PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES"

Transcription

1 PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES

2 Le présent document est établi afin d être présenté lors de 4ème conférence des Pays moins développés des Nations Unis tenu à İstanbul- Turquie en date du 9-13 Mai 2011.

3 INTRODUCTION L eau est le besoin irrévocable de la vie des animés. Les sources d eau potable du monde sont réduites de plus en plus à cause des raisons comme l urbanisation irrégulière, augmentation extrême de population, augmentation sur le gaz à effet de serre et l industrialisation extrême. Même si la grande partie du monde est entouré des sources d eau, seulement 3 % de ces dernières ont la qualité potable. Et la grande partie des sources d eaux potables se compose des masses de glace, et la disponibilité de celles-ci est 0,007 %. Malgré les sources d eaux potables est si peu, le niveau de consommation d eau augmente rapidement. Par conséquent les gens sont vis-à-vis avec le risque de demeurer sans eau. La voie de réduction de ce risque dépend à l utilisation efficace des sources présentes. A cet effet, il faut garantir l assurance de consommation consciente d eau tout en constatant les méthodes sur la réduction des proportions de consommation d eau, et la permanence des sources d eau tout en développant les méthodes d eaux usées. Pour le compte d un pays riche d eau, la quantité annuelle d eau par personne est au moins m3. La quantité d eau par personne en Turquie est m3 et cette dernière n est pas un pays riche d eau. En 2030 cette quantité sera 1100 m3 et on vivra la difficulté d eau. En 2050 et dans les années suivantes, la Turquie aura un grave problème d eau. Ce n est pas le seul problème dans notre pays, pour parvenir à une solution globale à un problème dans le monde.

4 LA REDUCTION DES SOURCES D EAU Les sources d eau sont vis-à-vis avec plusieurs problèmes graves pour ; la quantité, qualité et toute autre utilisation sectorielle. Comme la consommation des sources d eau et de terre, leur pollution et leur contrainte à la capacité de transport au cours de processus de consommation, sont adverse de la permanence de ces sources et ils ont des effets négatifs sur l écosystème. Les facteurs qui causent une diminution des ressources en eau peuvent être énumérés comme suit: Augmentation vite de la population Réchauffement climatique Développement industriel Augmentation rapide des niveaux de consommation d eau Ces facteurs sont examinés et les mesures nécessaires, une lutte de l humanité d être indispensable.

5 L OBJECTIF ET LE CONTENU DE PROJET Afin de répondre aux besoins d eau augmentant si rapide contre les sources qui réduisent; il faut développer, généraliser les modèles d épargne d eau et bénéficier de l eau par la voie de recyclage. Le projet contient en particulière l épargne d eau en utilisant les modèles d épargne d eau et l évaluation de nouveau des eaux usées dans des régions aux peu précipitations, et dans les secteurs où l utilisation des sources présentes est limité ou bien où il n y a pas de technologie suffisant dans l utilisation des sources présentes d eau.

6 LES OBJECTIFS DE PROJET L objectif général de projet est d assurer le profit maximum avec dépense minimum grâce à l épargne sur les sources limitées d eau, tout en développant et généralisant les modèles d épargne d eau. DEVELOPPEMENT DES MODELES D EPARGNES D EAU A. Réutilisation des eaux usées tout en les purifiant A.1. Purification d eau gri et généralisation A.2.. Réunification et évaluation des eaux de pluie B. Réduction des niveaux de consommation d eau B.1. Travaux d information et d éducation B.1.1. Changement des habitudes d utilisation d eau B.1.2. Utilisation des systèmes de technologie réduisant la consommation d eau B.1.3. On vise le contrôle des pertes de l eau. C. Réduction de quantité de l eau employée à l agriculture C.1.L application de modernes techniques d irrigation projet C.1.1. Zone de protection environnementale prive de lac tuz L application de région pilote de sous-préfecture Konya /Altınekin

7 L eau, c est la vie

8 DEVELOPPEMENT DES MODELES D EPARGNE DE L EAU A. REUTILISATION DES EAUX USEES ETANT PURIFIE A.1. Purification d eau gri et généralisation Les eaux usées domestiques venant de douche, de cuvette et de lavabo qui ne contiennent pas d immondice de fosse septique intitulées comme eau gri dans la terminologie doivent être séparé des eaux de canalisation nommés l eau jaune et l eau brun par l intermédiaire d une installation différente et ils doivent être utilisé de nouveau dans les maisons, lieux de travail et industrie étant purifié. DOMAINES D UTILISATION D EAU GRI DANS LES SIPHONNES DE TOILETTE DANS L IRRIGATION AGRICOLE ET D ESPACE VERT EN LAVAGE AUTRE En lavant la voiture En éteignant l incendie Dans l utilisation industrielle

9 AVANTAGES DE L UTILISATION D EAU GRI RAFFINÉS Réduction de la consommation d eau, Réduction des charges des usines d épuration et des tans septiques, Réduction énergique et d utilisation de chimique, Quand l irrigation est réalisée, la réutilisation des nutriments et le développement de plantes sont assurés. La consommtion d eau de 50% Eau de recyclage à la maison Lavage de jardin et de voiture Lignes de processus par la boîte de contrôle Débordement à égout Eau gri venant de douche et de lavage Toilette et cuisine à égout

10 A.2. REUNIFICATION ET EVALUATION DES EAUX DE PLUIE La réunification et réutilisation des eaux de pluie qui se réunissent aux gouttières est une des plus importante mesures réduisant la consommation d eau et assure l épargne d eau. Par l utilisation d eau de pluie réunifié dans les siphonnes de toilette et en irrigation des jardins réduit la consommation d eau. Avec l utilisation maximum 90% de l eau de pluie on peut assurer une épargne presque 50%. Il est encore possible d utiliser l eau de pluie pour le tank d emmagasinage du système d incendie. Système de réunification et emmagasinage d eau de pluie se compose des composants ci après : Lieu de réunification d eau de pluie (gouttières) Systèmes de transport d eau de pluie (tuyaux) Système de filtrage Tank d emmagasinage Système de distribution d eau de pluie

11 Shéma sur le système de réunification des eaux de pluie La consommtion d eau de 50% gouttières tuyaux Système de filtrage Système de distribution d eau de pluie Tank d emmagasinage

12 B. REDUCTION DES NIVEAUX DE CONSOMMATION D EAU B.1. Travaux d information et d éducation Changement de l habitude d utilisation d eau Utilisation des systèmes technologiques réduisant la consommation d eau Contrôle des pertes d eau Fermer le robinet en brossant les dentes et en se rasant Une douche pour un délai plus court Lavage des plants dans une cuve plein d eau au lieu de les laver sous le robinet etc. Robinets à senseur Système de siphon graduel Utilisation des bonnets de douche à écoulement plus bas Système de réunification des eaux de pluie etc. Réduction à minimum des pertes soit physique soit non vécu dans le réseau s il y en a un de l eau.

13 B.1.1. Changement des habitudes d utilisation d eau Il y a des diverses méthodes à assurer l épargne en réduisant l eau que les consommateurs utilisent. Comme ces méthodes peuvent être assurées en pratique avec des petites précautions à prendre en utilisant l eau, elles peuvent également être assurées facilement en changeant certains appareils domestiques avec ceux qui épargnent l eau. B.1.2. Utilisation des systèmes de technologie réduisant la consommation d eau Si les individus d une famille de quatre personnes siphonnent une fois par jour sauf à besoin, ils dépenseront alors 16 tonnes d eau par an. Or cette perte d eau peut être réduit 50 % grâce aux systèmes de siphonne gradue. Laisser le robinet ouvert en brossant les dents, en se rasant et en prenant une douche veut dire la dépense de 12 tonnes d eau par personne par an. Au lieu de ceci en utilisant les robinets au senseur et les bonnets de douche à bas écoulement on peut assurer une épargne considérable d eau. Autrement ; par l utilisation d installation de basse pression et des systèmes de siphonne graduel, la consommation d eau et la quantité dépendant d eaux usées est également réduite. Robinets à senseur Système de siphonne graduel À faible débit tête de douche

14 B.1.3. CONTRÔLE DES PERTES D EAU Réduction des pertes se composant aux réseaux de distribution d eau urbaine est une des méthodes d épargne d eau. Ces pertes ; relèvent des pertes lors d égouttures d eau aux tuyaux usées de réseau, et de réparation, des erreurs de registres de compteur et encore des abonnements informels. Les niveaux de pertes d eau est 8-24% dans des pays développé, 15-24% dans des pays prochainement industrialisé et 25-45% dans des pays en voie de développement (WHO, 2001). Les pertes en eau, y compris les pertes physiques et non physiques sont examinées en deux parties: PERTES D EAU Pertes physiques Au fil du temps, des pièces supplémentaires de fuites de conduites porte craquage réseau Pertes non physique - Erreurs de registre de compteur, - Consommations officielles non facturées - Liaisons illégales Afin d empêcher les pertes physiques ; les valeurs de consommation d eau doivent être constaté vrais par les mesurages de réseau et les tuyaux usées doivent être modifiées. Afin d empêcher les pertes non physiques ; il faut installer des compteurs calibrés, utiliser les systèmes efficaces d irrigation lors de l irrigation des jardins publics et il faut considérer les plaintes de client. Afin de réduire au niveau minimum les pertes d eau, on vise l utilisation productive des sources présentes, la réduction des niveaux de consommation d eau grâce à une utilisation raisonnable. Pour ce faire il faut qu on augmente les travaux d information et de connaissance à chaque degré de la société.

15 C. REDUCTION DE L EAU EMPLOYE A L AGRICULTURE C.1. L application de modernes techniques d irrigation projet Avec l application des techniques d irrigation moderne comme la pluie et l irrigation d égout, il sera possible d irriguer plus de terrain avec l eau de moins quantité. A notre jour on utilise encore l irrigation traditionnelle de jetage à 85% et les systèmes modernes d égoutte et de pluie à 15% pour l irrigation à notre pays. Lors de l irrigation traditionnelle, la plante utilisant 30-35% de l eau, elle utilise 90-95% de l eau sur le terrain irrigué avec les systèmes modernes et on assure un profit au degré maximum. Avec les précautions comme la généralisation des systèmes modernes d irrigation grâce à l épargne de 10% à l application agricole, l utilisation sur industrie augmente à 50% et utilisation aux eaux potables et d utilisation augmente à 100%. Afin d arriver à la qualité et productivité de produit exigé à l agriculture, l irrigation acte un rôle important. Mais l irrigation faite inconscient n assure aucune contribution à la productivité de produit. Comme dans le monde entier, dans notre pays on utilise le 70% de la consommation d eau sur l agricole. Le fait que l eau utilisée orienté à l agriculture soit au niveau si haut, nécessite la préférence des sources d eau alternatives au lieu des eaux de bonne qualité.

16 C.1.1 ZONE DE PROTECTION ENVİRONNEMENTALE PRİVE DE LAC TUZ L APPLICATION DE REGION PILOTE DE SOUS-PREFECTURE KONYA / ALTINEKİN La présidence de l Institution Privé de la protection environnementale de Ministère de l Environnement et du Forêt de R.T. a réalisé une application pour l utilisation efficace de l eau et l augmentation de la productivité en faisant l irrigation par la voie de méthode d irrigation d égout facilitant que la plante prenne l eau et assurant l épargne d eau en irrigation agricole par la contribution de la Sous-préfecture d Altınekin de R.T. et de WWF-Turquie comme application pilote à la sous-préfecture d Altınekin à Konya. En priorité afin de constater totalement le problème d irrigation agricole à la sous-préfecture on a réalisé une étude contenant un terrain de dounoum sur trois régions différentes (Sarnıç, Oğuzeli, Yenikuyu). ZONE DE PROTECTION ENVIRONNEMENTALE PRIVE DE LAC TUZ

17 SARNIÇ OĞUZELİ YENİKUYU TOTAL TERRAIN IRRIGUE (DA) , EAU UTILISE (TONNE) EAU A UTILISER (TONNE) PERTE D EAU TONNE) Selon les rapports établis lors de cet étude, on gaspille tonnes d eau dans un terrain de dounam à la région pilote de sous-préfecture Altınekin. Avec ce projet on a visé d augmenter la productivité agricole, développer la sensibilité environnementale, utiliser effective et rational les sources d eau. A cet effet on a réalisé les applications suivants ; Projet de développement et encouragement des systèmes modernes d irrigation, Projet de formation des agriculteurs, Projet des applications de bonne agriculture.

18 Avec le projet on a lancé les applications de terrain, les systèmes sont marchés et les applications réalisées chaque jour sont examinés. Dans toutes ces applications les ingénieurs d agriculture ont pris lieu en personne. Les données sont réunies pour les travaux de supervision et évaluation. Dans le cadre de projet on a visé l influence des résultats sur plus vastes masses tout en fondant le système d irrigation d égout dans un terrain de dounoum (mesure agraire de 1000 mètres carrés) avec 100 agriculteurs. A la fin des mesures et observations réalisés sur les terrains où le système d irrigation d égout est employé enfin de projet, on a assuré un épargne d eau de m3 en utilisant 37% moins d eau selon le système de pluie. D ÉCONOMIE D EAU D IRRIGATION PAR SURFACE DE 70% D ÉCONOMIE D EAU IRRIGATION PAR ASPERSION DE 37% D ÉCONOMIE D ÉNERGIE 37% SAVE ENGRAIS 17% AUGMENTATION DE 25% DU RENDEMENT

19 PRESIDENCE DE L INSTITUTION PRIVEE DE LA PROTECTION ENVIRONNEMENTALE CONTRIBUANTS Président de l institution : Ahmet ÖZYANIK Président de la chambre : Mehmet MENENGİÇ REDACTEURS Directeur de la section : Ümit TURAN Coordination: Dr. Gülhan BADUR ÖZDEN Ingénieur de l environnement : Dr. Beyhan OKTAR Ingénieur d agriculture: Murat KARAHAN Conseille de projet : F.Sevil TANER Photo: Présidence de l institution privée de protection environnementale, Mike Levine Ankara-Maı 2011

20 L eau, c est la vie R.T. Ministère de la Forêt et de l environnement Présidence de l institution Privée de Protection Environnementale Alparslan Türkeş Caddesi 31. Sok. 10 No lu Bina Beştepe/ Yenimahalle /ANKARA/ TURQUIE Phone: Fax:

Sauvons notre planète

Sauvons notre planète présente Economisez l eau Dans des conditions de fosses septiques normales, toute l eau utilisée dans votre maison est alimentée par le biais de trappes àgraisse, de gravières et ensuite gaspillée. Avec

Plus en détail

L alimentation en eau potable

L alimentation en eau potable Aujourd hui, la qualité de l eau et les réserves potentielles, constituent, au sein de notre société, des préoccupations environnementales majeures. En 1992 et pour la première fois, le principe selon

Plus en détail

Notre usage quotidien de l eau. L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes

Notre usage quotidien de l eau. L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes Notre usage quotidien de l eau L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes En France, en 2009, chacun d entre nous a consommé en moyenne 165 litres d eau par jour, tous

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

le Petit Guide des d eau

le Petit Guide des d eau le Petit Guide des ECONOMIES d eau 1 J économise de 30 à 50% d eau potable/an facilement!!! 2 Pourquoi économiser l eau? En Bretagne, l eau utilisée pour la production d eau potable provient à 80% des

Plus en détail

PRISE DE CONSCIENCE DE LA QUALITE DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE, A TRAVERS LE CHEMIN D UNE GOUTTE D EAU, A PARTIR DE LA TRAXENNE

PRISE DE CONSCIENCE DE LA QUALITE DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE, A TRAVERS LE CHEMIN D UNE GOUTTE D EAU, A PARTIR DE LA TRAXENNE PRISE DE CONSCIENCE DE LA QUALITE DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE, A TRAVERS LE CHEMIN D UNE GOUTTE D EAU, A PARTIR DE LA TRAXENNE QU EST-CE QUE LE PARLEMENT DES JEUNES POUR L EAU? Le Parlement des

Plus en détail

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour Astuces pour! dépenser moins 2 >>> ÉDITO eau est une ressource précieuse, indispensable dans nos logements, que ce soit pour l alimentation, la préparation des L repas, l hygiène ou tout simplement notre

Plus en détail

L EAU : UNE RESSOURCE VITALE ET PRECIEUSE, COMMENT LA PRESERVER ET L ECONOMISER? LA SOLUTION : LES ECO-GESTES!

L EAU : UNE RESSOURCE VITALE ET PRECIEUSE, COMMENT LA PRESERVER ET L ECONOMISER? LA SOLUTION : LES ECO-GESTES! L EAU : UNE RESSOURCE VITALE ET PRECIEUSE, COMMENT LA PRESERVER ET L ECONOMISER? LA SOLUTION : LES ECO-GESTES! 1 En moyenne, une personne gaspille 20 à 30% d'eau tous les jours, soit par inadvertance,

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Environnement : Quel est l impact de l homme sur les différentes sources d eau douce disponibles

Environnement : Quel est l impact de l homme sur les différentes sources d eau douce disponibles Les enquêtes D HIVER d EDD Education au Développement Durable L eau Eléments de réponse et compléments D i r e c t i o n d e s S e r v i c e s D é p a r t e m e n t a u x d e l E d u c a t i o n N a t

Plus en détail

Dialogue OCDE-GWP : Perspective de la Banque Européenne d Investissement

Dialogue OCDE-GWP : Perspective de la Banque Européenne d Investissement Dialogue OCDE-GWP : Perspective de la Dr. Edouard Perard Economiste Division Eau et Gestion des Dechets 29/10/2014 1 Le dialogue en perspective I. Le contexte du dialogue pour la BEI : exemple de la relation

Plus en détail

SARL SANECO 30630 SAINT GELY DE CORNILLON Tél. :04.66.82.22.07 Fax : 09.70.06.76.16 - mail. : sarl.saneco@live.fr

SARL SANECO 30630 SAINT GELY DE CORNILLON Tél. :04.66.82.22.07 Fax : 09.70.06.76.16 - mail. : sarl.saneco@live.fr SARL SANECO 30630 SAINT GELY DE CORNILLON Tél. :04.66.82.22.07 Fax : 09.70.06.76.16 - mail. : sarl.saneco@live.fr Site. : www.saneco-gard.com LE PACK «MAISON ECOLOGIQUE» La société Saneco est fière de

Plus en détail

Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser

Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser 1 Séance 1 - Recueil des conceptions / connaissances des enfants 1ère phase: Ecoute d une histoire comme introduction

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation durable Présenté par : CHALHOUB Habib Directeur de thèse : P. BELOT Robert Co-encadrante : Mme

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer L eau froide Quelques infos pour commencer L eau potable, vitale et précieuse, est une ressource qui se raréfie. Un français consomme environ 137L d eau potable par jour, dont 1% seulement pour la boisson.

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr Économisons l eau Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne Des économies faciles à réaliser Á confort égal, économiser 30% d eau avec des petits équipements adaptables, rentabilisés en moins d

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002)

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) INTRODUCTION Actuellement, le Zimbabwe met en place divers systèmes de protection sociale qui peuvent être

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

LES PETITES GOUTTES DU GRAND GASPILLAGE

LES PETITES GOUTTES DU GRAND GASPILLAGE LES PETITES GOUTTES DU GRAND GASPILLAGE Objectif(s) : Prendre conscience que l eau est une ressource naturelle limitée Comprendre que nous avons tendance à en gaspiller une grande quantité chaque jour

Plus en détail

Étude de la consommation d eau sur le campus...

Étude de la consommation d eau sur le campus... p. Durée de préparation Minimum période Durée d exécution Minimum périodes Coûts Aucun Difficulté Intermédiaire à difficile Participants Illimité Lieu Ensemble du campus Objectifs pédagogiques Apprendre

Plus en détail

La Régie en 10 Questions

La Régie en 10 Questions La Régie en 10 Questions l eau d aujourd hui d 1 Le choix de la gestion directe. Pourquoi? Une dynamique engagée Municipaliser la gestion de l eau s inscrit dans une volonté affirmée de redonner un sens

Plus en détail

Eaux usées Centre de traitement

Eaux usées Centre de traitement EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Centre de traitement Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eaux qui ont été utilisées pour le lavage et le nettoyage par chasse d eau

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

JE CHOISIS. Récupérateur d eau

JE CHOISIS. Récupérateur d eau Récupérateur d eau Les récuperateurs d eau Doter votre jardin d un récupérateur d eau de pluie peut vous aider à faire des économies tout en contribuant au respect de l environnement. En effet, l eau de

Plus en détail

HYDRO MATERIELS. Comment réduire vos consommations d eau dans l habitat

HYDRO MATERIELS. Comment réduire vos consommations d eau dans l habitat Energie et environnement En Franche Comté MATERIELS HYDRO YDRO-ECONOMES Comment réduire vos consommations d eau dans l habitat Version 1 AJENA Espace inf eau 28 boulevard Gambetta BP 30149 39 004 LONS

Plus en détail

DANS LA MAISON EN GÉNÉRAL

DANS LA MAISON EN GÉNÉRAL LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOZÈRE, SOUCIEUX DE PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU DU DÉPARTEMENT, A SOUHAITÉ RÉALISER CE GUIDE SUR L'ÉCONOMIE D'EAU AU QUOTIDIEN. IL FAIT SUITE AUX COLLÉGIALES 2007. DANS LA MAISON

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

1, rue du Scorff CS 54221 35042 Rennes Cedex Tél. : 02 99 27 20 00 Fax : 02 99 63 65 11 www.espacil.com. Guide des gestes éco-malins

1, rue du Scorff CS 54221 35042 Rennes Cedex Tél. : 02 99 27 20 00 Fax : 02 99 63 65 11 www.espacil.com. Guide des gestes éco-malins 1, rue du Scorff CS 54221 35042 Rennes Cedex Tél. : 02 99 27 20 00 Fax : 02 99 63 65 11 www.espacil.com Guide des gestes éco-malins édito Ce petit guide Eco-malins préconise quelques gestes simples afin

Plus en détail

L EAU ET L ASSAINISSEMENT. L Eauet l assainissement DANS LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA BASSE-ZORN DANS LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA BASSE-ZORN

L EAU ET L ASSAINISSEMENT. L Eauet l assainissement DANS LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA BASSE-ZORN DANS LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA BASSE-ZORN L Eauet l assainissement DANS LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA BASSE-ZORN L EAU ET L ASSAINISSEMENT DANS LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA BASSE-ZORN La protection de l environnement n est pas une mode, mais

Plus en détail

@ Ontario. Dix façons de conserver l'eau. A la maison. L'eau. Nous polluons et gaspillons l'eau de. Dans la salle de bains : limitez la durée

@ Ontario. Dix façons de conserver l'eau. A la maison. L'eau. Nous polluons et gaspillons l'eau de. Dans la salle de bains : limitez la durée @ Ontario Dix façons de conserver l'eau Nous avons tous un rôle à jouer pour garantir que les eaux de l'ontario soient potables et propices à la baignade et à la pêche. Il incombe aux gouvernements d'établir

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

guide économies d eau Direction de l Eau et de l Assainissement

guide économies d eau Direction de l Eau et de l Assainissement guide économies d eau Direction de l Eau et de l Assainissement L eau est un bien précieux qu il faut économiser La chaleur, la pluviométrie faible, les mauvaises habitudes de consommation doivent nous

Plus en détail

L énergie, un défi pour tous!

L énergie, un défi pour tous! L énergie, un défi pour tous! Se nourrir, se déplacer, chauffer, éclairer, téléphoner, tout est question d énergie! Ou plutôt, de consommation d énergie. Les hommes consomment de plus en plus d énergie

Plus en détail

Économiser l eau d arrosage

Économiser l eau d arrosage Économiser l eau d arrosage Stratégies pour économiser l eau potable Les bonnes pratiques environnementales www.arrosageeteconomiedeau.org Stratégies pour économiser l eau potable Avant d arroser, on doit

Plus en détail

PRENDRE CONSCIENCE DE LA VALEUR DE L EAU

PRENDRE CONSCIENCE DE LA VALEUR DE L EAU Activités éducatives pour les élèves de 8 à 9 ans PRENDRE CONSCIENCE DE A VAEUR DE EAU NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉÈVES DE 8 À 9 ANS SOMMAIRE DE ACTIVITÉ es élèves prennent conscience de l importance

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres. Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois

Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres. Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois BRAVO! Vous arrosez avec l eau de pluie Vous gagnez 100 Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres L équipe suivante joue 2 Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois BRAVO!

Plus en détail

Consultation du public sur les documents de planification dans le domaine de l eau : SDAGE et programme de mesures. Synthèse Juin 2009

Consultation du public sur les documents de planification dans le domaine de l eau : SDAGE et programme de mesures. Synthèse Juin 2009 Consultation du public sur les documents de planification dans le domaine de l eau : SDAGE et programme de mesures Synthèse Juin 2009 COMITE DE BASSIN DE LA REUNION DIREN OFFICE DE L'EAU - Consultation

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne

Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne Ressources naturelles : l eau Impact des boues de STEP (épandue) sur la qualité de l eau : des mesures au préalable

Plus en détail

Quelle quantité d eau y a-t-il sur notre planète?

Quelle quantité d eau y a-t-il sur notre planète? Quelle quantité d eau y a-t-il sur notre planète? Les océans couvrent 71% de la surface de la Terre et contiennent 97,2% du volume d eau de notre planète. Quelle quantité d eau potable y a-t-il sur notre

Plus en détail

LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie

LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie Les differents systemes de recuperation d'eau de pluie Selon l utilisation que vous en faites, vous pouvez avoir un circuit uniquement pour l usage

Plus en détail

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE L usine de la Boissonnade assure la production d eau potable pour la Ville de Rodez. Créée dès 1938, elle a par la suite connu plusieurs modernisations

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE de l enseignant

GUIDE PÉDAGOGIQUE de l enseignant GUIDE PÉDAGOGIQUE de l enseignant FICHE ÉDUCATIVE SUR LE THÈME DE L ACCÈS UNIVERSEL ET LA CONSOMMATION DE L EAU POTABLE NIVEAU : Premier cycle du secondaire (sec. 1 et 2) DISCIPLINE(S) : Écologie, géographie,

Plus en détail

Règlements de la Corporation Municipale de Saint-Dominique. Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité de Saint-Dominique

Règlements de la Corporation Municipale de Saint-Dominique. Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité de Saint-Dominique Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité RÈGLEMENT NUMÉRO 15-286 DÉCRÉTANT LES TAUX DE TAXES ET LES TARIFS POUR L'EXERCICE FINANCIER 2015 ARTICLE 1. TAXES FONCIÈRES Pour subvenir aux dépenses

Plus en détail

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau Géographie Chapitre n. L accès à l eau I) Les ressources en eau en Australie Problématiques : Pourquoi les habitants d Aldinga ont-ils adopté une telle attitude face à l eau? Comment l eau est-elle utilisée

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

TERME DE REFERENCE «LA JEUNESSE CONGOLAISE FACE AUX ENJEUX DU CHANGEMENT CLIMATIQUE»

TERME DE REFERENCE «LA JEUNESSE CONGOLAISE FACE AUX ENJEUX DU CHANGEMENT CLIMATIQUE» TERME DE REFERENCE I. TITRE DE l ACTIVITE «LA JEUNESSE CONGOLAISE FACE AUX ENJEUX DU CHANGEMENT CLIMATIQUE» II. TYPE D ACTIVITE Atelier de Réflexion III.CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE l ATELIER Nous observons

Plus en détail

DEMANDE DE BRANCHEMENT EAU POTABLE / POSE COMPTEUR

DEMANDE DE BRANCHEMENT EAU POTABLE / POSE COMPTEUR DEMANDE DE BRANCHEMENT EAU POTABLE / POSE COMPTEUR Suite à votre demande, veuillez trouver ci-joint votre dossier pour la réalisation d un branchement d eau potable, d une pose compteur ou d un déplacement

Plus en détail

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Que sont les crédits de priorité régionale? Les crédits de priorité régionale ont été mis en place dans les systèmes d évaluation LEED 2009

Plus en détail

VVF Villages, pour des vacances durables

VVF Villages, pour des vacances durables VVF Villages, pour des vacances durables Depuis plus de 50 ans, VVF Villages a une double vocation Être acteur du développement local des territoires, Proposer des vacances de qualité pour un plus grand

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.17/2006/8 Conseil économique et social Distr. générale 6 février 2006 Français Original : anglais Commission du développement durable Quatorzième session 1 er -12 mai 2006 Point 3 de

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

Qu est-ce que le respect du vivant?

Qu est-ce que le respect du vivant? Le respect de l environnement Qu est-ce que le respect du vivant? JE DÉCOUVRE QU EST-CE QUI EST VIVANT? Tu sais déjà que les animaux, les végétaux et les champignons sont des êtres vivants. Ils ont tous

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

Quelques chiffres sur l'eau

Quelques chiffres sur l'eau Les ECONOMIEs D'EAU Dans nos pays dits «développés», l accès à la ressource en eau semble d une déconcertante facilité. Il suffit de tourner le robinet et l eau coule à flots. Au fil du temps, en la maîtrisant,

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

DEMANDE DE BRANCHEMENT D EAU POTABLE ET/OU POSE D UN COMPTEUR SUR LES

DEMANDE DE BRANCHEMENT D EAU POTABLE ET/OU POSE D UN COMPTEUR SUR LES DEMANDE DE BRANCHEMENT D EAU POTABLE ET/OU POSE D UN COMPTEUR SUR LES COMMUNES DE LAVALETTE, LEUC, MAS DES COURS, PREIXAN, VILLEDUBERT, VILLEFLOURE Vous avez téléchargé un formulaire de branchement en

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL concernant la distribution d eau potable

REGLEMENT COMMUNAL concernant la distribution d eau potable Commune de Châbles Adresse Tél 026/663 20 16 Fax 026/663 30 26 e-mail secretariat@chables.ch Châbles, le 1er octobre 2008 REGLEMENT COMMUNAL concernant la distribution d eau potable L'assemblée communale

Plus en détail

5 non / 7 oui. Certains élèves s amusent à faire couler l eau pour rien

5 non / 7 oui. Certains élèves s amusent à faire couler l eau pour rien 1- Connaissez-vs la consommation d eau annuelle mensuelle de l établissement, et le montant de sa facture d eau? 2- Y a-t-il des compteurs divisionnaires sur les différents bâtiments? Oui Non 3- Un suivi

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

Nom de votre événement : Lieu / Pays : Nombre d éditions de votre événement : Date de votre demande d obtention de l éco-label recycling de l UCI :

Nom de votre événement : Lieu / Pays : Nombre d éditions de votre événement : Date de votre demande d obtention de l éco-label recycling de l UCI : FORMULAIRE D EVALUATION ATTRIBUTION éco-label recycling Nom de votre événement : Lieu / Pays : Nombre d éditions de votre événement : Date de votre demande d obtention de l éco-label recycling de l UCI

Plus en détail

LES A'CROCs DE L'INFO les moyens techniques a economies d'eau et

LES A'CROCs DE L'INFO les moyens techniques a economies d'eau et LES A'CROCs DE L'INFO les moyens techniques a economies d'eau et l'eau en region PACA Les moyens techniques d'economies d'eau Lieu Moyens techniques Coûts Economies envisagées Tous les robinets Réducteurs

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

Cuisine / arrière-cuisine

Cuisine / arrière-cuisine Nom du foyer : Quels gestes avez-vous adoptés en 2010? DOCUMENT A COMPLETER ET A RETOURNER A LA PASSIFLORE Ce document reprend l ensemble des gestes présents dans le catalogue des gestes. Lors de l enquête

Plus en détail

Des économies d eau et d énergie grâce aux Robinetteries C3

Des économies d eau et d énergie grâce aux Robinetteries C3 Des économies d eau et d énergie grâce aux Robinetteries C3 N O U V E A U La Règlementation Thermique 2012 Le Grenelle de l Environnement a fixé des objectifs de réduction par 4 des émissions de gaz à

Plus en détail

La décarbonatation de l eau dans le Valenciennois

La décarbonatation de l eau dans le Valenciennois La décarbonatation de l eau dans le Valenciennois Jean-Pierre Maugendre Lyonnaise des Eaux Jean-Christophe Didio Eau et Force 1 Les consommateurs d eau dure sont insatisfaits et disent clairement pourquoi!

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

Préparer sa maison pour accueillir des installations d économie de l eau

Préparer sa maison pour accueillir des installations d économie de l eau VOTRE MAISON Préparer sa maison pour accueillir des installations d économie de l eau QU EST-CE QU UNE MAISON PRÊTE À ACCUEILLIR DES INSTALLATIONS D ÉCONOMIE DE L EAU? Les Canadiens ont accès à l une des

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 A. Définition Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 En juin 1992, 173 pays sont présents à la conférence des Nations Unies à Rio pour discuter sur l Environnement et le Développement. Des déclarations

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

Pourquoi faire moins de déchets?

Pourquoi faire moins de déchets? ANNEXE 1 a Pourquoi faire moins de déchets? 1. Parce qu il y en a trop! En Wallonie, la production annuelle de déchets ménagers a atteint un peu moins de 2 millions de tonnes (1 819 452T) en 2008 + ratio

Plus en détail

Guide de préconisations Salle de sport

Guide de préconisations Salle de sport Programme économie d eau de la Ville de Rennes Guide de préconisations Salle de sport Création label ECODO : 2011 DGCom Ville de Rennes Page - 2 - Edito Ville de Rennes L'eau est une ressource vitale et

Plus en détail

Professionnels du traitement de surfaces

Professionnels du traitement de surfaces Professionnels du traitement de surfaces adoptez une attitude pro-environnementale S engager pour améliorer l environnement Professionnels des traitements de surfaces, vous exercez vos activités dans un

Plus en détail

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation Sommaire Introduction Confort dans L isolation thermique Pourquoi bien isoler son habitation?? s?? financières Confort Thermique Protection environnement «Plus de confort et d'espace» Les parois non isolées,

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX Règles foncières liées à la GDT Contexte 60% de la population dépend de la terre pour vivre Une mise en culture de plus de 65% des terres arables Un déplacement du front arachidier vers les zones d élevages

Plus en détail

Au-delà du savoir-faire, un savoir être environnemental

Au-delà du savoir-faire, un savoir être environnemental Au-delà du savoir-faire, un savoir être environnemental Portez un nouveau regard sur votre métier et adoptez les bonnes pratiques. Filtrer, une réelle sécurité! En installant des siphons et des paniers

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

FICHE 1. Economisons l'eau

FICHE 1. Economisons l'eau FICHE 1 Economisons l'eau La situation de sécheresse exceptionnelle qu'a traversé notre département en 2003 et les craintes qui s'amorcent pour l été 2010 nous conduisent à envisager, dans notre vie quotidienne,

Plus en détail

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Partie I Polluants organiques persistants soumis aux obligations énoncées à l article 5 La présente annexe s applique aux polluants organiques persistants suivants,

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 21 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail