Notabene L ORGANISATION. Notabene 1 Notabene. En quelques mots et définitions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notabene L ORGANISATION. Notabene 1 nelly.blancpain6@orange.fr. Notabene. En quelques mots et définitions"

Transcription

1 En quelques mots et définitions L ORGANISATION 1

2 SOMMAIRE ORGANISATION... 3 Lexique... 3 Définition... 3 Enjeux... 3 Tendances... 4 Indicateurs... 4 Erreurs Fréquentes... 5 PRODUCTIVITE DU TRAVAIL... 6 Lexique... 6 Définition... 6 Enjeux... 7 Tendances... 8 Indicateurs... 8 Erreurs Fréquentes... 9 DIVISION DU TRAVAIL Lexique Définition Enjeux Tendances Indicateurs Erreurs Fréquentes FLEXIBILITE Lexique Définition Enjeux Tendances Indicateurs Erreurs Fréquentes QUALIFICATION Lexique Définition Enjeux Tendances Indicateurs Erreurs fréquentes CONFLITS SOCIAUX Lexique Définition Enjeux Tendances Indicateurs Erreurs Fréquentes LES OUTILS ET METHODES La représentation graphique d un état des lieux ou de manière de procéder : L analyse qualitative L analyse quantitative Décomposition du projet en 9 phases et documentation «ad hoc»

3 ORGANISATION Lexique Désigne les différents systèmes mis en place dans les entreprises pour accroître la productivité, grâce à une utilisation plus rationnelle du travail. Définition L'organisation du travail consiste dans les différents systèmes mis en place dans les entreprises pour accroître la productivité, grâce à une utilisation plus rationnelle du travail. Alain Touraine (sociologue français) distingue 3 phases dans cette organisation du travail : la phase A se situe au XIXe siècle et correspond à une organisation traditionnelle ou professionnelle du travail. La machine est universelle, utilisée comme un outil grâce à la compétence et au savoir faire de l'ouvrier (il possède un métier), sans contrôle sur son rythme de travail autre que sa conscience professionnelle. Le travail est organisé par un chef d'atelier qui est l'ouvrier le plus ancien, celui qui a le plus d'expérience. la phase B qui correspond au taylorisme/fordisme (XXe siècle et surtout des années 1920 aux années 1970). La machine est spécialisée pour une opération, actionnée par un ouvrier lui même spécialisé (OS), incapable de la régler ou de l'entretenir. Celui-ci ne possède pas de métier, il a juste acquis un tour de main, sur le tas, en quelques jours. L'organisation et le rythme de travail, conçus par des spécialistes (ingénieurs, bureau des méthodes), échappent à l'ouvrier. Le chef d'atelier n'est plus un compagnon qui organise le travail mais un chef qui fait respecter la discipline imposée par le bureau des méthodes. Enjeux la phase C est celle du système automatique et débute à partir des années Le travail est effectué par un ensemble de machines intégrées (lignes transfert par ex) et autonomes. L'ouvrier effectue plus un travail de contrôle et de surveillance que de production. Ce n'est plus la cadence de la machine qui impose le rythme de travail de l'ouvrier mais ses horaires de fonctionnement : le travail posté (en équipes) se développe pour rentabiliser le capital. Depuis la Révolution Industrielle, la recherche constante de gains de productivité et l'élargissement des débouchés ont poussé les entrepreneurs à s'assurer le contrôle de la production en organisant le travail. Ils ont d'abord contrôlé le produit fini, puis ont organisé le rassemblement d'ouvriers soumis à la discipline dans des manufactures. Le travail a été divisé en opérations simples, répétitives avec une cadence imposée. C'est la généralisation de l'usine soumise au taylorisme. Le système de Taylor, poussé au maximum, en particulier grâce au travail à la chaîne, et vidé de toutes ses relations humaines, a abouti à la fin des années

4 a des effets contre productifs qui ont nécessité la mise en place de nouvelles formes d'organisation du travail, comme le toyotisme, plus souples avec plus d'autonomie, de flexibilité et de polyvalence, mais la contrainte productiviste se maintient malgré tout. L'organisation du travail est l'objet de conflits entre les travailleurs (dont le travail est organisé par la direction et qui en subissent donc les contraintes) et la direction de l'entreprise (qui recherche une organisation génératrice de gains de productivité). Les syndicats jouent donc un rôle dans la négociation autour des conditions de travail. L'individualisation actuelle de la gestion du personnel, l'autonomie plus grande des salariés à l'intérieur de l'entreprise rendent plus complexe et plus difficile le travail des syndicats. Pour ceux-ci, les nouvelles formes d'organisation du travail représentent une difficulté pour maintenir leurs formes d'actions traditionnelles. Les syndicats sont donc face à la nécessité de repenser leur action. Tendances On peut trouver dans Insee Première (n 445) ces deux évolutions, déjà anciennes : "Le développement des installations en flux continu dans l'industrie, l'exigence d'amortissement d'un capital coûteux ont entraîné, depuis longtemps déjà, le développement du travail en équipes successives : en 1957, 18 % des ouvriers des industries de transformation travaillaient ainsi. Cette proportion atteignait un tiers en Mais l'augmentation s'est faite par à -coups, selon la conjoncture. La proportion d'ouvriers en équipes a stagné de 1965 à 1970, et a même reculé de 1975 à 1982". "Le travail à la chaîne s'est développé avec la mécanisation, d'abord dans l'automobile et dans certaines industries de biens de consommation comme le cuir et les chaussures. Le travail en dépendance directe d'une machine touche principalement les ouvriers non qualifiés de type industriel et, particulièrement, les femmes. Son aire d'influence ne se réduit pas malgré la diminution du nombre de postes non qualifiés, car de nouvelles activités y recourent, comme les industries agricoles et alimentaires. Dans le bâtiment, et même dans le tertiaire, où l'organisation du travail était plutôt artisanale, les ouvriers sont de plus en plus soumis à un rythme mécanisé, marqué par une surveillance hiérarchique plus fréquente." Aujourd'hui, on observe que, pour remédier aux difficultés liées à une organisation taylorienne et fordienne du travail (faible qualité des produits, constitution de stocks coûteux, faible adaptabilité de l'appareil de production aux variations de la demande, etc.), de nouvelles formes d'organisation sont mises en place, souvent inspirées des méthodes de production japonaises (toyotisme). Cependant, le taylorisme et le fordisme n'ont pas disparu, on peut même considérer qu'ils ont tendance à s'étendre, en particulier dans les services. Indicateurs L'organisation du travail peut se mesurer par l'importance du travail à la chaîne, du travail répétitif, soumis à des cadences, du travail posté. Mais il n'y a pas d'indicateur synthétique qui permette d'évaluer l'organisation du travail, et encore moins en ce qui concerne les nouvelles 4

5 formes d'organisation du travail, même si l'on peut penser par exemple à mesure la pression exercée directement par les clients sur le salarié. Erreurs Fréquentes Il ne faut pas limiter l'organisation du travail au taylorisme et encore moins au travail à la chaîne. Elle concerne toutes les formes d'organisation du travail aussi bien industriel qu'artisanal, dans l'industrie comme dans les services. 5

6 PRODUCTIVITE DU TRAVAIL Lexique productivité du travail = quantité produite / quantité de travail utilisée. Définition La productivité permet de mesurer l'efficacité du système productif, d'une entreprise par exemple. Mais l'efficacité pour une entreprise, c'est quoi? L'activité d'une entreprise, c'est de produire. Son efficacité sera d'autant plus grande qu'elle produira une quantité donnée avec moins de facteurs de production (capital et travail). La productivité est donc toujours une comparaison entre la production réalisée et les quantités de facteurs de production utilisés pour réaliser cette production. La productivité du travail compare la production réalisée à la quantité de travail utilisée. On a donc le rapport : productivité du travail = quantité produite / quantité de travail utilisée. La quantité de travail utilisée peut être mesurée simplement par le nombre de travailleurs (ou nombre d'emplois) ; on obtient alors la productivité par tête (ou productivité moyenne). Mais la durée du travail peut être très différente d'un pays à un autre. La quantité de travail est donc plus précisément mesurée quand elle est mesurée en heures, en faisant le produit "durée moyenne du travail (en heures par an) x nombre de travailleurs". On obtient alors la productivité horaire. Outre la productivité du travail, on peut calculer d'autres sortes de productivité : la productivité du capital : elle compare la production réalisée à la quantité de capital utilisée. On a donc le rapport : productivité du capital = quantité produite / quantité de capital utilisée. la productivité globale des facteurs : elle compare la production réalisée à la quantité de capital et de travail utilisée. On a donc le rapport : productivité globale des facteurs = quantité produite / quantité de travail et de capital utilisée. Remarque : quand on ne précise pas de quelle productivité on parle, il s'agit pratiquement toujours et de manière implicite, de la productivité du travail. Les économistes néo-classiques considèrent que la productivité joue un rôle essentiel dans la détermination de la demande de travail : la demande de travail (des entreprises) dépend de la comparaison entre le salaire (qui se détermine sur le marché du travail) et la productivité marginale du travail (schématiquement, la productivité du dernier travailleur embauché). L'entreprise embauche tant que le salaire est inférieur à la productivité marginale du travail. 6

7 Enjeux La notion de productivité est au coeur des mécanismes économiques. Tous les systèmes économiques, toutes les entreprises, mais aussi tous les individus rationnels, cherchent à être le plus efficaces possible, c'est-à -dire à produire le plus possible compte tenu des facteurs de production (capital et travail) dont ils disposent. Non seulement on va chercher à avoir une productivité élevée, mais on va vouloir continuellement augmenter cette productivité. C'est la recherche de ce que l'on appelle les "gains de productivité". Economiser les facteurs de production, c'est pouvoir les utiliser pour produire davantage ou mieux. La recherche de la plus grande productivité possible est donc un moteur essentiel du fonctionnement économique. C'est grâce à l'augmentation considérable de la productivité, au cours du 20è siècle en particulier, que l'on a pu produire et consommer davantage. A qui profitent les gains de productivité? C'est une bonne et une vraie question. Mais la réponse n'est pas simple : les gains de productivité peuvent être utilisés de plusieurs façons en même temps, et c'est plus la proportion des différentes utilisations qui se modifie au cours du temps. Prenons un exemple : imaginons que dans une entreprise de montage d'ordinateurs, un seul salarié peut assembler 24 ordinateurs en 8 heures de travail alors qu'auparavant il n'en assemblait que 20 seulement. La productivité a augmenté de 4 ordinateurs, soit de 20%. Les gains de productivité, en grandeur physique, sont de 4 ordinateurs. Que fait l'entreprise de ces "gains"? L'entreprise peut décider de fabriquer effectivement ces 4 ordinateurs supplémentaires, donc d'augmenter sa production. Elle vendra ensuite ces 4 ordinateurs. A quel prix? o Si c'est au même prix qu'avant, elle fera plus de recettes et augmentera sa valeur ajoutée. Comment cette valeur ajoutée supplémentaire sera-t-elle partagée entre les apporteurs de capital et les apporteurs de travail? Toutes les solutions sont possibles : tout pour les salariés, tout pour les propriétaires de l'entreprise, ou un peu pour les deux (mais dans quelle proportion? tout est possible), ce qui est souvent le cas. o Mais l'entreprise peut aussi diminuer son prix de vente car, d'abord, elle doit vendre davantage d'ordinateurs qu'avant puisqu'elle en fabrique plus, et ensuite, elle peut le faire car chaque ordinateur revient moins cher à produire (le coût du salarié est réparti sur 24 ordinateurs au lieu d'être réparti sur 20 ordinateurs). Dans ce cas, le pouvoir d'achat de ceux qui touchent des revenus (les salariés, par exemple) va augmenter, ce qui aboutit donc à la même chose que la hausse directe des salaires (à condition toutefois que les produits ne soient pas destinés uniquement à l'exportation). L'entreprise peut décider de ne pas fabriquer ces 4 ordinateurs supplémentaires (parce qu'elle pense qu'elle ne pourra pas les vendre, par exemple). Dans ce cas, elle peut diminuer le temps de travail. Finalement, les gains de productivité peuvent permettre d'augmenter la production (mais pas toujours), d'augmenter les salaires (mais pas toujours...), d'augmenter les profits (presque toujours...), de diminuer les prix (et donc d'augmenter le pouvoir d'achat) et de diminuer le temps de travail. Ce sont des possibilités et il faut donc étudier à chaque période, pour chaque pays, comment sont utilisés les gains de productivité. Et les enjeux sont très importants sur le plan économique et social : une part un peu plus grande pour les profits peut permettre de 7

8 financer plus facilement des investissements, des gains de productivité importants peuvent permettre de diminuer le temps de travail sans diminuer les salaires, etc. Tendances La productivité du travail, comme celle du capital, ont en général tendance à s'accroître. C'est le progrès technique qui permet d'augmenter la productivité, en particulier grâce aux nouveaux procédés de production (pensez aux machines à commande numérique, par exemple), aux nouveaux produits (les plastiques, par exemple) ou aux nouveaux modes d'organisation du travail (le travail à la chaîne, par exemple). Cependant, aujourd'hui, on a de plus en plus de mal à mesurer les progrès de la productivité : la production est de plus en plus immatérielle (la part des services atteint souvent 70% de la production) et il est très difficile de mesurer les progrès réalisés dans la production de services, en particulier quand ce n'est pas leur quantité qui augmente mais leur qualité. Or augmenter la qualité est un réel progrès. On peut donc avoir l'impression que les gains de productivité se ralentissent, c'est-à -dire que la productivité augmente moins vite qu'avant. C'est vrai dans les chiffres depuis les années Mais est-ce vrai dans la réalité? C'est beaucoup plus difficile à dire. Indicateurs La productivité est elle-même un indicateur. Comment la mesure-t-on? La productivité peut se mesurer en grandeurs physiques : au numérateur, la production sera mesurée par le nombre d'unités fabriquées (nombre de Twingo fabriquées par mois dans l'usine Renault) ; au dénominateur, le travail sera mesuré par le nombre d'heures travaillées dans le mois multiplié par le nombre de travailleurs de l'usine. On aura un résultat du genre : en une heure de travail, on fabrique 1/1000è de Twingo chez Renault (chiffre inventé, évidemment!). Autre exemple, la SNCF calcule la productivité de ses cheminots en divisant le nombre de personnes transportées dans l'année par le nombre de cheminots. Souvent la productivité du travail se mesure "en valeur" : cela signifie que pour mesurer la production, on utilise la valeur ajoutée (calculée en soustrayant du montant des ventes le montant des consommations intermédiaires). On compare alors cette valeur ajoutée (en euros, par exemple) à la quantité de travail utilisée. La productivité horaire du travail est la quantité produite en une heure de travail. La productivité moyenne (ou par tête) du travail est la quantité produite par travailleur. La première est plus significative que la seconde : en effet, si le temps de travail est plus long dans l'entreprise A que dans l'entreprise B et la production et le nombre de travailleurs les mêmes, A et B auront la même productivité par tête, mais B a une productivité horaire supérieure à celle de A. Remarque : la plupart du temps, vous ne trouverez pas de statistiques sur la productivité ellemême. Vous trouverez la croissance de la productivité ou, dit autrement, les gains de 8

9 productivité. Dans ce cas, vous aurez des taux de croissance et vous saurez que dans tel pays, entre telle date et telle date, la productivité a augmenté de x%. Erreurs Fréquentes Parce que la notion de productivité est au coeur de beaucoup de raisonnements économiques, parce que la productivité ne se voit pas, ne se touche pas, parce que on parle plus souvent des gains de productivité que de la productivité elle-même, la notion de productivité est une source de difficultés pour les élèves. Ne pas confondre productivité et gains de productivité : le niveau de la productivité est rarement donné. La plupart du temps, on parle de la croissance de la productivité, c'est-à -dire des gains de productivité. La productivité se donne par heure de travail ou par personne employée. Sa croissance se donne par un taux de croissance en %. Et quand le taux de croissance passe de 3% par an à 2%, en aucun cas on ne peut dire que la productivité diminue (elle augmente de 2%!). On doit dire que la croissance de la productivité se ralentit. Ne pas confondre productivité et rentabilité : quand on parle productivité, on parle production et quantité de facteurs de production utilisée pour produire ; quand on parle rentabilité, on parle profits (combien l'activité de production a rapporté aux propriétaires de l'entreprise). Ce sont deux choses différentes, même si elles ne sont pas complètement sans lien. Ainsi si la productivité s'élève rapidement, on peut penser que les profits font de même. Cependant, il existe des activités très rentables alors même que la productivité y est relativement faible (pensez à certaines activités dans les pays en développement). Ne pas confondre productivité et compétitivité : une entreprise peut avoir une productivité en hausse et d'un niveau relativement élevé sans être forcément très compétitive. La compétitivité est la capacité à conserver et à gagner des parts de marché. Celle-ci dépend du prix de vente et des qualités du produit vendu. Si le prix de vente est élevé (par exemple à cause d'un coût salarial élevé), la compétitivité du produit peut être médiocre alors même que la productivité de l'entreprise est élevée. Cependant une productivité élevée est un atout du point de vue de la compétitivité. Mais ce n'est pas le seul. 9

10 DIVISION DU TRAVAIL Lexique C'est, dans l'entreprise, la décomposition de la production en de nombreuses opérations ou tâches élémentaires, limitées et complémentaires. Définition C'est, dans l'entreprise, la décomposition de la production en de nombreuses opérations ou tâches élémentaires, limitées et complémentaires. Chaque tâche peut alors être effectuée par un seul travailleur. La division technique du travail est donc le fondement de la spécialisation des travailleurs. La division technique du travail s'opère à l'intérieur de l'entreprise, c'est une notion microsociologique. Il ne faut pas la confondre avec la division sociale du travail qui elle est une notion macrosociologique. Celle-ci consiste en la répartition dans la société des différentes activités entre les individus ou les groupes sociaux (par exemple, division du travail entre les castes ou les ordres des sociétés traditionnelles, aujourd'hui, les différents métiers). Cette division sociale du travail est souvent fondée sur des critères hiérarchiques (tâches plus ou moins prestigieuses et valorisées). Enjeux La division du travail a pour but de faire croître la productivité du travail, d'en augmenter l'efficacité mais à quel prix? C'est l'enjeu de la division du travail. C'est ce qu'avait déjà observé Adam Smith lorsqu'il décrivait, dans son ouvrage "Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations" (1776), l'organisation du travail dans une manufacture d'épingles dans laquelle la production de ce simple objet était divisée en 18 opérations distinctes. Une telle division technique est source de gains de productivité considérables. En effet, l'habileté des ouvriers répétant les mêmes gestes s'accroît fortement, les temps morts dus aux changements d'outils ou de postes de travail sont supprimés et la mise en place du machinisme est plus aisée. Cependant, A. Smith avait lui-même mis en évidence les limites et dangers d'une telle division du travail qui sclérosait l'intelligence et l'imagination des ouvriers. Pour Marx, le capitalisme, par la transformation de l'atelier artisanal en entreprise capitaliste, développe et approfondit la division technique du travail dans le cadre de la manufacture ("Le principe et la raison d'être de la manufacture, c'est la division du travail", Paul Mantoux), puis de l'usine. Chaque ouvrier, dont le travail est plus facilement contrôlé, devient un "travailleur parcellaire", de plus en plus spécialisé. Le travail devient extérieur à l'ouvrier qui ne trouve plus dans celui-ci le moyen de s'affirmer ou s'accomplir et le ressent alors comme une contrainte. La division du travail est à la source de l'aliénation des travailleurs. 10

11 Le débat n'est pas clos aujourd'hui, il a été relancé avec la mise en place, au début du XXe siècle d'une organisation taylorienne du travail. Tendances Avec Taylor, une double division du travail, sociale et technique, se met en place : la division verticale du travail entre ceux qui le conçoivent et ordonnent et ceux qui exécutent et obéissent, a un caractère social (elle est hiérarchique et confère pouvoir, autorité). Par contre, la division horizontale est technique et correspond au travail parcellisé. La méthode de Taylor, fondée sur une organisation scientifique du travail (OST), permet d'en accroître encore l'efficacité. L'introduction par Ford (1913) du travail à la chaîne va pousser à l'extrême la division technique du travail, encore plus parcellisé, chaque tâche étant contrôlée, chronométrée, la vitesse d'exécution étant imposée par le rythme de la chaîne de montage. Le taylorisme et le fordisme se développent aux à tats-unis dès les années 1920, puis dans les pays industrialisés (surtout en Europe) après les années Dans les années 60, cette division technique du travail va être remise en cause par les travailleurs et provoquer un certain nombre de conflits dans les entreprises. Des effets contre productifs vont en découler (grèves sauvages, absentéisme, turn over élevé, mauvaise qualité des produits). On redécouvre alors l'importance des relations humaines dans l'entreprise. Des correctifs vont être apportés en élargissant et enrichissant les tâches, en donnant plus d'autonomie aux travailleurs et en les impliquant davantage dans l'organisation du travail (cercles de qualité, management participatif). Malgré tout, la norme productiviste se maintient (nécessité d'obtenir des gains de productivité afin d'être compétitif) et le taylorisme avec son travail parcellisé persiste. Il tend même à s'étendre dans d'autres secteurs tels que le tertiaire (services administratifs, grande distribution, hôtellerie restauration, services de télémarketing, etc.). Son application se trouve renforcée par l'utilisation des nouvelles technologies (automatisation informatisation) qui permettent de confier aux ouvriers des tâches plus complexes, mais toujours contrôlées et chronométrées (exemple : machines outils à commandes numériques). Indicateurs Il n'y a pas réellement d'indicateur pour mesurer la division du travail. Des indicateurs indirects peuvent être mobilisés à travers le statut des salariés, le contenu de leur poste de travail : le poids des ouvriers non qualifiés (ouvriers spécialisés) dans l'ensemble des ouvriers, le poids des tâches répétitives, du travail à la chaîne, etc. 11

12 Erreurs Fréquentes Ne pas confondre division technique et division sociale du travail : Dans la division sociale du travail, chacun fabrique un produit qu'il peut revendre (par ex l'éleveur produit des peaux qu'il revend au tanneur qui fait du cuir qu'il revend lui-même au cordonnier qui en fait des chaussures). C'est une division par métier au niveau de la société. Dans la division technique du travail, chaque travailleur ne fait qu'une tâche, une opération sur un bien, il ne pourrait pas vendre le produit de son travail. C'est une division par tâche au niveau de l'atelier, de l'établissement, de l'entreprise. 12

13 FLEXIBILITE Lexique Mode de gestion de la main d'œuvre mise en place dans les entreprises pour adapter rapidement la production, et l'emploi correspondant, aux fluctuations de la demande. Définition La flexibilité est une politique de gestion de la main d'œuvre mise en place dans les entreprises pour adapter la production et l'emploi correspondant aux fluctuations rapides de la demande. La flexibilité peut revêtir de multiples aspects : variation des horaires, des salaires, des effectifs. Traditionnellement, on distingue la flexibilité externe et interne et la flexibilité quantitative et qualitative. La flexibilité quantitative externe se réalise par le recours au marché du travail. Elle consiste à faire varier les effectifs de l'entreprise en fonction des besoins par le recours aux contrats de travail précaires (par exemple les CDD) et les licenciements. La flexibilité qualitative externe consiste à remplacer le contrat de travail par un contrat commercial plus facile à rompre. On peut citer le recours aux travailleurs intérimaires (ceux-ci sont bien salariés mais de l'entreprise de travail temporaire, et le contrat entre l'entreprise et l'entreprise de travail temporaire est un contrat commercial), ou à l'externalisation des activités annexes à la production (gardiennage, restauration, transport, nettoyage, etc.). La flexibilité quantitative interne s'obtient par la variation de la durée de l'activité en fonction de la production : variation des horaires de travail, utilisation de temps partiels, annualisation de la durée du travail (les "creux " dans l'activité de l'entreprise sont compensés par les périodes de "boom" ce qui évite le recours aux heures supplémentaires plus onéreuses). Dans la flexibilité qualitative interne, encore appelée flexibilité fonctionnelle, les travailleurs polyvalents sont utilisés en fonction des besoins de la production, sur les postes ou dans les ateliers ou bureaux où il y a le plus de travail. Il faut mentionner enfin une forme particulière de flexibilité qui est celle des salaires ou des rémunérations qui peuvent varier en fonction des résultats de l'entreprise. Enjeux La flexibilité : une réponse aux rigidités du modèle de croissance fordiste? Si les 30 Glorieuses sont synonymes de croissance assez régulière de la production, de la consommation de masse relativement standardisée et des salaires réels, les années 70 ont été marquées par une rupture de ces évolutions à plusieurs niveaux, à savoir : - une production plus fluctuante au gré des variations de la conjoncture, - une concurrence plus vive (mondialisation) qui nécessite davantage de gains de productivité, 13

14 - une obsolescence rapide de certains biens (progrès technique), - des changements plus fréquents dans les goûts des consommateurs (production en séries plus courtes). Devant cet environnement de plus en plus incertain, les entreprises vont réagir en essayant d'ajuster au plus près production et utilisation de la force de travail à ces fluctuations. Pour cela de nouvelles méthodes de gestion vont être mises au point (zéro stock, zéro délai, flux tendus) qui vont nécessiter une plus grande souplesse dans l'utilisation du travail et transformer le coût salarial de coût fixe en coût variable. Cela se traduit dans les entreprises par un recours massif aux intérimaires (que l'on peut employer et renvoyer très rapidement) ou aux CDD, par l'annualisation du temps de travail (les périodes de suractivité sont compensées par celles de sous activité), par une plus grande polyvalence des travailleurs (capables d'occuper plusieurs postes), par le développement des temps partiels plus souples à utiliser et par des salaires plus individualisés. La flexibilité : un remède au chômage? La persistance du chômage dans les pays industrialisés et notamment en France est mise par les économistes néoclassiques sur le compte de trop fortes rigidités sur le marché du travail (intervention de l'etat et des syndicats). En période de chômage élevé, la flexibilité à la baisse des salaires et du coût salarial devrait permettre une reprise de l'embauche. Les économistes néo-classiques préconisent donc la suppression de ces réglementations ou entraves à la libre détermination des salaires par le jeu du marché. Selon eux, l'etat doit, dans le cadre des politiques de l'emploi, assouplir la réglementation du travail : supprimer l'autorisation administrative de licenciements, par exemple, ou favoriser l'embauche de salariés à temps partiel (involontaire le plus souvent), ou contraindre les chômeurs à exercer une activité sous payée (en Allemagne par exemple). Cette flexibilité accrue engendre l'apparition de formes particulières d'emplois (FPE), atypiques (voir emploi). Les statuts des salariés sont de plus en plus hétérogènes (éclatement du collectif de travail), et le marché du travail se segmente avec un dualisme entre les emplois typiques et atypiques. Ces derniers sont souvent précaires (sauf les temps partiels choisis et les travailleurs hautement qualifiés) et occupés en majorité par des jeunes, des femmes ou des travailleurs peu qualifiés. Ceux-ci risquent de connaître un chômage récurrent, s'ils n'arrivent pas à s'insérer dans des emplois plus stables. Cette situation, si elle se prolonge, peut être source de pauvreté (travailleurs pauvres) et d'exclusion. Comment trouver des formes de flexibilité qui en assurant la sécurité du salarié ne mèneraient pas à la pauvreté et à la précarité? 14

15 Tendances Titre : Population active occupée en France, en milliers (source : Insee Première) Nombre de salariés dont : Intérimaires CDD Apprentis Depuis quelques années, on remarque une rapide croissance des emplois atypiques : alors que le nombre de salariés progresse peu, relativement, le nombre de salariés ayant un emploi peu stable augmente rapidement, en particulier celui des travailleurs intérimaires. Indicateurs La flexibilité ne se prête pas à une mesure statistique directe. On peut en avoir un aperçu avec d'autres indicateurs tels que le nombre ou la proportion des temps partiels ou des emplois précaires dans la population active des salariés (voir rubrique tendances). Erreurs Fréquentes Ne confondez pas la flexibilité du travail (celle dont il est question ici) avec la flexibilité du capital que les entreprises essayent également d'obtenir avec la location de matériel ou la sous traitance par exemple. Attention! Les emplois atypiques ne sont pas tous des emplois précaires : les temps partiels par exemple lorsqu'ils sont choisis ou l'emploi intérimaire lorqu'il s'adresse à des travailleurs qualifiés et recherchés comme les infirmières ne sont pas du tout précaires. 15

16 QUALIFICATION Lexique La qualification désigne principalement la capacité à exercer un métier ou un poste déterminé. Cette qualification est essentielle pour assurer l'employabilité des personnes actives. Elle est "mesurée" par les diplômes acquis ou l'expérience des personnels. Définition Enjeux La notion de qualification renvoie à deux approches selon que l'on se place du coté de l'emploi à occuper ou du coté du salarié qui occupera cet emploi. 1. lorsqu'il s'agit de la qualification d'un emploi, on repère les qualités et capacités humaines nécessaires pour occuper ce poste de travail. L'ensemble des savoir-faire dans l'entreprise doit ainsi être détaillé et répertorié. Ceci permet notamment d'obtenir des grilles de qualification, nécessaires à l'établissement des salaires. Chaque branche de l'économie détermine alors des classifications d'emplois, des titres et niveaux hiérarchiques, afin d'établir les conventions collectives. Il faut d'ailleurs noter que la notion de qualification des postes apparaît dans les années 1930, lorsque le souci est d'organiser une première classification sociale distinguant en particulier l'ouvrier spécialisé de l'ouvrier qualifié. 2. lorsqu'il s'agit de la qualification d'un travailleur, il faut distinguer deux significations. o il peut s'agir de la formation initiale validée par un diplôme ; on parle alors qualification personnelle, acquise par l'enseignement essentiellement. o Il peut s'agir aussi de l'expérience, c'est à dire la qualification acquise au sein de l'entreprise, reprise parfois sous le terme de learning by doing. Ces deux types de qualifications sont essentiels pour évoluer au sein de l'entreprise. La qualification est un moyen d'assurer "l'employabilité" de la population active, dans un contexte où le chômage est persistant. Il est donc essentiel d'obtenir une "bonne qualification", c'est à dire une qualification qui permette la permanence de l'emploi. Les évolutions des qualifications ont donc été nombreuses sur les 30 dernières années : elles suivent les innovations et le progrès technique incorporé dans les entreprises. Pour ne prendre qu'un exemple, l'informatique a complètement renouvelé les méthodes de gestion et de production. Les qualifications nécessaires pour occuper un poste sont donc de plus en plus poussées. Aujourd'hui, les qualifications changent au rythme du progrès technique, ce qui amène finalement à la difficulté de concilier deux attentes contradictoires : il faut posséder un bagage technique et une spécialisation poussés, mais aussi faire preuve d'une grande polyvalence, d'une grande adaptabilité et capacité à acquérir de nouvelles qualifications 16

17 Tendances Indicateurs Il y a deux évolutions majeures à noter : 1. On observe dans les pays développés une tendance à l'élévation des qualifications des salariés sous le double effet d'une transformation structurelle des emplois et d'une démocratisation des enseignements (cf le cours de BRISES). Ceci s'est effectué au risque parfois d'une dévalorisation des diplômes ou d'un déclassement (c'est-à -dire un niveau de formation supérieur au niveau de l'emploi réellement occupé). On parle alors d'une surqualification des travailleurs ou d'une déqualification des emplois (ce qui est la même chose, bien évidemment). 2. Le travail requis devient plus indirect, plus concentré autour de tâches de gestion technique ou économique, centré sur l'initiative et la réaction individuelles. Il faut alors développer des compétences plus que des qualifications. Ces compétences représentent alors avant tout une disposition personnelle, une faculté d'adaptation aux techniques et aux modes de gestion. Mais cette faculté n'est guère discernable a priori, et elle n'est pas inscrite au préalable dans une qualification... Pour garantir son "employabilité", il faut désormais concilier un bagage technique important (des qualifications) et des qualités d'adaptation et de réaction (des compétences). Les qualifications s'appuient sur des validations et des classifications déterminées, alors que les compétences sont d'un ressort plus personnel. Pour observer les qualifications, il existe deux moyens principaux : Erreurs fréquentes utiliser les grilles de qualification des différentes branches d'activités. Ceci permet de repérer à la fois des qualifications de postes (par exemple dans la branche des conseils en entreprises, on distingue les chargés d'étude qui ne font qu'un constat de la situation de l'entreprise, des responsables d'études qui peuvent proposer des améliorations suite à ce constat), et des qualifications des salariés, puisqu'on associe souvent un poste à un niveau de diplôme mininal (par exemple BAC+3 pour un responsable d'étude). utiliser le dernier diplôme obtenu comme indicateur de la qualification personnelle. C'est la donnée la plus fréquemment utilisée : on la retrouve notamment dans les enquêtes formation/qualification professionnelle (dite FQP) de l'insee. Il faut faire attention aux deux confusions suivantes : la qualification des postes n'est pas synonyme de qualification des travailleurs. la qualification des travailleurs n'est pas synonyme de compétence. 17

18 CONFLITS SOCIAUX Lexique Un conflit social est un affrontement entre plusieurs groupes sociaux antagonistes, l'objet de tout conflit étant de modifier le rapport de forces existant entre les parties. Définition Un conflit social est un affrontement entre plusieurs groupes sociaux antagonistes, l'objet de tout conflit étant de modifier le rapport de forces existant entre les parties. Les conflits sont "normaux" au sens sociologique du terme, c'est à dire que toute vie en société débouche inévitablement sur des conflits. De plus, à l'intérieur des groupes en conflit, ce dernier renforce leur identité commune. Le conflit a de ce point de vue un aspect intégrateur. Enjeux Il s'agit d'identifier les liens existant entre conflit et changement social. Deux approches sont possibles : le conflit fait-il changer la société ou est-ce l'inverse, les changements sociaux générant des conflits? Ce sont surtout Weber et Simmel qui ont montré que les conflits, en permettant une interaction entre agents, pouvaient contribuer à l'évolution de la société. Pour G. Simmel, en effet, la situation conflictuelle n'est pas une maladie de la société puisqu'elle est socialisante. Etudiant les différents conflits possibles, aussi bien au sein des famille que des institutions étatiques, Simmel constate que les causes des conflits sont nombreuses (haines, besoins, désirs, etc...) mais que leur fonction est unique : rétablir l'unité de ce qui a été rompu. De la sorte, le conflit assure la cohésion du groupe et organise le changement social en assurant un nouvel équilibre post conflit. A l'inverse, le changement peut être la source de conflits : des conflits se forment alors pour s'opposer au changement social. Il y a donc bien une ambivalence du terme. Qu'il s'agisse de changements techniques ou de moeurs, il y a modification en profondeur de la société et une remise en cause des rôles dévolus à chacun. Ceci ne se fait pas sans heurts. Ainsi, par exemple, l'avènement d'une jeunesse plus libre qu'autrefois, mais plus soumise aux aléas économiques, a pu engendrer des conflits épisodiques plus ou moins latents entre les générations, la génération ancienne s'opposant aux évolutions demandées par les plus jeunes. Tendances Lorsque l'on observe les conflits modernes dans les P.D.E.M., on constate que : 18

19 Indicateurs Les conflits du travail ont changé de nature : ils portent de plus en plus sur l'organisation du travail et de moins en moins sur le rapport salarial. Par exemple, un conflit long a porté récemment sur le temps alloué pour le ménage des chambres d'hôtel, jugé beaucoup trop court par les salariées. Les conflits sociaux traditionnels mobilisent désormais moins les acteurs sociaux comme en témoigne la difficulté à regrouper beaucoup de monde lors des manifestations en France. Les sources de conflits sont diversifiées et s'appuient de plus en plus sur des valeurs symboliques (au détriment des conflits portant sur des allocations matérielles). Le pouvoir et le prestige sont ainsi devenus une source importante de conflits dans le monde du travail : par exemple, une entreprise qui souhaitait faire pointer ses cadres, c'est-à -dire les munir d'une carte magnétique qui enregistre leur heure d'entrée dans l'entreprise et leur heure de sortie, s'est heurtée à un refus catégorique pour des raisons symboliques : les cadres dépassaient largement les horaires légaux de travail, donc ils ne craignaient pas qu'on leur reproche de ne pas travailler assez, mais ils ne voulaient pas être "rabaissés" au niveau des autres salariés en étant obligés de pointer comme tout le monde. Cela ne signifie cependant pas que les conflits portant sur les conditions matérielles (rémunérations en particulier) aient disparu. Il n'existe pas à proprement parler d'indicateurs permettant d'identifier les conflits sociaux traditionnels ou de les mesurer. On peut approcher cependant les conflits du travail par le nombre de journées perdues du fait de grèves ou par le nombre de manifestations. Erreurs Fréquentes Il faut se garder de ne voir le conflit que comme une pathologie. Au contraire, le conflit permet le changement social. Le conflit social ne se résume pas à la lutte marxiste des classes! 19

20 LES OUTILS ET METHODES La représentation graphique d un état des lieux ou de manière de procéder : 20

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital.

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. I. Le facteur travail. A. Aspect quantitatif: la population active. 1. La population active. Si on suit les définitions du bureau international

Plus en détail

NOM Prénom : groupe : Date : L ORGANISATION DU TRAVAIL

NOM Prénom : groupe : Date : L ORGANISATION DU TRAVAIL L ORGANISATION DU TRAVAIL Dans un restaurant, les cuisiniers ont chacun leur rôle et travaillent au sein d une équipe coordonnée par un chef (ils sont vêtus d une tenue professionnelle : le chef porte

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

Chapitre 1 Organisation de l'entreprise

Chapitre 1 Organisation de l'entreprise Introduction Qu'est ce que l'entreprise? Chapitre 1 Organisation de l'entreprise Activité : système produisant des biens et des services à l'aide de moyens (humains et techniques) Destination : la vente

Plus en détail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail 22 L'EMPLOI EST-IL DE PLUS EN PLUS QUALIFIE? A Qu'est-ce que la qualification de l'emploi? a) Définitions 1. La qualification peut se définir comme l'ensemble des aptitudes acquises par l'individu ou requises

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

Il y a 100 ans, la naissance du fordisme : production de masse, consommation de masse.

Il y a 100 ans, la naissance du fordisme : production de masse, consommation de masse. Il y a 100 ans, la naissance du fordisme : production de masse, consommation de masse. Il y a 100 ans, en octobre 1913, l industriel Henri Ford innovait en créant le travail à la chaîne dans sa nouvelle

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Les métiers du secrétariat et de la bureautique

Les métiers du secrétariat et de la bureautique Les métiers du secrétariat et de la bureautique Présentation des métiers Alors que l'on avait annoncé la quasi-disparition des secrétaires, supplantées par les ordinateurs, elles bénéficient aujourd'hui

Plus en détail

Données sociales 2002. Juin 2003

Données sociales 2002. Juin 2003 Données sociales 2002 Juin 2003 asf - Données sociales 2002-2 - Sommaire Pages Avant-propos : La conjoncture économique... 4 Données sociales : Eléments de synthèse... 5 La situation de l emploi au 31

Plus en détail

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES E n s e l i m i t a n t à u n e présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néoclassique du fonctionnement

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations Régis Meissonier Maître de Conférences École Polytechnique Université Montpellier II regis.meissonier@univ-montp2.fr

Plus en détail

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires Distr. GENERALE CES/SEM.41/12 1er mars 2000 ORIGINAL: FRANCAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Cycle Diplômant en Ressources Humaines. Contenu du programme

Cycle Diplômant en Ressources Humaines. Contenu du programme Cycle Diplômant en Ressources Humaines «Management Spécialisé en R.H.» Contenu du programme Objectifs du programme : Cette formation a pour objet de préparer les participants à l ensemble des outils de

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

Les Métiers du Secrétariat et de la Bureautique

Les Métiers du Secrétariat et de la Bureautique Les Métiers du Secrétariat et de la Bureautique Mondial des Métiers 2008 Présentation des métiers Alors que l'on avait annoncé la quasi-disparition des secrétaires, supplantées par les ordinateurs, elles

Plus en détail

La division horizontale du travail traite de la question du degré de spécialisation ou de polyvalence du travail. Partie 3. L organisation du travail

La division horizontale du travail traite de la question du degré de spécialisation ou de polyvalence du travail. Partie 3. L organisation du travail Les théories des organisations portent sur la division du travail. On distingue la division du travail horizontale et la division du travail verticale. Partie 3. L organisation du travail La division horizontale

Plus en détail

Acquis de première : groupe d appartenance, groupe de référence, socialisation anticipatrice, capital social

Acquis de première : groupe d appartenance, groupe de référence, socialisation anticipatrice, capital social COMMENT RENDRE COMPTE DE LA MOBILITÉ SOCIALE? 1. COMMENT MESURER LA MOBILITÉ SOCIALE? A. LES TABLES DE DESTINÉES ET DE RECRUTEMENT 2003 B. DIFFÉRENTES MOBILITÉS, FLUIDITÉ SOCIALE ET DÉCLASSEMENT SOCIAL

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

1. LES POLITIQUES POUR L EMPLOI POUR LUTTER CONTRE LA FRAGILISATION DU LIEN SOCIAL

1. LES POLITIQUES POUR L EMPLOI POUR LUTTER CONTRE LA FRAGILISATION DU LIEN SOCIAL I N D I C A T I O N S COMPLÉMENTAIRES Afin de montrer que la diversité des formes et des analyses du chômage explique la pluralité des politiques, on analysera les politiques macroéconomiques de soutien

Plus en détail

L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts.

L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts. L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts. L'objectif de l'auditeur est de comprendre les méthodes et les systèmes employés au sein de l'organisation, ainsi

Plus en détail

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario»

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Note «La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Raymond Depatie L'Actualité économique, vol. 49, n 3, 1973, p. 425-434. Pour citer cette note, utiliser l'information suivante

Plus en détail

Chapitre 8 : L'investissement

Chapitre 8 : L'investissement Chapitre 8 : L'investissement I. Investissement source d'accumulation du capital le capital (stock) s'accumule par l'investissement (dépense). A. La notion de capital : Pour la théorie classique, le capital

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL-

ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL- 1 ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL- DING ET LEADERSHIP INTRODUCTION LA REMISE EN CAUSE DES ORGANISATIONS TRADITIONNELLES Beaucoup d entreprises vivent encore selon un mode d organisation et de management

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

LA GESTION DES INTERVENTIONS

LA GESTION DES INTERVENTIONS I INTRODUCTION : Une intervention est effectuée à la suite d un évènement prévu ou non. Les conséquences sur la production, la maintenance, l organisation, la sécurité, etc, seront donc différentes. II

Plus en détail

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Paris, le 22 mars 2011 Bilan Social des Entreprises Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Le bilan social est un document extrêmement utile pour une équipe syndicale. Beaucoup de renseignements

Plus en détail

Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014

Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014 Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014 Contributions Michel Husson Productivité / Gains de productivité / Salaire / Profit / Part salariale

Plus en détail

Guide de la classification professionnelle

Guide de la classification professionnelle Guide de la classification professionnelle Convention Collective Nationale des Entreprises d Architecture COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE LA NEGOCIATION COLLECTIVE 1er FEVRIER 2004 Les parties signataires

Plus en détail

BUREAU D'ÉTUDES DE LA CFTC. I sabelle ANTAL

BUREAU D'ÉTUDES DE LA CFTC. I sabelle ANTAL BUREAU D'ÉTUDES DE LA CFTC I sabelle ANTAL Avant-propos a réduction du temps de travail, sujet qui a fait couler beaucoup d'encre ses dernières années, ne cesse de susciter le débat public. Enjeu majeur

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

La mondialisation. A - Les investissements directs sont, en majeure partie concentrés dans les pays étrangers.

La mondialisation. A - Les investissements directs sont, en majeure partie concentrés dans les pays étrangers. La mondialisation I - Les investissements directs Le mouvement des capitaux est impressionnant (1400 milliards de $ par jour environ ), mais ce n'est peut être pas ce qui est le plus inquiétant. La vraie

Plus en détail

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES CONVENTION COLLECTIVE INTERREGIONALE DES COMMERCES DE QUINCAILLERIE, FOURNITURES INDUSTRIELLES, FERS, METAUX ET EQUIPEMENT DE LA MAISON Accord du 7 octobre 1999 modifié par avenants du 9 octobre 2002 et

Plus en détail

ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière

ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière Après le succès de l action carte-pétition qui s est traduite par près de 100 000 cartes signées et remises à l

Plus en détail

Classification, qualification et compétences : quels liens, quelles finalités

Classification, qualification et compétences : quels liens, quelles finalités Antoine WINTER 8 octobre 2009 Classification, qualification et compétences : quels liens, quelles finalités L entreprise s est engagée depuis la fin des années 70 dans un processus de recherche d amélioration

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

La gestion de la rémunération

La gestion de la rémunération DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre9 Lagestiondelarémunération 1. Les éléments suivants se classent dans la rémunération pécuniaire directe :

Plus en détail

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement?

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? Terminale Enseignement spécifique de SES Devoir type bac DISSERTATION Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? DOCUMENT 1 :

Plus en détail

P R O C O M. Dossier Le secteur de l'industrie graphique

P R O C O M. Dossier Le secteur de l'industrie graphique P R O C O M E T U D E S S O N D A G E S Dossier Le secteur de l'industrie graphique Novembre 2000 PROCOM, 1, place des Cordeliers 69002 LYON Tel.:04.78.38.27.25 Fax. 04.72.41.86.01 Email : procom@wanadoo.fr

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

TD N 3 LA PRODUCTIVITE DU TRAVAIL

TD N 3 LA PRODUCTIVITE DU TRAVAIL TD N 3 LA PRODUCTIVITE DU TRAVAIL 1 PRODUCTIVITE PHYSIQUE ET PRODUCTIVITE APPARENTE DU TRAVAIL 1 L entreprise Andros produit des pots de confiture. Pour leur fabrication, elle a acheté, pour l année 2009,

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Organisateur informaticien/organisatrice informaticienne (32341 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Chef de projet informatique........................................

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

L emploi permet-il toujours de s intégrer à la société française?

L emploi permet-il toujours de s intégrer à la société française? 1) Analyse du sujet : T.E.S. Fustel de Coulanges 2013/2014 GALY marjorie.galy@wanadoo.fr http://www.toileses.org Eléments de correction du BAC BLANC de SES N 4 TESL L emploi permet-il toujours de s intégrer

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION

MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION De tous les domaines professionnels du tertiaire, celui de l hôtellerie-restauration est le

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

LE MANAGEMENT PAR PROJET. ENSEIGNEMENTS DE LA CONDUITE DES GRANDS PROJETS DANS LA CONSTRUCTION.

LE MANAGEMENT PAR PROJET. ENSEIGNEMENTS DE LA CONDUITE DES GRANDS PROJETS DANS LA CONSTRUCTION. LE MANAGEMENT PAR PROJET. ENSEIGNEMENTS DE LA CONDUITE DES GRANDS PROJETS DANS LA CONSTRUCTION. Le management par projet évoque encore pour beaucoup de personnes, l'utilisation, par des spécialistes, d'outils

Plus en détail

Les bases de la Démarche Qualité

Les bases de la Démarche Qualité Les bases de la Démarche Qualité 02 octobre 2014 Virginie Boulanger virginie.boulanger@cnrs-dir.fr Définition Le terme «qualité» pouvant être ambigu, vue sa multiplicité de sens, sa définition a été précisée

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Proposition de motions présentées par la CJC pour la Coordination Nationale des Jeunes Chercheurs du 20 mars 2009 à l Université Paris VIII

Proposition de motions présentées par la CJC pour la Coordination Nationale des Jeunes Chercheurs du 20 mars 2009 à l Université Paris VIII Proposition de motions présentées par la CJC pour la Coordination Nationale des Jeunes Chercheurs du 20 mars 2009 à l Université Paris VIII Présentation de la CJC La Confédération des jeunes chercheurs

Plus en détail

CorDial Social 2010 : Les politiques RH dans la crise économique et financière

CorDial Social 2010 : Les politiques RH dans la crise économique et financière CorDial Social 2010 : Les politiques RH dans la crise économique et financière Constat / Propositions CorDial : un outil de Dialogue actionnarial Objectif de notre démarche Repérer une évolution dans la

Plus en détail

Il n'est pas non plus de progrès continu, sans phases de retour d'expérience régulières.

Il n'est pas non plus de progrès continu, sans phases de retour d'expérience régulières. Sommaire: * 1 * 2 Ce qu'il est, son importance * 3 Intégrer, capitaliser l'expérience * 4 Les obstacles à son développement Concernant à la fois l'individu, l'équipe et l'entreprise, il n'est de progression

Plus en détail

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques?

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? Devoir n 1 Première partie : Mobilisation des connaissances 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? 2. En quoi la déflation peut-elle avoir un effet dépressif sur l économie?

Plus en détail

Le (bon) bilan des 35 heures

Le (bon) bilan des 35 heures Le (bon) bilan des 35 heures Eric Heyer, directeur adjoint au Département analyse et prévision de l'ofce Alternatives Economiques Hors-série n 092 - février 2012 Les 35 heures n'ont pas entamé la compétitivité

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE Accord du 3 septembre 1985 Protocole d accord du 5 mars 1993 (classifications) Avenants des 19 juin 1995, 15 février et 24 avril 1996, 27 novembre

Plus en détail

GESTION. III Une entité structurable. II / a Les grands types de structure traditionnelle

GESTION. III Une entité structurable. II / a Les grands types de structure traditionnelle LEA 1 re année, LA0002Y. Université Toulouse II-Le Mirail. Mme Garrouste, le 2007-10-29. Document réalisé par Choplair. Diffusé selon les termes de la GNU Free Documentation License. GESTION COURS 4 OURS

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

DISSERTATION. Proportion de salariés ayant un contrat à durée déterminée en 2005 (en % du nombre total de salariés)

DISSERTATION. Proportion de salariés ayant un contrat à durée déterminée en 2005 (en % du nombre total de salariés) DISSERTATION Il est demandé au candidat : 1. de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; 2. de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES

ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES MANAGEMENT RELATIONS HUMAINES ENTREPRENEURSHIP Place St-François 12bis, 1002 Lausanne Téléphone : 021 12 70 6 mail@icefagioli.ch - www.icefagioli.ch - www.moncoach.ch ENQUÊTE

Plus en détail

CONSTRUIRE L'ORGANISATION D après Human ressource strategy par James W. Walker

CONSTRUIRE L'ORGANISATION D après Human ressource strategy par James W. Walker CONSTRUIRE L'ORGANISATION D après Human ressource strategy par James W. Walker CONCEVOIR L'ORGANISATION DESCRIPTIF L'organisation est un élément-clé dans le processus du management des ressources humaines.

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

Classification des emplois et salaires minima de la Convention collective du Tourisme social et familial

Classification des emplois et salaires minima de la Convention collective du Tourisme social et familial Classification des emplois et salaires minima de la Convention collective du Tourisme social et familial Source : http://www.legifrance.gouv.fr/waspad/visusommairecoco.jsp?lenum=3151 Crée(e) par Avenant

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850

Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850 Leçon n 3. La population active, reflet des bouleversements économiques et sociaux : l exemple de la France depuis les années 1850 Introduction - définition du sujet (termes et cadrage) : En 1850, les

Plus en détail

Dares. Analyses EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009

Dares. Analyses EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009 Dares Analyses AOÛT 2011 N 064 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009 Au 31 décembre

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Comptabilité analytique

Comptabilité analytique Comptabilité analytique Chapitre 1 : la comptabilité analytique I. Introduction 1 er point : la comparaison entre comptabilité générale et comptabilité analytique. 1 er cas : la comptabilité générale ;

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

Article sélectionné par : CapLine com.

Article sélectionné par : CapLine com. Article sélectionné par : CapLine com. [KNOWLEDGE MANAGEMENT] Le KM est une aventure à la fois personnelle et collective qui rassemble des individualités autour des valeurs et vision d'une organisation.

Plus en détail

COHÉSION OU MOTEUR DU CHANGEMENT SOCIAL?

COHÉSION OU MOTEUR DU CHANGEMENT SOCIAL? CONFLICTUALITÉ SOCIALE: PATHOLOGIE, FACTEUR DE COHÉSION OU MOTEUR DU CHANGEMENT SOCIAL? 1. LE CONFLIT EST-IL UN SIGNE DE DYSFONCTIONNEMENT SOCIAL? A. Le conflit comme signe de dysfonctionnement de la cohésion

Plus en détail

Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy»

Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy» Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy» L économiste et démographe du XXème siècle, Alfred Sauvy (1898-1990), rapporte cette anecdote au début de son livre «La machine

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail