LES FUSILLADES MASSIVES DE JUIFS EN UKRAINE,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES FUSILLADES MASSIVES DE JUIFS EN UKRAINE,"

Transcription

1 DOSSIER PEDAGOGIQUE EXPOSITION LA SHOAH PAR BALLES LES FUSILLADES MASSIVES DE JUIFS EN UKRAINE,

2 2 Table de matières Aux jeunes visiteurs...p.3 1. Qui?...p.4 2. Comment?...p.7 3. Comment le sait-on?...p.9 4. Pourquoi?...p Comment cela a-t-il été possible?...p Cela pourrait-il être encore possible?...p Que faire pour l empêcher à l avenir?...p.26

3 3 Aux jeunes visiteurs L exposition que vous allez visiter, ou que vous avez peut-être déjà visitée, est un spectacle pénible. Son sujet est le massacre des Juifs d Ukraine, à l époque une république qui faisait partie de l Union soviétique. Il s agit donc d un chapitre de la Seconde Guerre mondiale, plus précisément du génocide des Juifs d Europe par les nazis. Entre 5 millions et demi et 6 millions de Juifs ont été exterminés entre 1941 et 1945, la plupart dans des camps de concentration et d extermination construits par le régime d occupation allemand en Pologne et dans d autres pays d Europe centrale et orientale. Environ un tiers ont été assassinés sur place, dans leurs villes et leurs villages. C est cette «méthode», par fusillades, dont traite notre exposition. Ce cahier va vous aider à comprendre cette exposition, autrement dit à comprendre comment des hommes en viennent à faire cela : débarquer dans une localité quelconque, rassembler des innocents, hommes, femmes et enfants, les entasser dans des camions, les emmener quelque part dans le voisinage et les tuer de sang froid, à bout portant. Voici donc sept questions qui nous semblent importantes et auxquelles nous voulons vous apporter des éléments de réponse. Avec vos professeurs, vos parents, vos amis, vous pouvez débattre ces questions et ces réponses, et en imaginer d autres. Cependant, quelle que soit la manière dont vous les aborderez, souvenez-vous qu il ne s agit pas d un simple exercice scolaire, mais d une leçon d humanité et de citoyenneté.

4 4 1. QUI? USHMM, courtesy of the Library of Congress. Regardez bien cette photo, prise par un témoin de la scène. Un homme s apprête à tuer d une balle dans la tête un autre homme, agenouillé au bord d une fosse où gisent déjà de nombreux cadavres. L assassin est en uniforme : c est un membre des Einsatzgruppen («groupes d intervention» en allemand). Ces unités mobiles suivaient les troupes de l envahisseur. Ce n étaient pas des combattants, mais des tueurs chargés de liquider des populations jugées dangereuses et nuisibles par les autorités allemandes : cadres de la nation polonaise, prisonniers politiques et militaires soviétiques, Tziganes. Et, surtout, les Juifs, qui étaient voués à l extermination totale.

5 5 Ces unités étaient composées de membres de la S.S. et de policiers, mais aussi d auxiliaires (aides) locaux ici, des volontaires ukrainiens. Imaginez maintenant que la population entière de Bruxelles et d Anvers combinées, hommes, femmes et enfants, ait été massacrée de cette manière. Impensable, n est-ce pas? C est pourtant ce qui s est passé avec les Juifs dans la seule Ukraine. Pour aller plus loin : La guerre à l Est ; les populations juives d Europe de l Est ; les Juifs d Ukraine. Texte à commenter : «Notre force tient à notre rapidité et à notre brutalité. [...] L'objectif de la guerre ne sera pas d'atteindre une ligne donnée, mais d'anéantir physiquement l'adversaire. C'est pourquoi j'ai disposé -pour l'instant seulement à l'est- mes unités à tête de mort ; elles ont reçu l'ordre de mettre à mort sans merci et sans pitié beaucoup d'hommes, de femmes et d'enfants d'ascendance et de langue polonaise. C'est la seule manière pour nous de conquérir l'espace vital dont nous aurons besoin.» Adolf Hitler à ses généraux, 22 août 1939, in La Wehrmacht dans la Shoah, Revue d'histoire de la Shoah, n 187, juillet/décembre 2007 À voir : Le film de Michaël Prazan, Einsatzgruppen. Les commandos de la mort, France, France2 éditions, 2009, 180 minutes

6 6 Institut für Zeitgeschichte, Munich

7 7 2. COMMENT? Le génocide des Juifs d Europe n est pas un massacre spontané comme il y en eut tant dans l histoire de l humanité. C est un meurtre de masse prémédité, soigneusement planifié et méthodiquement exécuté. Mettre à mort tout un peuple est une entreprise difficile, qui exige une organisation complexe et minutieuse. À cet effet, le régime allemand a mis en œuvre toutes ses branches politiques, militaires et policières. L exposition met en scène un volet de cette entreprise de mort - le meurtre par fusillades massives, dont vous avez pu voir les étapes successives : - Le rassemblement des victimes en un lieu central, à l aide des autorités locales. Afin de ne pas affoler les Juifs, l ordre de rassemblement, selon les cas par mégaphone, affiches ou autrement, leur demande d apporter des vêtements et de la nourriture pour plusieurs jours, en vue de leur transfert vers des camps de travail. Des battues sont organisées dans les forêts et les champs avoisinants pour traquer les fuyards ; - le transport par convois ou camions jusqu à proximité du site l exécution, assez loin pour que les victimes ne voient pas ce qui s y passe. Mais elles peuvent entendre les coups de feu et les cris des victimes, et peu se font des illusions à ce stade ; - le déshabillage et le tri des vêtements et des objets de valeur ; - le transfert par petits groupes jusqu au lieu de l exécution, ravin naturel ou fosse creusée par les victimes elles-mêmes avant leur mise à mort ; - l exécution par balles tirées à bout portant ; - le recouvrement des corps, certains encore vivants, avec de la chaux et de la terre. Cette méthode s est révélée efficace, puisqu elle a tué près de 1 million et demi de personnes, soit plus de la moitié de la communauté juive ukrainienne d avantguerre. Cependant, elle n était pas sans inconvénients : elle affectait le moral des tueurs ; était trop lente pour liquider les immenses ghettos où les Juifs se trouvaient concentrés en Pologne ; et était impossible à appliquer dans l ensemble de l Europe occupée. Aussi bien, à partir de la fin de 1941, on passa à la phase industrielle de la Shoah : la liquidation par chambres à gaz dans des camps aménagés à cet effet. Les fusillades continuèrent pourtant, en parallèle, jusqu à la fin de la guerre, là où la proximité de la ligne de front et les difficultés du transport ferroviaire rendaient impossible la solution industrielle. Tel fut le cas en Ukraine.

8 8 Pour aller plus loin : Témoignage : «Au bord de la fosse, il y avait un escalier sommaire, en terre. Les Juifs se déshabillaient, tabassés par les gardes. Complètement nus, famille après famille, les pères, les mères et les enfants descendaient calmement les marches et s'allongeaient, face contre terre, sur les corps de ceux qui venaient d'être fusillés. Un policier allemand, Humpel, avançait, debout, marchait sur les morts et assassinait chaque Juif d'une balle dans la nuque. [...] Régulièrement, il arrêtait les tirs, remontait, faisait une pause, buvait un petit verre d'alcool puis redescendait. Une autre famille juive, dénudée, descendait et s'allongeait dans la fosse. Le massacre a duré une journée entière. Humpel a tué tous les Juifs du village, seul.» Récit de Luba, témoin visuel du massacre de la population juive du village de Senkivishvka en juin Témoignage recueilli par le père Patrick Desbois.

9 9 3. COMMENT LE SAIT-ON? Les tueurs étaient conscients de l énormité de leur crime. C est pourquoi ils se servaient d un vocabulaire détourné : «solution finale», «traitement spécial», etc. C est pourquoi, aussi, devant l avance alliée, ils ont tenté de faire disparaître les preuves matérielles du génocide : destruction des archives, incinération des corps et incendie des sites. Cependant, masquer un crime de cette ampleur s avéra une tâche impossible. Les sites des tueries étaient trop nombreux, de même que les rapports des unités des tueurs et les témoins. Les Alliés en avaient eu connaissance dès 1941, et, vers la fin de la guerre, des commissions soviétiques en ont rendu compte. Dans les années 1950, des procès instruits en Allemagne fédérale contre les assassins ont contribué à éclaircir ce chapitre de la Shoah. Enfin, en 2004, un prêtre catholique français, le Père Patrick Desbois, a entamé avec l association Yahad-In Unum dont il est président une recherche systématique sur les sites des tueries. Grâce à ses travaux, on connaît désormais avec précision les conditions dans lesquelles s est déroulée la «Shoah par balles» en Ukraine occupée. Pour aller plus loin : La question du négationnisme : pourquoi certains s obstinent-ils à nier la réalité du génocide? raisons idéologiques : sympathies nazies, antisémitisme ; raisons psychologiques : méfiance à l égard de toute vérité «officielle», «nonconformisme» À mettre en parallèle avec d autres formes de déni, par exemple du génocide rwandais, mais aussi de faits comme la conquête de la Lune ou l attaque terroriste du 11 septembre Un principe : en histoire comme dans toutes les sciences, on ne débat pas des faits, mais de l interprétation des faits!

10 10 Document officiel : Rédigé par le SS Karl Jäger, commandant de l'einsatzkommando 3 de l'einsatzgruppe A, ce rapport fournit une comptabilité des meurtres de ces «unités spéciales». Les Juifs assassinés sont divisés en trois catégories : «les hommes juifs», «les femmes juives», et «les enfants juifs». Pendant les cinq mois couverts par ce rapport, l'e.k.3 a assassiné personnes. Le rapport conclut ainsi : «Aujourd'hui, je peux confirmer que notre objectif de

11 11 résoudre le problème juif en Lituanie, a été accompli par EK 3. En Lituanie, il n'y a plus de Juifs, à part les travailleurs juifs et leurs familles.» Témoignage : Au Procès de Nuremberg, le SS-Hauptsturmführer (capitaine) Dieter Wisliceny a fourni ce témoignage : "En novembre 1942, dans le bureau d Eichmann à Berlin, j'ai rencontré le Standartenführer [colonel] Blobel, qui dirigeait le Kommando 1005, spécifiquement chargé de supprimer toute trace de la solution finale (extermination) du problème juif par les Einsatzgruppen ainsi que toutes les autres exécutions. Le Kommando 1005 a opéré de l'automne 1942 à septembre 1944 au moins et a été pendant toute cette période sous l'autorité d'eichmann. Cette mission a été organisée lorsqu'il était devenu évident que l'allemagne ne pourrait conserver les territoires occupés à l'est et qu'il a été alors jugé nécessaire d'effacer toutes les traces des exécutions criminelles qui avaient été commises. À Berlin en novembre 1942, Blobel a fait un rapport devant l'équipe de spécialistes de la question juive d'eichmann dans les territoires occupés. Il a parlé d'incinérateurs spéciaux qu'il avait construit pour être utilisés par le Kommando Celui-ci devait exhumer les corps des personnes précédemment exécutées et les incinérer. Le Kommando 1005 a opéré en Russie, en Pologne et autour de la mer Baltique. J'ai revu Blobel en Hongrie en 1944 et il a certifié en ma présence à Eichmann que la mission du Kommando 1005 avait été menée à bien." Nazi Conspiracy and Aggression. Volume VIII. USGPO, Washington, 1946.

12 12 Document visuel : Photo prise au cours des exhumations de charniers menées en Ukraine par le père Desbois et son équipe.

13 13 4. POURQUOI? Pour comprendre pourquoi des hommes ont tué ainsi d autres hommes, il faut comprendre la nature du régime national-socialiste (nazi) et son idéologie. Le nazisme n est pas une simple dictature : - C est un régime totalitaire, c est-à-dire un régime qui aspire à embrasser la totalité des aspects de la vie de l individu et de la société. Dans un régime de cette nature, l individu n existe pas en soi : il est un rouage dans une machine, et au service de cette machine. - C est un régime qui est dévoué à un chef (Führer en allemand), Adolf Hitler, qui l incarne. - C est, enfin et surtout, un régime fondé sur une idéologie raciste. Selon sa vision du monde, les humains sont inégaux par nature. Chacun de nous appartient par le sang à une race définie par les lois de la biologie. Ces races se font une guerre perpétuelle pour la domination du monde. Tout en haut de la hiérarchie des races, il y a les Aryens, dont les Allemands sont le type le plus pur. Les Aryens ont le droit de soumettre les races inférieures à leur domination. Les Slaves, dont ils doivent coloniser les territoires pour avoir «l espace vital» dont ils ont besoin, seront réduits en esclavage. Les Juifs occupent dans cette vision du monde une place centrale. Ils se trouvent tout en bas de la hiérarchie des races. Mais en même temps, ils sont dangereux car ils aspirent à la domination mondiale. Les Aryens doivent donc mener contre eux une guerre impitoyable et les éliminer jusqu au dernier. Avec Hitler et son Parti national-socialiste, c est cette idéologie qui arrive au pouvoir en Allemagne en janvier Pour aller plus loin : Les conditions du triomphe d Hitler : La défaite dans la Première Guerre mondiale, le traité de Versailles et la crise des années 1930 ; la faiblesse du régime démocratique de Weimar et l aveuglement des démocrates et des conservateurs ; la prise de pouvoir d Hitler, d abord par les élections, ensuite par une série de coups de force.

14 14 Document officiel : Quelques clauses concernant l Allemagne vaincue dans le Traité de Versailles : Article A dater du 31 mars 1920, au plus tard, l'armée allemande ne devra pas comprendre plus de sept divisions d'infanterie et trois divisions de cavalerie. Dès ce moment, la totalité des effectifs de l'armée des États qui constituent l'allemagne ne devra pas dépasser cent mille hommes, officiers et dépôts compris, et sera exclusivement destinée au maintien de l'ordre sur le territoire et à la police des frontières. L'effectif total des officiers, y compris le personnel des états-majors, quelle qu'en soit la composition, ne devra pas dépasser quatre mille. Partie V du Traité de Versailles : Clauses militaires, navales et aériennes Section I, Clauses militaires, chapitre premier : Effectifs et encadrement de l'armée allemande. Documents visuels : Hulton Deutsch Collection/CORBIS Enfants allemands jouant dans la rue avec des marks sans valeur, 1923.

15 15 Jésus avec un masque à gaz, G. Grosz, 1924 Le dessinateur Grosz a osé représenter le Christ crucifié avec des bottes allemandes et un masque à gaz sur une croix menaçant de tomber, avec la légende suivante : «Taire sa gueule et continuer à servir». Deutsches Bundesarchiv National Archives «Un peuple, un Chef, un oui» : affiche de propagande nazie publiée à l occasion du plébiscite de novembre 1933.

16 16 Sources : wikipédia. Question : peut-on mettre en relation les deux graphiques?. Débat : Connaissez-vous d autres régimes totalitaires?. Un livre à lire : George Orwell, La ferme des animaux. 5. COMMENT CELA A-T-IL ETE POSSIBLE? L idéologie n explique pas seule le génocide des Juifs. Il faut savoir que des théories raciales et antisémites fleurissent aux XIXe et au XXe siècles dans toute l Europe. Par ailleurs, les nazis eux-mêmes ont envisagé d autres solutions au «problème juif», notamment leur déportation massive vers l Afrique ou ailleurs. Comment expliquer dès lors le passage à l acte? Voici cinq éléments de réponse : l attitude des Allemands ; l attitude des États démocratiques ; l attitude des Églises ; la guerre ; et la complicité des populations locales. - L attitude des Allemands : Si, au moment de l arrivée d Hitler au pouvoir, on avait demandé aux Allemands s ils seraient d accord avec le massacre systématique des Juifs d Europe par leur armée et leur police, ils auraient très probablement répondu non. Mais ils se sont habitués à vivre avec la bestialité du régime, lui ont trouvé des justifications, et ont préféré regarder ailleurs. Hitler a pu ainsi persécuter ses opposants communistes, socialistes, syndicalistes, démocrates -, mettre en œuvre un plan d élimination des handicapés physiques et

17 17 mentaux («programme d euthanasie») et organiser systématiquement l isolement de la communauté juive allemande. Souvenez-vous : aucun régime, aussi puissant et dictatorial soit-il, ne peut se livrer à la persécution d une partie de sa population sans la complicité au moins passive de tous les autres! - L attitude des États démocratiques Les gouvernements des États démocratiques n ont pas aimé la façon dont Hitler traitait les Juifs, mais l ont laissé faire. Pourquoi?. Parce qu ils souhaitaient «apaiser» Hitler et prévenir ainsi la guerre ;. parce que leurs peuples voulaient préserver la paix à tout prix. Le pacifisme, une conséquence de la boucherie de la Première Guerre mondiale, est aussi l une des raisons principales du manque de réaction des démocraties face aux agissements du régime nazi, et pas seulement à l égard des Juifs ;. parce qu ils ont fait passer l intérêt national avant tout autre considération politique et morale. C est ainsi que, à la conférence d Évian convoquée en juillet 1938 par le Président des États-Unis, ils ont refusé d accueillir les réfugiés juifs d Allemagne et d Autriche, qui se sont trouvés pris au piège nazi. - L attitude des Églises Dans l ensemble, les chefs des Églises chrétiennes, luthérienne et catholique, sont restés silencieux ou ont collaboré avec le régime. Le pape Pie XII, surtout, n a pas condamné la politique antisémite nazie. Pourtant, la protestation des Églises aurait eu un poids considérable. En Allemagne, l opposition de Mgr. von Galen, évêque de Munster, a mis fin au programme d euthanasie des handicapés. En Grèce, la position résolue des chefs de l Église orthodoxe grecque a sauvé de la déportation le judaïsme bulgare. Ailleurs, des prélats audacieux ont fait entendre leur voix et ont organisé des réseaux de protection des Juifs. Mais ils étaient bien seuls. - La guerre En septembre 1939, le déclenchement de la guerre à l Est par l Allemagne hitlérienne met à sa merci les millions de Juifs de Pologne et d Union soviétique. C est la guerre qui permet la mise en œuvre de la Solution finale, autrement dit la mise à mort programmée du judaïsme européen. Or, la guerre a ses propres lois, qui n ont pas grand-chose à voir avec la loi. Elle brutalise les comportements, fait de la violence la norme et justifie des actes qui, en temps de paix, seraient tout bonnement inconcevables. Cela est vrai pour toute guerre ; c est d autant plus vrai pour une guerre menée par un régime inspiré par une idéologie telle que l idéologie nazie. - La complicité des populations locales Partout dans l Europe occupée, il y eut des exemples nombreux de solidarité avec les victimes, d autant plus remarquables que ces justes risquaient ainsi leur vie.

18 18 Ainsi, les trois quarts du judaïsme français et la moitié du judaïsme de Belgique ont pu survivre, largement grâce à ces réseaux de solidarité. Dans deux pays, au Danemark et, on l a vu, en Bulgarie, l opposition des autorités a sauvé leurs communautés juives. Au Danemark, l ensemble de la population s est mobilisée pour faire fuir la petite communauté juive vers la Suède voisine et neutre. Il est vrai que la Bulgarie était un pays allié de l Allemagne et le Danemark, peuplé d «Aryens», bénéficiait d un régime d occupation particulièrement clément. Ce furent des exceptions, et les Allemands seuls n auraient jamais pu mettre à exécution leur plan d extermination. Ils ont trouvé sur place des complices : régimes alliés comme en France (Vichy), en Italie (le régime fasciste de Mussolini) ou en Norvège à l Ouest, en Roumanie ou en Hongrie à l Est ; volontaires armés ; autorités locales prêtes à collaborer. Parmi les facteurs qui expliquent cette attitude, les plus importants sont la haine du communisme et l antisémitisme, particulièrement agressif dans les pays d Europe centrale et orientale. Pour aller plus loin : Sur l attitude des Allemands : Commentez ce poème du pasteur allemand Martin Niemöller : «Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n'ai rien dit, Je n'étais pas communiste. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n'ai rien dit, Je n'étais pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n'ai pas protesté, Je n'étais pas juif. Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n'ai pas protesté, Je n'étais pas catholique. Puis ils sont venus me chercher, Et il ne restait personne pour protester» Visionner la dernière scène du film «La Chute», d Oliver Hirschbiegel : l interview de Traudl Jung, secrétaire particulière d Hitler.

19 19 Sur l attitude des démocraties : Étudier l accord de Munich du 30 septembre 1938 ; commenter cette phrase de Churchill, prononcée à l adresse des gouvernements qui s apprêtent à capituler à Munich : «Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre.» Sur l attitude des Églises : Commenter la lettre pastorale sur la personne humaine de Mgr. Jules Saliège, archevêque de Toulouse, dont il ordonne la lecture dans toutes les paroisses de son diocèse : «Mes très chers Frères, Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits tiennent à la nature de l homme. Ils viennent de Dieu. On peut les violer. Il n est au pouvoir d aucun mortel de les supprimer. Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle. Pourquoi le droit d asile dans nos églises n existe-t-il plus? Pourquoi sommes-nous des vaincus? Seigneur ayez pitié de nous. Notre Dame, priez pour la France. Dans notre diocèse, des scènes d épouvante ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou. Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Tout n est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. Ils sont nos Frères comme tant d autres. Un chrétien ne peut l oublier. France, patrie bien aimée, France qui porte dans la conscience de tous tes enfants la tradition du respect de la personne humaine. France chevaleresque et généreuse, je n en doute pas, tu n es pas responsable de ces horreurs. Recevez mes chers Frères, l assurance de mon respectueux dévouement. Jules-Géraud Saliège Archevêque de Toulouse 13 août 1942» Un film : «Amen», de Costa-Gavras

20 20 Sur la guerre : Commenter cette citation de Voltaire : «Il est défendu de tuer. Tout meurtrier est puni à moins qu il n ait tué en grande compagnie et au son des trompettes.» (Voltaire, Questions sur l encyclopédie, 1771) Sur la complicité des populations locales : Le témoignage d un dénonciateur

21 21 (Archives privées Maxime Steinberg)

22 22 Le témoignage d une résistante : Françoise Siefridt, jeune catholique française emprisonnée pour avoir arboré l étoile jaune (Le Figaro du Jeudi 21 janvier 2010). 6. CELA POURRAIT-IL ETRE ENCORE POSSIBLE? Cela ne devait plus être possible. Après la guerre, les principaux responsables nazis ont été jugés à Nuremberg. Entre autres crimes, ils ont été condamnés pour «génocide» un mot inventé dès 1943 par le juriste américain d origine juive polonaise Raphaël Lemkin. Puis, trois ans après la fin de la guerre, le mot entra dans le droit international : le 9 décembre 1948, l Assemblée générale de la toute jeune Organisation des Nations unies, réunie à Paris, adoptait la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, dont Lemkin fut le principal rédacteur. Le lendemain, l Assemblée adoptait à l unanimité la Déclaration universelle des droits de l'homme. Pourtant, cela a été encore possible Pour aller plus loin : Documents officiels : Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, 9 décembre 1948, A/RES/260 A (III) Considérant que l'assemblée générale de l'organisation des Nations Unies par sa résolution 96 (I) en date du 11 décembre 1946, a déclaré que le génocide est un crime du droit des gens, en contradiction avec l'esprit et les fins des Nations Unies et que le monde civilisé condamne.

23 23 Reconnaissant qu'à toutes les périodes de l'histoire le génocide a infligé de grandes pertes à l'humanité, Convaincues que pour libérer l'humanité d'un fléau aussi odieux la coopération internationale est nécessaire, Conviennent de ce qui suit : Article premier Les Parties contractantes confirment que le génocide, qu'il soit commis en temps de paix ou en temps de guerre, est un crime du droit des gens, qu'elles s'engagent à prévenir et à punir. Article II Dans la présente Convention, le génocide s'entend de l'un quelconque des actes ci-après, commis dans l'intention de détruire ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : a) Meurtre de membres du groupe; b) Atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe; c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe; e) Transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe. Article III Seront punis les actes suivants : a) Le génocide; b) L'entente en vue de commettre le génocide; c) L'incitation directe et publique à commettre le génocide; d) La tentative de génocide; e) La complicité dans le génocide. Génocide au Rwanda Propagande : "Les 10 commandements du Hutu" (texte publié en décembre 1990 par le journal extrémiste Kangura.) À mettre en parallèle avec les lois raciales nazies de Tout Hutu doit savoir que la femme tutsie, où qu'elle soit, travaille à la solde de son ethnie tutsi. Par conséquent, est traître tout Hutu - qui épouse une femme tutsie ; - qui fait d'une femme tutsie sa concubine ; - qui fait d'une femme tutsie sa secrétaire ou sa protégée.

24 24 2. Tout Hutu doit savoir que nos filles hutues sont plus dignes et plus consciencieuses dans leur rôle de femme, d'épouse et de mère de famille. Ne sont-elles pas jolies, bonnes secrétaires et plus honnêtes! 3. Femmes hutues, soyez vigilantes et ramenez vos maris, vos frères et vos fils à la raison. 4. Tout Hutu doit savoir que tout Tutsi est malhonnête dans les affaires. Il ne vise que la suprématie de son ethnie. Par conséquent, est traître tout Hutu - qui fait alliance avec les Tutsis dans ses affaires ; - qui investit son argent ou l'argent de l'état dans une entreprise d'un Tutsi ; - qui prête ou emprunte de l'argent à un Tutsi ; - qui accorde aux Tutsis des faveurs dans les affaires (l'octroi des licences d'importation, des prêts bancaires, des parcelles de construction, des marchés publics...). 5. Les postes stratégiques tant politiques, administratifs, économiques, militaires et de sécurité doivent être confiés aux Hutus. 6. Le secteur de l'enseignement (élèves, étudiants, enseignants) doit être majoritairement hutu. 7. Les Forces armées rwandaises doivent être exclusivement hutues. L'expérience de la guerre d'octobre 1990 nous l'enseigne. Aucun militaire ne doit épouser une Tutsie. 8. Les Hutus doivent cesser d'avoir pitié des Tutsis. 9. Les Hutus, où qu'ils soient, doivent être unis, solidaires et préoccupés du sort de leurs frères Hutus. - Les Hutus de l'intérieur et de l'extérieur du Rwanda doivent rechercher constamment des amis et des alliés pour la Cause hutue, à commencer par leurs frères bantous. - Ils doivent constamment contrecarrer la propagande tutsie. - Les Hutus doivent être fermes et vigilants contre leur ennemi commun tutsi. 10. La Révolution sociale de 1959, le Référendum de 1961, et l'idéologie hutue doivent être enseignés à tout Hutu et à tous les niveaux. Tout Hutu doit

25 25 diffuser largement la présente idéologie. Est traître tout Hutu qui persécutera son frère hutu pour avoir lu, diffusé et enseigné cette idéologie. Entendu sur la Radio des Mille Collines, Kigali ( ) de toute façon nous vaincrons! Il est impensable qu un groupuscule de 10 % - d ailleurs ils [les Tutsis] ne sont plus que 8 % - l emporte sur 92 % de personnes. Donc, où que vous soyez, venez combattre ici à Kigali, c est là que la guerre est plus intense. C est là que les Inkotanyi [les Tutsis] se lèchent les babines... en disant : «On aimerait bien avoir la capitale du pays des Hutus.» On ne va pas la leur donner ; nous nous y entretuerons. J aimerais dire bonjour aux jeunes qui sont près de l abattoir [...] Hier je les ai trouvés en train de danser le zouk ; ils avaient même abattu un petit cochon. J aimerais vous dire que ce que vous m avez donné à fumer [du chanvre indien] a eu un mauvais effet sur moi. C est fort, mais il paraît que ça vous donne courage. Alors, gardez bien le caniveau pour que demain aucun cafard [Tutsi) n y passe. Fumez donc cette petite chose et réservez-lui un mauvais sort [...] Que les fournisseurs vous en approvisionnent en quantité pour que vous soyez durs, que vous soyez enragés et que nous puissions combattre pour notre ville. [...] Demain, espérons que les Forces armées rwandaises iront rencontrer les Ikotanyi [Tutsis], qu ils se présenteront tout dopés, après avoir eux-mêmes fumé un petit joint, pour bien les regarder en face, ces cafards, ces voyous qui se sont autorisés à marcher partout dans nos vallées, en volant les patates douces de nos champs, en mangeant tous nos produits.» Extrait de Rwanda, les médias du génocide, Karthala Film : «Hôtel Rwanda», de Terry George. Question à débattre : Connaissez-vous d autres entreprises d extermination contemporaines? Pour quels motifs?

26 26 7. QUE FAIRE POUR L EMPECHER A L AVENIR? Apprendre pour comprendre D abord, apprendre et comprendre, car l histoire contient des leçons utiles pour qui veut bien se mettre à son école. Souvenez-vous : sans la connaissance du passé, impossible de comprendre le présent, ni bâtir l avenir. Rester vigilant Ensuite, être vigilant, car la démocratie ne peut pas vivre sans l adhésion, la participation active et l esprit critique des citoyens. Respecter l Autre Enfin, respecter les hommes dans leurs différences, car si nous sommes tous différents, nous appartenons tous, quelles que soient notre appartenance, nos racines, notre religion ou notre couleur de peau, à la même espèce humaine. Mais en même temps, exiger de tous qu ils respectent ce même principe. Pour aller plus loin : Regardez autour de vous, dans votre classe, votre rue, votre quartier : la diversité est partout

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Seconde Guerre Mondiale

Seconde Guerre Mondiale Prénom : Date : Nom : Histoire Fiche 2 : L Europe sous la domination nazie Seconde Guerre Mondiale Objectifs : Acquis Non acquis En cours -E.C de décrire la France entre 1940 et 1945 -E.C de définir le

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE

L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE Liens vers les témoignages et documents LES EINSATZGRUPPEN Documentaire de France 2 réalisé à partir de témoignages : http://ma-tvideo.france2.fr/video/ilyrooafmjbr.html

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

HISTOIRE GEOGRAPHIE EDUCATION CIVIQUE CORRECTION COLLEGE VOLTAIRE BREVET BLANC. 1/9 Education civique: /10. Géographie: /13

HISTOIRE GEOGRAPHIE EDUCATION CIVIQUE CORRECTION COLLEGE VOLTAIRE BREVET BLANC. 1/9 Education civique: /10. Géographie: /13 Histoire: /13 1/9 Education civique: /10 Géographie: /13 O/P: /4 Note: /40 (L orthographe et la présentation sont sur 4 points) CORRECTION COLLEGE VOLTAIRE BREVET BLANC HISTOIRE GEOGRAPHIE EDUCATION CIVIQUE

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda

International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda UNITED NATIONS NATIONS UNIES Affaire n ICTR-2005-87-I FRANÇAIS Original : ANGLAIS LE PROCUREUR c. WENCESLAS MUNYESHYAKA

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant Cour d honneur des Invalides, le 1 er octobre 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

Ecole et internat - 16.07.11

Ecole et internat - 16.07.11 Ecole et internat - 16.07.11 ECOLE PRIMAIRE ET INTERNAT Présentation Réunion des parents d élève. Réunion des enseignants. Groupe scolaire St Jean, comptabilité d'octobre 2006 à septembre 2007 L'école

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

Analyse d une planche de bande dessinée

Analyse d une planche de bande dessinée Analyse d une planche de bande dessinée Titre de la B.D. : Thèmes : Date de Parution :. Auteur :. Lecture et compréhension de la planche p.26 et 27 du tome 2 : Pourquoi les souris sont-elles soulagées

Plus en détail

2 e PARTIE. LA GUERRE AU XX e SIECLE

2 e PARTIE. LA GUERRE AU XX e SIECLE 2 e PARTIE LA GUERRE AU XX e SIECLE CHAPITRE 1 : GUERRES MONDIALES ET ESPOIRS DE PAIX Introduction : La guerre est un renversement des valeurs de la civilisation contemporaine : Ä Le dialogue s efface

Plus en détail

Plus de méditations. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande

Plus de méditations. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande Plus de méditations «Ce que je vous commande, c est de vous aimer les uns les autres» Saint Jean emploie à plusieurs reprises cette expression, on la retrouve par exemple dans Jean 13, 34-35 : «Je vous

Plus en détail

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale.

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan pour les Alliés et pour l'axe. Les archives de la Solution Finale: Des Ghettos à Auschwitz ou Treblinka. Des juifs envoyés sous escorte

Plus en détail

CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE

CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON (PARTIE I : LE COLLEGIEN) CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE PLAN DU COURS : I/ LE COLLEGE, UN ETABLISSEMENT POUR APPRENDRE II/ LES EQUIPES EDUCATIVES

Plus en détail

Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015

Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015 Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015 Débat public sur " Le coût humain du transfert illicite, de l accumulation

Plus en détail

DIRECTIVE RELATIVE AUX. Comportements COMPOR- TEMENTS DANS L ARMÉE DE TERRE

DIRECTIVE RELATIVE AUX. Comportements COMPOR- TEMENTS DANS L ARMÉE DE TERRE Comportements DIRECTIVE RELATIVE AUX Comportements COMPOR- TEMENTS DANS L ARMÉE DE TERRE État-major de l armée de terre Paris, mars 2001 PRÉAMBULE Le «Code du soldat de l armée de terre» et son guide s

Plus en détail

DEUXIÈME LECTURE ÉVANGILE. DIMANCHE 28 AVRIL 2013 5 ème dimanche de Pâques (C) Lettre de l'apocalypse de saint Jean (21, 1-5a)

DEUXIÈME LECTURE ÉVANGILE. DIMANCHE 28 AVRIL 2013 5 ème dimanche de Pâques (C) Lettre de l'apocalypse de saint Jean (21, 1-5a) DIMANCHE 28 AVRIL 2013 5 ème dimanche de Pâques (C) DEUXIÈME LECTURE Lettre de l'apocalypse de saint Jean (21, 1-5a) Moi, Jean, j'ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la

Plus en détail

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2 Supports Documentaire Le cahier de Susi, de Guillaume Ribot, en intégralité à l exception du prologue, et les documents d archives intégrés au DVD. Fac-similé du Cahier de Susi et présentation de Guillaume

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg

Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg TNS ILRES Sondage pour le Ministère de la Famille et de l Intégration Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg conférence de presse du 27 octobre 2015 octobre 2015 Fiche technique

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

La non-discrimination

La non-discrimination La non-discrimination Université d Ottawa, 10 mars 2015 Dean Spielmann Président de la Cour européenne des droits de l homme Mesdames les Doyennes, Mesdames et Messieurs les Professeurs, Chers collègues

Plus en détail

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement.

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Réflexion-Débats Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Par Sophie Ferhadjian Présentation du génocide des Arméniens, 1915 L Arménie est un territoire situé entre l Euphrate

Plus en détail

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide Cadre d analyse Définition juridique du crime de génocide L article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées?

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? HISTOIRE DES ARTS Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? Etude du tableau de David Olère réalisé en 1950 : Les

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

Tâche «complexe» sur la résistance intérieure

Tâche «complexe» sur la résistance intérieure Tâche «complexe» sur la résistance intérieure Consigne générale : Après avoir fuit votre Auvergne natale en juin 1940, Vous vous êtes enrôlés auprès du bureau central de renseignement et d action, le service

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR 1 Le verbe 6: le passé composé avec avoir Mettez les verbes au passé composé, comme dans l'exemple. exemple: Hier, nous (manger)...chez les Durand. Hier, nous avons mangé

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Fiche de conseils sur la communication orale

Fiche de conseils sur la communication orale Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Fiche de conseils sur la communication orale Le présent outil renferme des conseils

Plus en détail

Qu est ce qu un tuteur et qu est ce qu un administrateur ad hoc?

Qu est ce qu un tuteur et qu est ce qu un administrateur ad hoc? Pourquoi cette brochure? Quand les parents ne sont plus en mesure d exercer l autorité parentale, l enfant est placé sous la protection d un tuteur ou d un administrateur ad hoc. Le tuteur exerce alors

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire En ce Mercredi 12 février2014, nous, élèves de 2ndes de l'enseignement défense du lycée de Barral de Castres, avons vécu une expérience mémorable. Avec nos professeurs,

Plus en détail

Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard. pour le devoir de mémoire

Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard. pour le devoir de mémoire Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard pour le devoir de mémoire Pour moi un monument aux morts c est se souvenir des personnes qui se sont sacrifiées pour notre vie, et cela dans des conditions

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : Épreuve d Histoire-Géographie (18 points) Sujet n 1 : «La France dans la crise des années 1930»

PREMIERE PARTIE : Épreuve d Histoire-Géographie (18 points) Sujet n 1 : «La France dans la crise des années 1930» Collège Georges Lapierre 01/12/2011 BREVET BLANC HISTOIRE-GEOGRAPHIE-EDUCATION CIVIQUE (Durée : 2 heures, note sur 40 points) PREMIERE PARTIE : Épreuve d Histoire-Géographie (18 points) *** ATTENTION VOUS

Plus en détail

Les documents d évaluation

Les documents d évaluation Les documents d évaluation Ils sont une aide pour les équipes pédagogiques dans leur volonté d évaluer leurs actions. Ils pourront être complétés et adaptés selon les besoins. Les documents à remplir par

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Passages de Paris 8 (2013) 13-19 www.apebfr.org/passagesdeparis UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Entretien avec Nino MONTALTO Nino Montalto est né en Sicile. Très jeune, il travaille dans un

Plus en détail

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Première partie histoire 13 points 1.Questions 1. Quand et où sont apparues les premières civilisations? 1 point Les premières civilisation sont apparues : - En Mésopotamie

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

Le discours on-line: page 1 de 5. Bundespräsidialamt 11010 Berlin +49 30 2000-2021/-1926 presse@bpra.bund.de. www.bundespraesident.

Le discours on-line: page 1 de 5. Bundespräsidialamt 11010 Berlin +49 30 2000-2021/-1926 presse@bpra.bund.de. www.bundespraesident. Le discours on-line: www.bundespraesident.de page 1 de 5 Le président fédéral Joachim Gauck à l issue de «l office œcuménique en la cathédrale de Berlin à l occasion du souvenir du génocide contre les

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

La Française de 67 ans, Claudia Priest

La Française de 67 ans, Claudia Priest La Française de 67 ans, Claudia Priest, en mission humanitaire en Centrafrique et un employé centrafricain de son ONG (CODIS) ont été enlevés le 19 janvier 2015 à Bangui. Centrafrique : Claudia Priest,

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

L audition de l enfant. C est de toi qu il s agit ton opinion compte. Pour les jeunes dès 13 ans

L audition de l enfant. C est de toi qu il s agit ton opinion compte. Pour les jeunes dès 13 ans L audition de l enfant C est de toi qu il s agit ton opinion compte Pour les jeunes dès 13 ans Impressum Edition Institut Marie Meierhofer pour l enfant, MMI UNICEF Suisse Texte Sabine Brunner, licenciée

Plus en détail

L audition de l enfant

L audition de l enfant L audition de l enfant On t écoute ton opinion compte Pour les enfants dès 5 ans Chère mère, cher père, cette brochure appartient à votre enfant mais vous Impressum Edition Institut Marie Meierhofer pour

Plus en détail

Le mariage en 27 questions

Le mariage en 27 questions Le mariage en 27 questions 1. Combien de temps faut-il pour préparer un mariage? L Église catholique demande aux fiancés de se présenter dans leur paroisse au moins un an avant la date souhaitée. Ceci

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11307-2

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11307-2 Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11307-2 D Testez votre vigilance Si vous venez de lire cet ouvrage, prenez encore quelques minutes pour tester vos nouvelles connaissances. Si vous ne l avez pas encore

Plus en détail

ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO. Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM,

ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO. Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM, Hotel SARAKAWA, Vendredi 22 novembre 2013 ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM, Représentante

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le mur de Berlin. Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de Berlin

Le mur de Berlin. Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de Berlin Le mur de Berlin Activités pédagogiques et ateliers Sommaire Le mur de Berlin I. Rappels historiques Pourquoi a-t-on construit un mur à Berlin? Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de

Plus en détail

Discours du Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans

Discours du Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans Discours du Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans Cérémonie de reconnaissance officielle de l implication des autorités de la Ville de Bruxelles en place pendant la seconde guerre mondiale

Plus en détail

Citoyens acteurs de fraternité

Citoyens acteurs de fraternité Citoyens acteurs de fraternité Le samedi 14 mars 2015 Il m est agréable de remercier chaleureusement et fraternellement les organisateurs de cette rencontre qui nous permet de réfléchir et partager nos

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

Rosa Parks. La femme qui a changé l Amérique

Rosa Parks. La femme qui a changé l Amérique Rosa Parks La femme qui a changé l Amérique Éric Simard Rosa Parks La femme qui a changé l Amérique Biographie Publié par les éditions Oskarson (Oskar Jeunesse) 21, avenue de La Motte-Picquet 75007 Paris

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

La promesse de Dieu à Abraham

La promesse de Dieu à Abraham La Bible pour enfants présente La promesse de Dieu à Abraham Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Byron Unger et Lazarus Adapté par : M. Maillot et Tammy S. Traduit par : Emmanuelle Gilger-Bedos Produit

Plus en détail

Bien utiliser le prélèvement

Bien utiliser le prélèvement JANVIER 2013 N 23 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser le prélèvement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des TRANSCRIPTION -- BALADO # 7 Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants d immersion en français, produite par des professeurs de l Institut des langues

Plus en détail

Louis et Zélie Martin

Louis et Zélie Martin Louis et Zélie Martin Qu ont-ils fait de si extraordinaire pour être béatifiés le 19 octobre 2015? Sommaire : 1. Les époux Martin, qui sont-ils? 2. Texte à trou / texte à trou réponses 3. Création d un

Plus en détail

Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le

Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le Bienheureux Raphaël Arnáiz Barón (1911-1938) Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le 9 avril 1911 à Burgos en Espagne, premier de quatre enfants d une famille aisée, catholique pratiquante.

Plus en détail

lemondeenclasse.unicef.ca

lemondeenclasse.unicef.ca Journée mondiale des réfugiés 20 juin Titre Mon nouveau chez-moi Thème général Réfugiés Durée Cycles visés 2 e et 3 e cycles Domaine général de formation Vivre-ensemble et citoyenneté Domaine d apprentissage,

Plus en détail

Deuxième Guerre mondiale

Deuxième Guerre mondiale Musée de la Défense aérienne de Bagotville Premier cycle du primaire Nom : Deuxième Guerre mondiale FICHES D HISTOIRE Cher élève, Je m appelle Charles. Je vis au Canada avec ma soeur Charlotte et nos parents.

Plus en détail

Eurêka l'europe! Kit didactique pour les élèves des 5ème et 6ème années de l'enseignement primaire

Eurêka l'europe! Kit didactique pour les élèves des 5ème et 6ème années de l'enseignement primaire Eurêka l'europe! Kit didactique pour les élèves des 5ème et 6ème années de l'enseignement primaire 1.1 Un siècle européen Chapitre 1: Un peu d'histoire Grâce à nos deux amis, Marie et Alexandre, nous savons

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail