Master 2 Médias et Publics

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Master 2 Médias et Publics"

Transcription

1 Master 2 Médias et Publics Année universitaire Mémoire Professionnel de fin d année Le chemin des chiffres, de la voie de production à la voix de réception. L exemple du service des études du pôle télévision de Lagardère Active. Hélène Bottin, Sous la direction de M. Philippe Chantepie

2 REMERCIEMENTS 5 mois et plus de 70 jours maintenant. 3 étages et quelques marches. Gauche, droite, gauche puis encore droite. F bureaux mais la place pour trois. 4 ordinateurs, deux ou trois télévisions. 5 mois et plus de 70 jours. Une vingtaine de «DNC», autant de grilles et courbes hebdomadaires. 4 ou 5 grilles concurrentielles par chaînes de télévision, des centaines de «%», des milliers de «PdA», une bonne dose de «enregistre», «affiche», «délivre» et «obtient», un peu de sous performe, une once de «superforme» et «le tiret, il est pour en dessous des standards ou au-dessus de la moyenne?». Des centaines de «redéfinir» dans MMW et des milliers de sorties Excel Les remerciements, eux, ne peuvent se comptabiliser, mais à l image du «quali» donnant de l air au «quanti», ils sont indispensables. Merci au groupe Lagardère, à Lagardère Active, Lagardère Thématiques, au pôle télévision, à Tiphaine de Raguenel, Anne Vaglio et Camille Mandret. Merci de m avoir offert l opportunité d effectuer ce stage de six mois dans votre équipe si soudée. Merci avant tout à Tiphaine de Raguenel de m avoir accueillie au sein de son service, en m offrant cette position si privilégiée de «stagiaire des études». Merci Anne, de ton soutien, de ta gentillesse et de ta bienveillance. Merci de m avoir fait confiance. Merci de m avoir appris et expliqué avec la même extraordinaire patience. Je ne pourrais te remercier suffisamment pour toutes les connaissances que tu m as apportées. Merci Camille de m avoir parfois expliqué «autrement», parce que «parfois, on ne comprend rien, et c est normal». Merci d avoir pris le temps de t asseoir et de tout reprendre avec moi. Le service des études est différent sans tes réflexions bien senties. Alors merci de faire quelques passages à notre étage. Merci à Sébastien Bonnet de m avoir également accueillie avec une extrême gentillesse les deux premiers mois. J ai pu mesurer ce qu était un passionné en te rencontrant. Merci de tes conseils avisés et précieux. Merci à Sarah de ne m avoir jamais considérée comme «une stagiaire», mais comme une «collègue» et future professionnelle, à qui l on peut, aussi, demander conseil. Merci à Mathieu, pièce rapportée du Web dans notre bureau, de nous avoir fait autant rire avec scénarios et réflexions relevant du génie ou de l absurde. Merci donc à toute l équipe des études de m avoir démontrée à quel point l on peut aborder cette profession «sacerdoce» de tant de manière différente, les unes aussi légitimes que les autres. Je remercie par ailleurs Maud Branly, Samantha Schmitt et Stéphanie Charles de m avoir accordée du temps lors d entretiens. Merci à tous les membres du pôle télévision, au détour de conversations anodines, d avoir, sans le savoir, enrichi mes réflexions. Je remercie enfin l Institut Français de Presse de m avoir permis d effectuer un stage et un mémoire sur un sujet qui me passionne. Je remercie M. Chantepie d avoir accepté d être mon directeur de mémoire. Merci de votre soutien, de votre aide et vos conseils. Merci également à cette dernière aide si précieuse, femme de l ombre, miroir de réflexions et questionnements en tout genre, présente à toute heure. 1

3 «LES MESURES D AUDIENCE SONT A L ECONOMIE DES MEDIAS CE QUE LES MOTS SONT AU LANGAGE. MALGRE LEUR APPARENTE SCIENTIFICITE, CES CHIFFRES BRUTS ET PARFOIS BRUTAUX N ONT GUERE DE SENS EN EUX-MEMES MAIS SEULEMENT REPLACES DANS UN CONTEXTE PLUS GENERAL» 1. ALAIN LE DIBERDER 1 «La mesure d audience des nouveaux médias : une bonne réponse mais quelle est la question?», Reprise du n 37 de la Revue Hermès, L audience. Presse, radio, télévision, internet In L audience. Les essentiels d Hermès. CNRS Editions pages. 2

4 SOMMAIRE I. LE GROUPE LAGARDERE (SCA), ENTITE COLOSSALE AUX ACTIVITES PLURIELLES A. Une organisation intégrée dans le paysage économique français et international B. L omniprésence de Lagardère dans le secteur des médias et de la communication, un segment porteur C. Le pôle télévision de Lagardère Active : un service riche pour une concurrence accrue II. ETRE CHARGEE D ETUDES AU SERVICE DES ETUDES DU POLE TELEVISION DE LAGARDERE ACTIVE A. Comprendre les «études», une profession dépendante de la mesure des performances télévisuelles B. Missions liées directement à l étude d audience C. Autres missions III. LE CHEMIN DES CHIFFRES : CIRCULATION ET UTILISATION DES DONNEES PRODUITES PAR LE SERVICE DES ETUDES DU POLE TELEVISION A. Les études d audience, accords et désaccords théoriques B. Les études, une nécessité au sein du pôle télévision C. Etre un service au service d autres services : une production nécessaire mais quel juste positionnement? 3

5 INTRODUCTION Le 27 mars 2012, le Conseil Supérieur de l Audiovisuel (CSA) a rendu un verdict attendu et redouté de l entier paysage télévisuel français. Par l attribution de six nouvelles fréquences gratuites sur la télévision numérique terrestre (TNT), les sages ont effectivement bousculé à nouveau l écosystème des chaînes de télévision françaises. Six nouvelles fréquences. 25 chaînes gratuites à l horizon Ou à l horizon fin 2012 plutôt, puisque le 12 décembre, la majorité des Français pourra découvrir ces «petites nouvelles». Garant de la diversité et de la pluralité du paysage télévisuel français, la décision des membres du CSA ne fait pourtant que renforcer la problématique qui animait l arrivée des douze nouvelles chaînes gratuites en Entre fausse ouverture d un marché concentré et homogénéisation programmatique de la plupart des nouvelles chaînes, le bilan du défi de diversité audiovisuelle qu avait lancé le CSA ne paraissait guère flatteur. Il n autorisait finalement qu à interroger à nouveau les problématiques de fragmentation de l audience 2 et des recettes publicitaires. Dans un monde où les logiques de groupes et non plus de chaînes sont désormais une ligne de conduite, la dictature de l audimat ne perd donc pas son souffle. Tout au contraire, c en est un second qui la porte, bien plus «pernicieux» et bien plus réel. Alors que «dans les chaînes généralistes, il y a toute une écologie de la donnée d audience [ ], dans le cas des chaînes thématiques [ ], la manière dont les mesures d audience s insèrent dans les processus de décision professionnels est à la fois plus 2 La part d audience des chaînes TNT s élève désormais à presque 24%. Barzic Gwénaelle. «Le CSA attribue les six nouvelles chaînes TNT». 27 mars Le nouvel observateur. 4

6 récente et plus rustique» 3. La mesure des performances des chaînes thématiques, tant diffusées sur la TNT gratuite que dans des bouquets de chaînes payantes change de curseur. L arrivée de nouvelles chaînes en change en outre l échelle. «Petites nouvelles»? «Nouvelles» pour la plupart de la population équipée en téléviseur, très certainement. Si «L équipe TV», chaîne sportive créée en 1989 n est pas totalement inconnue des téléspectateurs, les cinq autres chaînes sont de véritables créations. De nouvelles thématiques sont mises à l honneur par ailleurs, comme la diversité (avec la chaîne «TVOUS la diversité») ou les documentaires avec «RMC Découverte». Le qualificatif «petites» ne sied pas en revanche à ces prochaines antennes nationales. Groupe TF1, Groupe M6, Groupe NextRadio TV, Groupe NRJ, Groupe Amaury, seule la chaîne la plus originale «TVOUS la diversité» n appartient pas à un groupe audiovisuel puissant. La décision du CSA permet donc, à nouveau d interroger la seconde problématique mise en lumière en 2005 : la présence des (seuls) groupes audiovisuels français dans le PAF, puisque d ores et déjà, les groupes TF1, M6, Bolloré 4, NextRadioTV et NRJ étaient déjà historiquement présents dans la TNT. Finalement, seul le groupe Lagardère ne se renforce pas. Il garde Gulli mais n obtiendra pas sa seconde chaîne gratuite ElleTV. 3 Op. Cit. Le Diberder Alain. p Les chaînes de télévision appartenant à Bolloré sont en passe d être rachetées par le groupe Canal Plus. 5

7 L auteur de ce mémoire, qui est ici le «Je», effectue depuis désormais 5 mois «son» stage au sein du service des études du pôle télévision de Lagardère Active. À la confluence entre rapport de stage et mémoire, ce rapport de stage amélioré n est pas un journal de bord, mais est l aboutissement de mes questionnements, interrogations, incompréhensions et réflexions sur l audience, les audiences, les publics, leur réception. C est une ouverture sur le monde du travail, sur un des services du pôle télévision redouté car rigoureux, appréhendé car chiffré, mais jalousé car offrant la possibilité de s éprouver dans le maniement des chiffres, de se confronter à des logiciels professionnels lourds et intrigants et d apprendre et se former auprès de professionnels de différents horizons, proposant leur propre analyse et leur propre réflexion au service d une entreprise colossale. Intégrer un service du pôle télévision de Lagardère Active ne peut s opérer sans comprendre plus «largement» qui est le groupe Lagardère et ce qu il représente en France. Il est nécessaire de connaître son ou ses cœurs de métiers, ses stratégies et les raisons qui en font un acteur du monde médiatique. Comprendre les valeurs d une entreprise permet de comprendre le degré d importance des pôles qu elle gère et donc la gestion à proprement parler des stratégies de développement des unités en leur sein. Lagardère est une entreprise aux multiples activités et facettes. La comprendre nécessite du temps. L expliquer encore plus. Ce mémoire comporte donc trois parties, mais s envisage dans l absolu en deux chapitres. Le rapport de stage intégrant ce mémoire ne peut s affranchir et faire l économie d une mise en contexte global d un environnement économicomédiatique complexe. Cette mise en contexte du groupe Lagardère, entité colossale aux activités plurielles s opère au travers de la première partie (I). De là peut débuter le voyage vers le chemin des chiffres, de leur production à leur réception, de leur création à leur utilisation. 6

8 Les deux dernières partie en sont le reflet. Dans un premier temps, il convient de décrire les missions d un stagiaire au service des études du pôle télévision de Lagardère Active (II) pour proposer une analyse sur la circulation et l utilisation des données du service des études afin d amorcer une réflexion sur la place du service des études en lui-même et donc sur l enjeu que représentent les études d audience au sein du pôle (III). 7

9 I. LE GROUPE LAGARDERE (LAGARDERE SCA), ENTITE COLOSSALE AUX ACTIVITES PLURIELLES Le «groupe Lagardère» naît en 1981 de l alliance du secteur de l édition à celui de l industrie lourde. Cette alliance lui permet notamment d exister en tant qu organisation intégrée dans le paysage économique français et international (A). Aussi diversifiées que soient ses activités, Lagardère se promeut comme une entreprise «100% médias» : son omniprésence dans le secteur de la communication et des médias est en effet désormais acquise (B). Cette présence indéniable est portée, entre autres, par la branche audiovisuelle de Lagardère («Lagardère Active») et son pôle télévision (au sein duquel j effectue mon stage). À l image du groupe Lagardère, le pôle télévision propose une offre riche face à une concurrence accrue (C). A. Une organisation intégrée dans le paysage économique français et international Les fondements du groupe Lagardère sont des instants-clés (1) permettant de comprendre son implantation actuelle dans le paysage économique mondial. Si l entreprise est définitivement ancrée dans ce paysage, sa santé dépend majoritairement de la santé du marché publicitaire (2). Cette dépendance oblige régulièrement le groupe à redéfinir ses principales stratégies (3) de maintien et de développement. 8

10 1. Les fondements du groupe Lagardère : instants-clés a. L alliance de l édition et de l industrie lourde L histoire du groupe Lagardère est en réalité la réunion de deux destins 5 : celui de Louis Hachette, qui acquiert la librairie parisienne Brédif en 1826 afin d y développer des activités de livre, de presse et de distribution ; celui de la société MATRA (pour «Mécanique, Aviation, Traction», maître d œuvre de satellites européens) apparue en France en et dirigée dès 1963 par Jean-Luc Lagardère. L homme d affaires lie l avenir de ces deux entreprises dès 1981, lorsqu il acquiert le groupe Hachette. Matra absorbe Hachette en 1992 : deux organisations naissent alors, Matra Hachette et Lagardère Groupe (société faîtière 7 ). b. L essor du «groupe Lagardère» L expansion de ces deux activités va alors s opérer parallèlement : du déploiement de la société dans le domaine du multimédia à son accession au titre de troisième entreprise mondiale dans le domaine des missiles, de la présence du groupe dans l aérospatiale (EADS en 2000) à la prise de contrôle de La Cinq Les années 1990 sont plus particulièrement l occasion pour Lagardère Groupe de développer ses activités dans le domaine des médias : internet, livres, distribution, télévision numérique terrestre grâce à un accord avec Canal Plus, participation dans le groupe Marie-Claire Le déploiement est intense et s achève, après le décès de Jean-Luc Lagardère et la reprise du groupe par 5 CALLI Claire. «Le groupe Lagardère, mai 2003». Février Source : 6 MATRA naît la même année que Elle, hebdomadaire français édité par Hachette. 7 Le «groupe Lagardère» est la holding de contrôle. 9

11 son fils Arnaud (société en commandite par actions), par l abandon des activités automobiles 8 de l entreprise. Arnaud Lagardère poursuit alors la restructuration du groupe autour d activités phares qui deviendront les quatre branches majeures du groupe Lagardère : l édition, le multimédia, la distribution et le sport. c. Lagardère aujourd'hui, du propriétaire français aux multiples actionnaires étrangers Le groupe Lagardère est une entreprise en commandite par actions. Elle est gérée par Arnaud Lagardère et par la société Arjil Commanditée-Arco. Les mandats de gérance sont renouvelés tous les six ans. En 2012, les actionnaires du groupe Lagardère sont à 50% des investisseurs institutionnels étrangers et à plus de 15,71% des investisseurs institutionnels français. Le Qatar Investment Authority est désormais également actionnaire à hauteur de 12,83% dans le groupe. En plus de l autocontrôle et des salariés, Lagardère Capital & Management et AllianceBernstein détiennent à moins de 10% chacun des actions dans Lagardère groupe. Par ailleurs, le groupe Lagardère participe au capital de l entreprise EADS (7,5%), de Canal + (20%), du Monde (17,3%) et de Presstalis (49%) 9. Un rapide historique du groupe, certes non exhaustif, démontre aisément la propension de l organisation à se diversifier, tant dans son périmètre géographique que dans ses activités ou même dans la provenance de ses 8 Participation de Lagardère dans le groupe Renault et dans d autres activités d ingénierie automobile. 9 Données juin

12 capitaux. L organisation devient alors tentaculaire au fur et à mesure des années. Si cela permet à Lagardère d investir les secteurs porteurs tant financièrement qu en termes d images et de renommée, cela fragilise cependant sa «santé» et induit des heurts financiers principalement dus à sa dépendance au marché publicitaire. 2. La dépendance de Lagardère au marché publicitaire : condition de son existence Nécessairement dépendant de l état du marché publicitaire, le groupe Lagardère est lié aux fluctuations économiques de ce secteur. C est d ailleurs l une des faiblesses mises en avant dans l analyse SWOT (forces, faiblesses, menaces et opportunités) de l entreprise 10. a. L environnement économique L année 2009 a été désastreuse en termes de dépenses publicitaires mondiales. La croissance reprend peu à peu, ouvrant à nouveau les portes au développement et à l expansion des activités de Lagardère. Ainsi, la reprise économique de l année 2010 a pu permettre à la société de relancer ses dépenses de communication (principalement en presse écrite et dans le secteur de la télévision). En France également, les dépenses des annonceurs sont moins frileuses en 2010 (mais nettement moins dynamiques qu en 2008). Elles augmentent néanmoins de 85 millions d Euros en repassant au-dessus de la barre des 30 milliards d euros de dépenses. 10 Étude Xerfi, Lagardère. Juin

13 b. L environnement concurrentiel global L environnement concurrentiel du groupe Lagardère est à haut risque. Nombreux, les concurrents de Lagardère dans ses diverses activités sont des groupes tout autant internationaux que lui. Ainsi, le tableau ci-dessous regroupe les principaux concurrents de l organisation, en fonction des branches d activités dans lesquelles celui-ci est présent, en France ou au niveau international. Le nombre de groupes «médias et divertissement» est considérable, tant dans le monde qu en France. Le chiffre d affaires de chacun d entre eux dépassent les 10 milliards d euros. c. Santé et résultats financiers de l organisation Les comptes de Lagardère en 2011 se sont clôturés avec plus de 700 millions d euros de pertes nettes. Cette chute massive de revenus se traduit par une baisse du chiffre d affaires du groupe de 3,9%. Celui-ci s élève donc à 7,6 milliards d euros. 12

14 La chute du chiffre d affaires de Lagardère est essentiellement due aux mauvaises performances du pôle Lagardère Sport (devenu Lagardère Unlimited). La santé de cette activité était déjà inquiétante en 2010 puisque le chiffre d affaires avait enregistré un recul de 22% par rapport à l année Les autres pôles affichent une santé relativement meilleure. Ainsi, en 2010, la croissance était réapparue principalement grâce aux branches Lagardère Active et Lagardère Services. En effet, si le chiffre d affaires du pôle Lagardère Services ne cesse de chuter depuis l année 2002 (en raison du déclin de la presse écrite), la diversification effectuée a permis à cette activité d être, en 2010, stable, voire dynamique. Si l année 2011 est par ailleurs en recul dans le secteur de l édition, en France, le secteur a connu de bonnes performances. 3. Les positions stratégiques de Lagardère La stratégie globale de Lagardère se construit autour de trois idées «forces» : fortifier ses secteurs dynamiques, «rechercher de nouveaux relais de croissance» par la diversification des portefeuilles de produits et enfin, «se séparer des activités déficitaires» 11. Il est donc possible de réunir les différentes positions stratégiques en fonction des pôles de gestion du groupe. a. Maintenir le leadership : Lagardère Publishing Le pôle édition de Lagardère est leader sur le marché mondial (voir infra) depuis l année Il s agit donc pour Lagardère de maintenir cette position en déclinant plusieurs axes stratégiques. Selon une étude Xerfi Entreprises datant de juin 2011, ces axes sont les suivants : - «Répartir les risques en développant un portefeuille de produit diversifié et équilibré ; [ ] 11 Étude Xerfi, Lagardère, juin p

15 - Concentrer la croissance sur des bassins linguistiques ciblés afin d atteindre une taille critique en termes de marché potentiel ; - Rechercher les opportunités de croissance externe afin de renforcer le poids du groupe dans les négociations avec les géants de la numérisation et afin de se positionner sur les marchés en forte croissance [ ]; - Se positionner sur le marché du livre numérique en proposant des applications e-books mais aussi des catalogues numérisés disponibles sur tous les supports (iphone, ipad, etc.)». b. «Poursuivre la croissance : Lagardère Services et Lagardère Sport (désormais Unlimited) Comme le précise l étude Xerfi sur Lagardère, le développement stratégique de Lagardère dans l activité de distribution se concentre uniquement dans son activité de commerce de détail. Ainsi, quatre volets sont à mettre en œuvre : - «Renforcer le leadership des enseignes présentes dans les aéroports et les gares (Relay, Virgin ) ; - Intégrer de nouveaux marchés, en particulier dans les zones économiques émergentes. [ ] ; - Poursuivre la diversification de l activité vers la restauration [ ], le luxe [ ] ou d autres enseignes comme Nature & Découverte ; - Étendre la localisation des points de ventes aux autres zones générant d importants trafics piétonniers (artères principales des centres villes ou les centres commerciaux)». Lagardère SportS est devenu Lagardère Unlimited après une restructuration du pôle. Les résultats insatisfaisants de la branche ont en effet conduit Lagardère à ajouter des activités «spectacle» aux activités touchant au sport. La stratégie développée autour de ce nouveau groupe est alors notamment celle de la diversification des activités. 14

16 c. «Améliorer ses performances» : Lagardère Active En 8 ans, les revenus du pôle Lagardère Active ont chuté de près de 32%. Alors, s il constitue l un des pôles porteurs de Lagardère, il a semblé nécessaire de recentrer ses activités pour améliorer les performances de cette branche audiovisuelle. Les principaux axes stratégiques en 2010 ont été entre autres d abandonner les activités non rentables (et donc non stratégiques) pour se concentrer sur les «marques phares du groupe». Il s est également agi de «développer les sources de revenus non publicitaires» et de se positionner sur le marché du numérique en plein essor. Aujourd'hui, après avoir à nouveau redéfini des axes stratégiques et des perspectives d évolution, les activités de Lagardère se déclinent telles que présentées ci-dessous. B. L omniprésence de Lagardère dans le secteur de la communication et des médias : un segment porteur Seule activité «promue» par le groupe, branche souhaitée majeure et prépondérante par Lagardère, le secteur de la communication et des médias représente effectivement une part considérable des activités de l organisation. Quatre métiers traduisent l implication médiatique internationale de l entreprise : l édition, les services (notamment de distribution), le sport (gestion des droits médias en particulier) et enfin, le «multimédia» (presse, audiovisuel, publicité et numérique) Sauf précisions contraires, les citations présentes dans cette partie sont issues de ces deux documents : - Document de référence 2011 : ef_lagardere_exercice_2011.pdf - Document Repères 2011 : es_lagardere_2011_2012.pdf 15

17 1. Lagardère Publishing a. Activités et missions «Publier, [ ] vendre, [...] distribuer des livres innovants, de qualité, [ ] qui répondent aux envies de savoir, de connaissances, de culture et de divertissement de ses lecteurs». L histoire du groupe Lagardère l indique, le métier qui a rendu célèbre Lagardère est celui d éditeur. L entreprise prospère toujours aujourd'hui à travers la marque d édition Hachette Livre. Les activités d édition de livres et d e-publishing sont regroupées au sein de la branche dénommée «Lagardère Publishing» (fédération de maisons d édition). Elles permettent au groupe de figurer au deuxième rang mondial des éditeurs et d être entre autres, la première activité d édition de livres grand public en Europe. Le groupe se développe grâce à de nombreux segments éditoriaux comme l éducation, la littérature, la jeunesse, les «illustrés» ou encore les dictionnaires. Il est présent majoritairement dans trois grands bassins linguistiques : anglais, espagnol et français. b. Environnement concurrentiel : une concurrence à haut risque À la fois acteur dans plusieurs activités d édition, mais surtout présent sur le marché international, le pôle édition de Lagardère est confronté à des concurrents d une double provenance géographique. L environnement concurrentiel est donc à haut risque. 16

18 Nombreux sont les éditeurs internationaux. Hachette Livre a donc pour concurrents directs des «géants» tels que Pearson, Random House ou encore McGraw-Hill Education. En France, le secteur de l édition est tout autant dynamique. Les concurrents d Hachette Livre sont aussi connus que nombreux : Gallimard, La Martinière, Albin Michel ou encore Flammarion. 2. Lagardère Services a. Activités et missions Le groupe Lagardère, via sa branche Lagardère Services est le «premier réseau international dédié à la vente de produits de loisirs culturels». Il est notamment présent dans le monde grâce à l implantation de boutiques duty free. Lagardère Services évolue autour de deux métiers : - Le commerce de détails (70% du chiffre d affaires de la branche) se traduisant par «le commerce dédié au service des voyageurs» (autrement dit, le commerce en zone de transport avec des magasins comme Relay ). - Le commerce de proximité (centres commerciaux ). Le reste du chiffre d affaires de Lagardère Services provient de son activité de distributeur de presse aux points de vente. Cette activité n est pas exercée en France. Elle l est en revanche aux Etats-Unis (n 1), en Suisse, en Espagne ou encore en Hongrie. 17

19 b. Environnement concurrentiel : une concurrence locale La concurrence du groupe se développe notamment sur territoire étranger par des enseignes locales. Ainsi, «les boutiques du groupe situées en zone de transit sont en effet, confrontées à des enseignes telles que TDS / WPS (groupe Time Warner), Kable ou Comag (Hearst / CondeNast) aux États-Unis, ou la SGEL en Espagne». 3. Lagardère Unlimited a. Activités et missions Anciennement Lagardère Sports, Lagardère Unlimited est une activité spécifique et quelque peu en marge des autres activités dites «media» du groupe. Plus événementiel que médiatique, Lagardère Unlimited regroupe six métiers liés à l activité sportive et à l «entertainment» : «la représentation de talents artistiques et sportifs, la gestion d académies sportives, l organisation et l exploitation d événements sportifs, la gestion de leurs droits de diffusion, la commercialisation de droits et de produits marketing sportifs et le conseil en gestion-exploitation d enceintes sportives». Ces différentes fonctions permettent à Lagardère de développer une stratégie de positionnement sur «l ensemble de la chaîne de valeurs des droits sportifs». b. Environnement concurrentiel : une concurrence unique Nouveau et encore peu connu, le pôle Lagardère Unlimited a peu de concurrents. En outre, le secteur du sport est mondial, certes, mais 18

20 «fragmenté» 13, laissant principalement la place à des acteurs locaux. Seul IMG «groupe américain spécialisé dans l économie du sport», des médias et de la mode se rapproche de l activité de Lagardère. 4. Lagardère Active a. Activités et missions Lagardère Active est une des branches les plus imposantes de l organisation et ce, non seulement parce qu elle représente l activité la plus populaire du groupe, mais aussi parce que, comme Lagardère Unlimited, elle abrite six secteurs d activités. Malgré cette renommée nationale et internationale, le groupe n affecte que peu de budget à cette branche : seul 19% du chiffre d affaires du groupe est en effet consacré à Lagardère Active (contre 48% pour Lagardère Publishing). Cependant, en 2011, le pôle multimédia représente à lui seul 51% du chiffre d affaires publicitaire de Lagardère (5 points de moins qu en 2010 néanmoins). Ses six activités sont la presse magazine, la radio, la télévision (Lagardère Thématiques), la production audiovisuelle (Lagardère Entertainment), le numérique (premier groupe média sur mobile en 2010) et la publicité (régie publicitaire Lagardère Publicité). 13 Communiqué de presse, Lagardère. Janvier Source internet : 122.html&idpress=

21 Presse magazine L activité magazine du groupe représente 66% du chiffre d affaires total de Lagardère Active en 2011 grâce à la présence de 126 titres de presse dans 45 pays. Lagardère est un des premiers éditeurs de presse magazine au monde. Il est par ailleurs n 1 en France, porté notamment par la thématique majoritairement féminine du portefeuille de titres (Version Femina, Elle, Psychologie, Public, ). Avec 40 titres français dont onze hebdomadaires, 56% des Français liraient au moins un titre Lagardère Active. Outre l univers féminin, le portefeuille de titres de presse se focalise également sur l art de vivre et les «grands hebdomadaires» (Paris Match, Télé 7 jours ). Radio 18% du chiffre d affaires total de Lagardère Active repose sur son activité radio. Celle-ci est partagée entre Europe 1, Virgin radio (anciennement Europe 2) et enfin, RFM, deuxième radio musicale auprès des adultes de 35 à 49 ans. Les deux radios musicales cumulent, à elles deux et par jour une moyenne de 4,9% de part d audience. Lagardère Active est par ailleurs présent à l international avec Lagardère Active Radio International (LARI) comptant plus de 25 radios dans le monde. En Europe, Lagardère est en effet un acteur puissant : selon des chiffres 2011, le groupe aurait 35 millions d auditeurs chaque jour grâce à 25 radios dans huit pays européens. Télévision La télévision est également une des activités dans laquelle Lagardère Active n a eu de cesse de souhaiter se développer (avec plus ou moins de succès, voir infra). Neuf chaînes de télévision sont autorisées à émettre en France en 2012 : huit d entre elles n existent que sur le câble et le satellite (Canal J, TiJi, 20

22 MCM, MCM Pop, MCM Top, June, Mezzo et Mezzo Live HD). En 2005, Lagardère obtient une fréquence sur la télévision numérique terrestre (TNT), elle sera attribuée à Gulli, chaîne jeunesse et familiale née d un partenariat entre Lagardère Active et France Télévisions. Diffusées dans 77 pays dont 34 en Afrique, les chaînes du pôle télévision de Lagardère sont également très présentes à l étranger. Depuis 2009 par ailleurs, les chaînes jeunesse TiJi et Gulli ont été adaptées grâce à une «version localisée» en Russie. Numérique Le groupe détient un portefeuille mondial de 100 sites internet. Ils ont accumulé en 2010 plus de 80 millions de visiteurs uniques. En France, les sites féminins gravitant autour de Elle.fr, mais également les sites Doctissimo ou Première sont de véritables succès. Lagardère est également leader français sur le marché des mobiles en Régie publicitaire Au-delà de l édition de supports médiatiques, Lagardère compte par ailleurs une régie publicitaire en son sein. Celle-ci commercialise 150 marques sur six médias et notamment en presse magazine, radio, télévision et internet (80 sites premium). Production audiovisuelle Enfin, sous la dénomination Lagardère Entertainment, le groupe fournit des programmes de flux et de stocks à l ensemble des chaînes gratuites et payantes. Ses principaux clients sont TF1 et France Télévisons. 21

Chiffres clés TOTAL TV 989 708 6,5% TOTAL TV 8 073 212 3,9% Déclaratif 777 464-3,0% TOTAL TV 619 901 5,8% TOTAL TV 4 711 836-3,4%

Chiffres clés TOTAL TV 989 708 6,5% TOTAL TV 8 073 212 3,9% Déclaratif 777 464-3,0% TOTAL TV 619 901 5,8% TOTAL TV 4 711 836-3,4% Bilan des investissements publicitaires de la télévision. Novembre 2012 et Cumul janvier-novembre 2012 Chiffres clés Novembre 2012 vs novembre 2011 Recettes publicitaires en K Janv. à novembre 2012 vs

Plus en détail

L audience des chaînes sur le câble, le satellite et la TV par ADSL

L audience des chaînes sur le câble, le satellite et la TV par ADSL Levallois, le 13 mars 2014 L audience des chaînes sur le câble, le satellite et la TV par ADSL est la mesure audimétrique de l audience de la télévision auprès des personnes recevant une offre de chaînes

Plus en détail

Les résultats d audience

Les résultats d audience Paris, le 08 mars 2011 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour publication immédiate Les résultats d audience Voici les résultats de la vague n 20 de mesure de Médiamétrie concernant la période du 30 août 2010 au 13

Plus en détail

Médiamat Thématik. L audience des chaînes sur le câble, le satellite et la TV par ADSL du 29 août 2011 au 12 février 2012

Médiamat Thématik. L audience des chaînes sur le câble, le satellite et la TV par ADSL du 29 août 2011 au 12 février 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Médiamat Thématik L audience des chaînes sur le câble, le satellite et la TV par ADSL du 29 août 2011 au 12 février 2012 Levallois, le 13 mars 2012 Source : Médiamétrie - Médiamat

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1 C O M M U N I Q U E Boulogne-Billancourt, le 29 décembre 2009 Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif au bilan de l audience TV et de la publicité TV

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014 Direction des programmes DPAC Novembre 2014 Sommaire Services assujettis à la contribution réglementaire Définitions et obligations Assiettes et contribution réglementaire Ensemble des services de télévision

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Médiamat Thématik. Source : Médiamétrie - Médiamat Thématik - janvier / juin 2011 - Copyright Médiamétrie - Tous droits réservés

COMMUNIQUE DE PRESSE. Médiamat Thématik. Source : Médiamétrie - Médiamat Thématik - janvier / juin 2011 - Copyright Médiamétrie - Tous droits réservés COMMUNIQUE DE PRESSE Médiamat Thématik Levallois, le 13 juillet 2011 L audience des chaînes sur le câble, le satellite et la TV par ADSL du 3 janvier au 19 juin 2011 - Médiamat Thématik est la mesure audimétrique

Plus en détail

Agenda. EBU - New Media Forum 2006. Neuf cegetel en bref. Image du marché français du haut débit et de la télévision payante.

Agenda. EBU - New Media Forum 2006. Neuf cegetel en bref. Image du marché français du haut débit et de la télévision payante. EBU - New Media Forum 2006 22 Juin 2006 Agenda Neuf cegetel en bref Image du marché français du haut débit et de la télévision payante L offre neuf TV Applications & évolutions 2 1 Qui sommes-nous? Un

Plus en détail

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Conseil de Développement COMMISSION 1 Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Par lettre en date du 10 février 2005, le Bureau de Saint-Etienne Métropole, par l intermédiaire

Plus en détail

Note d information Paris, 8 septembre 2011

Note d information Paris, 8 septembre 2011 Note d information Paris, 8 septembre 2011 FESTIVAL DE LA ROCHELLE 2011 L OFFRE ET LA CONSOMMATION DE FICTIONS SUR INTERNET Dans le cadre de sa mission d observation des usages numériques et de valorisation

Plus en détail

Responsable d antenne (de diffusion) DIFFUSION TELE FICHE METIER. «Responsable d antenne» APPELLATION(S) DU METIER. Responsable d antenne

Responsable d antenne (de diffusion) DIFFUSION TELE FICHE METIER. «Responsable d antenne» APPELLATION(S) DU METIER. Responsable d antenne Responsable d antenne (de diffusion) Version APPELLATION(S) DU METIER Responsable d antenne DEFINITION DU METIER Sous l autorité de la Direction d une chaîne de télévision, le responsable d antenne de

Plus en détail

Baromètre de perception de la qualité des programmes

Baromètre de perception de la qualité des programmes Baromètre de perception de la qualité des programmes Vague 1 Janvier 2013-1 - Méthodologie Recueil Etude réalisée par l Institut BVA par téléphone du 3 au 27 octobre 2012 auprès de 2002 personnes interrogées

Plus en détail

MICROSOFT FRANCE ANNONCE L ARRIVEE DE NOUVEAUX GRANDS NOMS DU DIVERTISSEMENT SUR XBOX

MICROSOFT FRANCE ANNONCE L ARRIVEE DE NOUVEAUX GRANDS NOMS DU DIVERTISSEMENT SUR XBOX MICROSOFT FRANCE ANNONCE L ARRIVEE DE NOUVEAUX GRANDS NOMS DU DIVERTISSEMENT SUR XBOX 360 Le meilleur du divertissement Internet Français bientôt accessible sur Xbox 360 Issy-les-Moulineaux, le 5 octobre

Plus en détail

INTRODUCTION DU PRÉSIDENT

INTRODUCTION DU PRÉSIDENT INTRODUCTION DU PRÉSIDENT PRÉSENTATION DES RÉSULTATS STRUCTURE DU CAPITAL AU 31 DÉCEMBRE 2005 VIVENDI UNIVERSAL 100 % GROUPE CANAL+ CANAL+ S.A 48,5 % SPORT+ 100 % CRÉDIT INDUSTRIEL D ALSACE ET DE LORRAINE

Plus en détail

Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis

Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis Boulogne, le 14 mai 2009 Communiqué de presse Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis Le 25 mai, Bouygues Telecom lancera ideo, les Tout-en-un qui proposent

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Pour un nouveau régime des chaînes thématiques

Pour un nouveau régime des chaînes thématiques 1 Pour un nouveau régime des chaînes thématiques Dans le cadre d une réforme structurelle de la réglementation de l audiovisuel annoncée par la Ministre de la culture et de la communication en début d

Plus en détail

L économie des chaînes en 2010

L économie des chaînes en 2010 L économie des chaînes en 2010 Comme chaque année, le CSA a dressé le bilan financier de l ensemble des chaînes autorisées et conventionnées, en accordant une attention particulière aux nouvelles chaînes

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Communiqué de Presse Bruxelles, le 31 mars 2008

Communiqué de Presse Bruxelles, le 31 mars 2008 Communiqué de Presse Bruxelles, le 31 mars 2008 Rentabiliweb triple son Résultat net qui atteint 5.1M en pro forma Objectifs 2007 de rentabilité largement dépassés EBITDA 2007 pro forma : + 238.4% à 8.4M

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ACTIONNAIRES 6 MAI 2014

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ACTIONNAIRES 6 MAI 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ACTIONNAIRES 6 MAI 2014 EN 2013, DES AVANCÉES STRATÉGIQUES MAJEURES 6 mai 2014 2013, UNE ANNÉE MARQUÉE PAR DES AVANCÉES STRATÉGIQUES MAJEURES Cession réussie des participations minoritaires,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 3 novembre 03 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS DU TROISIÈME TRIMESTRE ET DES NEUF PREMIERS MOIS 03 POURSUITE AU TROISIÈME TRIMESTRE DES TENDANCES CONSTATÉES AU DEUXIÈME TRIMESTRE - BONNE

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR. passe à la télé tout numérique. Passez vite à la télé numérique C est simple!

CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR. passe à la télé tout numérique. Passez vite à la télé numérique C est simple! CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR passe à la télé tout numérique Passez vite à la télé numérique C est simple! tous au numérique! Avant le 6 mai 2010 Qu est-ce que le passage à la télé tout numérique?

Plus en détail

L essentiel. Offrir le meilleur à la génération numérique

L essentiel. Offrir le meilleur à la génération numérique L essentiel Offrir le meilleur à la génération numérique Panorama Vivendi a pour ambition d offrir le meilleur à la génération numérique. Il est au cœur des univers des contenus, des plateformes et des

Plus en détail

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 LES DERNIERES TENDANCES MEDIAS ET NUMERIQUES Département Télécoms Cinéma et Comportements Médias Sommaire Contexte et Objectifs...3 Contenu du dossier...4

Plus en détail

Bilan financier des chaînes payantes pour l année 2011. Synthèse de l étude

Bilan financier des chaînes payantes pour l année 2011. Synthèse de l étude Bilan financier des chaînes payantes pour l année 2011 Synthèse de l étude Comme chaque année, le CSA a dressé le bilan financier pour l année 2011 des chaînes payantes conventionnées ou autorisées. Le

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Tout savoir sur la 4G

Tout savoir sur la 4G Tout savoir sur la 4G Un an après avoir reçu ses premières fréquences, SFR A ouvert les premières villes 4G accessibles pour tous, aussi bien pour les entreprises que pour le grand public. La 4G pour

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN COMMUNICATION STRATEGIES PUBLICITAIRES ET COMMUNICATION NUMERIQUE BAC+5 - MCOM Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles).

Plus en détail

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Composition de l échantillon : 1 ère vague de recrutement : 1004 foyers, soit 2440 individus

Plus en détail

Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage. (Synthèse)

Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage. (Synthèse) Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage (Synthèse) pour la direction du Tourisme Juillet 2008 1 0 Synthèse (tiré à part) Cette étude vise à permettre à la direction du Tourisme

Plus en détail

Arrêt de la diffusion analogique sur le satellite Atlantic Bird 3 (AB3) Contacts presse

Arrêt de la diffusion analogique sur le satellite Atlantic Bird 3 (AB3) Contacts presse Arrêt de la diffusion analogique sur le satellite Atlantic Bird 3 (AB3) Contacts presse France Télé Numérique Franca Vissière 01 41 49 47 30 / 06 09 48 79 43 Franca.vissiere@harrison- wolf.com France Télé

Plus en détail

Consulting Communication des organisations

Consulting Communication des organisations Nicolas Roux Master 2 Ingénierie des Médias Année 2006 / 2007 Consulting Communication des organisations Stage réalisé du 29 janvier au 30 juin 2007 Tuteur de stage : M. Christophe Queval Enseignante tutrice

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

NOUVEAUX MODELES ECONOMIQUES ET INNOVATION RADIOPHONIQUE

NOUVEAUX MODELES ECONOMIQUES ET INNOVATION RADIOPHONIQUE NOUVEAUX MODELES ECONOMIQUES ET INNOVATION RADIOPHONIQUE 6 Juin 2013 Innovation & Régulation Albino Pedroia Onde Numérique albino.pedroia@onde-numerique.fr Objectifs Démontrer, à partir d observations

Plus en détail

LAGARDERE ACTIVE BROADCAST

LAGARDERE ACTIVE BROADCAST LAGARDERE ACTIVE BROADCAST RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Exercice 2008 Lagardère Active Broadcast constitue le pôle audiovisuel de Lagardère Active. Ses activités s exercent dans les domaines de

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Le court métrage. www.csa.fr

Le court métrage. www.csa.fr Le court métrage www.csa.fr I- Rappels juridiques et contexte 1. Définition du court métrage Le court métrage est une œuvre dont la définition apparaît en «creux» à travers les articles 2, 3 et 4 du décret

Plus en détail

l économie de la télévision

l économie de la télévision les études du CNC septembre 2012 l économie de la télévision financements, audience, programmes Centre national du cinéma de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12,

Plus en détail

Le Programmatique en Télévision Le contexte particulier du marché français 08/10/2015

Le Programmatique en Télévision Le contexte particulier du marché français 08/10/2015 Le contexte particulier du marché français 08/10/2015 Le potentiel du programmatique en Télévision Particulièrement la qualification des inventaires et les spots personnalisés Dépend de 2 facteurs Les

Plus en détail

Contribution de Direct 8

Contribution de Direct 8 Direct 8 31-32, quai de Dion-Bouton 92811 PUTEAUX CEDEX Consultation publique ouverte par le CSA pour la diffusion de services de télévision mobile personnelle par voie Contribution de Direct 8 15 mars

Plus en détail

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Executive summary DGMIC Janvier 2010 Florence Le Borgne Tiffany Sauquet f.leborgne@idate.fr t.sauquet@idate.fr Tel.:

Plus en détail

UNE DÉMONSTRATION DE L EFFICACITÉ DE LA PUBLICITÉ SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES

UNE DÉMONSTRATION DE L EFFICACITÉ DE LA PUBLICITÉ SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES UNE DÉMONSTRATION DE L EFFICACITÉ DE LA PUBLICITÉ SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES E-MOTE : UN DOUBLE OBJECTIF Mettre en avant la diversité des programmes des chaînes thématiques de manière originale, surprenante

Plus en détail

Le portefeuille TV de Publicitas Présentation des chaînes 2014. Publicitas SA Zurich

Le portefeuille TV de Publicitas Présentation des chaînes 2014. Publicitas SA Zurich Présentation des chaînes 2014 Publicitas SA Zurich Agenda 1. Pourquoi faire de la publicité à la télévision? 2. Aperçu du portefeuille TV de Publicitas 2.1 S1 2.2 CHTV 2.3 Eurosport 2.4 BFMTV 2.5 Escales

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Chiffres clés de la télévision payante 2012 (données relatives à la programmation)

Chiffres clés de la télévision payante 2012 (données relatives à la programmation) Chiffres clés de la télévision payante 2012 (données relatives à la programmation) Département des télévisions payantes de la direction des programmes Décembre 2013 Page 1 Méthodologie Le présent document

Plus en détail

Les Français et la télévision : une consommation record

Les Français et la télévision : une consommation record Les Français et la télévision : une consommation record Comment les Français regardent-ils la télévision? Quels sont leurs programmes préférés? Leur équipement? Réponses avec les chiffres-clés issus du

Plus en détail

Le marché publicitaire de la vidéo

Le marché publicitaire de la vidéo Le marché publicitaire de la vidéo Octobre 2003 Service des études Des statistiques et de la prospective SOMMAIRE Objectifs... 3 Synthèse... 4 I. Publicité vidéo sur les chaînes hertziennes... 5 LA TÉLÉVISION

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Adex Report Suivi mensuel des investissements publicitaires plurimédias Aout 2013 vs Aout 2012

Adex Report Suivi mensuel des investissements publicitaires plurimédias Aout 2013 vs Aout 2012 Adex Report Suivi mensuel des investissements publicitaires plurimédias Aout 2013 vs Aout 2012 METHODOLOGIE SYNTHESE VALEURS VOLUME MEDIAS PDM MEDIAS PLURIMEDIA TOP 10 CUMUL TOP 10 MOIS PRESSE MAGAZINES

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT

PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT Club Agile Caen PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT Club Agile Caen EN BREF ÊTRE AGILE C est maitriser les outils qui permettent de : - Lever les freins qui ralentissent les projets - Réagir rapidement

Plus en détail

Le Languedoc Roussillon passe au tout numérique et ça commence par le 13 octobre 2010! Suis-je concerné(é)? Que dois-je faire?

Le Languedoc Roussillon passe au tout numérique et ça commence par le 13 octobre 2010! Suis-je concerné(é)? Que dois-je faire? Le Languedoc Roussillon passe au tout numérique et ça commence par le 13 octobre 2010! Suis-je concerné(é)? Que dois-je faire? Qu est-ce que le passage à la télé tout numérique? C est le remplacement du

Plus en détail

MARKETING & NUMERIQUE

MARKETING & NUMERIQUE Ecofac Business School ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ET DE MANAGEMENT 1ère année PRÉPA EUROPÉENNE MARKETING & NUMERIQUE La PRÉPA Européenne Marketing et Numérique est une formation post Bac qui se compose

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

Eutelsat: 30 ans de croissance ininterrompue

Eutelsat: 30 ans de croissance ininterrompue Eutelsat: 30 ans de croissance ininterrompue Dans la société numérique d aujourd hui, les satellites constituent une source privilégiée de bande passante, offrant une couverture de tous les territoires,

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

Observatoire de la diffusion de la TNT en France

Observatoire de la diffusion de la TNT en France Juin 2011 Observatoire de la diffusion de la TNT en France Situation au 31 mars 2011 L observatoire présente les parts de marché de l'opérateur historique TDF et de ses concurrents sur le marché de la

Plus en détail

Résultats Semestriels Perspectives. 20 septembre 2006

Résultats Semestriels Perspectives. 20 septembre 2006 Résultats Semestriels Perspectives 20 septembre 2006 BtoBtoC 60% BtoB 40% NOTRE MÉTIER : LE MULTIMÉDIA ONLINE B to B to C : créer, diffuser et promouvoir, pour le compte d op opérateurs télécoms et de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ. Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand

Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ. Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand Office fédéral de la communication (OFCOM) Berlin, 18 juin 2004 Résumé L étude Perspectives

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

Liste des sujets de mémoire CSA

Liste des sujets de mémoire CSA Liste des sujets de mémoire CSA Editeurs \Radio Monographies de radio (description d une station de radio, quels en sont les traits les plus particuliers et distinctifs) les programmes de nuit Les «matinales»

Plus en détail

I/ENSEIGNEMENT GENERAL : 200 H

I/ENSEIGNEMENT GENERAL : 200 H Cycle Mastère 1 Européen de la FEDE en Communication Spécialité Stratégies Publicitaires et Communication numérique Diplôme Européen délivré par la Fédération Européenne des Ecoles 2 ; www.fede.org NIVEAU

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2014 Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées I. Pourquoi la fibre optique? II. Rappel du projet III. Calendrier de déploiement de la fibre

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

PARIS LONDON BRUXELLES BARCELONA STRASBOURG TOULOUSE MARSEILLE

PARIS LONDON BRUXELLES BARCELONA STRASBOURG TOULOUSE MARSEILLE PARIS LONDON BRUXELLES BARCELONA STRASBOURG TOULOUSE MARSEILLE MediaSchool est un groupe d enseignement supérieur spécialisé dans les domaines de la communication, du journalisme et du digital. Fort de

Plus en détail

OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél. : 01 78 94 90 00. Étude sur la numérotation des chaînes TNT

OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél. : 01 78 94 90 00. Étude sur la numérotation des chaînes TNT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél. : 01 78 94 90 00 Étude sur la numérotation des chaînes TNT Méthodologie Méthodologie Dispositif général Méthodologie : Étude quantitative en ligne

Plus en détail

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD 2 I Charte du livre EIBF La fédération européenne et internationale des libraires représente

Plus en détail

La diversification des marques de presse professionnelle. Etude quantitative en ligne (2009)

La diversification des marques de presse professionnelle. Etude quantitative en ligne (2009) La diversification des marques de presse professionnelle Etude quantitative en ligne (2009) Presse Pro initie la première étude sur les diversifications des marques médias professionnelles La presse professionnelle

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

PROGRESSION DE + 8,9 % DU RESULTAT OPERATIONNEL COURANT DES SOCIETES INTEGREES (RESOP) DE LAGARDERE SCA A 896 M

PROGRESSION DE + 8,9 % DU RESULTAT OPERATIONNEL COURANT DES SOCIETES INTEGREES (RESOP) DE LAGARDERE SCA A 896 M PROGRESSION DE + 8,9 % DU RESULTAT OPERATIONNEL COURANT DES SOCIETES INTEGREES (RESOP) DE SCA A 896 M PROGRESSION DE + 7,1 % DU RESOP DE MEDIA PROGRESSION DE + 10,3 % DU RESOP CIBLE DE MEDIA (HORS STOCK-OPTIONS,

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

ACCREDITATION PRESSE

ACCREDITATION PRESSE ACCREDITATION PRESSE Le Nice Jazz Festival est une manifestation majeure dans le domaine du Jazz, couverte par de nombreux médias en provenance du monde entier. L'accréditation presse est délivrée par

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée.

Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée. Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée 29 avril 2014 L étude 2014 de l UFC-Que Choisir sur le marché de la téléphonie

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Canal+ : un acteur en position. Stratégie d entreprise Thierry PENARD

Canal+ : un acteur en position. Stratégie d entreprise Thierry PENARD Canal+ : un acteur en position dominante sur la TV Stratégie d entreprise Thierry PENARD Historique du groupe Canal+ 1984 lancement de la chaîne hertzienne Canal+ concession renouvelée en 1995, 2000, 2005

Plus en détail

Eutelsat Communications

Eutelsat Communications Eutelsat Communications Réunion Actionnaires à Aix les Bains Le 17 juin 2013 Lisa Finas Relations Investisseurs Agenda Eutelsat et le monde du satellite L activité du Groupe Eutelsat Une performance financière

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision

Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision 28 juillet 2015 2 STRUCTURE DE L ÉTUDE Les nouveaux visages de la télévision de rattrapage.

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail