«la protection des données personnelles nominatives dans le cadre de la recherche dans le domaine de la santé»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«la protection des données personnelles nominatives dans le cadre de la recherche dans le domaine de la santé»"

Transcription

1 UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté de droit, des Sciences Economiques et de Gestion. Institut de recherche et d études pour le traitement de l information juridique «la protection des données personnelles nominatives dans le cadre de la recherche dans le domaine de la santé» Comparaison du droit français et du droit américain. Mémoire de D.E.A «Informatique et droit» Sous la direction de : M. le professeur J. frayssinet Présenté par : Julien Le Clainche Laboratoire d accueil : I.R.E.T.I..J (URA CNRS 954) Equipe de recherche en informatique et droit (DRED n 718) 39, rue de l Université Montpellier cedex INTRODUCTION... 4

2 PREMIERE PARTIE : LA PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES DANS LE CADRE D UNE RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE LA SANTE : UN OBJECTIF RECHERCHE PAR TOUS LES ORDRES JURIDIQUES... 7 Chapitre I : Une conception extensive des données à protéger Section I : La définition des données nominatives La loi informatique et libertés comparée à d autres systèmes juridiques Les nouvelles dispositions adoptées en Section II : Les systèmes de protection en droit comparé Le droit européen Les droits Anglo-saxons Chapitre II : Des droits étendus au profit des personnes concernées Section 1 : Le droit à l information Droit à l information et recherche Modalités et sanctions du droit à l information Section 2 : les droits d accès, de rectification et d opposition Le droit d accès Le droit d opposition SECONDE PARTIE : LE TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DANS LE CADRE D UNE RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE LA SANTE : UNE NECESSITE DE MIEUX EN MIEUX PRISE EN COMPTE Chapitre I : des règles qui permettent la collecte et le traitement des données Section I : La déclaration du fichier En droit français Acception américaine de l obligation de déclaration : Les «Institutional Review Board.» Section 2 : Les règles de collecte et de traitement des informations nominatives relatives à la santé Les principes de collecte et de traitement L efficacité du contrôle Chapitre II : Des règles qui restent à compléter dans le domaine de la diffusion des données Section I : Le secret médical et les difficultés de la recherche Les définitions du secret médical Les flux trans-frontières de données Section II : Sécurité et confidentialité L obligation de sécurité L obligation de confidentialité BIBLIOGRAPHIE TABLES DES TEXTES NORMATIFS TABLE DES DECISIONS... 75

3 LISTES DES NOTES JURIDIQUES : Dictionnaire Permanent Bioéthique et biotechnologies Médecine & Droit Gazette du palais Dalloz J.C.P Revue de droit sanitaire et social Revue internationale de droit comparé Revue trimestrielle de droit social Expertises Le Concours médical OUVRAGES RAPPORTS ET ETUDES SITES INTERNET CONSULTES GLOSSAIRE: ANNEXES Loi n du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés Serment d'hippocrate Serment dit de «Montpellier» Déclaration d Helsinki Accord «Safe Harbour» FAQ 14 Produits pharmaceutiques et médicaux PRINCIPLES OF MEDICAL ETHICS Ranking of States in Privacy Protection Formulaire de déclaration du fichier à la Cnil: l information des personnes & Internet Formulaire de déclaration du fichier à la Cnil : la sécurité Recherche dans le domaine de la santé et Internet TABLE DES MATIERES...112

4 Introduction Le développement de la connaissance est lié pour partie à l accumulation des savoirs et à leur mise en relation. Ainsi, depuis son apparition, l homme se développe, en dépit des périodes d obscurantisme et de régression, sur le limon des enseignements passés. En effet, la découverte, si elle répond à certaines questions, amène souvent à de nouvelles interrogations. Depuis près de deux cents ans, le volume, la conservation et la diffusion de la connaissance n ont cessé de croître, déclenchant une vague de progrès. Cependant, si la connaissance est sa propre matière première, elle est par essence perpétuellement incomplète, et la manipuler n est pas sans risque. Il faut donc se garder de l image du progrès à croissance exponentielle qui serait l apanage de nos sociétés modernes. En effet, celui-ci peut être annonciateur d une période de régression, les scenari de développement sont multiples et non linéaires, c est pourquoi le progrès se doit d être régulé. Avec le développement récent des nouvelles technologies de l information et de la communication (ntic), nous nous prenons à rêver de la société du futur. Ainsi, les progrès de la médecine figurent-t-ils parmi les préoccupations de nos concitoyens, les débats relatifs à la DHEA, au Viagra ou encore au clonage des cellules souches en sont des illustrations. En effet, le public, par le biais des médias, est de plus en plus sensibilisé aux questions se rapportant à la bioéthique. Par ailleurs, l apparition d épidémies nouvelles, telles que le syndrome d immuno-déficience acquise (sida) ou encore les mutations d autres virus, tels que la grippe, sont des problèmes de société qui ne laissent personne indifférent. Le contexte actuel du progrès médical pose donc avec acuité la question des rapports entre la science et la philosophie ou la morale. A ce titre, la nécessité du traitement de données nominatives relatives à la santé dans le cadre d une recherche scientifique se doit de prendre en compte les attentes des citoyens au regard de la confidentialité des informations traitées. Tout d abord, il convient de préciser ce qu est une recherche dans le domaine de la santé. Dans le langage courant, l activité de recherche médicale se définit comme étant l étude des phénomènes relatifs à l état de santé d une population en vue de leur compréhension et de leur traitement.

5 Aujourd hui la recherche n est plus en dehors du marché. La plus grande diffusion de l information ainsi que l extension de l économie de marché ont eu une grande influence sur son développement. Les découvertes sont brevetables ou à défaut, bénéficient de régimes de protection particuliers. Les résultats de la recherche ont donc une valeur économique, qui se traduit par le développement des investissements et des moyens mis en œuvre. Ainsi, le recours à l informatique et aux nouvelles technologies a bouleversé le traitement de l information dans le cadre de la recherche dans le domaine de la santé qui est devenue une grande consommatrice de données, notamment nominatives. En effet, il est désormais inconcevable de mener une recherche dans le domaine de la santé sans constituer un fichier sur les personnes. Comment mesurer l état de santé d une population, suivre l évolution d un phénomène sanitaire, étudier les facteurs à risques ou l impact de tel médicament sans avoir collecté et traité des informations, nominatives sur les sujets de ces recherches? Les technologies de l Internet progressent régulièrement et offrent de nouvelles possibilités dans la mise en place et la réalisation d essais clinique 1. L Internet permet en effet non seulement de recruter des patients dans le cadre d une recherche mais aussi de gérer le fichier depuis la saisie des données jusqu à la soumission du produit à l organisme de contrôle 2. L industrie pharmaceutique dépensant chaque année près de quarante milliards de dollars dans la recherche, la réduction des coûts des essais est un enjeu convoité par les CROs 3 qui n hésitent pas à s associer avec des portails consacrés à la santé 4. Enfin, la dimension internationale du recrutement ou de la pharmacovigilance pose le problème du dialogue entre les ordres juridiques, qui ne sont pas nécessairement harmonisés dans un domaine aussi sensible que le droit de la protection des données nominatives personnelles. 1 Voir l annexe «recherche & Internet» 2 A la Federal drugs Agency uniquement pour le moment. 3 Contract Research Organization : Sociétés spécialisées dans la mise en place, la gestion et la réalisation des essais cliniques. Initialement cantonnés dans le recueil et l'analyse informatique des données, les CROs sont devenus les partenaires privilégiés des laboratoires. Ils interviennent aujourd'hui à la fois dans la définition du protocole de l'essai, la sélection des sites investigateurs, le recrutement des patients, le développement du CRF, le recueil et le traitement des informations. Leur rôle est appelé à évoluer rapidement avec l'utilisation croissante des outils Internet et la volonté de certains laboratoires de ré-internaliser une partie de la gestion des essais cliniques. (Source : medcost) 4 Voir alliance du Cro Quintile avec le site DrKoop

6 La recherche dans le domaine de la santé présente naturellement un intérêt public. En effet, elle permet de tendre vers une plus grande sécurité des individus par la découverte de nouveaux remèdes, par la compréhension de facteurs à risques, par une lutte plus efficace contre les épidémies De son coté, la protection des données personnelles est un droit individuel 5, garantie par la constitution et appliqué par le Conseil Constitutionnel 6, en outre, la protection des données personnelles est au carrefour de nombreuses autres libertés. Il faut donc mettre en place un cadre normatif à fin d arbitrer les conflits entre l intérêt public et le droit individuel de la protection des données personnelles dans le cadre de la recherche dans le domaine de la santé. La protection des données personnelles si elle rend nécessaire un contrôle a priori de la création d un fichier de recherche dans le domaine de la santé, nécessite également la définitions de règles de collecte et de traitements claires et adaptées au contexte. En outre, les mœurs et la santé sont des secteurs trop sensibles pour ne pas faire l objet d une grande prudence, le spectre de la finalité de certains fichages passés, français comme étrangers, nous hantent et devront continuer à le faire, le contexte libertaire actuel ne doit pas être prétexte à l oubli. Le législateur et la pratique des pays développés doivent donc chercher un équilibre entre l impératif de protection de la vie privée des personnes et les nécessités de poursuivre le développement accéléré des recherches dans le domaine de la santé. Cet équilibre est variable dans le temps et selon les ordres juridiques. Toutefois l évolution générale est claire. A partir d une prise de conscience de la nécessité d une protection juridique des données personnelles adaptée aux spécificités du domaine de la santé (I), le droit prévoit des dispositifs qui permettent effectivement l utilisation des données personnelles dans la recherche médicale. (II) 5 articles 1, 2 et 4 de la déclaration des droits de l homme et du citoyen de Conseil Constitutionnel dc 23 juillet 1999 «Couverture maladie universelle»

7 Première partie : La protection des données personnelles dans le cadre d une recherche dans le domaine de la santé : un objectif recherché par tous les ordres juridiques La protection des données personnelles nominatives pour être efficace doit non seulement garantir des droits importants aux individus mais aussi avoir une conception large de ce qui doit être protéger.

8 Chapitre I : Une conception extensive des données à protéger. Il convient donc de confronter les conceptions de chaque ordre juridique tant à l égard des données nominatives personnelles et des informations relatives à la santé qu à l égard de la recherche et de la vie privée. Section I : La définition des données nominatives 1 La loi informatique et libertés comparée à d autres systèmes juridiques La protection des données personnelles est assurée en France par la loi n du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés. Ce texte fut pionnier en matière de droit de l informatique et est resté une référence, notamment grâce au travail de la Commission Informatique et libertés (Cnil). Si la directive 95/46 CE du Parlement européen et du Conseil relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation des ces données, s est largement inspirée de la loi française, des adaptations ponctuelles de la loi de 1978 seront néanmoins nécessaires lors de la transposition 7. A. la notion de données nominatives L article 4 de la loi de 1978 définie les données personnelles nominatives comme étant les informations qui permettent, sous quelque forme que se soit, directement ou non, l identification des personnes physiques auxquelles elles s appliquent, que le traitement soit effectué par une personne physique ou morale. La Cnil a retenu une conception large des données nominatives. La directive entend, quant à elle, par données à caractère personnel : «toute information concernant une personne physique identifiée ou identifiable (personne concernée); est réputée identifiable une personne qui peut être identifiée directement ou indirectement, notamment par référence à un numéro d'identification ou à un ou 7 Transposition qui aurait dû intervenir au plus tard le 24 octobre Il faut cependant noter que l 'avant-projet de loi sur la protection des personnes à l'égard des traitements des données à caractère personnel a été présenté le 18 juillet dernier par Marylise Lebranchu en Conseil des Ministres.

9 plusieurs éléments spécifiques, propres à son identité physique, physiologique, psychique, économique, culturelle ou sociale.» La directive donne une définition un peu plus précise que la loi française qui recouvre cependant le même contenu à savoir, une information qui identifie directement ou indirectement une personne. Le droit américain reçoit une définition des «nominatives data» ou «personal data» relativement proche fondée-elle aussi sur la possibilité d identification. Le traitement automatisé au sens de l article 5 de la loi française est défini comme «tout ensemble d opérations réalisé par des moyens automatiques, relatifs à la collecte, l enregistrement, l élaboration, la modification, la conservation et la destruction d informations nominatives ainsi que tout ensemble d opérations de même nature se rapportant à l exploitation de fichiers ou de bases de données et notamment les interconnexions ou rapprochements, consultation ou communication d informations nominatives.» Au sens du droit communautaire, le traitement automatisé de données se défini comme : «toute opération ou ensemble d'opérations effectuées ou non à l'aide de procédés automatisés et appliqués à des données à caractère personnel, telles que la collecte, l'enregistrement, l'organisation, la conservation, l'adaptation ou la modification, l'extraction, la consultation, l'utilisation, la communication par transmission, diffusion ou toute autre forme de mise à disposition, le rapprochement ou l'interconnexion, ainsi que le verrouillage, l'effacement ou la destruction.» Les deux définitions sont larges et transcendent le simple traitement par un ordinateur pour englober toute sorte de moyens de gestion de données tels que les puces à microprocesseur (cartes bancaires, carte Sim d un téléphone portable) ou encore le minitel. La proximité des définitions entre le droit français et le droit communautaire est de nature à facilité la comparaison. B. La notion de données personnelles relatives à la santé En 1978, aucune disposition particulière ne traitait de la protection des données personnelles dans le cadre de la recherche dans le domaine de la santé. En effet, la nature particulière des informations médicales n était pas envisagée par le texte 8 comme l illustre l article 31 de la loi qui est ainsi rédigé : «Il est interdit de mettre en mémoire informatique, sauf accord exprès de l intéressé des données nominatives qui, directement ou indirectement font apparaître les origines raciales ou les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou les mœurs des personnes. ( ) Pour des 8 Hormis par l article 40 de la loi 78/17 relatif au droit d accès

10 motifs d intérêt public, il peut être fait exception à l interdiction ci dessus sur proposition ou avis conforme du Conseil d Etat» Le texte français ne faisait donc aucune référence explicite aux informations médicales dans le cadre des données dîtes «sensibles» 9. Aux Etats-Unis, si la loi est également muette quant aux «sensitives data», les codes de bonne conduite et certains case law considèrent que l on peut regrouper sous ce vocable les informations relatives à la santé. Cependant, par des voies différentes, la difficulté a été surmontée pour arriver à la même conception que la pratique américaine. Dans les années qui ont suivi la promulgation de la loi, la Cnil, a eu l occasion à plusieurs reprise de souligner le caractère non exhaustif de l énumération de l article 31, interprétation fondée sur l intitulé ainsi que sur la finalité de la loi. En effet, l article 1 er de la loi dispose : «L informatique doit être au service de chaque citoyen ( ) Elle ne doit porter atteinte ( ) à la vie privée.» Or, les informations relatives à la santé d une personne sont intrinsèquement des données à risques. En effet, leur contenu informationnel relève de la sphère la plus intime de la vie privée et leur révélation peut être lourde de conséquence pour leur sujet. A titre d exemple, il est facile d imaginer l intérêt que peut porter un employeur à l état de santé de son personnel lors du recrutement, non par souci de santé publique, mais pour des considérations plus matérialistes. A cet égard, et à la lumière de l article 1 er de la loi, il est clair que se sont les informations relatives à la santé, c est à dire celles couvrant non seulement les données médicales mais aussi des données concernant une personne qui du fait des finalités du traitement ont un rapport avec la santé, qui sont protégées, c est à dire, outre les informations médicales stricto sensu, les informations qui sont en rapport avec les dispositions législatives ou réglementaires concernant le système de soins de santé, l évaluation médicale ou encore relative à l assurance maladie obligatoire. Les informations médicales peuvent être définies, quant à elles comme étant des «informations relatives à la santé d une ou plusieurs personnes que se soit en médecine de soins, de contrôle ou de recherche. Ces informations ont un caractère nominatif direct ou on et sont couvertes par le secret» 10. Ces définitions françaises s inscrivent dans l esprit de la directive 95/46CE dont l objectif était de garantir un 9 Cette remarque est néanmoins à relativiser, la sensibilité d une donnée étant essentiellement fonction de la finalité de sa collecte ou de son traitement 10 source :

11 niveau élevé de protection. En outre, il est important de noter que le projet de loi destiné à transposer la directive dans l ordre juridique français présenté le 18 juillet 2001 en conseil des ministres se propose d ajouter les données relatives à la santé à la liste des données sensibles. La structure fédérale et le recours à l autorégulation expliquent la multiplicité des définitions aux Etats-Unis. Pour l «American Medical Association» 11 (Ama), les informations médicales sont des informations relatives à l état de santé d une personne (historique, diagnostic, condition, traitement, évaluation de santé) indépendamment du support de l information. L «U.S Health Information Management Association», (Hima) définie quant à elle comme étant une information médicale, toutes informations ou données, quel que soit leur support, même oral, qui identifie ou permettent d identifier un patient, qui sont relatives à sa santé et qui ont été révélées par lui-même ou un de ses proches. Cette seconde définition est plus riche que la première, en effet elle ne distingue pas selon que les données ont été traitées ou non puisqu elle englobe les données comme les informations. En outre, en disposant «identifie ou permettent d identifier» l Hima fait référence à ce que les Européens qualifient d identification directe et indirecte. Le «Medical Information Protection and Research Enhancement Act of 1999» définit d abord ce qu est une «nonidentifiable information», c est à dire, une information, relative à la santé dont tout identifiant personnel direct ou fournissant un moyen d identification direct (nom, adresse, numéro de sécurité social ), a été supprimé, crypté ou remplacer par un code de telle manière que l identification ne puisse se faire qu au moyen d une clé. Ensuite le même texte définit les informations relatives à la santé qui sont protégées (protected heath informations) : Il s agit d informations nominatives, orales ou enregistrées par quelque moyen que se soit qui sont crées ou reçues par un fournisseur de soins médicaux, un plan de santé, une agence de veille sanitaire, une autorité de santé publique, l employeur, l assureur, l école ou l université ou dérive de la fourniture, du paiement de soins médicaux et qui se rapporte à la condition physique ou mentale passée, présente ou future d un individu, incluant ses cellules et ses produits corporels et qui n est pas une «nonidentifiable information.» 11 Voir les principes d éthique de l A.M.A en annexe

12 Ainsi, dans les différents ordres juridiques français, communautaire et américain il existe, en dépit de l absence de définitions légales, une harmonie relative sur la conception large de ce qui doit être protégé, non seulement les informations médicales, mais aussi les informations relatives à la santé. L ancien article 40 de la loi de 1978 reconnaissait expressément le statut particulier des informations à caractère médicales au regard du droit d accès qui ne peut s exercer que par l entremise d un médecin désigné à cet effet par le patient. Cet article, qui constituait la seule référence directe aux données médicales n était pas de nature à créer un cadre juridique satisfaisant pour la recherche dans le domaine de la santé. En effet, bien que la Cnil ait su pallier l absence des informations relatives à la santé de la définition des données dîtes «sensibles», la législation originaire ne prenait pas en compte le caractère particulier lié à la circulation de telles informations, couvertes par le secret professionnel. Cette difficulté, présente également aux Etats-Unis, rendait plus que nécessaire un aménagement législatif. En effet, la situation était «juridiquement malsaine» dans la mesure ou elle contraignait les chercheurs à agir dans l illégalité, un tel cadre juridique n était pas de nature à stimuler la recherche dans le domaine de la santé. L état de la recherche épidémiologique 12, c est à dire «l étude de la fréquence et de la répartition dans le temps et dans l espace, des problèmes de santé dans des populations humaines, ainsi que le rôle des facteurs qui les déterminent», en est une illustration 13. Il est indéniable que la France a accumulé un retard considérable depuis le début des années quatre vingt qui n est pas encore tout à fait rattrapé à ce jour. 2 Les nouvelles dispositions adoptées en 1994 A. La nécessité de préciser les textes initiaux 12 Définition du professeur Golberg directeur de l unité 38 de l Inserm. 13 Cf : Rapport «Science de la vie, de l éthique au droit» documentation française.

13 Depuis, la France comme la Communauté européenne ont pris les mesures législatives qui s imposaient. En effet la loi du 1 er juillet 1994, suivant les deux lois bioéthiques du 29 juin 1994, apporta des solutions, d une part, en aménageant le secret professionnel de manière à permettre la transmission d informations relatives à la santé dans le cadre d une recherche sous certaines conditions de confidentialité et de sécurité, d autre part en conciliant l intérêt général de santé publique avec l intérêt individus. Pour se faire la loi a déterminé précisément les droits et obligations de chacun des acteurs. Le troisième volet du «triptyque» bioéthique, a été inséré dans la loi de 1978 par la création d un chapitre V bis intitulé «traitements automatisés de données nominatives ayant pour fin la recherche dans le domaine de la santé», articles 40-1 à de la loi. En 1999 un chapitre V ter intitulé «Traitement de données personnelles de santé à des fins d évaluation ou d analyse des activités de soins et de prévention» 14 fut également ajouté. Cette nouvelle intervention législative à son importance au regard du champs d application du chapitre V bis, en effet, certains traitements d informations médicales peuvent relever des deux nouveaux chapitres, tout dépend de leur finalité. L article 40-1 exclu l application des certaines dispositions générales de la loi de 1978 relatives à l obligation de déclaration (article 16), au droit à l information (article 27), et au droit d opposition, (article 26) ainsi qu à la procédure de déclaration simplifiée, (article 17). L article 15 relatif aux traitements réalisés pour le compte de l Etat n a également pas vocation à s appliquer dans le cadre de la recherche dans le domaine de la santé. B. Les spécificités de la recherche dans le domaine de la santé Le chapitre V bis de la loi de 1978 s applique aux traitements dont la finalité est la recherche dans le domaine de la santé. La loi ne définit cependant pas ce qu est une recherche dans le domaine de la santé, alors que le «Medical Information Protection and Research Enhancement Act of 1999» américain propose une définition : «Le terme recherche dans le domaine de la santé (health research), signifie une investigation systématique de la santé, comprenant les procédés et les structures biologiques, mais n y étant pas limité, les soins médicaux ou leur délivrance et 14 Loi n du 27 juillet 1999, portant création d une couverture maladie universelle, article 41.

14 financement, incluant la recherche de développement, de test et d évaluation, destiné à développer ou à contribuer d une connaissance généralisable concernant la santé humaine, les soins médicaux et la délivrance de soins.» La conception américaine est donc extensive, puisqu elle va au-delà des recherches médicales pour concerner des traitements qui n ont qu une finalité secondaire dans le domaine de la santé, à ce titre, elle recoupe la conception française. Il faut cependant se garder de penser que les définitions françaises et américaines de la recherche médicale se recoupent exactement, des divergences existent, notamment quant à la délivrance de soins. En effet, l alinéa second de l article 40-1, pour éviter des contraintes inutiles, prévoit d exclure du champ d application du chapitre V bis les traitements de données ayant pour fin le suivi thérapeutique ou médical individuel des patients, ainsi que ceux permettant d effectuer des études à partir des données ainsi recueillies si ces études sont réalisées par les personnels assurant ce suivi et destiné à leur usage exclusif. Ces traitements concernant respectivement les dossiers des patients et les recherches pour lesquelles il n existe pas de circulation des données, restent soumis aux autres dispositions de la loi de L intitulé du chapitre V bis nous renseigne lui aussi sur son propre champ d application, en effet l expression «traitement automatisé» semble exclure les recherches menées à partir de fichiers non automatisés, ce qui est d autan plus étonnant qu ils sont généralement associés à un fichier automatisé. Enfin, on peut remarquer que faute de consultation des assemblées territoriales de Mayotte et des territoires d outre mer selon la procédure de l article 76 de la Constitution, la loi du 1 er juillet 1994 ne leur est pas applicable. La tendance actuelle à l accentuation des flux trans-frontière de données impose une brève exposition de l état de droit communautaire et international ainsi que de quelques pays de Common Law. L ordre juridique communautaire et le Conseil de l Europe et l OCDE se sont largement inspirés des principes de la législation française, tout en l actualisant.

15 Section II : Les systèmes de protection en droit comparé Les prémisses du droit européen du droit de la protections des données personnelles nominatives en matière de santé se retrouvent notamment dans la déclaration d Helsinki ainsi que dans la convention 108 du conseil de l Europe. 1 Le droit européen A. Les prémisses : déclaration d Helsinki, le Conseil de l Europe La déclaration d'helsinki 15, adoptée sur l initiative de l Association médicale mondiale ( ) pose cinq principes de bases : la scientificité, la bienfaisance, l'autonomie, l'évaluation collective et la confidentialité. Y sont aussi abordées la règle de la proportionnalité, la notion de consentement libre et éclairé du sujet et du consentement substitué pour les mineurs et les adultes inaptes. Relativement au consentement, la déclaration énonce que «le sujet doit être adéquatement informé de la recherche et que son consentement éclairé doit être obtenu, de préférence par écrit.» (Art. 9, Section I) Il est possible, dans le cas de la recherche médicale clinique et selon certaines conditions, de passer outre le consentement éclairé du sujet si le médecin le considère comme essentiel. (art. 5, Section II). La Déclaration ne mentionne pas quelles sont ces conditions mais indique que le chercheur qui veut procéder ainsi doit mentionner dans le protocole les raisons spécifiques pour lesquelles il considère que le consentement de la personne ne devrait pas être exigé, protocole qui sera évalué par un comité indépendant (art. 2, Section I). Quant à la capacité, lorsqu'un sujet est inapte, le consentement éclairé doit être obtenu par le représentant légal en vertu de la législation nationale en vigueur dans ce pays (art. 11, Section I). Il n'y a cependant aucune disposition spécifique relative au secret médical mais il serait possible d'invoquer le droit au respect de la vie privée (art. 6, Section I). La convention d Helsinki est donc un peu en deçà de la protection française, surtout en raison des conceptions diverses du secret médical des différents signataires. La convention pour la protection des droits de l'homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine 16 fonde en partie le 15 Voir texte intégral en annexe 16 Convention sur les droits de l'homme et la biomédecine, du Conseil de l'europe (1997)

16 droit international applicable en matière de protection des données personnelles dans le cadre d une recherche dans le domaine de la santé. Voici les éléments du résumé de la convention tel que présenté par le Conseil de l Europe intéressant le traitement des données personnelles dans le cadre d une recherche dans le domaine de la santé.: a. «Premier instrument juridique international contraignant en ce qui concerne la protection de la dignité, des droits et des libertés de l'être humain contre toute application abusive des progrès biologiques et médicaux.» Il s agit donc d une norme contraignante pour les pays signataires, ce qui est de nature à favoriser le dialogue ainsi que le rapprochement entre les systèmes. b. «L'intérêt de l'être humain doit prévaloir sur l'intérêt de la science ou de la société.» Ce principe n est pas sans incidence sur la recherche dans le domaine de la santé et devra être concilier avec l intérêt général. g. «Principes et interdictions concernant la génétique, la recherche médicale, le consentement de la personne concernée, le droit au respect de la vie privée et le droit à l'information, la transplantation d'organes, l'organisation du débat public sur ces questions, etc.» : Affirmation du droit à la vie privée et obligation de recueillir le consentement éclairé du sujet. h. Règles relative à l'exercice de la recherche médicale; modalités détaillées et précises, notamment pour les personnes qui n'ont pas la capacité de consentir à une recherche. j. Principe d'obtention du consentement éclairé de la personne concernée préalablement à toute intervention dans le domaine de la santé, sauf dans les situations d'urgence. k. Retrait du consentement à tout moment. l. Intervention sur une personne n'ayant pas la capacité de donner son consentement (enfant ou majeur incapable) que pour son bénéfice direct. m. Tout patient a le droit de connaître toute information recueillie sur sa santé, notamment les résultats des tests génétiques prédictifs». Cette disposition sera, elle aussi, difficile à concilier avec la possibilité de maintient du patient dans l ignorance d un pronostic grave consacrée en droit français. Heureusement, la : o. «Volonté d'une personne de ne pas être informée doit être respectée.

17 p. Reconnaissance de l'importance de débats publics et de consultations sur ces questions (exceptions dans certaines circonstances, lorsque la santé et la sécurité publiques sont en danger, ou lorsque la prévention de la criminalité ou les droits et les libertés d'autrui sont gravement compromis.)» Ainsi, tout projet de traitement informatique portant sur des données nominatives relève non seulement de la loi française mais aussi des dispositions de la convention n 108 du Conseil de l Europe. Or l article 6 de cette convention impose aux Etats membres de prévoir dans leur droit interne, des garanties appropriées pour traiter automatiquement des données à caractère personnel relatives à la santé ou à la vie sexuelle. La convention 108 retrouve donc le droit français sur la conception de ce qui doit être protégé mais aussi sur les modalités de la protection. La convention a également été prise en compte par l ordre juridique communautaire. A. Le droit communautaire Après une longue gestation, la directive du 24 octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données a réalisé un compromis entre les législations étatiques des quinze pays de la communauté. Elle aussi se proposait d instaurer des régimes particuliers pour certaines catégories de données nominatives relatives à la santé, ce qu elle justifie dans son trente troisième considérant : «Considérant que les données qui sont susceptibles par leur nature de porter atteinte aux libertés fondamentales ou à la vie privée ne devraient pas faire l'objet d'un traitement, sauf consentement explicite de la personne concernée; que, cependant, des dérogations à cette interdiction doivent être expressément prévues pour répondre à des besoins spécifiques, en particulier lorsque le traitement de ces données est mis en oeuvre à certaines fins relatives à la santé par des personnes soumises à une obligation de secret professionnel.» Néanmoins, un principe d interdiction se trouve à l article 8-1 de la directive : «Les États membres interdisent le traitement des données à caractère personnel qui révèlent l'origine raciale ou ethnique, les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques, l'appartenance syndicale, ainsi que le traitement des données relatives à la santé et à la vie sexuelle.» Ces données relatives à la santé désignent tout comme

18 en droit français ou en droit américain, non seulement les informations médicales stricto sensu mais également toute information concernant une personne qui du fait de la finalité du traitement ont un rapport avec sa santé. On peut également remarquer que le terme «donnée» a été préféré à celui «d information» pourtant utilisé dans la loi française. Ce choix doit être interprété comme la volonté d inscrire la directive dans le contexte plus large du marché de l information où le mot «donnée» est utilisé pour caractériser le contenu informationnel d un fichier ou d une base de donnée 17. L article 8-3 apporte quant à lui une limite à l interdiction de l article 8-1 puisqu il dispose : «Le paragraphe 1 ne s'applique pas lorsque le traitement des données est nécessaire aux fins de la médecine préventive, des diagnostics médicaux, de l'administration de soins ou de traitements ou de la gestion de services de santé et que le traitement de ces données est effectué par un praticien de la santé soumis par le droit national ou par des réglementations arrêtées par les autorités nationales compétentes au secret professionnel ou par une autre personne également soumise à une obligation de secret équivalente.» Se trouvent ainsi autorisés les traitements de données relatives à la santé éventuellement sans le consentement de la personne concernée. Toutefois le responsable du traitement reste néanmoins tenu par l obligation d information des personnes concernées. L article 13-2 quant à lui prévoit une restriction au droit d accès : «Sous réserve de garanties légales appropriées, excluant notamment que les données puissent être utilisées aux fins de mesures ou de décisions se rapportant à des personnes précises, les États membres peuvent, dans le cas où il n'existe manifestement aucun risque d'atteinte à la vie privée de la personne concernée, limiter par une mesure législative les droits prévus à l'article 12 lorsque les données sont traitées exclusivement aux fins de la recherche scientifique ou sont stockées sous la forme de données à caractère personnel pendant une durée n'excédant pas celle nécessaire à la seule finalité d'établissement de statistiques.» La seule condition est donc que le traitement ait pour objet et pour but la recherche scientifique et ne serve pas d autres fins, ainsi pourraient être exclus dans champ de l exception les traitements qui serviraient aussi à un suivi thérapeutique ou médical. 17 Ainsi, les données sont des informations non traitées, par exemple ; «nom : Durand» ; «ville : Montpellier», sont des données, l information étant «Durand habite Montpellier».

19 La directive, qui avait pour objectif un niveau élevé de protection des données nominatives s inscrit dans le cadre d une tradition ancienne de garantie de la vie privée. En effet, dès 1789 le droit au respect de la vie privée a été consacré en France dans la déclaration des droit de l Homme et du citoyen. 2 Les droits Anglo-saxons Les pays Anglo-Saxons ne jouissent pas d une telle tradition du respect des informations personnelles nominatives. A. Les Etats-Unis L «Organisation for Economic Coopération and Developements» (OCDE) a jeté les bases des principes de respect de la vie privée au niveau international dans le courant des années soixante par la rédaction des «Fair information practices (FIPs). Les FIPs furent codifiés par l OCDE en En dépit des progrès technologiques, les FIPs sont toujours considérés aux Etats-Unis comme la pierre angulaire des dispositions sur la privacy et servent à inspirer tant les juges que les législateurs étatiques et fédéraux. Les Fair Information pratices posent des limites à la collecte, l utilisation et la divulgation des données personnelles. Ainsi, la collecte et l usage des données sont limitées à l objectif poursuivi par le traitement, l exactitude des données doit être assurée, ainsi que leur sécurité, les droits d accès et de rectification sont également consacrés. Les personnes responsables de l application de ces principes doivent être clairement identifiées et prendre en considération les pratiques et réglementations concernant les données personnelles. (Being open about the practices and policies regarding personal data). Cependant, si la Privacy ne se retrouve pas dans le Bill of Rights, la Cour suprême fédérale 18 a néanmoins reconnu un droit individuel au respect des informations relatives aux personnes. En effet, dès le début des années cinquante, la Cour a découvert dans le premier amendement, ainsi que dans le quatrième amendement (protection against unresonnable search and seizure), un droit à la confidentialité de certaines informations relatives aux personnes. Ces évolutions ont conduit le congrès à adopter le Privacy Act de 1974, qui sans unifier le droit de la protection des données personnelle, l érige néanmoins en droit constitutionnel. A l origine le Privacy Act était destiné à protéger les individus de la communication de leurs données personnelles par des organes de l Etat, surtout fédéral. 18 Affaire Griswold vs Connecticut.

20 Quant à l attitude américaine au regard de la protection des informations nominatives dans le cadre de la recherche dans le domaine de la santé, force est de constater que leur réaction fut rapide. En effet, les dispositions du Privacy act de 1974 furent aménagées dès 1991 par la «Federal Policy for Protection of Humans Subjects From Reseach Risks» 19, connue sous le nom de «Common Rule». La Privacy américaine se réfère au droit spécifique individuel d un individu de contrôler la collecte, l utilisation et la révélation de ses informations personnelles. La confidentialité est un instrument de protection de la Privacy. La confidentialité des données personnelles est réalisée par le contrôle de la restriction de leur accès et de leur révélation. La protection de la Privacy que constitue la Common Rule s applique dès lors que le chercheur obtient des informations individuelles permettant l identification, c est à dire, qui sont nominatives même indirectement. Cependant, la structure fédérale des Etats-Unis fait que la protection n est pas uniforme, c est à dire que la Common Rule ne s appliquera qu aux recherches «régulées» ou financées par l Etat fédéral. En complément du Privacy Act et de la Common Rule, d autres lois fédérales et réglementaires éxécutoires (implementing regulation) imposent une obligation de confidentialité des informations nominatives concernant la santé, notamment aux centres d aide à la fourniture de médicaments. Ces «régulations» ont force obligatoire et lient les législations étatiques. Le droit américain de la protection des données nominatives est donc éclaté entre les différentes dispositions fédérales ponctuelles et des législations étatiques diverses offrant des garanties souvent assez faibles 20. Ces législations étatiques ne sont pas un facteur de simplification du droit de la protection des informations nominatives aux Etats-Unis, d autan qu elles sont d une faible efficacité. Une grande majorité des Etats ont reconnu en Common Law 21 un droit d agir en réponse à une intrusion dans la vie privée 22. Cette action repose sur les «Torts», ce qui correspond plus ou moins à notre concept de responsabilité. Ce système connaît ses limites, d une part la protection est curative et non préventive, federal register Voir le classement des Etats américain en matière de données personnelles en annexes 21 Common Law doit s entendre au sens de l ensemble des Case Law. 22 au sens américain du terme.

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours. L anonymisation en matière de recherche biomédicale Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.fr Plan I- Définitions : 1-Les avantages 2- Les problématiques

Plus en détail

Se conformer à la Loi Informatique et Libertés

Se conformer à la Loi Informatique et Libertés Se conformer à la Loi Informatique et Libertés Le cadre législatif Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés modifiée par la loi du 6 août 2004 dite loi Informatique

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles?

Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles? Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles? Sophie Vulliet-Tavernier, directrice des études, de l innovation et de la prospective Congrès big data 20 et 21 mars 2012 La protection

Plus en détail

Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel

Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel Réunion PRIAM - 2008 Caroline Zorn Doctorante en Droit médical Université Nancy 2 ( CRDP-Iscrimed ) Introduction I.

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers La Cnil et le Chu de Poitiers 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers 1 La Cnil et le CHU de Poitiers Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» La CNIL Les Mots clés Les

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46 Table des matières Préface 7 Remerciements 13 Sommaire 17 Introduction générale 19 Prélude 29 Introduction 31 Chapitre I. L e gouvernement 33 Introduction 33 Section 1. Des techniques nouvelles 38 I. De

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS DE PAIEMENT ET AUTRES

Plus en détail

PARTIE I : La Loi Informatique et Libertés LIL

PARTIE I : La Loi Informatique et Libertés LIL PARTIE I : La Loi Informatique et Libertés LIL Question n 1 : Quelles sont les situations professionnelles où vous êtes amenés à traiter de données confidentielles? Il existe plusieurs métiers où l on

Plus en détail

A. Applicabilité de la loi Informatique et libertés

A. Applicabilité de la loi Informatique et libertés Chapitre 2 : Notions fondamentales et loi Informatique et libertés 55 A. Applicabilité de la loi Informatique et libertés Chapitre 2 : Notions fondamentales et loi Informatique et libertés L applicabilité

Plus en détail

Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association

Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association Fiche actualisée le 27/02/2015 Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association Préambule Une association est naturellement amenée à regrouper des informations à caractère personnel sur

Plus en détail

Les données à caractère personnel

Les données à caractère personnel Les données à caractère personnel Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertésrefondue par la loi du 6 août 2004, prenant en compte les directives 95/46/CE du Parlement

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE Adoptée par le Comité d éthique de la recherche et le Conseil d administration du CHU Sainte-Justine le 16 juin 2004

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 1/7 Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 Objet: demande d avis sur le projet d arrêté royal réglant certains contrats d assurance visant à garantir le remboursement du capital d un crédit hypothécaire (CO-A-2013-006)

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel

Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel Événement 1 www.mcinet.gov.ma 1 Plan 1. Contexte général 2. Instauration de la Confiance

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL FICHIERS INFORMATISES ET CNIL 17/11/2011 L intérêt actuel pour les entreprises de recueillir des informations précises sur leur clientèle potentielle n est plus à démontrer. Le «profiling» joue un rôle

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU,

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, ANNEXE 1 SÉNAT ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, - Vu l article 4 quater de l ordonnance n 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires, - Vu la lettre du Président du

Plus en détail

PRESENTATION DE L AFAPDP

PRESENTATION DE L AFAPDP PRESENTATION DE L AFAPDP PLAN I - Coopération du RECEF avec l AFAPDP II - Importance de la protection des données et rôle d une Autorité de protection des données III - Expérience du BF : coopération entre

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014

GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014 28 GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014 116 Le tableau ci-dessous reprend les définitions issues de la proposition initiale de règlement général sur la protection des données,

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale

Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale CHAPITRE IX Edition : Août 2007 Les procédures de déclaration des traitements de données à caractère

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

LE DOSSIER MÉDICAL EN SANTÉ AU TRAVAIL À L AUNE DE L ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE

LE DOSSIER MÉDICAL EN SANTÉ AU TRAVAIL À L AUNE DE L ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE LE DOSSIER MÉDICAL EN SANTÉ AU TRAVAIL À L AUNE DE L ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE Journée Marcel Marchand JMM Médecins et pluridisciplinarité, quel partage d informations? Céline CZUBA & Vadim MESLI Le 20

Plus en détail

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE Le développement de la e-santé : un cadre juridique et fonctionnel qui s adapte au partage Jeanne BOSSI Secrétaire

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 09-18 DU 15 DECEMBRE 2009 PORTANT RECOMMANDATION RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DE DISPOSITIFS DESTINES A GEOLOCALISER LES VEHICULES PROFESSIONNELS UTILISES PAR LES EMPLOYES D'UN ORGANISME

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Souad El Kohen-Sbata Membre de la CNDP de développement -CGEM- Cadre Juridique de la protection des données personnelles au Maroc: Plan

Plus en détail

CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE *

CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE * 511 CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE * LIVRE VI PROTECTION DES INVENTIONS ET DES CONNAISSANCES TECHNIQUES TITRE 1ER BREVETS D INVENTION Section 1. Généralités Article L611-1 (Loi núm. 96-1106 du 18

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Victoriaville CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Règlement numéro 986-2011 Adopté le 2011 Entrée en vigueur le 2011 ARTICLE 1 : TITRE Le titre

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2011-30 DU 21 MARS 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS PRESENTEE PAR L INSTITUT PAOLI-CALMETTES, REPRESENTEE EN PRINCIPAUTE DE MONACO PAR LE CENTRE HOSPITALIER PRINCESSE GRACE,

Plus en détail

DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE. 20 janvier 2006

DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE. 20 janvier 2006 DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE 20 janvier 2006 Approuvé par le Conseil de l Université de Montréal le 30 janvier 2006 Table des matières

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SECTION G CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SITES INTERNET Recommandations du Conseil central de la section G ONP/CCG Janvier 2012 A l heure où les

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Charte nationale portant sur l éthique de l expérimentation animale* PREAMBULE Considérant que les animaux

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

Internet et protection des données personnelles

Internet et protection des données personnelles Marie-Pierre FENOLL-TROUSSEAU j j I Docteur en droit Professeur au groupe ESCP-EAP Directeur scientifique du Mastère Spécialisé en management de l'édit Gérard HAAS Docteur en droit Avocat au Barreau de

Plus en détail

CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES

CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES 1 PREAMBULE Le Réseau Régional de Cancérologie Rhône-Alpes (GIP ONCORA),

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Modalités d accès aux dossiers patients. et recherche clinique

Modalités d accès aux dossiers patients. et recherche clinique Modalités d accès aux dossiers patients et recherche clinique Des données sensibles spécifiquement protégées 1 ère partie : La nature juridique du «dossier patient» 2 ème partie : L accl accès s au dossier

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2010-42 DU 15 NOVEMBRE 2010 PORTANT AUTORISATION PRESENTEE PAR SUISSCOURTAGE S.A.M. RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «GESTION DES SINISTRES

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale Préambule L ostéopathie pour animaux n étant pas encore reconnue légalement, de nombreux praticiens exercent en Belgique sans cadre

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

LES GUIDES DE LA CNIL LES ASSOCIATIONS EDITION JUIN 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE

LES GUIDES DE LA CNIL LES ASSOCIATIONS EDITION JUIN 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE LES GUIDES DE LA CNIL LES ASSOCIATIONS EDITION JUIN 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE E T D E S L I B E R T É S Sommaire L INFORMATION DES PERSONNES FICHÉES page 2 LES INFORMATIONS QUI PEUVENT

Plus en détail

Guide de la protection des données à caractère personnel

Guide de la protection des données à caractère personnel Guide de la protection des données à caractère personnel parlement européen Table de matières Table de matières Avant-propos 4 Des règles de protection efficaces au sein du Parlement européen 5 Les acteurs

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE. 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan

QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE. 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan INTRODUCTION Environnement et Santé Évaluation environnementale

Plus en détail