LAYACHI MOUZAOUI CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LAYACHI MOUZAOUI CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES"

Transcription

1 L Importance de l'assurance Incendie & L'Assurance des Pertes d Exploitation après Incendie au Niveau d'entreprise LAYACHI MOUZAOUI CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES

2 SOMMAIRE Introduction Générale. Chapitre I : l assurance incendie et l assurance I- Les Garanties De Base De L assurance Incendie II- Les Extensions De Garantie Au Contrat Incendie III- Les Valeurs Assurees Chapitre II : «Assurance Des Pertes D exploitation Apres Incendie I- Objet De L assurance Des Pertes D exploitation II- L etendue De L assurance «Pertes D exploitation» III- La Tarification Du Contrat «Pertes D exploitation» Conclusion Générale Bibliographie Annexe 2

3 INTRODUCTION GENERALE Dès sa création, une entreprise doit avoir le souci de protéger son avenir et le développement de son activité, pour le faire, elle est tenue d ores et déjà de recenser les risques auxquels elle est appelée à faire face, et d évaluer les conséquences d éventuels sinistres sur son organisation et son équilibre financier, ce qui suppose une vision à court et à long terme. Dans ce cadre, la majorité des entreprises, quel que soit leur secteur d activité, placent l assurance contre l incendie au premier plan de leur politique de couverture, comme mesure indispensable à la sauvegarde de leurs activités et de leurs établissements, et ce vu les conséquences lourdes auxquelles une entreprise est exposée à la suite d un incendie. Souvent incapable de y faire face par ses propres moyens, l entreprise s efforce à souscrire la couverture la plus complète possible contre ce risque, c est ainsi que la détermination des capitaux à couvrir fait l objet d examens attentifs et même, de plus en plus fréquemment, d estimations préalables confiées à des cabinets spécialisés en la matière. En outre, la garantie est souvent assortie d une assurance «valeur à neuf» qui permet le remplacement des bâtiments sinistrés par de nouvelles constructions, et des machines par du matériel neuf, évitant ainsi à l assuré de supporter la déduction applicable pour la vétusté. Faut-il encore rappeler les efforts consentis par le législateur et les chefs d entreprises, notamment par le déploiement d énormes moyens de protection contre l incendie, et la mise en place d une réglementation de plus en plus stricte en matière de sécurité sur les lieux de travail, dans le seul but de limiter et la fréquence et le coût des sinistres d incendie. Comment expliquer dans ces conditions, que les entreprises qui subissent un sinistre d incendie, enregistrent durant les mois, voire les années qui suivent, des résultats défavorables, qui laissent croire que l assurance n a pas rempli efficacement sa fonction, qui consiste, rappelons-le à replacer l entreprise dans la situation qui aurait été la sienne si le sinistre n avait pas eu lieu? La remise en l état, et par conséquent la reconstitution du potentiel de l activité exige une certaine période au cours de laquelle l activité se trouve encore perturber par le sinistre, et caractérisée par l arrêt partiel ou total de l activité, qui se traduit par une baisse du chiffre d affaires, qui peut aller jusqu à la totale disparition. Durant cette période, certes, des charges se trouvent-elles également réduites ou 20

4 annulées, ce sont les charges variables (achats de matières premières, frais de production variables, frais de distribution, ). Il en est toutefois d autres qui demeurent stables et indépendantes du niveau d activité : ce sont les charges fixes ou de structure (salaires, loyers, amortissements, intérêts d emprunts, ). Cette situation constitue un handicap pour l entreprise, qui ne peut plus faire face à ces charges de structures, qui ne diminuent pas proportionnellement à la diminution du chiffre d affaires, et provoque, de ce fait, un déséquilibre dans les résultats ; ce qui constitue une menace pour la rentabilité voire même la survie de l entreprise, dans un environnement de plus en plus concurrentiel. De ces diverses considérations est née l assurance des pertes d exploitation dont l objet est d indemniser l entreprise pendant une période déterminée, qui commence le jour du sinistre, des pertes financières consécutives à la baisse du chiffre d affaires causées par l interruption ou la réduction de l activité, et des frais supplémentaires engagés immédiatement à la suite du sinistre, pour limiter son ampleur. La problématique A partir de cette constatation, on va proposer la problématique suivante : «Comment peut-on mettre en place un contrat d assurance, adapté à l entreprise qui veut se couvrir, et ce selon ses spécificités, et selon son secteur d activité?» A partir de cette problématique apparaîtront les questions suivantes : Quelles sont les garanties principales, facultatives, et les extensions que comporte un contrat d assurance incendie? Quelles sont les formules particulières d assurance mises en place par les assureurs, pour répondre aux besoins spécifiques des assurés? Quelle est l importance de la garantie Pertes d Exploitation? et que couvre-t-elle? Comment est tarifié le contrat Pertes d Exploitation? 21

5 CHAPITRE I L assurance incendie et risques annexes L assurance contre l incendie est l une des plus anciennes assurances pratiquées dans le monde.elle s est développée dès 1666 en Angleterre à la suite du grand incendie de Londres. Cet incendie nous a appris le rôle opportun de l assurance et a fait, à l époque, l objet d un point de réflexion sur cette activité noble, déjà une année après ce terrible incendie (1667) a été créée la «Fire Office» en Angleterre qui s engage à assurer les dommages occasionnés par le feu. L approche adoptée par cette compagnie est basée sur les travaux de PASCAL «la géométrie du hasard» et «la science des calculs de probabilité». Ensuite l assurance contre l incendie a connu un développement très important avec l apparition de véritables compagnies d assurances comme le «Friendly Society»en 1684, le «Hand in Hand» en Il est à noter que l assurance incendie est une assurance en constante évolution, il est actuellement possible de l étendre à un nombre croissant de risques dit «spécifiques» parfois sans rapport direct avec les risques incendie proprement dite, ce qui en fait une véritable police multirisques. I : LES GARANTIES DE BASE DE L ASSURANCE INCENDIE Le contrat d assurance incendie se présente comme un contrat «tous risques sauf», qui permet à l assuré de cerner facilement et rapidement l étendue des garanties de son contrat, car ce qu il énumère sont plutôt les exclusions que les garanties dans les conditions particulières. En effet, par le contrat incendie, on garantit tous les biens désignés sauf lorsque le feu provient d un cas prévu par les exclusions. Il en découle que tout ce qui n est pas exclu est garanti tant qu il s agit d un incendie. 1. Les événements de base assurés Au titre de la garantie de base, et conformément aux dispositions de l article 44 de l ordonnance n du 25/01/1995, le contrat incendie couvre, et d une manière claire, l incendie et l explosion, cette dernière englobe l explosion proprement dite et la chute de foudre. Il en découle ainsi que tout bien désigné dans le contrat incendie, couvre également l explosion et la foudre L étendue de l assurance incendie L assurance contre l incendie garantit les dommages matériels causés directement par le feu aux biens meubles et immeubles, à l exclusion de tous dommages corporels, causés aux personnes. Cependant, tous les dommages causés par le feu ne tombent pas sous la garantie de 22

6 l assureur. Pour que cette garantie joue, il faut que certaines conditions soient remplies. Conformément aux dispositions de l article 44 de l ordonnance n 9507 du 25/01/1995 relative au secteur des assurances en Algérie, l incendie est défini comme suit : «L assureur contre l incendie répond de tous dommages causés aux objets assurés par conflagration, embrasement ou combustion. Toutefois, il ne répond pas, sauf convention contraire, de ceux occasionnés par la seule action de la chaleur ou par le contact direct et immédiat du feu s il n y a pas eu ni incendie, ni commencement d incendie susceptible de dégénérer en incendie véritable». Il ressort de cette définition, que la garantie de l assureur n est pas acquise automatiquement, mais des limites sont posées au champ d application. En effet, ne sont considérés comme dommages d incendie1 : - Les simples brûlures occasionnées par le contact direct du feu ou la très grande proximité d un foyer, dès lors qu il n y a pas eu embrasement ou danger d embrasement, les brûlures de cigarette ou occasionnées par un fer à repasser laissé branché par mégarde. En effet, de tels cas peuvent être considérés comme des accidents de ménage. - Les objets tombés accidentellement, dans les locaux et appareils considérés comme le siège d un foyer normal de feu (fours, générateurs, cheminées, ), car il s agit d un feu contrôlable. - Les bris de glaces dus à un excès de chaleur, sans qu il y ait embrasement voisin à l origine du dommage. - Le début d incendie non susceptible de devenir un véritable incendie, c'est-à-dire sans possibilité de propagation aux objets voisins L assurance contre les explosions L explosion proprement dite Cette garantie est considérée comme faisant partie de la garantie de base, qui peut être définie comme l action subite et violente de la pression ou de la dépression de gaz ou de vapeurs, que ceux-ci aient existé avant cette action ou que leur formation lui ait été concomitante La chute de foudre Ce sont les dégâts causés par la chute de foudre dûment constatée sur les biens assurés. C'est-à-dire ceux occasionnés par le choc de la décharge électrique aérienne sur les biens assurés, sans qu ils soient suivis d un incendie. 1 J.M Rothman et N. Tilmant-Tatischeff, fiche pratique INC J.68, l assurance incendie,

7 «L explosion» et la «chute de foudre» constituent ce que les assureurs appellent dans leur jargon la garantie «toutes explosions». 2- Les biens assurables Le contrat d assurance incendie couvre les dommages matériels, résultant d un événement couvert, au titre de la garantie de base, subis par les objets appartenant à l assuré. Et qui sont : 2-1- Les biens immobiliers Ce sont des biens qui ne peuvent être déplacés (immeubles par nature), ainsi que toutes les installations qui ne peuvent être détachées ou déplacées, sans être détériorées ou sans détériorer la partie de la construction à laquelle sont attachées (immeubles par destination). Sont donc immobiliers au sens de l assurance : - Les bâtiments, - leurs dépendances, - les clôtures qui font partie intégrante des bâtiments, - les installations qui ne peuvent être détachées ou déplacées, sans être détériorées ou sans détériorer la partie de la construction à laquelle sont attachées Les biens mobiliers Sont considérés comme meubles tous les biens susceptibles d être déplacés. Il s agit des corps qui peuvent se transporter d un lieu à un autre, soit qu ils se déplacent par eux-mêmes, comme les animaux, soit qu ils ne peuvent changer de place, que par l effet d une force étrangère, comme les choses inanimées. Sont donc biens mobiliers, au sens de l assurance : - Le mobilier personnel : Il s agit des biens qui, au moment de l incendie, se trouvent dans les locaux désignés, appartenant à l assuré et aux personnes occupant les locaux. Il englobe le meuble meublant, le linge, les effets d habillement et les objets divers appartenant à l assuré. - Le matériel : C'est-à-dire les instruments, l outillage et les machines, utilisés pour les besoins professionnels de l assuré. - Les marchandises : Qui englobent les matières premières, les produits en cours de fabrication, les produits finis, ainsi que les récoltes. - Les animaux. 3- Les dommages assurés Les dommages couverts peuvent être de trois types : 3-1- Les dommages directs 24

8 L objet principal du contrat incendie est la réparation des dommages matériels causés directement aux biens assurés, comme la détérioration et la destruction totale ou partielle de ces derniers Les dommages indirects ou de responsabilité L assuré peut garantir les conséquences pécuniaires de ses responsabilités à l égard des contractants ou de tiers, découlant des textes légaux et réglementaires (code civil) et résultant d événements assurés au titre de la garantie de base et des extensions du contrat. Les responsabilités couvertes par le contrat incendie sont celles qui résultent de dommages causés à l occasion d incendie ou de risques annexes, survenus du fait de l utilisation, de la garde ou de la propriété d un bien assuré par le contrat. Par conséquent, il ne faut pas confondre entre garantie et responsabilité. Il peut, en effet, se produire que la responsabilité de l assuré soit engagée, mais cette obligation pour l assuré de réparer les dommages causés aux tiers n entraînera pas forcément la garantie de son contrat incendie, si les faits en cause n entrent pas dans le cadre des garanties qui y sont prévues. (Cas d un assuré qui a brûlé des déchets dans son jardin et que cela communique le feu à la maison de son voisin). Les responsabilités assurables au titre du contrat incendie sont multiples : La responsabilité à l égard des voisins et tiers Ce sont les conséquences pécuniaires de la responsabilité que l assuré peut encourir, pour tous dommages matériels résultant d un incendie, survenu dans les biens assurés par son contrat incendie ou dans les locaux occupés par lui au lieu indiqué dans le contrat. C est par exemple, le cas de communication du feu aux voisins à la suite d un incendie qui a pris naissance dans les biens de l assuré. Cette couverture est accordée par la garantie «recours des voisins et tiers» La responsabilité du propriétaire à l égard du locataire Ce sont les conséquences pécuniaires de la responsabilité que le propriétaire peut encourir, pour tous dommages matériels causés aux biens mobiliers de ses locataires, à la suite d un incendie qui a pour origine un vice de construction ou un défaut d entretien. Cette couverture est accordée par la garantie «recours du locataire contre le propriétaire». 25

9 La responsabilité du locataire à l égard du propriétaire Il s agit des conséquences pécuniaires de la responsabilité que le locataire peut encourir vis-à-vis de son propriétaire, pour les destructions ou détériorations de la chose qu il a prise en location (Bâtiments ou matériels). C est le cas des dommages subis par un bâtiment loué par l assuré et endommagé à la suite d un incendie dont il est responsable. Cette couverture est accordée par la garantie «risque locatif» Renonciation à recours La règle communément admise en assurance stipule que celui qui a subi un dommage est en droit d exiger de son auteur sa réparation. Lorsqu il y a un contrat d assurance couvrant la chose endommagée, l assureur règle directement son client et se retourne contre le responsable, on appelle cette opération «recours après sinistre» ou «subrogation». Seulement, l assuré propriétaire ou locataire, peut renoncer à son droit vis à vis de l auteur du dommage, son assureur ne peut plus alors exercer aucun recours, à son tour. Par conséquent lorsqu un assuré bénéficie d une renonciation à recours, il peut ne pas garantir sa responsabilité. A titre d exemple si, dans le contrat de location, le propriétaire et le locataire ont renoncé réciproquement au recours de l un contre l autre, le propriétaire n assurera pas le recours du locataire, et ce denier n assurera pas son risque locatif Le préjudice immatériel Les différents types de dommages déjà présentés sont basés sur la détérioration d un bien meuble ou immeuble dont l assuré est propriétaire ou locataire, ou qu à la suite de cette détérioration, un bien meuble ou immeuble appartenant à un tiers a été également endommagé. Donc il s agit toujours d un préjudice matériel. Cependant, l assuré peut voir sa situation financière d avant sinistre de détériorer après le sinistre, même s il était bien assuré. Cette détérioration de sa situation financière est appelée préjudice immatériel ou dommage immatériel. Le contrat d assurance incendie peut comporter des garanties complémentaires qui couvrent ces dommages. 26

10 La privation de jouissance1 - Pour un propriétaire, cette garantie permet de compenser les frais d hébergement, pour se loger ailleurs, que l assuré propriétaire va supporter, si à la suite d un incendie se trouve contraint de quitter le bâtiment assuré, pendant le temps nécessaire aux réparations. - Pour un locataire, cette garantie couvre les loyers que ce dernier devra continuer à payer, bien qu il ne puisse pas occuper les lieux en cours de réfection, s il ne dégage pas sa responsabilité dans le sinistre La perte des loyers - Pour un propriétaire, c est le montant des loyers qu il perçoit et qu il va perdre, si les locataires réussissent à dégager leur responsabilité dans le sinistre. - Pour un locataire, c est le montant des loyers que le propriétaire ne va plus percevoir de ses locataires, à la suite d un sinistre dont serait responsable l un d entre eux. 4- La règle proportionnelle 4-1- La règle proportionnelle des capitaux C est le principe en vertu duquel, s il résulte de l estimation des experts que la valeur réelle de la chose assurée excède, au jour du sinistre, la somme garantie, l assuré sera considéré comme restant son propre assureur pour l excèdent, et supporte une part proportionnelle du dommage, sauf convention contraire. Autrement dit, si l assuré garantit un bien pour une somme inférieure à sa valeur réelle, il ne sera indemnisé, en cas de sinistre couvert, que dans le rapport suivant : Valeur assurée sur le bien Valeur réelle du bien Deux cas sont possibles, dans ce cadre : - Si le sinistre est total, l indemnité due par l assureur sera égale au capital garanti, constituant la limite maximale de son engagement, et l assuré gardera à sa charge la différence. - Si le sinistre n est que partiel, le même principe est respecté par l application du rapport suscité, au montant réel des dommages. 1 Idem 27

11 Exemple : - Un bâtiment est assuré pour une somme de DA, le sinistre partiel est évalué par l expert à DA. - La valeur réelle déterminée par l expertise est de DA. - En application de la règle (1), l indemnité à verser est égale : Indemnité= x = La règle proportionnelle de prime Cette règle ne doit pas être confondue avec la précédente. En effet, si après sinistre, l assureur constate qu il y a eu omission ou déclaration inexacte de la part de l assuré, l indemnité est réduite dans la proportion des primes payées par rapport aux primes réellement dues pour les risques considérés. Cette règle s applique de la manière suivante : Indemnité= montant du sinistre x prime payée Prime due Remarque : il est possible que l assuré donne de fausses indications à la fois sur les capitaux et sur les éléments de tarification. Dans ce cas, les deux règles peuvent se cumuler sous la formule : Indemnité= montant du sinistre x la somme assurée x prime payée aleur réelle du bien prime due 5- Le report des excédents Lorsque le contrat d assurance incendie comporte plusieurs articles assurés, certains peuvent se trouver garantis pour leur exacte valeur d assurance, d autres pour une somme inférieure, et d autres pour une somme supérieure. Afin de respecter le principe d exacte adaptation de la garantie à la prime reçue, il est prévu une disposition permettant à l assuré, sous certaines conditions, de ne pas perdre le bénéfice de ses excédents d assurance et de les utiliser, pour compenser en tout ou partie des insuffisances. C est ce qu on appelle «le report des excédents». - Conditions d application : - Le report des excédents n est possible qu entre des articles soumis à la règle proportionnelle des capitaux, - le taux de prime appliqué aux articles excédentaires est supérieur ou égal à celui des articles insuffisamment garantis, 28

12 - le report n est possible que pour les articles garantissant les risques d un même établissement, c'est-à-dire appartenant à un même propriétaire ou société, concourant à la même exploitation et réunis dans un même enclos ou groupés dans des conditions, telles qu aucun des bâtiments composants l établissement ne soit séparé du bâtiment le plus voisin, par une distance supérieure à 200 mètres. Exemple : - Soit 03 ateliers dont la distance entre eux est de 100 m, les autres informations concernent la VA et les dommages occasionnés par les ateliers sont : Atel Tau K V Insuffisa Excéd Domm ier x de assuré réelle nce - ent age base % % 1.10 % Application de la règle ci-dessus : - Report à l atelier 2 = X ( / )= Report à l atelier 3 = X ( / )= NB/ Si l assuré constate que l insuffisance existe toujours il doit appliquer le règle proportionnelle des capitaux. II - LES EXTENSIONS DE GARANTIE AU CONTRAT INCENDIE 1- Les extensions aux événements 1-1- Le rachat des exclusions du contrat Rappelant que le contrat incendie couvre tous les dommages subis par les biens assurés, à la suite d un incendie ou d une explosion, pourvu qu ils ne soient pas causés par l un des événements prévus par les exclusions du contrat. Par conséquent, compléter la couverture d un 29

13 contrat incendie revient en premier lieu, à y inclure les cas d incendie pouvant trouver leur origine dans un événement non inclus dans la garantie de base. A ce titre il y a lieu de préciser que les exclusions du contrat ne sont pas toutes rachetables, il existe, en effet, deux types d exclusions : les exclusions absolues (non rachetables) et les exclusions relatives (rachetables) Les exclusions absolues (non rachetables) Ces exclusions concernent des événements, qui sont dans leur nature ou dans leurs circonstances, en contradiction soit avec l esprit, soit avec l objet de l assurance incendie & explosions, ce sont notamment : - Les incendies intentionnels causés ou provoqués par l assuré ou avec sa complicité, l assuré est alors entièrement ou partiellement responsable, - la guerre étrangère et la guerre civile, - le vol des objets assurés survenus pendant un incendie, - les risques atomiques de toutes natures Les exclusions rachetables Ces exclusions portent essentiellement sur des événements susceptibles d atteindre dans le même temps et dans la même mesure une masse considérable d assurés ; et sont donc trop catastrophiques et hasardeux. Il peut s agir également de dommages à des biens trop vulnérables à l égard du feu et dont la couverture ne peut qu être conditionnée par des mesures de protection appropriées. Ce sont : - La destruction d espèces monnayées, de titres de toute nature et de billets de banque, - les émeutes et mouvements populaires, actes de terrorisme ou de sabotage, - le tremblement de terre, les éruptions volcaniques et raz-de-marée consécutifs à un tremblement de terre ou une éruption volcanique, et les inondations Les dommages électriques Les appareils électriques et électroniques, machines, et installations peuvent subir des dommages internes y compris ceux d incendie ou d explosions, causés par l électricité atmosphérique (foudre) ou l électricité canalisée. Ces dommages étaient exclus de la garantie de base du contrat. Actuellement, la plus part des compagnies limitent l exclusion aux seuls dommages électriques non suivis d incendie ou d explosion. 30

14 En d autres termes, que l incendie soit d origine interne ou externe, il est couvert par la garantie de base. Par contre les dommages autres que l incendie restent exclus et ne sont couverts que par l extension de garantie appelée «dommages aux appareils électriques». Principalement, cette extension couvre les conséquences de la foudre sur les parties électriques des machines et les dommages causés par les variations brusques dans l alimentation électrique (surtension, courtcircuit, sous-tension). Cette garantie est toujours assortie d une franchise absolue minimale, par sinistre et par appareil endommagé Les risques spéciaux Les risques d incendie et explosions peuvent engendrer la destruction des biens assurés et même la disparition de l entreprise, par conséquent leur garantie est placée sur le premier plan dans le cadre du contrat incendie. Cependant, il existe d autres risques, qui présentent également un danger potentiel, et dont la survenance peut mette en périls l entreprise à assurer. Il y a en premier lieu, les phénomènes naturels présentés dans le cadre des exclusions rachetables. Egalement, il y a un bouquet de garanties comprenant un ensemble d événements susceptibles de provoquer des dommages plus ou moins importants. Il s agit des1 : - chute d appareils de navigation aérienne, - tempêtes, ouragans, cyclones, tornades et de la grêle sur les toitures, - la fumée due à une défectuosité d un appareil de chauffage, - le choc des véhicules terrestre identifiés n appartenant pas à l assuré, - les dégâts des eaux. A ce titre, il faut préciser que si l un de ces événements cause un dommage d incendie ou d explosion, à un bien assuré, la garantie est automatiquement acquise, sans aucune extension préalable. Il s agit donc de couvrir exclusivement les dommages autres que d incendie & explosions causés par ces événements. La couverture de ces dommages est souvent limitée à une somme déterminée, et sous déduction d une part des dommages (franchise) qui restera toujours à la charge de l assuré. 1 Fédération Française des sociétés d assurances, «traité d assurance incendie risques d entreprises», tome I, p70. 31

15 2- Les extensions aux biens assurés 2-1- La couverture des archives, modèles et supports d informations1 Les supports d informations tels que les modèles, les dessins, les archives, fichiers, ainsi que les supports informatiques comme les disquettes et les bandes magnétiques, sont assimilables à l immobilier et à l outillage de l assuré sans mention expresse dans le contrat. Cependant, l usage a fait que ces supports font l objet de garanties spécifiques. Cela est dû essentiellement, au fait que ces objets sont plus vulnérables que le reste de l immobilier et de l outillage, et que les règles d indemnisation de ces derniers ne sont pas appropriées à l estimation des dommages subis par les supports d informations. Cette garantie concerne dans un premier temps les supports d informations non informatiques. Elle comprend : - Le coût de reconstitution ou de remplacement des supports matériels (papier, bois, métal, ), - les frais d étude et de conception pour la reconstitution de l information, - les frais de report de l information reconstituée sur un support matériel identique à celui endommagé. En second lieu, il est possible de garantir par article spécial, les supports informatiques. Cette garantie ne comprendra que le coût des supports matériels (bandes, disquettes, ) et les frais de report des informations sur ce support à partir d un double existant. Les frais d étude et de conception sont donc exclus Les véhicules en stationnement et autres extensions aux objets L assurance des véhicules en stationnement est citée ici à titre d exemple. En effet, il existe parmi les biens à assurer des objets qu on ne peut pas classer automatiquement parmi les bâtiments, le mobilier, le matériel ou les marchandises, ou qu on a tendance à omettre de le faire. Il devient alors utile de les prévoir par un article spécial dans le contrat. Nous citant les exemples suivants : - Les véhicules en stationnement dans les parkings couverts ou non, appartenant à l assuré ou à son personnel et qui peuvent être incendiés, par communication de feu ou par explosion de l un d entre eux, 1 Voir clause 42-A du «traité d assurance incendie risques d entreprises», tome I, p

16 - les espèces et valeurs contenues dans les coffres forts et éventuellement dans les tiroirs caisses (pour les hôteliers par exemple), - les marchandises au cours de leur transport du lieu de l assurance vers un client ou sous-traitant. Cela, constitue en fait, une extension dans l espace, puisque ces mêmes marchandises sont assurées parmi le capital global couvrant la totalité des marchandises. 3- Les extensions aux dommages assurés 3-1- L assurance des pertes indirectes Cette garantie est destinée à indemniser l assuré pour tous les «faux frais» ou pertes, qu il peut subir du fait d un sinistre et pour lesquelles aucune garantie directe ne les couvre. Il s agit d une méthode facile et forfaitaire de couvrir les dommages immatériels consécutifs à un incendie. A l origine, cette extension a été destinée pour compenser la vétusté retenue sur les biens assurés ou une éventuelle réduction de l indemnité, par application de la règle proportionnelle des capitaux. Actuellement, elle n a plus d affectation particulière, l assuré en dispose comme il l entend pour compenser divers frais engagés tels que : - Coût des taxes et timbres relatifs à des démarches administratives pour reconstituer des dossiers, - frais de déplacements pour se rendre à un endroit donné, pour les besoins du sinistre - gratifications aux sauveteurs. Cette garantie est souvent accordée de façon forfaitaire, où le contrat prévoit un pourcentage des capitaux choisis par l assuré, qui peut être de 5, 10 ou 20% des capitaux assurés sur bâtiments, matériels et marchandises. En cas de sinistre couvert, ce même pourcentage est appliqué à l indemnité à régler, pour déterminer l indemnité complémentaire due au titre de la garantie des pertes indirectes L assurance des honoraires d experts Un assuré, quel que soit sa qualité vis-à-vis des biens garantis, peut se faire rembourser les honoraires de l expert qu il a lui-même choisi, afin de déterminer le montant de son préjudice. Cette garantie, pour laquelle, la règle proportionnelle des capitaux n est pas applicable, est limitée contractuellement à une somme fixée par l assuré, et l indemnité sera calculée par rapport à un barème d indemnisation des honoraires d experts. Cette garantie sert à payer tout ou partie des honoraires éventuellement à l charge de l assuré, à savoir : 33

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Université Hassan II Mohammedia Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Introduction

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

> Pourquoi s assurer?

> Pourquoi s assurer? E 145 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance des pertes d exploitation Si la plupart des entreprises assurent leurs biens, encore trop peu d entre elles pensent à

Plus en détail

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE 1 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 ARTICLE 1 : ASSURÉ...4 ARTICLE

Plus en détail

Package AON Pertes d exploitation. Conditions générales

Package AON Pertes d exploitation. Conditions générales Package AON Pertes d exploitation Conditions générales Des dispositions complémentaires relatives aux conditions générales Package AON figurent également aux pages suivantes : Dispositions communes Lexique

Plus en détail

Conditions Générales Spécifiques applicables à l assurance

Conditions Générales Spécifiques applicables à l assurance ANNEXE AUX CONDITIONS GENERALES TOUS RISQUES «COCOON OF IBIS» Conditions Générales Spécifiques applicables à l assurance du CONTENU Document : 101 Date de référence : 2006 Date d édition : 27/06/2006 1/8

Plus en détail

Responsabilité générale de la collectivité et Responsabilité atteinte à l environnement

Responsabilité générale de la collectivité et Responsabilité atteinte à l environnement SYNDICAT MIXTE DU MUSEE LALIQUE Procédure adaptée LOT 1 Multirisques L assureur doit couvrir les garanties ci-dessous : L ensemble des bâtiments et biens bâtis, y compris les sols et sous-sols, les clôtures

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance AGEA 2010 Préparez votre dossier assurance Préambule Dans le cas d une création ou d une reprise d entreprise, plusieurs questions doivent être posées : Comment bien assurer mes biens professionnels? Que

Plus en détail

ASSURANCES DE DOMMAGES SESSION 2007 DOSSIER LAROSE ELEMENTS DE CORRECTION

ASSURANCES DE DOMMAGES SESSION 2007 DOSSIER LAROSE ELEMENTS DE CORRECTION ASSURANCES DE DOMMAGES SESSION 2007 DOSSIER LAROSE PREMIER TRAVAIL : 25 points Question 1-1 : 5 points ELEMENTS DE CORRECTION Les faits Choc d un VTM contre le hangar en location à M LAROSE Jean le 15/07/2005

Plus en détail

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances P 214 Décembre 2009 Centre de documentation et d information de l assurance ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances Ce tableau aide-mémoire décrit les principaux risques auxquels sont

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES Préambule L assurance de la Responsabilité Civile et des Risques Annexes a pour objet de garantir la Ville de Guipavas et son CCAS, ainsi

Plus en détail

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 L importance de l assurance pour l exploitation agricole Assurance agricole : assurer l'exploitation L'activité d'un agriculteur repose sur son exploitation agricole, il est

Plus en détail

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003 DEP 302 - JUIN 2003 Copropriété et assurances Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax DEP : 01 465

Plus en détail

ATELEX BONUS BUSINESS

ATELEX BONUS BUSINESS ATELEX BONUS BUSINESS Pertes d'exploitation Dispositions spécifiques L'introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Le lexique sont également d'application

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM

CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM Le présent contrat est régi par: le Code des Assurances Les présentes conditions particulières les Conventions Spéciales Modèle HLM

Plus en détail

Tornade du 17 juin 2013 Départements 21 et 89

Tornade du 17 juin 2013 Départements 21 et 89 Flash info Allianz Courtage Juin 2013 Tornade du 17 juin 2013 Départements 21 et 89 Deux orages se sont télescopés et se sont transformés en mini tornade lundi 17 juin 2013 dans l Yonne, notamment dans

Plus en détail

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives,

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, Notre expérience de formation et de consultant nous permet d affirmer que cette assurance est en général mal comprise par les entreprises et collectivités,

Plus en détail

LA CREATION D ENTREPRISE & LA REPRISE D UNE ENTREPRISE LE POINT SUR LES ASSURANCES. Une affaire de Spécialistes!

LA CREATION D ENTREPRISE & LA REPRISE D UNE ENTREPRISE LE POINT SUR LES ASSURANCES. Une affaire de Spécialistes! LA CREATION D ENTREPRISE & LA REPRISE D UNE ENTREPRISE LE POINT SUR LES ASSURANCES Une affaire de Spécialistes! 1 Le point sur les assurances L assurance des biens de l entreprise L assurance de Responsabilité

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Préface 7 Marcel Fontaine

Table des matières. Sommaire 5. Préface 7 Marcel Fontaine Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Marcel Fontaine Les traits saillants de l assurance incendie 11 Jérôme Dandoy Introduction 11 Section 1. L assurance incendie en Belgique 12 Sous-section 1. Rapide

Plus en détail

F.F.M.E. Fédération Française de Gymnastique. Notice. Avec vous de A à Z. Multigym Spécial «associations» affiliées.

F.F.M.E. Fédération Française de Gymnastique. Notice. Avec vous de A à Z. Multigym Spécial «associations» affiliées. F.F.M.E. Fédération Française de Gymnastique Multigym Spécial «associations» affiliées. Notice Avec vous de A à Z Multigym Spécialement conçu avec le concours de la Fédération Française de Gymnastique,

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS»

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CCAS DE SAINT-JEAN-DU-FALGA RÉVISION DES CONTRATS D ASSURANCE ASSURANCE DES DOMMAGES AUX BIENS ET RISQUES ANNEXES

CAHIER DES CHARGES CCAS DE SAINT-JEAN-DU-FALGA RÉVISION DES CONTRATS D ASSURANCE ASSURANCE DES DOMMAGES AUX BIENS ET RISQUES ANNEXES MARCHÉ SELON PROCÉDURE ADAPTÉE (Art. 28 du Code des Marchés Publics) RÉVISION DES CONTRATS D ASSURANCE ASSURANCE DES DOMMAGES AUX BIENS ET RISQUES ANNEXES PRÉSENTATION DU MARCHÉ SOUSCRIPTEUR Nom ou Raison

Plus en détail

Le contrat d assurance

Le contrat d assurance DOSSIER 20 Le contrat d assurance - Identifier les risques les plus courants en hôtellerie-restauration - Maîtriser le vocabulaire spécifique du contrat d'assurance Monsieur Lanson envisage de modifier

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

ANNEXE 1 EXTRAIT DU CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE. Toute atteinte corporelle subie par une personne physique.

ANNEXE 1 EXTRAIT DU CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE. Toute atteinte corporelle subie par une personne physique. ANNEXE 1 EXTRAIT DU CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE 1 er août 2014 Pour l application de la garantie RC, il faut entendre par assuré - la Fédération des clubs de la défense, - les ligues régionales, - les

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

M U L T I R I S Q U E H Ô T E L S O C A P

M U L T I R I S Q U E H Ô T E L S O C A P M U L T I R I S Q U E H Ô T E L S O C A P MONTANTS DES GARANTIES ET DES FRANCHISES INCENDIE ET RISQUES ANNEXES DEGATS DES EAUX - GEL Dommages matériels Bâtiments... valeur de reconstruction à neuf Matériels

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise Ne négligez surtout pas les assurances de votre entreprise Animé par : Valérie Cadiou, Responsable Commerciale GROUPAMA et Maître Emmanuel Ergan Cabinet LEPORZOU DAVID ERGAN Un diagnostic assurance indispensable

Plus en détail

Fiche Produit. Assurance AUTO

Fiche Produit. Assurance AUTO Fiche Produit Assurance AUTO Avec Toutpratique-assurances, l assurance auto devient plus simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour rouler en

Plus en détail

BAIL DE MAISON (DE COURTE DUREE). M... Tél.. dénommé le «bailleur»,

BAIL DE MAISON (DE COURTE DUREE). M... Tél.. dénommé le «bailleur», BAIL DE MAISON (DE COURTE DUREE). Entre les soussignés : M. domicilié à.. Tél... dénommé le «bailleur», ET M.... domicilié à. Tél.. dénommé le «preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 er : Objet.

Plus en détail

Information sur l Assurance AUTOMOBILE

Information sur l Assurance AUTOMOBILE Information sur l Assurance AUTOMOBILE Avec AssurOne group, l assurance auto devient plus simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour rouler

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE

ASSURANCE AUTOMOBILE Police Flotte N 53 368 215 EFFET : 1 ER JANVIER 2014 ASSURANCE AUTOMOBILE DISPOSITIONS PARTICULIERES CONTRAT à effet du 1 er janvier 2014 ENTRE : SAS VOITURELIB 7 Impasse Charles Petit 75011 PARIS ci-après

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES La suite du présent document pourrait vous inquiéter. Le langage peut sembler inhabituel. C est parce que les conditions suivantes sont des conditions légales

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Les intempéries provoquent chaque année d importants INTEMPÉRIES ET ASSURANCE

Les intempéries provoquent chaque année d importants INTEMPÉRIES ET ASSURANCE INTEMPÉRIES ET ASSURANCE Les intempéries provoquent chaque année d importants dégâts. Propriétaire des biens endommagés, vous ne bénéficiez, dans la quasi-totalité des cas, d aucun recours contre autrui.

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Information sur l Assurance AUTOMOBILE

Information sur l Assurance AUTOMOBILE Information sur l Assurance AUTOMOBILE Avec AssurOne group, l assurance auto devient plus simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour rouler

Plus en détail

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS Assurances dommages Protégez vos biens professionnels et privés Faire vivre votre contrat En choisissant de vous assurer au Crédit Agricole, vous bénéficiez

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

GARANTIES D ASSURANCES ET FRAIS DE SECOURS. (recherche et secours) souscrites auprès des M.M.A

GARANTIES D ASSURANCES ET FRAIS DE SECOURS. (recherche et secours) souscrites auprès des M.M.A GARANTIES D ASSURANCES ET FRAIS DE SECOURS (recherche et secours) souscrites auprès des M.M.A Page 1 CONVENTIONS SPECIALES N 990 A (Annexe à un contrat n 140) ASSURANCE «Carte Journée Ski» Les présentes

Plus en détail

EN BREF. Multirisque Professionnelle. Assurez l ensemble des risques liés à l exercice de votre activité professionnelle.

EN BREF. Multirisque Professionnelle. Assurez l ensemble des risques liés à l exercice de votre activité professionnelle. Multirisque Professionnelle Assurez l ensemble des risques liés à l exercice de votre activité professionnelle. EN BREF Pour vos locaux professionnels et leur contenu (1) : contre les risques d incendie,

Plus en détail

Information sur l Assurance CAMPING-CAR

Information sur l Assurance CAMPING-CAR Information sur l Assurance CAMPING-CAR Avec Assurances France-Loisirs, l assurance Camping-Car devient plus simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73)

COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73) COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73) CCTP LOT N 4 : ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES CCTP / Risques statutaires page 1 SOMMAIRE Article 1 OBJET DE L ASSURANCE.. page 3 Article 2 GARANTIES DETAILLEES. page

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES PRESTATIONS D ASSURANCES LOT N 2 : FLOTTE AUTOMOBILE OPTION : Mission Collaborateurs CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (Article 28 du code des marchés publics) Marché à procédure adaptée POUVOIR

Plus en détail

Garanties au 1er janvier 2016, valeur de l'indice : 932,7. Article - I : Incendie et risques annexes

Garanties au 1er janvier 2016, valeur de l'indice : 932,7. Article - I : Incendie et risques annexes Page 1 Les limites contractuelles d'indemnité et franchises stipulées ci-dessous évoluent en fonction de l'indice de la Fédération Française du Bâtiment. Elles sont applicables pour chaque garantie et

Plus en détail

Responsabilité professionnelle Agence de Voyages (garanties légales):

Responsabilité professionnelle Agence de Voyages (garanties légales): Montants assurés R.C. Exploitation: a. Dommage corporel: 2.500.000-EUR b. Dommage matériel: 250.000-EUR Responsabilité professionnelle Agence de Voyages (garanties légales): a. Dommage corporel: 2.500.000-EUR

Plus en détail

SERVICES D'ASSURANCES

SERVICES D'ASSURANCES MARCHE PUBLIC DE SERVICES D ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Cimetière Intercommunal des Joncherolles 95 Rue Marcel Sembat 93430 VILLETANEUSE Objet de la consultation :

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES ASSOCIATIONS CULTURELLES

QUESTIONS / REPONSES ASSOCIATIONS CULTURELLES QUESTIONS / REPONSES ASSOCIATIONS CULTURELLES 1) DANS QUELLES CONDITIONS NOTRE ASSOCIATION ET SES MEMBRES BENEFICIENT-ILS DES GARANTIES D ASSURANCE APAC? Conformément aux mentions figurant sur le bordereau

Plus en détail

Allianz Energies Renouvelables

Allianz Energies Renouvelables Allianz Energies Renouvelables Découvrez une solution globale qui couvre l ensemble des risques portant sur les installations spécifiques aux nouvelles énergies. Capteurs solaires, éoliennes, installations

Plus en détail

LOT N 1 DOMMAGES AUX BIENS & RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES

LOT N 1 DOMMAGES AUX BIENS & RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES LOT N 1 DOMMAGES AUX BIENS & RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES Préambule La garantie de l assureur est accordée dans les conditions ci-après : 1) Le patrimoine immobilier et mobilier est réparti sur plusieurs

Plus en détail

IMMEUBLE COMMUNAL 20 RUE LETHUILLIER PINEL ROUEN ATHLETIC CLUB CONVENTION DE MISE A DISPOSITION

IMMEUBLE COMMUNAL 20 RUE LETHUILLIER PINEL ROUEN ATHLETIC CLUB CONVENTION DE MISE A DISPOSITION IMMEUBLE COMMUNAL 20 RUE LETHUILLIER PINEL ROUEN ATHLETIC CLUB CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SERVICE DES AFFAIRES FONCIERES ET DOMANIALES ENTRE : La Ville de ROUEN représentée par Monsieur Edgar MENGUY,

Plus en détail

Multirisque Non Exploitant

Multirisque Non Exploitant Multirisque Non Exploitant Assurer les locaux à usage professionnels donnés en location, loués, en réfection ou inexploités. EN BREF La Multirisque Non Exploitant couvre les locaux professionnels dont

Plus en détail

Livret. d information. RAQVAM associations & collectivités. L assurance des risques quotidiens. de conseils. de prévention.

Livret. d information. RAQVAM associations & collectivités. L assurance des risques quotidiens. de conseils. de prévention. de conseils d assurance de prévention Diagnostic des besoins de couverture généraux et spécifiques. Suivi actif des dossiers de sinistre. Guides pratiques gratuits en ligne. Engagement de la MAIF aux côtés

Plus en détail

Conditions générales de garantie pour bénéficier de la garantie «dommages aux biens loués» 9flats

Conditions générales de garantie pour bénéficier de la garantie «dommages aux biens loués» 9flats Conditions générales de garantie pour bénéficier de la garantie «dommages aux biens loués» 9flats Au 15 septembre 2011 Les dispositions suivantes sont valables pour toutes les réservations de logements

Plus en détail

L OFFRE AS SURANCES. Sécurisez vos investissements. www.entreprises.societegenerale.fr

L OFFRE AS SURANCES. Sécurisez vos investissements. www.entreprises.societegenerale.fr Assurance L OFFRE AS SURANCES SOGELEASE FRANCE Sécurisez vos investissements www.entreprises.societegenerale.fr À l occasion d une opération de crédit-bail mobilier, votre partenaire bancaire doit s assurer

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION*

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* Code intermédiaire Intermédiaire Date QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* MULTIRISQUE IMMEUBLE (PROPRIETAIRE NON OCCUPANT) BATIMENTS OCCUPES USAGE PROFESSIONNEL (COMMERCE, INDUSTRIEL) *(faisant partie intégrante

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTRAT N 113 414 898

PRESENTATION DU CONTRAT N 113 414 898 PRESENTATION DU CONTRAT N 113 414 898 Ce texte ne constitue qu'une présentation du contrat d'assurance. L'original est détenu par le Syndicat. Il peut être consulté auprès du Président. Résumé SNPSC au

Plus en détail

ENTREPRISES ET RESPONSABILITES

ENTREPRISES ET RESPONSABILITES www.creassur.org ENTREPRISES ET RESPONSABILITES Parlons-en Chambre de Commerce et d industrie Novembre 2007 ENTREPRISES ET RESPONSABILITES La police d assurance et ses couvertures Monsieur RITTER GROUPAMA

Plus en détail

I -Assurance de dommage :

I -Assurance de dommage : I -Assurance de dommage : A- Définition : C est l assurance fondée sur le principe indemnitaire qui garantit l'assuré contre les conséquences d'un évènement pouvant causer un dommage à son patrimoine,

Plus en détail

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance 3/03/06 17:07 Page 9 DEP 428 FEV. 2006 DEP 428-4 volets Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels Centre de documentation et d information de l assurance FEV. 26, bd Haussmann

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» DES AÉRONEFS

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» DES AÉRONEFS Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages. Le souscripteur

Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages. Le souscripteur Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages Référence de votre cabinet Code ORIAS N : Cachet de votre cabinet : Le souscripteur Société Forme juridique Code Siret Adresse

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Multirisque Entreprise

Multirisque Entreprise Multirisque Entreprise Une démarche fondée sur le savoir-faire et l expérience Nous étudions la spécificité de votre entreprise Parce que bien protéger votre entreprise, c est avant tout bien la connaître,

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 septembre 2012 N de pourvoi: 11-14108 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

Le Monde de la Tutelle POUR VOTRE ASSOCIATION

Le Monde de la Tutelle POUR VOTRE ASSOCIATION POUR VOTRE ASSOCIATION 1 VOTRE CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE Objet du contrat Dans la limite des garanties ci- après énoncées, l'assureur se substitue à l'assuré pour indemniser la victime,

Plus en détail

ACE LEADER S VALUE ÉTUDE DE CAS IMMOBILIER À QUI S ADRESSE CE PRODUIT? INCENDIE? EXPLOSION? ÉVÉNEMENT NATUREL POURQUOI CHOISIR ACE LEADER S VALUE?

ACE LEADER S VALUE ÉTUDE DE CAS IMMOBILIER À QUI S ADRESSE CE PRODUIT? INCENDIE? EXPLOSION? ÉVÉNEMENT NATUREL POURQUOI CHOISIR ACE LEADER S VALUE? ÉTUDE DE CAS P hilippe est asset manager, pour le compte d une société de gestion d actifs immobiliers. Afin de protéger les actifs dont il a la charge, il a souscrit un contrat ACE Leader s Value, comprenant

Plus en détail

QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles

QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles MULTIRISQUE INDUSTRIELLE BATIMENT VIDE CACHET COURTIER Affaire Nouvelle Nouveau site sur contrat n :... Effet du : / / Echéance : / (JJ/MM) COURTIER Nom du cabinet

Plus en détail

Conditions générales Edition 01.01.2013. Assistance Home

Conditions générales Edition 01.01.2013. Assistance Home Conditions générales Edition 01.01.2013 Assistance Home Les présentes conditions générales déterminent les prestations d assistance garanties et fournies par EUROP ASSISTANCE (Suisse) SA et assurées par

Plus en détail

Informations relatives aux contrats-cadres

Informations relatives aux contrats-cadres innova Versicherungen case postale 3073 Gümligen Informations relatives aux contrats-cadres Contrat-cadre innova pour les micro-entreprises et petites entreprises (n 1142) Contrat-cadre innova pour les

Plus en détail

INDEMNISATION DES VICTIMES DE CATASTROPHE NATURELLE

INDEMNISATION DES VICTIMES DE CATASTROPHE NATURELLE 1 INDEMNISATION DES VICTIMES DE CATASTROPHE NATURELLE Notion de catastrophe naturelle L article L.125-1 du Code des assurances définit la catastrophe naturelle comme un phénomène naturel dommageable d

Plus en détail

L ASSURANCE DU RECOURS DES TIERS LA CONVENTION D ABANDON DE RECOURS ASSURALIA QUI S Y RAPPORTE.

L ASSURANCE DU RECOURS DES TIERS LA CONVENTION D ABANDON DE RECOURS ASSURALIA QUI S Y RAPPORTE. L ASSURANCE DU RECOURS DES TIERS ET LA CONVENTION D ABANDON DE RECOURS ASSURALIA QUI S Y RAPPORTE. Conférence du 20.01.2010 par André Roels pour le ARSON PREVENTION CLUB INTRODUCTION Définition approximative

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives :

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives : Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Objet : transposition des directives : - 2002/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

L ASSURANCE HABITATION DE FIDEA

L ASSURANCE HABITATION DE FIDEA Decembre 04 L ASSURANCE HABITATION DE IDEA Que retrouve-t-on dans ce document d'acceptation? Contenu Champ d application... Critères d acceptation... Garanties standard... Limites d indemnisation... Réductions

Plus en détail

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents de l'aitf Résumé des garanties SOMMAIRE ART. 1 - BÉNÉFICIAIRES DE LA GARANTIE 3 ART. 2 - PRISE D EFFET, CESSATION DES GARANTIES 3 2.1 - Prise

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des produits et coûts relatifs aux contrats de construction.

Plus en détail