CRIMES DE LA WEHRMACHT DIMENSIONS DE LA GUERRE D EXTERMINATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CRIMES DE LA WEHRMACHT DIMENSIONS DE LA GUERRE D EXTERMINATION 1941-1944"

Transcription

1 Institut de recherches sociales de Hambourg (éd.) CRIMES DE LA WEHRMACHT DIMENSIONS DE LA GUERRE D EXTERMINATION Guide de l exposition Hamburger Institut für Sozialforschung Edition.

2 Hamburger Edition HIS Verlagsges. mbh Mittelweg 36 D Hamburg 2004 by Hamburger Edition Tous droits réservés Éditeures du guide de l exposition: Dr. Michael Wildt, Dr. Ulrike Jureit, Birgit Otte Traduit de l allemand per Bertrand Schütz

3 INTRODUCTION La guerre contre l Union soviétique fut foncièrement différente de toutes les guerres modernes européennes et elle se distingua des autres guerres que la Wehrmacht allemande mena durant la Seconde Guerre mondiale ailleurs en Europe. Ce fut une guerre qui était non seulement faite à une autre armée, mais aussi à une partie de la population civile. Il était prévu d assassiner la population juive, de décimer les civils non-juifs par la famine et la terreur et de les astreindre aux travaux forcés. Ces procédés criminels ne peuvent nullement être considérés comme les conséquences d une escalade des hostilités, car ils furent d emblée partie intégrante des plans de campagne. Toutefois, les options stratégiques ne constituèrent qu un des facteurs qui déterminèrent ce qui fut accompli concrètement au cours de l occupation de l Est par les Allemands. Chaque cas particulier porte l empreinte des conditions spécifiques dans lesquelles s est déroulé tel ou tel acte, soumis en outre aux influences du moment et caractérisé par les types de comportement des acteurs respectifs. Les lois et coutumes de la guerre et le droit international de l époque comportaient un certain nombre de principes reconnus par la communauté internationale qui étaient censés être respectés lors de tout conflit armé. Ainsi la population civile et les prisonniers de guerre devaient jouir d une protection particulière. Bien que les lois et coutumes de la guerre autorisent à prendre des mesures profondément inhumaines et bien qu elles n aient pas prévu de réglementation pour toutes les éventualités, la ligne de démarcation entre acte licite et acte illicite était clairement tracée. L exposition Crimes de la Wehrmacht. Dimensions de la guerre d extermination , en se référant aux lois et coutumes de la guerre et au droit international alors en vigueur, entend montrer dans quelle mesure la Wehrmacht participa aux crimes perpétrés lors de la Seconde Guerre mondiale sur les théâtres de guerre en Europe de l Est et du Sud-est. Elle distingue six dimensions de la guerre d extermination: le génocide des juifs soviétiques; la décimation des prisonniers de guerre soviétiques; la guerre par la faim; la déportation aux travaux forcés; la guerre contre les partisans; les représailles et les exécutions d otages. L exposition montre dans quelle mesure la Wehrmacht contribua activement ou passivement aux forfaits. La recherche historique ne permet jusqu alors pas d évaluer le nombre des soldats et officiers allemands impliqués. Par contre, l exposition fournit des documents sur le comportement d individus dans des situations concrètes. La section marges de décision démontre que la guerre d extermination ne participe pas d une dynamique abstraite, mais de l interaction de décisions échelonnées et de responsabilités individuelles.

4 LA GUERRE ET LE DROIT Il est rare que les guerres aient lieu hors de tout cadre de référence juridique. Les sociétés les plus diverses ont toujours tenté de soumettre à certaines règles l exercice de la violence même extrême. En définissant ce qui en cas de guerre est requis, licite et illicite, une société se définit elle-même. Après le désastre de la guerre de Trente Ans, on tenta en Europe de créer un droit de la guerre international. Au début du 20e siècle, un certain nombre d États, dont l Empire allemand, signèrent plusieurs accords fixant les limites de ce qui était considéré comme licite lors d actions belliqueuses. Le droit de la guerre en vigueur pendant la Seconde Guerre mondiale consistait en un ensemble de traités et de règles coutumières. Les traités provenaient d accords entre États. Les traités les plus importants étaient la Convention de La Haye de 1907 ( avec en annexe le Règlement concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre) ainsi que les Conventions de Genève de Le droit international de la guerre engageait les Etats à s y conformer. Il engageait tout soldat à l observer dès qu il avait été adopté par son pays et intégré au droit national. LE RÈGLEMENT DE LA HAYE CONCERNANT LES LOIS ET COUTUMES DE LA GUERRE SUR TERRE Lors des conférences internationales de 1899 et 1907 à La Haye, plus de 40 États contractants ratifièrent et confirmèrent la Convention concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre, à laquelle était annexé le Règlement concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre. Celui-ci définissait essentiellement la qualité de belligérant, les droits et obligations des prisonniers de guerre, interdisait des moyens illicites de nuire à l ennemi et réglementait l autorité militaire sur le territoire de l État ennemi. Le Règlement de La Haye concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre ne représentait pas la création d un droit nouveau, mais regroupait par écrit différents éléments du droit coutumier. L Allemagne reconnut la convention et l intégra au droit national. De ce fait, les membres de la Wehrmacht étaient légalement tenus d observer le Règlement concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre. 4 LA GUERRE ET LE DROIT / LE RÈGLEMENT DE LA HAYE CONCERNANT LES LOIS ET COUTUMES DE LA GUERRE SUR TERRE

5 Page de garde des instructions pour l armée de 1940, contenant le texte de la Convention et du Règlement Bundesarchiv/Militärarchiv,pp Convention de La Haye concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre du [ ]Considérant que, tout en recherchant les moyens de sauvegarder la paix et de prévenir les conflits armés entre les nations, il importe de se préoccuper également du cas où l'appel aux armes serait amené par des événements que leur sollicitude n'aurait pu détourner; Animés du désir de servir encore, dans cette hypothèse extrême, les intérêts de l'humanité et les exigences toujours progressives de la civilisation; Estimant qu'il importe, à cette fin, de réviser les lois et coutumes générales de la guerre, soit dans le but de les définir avec plus de précision, soit afin d'y tracer certaines limites destinées à en restreindre autant que possible les rigueurs; Ont jugé nécessaire de compléter et de préciser sur certains points l'oeuvre de la Première Conférence de la Paix qui, s'inspirant, à la suite de la Conférence de Bruxelles de 1874, de ces idées recommandées par une sage et généreuse prévoyance, a adopté des dispositions ayant pour objet de définir et de régler les usages de la guerre sur terre. Selon les vues des Hautes Parties contractantes, ces dispositions, dont la rédaction a été inspirée par le désir de diminuer les maux de la guerre, autant que les nécessités militaires le permettent, sont destinées à servir de règle générale de conduite aux belligérants, dans leurs rapports entre eux et avec les populations. Il n'a pas été possible toutefois de concerter dès maintenant des stipulations s'étendant à toutes les circonstances qui se présentent dans la pratique; D'autre part, il ne pouvait entrer dans les intentions des Hautes Parties contractantes que les cas non prévus fussent, faute de stipulation écrite, laissées à l'appréciation arbitraire de ceux qui dirigent les armées. LA GUERRE ET LE DROIT / LE RÈGLEMENT DE LA HAYE CONCERNANT LES LOIS ET COUTUMES DE LA GUERRE SUR TERRE 5

6 En attendant qu'un Code plus complet des lois de la guerre puisse être édicté, les Hautes Parties contractantes jugent opportun de constater que, dans les cas non compris dans les dispositions réglementaires adoptées par Elles, les populations et les belligérants restent sous la sauvegarde et sous l'empire des principes du droit des gens, tels qu'ils résultent des usages établis entre nations civilisées, des lois de l'humanité et des exigences de la conscience publique. [ ] (dénomination des plénipotentiaires ) Lesquels, après avoir déposé leurs pleins pouvoirs, trouvés en bonne et due forme, sont convenus de ce qui suit:[ ] Annexe à la Convention. Règlement concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre. [ ] Des prisonniers de guerre Article 4 Les prisonniers de guerre sont au pouvoir du Gouvernement ennemi, mais non des individus ou des corps qui les ont capturés. Ils doivent être traités avec humanité. Tout ce qui leur appartient personnellement, excepté les armes, les chevaux et les papiers militaires, reste leur propriété. [ ] Article 7 Le Gouvernement au pouvoir duquel se trouvent les prisonniers de guerre est chargé de leur entretien. A défaut d'une entente spéciale entre les belligérants, les prisonniers de guerre seront traités, pour la nourriture, le couchage et l'habillement, sur le même pied que les troupes du Gouvernement qui les aura capturés. [ ] D es hostilités.[ ] Article 25 Il est interdit d'attaquer ou de bombarder, par quelque moyen que ce soit, des villes, villages, habitations ou bâtiments qui ne sont pas défendus. [ ] Article 28. Il est interdit de livrer au pillage même une ville ou localité prise d'assaut. [ ] DE L'AUTORITE MILITAIRE SUR LE TERRITOIRE DE L'ÉTAT ENNEMI [ ] Article 46 L'honneur et les droits de la famille, la vie des individus et la propriété privée, ainsi que les convictions religieuses et l'exercice des cultes, doivent être respectés. La propriété privée ne peut pas être confisquée. [ ] 6 LA GUERRE ET LE DROIT / LE RÈGLEMENT DE LA HAYE CONCERNANT LES LOIS ET COUTUMES DE LA GUERRE SUR TERRE

7 UNE GUERRE SANS PRÉCÉDENT Les premiers préparatifs pour la guerre contre l Union soviétique furent entrepris dès l automne Trois mois avant le début des hostilités, Hitler dévoila au haut commandement de la Wehrmacht que cette campagne revêtirait un caractère particulier. L Union soviétique, considérée comme l ennemi par excellence, devait non seulement être militairement conquise et vaincue, il fallait en outre que le système du bolchevisme juif soit entièrement éliminé. Les buts idéologiques de la guerre exigeaient, selon Hitler, une stratégie différente, qui ne pouvait plus être soumise au droit international des conflits armés. Cette guerre, notait le Général de corps d armée Franz Halder dans son journal à propos de la conception de Hitler, n était pas l affaire des tribunaux militaires. [...] Le combat sera très différent du combat à l Ouest. À l Est, la rigueur nous garantira un avenier paisible. Le haut commandement de la Wehrmacht donna alors en mai et juin 1941 des ordres devant garantir la rigueur inouïe exigée par Hitler pour l Est. Avec le Kriegsgerichtsbarkeitserlass (décret sur la juridiction militaire) et le Kommissarbefehl (ordre concernant les commissaires), il invalidait pour la Wehrmacht des éléments essentiels du droit de la guerre alors en vigueur et mettait ainsi en place les conditions pour une guerre raciste et d extermination sans précédent. Conscients des conséquences criminelles de leurs ordres, Hitler et le haut commandement de la Wehrmacht levèrent les garanties de protection des personnes civiles en temps de guerre et donnèrent ordre d exécuter des commissaires politiques. En outre, le 28 avril 1941, le haut commandement donnait son accord pour que les Einsatzgruppen (unités spéciales) de la Sicherheitspolizei (Police de sécurité) et du Sicherheitsdienst (Service de sécurité), commandés par Heinrich Himmler, prennent, sur les territoires des opérations, [...],dans le cadre de leur mission, de leur propre initiative, des mesures coercitives envers la population civile. Décret concernant l exercice de la juridiction militaire sur le territoire Barbarossa et sur les mesures spéciales concernant la troupe, daté du Bundesarchiv/Militärarchiv, RW 4/v. 557, pp , fac-similé, p. 73 Réglementation du concernant l action de la Sicherheitspolizei (Police de sécurité) et du SD (Sicherheitsdienst, Service de sécurité) au sein de l armée Bundesarchiv/Militärarchiv, RH 22/155 UNE GUERRE SANS PRÉCÉDENT 7

8 LE GÉNOCIDE Les dirigeants de la Wehrmacht adhéraient sur le fond aux buts idéologiques que poursuivait Hitler avec cette guerre, ils souhaitèrent toutefois, suite aux expériences faites avec les Einsatzgruppen de la Sicherheitspolizei et du SD pendant la guerre contre la Pologne, que la mission et les compétences des unités engagées fussent définies. En mars 1941, le haut commandement de la Wehrmacht se déclarait d accord pour que soient attribuées au Reichsführer-SS Heinrich Himmler, sur le territoire des opérations de la Wehrmacht, des missions spéciales sur ordre du Führer, qui compte tenu du combat entre deux systèmes politiques opposés, devait être mené jusqu à son terme. Dans le cadre de cette mission, le Reichsführer-SS agit de manière autonome en assumant la responsabilité des mesures prises. Les Einsatzgruppen de la Police de sécurité et du Service de sécurité, de même que les unités des commandants SS et de Police supérieurs (Höhere SS- und Polizeiführer) n auraient toutefois pas pu accomplir le massacre de la population juive sans le concours de la Wehrmacht. La Wehrmacht répartit sur tout le territoire des Feldkommandanturen et des Ortskommandanturen qui détenaient le pouvoir exécutif dans une région tant que celle-ci se trouvait sous administration militaire. Toutes les Wehrmachtskommandanturen furent avisées d enregistrer la population juive, de veiller à ce qu elle porte la marque distinctive obligatoire et soit regroupée dans des ghettos. En plus de ces mesures anti-juives, des unités de la Wehrmacht participèrent aussi à des pelotons d exécution. De nombreux commandants en chef justifièrent expressément dans leurs ordres du jour le massacre des juifs soviétiques. En même temps, les administrations militaires s appropriaient les biens des victimes en les réquisitionnant comme étant fortune de juifs, avec l accord du Wirtschaftsstab Ost (office chargé des mesures économiques à l Est). À plusieurs reprises, les unités de la Sicherheitspolizei et du SD soulignèrent dans leurs rapports combien les unités de la Wehrmacht coopéraient avec zèle et efficacité. 8 LE GÉNOCIDE

9 KRIVOÏ ROG Fin août 1941, des unités de la Wehrmacht envahirent la ville de Krivoï Rog, un centre ukrainien d extraction de minerai de fer, qui comptait environ habitants. L administration locale fut d abord assurée par la Feldkommandantur (V) 538, qui fut relayée le 20 Septembre 1941 par la Feldkommandantur (V) 246. L administration militaire décréta dès la prise de la ville les premières mesures anti-juives. Les juifs durent porter un brassard, ils furent recrutés pour les travaux forcés, ils reçurent l interdiction d acheter librement de la marchandise et d égorger le bétail selon les règles kascher. En outre, les Kommandanturen locales réquisitionnèrent les fortunes juives et permirent aux administrations des villes ukrainiennes d imposer des contributions aux juifs. Il n y eut toutefois pas de ghetto à Krivoï Rog. Non loin de Krivoï Rog, dans le raïon (district) de Chirokoë, la 2ème compagnie du bataillon de police 318, sous la responsabilité de la même Kommandantur, assassinait à ce moment-là déjà la population juive. On prévoyait un massacre semblable à Krivoï Rog. L Ortskommandantur compétente annonça le 15 octobre que l on prenait les mesures nécessaires pour que Krivoï Rog soit judenfrei ( libre de juifs ). Une unité de police subordonnée aux commandants SS et de Police supérieurs Russie Sud (Höhere SS- und Polizeiführer Rußland Süd), qui n a toutefois jusqu alors pas pu être identifiée plus précisément, assassinait dans les mines d Iljitsch, avec l aide de la police auxiliaire ukrainienne, environ civils et 800 prisonniers de guerre qui avaient été sélectionnés dans un camp de prisonniers de guerre de la Wehrmacht. Victimes menées à l exécution, censées être du Landesarchiv Schleswig-Holstein, Abt. 352 Nr. 2477, Lichtbildmappe LE GÉNOCIDE / KRIVOÏ ROG 9

10 KAMENETS-PODOLSK En juin 1941 des troupes hongroises, qui combattaient aux côtés de la Wehrmacht, déplacèrent plusieurs milliers de juifs vers la ville ukrainienne de Kamenets-Podolsk. Le commandant de place allemand informa ses supérieurs qu il ne pouvait ni ne voulait les nourrir. Les consultations quant à leur sort étaient encore en cours au mois d août. Kamenets-Podolsk devant être transférée à l administration civile le 1er septembre, les autorités compétentes firent pression pour qu une solution rapide fut trouvée. Lors de la concertation décisive du 25 août 1941 avec le colonel Hans Georg Schmidt von Altenstadt, chef de la Abteilung Kriegsverwaltung beim Generalquartiermeister des Heeres (section administration de guerre auprès de l intendant en chef de l armée de terre), des militaires et des fonctionnaires de l administration haut placés notèrent que le commandant SS et de Police supérieur Russie Sud (Höherer SS- und Polizeiführer Rußland Süd), Friedrich Jeckeln (absent en l occurrence) espérait avoir achevé la liquidation de ces juifs d ici au Le 29 août, ponctuel, Jeckeln communiquait à Berlin que ses unités avaient fusillé non seulement les juifs de Hongrie, mais aussi ceux de l endroit, à Kamenets-Podolsk, au total personnes. Du point de vue de la Wehrmacht, rien ne s opposait plus à ce que la ville soit transférée à l administration civile allemande. Transport des victimes à l exécution, LE GÉNOCIDE / KAMENETS-PODOLSK

11 Juifs sur le chemin de l exécution à Kamenets-Podolsk, Photographe: Gyula Spitz United States Holocaust Memorial Museum, LE GÉNOCIDE / KAMENETS-PODOLSK 11

12 LES SOLDATS SOVIÉTIQUES PRISONNIERS DE GUERRE DES ALLEMANDS Entre l été 1941 et le printemps 1942, plus de 2 millions de prisonniers de guerre soviétiques moururent en détention allemande. La Wehrmacht était seule responsable du transport, de l approvisionnement et de l hébergement des prisonniers de guerre. À la différence des prisonniers de guerre de l Ouest, les prisonniers de guerre soviétiques ne furent pas traités conformément aux exigences minima des normes du droit international humanitaire. Le ravitaillement et les installations furent par conséquent si catastrophiques que des millions de personnes en moururent. Avant le début de la guerre déjà, la direction de la Wehrmacht décréta le Kommissarbefehl (ordre concernant les commissaires) édictant l assassinat des commissaires politiques de l Armée rouge. En outre, des unités de la Wehrmacht collaborèrent avec les Einsatzgruppen (unités speciales) de la Police de sécurité et du Service de sécurité SD lors de sélections dans les camps pour prisonniers de guerre soviétiques. Les personnes politiquement suspectes, dont les prisonniers juifs faisaient partie, étaient sélectionnées et livrées aux Einsatzgruppen, qui les fusillaient en dehors des camps. On sélectionnait aussi parmi les prisonniers de guerre déjà transportés vers le Reich. Ces prisonniers étaient ensuite transférés dans des camps de concentration. Le nombre des victimes n a pu être vérifié jusqu à ce jour, les estimations vont de à morts. Ce n est qu avec l échec du Blitzkrieg et la pénurie de main-d oeuvre qui s ensuivit qu en 1942 un changement de politique apparut opportun. De plus en plus, les prisonniers de guerre soviétiques furent utilisés pour les besoins de l économie de guerre dans le Reich allemand. Le haut commandement de la Wehrmacht eut beau ordonner l amélioration de l approvisionnement de ces prisonniers de guerre, cet ordre arriva trop tard pour des centaines de milliers d entre eux. 12 LES SOLDATS SOVIÉTIQUES PRISONNIERS DE GUERRE DES ALLEMANDS

13 LES CAMPS DE LA LANDE Dans les Landes de Lüneburg (Lüneburger Heide), en Allemagne du Nord, il y eut trois camps dénommés camps de Russes : ceux de Wietzendorf, Oerbke, Bergen-Belsen. Au début, les prisonniers de guerre durent s y abriter en se creusant des trous dans la terre ou en bâtissant des huttes en terre. Ce n est que peu à peu que l on construisit des baraques pour améliorer leur hébergement. Dans les trois camps des Landes de Lüneburg, les conditions de vie furent désastreuses. Le ravitaillement était tellement catastrophique que notamment les prisonniers affaiblis ou malades mouraient au bout de quelques semaines. Entre novembre 1941 et février 1942, une épidémie de typhus et d autres maladies, mais principalement la sous-alimentation décimèrent les prisonniers: au moins y laissèrent la vie. En avril 1942, le nombre des internés était réduit à au total. Les Heidelager (camps des landes) devinrent des buts d excursion populaires pour les habitants de la région. En fin de semaine, on allait se promener du côté des clôtures des camps, pour aller voir les prisonniers de guerre russes. Les curieux ne se laissèrent pas décourager par des mesures de barrage supplémentaires. Stalag Wietzendorf Stalag XI D/321: Oerbke Huttes rudimentaires en terre, non daté Staatsanwaltschaft Hamburg, 147 Js 29/65, Lichtbildmappe Stalag XIC: Bergen-Belsen Oerbke 1941: candidat à la mort Zentralnachweis zur Geschichte von Widerstand und Verfolgung auf dem Gebiet des Landes Niedersachsen (Niedersächsische Landeszentrale für politische Bildung), 4016A Cimetière, 1941/42 Zentralnachweis zur Geschichte von Widerstand und Verfolgung auf dem Gebiet des Landes Niedersachsen (Niedersächsische Landeszentrale für politische Bildung), LES SOLDATS SOVIÉTIQUES PRISONNIERS DE GUERRE DES ALLEMANDS / LES CAMPS DE LA LANDE 13

14 LA GUERRRE PAR LA FAIM Afin d assurer le ravitaillement de la Wehrmacht en Union soviétique et de la Volksgemeinschaft ( communauté raciale du peuple ) en Allemagne, les territoires occupés devaient être systématiquement pillés. Procurer autant de vivres et de pétrole que possible à l Allemagne telles étaient les directives pour les responsables de la gestion économique des forces d occupation. Ils étaient conscients du fait que cela signifiait que des millions d êtres humains risquaient de mourir de faim. Le Wirtschaftsstab Ost (office chargé des mesures économiques à l Est) devait appliquer les mesures. Il réunissait alors les compétences des ministères du Reich et des sections économiques de la Wehrmacht. Indépendamment de ces projets généraux d exploitation économique, les unités de la Wehrmacht en campagne souffrirent, après quelques mois de guerre, déjà, de problèmes de ravitaillement parfois aigus. Les réquisitions de vivres par les troupes prirent une telle ampleur en 1941 qu il en résulta ce qui fut dénommé Kahlfraßzonen (zones ravagées par les saisies de ravitaillement). Jusqu à 300 kilomètres derrière le front, des régions entières furent dévastées. On n y trouvait même plus d animaux reproducteurs ni de semences. Ce faisant, la Wehrmacht compromettait à long terme son propre ravitaillement tout autant que le maintien de la main-d oeuvre soviétique. Ainsi, dès l automne 1941, des rations exiguës devaient assurer un minimum d alimentation pour la population à condition qu elle soit en état de travailler. Tous les parasites et mangeurs inutiles, ce qui voulait dire en premier lieu les adversaires politiques et les juifs, de même que les habitants des grandes villes ainsi que les personnes âgées, malades, faibles et les enfants ne devaient obtenir qu une alimentation insuffisante. Il n est plus possible aujourd hui d évaluer le nombre de victimes que provoqua la politique allemande qui avait pour but d affamer la population civile. LENINGRAD L encerclement de la ville de Leningrad, qui dura presque 500 jours, du 8 septembre 1941 au 18 janvier 1943, ne fut pas uniquement un siège militaire. Il était aussi conçu afin d affamer délibérément et systématiquement la population d une ville entière. En automne 1941, elle comptait environ 3 millions d habitants. À plusieurs reprises, Hitler avait exprimé son intention de détruire Leningrad. Les ordres décisifs de renoncer à prendre la ville et d en décréter le blocus furent donnés en accord avec les hauts commandements de la Wehrmacht et de l armée de terre. Ils culminèrent dans la décision de refuser une éventuelle offre de capitulation. Malgré certains scrupules, les dirigeants militaires devant Leningrad se montrèrent intransigeants et sans merci. Selon les indications de source soviétique, habitants moururent durant le blocus, à l Ouest on évalue le nombre des victimes à plus d un million de personnes. 14 LA GUERRRE PAR LA FAIM / LENINGRAD

15 Photos de S.N. Petrova, de Leningrad, d avant-guerre, mai 1942 et octobre 1942 (de gauche à droite). Musée historique d État, Saint-Pétersbourg, sans cote nombre de morts enregistrés officiellement 1941 juillet 4,162 septembre 6,808 octobre 7,353 novembre 11,085 décembre 52, janvier 96,751 février 96,015 mars 81,507 Statistiques de la mortalité à Leningrad de juillet 1941 à mars 1942 indications se basant sur: Leningrad pendant le blocus. Recueil de documents. édités par A.R. Dzeniskevich et. al. Saint-Pétersbourg 1995, p. 298 et 314 (en langue russe) KHARKOV Le haut commandement de l armée et le Heeresgruppe Süd (Groupe d armées de terre sud) avaient laissé libre choix au commandant de la 6ème armée de répéter à Kharkov la stratégie d encerclement de Leningrad. Le Generalfeldmarschall Walter von Reichenau fit excessivement usage de sa marge de manoeuvre. Bien qu il ne procéda pas à un blocus alimentaire, mais occupa la ville, ce fut l administration militaire qui pilla de fond en comble la ville et ses environs en ordonnant le prélèvement direct de vivres, de bétail et de céréales. Le haut commandement de la 6ème armée divisa la région de Kharkov en Erfassungsräume (zones d enregistrement), qui en devint un territoire Kahlfraßzonen (zones ravagées par les saisies de ravitaillement). Durant la première année d occupation 1941/42, cette politique eut pour conséquence la mort de habitants, si l on se tient aux recensements que fit l administration de la ville instaurée par l occupant. Kharkov, non daté Photographe de la Compagnie de propagande: Hermann Hoeffke Bildarchiv Preußischer Kulturbesitz Ordre du commandant en chef de la 6ème armée, Generalfeldmarschall von Reichenau, du Bundesarchiv/Militärarchiv, RH 20-6/133, p 76 LA GUERRRE PAR LA FAIM / KHARKOV 15

16 LES DÉPORTATIONS Des millions de civils soviétiques furent déportés pendant la guerre comme travailleurs. Immédiatement après l invasion de l Union soviétique le 22 juin 1941, la Wehrmacht se mit à enrôler de la main-d oeuvre pour la construction de routes, de voies de chemin de fer et pour des travaux de campagne sur le territoire des opérations. Après l échec du Blitzkrieg pendant l hiver 1941/42, et comme la production industrielle de guerre devait être réadaptée, une grave pénurie de main-d oeuvre se manifesta dans le Reich également. En mars 1942, Hitler nomma le Gauleiter de Thuringe, Fritz Sauckel, au poste de Mandataire général pour le service de travail (Generalbevollmächtigter für den Arbeitseinsatz). C est alors que les offices de l emploi allemands se mirent à recruter dans les territoires occupés des travailleurs civils pour des travaux en Allemagne. Le nombre des volontaires d abord assez considérable recula au bout de quelques semaines à peine, au point d être quasiment nul, lorsque les informations sur les conditions de travail effectives se répandirent. Alors les offices du travail, avec le soutien de la police et de la Wehrmacht, recoururent de plus en plus à la force. Entre novembre 1941 et juin 1944 environ 2,8 millions de personnes, uniquement en provenance des territoires de l Union soviétique, furent transportées vers le Reich pour des travaux forcés. Bien que la Wehrmacht fût d abord sceptique par rapport au recrutement de main-d oeuvre, parce qu elle lui était par là-même soustraite, elle faisait partie intégrante de l organisation des mesures coercitives. Sans la collaboration des administrations militaires, l enrôlement et la déportation de millions de travailleurs forcés eussent été impossibles. En outre, l administration civile, la Wehrmacht, les SS et la police tirèrent parti dès 1942/43 des opérations en grand (Großaktionen) pour recenser la population locale et la contraindre aux travaux forcés. Le haut commandement de la Wehrmacht approuva expressément que des complices de bandes et des suspects de participation à des bandes, ainsi que ceux supposés tels, fussent déportés dans des camps de concentration SS et astreints aux travaux forcés. Lorsqu en 1943/44 commença la retraite de l Union soviétique, la Wehrmacht, sur ordre de Hitler, draina de force des centaines de milliers de civils. D une part pour en priver l Armée rouge, d autre part afin de pouvoir les utiliser pour leur compte comme main-d oeuvre. 16 LES DÉPORTATIONS

17 Le Groupe d armées de terre sud (Heeresgruppe Süd) à propos de la collaboration des Feldkommandanturen lors de recrutement de main-d oeuvre, le Bundesarchiv/Militärarchiv, RH 23/99, p. 83 LES DÉPORTATIONS 17

18 LA 3ÈME PANZERARMEE Au cours des mesures de recrutement de main-d oeuvre pour le Reich, la 3ème Panzerarmee (armée de blindés) déporta des civils de Vitebsk vers le camp de regroupement de Borisov, situé sur le territoire d opération de la 4ème armée. À Borisov, les civils étaient examinés et ensuite acheminés vers le Reich. En outre, dans le cadre du combat contre les partisans, et avec l aide de la 3ème Panzerarmee, les SS, la police, la Wehrmacht et l administration civile effectuaient des opérations en grand (Großaktionen), comme par exemple l opération averse de pluie (Unternehmen Regenschauer) ou fête de printemps (Frühlingsfest). Pendant ces opérations, des unités encerclaient des territoires d opération de partisans, les ratissaient et incendiaient ensuite les villages. Les civils étaient soit fusillés en tant que présumés partisans ou menés aux travaux forcés. Camp Borisov, Mars 1944 Départ de main-d oeuvre civile du camp de regroupement de Borisov le Bundesarchiv/Militärarchiv, RW 31/860 Il n est pas possible d affirmer que ces photos montrent des habitants de Vitebsk, étant donné que des personnes recrutées de force dans d autres territoires étaient également transférées à Borisov. 18 LES DÉPORTATIONS / LA 3ÈME PANZERARMEE

19 Liste de la main-d oeuvre recensée au cours de l opération Frühlingsfest, non daté. Bundesarchiv/Militärarchiv, RH 21-3/671, p. 320 Opération Frühlingsfest fin avril/début mai 1944 Photographe de la compagnie de propagande: Johannes Bergmann Bundesarchiv, Bild 146/90/86/2 LES DÉPORTATIONS / LA 3ÈME PANZERARMEE 19

20 LA GUERRE CONTRE LES PARTISANS La guerre contre l Union soviétique ne se déroula pas seulement sur le front de plusieurs milliers de kilomètres de long. Il y avait aussi la guerre contre les partisans dans les territoires occupés. Pendant les premiers mois de la guerre, la Wehrmacht rencontra surtout des groupes de partisans mal organisés, qui malgré l appel de Staline furent militairement sans importance. Néanmoins, le haut commandement de la Wehrmacht et le haut commandement de l armée de terre élargirent leur définition des personnes à traiter comme francs-tireurs. Outre des partisans simplement présumés et des soldats isolés de l Armée rouge, des unités de la Wehrmacht tuèrent également des civils, en particulier des juifs, qui étaient d emblée soupçonnés d être des partisans ou de les soutenir. Les personnes arrêtées devaient systématiquement être battues et torturées lors des interrogatoires, puis tuées au cours des interrogatoires dits rigoureux. La contre-offensive de l Armée rouge durant l hiver 1941/42 eut pour conséquence un retrait important de forces d occupation, notamment dans la zone Heeresgebiet Mitte (territoire des armées de terre centre). De ce fait, les partisans, dont la formation et l équipement avaient entre-temps été améliorés, réussirent à prendre le contrôle de régions entières derrière les lignes allemandes et commençaient à harceler sérieusement les armées allemandes. C est pourquoi quelques commandants de la Wehrmacht tentèrent d infléchir la politique de terreur généralisée et de limiter les mesures coercitives collectives dirigées contre la population civile, pour éviter que celle-ci ne se rallie aux partisans. Hitler par contre insistait pour que le combat contre les partisans continue à être mené avec les moyens les plus brutaux. À partir de 1942, une victoire militaire contre les partisans n était plus concevable. Afin de détruire l infrastructure des unités de partisans, les SS, la police et la Wehrmacht se mirent à transformer en zones désertiques (Wüstenzonen) des régions entières au cours d opérations en grand (Großaktionen). Des villages furent incendiés, des milliers d êtres humains assassinés ou déportés aux travaux forcés. 20 LA GUERRE CONTRE LES PARTISANS

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE. (Protocole additionnel)

CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE. (Protocole additionnel) CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE (Protocole additionnel) CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE DU

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION 1. Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

ANNEXE: Questions relatives aux pratiques conseillées susceptibles de promouvoir et de protéger le droit à la liberté de réunion et d association pacifiques Nous vous saurions gré de bien vouloir répondre

Plus en détail

Loi sur les chiens 1 916.31. 27 mars 2012

Loi sur les chiens 1 916.31. 27 mars 2012 1 916.1 7 mars 01 Loi sur les chiens Le Grand Conseil du canton de Berne, vu l article 4, alinéa 1 de la loi fédérale du 16 décembre 005 sur la protection des animaux (LPA) 1) et l article 59, alinéa 1

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Origines juridiques et obligations internationales

Origines juridiques et obligations internationales Formation à la Protection des Personnes Déplacées Internes Origines juridiques et obligations internationales 1/5 Origines juridiques et obligations internationales Origines juridiques des Principes directeurs

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Seconde Guerre Mondiale

Seconde Guerre Mondiale Prénom : Date : Nom : Histoire Fiche 2 : L Europe sous la domination nazie Seconde Guerre Mondiale Objectifs : Acquis Non acquis En cours -E.C de décrire la France entre 1940 et 1945 -E.C de définir le

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)] Nations Unies A/RES/65/34 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2011 Soixante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention (Traité sur les brevets) Conclu à Vaduz le 22 décembre 1978 Entré en vigueur

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV)

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) (Bruxelles, 23 avril 1970) Les Etats Parties à la présente Convention, Constatant le développement du tourisme et son rôle économique et social,

Plus en détail

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Décret du 7 novembre 2003 Entrée en vigueur :... portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison?

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? La réponse n est pas si simple, car que se passe-t-il si le travailleur se présente malade au travail sans dire qu il s agit précisément

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

05.453 n Initiative parlementaire. Interdiction des pitbulls en Suisse (Kohler)

05.453 n Initiative parlementaire. Interdiction des pitbulls en Suisse (Kohler) Conseil national Session d'été 009 e-parl 9.08.009 09:0 - - 05.453 n Initiative parlementaire. Interdiction des pitbulls en Suisse (Kohler) de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national

Plus en détail

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s)

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s) Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. N de pourvoi: 10-20891 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Loi sur les chiens. Section 2. Protection contre les blessures dues à des chiens. Projet

Loi sur les chiens. Section 2. Protection contre les blessures dues à des chiens. Projet Loi sur les chiens Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 80, al. 1, 2 et 2 bis, et 120, al. 2, de la Constitution 1, vu le rapport de la Commission de la science, de l

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 8 Le droit de la famille et les femmes immigrantes, réfugiées ou sans statut FR 008 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur

Plus en détail

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III ICC-02/11-02/11-1-tFRA 01-10-2013 1/10 NM PT ICC-02/11-02/11-1-US-Exp-tFRA 27-12-2011 1/10 NM PT Original : anglais N : ICC 02/11 02/11 Date : 21 décembre 2011 LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III Composée comme

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Christina Hausammann, humanrights.ch/mers Sur mandat du Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées, du Bureau

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes

Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes VAIOS KOUTROULIS Professeur assistant, Centre de droit international,

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

La mise en location d un logement et le code du logement.

La mise en location d un logement et le code du logement. La mise en location d un logement et le code du logement. Les problème rencontrés. 1) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» permet-elle une visite d initiative par

Plus en détail

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale La direction de la police judiciaire et son contrôle par les autorités judiciaires au Sénégal Textes de référence :! loi n 65-61 du 21juillet1965 (Code de procédure pénale).! loi n 85-25 du 25 février

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur Commission consultative des Droits de l Homme du Grand-Duché de Luxembourg Avis sur le projet de loi 6761 portant mise en œuvre de certaines dispositions de la Résolution 2178 (2014) du Conseil de sécurité

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Nations Unies S/RES/1718 (2006)** Conseil de sécurité Distr. générale 13 décembre 2006 Résolution 1718 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5551 e séance, le 14 octobre 2006 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Le : 10/02/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 18 janvier 2011 N de pourvoi: 10-84980 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s)

Plus en détail

Numéro du rôle : 4946. Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4946. Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4946 Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 15 de la loi du 1er mars 1958 relative au statut des officiers de carrière des forces

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail