Edito Quel trait commun entre le post-partum à domicile et la tomothérapie? La sécurité du patient.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Edito Quel trait commun entre le post-partum à domicile et la tomothérapie? La sécurité du patient."

Transcription

1 La température du Centre Hospitalier Peltzer-La Tourelle de Verviers n 8 Novembre 2007 Edito Quel trait commun entre le post-partum à domicile et la tomothérapie? La sécurité du patient. La volonté du CHPLT est de répondre aux évolutions de société, aux demandes des personnes en offrant les meilleurs soins et services possibles dans un cadre de sécurité maximale. Le patient veut des résultats et des résultats sans courir de risque. Le post-partum à domicile, comme de plus en plus d'actes prestés en hôpital de jour, exige la création de structures qui peuvent intervenir rapidement au domicile au moindre problème. La tomothérapie, outre qu'elle augmente l'efficacité du traitement, permet surtout dans les tumeurs situées à proximité d'organes fragiles, comme dans les tumeurs de la tête et du cou, de fournir le traitement prescrit adéquat en respectant les tissus, les organes environnants. Gain d'efficacité et surtout gain de sécurité. Bien sûr, la sécurité a un prix et le CHPLT a fait de celle-ci une de ses priorités dans son plan stratégique, nous y reviendrons prochainement. Trop souvent encore on estime que la santé est un droit, on oublie que c'est nous qui en sommes les premiers responsables avec nos choix de vie. Vivre en bonne santé n'est pas une question de chance. Nous choisissons de manger sainement, de faire de l'exercice, d'avoir une hygiène correcte, des dents saines, de ne pas fumer, Deux acteurs ont un rôle primordial : le médecin détenteur d'un savoir et d'un potentiel de confiance et le monde politique décideur des orientations en matière de prévention (la Région) et de remboursement (le Fédéral). L'hôpital doit collaborer avec ces acteurs de santé notamment en étant promoteur des idées (hôpital sans tabac) mais surtout en offrant les moyens aux patients de changer de comportement (la consultation de tabacologie). La bonne santé du travailleur est un autre domaine où l'hôpital peut montrer l'exemple par son approche de gestion de son personnel comme nous le verrons dans la rubrique Opinions. La santé a un coût! Mais quelle rentabilité en terme de placement! Il faut oser en parler avec nos patients, expliquer cette rentabilité, expliquer les coûts cachés de la non-santé. A chacun de choisir. Le médecin n'est responsable ni du choix, ni du résultat! L'ouverture de la consultation d'implantologie me permet d'aborder ce sujet des coûts à charge du patient dans la rubrique "Synergies". Le médecin traitant est en première ligne pour répondre aux questions concernant ces techniques de pointe qui sont de plus en plus souvent mises partiellement ou en totalité à la charge de leurs patients. Il nous appartient de les informer correctement pour qu'ils puissent faire les choix éclairés. Claude Degauque, Directeur Médical

2 focus Améliorer encore le suivi de l accouchée dès sa sortie de l hôpital Depuis janvier 2007, la Maternité du CHPLT offre un nouveau service à ses parturientes. Des sages-femmes se rendent à domicile pour compléter et améliorer le suivi post-partum de l accouchée dès la sortie de l hôpital. Thermomètre n 8 - novembre page deux Développer la qualité et le suivi de la prise en charge de la maman et du bébé Depuis longtemps déjà, l unité Maternité cherchait à développer la qualité et le suivi de la prise en charge de la maman et du bébé. C est dès la sortie de l hôpital, en rentrant chez eux, que les parents se posent des questions, souvent se tracassent, quelques fois même s angoissent face à cet état nouveau devenu le leur. En effet, dès la naissance de leur enfant, ils sont bombardés d informations qu ils ne sont pas forcément prêts à assimiler, l émotion prenant le pas sur tout le reste. De plus, ils ont parfois du mal à accorder leur confiance à un personnel soignant se relayant au gré des horaires donc trop interchangeable. Ce qu ils cherchent surtout c est une personne de référence! Pourtant dans la plupart des cas, les patientes sont pressées de rentrer à la maison. Elles désirent intégrer le plus vite possible leur nouveau-né dans le cocon familial et ramener une forme de stabilité fragilisée par leur éloignement. Diminuer le coût de l hospitalisation est pour certaines d entre-elles une priorité. Une approche multidisciplinaire de la mère et de l enfant Les acteurs de terrain (gynécologues, pédiatres, personnel paramédical) ont donc décidé d adopter leur accompagnement de la maman afin d en garantir la qualité, malgré le temps réduit du séjour en maternité. Dès l accouchement, le travail d équipe commence par un enseignement approfondi des soins au bébé. Gynécologue et pédiatre passent quotidiennement auprès de la mère et de l enfant. Cependant, l apprentissage s avère parfois plus difficile et la maîtrise plus lente à acquérir : allaitement maternel capricieux, baby-blues persistant ou encore mamans plus hésitantes en quête de soutien. Il est donc apparu que la création d un suivi de soins à domicile assuré par une sage-femme de l équipe hospitalière aiderait les parturientes à rentrer à la maison l esprit plus tranquille. Plusieurs options sont possibles : Un encadrement rapproché lors de retours précoces, 48 heures après l accouchement. Sont prévus : deux visites de la sage-femme au 3 ème et 5 ème jour et un examen pédiatrique supplémentaire entre le 7 ème et le 10 ème (à l hôpital). Ce départ rapide n est possible que si l accouchée et son bébé répondent à des critères précis émis par les gynécologues et les pédiatres (exemples : bébé né à 37 semaines de grossesse minimum dont l alimentation a bien démarré, absence de risque infectieux comme le portage du streptocoque B chez la mère). Pour les retours à partir du 4 ème jour, un seul passage de la sage-femme est envisagé. Ces dispositions peuvent être modifiées suivant les besoins. Et sur le terrain A domicile, la sage-femme prend le temps d écouter, de donner des informations, de rassurer la maman inquiète. Elle s assure de son bon rétablissement, vérifie l épisiotomie ou la suture de césarienne, prend des paramètres cliniques, réalise des contrôles sanguins, s enquiert de l allaitement maternel Au niveau du nouveau-né, elle surveille le poids, soigne le cordon ombilical, fait des prises de sang telles que le dépistage des maladies métaboliques ou le dosage de la bilirubine (ictère du nouveau-né) Elle peut contacter à tout moment le gynécologue ou le pédiatre si l état de la mère ou du bébé le nécessite. Les soins à domicile sont prodigués uniquement dans les jours suivant le retour de la maternité. Les médecins traitants, pédiatres, consultations de nourrissons gardent évidemment le tout premier rôle dans le suivi de la santé de la mère et de l enfant. Des débuts prometteurs! Ce nouveau service rencontre déjà un vif succès auprès des parturientes. En effet, sur les six premiers mois de cette année 2007, 223 patientes (sur 537 accouchements) ont reçu la visite de la sage-femme. Les sages-femmes sont également ravies d élargir leurs activités, d assurer des soins de qualité qu elles personnalisent dans le respect de la culture et de l environnement de chacun. En pratique, la sage-femme de garde est joignable au 0497/ Les visites à domicile sont remboursées à 100% par les mutuelles (pour autant que la patiente soit en ordre de cotisations).

3 opinions Les Ressources Humaines dans le secteur hospitalier : trouver le juste équilibre Jadis dédié à des tâches essentiellement administratives, le service du Personnel est devenu un partenaire de gestion stratégique qui doit collaborer concrètement à la réalisation des objectifs globaux de l Institution. Le personnel (mille trois cents agents) représente une masse salariale annuelle avoisinant les cinquante millions d euros mais aussi un capital humain hétérogène aux compétences médicales, paramédicales, administratives et techniques qui centre ses préoccupations sur la qualité des soins à prodiguer aux patients. Le service du Personnel doit donc équilibrer ses démarches entre trois pôles d actions : l équilibre budgétaire de la masse salariale, l organisation administrative dans un cadre socio-juridique, le développement de procédures de gestion des ressources humaines transparentes. Pour mener ces défis, le service des Ressources Humaines abrite deux mondes. Le premier est celui de la gestion administrative et pécuniaire. Le second englobe la politique de recrutement, d accueil, de formation, d évaluation et de communication Le service est représenté au Conseil de Direction. Il doit prendre l initiative de la réflexion stratégique, mettre en place le suivi des décisions et accompagner les projets. Enfin, il doit être en phase avec l ensemble des intervenants de l Institution en dosant sans cesse les comportements d accompagnement et les attitudes plus fermes. Trouver le juste équilibre, Dans ce contexte, quelles doivent être les priorités prochaines? Il est essentiel de renforcer la performance de l organisation administrative avec à l appui un Règlement Général du Travail. Un nouveau logiciel permettra de gérer de façon plus optimale les aspects relatifs au temps de travail. En matière de Ressources Humaines, l amélioration des procédures de recrutement, les cartographies de compétences et d évaluation des agents devront être poursuivies. La formation du personnel devra également s intensifier. Le service reste bien évidemment impliqué dans la politique d accueil des nouveaux agents, la communication interne et la politique du "bien-être" en général. La réalisation de ces objectifs ne peut s envisager qu en développant les collaborations avec tous les acteurs de l institution. Guy Boutet, Responsable du service du Personnel et des Ressources Humaines Numéro utile : Guy Boutet : 087/ La santé n'a pas de prix mais la médecine a un coût. synergies La politique en matière de santé publique dépend beaucoup plus de choix socio-économiques en matière de logement, d'emploi, de protection des travailleurs, des consommateurs, de vaccination, que de choix médicaux. Les décisions personnelles pour rester en bonne santé recouvrent de nombreux domaines de notre vie courante. La médecine a un coût pour la société et pour le patient. Le politique impose celui que la société devra supporter et celui qui incombera au patient. En clair, ce qui est remboursé et combien. A l'hôpital les frais à charge du patient sont clairement définis pour ce qui concerne la partie «hôtellerie» (hormis le supplément pour une chambre privée) et les différents services proposés (les frais divers sur la facture). Concernant les honoraires, suppléments en chambre privée et prestations non reprises dans la nomenclature, les montants à charge du patient sont proposés par le Conseil Médical au Gestionnaire et négociés au consensus. Ainsi au CHPLT, les hausses des suppléments d'honoraires sont passées de 100 à 110% en 1995, à 130% en 1998 et à 150% en 2005, chaque fois suite à une demande de moyens financiers supplémentaires du gestionnaire qui souhaitait une augmentation de la partie des honoraires médicaux qui lui sont rétrocédés. Pour mémoire, depuis deux ans, les suppléments d'honoraires ne sont dus qu'en chambre à un lit. Pour les prestations non reprises dans la nomenclature, le débat a également lieu au Conseil Médical. Un hôpital public peut-il proposer des prestations totalement à charge des patients? La chirurgie esthétique n'a jamais donné lieu à une telle réflexion, au contraire elle serait plutôt revendiquée comme un droit à... Peut-on refuser des techniques de pointe modernes sous prétexte qu'elles ne sont pas admises au remboursement? En termes de qualité de vie et de capital santé, une dentition correcte est un investissement hautement rentable. L'impantologie offre une réponse technique "intelligente" et se présente comme une alternative élégante et confortable aux solutions classiques. Le prix proposé, interpellant au premier abord, est un juste prix qui couvre un ensemble de services, de matériels et de structures hospitalières qui garantissent une fois encore la sécurité du patient. De même, la demande en consultations de diététique, psychologie et tabacologie est en augmentation croissante; ces consultations n'étant pas remboursées par l'inami, l'hôpital ne peut en assumer seul la charge financière, aussi une participation "limitée" est demandée aux patients. A chacun de faire ses choix de santé. Thermomètre n 8 - novembre page trois

4 grand angle Le service de Radiothérapie : nouvelles technologies, nouveaux espoirs de guérison aussi Les origines de la radiothérapie remontent à la découverte des rayons X par Wilhelm Conrad Röntgen en Il s agit donc d une jeune spécialité, en comparaison de disciplines dont la connaissance remonte à l Egypte ancienne. Le manuscrit d Ebers datant de 1700 avant Jésus-Christ décrivait déjà des pathologies ophtalmologiques, internistiques et gynécologiques, et les remèdes correspondants. Ce «jeune âge» vaut à la radiothérapie d être méconnue et considérée avec inquiétude et suspicion. A tort La simulation : préparation au traitement Thermomètre n 8 - novembre page quatre Une brève histoire de la radiobiologie La radiothérapie consiste à diriger sur la tumeur un rayonnement ionisant, dont les effets sur la cellule cancéreuse mènent à sa mort. La cellule cancéreuse échoue à réparer les dommages dus aux rayons, au contraire de la cellule saine dont les mécanismes de réparation sont intacts. Les effets sont d ordre physique (éjection d électron orbitaux), chimique (création de radicaux libres, cassure des brins d ADN) et biologique (réactions enzymatiques). Par leurs interactions avec les atomes des tissus irradiés, les particules chargées qui constituent le rayonnement perdent leur énergie. Mais elles ne subsistent pas dans le corps, de sorte que le patient traité n est ni «contaminé», ni radioactif et des évolutions techniques Dans les années cinquante sont apparus les appareils de «Cobalt». Ils produisaient des photons de faible énergie (1.6 MégaVolts), responsables d une irradiation importante de la «surface» du patient. Cela entraînait les effets secondaires auxquels la radiothérapie doit sa mauvaise réputation : brûlures, réactions cicatricielles et fibrotiques, télangiectasies. Depuis les années septante sont apparus les accélérateurs linéaires ou LinAcs. Encore en usage actuellement et capables de produire des photons de plus haute énergie (jusque 25 MégaVolts), ils atténuent grandement la toxicité des Cobalt. Au CHPLT, le Cobalt est un souvenir puisqu il a été remplacé par un LinAc en 1995 En simulation, première étape du traitement, le patient est placé dans une position stable, reproductible et confortable qui sera la sienne tout au long du traitement. Elle doit exposer adéquatement la zone à traiter (par exemple en plaçant les bras au-dessus de la tête dans un traitement de sein ou de poumon) et être bien supportée par le patient. Trois petits points de tatouage sont alors faits sur la peau du patient. Grâce à ces repères, son placement sera le même lors de chaque séance d irradiation, garantissant un ciblage correct du traitement. Un scanner de la région à traiter est réalisé en coupes fines. Le radiothérapeute dessine sur chacune d elles le volume (tumeur et ganglions) qu il veut irradier, et les organes qu il veut protéger. Planification et sécurité du traitement En étroite collaboration avec le physicien médical, le scanner est analysé par un logiciel informatique puissant appelé TPS («treatment planning system», ou système de planification) qui calcule la distribution des doses de rayons dans le patient. Le TPS garantit l absence de surdosages (avec un risque d effets secondaires) et de sous dosages (avec un risque de moindre efficacité) au volume devant être irradié, et la protection des organes sains. Le CHPLT a récemment acquis le nouveau logiciel XiO afin de se doter d'un instrument de calcul plus précis, rapide et fiable que nombre de TPS actuellement en usage.

5 La sécurité du traitement est une préoccupation fondamentale Le physicien médical en est le garant. Il contrôle quotidiennement que les rayonnements produits par les machines (LinAc et Tomothérapie) sont corrects. Il vérifie, pour chaque traitement prescrit à un patient, que les doses calculées par le TPS sont justes. Il mesure en temps réel les doses de rayons reçues par les patients, et ce à chaque séance (dosimétrie in vivo). Avant de recevoir son traitement, le patient a donc l assurance que celui-ci a été validé par le médecin radiothérapeute et le physicien médical, et que plusieurs «barrières de sécurité» ont été contrôlées. Les infirmières ont elles aussi une compétence particulière. Outre une formation en radioprotection et un long écolage en radiothérapie, elles ont été formées à l interprétation du scanner et à la fusion d images dans le cadre de la Tomothérapie. Elles assurent la délivrance adéquate de chaque séance de rayons. Et leur rôle est prépondérant dans l accueil et l accompagnement quotidien des patients et de leur famille. Elles sont aidées en cela par d autres collaborateurs paramédicaux, indispensables pour une prise en charge globale des patients : diététicienne, psychologue, assistante sociale, tabacologue et esthéticienne. Le traitement : radiothérapie classique ou IMRT? Depuis février 2007, notre appareil de Tomothérapie permet de délivrer des traitements d IMRT («intensity-modulated radiation therapy», ou irradiation d intensité modulée). Cette technique de haute précision s impose quand la tumeur est difficile à irradier sans menacer les organes sains avoisinants. La Tomothérapie est l appareil d IMRT le plus performant à ce jour, et a nécessité l écolage aux Etats- Unis de deux physiciens médicaux (Jerry Lubaki et Yassine Boukour) et de deux techniciens de maintenance (Ghislain Thelen et François Nondonfaz). Il permet de faire un scanner avant chaque séance de traitement, et garantit ainsi que les rayons soient délivrés à la tumeur avec une précision millimétrique et que l irradiation soit calibrée à la réponse tumorale. Chaque jour, le patient reçoit le traitement qui lui est le plus adapté. Il reste des indications de radiothérapie externe classique, lorsque la tumeur est aisément accessible comme pour les cancers du sein. En aucun cas la radiothérapie classique n est un moins bon traitement, à condition d utiliser un scanner dosimétrique et un TPS performant comme c est le cas dans notre service. La brachythérapie de prostate Introduite au CHPLT depuis deux ans, elle consiste à implanter sous rachianesthésie des grains d iode radioactifs dans la prostate. De la taille d un grain de riz, ils délivrent sur quelques millimètres un rayonnement qui traite la tumeur. En moyenne, il faut en implanter entre 60 et 80 pour irradier l ensemble de la prostate. Cette procédure prend moins de deux heures, et le patient peut quitter l hôpital dès le lendemain matin. Les avantages de la brachythérapie sont la qualité de vie des patients, et l efficacité équivalente à la chirurgie dans le cas de tumeurs précoces. Pour des tumeurs plus avancées, elle ne peut cependant pas remplacer une radiothérapie externe. Le service en quelques chiffres Le service de Radiothérapie du Centre Hospitalier Peltzer-La Tourelle traite 700 patients par an, et son activité ne cesse de croître. Au 31 août, cette activité a augmenté de près de 10% par rapport à l année dernière (2006). Septante patients reçoivent chaque jour un traitement. L'installation de la Tomothérapie a coûté 3,5 millions d euros. 5 mois de travaux ont été nécessaires pour réaménager les locaux. En conclusion La préoccupation centrale de l équipe (médecins, physiciens médicaux, infirmiers et techniciens) est de proposer à ses patients des traitements optimaux qui respectent au mieux leur qualité de vie. Les investissements dans les équipements de pointe que sont la Tomothérapie, le TPS XiO et la brachythérapie de prostate permettent d offrir aux patients une gamme de soins oncologiques complète et de grande qualité. Numéros utiles : Secrétariat (rendez-vous auprès des médecins et collaborateurs paramédicaux) : 087/ Radiothérapeutes : Dr Anette Bretz : 087/ Dr Olivier De Hertogh : 087/ Dr Christine Lefebvre (Chef de service) : 087/ Site web (pour de plus amples informations) : Thermomètre n 8 - novembre page cinq

6 duo d infos Du neuf au service Dentisterie : une consultation d implantologie Depuis quelques mois maintenant, le service de Dentisterie de l hôpital a ouvert une consultation d implantologie afin de développer cette spécialité qui offre aux patients de nouvelles perspectives dans le cadre de leur réhabilitation orale. La technique des implants dentaires existe depuis plus de 30 ans et est devenue une alternative incontournable aux prothèses amovibles classiques et aux bridges. Seuls des cas de résorption extrême au niveau des os des maxillaires et/ou un état de santé général déficient du patient, peuvent empêcher de recourir à cette solution pour remplacer une ou plusieurs dents ou pour stabiliser une prothèse. L implant dentaire est une vis en titane insérée dans l os, elle fait office de racine artificielle et aura la même fonction qu une racine naturelle pour tout type de réhabilitation. La pose d un implant implique une petite intervention qui se fait «au fauteuil» sous anesthésie locale, comme pour un simple soin ou une extraction. En cas de perte plus étendue, plusieurs implants sont nécessaires pour réaliser un bridge implanto porté. Mais ce qui peut vraiment changer la vie de beaucoup de patients, c est la stabilisation des prothèses complètes, surtout inférieures, grâce à un système de rétention style bouton pression ou barre rétentive. A partir de deux implants dans la mandibule, la prothèse complète sera calée et un confort inestimable sera apporté au patient. Au stade actuel des connaissances sur cette technique, le taux de succès est proche de 95 %. Le fait de ne pas proposer cette solution thérapeutique au patient est maintenant considéré comme une erreur professionnelle. Quels coûts? Les honoraires sont de 1500 euros pour une dent unitaire en porcelaine sur un implant et il faut compter plus ou moins 2000 euros pour deux implants avec un système de boutons pressions à la mandibule. Chaque cas nécessite une consultation afin de choisir la meilleure solution à chacun et pour ce faire vous pouvez prendre rendez-vous au service de Dentisterie. Numéro utile : Dr Frédéric Jolibois, implantologue : 087/ Consultation le vendredi de 13 à 17h Le CHPLT s est équipé d un nouvel appareil de résonance magnétique (IRM) Thermomètre n 8 - novembre page six A l exception de l aimant, l ancien appareil a été complètement remplacé. Cette nouvelle acquisition permet d améliorer la qualité de nombreux examens. C est notamment le cas pour les explorations vasculaires cérébrales avec et sans contraste, périphériques et rénales. Sur le plan cardiaque, l appareil permet une meilleure analyse morphologique du myocarde, de la fonction ventriculaire et de la quantification du flux. La possibilité de pouvoir réaliser des coupes fines apporte des éléments de diagnostic précieux dans les pathologies ostéo-articulaire et musculo-tendineuse. Enfin, le raccourcissement non négligeable du temps d examen augmente de façon sensible le confort du patient et permet, dans une certaine mesure, de réduire le délai des rendez-vous. Numéros utiles : Pour les patients ambulants : 087/ (avec rappel possible) Pour les hospitalisés : 087/ L équipe médicale se tient à votre disposition au 087/ pour accepter les cas urgents dans les plus brefs délais.

7 La tabacologie : comment entrevoir un avenir sans fumée? un autre regard Alors que beaucoup pensent qu il suffit de volonté pour arrêter de fumer, la réalisation de ce projet s avère bien plus complexe et consiste souvent en l'aboutissement d'un lent mûrissement intérieur. C est la raison pour laquelle, le CHPLT a décidé de proposer une aide aux fumeurs en mettant en place une consultation de tabacologie. Ainsi, le centre d aide aux fumeurs au CHPLT offre l opportunité aux patients (hospitalisés ou externes) de rencontrer une tabacologue afin de mûrir leur réflexion, d obtenir des renseignements ou du soutien. Ensemble, ils prendront le temps d analyser le tabagisme, ses déterminants et ses dépendances mais aussi de considérer les motivations et les difficultés dans le but d envisager l arrêt au mieux. Ce défi exige l adaptation de la thérapeutique au cas par cas mais aussi, comme pour tout moment important d une vie, une préparation adéquate. La prise en charge consistera donc en un accompagnement individuel qui sera adapté au rythme et aux besoins de chacun. Selon ceux-ci, le patient pourra éventuellement être orienté vers un kinésithérapeute, un sophrologue, une diététicienne, un cardiologue, un pneumologue, un psychiatre ou vers un autre spécialiste si nécessaire. Mais, en tant que médecins ou professionnels de la santé, nous avons tous un rôle important à tenir dans la réflexion des patients, de par la confiance que ceux-ci vous portent, et ceci de manière simple et très brève. De multiples études ont, en effet, prouvé l efficacité d interpeller le patient fumeur sur son statut tabagique et de lui conseiller d arrêter tout en lui proposant de l aide («Fumez-vous? Je vous conseille d arrêter. Nous pouvons vous y aider.»). Faite de manière empathique et non culpabilisante, cette intervention de moins de 2 minutes offre un taux d arrêt supplémentaire de 2%. Plus concrètement, 50 conseils d arrêt permettent d aboutir à un arrêt supplémentaire sans rechute à un an. Ceci offre donc un rapport coût/efficacité des plus intéressants en médecine qu il est important de ne pas ignorer et qui devrait amener chaque professionnel de la santé à préconiser la cessation tabagique avec énergie dans sa pratique quotidienne. Il n est donc jamais trop tard pour cesser de fumer : le centre d aide aux fumeurs du CHPLT est là pour vous y aider et vous accompagner. Bon à savoir En hospitalisation, l intervention de la tabacologue de l Institution est gratuite. Pour les externes, l intervention à charge du patient est de 20 euros par heure. Les consultations sont gratuites pour les membres du personnel. Les mutuelles envisagent au cas par cas des remboursements partiels. Beaucoup de fausses croyances circulent quant à l arrêt du tabac Les cigarettes light ne sont légères que pour la conscience étant donné l effet d auto-titration. Souvent inconsciemment, le fumeur va adapter sa façon de fumer pour obtenir «son» taux de nicotine habituel : boucher les évents d aération, tirer plus intensément, plus fréquemment, Se limiter à quelques cigarettes, un effort injustement récompensé. Outre l effet d auto-titration, les risques sont souvent liés à la durée du tabagisme et non à la quantité. Ainsi, il vaut mieux avoir fumé 30cig/j pendant 10 ans que 10cig/j pendant 30 ans! En passant aux cigares et cigarillos, les risques persistent. Non seulement ceux-ci contiennent plus de CO mais, de plus, le fumeur dépendant ne sait pas fumer autrement qu en inhalant. Les cigarettes aux plantes ou sans nicotine, une bonne manière de se leurrer. Tous les autres toxiques sont présents en concentration importante et leur toxicité est aggravée car le fumeur en manque de nicotine va «tirer» davantage sur sa cigarette. Le tabac à rouler, meilleur marché mais offre un rendement en nicotine, CO et goudrons 3 à 6 fois supérieur! Si la mortalité est un effet reconnu du tabagisme, peu ont conscience de l importance de son taux. Voici le nombre de décès en 1995 en Belgique répartis en fonction de leur cause : 16 lors d accidents d avion 81 par empoisonnement 110 lors d incendies 169 par meurtres 221 du Sida 1500 dans les accidents de circulation 2150 par suicide dûs au tabagisme 2000 personnes décèdent à cause de tabagisme passif. Numéros utiles : Laurie Chitussi, tabacologue : 087/ Pour prendre rendez-vous, contactez le secrétariat au 087/ ou au 087/ Thermomètre n 8 - novembre page sept

8 7 au CHPLT Thermomètre n 8 - novembre page huit C est à venir Le samedi 19 avril 2008 se déroulera une journée de gastro-entérologie dans le patio du CRF de 9 à 16 heures. Les thèmes abordés au cours de cette journée seront : les pathologies de l estomac (oesophagites, hémorragies digestives, ), les endoscopies, les pathologies du colon (Cröhn, RCUH, cancer, ) ainsi que la «vidéo capsule». Accréditations demandées. Pour plus d informations, vous pouvez contacter Claudine Luxen au 087/ Bon à savoir Depuis juin dernier, le Conseil Médical se compose des membres suivants : Dr Eric Brohon, Président (087/ ), anesthésiste Dr Laurent Dorthu, Vice-président, radiologue Dr Christian Hanssen, Trésorier, cardiologue Dr Anne-Marie Cayet, Secrétaire, anesthésiste Dr Georges Cornet, Secrétaire, néphrologue Dr Christian Delcour, Secrétaire, neurologue Dr Philippe Angenot, physiothérapeute Dr Gérard Boxho, cardiologue Dr Hassan Kalantari, hémato-oncologue Dr Didier Lamalle, ophtalmologue Dr Marc Magnée, cardiologue Dr Yves Périquet, chirurgien vasculaire Dr Jean-Luc Strivay, anesthésiste C est utile Enfin, après une longue période de travaux et quelques péripéties avec la barrière, le parking des médecins est de nouveau protégé par un accès sécurisé grâce à une carte à codes barres définissant les autorisations. Si vous n'avez pas reçu votre carte, nous nous en excusons et nous vous invitons à en faire la demande au Secrétariat de Direction du CHPLT : 087/ Quelques chiffres Répartition par secteurs professionnels en ETP (Equivalent Temps Plein) Bienvenues Un feuillet interne est inséré dans ce numéro reprenant les médecins arrivés dernièrement au CHPLT Femmes Hommes Secteur administratif 143,94 50,39 Secteur soignant 503,96 76,80 Secteur paramédicaux 83,72 33,25 Secteur entretien sanitaire 105,74 1 Secteur ouvrier technique 0 23,59 Médecins en formation et pharmaciens 5 6 ETP (Equivalent Temps Plein) en activité 842,36 191,03 Christian Franckart, coordinateur qualité (087/ ) Elodie Dechesne, psychologue aux Urgences dans le cadre de l Unité Médicopsychologique (087/ ) Séverine Closset, psychologue dans le secteur oncologie dans le cadre de l Unité médico-psychologique (087/ ) N.B.: hors médecins Les Talents Christine Boutet, agent des accueils et artiste polyvalente Christine Boutet a découvert l art il y a une vingtaine d années en approchant d abord la peinture sur soie pour ensuite explorer la céramique en même temps que la peinture sur porcelaine. Depuis 5 ans, cette artiste passionnée et polyvalente a ajouté une corde à son arc avec l aquarelle. Dans chacun de ces domaines, Christine Boutet cherche à allier technique, finesse du travail et sensibilité. Cette artiste touche à tout s inspire des paysages, des fleurs et des oiseaux. Des proches font régulièrement appel à elle pour concevoir un motif de carrelage, pour créer des abatjour ou encore peindre des foulards Et comme les amis de ses amis la sollicitent également, Christine a été amenée tout naturellement à travailler de plus en plus au point de se faire sa petite notoriété dans le monde de l art régional. C est en cours Afin de mieux répondre aux demandes et de réduire les délais d'attente, le site Peltzer offrira, début janvier 2008, de nouvelles consultations pour la réalisation des bilans sénologiques complets grâce à l'engagement supplémentaire d'une radiologue spécialisée en imagerie sénologique, le Dr Nathalie Veyret, et à l'acquisition d'un second appareil de mammographie digital et d échographie. Editeur responsable : C. Degauque, Directeur Médical. Ont collaboré à ce numéro : Ch. Boutet, G. Boutet, E. Brohon, L. Chitussi, S. Closset, B. Daron, E. Deschesne, O. De Hertogh et toute l équipe de la Radiothérapie, B. Fernandez, P. François, Ch. Franckart, H. Gilson, F. Jolibois, C. Lefebvre, G. Lising, C. Luxen, Ph. Magermans, Chr. Maréchal, F. Mouton, M. Muller, J. Schoffers, J. Tits.

Fumer tout en étant enceinte, cela vous interpelle? Brochure informative

Fumer tout en étant enceinte, cela vous interpelle? Brochure informative Fumer tout en étant enceinte, cela vous interpelle? Brochure informative Centre Hospitalier Regional de Verviers Se libérer de son tabagisme? Plus de 2.400.000 personnes ont déjà réussi à arrêter... Pourquoi

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

Droits et responsabilités du patient

Droits et responsabilités du patient Droits et responsabilités du patient Vos droits Quel objectif? Le but de ce dépliant est de vous présenter brièvement vos droits et responsabilités. Nous vous invitons également à poser toutes vos questions

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Choix de chambre et conditions financières pour une admission classique ou en hôpital de jour. Introduction Le présent document vise à vous informer des

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Comment réussir ce rendez-vous annuel?

Comment réussir ce rendez-vous annuel? Direction des Ressources Humaines Guide pratique de l évaluateur pour L Entretien Annuel Campagne 2011 Comment réussir ce rendez-vous annuel? 1 1. L entretien annuel, qu est- ce que c est? Un temps de

Plus en détail

Le meilleur chemin pour nous contacter?

Le meilleur chemin pour nous contacter? Le meilleur chemin pour nous contacter? Vous avez des questions sur les soins à domicile? Vous avez besoin de services ou de soins particuliers? N hésitez pas à nous contacter pour trouver ensemble la

Plus en détail

Prévention grossesse

Prévention grossesse Prévention grossesse Le mot de la Directrice La Fondation PremUp, reconnue d utilité publique, agit pour la santé de la femme enceinte et du nouveau-né. Elle conduit 3 types de missions : 1. Faire progresser

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

LE TEMPS DE LA CONCEPTION. Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille

LE TEMPS DE LA CONCEPTION. Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille LE TEMPS DE LA CONCEPTION Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille Le parcours pour devenir parents peut parfois être éprouvant psychologiquement pour vous et votre

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

ssentielis santé ... assurez votre santé pour l essentiel et réalisez jusqu à 50 % d économies* [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS

ssentielis santé ... assurez votre santé pour l essentiel et réalisez jusqu à 50 % d économies* [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS ssentielis santé... assurez votre santé pour l essentiel et réalisez jusqu à 50 % d économies* * Selon étude effectuée en septembre 2010, sur la base des tarifs TTC

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées.

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées. DESCRIPTION DE FONCTION CHPLT Sect. Contr. : SOI Année : 2010 N Fonction : 018 Version : 1 TITRE DE LA FONCTION INFIRMIER EN CHEF (H/F) 1. La fonction de l infirmier en Chef L Infirmier en Chef est responsable

Plus en détail

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Bruxelles, juillet 2014 La nouvelle enquête de la concernant le comportement des fumeurs montre que la cigarette électronique n a pas connu

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

Les implants. Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents».

Les implants. Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents». Les implants Problèmes liés aux dents manquantes : Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents». Les dents qui sont manquantes

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C Juillet 2015 VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous avez de faibles ressources et à ce

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

Pas de médecine sûre sans électricité sûre. Quel est le lien entre électricité et médecine

Pas de médecine sûre sans électricité sûre. Quel est le lien entre électricité et médecine Pas de médecine sûre sans électricité sûre Quel est le lien entre électricité et médecine «L électricité est l une des conditions pour la haute qualité de vie et la bonne santé de la population suisse.»

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC Projet de loi n 59 Loi concernant le partage de certains renseignements de santé MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 9

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

L importance. de bien prendre son traitement

L importance. de bien prendre son traitement L état moteur du patient atteint de maladie de Parkinson est le reflet de l effet des médicaments. De ce fait, une prise régulière et à la dose adéquate est très importante. L analyse des doses et des

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien qui

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

POUR MIEUX COMPRENDRE LA RADIOTHéRAPIE

POUR MIEUX COMPRENDRE LA RADIOTHéRAPIE POUR MIEUX COMPRENDRE LA RADIOTHéRAPIE Ce livret a pour objectif de vous aider à mieux comprendre votre traitement et à mieux vivre ses différentes étapes. Les modalités du traitement peuvent varier d

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Centre Hospitalier Pontoise Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Chef de service : Dr Philippe BOIZE Cadre de santé puéricultrice : Mme Ana GRIMBERT Standard Centre Hospitalier : 01.30.75.40.40

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi.

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Brochure Patients Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) L aide-soignant accueille les personnes malades à l hôpital. Tout au long de

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

Urgences. médicales. avoir le bon réflexe

Urgences. médicales. avoir le bon réflexe Urgences médicales v 1) Le SAMU c est quoi? Urgences médicales, c+/; Z2 C est le Service d Aide Médicale Urgente doté d un numéro de téléphone unique (15) gratuit, joignable 24h sur 24 et tenu au secret

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD URP/SCLS Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD Faculdade de Psicologia 12, rue Goethe 67000, Strasbourg France Claude SCHAUDER Professor Assistente

Plus en détail

4 Description des chiffres-clés répertoriés

4 Description des chiffres-clés répertoriés 4 Description des chiffres-clés répertoriés La partie tableaux donne, pour chaque hôpital de Suisse, une sélection de chiffres-clés. Celle-ci se fonde sur l ancienne publication de la VESKA/H+ «Statistique

Plus en détail

Simple efficace. pour garantir la santé de vos salariés!

Simple efficace. pour garantir la santé de vos salariés! Simple efficace pour garantir la santé de vos salariés! AVEC SEREO Mutuelle, PRIVILÉGIEZ SIMPLICITÉ ET PERFORMANCE pour bien protéger et fidéliser vos salariés Une couverture au plus près de vos attentes

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique

Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique Entreprise labellisée Formation Encadrer et manager en milieu de santé 1 Le contexte hospitalier Contraintes Santé et sécurité des salariés

Plus en détail

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés particuliers PROFESSIONNELS entreprises Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés Vous êtes dirigeant d entreprise. Vous choisissez dans le cadre de votre politique sociale de souscrire un

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Le Mammographe Numérique avec tomosynthèse» au Centre Hospitalier de Valenciennes 1 Sommaire Contexte...p. 3 Une technologie de pointe

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

ZOAST (ZONE ORGANISÉE D ACCÈS AUX SOINS TRANSFRONTALIERS)

ZOAST (ZONE ORGANISÉE D ACCÈS AUX SOINS TRANSFRONTALIERS) ZOAST La convention «ZOAST Ardennes» met en œuvre des dispositifs de simplifications administrative et financière en matière d accès aux soins à l étranger. Celle-ci garantit aux patients, dans le cadre

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Tabac au féminin 24.05.12. N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions

Tabac au féminin 24.05.12. N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions Tabac au féminin 24.05.12 N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions Consommation de tabac chez la femme Dans la population féminine française générale (15-85 ans) en 2010: - 27,9% fument - Parmi

Plus en détail

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances.

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances Avril 2005 n o 132 ISSN 1141-4685 Prix 1,14 Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant et parcours de soins. page 4 Réforme de l assurance maladie : médecin

Plus en détail

SANTÉ SÉLECTION SANTÉ SÉLECTION

SANTÉ SÉLECTION SANTÉ SÉLECTION SANTÉ SÉLECTION SANTÉ SÉLECTION Face à la réforme de la Sécurité sociale, disposer d une complémentaire frais de santé complète et performante est une décision importante pour soi et pour les siens. Quelle

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE EMPLOYEUR, SALARIÉS : ET SI CHACUN CHOISISSAIT LA PROTECTION QU IL LUI FAUT?

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE EMPLOYEUR, SALARIÉS : ET SI CHACUN CHOISISSAIT LA PROTECTION QU IL LUI FAUT? COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE EMPLOYEUR, SALARIÉS : ET SI CHACUN CHOISISSAIT LA PROTECTION QU IL LUI FAUT? Avec Réunica Santé Liberté vous offrez à chaque salarié la possibilité d adapter sa complémentaire

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE

Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE 1 Plan de la présentation Analyse de la situation Contexte épidémiologique Les principaux acquis Les principales insuffisances Stratégie de lutte contre le cancer 2010-2014

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail