués Les résultats non distribués, en pourcentage du capital total, ont continué d augmenter à mesure que la croissance des actifs a ralenti. Les ristournes versées aux membres et les offres de nouvelles parts sont restées relativement constantes. MARGE FINANCIÈRE BRUTE, DÉPENSES OPÉRATIONNELLES BRUTES ET RÉSULTAT NET Marge financière brute Dépenses opérationnelles Résultat net Une tendance positive se dégage de la marge financière brute et des dépenses opérationnelles brutes en 2013, mais il n y a pas eu d amélioration correspondante dans les revenus nets. Cette situation est imputable à la baisse marquée des autres éléments de revenus, combinée à de légères augmentations des provisions pour créances douteuses, pour l impôt sur le revenu et pour les ristournes aux membres.

14 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 12 SEGMENTATION DES PRÊTS PROFIL DES SYSTÈMES PAR TAILLE DES ACTIFS ET NOMBRE D INSTITUTIONS Prêts hypothécaires - 51,7 % Prêts commerciaux - 30,0 % Prêts agricoles - 8,6 % Prêts personnels - 9,7 % La segmentation des prêts est demeurée pratiquement identique à celle de l exercice précédent. Le portefeuille de prêts est garanti dans une proportion de près de 80 pour cent par des biens immobiliers. Le taux de retard dans le remboursement des prêts est demeuré stable à seulement 0,5 pour cent au cours des trois dernières années. milliards > 1G M - 1G < 250M À la suite de deux fusions en 2013, il y a maintenant 38 institutions en tout. Ces fusions, combinées à la croissance des actifs internes, ont permis une réduction considérable de la catégorie d institutions dont les actifs sont inférieurs à 250 millions de dollars. Une autre fusion est annoncée pour NORMES DES PRATIQUES COMMERCIALES SAINES Les normes de pratiques commerciales saines (les normes) consistent en un ensemble de principes selon lesquels la SADM se conduit et exerce sa propre gestion de manière prudente, efficace et appropriée. La prudence dont font preuve les administrateurs et l équipe de la haute direction de la SADM a un effet déterminant sur la viabilité, la sécurité et la bonne santé de la SADM, ainsi que sur sa capacité d atteindre les objectifs définis dans son mandat. Les quatre normes de la SADM sont les suivantes : 1. Gouvernance d entreprise - La SADM doit diriger, surveiller et gérer efficacement ses activités commerciales, en ayant comme objectifs le rendement, l imputabilité et l intégrité. 2. Gestion stratégique - La SADM doit s assurer que les activités commerciales sont dûment planifiées, exécutées et surveillées. 3. Gestion des risques - La SADM doit avoir établi une approche approfondie pour déterminer, gérer et contrôler les risques associés à son entreprise et à ses activités. 4. Structure de contrôle interne - La SADM doit établir et maintenir des systèmes efficaces de contrôle interne et veiller à ce que ces systèmes soient évalués et validés régulièrement. Les systèmes de la caisse et des credit unions se servent également de ces quatre mêmes normes pour opérer de manière prudente, efficace et appropriée.

15 13 RAPPORT ANNUEL 2013 GESTION DES RISQUES La SADM utilise un cadre officiel de GRE pour gérer les risques inhérents à notre environnement opérationnel. Élément essentiel des pratiques commerciales saines, la GRE sert à définir, à évaluer et à contrôler les risques de manière globale et systématique. Ce cadre est dirigé par un comité interfonctionnel composé de représentants de tous les départements. Voici les étapes distinctes qui composent la GRE : Gestion du risque et surveillance Profil des risques détaillé Identification et évaluation du risque Tolérance du risque de la SADM Mesure d atténuation courantes Risque résiduel Identification et évaluation du risque Définition des grandes catégories de risque et des principaux risques inhérents dans chaque catégorie et évaluation de chacun en fonction de la probabilité et de l incidence inhérentes Mesures d atténuation courantes Définition et évaluation de l efficacité des stratégies de gestion du risque actuellement en place Risque résiduel Définition du risque résiduel, compte tenu des stratégies de gestion du risque actuellement en place, en fonction de la probabilité et de l incidence Tolérance au risque de la SADM Détermination du niveau de risque que la SADM est prête à assumer ou qu elle considère acceptable Profil des risques détaillé Consolidation de tous les principaux risques résiduels sous forme de carte, compte tenu du niveau de tolérance au risque accepté par la SADM Gestion des risques et surveillance Définition et mise en œuvre de stratégies de gestion du risque visant à éviter, à accepter, à transférer ou à atténuer les principaux risques résiduels équivalents ou supérieurs au niveau de tolérance accepté par la SADM, en plus de l évaluation continue de l efficacité des stratégies de gestion du risque visant à maîtriser les principaux risques auxquels est exposée la SADM Ce cadre de GRE a une importance capitale dans le processus annuel de planification stratégique. Les plans tactiques sont développés en réponse aux risques significatifs présents dans l environnement opérationnel afin que les risques soient gérés en fonction du niveau de tolérance accepté par la SADM. CONTEXTE EN MATIÈRE DE RISQUE DE LA SADM Catégorie de risque Risque associé à l assurance-dépôts ou à la solvabilité Risque stratégique Risque lié à la réglementation Risque financier Risque opérationnel Description Risque posé à la solidité et à la stabilité d une caisse ou d une credit union, et au caractère adéquat du fonds de garantie. Risque qui nuit à l efficacité du conseil d administration et de l équipe de la haute direction de la SADM, ou qui entraîne des conséquences importantes sur la réputation de l organisme. Risque ayant un effet important sur l observation de la SADM du mandat que lui confie la loi, et sur la conformité aux autres lois et règlements applicables. Risque entraînant un effet important sur la valeur du fonds de garantie, sa liquidité et le rendement des placements. Risque entraînant un effet important sur les opérations commerciales et les processus fonctionnels de la SADM. En 2014, la SADM s est engagée à améliorer son cadre de GRE en intégrant au modèle plus de risques spécifiques l appétit pour le risque et la tolérance au risque, et en développant la capacité de rendre compte afin d améliorer la prise de décisions de la direction. De plus, les risques identifiés sont intégrés à nos pratiques de GRE dans les activités quotidiennes.

16 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 14 PRINCIPALES INITIATIVES ET RÉALISATIONS Dans le but de s acquitter de son mandat, la SADM avait identifié trois stratégies de base dans son plan d affaires Pour soutenir ces stratégies, de nombreuses initiatives tactiques ont été identifiées, puis préparées pour être exécutées au cours de l exercice. Les tableaux suivants présentent un résumé des stratégies de base, des initiatives tactiques qui leur sont associées, ainsi que de leur état actuel. Stratégie d entreprise n o 1 Surveillance de la solidité et de la sécurité du fonds de garantie La SADM a l intention de constituer et de maintenir un fonds de garantie dont la taille et la composition suffiront à répondre aux besoins prévus des systèmes de la caisse et des credit unions en matière de gestion des risques. Le fonds de garantie produira un flux de rentrées pour les activités et contribuera à donner confiance au public. Stratégie d entreprise n o 2 Surveillance de la bonne gestion des risques par les systèmes de la caisse et des credit unions La SADM encadrera les systèmes de la caisse et des credit unions afin de s assurer que les risques sont gérés adéquatement au moyen de programmes de surveillance active et de mesures d intervention suffisantes pour protéger l intérêt des déposants. Stratégie d entreprise n o 3 Assurance que la SADM exerce ses activités avec efficience et efficacité La SADM remplira le mandat confié par la loi en engageant les services d une équipe d experts dévoués, en utilisant une gamme d outils efficaces répondant aux besoins des principaux intervenants, et en alignant ses activités en vue de soutenir ses objectifs stratégiques. Ces initiatives seront exécutées avec prudence afin d obtenir les résultats voulus. Principales initiatives en 2013 Trop grand pour faillir Identifier les seuils au-delà desquels la caisse ou une credit union présente un risque excessif. Test de sensibilité Simulation de crise Utiliser des scénarios plausibles pour effectuer des tests de sensibilité sur les procédures internes de la SADM et sur la pertinence du fonds de garantie. Confirmation du fonds de garantie Obtenir d une tierce partie indépendante une confirmation que la politique et la gestion du fonds de garantie sont appropriées, compte tenu du mandat de la SADM. Bilan actuariel Adéquation du fonds Améliorer le modèle actuariel pour tester la sensibilité du fonds de garantie afin d harmoniser les variables utilisées tout en respectant les différents profils de risque entre les provinces. Principales initiatives en 2013 Système interne d évaluation des risques Élaborer un modèle permettant d évaluer la caisse ou chaque credit union en fonction du risque global qu elles représentent pour la SADM. Amélioration du programme d intervention Améliorer l intervention de la SADM face à la caisse ou chaque credit union qui présente un risque élevé, en incorporant le nouveau système interne d évaluation des risques. Test de sensibilité Liquidités des systèmes Élaborer un modèle permettant de simuler des tensions sur les liquidités de dépôts virtuels des systèmes à partir de scénarios de crise. Gestion actif-passif Élaborer et communiquer des directives sur les attentes de la caisse ou chaque credit union pour la gouvernance et l exécution des pratiques de gestion actif-passif. Bâle III Collaborer avec les intervenants afin d établir des exigences réglementaires sur les capitaux propres conformément aux accords de Bâle III pour la caisse ou les credit unions. Principales initiatives en 2013 Vérification interne Perfectionnement du programme de vérification interne de la SADM axé sur la gouvernance. Gestion du risque d entreprise Renforcer le cadre actuel afin de perfectionner le programme de GRE selon le tableau des échéances. Examen de la rémunération Examiner les procédures d avancement au niveau salarial en explorant un système de rémunération basé sur la performance et un outil amélioré d évaluation annuelle des employés. Examen de l assurance Évaluer le caractère adéquat et la valeur de l assurance caution, de l assurance détournement et vol et de l assurance des biens. État Terminé Reporté en 2014 Reporté en 2014 En bonne voie État Terminé En bonne voie En bonne voie En bonne voie En bonne voie État Terminé En bonne voie En bonne voie Terminé

17 15 RAPPORT ANNUEL 2013 UN RÉSEAU VIGOUREUX La SADM réglemente et garantit les dépôts du vigoureux réseau d une caisse et de 37 credit unions au Manitoba. (Les institutions qui acceptent les dépôts virtuels figurent en italique.) Access Credit Union Amaranth Credit Union Assiniboine Credit Union (Outlook Financial) Austin Credit Union Beautiful Plains Credit Union Belgian-Alliance Credit Union Caisse Groupe Financier Cambrian Credit Union (Achieva Financial) Carpathia Credit Union Casera Credit Union Catalyst Credit Union Crocus Credit Union Crosstown Civic Credit Union (AcceleRate Financial) Entegra Credit Union (Implicity Financial) Erickson Credit Union Flin Flon Credit Union Grandview Credit Union La Salle Credit Union Me-Dian Credit Union Minnedosa Credit Union Niverville Credit Union North Winnipeg Credit Union Noventis Credit Union Oak Bank Credit Union Portage Credit Union Prairie Mountain Credit Union Rorketon and District Credit Union Rosenort Credit Union Sandy Lake Credit Union Starbuck Credit Union Steinbach Credit Union Strathclair Credit Union Sunova Credit Union (Hubert Financial) Sunrise Credit Union Swan Valley Credit Union Vanguard Credit Union Westoba Credit Union (Maxa Financial) Winnipeg Police Credit Union

18 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 16 RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION La direction de la Société d assurance-dépôts du Manitoba (la SADM) est responsable de l intégrité et de la présentation fidèle des états financiers consolidés inclus dans le rapport annuel. Les états financiers consolidés ont été préparés conformément aux Normes internationales d information financière. Pour s acquitter de ses responsabilités, la direction conçoit et maintient les systèmes de comptabilité nécessaires et les contrôles internes connexes de manière à fournir l assurance raisonnable que toutes les opérations sont dûment autorisées, que les documents comptables sont maintenus de manière appropriée et que les actifs sont protégés. Le conseil d administration de la SADM voit à ce que la direction assume ses responsabilités en matière de procédures d information financière et de systèmes de contrôles internes. Le conseil examine les états financiers consolidés avant d en approuver la publication. Le comité des finances et d audit recommande la nomination de l auditeur externe et passe en revue les conditions de la mission d audit externe, les honoraires annuels, les plans et l étendue de l audit ainsi que les recommandations contenues dans la lettre de recommandations. Vernon MacNeill, MBA Chef de la direction S. Joe Nowicky, CMA Chef des finances

19 17 RAPPORT ANNUEL 2013 RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT Au conseil d administration de la Société d assurance-dépôts du Manitoba Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 360, rue Main, bureau 2300 Winnipeg (MB) R3C 3Z3 Canada Tél. : (204) Téléc. : (204) Nous avons effectué l audit des états financiers consolidés ci-joints de la Société d assurance-dépôts du Manitoba, qui comprennent l état consolidé de la situation financière au 31 décembre 2013 et les états consolidés du résultat global et des variations des capitaux propres et le tableau consolidé des flux de trésorerie pour l exercice clos le 31 décembre 2013 ainsi que les notes annexes. Responsabilité de la direction à l égard des états financiers consolidés La direction est responsable de la préparation et de la présentation fidèle de ces états financiers consolidés conformément aux Normes internationales d information financière, ainsi que du contrôle interne qu elle considère comme nécessaire pour permettre la préparation d états financiers consolidés exempts d anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. Responsabilité de l auditeur Notre responsabilité consiste à exprimer une opinion sur ces états financiers consolidés, sur la base de notre audit. Nous avons effectué notre audit selon les normes d audit généralement reconnues du Canada. Ces normes requièrent que nous nous conformions aux règles de déontologie et que nous planifiions et réalisions l audit de façon à obtenir l assurance raisonnable que les états financiers consolidés ne comportent pas d anomalies significatives. Un audit implique la mise en œuvre de procédures en vue de recueillir des éléments probants concernant les montants et les informations fournis dans les états financiers consolidés. Le choix des procédures relève du jugement de l auditeur, et notamment de son évaluation des risques que les états financiers consolidés comportent des anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. Dans l évaluation de ces risques, l auditeur prend en considération le contrôle interne de l entité portant sur la préparation et la présentation fidèle des états financiers consolidés afin de concevoir des procédures d audit appropriées aux circonstances, et non dans le but d exprimer une opinion sur l efficacité du contrôle interne de l entité. Un audit comporte également l appréciation du caractère approprié des méthodes comptables retenues et du caractère raisonnable des estimations comptables faites par la direction, de même que l appréciation de la présentation d ensemble des états financiers consolidés. Nous estimons que les éléments probants que nous avons obtenus sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion d audit. Opinion À notre avis, les états financiers consolidés donnent, dans tous leurs aspects significatifs, une image fidèle de la situation financière de la Société d assurance-dépôts du Manitoba au 31 décembre 2013, ainsi que de sa performance financière et de ses flux de trésorerie pour l exercice clos le 31 décembre 2013, conformément aux Normes internationales d information financière. Comptables agréés Le 28 février 2014 Winnipeg (Manitoba)

20 SOCIÉTÉ D ASSURANCE -DÉPÔTS DU MANITOBA 18 ÉTAT CONSOLIDÉ DE LA SITUATION FINANCIÈRE (en dollars canadiens) Aux 31 décembre ACTIF Trésorerie (note 5) $ $ Titres négociables (note 6) Montants à recevoir au titre de prélèvements (note 7) Impôt exigible à recevoir (note 11) Dépenses payées d avance et autres actifs (note 8) Autres placements (note 9) Immobilisations corporelles (note 10) Actifs d impôt différé (note 11) $ $ PASSIF Comptes à payer et dépenses courues (note 12) $ $ Obligation au titre des prestations définies (note 13) Passifs d impôt exigible (note 11) Total du passif Passifs éventuels (note 14) CAPITAUX PROPRES Résultats non distribués Cumul des autres éléments du résultat global ( ) ( ) Total des capitaux propres Approuvé au nom du conseil le 28 février $ $ Sheryl Feller, administratrice John Klassen, administrateur

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET Exercices clos les 31 mars 2014 et 2013 États financiers Page Rapport des auditeurs indépendants 1-2 État de la situation financière

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES Rapport annuel de la commission de vérification... 57 Responsabilité de la direction à l égard de l information

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE

MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE États financiers de MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone 604-691-3000 Comptables agréés Télécopieur 604-691-3031 B.P. 10426 777 Dunsmuir Street Internet www.kpmg.ca Vancouver

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2010

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2010 LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États

Plus en détail

États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone

États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 Déclaration des gestionnaires sur la responsabilité des états financiers de la Caisse

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi

Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi Numéro de transit : 90027 Au 31 décembre 2010 Service de vérification Table des matières Rapport de l auditeur indépendant États financiers Bilan... 1 États

Plus en détail

États financiers consolidés. Aux 31 octobre 2011 et 2010

États financiers consolidés. Aux 31 octobre 2011 et 2010 BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Aux 31 octobre 2011 et 2010 Les présents états financiers consolidés présentent des données financières récentes se rapportant à la situation financière,

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

www.fondsftq.com ÉTATS FINANCIERS AU X 3 1 M A I 2 0 1 1 E T 2 0 1 0

www.fondsftq.com ÉTATS FINANCIERS AU X 3 1 M A I 2 0 1 1 E T 2 0 1 0 www.fondsftq.com ÉTATS FINANCIERS AU X 3 1 M A I 2 0 1 1 E T 2 0 1 0 RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS À l intention des actionnaires du Fonds de solidarité des travailleurs du Québec (F.T.Q.) Nous avons

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2007 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

R A P P O R T 2 0 1 1 A N N U E L 2 0 1 2

R A P P O R T 2 0 1 1 A N N U E L 2 0 1 2 RAPPORT ANNUEL 2011 201 2 MOT DU PRÉSIDENT La Fondation de l Ordre des ingénieurs du Québec remet son premier rapport annuel, au terme d une première année complète d activité. Dès la création de la Fondation

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

États financiers consolidés de Oxfam-Québec. 31 mars 2014

États financiers consolidés de Oxfam-Québec. 31 mars 2014 États financiers consolidés de Oxfam-Québec Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État consolidé des produits et des charges... 3 État consolidé de l évolution des actifs nets... 4 État consolidé de

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

FAIRFAX INDIA HOLDINGS CORPORATION

FAIRFAX INDIA HOLDINGS CORPORATION États financiers consolidés Pour la période close le 31 décembre 2014 1 Le 25 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant Au conseil d administration de Fairfax India Holdings Corporation Nous avons effectué

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

Devis de Construction Canada

Devis de Construction Canada États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2011 Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État de l'évolution des actifs nets 4 État des résultats 5 États

Plus en détail

BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AUX 31 OCTOBRE 2012 ET 2011 ET AU 1 ER NOVEMBRE 2010 Les présents états financiers consolidés présentent des données financières récentes se rapportant

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014

pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014 pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014 De la recherche à l action Le CRDI finance des travaux de recherche appliquée dans les pays en développement afin d y accroître la prospérité et la sécurité

Plus en détail

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Méthodes comptables 1.A Principales méthodes comptables Description des

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 31 DÉCEMBRE 2013 RAPPORT DE LA DIRECTION La direction de la Société est responsable de la préparation et de l intégrité des états financiers présentés dans son rapport annuel.

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée»)

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») 31 décembre 2014 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 2 États consolidés de la situation financière...

Plus en détail

Caisse d'économie Desjardins des employés en Télécommunication

Caisse d'économie Desjardins des employés en Télécommunication Caisse d'économie Desjardins des employés en Numéro de transit : 92239 Au 31 décembre 2009 Service de vérification Table des matières Rapport des vérificateurs États financiers Bilan... 1 États des résultats

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

FINANCIERS CONSOLIDÉS

FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ET NOTES ANNEXES RESPONSABILITÉ À L ÉGARD DE LA PRÉSENTATION DE L INFORMATION FINANCIÈRE 102 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 103 Comptes consolidés de résultat 103 États consolidés

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC POLITIQUE DE PLACEMENT RELATIVE AUX ACTIFS DU RÉGIME DE RETRAITE Février 1998 Mise à jour : Revue en septembre

Plus en détail

Rapport de l auditeur indépendant

Rapport de l auditeur indépendant 1 Rapport de l auditeur indépendant Aux administrateurs de Aéroport de Québec inc. Nous avons effectué l audit des états financiers ci-joints de Aéroport de Québec inc. qui comprennent l état de la situation

Plus en détail

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Compte du régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada Nous avons vérifié

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers du premier exercice de neuf mois Accompagnés du rapport des vérificateurs

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE Pour les exercices clos les 31 décembre 2012 et 2011 Notes États financiers afférentes consolidés aux états financiers consolidés 2 4 5 6 7 8 9 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

CONSEIL DES ÉCOLES PUBLIQUES DE L EST DE L ONTARIO ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 31 AOÛT 2011

CONSEIL DES ÉCOLES PUBLIQUES DE L EST DE L ONTARIO ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 31 AOÛT 2011 CONSEIL DES ÉCOLES PUBLIQUES DE L EST DE L ONTARIO ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS CONSEIL DES ÉCOLES PUBLIQUES DE L EST DE L ONTARIO TABLE DES MATIÈRES PAGE Rapport de la direction 1 Rapport de l auditeur

Plus en détail

MAISON D'INTERVENTION VIVRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL AU 31 MARS 2015

MAISON D'INTERVENTION VIVRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL AU 31 MARS 2015 RAPPORT FINANCIER ANNUEL SOMMAIRE RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT 1 ÉTATS FINANCIERS État des résultats 2 État de l'évolution des actifs nets 3 Bilan 4 Flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers

Plus en détail

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE ÉTATS FINANCIERS 2 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT À l'attention des membres de Fondation Québécoise pour le progrès de la médecine interne

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Le présent rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds renferme

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA États des résultats prospectifs de BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA Pour les exercices se terminant le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015 État des résultats prospectifs (non audité) (en milliers de dollars)

Plus en détail

États financiers consolidés. Pour l exercice 2013

États financiers consolidés. Pour l exercice 2013 États financiers consolidés Pour l exercice 2013 COMPTES CONSOLIDÉS DE RÉSULTAT (en millions de dollars canadiens, sauf les montants par action) Pour les exercices clos les 31 décembre 2013 2012 Produits

Plus en détail

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

Aux actionnaires de Tembec Inc.

Aux actionnaires de Tembec Inc. RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS Aux actionnaires de Tembec Inc. Nous avons effectué l audit des états financiers consolidés ci-joints de Tembec Inc., qui comprennent les bilans consolidés au 28 septembre

Plus en détail

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS de l exercice terminé le 31 mars 2002 19 TABLE DES MATIÈRES Rapport de la direction 21 Rapport du vérificateur 22 États financiers Résultats 23 Excédent 23 Bilan 24 Flux de

Plus en détail

États financiers consolidés

États financiers consolidés 85 Responsabilité à l égard de l information financière 86 Rapports des auditeurs indépendants d un cabinet d experts-comptables inscrit aux actionnaires 88 Bilan consolidé 89 Compte de résultat consolidé

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉNONCÉ DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT À L INFORMATION FINANCIÈRE La direction est responsable de la préparation et de la présentation des états financiers consolidés

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉNONCÉ DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT À L INFORMATION FINANCIÈRE La direction est responsable de la préparation et de la présentation des états financiers consolidés

Plus en détail

GROUPE SPORTSCENE INC.

GROUPE SPORTSCENE INC. États financiers consolidés GROUPE SPORTSCENE INC. Aux et pour les exercices terminés le 25 août 2013 et le 26 août 2012 Table des matières Rapport de la direction...3-4 Rapport de l auditeur indépendant...5-6

Plus en détail

États financiers consolidés du GROUPE CGI INC. Pour les exercices clos les 30 septembre 2013 et 2012

États financiers consolidés du GROUPE CGI INC. Pour les exercices clos les 30 septembre 2013 et 2012 États financiers consolidés du GROUPE CGI INC. Rapports de la direction et des auditeurs DÉCLARATION CONCERNANT LA RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD DE LA COMMUNICATION D INFORMATION FINANCIÈRE

Plus en détail

Caisse populaire Chaleur Ltée (00694) États financiers Au 31 décembre 2014

Caisse populaire Chaleur Ltée (00694) États financiers Au 31 décembre 2014 (00694) États financiers Au 31 décembre 2014 (00694) Table des matières Au 31 décembre 2014 RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS 1 ÉTATS FINANCIERS Bilan 2 État du résultat 3 État du résultat global 4 État

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

États financiers annuels de. LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL

États financiers annuels de. LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL États financiers annuels de LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL 31 décembre 2014 FPG canadien équilibré IG/GWL ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ÉTATS DE LA SITUATION FINANCIÈRE,

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Société Financière Manuvie

Société Financière Manuvie Société Financière Manuvie États financiers consolidés Pour l exercice terminé le 31 décembre 2008 - MODIFIÉS États financiers consolidés TABLE DES MATIÈRES 3. Responsabilité en matière d information financière

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

RÉSULTATS FINANCIERS États financiers consolidés

RÉSULTATS FINANCIERS États financiers consolidés RÉSULTATS FINANCIERS États financiers consolidés RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD DE L INFORMATION FINANCIÈRE La direction de La Banque Toronto-Dominion (la Banque) et de ses filiales est responsable

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

Rapport annuel 2013. Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec.

Rapport annuel 2013. Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec. Rapport annuel 2013 Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec Le 4 avril 2014 Avril 2014 Table des matières Mission... 2 MOT DU PRÉSIDENT... 3 RAPPORT

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS ET NOTES AUX ÉTATS FINANCIERS

ÉTATS FINANCIERS ET NOTES AUX ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS ET NOTES AUX ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD de l information financière 62 CERTIFICAT D INVESTISSEMENT 63 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES

Plus en détail

États financiers consolidés

États financiers consolidés États financiers consolidés Administration portuaire de Halifax 31 décembre 2013 Halifax Port Authority PO Box 336, Halifax, Nova Scotia B3J 2P6 Administration portuaire de Halifax CP 336, Halifax, Nouvelle-Écosse

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Great-West Lifeco annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2014 et augmente son dividende de 6 %

Great-West Lifeco annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2014 et augmente son dividende de 6 % COMMUNIQUÉ TSX : GWO MISE À JOUR 13 h HNC La page 7 a été modifiée pour tenir compte du nouveau code d accès pour l écoute différée de la conférence téléphonique du quatrième trimestre. Les lecteurs sont

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS AUX 31 DÉCEMBRE 2012 ET 2011

ÉTATS FINANCIERS AUX 31 DÉCEMBRE 2012 ET 2011 ÉTATS FINANCIERS AUX 31 DÉCEMBRE 2012 ET 2011 Ressources Strateco inc. 1225, rue Gay-Lussac, Boucherville (Québec) J4B 7K1 Tél.: 450 641-0775 1 866 774-7722 Téléc.: 450 641-1601 SiteWeb: www.strateco.ca

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015

Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ 2060 Winston Park Drive Suite 300 Oakville (Ontario) L6R 5R7 Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015 Primes souscrites : 205 millions de dollars, en

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Notes NOTES AFFÉRENTES AUX ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

Notes NOTES AFFÉRENTES AUX ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS NOTES AFFÉRENTES AUX ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS afférentes aux états financiers consolidés Note 1 : Mode de présentation La Banque de Montréal (la Banque) est une société ouverte constituée au Canada

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT ÉTATS FINANCIERS 18 RAPPORT ANNUEL 2013 DE CAPITAL DESJARDINS INC. Le rôle du comité d audit (comité) est d appuyer le conseil d administration de Capital Desjardins inc.

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail