Maroc 2056 N 2 MARS périodique de l école supérieure de communication et de publicité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maroc 2056 N 2 MARS 2006. périodique de l école supérieure de communication et de publicité"

Transcription

1 N 2 MARS 2006 périodique de l école supérieure de communication et de publicité Maroc Au commencement fut une grande espérance. Et puis le trou noir. Tournons la page. Ce qui m intéresse aujourd hui, ce qui m interpelle et me préoccupe, c est la deuxième moitié du siècle de l indépendance du Maroc. Cette autre moitié qui est celle de mes enfants de 10 et 13 ans. Eux ne se laisseront pas berner par des mirages, ils veulent vivre, rire, construire, voyager, se cultiver, donner et partager. Ils veulent vivre dans un Maroc de dignité, de culture retrouvée, d ouverture, de prospérité et de tolérance Entrons dans l Histoire. Approprions-nous les progrès et les bienfaits que l intelligence humaine a pu imager, concevoir et réaliser, sans nous soucier de qui a fait quoi, quand et comment, sans complexe Nord-Sud, ni à priori sur le choc et les clivages des civilisations. La culture universelle, planétaire, dans laquelle l ensemble de l humanité est inscrite aujourd hui, est le bien de tous ; c est le fruit du labeur, de la sueur, de l intelligence et de l imagination de milliers de générations de Noirs, de Blancs et de Jaunes, sur des millénaires et des millénaires. Mon souhait pour le demi-siècle à venir? Voir disparaître la pauvreté, reconquérir une dignité perdue, redevenir fier de participer à cette magnifique oeuvre commune de progrès dans un plus grand souci de protection et de sauvegarde d une nature de plus en plus malmenée. Souhait pour moi peut-être, mais une ambition enragée pour Com Sup et les Comsupiens des 50 prochaines années. Bonne année 2006, bonne seconde moitié de siècle... Bon vent! Azzedine Lazrak

2 Communication des Organisations F1 Marketing/Communication Publicité Communication Interne/GRH Communication Evénementielle Relations Publiques/Relations presse Communication Media / Multimedia F2 Journalisme Médias audiovisuels TV/Radio Médias écrits Presse/Edition NTIC Internet/Multimédia Culture Tourisme Communication F3 Marketing Touristique et Culturel Conception et Développement de Produits Touristiques et Culturels Production/Animation/Communication Touristique et Culturelle La Communication, les Medias c est ComSup Contacts : Dalila CHAOUKY : / Najwa CHAALAN : / , rue Bachir Al Ibrahimi, Quartier Bel Air - Casablanca - Maroc Studio Multimedia ComSup (Informatique-infographie-Studio TV-Studio radio) 13, rue Chouaïb Doukkali Gauthier (Studio Multimedia Tél ) Fax

3 Mascotte créee par Elias Fahir 2 ème année GRAND ANGLE 5 L APEBI Le GAM, 19 ans d action au service de l annonceur FOCUS 6 La sociologie de la réception Etre «Concepteur-rédacteur» La pédagogie de projet «Quand dire c est faire» «Casablanca, cultures et urbanités» Projet de magazine culturel trimestriel Reportages culturels sur Casablanca Les Ateliers-Projets DOSSIER DE LA COM : l an 1 de la libéralisation du PAM RMI, Sawa, FIC-FM : la fin des exceptions De la RTM A la SNRT Parlez-vous HACA? 3 QUESTIONS À 13 Hamid Kadiri DIVERS-CITÉ 14 Quand le marketing et la communication font appel à l art... Couscous philo ÉVÉNEMENT 16 Et de 6! Une nouvelle fournée de lauréats pour Com Sup! Les conférences de Com Sup TALENTS 20 Le roman pour une découverte de l être La vie sourit aux personnes qui dérangent. «God Save The Com» Pouvoir de la communication Poème POST IT h.pub... «Retour vers le futur». Partenariat Com Sup/UVSQ CHRONIQUE DE LA COM 23 La parole est un acte C est Com Sup! Périodique de l École Supérieure de Communication et de Publicité Directeur de publication Azzedine Lazrak Secrétaire de rédaction Florence Renault Ont collaboré à ce numéro Elisabeth Abdenour/Sophia Akhmisse/ Abdelbaki Belfakih/Jamal Benhammou/ Najwa Châalan/Wadii Charrad/Ayoub Choukri/Houda Coradidi/Alia El Awad/Saïda Hihi/Hamid Kadiri/ Salma Kadiri/Naïl Lazrak/Mustapha Nissabouri/Asmâa Ouazzani/Mohamed Senoussaoui/Nehza Souaïdi/Neïla Tazi/ Jean Zaganiaris/Selma Zerhouni/Yves Poirmeur/Mohamed Setti. Direction artistique Chafik Aaziz Illustration Elias Fahir/Ayoub Choukri/ Mohamed Bousri. Photographies Chafik Aziz/Mohamed Chabita/ Hassan Darsi. Flashage et Impression Edit 3000 expl. ont été tirés de ce numéro COM SUP :18, rue Bachir Al Ibrahimi, Quartier Bel Air, Casablanca, Maroc Tél (0) (0) Fax (0) COM SUP STUDIO 13 rue Abou Chouaïb Doukkali, Quartier Gauthier, Casablanca, Maroc Tel (0) FORMATION CONTINUE en cours du soir PAO/Infographie Audiovisuel - Radio/TV Multimédiadi NTIC

4 L APEBI Jamal Benhammou, Directeur de APEBI Depuis sa création en 1989, l Apebi, (Fédération des Technologies de l Information, des Télécommunication et de l Offshoring) consciente de ses engagements vis-à-vis de la profession, a constamment redéfini ses actions afin de promouvoir les intérêts professionnels collectifs de ses membres et de participer activement au développement des Technologies de l Information au Maroc. Après quelques années de travaux de mise en place, de consolidation de ses assises, l Apebi s est imposée à travers ses actions comme l interlocuteur privilégié du secteur auprès des pouvoirs publics et des partenaires tiers. Et ce, en sa qualité de Fédération des Technologies de l Information, des Télécommunications et de l Offshoring. Vision et Objectifs de l Apebi Comsupiennes, comsupiens, les futurs communiquants La vision et les objectifs de l Apebi sont formalisés sur la base d une approche systémique des enjeux du secteur TIC ; à savoir un alignement stratégique quant aux catalyseurs de développement du secteur : Organisation et fonctionnement de l Apebi Dans le cadre de la réalisation de ses objectifs, l organisation de l Apebi s est structurée autour des organes de direction suivants, regroupant plus de 50 collaborateurs bénévoles et permanents : Un Conseil d Administration regroupant 20 membres élus, représentatifs du secteur Un bureau composé de 9 membres actifs 11 Commissions de travail et de réflexion représentant une équipe de 50 collaborateurs Une structure permanente gérée et supervisée par un Directeur Profil type des entreprises adhérentes à l Apebi Opérateurs Télécoms Filiales des constructeurs et éditeurs internationaux SSII Intégrateurs Editeurs Développeurs Importateurs Grossistes Distributeurs Revendeurs Réseau Télécom Audit Conseil Formation orientés TIC En plus des membres associés, tels que les institutions financières orientées TIC ; les organismes de formation, Faire évoluer la vision stratégique de l Apebi Développer et structurer des services à valeur ajoutée au profit de ses membres Réunir les conditions de l émergence d une industrie forte dans les TIC Maintenir et développer un dialogue permanent avec les pouvoirs publics, les acteurs internationaux et les donneurs d ordre Développer les ressources humaines du secteur, au niveau qualitatif et quantitatif Développer les infrastructures d accueil et les services associés Appuyer la politique du e-gouvernement Renforcer les liens de l Apebi avec les autres secteurs économiques Appuyer et accompagner les nouvelles générations d entreprises Développer l image TI du Maroc et les relations internationales Soutenir l innovation et la Recherche & Développement Assurer une meilleure visibilité du marché des TI au Maroc et à l international Accompagner ses membres dans leur mise à niveau et leur compétitivité Accompagner ses actions par une politique forte de communication 2 Chiffres clés de l Apebi Plus de 120 adhérents 90% du chiffre d affaires de la profession Affiliations de l Apebi, en sa qualité de Fédération (Externe de la CGEM) des Technologies de l Information, des Télécommunication et de l Offshoring : Membre du WITSA - World Information Technology and Services Alliances Membre Fondateur de IJMA3 Union of Arab ICT Association Président du CETIC - Centre Marocain des Technologies de l Information et de la Communication pour les Entreprises Président du Comité National de Suivi Sectoriel et membre du Comité de Pilotage du Programme Meda II Membre du Comité National de Coordination APC (Approche par Compétences) Membre au sein des Conseils de perfectionnement des Ecoles d Ingénieurs et Universités, pour les filières de formation TIC Membre du Conseil d Administration de l OFPPT Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Membre du Conseil d Administration du Technopark de Casablanca

5 Le GAM, 19 ans d action au service de l annonceur Créé en 1984, à l initiative d un groupe d annonceurs, le Groupement des Annonceurs du Maroc, (ex.adam), s impose aujourd hui comme un organisme connu et reconnu en tant qu unique représentant des annonceurs du Maroc, c est à dire toute entreprise ou organisme ayant recours à la communication sous toutes ses formes afin de faire connaître à son public ses biens, ses services ou ses activités. C est aussi un partenaire incontournable pour tout ce qui a trait à la publicité dans notre pays. Avec le développement de la concurrence et les nouveaux défis de la mondialisation que le Maroc est amené à relever, le métier d annonceurs, placé aujourd hui comme fonction stratégique dans l entreprise moderne et la publicité, devient un vecteur majeur de croissance économique. C est la raison pour laquelle, le Groupement des Annonceurs du Maroc a pour ambition, grâce à l adhésion et l implication de ses membres, d élaborer et de mettre en œuvre tous les moyens susceptibles de promouvoir une pratique libre et professionnelle de la publicité et de jeter les bases d une croissance durable de ce secteur vital de l économie. Les Masters de Com SUP Niveau d accés : Bac + 4 Durée des études : 12 mois. Ouverture des masters début Décembre -F1 Master Communication des Organisations Double Diplomation en partenariat avec l Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines -F2 Master Média/Multimédia -F3 Master Culture/Tourisme/Communication Diplôme Com Sup et validation de modules ects europèens EAC Paris Economie, Art, Communication Partenaire de Com Sup pour la filière Culture, Tourisme, Communication. Plan d action des 5 commissions COMMISSION SUPPORTS MEDIA, AFFICHAGE ET URBANISME Établir une relation de partenariat avec tous les supports média. Préparer des conventions avec les supports pour la diffusion de leurs chiffres réels (Création de OJD Maroc et audiométrie). Pousser nos interlocuteurs vers plus de professionnalisme. Établir avec les afficheurs des règles claires. Etudier l impact de la publicité dans la ville (architecture ). COMMISSION COMMUNICATION Définir la communication interne et externe du GAM. Organiser des rencontres mensuelles des membres pour échanger leurs expériences dans un cadre informel. Enrichir le centre de documentation du GAM. COMMISSION FORMATION Définir un planning de conférences pour l ensemble des membres. Créer des formations particulières à la demande des membres. Créer une rubrique «emploi et stage» au niveau du site Internet. COMMISSION JURIDIQUE Suivre l actualité juridique de la communication à la lumière des attentes des annonceurs (auditionner les spécialistes des domaines considérés, élaborer et mettre à disposition des annonceurs un répertoire des textes de lois). Etre une force de proposition lors de la discussion de nouveaux textes législatifs ou réglementaires (analyse des projets de textes, élaboration d argumentaires, suggestion d amendements, etc.). Bureau du GAM Président : Younès SBIHI, Coca COLA 1 ère Vice-Pte : Fatem Zohra Ammor, AKWA 2 ème Vice-Pt : Hamid Addou, Méditel Sec. gl : Salim Cheikh, BEL Trésorier gl : H Berranoun, Margafrique Trésorier adj : A. Collier, UNILEVER Mettre en place des modèles de contrats destinés à faciliter les relations des annonceurs avec leurs partenaires. Les missions du GAM REPRESENTER ET DEFENDRE REUNIR ET REFLECHIR INFORMER ET CONSEILLER Assesseurs M. Kamal Bouayad, BMCE Capital Mme Rajaa Bensaoud, RAM M. Abderrahman Khalid, CNRA M. Azzedine Lazrak, Com Sup COMMISSION RELATION AGENCE/ANNONCEUR Etablir un partenariat avec l association des agences de communication (UACC) afin d élaborer un contrat type agence/annonceur pour plus de transparence. Maintenir des contacts permanents avec les divers métiers de la production publicitaire afin de permettre aux annonceurs d entretenir avec ces interlocuteurs des relations conformes aux bonnes pratiques. Etudier les problèmes liés aux statuts des différentes rémunérations attachées aux réalisations publicitaires et proposer des solutions pratiques aux annonceurs.

6 Elisabeth Abdenour conceptrice-rédactrice/altaïr Enseignante Com Sup Concepteur rédacteur? Il manque un trait d union aux termes de cette profession. Sortie du cadre des «pros» de la communication et plus particulièrement de celui de la publicité, on s interroge souvent sur sa signification. Rédacteur, certes on comprend... mais concepteur? Quel est ce Concevoir la différence... Jean Zaganiaris/ enseignant-coordinateur La sociologie de la réception a pour objet l étude des interactions entre les produits culturels et leurs récepteurs. Il ne suffit pas de communiquer, de construire un contenu Il faut également s intéresser aux publics avec lesquels nous communiquons. Tout d abord, la sociologie de la réception vise à déconstruire l image du public, définie comme une entité passive et réifiée. Elle préfère parler plutôt des publics, c est-à-dire «d individus aux identités plurielles», capables de s approprier les messages dans des modalités parfois non prévues par les expéditeurs. Cela veut dire que si j étudie la réception des produits de consommation culturelle tels que les films, je ne dois pas chercher la «bonne» interprétation du dernier David Lynch ou bien de «Amadeus» de Milos Forman, mais je dois plutôt m intéresser aux usages sociaux et intellectuels des spectateurs. Il ne s agit pas de savoir s ils l ont «bien» ou «mal» interprétés, mais plutôt de Jean Zaganiaris, enseigne les Sciences humaines à Com Sup. Dans le cadre de son cours sur la «Sociologie de la réception» il apprend aux étudiants de quatrième année à regarder du côté des publics avec lesquels nous communiquons comprendre comment estce qu ils se sont appropriés cet objet de consommation qu est le film. En fait, il s agit de s intéresser à la pluralité des usages et des interprétations d un même message de communication. La sociologie de la réception s intéresse à l hétérogénéité des pratiques effectuées par les récepteurs. Un livre de Driss Chraïbi, une musique de Cradle of filth ou de Elissa, une publicité sur le fromage ou le couscous, un tableau, une sculpture ne possèdent pas une signification unique, imposée par l intention de son fondateur ou bien (encore pire) par les usages dominants ou académiques effectués par certains utilisateurs. Sans tomber dans le relativisme autorisant tous les contresens (mais là encore il y aurait beaucoup à dire), la sociologie de la réception s intéresse à l hétérogénéité des usages et des interprétations d une œuvre, d une chanson, d un discours, y compris aux utilisations effectuées en dehors des prescriptions admises socialement. Quels que soient les métiers que l on exerce dans la communication, il est important de comprendre, par exemple, que les téléspectateurs sont des acteurs sociaux utilisant une «machine à communiquer» face à laquelle ils ne sont ni tout à fait soumis, ni tout à fait autonome. La sociologie de la réception examine non pas si la télévision engendre des violences au sein de la société ou bien si elle manipule les masses, mais elle étudie comment est-ce que les spectateurs regardent la télévision. Comment est-ce que les différents lecteurs lisent et interprètent les ouvrages, la presse ou bien les messages publicitaires? Dans la société de consommation qui est la nôtre, quels usages plus ou moins libres fait-on des livres, des films, des images ou des sons? Dans cet univers ultra libéral, quelle marge de liberté reste-t-il dans l appropriation des produits de consommation? Pour un communicateur, poser les jalons d une sociologie de la réception consiste à se placer «du côté» du public, ou plutôt des «publics». Il ne s agit plus de parler ni du public, en tant que «masse» homogène, passive et réifiée, ni au nom du public, en postulant a priori quelles seraient ses attentes et ses réactions face aux messages qu il perçoit. La force de la sociologie de la réception est de donner la parole aux publics et d amener le communicateur à écouter ce que les récepteurs ont à dire au sujet de son message de communication. Etre «Concepteur-rédacteur» La sociologie de la réception mot abstrait relié à la fonction d écrire? Vous écrivez pour qui? Pour quel journal? Que de fois ai-je entendu cette interrogation mêlée de suspicion. La fonction d un concepteur est essentiellement de concevoir, de créer des concepts (aïe tautologie! C est l évidence même) mais concevoir quoi? Concevoir la différence... La différence impactante pour un annonceur, une institution, un produit, un service... La différence qui les démarque et les positionne par rapport à la concurrence dans un environnement économique où s exprime toute la force de leur engagement social, humain, civique... La différence qui construit l image, leur notoriété, leur personnalité, leurs valeurs... Et cette différence se traduit en «mots images». A notre époque où l image est reine, où tout est mondialement visuel, le mot se doit aussi d être une image et l image un mot... la boucle est bouclée, notre concept est formé! C est dans ce sens qu un concepteur-rédacteur (imposons le trait d union) est l hémisphère cérébral droit ou gauche (selon les tendances) de son inséparable directeur artistique (c est le «team créatif»). Si le premier maîtrise les mots, il sait les visualiser, si le second est maître de l image, il désire la faire parler. Nous arrivons à la définition de la fonction : être concepteur-rédacteur c est déterminer stratégiquement (à partir d un «brief» puis d une stratégie de communication) le territoire de Elisabeth Abdenour est conceptrice-rédactrice dans une grande agence de communication de Casablanca. Elle partage depuis deux ans son expérience et son savoir-faire avec les étudiants de Com Sup. communication de l annonceur, territoire fécond sur lequel pourra éclore finalement le concept, sous forme de «mots-images». Nos jeunes talents de Com Sup en sont conscients, l analyse et la réflexion sont fondamentales pour exercer cette profession, la créativité se juge à l imagination... mais jamais la création n a été une science exacte... et heureusement!

7 La pédagogie de projet «Quand dire c est faire» Saïda Hihi, linguiste et enseignante à Com Sup De la pragmatique au pragmatisme dans la formation Dans la galaxie Com Sup la pédagogie de, et par le projet est passée du banc d essai au «top ten» des disciplines institutionnelles. La Pédagogie de projet n est ni une arlésienne, ni une potion magique pour doper ou duper. La démarche projet se veut et s affirme en tant que méthode et culture porteuse de valeurs, de principes et d outils conceptuels. La Pédagogie de projet : une anti «peau de chagrin» Le monde économique et social est en mutation. Il nous renvoie à une impermanence qui sape notre identité par le grignotage de nos repères habituels. Or le plus souvent nous aspirons à la permanence, à des garde-fous, générateurs d identités stables. A quoi servirait alors une formation, si elle ne nous préparait pas à l adaptation, au changement, si elle ne nous rendait pas acteurs de notre choix de vie, de nos projets scolaires et professionnels? Que vaudrait donc l érudition en vase clos sans perspective d ouverture et de réinvestissement dans le quotidien en temps réel? In fine, quoique cela puisse signifier, une école de communication ayant l ambition d être une «école de la vie», ne peut réduire sa mission à la reproduction, voire au clonage de la pensée et de la production uniques. Le projet : terreau du désir Au sens étymologique du terme, le préfixe «pro» (en avant) est conscience de l avenir. Selon la psychologie constructive, le projet est une source implicite qui oriente les gestes mentaux d attention, de mémorisation, de compréhension, de réflexion et d imagination. Cette structure interne donne les moyens mentaux pour atteindre l objectif (but externe). Le projet est, à ce titre, un moyen mental d intériorisation, une anticipation, un imaginaire d avenir. Ainsi, si le projet a, à voir avec l anticipation, il a, à voir avec la motivation. Par sa nature même le projet mobilise les sources du désir, oriente la volonté vers l objectif. La pédagogie : art de la médiation Par pédagogie, il faut entendre la méthodologie des pratiques de l éducation en milieu scolaire, centrée sur la dynamique relationnelle et sur la nécessité de fonctionner en réseaux. En matière de pédagogie, les formateurs se doivent de créer les conditions de l émergence et de la dynamique interactive des projets. La Pédagogie de projet : le triangle vertueux En effet, loin d être une Tour de Babel en proie à la dissonance ou un espace pour autistes, la Pédagogie de projet, bien au contraire, s évertue à faire dialoguer trois paramètres, l auteur (source du désir), les facilitateurs (corps professoral) qui l assistent à se mettre en projet, et le projet lui-même. Ainsi, pour des communicateurs en devenir, procéder par projet forge la personnalité, aiguise le sens du relationnel et de ses aléas, compose avec les diktats du temps, conscientise les démarches intellectuelles, capitalise les savoirs et les savoir-faire acquis des différentes disciplines pour les réinvestir à point nommé et à bon escient dans son projet. En adoptant cette démarche, l étudiant restitue le puzzle, donnant ainsi du sens et de la cohérence à l itinéraire choisi. Au-delà de la performance et du résultat, les gains essentiels de cette méthode, sont, le processus et la compétence. En définitive, avec la Pédagogie de projet, on passe de la vie à l école à l école de la vie. Basculer d un monde à un autre ne se fait pas sans heurts. La maïeutique à l oeuvre, comme tout accouchement, ne se fait pas sans douleur. Mais qu importe, la perspective de la délivrance, voire de la paternité de son «oeuvre», n est-elle pas jouissive? Demandez aux auteurs! Que dis-je, aux géniteurs, voire aux créateurs en herbe!

8 Projet de magazine culturel trimestriel, sous le thème «Casablanca, cultures et urbanités», par un groupe d étudiants de la troisième année, encadrés par Asmâa Ouazzani (Rédactrice en chef de Exit) et Chafik Aaziz (Graphiste). La pédagogie de projet La pédagogie de projet comme mode opératoire et donnée structurelle de l école, tel a été le mot d ordre de la rentrée 2005 à Com Sup. Organisée autour de la thématique «Casablanca : cultures et urbanité», la pédagogie de projet est un élément transversal et structurant de l approche pédagogique générale pour l ensemble des enseignements. Abdelbaki Belfakih et Florence Darsi Ce projet a pour objectif principal de permettre aux étudiants d avoir une vision globale de la conception et la réalisation d un support presse. Les premières séances de travail ont impliqué tous les étudiants, afin d asseoir la dimension de travail en équipe et la bonne connaissance de tous les aspects du domaine de la presse écrite, importante pour la réussite d un support. Elles ont permis de déterminer, après concertation, quel genre de support allaient réaliser les étudiants, en partant du thème de «Casablanca, cultures et urbanités», et en s appuyant sur le rapport à la presse de ces jeunes lecteurs. La pédagogie de projets s opère à travers la réalisation de projets proposés à l étudiant ou suggérés par celui-ci. Chaque projet vise un objectif de formation fondamental qui doit naître des besoins de l étudiant et rejoindre ses préoccupations. Une condition essentielle de l application de la pédagogie de projet consiste à ce que l étudiant puisse réutiliser les savoirs acquis au cours du projet dans des situations d apprentissage et professionnelles. Chaque projet consiste en une situation d apprentissage porteuse de sens dans le contexte de son développement et au cours de laquelle l étudiant est amené à développer diverses compétences (transversalité-correspondances avec les différents enseignements). Une thématique fédératrice autour de laquelle s articulent les activités de la pédagogie de projet, a été définie pour l année scolaire 2005/2006 à Com Sup, «Casablanca : cultures et urbanités». Cette proposition répond à un double objectif: L objectif principal est de créer une passerelle entre les différentes matières enseignées à l école, qui propose aux étudiants, de la 1ère à la 4 ème année d appréhender la transversalité des pratiques et outils communicationnels. Chaque enseignant peut ainsi, selon les particularités de son enseignement, explorer cette thématique selon ses besoins. Les activités liées à la pédagogie de projet sont articulées autour de cette thématique, en proposant diverses ouvertures et liaisons. Le second objectif est de permettre aux étudiants de mieux appréhender la ville de Casablanca, bassin opératoire principal de la communication, à travers des approches et des entrées différentes et complémentaires. Il s agit d ouvrir leur regard sur les différents aspects de la mégalopole, son histoire, sa multi culturalité, ses contrastes urbanistiques et architecturaux, sa diversité sociale, ses langages, ses productions culturelles et artistiques, ses habitants leurs comportements spécifiques... Dans un premier temps, un débat ouvert quant à la notion de culture et d urbanité a permis de cerner les rapports d une tranche d âge définie (20-25 ans) de Casablancais à leur ville. Il s est avéré que les étudiants en général sont peu consommateurs de «culture» et que leur rapport à l «urbanité» tend plus vers la critique sociale ou de mœurs. Puis la réflexion autour du support s est affinée, les grandes lignes de la revue ont été définies et une présentation générale de l organigramme d un titre de presse a permis aux étudiants de commencer à réfléchir au poste qu ils aimeraient occuper. Aujourd hui, cible, périodicité, pagination, prix, langue et format ont été d ores et déjà déterminés ; le rubricage et le contenu du support (les articles et dossiers) ont été arrêtés et sont en phase de rédaction. Trois équipes de travail ont été constituées pour la rédaction, la conception graphique et le marketing/commercial. Asmâa Ouazzani Production de reportages culturels sur la ville de Casablanca par les étudiants de la quatrième année, encadrés par Mustapha Mellouk. Mosqué HASSAN II : Architecture et arts traditionnels, entre tradition et modernité Mounia Aouad, Wydad Faiz, Yasmine Benanni et Anas Belloul L école des Beaux arts de Casablanca Houda Coradidi, Badr Idrissi, Naoufal Boussid Sidi Bousmara Yasmine Benkirane, Yasmine Moncef et Hind Seffar La mode à casablanca : Casablanca ville des tendances Zineb Saaa, Meriem Mellouk, Meriem Ghazali, Hasna Jaidi et Nada Rais Le cinéma à Casablanca : cinéma d hier et d aujourd hui Zeineb Kamir et Nabil Mjahad Le Rick s café, de la légende à la réalité Sophia Akhmisse, Nezha Souaidi, Adil Fattoumy Casablanca classé ville patrimoniale par l UNESCO Mahassine Bensaid, Sami Benabdelhamid, Omar Elbahri et Houda Karim Elalaoui

9 Les Ateliers-Projets Direction Pédagogique Considérant que la communication passe aussi par des intermédiaires, les Ateliers-Projets constituent des outils de médiation à travers lesquels s opèrent une communication plurielle. Ils proposent une correspondance étroite avec les connaissances et les pratiques enseignées et en constituent un prolongement logique et cohérent, offrant une ouverture sur des dimensions pratiques et créatives. La ville de Casablanca a été définie comme source de réflexion pour préparer les étudiants à l initiative, la prospection et l investigation, à partir d une dimension artistique qui confère à la communication une spécificité. Chaque module des Ateliers-Projets est conçu sous la forme d un «mini»-projets. À la fin de l année scolaire, les productions réalisées dans le cadre des ateliers feront l objet d expositions et de présentations. ANIMATION CINE-CLUB Sous l encadrement de Jean Zaganiaris, enseignant en Sciences humaines, cet atelier propose aux étudiants de concevoir une programmation cinématographique, de l organiser dans le temps, de la présenter lors des projections, de la communiquer et de l animer en invitant des intervenants... THEATRE Animé par Rachid Fekkak, comédien et universitaire, cet atelier est destiné à sensibiliser et initier les étudiants aux techniques de l art du comédien (concentration, attitudes corporelles, travail de la voix, de la respiration et du regard, sémiologie théâtrale et dramaturgique...) en même temps que d approcher les composantes de la production du spectacle. EXPRESSION PLASTIQUE Cet atelier, animé par l artiste Hassan Darsi, ouvre une réflexion sur les différents médiums et moyens utilisés dans l expression plastique contemporaine et leurs multiples combinaisons : l image, l objet, l espace, la matière, le son... Rendre lisible un concept, y apporter une visibilité par rapport à son inscription dans la ville et trouver le médium qui va porter au mieux le message, tels en sont les objectifs majeurs. Des travaux d artistes aux pratiques multiples, jalonnant l art contemporain, sont régulièrement présentés pour enrichir le vocabulaire plastique et ouvrir des possibilités nouvelles d expression. PHOTO Animé par la photographe Pascale Arnoux, cet atelier fait découvrir aux étudiants les différentes approches du regard photographique (cadrage, composition, lumière...) pour les appliquer à différents sujets (portraits, scènes vivantes, paysages, reportage, architecture...). RADIO Encadré par Hadia Slaoui, linguiste et universitaire, cet atelier propose aux étudiants de s initier à la communication de masse à travers le médium de la radio : de la définition du concept d une émission à son rubricage, en passant par la recherche d information et l écriture radiophonique, jusqu au travail sur la voix et la diction. Story board Cet atelier encadré par Chafik Aaziz, graphiste, propose aux étudiants de s initier aux différentes notions et techniques du dessin : La perspective, la lumière, le corps humain, les expressions du visage Ainsi que l étude du langage cinématographique - cadrage, valeurs des plans, angles de prise de vue L objectif étant de permettre aux étudiants d avoir les outils nécessaires à la représentation visuelle de leurs idées.

10 La question n est plus tellement de savoir si l on aura de nouvelles stations radios et chaînes de télévision cette année au Maroc. La réponse à cette interrogation est affirmative. Et elle a été réitérée par toutes les parties concernées et en premier lieu par l instance en charge de délivrer les tickets d entrée dans ce club convoité que sera le nouveau paysage audiovisuel marocain. En effet, la haute autorité de la communication Audiovisuelle, désormais désignée par la HACA, qui est désormais opérationnelle après une période de structuration de ses divers organismes, a fait savoir à plusieurs reprises, notamment par la voix de son président, M. Ahmed Ghazali et de son Directeur général, M. Ahmed Akhchichine, que les premières licences seront délivrées aux nouveaux opérateurs du secteur durant la première moitié de l année en cours. Les mêmes sources indiquent que la HACA est en train d examiner 49 demandes de radios et 5 demandes de télévision actuellement 49 demandes de radios et 5 demandes de télévision. Ces demandes portent sur des services radio et télévision à diffusion locale, régionale et nationale. Mais, ce qui est également sûr, c est que ces demandes ne seront pas toutes satisfaites. A cela, il existe plusieurs raisons. D abord la rareté de la ressource hertzienne. Le réseau des ondes radioélectriques hertziennes fait partie du domaine privé de l Etat. Pour chaque catégorie d opérateurs (télécommunications, réseaux de communication privés, police, armée ), il existe des modalités pour accéder à ce réseau et l exploiter. Pour les opérateurs audiovisuels, c est la HACA qui organise le partage de cette ressource en coordination avec l autre instance de régulation des télécommunications l Agence Nationale de Régulation des Communications (ANRT) dont on entend parler surtout à l occasion de l octroi des licences pour les nouveaux opérateurs de la téléphonie fixe et mobile : Méditel, Maroc Connect, etc L accès au réseau de diffusion hertzien Dossier préparé par Com Sup L accès au réseau de diffusion hertzien est à la fois prisé et rare est à la fois prisé et rare. Il reviendra par conséquent à la HACA de faire des choix, d opérer des sélections et de mettre en place des règles du jeu claires pour les compétiteurs. C est ainsi que les choses se passent partout dans le monde 10 où le choix de la libéralisation a été fait : l an 1 de la libération du PAM Quelques indicateurs sur la pub Les projections ( ) : (En millions de dirhams) CaractEristiques Moyenne annuelle CA PUB NET CA PARRAINAGE TOTAL CHIFFRE D AFFAIRES Le marche publicitaire actuel CA publicitaire par type de grand média : - Avec un chiffre d affaires brut (CA) de 174 millions Dhs réalisé en 2004, et qui s accroît en moyenne de 20% par an (période ), la part du CA publicitaire radio se stabilise à 8% du CA publicitaire global hors média ; Télévision Radio Presse affichage total Le rapport Radio/TV est de 1 à 6, c est-à-dire le chiffre d affaires publicitaire radio représente le 1/6 de celui de la TV. - Marché émergent, insuffisamment structuré, qui manque de transparence et de visibilité avec un déficit de données précises et de chiffes exacts ; - Confusion de la relation entre annonceurs et agences de pub ; - Absence de la mesure d audience, donc retour sur investissement difficile à établir ; - Le secteur souffre de déficit en matière de compétences humaines, véritable obstacle au développement du secteur ; - Absence d une loi régissant le marché publicitaire au Maroc ; - Produits dont la publicité requiert une autorisation préalable des Autorités : les médicaments ; - Produits interdits à la publicité : Tabacs, alcool et armes.

11 Selon les indiscrétions ici et là et les bribes d information disponibles, la rareté de la ressource n est pas le seul facteur qui va nécessairement limiter le nombre de licences qui seront délivrées dans l immédiat. En effet, dès le mois de mai de l année dernière, le Président de la Haute Autorité, lors d une conférence de presse à Rabat, avait indiqué que la demande soumise à son instance était peu variée en termes de genre : plus de 40 % des demandes, à l époque, portaient sur des chaînes et des radios musicales. Elle était également trop concentrée géographiquement sur un petit nombre de grandes villes : l axe Casablanca-Rabat, d abord et essentiellement (70% des demandes) et accessoirement Marrakech, Tanger et Agadir. Le dernier facteur qui va, semble-t-il, limiter le nombre de licences c est la jeunesse même de la libéralisation. Les diverses inconnues sur les engagements qui seront ceux des nouveaux opérateurs, le marché de la publicité trop exigu pour permettre la coexistence de nombreux projets à caractère commercial et compétitif, mais aussi le manque de ressources L axe Casablanca-Rabat (70% des demandes) humaines compétentes pour un secteur de pointe et la faiblesse du niveau de production des contenus audiovisuels Tout cela fait que les gros calibres économiques privés ne sont pas encore réellement impliqués dans cette ouverture et tout le monde semble adopter la fameuse devise du «wait and see», en attendant plus amples indications sur le devenir du secteur. En tout cas, selon toute probabilité, la HACA ne tardera pas à lancer des appels à concurrence pour départager les postulants déjà en lice. La tendance privilégiée par Multitude de nouveaux métiers porteurs d avenir les observateurs sur la base d indicateurs locaux mais aussi des logiques en cours dans le monde en la matière, est que la plupart des licences porteront sur des couvertures régionales. La HACA, en effet, mais aussi le gouvernement qui demeure qualifié en matière de définition de la stratégie audiovisuelle nationale, seraient fortement intéressés par la régionalisation de l audiovisuel en prélude et en accompagnement de la régionalisation et de la déconcentration dans son sens global. Les raisons avancés pour expliquer cette préférence se réfèrent à la volonté de diversification des contenus, à l adaptation des services aux réalités locales et régionales et aux spécificités socio-culturelles des zones de couverture et à la facilitation de l accès des citoyens aux nouveaux services audiovisuels. Mais ce qui est à retenir en priorité, c est qu il s agit là d une véritable restructuration d un secteur émergent à fort potentiel de développement. Les organismes de formation sur les métiers de l audiovisuel et les structures de productions des contenus des services audiovisuels gagneraient à développer de véritables stratégies anticipatrices et audacieuses pour répondre aux besoins qui s exprimeront très rapidement, dès les prochains mois. C est aussi une aubaine pour les jeunes filles et les jeunes garçons à la recherche de formations et d orientations valorisantes. Il y aura là une multitude de nouveaux métiers porteurs d avenir et de promesse d épanouissement. RMI, Sawa, FIC-FM : la fin des exceptions L un des premiers chantiers auxquels s est attaquée la HACA conformément aux prérogatives qui lui ont été assignées par le législateur fut celui de la régularisation de la situation des radios Medi 1, Fic-Fm et Sawa, qui étaient toutes les trois en activité avant la promulgation de la loi relative à la communication audiovisuelle (3 février 2005). Pour le cas de Fic-Fm, la radio musicale de Casablanca qui fonctionnait comme une radio privée et qui était co-dirigée dans les faits par la Foire de Casablanca et la régie publicitaire New Publicity (Kamal Lahlou), elle a été traité dans le cadre du cahier des charges de la SNRT et a effectué une sorte de retour au bercail, du moins du point de vue juridique. La SNRT veut en faire la première filiale thématique régionale de sa galaxie radiophonique. Le côté commercial de la station est lui aussi validé par la nouvelle réglementation. Reste à savoir comment se fera la transition entre le passé d exception et le futur concurrentiel sur Casablanca très convoitée par les nouveaux entrants. Pour le cas de Medi I, c est aussi la fin de l exception. Cette station qui a été créée, il y un quart de siècle par une volonté politique franco-marocaine et qui a réalisée une bonne accumulation en termes professionnels, en termes d image mais aussi en termes pécuniaires puisqu elle a longtemps joui d une situation de quasi monopole sur la publicité radiophonique du marché marocain. Face à la concurrence imminente, la station de Tanger jouit d un capital du à l ancienneté de son ancrage et à son rayonnement international. En tout cas, ses responsables qui ont été les premiers à signer un cahier des charges avec la Haca, se montrent sereins et optimistes sur leur avenir. Reste enfin le cas de la station américaine Radio Sawa dont le statut d organe dépendant des autorités publiques américaines n a pas encore trouvé la voie vers la mise en conformité avec le cadre juridique marocain. Mais les juristes de la HACA estiment que cette situation de «horsla-loi» du PAM n est que très provisoire. Les autorités américaines concernées ont, paraît-il, donné des assurances dans ce sens. Une ouverture prometteuse pour la nouvelle filière Communication média et multimédia! Une convention de coopération a été signée en janvier dernier entre Com Sup et SOREAD 2M. Ce partenariat propose différentes actions de collaboration à travers la production de reportages et d émissions, la mise en place d outils de communication interne, l organisation d évenements de communication... et bien sur, sur le plan pédagogique, des formations et des stages professionnels. 11

12 Parlez-vous HACA? 12 De la RTM A la SNRT L année 2004 a été marquée par la réalisation de projets stratégiques pour l avenir de la Radiodiffusion Télévision Marocaine (RTM) et ce, dans la perspective de sa transformation en une Société Nationale dotée de la personnalité morale et de l autonomie financière, conformément aux orientations gouvernementales en matière de libéralisation de la communication audiovisuelle. Ces modifications ont porté, entre autres, sur le développement des ressources humaines, la modernisation des équipements de base, le soutien à la production nationale et l amélioration de la qualité des programmes aussi bien télévisés que radiophoniques, afin de favoriser la compétitivité de la chaîne face à la concurrence grandissante des chaînes satellitaires et celle attendue de la création prochaine de chaînes de télévision et de stations radio sur le territoire national. La réforme ainsi engagée vise la mise à niveau de l établissement et sa modernisation,afin de lui permettre, en fonctionnant comme une entreprise moderne, au diapason des évolutions technologiques, d accompagner l édification d une société moderne et démocratique dans notre pays. Aujourd hui la SNRT est structurée autour de services de radiodiffusion et télévision à caractère national, régional et international. Concernant les services de télévision, la SNRT propose cinq chaînes: - La chaîne de télévision nationale marocaine (TVM) - La chaîne thématique éducative «Arrabiâ» - La chaîne thématique religieuse «Assadissa» - La chaîne de télévision internationale «Al Maghribiya» - La station de télévision régionale de Laâyoune. - Et d une télévision thématique sportive «Arriyadiya» prévue en En matière d activité radiophonique la SNRT propose, cinq services de radiodiffusion, dont: - La radio nationale ; - La radio amazigh ; - Rabat chaîne inter ; - La radio Mohammed VI du Saint Coran ; - La radio régionale thématique de Casa (Radio FM Casablanca). Et des décrochages régionaux, de la Radio Nationale à travers les stations: d Agadir; de Casablanca, de Dakhla, de Laâyoune, de Marrakech, de Fès, d Oujda, de Tanger, de Tétouan et de Meknès. L instance a été créée par le Dahir n du 31 août Elle dépend directement du Palais Royal, la mettant ainsi à l abri des pressions de nature à entraver l impartialité qu exige sa mission de régulation. Sa mission est de veiller au respect des principes du pluralisme, de la diversité et de la liberté d expression dans le secteur de la communication audiovisuelle, dans le respect des valeurs civilisationnelles fondamentales et des lois du Royaume. La H.A.C.A se compose du Conseil Supérieur de la Communication Audiovisuelle, instance délibérante, et de la Direction Générale de la Communication Audiovisuelle, structure administrative et technique. Le Conseil Supérieur de la Communication comprend neuf membres, dont le Président et quatre membres sont nommés par le Roi, deux membres nommés par le Premier ministre pour une durée de cinq ans renouvelable une fois, et deux membres nommés, l un par le Président de la Chambre des Représentants et l autre par le Président de la Chambre des Conseillers, pour la durée et dans les conditions de renouvellement du mandat prévus pour les membres désignés par le Premier ministre. Le CSCA est investi d une mission d expertise et de conseil au service du Roi, du gouvernement, du parlement et des autorités juridiques ou administratives du Royaume, d une mission de régulation et de réglementation, ainsi que d une mission de contrôle et de sanction. La Direction Générale de la Communication Audiovisuelle est l organe de préparation et d execution des décisions du CSCA.Elle comprend : - Le Département Administratif et Financier - Le Département Suivi des Programmes - Le Département Juridique - Le Département Infrastructures et Veille Technologique - Le Département Etudes et Développement - L Unité Audit et Contrôle de Gestion - L Unité «Informatique» - L Unité «Information et Documentation» Parmi les premières décisions de l instance de régulation, du moins les plus remarquées et qui ont fait du bruit, on peut citer l arrêt interdisant une publicité de Meditel portant atteinte à son concurrent IAM, le communiqué sur le traitement des affaires en cours d instruction judiciaire, des décisions relatives au respect du pluralisme, aux règles de publicité, etc La Haca a également annoncé qu elle rendra publiques des décisions concernant les normes de la mesure d audience et les règles de respect du pluralisme.

13 Hamid Kadiri, PDG de Klem Euro RSCG 3 Hamid Kadiri et Azzedine Lazrak une amitié qui remonte à la belle époque du lycée mixte de Fès 1 Com Sup : La publicité a été jusqu à présent un moyen privilégié pour la promotion des différents produits et services. Ces dernières années, des voix s élèvent pour annoncer la mort prochaine de la publicité. Qu en pensez-vous, comment vous positionnez-vous face à cette mutation et comment envisagez-vous l avenir? HK : La publicité ne s est jamais aussi bien portée, il n y a qu à voir les chiffres. Je parle de notre pays bien sûr, mais aussi du reste du monde. Au Maroc, elle progresse bon an mal an de 10% environ. C est un signe évident de vitalité. Ceci dit, la publicité au sens classique du terme a tendance à s enrichir de nouveaux métiers, de nouvelles technologies et c est tant mieux. Elle s adapte, voire elle anticipe sur les mutations du monde. Aujourd hui, le BTL (below the line) et notamment les nouvelles technologies (Internet) prennent une part non négligeable dans le développement du secteur. 2 Com Sup : La créativité joue un rôle essentiel dans la production publicitaire. Quel rôle revient à la créativité marocaine dans le contexte publicitaire actuel? Comment vous positionnez-vous en tant que grande agence publicitaire par rapport à une créativité «locale» marocaine qui semble désespérément faire défaut? HK : la créativité c est bien évidemment l essence même de notre métier, et le moteur de la production publicitaire. Au Maroc, je peux vous dire sans complexe que les agences fournissent un véritable effort au niveau créatif. Pour s en rendre compte, il suffit de «benchmarker» avec la région MENA (Middle East North Africa). Le Maroc se positionne en tête avec le Liban et Dubaï, bien que les moyens financiers dont nous disposons, soient sans commune mesure avec ceux de ces deux pays. En revanche, le reproche que l on pourrait formuler, c est l inconstance de cette créativité et sa dichotomie (très populaire ou très sophistiquée). Et puis il y a aussi le manque de soin dans l exécution, on peut tuer une bonne idée si elle est mal exécutée. Com Sup : Le Maroc comme chacun sait est un pays arabophone. Or, la langue arabe et surtout l arabe dialectal sont pratiquement absents dans les messages publicitaires proposés par vos agences, sinon sous forme de traduction. A quand cette grande intégration culturelle incluant la langue dans la sphère publicitaire? HK : A quand cette intégration? Pour très bientôt j espère, parce que notre pays recèle un gisement culturel formidable. Il s agit tout simplement pour nous, patrons d agences, de former de vrais créatifs arabophones, des professionnels capables de conceptualiser dans notre langue et puiser dans notre culture, en mettant aussi en scène de grandes idées créatives (qui sont par définition universelles) à la sauce marocaine. Il nous reste beaucoup à faire! 13

14 Quand le marketing et la communication font appel à l art... C est à travers une conférence riche en images et en discussions que ces enseignants ont su alimenter leurs cours par un exemple vivant : celui de «L Hermitage en projet», projet artistique portant au départ sur la création et la réalisation d une maquette du Parc de l Hermitage, qui s est ensuite développée en projet pour la réhabilitation du Parc. Les intervenants présents, M. Hassan DARSI (Artiste), Mme Florence RENAULT (coordinatrice artistique) et Mme Nadia JEBROU (Architecte au conseil de la ville de Casablanca), ont rendu compte de l histoire du «Projet de la maquette» et de l évolution de cette initiative artistique. A l origine, en 2002, un parc dans un état d abandon total qui interpelle les acteurs de la source du lion, le parc de l Hermitage, l un des deux plus grands espaces verts de la ville avec ses 18 hectares. Une déclaration, un appel à contribution et une pétition marquent le point de départ d une œuvre, la maquette, qui mettra 18 mois à se réaliser complètement. Une cinquantaine de personnes mettront «la main à la maquette» dont une dizaine de permanents, dans l atelier ouvert pour l ocasion dans le jardin de la prestigieuse Villa des arts à Casablanca. Le projet devient réalité. Ceux qui n ont jamais mis les pieds dans le parc ont l occasion d apprécier les dégâts laissés par l homme, le temps et un laisser aller collectif... Puis, un vernissage qui rassemble plus de 500 personnes et des rencontres avec des collectifs d artistes internationaux (Espagne, France, Hollande ). Le nouveau Wali de Casablanca est présent lors de cette inauguration, dans le hall de la Villa des arts. Il s engage publiquement à faire nettoyer le parc. Le chantier est lancé, deux jours plus tard 2000 camions d ordures sont évacués! La source du lion est invitée par la ville à réfléchir au devenir du parc, et «l Hermitage en Projet» démarre Jusqu en 2005 les actions artistiques et de sensibilisation se succèdent, Ateliers artistiques gratuits pour les enfants, Passerelles artistiques, 14 Sophia Akhmisse/4 ème année Comment le marketing et la communication peuvent tirer des leçons d un projet artistique? C est ce que les deux professeurs de 1 ère année M. Najib Lebbar et M. Jean Zaganiaris, respectivement professeurs de «stratégie marketing» et d «introduction à la communication», ont fait découvrir à leurs élèves en invitant les acteurs de la source du lion, Hassan Darsi et Florence Renault, à présenter leur projet autour du parc de l hermitage. L engagement de citoyens volontaires workshop de réflexion sur la réhabilitation du parc... et l histoire de l Hermitage se transmet à travers les médias (presse écrite, audiovisuelle, site web...), mais aussi par des rencontres multiples avec les acteurs de la vie culturelle internationale et la société civile casablancaise. Cette rencontre à Com Sup a suscité un grand intérêt chez les étudiants durant la conférence. Pourquoi le Parc de l Hermitage? Quels étaient les difficultés rencontrées? Quels étaient les réactions des citoyens et des pouvoirs publics? Autant de questions auxquelles les différents intervenants ont tenté de répondre au mieux, à travers les exemples concrets des actions et projets menés entre 2002 et 2005, mais également grâce à une visite organisée le jour même dans le parc. Les étudiants ont pu ainsi, pour certains, découvrir un lieu encore inconnu à Casablanca, pour d autres le re-découvrir après le travail accompli durant ces dernières années. A l issue de la rencontre avec les acteurs du projet et le parc, certains étudiants ont décidé d effectuer un travail d exposé sur «Le projet de la maquette» et la présentation de celuici, les autres en gardent le souvenir d un projet inédit. Certains seraient heureux de pouvoir contribuer aujourd hui par leurs talents de communicateurs à cette «aventure», née d une volonté artistique. Dans tous les cas, cette intervention a permis d illustrer concrètement le contenu des cours des deux enseignants accompagnant ce jour là les élèves. Démontrant l apport du marketing et de la réflexion marketing dans la remise à niveau et la valorisation de nos espaces publics, pour l un, l importance du contexte et des usages dans les pratiques de communication, pour l autre. A nous aujourd hui en tant que communicateurs, de faire en sorte de valoriser notre patrimoine en prenant en compte des usages et des contextes, pour que la réhabilitation de nos espaces publics soit le combat d artistes volontaires, mais aussi l engagement de citoyens volontaires. Hassan Darsi, concepteur du projet Les comsupiens en visite au parc Nadia Jebrou,Florence Renault, Najib Lebbar et Jean Zaganiaris La source du Lion

15 Couscous philo EXCEPTE L HOMME, AUCUN ETRE NE S ETONNE DE SA PROPRE EXISTENCE (...) L HOMME EST UN ANIMAL METAPHYSIQUE A SOLIDARITE FEMININE LE COUSCOUS OUVRE L APPETIT PHILOSOPHIQUE DES COMSUPIENS NOTRE VIE EST UN LIVRE QUI S ECRIT TOUT SEUL. NOUS SOMMES DES PERSONNAGES DE ROMAN QUI NE COMPRENNENT PAS TOUJOURS BIEN CE QUE VEUT L AUTEUR COMMENT LE VENT SAIT-IL DANS QUELLE DIRECTION IL DOIT SOUFFLER? SAVOIR SI L ON AIMERAIT MIEUX MOURIR DE FAIM OU DE SOIF EST UNE QUESTION QUI APPAREMMENT PLAIT TOUJOURS LA SENSATION D ETRE HEUREUX OU MALHEUREUX DEPEND RAREMENT DE NOTRE ETAT DANS L ABSOLU, MAIS DE NOTRE PERCEPTION DE LA SITUATION, DE NOTRE CAPACITE A NOUS SATISFAIRE DE CE QUE NOUS AVONS PLACEZ VOTRE MAIN SUR UN POELE UNE MINUTE ET CA VOUS SEMBLE DURER UNE HEURE. ASSEYEZ VOUS AUPRES D UNE JOLIE FILLE UNE HEURE ET CA VOUS SEMBLE DURER UNE MINUTE. C EST CA LA RELATIVITE UNE ROUTE PEUT PRENDRE MILLE DIRECTIONS, LA VERITE N EN CONNAIT QU UNE ON N EST PAS PHILOSOPHE PARCE QU ON TROUVE, MAIS PARCE QU ON CHERCHE. PHILOSOPHER, C EST DOUTER Photos Chafik Aaziz DURE EPOQUE QUE CELLE OU IL EST PLUS SIMPLE DE DESAGREGER UN ATOME QU UN PREJUGE 15 (les bulles sont remplies par des citations de grands auteurs et philosophes selectionnés par Naïl Lazrak 5 ème 7 Lycée Lyautey)

16 Les conférences de Com Sup Ouvrir les étudiants sur le monde extérieur et de nouvelles perpectives, tel est l objectif premier des différentes rencontres qui ont jalonnées cette première période à Com sup. La culture en a été un vecteur essentiel avec des interventions d acteurs culturels et d artistes qui ont donné lieu à des débats tant passionnés que passionnants. Rencontre avec Hassan El Fad Comédien et acteur culturel Du projet culturel à sa réception En novembre dernier nous avons eu l immense plaisir d accueillir Hassan El Fad dans les murs de Com Sup pour une rencontre débat autour de son expérience personnelle du projet culturel. Un jour pas moins important pour lui, puisqu il fêtait ce même jour son anniversaire! Bien sur, les premières questions abordées ont traitées de l humour et de sa réception par le public, international et surtout marocain. Notre invité nous a révélé, non sans déclencher de nombreux fous rires, quelques secrets ; nous expliquant combien il est difficile de faire rire un public et comment il doit adapter sans cesse ses sketches aux diversités d appartenance géographique, culturelle et linguistique du public. C est qu on ne rit pas des même choses à Casablanca et à Marrakech. C est que les mots, les expressions, les références sont multiples, d une région à l autre... À Oujda, par exemple, on rit intérieurement, ce qui n est pas sans décontenancer l humoriste, qui sur scène attend désespérément un retour sonore de sa blague! Ainsi, le contexte de la représentation joue un rôle important dans l écriture des scénarios des sketches, ce qui rend les textes différents et polyvalents. Nous avons abordé ensuite l écriture d émissions télévisuelles humoristiques (un sujet qui me tient particulièrement à coeur puisqu il est l objet de mon projet de fin d étude!). Hassan El Fad nous a expliqué comment il procède pour la réalisation de ses émissions diffusées notamment pendant le mois de Ramadan 24 novembre 2005 L émission se compose de rubriques et sa création suit un canevas très précis. Tous les détails sont écrits, expressions, gestuelles..., car ces détails permettent d affiner le sénario, de mettre en lumière de nouvelles idées et de renseigner sur tout ce qui concerne la décoration du plateau. L écriture des scénarios se fait avec l aide des comédiens, car il est pour lui essentiel de les impliquer dans la création des textes qu ils vont dire pour une meilleur imprégnation. Le regard extérieur sur le travail est primordial, il aide à trouver les failles et les imperfections, à changer, adapter, remanier... Une méthode valable pour tout projet car elle est aussi la clef d un bon travail! En nous partageant, l espace d une paire d heures, son expérience personnelle de comédien, d humoriste, de créateur et d acteur culturel, Hassan El Fad nous a sensiblisé sur deux aspects essentiels du projet culturel : le contexte, comme donnée structurelle et l échange, comme mode opératoire de création. Nezha Souaïdi 4 ème année Rencontre avec Najat M Jid INDH 28 novembre 2005 L INDH, une initiative louable et porteuse d espoir Afin de nous apporter un éclairage sur des sujets essentiels de l actualité marocaine et de nous aider à définir des thématiques de recherche pour nos travaux monographiques, madame Hihi et monsieur Belfakih, nos encadrants pour la pédagogie de projet, ont invité Mme Najat M Jid à donner une conférence sur un sujet qui lui tient à cœur, l INDH. Mme M jid a débuté sa présentation par une définition de ce qu est la difficulté d accès à la santé, l habitat pauvreté? Le manque d eau potable, l INDH (Initiative Nationale pour le insalubre, l analphabétisme et le gain de Développement Humain) lancée par Sa moins d un dollar par jour. Si on est d accord qu une personne pauvre est celle Majesté le Roi en mai 2005 et destinée à combler le retard que le Maroc affiche dans la réalisation des objectifs du demande ensuite si on est en mesure de qui souffre de tous ces manques, on se millénaire tracés par les Nations Unis changer la situation pour les cinq à six et auxquels le Maroc adhère. Elle nous millions de marocains qui répondent à a ensuite présenté des chiffres clés, ces critères en trois années.» représentatifs de la situation actuelle L INDH est une initiative louable et susceptible d aider le Maroc à améliorer son du Maroc, tel que le taux d analphabétisation au Maroc, le taux de mortalité classement, peu honorable, parmi les 177 infantile et bien d autres indices, caractéristiques d une situation préoccu- (Programme des Nations Unies pour le pays concernés par le rapport du PNUD pante. Elle a insisté sur les problèmes Développement). Mais c est avant tout persistants, bien que la généralisation une vision et non pas une stratégie en de l éducation primaire et l égalité entre elle-même. Il s agit maintenant d élaborer des méthodes d action réalistes et les sexes aient connu de grands progrès, et souligné que le Maroc prend toujours réalisables, gérées d une façon rigoureuse, responsable et efficace. du retard dans les domaines de la réduction de la pauvreté extrême, le combat Enfin, en guise de conclusion, Mme M jid contre le sida, la réduction de la mortalité des enfants, la promotion de la santé savoir «qui va faire quoi et quand?» de a ajouté qu il est question dès lors de maternelle et la durabilité des ressources environnementales. intelligente et perfectible pour atteindre rendre des comptes et d oeuvrer de façon Cette présentation a soulevé une série les objectifs de cette initiative. de questions de la part des étudiants, Ces quelques deux heures passées aux portant autour de la mise en place de ce cotés de Najat M jid nous ont semblées projet. Mme M jid a tenté d y répondre bien trop courtes, tant elle a su transmettre à son auditoire son dynamisme en exposant les moyens d action envisageables à travers des exemples et le et son engagement passionné, avec cette concept même de cette initiative nationale pour le développement humain : tir les projets les plus audacieux. belle détermination qui peut faire abou- «Il semblerait que la première chose à Nous lui souhaitons tous beaucoup de faire est de définir exactement ce qu on courage! veut réaliser : que veut-on dire par Alia El Awad/3 ème année 16

17 Rencontre avec Saif Mestari PDG de Quorum Qu en est-il de la production audiovisuelle? Autour d une table ronde animée par monsieur Saif Mestari, directeur général de QUORUM PRODUCTION et Universitaire. Notre hôte a tenté de nous éclairer sur ce champ très vaste qu est l audiovisuel, en structurant son intervention autour de trois axes essentiels. Tout d abord, un état des lieux général du secteur audiovisuel marocain. En effet, au lendemain de la nouvelle législation, le PAM (paysage audiovisuel marocain) montre peu à peu un nouveau visage : la RTM devient la SNRT, de nouveaux arrivants vont bientôt alimenter nos téléviseurs et nos radios, comme, pour ne citer qu elle, la nouvelle chaîne thématique de Tanger pour les «news». Cette nouvelle loi, qui d ailleurs a des similitudes avec celle de la France, vient réguler les différents produits audiovisuels, mais aussi l installation des entreprises audiovisuelles, structurées dès lors par des cahiers des charges qui régissent les programmes diffusés. Pour Saïf Mestari, cette nouvelle loi et la HACA (Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle) sont deux innovations majeures pour le champ audiovisuel marocain. La seconde partie de la discussion a porté sur les maisons de production. Ces entreprises sont reparties dans le secteur de l audiovisuel en genre ou en spécialité. Pour la spécialisation, on trouve la production de sitcoms, un Mémoires de Casablanca : cultures perceptibles et cultures invisibles. «J aime la rencontre avec les étudiants. Ils ont tous ce même regard, quelque soit leurs milieux et leurs horizons. Intransigeants et ouverts, ils vous pénètrent pour examiner, que dis-je, scruter ceux qui s adressent à eux directement. Au fond de leurs rétines, on voit s inscrire leur perception de nos forces et de nos faiblesses d adultes. Ils se débarrassent vite et sans concessions de ce qui ne les touche pas directement. Et si vous venez à vous égarer, le regard se fait fuyant et l intérêt se porte ailleurs. Pas de temps à perdre avec 1er décembre décembre 2006 produit reflet qui colle sur la réalité et l évolution des mentalités dans la société. Les productions généralistes vont elles de la production cinématographique à la production publicitaire, en passant par la production de clips musicaux. Enfin, les maisons de productions, dites organisées, se développent dans des créneaux bien définis comme la production d émissions audiovisuelles. C est justement sur ce domaine particulier que Saïf Mestari a choisi d orienter la dernière partie de son intervention et notamment comment la production télévisuelle peut vraiment être effective. Avant tout, il faut bien connaître la politique de programmation des chaînes, car de bons concepts n existent que dans un environnement adapté. Il est aussi indispensable de connaître les annonceurs et leurs stratégies afin d atteindre les objectifs définis du sponsoring. Mais le plus important est de bien cerner les attentes et besoins des cibles, et cela par des études de mesure d audience et des focus groupe pour tester les concepts. Pour conclure, Monsieur Mestari a tenté de sensibiliser les futurs communicateurs que nous sommes sur l importance du concept dans le domaine de l audiovisuel, qui doit à la fois répondre à des objectifs précis et concrets, simplement présentés afin de survivre à la volatilité de l audience, et tendre vers une production audiovisuelle marocaine de qualité. Houda Coradidi/4 ème année le simulacre. Mais lorsqu ils sentent la sincérité et la passion, là c est toute l enfance qui est célébrée et le regard devient la porte d entrée vers l âme.» Selma Zerhouni/Architecte Le frisson de la lumière «Parler avec des étudiants nous rappelle toujours à l esprit que la curiosité, l étonnement devant les choses, restent à la base de toute connaissance. Bien que le thème de la rencontre avec les étudiants de Com Sup tournait ce jourlà autour de Casablanca, nous avons pu ensemble, dans les allers retours des questions-réponses, aller plus loin et aborder les champs de l histoire, de la Rencontre avec Naila Tazi (A3 communication) et Nawal Slaoui (Directrice des arts urbains Concept et organisation du Festival de Casablanca «Ma visite à Com Sup a été d un enseignement formidable. Celui de la mémoire, celle qui évoque le bout de chemin parcouru depuis la vie d étudiant, les étapes traversées, et toute culture, donner à ce problème d «identité urbaine», au-delà des représentations pour le festival de Casablanca) 8 décembre 2006 l attention dont on a pu bénéficier pour apprendre et avancer dans la vie professionnelle. J ai été impressionnée par l environnement de l école, le lieu en lui-même, les moyens techniques mis à la disposition des étudiants et surtout l engagement des professeurs et de Azzedine Lazrak le directeur. Finalement tout cela n est qu une histoire de passion, passion pour des métiers nouveaux qui interpellent tant de jeunes dont le but est de participer à l évolution de notre pays et le hisser sur les voies de la modernité et de l égalité des chances. Les festivals, puisse que pour ma part c est de cela qu il s est agi lors de notre rencontre, sont un phénomène nouveau dans notre paysage national, mais quelle lame de fond! Au-delà du divertissement, les jeunes en veulent de l art dans toutes ses formes d expressions, du graphisme, en passant par la production et la communication, il n est pas un détail qui leur échappe. Ils bouillonnent d idées, de dynamisme et d énergie et sont surtout porteurs de projets concrets, que ce soit pour leur école, leur quartier, leur ville ou pour notre pays. Ca c est du positif, et tous les marocains en ont besoin, pour continuer à y croire et à se battre. Ce qui m a incontestablement le plus interpellé, c est la conscience politique et l ancrage des étudiants dans les réalités marocaines. Ça rassure, car si de passion et de rêve il s agit, il y a aussi des vérités à affronter, des défis à relever, et des difficultés à surmonter. Ma conviction a toujours été d être à l écoute des jeunes générations, de partager honnêtement et modestement une conversation, une expérience, un savoir-faire. Partager, partager, partager Alors chers confrères de Com Sup, ne vous arrêtez jamais de recevoir des invités car nous aussi on y gagne : on en ressort le cœur gai et optimiste. Merci!» Neïla Tazi/A3 communication Rencontre avec Selma Zerhouni (Architecte, directrice de publication revue «Architecture du Maroc, art et environnement») et Mustapha Nissabouri (Poète et acteur culturel) confuses et insaisissables qui nous viennent d ailleurs, sa dimension humaniste, sensible, à même de nous réconcilier avec l espace où nous vivons. Je n ai pas oublié cette jeune fille venue me dire à la fin de la rencontre que notre exposé (précédé d un petit documentaire visuel) l avait touchée au point que montrant son bras à un moment donné elle avait eu la chair de poule. Je pense que la connaissance passe d abord par ce «frisson» qui est synonyme de lumière. Le reste viendra de lui-même dès l instant où il y a cette veille de l intelligence et de la sensibilité.» 17 Mustapha Nissabouri/poète

18 Rencontre avec Martine Derain 14 décembre 2006 Action artistique et espace public Si pour certains, le terme de «communication» est indéfinissable, ce n en est pas moins vrai pour celui d «espace public». Centre de débat, de partage ou encore simple invention de notre société pour désigner un lieu destiné à tous? On peut dire plus simplement que l espace public est celui de «l autre», comme l a proposé Martine Derain, artiste plasticienne en résidence à Casablanca, venue partager avec nous ses expériences artistiques. Cette artiste de Marseille opère depuis 15 ans dans les espaces publics où elle intervient le plus naturellement possible, avec justesse, simplicité et finesse, sans jamais chercher à forcer le regard et l attention. Martine Derain a choisi de nous présenter deux travaux qui résonnent plus particulièrement pour des étudiants en communication. Le premier travail propose une «Revue murale» pour laquelle une trentaine d artistes, d écrivains et de photographes ont emprunté l affiche comme médium d expression, (Artiste plasticienne, graphiste et photographe. Marseille) s adressant ainsi directement au public, sans l intermédiaire du circuit classique de distribution de l art. Présentée dans différentes villes européennes et pour le Maroc à Casablanca et Tétouan, cette intervention dans l espace public a vu le jour après un important travail de repérage et a proposé une forme artistique non conventionnelle en relation direct avec le public sans aucun équipement culturel. Le choix du noir et blanc et d un format inédit permettait à la Revue murale de se distinguer de l affiche publicitaire, les supports d affichage étaient sélectionnés afin de provoquer des interactions. Cinq années pour publier entre 1994 et 1999 dix numéros. Un travail qui ne s est pas fait sans difficultés sachant combien il peut être compliqué d afficher dans l espace de la rue et qu on ne peut pas penser un travail artistique dans l espace public hors son contexte environnant. Le second exemple abordé par l artiste est un travail réalisé en Palestine entre 1998 et 2000, dans un contexte particulièrement réticent. Ce projet Intervention de Madame W. Guessous secrétaire générale et responsable de la communication interne. ATTIJARIWAFA Bank Le module de communication interne, à destination des étudiants de la 4 ème année, prévoit dans son programme une étude de cas à la fin du cursus afin de compléter et enrichir la formation des étudiants. Le cas de la fusion entre deux des grandes entreprises de l économie Nationale, à savoir la BCM et la WAFABANK, a été choisi. Madame Wafaa Guessous, secrétaire générale et responsable de la communication interne à de ATTIJARIWAFA Bank, a accepté avec plaisir d animer une journée consacrée à la communication interne, afin d exposer à nos étudiants le cas de la fusion de ces deux entreprises. Madame Guessous a exposé aux 43 étudiants réunis, le pourquoi et le comment de cette opération, qui a nécessité d énormes moyens financiers et matériels pour un résultat probant et satisfaisant les deux parties. Elle a utilisé pour la circonstance les moyens audiovisuels appropriés afin de garantir une bonne compréhension auprès d une assistance particulièrement intéressée et attentive. D aprés Madame Guessous cette fusion, qui a été Programme de rencontres (3 ème et 4 ème année) Mohamed Amine Moumine (directeur du Complexe Culturel Moulay Rachid) La production et la diffusion de la culture à Casablanca à travers l exemple 18 du Complexe culturel Moulay Rachid émane d une c o m m a n d e du consulat général de France à Jérusalem et devait être à l origine une oeuvre fixe dans l espace urbain. Très vite, les deux artistes, Martine Derain et Dalila Madhjoub, voient l inadéquation de la commande dans le contexte de la ville : les Palestiniens sont privés de liberté de déplacement, les contrôles sont omniprésents et l oeuvre fixe ne peut alors être accessible à tous. S adapter au contexte devient une nécessité, situer l art du côté de la vie sans mettre en danger autrui devient une préoccupation majeure. Malgré un budget limité, la commande évolue vers une oeuvre mobile : puisque les Palestiniens ne peuvent se déplacer librement, c est le travail artistique qui va se déplacer. Avec la complicité d une compagnie de bus, la Jérusalem-Al Bireh- Ramallah Buses Co., les artistes vont transformer de simples tickets de bus en canal de transmission, «véhiculant 1000 Le 9 février 2006 gardée secrète pendant toute la durée des négociations entre les deux parties, a démarrée en novembre Elle en a expliqué la genèse et les enjeux en mettant en présence deux différentes cultures. Il fallait tout d abord : -Gérer l effet d annone, -Rassurer les équipes, -Faire adhérer au projet, avec une implication directe au plus haut niveau, -Accompagner le changement avec une approche évolutive et une communication axée sur la proximité. Les clés de la réussite ont été assurées grâce à : -La rapidité d exécution, -Les délais et engagement tenus de part et d autres, -Une communication interne placée avant l externe, -Une forte implication de tous, -Une reconnaissance et la valorisation des potentialités en présence. Il faut admettre qu une telle opération ne s est pas déroulée sans mal, puisqu on a enregistré prés de 600 départs, mais qu en échange plus de 800 recrutements réponses inventives à l oppression israélienne, 1000 petites résistances - mais il n y a pas de petites résistances en Palestine! Les tickets de bus sont ici devenus eux, un petit objet résistant, passant au travers des barrages». Un symbole de liberté aux yeux de tous les Palestiniens opéré par la création artistique. Après un an et demi de recherches et un mois de diffusion, plus de véritables tickets de bus ont été véhiculés, des tickets qui communiquent, dépassant toutes frontières et tout contrôle Israélien. Cette présentation nous a permit de découvrir des pratiques artistiques peu communes dans le contexte marocain, un art qui sait donner du sens et s inscrit dans un objectif d ouverture sur le monde en harmonie avec le contexte de présentation pour éviter tout rejet. Un art qui «propose», comme le dit avec une grande sincérité Martine Derain. Salma Kadiri/1 ère année ont été opérés. Les étudiants, interpellés par cette présentation y ont participé activement en posant des questions pertinentes à Mme Guessous qui s y est prêtée avec modestie et compétence. Nous tenons, à cette occasion, à renouveler dans ces colonnes, nos sincères remerciements à Madame Wafaa Guessous pour son brillant exposé, qui a beaucoup apporté aux étudiants et restera dans leur mémoire. Mohamed Senoussaoui/ enseignant en communication interne Programme de rencontres (1 ère et 2 ème année) Rencontre conférence débat Avec Hajeong Park Chargée de communication et d événementiel, Loréal Corée Autour de son expérience au sein de la société Loréal Corée et de son travail actuel de chargée de la communication touristique sur internet comme coopérante au Ministère de la Culture marocain.

19 Et de 6! Une nouvelle fournée de lauréats pour Com Sup! Najwa Châalan/ Organisatrice de l événement Le futur commence immediatement apres la FIn de cette phrase Comme à l accoutumée, Com Sup a organisé sa cérémonie de remise des sésames à l emploi [entendez Diplômes de Fin d Études] pour sa 6 ème promotion. 41 lauréats se sont vus décerner leurs papiers magiques par des publicitaires, des annonceurs, des hommes et des femmes de médias qui ont bien voulu honorer de leur présence la cérémonie et aussi pour faire leurs J aurais du Etre heureux : je ne l Etais pas emplettes en ressources humaines de qualité. Une idee devient force lorsqu elle s empare des masses Je sais pourquoi tant de gens aiment couper du bois. C est une activite ou l on voit tout de suite le resultat Ils ne savaient pas que c Etait impossible, alors ils l ont fait. C est une tres belle histoire que nous vivons, puisque nous la vivons Mention Très honorable Amina ABDERRAZIK Bouchra SAMSAM AfrAa JAMAL-EDDINE Aziz Mehdi CHAOUI Amadou NDAW Fatine BENKIRANE Ghizlane BENNANI C est une merveille d ignorer l avenir Pour avoir du talent, il faut Etre convaincu qu on en possede. Tout ce qu on ne connait pas parait magnifique Ah, ces Comsupiens, toujours les mêmes! Philosopher, philosopher... Toujours philosopher au lieu de faire la fête!!!! (les bulles sont remplies par des citations de grands auteurs et philosophes selectionnés par Naïl Lazrak 5 ème 7 Lycée Lyautey) 19

20 La vie sourit aux personnes qui dérangent. La vie sourit aux personnes qui dérangent.et pourtant, on croit qu il s agit d un simple concours de circonstances.mais jamais. La vie est plus qu un droit, c est un doux mélange de voies. Ceux qui savent nous l imposer sont maîtres et rois d un univers sans lois. Et par un seul tour de mains, dirigent nos propres destins. On se demande souvent pourquoi ce n est pas moi. Qu ont-ils de plus? C est leur culot et leur pertinence qui font la différence. De l aisance dans leur regard et une délicatesse dans leurs idées et le tour est joué. Pas besoin de gentillesse dans leur monde, seule «la finesse» reste maîtresse. Salma Kadiri 1 ère année God Save The Com Pouvoir de la communication Dieu est marqueteur et ses fidèles sont un marché potentiel, dans un monde où la religion s appelle rentabilité et le messager n est autre que la publicité... Désormais, vous ne jurerez que par A4, 16/9 ème et 4 par 3, ne vous confesserez que lors de focus group dans ce confessionnal moderne qu est le brainstorming... Nous vous imposons nos commandements, et pour vous éclairer chers fidèles, référez-vous toujours à la source divine ; la bible n est plus, car trop «has been», désormais elle s appellera Mercator Il n y aura plus de jour du seigneur, car un seul jour ne suffit plus, tous les jours sont bons pour pratiquer notre culte, notre religion s appelle rentabilité et notre foi se compte en chiffre d affaires. Nous comblerons vos frustrations par d autres, et nous régnerons sur les médias afin que notre volonté soit accomplie. Nous mènerons notre croisade au nom du conditionnement, car nous n aimons plus le mot soumission. Nous jouissons à l idée de conjuguer nos désirs au conditionnel, et les vôtres au subjonctif. Voyez donc en cela notre générosité d esprit ; car nous pensons à vous, mais en terme marketing! Ne nous en voulez pas si nous sommes si sadiques, car c est de votre masochisme que nous puisons nos idées de campagnes ; ce sont vos attentes et besoins qui nous inspirent pour vous infliger nos sautes d humeur. On appellera votre masochisme mode et notre sadisme un génie... En ce qui vous concerne vous, brebis égarées, nous proclamerons que le réalisme est fatalisme, et c est alors que nous vous droguerons aux illusions : Télé réalités irréelles, informations déformées, publicités pubères... Nous vous apprenons à aimer tout ce qui est éphémère, passager, jetable : la mode, les rasoirs la vie! A cette vie, nous avons réussi à coller une date de péremption. Elle ne sera désormais qu un vulgaire produit de consommation comme tant d autres, et on lui attribuera comme slogan : «La vie : consommez-la avant qu elle ne vous consume.» Quelle ironie! Qui aurait cru que l Homo sapiens évoluerait en «Homo consomatus»?.. Ayoub Choukri/ 1 ère année 20

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

Bureau des étudiants VERSION IFP

Bureau des étudiants VERSION IFP Bureau des étudiants VI VERSION IFP l Institut Français de Presse & Version IFP L Institut Français de Presse est une institution pionnière dans la formation au monde des médias. Depuis près de 80 ans,

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

I/ENSEIGNEMENT GENERAL : 200 H

I/ENSEIGNEMENT GENERAL : 200 H Cycle Mastère 1 Européen de la FEDE en Communication Spécialité Stratégies Publicitaires et Communication numérique Diplôme Européen délivré par la Fédération Européenne des Ecoles 2 ; www.fede.org NIVEAU

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2)

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) BTS COMMUNICATION Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) Fonction Le titulaire du BTS Communication conçoit et met en œuvre des opérations de communication, qui peuvent revêtir une forme publicitaire, événementielle,

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP - CODE NSF : 320 REFERENTIEL D ACTIVITES

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique Dossier de presse Table des matières 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique 2. Ina Global, la revue de tous les

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER Responsables : Université de Nice Sophia Antipolis - Monsieur Ricardo Gonzalez, Professeur d'histoire et Archéologie antiques. Lycée Technique de l Hôtellerie

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

6 RÉUSSIR SA COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE

6 RÉUSSIR SA COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE 6 MODULES DE FORMATION MARKETING COMMUNICATION EXPERTS COMPTABLES 1 DÉFINISSEZ L IDENTITÉ & LE POSITIONNEMENT DE VOTRE CABINET 4 INITIEZ UNE COMMUNICATION ON-LINE PERFORMANTE (SITE WEB, E- NEWSLETTER )

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Arts Plastiques et visuels

Arts Plastiques et visuels Royaume du Maroc Ministère de la Culture Appel à projets culturels Arts Plastiques et visuels 2015 Arts plastiques et visuels 1 2 Arts plastiques et visuels Appel à projets culturels Arts Plastiques et

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN COMMUNICATION STRATEGIES PUBLICITAIRES ET COMMUNICATION NUMERIQUE BAC+5 - MCOM Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles).

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

ecommerce Pratique.info : une mine d opportunités pour gagner en visibilité

ecommerce Pratique.info : une mine d opportunités pour gagner en visibilité ecommerce Pratique.info : une mine d opportunités pour gagner en visibilité Vous proposez des produits ou des services destinés aux e-commerçants? Pragmatique, pédagogique, le portail e-commerce Pratique,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs Dix années d expérience en formation de chef de projet multimédia

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Formation Ennéagramme & Coaching

Formation Ennéagramme & Coaching Formation Ennéagramme & Coaching Formation au métier de coach professionnel Troisième cycle de la formation CEE Diplôme de coach en 12 jours de formation pour les certifiés CEE Ouvert aux participants

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Année universitaire 2010-2011 EUROPEAN BUSINESS SCHOOL MBA

Année universitaire 2010-2011 EUROPEAN BUSINESS SCHOOL MBA Année universitaire 2010-2011 EUROPEAN BUSINESS SCHOOL MBA Master of Business Administration Management du Sport Ecole Européenne de Management reconnue par l Etat. Etablissement d Enseignement Supérieur

Plus en détail

Offre de formation Afdas en région Centre

Offre de formation Afdas en région Centre Offre de formation Afdas en région Centre Stages de perfectionnement Courtes durées Accessibles en DIF. Financement Afdas Direction et gestion d entreprise culturelle Communication, relations avec le public

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

L Efficacité est au coeur de nos actions!

L Efficacité est au coeur de nos actions! Agence Qui sommes-nous? Le monde, la société, les entreprises, l individu sont en mouvement! Nos expertises et nos prestations doivent l être également. L expérience, l observation et l anticipation sont

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE RENFORCEMENT DES CAPACITES PEDAGOGIQUES DE L INSTITUT DE PRESSE ET DES SCIENCES DE L INFORMATION DE TUNIS (IPSI)

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE RENFORCEMENT DES CAPACITES PEDAGOGIQUES DE L INSTITUT DE PRESSE ET DES SCIENCES DE L INFORMATION DE TUNIS (IPSI) TUNISIE A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE RENFORCEMENT DES CAPACITES PEDAGOGIQUES DE L INSTITUT DE PRESSE ET DES SCIENCES DE L INFORMATION DE TUNIS (IPSI) 2. NUMÉRO IPDC/56 TUN/01 3. CATÉGORIE D INDICATEUR

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Image, cinéma et audiovisuel, de l école à l université

Image, cinéma et audiovisuel, de l école à l université Image, cinéma et audiovisuel, de l école à l université La première pratique culturelle des jeunes est celle de l image, sous toutes ses formes et sur tous ses supports : cinéma, photo, télévision, jeux

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Introduction de la TNT au Maroc

Introduction de la TNT au Maroc Introduction de la TNT au Maroc Arusha, 15 décembre 2011 Ahmed Ghazali Président de la HACA, Maroc Sommaire Aperçu sur la situation au Maroc Modes de réception de la télévision au Maroc Contexte régional

Plus en détail

Formation Doctorale. Fiche Technique

Formation Doctorale. Fiche Technique Formation Doctorale Fiche Technique Intitulé : «Philosophie Appliquée et Problèmes de l Homme» Responsable de la Formation : Pr. Abdessalam BEN MAISSA, Université Mohammed V-Agdal, Département de Philosophie,

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320 Groupe ISEE 1 CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP SOUS LE N 320

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local DELTA-C Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local FORMATION UNIVERSITAIRE ETABLI EN 2009 PROGRAMMES DE LMD (LICENCES-MASTERS-DOCTORATS) Fiche Scientifique et Pédagogique DOMAINE

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

SOMMAIRE DOMICILIATION... 3 ORGANIGRAMME... 4 CONTEXTE... 5 MISSION... 6 POINTS FORTS... 7 IDENTITE VISUELLE... 8 DONNEES FINANCIERE...

SOMMAIRE DOMICILIATION... 3 ORGANIGRAMME... 4 CONTEXTE... 5 MISSION... 6 POINTS FORTS... 7 IDENTITE VISUELLE... 8 DONNEES FINANCIERE... SOMMAIRE DOMICILIATION... 3 ORGANIGRAMME... 4 CONTEXTE... 5 MISSION... 6 POINTS FORTS... 7 IDENTITE VISUELLE... 8 DONNEES FINANCIERE... 9 PERSPECTIVES D AVENIR.10 REMERCIEMENTS... 11 DOMICILIATION Je soussignée

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Réussir. en toute indépendance

Réussir. en toute indépendance Réussir en toute indépendance notre mission Acteur reconnu dans la distribution spécialisée Nature et Jardin, le Groupe Inédis fédère aujourd hui près de 400 commerçants indépendants sur l ensemble du

Plus en détail

Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication

Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication PETER STOCKINGER, PU Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) Introduction en sciences de la communication: les grands secteurs de la communication (Cours ICL 2A 01 c) Communication,

Plus en détail

Qualifed Islamic Banker

Qualifed Islamic Banker EN PARTENARIAT AVEC Qualifed Islamic Banker QUALIFICATION PROFESSIONNELLE EN TECHNIQUES ET OPÉRATIONS BANCAIRES PARTICIPATIVES UNE FORMATION QUALIFIANTE DE PLUS DE 200 HEURES CAPACITY BUILDING FUTUR FINANCE

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Rapport d activités 2014 Version synthétique

Rapport d activités 2014 Version synthétique Rapport d activités 2014 Version synthétique Plan d actions 2014 Rapport d activités 2015 L InterMire comme soutien logistique et administratif Organisation du Collège des Directeurs Organisation de 12

Plus en détail

Consulting Communication des organisations

Consulting Communication des organisations Nicolas Roux Master 2 Ingénierie des Médias Année 2006 / 2007 Consulting Communication des organisations Stage réalisé du 29 janvier au 30 juin 2007 Tuteur de stage : M. Christophe Queval Enseignante tutrice

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Des acteurs engagés, des enjeux partagés

Des acteurs engagés, des enjeux partagés Mot du Directeur du mois L Entreprise Aujourd hui, les partenariats écoles & entreprises deviennent une nécessité pour le développement de la formation d ingénieurs. Ils permettent aux futurs ingénieurs

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail