Beihefte der Francia. Bd. 16,1. Copyright

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Beihefte der Francia. Bd. 16,1. Copyright"

Transcription

1 Beihefte der Francia Bd. 16, Copyright Das Digitalisat wird Ihnen von perspectivia.net, der Online-Publikationsplattform der Stiftung Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland (DGIA), zur Verfügung gestellt. Bitte beachten Sie, dass das Digitalisat urheberrechtlich geschützt ist. Erlaubt ist aber das Lesen, das Ausdrucken des Textes, das Herunterladen, das Speichern der Daten auf einem eigenen Datenträger soweit die vorgenannten Handlungen ausschließlich zu privaten und nichtkommerziellen Zwecken erfolgen. Eine darüber hinausgehende unerlaubte Verwendung, Reproduktion oder Weitergabe einzelner Inhalte oder Bilder können sowohl zivil- als auch strafrechtlich verfolgt werden.

2 STÉPHANE LEBEC Q LA NEUSTRI E E T L A ME R En 1865 a été retrouvé à Glisy, su r l a rive gauch e d e l a Somme à six kilomètres e n amont d'amien s e t à une dizaine d e kilomètres e n ava l de Corbie, un tréso r d e 559 deniers d'argent, principalement frappé s a u nom de Charles l e Chauve (840/877). La présence assurée de deniers de Louis III (879/882), qui paraissait fournir u n terminu s ante qu o fiable, a d'abord persuad é le s chercheurs, à la suite d e Fernand Vercauteren 1, d e mettr e l'enfouissemen t d u tréso r su r l e compt e de s effet s d u gran d rai d viking qu i dévast a l a Picardie, e n particulie r Saint-Riquier, Amien s e t Corbie, e n février 881. Mais la présence, reconnue par Monsieur Jean Lafaurie, du nom d'eude s (888/898) dans l a légende d e trois d e se s deniers, oblige à en différer, d'un e dizain e d'années a u moins, la constitution 2. Quell e que fût, à dire vrai, la date exacte de son enfouissement, qu'i l ai t ét é rassembl é e t enterr é pa r u n habitan t d u cr u o u pa r u n individu d e passage (j'opte volontier s pour l a première solution) 3, le trésor d e Glis y présente un gran d intérê t pour l'historie n d e la circulation e t des échanges, puisque, sur ses 559 pièces, 493 portent l e nom d e leur atelier d'émission. Or, à une exceptio n près (Marsal, e n Lorraine), toutes le s pièces proviennent d'un e zon e comprise entr e la Meuse, l a haute vallée de l a Saône (Auxonne), l a Loire entr e Nevers e t Angers, la frontière d e l'armorique enfi n e n passant par Rennes - autant dire de la moitié nord de la Francie occidentale, élargi e a u bassin mosan aprè s l e traité d e Meersen d e 870. En découl e l'impressio n qu e cett e vast e régio n constitu e à la fi n d u IX e siècl e un e zone de circulation homogène, e t cela d'autant plu s qu'elle paraît tourner l e dos au x autres ensemble s régionau x (Austrasie, Burgondie, Aquitaine ) hérité s de s siècle s antérieurs, puisque les rares ateliers de la Meuse, de la haute Saône, de la Loire ou d e la march e d'armoriqu e représenté s dan s l e tréso r n e lu i on t donn é a u mieu x (Orléans, Maastricht ) qu e quatr e o u troi s pièces, plu s souven t un e seule. Plu s précisément, o n constat e qu' à par t Reim s (39 pièces), a u carrefou r de s voie s romaines, e t Saint-Deni s (31 pièces), sièg e d e célèbre s foire s a u vin, le s atelier s le s mieux représenté s son t ceu x d e Quentovic, qu i domine tou s le s autres (113 pièces), d'amiens (74 pièces) e t de Rouen (35 pièces), c'est-à-dire de s trois principaux port s 1 Fernan d VERCAUTEREN, L'interprétatio n économiqu e d'un e trouvaill e de monnaie s carolingienne s faite prè s d'amien s e n 1865, dans: Revue belg e de philologie e t d'histoire 13 (1934) p Je doi s remercie r Jean-Pierre Devroe y de m'avoi r mis su r l a piste de cett e révisio n e n m e signalan t l'article d'hubert FRÈRE, Le denier carolingien (complément à l'ouvrage du même), dans: Revue belge de numismatiqu e e t d e sigillographi e 126 (1980 ) p Je sai s infinimen t gr é à Monsieur Jea n Lafaurie d e m'avoi r confirm é pa r lettr e le s correction s qu'i l avai t suggérée s à M. Frère, à savoi r l'existence de deniers d'eudes (deu x de Bruges, un d'orléans) à la légende OD ATA cachés parmi ceux de Charles l e Chauve à Glisy (E. GARIEL, Le s monnaies royale s de France sous l a race carolingienne, 1.1, Strasbourg 1883, n os 40, 41 et 82). 3 II suffit d e relever la présence relativement importante des monnaies locales (74 d'amiens, 27 de Saint- Quentin, 18 de Laon...).

3 406 Stéphane Lebec q de mer (mêm e Amiens, j'insiste) de l'ancienne Neustrie, ce s ports qu i abritaient, a u même titr e que Dorestad e t Maastricht, le s principales douanes que l'administratio n franque avai t établies dans le nord d e la Francie, au plus tard dan s la seconde moiti é du VIII e siècle 4. La question qu'i l convien t maintenan t d e s e poser es t d e savoi r s i les suggestion s du trésor de Glisy (qui, si l'on récapitule, feraient du nord de la Francie occidentale à la fi n d u IX e siècl e un e zon e d e circulatio n homogène, pe u ouvert e au x échange s continentaux ave c les autres parties d u mond e franc, mai s a u contraire tou t entièr e tournée ver s l a mer, singulièremen t ver s l a Manche, c'est-à-dir e ver s u n outre-me r dont i l y a lie u d e pense r que, vu e l'orientatio n de s troi s port s précités, i l étai t principalement anglo-saxon), s i ce s suggestion s s e trouvent confirmée s e t peuven t être généralisée s aprè s étud e approfondie de s sources; si elles peuvent, plu s précisément, s'applique r à l'entit é territorial e qu i fu t l a préfiguratio n géopolitiqu e d e l a Francie occidental e a u nord d e l a Loire 5, l a Neustrie de s VII7IX e siècles. Les côtes de la Neustrie: aspects du peuplement et ouverture sur la mer Le contact d e la Neustrie ave c la mer se faisait par l'intermédiaire d'un e côte étendue et dans l'ensemble hospitalière. Une tendance longue à la transgression qui, par-delà les oscillations cycliques de leur niveau, a affecté depui s la fin du III e siècle l'ensemble des mers du Nord 6, a même pu contribuer à la multiplication, depui s les bouches de l'escaut jusqu'à la baie du Mont-Saint-Michel, des havres naturels: plages sablonneuses d e l a me r d u Nord, profondémen t échancrée s avan t l a moindr e tentativ e d e poldérisation; côt e rocheus e d e l a Picardie, situé e e n retrai t pa r rappor t à l a côt e actuelle dont l e tracé n'était préfigur é qu e par l e chapelet de s îles littorales, mais o ù les estuaires e t les rivières facile s à remonter étaien t relativement nombreux; falaise s crétacées d e l a haut e Normandie, don t l'alignemen t étai t interromp u pa r l a bass e vallée des rivières qui se jetaient dans la Manche, celle de la Seine en particulier; côtes rocheuses du Secondair e ancie n e t du Primaire d e la basse Normandie, où le s plages et les criques offraien t d e nombreux abris. Sans oublier, bien sûr, le lointain estuair e de l a Loire, fenêtre ouvert e pa r l a Neustrie e n direction d e l'atlantique. Cela faisai t longtemp s qu e le s région s côtière s avaien t ét é occupées, e t dan s so n»de Bell o Gallico«, Césa r évoqu e à plusieurs reprise s le s»maritimae civitates qu i bordaient l'océan«7. Dans l'espace qui nous intéresse, les principales étaient celles des 4 Suivant l e fameu x précept e d u 27 mars 779 en faveu r de l'abbay e de Saint-Germain-des-Prés. Ed. Hartmut ATSMA e t Jea n VEZIN, Charta e Latina e Antiquiores, t. XVI, France IV, Dietikon-Ziirich 1986, n 625, p Sur la filiation géopolitiqu e entr e la Neustrie e t la Francie occidentale, voir les pages remarquables d e Karl-Ferdinand WERNE R dans: Le s Origine s (Histoir e d e France, dirigé e pa r Jean F A VIER, tomel), Paris 1984, en part. p Pour le s régions d u Nord, voi r A. VERHULST e t M. K. E. GOTTSCHALK, Transgressies e n occupatiege - schiedenis in de kustgebieden va n Nederland e n België, Gand 1980, où, s i M. K.E. Gottschalk remet en caus e l e concep t de transgressio n dan s l e ca s de l a Zéland e d u IX e siècl e (p. 25), l'idée d'u n relèvement généra l de s niveau x marin s entr e l e IV e e t l e XII e siècl e n'es t pa s contesté e (cf. A. VER- HULST, p et ). Pour l a Normandie, voir L.HARMAN D dans : Histoire d e l a Normandi e (dirigée par M. DE BOÜARD, Toulouse 1970), p En particulie r dan s l e ca s de s peuples armoricains : De Bell o Gallico, II34 ou VII75.

4 Fig. 1 Répartition des ateliers d'origine de s pièces découvertes à Glisy (S. LEBECQ, L a Documentation française, d'aprè s Fernand Vercauteren)

5 408 Stéphane Lebec q Ménapiens, de s Morins, de s Ambiens, de s Calètes, des Veliocasses, de s Lexoviens, des Viducasses, des Bajocasses, de s Unelles, et, autour d e l'estuaire d e la Loire, des Namnètes. Sans doute fut-ce auprè s des unes et des autres qu'il trouva ces marchands habitués des contacts ave c la Grande-Bretagne dont il aurait voulu faire ses informateurs sur la grande île et sur les possibilités d'y débarquer 8. L'intégratio n d e celle-ci dans l'orbe d e la Paix romaine ne put que faciliter le s relations entre les deux rivage s de la Manche: Gesoriacum, peut-êtr e à l'emplacement d e l'ancien Portus Itius e t en tout ca s future Bononia/Boulogne, se développa avec l'installation sou s ses murs, dès le premier siècle après Jésus-Christ, de la Classis britannica 9 ; l'esso r de Samarobrivai Amiens dut énormément a u»coup de fouet«qu e la conquête de la Bretagne donna à la Gaul e d u Nord 10 ; surtout, l a basse vallé e d e la Seine connu t un e animation qui profita, d'abord, a u développement de Juliobona/Lillebonne, don t le port se trouvait installé su r la grande plain e d'alluvion s qu i s'étend à l'ouest-sud-ouest d e la ville actuelle 11, puis, à partir du II e siècle, à celui de Rouen, où les vestiges du port romai n - un premier quai de pierre bientôt remblayé et remplacé par un second situé un peu plus a u sud, mais auss i d'importants entrepôt s - ont été récemment mi s au jour au bas d e l a Plac e d e l a Haute-Vieille-Tour 12. Ic i e t là, mai s auss i dan s de s centre s secondaires, ont été retrouvés les vestiges d'échanges multipliés entre les deux rivages de la Manche 13, qui montrent qu'existai t entr e eux un système de relations homogè - nes, don t l'irland e d'ailleur s n'étai t peut-êtr e pa s exclue 14. Ce t équilibr e allai t s e trouver compromi s pa r les graves événement s d e la fin du III e siècl e - usurpations avortées de Carausius puis d'allectus qui avaient voulu, justement, bâtir un empire à cheval sur la Manche; et premières incursions des pirates saxons. Pour fair e fac e aux uns, Constanc e Chlor e du t arme r cett e régio n qu i allai t deveni r l e Constantinus pagus, l e Cotentin 15 ; pou r oppose r au x autres u n fron t cohérent, l'administratio n impériale mit au point sur les deux rive s de la Manche le dispositif conn u grâce à la»notitia dignitatum «sou s l e nom de Litus saxonicum 16. Ce s efforts, partiellemen t englobés dan s l e vast e Tractus armoricanus qu i voulu t donne r u n encadremen t défensif au x populations maritimes de la Somme à la Loire, ne purent que différer le 8 De Bello Gallico, IV Claude SEILLIER, Boulogne, base navale romaine, dans: Les hommes et la mer dans l'europe du Nord- Ouest d e l'antiquit é à no s jour s (Colloqu e d e Boulogne-sur-Mer), édit é pa r A. LOTTIN, J.-C. HOCQUET, S. LEBECQ, Lill e 1986, p Didier BAYAR D et Jean-Luc MASSY, Amiens romain: étude sur le développement urbain du 1 er siècle av. J.-C. a u V e siècle ap. J.-C, dans: Revue du Nord64 (1982 ) p. 5-26, en particulier p HARMAND dans : Histoire d e la Normandie (cité e n.6) p Patrick HALBOUT, Rouen. L a vill e romaine : découverte s récentes, dans : Dan s l e so l de s ville s normandes. Le s dossiers histoire e t archéologie 72, avril 1983, p , en particulier p Un exempl e parm i d'autres : l a présence d e 'black-burnished wäre', céramique originair e d u Dorset, aussi bie n à Rouen qu' à Cherbourg (II7IV e siècles) : cf. Jacqueline PILET-LEMIÈRE, Cherbourg : l a nécropole carolingienn e e t les églises primitives, dans : Dans l e sol des villes normande s (cit é n. 12), p. 8-15, en particulier p. 12; et HALBOUT, Roue n (n. 12), p Cf. Edwar d JAMES, Irelan d an d western Gaul in th e Merovingia n period, dans : Irelan d i n Earl y Mediaeval Europ e (Mélange s Kathlee n Hughes, édité s par Dorothy WHITELOCK), Cambridg e 1982, p , en particulier p L. HARMAND, Histoir e d e la Normandie (cité e note 6), p Sur la question d u Litus saxonicum, voi r D, E.JOHNSTON éd., The Saxon shore, Council for British Archaeology, Researc h Repor t n 18, Londres 1977.

6 La Neustrie e t l a mer 409 progressif démantellemen t d e l'apparei l militair e romain ; surtou t il s n e puren t empêcher l'installation, qu i rest e obscure à bien de s degrés, de groupes saxon s dan s l'angleterre du sud d'une part, dans le Bessin et le bas-boulonnais d'autre part 17. Les découvertes archéologique s récente s faite s dan s l e bassi n inférieu r d e l'orn e ( à Réville, Vierville, Bénouville, Hérouvillette, Frénouville, Giberville ) tou t autan t qu'entre le s basse s vallée s d e l'authi e e t d e l a Somm e ( à Vro n e t à Nouvion) 18, montrent que, dans une zone dont les limites dépassaient sensiblement celles qui, sur la bas e d'un e argumentatio n essentiellemen t historiographiqu e e t toponymique, avaient ét é traditionnellemen t attribuée s à cette implantatio n saxonne, le s contact s avec l e monde anglo-saxo n demeurèren t nombreu x e t significatif s jusqu' à l a fin d u VI e siècle. Mais la prise de possession d e l'espace côtie r par les envahisseurs barbare s n e vint assurément pas que de la mer. Comme l' a montré Ia n Wood, les Francs, en premier lieu Mérovingiens, exprimèrent à partir du VI e siècle, des ambitions hégémoniques en direction de s mer s d u Nord 19, e t i l n'est mêm e pa s excl u qu e certain s d'entr e eu x aient eu, à partir d e l a seconde moitié d u VI e siècle, une influence déterminant e su r certains royaume s d u sud-es t d e l'angleterre, pa r exempl e su r l e Ken t d u ro i Aethelbert à parti r d u momen t (560) où celui-c i épous a l a fill e d u ro i d e Pari s Caribert 20, o u su r l'east-anglia d u ro i Redwald o u d e son fil s Sigebert, ains i que l e suggère l a composition d u tréso r conten u dan s l a bourse funérair e d e Sutton Hoo - trente-sept monnaie s d'o r d'origin e exclusivemen t mérovingienne, e t qu i on t ét é rassemblées a u plu s tar d ver s Plu s qu e tou t autr e argument, c'es t san s doute l a multiplication, sensibl e à partir d u VII e siècle, de s fondations monastique s sur le bord même de la mer, ou sur les basses rivières qui s'y jetaient, qui expriment le mieux l a prise d e possession pa r le s Francs d u milie u côtier. Ce s fondation s furen t souvent le produit de la rencontre entre la spiritualité colombanienne et une initiative royale (songeon s à Dagobert ou à Bathilde) ou encor e aristocratiqu e (songeon s à Ouen, naguèr e référendair e à l a cou r d e Dagobert, puis, d e 641 à 684, évêque d e Rouen), d e toute s le s façon s venu e d u cœu r d e l a Neustrie: c e furen t entr e autre s Saint-Valéry (613), Centula (625), Saint-Bertin (645), Fontenelle (649), Jumièges 17 Pour u n aperç u général, voi r Lucie n MUSSET, Le s Invasions : le s vague s germaniques, Pari s 1965, p Pour la basse vallée de l'orne, voir Claude LORREN, Des Saxons en Basse Normandie a u VI e siècle? A propos d e quelque s découverte s archéologique s funéraire s faite s récemmen t dan s l a bass e vallé e d e l'orne, dans : Studien zu r Sachsenforschung, n 2, Hildesheim 1980, p , en particulier p. 257; pour le Ponthieu e t le Boulonnais, voir Le Nord d e la France de Théodose à Charles Martel, catalogue d'exposition Lill e 1983, contribution d e Claud e SEILLIER, e n particulier p Ian WOOD, The Merovingia n North Sea, Alingsâs (Suède ) 1983, en particulier p. 10sq. 20 WOOD, ibid., p ; Annethe LOHAUS, Die Merowinge r und England, Münche n 1974, p. 5-9; ou encore Richar d HODGES, Dar k Ag e économies. Th e origin s o f town s an d trade (A.D ), Londres 1982, p WOO D souligne à juste titre (op. cit. p. 14) le caractère éminemment franc d u nom de Sigebert; mais il veut fair e d e c e Sigebert, contr e l'avi s unanime, l e prince inhum é dan s l a grand e tomb e à navire d e Sutton Hoo, e n s e fondan t entr e autre s su r l'origin e de s pièce s trouvée s dan s l a bourse. Sur c e problème, e t sur l'attribution d e la tombe a u roi Redwald, voir Rupert BRUCE-MITFORD, The Sutto n Hoo shi p burial, vol. 1: Excavations, background, th e ship, datin g an d inventory, Londre s 1975, singulièrement le chapitre sur»the coins and the date of the burial«, dû pour l'essentiel à J. P. C. KENT, p , en particulier p. 607.

7 410 Stéphane Lebec q (654), Fécamp (658), toutes abbayes situées en Picardie et en haute Normandie, dan s le vaste croissant o ù s'établi t l e contact d u Bassi n parisien - centré su r une ville qu i fut, depui s la fin du règne de Clovis, la véritable capitale de la Neustrie - avec la mer. La proximité d e celle-ci a été, si l'on e n croit les hagiographes e t autres auteurs d e Gesta, un argument décisi f dans le choix de l'implantation d e ces établissements 22, de la même façon qu'ell e a pu jouer un rôle déterminant dans l'acquisition d e domaines côtiers par les grandes abbayes d e l'arrière-pays 23. C'es t d'ailleur s souven t grâce aux archives, aussi bien narratives que diplomatiques, que nous ont léguées les uns et les autres, qu e nou s entrevoyon s l e mieu x le s activité s spécifique s d u milie u côtie r a u début d u Moye n Age : élevag e extensi f su r le s prés-salés, le s schorren, qu'o n voi t clairement pratiqu é dan s le s domaines acqui s e n Flandr e zélandais e par le s grande s abbayes gantoises 24 ; exploitatio n d u se l marin, qu'o n n'aperçoi t pa s seulemen t d e part e t d'autre d e l'estuaire d e la Loire, dans les baies d e Guérande e t de Bourgneu f dont les marais salants attiraient les établissements ecclésiastique s les plus lointains 25, mais auss i nettemen t plu s a u nord, dan s de s région s o ù l e défau t d'ensoleillemen t exigeait une technique d e combustion artificielle 26, par exemple dans le pays d'hon - fleur, où, à parti r d'un e dat e certe s difficil e à préciser, Jumiège s posséd a de s sauneries, ou encore dans le Talou, entre les estuaires de la Béthune et de la Bresle, où Fontenelle e n acquit, successivemen t e n 673 et ; l a pêch e surtout, qu'o n voi t 22 Aperçu généra l dan s Emil e LESNE, Histoir e d e la propriété ecclésiastiqu e e n France, vol. 1, Epoques romaine e t mérovingienne, Lille-Pari s 1910, p Cet auteu r cit e (p. 98, n. 1) le ca s d e Saint - Valery, où s e trouvent conjugué s le s avantages de la mer toute proche e t de l a Somme poissonneuse ; mais on pourrait lu i ajouter le s exemples célèbres de Jumièges, évoqué dans la Vita Filiberti ch. 7 (éd. W. LEVISON, M.G.H., Scriptores rerum merovingicarum, t. V, p. 588) et de Fontenelle, évoqué dans les Gesta sanctoru m patru m Fontanellensi s coenobii, livr e 1, ch. 5 (éd. F. LOHIER e t J. LAPORTE, Paris - Rouen 1936, p. 6-7). 23 Pour une position générale du problème des domaines excentriques dans l'histoire des grandes abbayes du débu t d u Moye n Age, voi r Lucie n MUSSET, Significatio n e t destiné e de s domaine s excentrique s pour les abbayes de la moitié septentrionale de la Gaule jusqu'au XI e siècle, dans: Sous la règle de saint Benoît. Structure s monastique s e t société s e n Franc e d u Moye n Ag e à l'époque modern e (Colloqu e Paris 1980), Genève-Paris 1982, p Sans nier le s déterminants économique s d e la dispersio n des temporels monastiques, Monsieur Musse t insiste dans cette étude sur les déterminants sociaux (les donateurs), religieu x (l a fuite d u monde ) e t politiques (l a cohésion de s Etats). 24 Voir e n particulier l e cas parfaitement étudi é de Saint-Bavon: Adriaan VERHULST, De Sint-Baafsabdi j te Gent en haar grondbezit (7 de -14 de eeuw), Bruxelle s 1958; ID., Da s Besitzverzeichni s de r Gente r Sankt-Bavo-Abtei vo n ca. 800, dans: Frühmittelalterliche Studien 5 (1971 ) p Comme Saint-Deni s qui, suivan t l e moin e auteu r de s Gest a Dagobert i (ch. 35, éd. Brun o KRUSCH, M.G.H., Scriptore s reru m merovingicarum, t. 2, p ), acquit ver s 635 des terre s cum salinis supra mare, dan s la baie de Bourgneuf suivan t Michel ROUCHE, L'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes ( ), Paris 1979, p Voir auss i l'ouvrage, qu i reste essentiel, de Robert LATOUCHE, Le s origines d e l'économie occidental e (IV e -XF siècle), Paris 1956, p Voir à ce propos Jean-Claude HOCQUET, L'évolutio n de s techniques de fabrication d u sel marin sur les rivages d e l'europ e d u Nord-Oues t (positio n de s problèmes), dans : A. LOTTIN, J.-C. HOCQUET, S. LEBECQ, éd., Le s Homme s e t l a Me r dan s l'europ e d u Nord-Oues t d e l'antiquit é à no s jour s (note 9), p. 3-22, en particulier p Pour Jumièges, voi r Miche l MOLLAT, Jumièges, foye r d e vi e maritim e médiéval, dans : Jumièges. Congrès scientifiqu e d u XIII e Centenair e (Roue n 1954), éd. Roue n 1955, p , en particulie r p Sur l a difficult é d e date r le s plus ancienne s acquisition s d e cette abbaye, voir Lucie n MUSSET, Les destins de la propriété monastique durant les Invasions normandes (IX e -XI e siècles). L'exemple de Jumièges, dans: Jumièges, ibid., p , en particulier p. 50. Pour Fontenelle/Saint-Wandrille, il fau t se reporte r au x nombreu x acte s cité s dan s le s»gesta «d e Fontenelle, e t qu i on t ét é analysé s pa r

8 La Neustrie e t la me r 411 partout pratiquée, par exemple dans les domaines cité s de Jumièges e t de Fontenelle, mais auss i dan s l a bai e d e l a Canche qu i assurai t un e par t important e d u ravitaille - ment e n poisson de la lointaine abbaye de Ferrières-en-Gâtinais 28, dans les marais de la Flandr e maritime, o ù s e trouverai t ains i expliqué e l a présence de s moine s d'el - none 29, o u encor e dan s l e Bessi n e t l e Cotentin, qu i fournissaien t l e monastère d e Saint-Denis e n crassi pisces, en»craspois«, c'est-à-dire e n ces cétacés pourvoyeurs d e chairs et de graisses indispensables aux appétits et au luminaire monastiques 30 : même, suivant l a Vita Filiberti, l a présence d e ces animaux marins dans la basse vallée de la Seine aurait contribu é à la première fortun e de s moines d e Jumièges 31. La pêch e au x cétacé s nécessitai t l'usag e d u bateau, dan s de s condition s parfoi s périlleuses qu'éclair e au x environs d e 875 tel passage des Miracles d e saint Vaast o ù l'on voi t deu x navire s d e l'abbay e artésienn e parti r finalemen t seul s»dan s l a me r Britannique«faut e d e n'avoi r p u s'entendr e pou r coordonne r le s opération s ave c d'autres pêcheurs 32. A qu i observ e le s source s de s VII7IX e siècles, i l apparaî t plu s généralement qu e l a pratique d e la navigation étai t suffisamment répandu e parmi le s populations d e l a Neustri e - le miracl e d e sain t Vaas t évoqu e explicitemen t le s bateaux»d e diverses églises «- pour qu e pût s e développer su r se s côtes une intens e activité maritime, et même une réelle ouverture à la vie d'échanges. C'est su r elles, et pour commence r su r le s ports, qu e j e voudrai s qu e nou s concentrion s maintenan t notre attention. Les ports de la Neustrie et la prépondérance de Quentovic Il fau t dir e qu e le s ports explicitemen t reconnu s comm e tel s par le s sources écrite s étaient relativement nombreux (voi r fig. 2), depuis la Flandre, où apparaissent Gand, dont Charlemagne fit, au plus tard en 811, un port de guerre 33, et le mystérieux Iserae portus, peut-êtr e Furnes, qu i reçut e n 860 la visite d'une flottill e viking 34, jusqu'au x marges armoricaines, o ù Port-Bail, su r l a côte oues t d u Cotentin, fai t l'obje t d'un e Ferdinand LO T dans: Etudes critiques sur l'abbaye de Saint-Wandrille, Paris 1913, p. XVI, 4 (n 6) et 18 (n 57). Su r cett e question, voi r e n dernie r lie u Lucie n MUSSET, Sur le s chemin s saunier s d e l a Normandie médiévale, dans : Annales d e Normandie33 (1983 ) p D'après LOU P D E FERRIÈRES, Correspondance, éditio n Léon LEVILLAIN, deuxièm e tirage, Paris 1964, tomel, p. 176 (lettre 42), 19 8 (lettre 47), 20 4 (lettre 49). 29 D'après Henr i PLATELLE, L e temporel de l'abbaye d e Saint-Aman d de s origine s à 1340, Paris 1962, p Lucien MUSSET, Quelque s note s su r le s baleinier s normand s d u X e a u XIII e siècle, dans : Revu e d'histoire économiqu e e t social e 42 (1964 ) p , en particulier p Vita Filiberti, ch. 9, édition W. LEVISON, M.G.H., Scriptore s reru m merovingicarum, t.v, p Ex miraculoru m sanct i Vedast i pa r l e moin e Ulmer de Saint-Vaast, ch. 6, éd. O. HOLDER-EGGER, M.G.H., Scriptores, t. XV (1), p Annales regn i Francorum, a 0 811, éd. Reinhold RAU, Quelle n zu r Karolingischen Reichsgeschichte, t.i, Berli n 1960, p Le sinus qui vocatur Iserae portus es t signal é pa r l'auteu r d u Libellu s miraculoru m S. Bertini, ch. 1. Edition O. HOLDER-EGGER, M.G.H., Scriptores, tom e XV (1), p Pour c e»por t de l'yser«, M. Adriaan VERHULS T propose une identification ave c Furnes, aujourd'hui situé e à l'écart de la rivière: dans: Algemen e Geschiedeni s der Nederlanden, 1. 1, Middeleeuwen, Haarle m 1981, p. 211.

9 412 Stéphane Lebec q éphémère mention dans les Gesta de Fontenelle 35, mais où Nantes paraît briller d'u n plus vi f éclat : l'occasio n qu i a été donnée à saint Colomba n d' y trouve r u n navir e marchand à destination d e l'irland e a u tou t débu t d u VII e siècl e montre l a persistance, et peut-être même la réanimation grâce à l'expansion bretonne, de vieux trafic s hérités d e l'antiquité 36. Il faut bien constater cependant que c'est entre le Boulonnais et la basse vallée de la Seine, dan s c e mêm e croissan t o ù avai t ét é constaté e l a prise d e possessio n pa r le s Francs d e l'espace côtier, que s'est surtout concentré e l a vie maritime, e n particulie r dans ce s port s qu'u n diplôm e accord é e n 779 par Charlemagn e a u monastèr e d e Saint-Germain-des-Prés perme t d e considérer comm e le s sièges des trois principale s douanes maritimes installées par le pouvoir franc e n Neustrie: tarn in Rodomo quam et in Wicus (et) in Ambianis 2 "\ S i dans les cas de Rouen e t d'amiens i l s'agit de ports qui, ave c les civitates qu i les abritaient, ont ét é légués par Rome au haut Moyen Age, et don t le. renouveau au x temp s mérovingien s es t bie n exprim é pa r l a repris e d e l a frappe monétair e (fi n d u VI e siècle à Rouen, VII e siècle à Amiens) 38, il va de soi que dans l e ca s d e Wzc^s/Quentovi c i l y a e u redistributio n de s carte s a u détrimen t d e Boulogne. Certes, celle-c i a continué d e jouer u n rôle ; mais c e rôle paraît avoi r ét é désormais, e n tou t ca s à parti r de s dernière s année s d u règn e d e Charlemagne, seulement militaire. L'empereu r vin t e n effe t e n 811 inspecter à Boulogne l a flott e qu'il avai t fai t construir e l'anné e précédente, e t i l profit a d e l'occasio n pou r fair e 35 Un emporium y es t mentionné : Gest a de Fontenell e (cité s note22), livr e 10, ch.2, éd. LOHIER - LAPORTE, p Le sit e es t surtout conn u pour so n baptistèr e paléo-chrétien: M. DE BOÜARD, Le baptistère d e Port-Bail, dans : Cahiers archéologiques 9 (1957 ) p Voir e n particulier p D'après l a Vit a Colomban i d e Jonas de Bobbio, livr e 1, ch (vers 610), éd. Brun o KRUSCH, M.G.H., Scriptores rerum merovingicarum, t. IV, p En partie cité par Adriaan VERHULST dans: Der Handel im Merowingerreich: Gesamtdarstellung nach schriftlichen Quellen, dans: Early Médiéval Studies (Stockholm ) 2 (1970 ) p.2-54, en particulie r p. 35 (n 75); commentaire dan s l e même article, p. 7. Voir égalemen t Archibal d LEWIS, L e commerc e e t l a navigatio n su r le s côte s atlantique s d e l a Gaule du V e au XI e siècle, dans: Le Moyen Age 59 (1953) p ; ID., The Northern Seas. Shipping and commerce in Northern Europe, A. D , Princeton 1958; Noël TONNERRE, L e commerc e nantais à l'époqu e mérovingienne, dans : Mémoire s d e l a Sociét é d'histoir e e t d'archéologi e d e Bretagne61 (1984 ) p. 5-27, en particulie r p. 6; Dietric h CLAUDE, Aspekt e des Binnenhandels i m Merowingerreich auf Grun d de r Schriftquellen, dans: Untersuchungen z u Hande l un d Verkeh r de r vor- und frühgeschichtliche n Zei t in Mittel- und Nordeuropa, vol. 3, éd. par K. DÜWEL, H. JANKUHN, H.SIEMS e t D.TIMPE, De r Hande l de s frühe n Mittelalters, Göttinge n 1985, p.9-99, en particulie r p. 41; e t surtout Peter JOHANEK, De r >Aussenhandel < de s Frankenreiche s de r Merowingerzei t nac h Norden un d Oste n i m Spiege l de r Schriftquellen, dans: Der Hande l de s frühe n Mittelalter s cité ci - dessus, p , en particulier p Référence ci-dessu s not e 4. Texte évoqu é e t cit é presqu e i n extens o dan s S. LEBECQ, Marchand s e t navigateurs frison s d u haut Moye n Age, 2 vol., Lill e 1983: voir l e 1.1 (Essai) p. 158; et surtout l e t. 2 (Corpus des Sources écrites), p Voir également Peter JOHANEK, Der Aussenhandel (note 36), p Sur le monnayage de Rouen, voir Jean LAFAURIE, Trouvailles de monnaies franques e t mérovingiennes en Seine-Maritim e (V e -VIII e siècles), dans: Histoire e t numismatiqu e e n Haute-Normandi e (Cahie r des Annale s d e Normandie, éd. pa r Nanc y GAUTHIER), p , en particulie r p. 95; sur celu i d'amiens, voi r Waltraut BLEIBER, Naturalwirtschaf t un d Ware-Geld-Beziehunge n zwische n Somme und Loir e währen d de s 7. Jahrhunderts, Berli n (DDR ) 1981, p e t 189 : pour l e premier triens précisément daté (Clovis II [639/657]), voir le catalogue de Maurice PROU, Le s monnaies mérovingiennes, Pari s 1892, n 1107.

10 Abbayes disposant d'un por t en liaison directe ave c l a mer Voies romaine s CTQ" o z C Ports attestés dans le s sources écrite s ROUEN Principale s douane s [779] O Monnaie s représentées dans le trésor de Glisy [881] x Port s à fonction guerrière [811]

11 414 Stéphane Lebec q restaurer le vieux phare romain,»a u sommet duquel il fit allumer un feu nocturne«39. L'un de s miracle s d e sain t Wandrille, mettant e n scèn e entr e 858 et 868 le préfe t Grippo d e Quentovic, montr e qu e de s dizaine s d'année s aprè s s a restauratio n l e phare d e Boulogne étai t encor e capabl e d e tirer le s navigateurs d'un e pass e difficil e dans l a traversée d u Pas-de-Calais 40. N'empêche qu e c'es t à une vingtaine d e kilomètres a u sud, dan s l a basse vallée et l'estuaire de la Canche, que s'est concentré aux VII7IX e siècles l'essentiel de l'activité maritime boulonnaise, e t mêm e neustrienne. C'es t ic i qu e s e trouvaient l a cella de Saint-Josse, relai s oblig é dan s le s relation s qu e le s moines d e Ferrières-en-Gâtinai s entretenaient a u IX e siècl e ave c l a Grande-Bretagne 41, l a villa d'etaples, o ù étaien t éventuellement débarqués les métaux venus d'angleterre 42, et surtout - explicitement distingué d e l a précédente, c e qu i aurai t d û suffir e à clore définitivemen t u n déba t trop longtemp s favorabl e à un e localisatio n étaplois e - le-»vicus de l a Canche«, respectivement appel é Qwoentawi c e t Quaentavi c pa r le s premier s auteur s qu i e n aient fait mention a u début du VIII e siècle, Eddius Stephanus e t Bède le Vénérable 43. C'est Eddiu s Stephanu s d'ailleur s qui, dan s une phrase fameus e d e sa Vita Wilfridi, précisa que pour l e voyageur insulair e qui voulait s e rendre à Rome l a via rectissima passait nécessairemen t pa r Quentovic. L'anecdot e relaté e avai t e u lie u e n 678, celle dont parlai t Bèd e e n 668. Or l'argumen t numismatique, ven u lu i auss i d e Grande - Bretagne - ce qui n'est évidemmen t pa s un hasard-, confirm e qu e l'activité interna - tionale d e Quentovi c remontai t a u VII e siècl e (quan d furen t émis, à WIC IN PONTIO, de s trientes finalemen t enfoui s ave c l e tréso r d e Crondall, dan s l e Hampshire, aux environs d e 640) 44, peut-être même à la fin d u VI e siècle (quand fu t 39 Annales regn i Francorum, a 811, éd. RA U cité e ci-dessu s (not e 33), p. 98. V. Michel ROUCHE, dans : Histoire d e Boulogne-sur-mer (A. LOTTIN éd.), Lille 1983, p Miracula sanct i Wandregisili, II, ch. 15. Ed. O. HOLDER-EGGER, M.G.H., Scriptores, t. XV (1), p Texte cit é pa r LEBECQ, Marchand s e t navigateur s (not e 37), tome 2, p , et commenté dan s l e tomel, p Cf. le s correspondance s d'alcui n e t d e Loup, tou s deu x abbé s d e Ferrières : pou r l e premier, éd. DUEMMLER, M.G.H., Epistolae, t. IV, lettres 25; 176, 177, où derrière la mention d e»wicus«s e cache souvent Saint-Josse ; pou r Loup, voi r l'éditio n LEVILLAI N cité e note 28, t.i, p. 176 (n 42), e t t. 2, p (n 87). 42 D'après LOU P D E FERRIÈRES, op. cit. ci-dessus, t. 2, p. 74 (n 85). 43 Vita Wilfrid i d'eddiu s STEPHANUS, ch.25, éd. Bertram COLGRAVE, Th e Lif e o f Bisho p Wilfrid, nouvelle édition Cambridg e 1985, p. 50. Historia ecclesiastic a genti s Anglorum de Bède le Vénérable, livre IV, ch. 1, édition B. COLGRAVE e t R. A. B. MYNORS (Bede' s Ecclesiastica l History o f th e Englis h People, nouvelle éditio n Oxfor d 1972), p Ce trésor de 101 pièces qui e n comprenait 7 de Quentovic a été découvert e n Il a longtemps ét é attribué au x environs de 670 à la suite de la grande étude de Ch. V. SUTHERLAND, Anglo-saxon coinag e in the light of the Crondall hoard, Oxford 1948; mais on a vu les spécialistes se rallier progressivement à la datation plus précoce (c. 640) proposée par Jean LAFAURIE. Voir, de celui-ci, Le trésor d'eschare n aux Pays-Bas, dans : Revu e Numismatique 2 ( ) p , en particulie r p. 178, puis Le s routes commerciale s indiquée s par les trésors e t trouvailles monétaires mérovingiennes, dans: Moneta e Scambi nell'alto Medioevo (VIII e Settimana du studio de Spolète, 1960, éd. Spolète 1961), p , en particulie r p. 252, avec, dan s l e même volume, l a discussio n entr e J. Lafaurie e t Phili p Grierson, p Voir e n dernie r lie u BLEIBE R (op. cit. note38) en particulier p ; D.M. METCALF, Anglo-Saxon Coin s 1: Seventh t o Nint h Centuries, dans : Th e Anglo-Saxon s (dirig é pa r Jame s CAMPBELL, Oxford 1982), p ; Peter BERGHAUS, Wirtschaft, Hande l und Verkehr der Merowin - gerzeit i m Lich t numismatische r Quellen, dans: K. DÜWEL, H.JANKUH N e t al. éd., Der Hande l de s frühen Mittelalter s (op. cit. note 36), p , en particulier p. 209.

12 La Neustrie e t l a mer 415 frappé sur les bords de la Canche - QUANTI A-, vers 590/600, un triens du meilleur aloi - 96,5%-, finalement inhum é ave c le prince d e Sutton Hoo 45. Dès c e moment, peut-êtr e mêm e plu s hau t dan s l e VI e siècle, Boulogn e étai t décidément supplantée. Les raisons de ce transfert d e l'activité maritime à Quentovic restent obscures; elles furent vraisemblablemen t multiples. Il va de soi que, la fortune antique d e Boulogn e ayan t ét é e n grand e parti e associé e à la présence d e l a Classis britannica et aux liens que celle-ci entretenait avec la Grande-Bretagne, la destruction des installation s d e l a première e n 256/275, et l'abandon définiti f d e l a seconde pa r Rome avan t provoquèrent u n repl i de l'ancienne cité, favorable à une redistri - bution de s carte s dan s laquell e jouèrent à plein de s arguments décisif s e n faveur d e Quentovic. Jan Dhondt, dan s son article fondamental d e 1962, avait mis l'accent su r les condition s hydrologiques, e t plu s spécialemen t su r l a second e transgressio n dunkerquienne, qu i»du t modifie r considérablemen t le s condition s d e praticabilit é du havr e de Boulogne«47, e t rendit plu s aisémen t accessible s le s fonds d'estuaire s e t basses vallée s d e rivières, site s su r lesquel s s e multiplièren t le s port s d u trè s hau t Moyen Age. En 1977, Michel Rouche mit à son tour l'accent su r le facteur ethnique : c'est l'importanc e d u peuplement saxo n dans les contrées du Boulonnais méridiona l pratiquement désertées qui a fait de la basse vallée de la Canche un relais quasi obligé sur le s grands itinéraires fréquenté s pa r c e peuple mari n -»à la fois point d'arrivée, plaque-tournante d e répartitio n ver s le s autre s estuaires, e t poin t d e dépar t o u d e retour pou r l'angleterr e e t l e Bessin«48. J'insisterai pou r m a par t su r deu x autre s facteurs: l'un (fondamental, e t sur lequel je reviendrai) qui est le caractère originellement fisca l de s bords d e la Canche, e t la part corrélative d e la royauté franqu e dan s l'essor du vicus; l'autre (qui est étroitement associé à l'argumentation développé e à la fois pa r Jan Dhondt e t par Miche l Rouche ) qu i es t l e facteur nautique : le s peuple s germaniques de la mer du Nord avaien t diffusé u n type de navire à faible tirant d'eau, éventuellement dot é d'un e quill e rudimentaire, mai s plu s souven t à fon d pla t o u vaguement arrondi, surtou t à partir d u momen t o ù le s Frison s répandiren t su r le s rivages qu'il s fréquentaien t le s bateaux d u typ e houlque, o u encor e d u typ e cogue, qu'ils avaient mis au point 49. L'échouage devenait du même coup le mode d'accostag e idéal, et les estuaires alluviaux ou sableux les ports les plus recherchés. La basse vallée 45 Voir KENT, dans : R. BRUCE-MITFORD (op. cit. note21) p. 632 (n 25). L'identification d e l'atelier a été faite aprè s consultatio n de Jean Lafaurie. 46 Voir Claud e SEILLIER, dans : Histoire de Boulogne-sur-Mer (A.LOTTI N éd.), Lill e 1983, p.21 et 32; ID., Boulogne (not e 9), p Sur l'abando n définiti f de l a Bretagn e pa r le s Romains, voi r D.J. V. FISHER, Th e Anglo-Saxo n Ag e (c ), Londres 1973, p Ja n DHONDT, Le s problèmes d e Quentovic, dans: Studi in onore d i Amintore Fanfani, tome 1, Milan 1962, p , en particulier p Michel ROUCHE, Le s Saxons et les origines de Quentovic, dans: Revue du Nord 59 (1977) p , en particulier p Sur le s bateau x frison s e t leu r plac e dan s l'archéologi e naval e d u débu t d u Moye n Age, voi r Ol e CRUMLIN-PEDERSEN,»Cog-Kogge-Kaag«, dans : Handels og Sofartsmusee t p â Kronborg Ârbog (1965) p , où es t montrée l'origin e frisonn e d e la cogue (quoiqu e j e ne soi s pas d'accord ave c l'auteur sur l'identification d e la proto-cogue ave c les»bateaux de type frison«don t parle la Chronique Anglo-Saxonne e n il s'agit ici de houlques); Detlev ELLMERS, Frühmittelalterliche Handelsschiff - fahrt i n Mittel- und Nordeuropa, 2 e éd., Neumünster (en particulier p pour les origines de la houlque); Detlev ELLMERS, Frisian and Hanseatic merchants sailed the Cog, dans: The North Sea. A Highway of economic and cultura l exchang e (Arne BANG-ANDERSEN, Basi l GREENHILL, Egil Haral d

13 416 Stéphane Lebec q de la Canche, comme du reste celles toutes proches de l'authie ou de la Somme 50, se firent d e ce fait plus accueillante s au x nouveaux navires que l'estuaire, au x rives plus escarpées, d e l a Lian e o ù s e trouvait Boulogne. C'est d u rest e l e même phénomèn e qui amena, de l'autre côté du Pas-de-Calais, la substitution à Dubris/Douwres, ancie n pendant d e Boulogne a u temp s d e l'apogée romain, e t devenue moins accessibl e d u fait d e s a falais e e t d e se s plages d e galets 51, d'un sit e neuf, Sandwich, l e»vicus de s sables«, qui s'est développé à partir du VII e siècle sur les bancs alluviaux du Wantsum Stour, sur la côte orientale du Kent, et qui devint bientôt, pour qui, comme Wilfrid, venait d u continen t o u d u lointai n Sussex, l e»port d u salut«52. A l a différenc e d e Sandwich, Quentovi c n'exist e plus, e t o n s'es t longtemp s interrogé su r s a localisation. O n doi t maintenan t considére r qu e l e déba t es t clos. D'abord l a légend e fréquemmen t trouvé e su r le s monnaie s d e»wie en Ponthieu «ainsi qu e l a proximité, clairemen t formulé e pa r Alcuin, d e Quentovi c e t d e Saint - Josse (cella qui a donné naissance à un village qui porte encore ce nom) 53 auraient d û depuis longtemps réduire à néant toute argumentation e n faveur de la rive droite de la Canche. Or, Léo n Levillain, l e premier semble-t-i l (e n 1930), après avoi r fait éta t d e fouilles pratiquée s e n 1841/1842 dans l e hamea u d e Visemarest, situ é su r l a riv e gauche de la Canche, dans le fond d e la vallée à cinq kilomètres en aval de Montreuilsur-Mer, avai t proposé d e rapprocher l'ancien nom du lieu-dit, Wis-ès-Maretz, de la forme Wicus qui, dans l a Gaule carolingienne, suffisai t souven t à désigner Quento - vic 54. Cette analyse a été depuis confirmée par les travaux de Jan Dhondt et de Michel Rouche, qui ont reçu le renfort d u linguiste Hubert L e Bourdellès 55. Il a été relevé en GRUDE éd., Oslo 1985), p ; et enfin LEBECQ, Marchands e t navigateurs frisons (op. cit. note 37), tome 1, p (où l'o n verr a démontré e l'origin e frisonn e d e l a houlque). 50 L'existence d e l a douane d'amien s (voi r ci-dessu s not e 4) suffit à montrer l a réalité d u trafi c dan s l a basse vallée de la Somme. Quant au x naviculae qu i fréquentent l'embouchur e d e l'authie, voir la Vita S. Judoci (Vi e d e sain t Josse) éd. par Jean MABILLO N in Act a Sanctorum ordini s S. Benedicti, rééd. 1936, tome 2, ch. 8, p Sur Douvres au x temp s romains, voir SEILLIER, Boulogn e (cit é note 9), p ; sur Douvres au x temps barbares, voir Ti m TATTON-BROWN, Th e Towns o f Kent, dans : Jeremy HASLA M éd., Anglo - Saxon Towns i n Souther n England, Chichester 1984, p. 1-36, en particulier p Si Sandwich s e trouvait non loin du for t romai n de Richborough, l e site même était totalement vierg e au VII e siècle: cf. TATTON-BROWN, op. cit. note 51, p La mention d u portus salutis es t faite à deux reprise s (ch. 13 et 57) par Eddiu s Stephanu s dan s s a Vita Wilfridi (éd. COLGRAV E cité e note 43, p. 28 et 124). Très bonne cart e de la région d e Sandwich dans: David HILL, An Atlas o f Anglo-Saxo n England, Oxford 1981, p Pour»Wie en Ponthieu«, voi r pa r exempl e le s monnaie s de Crondal l - ci-dessus not e 44. Pour l a proximité d e Quentovi c e t d e Saint-Josse, voi r Alcuin i Epistola e n 25, dans : Ernst DUEMMLER, M.G.H., Epistolae, t. IV, p Je précis e d'emblé e qu'o n trouver a presqu e toute s le s source s écrites relative s à l'histoire ancienn e d e Quentovi c dan s LEBECQ, Marchand s e t navigateurs, tome 2, Corpus (cit é note 37): toutes le s références son t groupée s dan s l'index, entré e»quentovic«, p Léon LEVILLAIN, Etude s su r l'abbay e de Saint-Deni s à l'époque mérovingienne, IV. Les document s d'histoire économique, dans : Bibliothèqu e d e l'ecol e de s Chartes 91 (1930 ) p. 5-65, en particulie r p. 25, note 3. Faut-il redir e ic i l a qualité, l a nouveauté d e cette étude, e t l e fait qu'ell e n' a jamai s ét é remplacée? 55 Pour Jan DHONDT e t Michel ROUCHE, voi r le s étude s citée s notes 47 et 48, respectivement p. 195 (et n. 37) et p Pour l'approch e linguistique, voir Hubert L E BOURDELLÈS, Le s problèmes linguisti - ques d e Quentowic, dans : Revue d u Nord5? (1977 ) p ; ID., Les problèmes linguistique s d e Montreuil-sur-Mer: le s origines de la ville à travers ses noms successifs, dans: Revue du Nord 63 (1981 ) p , en particulier p ; ID., Les ports d e la Canche à l'époque gallo-romain e e t dans l e

14 La Neustrie e t l a mer 417 particulier qu'un hameau voisin de Visemarest, Monthuis, était appelé il y a quelques siècles Monthevis, quan d ç a n'était pas, plu s transparen t encore, Mon t a Wis. E n sorte qu'il apparaît que c'est tout le fond d e la vallée de la Canche dans le territoire de l'actuelle commun e d e l a Calotteri e (qu i s'étal e a u pied, e t à l'ouest, d u platea u crayeux qui porte Montreuil) qui donna son site à Quentovic (voir fig. 3). Ce secteu r était d'ailleur s innerv é (ultim e déterminan t d e l a situation précis e d u vicus) pa r u n réseau d e voie s romaine s secondaire s qu i assurai t l a liaiso n ave c l a grand e voi e Boulogne/Amiens bie n connue grâce à la Table de Peutinger, qui coupait la Canche à Brimeux, e n amon t d e Montreuil, e t qu i commandai t le s direction s essentielle s d e Reims et de Paris 56. Les sondages archéologiques récent s effectué s pa r Pierre Léma n puis par David Hill sur les sites de Visemarest e t du pont d e Beutin achèvent, s'il e n est besoin, de confirmer cett e localisation 57. L a venue sur le site de l'archéologue d e Manchester suffi t à montrer l'importanc e - et l'urgence - d'une fouill e systématiqu e du site : i l fau t absolumen t qu' à l'insta r d e Hamwih, d e Dorestad, d'haithabu, d e Kaupang, d e Birk a e t d e tan t d'autre s site s côtiers, Quentovi c sort e pe u à peu de s marais tourbeu x d e l a Canche 58. Car Quentovic fut indiscutablement l e grand port d e la Neustrie mérovingienne e t carolingienne. S' y trouvai t - on l e sait maintenant suffisammen t - le siège d'une de s grandes douane s d e l'etat franc, don t Charlemagn e voulut bien exempter e n 779 les négociantes d e Saint-Germain-des-Prés 59, mai s à laquell e so n fil s Loui s l e Pieu x exigea qu'en 828 les marchands ravitaillan t l e Palais e t qu'en 831 les hommes d e l a cathédrale d e Strasbourg continuassen t d'êtr e soumis 60. A l a tête d e l a douane étai t délégué un très important personnage comme, sous Charlemagne, l'abbé Geroal d d e Fontenelle, désign é procurator... per diversos portus ac civitates exigens tributa haut Moye n Age, dans : A.LOTTIN, J.-C. HOCQUET, S. LEBECQ (éd.), Le s Homme s e t l a Me r dan s l'europe d u Nord-Ouest d e l'antiquité à nos jours (Colloque de Boulogne-sur-Mer, 1984), Lille 1986, p , en particulier p Voir Pierre LÉMAN, Le s voies romaines de la Belgique seconde (Thèse de 3 e cycle, Lille 1972); Charles PIETRI, dans : Histoir e de s Pays-Ba s français. Document s (dirig é pa r L.TRENARD, Toulous e 1974) p.21-23; H. LE BOURDELLÈS, Le s voie s antique s o u ancienne s d e Vicus-Quentovic, dans : Caesaro - dunum 18 (1983) (Colloque su r le s voies ancienne s e n Gaul e e t dans l e monde romain), p P. LÉMAN e t J. L. COUSIN, Contributio n à la recherche d e Quentovic: découvert e d e tesson s d u hau t Moyen Ag e dans la Canche, dans: Revue du Nord59 (1977 ) p ; P. LÉMAN, Contributio n à la localisation d e Quentovic o u l a relance d'un vieu x débat, dans: Revue du Nord63 (1981), p Sur le s sondage s effectué s pa r Davi d HILL en 1984, et 1986, communication d u mêm e a u Colloque Th e rebirt h o f Town s i n th e West, A D , organisé pa r l e Council for British Archaeology e t le Museum of London, Londres mars 1986, à paraître. Voir en tout dernie r lieu l'article d e Pierr e LÉMAN, A l a recherch e de Quentovic, dans : Archeologi a (Dijon/Paris), n 218, novembre 1986, p ; et Keith MAUDE, Quentovic, Dark Ag e Europort, dans: Populär Archaeology, Août 1986, p Dois-je rappele r qu e Michel D E BOÜARD exprimait l a même impatience e n 1969 dans son articl e»o ù en es t l'archéologie médiévale?«, dans: Revue Historique241 (1969 ) p D'après l e diplôme cit é ci-dessus, note D'après l e Précepte de s marchands de 828 étudié par François L. GANSHO F (Note su r l e >Praeceptu m Negotiatorum< d e Loui s l e Pieux, dans : Stud i i n onor e d i Armand o Sapori, tomel, Mila n 1956, p ) et reproduit in extenso dans mon Corpus (cité note 37) p Et d'après un diplôme de 831 en faveur d e la cathédrale de Strasbourg, dont l'original es t conservé au x archives du Bas-Rhin, e t qui a été édité par Dom BOUQUET, Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. VI, p , n CLXX.

15 418 Stéphane Lebec q ^n Vo^ cordo réseau hydrographiqu e e t côt e d e l a Manche dans leu r tracé actue l n des dunes littorale s ~ ^--^^^ actuell e zon e d'inondatio n " ^~Z~ talu s du plateau crayeux Q ville s actuelles (Etaples, Montreuil) O villag e actue l (La Calotterie ) villages actuel s o ù son t signalé s de s a bien s fonciers d'abbay e a u IX e siècle i lieux-dits à toponyme en -vis (=v/cus ) o équipement religieu x d e l'ancien vicus lieux-dits o ù ont ét é faites de s découvertes archéologiques probante s extension maximale de l'ancienne zone 'W/h "'" d'activité du vicus Fig. 3 Quentovic dan s so n environnemen t d'aprè s l a carte IGN»Montreuil «a u e

16 La Neustrie e t la mer 419 atque vectigalia, maxime in Quentawic 61, o u comme, sou s Charle s l e Chauve, Y illuster vir Grippo, prefectus emporii Quentovici 62. La titulature d u premier laiss e d'ailleurs entendr e qu'a u vicus de la Canche étai t reconnue une certaine supériorit é dans l'administratio n de s douanes pa r rapport à tels autre s port s e t cités, de toute évidence neustriens. L a même chose, semble-t-il, peu t êtr e dit e d e la monnaie: le monnayage de Quentovic, dont on a vu qu'il remonte aux environs de 600, semble en effet avoi r duré, s i l'on se réfère a u trésor d e Fécamp, jusqu' à l a fin du X e siècle, peut-être ver s 970/ O r l'édi t d e Pitre s d e 864 retint Quentovic, qu i avai t pourtant ét é mis à mal par les Normands e n , parmi le s dix ateliers auxquel s Charles le Chauve continua de reconnaître le droit de frappe: non seulement l'atelie r du vicus étai t le premier cit é aprè s celu i du Palais, mais il était en outre précisé que celui de Rouen, qui suivait immédiatemen t su r la liste, ad Quantovicum ex antiquo consuetudine pertinet 65. Ains i devient-i l éviden t que non seulement la douane, mai s aussi la monnaie de l'antique civitas, qui abritait e n tout éta t de cause le second por t de me r neustrien, dépendaien t administrativemen t d e Quentovic : c e n'est pa s la première, c e n'est pas non plus la dernière foi s qu'o n entrevoi t l'étroitess e de s liens unissant l a basse vallée de la Seine aux rivages de la Canche. Si pou r le s Anglai s i l n'étai t pa s question, quan d il s parlaien t d e Quentovic, d'éliminer l e préfixe (il s avaient che z eu x tant d e vici, tan t d e noms e n -wichl), le s sources continentales - en particulier diplomatiques - abrégeaient volontiers pour ne retenir qu e WICOS o u WICUS; Alcui n lui-même, ralli é au x usages continentaux, parle dan s s a correspondance d'in vicos, dw wicos ou encore de de wicus 66. O n se demande, surtout dans le dernier exemple, qui donne lieu à une aberration grammati - cale, s i cette abréviatio n familièr e n e s'est pas répandue depui s le s temps mérovin - giens, où les trientes de Quentovic portaient souvent la simple legende de WICOS ou WICUS 67. C e qui en dirait lon g sur la diffusion d e ces monnaies, et plus générale - ment su r l a notoriét é d u lie u - un lie u où, o n v a l e voi r dan s u n instant, d e 61 D'après le s Gesta de Fontenelle, livr e 12, ch.2, éd. LOHIER e t LAPORTE cité e note22, p D'après le s Miracles de saint Wandrille, II, ch. 15, éd. HOLDER-EGGER cité e note 40, p Sur les origines d u monnayag e d e Quentovic, voi r le s références ci-dessu s note s 44 et 45. Sur les frappes carolingiennes, voi r Mauric e PROU, Le s monnaies carolingiennes, Pari s 1896, p ; Karl MORRISON et Henr y GRUNTHAL, Carolingia n coinage, New York 1967, p. 94 (n 121a: denie r d e Charlemagne), p. 130 (n : Louis le Pieux), p (n : Charles le Chauve), p.291 (n 1371 : Charles le Simple); et Françoise DUMAS-DUBOURG, L e trésor de Fécamp et le monnayage en Francie occidental e pendan t l a seconde moiti é du X e siècle, Paris 1971, p D'après le s Annales d e Saint-Bertin, a 842: éd. L. LEVILLAIN, F. GRAT, J. VIELLIARD, S. CLEMENCET, Paris 1964, p Edit de Pitres, éd. BORETIUS e t KRAUSE, M.G.H., Capitulari a regu m Francorum, t. 2, p. 315, Si Bède le Vénérable, Eddius Stephanus, Willibald auteur de la Vita prima de Boniface parlen t tous - avec des nuances orthographique s - de Quentovic, on lit in Wicus dans le diplôme de 779 pour Saint - Germain-des-Prés, ou ad Wicus dans un faux célèbr e soi-disant donn é par Dagobert à Saint-Denis et dont il sera question plu s loin. Pour ce s références comm e pour celle s de la correspondance d'alcuin, on peut s e reporter a u Corpus cit é note 37 (voir, dan s l'index, l'entré e Quentovic, p. 458). 67 Voir Mauric e PROU, Le s monnaies mérovingiennes, Pari s LAFAURIE, Le s routes commerciale s (op. cit. note44), p. 278 (avec list e d e quelques trouvailles) ; ID., Aperçu su r la numismatique d e la Neustrie (c. 650-c. 850), dans: La Neustrie (catalogu e d'expositio n édit é par Patrick PERI N e t Laure- Charlotte FEFFER, Roue n 1985), p , en particulier p. 322 (n 6: légende WICOS); ou Michel DHENIN, L a monnaie, dans : L e Nor d d e l a Franc e d e Théodos e à Charle s Marte l (catalogu e d'exposition, Lill e 1983), p , en particulier p. 129 (n 153: légende WICUS).

17 420 Stéphane Lebec q nombreuses institutions neustriennes avaient, ou cherchaient à avoir, un pied-à-terre. Il nous faut e n effet aborde r maintenant l a question de s relations entre les côtes de la Neustrie (e t plus précisément le s ports qu'elles abritent) e t un arrière-pays dont tou t montre qu'entre le VII e et le IX e siècle il a multiplié ses contacts avec la mer et parfois l'outre-mer. Les contacts avec l'arrière-pays, ou Quentovic resitué Rome, pou r commencer, avai t facilit é le s choses, e n léguan t à l a Neustri e u n important résea u routie r à l'orientatio n caractéristique. L'essentie l d e l a voiri e s'articulait e n effe t su r d e grande s route s orientée s gross o mod o Sud-Est/Nord - Ouest ou, plus a u nord, Est/Ouest: le s unes e t le s autres assuraien t l a liaison entre, d'une part, le s franges orientale s du Bassin parisien - elles-mêmes adossée s au gran d axe méridien du Rhône e t de la Saône et de ses prolongements mosa n et rhénan - et, d'autre part, le s estuaires e t les grands ports d e la Manche. On devin e d'emblée qu e ce réseau avai t e u pour finalit é principale a u temps de la grandeur romaine d'assure r le contac t entr e l'italie, o u encor e le s important s réservoir s d e troupe s installé s l e long d u limes rhénan, e t l a Grande-Bretagne. C'étai t évidemmen t l e cas de l a route Chalon-sur-Saône/Paris/Rouen; d e la route Langres/Reims/Amiens/Boulogne; e t de la rout e Cologne/Maastricht/Tongres/Bavai/Cambrai/Boulogne. Mai s i l existai t d'importantes transversales, en même temps que tout un réseau de voies secondaires, qui permettaien t l'intégratio n éventuell e au x grand s mouvement s d e circulatio n d e sites reculés, e t - pourquoi pas? - de site s neufs. Encor e fallait-i l qu e l e résea u n e dépérît pas après le retrait d e Rome. Or, pour cette région comme pour les autres, la tendance a longtemps préval u parm i le s historiens à considérer le s temps mérovin - giens et carolingiens comme ceux de la dégradation, voire de l'abandon de s routes de terre. Le s texte s cependant son t suffisammen t nombreu x qu i montrent au x VI7IX e siècles la pratique de s grands déplacements continentaux, voire celle - parfois su r de longues distance s - de lourd s charrois, pour qu'o n puiss e considére r qu e l a voiri e héritée a au moins continu é d'êtr e praticable 68. Pourrait-on explique r l e développement, puis le succès durable, du port de Quentovic sans un certain entretien, et même un renouvellement, d e la voie de terre? La Canche en effet étai t une petite rivière qui, vers l'amont, devenai t vit e u n cul-de-sa c économique, e n sort e qu e le s liaison s d e Quentovic ave c son arrière-pays n e pouvaient êtr e que terrestres: c'est pourquoi, on l'a évoqu é tout à l'heure, l e raccordement d u vicus ave c les grandes voies du résea u gallo-romain fu t un e nécessité : ave c l a voie, d'abord, qu i assurai t l a liaison entr e l a baie d e l a Somme e t l'estuaire d e la Seine - celle que Charlemagne emprunt a e n l'a n 800, quand per litus maris i l all a d e Centul a à Rouen, o u qu'empruntèren t e n sen s inverse le s moines d e Fontenelle quan d e n 858 ils transférèrent leur s reliques depui s 68 Renée DOEHAERD, A U temp s de Charlemagne e t des Normands. Ce qu'on vendait e t comment on l e vendait dans le Bassin parisien, dans: Annales. E.S.C. 1 (1947) p , en particulier p. 270; Michel ROUCHE, L'héritag e d e l a voiri e antiqu e dan s l a Gaul e d u hau t Moye n Ag e (V e -XI e siècle), dans : Flaran3. L'homm e e t la route e n Europe occidentale, a u Moyen Ag e e t au x Temps modernes, Auch , p , en particulie r p. 15 et 23-26; et Jean-Pierr e DEVROEY, U n monastèr e dan s l'économie d'échanges: les services de transport à l'abbaye Saint-Germain-des-Prés a u IX e siècle, dans: Annales E.S.C. 39 (1984 ) p , en particulier p

18 La Neustrie e t la mer 421 leur monastère jusqu'à Quentovic 69 ; et surtout ave c la voie qui, empruntant d'abor d le vieil axe Boulogne/Amiens, menait ensuit e a u cœur même de la Neustrie, à Paris: quand - exemple donné par Bède, mais qui n'est pa s l e seul - le vieux Théodore d e Tarse, nouvellemen t prom u archevêqu e d e Canterbury, du t rejoindr e so n sièg e e n 669 après un e longu e halt e à Paris, e t qu'i l fit, escort é par Raedfrit h prévô t d u ro i Egbert de Kent, l e voyag e d e Quentovic, i l dut d'abor d emprunte r l a transversal e Paris/Beauvais/Amiens, avan t d e suivr e l a grand e rout e d e Boulogne, qu'i l du t finalement quitte r avan t l a traversé e d e l a Canch e pou r rejoindr e pa r de s voie s secondaires Quentovic 70. De toute évidence, l'ancien résea u romain avait dû, surtou t dans les dernières sections du trajet, êtr e adapté au développement d u nouveau port. Par contre, l à où l a voie d'ea u existait, i l est incontestable qu'ell e a été beaucou p utilisée. Le s caractère s même s d e l a nouvell e batellerie, fait e d e navire s autan t capables de remonter le cours des rivières que d'affronter l a houle marine 71, ainsi que la multiplicité - voire, en particulier dans les moments d'affaiblissement d e l'autorit é centrale, la multiplication - des taxes et tonlieux qui entravaient le développement d e la circulation continentale 72, lu i ont donn é un avantag e certain. J'ai évoqu é l'anima - tion de s estuaire s e t de s basse s rivière s côtières, à travers le s exemples picard s d e la Canche bie n sûr, mai s auss i d e l a Somme ou d e l'authie. C e qu i frapp e surtout, c e sont le s déplacements su r d e très longues distance s qu i montrent qu e le s navires d u temps pouvaien t mettr e l a plu s haut e vallé e de s rivières, parfoi s de s fleuves, e n contact rapide, quelquefois mêm e immédiat (j e veux dire sans changement d'embar - cation) ave c l a mer. Ains i l a Loire, qu e remontaien t le s bateaux rempli s d'esclaves, mais surtout, plu s régulièremen t mentionnés, parfoi s jusqu' à Nevers, le s bateau x remplis d e sel 73, était-elle descendue par de s navires parfois chargé s de sarcophages, 69 Pour 800, voir le s Annales regn i Francorum, a 800, éd. RA U (cité e note 33), p. 72; pour 858, voir le s Miracula sanct i Wandregisili, éd. HOLDER-EGGE R (cité e note 40), p BEDE, Histori a ecclesiastica, livr e IV, ch. 1. Ed. COLGRAVE-MYNOR S cité e note43, p Cette tradition a ét é repris e pa r MABILLO N dan s so n éditio n de l a Vit a S. Theodori de s Acta Sanctorum ordinis S. Benedicti (vol. 2, réédition d e 1936, p ), en particulie r p. 1032: c'est à ell e qu e renvoie Mme DOEHAERD dans son article cité note 68, p. 270 (n. 12). Sur Théodore de Tarse, v. en part. Wilhelm LEVISON, England and th e continen t in the eighth Century, Oxford 1946; et Henry MAYR - HARTING, Th e Coming of Christianity to Anglo-Saxon England, Londres 1972, en particulie r p Pour l e réseau des voies secondaires dans la région d e Quentovic e t son raccordement au x grandes voie s romaines, voir L E BOURDELLÈS, articl e cit é note Je renvoi e au x ouvrages de D. ELLMERS e t d e S. LEBECQ cité s note La multiplication abusiv e des tonlieux dans les années qui ont précédé le retour à l'unité franque sou s Clotaire II est clairement suggéré e par le s articles 8 et 9 de son édit de 614. Ed. BORETIU S e t KRAUSE, M.G.H., Capitulari a regu m francorum, 1. 1, p. 20. Pour avoi r un e bonn e idé e de s taxe s pesant su r l a circulation terrestr e (foraticum, rotaticum, portaticum, pontaticum, pulveraticum.. J, i l suffi t de s e reporter au x diplômes d'exemptio n accordé s au x abbayes d e Saint-Denis (753) ou d e Saint-Germain - des-prés (779) par Pépi n l e Bre f e t Charlemagne : voi r mo n Corpu s de s source s écrite s cit é note 37, p. 403 et p Le no m de Françoi s L. GANSHO F domin e l a bibliographi e de l a question : voi r A propos d u tonlie u sou s le s Mérovingiens, dans: Studi in onore d i Amintore Fanfani, 1. 1, Milan 1962, p ; et ID., A propos d u tonlie u à l'époque carolingienne, dans : L a Città nell'alt o Medioev o (VI e Settiman a d i studio de Spolète, 1958, éd. Spolèt e 1959), p ROUCHE (dan s L'Aquitaine, op. cit. not e 25, p. 245, 31 5 et 598 n. 384, avec références ) e t plu s récemment JOHANE K (dans : Der >Aussenhandel< op. cit. note36, p ) font bie n d e mettr e e n relation avec la route du sel l'existence de s tonlieux de Port-Saint-Père (sur le Tenu), de Champtoceaux et de Vocassé (sur la Loire), dont le produit fut donné en 652/653 à l'abbaye de Stavelot/Malmédy. Un diplôme de Loui s l e Pieux (817/829) exempte d'ailleur s explicitemen t d e tout tonlie u su r l e se l deu x

19 422 Stéphane Lebec q mais beaucou p plu s souven t chargé s d e vin, comm e ceu x qu'affrét a à Orléans au x environs de 585 le marchand Christophe dont parle Grégoire de Tours 74. C'est dan s une simple scafa, une barque, que Colomban descendi t la Loire de Nevers à Nantes, et c'est de nouveau en barque qu'à Nantes il prétendit gagner les bouches de la Loire, après avoi r a u préalable confi é se s compagnons e t une cargaiso n qu i n e comprenai t pas moins d e cent mesures d e vin et trois cents mesures de céréales à»un navire qu i pratiquait l e commerc e ave c le s Irlandais«. Curieusemen t - signe d'u n cie l qui, suivant l'hagiographe, ne voulait pas que le moine revînt sur la terre de ses ancêtres - le bateau marchand fut, dan s la traversée d e l'estuaire d e la Loire, refoulé par le flu x de la marée montante su r les berges du fleuve 75. Semblabl e mascaret nous es t décrit, sur la Seine, par l'auteur de s Gesta des abbés de Fontenelle:»venant de l'océan infin i appelé auss i Me r britannique, s e formen t dan s c e fleuve, d e jou r e t d e nuit, deu x marées qui s e rencontrent, lutten t l'une contr e l'autre, de telle façon qu e le cours d u fleuve paraî t plutôt remonte r ver s s a source que descendr e e n ava l... On enten d l e flot à plus de cinq milles, et il apparaît comme une vague immense pénétrant dan s le lit d u fleuve... Cette barr e s e répan d dan s le s prés avoisinants, e t combl e plu s o u moins le s huit cent s pas qu i séparen t l a Seine d e l'abbaye«76. D e faço n plu s patent e encore qu e dan s l e ca s d e l a Loire, i l apparaî t qu e l e mascare t d e l a Sein e n' a pa s opposé un e tro p grand e dissuasio n au x mouvement s de s bateau x marchands. Le s textes, ici, son t nombreu x e t unanimes :»voi e pou r le s vaisseaux, commodit é d'échanges pour beaucoup«, écrit, vers 700, l'auteur de la»vita Filiberti«;»glorieus e par l e va-et-vient d e se s navires«, continue, ver s 830, l'auteur de s Gest a d e Fonte - nelle 77. Nithard, heureusement, dépass e l e topos hagiographique : c e sont, trè s précisément, vingt-hui t mercatorum naves qu e Charle s l e Chauv e réquisitionn a e n mars 841 pour traverser l a Seine en direction d e Rouen, e t c'en sont vingt autres qu e Lothaire trouva à Saint-Denis en septembre de la même année dans l'espoir d e passer sur l a riv e gauche 78. Lou p d e Ferrière s cherch a mêm e à recruter e n 858»quelques habiles charpentier s qu i aideraien t le s nôtres à construire u n batea u meilleu r qu e c e que nou s pourrion s trouve r à acheter«, c e qu i prouv e à l a foi s l a nécessit é dan s laquelle s e trouvaient le s grandes institution s ecclésiastique s d'e n posséde r un, ains i navires d e l'église d e Nevers. Mai s i l faut égalemen t mentionne r l'existence, ver s l'amont, d'u n trafi c d'esclaves conn u pa r un e sourc e d e 619/620, la Vie de saint Maurille évêqu e d'angers: v. VERHULST, Der Hande l (cité n. 36), p. 7 et Historia Francorum, livr e 7, ch. 46, éd. Rudolf BUCHNER, Grego r von Tours. Fränkische Geschichte, t. 2, Berlin 1967, p Les sarcophages pouvaient auss i constituer u n fre t d e retour: cf. TONNERRE, Le commerce (cit é n. 36), p Vita Colombani d e Jonas, 1.1, ch , éd. KRUSCH ; éd. (partielle) VERHULS T citée s note 36. Voir le commentaire d e JAMES dans: Ireland an d wester n Gaul (op. cit. note 14), p Gesta de Fontenelle, 1.1, ch. 5, éd. LOHIER-LAPORT E (cité e note 22), p Cette belle traduction es t due à dom Antoine LEVASSEUR, dans: L'Eau-Dieu à Jumièges, dans: Jumièges, congrès de 1954 (op. cit. note 27), p On trouv e un e autr e évocation d u mascaret su r la basse Seine, mais plus courte, dans l a Vita Filiberti, ch.7, éd. LEVISO N (cité e note 31), p Pour l a Vit a Filiberti, ch. 7, même référenc e qu e ci-dessu s not e 76. Traduction d e Miche l MOLLAT, dans: M. MOLLAT e t Ren é VA N SANTBERGEN, L e Moye n Age, Lièg e 1961, p.25. Commentaire d e Michel MOLLAT, dans : Jumièges, foye r d e vi e maritim e médiéva l (cit é note 27), p Et pou r le s Gesta d e Fontenelle, 1.1, ch. 5, même référenc e qu e note NITHARD, Histoir e des Fils de Louis le Pieux, éd. Philippe LAUER, nouveau tirage, Paris 1964: livre 2, c. 7 (p ) et livre 3, c. 3 (p ).

20 La Neustrie e t la mer 423 que l'existenc e d'u n march é d e bateaux su r l a Sein e moyenne o u su r l e Loing 79. L a suite d e l a correspondanc e montr e clairemen t qu'un e foi s construit, l e bateau étai t capable d e descendre, ave c passager s e t cargaison, l e Loin g pui s l a Sein e jusqu' à Conflans-Sainte-Honorine, pui s d e remonter l'ois e jusqu' à Creil, pourvu d u moin s qu'on ne fût pas»exposé aux pirates«80. Tel passage, presque contemporain (861), des Annales d e Saint-Bertin, o ù l'on voi t de s navires marchands poursuivis sur la Seine, et finalemen t saisis, par le s pirate s Scandinaves 81, montre qu e le s appréhension s d e Loup n'étaien t pa s tou t à fait vaines. Mai s i l es t tout auss i clai r qu e l a menace qu i couvait n'étai t pa s suffisant e pou r qu e l'o n renonçâ t à toute idé e d e voyage, e n ce s temps où l a pression vikin g était permanente su r l a Seine, surtout depui s l e moment (856) où l'îl e d e Jeufosse, prè s d e Mantes, fu t transformé e pa r le s pirates e n cam p retranché 82. Voic i un e bell e preuve, certe s a contrario, d e l'importance pris e pa r l a navigation fluvial e su r l a Seine carolingienne. Il fau t dir e qu e celle-c i conduisai t a u cœu r mêm e d u Bassi n parisie n - de l a Neustrie donc-, don t ell e étai t l a véritabl e bissectrice. L a Sein e e t se s affluent s convergeaient e n effe t dan s l'important march é constitué par l a ville de Paris même, par le s grand s établissement s ecclésiastique s qu i avaien t ét é fondés dan s so n immé - diate périphérie, e t par les domaines densément peuplés qui appartenaient au x uns et aux autres. Il s menaien t e n particulie r à l'abbaye d e Saint-Denis, don t le s foire s - fondées pa r privilèg e d e Dagobert en 634/635 ainsi qu e l' a définitivemen t montr é Léon Levillai n - attiraient chaqu e année e n octobre les foules sou s ses murs 83. Ici se concentraient, grâc e à d'importants charroi s e t à de tou t auss i important s mouve - ments de navigation auxquel s étaient en particulier contraints les hommes des grands propriétaires, le s produit s d e l'agricultur e e t d e l'artisana t neustriens. Bien sû r l'abbaye d e Saint-Denis, à qui avaien t ét é donnés - premier privilèg e d e cette sort e dans l'histoire d e la royauté mérovingienne - les revenus et tonlieux d e la foire, s'e n trouva-t-elle l a principale bénéficiaire ; mai s i l n'est pa s moin s éviden t qu e d'autre s établissements parisiens, Saint-Germain-des-Pré s e n tête, n e puren t qu e»profiter, directement o u indirectement, d e l'afflu x de s marchand s étranger s à Pari s e t d e l a renommée international e de s vin s d e France«, comm e écri t Jean-Pierre Devroey 84. Car ce s foires, qui commençaient l e 9 octobre, jour de la Saint-Denis, mais aussi date approximative de la sortie des vins nouveaux, étaient avant tout de s foires a u vin. Ce produit faisai t terriblement défau t dan s les pays du Nord, e t les foires, qui drainaient et écoulaien t un e important e productio n régionale, n e puren t qu e contribuer, e n mettant su r l e marché - et à des conditions nettemen t avantageuse s - un te l produit d'appel, à ouvrir l e Bassi n parisie n su r l e résea u de s grand s échange s maritime s d e l'europe septentrionale. Auss i ne s'étonne-t-on pa s d e voir, ave c le temps, d'autre s 79 LOUP D E FERRIÈRES, Correspondance, éd. LEVILLAI N cité e note 28, tome 2, p. 134 (lettre 105), p. 138 (lettre 106), p. 142 (lettre 107), p. 156 (lettre 111). 80 Cf. l a lettre 111 citée ci-dessus. 81 Annales d e Saint-Bertin, a 861, éd. LEVILLAIN-GRA T (cité e note 64), p Voir Lucie n MUSSET, Le s Invasions. L e secon d assau t contr e l'europ e chrétienn e (VII e -XI e siècle), Paris 1965, p Voir Léo n LEVILLAIN, Etude s su r l'abbay e d e Saint-Deni s à l'époqu e mérovingienne. IV. Les documents d'histoir e économique, dans : Bibliothèqu e de l'ecol e de s Charte s 91 (1930 ) p. 5-65, en particulier p DEVROEY, U n monastèr e (op. cit. note 68), en particulier p. 579.

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814).

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Carolus Magnus (dit Charles «le grand») plus connu sous le nom de Charlemagne. 1. En 768, Charlemagne devient roi des Francs et remplace son

Plus en détail

Préfixe "MA" ALVEOLE VI

Préfixe MA ALVEOLE VI Préfixe "MA" ALVEOLE VI VI-A-00 : Tirés-à-part VI-A-8 : Atlas des villes VI-E-7/8 : Atlas VI-T-0/1 : Bibliographie de l'histoire de France 100 : Histoire urbaine 101 : Généralités, urbanisation 102 : Atlas

Plus en détail

Des mérovingiens aux carolingiens. Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien

Des mérovingiens aux carolingiens. Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien Des mérovingiens aux carolingiens Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien 1 Introduction L Empire Carolingien a marqué l histoire de la France. Succédant aux Francs,

Plus en détail

2-1 ére partie : Les Deux Vallées : leur histoire et environnement proche et lointain

2-1 ére partie : Les Deux Vallées : leur histoire et environnement proche et lointain un 2-1 ére partie : Les Deux Vallées : leur histoire et proche et lointain 2.1 Les Deux Vallées : une histoire 2.2 Les Deux Vallées : un Schéma de Cohérence Territoriale des Deux Vallées Rapport de présentation

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

La célèbre Tapisserie de Bayeux trouve une fin plausible: Les dernières scènes brodées à Aurigny obtiennent l approbation officielle

La célèbre Tapisserie de Bayeux trouve une fin plausible: Les dernières scènes brodées à Aurigny obtiennent l approbation officielle La célèbre Tapisserie de Bayeux trouve une fin plausible: Les dernières scènes brodées à Aurigny obtiennent l approbation officielle Peu de gens savait que la Tapisserie de Bayeux était incomplète. La

Plus en détail

RÉGIBEAU Julien. Aspirant F.R.S.-FNRS

RÉGIBEAU Julien. Aspirant F.R.S.-FNRS RÉGIBEAU Julien Aspirant F.R.S.-FNRS Université de Liège Faculté de Philosophie et Lettres «Transitions». Département de recherches sur le Moyen tardif & la première Modernité Service d Histoire moderne

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

Histoire Le Moyen-âge La société féodale

Histoire Le Moyen-âge La société féodale Histoire Le Moyen-âge Objectif(s) : - Connaître les 3 ordres de la société médiévale - Découvrir le cadre et le mode de vie des seigneurs au Moyen Age : Seigneurs / vassaux / chevaliers Histoire racontée

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

L'Angleterre des Angles et des Saxons Sophie Cassagnes-Brouquet Professeur d'histoire médiévale à l'université de Toulouse-II-Le Mirail

L'Angleterre des Angles et des Saxons Sophie Cassagnes-Brouquet Professeur d'histoire médiévale à l'université de Toulouse-II-Le Mirail L'Angleterre des Angles et des Saxons Professeur d'histoire médiévale à l'université de Toulouse-II-Le Mirail La période qui s'étend de l'installation en Bretagne des peuples germaniques, à partir de 450,

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Foire aux questions Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose à faire?

Foire aux questions Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose à faire? Foire aux questions DSDEN = Direction des services départementaux de l'éducation nationale (ex I.A.) Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans...

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... LE BATON D ISHANGO Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... Les collections du Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles abritent un artefact aussi unique que remarquable : le bâton d Ishango.

Plus en détail

DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A

DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A Portant création et fixant les conditions d'attribution de la licence de pêche COQUILLE St JACQUES - gisement BAIE DE SEINE - Le Comité Régional des Pêches et Cultures Marines

Plus en détail

Les métiers de la ville 1. Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE

Les métiers de la ville 1. Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE Les métiers de la ville 1 Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE Les métiers de la ville 2 SOMMAIRE INTRODUCTION P.3 - PREMIÈRE PARTIE : LES MÉTIERS P.4 DEUXIÈME

Plus en détail

Service communication - Mairie

Service communication - Mairie Service communication - Mairie PSS Coralline (Cherbourg) Patrouilleur de Surveillance des Sites, Filleul de la ville de Saint Valery en Caux. VCSM Yser (Dieppe) Vedette Côtière de la Gendarmerie Maritime.

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

Outil d Evaluation relatif aux Socles de compétences Premier degré de l enseignement secondaire HISTOIRE. ANVERS AU XVI e SIÈCLE. Dossier de l élève

Outil d Evaluation relatif aux Socles de compétences Premier degré de l enseignement secondaire HISTOIRE. ANVERS AU XVI e SIÈCLE. Dossier de l élève Outil d Evaluation relatif aux Socles de compétences Premier degré de l enseignement secondaire HISTOIRE ANVERS AU XVI e SIÈCLE Dossier de l élève Nom :.. Prénom : Classe : Première partie Tâche : Tu disposes

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal rue de Finsterwalde Montataire Dossier IA60001666 réalisé en

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët. Département 56

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 Le Grand Pont sous le Faouët. Département 56 Le Haut Ellé Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët Département 56 Présentation L'Ellé regroupe tous les niveaux techniques, ainsi l'ellé peut être divisée en trois tronçons

Plus en détail

Les ILES ANGLO- NORMANDES -CHANNEL ISLANDS

Les ILES ANGLO- NORMANDES -CHANNEL ISLANDS UTL CAMBRAI AGENCE AVENTOUR FECHAIN DU 10 AU 14 MAI 2016 Les ILES ANGLO- NORMANDES -CHANNEL ISLANDS JOUR 1 : JERSEY «L île aux fleurs» 6H00 - Réunion des participants et départ en direction de ST MALO

Plus en détail

Mobilité du trait de côte et cartographie historique

Mobilité du trait de côte et cartographie historique Mobilité du trait de côte et cartographie historique 1 Frédéric POUGET Université de La Rochelle UMR 6250 LIENSS (Littoral Environnement et SociétéS) Colloque Les littoraux à l heure du changement climatique

Plus en détail

Journées d'études de l'association des Conservateurs des Antiquités et Objets d'art de France. Programme

Journées d'études de l'association des Conservateurs des Antiquités et Objets d'art de France. Programme Journées d'études de l'association des Conservateurs des Antiquités et Objets d'art de France Programme Regards sur les tableaux religieux : XVII ème -XIX ème siècles 27-28-29 septembre 2012 Caen, Calvados

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

GUILLAUME ET SON TEMPS

GUILLAUME ET SON TEMPS GUILLAUME ET SON TEMPS Guillaume trônant (Tapisserie de Bayeux) Service pédagogique- Château Guillaume-le-Conquérant - 14700 FALAISE automne 2006 1 SOMMAIRE Page 3 1. Guillaume le Bâtard 2. Le personnage

Plus en détail

Le Viaduc de la Méaugon

Le Viaduc de la Méaugon Le Viaduc de la Méaugon Travail réalisé par les CM2 de l école de La Villette de Ploufragan pendant l année scolaire 2009-2010 dans le cadre du dispositif «Retour aux sources d Archives» Présentation du

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

AVIS DU BUREAU POLITIQUE DE LA CRPM (Approuvé par le Bureau Politique de la CRPM 3 juin 2011 Angra do Heroísmo, Açores-PT)

AVIS DU BUREAU POLITIQUE DE LA CRPM (Approuvé par le Bureau Politique de la CRPM 3 juin 2011 Angra do Heroísmo, Açores-PT) CRPMPPP110017 B0 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin 35700 RENNES - F Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax : +

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

La recherche sur Internet Table des matières

La recherche sur Internet Table des matières La recherche sur Internet Table des matières 1- Internet est comme une bibliothèque publique... 2 Comment on utilise une bibliothèque ordinaire...2 L'Internet n'est pas une bibliothèque ordinaire...2 Synthèse...2

Plus en détail

Construction d un centre de formation professionnelle

Construction d un centre de formation professionnelle Projet d appui au développement de la communauté locale Construction d un centre de formation professionnelle Ile Sainte Marie, Madagascar (2015 2017) Contexte Situé dans l'océan Indien, Madagascar est

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 de l'université Lille 3 Juin 2009 Section des Unités

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem.

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien long Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... a bien longte Il y a bien lon longtemps... Il y a bien longtemps... Il

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 SOMMAIRE - Introduction Page 1 - Coordonnées du service d Archives de l INSERM Page 2 - Glossaire Page 3 - Les archives dans les bureaux Page 4 - Les archives administratives

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Livret de visite. 7-12 ans. l e. âge du EXPOSITION. VILLENEUVE D ascq. Hall de la Bibliothèque Universitaire Centrale Lille 3

Livret de visite. 7-12 ans. l e. âge du EXPOSITION. VILLENEUVE D ascq. Hall de la Bibliothèque Universitaire Centrale Lille 3 Sur les pas des archéologues : une autre lecture de l histoire du territoire moderne s Livret de visite 7-12 ans os exp ition av l e ec uv r Bronze âge du Fer âge du Moyen Âge Déco Palé olith ique e romain

Plus en détail

Paris La Mer Trouville environ, en voiture à pédale

Paris La Mer Trouville environ, en voiture à pédale Paris La Mer Trouville environ, en voiture à pédale Aventure proposée par la Boussole affolée Départ du 12 e arrondissement le samedi 10 août 2013 à 10 heures. Résumé de la proposition de parcours : Proposition

Plus en détail

Bonifications pour tâches éducatives

Bonifications pour tâches éducatives 1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives Valables dès le 1 er janvier 2015 1 Aperçu Les dispositions actuelles de la loi AVS prévoient que lors du calcul de la rente, d'éventuelles bonifications

Plus en détail

SYLLABUS 2015-2016 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE L3

SYLLABUS 2015-2016 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE L3 Contact Accueil Scolarité : Valérie Séris Responsable pédagogique : Sandrine VICTOR Coordonnées CUFR Jean-François Champollion, Campus d'albi Place Verdun F 81012 Albi Cedex 9 Téléphone : 05 63 48 19 81

Plus en détail

La question du développement durable

La question du développement durable Chapitre 1 : La question du développement durable (9 heures) Thème I : Les enjeux du développement durable (3 heures) 1)-Connaissances Les enjeux : économiques environnementaux sociaux du développement

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Si j étais né ailleurs, seraisje différent?

Si j étais né ailleurs, seraisje différent? Si j étais né ailleurs, seraisje différent? Compétence ou problématique abordée : Identifier ce qui m a conditionné, ce qui m a construit : - au plan éducatif - au plan social - au plan culturel Concepts

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une Nouvelle Calédonie La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une souveraineté sur un territoire si loin

Plus en détail

Comment trouver un détective privé en Suisse, en France? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6

Plus en détail

les projets d infrastructures et de services de transport en Nord-Pas de Calais

les projets d infrastructures et de services de transport en Nord-Pas de Calais les projets d infrastructures et de services de transport Au cœur de près de 80 millions de consommateurs, située à moins de 300 kilomètres de six centres économiques et décisionnels d envergure mondiale

Plus en détail

Une religion, deux Eglises

Une religion, deux Eglises Une religion, deux Eglises template : www.indezine.com Belin 2009 L empire byzantin et l empire carolingien sont tous les deux chrétiens. Mais leurs pratiques religieuses sont différentes : quelles sont-elles?

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU VOCABULAIRE Choisissez la préposition appropriée. Les prépositions de lieu: Où sont-ils? Richard David Samuel Armand Carole Nicole 1) Armand est 2) Richard

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Choisir Saint-Nazaire pour un événement professionnel, c est

Choisir Saint-Nazaire pour un événement professionnel, c est Choisir Saint-Nazaire pour un événement professionnel, c est Etre au contact d un territoire dynamique et innovant Découvrir l attractivité d une ville à la mer Vivre une soirée dans un cadre unique en

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPÔTS 5 B-22-06 N 130 du 2 AOÛT 2006 IMPOT SUR LE REVENU. DEDUCTION DU REVENU NET GLOBAL DES COTISATIONS VERSEES AU TITRE DE L EPARGNE RETRAITE. CAS

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement L. 30-07-1963 M.B. 22-08-1963

Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement L. 30-07-1963 M.B. 22-08-1963 Lois 04329 p.1 Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement L. 30-07-1963 M.B. 22-08-1963 modifications : L. 26-07-1971 (M.B. 24-08-71) L. 27-07-1971 (M.B.22-10-71) L.10-07-1973 (M.B. 14-07-73)

Plus en détail

Bulletin d infos et de liaison destiné aux plongeurs-archéologues de l EST

Bulletin d infos et de liaison destiné aux plongeurs-archéologues de l EST n 1 - juin 2009 Bulletin d infos et de liaison destiné aux plongeurs-archéologues de l EST PAGE 2 Mandat 2009-2012 Le mot de la nouvelle équipe Actions Com en région PAGE 3 Des outils de communication

Plus en détail

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? ou La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Baština - proketač razvoja Laurence Feveile 28 juin 2013 architecture, urbanisme, paysage, 3 disciplines,

Plus en détail

MARS/AVR 10 Bimestriel OJD : 131921

MARS/AVR 10 Bimestriel OJD : 131921 Page 1/8 Page 2/8 La magnifique verrière ancienne s élance sur toute la hauteur de I appartement et ouvre sur un balcon ou de grands pots plantes de bambous cachent le vis a vis Afin de renforcer le cote

Plus en détail

Programme d opérations de promotion et de communication 2015. Doubs tourisme

Programme d opérations de promotion et de communication 2015. Doubs tourisme Programme d opérations de promotion et de communication 2015 Doubs tourisme Préambule Rappel concernant l organisation des opérations de promotion de Doubs Tourisme : Doubs Tourisme envoie une information

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Georges BORGEAUD La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir Dans Echos de Saint-Maurice, 1966, tome 64, p. 18-22 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Souvenir

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

le futur centre des congrès de Rennes Métropole Illustrations Labtop / Jean Guervilly Couvent des Jacobins

le futur centre des congrès de Rennes Métropole Illustrations Labtop / Jean Guervilly Couvent des Jacobins le futur Illustrations Labtop / Jean Guervilly e x p o s i t i o n Couvent des Jacobins du 16 novembre au 18 décembre 2010 Illustrations Labtop / Jean Guervilly 1. histoire Le couvent des Jacobins dans

Plus en détail

Livre Bibliothèque. Bénédiction Eglise

Livre Bibliothèque. Bénédiction Eglise Emanuele Ormella Design : Frank Czarné Nombre de joueurs : 2-5 Age : 12+ Durée : 90-120 minutes CONTENU Un plateau de jeu (avec la carte de la région, le tableau d affichage des prix et le marché principal)

Plus en détail

Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger

Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger Dossier d appel aux dons et au mécénat présenté par le Centre Hospitalier de Bayeux et l Association pour la Sauvegarde de

Plus en détail

Conditions générales de la réservation et frais de No Show. I. Procès de réservation en ligne. II. Confirmation de Réservation par Europcar

Conditions générales de la réservation et frais de No Show. I. Procès de réservation en ligne. II. Confirmation de Réservation par Europcar Conditions générales de la réservation et frais de No Show Merci de lire les Conditions Générales de la réservation en ligne autant que les Conditions Générale de Location car vous serez invités à confirmer

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Michel Brunet

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Michel Brunet Compte rendu Ouvrage recensé : TRUDEL, Marcel, L Église canadienne sous le Régime militaire, 1759-1764 : les problèmes. Les Études de l'institut d'histoire de l Amérique française, 1956. XXXIII 362 p.

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé?

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006 Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? À l'heure de la mondialisation, un marché du droit s'ouvre sur lequel les systèmes juridiques sont évalués,

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat Projet de parc éolien en mer de Fécamp Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat ************************* OUVERTURE DE LA REUNION Plus d une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi

Plus en détail

Recherches à Paris Racines, 2010

Recherches à Paris Racines, 2010 Recherches à Paris Recherches à Paris 1. Particularités parisiennes 2. Les Archives de Paris 3. L état civil parisien 4. Autres sources 5. Quelques cas pratiques 6. Bibliographie Particularités parisiennes

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail

II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois?

II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois? II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois? 1. Doc. 4 : Quelles régions de la Gaule romaine produit du vin au IIe siècle? Doc. 4. La production

Plus en détail

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V.

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V. L EMPIRE ROMAIN étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle Détail du piédestal de la statue d Aponius Cherea (II siècle) musée archéologique de Narbonne Source : Service

Plus en détail

A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ----------------------------------------------

A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ---------------------------------------------- A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ---------------------------------------------- Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 15 juillet 1997 portant des mesures de

Plus en détail

Origines de l'écriture Ce sont les Manuscrits du Danube qui ont mené aux Hiéroglyphes égyptiens pharaoniques

Origines de l'écriture Ce sont les Manuscrits du Danube qui ont mené aux Hiéroglyphes égyptiens pharaoniques 1 Vu sur le site www.tauta.net/ancientworld/ancientworld.htm d Andis Kaulins : Origines de l'écriture Ce sont les Manuscrits du Danube qui ont mené aux Hiéroglyphes égyptiens pharaoniques Ainsi qu'une

Plus en détail